AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 3 sur 14
Lieu de passage
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 8 ... 14  Suivant
Jean-Baptiste Flitwick
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Lieu de passage

Message par : Jean-Baptiste Flitwick, Jeu 30 Jan 2014 - 0:25


RP avec Haerillia dans un bar en France.

Il y avait longtemps qu'il n'était pas revenu dans ce coin de la France. Entre son déménagement avec ses parents dans sa jeunesse, les études à Poudlard, son passage à Nurmengard, c'était un retour dans la région où toute sa famille avait vécu. Une sorte de pèlerinage vers les sources de sa famille. Après un passage au cimetière d'un village des alentours pour retrouver certains noms qu'il connaissait et se recueillir sur les sorciers et sorcières qui composaient sa lignée, JB se rendit dans un bar devant lequel il était passé quelques fois quand il était tout petit avec son père. C'était amusant de se dire qu'il y entrait à son tour comme un homme et pouvait commander son whisky et le boire au lieu de se demander pourquoi toutes les grandes personnes se retrouvaient dans un tel endroit pour boire des boissons de mauvais gout qui leur changeait leur comportement.

Accoudé au comptoir avec son verre à la main, perdu dans ses pensées, il ne faisait pas attention aux piliers du bar qui semblaient se retrouver quotidiennement dans ce tripot afin d'échapper quelques heures durant à la monotonie de leurs vies. En général, le vieil homme n'avait rien contre les Moldus malgré son sang pur mais cette facette de leur personnalité l'avait toujours laissé perplexe quant à l'estime qu'il avait pour eux. Il jeta un vague coup d’œil alentours pour passer le temps, au pire essayer de déceler sur les visages des hommes et femmes présentes un petit quelque chose qui les relieraient à des gens qu'il avait connu enfant. Ses yeux parcoururent la salle sans s'arrêter sur un visage en particulier. Rien ne lui rappelait... C'est là qu'il la vit. Elizabeth. Ou plutôt sa version quelques années plus jeune. Jb avait fait sa scolarité avec cette jeune femme qui passait son temps à critiquer les familles n'ayant pas de sang pur, qui était infect avec ces sorciers et sorcières, se montrant ainsi digne de sa maison. Toutefois, elle était aimable avec lui, parce qu'il était un sang-pur mais aussi parce qu'il était doué et qu'il draguait tout ce qui passait dans son champs de vision. Quelle époque lointaine que celle là. On aurait du mal à reconnaître le jeune homme frivole et farceur qu'il était à Poudlard dans le vieil homme aux traits durs et au sourire rare qu'il était devenu.

La jeune fille était assise à une table non loin de lui, un verre devant elle, sa main négligemment posée dessus et l'air aussi perdue dans les méandres de l'imaginaire qu'il ne l'était quelques secondes plus tôt. L'aperçu qu'il avait eu de son visage avait été très bref, ses cheveux le cachant maintenant à la vue de la plupart des clients de l'établissement, qui soit dit en passant, avaient l’œil qui louchait dangereusement. Une fillette presque majeure ou tout juste dans un bar de banlieue et qui ressemblait tellement à une sorcière qu'il avait connue il y a longtemps. Les chances d'une coïncidence s'amenuisait. Il prit alors la décision d'aller lui parler. Au mieux, il allait pouvoir reprendre contact avec une ancienne camarade et parler du bon vieux temps, au pire il passerait pour un gros pervers qui aime les petites jeunes et les aborde sans gêne dans un bar. Après tout, si la situation tournait ainsi, il n'aurait qu'à sortir et transplaner depuis la plus proche ruelle afin d'éviter tout ennui. Il prit donc son verre et marcha directement vers la table de la jeune fille en s'asseyant sans cérémonie tout en lui disant d'une voix grave et posée:


-Bonjour mademoiselle, vous me rappelez une personne que j'ai connue il y a longtemps. Seriez-vous par hasard de la famille de Elizabeth Gallowsraven?
Revenir en haut Aller en bas
Haerilia Gallowsraven
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieu de passage

Message par : Haerilia Gallowsraven, Jeu 30 Jan 2014 - 19:35


Mais qu’est-ce qu’elle faisait ici, seule et dévastée dans son coin ? Très bonne question… Elle devrait être en train de rire, de s’amuser…Comme le ferait la plupart des jeunes de son âge enfin ! Mais non. Elle était là ou plutôt physiquement là, son esprit s’abîmant lentement à chaque nouvelle gorgée de cette boisson infecte. Ses yeux rougis  n’avaient plus de larmes à verser… Oui, elle ne pleurait plus… Elle ne le pouvait plus. Elle était éteinte, tout simplement. Haerilia Gallowsraven, la lionne au cœur, n’était plus qu’une loque. Elle ne valait pas plus que ces satanés moldus… Tous plus répugnants les uns que les autres… Penser comme ça ne lui ressemblait pas. Il fallait qu’elle se reprenne mais elle n’en avait plus la force. La France et ses belles promesses… Quelle blague ! Ce pays n’était que déceptions. Elle y cumulait les échecs… Encore et encore ! Sa poigne se resserra autour de son verre alors qu’elle le descendit sans broncher. L’alcool lui brulait la gorge et ça lui allait bien. Elle n’était pas là pour siroter du jus de citrouille et rentrer bien sagement à l’hôtel. Elle ne désirait qu’une seule et unique chose : oublier. Malheureusement elle n’y parvenait absolument pas… D’une voix brisée, la jeune femme héla un homme en costume. Serveur, barman, ivrogne… Ça lui passait au-dessus de la tête. Elle avait besoin de boire pour voir disparaitre ses problèmes et, qui sait, s’en aller à son tour. En moins d’une semaine, son caractère flamboyant s’était évanoui en même temps que son espoir. Bon sang… Regardez-là ! Pitoyable… Et elle ne faisait rien pour changer ça. Ses pensées étaient bien trop sombres… Quoi que ! Un sourire tendre… Une paire de beaux yeux bleus… Par Morgan, pourquoi n’avait-elle trouvé aucun signe de vie de son père ?! Si elle avait décidé de quitter la « sécurité » de Poudlard, c’était pour le retrouver ! Les derniers évènements l’inquiétaient  au plus haut point… Nier le retour des Mangemorts aurait été parfaitement stupide. Elle n’était pas aveugle. Ces derniers temps, ceux-ci avaient redoublés leurs activités. Les meurtres, les vols… Tout cela laissait présager le pire et, croyez-la ou non, mais elle était certaine que les portes de l’école ne repousseraient pas longtemps les mages noirs. Hae’ soupira longuement, laissant son doigt glisser le long de son verre. Et si son père les avait fuis quand ils avaient attaqués Paris ? Et s’il les avait rejoints ? Après tout, elle ne savait rien de lui… Ou plutôt, elle ne savait pas qui il était devenu. Elle n’avait eu la chance de le « rencontrer » qu’une seule fois et cela s’était assez mal passé. Une nuit de pleine lune, la bête s’était emparée de lui… Il s’était transformé et l’avait attaqué. Cela ne l’avait pas freiné, bien au contraire. Bon sang, voilà qu’elle recommençait à pleurer ! Pauv’fille va… Ravalant ses larmes, elle s’appuya contre le dosser de sa chaise. Au même instant, un homme entra et s’installa au bar. Son aura était différente des autres, elle était plus… Magique ? Aurait-elle à faire à un sorcier ? Tsss. Impossible… Quel sorcier digne de ce nom viendrait dans ce trou paumé ? La brune s’aperçu alors du regard lubrique que lui offrait certains habitués. Il manquait plus que ça ! Dissimulant son visage aux yeux vicieux, elle ne vit pas l’inconnu s’approcher d’elle. Seul le bruit de la chaise tirée attira son attention. Mais qu’est-ce qu’il lui voulait celui-là ? Elle n’était vraiment pas d’humeur à supporter la présence de quelqu’un là… Ses doigts fins quittèrent son verre pour se resserrer autour de sa baguette, prête à freiner toutes tentatives inopportunes.


«Bonjour mademoiselle, vous me rappelez une personne que j'ai connue il y a longtemps. Seriez-vous par hasard de la famille de Elizabeth Gallowsraven? »


Pardon ? La jeune femme fronça les sourires et se rapprocha, délaissant sa baguette pour croiser ses bras. Son visage à présent dégagé, elle analysait méthodiquement les traits de ce qui s’avérait être une vielle connaissance de sa mère. Il  ne lui disait absolument rien… Et pourtant elle connaissait par cœur les quelques photos de sa mère.  


« Bonjour… Je-» Elle se reprit, ne voulant pas montrer une once de faiblesse devant cet homme.


« Je suis effectivement de sa famille. Sa fille, plus précisément. Je m’appelle Haerilia et vous, qui êtes-vous ? D’où connaissez-vous ma mère ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Flitwick
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieu de passage

Message par : Jean-Baptiste Flitwick, Mar 11 Fév 2014 - 17:01


Avant de parler, JB aurait juré voir la main de la jeune fille se diriger vers sa poche. Ça confirmait qu'elle était bien ce qu'il pensait. Il y avait surement une baguette prête à l'emploi sous la table mais il n'avait rien à craindre. Trop de Moldus, pas d'attitude agressive. Et il était assez rapide pour se protéger. Serait-il assez puissant? Ça restait à voir. La jeune fille bafouilla puis l'examina avec attention. Il avait tapé dans le mille. Il la laissa donc reprendre ses esprits après un tel choc: croiser une connaissance de la famille dans un bar moldu dans un pays étranger, c'était déjà pas mal.

« Je suis effectivement de sa famille. Sa fille, plus précisément. Je m’appelle Haerilia et vous, qui êtes-vous ? D’où connaissez-vous ma mère ? »

Eh bien décidément, la fille d'Elizabeth, c'était inattendu mais vu son physique, elle ne pouvait mentir. Il ne l'avait plus revue depuis plus de 20 ans et pourtant il se rappelait ses traits parfaitement. Un des avantages d'avoir une bonne mémoire. Le vieil homme laissa planer un court silence avant de lui répondre.

-Enchanté, je suis Jean-Baptiste Flitwick. J'étais à Poudlard avec votre mère. C'est fou comme vous lui ressemblez. Je n'ai plus eu de ses nouvelles depuis un bon paquet d'années, qu'est-elle devenue? Toujours aussi sélective dans ses fréquentations?

À cet euphémisme, un sourire naquit dans son esprit sans toutefois franchir ses lèvres. Il n'y arrivait plus depuis très longtemps. Il se demandait même parfois ce qui le pousserait à sourire à nouveau, ou même s'il ne le referait plus jamais. Si jamais la mère de cette jeune fille le revoyait ainsi, lui qui avait été le trouble fête de Poudlard durant ses études, elle ne le reconnaîtrait surement pas.
Revenir en haut Aller en bas
Haerilia Gallowsraven
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieu de passage

Message par : Haerilia Gallowsraven, Mer 12 Fév 2014 - 16:55


Haerilia fit glisser son indexe le long de son verre ébréché, troublée par l’alcool… Ou par cet inconnu ? Dans de questions se bousculaient dans son esprit fatigué… Qui était-il ? D’où venait-il ? Comment avait-il fait connaissance avec sa mère ? Quel genre de relation entretenaient-ils ? Tant de questions qui restaient malheureusement sans réponse… Attentive, elle ne put s’empêcher de tiquer. Ignorait-il qu’elle avait eu une fille ? Il ne devait pas s’être vu depuis bon nombres d’années… Et pourtant, il se souvenait d’elle. C’était assez surprenant … Et plutôt plaisant ! On ne lui avait jamais dit qu’elle ressemblait à sa mère, de près ou de loin… Enfin c’est dont elle voulait se convaincre. Une étrange lueur naquit dans ses yeux sombres, ombre d’un sourire voilé de tristesse. Par Morgan, quand se déciderait-il à briser ce silence insoutenable et à satisfaire sa curiosité ?


-Enchanté, je suis Jean-Baptiste Flitwick. J'étais à Poudlard avec votre mère. C'est fou comme vous lui ressemblez. Je n'ai plus eu de ses nouvelles depuis un bon paquet d'années, qu'est-elle devenue? Toujours aussi sélective dans ses fréquentations?


Un sourire incertain franchit ses lèvres carmines, pour disparaitre aussi vite qu’il était venu. Elle n’avait pas le cœur à ça… A croire qu’elle aimait cultiver sa tristesse. A quoi bon ressasser ces vieux cauchemars, encore et encore ? La jeune femme but une dernière gorgée, comme pour se redonner du courage. Pathétique ! Elle n’avait pas besoin de boire pour oublier ou toutes ces conneries. Aussi camoufla-t-elle ses larmes et autres sentiments désespérants derrière l’une neutralité désarmante.


« Ravie de vous rencontrer, Mr Flitwick. Étiez-vous également chez les Serpentard ? Je sais qu’à l’époque, elle était assez exclusive… Mais elle a fini par ouvrir les yeux et découvrir le monde autrement. Pour tout vous dire, elle est tombée amoureuse d’un loup-garou. Incroyable n’est-ce pas ? Malheureusement, ils furent forcés de se séparer. L’un ignorait ma naissance et l’autre, sombrait dans ce que les moldus appellent une dépression… Ma mère en est morte il y a six bonnes années... »


Elle glissa l’une de ses mèches derrière son oreille, son regard perdu dans le vide. Sa mère lui manquait terriblement… Mordillant nerveusement sa lèvre, elle finit par reprendre la parole.


« Je n’ai pas vraiment eu l’occasion de la connaitre… Accepteriez-vous de me parler un peu d’elle, de vous ou-je ne sais pas ? S’il-vous-plait.»
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Flitwick
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieu de passage

Message par : Jean-Baptiste Flitwick, Mar 18 Fév 2014 - 18:59


L'ombre d'un sourire, une étincelle éphémère dans les yeux, un visage trop impassible pour être naturel. Il se passait quelque chose chez cette jeune fille en réaction aux paroles du vieil homme. Elle but une gorgée puis parut se secouer pour enfin répondre.

« Ravie de vous rencontrer, Mr Flitwick. Étiez-vous également chez les Serpentard ? Je sais qu’à l’époque, elle était assez exclusive… Mais elle a fini par ouvrir les yeux et découvrir le monde autrement. Pour tout vous dire, elle est tombée amoureuse d’un loup-garou. Incroyable n’est-ce pas ? Malheureusement, ils furent forcés de se séparer. L’un ignorait ma naissance et l’autre, sombrait dans ce que les moldus appellent une dépression… Ma mère en est morte il y a six bonnes  années... »

C'était un dur coup. Se rendre compte que malgré les épreuves qu'il avait subi il était encore là et elle non. Elle aurait plus mérité de survivre que lui. Voilà donc la raison du comportement étrange de la jeune fille un peu plus tôt. Elle devait être jeune lorsque sa mère était partie. Ça laisse des traces des événements de ce genre.

« Je n’ai pas vraiment eu l’occasion de la connaitre…  Accepteriez-vous de me parler un peu d’elle, de vous ou-je ne sais pas ? S’il-vous-plait.»  

La détresse l'avait finalement rattrapé, elle était tendue avant mais maintenant, elle semblait prête à s'effondrer. Il était temps de lui remonter un peu le moral, il ne tenait pas à se retrouver devant une adolescente en larmes, il en voyait assez à Poudlard.

-Non, j'étais à Poufsouffle mais étant de sang pur, elle n'avait pas d'a priori sur moi. Elle jouait assez souvent de ses relations pour me tirer des mauvais pas dans lesquels je me mettais. J'étais un jeune homme assez turbulent, j'aimais faire des exploits du genre envoyer une Bombabouse géante sur les premières années le jour de leur visite de l'école ou représenter les têtes des directeurs de maison avec la sublime matière qu'on peut trouver dans les mêmes Bombabouses et les ensorceler pour qu'elles insultent tout le monde sur leur passage. Combien de fois votre mère est venue me trouver et m'engueuler en avançant que je risquais d'avoir de sacrés ennuis un jour. Je suis content qu'elle ait connu au moins quelques temps de bonheur. J'aimerais rencontrer votre père. Un loup-garou qui peut faire changer Elizabeth, c'est une chose à ne pas rater.
Revenir en haut Aller en bas
Haerilia Gallowsraven
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieu de passage

Message par : Haerilia Gallowsraven, Dim 23 Fév 2014 - 13:34


Haerilia inspira longuement, espérant du fond de son cœur que son pathétique comportement ne fasse pas fuir l’étranger. En savoir plus sur sa mère, sur ses joies et ses peines adolescentes, sur ce qu’elle semblait être avant de sombrer… Voilà ce qu’elle désirait. Peut-être que le peu de souvenirs qu’il consentirait à partager avec elle ferait fuir de sa mémoire l’image d’une femme détruite, saccagée par les épreuves. L’homme semblait interloqué, presque choqué, d’apprendre sa mort. Quoi de plus normal, après tout ? Les sans-cœur existaient, mais ils étaient heureusement peu. Quoi qu’on puisse en dire, c’était bel et bien vrai. Elle passa distraitement une main dans ses cheveux, histoire de s’occuper un court instant, avant de recommencer à espérer vainement. Allait-il lui en dire plus ?


« Non, j'étais à Poufsouffle mais étant de sang pur, elle n'avait pas d'a priori sur moi. Elle jouait assez souvent de ses relations pour me tirer des mauvais pas dans lesquels je me mettais. J'étais un jeune homme assez turbulent, j'aimais faire des exploits du genre envoyer une Bombabouse géante sur les premières années le jour de leur visite de l'école ou représenter les têtes des directeurs de maison avec la sublime matière qu'on peut trouver dans les mêmes Bombabouses et les ensorceler pour qu'elles insultent tout le monde sur leur passage. Combien de fois votre mère est venue me trouver et m'engueuler en avançant que je risquais d'avoir de sacrés ennuis un jour. Je suis content qu'elle ait connu au moins quelques temps de bonheur. J'aimerais rencontrer votre père. Un loup-garou qui peut faire changer Elizabeth, c'est une chose à ne pas rater. »


L’adolescente eut un rire sans joie, sans bruit. De nerveuse à désespérée, la voilà maintenant neutre au possible. Actrice. Voilà ce qu’elle devrait faire une fois sortie de Poudlard. Elle avait un vrai talent pour jongler avec ses multiples masques. L’ennui était qu’elle avait parfois du mal à s’y retrouver… Elle observa avec attention les traits de son vis-à-vis. Il semblait fatigué et surtout, plus vieux que son âge. Qu’avait-il bien pu vivre pour en arriver là ? Un brusque éclair de lucidité vint la frapper, ou alors était-ce simple parce qu’elle dessaoulait. Elle l’avait déjà croisé à Poudlard, mais en quelle occasion ? Aucune idée. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’accordait plus trop d’attention aux visages qui défilaient au château. Allez savoir pourquoi. Joignant ses mains devant elle, la jeune femme répondit le plus sereinement du monde d’une voix légère, presque amusée.


« Je dois sûrement tenir de ma mère alors. Quand je le peux, j’aide les premières ou deuxièmes années de ma maison pour les cours ou autre. C’est l’esprit Gryffondor, j’image. Saviez-vous que ma mère avait-été Chapeauflou ? Elle a failli être envoyée dans la même maison que moi. Le choixpeau avait peut-être vu en elle ce qu’elle-même ignorait à l’époque ? Allez savoir. Elle devait sans doute vous appréciez pour se mêler de vos affaires, prenant par la même occasion autant de risque que vous. Peut-être que si elle vous avait revu à la sortie de Poudlard, les choses auraient été différentes. Je suis sûre qu’elle vous aurait surprise, amoureuse comme elle l’était. Dommage que ça n’ait pas duré. Ils se sont vus pour la première fois dans la capitale française, au bord de la Seine. C’est tout ce que je sais de leur rencontre. Mon père vivait et vit encore en France. Il avait étudié à Beaubretons-Non,Beaubateaux…Non c’est pas ça… Beauxbâtons, je crois bien que c’est ça ! Malheureusement, je crains que vous ne puissiez jamais le rencontrer. Il est…Comment dire… Introuvable. »


Haerilia avait terminé son discours sur une note monocorde, dépitée par son énième échec. Ce n’est rien. Elle recommencera. Elle n’abandonnera pas, même si elle doit y passer le restant de sa vie. Oh oui… Elle retrouvera son père coute que coute. Son regard glissa, telle une lame brulante, le long du visage de ce JB. Il fallait qu’elle change de sujet.


« Excusez-moi mais j’ai l’impression de vous avoir déjà croisé auparavant. Sans doute était-ce à Poudlard mais je me trompe peut-être. Etes-vous venu voir l’un de vos enfants ? »



Tenir sa langue. Voilà ce qu’elle devait aussi apprendre à faire… Seulement elle voulait savoir ce qu’un adulte pouvait bien faire dans une école. Il y avait bien une raison non ? Au pire, il terminerait là leur conversation. Ce n’est pas ce qu’elle souhaitait, bien évidemment, mais que pouvait-elle faire de plus ? Tenter l’impossible, si ce n’est le plus stupide. Elle avisa le verre terminé puis repris la parole.


« Je vous offre un verre ? Votre compagnie me plait bien. »


Compagnie qui lui évitait également de se coltiner les pseudo-alcoolique-pervers du bar. Aussi tentait-elle un sourire plus franc tout en patientant.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Flitwick
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieu de passage

Message par : Jean-Baptiste Flitwick, Jeu 27 Fév 2014 - 20:47


La jeune fille rit. C'était assez inattendu dans cette situation. Aucun des deux sorciers attablés n'était en humeur pour pouvoir rire et il ne lui semblait pas avoir dit quelque chose de drôle. JB fut encore plus étonné de la voir l'observer attentivement, comme si elle cherchait quelque chose sur son visage. Une réponse? Un indice?

« Je dois sûrement tenir de ma mère alors. Quand je le peux, j’aide les premières ou deuxièmes années de ma maison pour les cours ou autre. C’est l’esprit Gryffondor, j’image. Saviez-vous que ma mère avait-été Chapeauflou ? Elle a failli être envoyée dans la même maison que moi. Le choixpeau avait peut-être vu en elle ce qu’elle-même ignorait à l’époque ? Allez savoir. Elle devait sans doute vous appréciez pour se mêler de vos affaires, prenant par la même occasion autant de risque que vous. Peut-être que si elle vous avait revu à la sortie de Poudlard, les choses auraient été différentes. Je suis sûre qu’elle vous aurait surprise, amoureuse comme elle l’était. Dommage que ça n’ait pas duré. Ils se sont vus pour la première fois dans la capitale française, au bord de la Seine. C’est tout ce que je sais de leur rencontre. Mon père vivait et vit encore en France. Il avait étudié à Beaubretons-Non,Beaubateaux…Non c’est pas ça… Beauxbâtons, je crois bien que c’est ça ! Malheureusement, je crains que vous ne puissiez jamais le rencontrer. Il est…Comment dire… Introuvable. »

La pauvre, sa mère morte, son père disparu et réprouvé par la communauté. Qui plus est avec les événements de ces derniers temps, on pouvait craindre le pire pour les sorciers atteints de lycanthropie.


« Excusez-moi mais j’ai l’impression de vous avoir déjà croisé auparavant. Sans doute était-ce à Poudlard mais je me trompe peut-être. Etes-vous venu voir l’un de vos enfants ? »


Perspicace, il y avait peu de temps qu'il avait pris ses fonctions, aussi ne connaissait-il pas tous les élèves de Poudlard mais eux avaient bien du le croiser ou le voir à la table des professeurs dans la Grande Salle. Et des enfants? C'était assez mal parti...

« Je vous offre un verre ? Votre compagnie me plait bien. »

-Si tu es à l'aise financièrement, j'accepte sinon, je peux offrir, j'ai suffisamment d'argent, Moldu et Sorcier confondu pour qu'on passe un bon moment. Pour ta mère, je n'aurais pas pu la revoir après Poudlard, j'ai quelque peu... Disparu de la surface pendant un temps, malgré moi. Si jamais vous retrouvez votre père, faites moi signe, j'aimerais vivement m'entretenir avec lui, un loup-garou qui a étudié dans une autre école doit être une mine d'or d'informations. Vous me trouverez facilement, j'habite actuellement au même endroit que vous, dans l'enceinte du château. Je suis le nouveau Garde-chasse. Et en ce qui concerne les enfants, j'ai le regret d'avouer que je n'ai jamais eu l'occasion d'en avoir et qu'il est un peu trop tard pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Haerilia Gallowsraven
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieu de passage

Message par : Haerilia Gallowsraven, Dim 2 Mar 2014 - 20:31


Son visage de marbre laissait-il transparaitre une quelconque curiosité ? Certainement pas, et pourtant cette dernière avait été piquée au vif. Son savoir-vivre l’empêcha d’interrompre le sorcier et ce, un nombre incroyable de fois. Elle avait d’abord tiqué sur le mot « Disparu »… A croire qu’elle y était abonnée ! M’enfin… Au moins il ne la fuyait pas comme la peste. Il échangeait avec elle à propos de toutes sortes de sujets, l’écoutait patiemment et répondait volontiers à des questions plutôt intimes. En un mot comme en cent, il était présent. C’était pas comme son père… Elle soupira longuement, vainement, comme pour oublier cette dernière pensée. La seconde chose qui l’interpela fut sa soif de connaissance. Rares sont les sorciers qui accepteraient de rencontrer un loup-garou s’ils n’y sont pas forcés. Cet homme devait sans doute aimé le Savoir, un peu comme elle en fait. A cette comparaison silencieuse s’ajouta un sourire innocent. Lui trouver des points communs avec d’autres individus, même de sa propres maisons, semblait une tâche impossible. Et pourtant...! Il lui plaisait bien ce bonhomme. Il lui plut d’autant plus quand elle l’entendit parler de son emploi actuel. Ainsi il était Garde-chasse à Poudlard… Elle le savait ! En fait non, elle n’en savait rien… Mais elle ne s’était pas trompée en disant l’avoir déjà croisé à l’école ! Et oui, l’intuition féminine existe les amis. Son sourire victorieux perdit brutalement de son éclat. Comme aborder ce sujet ? Les enfants. Elle ne savait pas vraiment ce qui était bon de dire ou de faire. Devait-elle le réconforter ? Si oui, comment devait-elle faire ? Elle avait déjà du mal à s’occuper d’elle-même alors d’un parfait inconnu… Bingo ! Elle avait trouvé. La jeune femme leva distraitement la main puis claqua des doigts pour attirer l’attention de l’unique serveur/barman. Elle attendit… Et attendit encore. Non mais il se foutait de sa gueule là ? Elle l’avait choppé en train de les regarder et hop, il avait baissé les yeux. J’vous jure… Heureusement qu’ils étaient plus accueillants aux Trois Balais ! Elle sortit un billet de vingt euros et l’agita en l’air. Ah bah quand même ! Il avait fallu qu’elle déballe son fric pour qu’il s’intéresse à eux. Il délaissa le bar et s’approcha d’eux, ou plutôt d’elle. Au moins, il avait compris qui allait payer… Bon sang.


« Allez, je vous invite. N’ayez crainte, j’ai largement de quoi dépenser ici…Ou ailleurs. »


Elle appuya sur ce dernier mot, ses prunelles sombres fusillant le pathétique moldu. Valait mieux pour ses fesses qu’il ne la fasse plus attendre de la sorte.


« Pour moi ce sera une bière et pour monsieur… »


Elle laissa sa phrase en suspens, lui laissant bien évidement le temps de répondre. La jeune femme laissa le billet sur la table, n’ayant qu’une connaissance basique de la monnaie moldue. Laissant l’autre imbécile se dépatouiller avec les commandes, elle reporta son attention sur l’ex-poufsouffle. Elle n’eut besoin que de quelques secondes pour se remémorer la conversation précédente pour la reprendre le plus naturellement du monde.


« Tu… »


Peut-être débordait-elle mais il l’avait bien tutoyé alors, pourquoi pas elle ? Ils n’étaient pas à Poudlard après tout.


« Tu disais avoir disparu contre ton gré. Puis-je en savoir un peu plus ? Je suis une incorrigible curieuse, je le sais, mais j’aime en savoir un maximum. Arrêtes-moi si je vais trop loin surtout, je comprendrais parfaitement. Pour ce qui est de mon père, s’il se laisse retrouver, je serais bien évidement heureuse de vous le présenter. Je désire également en apprendre plus sur l’enseignement des autres écoles. Je pense que cela ne pourrait que m’enrichir d’avantage. Il parait que les français sont plutôt bons en métamorphose alors autant en profiter pour m’améliorer ! J’avoue que cette matière me pose un peu problème… Enfin bon, on ne peut pas être bon partout ! »


Et surtout moi, réussit-elle à retenir entre ses dents.


« Heureusement que je me rattrape avec les autres cours. La Défense Contre les Forces du mal ou les Soins Aux Créatures Magiques par exemple. Et toi, tu avais des matières de prédilections à l’époque ? Et d’autres où tu réussissais moins bien ? Ah, merci. »


Avait-elle ajoutée à l’adresse du moldu lorsque celui-ci leur apporta les boissons. Elle but une gorgée de la sienne puis reprit, son indexe glissant le long du goulot en verre.


« Pour ce qui est des enfants, je ne sais pas quoi te dire… Au moins maintenant que tu es Gardes-chasse, tu peux avoir autant de gosses à surveiller que tu veux. Bon, j’imagine que ce n’est pas vraiment pareil. »


Un rictus moqueur s’installa sur son visage.


« Non mais regarde-nous. On se croirait dans une de ces stupides émissions comme « Amour, gloire et Chartier. » ! Deux sorciers sans familles qui se croisent dans un bar moldu à l’étranger. C’est pas courant comme situation. »


A ces mots, elle lui tira la langue. Un peu comme une enfant en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Flitwick
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieu de passage

Message par : Jean-Baptiste Flitwick, Mar 4 Mar 2014 - 13:33



La jeune fille l'observa pendant un moment. Surement le jaugeait-elle, elle avait un regard inquisiteur et en pleine réflexion. Ça ne le gênait pas aussi la laissa-t-il faire. D'un coup elle claqua des doigts en direction du serveur qui faisait la salle seul, qui l'ignora royalement. Il fallu qu'elle agite un billet de 20 euros sous son nez pour qu'il s'agite enfin et qu'il daigne s'intéresser à ses clients.

« Allez, je vous invite. N’ayez crainte, j’ai largement de quoi dépenser ici…Ou ailleurs. Pour moi ce sera une bière et pour monsieur… »

-Pour moi un Whisky, sec, un Rozelieures si vous avez.

Il était un fin amateur des Whisky en tout genre, qu'ils soient du monde moldu pour leur diversité ou du monde magique pour leurs effets. En l'occurrence, il avait choisi une cuvée qui venait de sa région natale, nostalgie quand tu nous tiens.

« Tu… Tu disais avoir disparu contre ton gré. Puis-je en savoir un peu plus ? Je suis une incorrigible curieuse, je le sais, mais j’aime en savoir un maximum. Arrêtes-moi si je vais trop loin surtout, je comprendrais parfaitement. Pour ce qui est de mon père, s’il se laisse retrouver, je serais bien évidement heureuse de vous le présenter. Je désire également en apprendre plus sur l’enseignement des autres écoles. Je pense que cela ne pourrait que m’enrichir d’avantage. Il parait que les français sont plutôt bons en métamorphose alors autant en profiter pour m’améliorer ! J’avoue que cette matière me pose un peu problème… Enfin bon, on ne peut pas être bon partout ! »


Ah, le moment des confessions. Après tout, ce n'était pas un secret et il n'avait pas honte de cette partie de sa vie donc pourquoi la cacher? Il fallait simplement que ça ne se répande pas trop dans l'école, il y aurait des soucis. Mais étant donné ce qu'il savait sur le père de cette jeune, elle n'était surement pas encline à propager des rumeurs ou à s'amuser avec les secrets des gens.

-Disons que j'ai passé une bonne partie de ma vie à Nurmengard, je ne sais pas si tu connais, c'est la deuxième prison des sorciers, moins connue qu'Azkaban mais toute aussi terrible. Pour ce qui est de la spécialité de chaque école, je ne sais pas trop, Durmstrang avait une mauvaise réputation par un moment mais on n'en entend plus trop parler et Poudlard a elle même eu des périodes sombres donc autant aller vérifier à notre époque ce que valent ces écoles.

« Heureusement que je me rattrape avec les autres cours. La Défense Contre les Forces du mal ou les Soins Aux Créatures Magiques par exemple. Et toi, tu avais des matières de prédilections à l’époque ? Et d’autres où tu réussissais moins bien ? Ah, merci. »

Aha, elle devait être bonne en duel, c'était avantageux avec les temps qui arrivaient. Et une amatrice des animaux magique, ça c'était intéressant, lui qui était Garde-chasse s'y connaissait pas mal dans ce rayon.

-Pour ce qui est des cours sur les animaux, je n'en ai jamais eu besoin, je passais mon temps dans la Forêt étant jeune, à préparer mes sales coups, écrire des poèmes, jouer de la basse seul avec le silence. J'y ai rencontré toute sorte de créatures, j'ai fait connaissance d'un centaure qui a bien voulu me laisser la vie sauve en échange d'une longue conversation philosophique, des Acromentules beaucoup moins enclines à discuter, je possède aussi un Phénix que j'ai acheté dans ma jeunesse et qui a participé à ma libération de prison, heureusement qu'il m'aime bien.

Ses yeux se perdirent dans le lointain de ses souvenirs, quand il avait entendu le chant s'élever et vu l'ombre familière s'approcher. Un des plus beaux jours de sa vie.

« Pour ce qui est des enfants, je ne sais pas quoi te dire… Au moins maintenant que tu es Gardes-chasse, tu peux avoir autant de gosses à surveiller que tu veux. Bon, j’imagine que ce n’est pas vraiment pareil. »


Ah le sujet des enfants. Jusque là, il n'y avait jamais vraiment fait attention. Quand il était jeune il en avait bien sur désiré mais maintenant, il était au dessus de ça. Il savait qu'il ne pourrait plus et ne s'en faisait pas pour ça. C'était inutile.

-C'est vrai que ce n'est pas pareil mais je ne m'en fais pas, ce n'est plus dans mes projets, la vie devait avoir d'autres plans pour moi.

« Non mais regarde-nous. On se croirait dans une de ces stupides émissions comme « Amour, gloire et Chartier. » ! Deux sorciers sans familles qui se croisent dans un bar moldu à l’étranger. C’est pas courant comme situation. »


Cette remarque l'amusa, lui faisant plisser les yeux. C'est vrai que deux sorciers se retrouvant dans un pays étranger dans un bar aléatoire, chacun dans un objectif différent et l'un connaissant la mère de l'autre était une sacré coïncidence, si on ajoutait la conversation, la scène était presque comique.

-À notre rencontre, qu'elle soit fortuite ou provoqué par une force supérieure à nous, puissions nous trouver une famille ou au moins quelqu'un dont on pourrait prendre soin.

Sur ces paroles il leva son verre et regarda la jeune fille dans les yeux. Elle était gentille, intéressante, mature. La fille qu'il aurait aimé avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Haerilia Gallowsraven
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieu de passage

Message par : Haerilia Gallowsraven, Dim 16 Mar 2014 - 18:54


« Pour moi un Whisky, sec, un Rozelieures si vous avez. »

Tiens, tiens. Partagerait-elle la table d’un fin connaisseur ? La jeune femme sourit intérieurement. Elle n’y connaissait pas grand-chose mais avait souvent entendu dire que le Whisky français n’avait rien à voir avec son double anglais. Si elle ne se trompait pas, ce qui était peu probable, cet alcool venait de Lorraine. C’était une région du Nord-Est qu’elle n’avait jamais eu la chance de visiter. D’ailleurs, en dehors de la région pyrénéenne, elle n’avait pas visité grand-chose. Elle se rattrapera une fois qu’elle aura quitté Poudlard. Le monde entier l’attirait, aussi rêvait-elle de voyager depuis sa plus tendre enfance. Elle commencerait d’abord par la France, la suite viendrait au fur et à mesure. Les questions s’enchainèrent ensuite et, particulièrement concentrée, Haerilia ne perdit pas une miette des réponses du sorcier.


« Disons que j'ai passé une bonne partie de ma vie à Nurmengard, je ne sais pas si tu connais, c'est la deuxième prison des sorciers, moins connue qu'Azkaban mais toute aussi terrible. Pour ce qui est de la spécialité de chaque école, je ne sais pas trop, Durmstrang avait une mauvaise réputation par un moment mais on n'en entend plus trop parler et Poudlard a elle-même eu des périodes sombres donc autant aller vérifier à notre époque ce que valent ces écoles. »



Nurmengard ? Plus le temps passait et plus ce vieil homme la surprenait. La Directrice était-elle au courant de ce passage en prison ? Certainement. Jamais elle n’aurait tolérer que l’un de ses employés puisse causer quoi que ce soit à l’un de ses élèves ou à l’école entière. Nombres d’interrogations lui brulaient la langue : Y avait-il des Détraqueurs ? A-t-il dû subir leur présence jour après jour ? Quelle action avait-il bien pu faire pour être envoyé là-bas ? Tant de question qu’elle n’osait poser, son éducation étouffant sa curiosité. Pour ce qui est des écoles, Haerilia partageait son avis. Après tout, ce n’est rien d’autre que de la pierre. C’est plutôt des hommes qui s’y trouvent dont on devrait s’inquiéter. Enfin… Le dialogue continua.


« Pour ce qui est des cours sur les animaux, je n'en ai jamais eu besoin, je passais mon temps dans la Forêt étant jeune, à préparer mes sales coups, écrire des poèmes, jouer de la basse seul avec le silence. J'y ai rencontré toute sorte de créatures, j'ai fait connaissance d'un centaure qui a bien voulu me laisser la vie sauve en échange d'une longue conversation philosophique, des Acromentules beaucoup moins enclines à discuter, je possède aussi un Phénix que j'ai acheté dans ma jeunesse et qui a participé à ma libération de prison, heureusement qu'il m'aime bien. »


Wahou, un phénix ! Il n’y avait pas à dire, cet homme venait de monter une nouvelle fois dans son estime. Elle avait toujours été attirée par ses sublimes créatures… Elles étaient si… Si… Il n’existe pas de mot assez fort pour les décrire. De plus, l’image de l’animal fantastique libérant son vis-à-vis lui rappela une autre histoire : Celle d’un célèbre directeur disparaissant au nez et à la barbe du ministère par exemple. Cet homme était tout simplement fascinant ! Peut-être qu’elle pourrait s’inviter chez lui un de ces jours pour voir ce fidèle compagnon ?  


« C'est vrai que ce n'est pas pareil mais je ne m'en fais pas, ce n'est plus dans mes projets, la vie devait avoir d'autres plans pour moi. »


Comme pour remonter le moral d’une adolescente inconnue ? Ne put-elle s’empêcher de penser. Il lui avait été d’un grand secours ce soir, aussi lui en était-elle redevable. La jeune femme sourit largement alors qu’elle vit le Garde-Chasse lever son verre pour trinquer à leur rencontre.


« À notre rencontre, qu'elle soit fortuite ou provoqué par une force supérieure à nous, puissions-nous trouver une famille ou au moins quelqu'un dont on pourrait prendre soin. »


La Rouge et Or leva à son tour son verre et accrocha son regard. Cet homme lui inspirait un grand respect. Il lui donnait l’impression d’être en sécurité alors que le monde partait à volo. Elle retrouvait en lui le père qu’elle n’avait jamais eu.  C’était plutôt étrange…


« A notre rencontre !»


C’était simple, dépourvu de toute poésie. Elle n’a jamais été très doué pour exprimer ses sentiments mais une chose est sure, ses yeux reflétaient à merveilles ses pensées. Puis elle but une gorgée de sa boisson sans détourner le regard un seul instant. Oui, cette rencontre était tout simplement merveilleuse… Elle s’attarda un instant sur la montre d’un autre client. Il se faisait tard et, cruche au possible, elle avait oublié de prendre les clefs de sa chambre. Il fallait qu’elle se dépêche ou elle dormira dehors. Mer**… Elle n’avait vraiment pas du tout envie de s’en aller… Ils se reverraient certainement à Poudlard.


« Je vais devoir te quitter… Je suis réellement désolée… A une prochaine fois  j’espère. »


L’adolescente se releva, essayant vainement de sourire à sa nouvelle rencontre. Elle s’était livrée à lui et, en un sens, le quitter la blessait. Enfin, ce n’était pas non plus la fin du monde…


hrpg:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste Flitwick
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieu de passage

Message par : Jean-Baptiste Flitwick, Mar 25 Mar 2014 - 13:36


La jeune fille l'avait écouté attentivement durant sa tirade sans l'interrompre, ce qu'il appréciait particulièrement. C'était difficile de raconter son histoire si on recevait des questions sans cesse. On voyait sur son visage qu'elle n'en perdait pas une miette et imaginait tout, qu'elle comprenait ce par quoi il était passé. Lorsqu'il voulut trinquer, un grand sourire apparut sur le visage de la demoiselle et elle lui répondit en levant son verre:

« A notre rencontre !»

Les yeux de la jeune fille étincelaient, exprimant tout ce que son toast ne disait pas. Sa gratitude envers le vieil homme, son bonheur d'avoir pu parler, un peu de fierté aussi peut être, mais sans que jb ne comprenne pourquoi.

« Je vais devoir te quitter… Je suis réellement désolée… A une prochaine fois  j’espère. »

Elle se leva et esquissa une grimace que le garde-chasse prit pour un sourire forcé. Il répondit par un simple hochement de tête sans sourire. Il avait perdu cette habitude depuis longtemps. Et comment qu'ils allaient se revoir. Elle était intéressante cette petite, pas comme tous ces gamins irresponsables à l'école.

~ Fin du RP ~
Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Lieu de passage

Message par : Jessy Brown, Mar 20 Mai 2014 - 17:48


PV : Laura Greyss | Flashback (20 ans)


_ _ Cela faisait plusieurs jours que Jessy se trouvait en Roumanie. Dans l’optique de faire le tour du monde, à la fois pour élargir ses connaissances ainsi que ses cultures moldues et sorcières, elle avait déjà traversé plusieurs continents ; néanmoins, elle veillait à espacer ses voyages, car elle n’avait pas la force de se couper de son territoire originel trop longtemps. Elle en était donc désormais sur l’île de latinité dans l’océan slave, et appréciait son séjour qui pour le moment n’avait consisté qu’en passages dans des hôtels, arrêts dans des bars, visites de monuments historiques moldus… mais, évidemment, si l’ancienne Serdaigle était venue en ces lieux, ce n’était pas pour passer à côté des célèbres dragons.

_ _ Assise à une table d’un bar sorcier de Budepest, elle songeait à se renseigner sur la possibilité de rencontrer ces célèbres créatures ailées. Elle se leva donc et se dirigea vers le comptoir, où elle parvint tant bien que mal à se faire comprendre.

_ _ « Bonjour, excusez-moi de vous déranger. Vous ne sauriez pas s’il est possible de visiter une réserve de dragons dans les parages ?

_ _Rrréserrrve drrragons ? » s’exclama le barman, un homme bien en chair aux joues trop roses, tentant de parler un anglais correct malgré ses faibles connaissances et son accent typique de la région. « Avoirrr… Rrroumanie ! Êtrrre… errr… loin ! Carrrpates, savoirrr êtrrre Carrrpates ? »

_ _ La jeune femme cligna des yeux et regarda son interlocuteur hoqueter. Déjà que ce n’était pas simple de parler avec les roumains, il fallait qu’elle tombe sur une personne qui avait trop bu ! Elle tenta de se répéter mentalement les paroles du barman, mais il n’y eut rien à faire : elle ne comprenait pas - à moins qu’il s’agisse d’une histoire de carapaces en lin, ce dont elle doutait fortement. Rougissant car elle trouvait la situation légèrement gênante, la demoiselle sortit sa baguette et se résolut à utiliser un sortilège qu’elle connaissait maintenant plutôt bien. Tandis que l’homme avait un bref mouvement de recul en la voyant sortir son arme, elle prononça :

_ _ « Interpretis. Pouvez-vous me répéter ce que vous venez de me dire dans votre langue, s’il vous plaît ?

_ _Eurrr… d’accorrrd. » fit-il, visiblement confus. « Il y a bien des rrréserrrves de drrragons en Rrroumanie, mais la pluparrrt sont trrrès loin. L’une d’elles est dans les montagnes des Carrrpates. Vous savez où se situent les Carrrpates ?

_ _Oui, je m’y rendrais sans problème. Vous n’avez pas plus de précisions la concernant ?

_ _C’est la meilleurrre rrréserrrve du pays ! Vous ne pourrrrez pas rrrater l’endrrroit : c’est grrrand eurrr… les Moldus ne peuvent pas le voirrr et les sorrrciers peuvent le voirrr. Tout monde connaît l’endrrroit ! Vous trrrouverrrez de l’aide. »

_ _ Jessy resta sceptique un instant ; d’une part, elle ne comprenait pas grand-chose avec son accent qui persistait malgré le sortilège, de l’autre, elle n’avait pas l’impression que le barman lui ait donné plus d’informations concernant l’emplacement de la réserve. Elle soupira puis lui adressa un sourire de remerciement. S’apprêtant à partir, elle fut interrompue par un interpellation du barman.

_ _ « Ah ! Rrregarrrdez cela, c’est une brrrochurrre de l’endrrroit, de la rrréserrrve, là. Vous aurrrez tout ce qu’il faut savoirrr dessus ! »

_ _ Il lui désigna du bout de son index boudiné un présentoir sur lequel reposaient plusieurs parchemins pliés en morceaux. Il lui en ramassa un par la suite et le lui remit ; Jessy pouvait maintenant y voir des photos de dragons mouvantes, une carte dessinée avec précision et des phrases changeantes - dont elle ne parvenait pas à saisir le sens, mais ceci était bien moins important que le plan de son itinéraire.

_ _ « Merci beaucoup !

_ _Mais de rrrien !

_ _Bon et bien, bonne journée. » dit-elle, se préparant une nouvelle fois à quitter les lieux.

_ _ « Bonne jourrrnée à vous ! Si vous voulez rrrevenirrr, vous savez que l’on peut trrrouver plein d’autrrres activités parrr ici… »

_ _ Il lui adressa un clin d’œil plutôt évocateur. Haussant les sourcils, la jeune femme mit fin à son sortilège pour éviter d’entendre d’autres allusions de sa part, puis s’échappa du bar. Ce n’était pas trop tôt, cette atmosphère confinée aurait fini par l’insupporter ! Maintenant, elle savait exactement où aller pour voir les créatures de ses rêves et probablement avoir l’occasion de dialoguer avec des professionnels.

_ _ Jetant un nouveau regard sur sa carte, elle se demanda comment elle allait s’y rendre. En balai ? Non, il faudrait qu’elle repasse par l’hôtel où elle logeait. La meilleure solution était le transplanage, même si ce n’était pas le moyen de transport le plus sûr en territoire inconnu. Observant son bout de papier en faisant preuve de beaucoup de concentration, elle parvint à se faire une idée des lieux. Allez, cela suffirait. Décidant qu’il était temps de partir, elle marcha dans les rues de la ville jusqu’à trouver une allée relativement isolée. Lorsque ce fut chose faite, elle disparut.

_ _ Plop !

_ _ Jessy ouvrit les yeux et fit fi de la sensation désagréable que lui avait procuré ce déplacement. Son premier réflexe fut de vérifier qu’elle n’avait pas été désartibulée - non, heureusement. Ensuite, elle s’assura qu’elle était effectivement à l’entrée d’une réserve de dragons. Mais non : il n’y avait rien autour d’elle à des centaines de mètres, si ce n’étaient des étendues d’herbes sauvages et de pins sur mille et une grandes collines. Il lui semblait qu’elle était toujours en Roumanie - elle l’espérait, du moins -, mais elle n’aurait su le dire avec certitude. Tout ce dont elle était sûre, c’était qu’elle commençait à paniquer ; seule, perdue au milieu des montagnes… et cette ombre gigantesque qui planait sur elle n’annonçait rien qui vaille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Lieu de passage

Message par : Invité, Lun 2 Juin 2014 - 22:05


FlashBack 20 ans

Laura s'était décidée. Elle allait voyager. Parce que de toute façon, il fallait bien qu'elle passe le peu de sous qu'elle avait gagné durant sa scolarité et ceux qu'elle gagnait encore à Honeydukes à faire quelque chose. Voyager était une chose qu'elle ne s'était encore jamais permis de faire mais mer** autant profiter de sa "jeunesse". Elle rassembla donc quelques affaires dans un sac et prit la route pour rejoindre son (ancien) meilleur ami Moldu: Draw. Dans sa dernière lettre, (la seule depuis longtemps), il lui avait annoncé qu'il vivait en Roumanie, avec sa femme et ses deux enfants. "Sa femme et ses eux enfants"... La blonde avait mit longtemps, même très longtemps pour s'en remettre. mais elle n'eut pas d'autre choix que d'accepter ce fait, et elle finit par en être plutôt contente pour lui. Mais l'ex-Serdaigle avait toujours de gros doutes: il lui en voulait encore par rapport à leur passé, elle en était sûre. Pourtant, quelque part au fond d'elle, elle se disait qu'il restait forcément ne serait-ce qu'un tout petit truc de leur amitié, parce que c'était lui, aujourd'hui, qui lui avait demandé de venir, et c'est lui aussi qui avait insisté quand elle avait voulu se désister. Elle avait hésité mais finalement accepté, elle était contente d'avoir une occasion de le revoir, ça faisait si longtemps... Il lui manquait. Peut-être qu'arrivée là bas elle regretterai son choix et il lui dirait ses quatre vérités, mais elle voulait prendre le risque. La bonne nouvelle (ou pas) c'était que Draw c'était marié avec une sorcière française, lui qui pourtant avait si mal prit le fait que Laura en soit une quelques années plus tôt. Laura fût vexée en apprenant ça, mais elle réussit à prendre parti et se dire qu'après tout, s'il était heureux à présent, c'était le principal. En arrivant chez lui, elle espérait quand même avoir le droit à quelques excuses, mais bref.


La jeune Britannique n'avait toujours pas son permis de transplanage. Ouais, je suis d'accord avec vous, ça craint. Surtout que ça serait vachement pratique pour ce genre de trajets... Mais non, trop flemmarde pour ça malgré les nombreuses fois où elle avait tenté  de se motiver. Peut-être pour la millième fois, elle se promit de le passer bientôt et chercha un moyen de transport. Elle s'était débrouillé déjà pleins de fois, elle recommencerait cette fois-ci sans soucis.


C'est tant bien que mal qu'elle posa les pieds en Roumanie. Il faisait chaud et la Serdaigle ne regretta pas son T-Shirt. Comme Draw le lui avait dit, il l'attendait à l'entrée de sa ville. Il était dans une voiture noire aux vitres teintées. Ne me demandez pas la marque de la voiture, je serais incapable de vous répondre. Un instant plus tard, Laura se retrouvait assise à sa droite, le regard perdu devant elle. Du coin de l’œil elle pouvait apercevoir un Draw presque aussi identique qu'avant. Il n'avait pas changé, juste vieilli. Cela procurait tout un tas de sentiments bizarres à la blonde: cela faisait si longtemps qu'elle ne l'avait pas vu... Le jeune homme n'avait pas bouger et n'esquissait toujours pas un seul mouvement, à ce demander même s'il était bien réel et vivant. C'était un silence pesant qui régnait dans la voiture. Toujours sans un regard, il fit tourner la clef dans le contact. Le moteur vrombit et Laura soupira. Elle ne s'était pas aperçue qu'elle retenait sa respiration. Le faible bruit du moteur et l'air de vieux rock qui passait dans l’habitacle de la voiture la rassura quelque peu rompant le silence. A ce que Laura jugeait la moitié du chemin, Draw tourna la tête vers elle une seconde à peine.

Moi aussi je suis content de te voir.


Son ton était sec mais on pouvait y sentir une pointe de plaisanterie. Laura poussa un soupir entre la colère et la joie. Finalement, un sourire se dessina sur ses lèvres.

Espèce de pauvre idiot ! lui lança-t-elle en rigolant. Comment tu vas ?

Pas si mal que ça. Je suis heureux de vivre ici avec ma famille. Et toi ? tu n'as pas l'air au mieux de ta forme...

Hey ! lui reprocha-t-elle un sourire aux lèvres, je fais si SDF que ça ?

Pourquoi, tu l'es ?


Hum... ça dépend si je trouve en endroit pour dormir ou pas, lui répondit-elle après un petit temps d'hésitation.

Noooon !

Si m'sieur !


La fin du trajet se déroula finalement bien et dans la bonne humeur. Bientôt, ils arrivèrent devant une maison que Laura trouva splendide bien qu'assez ordinaire (Quand on est SDF, on trouve tout splendide, même le nouveau bitume sur lequel on dort parfois, donc une maison... c'est vous dire si c'est beau). Draw la fit rentrer et la présenta à sa femme: Chloé, une femme ravissante. Ses deux enfants arrivèrent bientôt en courant et vinrent se coller aux jambes de la Serdaigle en criant des "Laura ! Laura !" Draw lui jeta un regard amusé du genre : "Bah oui je leur ai parlé de toi, et alors ?". Maxim et Léo, tel était le nom des deux jumeaux ne la lâchèrent alors plus d'une semelle, l'assommant de dizaines de questions auxquelles elle répondit patiemment. Elle passa une première fin de journée magnifique et espéra de tout cœur que toutes serait identiques.


Le lendemain, la blonde s'éveilla de bonne humeur. Le soleil diffusait déjà ses doux rayons dans la chambre. Ça faisait un bail qu'elle n'avait pas dormi dans un vrai lit. Elle se leva s'étira et retrouva Draw a la cuisine. Ils parlèrent un peu avant que celui-ci lui annonce qu'il allait travailler. Il travaillait dans le bâtiment. Une disaine de minutes plus tard, il quittait la maison, laissant Laura seule avec sa femme. Elle ne se parlèrent pas pendant un moment, mais avant que les jumeaux se réveillent, la française lui proposa de lui prêter son balais histoire qu'elle puisse se balader. C'est en l'ayant remercié plusieurs fois que l'ex-Serdaigle s'envola dans le ciel de Roumanie. Elle vola pendant longtemps, s'éloignant de la ville. Bientôt, elle ne vit autour d'elle que des collines parsemées de sapins et d'herbe. Plus aucun signe de présence humaine, mis à part cette fille que Laura aperçut au dessous d'elle. Elle failli d'ailleurs apercevoir trop tard aussi le dragon qui volait au dessus de sa tête, menaçant. Prise de panique, elle descendit le plus rapidement au sol, se posant près de la brune. Celle-ci avait les yeux au ciel. Elle ne paraissait pas super rassurée. Pas plus que la blonde en fait. Malgré que Laura fut fote en sortilèges à Poudlard et qu'elle ai entamé une carrière d'Auror, elle n'avait jamais pensé se retrouver un jour face à un Dragon. En essayant de prendre un air le plus rassurant et déterminé possible, elle regarda la Brune à côté d'elle. Pour l'instant, elle n'avait pas le temps de la regarder normalement et de la décrire. La seule chose qu'elle savait c'est qu'elles étaient dans la mer** si le dragon venait à les attaquer.

Fais gaffe, si il attaque on cours.


C'était une solution pourrie, certes, mais c'était pour l'instant la seule chose à laquelle Laura était capable de penser. Courir, loin.



HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Lieu de passage

Message par : Jessy Brown, Lun 9 Juin 2014 - 21:55


C’est pas grave, ton RP est super ! Wink


_ _ Un souffle glacé d’appréhension parcourut le corps de la brunette. S’était-elle mal concentrée pendant son transplanage ? Lui avait-on donné de mauvaises informations ? Elle ne savait pas comment elle avait pu se retrouver là, pas du tout. Elle aurait pu tenter de disparaître une nouvelle fois, mais la peur la clouait sur place. Si elle ratait une nouvelle fois son action, les conséquences pouvaient en être bien pires. Se rendant compte qu’elle n’avait pas expiré l’air présent dans ses poumons depuis un moment, elle le relâcha et tenta de retrouver son calme. Elle pouvait attendre un peu pour avoir les idées claires puis retenter son coup, mais pas trop loin pour ne pas décupler les difficultés du transplanage. Oui, elle le pourrait… si une énorme créature ailée ne volait pas au-dessus d’elle d’un air menaçant !

_ _ Jessy leva lentement ses yeux et déglutit avec difficulté. À une demi-douzaine de mètres d’elle, un dragon de taille impressionnante planait dans le ciel et décrivait de grands cercles. Ses écailles d’un vert sombre luisaient au soleil, de même que ses griffes acérées et ses longues cornes couleur d’or. En voyant cette créature de légende, la brune fut sur le point de faire un malaise. Sa tête tournait : les montagnes, l’herbe, tout n’était plus qu’un rêve vague et indistinct. Elle était seule en compagnie d’une des créatures les plus dangereuses du monde et savait pertinemment qu’elle ne pourrait pas se défaire de cette situation. C’était là le désavantage d’avoir écouté en cours ; elle se souvenait que ses professeurs avaient dit que l’on ne pouvait maîtriser une telle créature seul.

_ _ Un Cornelongue roumain. Oui, c’en était un. Déduction peu utile en l’occurrence, car elle ne savait pas quoi faire face à ce type de monstre, mais issue de la même écoute en cours. La jeune Brown ne pouvait plus le lâcher des yeux. Clouée sur place, elle veillait au grain - du mieux qu’elle le pouvait - pour savoir si elle devait prendre ses jambes à son cou ou sortir sa baguette magique pour tenter de se défendre. Pour l’instant, il l’avait apparemment remarquée mais la surveillait de loin. Tant mieux, peut-être pourrait-elle s’enfuir… Toutefois, à peine cette pensée l’eut-elle effleurée que le dragon descendait en altitude pour s’approcher d’elle.

_ _ C’est alors que la brune vit un point s’agrandir dans le ciel, jusqu’à ce qu’elle puisse distinguer une jeune fille aux cheveux blonds et bouclés sur un balai. Lorsqu’elle fut arrivée près d’elle, Jessy la dévisagea brièvement. Il lui semblait qu’elle l’avait déjà vue… Néanmoins, elle ne prit pas le temps d’y réfléchir davantage car le dragon approchait à grands pas - ou plutôt à grands coups d’ailes.

_ _ « Fais gaffe, si il attaque on court. »

_ _ Jessy était parfaitement d’accord : c’était la meilleure solution. À moins qu’un prince charmant débarque sur son cheval blanc pour affronter le dragon et sauver les deux jeunes filles, elles devraient s’enfuir. Le plus loin possible. Et s’il les suivait… elles improviseraient, car là elles n’avaient pas vraiment le temps d’y songer ! La seule chose à laquelle la brune put penser, c’est que celle qui était à ses côtés était dotée d’un grand courage - ou peut-être d’une témérité à l’accent suicidaire - pour oser venir à ses côtés en une telle situation. Pour cela, elle éprouvait déjà envers elle une infinie gratitude.

_ _ La jeune voyageuse avait donc retrouvé espoir grâce à cette arrivée soudaine. Le Cornelongue descendait en chancelant dans leur direction, mais elle ne le voyait plus comme une menace de mort - plutôt comme un signe annonciateur de blessures très graves. Finalement, il se posa lourdement à trois pas d’elles en faisant trembler la terre. Les jambes de Jessy flageolèrent mais elle ne se laissa pas déstabiliser : le dragon était plus proche d’elles que jamais, il était temps de déguerpir.

_ _ « Viens ! »

_ _ Elle s’empressa d’attraper le bras de la blondinette et l’entraîna vers la vallée. Derrière elles, la créature légendaire venait d’ouvrir sa gueule et de répondre son venin enflammé à leurs trousses. Elles avaient bien fait de partir. À quelques secondes près, elles auraient été réduites en cendres. Jetant un coup d’œil derrière elle, Jessy réalisa que le Cornelongue n’avait pas pour autant abandonné la partie. Il essayait de les poursuivre sur ses quatre énormes pattes. Autant dire que, s’il continuait ainsi, les deux jeunes femmes le sèmeraient bientôt.

_ _ Elle se détourna donc et poursuivit sa course, mais ses deux pieds s’emmêlèrent et, lâchant par réflexe le bras qu’elle tenait, la brune tomba sur l’herbe grasse et dévala la pente sur les genoux, les bras et les côtes. Quand son épaule se cogna contre le tronc d’un arbre, tout son être se stoppa et elle put ressentir une certaine douleur sur toute la surface de sa peau ayant été victime du choc. C’était tout à fait supportable, mais également très désagréable… Sonnée pendant un instant, le corps étalé par terre, Jessy tenta de relever sa tête mais celle-ci retomba aussitôt. Elle se traîna donc avec les mains, enfonçant ses ongles dans le sol, et réitéra l’opération en parvenant cette fois-ci à lever les yeux.

_ _ Le dragon s’était envolé et s’avançait, proche du sol, dans sa direction, en lui adressant un regard jaune médusant. Mais où était désormais sa sauveuse ? Jessy ne le savait pas ; elle ne la voyait plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Lieu de passage

Message par : Invité, Mar 24 Juin 2014 - 17:30


J'ai écris la réponse sur mon portable alors désolée si il y a des fautes Smile


Laura était désemparée par la situation. C'était la première fois qu'elle voyait un dragon de si près, et malgré le fait que ces créatures la fascinaient tout particulièrement, elle n'avait pas le temps de penser à sa beauté ou autre. De plus, le fait de se retrouver en dessous de lui n'avait rien de bien rassurant et était d'autant plus terrifiant. À peine Laura eut fini de donner ce "conseil" à la brune à côte d'elle, le dragon sembla l'entendre et ressera les rondes qu'il décrivait jusqu'alors au dessus de leur tête, avant de plonger à terre, à quelques mètres seulement d'elle. Le sang de la blonde se figea dans ses veines  son regard se troublait à la vue des énormes yeux jaunes et globuleux de la bête. L'ex Serdaigle sentait peu à peu son énergie se vider, son courage ou plutôt son côté suicidaire disparaître. Elle avait beau avoir eu une carrière d'Auror il y a quelques mois de cela, elle n'était pas encore assez expérimentée pour combattre un dragon. Elle savait à cet instant précis qu'elle aurait déjà du commencer à courir depuis longtemps, maos elle en était incapable. La brune eut la bonne idée de tirer Laura par le bras et de l'obliger à fuir à ses côtés à l'instant même où la créature ouvrait la gueule pour répendre  derrière elle un rideau de flammes. C'est seulement en courant que Laura parvint à reprendre ses esprits. Mais le dragon essayait tant bien que mal de les poursuivre, maladroit sur ses pattes. Peut être que quelque part, elle avait un ange gardien,  quelqu'un pensait à elles: elles avaient de la chance de courir plus vite que cette énorme bestiole.


Laura pensa alors à Drew. Ce n'était ni le moment, ni l'endroit, mais elle ne put s'empêcher d'imaginer ce qu'il penderait en apprenant que son ex meilleure amie était morte le lendemain de son arrivée chez lui. Surtout morte tuée par un dragon. S'il le pouvait, en cet instant précis, il l'engueulerait. Parce qu'il l'engueulait tout le temps. Mais peut-être n'aurait-il pas tord. Qu'est ce qu'elle était venue faire là ? Pourquoi être venue aider cette jeune femme ? En réalité, ce geste, elle ne le regrettait pas. Comme Hermine, sa grand-mère, le lui avait toujours dit et comme le disaient aussi certains Moldus, "Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse." Et honnêtement, si la blonde s'était retrouvée seule, face à un dragon, elle aurait énormément apprécié l'aide ou rien que la présence de quelqu'un à ses côtés.

La main de la brune qui était jusque là resté accroché au sien la lâcha ce qui lui fit quelque peu perdre l'équilibre. Laura mit un instant a comprendre que l'autre femme avaiit dévalé la pente aux pieds de Laura. Celle-ci ne put d'ailleurs pas la retenir. Elle s'apprêtait à descendre elle aussi pour aller l'aider, mais l'ombre du dragon qui s'était à nouveau envolé et qui approchait la fit se résigner à y aller et elle se cacha derrière un arbre de manière a ce que le dragon ait moins de chance de la voir. Par chance encore une fois,il ne la vit pas. Mais la blonde comprit presque trop tard que le dragon n'avait pas perdu la brune de vue. Inquiète pour celle qui devait être assez mal en point en contrebas, abimée par sa chute, Laura sortit sa baguette qui avait survécue à sa course poursuite et s'en servit pour envoyer un Bombarda Maxima sur le dragon. Elle savait à l'avance qu'il ne sentirait presque rien, mais elle voualit juste détourner son attention histoire de l'empêcher d'agraver encore plus le cas de l'autre jeune femme. Il n'en fallu pas plus pour que le dragon pousse un cri de rage et fasse volte-face en revenant vers elle à une allure impressionante. La terreur gagne a nouveau Laura, mais elle s'efforça de se conventrer sur le dragon et sur l'atritude qu'elle devrait adopeter pour avoir une chance de survivre. N'ayant pas tellement le temps de réfléchir d'avantage, elle lanca quelques sorts anodins avant de trouver une éventuelle solution. Elle n'était en aucun cas sûre de ce qu'elle allait faire, mais la Serdaigle était une femme déterminée et de toute façon, mieux vallait essayer. Au pire ça ne ferait rien, au mieux, ça retarderait simplement sa mort ce qui était déjà pas mal. Elle se débrouilla donc pour se lancer d'abord un sort de désillusion à elle même. De cette façon, la créature ne pourrait plus la voir même si la blonde ne doutait en aucun cas de l'odorat développé de celui-ci.  Elle prononça ensuite un Reducto qui fit diminuer la taille du dragon à tel point qu'il en vint a ressembler à une vulgaire bête de la taille d'un chat. Celui-ci parrut même décontenancé par la taille qu'il avait à présent. Profitant de cette occasion, La Serdaigle lui lança un dernier sort qui le ligota de la tête aux pattes, gueule comprise. Laura avait quelques doutes sur la fiabilité de ses sorts qui avaient été lancés sans grande précision vu le stress, mais elle avait réussi à neutraliser un dragon pour un temps court mais indéterminé. Si elle avait réussi à faire ça dans le cadre des cours ou autre, elle aurait pu en être fière, mais là, elle n'avait pas le temps et ne réalisait d'ailleurs pas vraiment. Annulant son sortilège de Désilusion, elle courrut rejoindre la brune qu'elle trouva appuyée contre un arbre. Laura ne pouvait dire si elle avait déjà remonté une partie de la pente ou non. La seule chose qu'elle voyait, c'était qu'elle boitait et qu'elle tennait un bras autour de son ventre avec une grimace collée sur le visage. La Britannique l'aida alors à remonter le reste de la pente.

Je suis arrivée à le neutraliser, mais je ne suis pas sûre que ce soit le cas longtemps... Il faut que l'on se dépèche.
Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Lieu de passage

Message par : Jessy Brown, Ven 15 Aoû 2014 - 1:48


Désolée du retard ! ^^"


_ _ Les yeux rivés sur le monstre qui approchait dangereusement d’elle, Jessy retint son souffle. Sa tête était vide, réellement. Elle n’était plus vraiment humaine à cet instant précis ; tel un animal, son esprit ne veillait qu’à sa survie. Mais quelle survie ? Les longues cornes dorées de l’animal allaient l’embrocher d’un instant à l’autre… Elle attendit que son destin tragique s’accomplisse, mais rien ne se passa. Elle ne ressentit aucune douleur autre que celles dues à sa chute. Au lieu de cela, elle fut spectatrice d’une explosion toute proche, pile là où se trouvait le dragon. Des mottes de terre giclèrent, ainsi que des brins d’herbe, et une poussière lui fit plisser les yeux. Où était-il ? Elle n’en avait aucune idée ; tout ce qu’elle savait, c’est qu’il avait changé de direction, car s’il avait poursuivi son avancée son cœur aurait cessé de battre.

_ _ Le nuage gris l’entourant toujours, elle entreprit de se lever pour remonter la pente et voir si elle pouvait retrouver la blondinette. Penchée en avant, elle tendit ses jambes puis écarta ses bras pour retrouver l’équilibre ; mais ces derniers se retrouvèrent à effectuer des moulinets agités, tentant vainement d’empêcher une rechute. La sang-pur dévala une nouvelle fois la pente comme une incapable, mais se stoppa bientôt en s’accrochant à l’herbe et en profitant d’un sol légèrement plus plat. Souffrant encore plus que lorsqu’elle avait été attaquée par le Saule Cogneur à Poudlard, elle resta inerte sur le sol. Le dragon et sa sauveuse sortirent de son esprit pendant une poignée de seconde, le temps que son cœur emballé se repose. Puis la réalité la rattrapa : le monstre rugissait plus haut, il devait être face à la blondinette.

_ _ Horrifiée, Jessy espéra de tout son être que la jeune femme s’en sortirait ; mais elle ne s’arrêta pas à envoyer des ondes positives et prit la décision de remonter. Sachant qu’elle ne tiendrait pas debout, elle resta à quatre pattes et grimpa aussi vite qu’elle le pouvait. Elle manqua de retomber sur le dos plusieurs fois, mais ne décida de faire une pause qu’au moment où elle fut terriblement essoufflée. Elle remarqua qu’elle se trouvait au niveau de l’arbre qu’elle avait précédemment quitté, près duquel avaient été projetés des lambeaux de terre éparses. Elle s’appuya à son tronc pour se mettre sur ses pieds et resta là pour contempler les alentours, la poussière s’étant dissipée.

_ _ Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle vit un petit dragonneau emprisonné par d’épaisses cordelettes ! Si c’était sa sauveuse qui avait fait cela… Waouh ! Un sourire - qui ressemblait davantage à une grimace - se plaqua sur le visage endolori de la brune. Mais une question se posait toujours : où était-elle ? Aucune trace de tignasse blonde à l’horizon, en fait, aucune trace d’être humain. Jessy commençait à se demander si elle était partie quand elle la vit apparaître à quelques pas d’elle. Un charme de désillusion, quelle bonne initiative. Elle était vraiment douée cette fille ; la brune avait eu beaucoup de chance qu’elle soit venue à son secours, sinon elle aurait fini en bouse de dragon sans que personne ne s’en soit rendu compte…

_ _ Elle s’éloigna de son support, un bras à moitié sur sa hanche, à moitié sur son ventre, et marcha fébrilement dans sa direction, toujours son petit sourire crispé aux lèvres et l’air un petit peu à l’ouest. La blonde vint l’épauler délicatement pour qu’elle puisse marcher sans trop d’encombres et lui adressa quelques mots.

_ _ « Je suis arrivée à le neutraliser, mais je ne suis pas sûre que ce soit le cas longtemps... Il faut que l'on se dépêche.

_ _Waouh, tu es super douée pour avoir réussi à le mettre KO comme ça ! » fit-elle avec un coup d’œil par-dessus son épaule vers le tas de fils qui se débattait, impuissant. « Je… J’suis vraiment maladroite, d’être tombée comme ça… J’aurais voulu t’aider, pas te laisser seule face à lui. Déjà que tu es apparue dans le ciel comme par magie et venue m’aider ! J’y aurais jamais cru. Merci, vraiment. »

_ _ Jessy laissa ses émotions vagabonder au gré de ses pas, entre stupéfaction, honte, regret, joie et reconnaissance. Le duo marcha encore quelques minutes puis se retrouva bien haut sur la colline, plus loin que l’endroit où la sang-pur avait surgi. Elles avaient une très belle vue sur la vallée et ne pouvaient plus apercevoir le petit Cornelongue ficelé. Elle ralentit son allure, scruta le visage de la blonde et tenta d’expliquer sa présence dans ce coin perdu.

_ _ « Franchement, je ne sais pas ce que je fais ici ! J’étais à Bucarest, je parlais avec des sorciers du coin parce que je cherchais une réserve de dragons où j… bon, j’ai trouvé un dragon mais ce n’est pas vraiment ce que je cherchais ! » se désola-t-elle.

_ _ La tête en ébullition, elle se rendit seulement compte que la jeune femme lui avait parlé dans sa langue. Ce n’était pas courant, surtout dans un pays étranger… Intriguée, elle lui lança quelques interrogations :

_ _ « Mais… au fait, tu parles anglais ! » La déduction du siècle. « Tu es anglaise ? Qu’est-ce que tu fais dans un coin perdu comme celui-ci… ? Tu faisais une promenade en balai… mais, euh, où est ton balai ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Lieu de passage

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 14

 Lieu de passage

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 8 ... 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.