AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Bibliothèque
Page 13 sur 15
La nuit dans la bibliothèque
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
Lucie Kyle
Serpentard
Serpentard

Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Lucie Kyle, Mar 18 Juil - 18:56


Une nuit bruyante et une virée à la bibliothèque


- Je veux bien t'en parler, je ne connais que la théorie. Et c'est bien suffisant quand on voit les conséquences. La raison pour là quelle la magie noire n'est pas enseignée, c'est que pour la plupart il faut faire des actes horribles. Meurtres, tortures et j'en passe.

Lucie hocha la tête, assimilant avec facilité tout ce que son camarade de Serpentard, Jace disait. Cependant, elle n’était pas vraiment sûre que parler de ça ici était très malin, ce qui était un comble pour deux « parfaits » Serpentard comme eux.

- Tu connais les sortilèges impardonnables.

Tout en fixant également ce jeune homme avec une mine curieuse, elle pris la parole, se sentant légèrement offusqué qu’il pense qu’elle ne connaissait pas ces fameux sortilèges.

- Bien sûr que je les connais qu’elle chuchota, Je ne suis pas totalement inculte non plus

Elle eût tout de même un petit sourire amusé, même si dans le noir il ne se voyait pas vraiment, ne lui en tenant pas rigueur. Elle regarda nerveusement autour d’eux, espérant qu’il n’y avait personne aux alentours, mais init par se retourner de nouveau face à son interlocuteur, en proie à une curiosité défiant toute concurrence.

- Dit moi, tu es de quel sang ? Les enfants de sang pur savent que la magie noire c'est...mauvais. Certaines familles plus sujettes à la magie noire que d'autres.

C’est alors qu’elle se fige, regardant fixement Jace. Elle détestait qu’on remette sur le tapis ses origines, elle avait très mal vécu cette histoire de sang parce qu’elle ne connaissait pas le sien. Elle espérait secrètement être au moins une sang-mêlé, pouvant ainsi trouver aisément une excuse à ses géniteurs et justifier le fait qu’elle n’existait pas dans le monde moldu avant que l’orphelinat ne lui créé des papiers. Elle commençait à partir dans des pensées plus profondes, mais un regard en direction de son camarade lui remit les pieds à terre et elle finit par lui répondre, avec un peu moins de confiance que précédemment

- Disons que ceux qui sont à l’origine de ma naissance n’ont pas pris la peine de me préciser s’ils étaient sorciers ou non.

Elle n’en dit pas plus, déterminant que c’était assez explicite et qu’elle n’avait pas besoin de donner plus de détails.

- Est-ce que ça importe réellement ?

Toujours à voix basse, Lucie espéra qu’il ne s’épanchera pas plus longtemps sur ses origines, voulant passer à autre chose rapidement.

codage by Wiise


Dernière édition par Lucie Kyle le Dim 23 Juil - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Jace Becker, Jeu 20 Juil - 11:42


-Autant pour moi désolé... Tans mieux d'ailleurs... Je n'aime pas parler de ça ici... Déjà que notre présence ici en pleine nuit bon... Mais parler de magie noire dans l'enceinte de l'école... ça ne va pas nous coûter que des points...

En effet, je ne sais plus pourquoi je lui ai posé cette question, le sang n'a rien à voir avec la pratique de la magie que l'on fait.
Bon s'en est trop, je préfère lui dire clairement.

-Je te propose un truc. Je reprends contact avec toi un autre jour, ça me met mal à l'aise à parler de... cela ici... Les murs ont des oreilles.

Je commence à regarder en direction de l'entrée de la bibliothèque, totalement sur mes gardes au moindre bruit suspect, a la moindre lumière qui ne soit pas naturelle.

Et je tourne de nouveau mon regardé vers ma collègue Serpentard, prêt à écouter sa réponse positive ou non, je m'en moque.
Ensuite un petit éclair de génie me traverse l'esprit malgré l'heure avancée.

-Si faut qu'on parle de cette pratique, pourquoi pas pré au lard ? C'est assez grand, on pourra facilement trouver un coin tranquille pour qu'on en parle librement à l'abri des oreilles trop curieuses. Si tu es d'accord.

En attendant la réponse de la jeune fille, je continue à surveiller l'entrée de la bibliothèque.


Dernière édition par Jace Becker le Dim 23 Juil - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lucie Kyle
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Lucie Kyle, Dim 23 Juil - 17:46


Une nuit bruyante et une virée à la bibliothèque


Lucie relâche son souffle, sans même avoir remarqué qu’elle l’avait retenu en attendant sa réponse. La jeune fille avait toujours peur que ses origines la bloquent un jour dans ses ambitions, elle était donc reconnaissante envers son camarade, il n’avait pas demandé plus d’informations et avait laissé tomber. C’est avec un nouveau sourire, plus confiant qu’elle écouta sa proposition.

- Si faut qu'on parle de cette pratique, pourquoi pas pré au lard ? C'est assez grand, on pourra facilement trouver un coin tranquille pour qu'on en parle librement à l'abri des oreilles trop curieuses. Si tu es d'accord.

Allez à Pré-Au-Lard pour discuter de ça ? Oui, effectivement ce n’était pas une mauvaise idée ! C’est vrai qu’ici ce n’était pas le meilleur lieu pour parler de la magie noire en profondeur, encore moins en pleine nuit. N’importe quels professeurs ou autres figures d’autorité pouvait les trouver et les sanctionner plus ou moins gravement après tout. Elle montra son accord en hochant la tête avant de se rappeler qu’ils étaient dans la pénombre et que… Et bien, son interlocuteur n’avait pas la faculté des chats à voir très clairement dans le noir. À moins que… haha, bien sûr que non. N’est-ce pas… ? Elle secoua alors la tête pour se défaire de ses pensées parasites, non mais vraiment, parfois il lui arrivait de penser à des choses qui n’avait ni queue ni tête.

- Je suis d’accord avec toi Jace, tu as totalement raison… Tu n’auras qu’à m’envoyer un hibou quand tu veux pour me donner le lieu et la date de rendez-vous, qu’est-ce que tu en dis ?

codage by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Jace Becker, Dim 23 Juil - 19:01


En attendant sa réponse malgré la pénombre, j'arrivais à voir à peu près la forme que prenait Lucie dans le noir, une chance d'avoir les yeux bleus après tout. Je la vis se secouer la tête. Je ne comprends pas très bien pourquoi, mais passons.

Elle est d'accord pour ce rendez-vous. Excellent. Il faut juste que je trouve juste le bon moment désormais, espérons que les professeurs soient indulgents et qu'il ne nous donne pas trop de devoir ce serait fort regrettable sinon.

-Très bien. -soupir de soulagement- Je vais t’envoyai Ganju. C'est le hibou que j'emprunte à l'école. Il est de taille moyenne, avec des yeux couleurs flammes. Son plumage est gris et blanc....

Je me mis à pencher la tête légèrement vers elle.

-Attention à tes doigts quand tu l'auras en face de toi. S'il s'impatiente trop il pince... Donc récupère la lettre, donne-lui a mangé et une caresse il s'en ira après cela. Faut le faire dans le bon ordre par contre... J'ai du mal à croire que ce soit un hibou... Avec son caractère....

Je tourne encore une fois la tête vers la porte d'entrée de la bibliothèque.

-On rentre dans la salle commune ensemble ou séparément ? Espérons que le mur d'entrée nous laisse rentrer par contre...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lucie Kyle
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Lucie Kyle, Lun 24 Juil - 18:03


Une nuit bruyante et une virée à la bibliothèque


La jeune fille arque un sourcil en entendant ce que lui disait Jace, un hibou capricieux alors ? Prendre la lettre, lui donner à manger, le caresser puis le laisser s’en aller… Et dans cet ordre ! Et bien, espérons que la mémoire de Lucie tienne jusqu’à la réception du message. Pas sûr qu’elle apprécie de se faire pincer les doigts par un satané hibou.

- On rentre dans la salle commune ensemble ou séparément ? Espérons que le mur d'entrée nous laisse rentrer par contre...

Ah oui, c’est vrai, il faut penser à retourner dans la salle commune maintenant… Elle n’avait rien contre sa présence, alors autant y aller ensemble, après tout s’ils y vont séparément, il y aura plus de risques de se faire prendre puisque l’un devra attendre avant d’y aller et… Enfin, oui, c’était mieux à deux quoi.

- Allons-y ensemble, plus vite on retournera là où nous devrions être, mieux nous éviterons ceux qui font la chasse aux élèves qui ne respectent pas le couvre-feu… Tu penses qu’il y a un risque que le mur ne nous laisse pas rentrer ? Je n’ai jamais eu de soucis auparavant pourtant.

Lucie fronça les sourcils, croisant les doigts pour ne pas se retrouver dans cette situation. Comment feraient-ils si le passage ne s’ouvre pas ? Si, au beau milieu de la nuit, les deux élèves de Serpentard se retrouvent piégés à l’extérieure de leur salle commune ? Comment expliquer ça si un professeur passe dans le couloir durant la nuit ou même au petit matin ? L’élève de sixième année essaye de se calmer, se disant qu’il n’y avait aucune raison pour paniquer dans l’immédiat. Ils verront bien une fois là-bas dans tous les cas. Elle hoche alors la tête, prête à partir et vérifie qu’elle n’avait rien oublier, posant instinctivement une main sur sa baguette, dans sa manche. Parfait, tout était là.

- Je te laisse passer devant Jace, ça te va ?

codage by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Jace Becker, Lun 24 Juil - 20:14


Je surveillais la porte on sait jamais. Si quelqu'un nous surprenais ici, en pleine nuit un garçon et une fille... Je préfère pas y penser on va se faire taper sur les doigts avant d'avoir dit souffle.

-Allons-y ensemble, plus vite on retournera là où nous devrions être, mieux nous éviterons ceux qui font la chasse aux élèves qui ne respectent pas le couvre-feu… Tu penses qu’il y a un risque que le mur ne nous laisse pas rentrer ? Je n’ai jamais eu de soucis auparavant pourtant.

Après quelques secondes de silence elle rajouta.

-Je te laisse passer devant Jace, ça te va ? 

Ça ne m'étonne pas tiens... Je tourne donc la tête en sa direction.

-Oui pas de problème. On va éviter de se promener avec le lumos dans les couloirs.

Je m'approche doucement de la sortie de la bibliothèque et je rajoute.

-Oui j'ai entendu des histoires concernant les passages de la salle commune qui refuser de s'ouvrir après une certaine heure.

Avant de partir, je vérifie que je n'ai rien oublier . Baguette dans ma poche, je me tourne vers elle. Et lui demande à voix très basse.

-Tu as le livre avec toi ?

Puis je me retourne vers la porte pour surveiller qu'aucun rayon de lumière n'arrive vers nous. Je ne bouge pas attendant la réponse de Lucie.

Une fois sa réponse donnée, j'ouvre discrètement la porte, m'engage dans les couloirs pour atteindre la salle commune des Serpentard.

[Fin du RP pour moi, tu peux poster une réponse :D et je te remercie, ce fut fort agréables bisous]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lucie Kyle
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Lucie Kyle, Mar 25 Juil - 15:48


Une nuit bruyante et une virée à la bibliothèque


Croisant les doigts pour que l’entrée ne nous laisse pas devant la porte, démuni et seuls dans le couloir froid des cachots, Lucie s’apprêta à te suivre à l’extérieur de la bibliothèque.

- Tu as le livre avec toi ?

Ah oui ! Le livre. La jeune fille n’avait pas l’habitude de voler des livres de la réserve, mais celui-là… était particulier. Hochant la tête, elle l’avait effectivement bien glissé sous son bras.

- C’est bon, on peut y aller !

Une fois que Jace ait ouvert la porte, Lucie s’y glisse ensuite, refermant silencieusement derrière elle, avant de suivre les pas de son… nouvel ami ? Peut-être que oui, effectivement, elle pourrait le considérer comme son ami d’ici quelques temps. En tout cas, elle l’espérait. La jeune fille eut un petit sourire et suivit donc son camarade jusqu’à leur salle commune. 



[HJ : Fin du RP pour nous deux !]


codage by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Elhiya Ellis, Mar 12 Sep - 15:08



Listen to all I can't say
Pv Daemon ♥♥ - ♫♫



Nuit noire, nuit calme, nuit porteuse de bien trop de questions sans réponse, d’images désagréables, du regard noir et glacé de son cousin, du blond en train de chanceler, de ses doigts enserrant trop  fortement sa baguette, de la faible lueur du feu dans l’âtre qui commençait à mourir… Vision étourdissante… Mais ce n’était pas pire que cette impression de frissonner dès que la pulpe de ses doigts effleurait le bout de bois qui lui avait été confisqué la veille par crainte qu’elle ne se laisse submerger par un quelconque ressentiment. Ses forces qui l’avaient quittée la veille n’avaient pu lui revenir dans la journée, luttant à chaque fois contre l’assoupissement. Et faire un saut à l’infirmerie pour réclamer une potion qui pouvait la requinquer était exclus. Il aurait fallu se justifier, s’expliquer à demi-mots, et tomber sur le blond….  Soutenir son regard, étouffer les brides d’ombres restantes, faire taire Conscience qui fulminait et la houspillait silenciement... la Serpentarde en était incapable à l’heure actuelle...

Tout comme rester dans sa salle commune ou son dortoir, devoir recroiser son cousin,ou Eury, rien que d’y penser, c’était oppressent, il lui fallait du calme, de la quiétude, de la tranquillité, et…. la présence de son Rouge & Or…. Elle voulait déjà le voir la veille au soir, et plutôt dans la matinée, mais quelque chose l’en avait empêchée… Elle-même et la crainte qu’il puisse ne pas désirer être l’épaule dont elle avait besoin… il avait déjà un mal avec les recherches sur les grimoires familiaux… alors sur la légère possession de sa blonde par une part d’ombre qu’elle ne soupçonnait pas…  il ne serait pas prêt à accepter…. Pourtant, Elhiya ne voulait pas s’en remettre à nouveau à son cousin cette fois encore… Elle voulait juste voir son brun même s’il ne comprendrait pas... Mais, se pointer devant la porte de sa salle commune, envoyer la première élève qu’elle croisait le cherchait était également au-dessus de ses forces pour le moment…. Quelques mots couchés sur un petit bout de parchemin, sa chouette s’extirpa des cachots pour porter sa missive laissant le temps à sa maitresse de se rendre jusqu’à la bibliothèque.

Les livres avaient souvent été sources de réconfort, de réponses, d’amusement, de pas mal de franche rigolade avec les filles, ou de monde où s’évader depuis son plus jeune âge. C’était naturel pour la blonde de déambuler entre les rayons, de regarder les couvertures de cuirs, les écritures en lettres dorées ou juste frappées à l’encre noire. Mais ce soir, ses prunelles claires ne voyaient pas, sa main caressait évasivement la tranche de quelques ouvrages sans vraiment trop savoir ce qu’elle cherchait… Rien ne l’attirait, rien ne l’appelait, elle voulait juste que le temps passe plus vite, que la fatigue la fasse tomber de sommeil sur son pupitre et l’enveloppe d’un sommeil sans aucun songe... Oui au final c’était la meilleure solution, qu’on lui jette à nouveau le sortilège de transe qu’elle avait reçu la veille, que son esprit arrête enfin de cogiter bêtement…  

Un titre, soudain, se détacha du reste, net, clair, lisible : « La médicomagie : les premiers pas ».  Elle l’extirpa de son étagère, souffla la poussière dessus, ignorant la danse des particules, et s’installa à une table vide tout au fond. Cela faisait plusieurs mois qu’elle s’était promis de faire un effort et d’étudier les sortilèges de soins pour éviter d’avoir à grimacer à chaque fois qu’elle devait chuter d’une certaine hauteur. Mais ce n’était que sa tentative désespérée de transfert d’énergie qui lui avait rappelé violement que ses lacunes étaient bien trop importante. Sans l’intervention de son cousin, elle aurait fini également dans l’eau souillée de sang, inconsciente, ne réalisant de la vitesse à laquelle la magie avait glissé hors de son être… Il lui fallait étudier un peu pour que ça ne se reproduise pas….

Lueur faiblarde de bougie, pénombre désagréable encore une fois, la lumière était trop faible, les ombres grandissantes et soudainement terrifiantes. Un frisson parcourru l’échine de son corps sans qu’elle ne sache se l’expliquer. Premier réflexe : attraper sa baguette


-#Amplificatum


La flammèche doubla de volume sous le regard éteint de la jeune fille. La tête lui tournait, alors que ce n’était qu’un sort de faible intensité. Elle inspira profondément, son estomac s’était vrillé une fraction de seconde, lui rappelant qu’il ne fallait pas insister plus longtemps pour le moment, la forçant à s’accouder sur la table, et à appuyer sa tête sur sa main droite. Les mots qui dansaient sur la couverture du grimoire auraient dù être immobiles… affreuse sensation de faiblesse incontrôlable… Une profonde inspiration l’aida brièvement a reprendre ses esprits, lui permettant d’attraper ses lunettes, les enfiler et parcourir le premier chapitre tranquillement

Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Daemon Stebbins, Mer 13 Sep - 6:34






Listen to all

I can't say

Elhiya Ellis - Daemon Stebbins
L.A mutuelle

" La vie est parsemée d'épines plus que de fleurs. "


• ♫♫♫ Choix de Dey








Evidemment il avait fallu que j'oublie ce maudit grimoire de potion à la bibliothèque. J'avais donc rapidement quitté ma chambre et la salle commune pour me précipiter dans mon antre préféré. J'avais dévalé, sans me soucier des regards des tableaux, les escaliers et les couloirs qui me conduirait le plus vite possible là-bas. Non que je craignais qu'on me pique mon bouquin mais bien parce que je voulais en finir comme l'éclair cette insipide dissertation sur les propriété de l'écaille de dragon norvégien. Comme si on n'avait que cela à faire d'embêter un truc capable de vous bouffer en moins de deux pour quelques potions qui étaient utilisées une fois tous les six années bissextiles. Franchement que je haïssais le créateur dont je n'avais pas retenu le foutu nom.

J'avais l'air énervé. Oui et ce n'était pas une impression. La faute ? Pourquoi poser une évidence : le déchu bien entendu. Je n'avais pas aimé ses sous entendus au sujet de ma petite amie et j'avais donc préféré l'ignorer pour ne pas qu'on se retrouve une fois de plus dans l'infirmerie. Parce que à ce rythme-là, nous allions prendre un abonnement là-bas pour gagner du temps. Peut-être même nous y installer définitivement serait la solution idéale. Cependant le blond m'avait paru étrange ce soir. Il était certes mordant mais quelque chose clochait.

Enfin je voyais la porte. Je me calmais, repositionnais correctement mes vêtements afin de me donner une apparence soignée. Heureusement, je n'avais pas perdu trop de temps. Je filais au fin fond des rayons pour récupérer mon bien.

* Ouf, il est là *

Oui quand nous n'avions pas notre matériel, notre prof a la fâcheuse habitude de nous faire rester pour récurer les chaudrons utilisés pour les potions de l'école. Ce n'était pas cela le soucis. Mon problème avec ça , c'était qu'il parlait, parlait et parlait encore sur des trucs complétement inintéressants : ses recherches sur son temps libre dans ce domaine. Personnellement savoir comment il avait trouvé était le cadet de mes soucis. L'essentiel c'était que cela puisse servir. Après la démarche, tout le monde s'en foutait à moins d'être dingue de cette matière. Ce qui n'était absolument pas mon cas.

Je m'emparais du livre et fait demi tour. A cet instant, un élève me barrait le chemin que j'avais pris donc j'en prenais un autre et c'était au détour du nouveau que je voyais, la seule chose qui pouvais apaiser mon cœur, mon âme et mon corps en une seconde. La plus belle fille pour moi : Elhiya. Je m'approchais d'elle a pas feutré et lança avec une voix suave :

- Vous attendez quelqu'un mademoiselle ?

Oui c'était bateau. Mais je n'avais jamais eu à parler vraiment aux autres filles qui m'avaient couru après. Elle se tourna et je me baissais pour l'embrasser rapidement. Car si je me faisais prendre, j'allais perdre mon image d'étudiant sérieux. Je m'installais sur la chaise à côté d'elle et remarquait qu'elle n'était pas en forme.

- Tu ne te sens pas bien ?

J'attendis qu'elle m'explique ce qui n'allait pas...




by Daemon



Dernière édition par Daemon Stebbins le Dim 26 Nov - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Elhiya Ellis, Mer 13 Sep - 14:19


Les mots qui glissaient sous ses prunelles absentes ne trouvaient de sens que dans un ultime effort de concentration. Il lui fallait lire plusieurs fois la même phrase pour que la compréhension se dévoile enfin, lui arrachant une grimace d’agacement. Essayer de lire était exclus, triste réalité, rien ne ressortirait de cette soirée de toute évidence. Quelques mots prononcés doucement l’arrachèrent à son observation de quelques sortilèges bénéfiques, tel un appel à l’éveil  au monde extérieur. Forçant à lever le nez et vérifier l’identité de son interlocuteur qui en profitait pour lui voler un très léger baiser. Fugace contact, presque timide, assez déroutant en découvrant l’origine de cet effleurement : le brun qu’elle attendait patiemment. Pourquoi une telle retenue soudaine ? Simple questionnement  qui ne trouverait d’écho ce soir. D’un doux sourire pour l’accueillir, Elhiya dodelina de la tête, pas certaine d’avoir bien saisit la question

« Bah oui.. Toi.. Tu n’as pas reçu mon hibou?”

D’un bruissement d’ailes, un volatil connu venait se poser délicatement sur la table, pépiant pour obtenir la récompense d’un travail bien fait. Perdue en chemin, ou destinataire trop complexe à repérer, Crumble avait un peu de retard sur la mission qui lui avait été confiée. Dans un soupire désabusée, Elhiya retira la missive de la pâte de l’animal, la gratifiant d’une pichenette pour la faire disparaitre. Rapace vexé et réprimande faisaient mauvais ménage. D’un coup de bec loupé en direction des doigts rosés l’oiseau prit enfin son envol.

« Souci de messager visiblement, je t’avais envoyé ce papier pour que tu me rejoignes. Mais vu que t’es là, on va dire que c’est tout bon »

Le bout de parchemin plié en petit morceau ne trouvant plus aucune utilité,  termina sa vie sous les flammes gourmandes de la bougie, sans même que le Rouge & Or ait pu lire ce qu’il comportait. Quelques mots rapidement couchés, trahissant l’empressement d’un besoin de réconfort, quelques peu différents des autres notes qu’il avait pu avoir en main, ne trouverait leur lecteur attentif. Car ils n’étaient rien qui ne pouvait être remplacé par le faible chant de la voix de la Serpentard. Les cendres avaient terminé leur course macabre sur le bord de la table.  Un faible sourire en coin avait relevé les commissures de ses lèvres rebondies alors qu’elle s’était penchée pour récupérer un baiser au gout plus réel que la pale copie que son bien aimé avait concédé à lui offrir. Semblant d’apaisement.

Aucun regard indiscret pour venir pouffer de rire par la suite, aucune présence ou âme qui vivait derrière les rangées de grimoire, juste elle et lui comme les tréfonds de son être avait désiré. S’en délecter un peu plus la démangeait mais  ce n’était pas le lieu pour. Rompant le contact à contre cœur, les doigts de sa main allaient capturer avec douceur ceux du jeune homme. Légère étreinte étouffant la supplique muette de se perdre en lui . Maintenant que ses iris ternis pouvaient se noyer dans les siens, les mots ne trouvaient plus leur chemin au delàs de la barrière de ses lèvres. Douce ironie… Souhaiter tout partager avec un être qu’on refusait de blesser était au final bien plus compliqué à faire qu’envoyer un élève à l’infirmerie. Pourtant, faire semblant n’était pas dans ses aptitudes actuelles, et la fatigue assommante ne tarderait pas à venir parler à sa place. Inutile d’essayer d’esquiver..

Prenant une profonde inspiration, fixant un point sur leurs doigts liés qu’elle seul pouvait voir, Elhiya tenta de formuler correctement ce qui l’emprisonnait un peu plus à chaque seconde que la nuit s’écoulé.


« Dans un premier temps, je suis désolée de n’être passée te voir en revenant de chez moi hier soir. Je suis rentrée tard, et j’ai croisé Machin, enfin Ulysse…. »

Il y’avait peu de chance pour que le passage du blond dans les mains de l’infirmière soit passé inaperçu, aussi, la verte occulta ce point et soupira doucement. Ce qu’elle avait perçu chez son cousin, l’état dans laquelle elle avait mis le Rouge & Or, n’avait été qu’une faible réponse aux interrogations levées plus tôt dans le week end par une parfaite inconnue. Il lui fallait donc commencer par-là, même si cette manœuvre semblait être un terrain savonneux ou la chute était possible à tout instant

 « Samedi soir, j’ai fait une rencontre peu commune, désagréable et vaguement douloureuse de prime abord. Pourtant, cette fille à su mettre le doigt sur deux-trois choses auxquelles je n’avais pas prêté gare jusqu’alors…. »

Il était hors de question d’utiliser les mots « faiblesse » et « vide » pour éviter de faire naitre une lueur d’inquiétude dans ce regard acajou piqué d’ambre qu’elle aimait tant. Elhiya chercha pendant quelques secondes la meilleure façon pour présenter les choses, or il n’y en avait pas… Cruelle réalité dont elle ne pouvait fait disparaitre la douleur dans un livre d’enfant, ce n’était plus de age… Les opales glissant sur son Amour, elle chercha le moindre cillement qui trahirait ce qu’il pensait alors que les paroles continuaient leur chemin

« .. Le manque de contrôle d’une certaine impulsivité nourrit par ... par pas mal de chose que j’avais pris soin d’éviter jusqu’alors... Le manque de maitrise lorsque cette vague impétueuse décide de s’exprimer… en fait, je pense que tu vas dire que c’est à cause des recherches qu’on effectue avec Jace que je commence à cogiter  plus que nécessaire. Pourtant, c’était déjà là sans que je ne le sache.. »

Vu de l’extérieur ce ne devait pas être très clair. Comme la fois où elle n’avait exprimé ses craintes qu’a demi-mot à sa meilleure amie. Malheureusement, à l’instant présent, la blondinette ne pouvait faire mieux, incapable d’en venir à nourrir une pointe d’angoisse chez son petit-ami. C’était ce genre de protection qu’elle prodiguait à ceux à qui elle tenait qui entretenait les débordements possible. Elle le savait parfaitement, mais rien de valable ne lui était venu en tête pour atténuer les choses. A part peut être retourné voir la brunette quitte à finir une nouvelle fois un peu trop brusquée.

Son pousse caressait le haut de la main du brun, inconsciemment, comme une enfant et son ours en peluche préféré capable d’apaiser ses peurs. Pourtant Daemon n’avait rien d’un totem de coton et velours et n’en viendrait pas à accepter de but en blanc ce qu’elle lui disait. Otant ses lunettes pour les abandonner sur le grimoire ouvert, Elhiya essaya de trouver la bonne chute valable à ses dires


 « Quoi qu’il en soit, j’aurai besoin que tu sois un peu plus présent que d’habitude, si cela t’es possible »

Etrange requête finalement balancée en un souffle, mais la seule faisant reflet correctement à ses paroles qu’elle ne pouvaient prononcer
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Daemon Stebbins, Ven 15 Sep - 6:58






Listen to all

I can't say

Elhiya Ellis - Daemon Stebbins

" La vie est parsemée d'épines plus que de fleurs. "


• ♫♫♫ Choix de Dey









J’étais surpris de cette histoire de hibou. Je n'avais absolument pas vu Crumble. A moins que la pauvre bestiole soit encire au dortoir à m'attendre. Cependant comme j'étais reparti comme un éclair, je n'avais prêtai aucune attention à mon environnement. Je m'apprêtais à répondre par la négative quand le rapace sur la table juste devant ma verte et argent. Il avait toujours sa lettre accroché et tendais sa patte pour qu'on lui retire. Elle ne lui donna aucune récompense et le piaf était parti très mécontent en tentant de la pincer de son bec

- Pauvre chouette, tu aurais pu lui donner quelque chose. Après tout, elle pouvait-être arrivé alors que je venais de filer comme une étoile en direction à cause de ça.

A cet instant, je lève mon bouquin de potion ajoutant :

- Vu le tarif pour avoir oublier son matériel, ma moyenne n'a pas besoin de cela en prime. Je lui suffit largement pour la maltraiter comme un grand.

D'ordinaire, elle aurait souri à ce genre de remarque. Cependant, en cet instant, ce n'était absolument pas le cas.

* Qu'est-ce qui peut la troubler à ce point *

Elle s'excusait de ne pas être venue me voir hier. Je ne m'étais pas emballé comme la première fois. Car je lui faisais confiance. J'avais compris que malgré mon amour et mon intense désir de la protéger, je ne pourrais jamais mettre ma serpentarde sous verre comme une fleur fragile. Elle n'avait absolument pas ce caractère-là et c'était une des autres raisons qui faisait que je tenais à elle. Toutefois d'entendre le nom du déchu dans la phrase ne me plut absolument pas. Ce qui se manifesta physiquement au moment ou ma mâchoire se crispa et que je me culais sur ma chaise cachant mon poing serré sous la table afin d'éviter que je perde mon sang-froid.

- Je vois.

Le ton avait été sec et la colère avait transparu malgré l'apparence rigide que je devais affiché. De toute façon, en ce moment, dés que j'entendais son nom, j'avais tendance à fermer mon esprit. Je ne voulais savoir de lui, le bon comme la mauvais.

- Et vous avez joué aux cartes et c'est pour ça que tu a choisi de ne pas me voir.

Oui je pratique excellemment bien la mauvaise foi et l'ironie dans ce genre de situation. Je m'appuie sur le dossier de ma chaise, le regard dans le vide. Mais étrangement, elle ne relevais pas mes propos. c'est là, que j'ai réellement commencé à m'inquiéter. Je repensais à mon passage à l'infirmerie et soudain, j'ai eu peur. Je me tournais vers ma petite amie. Connaissant sa manière d'être, je sentis le truc venir. J'allai interroger mais une fois de plus, je ne fus pas assez rapide et elle commença à me raconter. Il valait mieux que je me taise plutôt que de tenter d’obtenir la réponse finale sinon ma blonde se fermerait comme une huitre et vu son attitude, ce n'était absolument pas le moment. J’enregistrais chaque mot qu'elle prononçait, ne sachant pas vraiment où elle voulait m'emmener. Je répondis alors à cette étrange requête qu'elle me fit.

- Je veux bien être plus présent. Tu sais que plus je suis avec toi, plus je suis heureux. Mais là, je ne comprends en quoi ce que tu biens me dire à un rapport avec l'autre abruti. Pour ce qui est de ta manière à percevoir le choses, oui cela a évolue à cause de ses recherches. Mais tu m'as fait comprendre qu'avec mon accord ou non, tu continuerais quand même. Donc je ne peux être qu'un soutien et une aide pour toi. Néanmoins là je crois que le plus urgent et de savoir le rapport entre ton étrange rencontre, tes réflexions et l'autre rouge honnis.

Je posais alors la question qui me brûlait les entrailles.

- Qu'est-ce qu'il s'est passé de s'y terrible pour que tu prennes autant de précautions pour m'expliquer ta rencontre avec lui. Car pardon ma douce, mais ce n'est pas franchement ton genre de ménager les gens. D'ordinaire, tu es plutôt direct que ça passe ou ça casse ? Donc qui des deux es coupable ? Et qu'elle est l'étendu des dégâts ?

Je n'étais pas fan du non-ménagement avec ma serpentarde. Malgré tout, avec les semaines ensemble, j'avais compris que la palabre n'était pas son truc. Alors qu'elle puisse me pondre un discours comme celui-ci était encore plus inquiétant...





by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Elhiya Ellis, Ven 15 Sep - 12:01


Un livre de potion, une excuses pour l’animal chassé, une vague blague lancé dans le vide, l’humeur n’était pas là. Pas plus que ce besoin de sollicitude ne trouva l’écho escompté chez le brun. Jalousie, possessivité, quel qu’était ce qui avait pris place à l’évocation du blondinet, ce sentiment était devenu sourd à la douleur qui s’exprimait derrière les paroles de la blonde. Plus que la déception d’avoir abandonné tous ses derniers espoirs, tout ses besoins de réconforts, toutes ses faiblesses, et toute sa fragilité dans les mains de son petit ami, c’était bel et bien cette violente réalité qui lui incisait le cœur et faisait naitre quelques larmes humides aux creux de ses opales bleutés. Dey n’était pas capable d’écouter l’appel muet qu’elle lui avait lancé… Ses doigts s’étaient doucement serrés sur les siens alors que d’un battement de cil dorés, d’une morsure sur sa propre lèvre, la jeune fille se contenait au mieux pour ne pas s’effondrer et continuer le fil de son discours… Pour réussir à souffler ces quelques mots qui bien sûr, ne trouvèrent pas ce qu’elle avait espéré…

Aucun soulagement n’était venu l’embrasser suite à l’accord du brun, c’était le contraire… il ne comprenait pas... Comment le pouvait-il s’il se laissait aveugler par les mauvais ressentiments ? Comment pouvait-il ne serait-ce qu’entendre tout ce que comportait les quelques mots prononcés s’il restait engoncé dans un simple détail ? la tête baissée, les mèches de cheveux dorés glissant sur son visage, la blonde avait arraché sa main à la sienne, pour la serrer, en poing sur ses genoux. La seule chose qui intéressait son petit ami était tellement désuet et illusoire… Une simple goutte d’eau dans une tasse déjà bien remplie... Rien de plus…. Juste ce qu’elle avait pu faire avec Ulysse, tout le reste n’avait visiblement aucune importance. C’était injuste et terriblement cruel… Et pourtant, il n’y avait que ça qui l’avait réellement fait réagir…

« Néanmoins là je crois que le plus urgent et de savoir le rapport entre ton étrange rencontre, tes réflexions et l'autre rouge honnis » Non… ce n’était pas ce qui importait ce plus… Ce qui comptait réellement était qu’elle lui avait demandé d’être au près d’elle peut importait la situation, sans poser de questions stupide, sans chercher à savoir tous les fondement… Juste qu’il sache être le soutient qu’elle voulait qu’il soit... Juste qu’il puisse endosser le rôle qu’elle avait confié à son cousin sans vraiment le vouloir… Elle voulait pouvoir se réfugier dans ses bras sans qu’il n’ait besoin de plus de justification... Qu’il sache se taire et se faire rassurant… Rien de plus…. Comment avait-elle pu croire qu’il en serait capable ? Surement car en situation inverse elle serait se taire, le prendre dans les bras, l’étreindre doucement, lui assurer qu’elle ne le laisserai pas chuter peut importait la longueur de la pente… Juste car en fait elle l’aimai très certainement d’une façon différente que lui.

Un sourire sarcastique en était venu à étirer doucement ses lèvres alors qu’elle soupirait doucement. En fait, ce n’était pas lui le souci, mais bien elle qui avait osé croire qu’il puisse accepter absolument tout ce qui la composait car il lui avait balancé un « je t’aime » un soir dans la salle sur demande. Trop naïve, trop apte à se laisser diriger par certains sentiments qui lui étaient inconnu avant qu’il n’atterrisse dans son monde. C’était bien ce qui avait été relevé de sa soirée à Londres dans cette ruelle après tout, c’était bien la raison de l’état du Rouge et Or aussi. C’était ce qui avait animé Eurydice 4ans plutôt devant ce feu de cheminée. Il en avait fallu du temps pour la blonde comprenne enfin que l’attachement tissait une toile bien au-delà de quelques sourires ou doigts entrelacés... Il enlisait également vers des horizons qu’il aurait plus judicieux de ne pas côtoyer trop souvent….

Abandonnant de fixer le froncement de sa jupe malmené par la pression de ses doigts, Elhiya leva les yeux vers la flammèche dansante. Incapable de croiser le regard du brun, de crainte de lui dire qu’elle n’en avait que faire de ce qui s’était passé entre le blond et elle dans ce cachot... Ou de peur de lui balancer qu’elle lui demandait juste de se taire une fois dans sa vie et de la prendre dans les bras comme un petit copain attentionné…. Ou encore d’en venir à lui cracher que même son cousin avait été capable la veille d’adopter les bons gestes ! ce n’était pas compliqué pourtant…. Mais vu qu’il voulait des réponses stupides au quoi et non au pourquoi, elle allait les lui donner… Et tant pis si le ton froid et distant ne lui plaisait pas.


« Je-ne-joue-pas-aux-cartes-avec-Ulysse »

Cette simple pique lui avait fait plus de mal que tous les sortilèges que le Gryffondor avait pu lui jeter. Avoir volé contre un mur, manqué d’oxygène, manquer de se noyer, avoir quasiment perdu connaissance, rien n’avait autant réussi à la blesser autant. Une pointe de colère revient lui prendre la main, vicieux, insinueux, la forçant à inspirer profondément pour ne pas la laisser parler, serrant ses deux poings en simple échappatoire. Son estomac se vrillait péniblement, et d’une seconde de silence, sa voix, réussi à s’élever froidement

« Ulysse est à l’infirmerie. Il a perdu beaucoup de sang, il a été lacéré, transpercé de flèches, noyé, et à l’origine je ne comptais pas m’arrêter là.  Et me demande pas pourquoi, tu connais très bien la raison, vu que tu en es la cause et que tu sais parfaitement que je n’ai qu’une parole. »

Les prunelles de ses yeux s’étaient posées sur son petit ami, sans un sourire, juste un regard glacé pour lui intimer de ne pas essayer de lui dire « et alors c’est quoi le rapport ? » sans quoi elle ne pourrait s’empêcher de partir sans un mot de plus.

« Alors ta put*in de jalousie à rien à faire là. Quant à ce qu’il a avoir avec ma rencontre de l’autre nuit. C’est simple, cette fille m’avait dit qu’à force de mal contenir certains ressentiments, ils ne finiraient pas s’exprimer d’eux même. Que je devais apprendre à les controler, à défaut de les maitriser. J’ai rit doucement à ses dires, jusqu’à hier. Jusqu’à ce que le blond s’effondre par terre en perdant connaissance, jusqu’à ce que je croise le regard de Jace quand il m’a arraché ma baguette que je pointais sur Ulysse. Lui s’est laissé consumé par…. par cette vague salvatrice et destructrice… »

Les opales noires toujours visée sur son petit ami, sa voix se radouci finalement apres un soupir désabusé. Ses lèvres s’étaient pincées un instant avant de détourner la tete pour fixer les ténèbres de la librairie

« … Le pire dans tout ca, c’est qu’Ulysse ne s’est même pas réellement défendu, il m’a comme préservée au lieu de se protéger… Et moi, ce soir, je voulais juste que … que rien.. C’était une mauvaise idée de toute évidence.. »

Nouveau picotement de ses yeux, retour de quelques larmes récalcitrantes. Impossible de rester de marbre en réalisant que la personne dont on avait besoin n’était pas capable de prendre conscience son importance…. C’était insupportable, étouffant. Triste réalité qu’elle avait eu tellement peur de voir prendre vie… Prémices d’une nouvelle chute qu’elle n’avait pas prévu non plus… sans un mot de plus, récupérant ses lunettes, sa baguette, Elhiya se leva, tachant d’ignorer au mieux la claque soudaine du manque d’énergie qui lui faisait voir des papillons lumineux. Objectif du moment: ne pas vasciller
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Daemon Stebbins, Ven 15 Sep - 18:41






Listen to all

I can't say

Elhiya Ellis - Daemon Stebbins

" La vie est parsemée d'épines plus que de fleurs. "


• ♫♫♫ Choix de Dey









Je ne m'étais pas attendu à une telle réaction et le récit que j'avais entendu ne plaisait pas. Cependant je venais de lui dire que je serai présent pour elle que je la soutiendrais. Je la vis se lever, récupérant ses affaires. Elle était entrain de partir en me plantant là, visiblement pare qu'elle pensait que je ne m'étais focalisé sur Ulysse. Elle se trompait. Seulement j'avais espéré que le conflit et sa promesse avait pu être éviter, ce qui ne fut absolument pas le cas. Donc sans dire un mot, je me levais aussi rapidement. J'attrapais son poignet et l'enserrais afin que ma verte et argent ne puisse m'échapper. Je savais qu'elle n'aimerait pas mais c'était le cadet de mes soucis à cette seconde.

Je la tirais donc rapidement vers l'une des salles qui étaient réservées au travail en groupe et que peu de monde utilisait. J'ouvris rapidement la porte la plus proche et qui se trouvait à deux ranger d'étagères que nous venions de quitter. Je n'écoutais même pas ses protestations. Je refermais le rectangle de bois d'un geste un peu brusque mais vu l'heure, cela ne dérangerait pas vraiment quelqu'un. Puis sans me préoccuper de quoi j'avais l'air, je pris ma serpentarde dans mes bras et la colla à moi. Sans me détacher, je lui ai soufflé

- Maintenant écoute moi. J'ai entendu ce que tu as dis... Chaque mot... Tout ce qui te concerne est même plu important que ce qui se passe dans ma vie... N'en doute jamais.

Je continuais de la tenir contre mon torse espérant lui communiquer ma chaleur. Voulant lui procurer la paix dont elle démontrais le besoin dans ces instants. Ce qui m'inquiétait, c'était qu'elle avait devinait juste. Pour moi, c'était ses recherches qui provoquaient se trouble. Remuer des choses sombres, monstrueuses et cruelles n'apportaient rien à part de l'amertume, de la douleur et de la haine. Et mon idée se confirmait car Jace était envahi par cela aussi. Est-e que tout cela n'était pas provoquer pour les entrainer dans l'héritage sombre de leur famille que l'un et l'autre rejetaient depuis toujours. J'avais eu un jugement moins dur envers la grand-mère au vu de ce que ma blonde m'avait révélé la dernière fois. Mais finalement est-ce que tout cela n'était pas un traquenard pour les faire rentrer dans le moule ?

Les minutes s'étaient écoulées douloureuses et je me sentais impuissant face à ma petite amie. Je désirais réellement l'apaiser mais que pouvais-je faire de plus que ça ? Je me penchais vers elle et e lui soufflais :

- Tu n'es pas seule, je suis là.

Ca semblait creux, bateau et tellement cliché. Comment pouvais-je l'atteindre ? Lui faire comprendre que quoiqu'il se passe, je serai prêt à risquer ma vie pour elle. Parce que j'avais su dés ce premier baiser que jamais plus, je ne pourrais vivre sans sa présence dans mon existence. Que si jamais, elle n'était pas avec moi, rien dans cet univers aurait de goût ou de saveur à mes yeux. Les jours s'enchaineraient long, insipide, mortel sans le bleu de ses prunelles dans mon univers.

Je lui caressais le dos espérant la calmer. Embrassant chaque parcelle de son visage avec douceur afin de chasser ses ténèbres. Je plongeais enfin dans l'océan de son regard et ajouta le plus sérieusement.

- Quoi qu'il arrive, je ne te lâche pas. Tu sautes, je saute. Tu plonges, je plonge avec toi quoiqu'il en coûte. C'est toi et moi ensemble.

J'avais peur que mes propos la déstabilisent mais c'était que j'avais éprouvé depuis la première seconde. Oui j'étais prêt à tous pour chasser les ombres qui lui faisaient peur. Risquer mon souffle de vie afin de l'empêcher de s'enfoncer plus profondément dans tout cela. Et s'il fallait que je tue pour la protéger de tout cela, je n'hésiterai pas à le faire. Parce qu'elle était une part de moi et que je ne pouvais la voir dans cet état. Elle était devenue ma vie, mon essentiel. Je n'avais jamais cru à tout cela et pourtant aujourd'hui, je devais admettre que l'amour pouvait frapper sans qu'on s'y attende et transformait tout autour de soi. Ce qu'on pensait blanc ou noir sur la manière de voir le monde pouvait être simplement modifier par ce sentiment puissant comme aucun autre.

Je la sentis à nouveau blotti contre moi. J’espérais que ces quelques phrases avaient pu trouver un écho en elle. Cependant maintenant, je voyais l'étendu du problème que je redoutais tout à l'heure. Elle sombrait l'autre point était le fait qu'Ulysse ne soit pas défendu. Pourquoi avait-il agi ainsi ? J'avais toujours pensé que c'était un abruti cependant sur ce coup, il remonta dans mon estime. Je pensais que sans doute, il n'avait pas voulu blesser une fille. Je lui en devais une même si cela me coûtait. Il venait de se montrer digne de notre maison. Cependant je ne pouvais pas encore l'admettre à haute voix. Néanmoins il faudrait que je lui parle pour le remercier.

Je me reconcentrais sur ma serpentarde et demanda:

- Que veux-tu que je fasse pour t'aider. Qu'importe ce que c'est, je le ferais.

J'attendais qu'elle me réponde essayant de faire taire mes angoisses à propos de ça. Je devais me montrer rassurant et fort afin qu'elle se sente en sécurité et qu'elle comprenne qu'elle n'était pas seule. Qu'elle pouvait se reposer sur moi. Que j'étais prêt à tout entendre, tout accepter même si je ne comprenais pas forcément comment tout cela l'atteignait pour le moment. Je devais penser à une stratégie pour qu'elle ne sombre pas plus. Car une chose était certaine, plus elle irait en profondeur, plus je risquais de la perdre...

Cette idée m'était intolérable. chaque atome de mon être refusait cela...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Elhiya Ellis, Ven 15 Sep - 21:50


Le sol tanguait une nouvelle fois, se lever d'un bond n'était vraiment pas la chose à faire. Quand ses forces lui reviendraient elles enfin correctement? Cette punition pour s'être laissée aller à un soupçon de vengeance devenait vaguement possible. C'etait injuste... Empressement d'enfant encore mal éconduit... Ça passerait forcément, du moins quand le brun cessera de les conduire dans un autre coin de cette bibliothèque déjà vide. Les rangées de livres défilaient dans un tourbillon étourdissant sous ses yeux. La seule supplique qui avait pu s'extirper de sa bouche avait été tellement faible qu'aucune grave n'etait a escompter... pourquoi s'enfuir vers d'autres rayons, d'autre bureau? Pensait il que des curieux se cloitrer dans la bibliothèque juste pour les écouter? C'était ridicule, comme cette facilité que son simple contact avait à faire fondre sa colère ou cette pointe qui enserait son coeur.

La chaleur de ses bras, les battements de son coeur sous ses doigts, son souffle caressant ses levres, elle n'avait rien demandé de plus et pourtant... encore des mots... des mots qui se voulaient rassurant alors que les gestes auraient été suffisant. Sans un sourire, ses prunelles azur avaient plongé dans celles du brun. L'écoutant patiemment, ne pouvant, comme a chaque fois, se défaire des quelques éclat d'ambre que lui prodiguait certaines luminosites. Se taire et la laisser profiter de cette étreinte aurait ete le meilleur moyen de lui prouver qu'il avait entendu sa requete, mais bien entendu, ca ne correspondait pas à son petit-ami.

Cependant, cette fois ci, ce n'etait pas d'une logique implacable et studieuse qu' il avait décidé de l'envelopper, mais de quelques mots doux inattendus. Chacun empli d'une douceur insoupsonnee. Ses joues s'empourperent face à leur sens, son estomac se noua doucement en se rendant compte que le brun compensait son élan de jalousie par un besoin de transparence de ses sentiments. En fait, jamais la blonde ne s'était mise à la place de Daemon jusqu'a présent. Elle avait supposé qu'il était attaché à elle, bien entendu, mais sans vraiment se poser de question sur ses sentiments. L'entendre dire ce qu'il en était apaisa certaines de ses craintes enfouies profondément.

Un léger soupire de soulagement lui avait echappe alors qu'elle concedait à enrouler ses bras au tour de sa taille, se calmant petit a petit a mesure qu'il parlait. C'était si simple a l'origine. Il ne lui suffisait que de tendre les bras pour fractionner l'écoulement du temps, a croire qu'il ne l'avait pas encore compris... non clairement il ne s en était pas rendu compte vu qu'il venait vu qu il continuait à prendre une nouvelle fois la parole. Lui assurant qu'elle n'était pas seule.

La solitude.. cette alliée de nuit ou de jour avait soudainement prit consistance depuis que le Rouge et Or avait pénétré dans son monde. La solitude avait soudainement montré un autre visage, celui qui fait grimacer quand elle se faisait insistante. Son ancienne compagnie agréable s'était d'un coup faite amère et pénible. Alors si. La blonde était seule désormais, quasiment tout les soirs depuis que grâce à Dey les traits du mot solitude semblaient s'etre étiré sur des confits bien olus etroits qu'ils n'aurait du l'être. Sa simple absence appelait instinctivement l'oppression construire par cette nouvelle version de solitude. Son monde de gamine de 17ans redessinee autour du brun qui lui manquait a chaque instant. Ces quelques mots souffles avaient fait danser sur des lèvres un sourire mutin.. il ne le verrai pas, il était inutile de débattre sur le sentiment de sollitude, pas ce soir..

Les mots plierent sous une pluie de léger petits baisers, forçant la blondinette a rigoler doucement avant de relever les yeux vers son Amour. Le terme avait toujours été sélectionné avec soin même s'il n'avait jamais dépasser les portes de son esprit. Il portait avec lui tout ce qu'on pouvait lui attribuer: de la passion excessive d'un caresse, a la douleur silencieuse dune déception en passant par les chaînes du souci qui tablait indéniablement le sol quand on décidait de l'accueillir pleinement. Et ce soir, ce simple nom, prenait tout son sens. La jeune sorcière pouvait lire toute la palette d'émotion qui traversait son Gryffon en proie à ce mot "Amour". L'inquiétude et la peur côtoyaient dans un savant mélange la certitude et l espoir.. promesse de chute commune, comme de montagnes escaladeea deux..

Un soupire lui échappa à ces propos, et sa main se degagea pour se poser doucement sur sa joue en une caresse hésitante. Mais le son de sa voix ne trouvait pas l écho désiré, étouffé par une question trahissant le manque d'observation du brun. D'un sourire des plus doux, la blonde s'était hissée sur la pointe des pieds et déposait un très léger baisse sur les lèvres du garçon .Effleurement d aile de papillon, imperceptible, vibrant impatiement de pouvoir prendre forle plus tard


" Je ne t ai demandé qu'une seule chose: être la. Rien de plus. Mais je ne permettrai pas que tu chutes ou tombes pour une quelconque raison. Sauf qu à l'heure actuelle, j ai juste besoin que tu te taises et que tu me prennes dans les bras..."

La commissure de ses lèvres s'était relevé alors qu'elle lui volait un baiser qu'elle refusait de faire chaste car ils étaient dans un lieu publique.

Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Daemon Stebbins, Sam 16 Sep - 5:49






Listen to all

I can't say

Elhiya Ellis - Daemon Stebbins

" La vie est parsemée d'épines plus que de fleurs. "


• ♫♫♫ Choix de Dey









Evidemment. J'avais encore trop parlé à son goût.

- Désolé, je ne dirais plus un mot après cela. Enfin je tenterai. Cependant il faudra bien que tu acceptes que je suis comme cela un jour. Et puis c'est de ta faute si je suis autant bavard.

Je continuais à la tenir dans mes bras en posant ma tête sur la sienne. Privilège d'être le plus grand.  J'avais la sensation d'être un nounours géant silencieux. Le genre de truc qui n'était absolument pas dans ma nature au par avant. Néanmoins avec ma verte et argent je n'avais pas le choix. chaque fois que je la voyais, je n'avais qu'une envie la prendre dans mes bras, l'embrasser et plus encore.

- Si tu veux que je me taise, tu connais la seule solution.

Je faisais de l'humour parce que je voulais par dessus-tout chasser ses démons qui la terrifiaient quelques minutes plutôt. Cependant je ne pus enlever l'image du déchu de mon esprit. Est-ce que ses blessures étaient si grave que cela ? Qu'allait-il se passer si jamais il disait que c'était à cause d'Elhi qu'il était dans cet état. Et Jace ? Ressentait-il le même remord que ma blonde ?

Pour le moment, la priorité c'était elle. D’ailleurs, ça le serait toujours si j'y réfléchissais bien. Après tout, chaque contact depuis notre première rencontre l'avait démontré. En particulier ce premier baiser échangé dans le parc St James en avait la preuve flagrante. Que pouvais-je faire ?

- A vos ordres Princesse. Je me tais et je te garde.

Si le silence lui plaisait, ce n'était pas mon cas. Ce dernier laissait beaucoup trop mon esprit s'interroger et mon corps commençait à réclamer plus que ce simple contact entre nous. Je savais que même dans l'avenir, j'aurai toujours envie de plus avec elle. Parce qu'elle me rendait fou littéralement et quand elle était ainsi dans mes bras, l'univers pouvait disparaitre et je m'en fichais totalement. Il n'y avait que ma serpentarde qui comptait en cet instant...





by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Elhiya Ellis, Sam 16 Sep - 17:29


D'un très léger poufement de rire, Elhiya s'etait blotti doucement dans les bras qu'elle avait sollicité un peu plus tôt. Rien de plus que cette chaleur lui était nécessaire, du jour où il avait posé les yeux elle, et jusqu'a ce qu'il ne le pourrait plus. Rien de plus n'était utile en cet endroit, rien de plus n'existait en ce moment. Pas même les anneries qui s'échappaient des lèvres du garçon. Pas même son manque d'analyse alors qu'il se targuait d'être extrelent logique en toute circonstance. Ses lèvres avaient dessinées un léger sourir amusé alors que les yeux clos, elle se pelotonnait un peu plus.

"C'est déjà accepté depuis longtemps. Sans quoi tu ne serais pas la.."

Comme si son temperament enflammé était suffisament domptable pour tolérer une chose qu'elle ne supportait pas. Ses palabres, cette fâcheuse habitude à toujours vouloir avoir raison, ce sérieux bien trop présent qui l'empêchait de se contenter de répondre de facon simple, cette manie stupide de lui voler un simple baiser en public, faisaient parti d'un tout qui le composait lui. Or c'etait le lui au complet qui lui plaisait, qui envahossait chacune de ses pensées et son être. En aucun cas, même si elle le taquinait, changer une once de ce qu'il était ne lui serait venu à l'esprit. Son étreinte se ressera doucement, lui permettant de profiter un peu plus de sa chaleur et sa présence. Unique besoin égoïste que même quelques ombres ne pouvait ternir.

La bibliothèque n'était très certainement pas le lieu idéal pour réclamer réconfort et soutient. Mais un nouveau passage dans la salle sur demande aurait été une très mauvaise idée vu la situation. Aussi, se contentant de répondre à des propres envies, la blonde s'etait a nouveau emparée des lèvres du jeune homme. Elle lui avait demandé d'être présent, de se taire et de la prendre dans les bras afin de faire disparaître le monde qui les entourait. Maintenant qu'il accédait enfin à sa requête, plus rien ne comptait


[Fin du rp pour nous deux - Merci mon Chaton]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La nuit dans la bibliothèque

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 13 sur 15

 La nuit dans la bibliothèque

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Bibliothèque-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.