AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -21%
Ventilateur ROWENTA VU5640 TURBO SILENCE EXTRÊME
Voir le deal
77,89 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 7 sur 8
Balade aérienne
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Nya O'Neal
Gryffondor
Gryffondor

Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Nya O'Neal, le  Ven 17 Mar 2017 - 23:33

HRP:
 

Bon, bah voilà qui expliquait pas mal de choses. Si ma camarade avait eu un accident de balai, c’était plutôt normal qu’elle n’ait pas forcément envie de remonter dessus. Elle devait tout de même se sentir assez à l’aise avec moi pour m’avouer avoir peur d’une chose aussi commune pour les sorciers. Je lui adressai donc un magnifique sourire, signe qu’elle n’avait pas à craindre que je la juge là-dessus – ni sur quoi que ce soit d’autre, d’ailleurs. Ce n’était pas un sourire compatissant, bien au contraire. Je voulais juste lui faire comprendre qu’il n’y avait aucune honte à cela et que je me ferais un plaisir de l’aider à surmonter ses peurs si elle le désirait – ce qui avait l’air d’être le cas.

« Si ce n’est pas trop indiscret… Qu’est-ce qui t’est arrivé? »

Et oui, j’étais curieuse. Je doutais fort qu’elle soit tombée sans les circonstances qui vont avec et j’avais bien envie de savoir quelle catastrophe j’avais évité. Pour une fois que ce n’était pas moi qui me retrouvait dans des situations foireuses… Ça me faisait un peu penser à la première fois que j’avais fait de l’équitation – avec mes parents, chez les moldus, bien évidemment. J’avais purement et simplement perdu le réflexe de respirer lorsque le cheval était parti au galot et m’étais bien vite retrouvée par terre, le nez dans la boue. Contrairement à la jolie brune, cela ne m’avait toutefois pas affectée plus que cela et j’étais bien vite remontée sur l’animal. Faut dire aussi que me blesser ne me faisait pas vraiment peur. Au contraire, j’aimais presque cette sensation de ne plus avoir mal après un certain temps. C’est ainsi qu’on redécouvre les petits plaisirs de la vie…

Temperence me sortit de mes pensées et me tendit une cigarette. Décidément, elle fumait encore plus que moi, la verte. Quoi qu’il en soit, je n’allais pas refuser une telle proposition. J’en avais bien besoin aussi, après notre petite escapade des plus mouvementées. J’attrapai donc le bâton de nicotine et adressai un nouveau sourire à la belle. Sans me préoccuper du briquet déposé non loin de là, j’allumai la clope d’un coup de baguette magique et inspirai un bon coup. Rien de tel que de se noircir les poumons après l’effort. Fallait bien rétablir son cardio original après l’avoir endurci en escaladant l’académie.

La fatigue commençait à se faire sentir pour de vrai, là. Non seulement on y avait mis beaucoup d’efforts, mais en plus il commençait à se faire vraiment tard – ou tôt, selon le point de vue. Je jetai un bref coup d’œil à ma montre : il était quand même presque deux heures du matin. Je n’avais pas particulièrement envie de rentrer, puisque je venais malgré tout de passer un excellent moment, mais l’appel de mes couettes se faisait de plus en plus puissant. Je pris donc mon temps pour terminer ma cigarette puis me tournai vers la Serpentard.

« Faudrait peut-être penser à rentrer bientôt, mes yeux tiennent à peine ouverts. »


Comme pour accentuer mes propos, je laissai échappé un bâillement assez peu gracieux. Yup, c’était l’heure du dodo.
Temperence Black
Temperence Black
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Temperence Black, le  Lun 20 Mar 2017 - 19:56

HRP:
 

Temperence sourit à la rouquine qui semblait s’intéresser à sa petite mésaventure aérienne. Temperence hésita légèrement à conter ce souvenir honteux à Nya mais elle jugea que le ridicule ne tuait pas. Si la rousse riait elle ne le prendrait pas mal mais elle aurait sûrement un petit pincement au cœur.

« Hum... L’année dernière, alors que j’avais 16 ans, je jouais au quidditch pour le plaisir avec une bande d’amis. Cette journée-là, il y avait la masse de vent et pour pimenter le truc on avait organisé un match filles contre garçons. On avait eu l’autorisation d’occuper le terrain et de jouer avec les balles des matchs officiels. Je jouais en tant que poursuiveuse. Le match avait débuté depuis une petite heure quand il y a eu un vent plus violent, l’équipe féminine menait et alors que j’allais attraper le souaffle, une bourrasque a fait dévier le balai et avant que je n’eus le temps de le reprendre en mains, un cognard s’est jeté sur moi. Je me suis alors mangée le haut des gradins. J’ai fait une chute d’une vingtaine de mètre avant qu’un professeur ne puisse stopper ma descente rapide. J’en suis sortie avec seulement deux-trois côtes de brisées, des ecchymoses et des égratignures. Depuis j’ai peur de remonter sur un balai, j’ai plus vraiment confiance.... »

Durant son récit, la brunette fixait les étoiles comme si c’était à travers elles qu’elle lisait l’histoire pour la retranscrire à la fille possédant une chevelure de feu. Sans vraiment le savoir, Nya venait de faire naître une sorte de flash-back émotionnel à la brune qui revivait l’accident malgré le temps passé.

Temperence savait sa peur de voler stupide mais elle n’y arrivait pas. Elle avait y mettre une volonté de fer, à chaque fois qu’elle montait sur un balai, elle se mettait à trembler et à hésiter. elle en avait marre et avait appris à vivre avec cette peur constante du moyen de déplacement magique le plus connu pour les adolescent de leur âge.

« Maintenant, tu sais toute l’histoire. Je n’en suis pas très fière mais bon... Je compose ma vie avec, ou sans balai devrais-je dire. »

Temperence ne savait pas réellement pourquoi elle s’était ouverte ainsi à la rouquine mais raconter cette aventure à une personne autre que ses parents lui avait du bien. Elle n’avait pas pour habitude de parler d’elle. En général, c’était elle qui en apprenait sur les autres et pas l’inverse. Elle gardait ce qu’elle avait sur le cœur et elle évacuait ses émotions en se défoulant sur son violon ou dans le sport. Un moyen comme un autre.

La brunette regardait les étoiles. Elle observait les nuances se dessiner dans la voute parsemée de paillettes. Il faisait froid mais pas assez pour qu’elle grelotte. De petits nuages de vapeur sortirent d’entre ses lèvres alors que la cigarette se consommait d’elle même, posée sur le mur, à côté du briquet. Finalement, la brune n’avait qu’avaler trois ou quatre fois la fumée avant de délaisser l’objet malsain qui crevait lentement en déversant ses cendres rougeoyantes dans le vide.

Alors que le silence pesait aussi lourd qu’une plume entre les deux filles, Temperence échappa un léger bâillement. Elle avait envie de dormir alors que cela ne faisait qu’une vingtaine de minute que les deux jeunes s’étaient posées sur la plus haute tour du château. Elle allait proposer de redescendre mais elle fut devancer par Nya qui proposa l’idée la première. Pour appuyer son idée, elle bailla.

« Je ne suis pas contre cette idée, la fatigue commence à me cueillir moi aussi... »

La jeune brune s’étira tel un chat en faisant craquer par mégarde quelques unes de ses vertèbres. Elle planta son nez fin une dernière fois dans le ciel et se releva. La brunette se mit alors à marcher sur le mur sans protection. Elle avançait et faisait demi-tour comme si la hauteur n’existait pas et que l’endroit où elles se trouvaient n’était qu’en réalité le parquer d’un planétarium.
Nya O'Neal
Nya O'Neal
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Nya O'Neal, le  Mar 21 Mar 2017 - 22:23

Bon, et bien voilà qui expliquait beaucoup de choses. Entre deux poffes, j’écoutai attentivement ma camarade, qui m’expliqua qu’un mauvais concours de circonstances l’avait amenée à se briser quelques côtes. C’est vrai que ça avait dû être particulièrement douloureux comme chute. C’était une plutôt bonne excuse pour ne pas vouloir remonter sur un balai, en somme. À mes yeux, elle avait tout de même abandonné un peu vite. Depuis quand les Serpentards se laissaient-ils abattre par ce genre de contretemps? Tout le monde se casse la figure à un moment ou à un autre. Le vol sur balai n’est inné chez personne, cela requiert de la pratique – et quelques gamelles.

J’en avais moi-même essuyé quelques-unes avant de réussir à intégrer l’équipe officielle des Gryffondors. Faut dire qu’on ne se faisait pas de cadeaux, même entre nous, et que les entraînements étaient pas mal intenses. J’avais eu un sacré lot de blessures liées au Quidditch, mais cela ne m’avait jamais arrêtée pour autant. Je souris tout de même à la jolie brune. Il n’y avait pas de quoi avoir honte, ce sont des choses qui arrivent. Tout ce qui lui restait à faire, c’était de surmonter sa peur et de réitérer l’expérience jusqu’à temps que cette dernière soit fructueuse, et je me ferais un plaisir de l’aider à y parvenir.

« T’en fais pas, on va remédier à ça! Après quelques séances d’entraînement, je peux t’assurer que tu ne pourras plus t’en passer! »

Je n’étais visiblement pas la seule à laisser tranquillement la fatigue me rattraper. Quelques secondes à peine après mon propre bâillement, ma camarade en rajouta une couche. C’est contagieux, ces affaires-là. M’enfin, faut dire qu’il commençait à se faire vraiment tard et qu’on avait quand même bien forcé pour se rendre jusqu’ici. On était épuisées, à la fois physiquement et mentalement. Il était plus que temps d’aller retrouver nos lits douillets respectifs.

Une fois arrivée presqu’au filtre, je fis donc disparaître ma cigarette d’un coup de baguette magique, prête à faire demi-tour. Je souris légèrement en voyant ma camarade se balader sur le toit comme si de rien n’était. Au moins, elle n’avait pas le vertige, ça ferait une chose de moins à gérer lors des entraînements. Convaincre quelqu’un de monter sur un balai lorsque cette personne ne supporte pas les hauteurs n’était pas chose aisée. Je me relevai à mon tour et me retrouvai bien vite à ses côtés. Malheureusement pour elle, elle allait devoir redescendre sur le fameux bâton qu’elle avait tant de mal à enfourcher. Histoire de la rassurer un peu, je lui adressai à nouveau un magnifique sourire.

« Après toi! Promis, je te rattrape si quelque chose tourne mal. »

Je n’étais pas certaine que la verte ait assez confiance en moi pour me confier sa vie (ou du moins, pour me croire sur parole lorsque je disais m’assurer qu’elle arriverait en bas en un seul morceau), mais elle n’avait pas vraiment le choix. Je comptais malgré tout tenir ma promesse et ne laisserais rien lui arriver aujourd’hui. Si je restais derrière elle lors de la descente, j’aurais vite fait de me rendre compte du moindre problème et aviserais en conséquence.
Temperence Black
Temperence Black
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Temperence Black, le  Lun 27 Mar 2017 - 21:35

Le temps de descendre montra son nez rapidement et la brune devrait enfourcher une nouvelle le balai si elle voulait que ses pieds retrouvent la terre ferme. Parfois, la brunette se demandait pourquoi elle n’était pas aller dans la maison des jaunes. Il y avait tellement de moments où elle doutait de sa place chez les serpents qu’il lui fallait plus d’une main pour tous les compter. A chaque fois, sa conscience lui soufflait la même chose, elle lui disait que si le choixpeau l’avait glissé dans la maison des fourbes, c’était pour une bonne raison. La rouquine la rassura quelque peu en lui affirmant qu’après quelques heures de vol, elle pourrait de nouveau danser dans les airs somme un oiseau. Temperence soupira de soulagement discrètement et se pencha pour effectuer une figure de gymnastique qui pourrait lui coûter la mort.

Elle posa ses deux mains à plats sur l’épaisseur du mur et ses pieds s’envolèrent. Elle tenait un équilibre parfait si bien qu’elle ne tangua pas ni ne trembla. Elle laissa ses pieds redescendre au dessus de tête pour venir se poser derrière celle-ci et, sans ralentir le mouvement, elle se releva souplement. Temperence souriait. Elle aimait se sentiment de liberté, de plénitude. Elle avait, en quelques sortes, l’impression de dominer le monde en montrant ainsi que la hauteur n’était pas une entrave à ses désirs.

Elle sursauta lorsque la rouquine vint se poster à ses côtés. Elle avait les traits tirés et Temperence se doutait qu’elle ne devait pas être dans un état bien meilleur. Elle n’avait pas eu de véritable nuit de sommeil depuis deux jours alors des cernes devaient commencer à se dessiner sur sa peau pâle, juste au dessous des deux orbes bleutées qui lui octroyaient la vue. Nya affirmait qu’il ne fallait pas qu’elle tremble à l’idée de redescendre à dos de balai, qu’elle serait là, derrière la brune, pour l’aider en cas de pépin, un peu comme un ange gardien. Nya était un vague reflet de l’ange déchu qu’était sa défunte meilleure amie, Skye. Avec le temps et ses conneries, Temperence ne l’avait jamais oublié mais la brunette n’était plus la fillette de 15 ans pleurant la mort. Cette épreuve avait fait d’elle la jeune femme jouant avec le danger, narguant la mort à qui elle échappait de justesse.

Temperence passa devant Nya en lui rendant son sourire, elle fit attention de ne pas la bousculer en allant chercher son balai, balai qu’elle enfourcha avant de prendre une grande goulée d’air.

« Je te voue une entière confiance mais fait bien attention, il n’est temps, ni pour toi ni pour moi, de rejoindre la mort. »

Puis elle sauta.
La chute était lente. Infinie.

L’air fouettait son visage et, une fois que l’adrénaline coulait dans ses veines, ses mains freinèrent d’elles-mêmes la chute qui se voulait inexorable. Maintenant, elle sentait la peur tirailler ses entrailles. Sauter dans le vide lui procurait cette sensation étrange, une sensation libératrice, un peu comme les personnes qui hurlaient sans en connaître la raison. Assise sur le balai, les doigts crispés sur le manche en bois, Temperence sentait l’inconfort couler dans son corps. Elle n’était pas à l’aise mais elle devait réussir. Elle devait redescendre. Elle prit le risque de jeter un œil vers l’arrière pour qu’assurer que la gryffondor tenait sa promesse et la brunette se ragaillardit quelque peu en voyant que la rousse était fidèle à son poste. Alors la descente continua, lentement. Lentement mais sûrement.
Nya O'Neal
Nya O'Neal
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Nya O'Neal, le  Mer 29 Mar 2017 - 2:23


Je te vole ton LA, MP-moi si y’a un problème.

Je haussai légèrement les sourcils en observant ma camarade faire des simagrées à plusieurs dizaines de mètres d’altitude. Le fait qu’elle ait peur en balai mais ne montre aucun signe d’hésitation pour faire des figures de ce genre tant qu’elle n’était pas assise sur le fameux bout de bois me faisait gentiment sourire. Le moins que l’on puisse dire, en tout cas, c’est qu’elle était bien plus souple que moi. J’aurais été absolument incapable d’en faire de même – surtout vu l’état actuel de mes muscles.

Je me contentais donc de profiter encore un peu de l’air frais puis me plantai à ses côtés, laissant échapper un nouveau bâillement. Il était vraiment temps que j’aille me coucher. Temperence avait l’air du même avis que moi et ne perdit une seconde pour enfourcher son balai. À en juger par ses cernes, elle ne devait pas avoir dormi depuis un bon bout. Après toutes ces péripéties, on allait toutes les deux avoir besoin d’une bonne nuit de sommeil. Je lui adressai un léger clin d’œil avant de répondre à sa remarque.

« Il en faudra un peu plus que ça pour venir à bout d’une Gryffondor. »

Plus la nuit avançait, plus mon tact laissait à désirer… Avec cette phrase pourtant si anodine, j’avais probablement parti un bon esprit de compétition entre nous. J’espérais sincèrement que la vert et argent ne le prendrait pas mal. Ce n’était pas contre les serpents, loin de là. Je n’avais même jamais compris cette rivalité entre les deux maisons. J’étais juste beaucoup trop fatiguée pour tourner ma langue sept fois dans ma bouche avant de parler.

Mon interlocutrice ne sembla pas affectée plus que cela par mes propos, puisqu’elle se lança bien vite dans le vide, comptant sur moi pour l’empêcher de réitérer l’expérience qui l’avait tant traumatisée. Sourire aux lèvres, je m’empressai donc de la suivre, alternant les périodes où je volais à ses côtés et celles où je m’assurais que tout allait bien, à quelques centimètres de distance, derrière elle. Je voyais bien qu’elle était crispée sur l’engin et n’appréciais vraiment pas le moment. Je me retins donc de mettre en avant mes talents de joueuse de Quidditch et me contentait de suivre mon avancée, attentive au moindre faux-pas.

Lorsque la jolie brune se retourna pour s’assurer que j’étais bel et bien derrière elle, je lâchai machinalement mon balai et lui fis un signe de main. Fidèle au poste, je comptais bien tenir ma promesse, elle n’avait pas de soucis à se faire. D’autant plus qu’hormis le fait qu’elle allait avoir d’atroces courbatures à rester contractée ainsi, elle ne se débouillait pas si mal, la verte. La descente dura plusieurs minutes, aucune de nous deux n’ayant particulièrement envie de faire de la vitesse.

Une fois sur la terre ferme, je m’allumai une nouvelle cigarette et en tendis une à ma camarade. Décidément, je fumais vraiment comme une camionneuse, aujourd’hui… Tout en me noircissant les poumons, je me dirigeai vers le château, lentement mais sûrement. Arrivée dans le hall, je me tournai vers miss Black. C’est là qu’on se séparait. Les cachots n’étaient pas bien loin. Moi, j’avais encore sept étages à monter – et quelque chose me disait que les escaliers ne me faciliteraient pas la vie.

« Bonne nuit miss! Fais-moi signe quand tu veux faire de quoi! »

J’offris un dernier sourire à mon interlocutrice puis me dirigeai vers les dortoirs.

Fin du RP pour ma part
Temperence Black
Temperence Black
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Temperence Black, le  Mer 29 Mar 2017 - 14:51

Quand elle jeta un regard en arrière pour observer si la rousse qui s’amusait à voyager non loin d’elle, la brune se raccrocha à son balai encore plus fermement quand la rouquine lâcha son balai sans problème. Cela lui aurait presque collé la chair de poule. Le reste de la descente en balai se passa bien. Temperence ne dévia ni ne tomba pourtant, elle avait ressentit le frisson de peur panique lui courir le long de l’échine jusqu’à ce qu’elle pose les deux pieds à terre. Lorsque ses baskets citadines rencontrèrent la pelouse humide, un poids se retira de son être pour le plus grand bien. Dans ces moments là, la brune ne se reconnaissait pas. Elle était capable de faire des pirouettes à une hauteur vertigineuse mais à côté, le fait d’enfourcher un balai lui déplaisait presque. Elle se demandait comment ses parents faisaient pour réussir à la cerner bien qu’ils n’aient pas été extrêmement présent durant son enfance, préférant laisser leur progéniture à une nounou longue durée. Elle avait longtemps pesté contre eux mais d’un côté, elle n’arrivait pas à leur en vouloir. Sans eux, beaucoup de choses auraient été impossibles.

Temperence attrapa le balai de sa main gauche et se mit en marche aux côtés de la rouquine qui lui proposait une nouvelle cigarette. Objet qu’elle ne put refuser. Elle l’alluma d’un coup de baguette en se rendant compte que son briquet ne se trouvait dans aucune de ses poches, elle avait du le laisser en haut et aucune des deux jeunes femmes n’avaient le courage d’y retourner. Tant pis. il serait là pour les prochains cascadeurs.

Elle tira une longue taffe de fumée qu’elle laissa filer entre ses lèvres pâles sous forme d’arabesque qui vinrent dessiner de nouvelles galaxies étranges aux côtés du ciel constellé de diamants que l’on appelait étoiles. Les deux filles marchèrent côte à côte, en silence, dans la nuit. Le trajet fut court et bientôt, elle pénétrèrent dans le hall d’entrée. C’était là que leur chemin déviaient. L’une descendrait sous le lac et la seconde se rapprocherait des nuages.

« Bonne nuit miss! Fais-moi signe quand tu veux faire de quoi! »

« Merci et bonne nuit à toi aussi Nya, on se rejoint quand tu veux. »

Dernier sourire de la rousse qui fila vers les escaliers. La pauvre avait sept étages à monter avant de pouvoir s’écrouler dans lit tandis que Temperence, elle, avait juste à descendre dans les cachots. Les seules marches qu’elle devait monter était celles allant de la salle commune aux dortoirs féminins. Ce fut le sourire aux lèvres que Temperence s’engouffra dans les escaliers qui la mèneraient vers la fosse aux serpents.  

Fin du RP
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Galatéa Peverell, le  Mer 5 Juil 2017 - 22:25

RP unique
Flash Back.

"Nuit. Belle nuit. Sous un ciel d'Italie de magie. On t'appelle "bella speranza". Et sous les cieux, des étoiles pleins les yeux. On t'appelle "bella speranza"".

Toute de noire vêtue, bien haut sur son balai, l'attention d'Ester sur ce qui l'entourait était toute relative. La sécurité était inexistante dans le château. Si des criminels pouvaient aller et venir sans que personne ne bronche, alors il n'y avait pas de raison que l'adolescente -dont le seul crime était de ne pas être dans son lit- ne puisse pas en faire autant.

Non, mais réellement. Vous y croyez ? Il n'y avait personne dehors ou dans les couloirs de l'école pour vérifier que personne ne vadrouille sans autorisation, pourtant ce n'était pas les infractions qui manquaient. Rien, pourtant, n'avait permis de mettre les élèves en sécurité. Ni le ministère -surtout pas le ministère- ni le règlement intérieur tyrannique de l'école. Kohane avait raison, il fallait tout détruire pour ensuite tout reconstruire. Néanmoins, si la rouge avait suivi la voie criminelle et qu'elle soutenait à présent ceux qui, détruisaient tout sauf ce qu'il fallait : la politique en vigueur, Ester quant à elle déterminée à faire bouger les choses avec un minimum de dégradation. Trop de personnes avaient souffert. Trop de personnes perdaient la vie. Trop. Trop...

La verte jetait alors ses prospectus enchanté ici ou là, les laçant vagabonder où ils le désiraient. Même s'ils quittaient le parc pour rejoindre la ville, ce n'était pas bien grave. Il fallait juste qu'un maximum de personne les voient. Car, si cela ne ferait pas changer ceux dont l'esprit et le cœur était déjà noir, il ferait au moins réfléchir ceux qui doutaient. Ceux qui souffraient. Parce que même si on ne voulait pas se battre contre le ministère, qu'on ne souhaitait pas affronter directement les mangemorts, que nous ne désirions pas prendre part au combat des Phénix, chacun avait au moins le devoir de se battre pour lui-même. Et peut-être même pour les génération future.

Les tracts voltigeaient maintenant de partout, Ester n'avait pas de raison de s'attarder. Elle aurait tout le loisir d'admirer son oeuvre le lendemain. Pour le moment -et même en l'absence d'une sécurité digne de ce nom- elle prenait tout de même le risque de se faire voir si elle ne retournait pas rapidement dans son lit. Demi-tour complet et...

- AAH !

Bordel de cul de Dragon pleins de pustules ! Voilà que la verte sortait sa baguette pour la pointer devant elle.


Dernière édition par Rachel Ester Pasca le Lun 25 Sep 2017 - 14:42, édité 1 fois
Harmony Lin
Harmony Lin
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Harmony Lin, le  Lun 28 Aoû 2017 - 17:17

Rachel nous a autorisé à poster, Alice étant encore en absence
RP privé avec Shela Diggle

Je suis dans le Parc de Poudlard. C'est le matin, il est tôt. Ce n'est pas trop dans mes habitudes de me lever à l'aube mais là, je voulais m'assurer que personne ne pourrait me voir. Car je veux m'entraîner au Quidditch et ça n'est pas vraiment la matière dans laquelle je suis la plus douée. Mon meilleur ami a essayé de m'apprendre mais j'ai encore du mal et je tombe encore un peu. A vrai dire, je préfère largement être en sécurité sur le sol que de devoir être dans les airs mais bon, je fais cet effort quand même. A la fois pour lui et pour moi. Car peut être pourrons nous passer de bons moments ensembles si je suis à l'aise sur un balai ? Et puis, ça serait combler une de mes lacunes et ça, ça ne peut que être bon.

Alors je me suis mise en tenue de sport. Un tee-shirt à manche courte et un pantalon qui me laisse libre de mes mouvements, le tout avec mes longs cheveux attachés en queue de cheval. J'ai emprunté un balai à l'école et me suis dirigée vers un coin un peu vide du Parc. Un coin à l'abri de tous regards indiscrets. Et je suis montée dessus.

Je m'élève dans les airs, concentrée sur mon balai. Je virevolte, je ne m'en sors pas trop mal. J'arrive à changer de direction sans perdre l'équilibre, même si je ne suis pas encore tout à fait à l'aise et que je ne fais pas ça rapidement. J'arrive à monter dans les airs sans avoir peur, à redescendre un peu. J'apprivoise petit à petit mon balai, en même temps que ma peur. Je refais des mouvements qu'on a vu avec Lïnwe, je les refais jusqu'à ce qu'ils soient parfaits. Et je gagne un peu de confiance en moi. Je sens que je progresse.

Et à cet instant précis, perdant de ma concentration car fière de ce que j'ai réussi à faire, je fais un faux mouvement et tombe de mon balai, m'écrasant sur le sol. Heureusement, je n'étais pas trop haut mais je pense que je vais avoir mal une partie de la journée. Après tout, ça reste une belle chute. A vrai dire, j'ai surtout mal au coeur. Pour une fois que j'arrivais à être à l'aise sur le balai, il a fallu que je tombe. Je pousse un soupire et me relève doucement. Il faut éviter de se faire plus mal encore.
Shela Diggle
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Shela Diggle, le  Lun 4 Sep 2017 - 22:44

Une grenouille c'est chouette, c'est rigolo à attraper, il y avait ce cousin brouillon qui apprenait à les avoir, chasseur dès l'aube - l'aube tiens d'ailleurs, c'est bien l'heure des bêtes, personne à l'affût encore et il est agréable d'y vivre, fraîcheur
dessein d'amphibien

il est donc fort tôt pour un matin, une direction hasardeuse et sur l'herbe par grappes des gouttes de rosée, l'herbe grasse de l'automne qui doucement s'avance et prend son pied. Ce cousin dont on n'a plus ni nom ni visage, existait-il seulement ? fantasme d'enfant, peut être un ami. Et les rainettes couleur herbe grasse de septembre, elles bondissent, oups, sur les pieds, s'écrier de bonheur, porter ses trophées, peut être que les chats n'offrent pas de cadeaux, mais quémandent admiration. Les abords de la forêt parurent opportuns à ce genre de chasse, aussi s'éloigner dans le parc, grandir les espaces dans les yeux. Aux pattes, deux immenses chaussures de randonnée, flotter à l'intérieur, s'être dit, il me faut être aventurier, et l'équipement adéquat; n'avoir eu rien d'autre que cette camarade endormie aux pieds trop grands. Suffisant comme il suffisait d'une branche pour avoir une baguette, d'un chapeau pour avoir un bouclier. Avoir dans le regard la vie comme veut la voir l'enfant je suis l'enfant, incapable de me séparer des secondes réalités
incapable de me distancer - du lointain : si cela existe alors cela me touche
[cette proximité morbide avec chaque massacre]

Y'a-t-il des grenouilles dans ce pays ? Arrêt net. Probablement ? si il y a doute il y a possibilité, s'y engouffrer. Trébucher régulièrement sur les souliers trop grands, et commencer tout en bas à sentir l'humidité venir chatouiller les jambes. Comme les chaussures de papa que l'on enfilait, je suis une grande personne, avec des pieds de grande personne, il s'agissait là de l'accessoire nécessaire, la forme que n'arboraient jamais les choses des petits. Quelqu'un dans le ciel, les sportifs sont matinaux, cahin caha poursuivre son chemin sans particulièrement chercher à s'éloigner, la question des grenouilles, y'en a-t-il dans ce pays ? Un pied part et oublie son drap, reculer d'un bond. Quatrième fois.
A mesure que l'on s'approche repérer, la matinale personne perchée sur un balai, hésiter à jeter son nom au silence; un, deux fois sept, nombre de mètres (il paraît), Harmony chute. S'écrase. C'est un pâté sur le sol. Et l'imprévu, l'étonnement pur, provoqué, l'étonnement doux aussi, la scène n'est pas dure,
éclater de rire.

- Si tu t'étais vue ! le rire le rire Comme une pichenette sur ton épaule. Tombée comme ça, pouf ! mimer le geste avec les doigts. Un si puissant sentiment de candeur, c'est drôle, apprécier la scène pour sa non-attente. Le plaisir de l'étonnement, le sentiment imprévu
rire, pur
Harmony Lin
Harmony Lin
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Harmony Lin, le  Sam 9 Sep 2017 - 17:09

Soudain, alors que la douleur est présente à l'endroit où j'ai subis ma chute et que je me relève difficilement, j'entends un bruit. Un rire à vrai dire. Et mon sang se glace dans mes veines. Et je me retourne brusquement pour voir la personne qui fait ce bruit que je cherchais à tout prix à éviter. Après tout, c'est pour ça que je me suis levée tôt. Je ne voulais croiser personne. Et me voici, dans cette situation, les dents serrées et essayant de ne plus entendre cette mélodie qui me fait faire une grimace.

- Si tu t'étais vue ! Tombée comme ça, pouf !

Elle mime le geste de ma chute et cela m'énerve. Et tandis qu'elle continue de rire, plus une trace d'amusement sur mon visage. A vrai dire, on pourrait même y voir de la colère. Je suis tombée. Pas de quoi en faire un fromage. Et ce rire augmente mon malaise. Je suis vexée de m'être faite avoir de cette façon. Je commençais à prendre confiance sur mon balai puis tout à basculer. Et maintenant, ça ? C'est à vous dégoûter de tenter de s'entraîner au Quidditch. Enfin, je n'en suis pas encore là ! Il faudrait déjà que je parvienne à maîtriser mon balai...

Alors, sans un mot et tandis qu'elle peut voir mon visage se décomposer, je tourne les talons, prenant le balai emprunté à l'école au passage. Si elle compte sur moi pour rester à côté d'elle alors qu'elle se moque de moi, elle se fourre le doigt dans l’œil. Et si elle espérait que je remonte sur mon balai et que je me ridiculise une nouvelle fois, elle peut encore attendre. Je vais juste aller le poser. Et retourner dans mon dortoir pour évacuer ma frustration. Ou essayer...

Mais tout plutôt que d'être à côté de celle qui se moque de moi. A vrai dire, l'énervement ne m'a même pas permis de voir que cette fille, je la connais.
Shela Diggle
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Shela Diggle, le  Mar 12 Sep 2017 - 13:02

- Hé ! parce qu'elle tourne les talons, parce que son visage ne rit pas. Entamer la pente, descente, trébucher et perdre une des bottes des sept lieux (presque). Ces chaussures sont immenses. Et ne s'adaptent pas à la taille du propriétaire - les avoir empruntées fait bien de moi une temporaire propriétaire, pas vrai ? Grogner et retourner, terrain d'en face, enfoncer la voyageuse. Courir après la demoiselle, il faut, comprendre, il y a méprise, n'avoir rit pour la raison qu'elle imagine
je ne cherche à mordre l'orgueil, je suis le sentiment l'émotion je me fais récepteur et sans contrôle laisser exprimer, le sentiment l'émotion, excessive dévotion, être tout à l'autre tout à soi n'être plus que pantin aux doigts de l'âme, n'avoir de bouclier jamais, vomir l'angoisse la colère la joie, poumons déglingués, déverser sur la chaussée, le monde, le rampant instinct, il dicte courre, fuit il dicte, ne te laisse pas attraper (alors fuir et fuir et fuir. Soi même)
et l'émotion submerge, le regard les mains le crâne, avoir rit parce que laisser naître et grossir les sensations et pousser pousser loin les choses sociales et le regard critique, c'est drôle, réaction, le rire, l'expression du désordre surprise-candeur-cocasserie. Un feu dans la gorge, tu le gardes ? je dois le faire sortir. Il brûle. Pas l'envie de construire des murs, le lâché prise affecte tout, tout

C'était pas négatif parce que souvent les dévorantes langues qui souhaitent s'échapper sont noires noires et mordantes, ici ce fut, apaisant. Un sentiment agréable se faire violence c'est, s'empêcher, ce qui sort de là l'est souvent, violent, le garder enfermé nourris les monstres dans la tête le corps, hurler au monde et lui cracher, tout l'intérieur toute la violence qui ici prend racine qui vient de, partout, et possède la corporelle assistance. Harmony et ma main sur son épaule pour lui faire cesser sa course. Tu marches trop vite, une seconde... Nous ne sommes pas si proches pas si sûres, elle a l'enfance sur le visage, la bonté dans les gestes. N'avoir d'elle que des fragments, une camarade en cours. Réajuster la position des pieds dans leurs habits. Le potentiel comique d'un objet tombant est proportionnel à sa taille. Ce n'est pas le fait que tu chutes qui est drôle, mais la chute. Juste, la chute. Ne vouloir blesser, pencher la tête; tu comprends ?
Partout partout le monde au bord des lèvres; considérer les sentiments comme faiseurs de monde, sans eux la mort n'est plus, sans eux il n'y aurait que des faits et peu d'évolution.
Vomir une sensation
un sourire
Harmony Lin
Harmony Lin
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Harmony Lin, le  Ven 22 Sep 2017 - 23:48

Vexée par son rire, je l'entends m'appeler mais ne répond pas, ne me retourne pas. Il fallait y penser avant de rire. Penser que ça pouvait me blesser, moi qui fait tant d'efforts pour arriver à faire quelque chose que je n'apprécie pas particulièrement. Ou au moins, pour laquelle je ne suis pas mais alors pas du tout douée.

Je marche vite. Je ne perds pas une seconde. Je veux m'éloigner de cet endroit maudis. Je soupire. Je grogne. J'avance. Je sens toujours ses pas derrières les miens. Enfin, je les entends. Elle court. Moi je marche vite. Mais je n'ai aucune pitié pour ses poumons. Je continue d'avancer, me demandant si elle compte arrêter de me suivre. Je ne veux pas qu'elle recommence à se moquer de moi. Je veux garder de la détermination pour remonter sur mon balai. Je sais que ça ferait plaisir à Lïnwe alors je ne dois pas abandonner.

- C'était pas négatif
apaisant. Un sentiment agréable


En l'entendant, je ralentis un peu mes pas. La colère en moi commence à se calmer. Alors ce n'était pas de moi qu'elle se moquait ? Je suis pourtant sûre de l'avoir vu rire en me regardant... Mes pensées me tourmentent, cherchant la solution désespérément quand une main se pose sur mon épaule, me faisant stopper complètement mes pas.

- Tu marches trop vite, une seconde...

Je la regarde, perplexe, puis je consens à ne pas repartir de plus belle, voulant avoir mes explications. S'il s'avère qu'elle se moquait réellement de moi alors je repartirai. Et plus je la regarde, plus je me rend compte que je la connais déjà. Je l'ai vu en cours. Notamment, un jour, elle était cachée sous un carton. Je crois l'avoir pas mal vu en compagnie de Jade aussi. Mais si elles sont proches, c'est que cette fille n'est pas foncièrement méchante, si ? Par contre, le coup du carton, je n'avais pas compris et je n'ai toujours pas compris. C'est peut être l'occasion de lui demander ? Et puis au moins, j'aurais de la matière pour répondre si elle se moque de moi...

- Le potentiel comique d'un objet tombant est proportionnel à sa taille. Ce n'est pas le fait que tu chutes qui est drôle, mais la chute. Juste, la chute.

Elle penche la tête. Je fronce les sourcils. Je ne suis pas sûre de comprendre mais je comprends en tout cas qu'elle ne se moque pas vraiment de moi. Alors je me détend légèrement, soupire. Et lorsqu'elle me sourit, je ne peux empêcher un timide sourire de lui répondre. Je ne rirais pas de ma chute avec elle, ça pas question, mais je peux au moins essayer d'être amicale.

- Oublions cette histoire de chute. Que faisais-tu là-bas, si tôt ?

Je la regarde intensément, me demandant presque si elle va me répondre. Ou encore si elle va relancer cette histoire qui me chiffonne un peu. Sur mes lèvres brûle la question du carton mais je la garde pour plus tard, ne voulant pas relancer les hostilités si ce sujet est compliqué pour elle. Parce que, après tout, il n'y a pas 36 raisons de venir en cours avec un carton sur la tête. Alors bon...

Je pose alors par terre le balai que je tenais encore à la main et tourne complètement mon attention vers elle, toujours légèrement sur mes gardes et prête à partir au moindre faux pas. Mais ma curiosité et un pressentiment étrange me font rester. Pour le moment.


Dernière édition par Harmony Lin le Mer 8 Nov 2017 - 22:41, édité 1 fois
Shela Diggle
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Shela Diggle, le  Jeu 26 Oct 2017 - 18:41

Encore désolée pour ce retard...

Un nouveau sentiment la gagne, tout doucement, elle étire les lèvres un peu et décide de faire abstraction – préférer garder et simplement se déplacer, sans oublier, mais soit. Oublier est une grande chose effrayante. La demoiselle a un enfant sur le visage, mélange de cette innocence dont on les pense pourvu et du pivoine qui fleurit à ses joues, il fait certes revigorant. Se balancer sur ses pieds, d'avant en arrière, être le petit poucet, rencontre, nouvelle phrase du conte ou alors on tourne la page, sourire, beaucoup sourire, les heures non tardives me saillent bien. Et sa question prend au dépourvu, quelle raison déjà, de chaparder des chaussures, gambader ? Un instant la fixer plus intensément que le voudrait la règle sociale, penser (ne pas les connaître). Quelle raison ? Le jeu de l'aventurier ne suffit pas, il manque un morceau, et il ne s'agit pas de fuite autrement mes pieds ne seraient habillés et ma tête si claire si claire, si éloignée de l'habitude. Les grenouilles ! exclamation. Je me demandais. Tu sais s'il y en a ? si cela existe, si cela ne fait pas partie d'une histoire, encore, si une telle créature est plus qu'une grande invention. Je voudrais trouver une grenouille.

les désirs en réalité sont si simples lorsque l'on s'y penche. Les brutales envies qui surmontent les nécessités premières même sont loin de l'idée chevaleresque d'une ambitieuse escalade d'une échelle quelconque. Ces envies-là n'ont le temps de se construire, de s'alimenter ; elles apparaissent soudainement et l'on peut soit les ignorer, soit leur courir après et attraper un bonheur inconditionnel et fugace. Avoir couru après un petit bonheur.
Quelque part une grenouille
de quoi rêve-t-elle ?
C'est pour vérifier. Qu'il ne s'agisse pas d'un mythe. Mélanger, sans cesse, les vérités. Aucun mensonge n'existe, si l'on souhaite qu'une réalité soit vraie. Je connais une histoire de grenouille, l'une vivait en ville et l'autre non, et confondent leurs paysages. Elles s'aveuglent pour ne voir que ce qu'elles souhaitent. Mélanger. Tout est trouble et lâcher tant de mots n'est pas agréable, tacher le silence et s'embourber, préférer aux lettres les gestes, et les autres ; écouter leurs contes. Perdre le regard dans les arbres derrière elle, attendre un nouveau calme, laisser place à ces mots sans sens qui roulent encore, paquets de bruyère, attendre que la gêne s'efface. Ne pas savoir parler.
Les interminables discours ne sont jamais dépourvus de répétitions, de langueurs, de grandiloquence mimée par de belles lettres compliqués. Préférer le droit au but, sujet verbe, l'action dans la parole, ne dire que ce qu'il faut et ne pas esthétiser le tout, en être incapable. Donnez-moi des mains et je ferai sensation, les gestes et toute la franchise de ce langage.

Le temps est passé, un peu.
Peut être que tu es tombée parce que tu fermais les yeux à quelque chose, distraitement, envoyer un nouveau croque-silence, les yeux brièvement vers les siens et le corps à bascule, d'avant en arrière, être le roulis des vagues et la tête partie déjà à la recherche de
de
avoir oublié quoi
Harmony Lin
Harmony Lin
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Harmony Lin, le  Mer 8 Nov 2017 - 23:15

Alors que je lui ai demandé ce qu'elle faisait ici, elle semble réfléchir intensément. Elle me fixe. J'attends sa réponse. Lui souris légèrement pour l'aider peut être ?

- Les grenouilles !
Je me demandais. Tu sais s'il y en a ?
Je voudrais trouver une grenouille.


Je la regarde, incrédule. Elle voulait trouver une grenouille ? Mais pourquoi ne pas aller dans un magasin adapté ? Je lui souris franchement. A la fois parce que je suis amusée par sa quête matinale et aussi parce qu'inconsciemment, je me retrouve dans cette réponse. Se laisser porter par ses pensées, par ses instincts. Par son cœur, tout simplement.

- Non, je ne sais pas ! Mon premier réflexe serait d'aller en acheter une sur le chemin de traverse !

Ben oui, c'est vrai quoi. C'est la manière la plus simple d'accéder facilement à cette requête non ? J'imagine que c'est la chasse qu'elle cherche. Personnellement, je suis bien mieux à lire un livre tranquillement dans ma salle commune qu'à courir après les grenouilles ! Surtout le matin...

- C'est pour vérifier. Qu'il ne s'agisse pas d'un mythe.
Je connais une histoire de grenouille, l'une vivait en ville et l'autre non, et confondent leurs paysages. Elles s'aveuglent pour ne voir que ce qu'elles souhaitent.


Je fronce les sourcils. Mais qu'est ce qu'elle veut dire par là ? Je connais une histoire moldue avec un rat des villes et un rat des champs mais ça n'a rien à voir. Ou peut être que si, je ne m'en souviens plus tellement. C'est peut être l'équivalent sorcier de cette histoire ? Qui sait ? Enfin, ça me parait un peu tiré par les cheveux quand même...

- Moi, je ne la connais pas, désolé. Donc je ne suis pas sûre de pouvoir t'aider.

Silence. Je ne sais pas quoi dire. Elle non plus apparemment. Alors je la regarde, je l'imagine courant après les grenouilles et un léger sourire s'affiche sur mon visage. Je ne me moque pas d'elle, loin de là. C'est juste l'action qui me fait sourire. Et soudain, ses paroles me reviennent. Quand elle a dit que la chute l'avait fait rire. Et non pas Ma chute. Un sourire sincère fait alors son apparition. Je comprends. C'est tout à fait logique.

- Peut être que tu es tombée parce que tu fermais les yeux à quelque chose

Je grimace. J'ai compris mais je ne veux pas pour autant retourner sur ce sujet-là. Alors je cherche une réponse courte. Rapide. Pour définitivement changer de sujet. Je suis bien ici en fait. Je ne veux pas partir. Alors autant tout faire pour arrêter de discuter de ce sujet qui fâche.

- Peut être.


Pas un mot de plus. Mes intentions sont assez compréhensibles, je crois. J'espère en tout cas. Je cherche alors un moyen de changer de sujet. Et je songe à ses grenouilles. Puis, une lueur s'allume dans mon regard. Je songe alors à ce cadeau. Qui me vient de Lui. Je n'ai pas voulu abandonner cette bestiole. Et pourtant, elle me rappelle souvent Cet événement. Une grenouille Idéaliste. Qui a de grands rêves. Elle va bien avec moi. Peut être ira-t-elle bien avec elle aussi, si ça l'intéresse ?

- Je viens de m'en souvenir mais j'en ai une moi, de grenouille. Je peux te la donner pour ce que tu veux faire si tu veux. Bien que je n'ai pas exactement compris en quoi ça consistait...

L'utilisation du verbe donner est volontaire. J'espère qu'elle comprendra. Qu'elle ne sera pas gênée. Qu'elle ne posera pas trop de questions. Mais le fait est que j'en ai une alors autant qu'elle lui serve. J'espère juste qu'elle ne la tuera pas. Parce que même si c'est Lui qui me l'a offert, c'est une belle intention. Et tout être ayant de grands rêves mérite de les vivre. Même les grenouilles.
Shela Diggle
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Shela Diggle, le  Sam 18 Nov 2017 - 19:41

En acheter n'est pas le but, elles pourraient appartenir à chaque continent et il faut découvrir si elles peuvent faire maison ici, dans ce nordique paysage, l'humidité attire mais le froid les repousse-t-il ? Secouer vaguement la tête, une boutique n'a de frontière que son compte en banque, le monde entier peut s'y loger. Il vaut mieux renifler les taillis, farfouiller autours d'étangs, à part le lac ne pas connaître d'étang environnant mais, il ne faut qu'une once de motivation, pas vrai, et aller courir fureter, le monde, un monde. Les frontières animales se créent au gré des environnements, des chaleurs et vents, les grenouilles sont ou ne sont pas, la raison dénicherait un livre pour y trouver les habitats propices; le cœur, enfant, n'a besoin que sa vigueur s'étouffe en apprenant qu'il ne trouvera ce qu'il désire ardemment, et immédiatement. Alors, joie, rencontrer les collines, ne pas brimer un désir pur, à partir de riens, créer l'aventure. La demoiselle a ouvert la porte, son visage a perdu sa colère et ne reste qu'un certain étonnement - ne savoir s'il s'agit du sentiment ou de ses traits. Saisir, quelque part, la chose qui la lie à Jade, sans pouvoir poser de mots dessus.

Alors qu'il n'y a que destruction de la matérialité, soudain, il y a autre chose, du nouveau à l'ouest, ou l'est, peu importe, quelque chose de doux par sa capacité à faire abstraction de, tout le reste, ce qu'il y avait avant, comme si cela n'avait pas d'impact sur le présent le maintenant, comme si les tentatives de disparition répétées ne rendaient pas obligatoirement le futur noir et sans candeur. Et jouir, avec ravissement, du nouveau champ lexical à disposition, des mots soleil, des petits bonheurs, les grenouilles sont, aujourd'hui, mon petit bonheur, s'atteler à la tache, elle est simple : il faut entretenir le désir, faire durer. Lignes enroulées, heureuses de se tordre amoureusement. Sur les yeux, il n'y a plus besoin des étoiles, plus de voile entre soi, le monde. Harmony est un prénom dépourvu de neutralité, il est soleil également. Candide pensée, encore. Elle ferme discussion, fuit le balais, hocher la tête, embrasser la vue, encore, du matin, il sied bien, lorsque l'on décide de lui accorder attention. Je viens de m'en souvenir mais j'en ai une moi, de grenouille. Eveil éveil. Je peux te la donner pour ce que tu veux faire si tu veux. Bien que je n'ai pas exactement compris en quoi ça consistait... Secouer les doigts. Sa grenouille vient peut être de Traverse, mais elle a pu vivre ailleurs. Il y a, ici, connaissance du territoire, dans les yeux esquisser l'espoir, tiens, il sera peut être aisé de trouver, aisé de répondre au désir simple
davantage qu'à des fantasmes décadents
davantage qu'au malheur, aussi, le malheur demande un renouvellement incessant d'idées de faits en accord avec lui, le malheur demande travail et accorde une lourdeur dont on ne sait se séparer (alors on s'échappe, on se fait invisible)

Je voudrais en trouver une. Ce pourrait être la tienne. Pencher la tête, un peu. C'est une action forte, car une offre est, souvent, irréversible. Pour quelle raison serait-elle prête à cela ? Les désirs extérieurs ne devraient lui importer. Temps. A moins que.
Elle ressemble à Jade.
Je ne lui ferai aucun mal. Mais parle moi d'elle, d'où elle vient, et comment, et a-t-elle un nom ? Primordiale surtout, l'origine, le lieu exact, savoir si, ici, elle appartient au reste.  
Harmony Lin
Harmony Lin
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Harmony Lin, le  Dim 10 Déc 2017 - 21:57

Désolé du retard...

Quand je lui propose ma grenouille, ça semble lui plaire. Ou en tout cas, la rendre curieuse. Alors je souris. Je ne pense pas que cette fille veuille lui faire du mal. De toute façon, si je lui donne, ça ne serait plus mon affaire. Mais ça me ferait de la peine s'il lui arrivait quelque chose.

- Je voudrais en trouver une. Ce pourrait être la tienne.

Elle penche la tête. Essaye sans doute de comprendre pourquoi j'ai utilisé le mot "donner". Un mot intense. On ne revient pas sur ce mot. Ça a une dimension.. Infini. Je reste sans rien dire. J'attend sa potentielle question. Sa réaction à ma proposition. Ce pourrait être la mienne mais sous quelles conditions ? Conviendrais-t-elle à ce qu'elle souhaite en faire ?

- Je ne lui ferai aucun mal. Mais parle moi d'elle, d'où elle vient, et comment, et a-t-elle un nom ?

Je souris et me détend un peu, soulagée. Puis, je me replonge dans mes souvenirs. C'est Lui qui me l'a offerte. Mais je ne l'ai su que bien après l'avoir reçu. Et je n'ai pas eu le courage de m'en débarrasser. Après tout, cette grenouille me ressemble. Et surtout c'est un être vivant. Elle ne méritait pas d'être abandonnée. De la même façon qu'elle ne mérite pas de mourir.

- Cette grenouille m'a été offerte par une personne qui me l'a envoyé par Hibou. Une personne que je ne côtoie plus du tout aujourd'hui. C'est une grenouille Idéaliste. La personne qui me l'a offerte m'a dit qu'elle se croyait plus forte qu'elle n'était, qu'elle essayait de voler. C'est une grenouille affectueuse aussi. J'avoue n'avoir jamais cherché à lui trouver de prénom. Je l'appelle juste Idéaliste généralement.

Je la regarde. Je cache une partie de la vérité. La personne qui me l'a offerte, c'est vrai que je ne la côtoie plus. Mais je ne l'ai jamais vraiment côtoyée. Enfin, nous n'avons jamais été proche. Cette personne a même détruit une partie de ma vie. A cause de Lui, j'ai plongé dans la tristesse et la douleur pendant une longue année. Et un an de plus m'a été nécessaire pour Le retrouver. Mais ce sont des détails. Détails qu'elle n'a pas besoin de savoir.

- Si je veux bien te la donner, c'est parce que l'avoir avec moi m'empêche d'aller de l'avant. Elle me rappelle cette personne et même si nous ne sommes pas en mauvais termes, je pense que cette grenouille serait sans doute plus heureuse avec toi.

Explications. Je ne sais pas si elle va être intéressée. Mais j'ai dressé le portrait de mon Idéaliste. Et si ça peut l'aider, alors tant mieux. Du moment qu'on ne lui fais pas de mal, moi je suis d'accord.
Contenu sponsorisé

Balade aérienne - Page 7 Empty
Re: Balade aérienne
Contenu sponsorisé, le  

Page 7 sur 8

 Balade aérienne

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.