AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 1 sur 2
Vagabondage sur la Route 66
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Pandora Forester
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplannage


Vagabondage sur la Route 66

Message par : Pandora Forester, Mer 30 Oct 2013 - 18:51



[Autorisation de Solange pour l'ouverture du sujet]




PV Jessy Brown






J'ouvris mon portefeuille et poussai un soupiré frustré. Je pinçai les lèvres et regardai autour de moi, espérant voir par terre un billet ou quelques pièces. Il n'en fut rien. J'étais à sec depuis hier, et, honnêtement, c'était craignos. J'avais encore de quoi bouffé pour quatre/cinq jours environ, et je n'avais pas de voiture, je ne pouvais donc pas partir de ce bled paumé. Comment j'étais arrivée là ? En stop, bien sûr. Par un homme qui venait tout droit de Chicago. Il m'avait paru louche, mais j'avais été un peu obligé de monter dans son fourgon car je n'avais pas voulu stagner dans les ghettos. Ici, quasiment personne ne partait et personne n'arrivait (ou alors c'était très rare). J'étais coincée ici et à part cambrioler une épicerie, je devais me contenter de ma nourriture personnelle, que je mangeais dans le motel du coin. Je n'étais pas très loin d'Oklahoma City, mais pas assez près pour dire que j'étais entièrement en ville. Je mis une mèche de mes cheveux auburn derrière mon oreille droite.

Je fourrai mon porte-monnaie dans ma sacoche en cuir puis enlevai mon blouson, la chaleur ambiante étant en train de m'achever. Le magnifique soleil était en train de se coucher sur le désert, teintant le ciel de rose. J'hésitai à sortir une clope, mais ce n'était pas le moment, il fallait que je me concentre pour trouver le moyen de déguerpir d'ici. Ma montre indiquait 19 h, et je n'avais pas assez d'argent pour me payer une nuit supplémentaire à l'hôtel. Je jurai. J'aurais dû prévoir plus de sous. J'avais décidé de partir au fin fond de l'Amérique, aux États-Unis, pour me couper de tout. Ma transformation en Loup-Garou m'avait beaucoup affecté, et j'étais devenue encore plus solitaire que ce que je l'étais. Les gens m'insupportaient. J'avais eu une envie irrévocable d'être seule. Donc, j'étais partie sur un coup de tête, sans vraiment réfléchir en détail à la situation, pensant que je pourrai me débrouiller. Sauf que là, maintenant, j'avais besoin de l'aide de quelqu'un, et de sa compagnie.

Je n'avais pas parlé à un être humain depuis une semaine. Cela en devenait finalement lassant. Je me balançais d'un pied sur l'autre, ne sachant que faire. Je pouvais toujours transplaner, mais je ne voulais pas. Pas maintenant. J'étais fatiguée et je ne voulais pas prendre le risque de me désarticuler, par manque de concentration totale. Je me passai les mains sur le visage, en soufflant. Les gens passaient sur le trottoir sans me voir, moi et mon désarroi, discutaient ou parlaient sans même jeter un œil sur la pauvre fille que j'étais. Cela m'irritait. Je farfouillai dans ma poche et mis la main sur mon paquet de chewing-gum. Je le secouai. Il était vide. Je me mordis la lèvre pour ne pas pêter littéralement un câble. Prise d'une impulsion, je refermai mon poing sur la petite boîte en carton. Je la jetai par terre, pas le moins du monde en train de me soucier de la pollution ou d'autres trucs stupides tels que la protection de l'environnement.

Je tournai sur moi-même, nonchalement. Mon regard se posa sur la vitrine de la droguerie, qui se trouvait quelques instants dans mon dos. J'avais vraiment une sale tête. Mon teint blafard ressortait énormément, même dans le reflet de la vitre sale de la boutique. Mon slim gris était troué de partout, et on aurait dit un collant en résille que j'aurais déchirée de partout. Mon T-Shirt blanc était pourri (sali par ma chute dans la terre de tout à l'heure) et mes converses noires, défoncées, usées et les lacets mis n'importent comment complétait la panoplie. Mes cheveux ne ressemblaient à rien. C'était juste un sac de noeuds tombant en cascade dans mon dos. Mes taches de rousseur me donnaient un air enfantin et mutin, sauf que je n'avais pas le cœur à rire. J'exprimai une mine renfrognée et à la limite du desespéré. Ma besace en cuir, que je trimballais avec moi, pendait sur mon épaule et m'arrivai jusqu'au genou. Il était tout rapiécé et il avait fait son époque, mais cela m'importait peu.

Je fis la moue puis m'assis sur le rebord de la chaussée. Une magnifique et belle décapotable était garée en face. Elle était bleue pastel et elle était terriblement vintage. On aurait dit qu'elle sortait tout droit de Grease ou d'American Graffiti. Tandis que je la regardai vaguement, la nuit tomba (plus vite que je ne l'avais prévu). Une demi-heure plus tard, il faisait déjà sombre et les lampadaires s'allumaient. Les magasins se mirent à fermer et aucuns commerçant ne vinrent me demander ce que je faisais là, à attendre, les fesses sur le sol, seule. Quel sens de l'accueil. Un quart d'heure s'écoula. Maintenant, il n'y avait plus personne dehors. Je me relevai. Je jetai un œil à droite et à gauche. Il y avait seulement un bar, pas très loin, qui était ouvert et dont une musique faible s'échappait. J'entendais des éclats de rires d'homme et de la fumée sortais par l'interstice de la porte vitrée. On devait y fumer comme des pompiers le dedans. Je traversai la rue.

Je m'approchai dangereusement de la belle voiture bleue. Une lueur de convoitise brilla dans mon regard. Je tendis la main vers la portière côté conducteur. Un sourire éclaira alors mon visage. Oui, je sais, c'était mal. Très mal. Mais après tout, y avait-il une autre solution ? Il n'y avait aucune présence, à part des gros bonhomme en train de s'avaler des litres d'alcool dans le bistrot du coin. Je me mordis la lèvre et reposai mes iris vers la pièce animée. Le propriétaire était surement en train de s'éclater avec ses potes, étant prêt à devenir ivre mort. Une seconde de réflexion plus tard et j'étais déjà tranquillement installée dans le siège. Je posai mon sac derrière et sortis ma baguette en vitesse. Je n'avais pas les clés, mais j'avais la magie. Du bout de mon bout de bois magique, je tapotai l'écran de contrôle. Quelques instants plus tard, le moteur se mit en marche, dans un doux bruit satisfaisant. Je lançai un cri de victoire discrète et posai les mains sur le volant, avant de sentir la panique monter en moi en flèche.

Il y avait quelqu'un. Juste à côté de la portière côté passager. Et Mer**.




Ne postez pas, ma camarade va bientôt répondre !
Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Jessy Brown, Mar 3 Déc 2013 - 22:47


Je suis vraiment désolée de cet immense retard ! :'(

_ _ Tout allait très bien ces derniers jours. Enfin, plus ou moins. Pour se faire une idée, il faut remonter un petit peu dans le temps.

_ _ Il y avait près d’une semaine, Jessy avait réuni toutes les conditions nécessaires pour effectuer un nouveau voyage aux États-Unis. Elle avait trouvé du temps en laissant sa boutique et ses animaux aux bons soins de ses parents ; elle avait obtenu de l’argent moldu en troquant quelques gallions en échange d’étranges billets verts, avec un vieil homme boudiné à drôle de moustache sur le Chemin de Traverse ; elle avait créé un Portoloin en utilisant une bouteille de bière usagée. En bref, tout allait pour le mieux puisqu’elle allait faire un petit périple en solitaire, loin de la grisaille londonienne, des sorciers et de tous leurs visages familiers.

_ _ Cependant tout ne s’est pas déroulé comme prévu. La jeune femme était en effet censée arriver dans une grande ville de Californie, mais avait atterri au beau milieu d’elle ne savait où, dans une sorte de contrée désertique improbable. Elle avait certainement dû lâcher son Portoloin en plein vol… ce qui pouvait arriver à tout le monde, non ? Perdue au milieu de nulle part, sous un ciel bleu étincelant, elle n’avait pas trop su quoi faire. Transplaner ? Pour aller où ? Elle ne connaissait pas le moins du monde les alentours, et choisir de transplaner loin n’était pas à son niveau - du moins elle avait trop peur d’être désartibulée. Elle avait longuement hésité, mais avait finalement décidé qu’elle partirait à pied, se fiant aux conseils des passants et profitant de son séjour plus aventureux qu’elle n’y avait songé.

_ _ Après avoir dépensé une grande partie de son argent pour se loger, manger et boire, elle n’avait plus grand-chose au fond des poches. Et pourtant elle continuait d’avancer, de bar en bar, d’hôtel en hôtel… et de rencontrer des gens, évidemment, et de tous les genres, en passant du vieux barbu au jeune moustachu, de l’excentrique à la réservée. Un beau matin, elle s’était éveillée avec une belle gueule de bois, sans trop se souvenir de comment elle était arrivée dans le motel insalubre où elle se trouvait, et n’avait pas pu bouger de la journée. Encore une perte de temps et d’argent ! Mais dès le lendemain elle avait retrouvé sa vivacité habituelle et avait poursuivi son chemin, apprenant par le biais d’un conducteur de moto qu’elle approchait de la capitale de l’Oklahoma.

_ _ Épuisée par son voyage, la jeune Brown n’avait pas pour autant baissé les bras. Elle arpentait désormais les chemins poussiéreux d’un village, le visage levé et les yeux rivés devant elle, comme pour se demander ce qui allait arriver. Les nuages n’apparaissaient toujours pas, isolant la lune sur un fond de velours gris piqueté de minuscules étoiles. Les réverbères brillaient, diffusant autour d’eux un halo terne mais apportant un peu de luminosité à cette soirée tout sauf animée. Jessy songea qu’elle devrait trouver un endroit où dormir, comme tous ceux qui l’entouraient et qui devaient déjà être repliés sous leurs draps. Mais des éclats de voix retentirent soudain, brisant le doux silence de la fin de la journée. Son cœur s’accéléra de surprise et elle décida de s’approcher. Peut-être était-ce une auberge où des Moldus s’attardaient à discuter gaiement. Elle pourrait les sans doute les rejoindre, ou au moins se trouver un toit.

_ _ Elle tourna l’angle de la rue, tous sens en éveil. Mais devant elle, rien de bien spécial. Des bâtiments aux façades somnolentes, dont un unique n’avait pas encore l’air assoupi, qui semblait être un petit bar. Une légère brume s’échappait de là et se dissolvait quelques mètres plus loin, parmi les voitures qui reposaient en formant une courte file. La sang-pur fit un pas, puis un autre, chancelante, ne sachant pas où aller. Elle décida de s’approcher du commerce en ébullition, afin d’y jeter un coup d’œil. Au pire elle pourrait commander une petite boisson pour reprendre des forces.

_ _ Cependant un détail attira son regard, alors qu’elle marchait sans prêter attention à ce qui l’entourait. Une silhouette, le bras tendu vers une superbe voiture dont la peinture lustrée étincelait au clair de lune. Jessy s’arrêta un instant pour la fixer, étonnée de trouver une autre personne qu’elle dans les ruelles à une heure si tardive. Elle entreprit de poursuivre sa route, mais elle l’aperçut du coin de l’œil qui s’asseyait tranquillement dans la décapotable à l’allure rétro. Un pressentiment lui fit comprendre qu’elle ne lui appartenait pas ; peut-être était-ce à cause du sourire à connotation malsaine qui étirait ses lèvres, ou du fait qu’elle n’avait sorti aucune clé afin de monter à l’intérieur. N’étant d’ordinaire que peu héroïque, la jeune femme décida toutefois de la rejoindre. S’il s’agissait d’un Moldu elle n’aurait aucun mal à lui faire changer d’avis, même s’il c’était une racaille habituée aux vols de voitures. Le cœur léger, elle gagna le côté droit du véhicule et observa l’inconnu toucher l’écran de contrôle avec un bâton. Mais en vérité ce n’était pas un simple bout de bois ; c’était une baguette magique.

_ _ Ce qui semblait être une jeune femme poussa un léger jappement lorsque le moteur ronronna, sans doute excité à l’idée d’embarquer sa nouvelle acquisition. Mais c’était sans compter Jessy, qui était toujours là à l’observer les sourcils levés dans une expression de surprise. Qu’est-ce qu’une sorcière faisait là, qui plus est à dérober une voiture moldue ? Elle devait certainement pouvoir se déplacer avec mieux que ça ! Après réflexion, elle se dit qu’elles paraissaient être dans le même cas. Quoi qu’il en soit, elle récupéra une face décente lorsque la hors-la-loi se tourna vers elle.

_ _ Son visage pâle contrastait avec ses cheveux sombres et entremêlés qui lui donnaient un air peu soigné ; ses habits ne contredisaient pas cette allure, au contraire, étant sales et déchirés de toutes parts. Quoi que l’on puisse en penser, l’ex-Serdaigle n’était pas encore arrivée à ce niveau de souillure. De sa haute queue de cheval ne dépassaient que quelques mèches éparses, qui retombaient maladroitement sur ses épaules. Son débardeur bleu et blanc parsemé de taches de formes diverses, trop large pour elle, s’agitait au passage de quelque courant d’air et dévoilait son short en jean sur lequel s’apercevaient des filaments blanchâtres dus à des accrocs. Ses genoux devenus noueux à cause de la marche intensive passaient inaperçu, à son plus grand bonheur, de même que ses baskets qui partait en lambeaux.

_ _ La sorcière avait l’air un peu surprise de la voir. Anxieuse, Jessy se demanda ce qui se passait dans sa tête et se questionna elle-même sur la raison de sa venue ici. Ce n’était pas une Moldue, elle n’aurait donc pas beaucoup d’influence sur elle. Elle plaqua par réflexe sa paume sur sa poche, discrètement prête à dégainer son arme si nécessaire. Elle ne ferait pas demi-tour en lui priant de bien vouloir excuser son intervention et de continuer son vol, ça non. Elle se défendrait s’il le fallait. Mais l’avantage de cette situation était qu’elle avait l’impression d’être en compagnie d’une personne égale. Affichant un air tout à fait sérieux, elle leva enfin la voix :

_ _ « Qu’est-ce que tu fais dans ma voiture ? »

_ _ Pourquoi avait-elle dit cela ? Simplement car cela l’amuserait d’admirer la réaction de l’inconnue. Peut-être aurait-elle une soudaine chute de tension, ou bien saisirait-elle sa baguette pour lui faire oublier ce qu’elle venait de voir. Jessy n’en savait rien, mais après un instant elle décida de ne pas attendre qu’il soit trop tard. Elle esquissa un sourire amusé et se rattrapa :

_ _ « Nan, je plaisante, ce n’est pas ma voiture. C’est dommage, d’ailleurs, elle est superbe. Je pourrais presque comprendre que tu veuilles partir avec. Mais range tout de même ta baguette, on pourrait te voir. »

_ _ Le sentiment de compréhension était difficile à admettre pour l’ancienne Serdaigle, qui n’avait pas pour habitude de soutenir de telles idées. Cependant, plus elle passait de temps à faire glisser son regard empli d’admiration sur les traits bien dessinés du bijou de mécanique, plus elle avait envie de ne serait-ce que grimper à l’intérieur et s’asseoir sur le fauteuil de cuir. Elle s’imaginait déjà profiter de cette œuvre d’art, percevoir le grondement de son moteur sur les routes et rouler en entraînant avec elle des volutes de poussière. Comme une Moldue usant de son nouveau jouet. Elle pesa le pour et le contre ; vérifia que personne ne se trouvait aux alentours et, sans avoir laissé présager son action, ouvrit la portière devant elle et s’installa au-devant du véhicule. Elle regarda en coin sa voisine.

_ _ « Ah, au fait, je m’appelle Jessy. Mais j’ai une question : où comptais-tu aller ? Parce que si tu pouvais me déposer en chemin ce serait sympa. Je me dirigeais vers Los Angeles mais j’ai… hum, atterri là par hasard. »
Revenir en haut Aller en bas
Sunny Potter
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Animagus : Corsac


Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Sunny Potter, Jeu 23 Oct 2014 - 11:21


[PV Autumn Avery ; Pas de réponse depuis plus d'un mois ; peut choquer la sensibilité des plus jeunes]

~ Balade sur les routes ~

Le jeune homme venait d'arriver à la seule station essence qui devait y avoir à des kilomètres à la ronde. Le compteur de sa moto était proche du néant, et il se devait donc de remplir son réservoir, s'il ne voulait pas tomber en panne bêtement. Ce jour-là, il était vêtu de sa veste en cuir, d'un de ses éternels jeans clairs et de botte qui lui permettait de ne pas abîmer ni ses chaussures, ni ses pieds. Après avoir remplit le réservoir, il était entré dans la boutique et, quand la jeune femme lui avait donné le montant de ce qu'il devait, il avait remarqué qu'il n'avait plus un sous Moldu en poche...

Voyant que la caissière était une jeune femme tout à fait jolie et à son goût, le jeune Gryffondor avait décidé de se la jouer charmeur. Avec un peu de chance, il pourrait payer l'essence qu'il devait dans une partie de jambe en l'air dans la réserve et repartir après. En forme, il avait commencé à charmer la jeune femme et celle-ci, respective, jouait le jeu. Il n'était pas loin de conclure, surtout qu'au vu des vêtements qu'elle portait, dévoilant pas mal de son corps et de sa poitrine, la jeune femme n'était pas étrangère à ce genre de pratique. Bientôt, il se ferait plaisir dans la réserve de l'échoppe, et repartirait alors sur la route. Oui, c'était un très bon plan.

Il commençait déjà à avoir des contacts avec elle, se touchant le bras en émettant des rires totalement contrôlés aux blagues, qu'il trouvait stupides, de la vendeuse. Il avait son éternel sourire de séducteur aux lèvres et ses cheveux incoiffables, ébouriffés, lui donnait un air sauvage qui avait toujours attiré la jante féminine... Après tout, il n'avait pas été un collectionneur de relation à Poudlard pour rien. Il ne comptait même plus le nombre de camarade avec qui il avait couché, dans la salle sur demande, la plupart du temps.

Alors qu'il sentait qu'il finirait bientôt dans un certain lieu en cette charmante compagnie, il entendit le bruit caractéristique d'un moteur. Il fronça les sourcils légèrement, avant de, quand la sonnerie de la clochette teinta, se retourner. Il regarda d'un air ennuyé la jeune femme, aux cheveux rouges, qui venait d'entrer, un casque en main. Lui n'en portait pas, ce jour-là. A quoi bon ? Il n'y avait pas de policier Moldu dans les environs. Il soupira quand il vit la vendeuse se détacher de lui précipitamment et remettre ses vêtements en place pour avoir l'air plus décente. C'était raté, pour rembourser dans un effort physique ce qu'il devait, et en prime il n'avait pas d'argent sur lui...


Dernière édition par Sunny Potter le Ven 24 Oct 2014 - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Invité, Jeu 23 Oct 2014 - 12:52


Pour la première fois de ma vie, ma mère avait acceptée que je parte en vacance seule. SEULE, vous vous rendez compte ?! Même n'étant pas adulte, elle avait accepter. J'avais donc eu l'idée de partir avec ma moto, ma chère Molot. Ce design parfait, ces courbes tout en finesse, sa rapidité. C'était ça qui m'avait séduit chez elle lorsque que je l'avais vue en vente dans le magasin le plus prisé de Sydney. Alors, ayant pris le bateau comme les moldus, car oui j'adore passer la plupart du temps mes vacances sans magie, j'avais pris la direction de Las Vegas, pour rejoindre la célèbre route 66. J'avais parcourue un bon parcours ce matin, en faisant environ cent cinquante kilomètres et ma chère Molot avait besoin d'un coup de tonus. J'avais vue le premier panneau depuis mon arrivée sur cette route, mais n'ayant pas regardé comme je roulais à environ deux cents quarante km/h, je ne savais pas que ce serait une station essence, jusqu'au moment où des panneaux qui devaient dater d'il y a bien un siècle et demi et ça tombait à pique puisque le voyant clignotait.

Alors, en faisant un dérapage contrôlé sur une bonne centaine de mètres, je me stoppai net devant la pompe. J'enlevai mon casque qui me tenait vraiment chaud à l'arrêt et remis ma tenue en place, car oui, même si je suis à moto, une jeune femme se doit d'être belle et ceci en toute circonstance. Je nettoyais un peu mes Doc Martens rouges, je remettais ma veste en cuir noire en place et vérifiais une dernière fois si mon pantalon bleu clair n'était pas sali par le sable qui avait volé durant le trajet. Tout semblait correct, alors enlevant mes mitaines en cuir, je passais une main dans les cheveux tout en rentrant dans la boutique après avoir remplis le réservoir.

Mais là, une scène dont je ne voulais pas assister avait lieu. Un homme, plus âgé que moi, d'environ une vingtaine d'année je dirais, avait sa main sur le bras de la caissière. Il avait alors levé les yeux au ciel et me regardait de haut en bas tout en scrutant mon casque. *Chouette, comme si y avait pas assez de bête prête à sauter n'importe qui*

Soufflant alors, je regardais la caissière qui était maintenant gêné dû au fait de les avoir surpris.

"Bonjour, désoler de déranger durant ce moment intense que vous étiez en train de partager tous les deux, mais -en m'adressant à la caissière et en m'approchant du comptoir, tout en m'y accoudant, je vérifiais que l'autre n'allait pas faire de geste "osé" avec moi, sinon il risquerait de fort le regretter- combien c'est pour l'essence ?"

Je vis que l'autre me [...]

HRPG a écrit:
Tenue d'Aut'
Revenir en haut Aller en bas
Sunny Potter
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Animagus : Corsac


Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Sunny Potter, Jeu 23 Oct 2014 - 16:35


Après avoir levé les yeux avec ennuie quand la nouvelle venue était entré, l'adolescente vint s'accouder au comptoir, demandant le prix de l'essence... C'était sa chance ! Il n'avait pas un rond, avait une folle envie de s'amuser et, en prime, deux belles jeunes femmes pour lui. Il était le seul mâle à il-ne-savait-pas-combien-de-kilomètre-à-la-ronde, il pouvait très bien offrir le (septième) ciel aux deux Moldues.

Il détailla alors des yeux la nouvelle venue. Plus petite que lui, des cheveux roux, limite rouge. Malgré le blouson, il remarqua aussi qu'elle avait une poitrine tout ce qui avait de plus attirante. Elle avait un beau corps, il en était sûr, gâché par tous ce tas de vêtements. Il sourit, son éternel sourire charmeur, qu'il dédia aux deux jeunes femmes en même temps. La vendeuse devait avoir à peut pret son âge, alors que la nouvelle ne devait même pas être majeur dans le monde magique, mais, après tout, il s'en foutait pas mal.

Le Gryffondor vit le sourire en coin de la vendeuse quand il leur avait dédié son sourire de séducteur. Pourquoi se contenter d'une jolie femme quand il pouvait en avoir deux ? Sérieusement, c'était son jour de chance. Il n'avait pas vraiment conscience qu'il reluquait sans gène la nouvelle venue, mais même s'il l'avait eu, il ne se serait pas gêné, de toute façon. Sunny avait été connu à Poudlard pour être un "bon coup", mais qu'il ne fallait pas espérer avoir une relation à long terme avec lui. C'est toujours le cas, mais en pire, vu qu'il couchait puis se barrait, maintenant, sans donner de nouvelle, ou, si vraiment il restait, c'était juste pour s'amuser. Il se demandait même parfois s'il ne devrait pas écrire un livre sur sa vie de "couple". Peut-être aurait-il du succès, donc de l'argent et des admiratrices qui rêveraient d'être avec lui, même pour une nuit et il s'empresserait de réaliser ce magnifique rêve aux nombreuses jeunes femmes, du moins aux plus belles et... Et il rêvait là.


- Bien le bonjour jeune demoiselle, dit-il alors avec un magnifique sourire. Ne vous inquiétez pas, nous ne vous en voulons pas, vous ne pouviez pas savoir. Le jeune homme lui lança un regard qu'il voulait tout aussi séducteur que son sourire. C'était un maître en la matière et il était même arrivé à coucher avec de nombreuses femmes en couple, parfois même vraiment amoureuse. Avec de la chance, ce n'était pas le cas de l'adolescente, mais il ne pouvait pas en être sûr, alors il préférait mettre toutes ces chances de son côté. Il allait passer un incroyable moment dans la réserve, avec de la chance. Et, si vraiment il ne pouvait pas avoir les deux, il aurait toujours la vendeuse, qui paraissait ravie de ses avances pour l'autre cliente. Accoudé au comptoir, dans une position nonchalante, il attendait la réponse de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Invité, Jeu 23 Oct 2014 - 16:57


Il osait me sourire en plus, pathétique c'est pas possible, si Levine était là, je pense qu'il y aurait eu un meurtre. Alors, en pensant à cette scène, je rigolais, mais aussi pour ce numéro qui était et on pouvait le dire, totalement rater. Je pense qu'il avait cru que se rire était pour lui, mais malheureusement mon cher, ne rêvez pas trop.

"Bien le bonjour jeune demoiselle, dit-il alors avec un magnifique sourire. Ne vous inquiétez pas, nous ne vous en voulons pas, vous ne pouviez pas savoir."

*Ah je rêve encore plus s'il vous plaît, je vais me jeter un sort à moi-même c'est pas possible*

Levant les yeux au ciel, je cherchais mon argent pour payer la caissière.

Je sortais mon porte-monnaie, mais j'avais oubliée quelque chose d'important qui risquait fort ma "couverture".

En éparpillant alors mes différentes pièces je dis:

"Attendez une seconde, c'est ça...ah non c'est pas la bonne monnaie, hum ça ? -à voix basse "mais pourquoi j'ai gardée des gallions sur moi"- Ah voilà, tenez un billet de cent dollars, gardez la monnaie".

Je commençais à partir en reprenant mon casque, puis une fois dehors j'entendis l'autre m'appeler

*Qu'est-ce qu'il veut encore*
Revenir en haut Aller en bas
Sunny Potter
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Animagus : Corsac


Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Sunny Potter, Jeu 23 Oct 2014 - 23:58


Sunny était légèrement désappointé. Depuis quand son charme mi-Malefoyen mi-Potterien ne fonctionnait plus ? C'était impensable ! Et en prime, elle l'avait totalement ignoré... Ignoré... Lui ! C'était la première fois qu'il n'arrivait pas à tirer les ficelles pour avoir ce qu'il voulait d'une femme. *Non, mais pour qui elle se prend la gamine, là ? On n'ignore pas Sunny Potter impunément !* Et puis, de nature joueur, le défi était à relever. Il fallait qu'il se "tape" cette gamine.

Quand il remarqua le Gallion dans son porte-feuille, il comprit tout de suite que c'était une sorcière, intéressant. A partir de se moment-là, il se décida à monter un plan infaillible pour la séduire, lui prendre de l'argent Moldu, coucher avec et... oui, la jeter comme toutes les autres. Un plan parfait pour le Gryffondor.
*Toi et moi, dans ton pieux, nous allons monter, au septièèème cieeeleuh !* C'était ce que se chanter intérieurement le jeune Potter, sans pour autant avoir changé d'attitude physiquement... A croire que l'échec de son charme inégalable, en toute modestie, opérant sur une jeune femme le "détraquait" totalement.

- Hé, attend ! Le jeune homme était sorti à la suite de la jeune femme, après que celle-ci est payé ce qu'elle devait. Il avait toujours la même attitude. Celui d'un charmeur de serpent. Lui, il était le charmeur, elle, le serpent et il comptait bien réussir la mission primordiale qu'il s'était confié. Il avait dit à la vendeuse qu'il revenait de suite avec un petit clin d’œil coquin, avant de filer à la poursuite de la Moldue-pas-si-Moldu-que-ça.

- Désolé de te déranger de nouveau, vraiment, je suis confus, mais j'ai oublié mon porte-feuille et je n'ai pas d'argent sur moi... Enfin, pas d'argent Moldu. Il avait dit les dernières paroles avec un sourire provocateur. Il savait que c'était une sorcière, mais oserait-elle lui dire ? Après tout, rien n'indiquait qu'il était lui aussi un sorcier. Il pouvait très bien être un Carcmol ou un Moldu connaissant le monde magique pour la jeune femme.

- Tu n'pourrais pas dépanner un compère ? Ce serait... sympa, de ta part. Dire que son plan infaillible venait de tomber à l'eau n'était pas totalement faux, même vrais. Il venait de le réduire en cendre, comme il aurait réduit en cendre Poudlard avec le Feudeymon. Il attendit la réponse de la jeune femme, tout en prenant plusieurs précautions. Premièrement, se préparer à esquiver un sortilège, on ne savait jamais, même si elle paraissait mineur et qu'elle n'avait donc pas le droit d'utiliser la magie en dehors de son école. Deuxièmement, lui lancer un regard de braise : ses regards avaient toujours fait fureur sur la gante féminine, que ce soit à Poudlard ou durant son tour du monde. Et finalement, troisièmement, être prêt à sortir sa baguette et à répliquer en quelques secondes si le besoin s'en faisait sentir. Le tout, sans rien montrer de ses prévoyance, extérieurement. *Si ça chauffe, ma jolie, tu vas souffrir, c'n'est pas pour être méchant, mais si j'étais le meilleur de mon année en défense contre les forces du mal, c'n'était pas du tout pour les citrouilles et les duels, ça me connait.*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Invité, Ven 24 Oct 2014 - 0:50


"Hé, attend !"

Levant les yeux au ciel, je le fixais intensément pour qu'il dérive mon regard, mais rien, cela semblait même l'amusé et il faisait de même. Je devenais esclave de ses yeux, mais me repris assez vite.

" Désolé de te déranger de nouveau, vraiment, je suis confus, mais j'ai oublié mon porte-feuille et je n'ai pas d'argent sur moi... Enfin, pas d'argent Moldu."

Il m'avait fait se sourire auquel n'importe quelle femme ne pouvait pas résister, dont moi. Malgré mon côté rebelle, j'avais l'impression d'être faible, je posais mon casque sur la pompe et me dirigeais vers lui. Avais-je détruit ma couverture de "moldu" ? Apparemment c'était le cas, mais on sait jamais, c'était peut-être un moldu qui connaissait tout des sorciers. Après tout, il y en a à tout époques et n'importe où; et ce gars-là en faisait sûrement partie alors, je gardais ma baguette dans mon pantalon, cachée là où il le fallait.

"Tu n'pourrais pas dépanner un compère ? Ce serait... sympa, de ta part."


*Je rêve ou il a dit sympa ? Mec, c'est pas comme ça qu'on drague quelqu'un !*

Alors, en risquant de m'attendre à un bond vers moi pour me faire prisonnière de lui, je m'étais avancée, tellement proche que je sentais son souffle sur mon visage et mes cheveux. Jouant son jeu, je dis :

"Un compère ? Comment ça ? Je gagnerai quoi en échange, hein ?"


Je vis alors la caissière nous regarder derrière la vitre, je me mordis la lèvre pour ne pas rire, elle croyait vraiment qu'il serait à elle ? Et si on jouait ?

*Mon dieu, Levine, je t'aime, je t'aime, je t'aime, mais excuse moi pour ce que je vais faire*

Alors, je mordis la lèvre de l'homme qui était en face de moi, je vis du coin de l'oeil que la caissière faisait la tête et de l'autre que cet homme souriait face à cette riposte...plutôt sensuelle. Je n'étais pas déplus de ce que je venais de faire et [...]
Revenir en haut Aller en bas
Sunny Potter
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Animagus : Corsac


Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Sunny Potter, Ven 24 Oct 2014 - 1:55


*Dans la poche !* Ce fut la première pensée du Gryffondor. Il avait totalement loupé la première phase du plan, la drague, la séduction. Et pourtant, la jeune femme c'était approché de lui avec un déhanché à faire pâlir d'envie la déesse de la beauté. Il ne s'était pas non plus attendu à ce qu'elle lui morde la lèvre inférieure. Mais alors, vraiment pas.

*Intéressante...* Il avait remarqué le petit coup d'oeil vers la boutique de la gamine, elle voulait rendre jalouse la caissière ? D'accord. Sunny était pour. Mais ce n'était pas avec cette embrassade de gosse de douze ans que cela allait marcher. Il décida d'approfondir. L'embrassant doucement au début puis de plus en plus sauvagement, l'attirant jusqu'à lui pour l'emprisonnait de ses bras. Dans ce jeu, c'était lui le maître, personne d'autre. Il décidait, on obéissait. C'était l'habitude qu'il avait, alors il n'allait surement pas demander l'avis à l'adolescente.

*Et c'est parti pour la phase deux, ami Potter !* Il ne rompit pas le baiser, allant jusqu'à forcer les lèvres de la jeune fille de sa langue pour que le baiser devienne plus sauvage, plus primaire. *Tu vas voir qui c'est la bête, petite fille.* Après ce moment, il passa sa main sous les différentes couches de vêtements de la jeune femme. Seulement dans le but d'avoir un contact qui pourrait déclencher tout le processus. Sa main froide sur le creux des reins de la jeune femme. Il devait voir si elle était vraiment réceptive pour passer à la phase suivante. Il allait montrer à cette petite ce que c'était, quand on libérait le Lion de sa cage. Son côté animal prenant gravement le dessus dans ces moment-là.

*Allez, vas-y, montre-moi ce que tu as dans le ventre !* Il jeta un petit coup d’œil à la caissière, qui était toujours derrière la vitre et paraissait verte de jalousie, il lui fit un clin d’œil discret, avant de continuer à "chauffer" la magnifique marionnette qui se trouvait dans ses bras. Il tirait les ficelles, il voulait voir si celles-ci se briseraient avant la fin du spectacle, quitte à devoir baisser le rideau avant l'heure, ou si le théâtre n'était pas près de fermer ses portes. *Théâtre de marionnette, la danse sauvage !* Fut la dernière pensée du jeune homme avant de se replonger dans cette magnifique réalité, où il faisait une victime de plus, laissant son esprit animal, sauvage, prendre le dessus sur l'esprit humain. Si la jeune femme faisait de même, il allait faire très, très chaud, sur la route 66 !


Dernière édition par Sunny Potter le Ven 24 Oct 2014 - 10:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Invité, Ven 24 Oct 2014 - 10:38


Le "dialogue" allait de plus en plus loin, car j'avais bien compris ce qu'il voulait faire, me mettre dans son lit comme tout homme le font. Alors, en rentrant encore plus dans son jeu de séduction même si j'avais de plus en plus de faiblesse, un baiser sauvage et intense avait lieu sur le parking. Il avait mis sa main froide, non glacée dans le creux de mes reins et je m'étais retenue de sortir un gémissement d'étonnement au cas où qu'il pense que mon envie envers lui progressais, mais je devais rester neutre et juste jouer le jeu dans lequel je m'étais mise. J'avais voulue quelques fois rompre le lien de nos bouches, mais je n'y parvenais pas alors, j'abandonnais me laissant porter par la musique rapide qui venait d'apparaître.

Nous étions donc ainsi, sur le parking, là où il devait faire bien 40°C voir plus. *Mon coco, c'est pas qu'on est en plein soleil et qu'il fait à peine 40°C mais bon* J'avais attendue de voir si la température extérieure le gênait, mais apparemment pas, car c'est vrai la température montait en puissance dans nos corps. [...]
Revenir en haut Aller en bas
Sunny Potter
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Animagus : Corsac


Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Sunny Potter, Ven 24 Oct 2014 - 11:38


Bestiale. Le Gryffon ne se contrôlait plus vraiment dans ces moment-là. Il laissait ses envies, ses pulsions, prendre le dessus. Il ne pensait plus, il agissait simplement. C'était primaire. Le fait qu'il soit sur un parking, observé par une autre femme et qu'il pouvait y avoir quelques personnages désagréables, qui pourraient arriver à n'importe quelle moment, ne le gênait nullement.

Il voulait plus de contact. Il voulait sentir sa chair contre celle de sa victime, l'entendre gémir de plaisir, savoir que son effort physique amènerais la jeune femme à s'abandonner à lui. Il voulait que ce rêve, cette fiction imaginée, devienne réalité. Il aurait pu faire cinq degré, comme soixante, il n'aurait pas fait la différence. La chaleur, qu'il ressentait se réveiller doucement en lui, commençait à le brûler. Il avait l'impression dans ce genre de situation de pouvoir soulever des montagnes.

Il continuait toujours. Il laissait parler la bête qui sommeillait en lui, il la laissait exercer son pouvoir sur sa nouvelle victime. Elle ne suivait toujours pas vraiment, il le savait, mais cela ne serait tardé. Il caressait doucement son dos de sa main froide, presque glacé, et l'une de ses hanches avec l'autre main, le tout en faisant en sorte que l'adolescente n'est aucune échappatoire. Elle ne pouvait plus se sortir de ses filets. De sa toile. Elle était sa prisonnière, sa victime, son bien. Il en ferait ce qu'il voulait.

Sa main, sous les couches de vêtements, remonter doucement. Il avait pris soin d'effleurer certain endroit qu'il savait érogène, pour certaine femme, de par sa grande expérience. Il devait réussir à briser la barrière que sa proie avait créé. Elle devait être amoureuse de quelqu'un, peut-être même en couple, mais cela n'avait jamais arrêté Sunny. Bien au contraire, le jeu n'en était que plus intéressant.

Sans même réfléchir, il arracha le blouson de la sorcière, dévoilant son débardeur des "Gun's N' Roses". Il sourit, aimant lui aussi ce groupe. Puis il se replongea dans la conquête du corps, de l'âme de la gamine. Il comptait lui faire passer un moment de rêve, ici, sur ce parking. La vendeuse devait toujours les regarder faire, mais il n'en avait cure. Tout ce qui comptait maintenant, c'était de briser la glace qui les séparait, puis de la déshabiller et, enfin, qu'elle s'abandonne à lui. Il allait réussir, il le savait. C'était obligé. Aucune femme ne lui avait résisté jusqu'à aujourd'hui, cela n'allait pas commencer aujourd'hui. Surement pas avec une gamine, qui plus est. Il la tenait toujours, la caressant, ses mains sous le débardeur de la gamine, ne lui lançant toujours pas la possibilité d'une quelconque fuite. Non, il était devenu le maître du jeu et comptait bien le rester.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Invité, Ven 24 Oct 2014 - 12:07


Il venait de passer ses mains là où sûrement cela me donnerait encore plus envie de continuer, mais ça ne marchait pas, je ne suis pas quelqu'un de sensible. Alors, dès qu'il m'avait enlevé mon blouson et je l'en remerciais tellement il faisait chaud, je vis qu'il avait souri envers mon débardeur. Nous étions en train de continuer notre petit manège, moi, prisonnière de son corps ce qui ne m'avait pas forcément déplu aux premiers abords, mais une illumination se faisait dans ma tête et j'avais honte.

Arrêtant brusquement le baisé intense, j'essayais tant bien que mal de me détacher de lui faisant une moue suppliante même s'il risquait de se moquait de moi et se dire que j'étais pathétique. *Levine...oh mon dieu*, j'avais les larmes aux yeux, tant pis je ne suis pas si méchante que ça... Je me détachais et partais vers ma moto en ayant pris soin de récupérer mon blouson préalablement. J'allumais le contact en faisant rugir le moteur de la Molot, puis partie comme une flèche sur la route. Je roulais encore plus vite que tout à l'heure, sûrement à trois cents à l'heure, mais je n'osais vraiment pas regarder ce compteur au risque de me déconcentrer de la route.

J'étais couchée en avant de la moto pour ne pas bloquer le vent et donc empêcher la vitesse d'augmenter. Mes cheveux tapaient contre mon dos avec la brise de vitesse comme je le disais si bien. [...]
Revenir en haut Aller en bas
Sunny Potter
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Animagus : Corsac


Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Sunny Potter, Ven 24 Oct 2014 - 14:21


*Ah, bah m*rde, c'n'était pas censé se passer comme ça...* La jeune femme avait mis fin à leur échange de salive assez brutalement. Elle paraissait dévoré par la honte, les larmes aux yeux. *En couple.* Elle était partie précipitamment, ramassant son blouson dans la foulée. Un objet en était tombé, mais elle n'avait pas eu l'air de le remarquer. Elle était partie en trompe sur sa moto suite à cela, surement pour mettre le plus de distance entre elle et lui. Oublié, voilà ce qu'elle voulait, ou du moins, Sunny le pensait.

Le fameux objet qui était tombé de sa poche était le porte-feuille de l'adolescente. Après l'avoir ramassé, le Gryffon regarda ce qui avait dedans. Des Gallions, logique. Mais aussi de l'argent Moldu. Assez pour payer ce qu'il devait.
*Autant me servir et lui ramener après, si j'arrive à la rattraper.* Repartant rapidement dans la boutique, il paya ce qu'il devait à la vendeuse, lui promettant de revenir s'occuper d'elle comme il se devait, et partit à la poursuite de la gamine, après avoir échangé un baiser avec la caissière.

Sortant, il alluma le contact de l'Harley Davidson, puis, après avoir fait ronflé le moteur comme il adorait le faire, il démarra. Il ne regarda pas le compteur de sa moto, sur la route. Il n'y était pas habitué, a vrais dire. Les yeux plissé, le porte-feuille de la sorcière dans son blouson, il fonçait sur la route le plus rapidement possible. Le fait qu'elle soit pathétique en partant aussi vite, ainsi que le fait qu'elle soit la première à s'arrêter, ne le dérangeait pas du tout. Il se doutait même que le fait de le revoit la rendrait peut-être encore plus honteuse.
*Avec de la chance, elle va vouloir oublié, et quoi de mieux que le sexe pour ça, franchement ?*

Il espérait arriver à la rattraper. Et il réussit, il ne savait comment à la vu de la vitesse à laquelle elle allait, à y arriver. Il lui fit signe de se rabattre sur le côté, espérant qu'elle le fasse. Si elle ne le faisait pas, il s'arrêterait, et ferait demi-tour : la gamine lui avait quand même donné certaines envies qu'il appréciait assez, et il comptait bien les assouvir. Ses cheveux étaient encore plus en pétard que quelques minutes auparavant, l'absence de casque y étant pour beaucoup. Son blouson, resté ouvert, laissait apparaître son t-shirt préféré : le t-shirt avec l'arbre mort, des fameux "Red Hot Chillie Peppers". Il attendait de voir si la jeune femme se rabattrait ou non. *Espère, Potter, espère ! Et si ça marche, amuse-toi encore un peu avec elle !* Le fait qu'elle lui résiste était pour lui, dû à sa nature joueuse, le plus grand défi à relever dans les environs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Invité, Ven 24 Oct 2014 - 15:30


Ça devait faire une bonne trentaine de minutes que je roulais et j'avais cru entendre un bruit de moteur d'une Harley *Oh non pitié, faites que ce soit pas ce c*n* et en regardant dans le rétroviseur assez furtivement, un blond avec les cheveux en pétard *Et mer*e, je vais pas me rabattre pour finir ce qu'il espère quand même*. J'avais eu l'idée de vérifier dans mes poches même à cette vitesse là, je me redressais, fouillais et... *Nonnnn mon porte-feuille*. Je vis alors qu'il était à côté de moi maintenant et voulait vraiment que je me rabatte. *Tu rêves, t'as peut-être mon argent, maiiiis je crois que t'as pas mon talent niveau course*.

Je levai la roue avant de la Molot tout en le regardant, j'ouvris ma visière pour mieux le voir et lui lançais un clin d'oeil. En criant pour qu'il m'entende, je fis :

"Que le meilleur gagne ! Si je gagne, tu peux garder l'argent j'en ai d'autre, sinon je me rabat !!"

Et c'est partit pour une course haute en couleur, je relevais ma roue et partie comme une flèche sur la route droite. Personne à l'horizon, je donnai un coup de gaz et reposai la roue au sol. Ça y est, la course est engagée, normalement je devais gagné, mais bizarrement et j'étais très étonnée, il m'avait largement dépasser. *Comment que ...?*

Alors, je m'arrêtais en faisant mon dérapage de côté au milieu de la route, puis enlevais mon casque tout en secouant mes cheveux.

"Bon, t'as quelque chose qui m'appartient je crois. Je me trompe ?"

Et tout en restant à moitié coucher sur la moto j'attendais sa réponse, qui je pense va être un deal [...]
Revenir en haut Aller en bas
Sunny Potter
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Animagus : Corsac


Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Sunny Potter, Ven 24 Oct 2014 - 16:24


*Tu veux une course, ma jolie ? Pas de problème !* Dès que la jeune femme lui avait donné les détails des récompenses, le jeune homme n'avait pas réfléchie. Il s'était baissé vers l'arrière le plus possible, presque couché sur son magnifique véhicule. Il avait alors fait ronflé le moteur comme jamais, avant de mettre toute la puissance de sa "princesse". La jeune femme avait fait l'erreur de lever la roue avant de son bolide : elle ralentissait sa moto à cause de la vitesse qu'elle avait déjà. Lui n'avait pas ce problème, il avait ainsi doublé rapidement. Quand elle l'avait remarqué, elle s'était directement arrêté dans un dérapage contrôlé, et le Gryffon fit de même. Elle enleva son casque, secouant ses cheveux.

- Bon, t'as quelque chose qui m'appartient je crois. Je me trompe ? En effet, elle ne se trompait pas. Il descendit de sa Harley, alors que la jeune femme était resté à moitié couché sur sa moto. Il n'avait pas encore sorti le porte-feuille, et ne comptait pas le sortir pour le moment. Il avait un jeu à finir et il comptait bien le finir ici. Surtout que cette gamine lui avait vraiment donné envie. Il s'approcha d'elle, les manches de son blouson, qu'il n'avait pas refermé, était maintenant remonté, dévoilant ses avant-bras et, par la même occasion, son tatouage : une magnifique rose rouge sûr son avant-bras gauche.

*Mais oui, j'ai bien quelque chose à toi, ma jolie.* Il s'approchait d'elle. Sa main droite dans la poche de son blouson ou se trouvait le bien de la sorcière. Tout dans son attitude transpirait le défi, et son regard, quand il planta ses yeux bleus, de glaces, dans ceux de l'adolescente, n'était pas en reste. Quand il fut enfin près d'elle, sans lui demander son avis, il prit son menton de sa main gauche, le relevant pour que leur visage soit face à face et il l'embrassa. La jeune femme se recula immédiatement, lui adressant un regard tueur. Il afficha un sourire mi-provocateur, mi-moqueur. Si ça tournait mal, et qu'elle l'attaquait, elle n'avait aucune chance, mais pour le moment, il n'y pensait pas.

- En effet, j'ai cru comprendre que c'était à toi, ça. Il lâcha le menton de la jeune femme, puis, tout en regardant d'un air très intéressé l'endroit visé, il souleva le col du débardeur de la gamine, dévoilant la partie non-caché par le sous-vêtement qu'elle portait, et plaça, d'un geste sûr, le porte-feuille dans le creux de ses seins avec sa main droite.

- Ce n'est pas très polit de partir de cette manière quand on fait connaissance avec quelqu'un. Il s'était de nouveau approché, alors que la jeune femme se reculait en lui lançant des regards meurtrier. Si la jeune femme avait pu lancer des Avada Kedavra avec les yeux, Sunny ne serait plus de ce monde, mais comme ce n'était pas le cas, il s'en foutait royalement. De sa main droite, il s'appuya sur la moto de la jeune femme, son bras derrière son dos, puis il plaça sa main gauche, qui était devenu glacé à cause du vent, sous l'une des bretelles du sous-vêtement de l'adolescente, le faisant glisser, dévoilant un peu plus de la poitrine de la jeune femme. Enfin, il se pencha sur elle, et l'embrassa de nouveau, doucement cette-foie, avec délicatesse. Il voulait l'avoir, alors autant tenter une nouvelle approche.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Vagabondage sur la Route 66

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2

 Vagabondage sur la Route 66

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.