AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose
Page 3 sur 4
Bureau du professeur
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Bureau du professeur

Message par : Evan, Jeu 15 Oct 2015, 08:51


- Les menottes me semblaient indispensables, vu comment tu t’es rué sur ton collègue. Jusqu’à preuve du contraire, tu es l’accusé, soupçonné d’avoir blessé plusieurs élèves durant un cours. Si Harradas est persuadé que c’était toi, ce qu’il a toutes les raisons de croire, son poing sur ton museau était justifié. Moi je suis là pour faire mon boulot, et quand un professeur alarmé m’envoie un patronus en identifiant clairement le coupable, je me tourne vers le coupable présumé… Toi. Bon, maintenant que t'as comprit que j'étais pas là pour te coffrer, raconte-moi ta version des faits.

~ Elle lui avait enlevé les menottes, c'était déjà ça, même s'il n'aimait pas avoir dû parader dans une bonne partie de Poudlard avec. Il la regarda s'asseoir dans un des deux fauteuils autour du bureau, et, après s'être entretenu les poignets, alla se poser dans celui qui y faisait face. Elle voulait sa version des faits, elle allait l'avoir, et il espérait bien qu'elle soit plus ouverte qu'Harradas, qui était rentré en bonne place dans son classement des personnes qu'il n'aimait pas.

- Ma version des faits, non, la vérité, c'est ce que tu auras... Comme d'habitude, je me suis levé à l'aube, la grâce mat' c'est pas pour moi, surtout quand je dors seul, j'imagine que tu vois ce que c'est ? La question était purement rhétorique. Ce matin, j'avais pas très envie d'aller dehors, du coup je suis parti me poser dans la salle des professeurs afin de bosser sur le sujet de mon troisième cours...

~ Evan fit une brève pause, pensant à la bouteille de whisky qui attendait dans un tiroir de son bureau. Un remontant serait le bienvenu, mais il ne savait pas si l'Auror trouverait cela déplacé, et, surtout, avait peur que cette dernière se serve de cela pour le noter dérangé, du coup il se résigna à ne rien demander, et continua.

- J'avais laissé la porte de la salle ouverte, qui doit toujours l'être d'ailleurs... Je me disais que si un de mes collègues passait par là, peut-être que ça déclencherait une conversation matinale, surtout qu'il y en a plusieurs d’entre eux avec lesquels je ne me suis pas encore entretenu ! Passons, donc je bossais tranquillement sur mon prochain cours, notant sur des feuilles de parchemins comment je pourrais le faire se dérouler, afin qu'il soit le plus attractif possible pour mes élèves. Sinon, à quoi bon être prof' si c'est pour créer l'ennui ?

~ Le mage marqua une nouvelle pause, un instant, il chercha dans ses pensées, se disant que s'il l'avait reconnue, elle devait avoir elle aussi réussi à mettre un souvenir sur son visage. Et il se demandait si le soir de leur combat, il avait révélé sa marque des Ténèbres ou non, car là, les ennuis pourraient arriver très vite jusqu'à lui ! Alcoolisé, il ne se souvenait plus très bien de tous les détails, et là plus que jamais, il espérait ne pas avoir franchi cette limite...

- Et voilà qu'après moins de trente minutes passées à écrire, reprit-il finalement. Un patronus en forme de corbeau passe par la salle et donne un message d'alerte comme quoi le cours de Divination a été attaqué ! Et par moi de surcroît ! L'usurpation d'identité était claire, et je me devais de réagir ! Je suis parti en trombe, d'ailleurs, je crois avoir renversé mes notes et mon encrier quand je suis parti. Outre le fait que je ne pouvais pas rester assit sans réagir, et que ce soit mon identité qui a été utilisée pour masquer cette attaque, je me devais de prendre soin des élèves ! Il avait voulu dire Lizzie, mais s'il pouvait éviter de balancer sa relation aux yeux du Ministère, il s'en passerait bien, aussi ne la mentionna-t-il pas, bien qu'il eut une profonde pensée pour elle, et un léger sourire en repensant qu'elle allait bien.

- Ensuite, j'ai accouru aussi vite que je pouvais jusqu'en salle de Divination, qui, d'ailleurs, est placée n'importe où ! Même si je fais du sport régulièrement c'était hard ! Bref, je suis rentré dans la salle de classe et j'ai été vers une élève qui semblait avoir besoin d'aide. Je me foutais des regards qu'il pouvait y avoir sur moi, seul comptait d'aider. Après j'ai vu Jade inerte, que Théodore avait sortie de la salle de classe. Après avoir constaté les blessure qu'elle avait, j'ai usé de quelques sortilèges sur elle pour l'aider comme je le pouvais ! Ensuite Sergeï est arrivé, Harradas est sorti de je ne sais où ! Je me demande sérieusement s'il ne s'était pas planqué pour se préserver ! Il me juge comme seul coupable alors que je suis certain qu'il n'a pas vu l'auteur de l'attaque ! Car, j'imagine aisément que ce dernier était arrivé sous polynectar, et qu'il ne devait pas avoir les mêmes fringues que moi en ce jour ! Bref, derrière il balance au Directeur que je suis responsable, m'en fout une dans la gueule au passage que tu n'as pas vu. Puis tu es arrivé, tu me cherchais, je suis venu car je n'ai rien à cacher, ni à me reprocher à part avoir voulu aider. Harradas continuait à me descendre au milieu de l'ignorance de son esprit, du coup, il était allé trop loin, je lui ai rendu la monnaie de sa pièce ! Puis ensuite, tu m'as cloué au mur, menotté comme un mage noir attendant son procès et sa condamnation à Azkaban, et nous voici ici ! Voilà l'exacte vérité, mademoiselle dont j'ignore le nom !

~ Le mage s'était avancé dans son fauteuil et avait fait de grands gestes tout le long de son discours. Il avait volontairement terminé en demandant son nom, afin d'être certain à cent pour cent qu'elle était bien celle qu'il avait combattu. Après avoir fini, il se laissa tomber au fond de son fauteuil et croisa les bras, toujours un peu énervé de passer pour un coupable.

- J'attends tes questions si tu en as ! Mais tu pourras aisément vérifier tout ce que j'ai dit jusque là !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Bureau du professeur

Message par : Evan, Lun 19 Oct 2015, 10:31


~ S'en prendre à Harradas n'était peut-être pas une bonne idée dans sa situation. Mais il n'avait guère apprécié le jugement hâtif de l'homme, là où ses élèves avaient, semble-t-il, su discerner le vrai du faux. Pour un prof' de Divination, il était clair que, là aussi, il pouvait y avoir usurpation d'identité! Car il pouvait tout aussi bien être un marchand de tapis ce Harradas ! Oui, il était normal qu'on l'accuse, il n'était pas là pour prétendre le contraire, mais se faire accuser par quelqu'un qui n'a rien vu, ou tout juste des bribes alors que ses élèves avaient montrés davantage de courage que lui, c'était proche du foutage de gueule !

~ La partie où elle vînt ensuite lui déplaisait un peu plus, bien que, comme à son habitude, il ne laissa rien  paraître qui pourrait le trahir. L'attaque était encore récente et il était difficile d'établir un lien parfait. Cependant il était tout sauf stupide et bien peu de gens étaient entrés en contact physique avec lui depuis qu'il était revenu. Si son idée en était encore à la théorie, il avait déjà dans sa tête, l'idée de contacter 70 afin d'être certain de son coup. Le problème, c'est que même s'il avait raison, il ne pourrait pas agir, au mieux sermonner la personne en tête-à-tête. Du coup, il devait feindre l'incompréhension, en évitant de mentionner lui-même sa propre piste. Le ou la responsable de l'attaque, il le trouverait de son propre chef.

- J'ai mentionné le Polynectar, car c'est ce qui me semble être le plus plausible ! Après oui, comme je te l'ai dit, mon bureau et ma salle de classe n'étaient pas fermés, mais ils ne contiennent pas grand-chose ! Je ne sais pas à quel moment on aurait pu récupérer un de mes cheveux, fit-il avec une tête désespérée alors qu'il savait très bien, cela pourrait être arrivé à bien des endroits !

~ Sa dernière question voyagea quelques secondes dans son esprit. S'il avait des ennemis à Poudlard ? Qui serait assez stupide pour attaquer un mage noir aussi expérimenté que lui, loup-garou de surcroît ? Un ancien Mangemort revanchard ? Où alors un ignorant sur qui il était simplement ? Il était peu probable qu'Eurora ait refait surface. Elle qui l'avait traqué sur la fin de son règne, sans succès. Non, il ne voyait pas.

- Sincèrement, je ne pense pas avoir d'ennemis ici, peut-être quelqu'un qui briguait ma place ? Je ne sais pas ! Même lorsque j'étais scolarisé ici, je n'étais pas du genre à m'attirer des ennuis (en fait il les créait). Donc, et ça m'embête de pouvoir avancer sur ce point, mais je ne vois réellement pas qui aurait pu m'en vouloir. Peut-être un élève à qui j'aurai mis une mauvaise note, et qui l'aurait mal pris va savoir ! finit-il en affichant une mine sincère.

~ Le mage jeta son regard par la fenêtre un instant, cherchant à recréer certains de ses souvenirs lointains. Mais son coma rendait beaucoup de scènes trop floues, il ne restait que des bribes de beaucoup d'événements et il lui était difficile d'essayer de voir un quelconque ennemi lointain. Il avait certainement énervé bons nombres d'Aurors et de Phénix par le passé, mais de là à y trouver un lien réel... Finalement, il reprit en pensant à un détail, histoire de donner de quoi travailler à l'Auror.

- J'y repense, enfin, vu les dégâts dans la salle de classe, les sorts utilisés n'étaient clairement pas à la portée de tout le monde ! Peut-être devriez-vous chercher vers les élèves ayant de bonnes dispositions en magie ! Il est clairement impossible que cela soit un élève de première année qui ait orchestré cela ! Après, reste à espérer que ça ne soit pas que le début d'une série d'attaque visant à détruire la crédibilité de l'ensemble du corps professoral, ce qui signifierait que ça n'était qu'un avant goût ! Harradas faisait son premier cours et moi je suis arrivé il y a tout juste quelques semaines ! Si je devais m'avancer, je dirais que ça a été savamment préparé et que ce n'était pas un hasard, ni que ça se soit passé au cours d'Harradas, ni que ça soit mon identité qui ai été usurpée !

~ Là, il avait pensé comme un Mangemort. Il ne pouvait clairement pas dire le fond de sa pensée sur l'auteur de l'attaque, mais il se devait de donner quelque chose de concret, du moins un semblant de piste. En pensant comme un mage noir, ce qu'il venait de dire avait du sens, après peut-être était-il loin de la vérité...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Bureau du professeur

Message par : Evan, Sam 30 Avr 2016, 00:46


Rp unique.



Le Regard des Ténèbres 1/8, Prélude.



~ Evan était dans son bureau, soigneusement enfermé, posé dans son fauteuil de cuir qui trônait derrière son bureau. Son regard vers la fenêtre qui donnait sur l'extérieur lui permettait de voir la nuit noire qui rodait au dehors. De sa position nulle étoile ne se distinguait, comme si elles avaient décidés d'aller faire la fête vers une autre partie du monde, laissant celle-ci dans une pénombre presque oppressante. Lui s'en foutait, il appréciait chaque facette que pouvait prendre la Nuit. La petite horloge qui trainait dans le coin supérieur droit de son bureau vînt sonner minuit, le sortant de ses pensées.

~ Il reporta son attention sur son bureau sur lequel attendait plusieurs affiches dépliées. On l'avait contacté pour une mission et il comptait bien la remplir du mieux qu'il le pouvait, il avait tout planifié. Le mage avait une vingtaine d'affiches, sa mission était simple, Poudlard se réveillerait le lendemain avec un message clair de la part des Ténèbres.

~ Il se leva et se balança un sortilège pour se déplacer sans bruit, puis récupéra sa longue cape d'invisibilité qui attendait sur le dossier de son fauteuil. Debout près de son bureau, le mage ensorcela les fameuses affiches, afin qu'elles puissent rester coller là où il les laisserait. Un autre enchantement dessus pour s'assurer que personne ne pourrait en changer l'image par une autre, que celle-ci serait inaltérable, que quiconque voudrait en changer la forme verrait son sortilège rendu nul s'il n'en retirait pas au préalable sa protection.

~ Il était fin prêt, il roula sur elles-mêmes la vingtaine d'affiches qu'il glissa à l'intérieur d'une des manches de sa cape. Il prit sa baguette, s'emmitoufla sous sa cape d'invisibilité afin d'être parfaitement dissimulé, et quitta son bureau pour sa mission nocturne. Comme si dehors la nuit compatissait, elle allait déposer son empreinte de Ténèbres également dans le château...

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Bureau du professeur

Message par : Evan, Mer 13 Juil 2016, 11:14


[Je prends votre LA histoire de vous faire entrer et pas vous laisser devant la porte comme des cons ^^]

~ Hop une nouvelle journée se dessinait à Poudlard. Au dehors, l'été s'installait petit à petit. Tantôt journée de pluie, tantôt une ou le soleil dominait en maître, tout cela était très inconstant, si bien qu'il était souvent difficile de prévoir comment allait se présenter le lendemain. Soit, en cette journée, il faisait plutôt beau. Et le mage, après avoir fait sa sortie matinale dans le parc du château, avait rallié son appartement avant de prendre la direction de son bureau.

~ Il allait plancher sur les cours qu'il mèneraient dans les mois à venir. Que pourrait-il bien foutre dans son bureau sinon ? Du coup, sa journée n'annonçait rien de bien folichon. Ses compagnons étaient restés chez lui, le mage avait donc juste sa baguette pour l'accompagner au milieu de ses nombreux dossiers.

~ C'est ainsi, alors qu'il rédigeait plusieurs annotations sur différents parchemins, que vînt, le déranger, quelques coups sur la porte d'entrée. Un élève ayant des questions sur la Métamorphose ? Même si cela avait été sa première pensée, elle fut vite balayée.

Professeur Evan, Bureau des Aurors, nous avons un mandat de perquisition à votre nom pour investir vos locaux. Au nom du Minsitre, ouvrez.

~ Le mage fut surpris, posa sa plume sur son bureau, croyant au premier abord à une blague d'un de ses élèves. Cela serait bien le genre d'Esteban ou de Riri tiens ! Depuis quand les Aurors travaillaient ? Cela sonnait comme une bonne blague... Cherchant rapidement dans ses pensées s'il n'avait pas tué quelqu'un de sang froid en plein milieu du château, il alla ouvrir en s'attendant à une farce, un grand sourire aux lèvres.

~ Mais non, ce n'en était pas une. Gardant son sourire en trouvant trois employés du Ministère face à lui, Evan les salua comme il se devait avant de réclamer le dit mandat qui sonnait comme un beau tas de Mer** (entendez-là qu'Evan l'imagine plaisanterie hein, c'est pas une pique Razz).

- Bien le bonjour à vous ! Puis-je ? fit-il à l'attention du garçon qui avait dans sa main le dit mandat.

~ Il attendit que ce dernier ne lui donne la réclame et prit le temps de lire la lettre dans sa tête. Il trouva amusant l'idée que cette dernière était censée être écrite par le Ministre lui-même et qu'elle parlait pour un groupe de personnes. Qui plus est la lettre semblait bafouer tout principe moral de liberté et de présomption d'innocence, encore plus alors qu'il n'avait pas la moindre idée de ce qui lui était reproché, puisque la lettre avait oublié de le mentionner. La formule de politesse qui la concluait se présentait à ses yeux comme l'apothéose. Comme si on lui disait "On prend tout ce qu'on veut chez vous, sans vous dire pourquoi, et merci bien surtout ! Vous pouvez nous servir du café et des boudoirs pendant qu'on fait cela ? ". Bref, puisque cela venait du Ministre, il ne contesta pas, et fit mine d'être heureux en gardant son magnifique sourire.

- Bien faites comme chez vous ! leur dit-il en les invitant respectueusement d'un geste de la main à entrer dans son "bureau". Évitez cependant de prendre mes copies de cours, mes élèves en auront besoin. De même, si vous pouviez me laisser mes vêtements histoire que je ne me balade pas à poil dans le château, ça serait très gentil ! finit-il avec le sourire le plus faux du monde sur le visage qui au fond voulait dire " Allez vous torcher le cul avec votre mandat ! "
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Bureau du professeur

Message par : Azaël Peverell, Mar 27 Juin 2017, 20:43


PV Evan
LA mutuels
Lettre d'Evan


Tu lis une nouvelle fois la lettre que le corbeau de Lival t'a apporté. C'est clairement une convocation. T'as pas d'autre choix que d'y aller. T'as pas envie de te retrouver seul avec lui une nouvelle fois. D'autant plus qu'une "discussion des plus cordiales" avec lui, t'es pas vraiment sûr que ça te tente. Si ça se trouve, il va juste te dire que finalement, il ne te fait pas suffisamment confiance pour te laisser te balader partout alors que tu pourrais raconter à n'importe qui qu'il a une seconde identité pas très légale. T'as senti la pression monter en toi lors des derniers cours de l'après-midi. T'as même pas bu la moindre gorgée d'alcool dès que t'as reçu la missive, de peur qu'il le sache par un quelconque obscur moyen et qu'il t'en veuille de ne pas avoir pris ses conseils de la dernière fois en compte.

T'as même pas pris le temps de repasser par ta Salle Commune en sortant des cours. Tu t'es directement dirigé vers son bureau, sac sur l'épaule, par peur de le faire attendre. Tu préfères qu'il ne soit pas de trop mauvaise humeur. Et le fait qu'il puisse vouloir te voir uniquement pour te parler sans la moindre menace ou la moindre torture à la clé ne te vient même pas à l'esprit. C'est simplement totalement inconcevable à tes yeux. Après ce qu'il t'a fait subir, t'es bien persuadé qu'il ne te veux absolument aucun bien. Parce que t'es sûr qu'il a pris son pied pendant toute cette petite séance à la montagne. Ça le faisait marrer de te faire souffrir et de t'humilier.

Tu finis cependant par prendre ton courage à deux mains. Tu remets la lettre dans ta poche avant de prendre une grande inspiration et de toquer à la porte du bureau. Tu ne rentres qu'une fois l'autorisation donnée par le professeur, et tu te contentes de deux pas pour avancer dans la pièce, sans fermer la porte derrière toi, histoire de garder une échappatoire si jamais ce rendez-vous "cordial" tournait mal. Tu lâches d'une voix que tu veux assurée, mais qui ne cache probablement pas le stress que tu ressens à être là :

- Bonjour M'sieur, vous vouliez m'voir ?
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Bureau du professeur

Message par : Evan, Jeu 29 Juin 2017, 17:44







J'attendais sagement dans mon bureau, travaillant sur diverses corrections ou autre exercices que je préparais en vue de mes futurs cours. Rien de très important ou de compliqué, juste qu'il fallait que je le fasse. J'avais invité un élève à venir discuter avec moi.

Mais pas n'importe qui, Azaël. Celui qui un temps, m'avait semblé être venu au monde uniquement dans le but de me pourrir l'existence, comme une mer*e sous la godasse qu'on ramasse au détour d'une rue, lâché par un chien dont le propriétaire aura oublié certaines règles de vie.

Azaël, que j'avais puni en l'emmenant en Bulgarie où j'avais été élevé, lui infligeant un traitement digne de ce nom qui devait avoir une valeur d'avertissement pour lui. Même si, quand nous étions tous les deux revenus à l'école, le garçon n'avait pas eu le comportement que j'avais escompté.

Certes, j'avais espéré qu'il arrête de me pourrir la vie et ça il l'avait bien fait, mais peut-être trop. Il me fuyait à la moindre occasion, ne tenait jamais mon regard, et s'en tenait au strict minimum en matière de conversation. Pour le coup, il n'était pas compliqué lorsque nous n'étions pas que tous les deux pour comprendre qu'il y avait quelques ressentiments entre lui et moi.

Qui plus est, les derniers jours avaient ajouté un nouveau paramètre à notre relation pourtant déjà bien tendue (aucun sous entendu dans cette phrase...). En effet, avec Elly, nous avions surpris le garçon en train de se bourrer la gueule, même si la vérité était qu'il était déjà complètement mort quand nous l'avions trouvé, mais, dans cette soirée, il avait fini par apprendre ma double identité, en plus accessoirement d'avoir pu faire le lien que ma compagne Auror avait connaissance de cela.

Alors j'avais décidé qu'il était grand temps qu'il enterre la hache de guerre vis à vis de moi, comme moi je l'avais déjà enterré vis-à-vis de lui, certes douloureusement. Alors, quand quelques coups retentirent à ma porte, j'invitais immédiatement l'inconnu à entrer, qui se trouve être justement Azaël. (Heureusement sinon tout le début de ce rp n'aurait aucun sens...)

Avec l'air de constipé que je lui connaissais bien, il entra en gardant une marge de sécurité, aussi bien devant lui jusqu'à mon bureau que derrière lui en ayant laissé la porte ouverte. Il me salua et je me levais en lui décrochant un sourire. Passant près de lui, je lançais un "Bonjour Azaël, assis-toi je t'en prie." lui indiquant un des deux fauteuils présent devant mon bureau pour qu'il aille s'asseoir, le contournant pour aller fermer la porte qu'il avait laissé ouverte.

Puis je retournais à ma place, le regardant lui prendre la sienne. Mains croisées sur mon bureau je m'approchais et le fixais dans les yeux un instant, avant de choisir de briser directement cette glace présente depuis notre séjour dans la montagne.

- Bien, j'aimerais que nous parlions toi et moi... Sans détour... Je te dirais ce que je pense et je t'invite à faire de même... J'ai aucunement l'intention de te faire quoi que ce soit si jamais tu penses cela...

Je marquais  une pause, le temps d'ouvrir le petit placard sur ma droite. J'en sortis deux verres et une bouteille de whisky qui coutait bien plus cher que le misérable salaire que je gagnais pour ce job.  Je servais les deux et j'en donnais un au garçon. Ironie de la situation quand même, que de lui avoir dit d'arrêter ses conneries quelques jours plus tôt après l'avoir trouvé dans le parc bourré au whisky, et de lui en offrir un là. Même si j'avais pas l'intention qu'on se torche la bouteille, un verre suffirait amplement. Je bus quelques gorgées et reprenais.

- Pour la Bulgarie... J'ai peut-être été un peu loin pour te donner une leçon... Et si cela te hante encore aujourd'hui, j'en suis désolé... Pour autant, je n'ai absolument rien contre toi aujourd'hui... Au contraire, j'aimerais qu'on en développe une relation cordiale, et, peut-être, que je pourrais t'aider ultérieurement, si tu en as besoin... Sur je ne sais quoi... Mais j'aimerais qu'on oublie ce qu'il s'est passé en décembre...

Je me taisais, le laissant à ses réflexions. Je ne le quittais pas des yeux pour être certain qu'il ne me mentirait pas où n'essaierait pas de s'enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Bureau du professeur

Message par : Azaël Peverell, Ven 30 Juin 2017, 10:29


En voyant le professeur se lever juste après que tu l’aies salué, tu sens la pression monter encore d’un cran en toi. Même s’il te sourit, tu ne trouves pas ça rassurant du tout. Après tout, il souriait aussi dans les montagnes. Et le voilà qui se dirige vers toi. Tu te figes instantanément, retenant ta respiration. Dire qu’à la base t’avais laissé la porte ouverte pour pouvoir te barrer en courant, t’es même pas fichu de bouger le moindre muscle en le voyant approcher. Pourtant, il se contente de te contourner en te saluant, et en te disant de t’asseoir. Cette fois-ci, ton corps décide de se mettre en marche. Sans doute parce qu’il vient de t’en donner l’autorisation, et que t’as nullement l’intention d’aller à l’encontre de ce qu’il te demande. Alors tu vas t’asseoir en face de son bureau après avoir posé ton sac à tes pieds, et tu le regardes fermer la porte.

Tu vois l’espace se réduire entre le battant de la porte et le couloir. Jusqu’à ce que ce dernier disparaisse totalement, te laissant dans la même pièce que Lival, sans la moindre sortie facile et rapide d’accès. Ta respiration est légèrement saccadée, bien que tu essaies de faire en sorte que cela ne se remarque pas. Tu restes assis bien droit sur le fauteuil, les mains serrées sur tes genoux pour les empêcher de trembler. Rationnelle ou non, ta peur du professeur de métamorphose est visiblement toujours bien présente. T’es incapable de dire quoi que ce soit. Tu te contentes d’attendre, en te demandant à quel moment il va décider de te torturer à nouveau ou de tout simplement mettre fin à ta vie.

Et pourtant, il reprend place à son bureau d’un air plutôt posé. Il te fixe un instant. Ton regard se baisse aussitôt, dans un signe de soumission évident. Tu sens tes mains devenir de plus en plus moites tandis qu’elles se serrent légèrement sur le tissu de ta robe de sorcier. T’essaies de te calmer, parce que ton cœur bat tellement fort à cet instant que t’as l’impression qu’il risque de sortir de ta poitrine, ou de tout simplement s’arrêter. C’est la première fois que tu te retrouves seul avec Lival depuis ce qu’il s’est passé en Bulgarie. Et autant dire que tu donnerais n’importe quoi pour ne pas être là. Tu préférerais même être en cours avec Evans, c’est pour dire. Et pourtant, les mots que prononcent le prof semblent avoir été choisis pour te rassurer.

Comme dit dans la lettre qu’il t’as fait parvenir pour que tu viennes, il ne souhaite visiblement que te parler. Sans te faire le moindre mal. Tu relèves alors les yeux vers lui, clairement surpris par ses propos. Mais aussi soulagé. Tu te décrispes un peu sur ton siège, et ta respiration reprend un rythme un peu plus normal. Tu l’observes sortir une bouteille de whisky de son placard pour en servir deux verres. L’idée que ce soit un test pour vérifier que tu ne bois plus depuis votre rencontre dans le parc avec l’Aurore te passe par l’esprit. Mais le voyant boire lui-même, tu ne perds pas plus de temps pour attraper le verre servi. T’en as sacrément besoin. C’est l’un des meilleurs moyens que tu connaisses pour faire redescendre la pression.

T’en prends quelques gorgées sans attendre, prenant sur toi pour ne pas finir le verre cul sec. D’ailleurs, si ça ne tenait qu’à toi, tu prendrais plutôt la bouteille pour la descendre. Au moins, tu serais sûr d’être un peu plus calme. Mais ce n’est probablement pas la meilleure idée du monde. Alors tu te contentes d’écouter les propos de Lival en faisant tourner le verre entre tes mains, comme dans une nécessité de les occuper. L’une de tes jambes s’agite aussi un peu nerveusement. On dirait un gosse qui a envie de pisser mais qui n’ose pas demander l’autorisation.

- Pour la Bulgarie... J'ai peut-être été un peu loin pour te donner une leçon... Et si cela te hante encore aujourd'hui, j'en suis désolé... Pour autant, je n'ai absolument rien contre toi aujourd'hui... Au contraire, j'aimerais qu'on en développe une relation cordiale, et, peut-être, que je pourrais t'aider ultérieurement, si tu en as besoin... Sur je ne sais quoi... Mais j'aimerais qu'on oublie ce qu'il s'est passé en décembre...

L’étonnement peut une nouvelle fois se lire dans tes yeux. Tu t’attendais à tout sauf à ça. Ainsi donc, dans le parc, il était sérieux lorsqu’il te proposait son aide ? T’étais persuadé qu’il jouait un rôle devant la jeune femme qui l’accompagnait. Et puis, tu ne t’attendais vraiment pas à recevoir des excuses de sa part. De toute manière, ce n’est pas comme si tu lui en voulais. Tu ne lui voues aucune haine. Il te fait juste flipper comme personne. Parce que tu sais pertinemment que le respect et toi, vous n’êtes pas les meilleurs amis du monde. T’as tendance à parler et à agir sur des coups de tête, sans réfléchir le moins du monde aux conséquences. Sauf qu’il t’a bien prévenu de ce qu’il se passerait si jamais tu te montrais à nouveau irrespectueux envers lui. Et t’as aucune envie que ça se passe comme ça. Alors tu te protèges comme tu peux.

Tu vois mal comment tu pourrais oublier ce qu’il s’est passé. Tu revis la scène chaque fois que tu le croises dans un couloir. Et parfois aussi en rêves. Il prend même le visage de ton père parfois. Ses méthodes d’éducation sont également bien ancrées dans ta tête. Car les deux hommes te renvoient à la même chose. La peur, la douleur, l’humiliation. Ils te mettent face à ta faiblesse et ton impuissance. Ils te rappellent que tu n’as aucun contrôle sur ta vie, puisqu’ils peuvent te l’ôter si l’envie leur prend. La seule différence étant que ton père, en plus d’être mort, n’a jamais essayé de changer ta façon de le voir par la suite. Bien au contraire, il aimait voir la peur prendre possession de toi à sa simple vue. Il en jouait. Il en profitait. Visiblement, Lival ne souhaitait que te donner une leçon. Et il veut maintenant passer à autre chose.

T’as pas la moindre idée de ce que t’es sensé répondre à ça. Cette situation te paraît… Inconcevable. Ce type, qui n’est que ton prof, se préoccupe davantage du fait d’entretenir une relation cordiale avec toi que ton propre père. Tu finis par bafouiller, les yeux rivés sur le whisky que tu fais tourner dans ton verre :

- Je… J’croyais que… Enfin… Que vous m’en vouliez… Enfin j’sais pas… Que vous attendiez n’importe quel faux pas d’ma part pour… Pour reprendre là où vous vous étiez arrêté la dernière fois…

Tu relèves la tête vers lui avec un air un peu gêné. Parce que c’est avouer clairement que tu as peur. Même si tu ne doutes pas une seule seconde qu’il n’a pas pu passer à côté, le dire à haute voix est bien plus difficile à assumer. Tu passes alors ta main dans tes cheveux avant de finir ton verre d’un trait avant de le reposer sur le bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Bureau du professeur

Message par : Evan, Jeu 06 Juil 2017, 09:57







J'attendais patiemment, que l'élève assimile ce que je lui avais dit. Mon envie, de développer avec lui un lien normal. Qu'il n'ait plus peur de moi ou envie de se défenestrer à chaque fois qu'il me croisait dans un couloir pour éviter d'avoir à me parler.

J'observais ses mimiques, ses regards, voir quelles expressions s'emparaient de lui. J'espérais qu'il ne se braque pas, qu'il ne parte pas au courant en imaginant un piège de ma part, alors que j'avais une réelle envie de le garder sous mon aile, ou, dans une certaine mesure, de veiller sur lui malgré la torture sept mois plus tôt.

Je le vois qui joue avec son verre, le faisant tourner comme s'il projetait ses pensées au fond des abysses du liquide ambré. Certainement partagé, entre de la crainte, de l'appréhension, et, peut-être, une volonté pour lui aussi de tourner cette page que j'avais déchiré.

Et les mots sortent de sa bouche, me disant qu'il pensait que je lui en voulais encore, que je n'attendais qu'une nouvelle erreur de sa part pour lui procurer un nouveau châtiment. Je vois sur son visage qu'il a l'air un peu confus, l'observant finir le nectar comme s'il pouvait être l'élément fait pour la rassurer, au delà de mes mots.

Je lui fis un léger sourire, plus amusé par le fait qu'il croyait que j'attendais que de le punir à nouveau, que d'une compassion quelconque. Plusieurs fois j'avais essayé de lui dire que je voulais oublier ce passage ou de lui faire comprendre, mais je m'étais toujours heurté à un mur invisible, qui, là, se dévoilait dans les doutes qu'il m'exprimait.

- Non Azaël... Même si, les premières semaines après cet épisode, je gardais volontairement un œil critique sur toi avec à l'idée que tu essaierais peut-être de te venger toi aussi... Clairement je n'avais pas en tête de refaire une telle séance avec toi, au contraire...

Je me taisais, laissant mon regard s'échapper par une des fenêtres de mon bureau. A y réfléchir, il était tout normal qu'il ait eu peur d'autres représailles de ma part depuis ce temps. Même s'il avait eu des tords, je savais que c'était également mon cas. Je reprenais plus calmement.

- Mon but n'était pas que tu aies peur de moi, même si je conçois que ce que j'ai fait était certainement inapproprié. J'aurais surement réagi de la même façon à ta place... Mais aujourd'hui je vois cela comme de l'histoire ancienne, j'aimerais qu'on tourne la page... Je me doute bien que tu feras certainement pas de moi ton meilleur ami, mais je ne veux pas que tu me vois comme un ennemi. Mais comme un allié potentiel si je puis dire ainsi...

Je reposais mon regard sur lui, réfléchissant quelques secondes à une éventualité, que je ne savais pas, s'il serait prêt à envisager ou non. Alors je la posais tranquillement, sans le quitter des yeux cette fois.

- Si jamais... Tu as besoin d'oublier ce souvenir... Je veux dire... La Bulgarie...  Je peux m'en charger... S'il pèse encore sur toi...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Bureau du professeur

Message par : Azaël Peverell, Sam 08 Juil 2017, 15:10


Tu ne peux retenir un léger soupir de soulagement lorsque Lival t'assure une nouvelle fois qu'il n'a aucunement l'intention de s'en prendre à nouveau à toi. A croire qu'il a oublié tout ce qu'il s'est passé en Bulgarie dès que vous étiez rentrés. Et tu aurais probablement pu avoir l'envie de te venger si tu n'étais pas si terrorisé à l'idée de te foirer lamentablement et de recevoir une nouvelle punition plus sadique encore. Tu ne sais toujours pas si tu peux réellement lui faire confiance. Si, malgré ses paroles plutôt rassurantes, tu es vraiment à l'abri de ses sauts d'humeur. Parce que tu as pu observer son impulsivité une nouvelle fois dans le parc, lorsqu'il a lancé un sortilège de mort uniquement parce que tu avais poussé l'Aurore qui l'accompagnait.

Tu te contentes d'essayer de te convaincre que, puisque t'es toujours vivant après cinq minutes en seul à seul avec lui, c'est qu'il doit être un minimum sincère. T'es toujours un peu raide sur ta chaise, mais tu es clairement moins flippé qu'à ton entrée dans le bureau. Après tout, c'est tout ce que tu souhaites, être sûr de ne rien risquer venant de sa part. C'est bien pour ça que tu fais tout ce que tu peux pour ne pas le contrarier une nouvelle fois. Tu préfères amplement que ça se passe bien entre vous. Et arrêter d'avoir peur. Même si ça risque de prendre un peu de temps pour que tu adoptes un comportement plus naturel face à lui. Tu te détends encore un peu plus lorsqu'il regarde par la fenêtre. T'as moins l'impression d'être l'objet de son attention, et tu préfères largement ça.

Ses mots te sont pourtant bels et bien destinés. Tu écoutes bien sagement. Il qualifie sa séance de torture d'inappropriée. Tu ne sais pas trop quoi répondre à ça. Parce que tu sais très bien que t'as tout fait pour le pousser à bout. T'as voulu jouer au c*n, sauf qu'il a été largement meilleur que toi. Tu ne peux pas vraiment le blâmer. T'avais juste pas songé une seule seconde qu'il pourrait employer ce genre de méthode face à un élève. T'en es venu à te dire que tu l'avais mérité. Parce que t'as provoqué, t'as cherché les limites. Et tu les as dépassé. Pourtant, si ton père t'as bien appris une chose, c'est qu'ensuite, la punition n'en est que plus douloureuse. Et t'as limite trouvé ça normal. C'est pourquoi, en plus de la terreur qu'il te faisait ressentir et de son ordre de ne jamais dire un mot à ce sujet à personne, jamais tu n'en aurais parlé à qui que ce soit. Parce que c'est de ta faute.

Il insiste sur le fait qu'il veut passer à autre chose avec toi. Qu'il préférerait être ton allié. Et autant dire que tu serais très stupide de refuser une offre pareille si elle est sincère. T'es bien placé pour savoir ce dont il est capable. Et avoir un autre Mangemort de ton côté, c'est loin d'être négligeable. T'es juste pas certain d'avoir le courage de lui demander quoi que ce soit. Parce que même si vous revenez à une relation plus cordiale, ce qu'il t'a fait subir restera à jamais gravé en toi. Mais rien ne t'empêche d'accepter. Jusqu'à ce qu'il t'offre une autre solution. Sans doute plus radicale.

Tu lèves une nouvelle fois les yeux vers lui. Autant dire que tu ne t'y attendais pas le moins du monde. Il peut te faire oublier. Il peut te libérer de ce souvenir qui te hante depuis des mois. Mais tu sais pertinemment que s'il le fait, tu te conduiras exactement comme avant face à lui. Et c'est clairement s'exposer à une nouvelle leçon sur le respect, même s'il te maintient que ce n'est pas dans ses intentions. Si tu le provoques à nouveau, si tu te comportes une nouvelle fois avec lui comme tu le fais avec n'importe quel adulte, ça risque de te retomber dessus. Et t'as aucune envie de revivre ça. Alors après quelques secondes de réflexion, tu finis par secouer légèrement la tête de gauche à droite.

- Non... Merci mais... J'crois pas qu'ce soit une bonne idée... J'préfère garder mes souvenirs.

Parce que c'est important à tes yeux. Même si ça t'a complètement traumatisé. Sinon, t'aurais déjà demandé depuis longtemps à quelqu'un de supprimer absolument tous tes souvenirs de ton père et de ce qu'il t'a fait subir. Mais ça fait parti de toi, de ce que tu es. T'es déjà assez paumé comme ça sans en rajouter, ça risquerait simplement de te perdre encore plus. Et puisque le fait que vous puissiez repartir sur de bonnes bases semble quand même lui tenir à coeur, t'ajoutes quelques mots.

- Mais... J'pense que j'peux essayer de passer à autre chose.

Ou du moins tu peux tenter d'arrêter de trembler de tous tes membres à chaque fois qu'il est en face de toi. Il y a déjà un mieux de ce côté-là, t'es clairement moins stressé que lorsque t'es entré dans son bureau il y a quelques minutes. T'arrives même à soutenir son regard plus d'une seconde. Si ça c'est pas de l'amélioration. En revanche, tu risques d'être toujours aussi obéissant avec lui, dans le doute, sait-on jamais, tu ne vas pas le contrarier pour rien. Une question subsiste tout de même. Parce que tu n'arrives pas à comprendre pourquoi il tient tellement à ce que tu comprenne qu'il est de ton côté alors que tu n'es rien de plus qu'un élève supplémentaire à ses yeux. Et même pas le plus doué ou le plus studieux, bien que tu sois à présent irréprochable niveau comportement face à lui.

- M'sieur, j'comprends pas, pourquoi vous voulez m'aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Bureau du professeur

Message par : Evan, Dim 09 Juil 2017, 14:52







Je le vois qui se détend petit à petit au fil de la discussion, ce qui me dit qu'il voit mes propos d'un bon œil et qu'il a compris que je ne l'avais pas invité pour lui rappeler que j'étais une menace pour sa personne. Je lui laisse un sourire, sincère, comme pour laisser derrière mes mots une preuve supplémentaire que je n'étais pas contre lui.

Puis je l'écoute refuser ma proposition quant à lui effacer ses souvenirs douloureux qui devaient le hanter. Il me dit qu'il préfère les garder, et j'en viens à me faire la réflexion qu'il a peut-être un tant soit peu changer de comportement dans le fond, suite à mon châtiment. Et qu'il n'a pas été totalement inutile malgré la douleur physique qu'il avait subi.

Je restais muet, perdu dans mes pensées en attendant qu'il développe plus, ou me dise ce qu'il attendait ou non, s'il voulait quelque chose en particulier. Il continue en me disant qu'il peut essayer de passer à autre chose, ce qui me laisse un nouveau sourire de contentement sur le visage, ne souhaitant que cela au fond, afin de pouvoir au mieux l'aider lorsqu'il en aurait besoin.

Enfin, il termine en me demandant pourquoi je souhaitais l'aider. Question qui avait de multiples réponses possibles. Au delà du fait que je regrettais un peu mon geste, et que, dans l'état où nous l'avions trouvé avec Elly nous avions eu l'envie de l'aider, il me rappelait surtout mon passé, et le fait que j'avais été complètement perdu à son âge aussi.

Bon, j'avais moins de soucis d'alcool que lui à l'époque, mais clairement le peu de temps que j'avais passé à Poudlard n'avait pas été de tout repos, et les liens que j'avais tissés à l'époque ne m'avaient pas apporté que du bon, malgré mon attirance déjà forte pour les ténèbres et tous sorciers arpentant la voie de la magie noire.

- Tu sais... Je me retrouve un peu en toi... Je veux dire... Lorsque je suis arrivé ici je manquais de beaucoup de repères, parce que j'avais été élevé dans un environnement strict et rigoureux dans lequel je n'avais pas eu le loisir de me faire des relations amicales... Et quelque part, même si j'ai rencontré quelques personnes auxquelles j'ai pu m'attacher, je n'ai pas vraiment eu la chance d'avoir quelqu'un pour me tendre la main ou m'aiguiller... Même si j'ai trouvé des gens pour m'accueillir après en quelques sortes...

Je laissais ma dernière phrase mourir silencieusement, qui était une allusion aux mangemorts que j'avais réussi à rejoindre alors que j'étais encore scolarisé. Je lui envoyais un nouveau sourire sincère, témoignant de ma réelle envie de l'aider, qu'au fond, je ne voulais pas qu'il se perde, alors qu'il avait la vie devant lui avec beaucoup de chose à y découvrir, s'il se donnait les moyens de l'explorer.

- Je sais que c'est pas toujours facile de savoir sur qui on peut compter. Mais du coup, si tu as besoin de relations, d'un appui, de conseils, sur n'importe quel sujet, pour n'importe quel boulot ou formation, je veux que tu gardes à l'esprit que je serais là pour toi si tu viens me voir.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Bureau du professeur

Message par : Azaël Peverell, Mar 11 Juil 2017, 16:00


Juste après lui avoir demandé pourquoi il voulait t'aider, tu te rends compte que t'aurais mieux fait de la fermer. Parce que ça craint ce genre de question, ça fait pitié. T'aurais simplement dû le remercier, le saluer, et te barrer de là, histoire de retourner à tes occupations habituelles. C'est à dire picoler, notamment. Mais au final, si tu lui as demandé, c'est que t'as envie de savoir. Parce que vu comment il insiste sur ce fait, tu te dis qu'il est sûrement sincère. Mais il n'y a aucune raison logique qui justifierait ceci à tes yeux. T'as pas l'habitude de ce genre de retournement de situation, donc faut bien admettre que t'es un peu paumé. Une explication n'est donc probablement pas de trop. Et le voilà qui t'en fournit une.

Ses premiers mots te tirent une expression de surprise que tu peines bien à dissimuler. Tu vois mal comment Lival peut se retrouver en toi. A tes yeux, on fait difficilement plus opposé. Mais visiblement, il n'a pas eu une jeunesse de tout repos non plus. Tu ne peux que reconnaître ta difficulté à créer des liens avec les gens. Tu préfères amplement les repousser. C'est sans doute la raison pour laquelle tu adoptes toujours un comportement insupportable. C'est plus facile pour toi de gérer si t'es sûr que personne n'attend rien de toi. T'en as assez de voir le dégoût et la déception dans le regard des gens. Quoi que, l'indifférence est sans doute encore pire. La haine te dérange beaucoup moins. Et t'es plutôt doué pour la provoquer. On peut au moins te reconnaître ça.

Il t'assure une fois de plus que tu peux venir le voir pour n'importe quoi, qu'il est prêt à te donner des conseils si t'en as besoin. T'es pas bien sûr que c'est vers lui que tu te tourneras si jamais t'as besoin d'un coup de main. Parce qu'il va te falloir quand même un peu de temps avant de le considérer réellement comme autre chose que le type qui a failli te buter en t'attachant à une planche en bois à moitié à poil dans un froid glacial. C'est pas forcément conscient ou volontaire de ta part. C'est simplement que ce n'est pas le genre de "leçon" qu'on oublie si facilement. Mais il y a quand même une question qui te traverse l'esprit. Tu ne sais pas vraiment si ça peut être considéré comme une formation, mais pour le coup, c'est quelque chose qui t'intéresse réellement.

- Merci M'sieur. En fait, j'aurais bien une question...

Léger regard vers lui pour voir si tu peux réellement la poser. T'es toujours un peu méfiant, bien que tu ne sois plus terrorisé à sa simple vue. Et puis, c'est tout de même un peu délicat, t'es pas sûr que ça te regarde. C'est simplement que ça t'aiderait un peu. T'as envie de savoir.

- Comment vous avez fait pour devenir Mangemort ? Pour être l'un d'entre eux ?

Difficile de cacher ton attrait pour l'Ordre Noir avec une question pareille. Mais après tout, ce n'est pas comme si tu le cachais. T'es simplement toujours un peu en retrait.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Bureau du professeur

Message par : Evan, Mer 12 Juil 2017, 22:20







Je le voyais, semblant peser les Pour et les Contre dans sa tête, comme traçant une ligne imaginaire avant de décider quel serait le meilleur choix pour lui. De quel côté il pencherait. S'il était capable ou non de faire le pas et d'avancer vers une entente cordiale, ou s'il choisissait de continuer à se braquer et éventuellement essayer de se mettre à dos d'autres prof's.

Il finit par me remercier et me dire qu'il avait bien une question à me poser. Le regard qu'il me lançait avait l'air à moitié réticent, comme s'il appréhendait ma réponse autant qu'une nouvelle séance de torture.

Puis enfin, arrive la fameuse question. Il ne passait pas quatre chemins, me demandant directement comment j'avais fait pour devenir mangemort. La question eut le mérite de me surprendre. Il avait tellement eut l'air flippé quand il avait découvert que j'en étais un que je ne pensais pas qu'il oserait me poser la moindre question à ce sujet.

Je ne savais pas si c'était qu'il s'y intéressait réellement où s'il avait posé cela pour essayer d'en savoir plus sur moi. Je restais un instant avec un regard stupéfait, pensif, à me demander comment lui répondre.

La vérité aurait été de lui dire que mon narrateur avait envoyé un MP à Mangemort 19 à l'époque ou les poules mangeaient du coucous, et, qu'après un concours de circonstance bien étrange où il avait postulé aussi chez les Aurors, il avait avec l'aide d'une admin pu contacter un Mangemort actif et intégré l'ordre. Mais clairement, le personnage d'Azaël n'attendait pas ça comme réponse...

- J'ai été... Façonné pour devenir Mangemort. Mes parents, leurs amis, tous avaient des relations avec différents groupuscules alliés à la magie noire. Depuis mon jeune âge on m'a enseigné à cacher ce que je ressentais et n'avoir que pour seul but d'intégrer leur rang.

Je laissais une brève pause, repensant à mon parcours depuis l'orphelinat, jusqu'à Poudlard et mon ascension rapide vers les Ténèbres.  Étonnement, là où j'aurais pu avoir une réticence légitime quant à lui dévoiler certains détails, j'avais envie de lui faire confiance, comme si cela serait une preuve supplémentaire pour lui que j'avais tourné la page de la Bulgarie il y avait bien longtemps. Je poursuivais.

- Alors quand je suis arrivé à Poudlard sur l'année allant à mes dix-sept ans, j'ai tout fait pour être remarqué le plus rapidement possible. Et c'est ce qui s'est passé. J'ai pu entrer en contact avec certains de leurs membres, et j'ai été accepté dans leur rang alors que j'étais encore à l'école. Et derrière, j'ai pu travailler avec beaucoup d'entre eux dans les différents boulots que j'ai occupés.

Je repensais à la Gazette du Sorcier où j'avais travaillé avec trois mangemorts, ou encore à Ollivander, me rappelant mes premières années dans le monde magique, mes premiers amis. Avant que je ne sois mordu et que j'entame une longue période de folie meurtrière en enchainant les pertes de contrôle.

-Du coup je ne sais pas si ça va t'aider, mais je pense que quand on aspire à la magie noire, il est facile de faire des rencontres qui vont en ce sens, et inversement... Je ne sais pas si ça t'aidera... Peut-être avais-tu une idée plus précise ou autre chose que tu voulais savoir ?

J'avais croisé mes mains sur mon bureau, fixant sans ciller le garçon. Je lui faisais confiance. A lui de ne pas me trahir s'il ne voulait pas que son cadavre soit retrouvé au quatre coins de la forêt interdite..
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Bureau du professeur

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4

 Bureau du professeur

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.