AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 13 sur 15
Une rencontre particulière
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
Azaël Peverell
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie

Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Azaël Peverell, Ven 21 Juil 2017, 01:03


PV Leo et un psy
LA de Leo

Un jour, tu arrêteras de traîner avec Leo. De passer trop de temps d'affilée avec lui. Parce que oui, c'est ton pote, plus que ton patron. Oui, tu vis avec lui et ton autre pote (celui qui est complètement perché) et même qu'il paie le loyer tout seul. Mais sérieusement, des fois, ses idées, elles sont loin d'être bonnes. Sauf qu'il est du genre têtu. Quand il est persuadé d'un truc, quand il a une espèce de lubie qui lui monte à la tête. Il n'y a plus qu'une seule chose qui compte après : concrétiser l'idée. Et bien évidemment, en tant que bon ami compréhensif, et prêt à le soutenir lorsqu'il a besoin, bah tu l'accompagnes. Tu lui files un coup de main. tu fais en sorte que ça se passe bien, parce que faire les choses, bah c'est toujours plus sympa à deux. Sauf qu'aujourd'hui, t'aurais mieux fait d'abattre ton joker et te barrer très loin. Dès que t'as entendu cette phrase.

- Aza, je crois que j'ai besoin de parler à quelqu'un.

Sur le coup, t'as pas trop fait gaffe. Parler, c'est pas un truc que vous faites très souvent. Enfin, ça vous arrive, mais c'est jamais prévu. C'est jamais par besoin. C'est juste que ça vient comme ça, et puis ça se fait. Là, t'as un peu flippé. Et t'as même pas eu le temps de lui dire quoi que ce soit. Parce qu'il a embrayé. Il a tout expliqué, comme si le plan était déjà monté dans sa tête depuis bien longtemps mais qu'il avait préféré le laisser enfermer. Peut être parce qu'il ne voulait pas le faire tout seul. Mais clairement, t'es pas hyper chaud pour l'accompagner sur ce coup-là. Parce que la sublime idée de Leo, c'est d'aller voir un psy.

Pas un psychopathe, là, t'aurais pu comprendre l'intérêt de la chose. Non non. Un psychologue. Moldu par-dessus le marché. Il vient de faire un combo gagnant, il t'a foutu KO en deux phrases, te laissant incapable de répondre quoi que ce soit tellement l'idée te paraissait absurde. Et mauvaise. Très très mauvaise. Mais il a dû prendre ton silence pour un espèce d'acquiescement. Parce que vous voilà bientôt dans Londres, à chercher un cabinet de psy. Bon, t'as pas été bien difficile à convaincre. Leo, t'as pas envie de lui refuser quoi que ce soit. Ni même de juger ses idées, aussi pourries soient-elles. Après tout, lui te suit dans les tiennes. Et l'amitié, c'est dans les deux sens. Alors tu l'as pas lâché. Tu l'as accompagné.

Nul besoin de préciser que le Leo ayant eu cette idée est fortement alcoolisé. Enfin au moins ça. Toi, t'es totalement clean. Sobre, la tête claire, les pensées nettes. Un peu trop. C'est sans doute pour ça que tu vois à quel point tout cela risque de mal tourner. Mais t'as pas réussi à l'en dissuader. Et au pire... Bah, ça peut toujours être un peu drôle de voir la tronche d'un psychologue moldu lorsque vous allez raconter tout ce que vous avez envie de raconter. Vous voilà en bas d'un immeuble. Y'a une plaque, avec un nom de docteur dessus. Bien précisé psychologue. Plus qu'à y aller.

Vous grimpez les escaliers pour atterrir dans une espèce de salle d'attente. Y'a personne d'autre que vous dedans. En même temps, vu l'heure, le doc doit être avec son dernier patient. Bah il fera des heures supplémentaires ce soir. Il va avoir les deux patients les plus intéressants qu'il puisse trouver. Tu te laisses tomber sur l'un des sièges en attrapant un magazine au hasard, en faisant semblant de le feuilleter en attendant que vienne enfin votre tour.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
Personnage
PNJ
Personnage

Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Personnage, Mer 26 Juil 2017, 17:41


Edward Stawntown était un psychologue passionné. Exerçant son métier depuis vingt années, toujours dans le même quartier de Londres, le même cabinet vieillot, assit derrière le même bureau centenaire, il avait fait de la routine son quotidien et traitait chaque patient de manière égale. Pourtant, le récit de la dépression de Miss Eliard (une française embourgeoisée venue dépouiller un comptable britannique) avait eu raison de sa concentration. Les "Il ne fait pas le ménage, pas à manger..." et "...passe son temps libre à regarder des émissions de pêche..." avaient mis à mal son tempérament d'ordinaire très professionnel. Si son regard était fixé sur la femme qui pleurait maintenant, son audition était focalisée sur le tic tac de l'horloge murale qui se trouvait dans son dos.

En piétinant sur le sol il fit pivoter son fauteuil en cuir put constater qu'il ne lui restait plus que cinq minutes avec cette patiente. L'heure du bilan allait arriver ainsi que les conseils qu'elle devrait suivre religieusement jusqu'à la prochaine séance. Du même piétinement agaçant, son siège repivota et il se pencha sur son bureau, les mains jointes en triangle sous son menton, quand la voix de Miss Eliard revint frapper à ses oreilles :
- Nous ne faisons l'amour qu'une fois par mois... et en huit ans je n'ai jamais vraiment pris de plaisir... soupira-t-elle.
- (........) répondit Edward dans un sourire qui devait avoir quelque chose de sadique et narquois, bien que sa patiente était trop éplorée pour le comprendre ainsi. Très bien. Vous avez soulevé là plusieurs problèmes intéressants, commença le psychologue d'un ton très professionnel. Il faudra certainement que vous reveniez me voir quelques fois avant que tout ne s'arrange à la maison, mais je vais vous donner quelques conseils à appliquer d'ici notre prochaine séance, vous voulez bien ?

Miss Eliard opina, les yeux visiblement ravis de recevoir des conseils.
- Invitez-le au restaurant. Préparez-vous, revêtez vos plus beaux habits, des sous-vêtements coquins, ou achetez-en pour l'occasion. mais insitez pour l'inviter, qu'il se sente aimé et important. Passez votre soirée ensemble, mais en bousculant vos habitudes. Prenez l'ascendant sur lui dans les discussions. Par exemple, cessez d'écouter le récit de ses journées comme vous le faites tous les soirs, mais parlez-lui de ce que vous avez fait. Montrez-vous intéressante, glissez des anecdotes, des sourires coquins, des clins d'oeil, donnez lui envie de vous écouter. Et quand vous rentrerez chez vous, si tout a bien fonctionné, il vous suffira de lui sauter dessus sans laisser de place au doute pour que vous passiez une fin de soirée torride et raviviez la flamme dans votre couple.
- Vous... vous pensez que ça marchera ? demanda-t-elle avec espoir.
- Je crois que dans votre situation, vous n'avez pas grand chose à perdre, répondit le psychologue en pinçant les lèvres en signe de constat.

Il se leva sitôt ces mots prononcés, sachant que laisser à ses patients le temps de repartir dans une série de plaintes ou d'explications était une erreur à ne pas commettre pour espérer finir à l'heure. Pointant le bras en direction de la porte, il invita la bourgeoise à le suivre.
- Que diriez-vous de revenir lundi, dans deux semaines, et vous me direz comment a évolué votre vie de couple ?
- Très bien, oui, dit-ele songeuse en essuyant d'un revers de la main les larmes qui avaient coulé plus tôt sur ses joues. Merci pour tout, dit-elle en se glissant par la porte que le praticien venait d'ouvrir.

Il la regarda partir sans se retourner, se demandant si la vie sentimentale et sexuelle de cette femme allait tourner au désastre suite à son conseil ou si au contraire, le manque d'intérêt de son mari allait quelque peu changer quand il verrait les efforts faits par sa compagne. Il sortit de ses pensées quand ses yeux se posèrent sur deux jeunes hommes, dont l'un aurait pu être le grand frère de l'autre. Leurs visages ne lui étaient pas familiers. Pointant un index vers eux, il questionna :
- C'est au tour de qui ?
- Heu, nous sommes ensemble, répondit l'un des garçon.

- D'accord, très bien. Si vous voulez bien me suivre...
Il leur tint la porte et les laissa entrer, se demandant quel serait ce nouveau cas : un jeune couple homosexuel dans la difficulté pour s'affirmer ? Deux amis qui traversaient une crise de fin d'adolescence aussi existentielle qu'ennuyeuse ? Ou peut-être deux enfants ayant été victimes de maltraitance, ce qui s'avérait malheureusement être fréquemment le cas.... Le visage souriant, prenant une posture très amicale, les mains en triangle, il questionna :

- Alors dites-moi, qu'est-ce que je peux faire pour vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Shae L. Keats, Mer 06 Sep 2017, 17:40


je ne suis pas en retard,
c'est le temps qui passe trop vite.
puis c'est nul nul.

C'était à se demander combien t'avais encore pu picoler. Pour seulement songer à venir ici. En même temps fallait bien dire ce qu'il était, t'étais complètement paumé·e ces temps-ci. En témoignait ton corps changeant sans arrêt que t'arrivais même plus à dissimuler. Mais l'image du ventre rond restait gravée sous tes paupières. Et ça te foutait les jetons un peu. De t'imaginer m·père. T'étais pas non plus un modèle de maturité, et si t'arrivais pas à te gérer toi même, comment voulais-tu garder encore un gosse en vie ?
Enfin bref,
Ta tête boxait,
Et avec elle, l'envie atypique de parler.

L'alcool n'a pas aidé, et vous voilà bien assis dans la salle d'attente décorée sobrement d'un cabinet de psychologie pris au hasard. Au coin d'une rue. T'as presque envie de dormir, mais heureusement, la nausée te garde encore un peu éveillé. Faut dire que t'es en train de cuver bien comme il faut aussi. T'as arrêté de compter les verres à la fin de la bouteille, et tu t'es pas arrêté tout de suite. Autrement dit, t'es pas vraiment là lorsque le fameux psy fait son apparition. Tu le contemples tout de même rapidement, parce que tu sais pas, les psys c'est un peu tes hôtesses de l'air, et tu leur trouves un côté plutôt sexy. Alors tu ne te prives pas non plus lorsque Aza et toi le suivez jusqu'à son bureau. Reprenant un instant tes esprits, tu t'assis rapidement.

Alors dites-moi, qu'est-ce que je peux faire pour vous ?

C'était une excellente question ça. Parce que y avait beaucoup de choses, et tu savais pas vraiment par où commencer. Entre le bébé en route, les relations foireuses... Et puis un sacré nombres de troubles qu'une fois, pour t'amuser, t'avais essayé de compter. Alors tu fis le tri, décidant que se lancer resterait la meilleure option

J'avais besoin de parler à quelqu'un, et je pense que mon jeune ami ici présent aussi, donc on a fait un tir groupé.

C'était déjà ça, une phrase articulée. Un bon point pour toi.
Puis t'allais pas t'arrêter en si bon chemin.

On est des sorciers.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Azaël Peverell, Mar 12 Sep 2017, 12:50


Tu la sens vraiment pas cette histoire. Mais t'as plus vraiment le choix. Pas moyen de faire demi-tour maintenant. Parce que le psy a débarqué, il n'est plus l'heure de reculer. Et puis, c'est pour faire plaisir à Leo. Alors tu peux tenir le temps d'une petite séance. T'as vite fait de t'installer sur l'un des sièges en face du bureau du type. T'es un peu curieux de savoir comment ça se passe quand même. T'as jamais fait ça, si ça se trouve, c'est amusant. Quoi que vu la tronche de celle qui est partie avant vous, t'as comme un doute. Tu laisses à Leo le soin d'expliquer la raison de votre présence.

Première erreur. Déjà, d'où il dit que t'as besoin de parler ? C'était son idée tout ça, toi, t'as fait que suivre le mouvement. Et parler, c'est vraiment pas ton truc. Tu préfères ne rien dire, jamais. Tout garder, et voir comment tu gères après. Même si t'as du mal, c'est toujours mieux que de tout balancer au premier inconnu qui passe. D'autant plus si l'inconnu en question est un moldu. Et en plus, Leo balance le secret magique dans le plus grand des calmes. Celle-là, tu ne t'y attendais pas. Certes, t'es loin d'être un grand défenseur du secret magique, bien au contraire, tu voudrais qu'il disparaisse. Mais il aurait pu te prévenir quand même. Parce que là t'es juste en train de le regarder avec les yeux exorbités par la surprise de l'annonce.

Mais tu te reprends rapidement. Après tout, qu'est ce que ça peut bien faire ? Un moldu de plus ou de moins au courant... Même qu'il pourrait peut être en parler autour de lui, et que grâce à ça, le secret serait enfin levé, et vous seriez libres d'utiliser la magie comme bon vous semble ! Ou alors il va juste vous prendre pour deux cinglés. En fait, tout est possible dans ce cas de figure. Tu finis par esquisser un léger sourire gêné vers le psychologue, et t'apportes quelques précisions.

- Euh... En fait, moi j'ai pas trop envie de parler. C'plus pour lui là. Et quand il dit qu'on est sorciers, c'est pas une blague. Genre on fait de la vraie magie, et tout ça. On est né avec des pouvoirs. Donc j'pense qu'on peut passer outre toutes les questions qui vous viennent à l'esprit concernant ce sujet, et partir du principe que vous avez compris l'idée.

Parce que t'auras franchement pas la patience d'expliquer en long en large et en travers comment fonctionnent vos pouvoirs, d'où ils viennent, et tout ce dont vous êtes capables de faire grâce à eux. Et que si Leo a demandé à voir un psy, c'est sans doute pas pour lui expliquer tout ça non plus. Sinon, suffit de faire une conférence en plein lieu moldu, ça donnera la même chose. Tu t'installes davantage au fond de ton siège, en attendant la suite des événements. Après tout, toi, t'es plus là en spectateur qu'autre chose. Et puis, si jamais tu dois réellement parler un peu avec ce psychologue, tu préfères analyser ses réactions auparavant, histoire de ne pas être pris au dépourvu.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
Personnage
PNJ
Personnage

Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Personnage, Mar 31 Oct 2017, 14:48


Edward, en fin observateur, avait détaillé les deux jeunes hommes qui étaient entrés dans son cabinet tout en discutant. L'un était âgé de quelques années de plus que le second, mais tous les deux étaient relativement jeunes. Le plus grand devait se diriger vers la trentaine alors que son aîné n'avait clairement pas vingt ans, ni dans l'apparence, ni dans la tenue générale. Mais, fait plus rare constaté, encore que ce n'était là pas une première dans son cabinet, le plus âgé des deux semblait désorienté et hésitant, l'air tantôt bête, tantôt de mal-être sur le visage. Sans avoir été jusqu'à inspecter son haleine, le psychiatre était à même de déceler un état d'alcoolémie profond. Sa première pensée fut alors que si c'était bel et bien l'alcool qui les avait conduits ici, ils quitteraient rapidement son cabinet.
C'est le plus grand des deux qui prit la parole lorsqu'il s'adressa à eux.

J'avais besoin de parler à quelqu'un, et je pense que mon jeune ami ici présent aussi, donc on a fait un tir groupé.

Edward hocha la tête pensivement, un sourire aux lèvres, attendant la suite.

On est des sorciers.
Pendant une seconde, le psychiatre n'eut aucune réaction. Puis son sourire s'élargit pour découvrir toutes ses dents, avant qu'il n'éclate finalement d'un rire aigu et fort. Il s'exclama, pointant son index sur le garçon qui venait de lui dire ça :
- Vous êtes un comique vous, je le sens ! J'imagine que vous devez jouer vos petits tours assez souvent à votre entourage. Mais je me questionne de savoir quels genres de tours vous pratiquez ? Des exercices à deux, des tours de cartes ?

Mais le jeune homme qui avait prononcé le mot sorciers n'eut pas le temps de répondre que son jeune compagnon enchaînait :
- Euh... En fait, moi j'ai pas trop envie de parler. C'plus pour lui là. Et quand il dit qu'on est sorciers, c'est pas une blague. Genre on fait de la vraie magie, et tout ça. On est né avec des pouvoirs. Donc j'pense qu'on peut passer outre toutes les questions qui vous viennent à l'esprit concernant ce sujet, et partir du principe que vous avez compris l'idée.

- De la vraie magie, oui je n'en doute pas ! Il avait dit cela sur un ton professionnel, bien qu'on pouvait y déceler la même condescendance qu'ont les phrases des adultes pour les enfants qu'ils ne prennent pas vraiment au sérieux. Et bien faire apparaître un lapin dans un chapeau doit bien demander quelques tours de passe-passe, je le concède, mais je ne vois pas en quoi je pourrais vous aider ? Je comprends beaucoup de choses vous savez, dit-il, confiant. Mais il va falloir me parler de vos problèmes et pas de vos passes temps messieurs, sinon, je crains que nous ne devions ajourner cette séance plus tôt que prévu !

Edward pinçait ses lèvres comme l'expression d'un constat tragique. C'était une chose qu'il lui arrivait souvent de faire face à de nouveaux clients, pas toujours très loquaces ou à l'aise une fois entré dans le cabinet. Des sorciers, je n'avais pas parié ça en les voyant ! pensa-t-il. Ils me donneront peut-être des entrées gratuites pour leur spectacle si je les aide !

Revenir en haut Aller en bas
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Shae L. Keats, Mar 14 Nov 2017, 02:29


Un vide
tu t'attendais plutôt a une bouche qui se muerait en un ''oh'' discret de surprise. A un rire. Ou de la colère. Mais pourtant il n'y avait rien de plus vide que cet instant sans réaction. Sans mots. Creux d'une vague, creux de la nuit, creux du lit. Situation ou position inconfortable qui cassait les vertèbres a force de se tenir droit devant des vitres sans rêve. Des fenêtres sans barreaux concrets, mais que l'esprit malfamé se plaisait parfois a dessiner. Pour se tourmenter lui même, ou pour en créer cette bulle protectrice, cette oppression salvatrice. Ce besoin satisfait d'un enfant qui s'enferme volontairement dans son placard dans le noir, pour justement laisser passer la vague.

Puis le rire.
Rassurant presque. Rassurant d’humanité, seule preuve que l'autre n’était pas vide. Il avait pourtant du en entendre de belles, et pourtant ce soir, tu voulais qu'il t'entende toi. Vous. Être une priorité. Une fois au moins. Peu savaient se rassurer du rire d'un autre, et pourtant, c’était a ce genre de chose que tu te raccroches encore. Au normal des autres, pour essayer de suivre. le mouvements. D'apprendre les réactions adéquates.

Les mots.
Et le cerveau peut-être un peu trop embué pour les comprendre. Peut-être parce que l'image du rire reste imprimée au fond de la rétine. C'est peut-être bien un de tes cotes fétichiste mais tu y as toujours trouve quelque chose d’aérien, jusqu'a ce que l'attention revienne sur toi. Le regard amusé d'un vieux fou a qui tu as envie de prouver ta santé mentale. Enfin sur ce point la, car les autres restent a voir.

Et bien faire apparaître un lapin dans un chapeau doit bien demander quelques tours de passe-passe, je le concède, mais je ne vois pas en quoi je pourrais vous aider ? Je comprends beaucoup de choses vous save. Mais il va falloir me parler de vos problèmes et pas de vos passes temps messieurs, sinon, je crains que nous ne devions ajourner cette séance plus tôt que prévu !

Tu aurais volontiers lever les yeux au ciel si le monde ne tournait pas déjà autant. Mais c’était désormais prendre le risque de ne plus rien pouvoir dire de la soirée. Alors tu hochais simplement la tête, libre a Azael d’épiloguer sur votre cause ou non. Tu n'en ferais rien. Un besoin de parler du a l’ébriété très certainement. Alors la tête en biais. Le premier problème te traversant l'esprit
/encore que le qualifier de problème en était déjà un.

J'vais avoir un enfant, sauf que je ne suis pas prêt.e du tout.
C'est grave docteur ?  
         
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Azaël Peverell, Jeu 30 Nov 2017, 12:33


T'aimes pas ce type. Vraiment pas. Vous lui dites des choses, et il se fout ouvertement de vous. Il refuse d'y croire. Il pense que vous êtes comme tous ces charlatans moldus qui s'amusent à faire quelques tours de passe-passe. Sauf que ça n'a rien à voir. Tu le toises, mâchoires serrées. Faudrait peut être que tu lui montrer un peu ce que c'est que la magie pour qu'il y croit. Il n'est qu'un ignorant, et il se croit supérieur à vous. Il pense avoir réponse à tout alors qu'il n'a aucune idée de ce qu'est réellement le monde dans lequel il vit. Il faudrait lui ouvrir les yeux. Regard vers Leo. Il préfère exposer ses problèmes personnels. Léger soupir. A croire que t'es tout seul de ce côté là.

Alors tu ne dis rien. Tu te retiens de sortir ta baguette pour jeter e premier sort qui te passe par l'esprit, puisqu'il serait sans doute dangereux pour le psy moldu qui vous fait face. Et si Leo pense que ce type peut l'aider... Grand bien lui fasse. Mais t'es persuadé qu'il ne peut rien faire s'il ne sait pas le type de vie que mène ton ami. Ton pied tape rapidement le sol. Tu t'impatientes. T'aimes pas être enfermé ici avec un individu méprisant. T'aimes pas être enfermé tout court. Nouveau regard vers Leo. Pour savoir s'il veut vraiment rester ici. En quoi ce pauvre type assis en face de vous peut l'aider. S'il est pas prêt, il est pas prêt. C'pas en parlant à ce mec que ça va changer quoi que ce soit. Nouveau soupir.

T'en as assez. Tu veux qu'il comprenne que vous avez dit la vérité. Il pourra répondre à ton pote après. Tu sors aussitôt ta baguette pour lancer un #Eolo Procella modéré dans la pièce. Juste pour qu'il sent la bourrasque et que tous ses papiers s'éparpillent un peu partout. Puis, tu croises les bras sur ta poitrine en le toisant d'un air dédaigneux. Et tu répètes, d'un ton froid, avec une insolence non voilée :

- On est des vrais sorciers. C'pas un passe temps. C'est un fait. J'peux foutre le feu à votre bureau ou vous tuer simplement en disant un mot. Voulez une preuve ?

Sourire de circonstance. T'en as marre qu'on se foute de toi. T'en as marre de n'être jamais pris au sérieux. C'est vous qui devriez vous moquer. Tu ne comprends pas le délire de Leo à vouloir se confier à un inconnu alors même qu'il est si.. Insignifiant. T'as rien contre les moldus. Mais t'as un peu l'impression d'être tombé sur un con. Et t'as quelque chose envers les cons par contre. Envers l'espèce humaine en générale. Sauf que là, c'est toi qui a le pouvoir dans cette pièce. Alors tu ne vois pas pourquoi tu ne pourrais pas en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
Personnage
PNJ
Personnage

Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Personnage, Lun 15 Jan 2018, 13:25


Le recul qu'avait pris Edward sur les premiers mots des deux jeunes devant lui n'avait pas altéré la conviction de ses patients. Ils n'avaient pas esquissé de sourire avec lui, ni changé d'attitude ou même d'expressions. Le plus jeune des deux, pourtant, paraissait s'être agacé et devenait plus renfrogné, tassé sur sa chaise à planter son regard partout dans la pièce, sur le psychiatre, les objets l'entourant, mais des regards pas franchement amicaux. Le professionnel pensa que l'idée de venir le consulter n'était pas la sienne.
Le plus âgé des deux suivit lui le conseil d'Edward, et quitta leur histoire de troubadour pour aller sur un problème ô combien plus délicat mais déjà plus connu du professionnel de santé :

J'vais avoir un enfant, sauf que je ne suis pas prêt.e du tout.
C'est grave docteur ?


Le psychiatre releva légèrement la tête, se caressa le menton, avant de répondre :
- C'est un bouleversement certain, évidemment. Avoir un enfant, cela change une vie, fondamentalement. Votre quotidien va changer, votre perception de ce qui est important ou non, et inévitablement l'ordre de vos priorités. Ressentir de l'appréhension à l'approche d'avoir son premier enfant est quelque chose de tout à fait normal ; ce qui serait inquiétant en fait, c'est de ne pas avoir peur du tout !

Edward avait retrouvé son sourire enfantin, celui-là même qui déridait d'ordinaire la plupart de ses patients, mais le plus jeune des deux sorciers ne paraissait pas se soucier du problème de son ami, et restait renfrogné. Le praticien hésita, avant de lui demander :
- Pour être bien sûr, allez-vous avoir un enfant ensemble ? Est-ce cela qui vous contrarie aussi, Monsieur ?

Posant cette question, le professionnel se dit que la contrariété n'était pas le sentiment qui dominait sur le visage du jeune homme, mais plutôt une forme de lassitude, voire de dépit. Quand le garçon réagit, ce ne fut pas du tout pour parler du problème de son ami. Il sortit de sa poche une brindille ou un petit bout de bois, et prononça des mots que le psy ne comprit pas :

- Eolo Procella

Aussitôt, une forte bourrasque se répercuta dans toute la pièce, fit s'envoler tout ce qui était soigneusement rangé sur le bureau du professionnel, vida le contenu de ses armoires sur le sol, mis tout sens dessus-dessous. Quand l'effet s'estompa, le seul à manifester de la surprise fut le professionnel.

- On est des vrais sorciers. C'pas un passe temps, assura le plus jeune. C'est un fait. J'peux foutre le feu à votre bureau ou vous tuer simplement en disant un mot. Voulez une preuve ?
- C'est... c'est vraiment très fort, admis Edward avec beaucoup d'hésitation, contemplant le désordre qui régnait dans ses affaires. Je... c'est.... Quoi ? Me tuer ? Vo...voyons, je suis un professionnel, et je ne dirais rien de ce que vous direz ici, c'est mon métier, inutile de vous montrer si menaçant. Mais je ne comprends pas, quel est votre problème ?

Le fait que le plus vieux des deux allait avoir un enfant venait de lui sortir de l'esprit. Si Edward ne croyait pas à la "magie", ce qui venait de se produire dans son cabinet échappait à son entendement. Et si le plus jeune des deux garçons qui était à l'origine de cela avait une tête de cancre, il lui faisait maintenant peur. Était-il tombé sur un de ces gamins des rues imprévisible et dangereux ? Il allait devoir jouer finement pour faire partir ces deux là de son bureau.

- Vous voulez peut-être nous parler de quelque chose ? demanda le psychiatre au plus jeune des deux d'un ton qu'il voulait rassurant, en contradiction avec l'expression angoissée de son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Shae L. Keats, Mar 06 Fév 2018, 00:15


Des pas de bambin. Des sourires aux adultes pour qu'ils s'en contentent et laissent les idées un peu loufoques germer comme un enfant de deux ans. Trois quatre mots, un os donné au chien pour qu'il oublie qu'il a faim. J'i des bras trop longs qui m'arrivent aux genoux et m'empêchent d'avancer. J'ai pas plus d'équilibre non pus
et le point de rupture
et à un doigt derrière ma chaussure.

Y a pas de filet ici, c'est pas des projecteurs rouges|blancs|verts|bleus. C'est juste l'absence de poudre sur le nez et de paillettes autour des yeux. Loin du burlesque dorés que j'offre à mes nuits. C'est s'ouvrir et jouer comme si le temps n'avait pas passé en trois ans. Y a juste eu d'avantage de neurones noyés dans le whisky, des parts de soi abandonnées à d'autre quand j'en voulais plus parce qu'elles me grattaient comme des étiquettes parasites sur des vêtements trop serrés. J'me suis noyée dans l'image de l'amnésique pour mieux pallier à l'alcoolique. J'ai envie d'me barrer
c'était pas une bonne idée.

L'autre il comprend pas, il sort des phrases-sparadrap, les trucs qu'on met sur les plaies des chiards pour les cacher et pour qu'il arrête de pleurer. Il creuse pas. C'est des mots qui s'emboitent comme des pièces de puzzle qu'on a trop fait. Je soupire et j'me redresse, le rendez-vous vient de perdre son intérêt premier.  
J'casse un de mes ongles sur l'accoudoir métallisé.

Y a que la question invraisemblable qui m'redonne le sourire. Aza c'est peut-être la seule personne au monde avec qui tu pourrais pas, t'as trop vu, t'as trop dessiné. Tu lui as trop donné de morceaux de toi à bouffer comme des rats, t'as plus envie d'en savoir plus. D'en savoir tout court. Le voir ça coûte.
Trop peut-être, le jeu en vaut la chandelle tu crois
mais t'as plus l'énergie.
se rendre insignifiante pour l'excuse de plus exister.


J'vous ai bien eu.
involontairement
mais j'ai fait la plus grosse entourloupe qu'on ait vue
j'aimerais tellement.
Ça n'impliquerait plus qu'un nuage de fumée pour disparaitre dans le vent.

j'suis trop faible pour être avec des gens.
trop épuisée pour les quitter.
laissez moi.

Les tours du gamin amuse un peu la peur de l'autre délecte plus que je l'aurais pensé j'me réjouis du mal des autres bien plus que je l'aurais pensé. Alors j'ai voulu jouer, j'ai fermé les yeux et je me suis concentré, le corps du psychologue, imiter les cheveux ternis, le teint poussiéreux, j'ai tout dessiné sur ma peau. C'était loin d'être parfait, j'étais pas concentrée.
J'ai volé son corps pour rouvrir ses yeux sans lunettes.
Me tourner vers Aza.

Oui, Vous voulez nous parler de quelque chose ?

  
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Azaël Peverell, Mar 06 Fév 2018, 20:55


Enfin, le type en face de toi semble comprendre que vous n'êtes pas ici pour déconner. Enfin, t'es ici pour rien à part Leo en fait. Mais au moins, il va vous prendre au sérieux maintenant quand vous évoquerez la magie. Il promet que rien de ce que vous direz ne sortira d'ici. Dans tous les cas, même s'il essayait d'en parler, il serait simplement pris pour un fou. C'est dommage. Tu aimerais bien, toi, qu'il crie sur tous les toits que la magie existe et que les autres le croient. Au moins, vous pourriez vous balader dans la rue en tant que sorciers, et non pas en tant que moldus déguisés. T'en as marre de toujours avoir à te cacher. C'est pesant. Et c'est loin de ton idéal de liberté que tu continues de vouloir atteindre.

Mais voilà que le type préfère te prendre comme cible. Tu lui lances un regard noir. T'as une gue*le à avoir envie de lui parler de quelque chose, peut être ? T'as juste trop de colère en toi pour être capable de la maîtriser. Trop de plaies non refermées que tu t'es contenté d'occulter. Rien dont tu veux parler. Parce que ça n'appartient qu'à toi. C'est ce qui te constitue. Sans ça, tu ne serais plus toi-même. Ou alors tu serais un inconnu. Et l'inconnu te fait peur. Alors tu restes avec tes poids de plombs qui te suivent partout et alourdissent ta vie. Tu les laisses t'emmener de plus en plus vers le fond. T'as fini par accepter la noyade. Parce que lutter et trop fatiguant. Tu préfères te laisser porter par le courant, même si ça te mène à ta perte.

Et voilà Leo qui commence à vouloir jouer aussi. Il a sans doute enfin compris à quel point cette visite était inutile. Tu regardes son pouvoir se mettre en place sous sa concentration. Les traits qui changent, les cheveux qui se transforment. Et te voilà bientôt dans la pièce avec deux jumeaux. Tu aurais pu t'en amuser. Si Leo n'avait pas poussé l'imitation plus loin encore. A te poser exactement la même question. C'est que ça devient oppressant tout ça. C'est comme si deux personnes en même temps s'intéressaient à toi. T'aimes pas. T'as envie de te barrer vite fait bien fait. Tu adresses un regard assassin à Leo.

- T'es pas drôle.

Et tu pousses un soupir désabusé. Tu te prends la tête pour rien. Tu t'en rends compte. T'es juste trop sur les nerfs pour vraiment être d'une compagnie agréable. Parler à Leo, ça ne te dérange pas trop. C'est ce foutu moldu qui te fout en rogne par sa simple présence dans son propre bureau. Tu ne sais même pas vraiment pour quoi. Mais ça te fait un peu peur. Toute cette haine et cette rage en toi qui ne demandent qu'à sortir, peu importe comment. T'as l'impression de ressembler à ton père, bien plus que tu ne voudras jamais l'avouer. T'es violent, c'est un fait. Et c'est pas quelques regrets qui peuvent le changer. Nouveau regard vers le psy tandis que t'essaies de te calmer.

- J'ai rien à vous dire.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
Personnage
PNJ
Personnage

Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Personnage, Mar 27 Fév 2018, 16:19


Edward décida que patienter en affichant un sourire faux, bien au fond de son fauteuil, était la meilleure des stratégies. Il ne comprenait pas très bien comment le jeune homme avait mis son bureau sens dessus dessous avec un bout de branche d'arbre, ni le fond du problème des deux garçons (de son avis de professionnel, ils avaient beaucoup plus qu'un seul problème). Mais les deux jeunes hommes étaient maintenant plongés dans une forme de mutisme, celui qui avait mis le bazar dans ses affaires préférant le silence, l'autre jouant un rôle d'observateur distant.
Il n'était pas tiré d'affaire, avec des cas comme ces deux-là !

- Donc... dit le psy en réfléchissant bien à ses mots, auxquels il avait du mal à croire, vous êtes des... magiciens ? Sorciers, pardon... Et cela fait longtemps que vous êtes dans le milieu ? L'enfant que vous allez avoir, a-t-il un lien avec vos tours de magie ? Vous devez m'en dire plus si vous souhaitez que nous atteignons le fond du problème.

Des problèmes, en vérité, pensait le professionnel. Sa formation et ses voeux lui interdisaient de mettre les deux garçons hors de son cabinet, mais son moral avait sacrément chuté depuis le tour de passe-passe qui avait retourné son bureau... Si, au premier regard, les deux garçons n'avaient rien d'inquiétant ou de dangereux, ils avaient parfaitement réussi à lui fiche la trouille. Il allait maintenant essayer de les orienter comme il le pouvait, en espérant que la séance se termine bien. Et une fois les deux énergumènes repartis, il n'oublierait pas de prévenir sa secrétaire pour qu'elle n'accepte plus ces gens bizarres... Elle n'aurait qu'à dire qu'il était absent, si jamais ils revenaient par ici.

- Si vous ne vous exprimez pas un minimum, je ne pourrais vous aider, déclara Edward, ouvrant ses deux mains en signe d'invitation à la discussion. C'est bien pour cela que vous êtes là, non ? Si mon avis vous intéresse, il faut que vous me disiez tout ce que vous avez sur le coeur.
Mince, cela fait vraiment thérapie de couple, songea le professionnel.

Alors qu'il allait enchaîner, tentant de faire parler les deux garçons, un détail interpella le psychiatre. Il crut d'abord que sa vision lui jouait des tours, lorsque le sorcier qui disait attendre un enfant changea de couleur de cheveux... Mais plus Edward clignait des yeux, plus les changements s'accentuaient sur le garçon, et bientôt, c'est devant une copie presque conforme de lui qu'il se retrouva...
Les deux bras du professionnel se crispèrent sur les accoudoirs de son fauteuil. Il tenta d'ouvrir la bouche pour balbutier quelque chose, mais aucun son n'en sortit...
Les deux garçons échangèrent quelques mots, celui ressemblant à Edward l'imitant quelque peu, le muet raillant sa plaisanterie...

Sur son siège, le psychiatre était blême.

De la magie... Et si un tel monde existait réellement ? se questionna-t-il. Si quelque part, des personnes étaient capables de vraie magie, pas comme ces prestidigitateurs que l'on voyait à la télévision.... Mais capable d'allumer des feux, de lire dans les pensées des gens, de soigner, de se métamorphoser... Cela changerait fondamentalement sa perception des hommes et son questionnement perpétuel sur la nature et le but de l'être humain, sa place dans l'univers.

- Comment diable faites-vous ça ? demanda-t-il, alarmé.
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Daemon Stebbins, Sam 14 Avr 2018, 23:57






Lunch particulier...

Loredana Sparks
  Garden Party Daemon Stebbins

“Une fête est un excès permis, voire ordonné. Surtout lorsqu'on est en famille. ”
♫♫♫


Je savais que ma déesse serait trop nerveuse de rencontrer ma famille dans un repas classique. J'avais donc pensé que le lunch annuel de la brigade magique organisé par ma famille, au manoir, serait la meilleure solution pour introduire ma petite amie auprès des êtres qui comptaient pour moi. En prime Jamie serait là pour charmer ma mère en cas de difficulté ce qui serait un avantage considérable. Je ne m'inquiétais nullement de la réaction de mon père et ma sœur. Ils étaient toujours ouvert aux nouvelles rencontres. L’élément délicat de la famille avait toujours été ma mère. Heureusement j'avais un second avantages, Loredana ne ressemblait en rien à mon ex de serpentard. Elle était totalement opposée et c'était tant mieux ainsi, il n'y aurait aucun point de comparaison. Puis le dernier avantage, Lo avait de l'éducation mais plus encore elle avait une double culture comme nous. Elle était de ce fait plus enclin à comprendre le fonction de notre clan.

Pour cela, j'avais prévu d'aller chercher ma rouge et or au chaudron baveur afin qu'elle prenne confiance grâce à ma présence. Je ne voulais pas que nous transplanions. Entre le manoir et l'établissement, il n'y avait que quinze minutes en taxi. Ainsi je pourrais lui donner quelques conseils et surtout l'aider à oublier sa nervosité. Je sortais de ma chambre, saluais Eloïse en passant devant la peinture. Je l'avais toujours aimé depuis mon enfance. Tout comme le portrait de Daemon qui était dans ma chambre depuis que je l'avais réclamé lors de mon cinquième anniversaire. Mon père avait acquiescé et le soir, il était là dans le petit salon. Je savais que le jour où je n'habiterai plus le manoir pour prendre mon indépendance, ces deux-là me manquerait. Mais il était hors de question que je les emmenais car il faisait parti intégrante de la demeure. Je les retrouverais le jour où je reprendrais la tête de la famille et devrait revenir vivre ici. J'espérais que ce serait le plus tard possible parce que cela signifierait que mon père aurait quitté pour toujours ce monde.

Je quittais donc la maison en transplanant afin d'atterrir sur le Chemin de Traverse. Je tapotais les pierre du mur qui servait de barrière magique et qui séparait le monde des sorciers et celui des moldus. Je pénétrais dans le pub. Je saluais le serveur et m'installais à une table pour attendre ma gryffondore qui ne devrait pas trop tarder. En attendant, je commandais un whisky-pur feu pour me détendre un peu. Lors du lunch, je ne voulais pas trop me laisser aller à boire. Je devais avoir de la tenue et surtout, je ne voulais pas inquiéter Loredana.

Le serveur m'apportait ma commande. Je dégustais lentement le verre. je sentais le liquide ambré descendre le long de mon œsophage et atténuais mon anxiété. Il avait réellement confiance en son choix. Tout devrait se déroulait le plus paisiblement du monde. Cinq minutes étaient passées, je regardais au travers de la vitrine les gens qui défilaient dans la rue. L'air était plutôt doux pour ce mois d'Avril. Les beaux jours étaient revenus et c'était plutôt agréable. Les arbres étaient en fleurs et la nature reprenait ses droits. D'ici peu Loredana passeraient ses ASPIC. Je ne m'inquiétait pas trop pour ses examens. Je m'inquiétais surtout pour l'après. Tout en avalant ma boisson, je m'interrogeais sur ce qui passerait quand Septembre reviendrait que je devrais retourner à Poudlard pour ma septième année sans elle. Je sentais un froid m'envahir. Le malaise grandissait alors je finissais d'une traite mon verre afin de chasser tout cela. J'avais l'impression que le quatre mois que nous avions passé ensemble n'était en faite qu'une semaine.

Je ne sentais pas Lo arrivée dans mon dos trop absorber par le spectacle du dehors. C'était au moment où j'avais perçu ses mains sur mes épaules que je m'étais tourné. Je restais subjuguer par la robe qu'elle portait et d'un coup, j'avais eu l’impression de voir la plus belle des femmes de l'univers devant moi. Elle se penchait et m'embrassait.

- Bonjour amour. Désolé j'étais ailleurs. Tu es magnifique dans cette tenue. Je sens que je vais devoir me tenir sur mes gardes. Sinon un de ses gars du ministère pourrait t'enlever à moi. Pas trop tendue ?

Je le souriais et ajoutais :

As-tu envie de prendre quelque chose avant que nous y allions ? Où préfères-tu que nous partions de suite pour le manoir ? Une partie des invités a dû déjà arriver mais nous avons le temps vu que tout commence vers treize heures. Il ne faut qu'un quart d'heure pour se rendre chez moi.

Je tenais toujours sa main dans la mienne et annonçais :

- J'ai dit que je venais avec quelqu'un.  Je n'ai pas précisé que tu étais ma petite amie. Je veux le faire quand tu les rencontreras. Je ne veux pas rejouer la même pièce qu'au mois de Septembre.

Je ne précisais pas plus parce que je ne voulais pas que mon adorée se sente en compétition avec la fille de mon passé.

- Puis le fait que nous arrivions main dans la main aidera certainement comprendre à expliquer  notre relation. Ainsi, ma mère pourra voir quelle jeune femme magnifique tu es. Par contre ne te formalise pas si elle est un peu distance, c'est son caractère qui est ainsi. Elle n'a rien contre toi. De ce fait, quelle option choisis-tu ?

Je l’observais tentant de deviner son état d'esprit après ses nouvelles informations dévoilées...


Code Daemon



Dernière édition par Daemon Stebbins le Lun 16 Avr 2018, 10:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
Loredana Sparks
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Loredana Sparks, Lun 16 Avr 2018, 10:03



Aujourd'hui était un jour spécial pour Loredana tout comme pour Daemon. Elle s'était volontairement couchée tôt la veille afin d'être sûre de ne pas avoir le visage fatigué et les yeux cernés. Elle tenait à avoir une tenue parfaite. Daemon avait dû longuement insisté avant qu'elle accepte de rencontrer sa famille. Évidemment, il avait fini par gagner et elle avait accepté, la peur au ventre. Le mot famille ne sonnait pas très juste dans les oreilles de la Gryffondor. La sienne n'avait pas été correcte avec elle. Elle avait vécu enfermé, loin de tout durant ses onze premières années. Sa mère passait son temps à la rabaisser et son père n'osait jamais contredire la femme qu'il avait épousée de force après la mort de sa première fiancée qui, en prime, était la vraie mère de Loredana. Vous l'aurez compris, elle n'a pas vraiment un avis positif sur la famille et rencontrer celle de Daemon la rendait nerveuse. Mais au bout de quatre mois de relation, il était peut-être temps qu'il parle de sa petite-amie à son père, sa mère et tous les autres membres de sa famille. Quatre mois n'était peut-être rien, mais Loredana et Daemon étaient de plus en plus proches au fil des jours, il devenait compliqué d'être discret désormais, leur complicité pouvait se voir à dix kilomètres.

Elle avait mis un temps fou à choisir sa tenue avant de rejoindre Daemon. La plupart de ses vêtements se trouvaient encore à Poudlard, mais elle avait fait en sorte d'apporter le maximum de tenues de soirée dans le placard de son appartement afin qu'elle ait du choix. Après une bonne dizaine d'essais peu concluant, elle avait fini par trouver quelque chose de correct. Elle serait loin d'être à la hauteur des personnes qui se trouveraient sur place, mais tant pis, elle n'avait pas le temps ni les moyens de se rendre dans une boutique chic. Elle n'oublia pas de passer par la case Salle de Bain afin de se maquiller de manière naturelle, mais tout de même assez voyant pour effacer ses cernes et mettre en avant ses yeux bleus et sa bouche. Elle arrangea ensuite ses cheveux et se regarda dans le miroir durant quelques instants, peu convaincue du résultat.

Il était temps pour elle de quitter son appartement afin de rejoindre Daemon qui lui avait donné rendez-vous au Chaudron Baveur afin qu'ils se rendent ensemble au Manoir, ce qui arrangeait la jeune femme qui aurait été bien plus nerveuse s'il n'avait pas été à ses côtés. Elle avait trouvé un coin calme et désert pour transplaner, puis pénétra dans le Chaudron Baveur où elle aperçut directement son petit-ami qui était de dos. Elle s'était approchée de lui et avait posé ses mains sur ses épaules afin de l'informer de sa présence, puisqu'il ne semblait pas avoir entendu la porte s'ouvrir. Il s'était retourné et elle vit dans le regard de Daemon qu'il était ébloui par ce qu'il voyait. Elle ne pouvait s'empêcher de sourire, elle qui se trouvait tellement banal aimait ce genre de regard de sa part.

- J'espère que tu pensais à moi, dit-elle en plaisantant avant d'ajouter. Merci, me faire enlever par un membre du Ministère pourrait être excitant.

La plaisanterie était un bon moyen pour elle de décompresser et elle savait qu'il la suivrait dans ses délires, c'était une chose qu'elle aimait chez lui.

- Autant qu'on y aille de suite, je suis déjà à deux doigts d'exploser tellement je suis nerveuse ! J'ai tellement peur de ne pas plaire à ta famille, je ne voudrais pas que ça change quelque chose entre nous si ce n'est pas le cas...

Elle pensait notamment à la mère de Dey. Elle n'était sûrement pas pire que la mienne, mais disons que si elle était d'une nature distante, ça n'aidera pas vraiment la Gryffondor à se sentir à l'aise et elle espérait surtout que Daemon ne la laisse pas seule. Elle se leva et tendit la main à Daemon pour qu'il se lève à son tour. Tout deux sortirent du pub. Loredana prit quelques secondes, posa une main sur la joue de son rouge et or et déposa délicatement ses lèvres sur les siennes pour se donner un peu plus de courage.

- Allez ! Je vous suis Mr Daemon Stebbins.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Daemon Stebbins, Lun 16 Avr 2018, 12:03






Lunch particulier...

Loredana Sparks
Garden Party Daemon Stebbins

“Une fête est un excès permis, voire ordonné. Surtout lorsqu'on est en famille. ”
♫♫♫


Je me levais de la table, déposais quelques mornilles pour payer ma consommation. Elle m'embrassait. Comme toujours, je savourais le goût de ses lèvres qui restaient sur les miennes. Je lui reprenais sa main et faisais un signe de tête au barman avant de sortir du Chaudron Baveur. J’avais le cœur qui cognait encore plus que la première fois où je l'avais rencontré dans cette boite au centre commerciale. Je me demandais si c'était possible de tomber encore plus amoureux. D'éprouver chaque jour encore plus d'attachement envers une seule et unique personne. Et puis quelques lignes d'un me revenaient en mémoire.

Ce n'est qu'en tombant amoureux que tout change autour de vous. Les couleurs des paysages se transforment et deviennent plus éclatantes. On entend le vent soufflait doucement autour. Notre monde si minuscule devient immense.

C'était ce que Loredana avait fait pour moi en me donnant son amour. Tout avait un goût de nouveau même si ce n'était pas vraiment le cas. Donc, sans aucun doute la réponse était oui.

- Amour, tu n'as pas à être nerveuse. Tu es parfaite et ma famille va t'adorer. Et même si ce n'était pas le cas, chose inimaginable, toi et moi, c'est tout ce qui compte. Le reste na pas d'importance en dehors de nous.

Je levais la main pour arrêter un taxi. La voiture se garait et nous étions montés à l'intérieur. Je gardais la main de

- 150 Gifford Street, Westminster, s'il vous plaît.

Le chauffeur hoche la tête affirmativement et démarrait sans attendre

- Déesse respire. Tout ira bien. Je te le promets. Dans quelques minutes, nous y serons. Et même si je dois échanger avec certaines personnes, tu resteras avec moi. Au pire, si la conversation t'ennuie, tu pourras toujours discuter avec Jamie. Il travaille au ministère au service de la protection des créatures magiques. Comme tu es employée à la BAM, vous devraient vous accorder sans soucis. Il est le fiancé de ma sœur. Il a vingt-un ans tout comme elle et ils étaient ensemble à Poufsouffle. Il est plutôt le genre discret et conciliant. Ce qui tranche totalement avec le comportement de ma sœur. Elle a tendance à être espiègle et se faire remarquer au grand désespoir de ma mère qui préfère la pondération. Aya travaille aussi au ministère de la magie, au service des détournements de l'artisanat moldu. Au passage, Jamie est un né-moldu. C'est pour cette raison qu'il y aura deux cérémonies. Une pour sa famille moldue qui sera comme ils disent civile. Et la papa a réussi à obtenir l'autorisation que ses parents puissent assister à la cérémonie sorcière vue qu'ils sont dans la confidence de notre monde et qu'ils vont continuer à le côtoyer.

La circulation était assez fluide pour cette heure dans Londres.

- Vous arriverez d'ici deux minutes à destination.

Précisa le chauffeur de taxi.

- Très bien.

Je me tournais vers ma déesse et lui déclarais:

- Tu me fais confiance, non ? Je te l'affirme tout se passera bien. Tu as survécu à bien pire. Tu es une jeune forte, indépendante et qui n'a rien à craindre du monde qui l'entoure. Tu es en prime une joueuse de quidditch au pire on s'enfuira sur deux balais.

Le taxi s'arrêtait devant la grille de la propriété de ma famille. Je le payais en lui disant de garder la monnaie. Nous étions sortis. Le portail était ouvert. Nous avons remontés l'allée qui menait à la demeure.

- Amour, tu n'as pas besoin de t'inquiéter. Il n'y a aura pas trop de monde. Je pense une cinquantaine de personnes. La plus part auront juste quelques années de plus que nous. Et puis je suis là, avec toi.

Je l'embrassais en continuant d'avancer. Il ne restait que quelques mètres avant notre arrivée que déjà la musique parvenait à nos oreilles. Je fronçais le nez en me rendant compte qu'une fois de plus nous aurions droit à de la musique classique sorcière.

- J'aimerai un jour que ma mère sorte des conventions un peu au sujet de la musique.

Je m'arrêtais et demandais à ma petite amie :

- Est-ce que tout est bien en place au niveau de ma cravate et de ma tenue ?

J'en profitais pour sortir un spray à la menthe et collais un jet dans ma bouche.

- Maman n'aimerait pas sentir de l’alcool avant même que le lunch est commencé.

Je lui faisais un clin d’œil pour la faire sourire. Puis au bout de quelques pas, nous étions à l'entrée de la fête

- Prête ? C'est parti.

Direction mes parents en premier. Tout le monde n'était pas encore arrivé ce qui est déjà un bon point vue notre légère avance. Je tenais toujours la main de Loredana et m'avançant vers eux.

- Papa. Maman. Je vous présente ma petite amie Loredana Sparks qui est à Gryffondor avec moi.

Mes parents savaient que mon histoire avec la serpentarde s'était finie à présent il y a un peu plus de six mois par Aya. Ils avaient vite compris que la séparation ne s'était pas faite en bonne entente et surtout que j'en avais été chamboulé. Oui Aya ne savait pas se taire même cela me rendait service car je n'avais pas besoin de raconter les choses comme ça.

- Miss Spraks, bienvenue chez nous. J'espère que le lunch vous plaira.

C'était la parfaite illustration de l'attitude de ma mère. Cordiale mais distante avec un sourire de circonstance.

- Bienvenue jeune demoiselle. J'espère que mon fils se comporte bien avec vous et ne vous envahis pas trop dans votre appartement. Si c'est le cas, je me ferai une joie, en tant que propriétaire, de le bannir des lieux.

Et là celui de mon père qui affichait un sourire fier de lui. Et moi, je n'avais qu'une envie fondre sous un rocher et nier que je le connaissais.

- Daemon tout en t'occupant de ta jeune amie, tu n'oublieras pas tes devoirs envers les invités.
- Oui maman. Je n'y manquerai pas. Aya et Jamie ne sont pas encore là ?
- Non. Mais il ne devraient pas tarder
- J'emmène Loredana avec moi, dire bonjour.

Voilà la première étape était franchie...


Code Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
Loredana Sparks
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Loredana Sparks, Lun 16 Avr 2018, 14:57



Ils avaient quitté le Chaudron Baveur pour se retrouver dans la rue à la recherche d'un taxi. Daemon tentait de la rassurer du mieux qu'il le pouvait. Il ne semblait pas vraiment inquiet à l'idée que Loredana rencontre sa famille, contrairement à elle qui ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter. Et si elle n'avait pas le bon comportement ? Si elle n'agissait pas comme il le fallait ? Étaient-ils au courant que Daemon était celui qui l'avait remplacé en tant que préfet tant elle ne faisait pas bien son travail ? Pour qui allait-elle passer si c'était le cas ? Elle inspirait et expirait lentement. Elle se posait sûrement beaucoup trop de questions, comme d'habitude.
Daemon tentait de la rassurer en lui parlant de son beau-frère qui travaillait au Service de Protection des Créatures Magiques, ce qui était une bonne chose si l'on connaissait l'amour qu'avait la jeune femme envers les animaux. Elle-même en possédait déjà quatre. Sa chouette, son chat, son boursouflet et le petit furet tout mignon que Dey lui avait offert. Elle savait que même si elle ne passerait pas sa vie à la BAM, elle continuerait sa collection d'animaux. Elle aurait besoin d'une grande maison pour loger tout ce petit monde !

Ils étaient bientôt arrivés, il était temps pour la jeune femme d'être courageuse. Daemon avait beau dire le contraire, elle savait pertinemment que si sa famille ne l'aimait, il serait compliqué pour eux de vivre ensemble sans problèmes dans l'avenir. Déjà, la mère de Loredana ne l'accepterait jamais. Elle ignorait d'ailleurs qu'il était son petit-ami, puisqu'elle l'avait présenté comme un simple ami afin d'éviter les soucis supplémentaires. Il y avait des moldus dans sa famille et c'était une chose qu'elle détestait. Elle ne pouvait concevoir que sa fille adoptive ne « s'accouple » avec un sang-mêlé, la lignée des sang-purs serait brisée. Malheureusement, pour elle, Loredana se fichait royalement de briser tout cela. C'était même tant mieux.

- J'ai survécu à pire, mais là il s'agit de toi. J'ai vraiment envie que tout se passe pour le mieux. On sait que ça ne passera jamais avec ma famille, je ne veux pas qu'il en soit de même avec la tienne. J'espère que ne je ne serais pas trop maladroite.

Ils étaient désormais temps de descendre du taxi et tout deux remontèrent l'allée tandis que le Gryffondor continuait de la rassurer. Elle ne devait pas se mentir, cela marchait tout de même un petit peu. Elle était contente qu'il soit arrivé ici avec elle. Elle aurait un peu moins aimé débarquer toute seule dans cette endroit qui était plus grand que le manoir de ses parents. Et pourtant, elle trouvait sa maison déjà bien trop grande. Elle était d'accord avec lui au sujet de la musique, mais elle n'allait pas commencé à dire des choses négatives, ce n'était pas son genre et elle voulait surtout être acceptée dans cette famille, surtout si elle était amenée à y rester longtemps si son histoire avec Daemon continuait.
Elle se tourna vers lui et ajusta son col qui n'était pas tout à fait bien mis.

- Voilà, là, tu es absolument parfait !Dit-elle en ne pouvant s'empêcher de le regarder de haut en bas. Tout est bon pour moi aussi ?

D'ailleurs, ça aussi ce sera à éviter. Elle ne voulait surtout pas dévorer Daemon des yeux devant sa famille, ce n'était vraiment pas correcte. La phrase de Dey lui fit comprendre qu'elle avait bien eu raison de ne pas boire un verre au Chemin de Traverse. Elle n'avait pas non plus fumer de cigarette afin d'éviter l'odeur sur ses vêtements. Elle ignorait si la famille Stebbins étaient tous des non-fumeurs, mais dans tous les cas, elle savait que ce genre d'odeur n'était pas vraiment agréable. A l'inverse, elle avait opté pour un parfum sucrée rappelant la douce odeur de la barbe à papa, c'était bien mieux ainsi.
Il avait repris la main de la jeune femme et celle-ci se laissait entraîner. Ils se dirigeaient ensemble vers deux personnes que Lore pensaient être ses parents. Et elle avait vu juste. Daemon leur présenta sa petite-amie qui avait affiché un sourire radieux, ne tenant pas compte de la tenue courtoise, mais froide, de la mère de Daemon.

- Bonjour Madame, je suis ravie de vous rencontrer. Merci beaucoup, je n'ai aucun doute quant au Lunch, tout semble parfait.

Effectivement, il y avait une grosse différence entre son père et sa mère. Lui était beaucoup plus détendu, parler avec un sens de l'humeur que Lore apprécia tout de suite.

- Bonjour Mr Stebbins, ne vous en faites pas, votre fils est adorable, je ferais appel à vous si un jour ce n'est plus le cas, avait-elle répondu avec un grand sourire.

Quant à sa mère, elle lui rappelait directement les bonnes manières, ce qui n'étonnait pas la Gryffondor qui savait que Daemon avait eu ce genre d'éducation. Elle n'allait, donc, sûrement pas le freiner dans tout cela et allait même l'accompagner afin d'avoir un comportement exemplaire et surtout de se montrer polie.

- Allez, présente-moi aux autres, je serais plus à l'aise ainsi, lui dit-elle discrètement. Et n'hésite surtout pas à me dire si mon attitude ne convient pas, j'essaie de faire au mieux, mais tu sais que je n'ai jamais eu l'occasion d'aller aux repas d'affaires de mes parents, alors je ne sais pas vraiment comment m'y prendre !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Daemon Stebbins, Mar 17 Avr 2018, 12:08


Information RP:
 





Lunch particulier...

Loredana Sparks
Garden Party Daemon Stebbins

“Une fête est un excès permis, voire ordonné. Surtout lorsqu'on est en famille. ”
♫♫♫


Je l'observais quand elle me posait la question de si tout allait bien pour elle. Comme toujurs,j'étais éblouis par le fait qu'une jeune femme comme elle pouvait s'intéresser à un type comme moi. Je n'en revenais toujours pas de ma chance. Et je sentais bien la différence avec ce que j'avais vécu avant. Notre relation était plus forte plus complémentaire avec beaucoup plus d'échange entre nous et de soutient. En clair, Loredana avait été créée juste pour moi, comme moi pour elle. Je lui répondais alors :

- Amour, tu es une déesse. Tu es donc parfaite. Et si ce n'était pas chez mes parents. Je zapperai volontiers ce lunch pour t'emmener ailleurs, genre un super hôtel. Et je profiterai sans vergogne de ce corps qui se cache sous cette robe et qui ferait damner n'importe quel sorcier jusqu'à ce que tu demandes grâces. Mais je sais que ce n'est possible. Cependant nous pouvons toujours garder l'idée pour plus tard.

J'affichais un grand sourire tandis que mes yeux continuaient de la dévorer. J'étais prisonnier de mes sens à cause d'elle. Et m'a raison partait la plus part du temps en vacances lorsque j'étais à son contact.

Enfin après être rentré dans le parc de la maison, il y avait eu la rencontre avec mes parents et elle avait parfaitement de mon point de vue. De toute façon, qui pourrait en pas l'apprécier ? Personne. Elle était la perfection femme pour moi. Aussi magnifique à l'intérieur qu'à l'extérieur. J’espérais que ma mère pourrait rapidement s'en rendre compte. Contrairement avec Elhiya, je ne faisais aucune remarque sur l'importance de ma rouge et or pour moi. Parce que je savais que cela se remarquait et que c'était beaucoup plus imprégné dans mes prunelles vue la façon dont je la dévorais. Notre relation était plus adulte, plus mature. Puis surtout nous nous étions trouvés. S'adaptant chacun à l'autre à chaque mot ou pas que l'un de nous faisait comme si nous n'étions qu'une seule et même entité partagée en deux moitiés. C'était étrange et pourtant si naturel.

- Je te préviens, si il y en a qui te regarde d'une manière que je n'aime pas, ne t'étonnes pas si je deviens plus possessif pour marquer que tu n'es qu'à moi. Je n'aime pas convoite ce qui m'appartient de droit.

Ma voix s'était faite plus roque lorsque j'avais prononcé mes mots. Parce que Loredana était ce que j'avais de plus précieux et je refusais qu'on puisse tenter de la charmer pour l'éloigner de moi. Et au milieu de ce troupeau bine calme de jeune homme, certains étaient des loups prêt à sauter sur tout ce qu'il leurs faisait envie et avec lequel il pouvait s'amuser.

- Pour de ce qui est de ton attitude, elle est tout ce qu'il faut. Pas d'inquiétude à avoir. c'est la seule chose de bien que tes parents t'ont transmise. Agis en étant toi, c'est tout. Pas de faux semblants ici, ils n'ont pas leur place. La plus part des gens ici sont aimables. Y a juste un ou deux gros lourdaux qui ne savent pas ce que le mot respect signifie et ont tendance à avoir parfois des gestes déplacé quand ils ont un peu trop bu. Après dans les femmes, disons que pour certaines, elles sont en compétition permanente. Si on est y réfléchi bien, c'est pas si différent de Poudlard et des relations entre maisons. Sauf que théoriquement on est tous du même côté.

Je commençais donc à me rapprocher du buffet. A saluer ici et là des gens en présentant Loredana et en précisant qu'elle était ma petite amie. Lançant des regards de mise en garde envers certains et tentant d'éviter de me faire accrocher par certaines femelles qui ne comprenaient toujours pas pourquoi je leurs résistais. Au bout de vingt minutes, j'avais fait le tour. C'est là que j'avais vu Jamie et Aya en train d'arriver. Je me rapprochais d'eux. J'embrassais ma sœur et serrais la main de mon futur beau-frère.

- Content que vous soyez là. Attention quand vous dites bonjour, certains sont déjà prêt à sortir leur griffes. Je vous présente Loredana ma petite amie.
- Je suis sûre que tu exagères. Cela ne peut pire que la réception de Noël. Avec le vieux Emery qui avait tenté de séduire maman parce que papa osait échanger quelques mots avec sa fille et que cette dernière riait à gorge déployée ce qui n'était pas du tout de son goût. Loredana, enchanté. Je suis Aya, la grande sœur de ce fauteur de troubles. Si tu as le moindre soucis avec lui, je me ferai une joie de l'enterrer vivant dans le jardin.
- Non mais ce qui ne faut pas entendre. Jamie, tu te rends compte que tu vas épouser une meurtrière.
- Dey, n'exagère pas. Tu fais ta sœur plus noir que ce qu'elle est. C'est l'ange de ma vie, je te rappelle.

Je levais les yeux au ciel. Valait mieux entendre cela plutôt que d'être sourd.

- Loredana, n'écoutait pas son frère, Aya est une personne charmante. Tout comme vous, j'en suis certain.
- Voilà ce que je dois subir en permanence. Amour sauve-moi avant que je sois englué dans leurs mots.

Puis tout le monde s'était mis à rire...

Code Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Une rencontre particulière  - Page 13 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 13 sur 15

 Une rencontre particulière

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.