AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 8 sur 12
Une rencontre particulière
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11, 12  Suivant
Théodore Winderfelt
Serpentard
Serpentard

Re: Une rencontre particulière

Message par : Théodore Winderfelt, Dim 13 Sep 2015 - 19:09


« Je me lave au moins cinquante fois les mains par jour, mais si ça t'fais plaisir... » Oh pu-tain. Le soulagement. D'un côté c'était logique, hein. Mais c'était plus fort que lui. Au moment même où le liquide désinfectant entra en contact avec la peau du russe, Théodore poussa un soupire discret tout en sentant ces démangeaisons s'atténuer. « C'est une chose d'être prudent, mais n'abuses pas... Mon boulot c'est d'éviter de me retrouver avec des cadavres. Et puis quand c'est le cas, on attend pas que ça commence à pourrir pour s'en charger... - Certes. » Ouais, il aurait pu se sentir con, mais pas du tout. Le jeune homme ne supportait pas tout ce qui était hopital, clinique ou même cabinet de médecin. Rien que l'idée qu'on lui injecte quelque chose dans le sang ça le pétrifiait, sa mère avait du ruser pour l'emmener chez le toubib lorsqu'il était enfant. Enfin, surtout après la disparition de Nini, en faite. C'est réellement depuis ce moment là que ces crises ont commencé. « Les gens pensent que je fait mon boulot à l'arrache, que je suis pas capable de faire attention à quoi que ce soit, à qui que ce soit ou aux choses "normales" tout simplement parce que j'ai une apparence différente. Hmpf, conneries... - Oh j't'en pris. Lâcha un Théodore qui levait les yeux au ciel. Il nous faisait quoi, là ? Caliméro ? Il ne l'avait pas non plus traité de boucher. J'pense avoir une hygiène de vie bien supérieure à la majorité de la population, donc évite de faire des suppositions sur mon mode de vie, d'accord ? Levant lentement les sourcils, le professeur d'étude des moldus lança un regard presque méprisant vers l'autre homme avant de prendre le ton le plus sarcastique de toute l'histoire du sarcasme. Mais bien sûr, votre majesté. » Tournant son regard vers sa tasse de thé vide, le jeune homme poussa un discret soupir avant de relever ses yeux vers la fenêtre.

En plus de passer pour un psychotique fallait qu'il soit vue comme le mec bourré de préjugé. De mieux en mieux, décidément. Lui qui pensait être tranquille à partir de ce soir, c'était raté. Même sa conscience en prenait un coup. Petit être fragile qu'il était.

Sans quitter la rue du regard, là où la pluie avait décidé de tomber, il reprit avec une voix plus posée. « Pourquoi t'es parti ? » Curiosité mal placé ? Certainement. Néanmoins il fallait avouer que, même s'il ne l'avait croisé qu'une ou deux fois, ce dernier semblait avoir la tête sur les épaules. Ça manquait un peu de ça, à Poudlard, sans vouloir balancer certaines choses vis à vis de ses collègues. Le sourcil arqué, le visage toujours tourné vers la fenêtre, il se mit néanmoins à observer son interlocuteur du coin de l’œil. « Ça manque de gens comme toi là-bas. » Petit compliment dissimulé. Il se souvenait de l'anniversaire de Leister, entre la dirlo' des pouffy qui avait ramené ses bouteilles et Hugh qui s'était prit à la fiesta sans trop de mal .. Bref. Déprimant. La pluie c'était mise à taper contre la vitre du café et Théodore sentit une petite moue presque boudeuse prendre possession de son visage. Il allait être trempé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Une rencontre particulière

Message par : Invité, Lun 14 Sep 2015 - 2:22




Rurik commençait à sentir quelque chose bouillir en lui, un peu comme de la rage... Cette bonne vieille rage avec qui il vivait depuis si longtemps, la seule femme avec qui il pouvait tolérer ne faire qu'un. D'ailleurs, ce n'était pas une bonne chose... Mais à vrai dire, avec l'alcool, il avait tendance à s'énerver plus facilement.

- Mais bien sûr, votre majesté.

Grognant à nouveau, le russe secoua légèrement la tête. Il avait pas vraiment passé la meilleure des journées, alors se prendre des réflexions en pleine face et se confronter à un maniaque qui supposait qu'il était un être crade au plus haut point... Nan, ses nerfs avaient quand même une limite, une faible limite, ceci dit...

Par chance, le loup-garou pris conscience de son état d'agacement avancé et se retint de faire voler son poing par dessus la table pour ajouter d'autres préoccupations à ce Winderfelt.

- Pourquoi t'es parti ?

L'observant d'un air intrigué, le colosse inclina légèrement la tête sur le côté, comme le ferait tout bon chien gros loup-garou sanguinaire face à une incompréhension. Était-il en train de délirer ? Le russe n'avait pas vraiment envie de remettre les pieds à Sainte-Mangouste aussi tôt.

- Ça manque de gens comme toi là-bas.

Ah, il parlait le Poudlard ! Bien sûr !

« Euh... J'vois pas ce que tu insinues par gens comme moi, mais j'suis parti parce que ça ne me convenait plus, les élèves, l'ambiance dans l'école, les autres professeur, les fausses promesses de Kholov... Je suis quelqu'un qui agit, alors les petites menaces débiles pour que les chieurs se tiennent bien, c'est pas mon truc. J'ai plus d'expérience pour m'occuper des criminels que des gosses... Et puis vu le niveau général, la médicomagie c'est pas encore à leur niveau, ils pensent tous qu'il suffit d'un sortilège pour chaque problème. Pfeuh. »

Crachant son fiel comme un tuyau d'arrosage, Rurik termina sa tirade rageuse sur un énième grognement.

« C'est plutôt à toi que je devrais demander pourquoi tu restes à Poudlard. Moi j'ai trop d'emmerdes pour ajouter en plus ceux d'adolescents qui s'imaginent que la vie leur doit absolument tout. »

Son regard se perdit quelques instants sur le dos de sa main droite, où se trouvaient les différents tatouages de symboles mafieux. Poudlard ne lui avait servi à rien, il avait du prendre des coups, serrer les dents, encaisser, se transformer pour survivre. Ses yeux se posèrent ensuite sur son verre vide. Se tournant vers le comptoir, il fit signe au serveur de venir, lui tendant le verre.

« Sers-moi la même chose, merci. »

Oui, il lui fallait probablement un peu plus d'alcool, là il en était au stade dépressif, ce qui signifiait qu'il n'avait pas assez bu pour se sentir bien. À force il commençait à se connaître.

« ...Puis j'avais plus de vie à Poudlard. Ça bouffe trop de temps. J'aime bien retourner en Russie de temps en temps, on va dire que j'ai le mal du pays si ça fait trop longtemps que je n'y suis pas allé... C'est sentimental as fuck. J'vais presque me mettre à chialer... »

Et une autre pointe d'ironie, une ! Se retournant vers le comptoir, il zieuta le serveur, impatient : il lui fallait de l'alcooool ! Sinon il allait continuer à déblatérer des niaiseries !
Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: Une rencontre particulière

Message par : Théodore Winderfelt, Lun 14 Sep 2015 - 2:57


« Euh... J'vois pas de quoi tu insinues par gens comme moi, mais j'suis parti parce que ça ne me convenait plus, les élèves, l'ambiance dans l'école, les autres professeur, les fausses promesses de Kholov... - J'comprend. Oh que oui, il comprenait. On ne pouvait pas dire qu'une entente très solidaire régnait dans sa bulle professoral depuis qu'il était arrivé. Pis Kholov, fallait-il vraiment en parler ? Je suis quelqu'un qui agit, alors les petites menaces débiles pour que les chieurs se tiennent bien, c'est pas mon truc. J'ai plus d'expérience pour m'occuper des criminels que des gosses... Fronçant légèrement les sourcils, le jeune homme tourna cette fois ci sa tête complètement vers son interlocuteur. Criminels ? Quoi criminels ? Pourquoi avaient-ils de l'expérience là d'dans ? Et puis vu le niveau général, la médicomagie c'est pas encore à leur niveau, ils pensent tous qu'il suffit d'un sortilège pour chaque problème. Pfeuh. - Mm.. » Cette fois Théodore avait sagement écouté l'autre homme mais il devait avouer avoir bloqué sur l'épisode "Criminels". Il était médicomage non ? Alors quel rapport ? Sayais, curiosité malsaine. Il savait pertinemment qu'il ne devait pas foutre son nez là où il n'y avait pas lieu d'être alors, se retenant de poser une quelconque question, il reprit. « La médicomagie c'est complexe, t'façon. S'pas à la portée d'adolescents. »

« C'est plutôt à toi que je devrais demander pourquoi tu restes à Poudlard. Moi j'ai trop d'emmerdes pour ajouter en plus ceux d'adolescents qui s'imaginent que la vie leur doit absolument tout. » Un sourire nerveux prit place au coin des lèvres du français. Pourquoi il restait ? La réponse était incroyablement simple pourtant. Son regard s'était perdu un instant dans sa tasse vide avant qu'il ne le relève vers le russe. « Parce que j'étais un adolescent s'imaginant que la vie me devait absolument tout. Et j'crois que j'reste à Poudlard parce que au final je sais pas quoi faire d'autre de ma vie. » Il aurait pu faire sa vie dans le monde moldu. Être mannequin, journaliste, prof même ?.. Bref, se servir de sa belle gueule et de sa puissante culture général. Mais non. Il était resté dans son berceau, parce que la vérité c'était qu'on l'avait toujours dorloté. Toujours protégé. Et que même encore aujourd'hui, alors qu'il pensait le faire, il n'arrivait toujours pas à voler de ses propres ailes.

Son interlocuteur réclama un nouveau verre d'alcool et Théodore, lui, une nouvelle tasse de thé. Puisqu'ils étaient parti pour se taper la causette, autant en profiter pour se réchauffer. Les allés et venus incessants provoquaient des vagues de froid à cause de la porte qui ne cessait de s'ouvrir. La pluie tombait avec force à l'extérieur. Le jeune homme remit son veston dans l'espoir d'y trouver un peu de chaleur, il reboutonna également les deux boutons de sa chemise comme si cela allait changer quelque chose. « ...Puis j'avais plus de vie à Poudlard. - Ah, le voilà qui reprend. Ça bouffe trop de temps. J'aime bien retourner en Russie de temps en temps, on va dire que j'ai le mal du pays si ça fait trop longtemps que je n'y suis pas allé... C'est sentimental as fuck. J'vais presque me mettre à chialer... » Le français senti, bien malgré lui, un sourire sincère naître sur ses lèvres. « T'es con. » Lâcha t-il dans un soupir alors qu'il secouait légèrement son visage tout en détournant le regard pour s'intéresser au serveur qui venait remplir le verre de Rurik et sa propre tasse. Arquant un sourcil, le mannequin mata sans vraiment s'en rendre compte le fessier de l'employé du café. Mm. Il avait vue mieux, mais il avait vue pire. Retournant ses orbes émeraudes vers sa tasse à présent fumante, il lança un regard curieux vers le spécimen face à lui. Après réflexion, il ne faisait pas si menaçant. Fallait juste lui parler quelques minutes. Enfin, en théorie. C'était clairement le genre de gars qu'on avait pas envie d'énerver, surtout pour un lâche pacifiste comme Théodore.

Passant sa langue sur ses lèvres pour les humidifiers malgré le froid qu'il ressentait toujours, lui donnant d'ailleurs de joli frisson, le jeune homme reprit la parole. 
« Elle te viens d'où, cette expérience pour gérer les criminels ? » Il mettait les pieds dans un plat trop chaud et il sentait qu'il allait clairement s'ébouillanter. Prenant une gorgée du liquide brûlant, il remarqua les tatouages ornant sa main droite. Des symboles ? Symboles de quoi ? Puta*n ce mec l'intriguait de plus en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Une rencontre particulière

Message par : Invité, Lun 14 Sep 2015 - 22:25



Il aurait vraiment été débile de réagir au quart de tour : après tout, s'il était maniaque, c'était pour une bonne raison... Ou bien il était détraqué, et ce n'était pas en lui bourrant la gueule de coups que ça allait s'arranger. Oui, Rurik pouvait parfois être raisonnable... rarement, ceci-dit. À moins qu'il ne s'agissait de son côté médicomage qui faisait un peu trop ressortir le "bien" en lui. Quoi qu'il en soit, le sujet se tourna rapidement vers ce qu'il voulait éviter au début : Poudlard.

- La médicomagie c'est complexe, t'façon. S'pas à la portée d'adolescents.

Il s'agissait plus de maturité d'esprit et de sérieux dans l'apprentissage que d'une question d'âge, mais le russe supposa que le professeur pensait de la même manière, usant de mots simples pour ne pas partir dans un laïus inutile. Rurik ne comprenait pas trop, mais il avait comme un brin d'estime pour cet homme, ce qui était énormément plus par rapport à ses anciens collègues.

Contre toute attente, le mafieux eut une réponse à sa pseudo-question : pourquoi Théodore Winderfelt, sorcier apparemment raffiné et cachant peut être certains talents, restait-il à Poudlard pour enseigner, alors qu'avec un peu de volonté, de nombreuses portes pouvaient s'ouvrir face à sa belle gueule.

- Parce que j'étais un adolescent s'imaginant que la vie me devait absolument tout. Et j'crois que j'reste à Poudlard parce que au final je sais pas quoi faire d'autre de ma vie.

Ah... Ça c'était un peu plus triste. C'était justement la volonté qui lui manquait.

« Euh... Dis-toi que c'est déjà une bonne étape de s'en rendre compte... Le reste viendra, suffit de s'accrocher un peu. »

Bouh que c'était banal, une réplique digne d'un poster pourri de motivation salement imprimé et placardé dans des bureaux moldus. Le courant passait néanmoins bien entre les deux hommes, vu que le maniaque s'autorisa même une insulte amicale envers le colosse russe. C'était... inhabituel... et tellement agréable. D'habitude, même ses sbires mafieux n'osaient pas trop pousser le côté un peu plus amical, aussi criminels et dangereux soient-ils. Le règne de la terreur, ça fermait quelques portes...

Lorsque le serveur vint les servir à nouveau, il remarqua que le regard de son interlocuteur se posa sur l'employé. Un doute plana : était-il en train de lui reluquer le derrière ou bien avait-il détecté une tâche potentiellement pleine de microbes et fatale pour son esprit faible et maniaque ?

Et alors que son ex-collègue le fixait en... se passant la langue sur les lèvres... L'imposant sorcier fut quelque peu perdu et lorgna son second verre, bel et bien rempli : non, pas assez d'alcool pour halluciner...

- Elle te viens d'où, cette expérience pour gérer les criminels ?

Faisant mine de prendre son verre pour expliquer son attention détournée, le russe secoua mentalement ses idées pour les remettre en place. Donc... ah oui, les criminels... Un instant...

« Si tu m'avais bien écouté tout à l'heure, tu m'aurais entendu dire que je bosse pour la police russe... »

Son ton était teinté de reproche, mais pas assez pour signifier qu'il lui en voulait.

« Mais t'en fais pas, j'ai compris, je ne dévoilerais rien de nouveau lorsque tu seras occupé à te laver les mains ou bien... »

Il tourna brièvement la tête pour regarder le serveur qui était de dos, occupé à ranger des bouteilles de présentation sur une étagère en hauteur, avant de revenir à Théodore, le fixant droit dans les yeux.

« ... ou bien si tu es focalisé sur d'autres points d'intérêt. Chacun ses préférences... »

Un petit sourire s'étira sur son visage, rien de bien menaçant pour une fois, bien au contraire... Si son regard se plongeait encore quelques secondes de plus dans celui du professeur, peut-être pouvait-il deviner quelques détails sur celui-ci grâce à son don de légilimens... Des détails croustillants, qui sait.

Devait-il blâmer l'alcool ? Probablement... Mais il ne pouvait nier le fait qu'en dépit des quelques aléas en chemin, la conversation s'était déroulée d'une manière plutôt encourageante.


Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: Une rencontre particulière

Message par : Théodore Winderfelt, Mar 15 Sep 2015 - 0:15


« Si tu m'avais bien écouté tout à l'heure, tu m'aurais entendu dire que je bosse pour la police russe... » … Lui lançant un regard en mode ''Roh ça va'' non sans y ajouter un petit rictus légèrement amusé, Théodore reprit néanmoins son sérieux lorsqu'il entendit la fin de la phrase du plus âgé. La police russe ? Rien qu'ça ? Cette fois ci franchement impressionné, le professeur se promit intérieur de ne pas l'énerver. Non ce n'était pas de la lâcheté, c'était de l’instinct de survie. Le français avait aussi sa musculature mais il n'avait pas non plus la carrure du russe. Et puis, en toute honnêteté, son corps à lui n'était là que pour faire joli. Il ne s'était jamais battu et ne comptait pas le faire. « Mais t'en fais pas, j'ai compris, je ne dévoilerais rien de nouveau lorsque tu seras occupé à te laver les mains ou bien... » Saisissant sa tasse de thé, l'ancien mannequin adressa un regard curieux à son interlocuteur alors qu'il buvait une gorgée brûlante et plus sucrée que tantôt. « ... ou bien si tu es focalisé sur d'autres points d'intérêt. Chacun ses préférences... » Bim. Rebelote. Se mettant à tousser brusquement, Théodore prit une grande inspiration pour retrouver un semblant d'oxygène. Puta*n, il avait faillit mourir combien de fois ce soir par la faute de Rurik ? Non parce que, il n'avait pas rêvé, l'autre homme avait réellement jeté un regard plus que fourbe en direction du serveur que le professeur matait il y a quelques secondes ?

De toute façon, le regard que lui lançait son ancien collègue ne laissait pas de place au doute. Il avait deviné. Son regard était d'ailleurs si pénétrant que, l'espace d'un instant, l'occlumens eu le réflexe d'entourer certains points mémoriels non négligeables par des blocs renfermant des souvenirs et des pensées sans importances. Les Legilimens ne courraient pas les rues, mais c'était devenu une puta*n d'habitude puisque, même lorsqu'il était seul, Théodore se servait parfois de ses capacités pour oublier certaines choses. Ce qui était d'ailleurs énormément déconseillé mais, à présent, c'était devenu comme une drogue.

Néanmoins le sourire qui ornait le visage de Rurik laissa le plus jeune perplexe.. Il était du même bord ou simplement hétéro moqueur ? Passé la phase ''gêne'' Théodore prit une nouvelle gorgée de thé avant de se redresser pour se redonner une certaine prestance. Non mais oh. On parlait de Winderfelt tout de même. Winderfelt qui, d'ailleurs, détestait qu'on mette le nez dans sa vie privée. « En effet, chacun ses préférences. Donc, nous disions ? Ah oui, la police russe. » Lui ? Fuir ? Absolument ! Non pas que son ancien collègue soit dégueulasse à regarder hein, pis il avait les mains propres maintenant, et il lui avait dit qu'il avait une hygiène impeccable .. C'était logique, d'un côté. Y avait-il plus propre qu'un médecin ? Enfin bref, tout ça pour dire que Théodore aurait pu aisément afficher un sourire aguicheur et battre des cils, cependant un détail bloquait : jamais avec un homme. Il avait déjà flirté, embrassé, touché même. Mais sans plus. Jamais. Déjà qu'avec une fille il avait mis plus longtemps que la moyenne avant de se lancer à cause de ses maniaqueries ambulantes, mais avec un homme.. L'idée l'attirait autant qu'elle le révulsait. C'était incroyablement frustrant. « Tu arrives à alterner entre ton boulot de médicomage et celui de .. policier ? Tu dois bouger souvent. Pas de petite amie je suppose ? » Bah quoi ? Il s'intéressait à sa vie privée alors autant qu'il fasse de même. Juste retour des choses. Du coup il avait employé le terme au féminin, c'était généralement le plus évident. A voir à présent si l'autre allait confirmer ses doutes ou le laisser dans le flou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Une rencontre particulière

Message par : Invité, Mar 15 Sep 2015 - 2:28


Comment ça, il abusait ? Non, certainement pas ! Il se sentait bien et il s'amusait beaucoup ! Pourquoi arrêter ? Pourquoi être correct quand c'était d'un ennui mortel ? Il ne faisait rien de mal, en plus.

Son regard fixé dans les yeux de son interlocuteur, le russe ne décela rien de particulier, comme un blocage, aucun signaux exploitables... Sûrement l'alcool, ou bien ce maniaque était un Occlumens, mais c'était peu probable. Puis il était plus efficace pour deviner des trucs lorsqu'il n'essayait pas de le faire, ou qu'il entrait directement dans la tête des gens, mais là ce n'était pas vraiment l'occasion parfaite.

- En effet, chacun ses préférences. Donc, nous disions ? Ah oui, la police russe.

Oh ? Il essayait de fuir ce sujet là ? C'était donc une sorte d'aveu... Hein ? Très bien, qu'il prenne les jambes à son cou, le petit Winderfelt, il était bien plus facile de poignarder quelqu'un qui vous tournait le dos, n'est-ce pas ? Ou à défaut de poignarder... Enfin bref ! Rurik ne lâcherait pas l'affaire !

- Tu arrives à alterner entre ton boulot de médicomage et celui de .. policier ? Tu dois bouger souvent. Pas de petite amie je suppose ?

Le russe eut un petit tic nerveux en entendant "petite amie"... Il ne put s'empêcher de s'étirer presque imperceptiblement le cou, provoquant un petit bruit assez peu fameux, mais qui allait si bien aux tas de muscles dans son genre.

« Comme il s'agit de police moldue, je peux toujours jouer un peu avec eux avec la magie, mais je n'ai eu à le faire que très rarement, lors des grandes urgences qui mobilisait tout le personnel à Sainte-Mangouste pendant une période cruciale. Sinon je m'en sors, je refuse les promotions, je préfère rester commandant, au moins je suis sur le terrain quand je retourne là bas. Je peux suivre les enquêtes, et je fais en sorte d'être là quand on passe à l'action. »

Inconsciemment, il serra les poings, contractant les muscles de ses bras... Rien qu'à l'idée de se retrouver dans le feu de l'action, ça l'excitait au plus haut point. Non, il ne se voyait pas du tout dans un bureau miteux à se battre avec de la paperasse. Bien sûr, il n'échappait pas aux formalités administratives, mais cela n'était pas problématique, surtout que maintenant que la majeure partie des choses avaient migré sur support informatique, il n'avait pas à se battre avec un stylo et du papier... Déjà qu'il s'en sortait tout juste et avait appris à utiliser efficacement un clavier malgré ses grosses paluches, il préférait éviter de remplir des rapports papier.

« Et pour un éventuel petit ami... Je pourrais trouver le temps sans problème... Si je trouve quelqu'un qui vaille le coup, quelqu'un d'unique... » fit-il en baissant la voix pour que seul Théodore puisse l'entendre.

Son regard n'essayait plus de sonder l'esprit de l'homme qui lui faisait face, mais il continuait de le fixer d'un air un peu moins inquisiteur, mais un peu plus équivoque... Peut-être un peu trop ? Nan, Rurik était l'incarnation du tact et de la délicatesse, voyooons. Qui plus est, il avait intentionnellement changé l'accord en genre dans sa phrase.

Pour se laisser aller en sortant du boulot... Il atteignait des sommets, là... Mais au vu de ce qui s'était passé quelques jours auparavant avec Anthéa, il préférait éviter de penser à des sujets un peu trop emplis de dilemmes.

Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: Une rencontre particulière

Message par : Théodore Winderfelt, Mar 15 Sep 2015 - 2:58


Théodore écouta cette fois-ci attentivement ce que lui expliquait son interlocuteur. Commandant ? Rien qu'ça. Le regard émeraude du plus inoffensif des deux s'attarda légèrement sur les biceps étrangement contractés de l'autre homme. Une claque et il s'envolait, dit donc. Néanmoins, il remarqua facilement que l'idée ''d'action'' le mettait facilement en pole position. Il devait partir au quart de tour ce mec, sang très chaud là où Théodore possédait un sang très froid. Un peu comme son animagi. « Et pour un éventuel petit ami... - Relevant tout à coup ses yeux vers ceux de Rurik, intéressé malgré lui par la réponse et se gardant bien de le cacher, il pencha légèrement son visage tel un chaton curieux en voyant que le russe baissait d'un ton. Je pourrais trouver le temps sans problème... Attendez. Minute. Pause. On rembobine. Il venait de dire UN petit ami ? Oh, bordel. Si je trouve quelqu'un qui vaille le coup, quelqu'un d'unique... » Tel une carpe, le mannequin se retrouvait à présent les lèvres entre ouverte, le regard fixé dans celui du plus baraqué, à cligner des yeux comme un illuminé.

Se devait être son regard qui le mettait dans cet état parce que, après tout, des gais il en avait déjà croisé pas mal. Surtout à Paris. Néanmoins il n'aurait jamais imaginé Rurik.. Oh puta*n. Faut qu'il parte, là. Il venait d'avoir une bouffée de chaleur et, pour une fois, ce n'était pas du à une bestiole crasseuse ou à un oubli de crème hydratante. Secouant légèrement son visage comme s'il venait de se réveiller, le mannequin fouilla presque nerveusement dans sa sacoche. Nan, il n'était clairement pas apte à faire de l’œil à son ancien collègue. Il détestait les surprises, et ça s'en était une grosse. Très grosse. Il devait se préparer psychologiquement. « Je vois.. » Marmonna t-il tout en sortant de la monnaie pour payer ses tasses. Ouais, il ne voyait que trop bien. Puta*n. Posant l'argent sur la table, il lança un regard furtif à son interlocuteur avant de se raviser. Nan parce que maintenant à part les yeux du russe, sa mâchoire carrée et ses bras de … Enfin bref. Il ne voyait plus grand chose d'autre. « Bon, j'vais y aller moi. Commence à se faire tard. Ravi de t'avoir revu. » Il se leva de sa chaise et empoigna sa sacoche. Libéré, délivré.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Une rencontre particulière

Message par : Invité, Mar 15 Sep 2015 - 14:24


Dans le domaine de la provocation, Rurik avait de l'expérience... Même si la plus grosse partie reposait sur des actions qui finissaient en un bain de sang, il lui était arrivé à de nombreuses reprises de se caler dans un coin de ces "clubs" ou "discothèques" moldues, cherchant une proie pour enfin passer à l'attaque, mais pas pour tuer. Bon, la dernière fois qu'il avait fait ça, tout s'était bien passé jusqu'à ce qu'un passant fasse une remarque un peu trop déplacée et provoque la rage du loup-garou... Faisant fuir celui qu'il avait convaincu de le suivre.

- Je vois...

D'un autre côté, c'était pas difficile à comprendre, il n'avait aucun mérite. Mais plutôt que le blâmer, le russe vit qu'il commençait à fouiller dans ses affaires, sortant de la monnaie moldue, se hâtant tout en lui lançant un regard assez fuyant. Ah non, il n'allait tout de même pas littéralement prendre la fuite ?

- Bon, j'vais y aller moi. Commence à se faire tard. Ravi de t'avoir revu.

L'imposant sorcier resta dubitatif un instant : un dilemme intense prenait place dans sa tête... l'honneur de sa famille ou l'amour ?... Non, un instant, pas celui-ci de dilemme ! Mauvais disque (enfin, livre, en l'occurrence). Il était quasiment certain que Théodore n'était juste pas très "courageux", le médicomage ne pensait pas être allé trop loin... Ou du moins si c'était le cas, pourquoi ne pas le dire tout simplement ? Ils n'étaient pas entre femmes à s'envoyer des signaux cryptés, voyons !

« Attends... » grogna-t-il.

Bon... Il avait fait son choix un peu inconsciemment : alors que l'homme passait à côté de lui en direction de la porte, il lui attrapa le bras d'une de ses énormes paluches. Sur le coup, il aurait vraiment été mal à l'aise si le Winderfelt se mettait à faire une crise en lui disant de le lâcher de ses mains pleines de microbes, mais le professeur se contenta de se figer...d'un autre côté, il ne pouvait plus vraiment aller bien loin.

« Ce serait bête de faire une scène comme ça... Et puis... Tu vas choper la crève avec cette pluie. »

Bouh, l'excuse à la noix, Rurik, franchement...

« Je veux pas que tu partes tout de suite, et je suis sûr que c'est réciproque... » souffla-t-il un peu plus bas.

Là c'était déjà plus sincère et réaliste... Doucement, contrairement à ce que l'autre homme pouvait s'attendre, le russe le tira vers lui pour le "forcer" à s'asseoir à côté de lui sur la banquette : certes il prenait de la place, mais fallait pas exagérer... Il passa ensuite son bras dans le dos du maniaque, lui enserrant les épaules. Ce qui se voulait rassurant ne l'était peut-être pas au vu de ses proportions, mais c'était l'intention qui comptait, non ?

Second dilemme... Entrer dans le vif du sujet comme un barbare ou bien faire preuve d'un peu de tact ? Haha, est-ce que la question se posait ? Vraiment ?

« Aller, fais pas genre... j'ai l'œil, bon d'accord j'ai peut-être été un peu brusque... Je suppose que t'as pas l'habitude... »

Un sourire amusé plus tard, Rurik jeta un bref coup d'œil autour de lui, une main à sa ceinture... Les choses étaient un peu... bizarres, autant mettre le p'tit Théodore à l'aise. Faisant glisser sa main à l'arrière de sa ceinture, donc, il attrapa sa baguette et lança discrètement un sortilège.

« Ça, c'est fait... Avec un sortilège repousse moldu atténué et bien dosé, on ne les fait pas fuir, mais ils ne peuvent plus trop s'intéresser à ce qui se passe. Dans une moindre mesure, évidemment... Si j'envoie valser la table, que j'y fous le feu ou toute autre activité un peu trop... remarquable, là, ils s'en rendront compte. »

Est-ce que c'était censé le rassurer, ça ? Dans le fond, probablement, mais dans la forme, il y avait encore du chemin à faire pour le médicomage. N'allant pas plus loin que son bras entourant presque le Winderfelt, sa grosse paluche reposant sur cette épaule pas si chétive que ça (eh, c'était un bon point !).

Sans ajouter quoi que ce soit, son regard se chargea d'analyser son interlocuteur avec un plus d'efficacité au vu de la proximité. Ayant rangé sa baguette, il se passa sa main droite sur le bas du visage, se grattant brièvement la barbe d'un air satisfait avant de reposer son tronc d'arbre bras sur la table... Pas de gestes brusques pour l'instant, c'était comme ça qu'il fallait faire déjà ?

Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: Une rencontre particulière

Message par : Théodore Winderfelt, Mar 15 Sep 2015 - 15:41


« Attends... » Non, certainement pas. Faisant mine de ne pas avoir entendu son marmonnement, le français se mit en route vers la porte qu'il voyait actuellement comme le saint Graal. Mais voilà, c'était trop beau pour être vrai et Théodore sentit une grande main se refermer sur son avant bras. Avalant sa salive de travers, il tourna son visage, les yeux écarquillés, vers Rurik pour constater que c'était bien lui qui le retenait limite prisonnier. Il aurait pu hurler mais l'image du médicomage entrain de se désinfecter les mains le rassura quelques peu. « Ce serait bête de faire une scène comme ça... - Une scène ? Il l'emmerda*t profondément. Et puis... Tu vas choper la crève avec cette pluie. » D'accord, là, il n'avait pas tort. Le visage du mannequin ne bougea pas d'un milimètre alors que ses yeux zieutaient les fenêtres à travers lesquels on pouvait voir le ciel se déchaîner. Puta*n de temps anglais. « Je veux pas que tu partes tout de suite, - Rabaissant ses orbes émeraudes vers son bourreau, le jeune homme arqua un sourcil à ses mots. et je suis sûr que c'est réciproque... » Cette fois-ci, un soupir s'échappa des narines du professeur. Qu'il était faible, mais qu'il était faible. Dîtes lui qu'il est essentiel à votre bien être et voilà ses chevilles qui le pousse à faire don de sa personne.

Il fut néanmoins surpris de sentir la main du médicomage l'attirer vers lui. Il faisait quoi là ? Ah, ouais, d'accord. En quelques secondes ils se retrouvèrent côte à côte. Théodore avait arrêté de respirer là, il avait déjà du mal avec le contact humain en général mais alors une telle proximité avec ce qu'il pourrait considérer comme un ''inconnu''... Le français fronça d'ailleurs les sourcils vis à vis du bras qui venait de se glisser derrière ses épaules, il jeta des regards limite paniqués vers les moldus. Puta*n il allait passer pour quoi là ? « Aller, fais pas genre... j'ai l'œil, bon d'accord j'ai peut-être été un peu brusque... Je suppose que t'as pas l'habitude... - Non j'ai pas l'habitude non, et eux non plus si tu vois s'que j'veux dire. » Au risque de passer pour une pucelle effarouchée, le Winderfelt tenait à sa réputation. Il fit donc comprendre au plus baraqué, par un regard appelé '' fais quelque chose ou tu t'en prends une '' ou de son surnom ''le regard de la femme dominante'', qu'il voulait de la discrétion. N'aillant pas sa baguette sur lui, ne l'utilisant pas réellement dans sa vie de tout les jours il n'avait pas le réflèxe de la prendre avant de sortir lorsqu'il était dans le monde moldu, il laissa Rurik se charger d'un sortilège pouvant couvrir leurs faits et gestes. Non pas qu'il compait faire quoi qu'ce soit, hein ! Mais au moins les autres hommes ne remarqueraient pas leur proximité.

« Ça, c'est fait... Avec un sortilège repousse moldu atténué et bien dosé, on ne les fait pas fuir, mais ils ne peuvent plus trop s'intéresser à ce qui se passe. - Je sais à quoi sert un sortilège de ... - Dans une moindre mesure, évidemment... Si j'envoie valser la table, que j'y fous le feu ou toute autre activité un peu trop... remarquable, là, ils s'en rendront compte. » Ok, il le prenait limite pour un con. Cependant, ce qui était rassurant, c'est que si Théodore se mettait à hurler à l'aggression sexuelle, ils le remarqueraient. Et toc. Mais il fallait être honnête, Rurik n'avait pas l'air si dénué de délicatesse que ça en réalité. Néanmoins Théodore restait Théodore et il n'arrivait pas à se détendre dans une telle position, c'était plus fort que lui il n'aimait pas ça. Surtout que, là, à côté de lui il se sentait en position de faiblesse. C'était le plus dingue, il avait de quoi lui coller une pêche assez violente pour le sonner, en partant du principe que le russe ressentait de la douleur, mais non. Ce devait être psychologique. Voilà un point à ajouter à son handicape mental.

Sentant le regard de l'autre homme sur lui, l'ancien mannequin tenta de mettre de l'ordre dans ses pensées histoire de ne pas montrer un quelconque signe de nervosité. Tournant légèrement son visage vers le sien, il leva lentement les sourcils en prenant un air curieux. « Quoi ? J'ai un truc sur le visage ? » Bien sûr que non, il n'avait rien, il était parfait. Mais c'était histoire de détourner sa propre attention. En faisant mine que tout allait bien, il allait finir par y croire réellement.. Non ? Bordel. Le contact de son ancien collègue était aussi agréable que repoussant, il avait à la fois l'envie irresistible de l'envoyer balader et de s'enfuir à toute jambe, et à la fois l'envie de se blottir tel un chaton en manque de caresse. Mais ce n'était pas correct, pas convenable et clairement pas raisonnable. Un bruit de tonnerre fit sursauter le plus jeune, ne s'y attendant pas, trop occupé à détailler les yeux du russe. Yeux qui se rêvelaient être à la limite de l'hypnotiques. Fallait vraiment pas qu'il laisse son attention dériver, le russe avait quelque chose de pas naturel dans le regard. Un peu comme une sonde. Brrr, frisson. L'idée qu'on puisse entrer dans sa tête le répugnait. Comme dans n'importe quel autre endroit de son corps d'ailleurs ... Voilà certainement pourquoi il n'était jamais aller plus loin avec les autres bonhommes ; à présent que leur proximité le permettait, le professeur sentait facilement l'odeur d'alcool émaner de Rurik. Et il n'aimait pas ça. Plongeant sa main dans sa sacoche posée sur la cuisse épaisse du médicomage, il en sortie une pastille à la menthe qu'il positionna devant les lèvres de l'alcoolo. « Suces ça. » ... Peut-être mal choisi, comme verbe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Une rencontre particulière

Message par : Invité, Mar 15 Sep 2015 - 20:53


Le russe avait réussi à ne pas le faire fuir, encore fallait-il faire en sorte que cela ne passe pas pour un harcèlement, ou de la séquestration. Son expérience dans ce domaine n'était pas à mettre en valeur. Déjà que le professeur semblait sur le point de craquer de la mauvaise façon...

- Quoi ? J'ai un truc sur le visage ?

Pas vraiment... Au contraire, il ne semblait pas vraiment avoir de défauts, ou du moins rien de déplaisant par rapport aux goûts du mafieux. Après, il n'était pas trop du genre à se focaliser sur ce genre de détails... Et ses yeux jaugeaient assez souvent plus bas que le visage... C'était une habitude, gravée dans son comportement à cause de son histoire avec Alekseï...Mais il ne fallait surtout pas penser à ceci en cet instant !

Néanmoins, comme le professeur semblait extrêmement passionné par les yeux du médicomage, il n'avait guère le choix. Un coup de tonnerre fit sursauter la plupart des présents. Le russe lui, habitué aux coups de feu brusques, ne fut guère surpris. Malheureusement, Théodore ne vint pas se réfugier tout contre lui comme en enfant terrifié (ou...heureusement ? Non parce que les enfants c'était pas son truc... mais alors pas du tout).

Lentement, ou peut-être pas si lentement que ça, la main du professeur se glissa dans sa sacoche, qui reposait sur la jambe de l'imposant sorcier... Plusieurs possibilités s'offraient au destin : peut-être que l'homme voulait récupérer sa baguette pour se débarrasser de ce colosse un peu trop collant, peut-être qu'il était tout simplement timide et se servait de ça pour tenter un contact... ou bien peut-être qu'il sortait une pastille à la menthe parce que Rurik avait l'haleine d'un fauve ? Bon, en l'occurrence c'était plutôt un loup... Et il ne puait pas de la gueule !

- Suces ça.

Ce choix de mots... Lapsus tellement révélateur. C'en était limite provoquant... Et comme le russe n'avait pas vraiment besoin qu'on l'incite pendant longtemps, démarrant au quart de tour, cela eu pour effet de... le vexer... Alors oui la situation était plutôt tendue, mais quand même, c'était pas gentil ça ! Était-ce l'alcool ? Il n'avait bu qu'un verre ! Le second n'avait même pas été entamé à cause de la tournure des choses !

« J'ai même pas commencé le deuxième... T'exagères... Mais si ça te fait plaisir... »

La vengeance n'était un plat qui se mangeait froid que lorsqu'il était long à dresser... C'est ainsi qu'acceptant "l'offre" du maniaque, il approcha sa tête et lentement, presque avec sensualité (presque, hein, on parle de Rurik, quand même), il ouvrit la bouche pour récupérer la pastille, tout en passant ses lèvres le long des doigts du Winderfelt...

« Voilà, satisfait ? Parce que s'il t'en faut plus, je peux faire des efforts... »


Cette fois-ci, son bras qui passait derrière les épaules du professeur se fit plus insistant, le serrant presque contre lui (c'était probablement la prochaine étape...il l'espérait bien). Ce Théodore...

« ...Tu es très bizarre, mais je crois que ça me plaît bien... Beaucoup, même. Le reste aussi est très intéressant. »

Sa main gauche sauta de l'épaule de l'autre sorcier, venant se glisser au niveau de sa taille, n'insistant pas plus dans sa presque-étreinte, mais lui donnant un aspect beaucoup plus explicite... Non pas qu'il soit nécessaire d'en rajouter, mais on ne savait jamais, mieux valait être clair et précis... Sauf que le médicomage avait l'impression d'oublier un détail.

Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: Une rencontre particulière

Message par : Théodore Winderfelt, Mar 15 Sep 2015 - 21:42


Rurik ne semblait pas vouloir répondre à la question rhétorique de Théodore. Tant mieux, puisqu'elle était rhétorique. Enfin bref. Il était toujours en attente d'une odeur plus agréable venant du russe, du coup il attendait avec son bonbon positionné devant les lèvres de l'autre homme... Cette phrase est très bizarre. « J'ai même pas commencé le deuxième... T'exagères... Le français lui offrit alors une moue presque enfantine comme prêt à bouder si le russe n'acceptait pas. Mais si ça te fait plaisir... » Yeah, victoire. Néanmoins lorsque Théodore sentit les lèvres masculines se fairent bien plus ''goûteuses'' que ce qu'il réclamait, il retira sa main comme victime d'une brûlure au troisième degrés. « Voilà, satisfait ? Parce que s'il t'en faut plus, je peux faire des efforts... » Puta*n mais il le faisait exprès.. évidemment qu'il le faisait exprès. Tout son corps puait la drague à des kilomètres ! Sortant une petite lingette de sa sacoche, soumise au sortilège permettant d'y foutre trois millions de choses, le professeur s'essuya presque discrètement les doigts que Rurik venait d'effleurer avec ses lèvres. Là, pour le coup, c'était pas qu'il trouvait ça dégueulasse. C'est juste que la situation le rendait nerveux et du coup ça déclanchait ses tocs. VDM.

Toujours aussi silencieux, s'intéressant tout à coup bien plus à sa fameuse lingette qu'aux beaux yeux de son ancien collègue, Théodore fut néanmoins surpris par la pression que l'autre homme excerça contre lui. « ...Tu es très bizarre, mais je crois que ça me plaît bien... - Rurik.. Marmonna un Théodore se voulant préventif. Il allait lui en mettre une s'il s'approchait trop près. Beaucoup, même. » Non parce que, qu'on se le dise, il adorait se faire complimenter l'ancien serpentard, mais le contact physique qui allait avec il avait plus de mal et ... Ouuulah. Il faisait quoi là ? Se redressant maladroitement en sentant la main du médicomage se faufiler jusqu'à son flanc, provoquant d'ailleurs un frisson le long de la colonne vertébral du petit Théochou, ce dernier ancra son regard dans celui de son ravisseur. « Le reste aussi est très intéressant. - Bon, Rurik, arrêtes. C'est pas correct. » Traîtez le de coincé si ça vous chante, le mannequin n'arrivait simplement pas à se faire tripoter en publique. Il n'y arrivait pas tout court d'ailleurs. Déjà qu'avec une femme il devait faire traîner la chose avant qu'elle ne fonctionne.. Mais là.. « T'es cool, j't'aime bien, t'es sympas à regarder et tout ce qui va avec mais.. - Nouveau frisson. En faite, le moindre mouvement venant du russe lui provoquait une désagréable chair de poule. Enlèves tes mains déjà pour commencer s'teuplait, ça m'aiderait à me concentrer ! » Tout en disant ses mots, le mannequin attrapa la grande main pour la décoller de son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Une rencontre particulière

Message par : Invité, Mer 16 Sep 2015 - 2:21



Plutôt satisfait de sa "revanche", comme le gamin turbulent et insupportable qu'il n'avait jamais pu être, Rurik observa Théodore s'armer d'une lingette pour s'essuyer les doigts, comme s'il venait de les mettre dans les narines d'un troll... Beuh... Inspirer, expirer, ne pas prendre ça comme une insulte, ne pas lui arracher la tête d'un uppercut... C'était un maniaque maladif. C'était une affection psychologique, et c'était assez comique, en fait. Jusqu'où irait ses manières en cas d'activités qui nécessitaient un peu plus de "proximité" ?

- Bon, Rurik, arrêtes. C'est pas correct.

En quoi ce n'était pas correct ? Personne ne faisait attention à eux... Ces moldus étaient trop occupés par leurs problèmes quotidiens, à vaquer à leurs affaires, ignorant complètement les deux sorciers grâce au sortilège repousse-moldu.

- T'es cool, j't'aime bien, t'es sympas à regarder et tout ce qui va avec mais... Enlèves tes mains déjà pour commencer s'teuplait, ça m'aiderait à me concentrer !

Oh, grave erreur mon petit, les premiers mots du professeur eurent un effet considérable sur le loup-garou. Avec tout ce qui s'était passé, il ne pouvait tout simplement pas mentir pour se débarrasser de lui, ou du moins Rurik espérait que ce ne soit pas le cas.

La main de l'autre homme se posa sur la sienne pour lui faire lâcher prise, mais il ne se laissa pas faire : trêve d'hésitation, il fallait qu'il se réveille et sache ce qu'il voulait vraiment, parce que son comportement était trop chaotique... et ça, ça énervait l'adepte du pragmatisme qu'étais le russe. Alors que Théodore était sur le point de réussir à dégager la grosse patte du loup-garou, celui-ci la plaqua à nouveau contre son flanc, usant cette fois-ci de sa force pour rapprocher le professeur de son propre corps.

« Justement, ne réfléchis pas, laisse toi aller... Tu fais trop travailler tes méninges pour des trucs qui ne devraient pas en avoir besoin. »

Au final, la main qui avait voulu conserver sa position l'abandonna avec dextérité pour se glisser rapidement sous les vêtements du professeur : avant même qu'il ne puisse réagir, Rurik déplaça son bras et posa sa paume dans le dos de son ex-collègue.

« T'es tendu comme pas possible... Ton corps peut pas mentir, ça je le sens... »

Les habitudes plutôt tactiles du russe étaient sans doute bien plus efficaces que toute légilimancie quand il s'agissait de ce genre de choses. Peut-être que c'en était une branche annexe... Mais en tout cas, avec son "expertise", toutes ses études en médecine magique et moldue et le fait qu'il mettait un point d'honneur à la maîtrise de son propre corps, tout ceci n'avait plus aucun secret pour lui.

« Si tu t'laissais aller, que tu mettais tout ce qui te passe en tête de côté... Tu pourrais découvrir qu'au final, tout ceci te plaît bien et qu'il serait dommage de passer à côté... »

Sa main droite quitta la table pour venir se poser sur le côté du cou du professeur, lui enserrant quasiment toute la nuque et la gorge, mais se contentant de passer son pouce sur le côté du visage, sentant sous son doigt le début d'une barbe peinant à pousser, sans doute assassinée à chaque fois dans le début de sa vie. Son autre main s'était attaquée à une sorte de massage, pour essayer de détendre le professeur... Ce n'était pas gagné, mais il connaissait bien ces points vers le milieu du dos, qui avaient potentiellement le "pouvoir" de détendre qui que ce soit, à moins que la personne ne soit trop fermée. Quelqu'un avait réussi à lui éviter des crises de rage grâce à ça... ce n'était donc pas une simple supposition.

« J'irais pas plus vite que nécessaire... » grogna-t-il doucement.

C'était... inhabituel de sa part, mais le lycanthrope était d'humeur à tout autre chose : cette fois-ci, ce n'était plus la "saveur de la proie" qu'il cherchait, mais plutôt l'excitation de la "chasse". Il ne voyait pas vraiment cela comme un trophée à gagner, mais le challenge était plus qu'intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: Une rencontre particulière

Message par : Théodore Winderfelt, Jeu 17 Sep 2015 - 1:31


Il croyait s'en tirer ? Eh bah non, BIM, le voilà à présent sévèrement plaqué contre le corps de l'autre bonhomme. Si par ce contact il pouvait parfaitement se rendre compte de la masse musculaire imposante de Rurik, il risquait de faire une crise proche de l'asthme dans ses bras. « Justement, ne réfléchis pas, laisse toi aller... Tu fais trop travailler tes méninges pour des trucs qui ne devraient pas en avoir besoin. » Pas en avoir besoin ? Il avait fait l'école du rire ? Prêt à lâcher une remarque digne du Dieu Sarcasme, Théodore fut néanmoins stopper dans son élan par un affront à sa personne … que dis-je ? Un blasphème. Une grande main chaude venait de glisser sous sa chemise pour caresser sa peau, provoquant un hoquet de surprise de la part du maniaque et, surtout, la coupure de toute respiration. « T'es tendu comme pas possible... Ton corps peut pas mentir, ça je le sens... - Et moi je sens que j'vais dégueuler...» Sérieusement, son estomac était entrain de se retourner dans tout les sens. Prenant une grande inspiration pour tenter de refouler sa nausée soudaine, le français ferma même les yeux comme s'il se trouvait dans un manège à sensation forte. Il n'avait qu'une envie et c'était de s'en aller, de prendre une douche désinfectante et de se glisser dans ses couvertures lavée le matin même.

« Si tu t'laissais aller, que tu mettais tout ce qui te passe en tête de côté... Tu pourrais découvrir qu'au final, tout ceci te plaît bien et qu'il serait dommage de passer à côté... » Non, ça ne lui plaisait pas du tout.. Enfin si, peut-être un peu, mais m*rde quoi. C'était pas aussi simple. Pas pour lui. Ça ne lui ressemblait clairement pas ça. Au delà du ''qu'en dira t-on ?'' ce n'était pas dans sa nature de .. 'Fin utiliser le terme ''nature'' n'était pas très approprié parce que ce genre de chose était typiquement humaine et primitive. Mais ce qu'il avait forgé tout autour l'empêchait clairement de trouver ça alléchant. La main qui se posa sur son cou, débordant sur son visage, le fit rouvrir les yeux brusquement. Trop de contact. Problème problème. Alerte cyclonique. Remontée acide numéro une. Il allait lui dégueuler dessus. Ça calmerait peut-être ses ardeurs ?

Cependant, un détail poussa le professeur à retrouver un certain calme : la main qui était entrain de le masser le faisait incroyablement bien. C'était quoi ? Le point G dorsal ? Son regard émeraude se hâta d'observer les autres hommes présents qui, évidemment, ne faisaient pas du tout attention à eux. Bon point. Refermant ses yeux, les lèvres entre-ouvertes pour laisser passer sa respiration presque haletante, Théodore fit appel à ses capacités d'Occlumens pour tenter de se détendre. Non pas parce qu'il voulait céder à Rurik, mais parce qu'il ne voulait pas faire une crise ici. « J'irais pas plus vite que nécessaire... - Tais toi. » Prononcé dans un soupir, bref, clair et précis. Sa voix rauque venait de briser le peu de tranquillité que l'animagi avait réussi à trouver. Sa joue à présent posée contre l'épaule balèze de son ancien collègue, le français tentait de faire abstraction de la main qui lui brûlait le dos. Pas réellement, hein. Mais c'était la sensation qu'il avait. Bonne ou mauvaise, tout dépendait du point de vue. Son souffle brûlant venait percuter le cou du russe avant de lui revenir dans le visage. Il avait besoin d'air frais. Fallait vraiment qu'il sorte. Ses ongles, parfaitement limés hein, vinrent s'enfoncer dans la cuisse musclée qui était à leur porté. « Puta*n faut qu'je sorte.. » Là c'était limite une supplication, si le médicomage le retenait encore il allait faire un malaise. Il ne savait pas, cette fois-ci, si ses bouffées de chaleurs étaient due aux attouchements de son interlocuteur ou à sa psychologie bordélique mais il se redressa complètement pour se lever maladroitement tout en manquant de faire tomber la table face à eux.

Traversant la pièce sans savoir si il allait en voir le bout, au vue de ses jambes tremblantes, le professeur poussa la porte et sorti malgré la pluie battante. Un grand coup de vent gelé vint lui remettre les idées en place, ce n'est qu'à ce moment qu'il se rendit compte qu'une goutte de sueur glissait le long de sa tempe. Posant sa main de pianiste contre le mur du café, le jeune homme inspira et expira comme si l'air lui manquait alors qu'il en avait autant qu'il voulait actuellement. Il tremblait mais ne savait même plus pourquoi. Il aurait du se barrer plutôt. Pourquoi était-il resté ? Parce que Rurik avait raison. S'il ne repoussait pas ses limites il ne sortirait jamais de ce cercle vicieux.. Mais voilà. C'était plus fort que lui. Bordel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Une rencontre particulière

Message par : Invité, Jeu 17 Sep 2015 - 2:55


Était-il sérieux ? Pouvait-il vraiment "dégueuler" juste en se faisant toucher ? Pour le coup, venant d'un maniaque de la propreté, c'était un peu l'hôpital qui se foutait de la charité. S'il ne se sentait pas bien, ça aussi c'était psychologique, idiot... incohérent. Dans d'autres circonstances, Rurik lui aurait éclaté le visage contre la table à de nombreuses reprises pour lui faire entendre raison (personne n'avait dit qu'il avait toujours des méthodes qui marchaient...).

Le dos du professeur était plutôt agréable à toucher malgré la tension littéralement palpable que celui-ci dégageait. L'avantage, quand on avait de grosses mains, c'est qu'il était plus aisé de prodiguer des massages. Le russe aurait bien pu faire kinésithérapeute, ou masseur. Surtout que le bon vieux cliché de l'arrivée d'une montagne de muscles alors que le client s'attendait à se faire masser par une jolie demoiselle n'était pas vraiment un cliché. Dans ce domaine là, les grands gaillards foisonnaient...

Peu à peu, Théodore se laissa faire, se détendant d'un cran. D'un tout petit, minuscule cran, malheureusement. La tête de l'homme vint se poser contre son épaule, le loup-garou était aux anges qu'il en remuerait presque la queue... Enfin, façon de parler.

- Puta*n faut qu'je sorte..

Grognant d'un air sourd, Rurik le laissa s'extirper de son emprise, ses mains quittèrent la peau du Winderfelt, laissant presque une sensation de manque à l'imposant russe. Presque, parce que le maniaque s'était sournoisement échappé grâce à une perforation en règle de la cuisse du médicomage de ses ongles. N'essayant pas de retenir le fuyard, l'imposant sorcier avait presque instinctivement attrapé la table bousculée avant qu'elle ne fasse un boucan d'enfer en s'écrasant au sol.

Bon, le bon côté, c'était qu'il avait laissé sa sacoche et qu'il allait revenir, ce qui était une autre opportunité de l'empêcher de fuir définitivement... Mais à force, le coup allait perdre en "saveur"...

Passant son bras gauche sur le dossier de la banquette, son coude se stoppant à quelques millimètres du visage de l'homme installé derrière lui, qui n'y prêta pas la moindre attention... il venait de frôler la mort, mais avec le sortilège repousse-moldu, il ne pouvait pas s'en rendre compte. Plissant les yeux, le russe observa la silhouette du professeur au dehors. Que faisait-il ? Était-il vraiment en train de rendre son dernier repas en date ? Probablement pas, la forme qu'il discernait n'était pas penchée en avant ou secouée de hoquets caractéristiques (les détails que l'on retient quand on est médecin...j'vous jure...). La pluie était quand même assez violente, et le vent peu clément : Londres, quoi...

« Pfeuh, l'idiot... »

Se redressant de toute sa hauteur, quelques regards se tournèrent vers lui : quoi ? Son sortilège venait de se briser ? Il y avait une limite en hauteur ? Bordel, son manque de discrétion naturel était violent... Mais ce n'était pas vraiment sa priorité, pour l'instant, de toute façon, au pire, il les assassinerait tous. Simple, rapide, efficace.

Poussant la porte, il grogna d'un air satisfait : douce brise à la délicatesse d'un coup de poing en pleine face, morsure glaciale très agréable... Pendant un bref instant, il se sentit presque chez lui... Il y avait encore trop de degrés sur le thermomètre, mais bon, tout ça pour dire que la fraîcheur de l'extérieur le revigora davantage.

« Théo'... Reste pas là tu vas choper la crève et là, tu seras vraiment malade... »

La pluie ne le dérangeait pas, le vent glacial non plus, mais même lui n'était pas capable de rester sous ce temps bien longtemps sans attraper au moins un rhume. Surtout au vu de sa tenue. Tendant la main pour attraper le professeur par l'épaule, un mouvement de recul lui fit rater sa cible.

Soupirant, il grogna :

« Bordel, j'vois bien que t'as du mal mais... T'en es capable, tu vas pas laisser quelques manies te pourrir la vie. J'suis peut-être pas parfait, mais avant de me laisser une chance, faudrait que tu t'en donne une à toi-même, sinon t'iras jamais bien loin. »

Faisant quelques pas, il passa sur le côté de Théodore, se plaçant de manière à ce que l'autre sorcier ait le mur du café dans son dos. Il se planta là et croisa les bras, tel un videur imperturbable. De cette manière, c'était lui qui encaissait tout le vent, ainsi que la pluie du fait de l'inclinaison de celle ci, servant de protection au professeur.

« Je reste là jusqu'à ce que tu fasse le bon choix. »

C'était un peu débile, ça, mais sur le coup, il voyait cet homme comme un patient dont il souhaitait voir la condition évoluer. Son t-shirt était déjà trempé et lui collait littéralement à la peau, mais tant pis, il n'y prêtait pas attention... Il était tenace. Lui pouvait se guérir tout seul, alors que le professeur avait visiblement besoin d'aide. Cet intérêt qu'il lui portait, cette attirance soudaine... Cela ne faisait que lui donner davantage envie de l'aider. Il ne voulait pas le changer du tout au tout, seulement l'aider à... vivre ?

Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: Une rencontre particulière

Message par : Théodore Winderfelt, Ven 18 Sep 2015 - 1:24


Il avait oublié sa sacoche à l'intérieur, quel con. Fallait qu'il y retourne, mais après la mini crise qu'il venait de se taper il aurait du mal à regarder Rurik dans les yeux. Il passait pour un malade psychologique encore. 'Fin, il l'était, en toute honnêteté, mais c'était plus fort que lui il avait besoin de se convaincre que ses manies étaient normales. Parfois, limite, il se demandait même pourquoi les autres étaient aussi étranges. Enfin, perdu dans sa réflexion profonde, il ne fit pas attention à la porte qui venait de s'ouvrir dans son dos. La pluie l'avait rapidement trempé et son nez commençait déjà à couler, les premiers reniflements le prouvaient. Une main sur la poitrine, l'autre sur le mur, il tâchait de reprendre une respiration normale. Ce qui arriva bien vite mais la voix qui résonna dans son dos le fit sursauter de nouveau. Pire qu'un coup de tonnerre malgré son impensable douceur. « Théo'... Reste pas là tu vas choper la crève et là, tu seras vraiment malade... » M*rde. Voilà. S'il voulait resté là il le ferait, il était encore maître de ses faits et gestes non ? Ça période en clinique psychiatrique l'avait légèrement traumatisé et il ne supportait réellement plus qu'on lui impose des choses.

La main qui tenta d'attraper son épaule fut rapidement découragée par le mouvement de recul du professeur qui préféra aller se réfugier contre le mur. « Bordel, j'vois bien que t'as du mal mais... T'en es capable, tu vas pas laisser quelques manies te pourrir la vie. Si c'était aussi simple. Quelques manies ? C'était bien plus que des manies, c'était ça sa vie. C'était autour de ça que son monde tournait. J'suis peut-être pas parfait, mais avant de me laisser une chance, faudrait que tu t'en donne une à toi-même, sinon t'iras jamais bien loin. » Bim, baffe psychologique. Ce genre de discours on ne le lui avait jamais tenu. Même pas en clinique. Là-bas c'était plus ''Bouffes tes cachets et arrêtes de faire chi*r avec tes lingettes''. Lingettes qu'on ne lui donnait pas, d'ailleurs. Important à préciser. Bref, son dos toujours collé au mur, le mannequin ne ressentit bientôt plus l'attaque de l'eau gelé ni du vent. Forçant ses yeux à quitter le sol bétonné, il tomba sur la masse qu'était Rurik. Ce dernier servait de rempart entre lui et la tempête. C'était presque impressionnant. A part quelques gouttes qui arrivaient à se faufiler, rien ne l'atteignait. « Je reste là jusqu'à ce que tu fasse le bon choix. » Le bon choix ? Quel choix ? Depuis quand devait-il faire un choix ? Son regard déboussolé alternait nerveusement entre le visage dur du russe, son tee-shirt trempé (bah quoi?) et la rue où la brume commençait à s'installer.

Tremblant légèrement de froid, il allait être malade c'est sûr, l'animagi poussa un soupire bruyant en se frottant les yeux de son pouce et son index gauche. Ses lèvres commençaient à passer à un stade bleutée et sa respiration créait une buée bien visible. Comment le médicomage faisait-il pour avoir l'air si détendu ? … Russe. Russie. Faisons le lien. « Ok..Ok. » Ok quoi ? Aucune idée, mais il voulait se barrer d'ici et, au mieux, rentrer chez lui. Alors il cédait. Sa chemise trempée le glaçait littéralement sur place et il se décolla du mur avec une lenteur digne d'un homme en hypothermie. « Est..Est-s'qu'on.. Pourra reprendre cette conversation plus.. plus tard.. Là j'suis vramient fa..tiguée. » Ses dents claquaient les unes contre les autres, mais c'était surtout de la fatigue psychologique. Il savait que Rurik n'abandonnerait pas si facilement, du coup il était prêt à accepter de le revoir à la condition qu'il le lâche pour ce soir. Comme pour montrer sa bonne volonté, et Dieu sait que ça lui demandait du courage, il entoura le large poignet de ses longs doigts tremblants tout en contournant son ancien collègue. Il se dirigea donc vers le café afin d'y récupérer sa sacoche tout en tirant légèrement le russe derrière lui. Ce dernier souhaiterait certainement rester là pour se bourrer la gue*le mais lui il avait besoin d'un bain, d'une crème hydratante et d'une nuit de sommeil.

Pénétrant dans le café, attirant ainsi plusieurs regard sur eux, le professeur lâcha presque immédiatement le poignet de Rurik. Nan, le regard des autres ça il pouvait pas lutter. Tant pis. Attrapant sa sacoche, il fit demi tour pour se planter dedans le russe. Il rentrerait en transplanant. « Je t'enverrai un courrier de Pou..dlard. » Ces tremblements encore présent, sa voix n'étant presque qu'un souffle, il baissa les yeux rapidement pour contourner de nouveau son ancien collègue mais cette fois-ci dans le but de réellement le quitter.


Comme prévu, fin du Rp pour moi :*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Une rencontre particulière

Message par : Invité, Sam 19 Sep 2015 - 1:45


Bon, c'était pas tout, mais Rurik commençait sérieusement à se les geler. La pluie, le vent, le froid, tout ça combiné au fait qu'il ne portait qu'un simple t-shirt qui avait très vite succombé aux éléments... russe ou pas russe, c'était pas le top !

Peut-être que ça faisait un peu brusque, ce genre d'ultimatum pas trop recherché, et que le professeur allait voir ça comme un harcèlement et se mettre à crier... C'était peut-être pas plus mal. Le médicomage ne savait plus vraiment comment s'y prendre, c'était beaucoup plus compliqué que d'attraper quelqu'un par la peau du cou et passer à la suite des événements sans la moindre considération.

- Ok...Ok.

Ok, quoi ? Était-ce un "ok" du genre "oui Rurik tu as raison, comme toujours, je vais faire des efforts", ou bien plutôt "oui, je suis tout à toi Rurik !", ou encore "tu m'emmerdes profondément, Rurik". Hmmm, choix difficile, et il n'avait pas l'option de demander l'avis du public.

- Est..Est-s'qu'on.. Pourra reprendre cette conversation plus.. plus tard.. Là j'suis vraiment fa..tigué.

Eh bien, en fait, il était parti sur une toute autre fin pour la soirée, mais au vu de tout ce qui venait de se passer, Rurik songea qu'il était bien loin de ce résultat. Non pas qu'il allait abandonner, mais cette chasse allait être plus intéressante que prévu.

Lorsqu'il sentit la main du professeur lui attraper le poignet, il fronça légèrement les sourcils : ah bah maintenant il voulait bien le toucher ? Non parce que s'il pouvait passer ses doigts autour de son poignet, il pouvait également les placer autour d'autre chose, quand même ! Encore une fois, il chassa les idées perverses qui s'étaient emparées de son esprit.

C'est ainsi qu'il se laissa traîner à l'intérieur, bien qu'il soit tout de même nécessaire qu'il bouge, car ce n'était certainement pas Théodore qui allait le porter. Bien vite, il furent à nouveau à l'abri et le russe ne put s'empêcher de s'étirer un peu les cervicales tout en agitant brièvement ses épaules, envoyant quelques gouttes d'eau dans tous les sens. À la lumière, il réalise à quel point avoir un t-shirt blanc était une mauvaise idée en temps de pluie... Mais pour sa défense, il était médicomage, pas météorologue. Certains regards s'étaient tournés vers eux, mais cela ne dérangeait pas plus le russe : il avait l'habitude qu'on le regarde du fait de sa carrure imposante et avait tendance à ignorer ça, les gens regardaient de manière impolie, chuchotaient, puis passaient à autre chose. Bon là il était trempé et son t-shirt était devenu transparent, mais c'était d'autant plus à son avantage, et si ça leur plaisait pas, ils n'avaient pas qu'à regarder dans sa direction, nah !

Le loup-garou n'avait pas bougé, planté à un mètre de la sortie, ayant appuyé un coude sur le comptoir pour paraître un peu moins bizarre (même si c'était impossible, sur le coup). Théodore s'arma de sa sacoche et se dirigea ensuite vers la sortie.

- Je t'enverrai un courrier de Pou..dlard

Le professeur n'avait fait que lui souffler ces mots, sans même le regarder. Levant sa grosse paluche pour l'arrêter, Rurik préféra ne rien faire : ça n'allait pas arranger les choses s'il le bloquait une nouvelle fois. Il espérait juste la recevoir un jour, cette lettre...

Une fois le professeur disparu, il grogna et retourna à sa place, vida cul-sec son verre de vodka qu'il n'avait pas touché. Le léger vertige qui suivit vint lui rappeler qu'il n'avait pas mangé ce midi, trop occupé à recoudre un brise-sort de Gringotts qui avait quasiment été déchiqueté par une créature pas très contente d'être dérangée pendant son hibernation.

Soupirant, il posa également l'argent pour payer sa consommation. Bon, ce n'était pas ce soir qu'il allait se trouver de la chair fraîche, mais tout ceci avait été très intéressant. Les pulsions pouvaient attendre... Ou pas... Son regard se tourna vers le serveur... Non, il ne fallait pas exagérer, quand même.

Bon eh bien... C'était l'heure du repas alors... Surtout que son appétit était assez intense après le beau morceau qui venait de lui échapper. Se rabattre sur la nourriture était une solution comme une autre.

[ Fin du RP ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Une rencontre particulière

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 12

 Une rencontre particulière

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.