AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes
Page 5 sur 12
Au fin fond de l'Allée des Embrumes
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant
Eléane Lestrange
Serpentard
Serpentard

Re: Au fin fond de l'Allée des Embrumes

Message par : Eléane Lestrange, Ven 15 Mai - 16:45


Eléane entendit un bruit semblant venir de là où se trouvait Elliot, peut-être avait-il entendu sa plainte, elle l’espérait en tout cas, car elle savait qu’elle ne pourrait pas s’en sortir sans aide face à deux sorciers beaucoup plus grands qu’elle et plus costaud. D’autant plus qu’elle était maintenant acculée au mur de la place, et ne pouvait plus fuir. Soudain, un bruit sourd se fit entendre, et le sorcier blond qui la menaçait s’écroula au sol avec des yeux écarquillés par l’étonnement et la douleur. Une flaque de sang commençait à se former autour de sa tête et un pavé se trouvait par terre pas loin du corps. La brune comprit qu’Elliot venait de balancer cette pierre sur le sorcier. En se retournant vers le lanceur, la Lestrange vit qu’il les avait rejoints, elle et l’autre sorcier qui la menaçait. D’ailleurs, le dernier agresseur encore debout menaçait Elliot, sa baguette appuyée sur sa gorge.

"Petrikov ! Petrik ! Relève toi ! Grouille ... Tu.. Tu l'as tué.."

Il avait l’air plutôt inquiet, mais le blond ensanglanté au sol bougea légèrement et celui-ci émit un faible gémissement de douleur. En même temps se prendre une brique en pleine tête ne devait pas être franchement agréable, et en plus c’était salissant. La flaque de sang s’agrandissait de plus en plus et tout ce que la sorcière espérait c’est que le sang n’atteigne pas ses chaussures. Après tout elle n’allait pas se sentir mal pour tous ces gens, c’étaient eux qui les avaient agressés Elliot et elle. Ils n’avaient qu’à pas se mesurer à plus forts qu’eux et c’est tout.
En tout cas, Elliot n’avait pas l’air si perturbé que ça par la baguette qui le menaçait, et il se tourna plutôt vers elle sans faire cas du sorcier le menaçant. Un sourcil haussé plus tard, il s’adressa à elle.

"Me rappel pas.. Vous bossez ou déjà ?"

Il faudrait qu’il lui explique d’où venait cette question, franchement elle n’avait rien à voir dans le contexte. Seulement Eléane n’eut pas le temps d’exprimer son incompréhension que le dernier attaquant debout changea la trajectoire de sa baguette pour la pointer vers elle. Puis sans qu’elle ne puisse réagir, il visa le sorcier au sol, puis Elliot, puis elle de nouveau et ainsi de suite pendant un petit moment avant de s’adresser aux deux personnes face à lui.

"Je.. Je vais vous laisser tranquille, je vais par... partir d'accord ? Je ramasse Petrik et je m'en vais ok ?"

Enfin ce n’était pas trop tôt, cela voulait dire qu’elle pourrait rentrer chez elle et être au calme en profitant de sa soirée en amoureux avec Alex, en paix. Il n’y avait plus qu’à espérer qu’il ne lui en voudrait pas trop pour son retard plutôt inhabituel. Et puis il comprendra quand elle lui expliquera ce qu’il s’était passé.

"Bien... je.. AVADA KA…"

Ou pas… Apparemment sa soirée en amoureux n’était pas pour tout de suite. Toujours est-il qu’heureusement qu’Elliot avait réagi rapidement, sinon il y aurait eu un mort. Il avait attrapé la baguette et l’avait cassée en deux. Soudain plus un bruit ne se fit entendre, silence complet. Puis Elliot bougea rapidement et enfonça un bout de la baguette dans l’épaule du mec qui avait failli les tuer. Celui-ci hurla de douleur en s’écroulant sur le sol.

Mais Elliot ne sembla pas vouloir s’arrêter là et il fit un sourire totalement effrayant et avait le regard d’un fou. Il se jeta sans prévenir sur le sorcier toujours au sol auquel il avait enfoncé sa baguette dans l’épaule et commença à le frapper. Il n’avait pas l’air de vouloir se stopper et continuait à le frapper. L’autre ne se défendait même pas, en même temps il n’en avait pas l’occasion. Du sang couvrait peu à peu, le sorcier au sol, Elliot, le sol, et certaines l’atteignaient même. Elle se recula de ce spectacle dégoûtant, sans s’enfuir. Pourquoi ne partait-elle pas ? Elle n’en savait rien, peut-être avait-elle peur que le sorcier devenu fou ne s’en prenne à elle si elle essayait de fuir. Elle ne bougea donc pas de sa place, mais elle savait que si elle ne faisait rien l’autre allait mourir, pas que ça la dérangeait mais bon elle n’avait pas franchement envie d’être accusée de complicité si jamais les Aurors venaient à trouver le coupable et à savoir qu’elle était aussi présente. Aussi pensa-t-elle à la question qu’Elliot lui avait posé plus tôt.

"Vous souhaitiez savoir où je travaillais ? Je travail à la Boutique d’Animaux Magiques qui se truvent sur le Chemin de Traverse, et vous ?"

L’ex-Serpentard espérait que ses mots sortiraient Elliot de sa léthargie meurtrière, et qu’il arrêterait donc de frapper l’autre sorcier assez longtemps pour se rendre compte de ce qu’il faisait. En même temps, ce n’était pas gagné qu’il prenne conscience de ses actes car la brune n’était pas tout à fait sûre et certaine qu’il soit sain d’esprit.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Merry K. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fin fond de l'Allée des Embrumes

Message par : Merry K. Harper, Ven 24 Juil - 18:10


PV Anthéa Dowell


D'habitude, Merry sortait du château, mais elle restait tout de même dans l'enceinte de Poudlard. Aujourd'hui, elle faisait des folies ! Le couvre-feu était bien passé... il devait être pas loin des 2h00 du matin et la jeune fille était déjà à moitié bourrée... Elle avait été dans un petit bar sur le Chemin de Traverse avant de se rendre dans l'allée des embrumes. Oui, elle avait peur. Mais justement ! Les montées d'adrénaline ça lui plaisait bien. Et on pouvait toujours faire des bonnes rencontres... des mauvaises aussi, mais c'était pas bien grave.

La petite rouquine avait enfilé un long gilet noir à capuche avant de partir. Cette dernière cachait ses longs cheveux attachés en chignon. Au moins, elle était sûre de ne pas être remarquée à cause de ses cheveux. En revanche, ses talons faisaient pas mal de bruits et si ça continuait elle allait les enlever avant d'attirer l'attention sur elle. Mais marcher pieds nus sur un sol aussi sale... très peu pour elle. Elle n'aimait pas spécialement la saleté.

Au moment où elle se faisait cette réflexion, elle sentit une présence derrière elle. Merry eut pour réflexe, d'accélérer la cadence de ses pas pour semer la personne qui la suivait. Mais bien entendu, ça ne marchait pas. Elle s'arrêta donc une demie seconde pour retirer ses chaussures, et se mit presque à courir pour trouver la ruelle principale de l'Allée des Embrumes. Quand elle y arriva, elle rencontra brutalement un corps. Sous le coup du choc, la jeune Harper tomba par terre et elle dû attendre quelques secondes avant de reprendre ses esprits. Ce n'est que là qu'elle remarqua l'insigne sur la veste de la femme devant elle.

-Ouaaah une Auror, la classe !
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Merry K. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fin fond de l'Allée des Embrumes

Message par : Merry K. Harper, Sam 25 Juil - 16:54


Pourquoi elle était sortie ? Pourquoi elle était allée dans la terrible allée des embrumes ? Ca elle se le demandait encore, complètement sonnée. Jamais elle ne s'y était rendue seule. Et encore, la dernière fois, ça avait été il y a plusieurs années avec son grand frère qui lui avait fait jurer de ne rien dire à ses parents... Il était même ressorti avec un objet bizarre dont elle ne connaissait pas le nom ni l'utilité...

Après avoir percuté un corps d'Auror particulièrement solide, Merry s'était écroulée par terre, puis avait admiré le fait de se retrouver devant une Auror en plein milieu de l'Allée des Embrumes. Enfin, pas tellement en plein milieu, plutôt dans le fin fond du trou du c*l de l'Allée des Embrumes. Ce qui était encore plus exceptionnelle. Mais l'Auror elle même avait l'air étonnée de voir Merry ici. Ou peut être que c'était simplement le fait de l'avoir senti lui foncer dedans qui l'étonnait. En tout cas, la personne qui avait suivit la jeune Harper n'était plus là. Et heureusement pour elle.

- Mademoiselle, que faites-vous dehors à cette heure-là? Vous étudiez à Poudlard, je suppose? Et ne jouez pas à la plus maligne avec moi.

Merry avait mal à la tête. Et se faire sermonner lui donnait encore plus mal à la tête enfin de compte... Elle aurait mieux fait de rester à Poudlard, même si c'était bien plus amusant de se balader et de picoler comme un trou. Elle avait toujours rêvé de faire ça ! Bien que l'Allée des Embrumes était effrayante, surtout de nuit.

- Rah si j'avais su j'aurai foncé dans un mage noir, ça aurait été plus marrant. Et ouais je suis à Poudlard et alors ? Enfin normalement j'y suis, mais là j'y suis pas, je suis dans ce trou paumé...
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Merry K. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fin fond de l'Allée des Embrumes

Message par : Merry K. Harper, Lun 10 Aoû - 1:51


Ouais. Plus mauvaise idée, devait pas y avoir enfin de compte. Se promener dans les rues le soir, ou même la nuit après avoir picolé comme un trou, ça c'était bien. Après, se faire poursuivre par un mec bizarre et puis discuter avec une auror ensuite qui sauve en quelque sorte la vie de la personne, ça c'est plus moyen. C'est même catastrophique comme idée en fait. Et la petite Harper se demandait bien ce qu'elle avait eut en tête pour se retrouver là. Peut être l'éloignement de son frère après tout. Et ses parents ultra chiants aussi... et les cours et le reste. Trop de choses enfin de compte. D'autant plus que maintenant elle devait s'expliquer avec cette auror qui risquait de la balancer à Kholov. Ce pétrin dans lequel elle s'était fourrée.. Ce qu'elle pouvait être bourrique des fois.

- Bon, j'ai clairement la flemme de te faire la morale. Tu sais aussi bien que moi que tu n'as pas à traîner en dehors de Poudlard la nuit... Sans parler des attaques récentes. Donc soit tu es idiote au point de mettre ta vie en danger, soit tu es suicidaire...

Ah, la première hypothèse était pas mal. Idiote et complètement ivre. Ouais ouais. Remarque la deuxième était probable aussi, sauf qu'elle avait jamais tenté de se suicider au final. Idée morbide. Trop morbide. D'autant plus qu'il fallait pas rater son coup si on voulait se suicider. Sinon, merci le légume dans un fauteuil roulant après. Autant faire ça proprement et bien ! Une corde attachée à une branche. Ou un petit coup d'Avada Kedavra sur soi même... Quoique ça c'était vraiment bizarre en fait... Ce qui était bizarre aussi, c'était que l'Auror en face d'elle qui lui cherchait les noises lui tendait maintenant une cigarette. Comme si y avait rien de plus normal. Automatiquement, elle la prit et la mit entre ses lèvres avant de l'allumer avec une petite flamme sortant de sa baguette. C'était pas bon, mais c'était que ce soir alors c'était pas bien grave !

- Comme je suppose que tu ne veux pas te faire ramener à Poudlard, et que moi, j'ai pas la force de t'y traîner... Autant que je garde un œil sur toi. Moi c'est Dowell. Alors, pourquoi t'es prête à risquer ta peau pour une simple petite virée nocturne? Kholov serait intéressé de savoir ça...

- Ah ça j'peux répondre ! D'jà, Kholov il tape sur le système à tout le monde. Y a même une rébellion qui s'est mise en place et tout. Si si ! Après, bah y a mon frère il me parle plus beaucoup, il est hyper distant, des fois je me dis qu'il me cache des choses et j'aime pas ça. Les jumeaux ils se disent tout vous croyez pas ? Et mes parents ils me font tout faire ! Je suis leur bonne à tout faire, même à distance. J'ai même dû aller déposer des fleurs sur la tombe de ma grande tante Gertrude que je connaissais pas et j'ai rencontré un mec trop chelou là bas, j'aurai pu me faire tuer vous savez ! Et les cours c'est dur, c'est fatiguant et stressant faut bien que je décompresse un peu. J'ai pas spécialement envie de mourir, mais c'est vrai qu'aller dans l'Allée des Embrumes, c'tait pas une bonne idée après avoir bu. Mais c'est quand même marrant ! Je suis sûre que vous êtes d'accord avec ça hein ?!

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Merry K. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fin fond de l'Allée des Embrumes

Message par : Merry K. Harper, Mer 12 Aoû - 17:38


Elle qui s'était jurée de ne jamais toucher à une cigarette… Et bah c'était raté. Elle trouvait cette chose tellement dégoûtante, répugnante, et nocive pour le corps qu'elle se demandait même comment les gens pouvaient en prendre plusieurs par jours… Presque un paquet des fois et même plus. Trop bizarre. Et la plupart des moldus avaient l'air d'être adepte de cette chose. D'autant plus étrange, car les sorciers s'y mettaient aussi, d'après ce que la rouquine venait de voir avec miss Auror. D'ailleurs, juste après avoir déballé tout son texte, la jeune fille s'était étouffée avec la bouffée de fumée qu'elle avait respiré. Ecoeurée, elle jeta la cigarette par terre, regardant tout de même son interlocutrice qui se remettait à lui parlait comme si de rien n'était. C'est fou ce qu'elle parlait trop.

- Hola, une seule chose à la fois, miss… Miss comment, d'ailleurs ? Je suis sincèrement désolée pour les… événements dans ta famille. On a tous nos soucis de ce côté là. T'as mentionné un truc, ça m'a fait tiquer. Qu'est ce que tu sais exactement sur cette rébellion ?

Merry regarda la femme devant elle avec des yeux ronds. Pourquoi elle lui parlait de la rébellion en fait ? Elle connaissait bien celle qui l'avait organisé en tout cas. Même qu'elle avait voulu en faire partie. Mais elle se souvenait plus très très bien des gens qui l'avaient intégré. Ca remontait à plusieurs semaines en fait. Peut être que son frère pourrait l'aider à se souvenir après tout ? Ouais nan, mauvais plan, il voulait pas l'aider. Il était pas cool en ce moment. Pas du tout même. Trop triste période.

- Heum… Bah j'crois que c'est quelque chose contre le règlement du monsieur russe là. Il est pas cool avec nous, on en a marre vous savez. C'est trop dur de vivre à la stricte comme ça, même si avec mes parents je suis habituée. Peut être que mon frère pourrait vous dire si vous le croisiez. Moi j'irai pas lui demander…
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Merry K. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fin fond de l'Allée des Embrumes

Message par : Merry K. Harper, Dim 16 Aoû - 13:19


- Hm… Bon, voilà ce que je te propose. Tu dois bien connaître quelques personnes qui sont liées à cette rébellion. J’peux comprendre que vous soyez remontés contre le dirlo’, il a pas l’air commode. En fait, j’aimerais bien participer au mouvement. Les adultes sont acceptés, j’espère. Le deal, ce serait de me donner les noms des organisateurs, que je puisse directement m’adresser à eux. Sinon, je me ferai un plaisir de raconter ta petite escapade à Kholov…

Merry se méfiait de l'Auror. Mais pas assez. Elle le savait. Mais elle ne savait pas de quoi elle devait se méfier chez elle. De tout peut être. Enfin elle lui avait quand même donné une cigarette. Même si elle l'avait rejeté par terre et que ça avait l'air d'avoir irrité l'Auror. Ca non plus elle savait pas pourquoi. Ca avait de la valeur pour elle ? Ou c'était juste le fait que Merry l'ait jeté par terre, rejetant sa proposition qui l'avait agacé ? Aucune idée. Et c'était pas elle qui allait lui demander.

- C'est quoi le problème, avec ton frère ?

La rouquine releva la tête vers elle. Ah alors elle s'intéressait à ça aussi ? Peut être qu'elle avait aucune raison de se méfier enfin de compte... Ok, elle allait lui dire deux trois choses. Mais pas beaucoup. Après elle voulait rentrer, elle était vachement fatiguée. En plus d'avoir un beau mal de crâne. Ca allait être marrant le lendemain au réveil. Un zombie sortant de son lit. Avec un pyjama tout chiffonné et tout moche.

- Bon heu... ok. Je crois y a des préfets de maison. Pis peut être un adulte aussi, du personnel, parce qu'il aime pas non plus Sergei. Et y a pas mal d'élèves de toutes les maisons en fait. Mais les seules personnes que j'suis sûre c'est les préfets. Ils doivent pas tous en faire parti, mais ils sont dans le truc ! Ils sont super cool, donc faut leur demander si vous voulez intégrer la rébellion.

Merry compta sur ses doigts un moment pour se souvenir des têtes qu'elle avait vu à la réunion. Mais elle se souvenait pas de leur nom. Tant pis, elle aurait qu'à demander aux préfets. Elle, elle se souvenait plus, y avait eut trop de monde. Elle savait même pas ce qu'elle devait faire. Taguer des murs peut être. Fallait que quelqu'un lui dise. Elle s'en souviendrait bien demain sinon.

- Et pis mon frère bah... Il s'est vachement éloigné. Je pense qu'il a des fréquentations bizarres... Il se renferme. Alors qu'avant on se disait tout, dès qu'il y avait un problème. Ou alors il a découvert quelque chose qu'il veut pas me dire. Ca me rend triste. On se croise tous les soirs dans la salle commune en plus... Il m'adresse même plus de sourire ! Vous trouvez ça normal pour des jumeaux vous ?
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Agrat Ghilsofi
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fin fond de l'Allée des Embrumes

Message par : Agrat Ghilsofi, Sam 22 Aoû - 17:13


Nuit de sang
Privé Jake G. Kenway 13 & 26

Matin d'espoir. Le sommeil d'Agrat était devenu un liquide épais, visqueux, qui l'enserrait de toute part. Elle avait l'impression d'être coupé du monde, paralysé par la fatigue. Elle n'arrivait pas à se réveiller. Se tournant et se re-retournant dans son lit, elle faisait un rêve des plus étrange. Pourtant elle n'avait pas peur. L'ambiance lumineuse, l'atmosphère chaleureuse, les membres de sa famille, tout ça l'avait immédiatement plongé dans un état second, comme si elle était en transe. Puis son rêve devint vague et indistinct. La réalité l'enveloppa, rassurante. Agrat ouvrit les yeux et se rendit compte qu'elle était en position fœtale et que sa main se trouvait sur son cœur, comme pour l'apaiser. Elle se redressa lentement et s'efforça de réprimer le sentiment d'extase qui la gagnait. Cette exaltation était due à son rêve, pourtant elle n'arrivait pas à se le remettre en mémoire. C'était comme si à l'instant ou elle avait ouvert les yeux,il s'était effacé de son esprit. Tant pis, elle s'en rappellerait sûrement dans la journée. Après un long et lent réveil, le rituel quotidien suivit: douche, choix des habits, coiffure, maquillage... Se faire belle mettait la jeune femme de bonne humeur.

La main sur la poignée de l'espagnolette, Agrat hésita un peu. Puis d'un geste décidé, elle ferma la fenêtre, barrant ainsi la voix à la douce chaleur matinale qui donnait l'impression que cette ville n'avait jamais connu d'autre climat que ce paisible été. Elle avait été élevée dans l'idée que l'air du dehors devait être bannis du dedans, et que les vents coulis sont dangereux pour la santé. Elle tira les rideaux avec soin et retourna continuer sa manucure. Ses ongles avaient été colorés en un vert émeraude et limés en pointe. Ils s'accordaient gracieusement avec sa tenue. La jeune femme passa le temps en lisant avec délectation quelques bouquins qui traitaient de sujets diverses et variés. Faux ! Elle ne lisait que sur la magie noire en ce moment. Passionnée, intriguée, obnubilée, elle dévorait des grimoires entiers. Seul point négatif, elle ne pouvait pas la pratiquer. Malheureusement. Et cela la rendait folle. Feuilletant un magazine pour sorcières, elle vit une nouvelle robe de chez Madame Guipure, toute excitée à l'idée de l'avoir sur elle, elle se mit en route direction le Chemin de Traverse. Vous aurez compris que la Serpentard est une mordue de shopping et de mode. Journée de lumière.

Soirée d'enfer. Agrat acquit la robe et des chaussures qui vont avec. Les bras chargés de sacs, elle se promenait sur le Chemin de Traverse, ses parfaites anglaises cascadaient dans son dos courbé. Aujourd'hui ses cheveux étaient un peu plus claires que d'habitude, ils arboraient une jolie teinte noisette qui faisait ressortir ses yeux charbonneux. Mais l'astre du jour commençait à se coucher, et son père ne s'était pas encore pointé. Pourtant il devait venir la chercher. Il lui avait promis. Agrat n'était pas si surprise que ça, elle était habituée aux aléas de son père. Mais elle était déçue une fois de plus, pendant une seconde elle s'était dit avec espoir qu'il allait venir la chercher. Il avait sûrement eu un empêchement. "
 Comme d'habitude " pensa-t-elle, assise sur un banc pas très confortable, la tête dans la main. " Je dormirais ici ce soir, moi aussi j'ai des aléas ". Têtue comme une mule la donzelle. Ça servirait de leçon à son père irresponsable. La perspective de dormir au Chaudron Baveur (ou n'importe ou ailleurs) ne l'effrayait pas le moindre du monde, même si elle ne l'enchantait pas vraiment, elle était débrouillarde depuis sa plus tendre enfance. Transparence des parents oblige. En désespoir de cause, elle se leva et se laissa guider par ses pieds ne sachant où aller, tandis que les propriétaires des boutiques fermaient leurs commerces et baissaient les stores, vérifiant à plusieurs reprises si la porte était bien fermée à clef. Les passants disparaissaient et petit à petit l'endroit se vidait. La jeune fille se surpris à marcher en direction de l'Allée des Embrumes... Pourquoi pas finalement ?

Agrat jeta un regard en arrière et aperçut la silhouette imposante des collines, masse noire dans le ciel sombre. La lune avait remplacé le soleil à présent, et le Chemin de Traverse avait un aspect lugubre. L'ambiance était pesante, était-ce dû au fait que plus beaucoup de personne se trouvaient là, ou était-ce plutôt à cause de la clarté orange que diffusait le réverbère rouillé et qui donnait un aspect fantomatique aux quelques rares personnes se promenant encore ? Toujours était-il que la jeune femme avait froid dans le dos. De chaque côté montait un rugissement, semblable au fracas des vagues qui s'écrasaient sur un rivage rocheux, mais Sophia savait qu'il s'agissait, en vérité, du vent qui s'engouffrait dans les feuilles des arbres. Un sentiment de malaise envahit alors la jeune femme, lorsqu'elle aperçut une vieille dame bouffie, planquée entre deux structures, et qui vendait quelque chose qu'elle n'arrivait pas à identifier. La dame la reluqua de haut en bas, s'attardant longuement sur son décolleté plus que plongeant qui l’empêchait de la regarder dans les yeux. Agrat avait volontairement omis de boutonner sa chemise noire jusqu'en haut. La vendeuse de on-ne-sait-quoi devait sûrement la prendre pour une gourgandine qui cherche quelqu'un à qui faire des avances, mais dans la situation dans la-quelle elle était, elle ne pouvait pas ressembler à autre chose. Seule dans l'Allée des Embrumes, avec plusieurs sacs de shopping, vêtue assez légèrement...

Elle s'enfonçait dans l'allée macabre en pensant la quitter bientôt, et retourner sur le Chemin de Traverse, mais à chaque pas qu'elle faisait, elle se jetais un peu plus dans la gueule du loup sans le savoir. À plusieurs reprises elle se retourna, pensant être suivie mais elle mit ses pensées sur le compte de sa faim. En effet elle n'avait rien avaler depuis un bon moment et elle se languissait d'avance sur ce qu'elle pourrait manger une fois à l'abri. Encore les mêmes bruits de pas, le même crissement de semelles contre le gravier. Elle se retourna pour la énième fois mais personne ne se trouvait là. Elle était seule, et son cœur s’accéléra, ses sourcils se froncèrent. Les oreilles à l'affut du moindre bruit, elle essaya de mettre le plus de distance entre l'inconnu et elle mais sa jupe crayon verte ne lui permettait pas. Pas pratique quand on veut faire de grandes enjambées. Mais cette fois, elle entendit des chuchotements. Elle n'hallucinait pas, elle n'était ni paranoïaque, ni folle et la faim ne lui faisait pas entendre des murmures. Par réflexe, elle vérifia si sa baguette était sur elle et elle l'était heureusement. Nuit de sang.


Dernière édition par Agrat Bosselli le Jeu 10 Sep - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 13
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fin fond de l'Allée des Embrumes

Message par : Mangemort 13, Sam 29 Aoû - 18:17


C'était encore une de ces soirées où Treize avait besoin de vider son esprit dans un verre voir même dans une bouteille pour se sentir mieux. C'est fou ce que l'alcool pouvait faire comme bien aux être humains. Après quelques gorgées, les langues se déliaient, les rires se faisaient entendre un peu partout malgré le fait qu'il n'y avait rien de drôle, les bagarres faisaient légions dans les petites rues sombres dans bas les quartiers et les gestes devenaient incontrôlables. Le jeune homme se sentait toujours bien quand il était sous les effets de la gnôle. Le fait de ne pas marcher droit n'était qu'un léger détail sans importance puisque outre les lignes droites pavées, les gueules d'anges de ces puants de moldus étaient tout aussi déformés. Rien que d'y penser, il se lança dans un fou rire à en perdre le souffle. L'effort fut tellement important, qu'il faillit à plusieurs reprises se vomir dessus, son diaphragme compressant l'estomac à chaque éclat de rire.

Il était temps de retourner dans son lit, loin du Chemin de Traverse. Il sortit du Chaudron Baveur, difficilement mais sûrement et respira l'air frais qui l'entourait. Il n'y avait pas âmes qui vivent aux alentours ce qui était parfait. A peine venait-il de s'extirper du bar, qu'il alla se vider la vessie contra la façade d'un magasin. Il leva les yeux au ciel pour voir à qui appartenait l'enseigne et aperçu le mot Ollivander's. Ce n'était pas très gentleman d'uriner dans la rue mais il n'en avait rien à cirer de ce qui était bon ou non.

- Mon cher Oli', je suis occupé d'arroser tes baguettes avec ma baguette pleine de pisse
, dit-il en direction de la porte, tout sourire aux lèvres.

Trêve de plaisanterie, il était temps de se mettre en route afin d'éviter tout futur problème avec son employeur. Il n'aimait pas l'autorité mais il n'aimait qu'on l'ennui pour peu et c'est pour cette raison qu'il se dirigea vers l'Allée des Embrumes. L'air était agréable, la chaleur était douce et le quartier était pour une fois paisible. Il ne traînait pas des masses du côté de cette ruelle aux allures démoniaques pour la simple raison, qu'il n'avait pas grand chose à y faire. Ce n'était pas parce qu'il appartenait au groupuscule de mages noirs, qu'il passait tout son temps dans une rue au nom étrange et qui laissait suggérer bien des choses.

Avançant d'un bon pas, il entendit des bruits de pas non loin de lui. Le séduisant jeune homme savait qu'il avait d'autres choses à faire mais son esprit, embrouillé par les vapeurs d'alcool, lui indiquait tout autre chose. Il remarqua le visage de la donzelle et reçut comme un électrochoc. Elle était certes jolie mais elle était jeune et pure. C'était du pain béni pour le masqué. En pleine force de l'âge et ne connaissant plus aucune limite, il décida de la suivre le plus discrètement possible... ce qui n'était pas gagné avec tout ce qu'il avait ingurgité quelques minutes plus tôt dans le plus chouette bar de Londres. A chaque fois, qu'elle regardait en arrière, il se replia dans un coin afin de ne pas se faire repérer. Il voulait avant tout la surprendre pour que l'effet de terreur soit maximal. Il avait cruellement envie de changer la couleur de sa peau jugeant le blanc un peu trop pâle. Quelques reflets bleus, noirs et rouges sangs iraient parfaitement à son teint, se dit-il. Il avait envie d'arracher ses vêtements tout en passant un doigt et sa langue le long de son corps. Elle serait son esclave, sa chose et de peur elle obéirait à toutes ses envies.

Jugeant qu'il était temps de passer à l'action, matricule un, trois vérifia que son masque était bien en place afin de ne pas se faire reconnaître et déboula d'un coin sombre derrière la sixième année. Elle s'attendait sûrement à le voir, méfiante comme elle l'avait été mais peu importe, il fallait agir vite sous peine de voir débusquer un auror dans les parages. Après avoir saisit sa baguette, il s'approcha de l'oreille gauche de la miss. Il murmura à quelques millimètres de l'orifice Bloclang afin qu'elle ne puisse pas crier sa détresse dans la ruelle, tout en poussant le bout de bois dans les côtés de la brune. Dans l'action, il ne put s'arrêter et lança un Terorim prononcé avec amour et délectation. Elle allait souffrir pour son plus grand plaisir. Il la verrait se tortiller, se débattre sans pouvoir laisser un son s'échapper de ce petit corps frêle. Ce sentiment de puissance mettait Un/Trois en transe. Il avait du mal à se tenir et avait envie d'aller plus loin.

Il jeta un coup d’œil autour de lui afin de vérifier que personne ne traînait dans les parages. Il se mordit la lèvre inférieure tellement il prenait son pied. Il avait envie d'explorer de nouvelles choses et dans cette optique, il se permit de lancer un Diffindo sur les vêtements de la douce. Elle allait connaître la nuit la plus cauchemardesque de sa vie et c'était de sa faute... Enfin grâce à lui. Elle l'avait cherché en se baladant dans sa petite robe seule dans un quartier pas toujours bien fréquenté. Avait-il été pour autant discret, son corps toujours sous l'effet de substances illicites ?
Revenir en haut Aller en bas
Jacob G. Kenway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Au fin fond de l'Allée des Embrumes

Message par : Jacob G. Kenway, Dim 30 Aoû - 22:48



Nuit de Sang
PV  Agrat Bosselli , Mangemort 13, Mangemort 26

« Avada Kedavra »

Jake se réveilla en sursaut au 52 Eden's Road, un peu en marge de Londres. Des perles de sueurs recouvraient son visage. Il tâtonna le sol près de son lit avant de saisir une bouteille d'eau et d'en boire le contenu.  Encore un cauchemar. Encore ce foutu cauchemar. Le Kenway posa son litre et tira de sa table de chevet un stylo ainsi qu'un carnet où il nota ce qu'il voyait déjà depuis quelques semaines. Les détails de cette fabulation se faisaient de plus en plus précis à chaque fois qu'ils surprenaient l'homme tourmenté. Un ciel ténébreux. Un vent assourdissant. Des pierres qui se tenaient droites, fières d'assister au massacre qui allait avoir lieu. Un cercle d'individus affublés de noirs et au visage masqué. Au milieu d'eux, une jeune fille vêtue d'un vêtement d'un blanc pur. Ces silhouettes sombres se tenaient sur les pierres érigées du Stonehenge.  Seul l'une d'entre elles se tenait face à cette jeune femme que Jake connaissait si bien.  Dans un écran de fumée,  sa baguette glisse dans ses doigts. La silhouette voilée lève sa main avant de prononcer d'une voix à la tonalité inhumaine, le sortilège de mort, figeant éternellement le désespoir du  visage de Merit Sullivan.

Wolf qui dormait au pied du lit du Kenway, s'était lui aussi réveillé vivement. Il donnait au sorcier un regard inquiet, comme s'il s'agissait du maître qui l'avait élevé. Ils se comprenaient tous les deux, et n'avaient qu'eux pour surmonter ce deuil. Avant de mourir, Merit lui avait laissé la responsabilité de son chien qui visiblement était lui aussi affecté par la perte de son propriétaire. L'ancien Serdaigle se frotta les yeux avant de demander à l'animal de venir le rejoindre. Ce qu'il fit. En caressant la tête du cabot, il se mit à répéter doucement son prénom. « Wolf . » Qu'est-ce qu'elle avait en tête pour appeler son chien... Chien. Si insouciante. Le sorcier quitta son lit : sa journée allait être longue. Il avait assemblé tous les détails qui prouvaient que la mort de son amie n'en était pas une et pouvait dès à présent faire sa déposition au bureau des Aurors pour qu'ils rouvrent une enquête, et Dieu sait la foule qu'il y a au ministère. Jake jeta un œil à travers sa vitre, le soleil n'avait pas encore montré le bout de son nez.

Il descendit au rez de chaussée et se fit un petit déjeuner, beaucoup plus saint qu'à ses anciennes habitudes. De toute évidence, le whisky qui servait à lui donner courage de bon matin été proscrit, laissant place à des jus de fruits pressés et toutes ces merdes qui apportaient réellement quelque chose de bon à l'organisme. Assis dans son canapé d'angle,  une assiette de mandarines posées près de lui, il lut un bouquin qu'un vieil ami loup garou lui avait prêté avant de partir aux États-Unis. Ce bouquin était plutôt un carnet personnel, où le dit ami, un certain Xavier Grey, notait toutes les expériences liées à sa maladie. Bien évidemment c'était beaucoup trop incomplet, la conscience du lycanthrope étant alternée lors de sa transformation. Jake trouverait bien un moyen de le remplir d'une manière ou d'une autre. Lorsque le temps fut venu, il s'en alla se préparer pour aller au ministère. Une fois ceci fait, il monta sur sa bécane et descendit en ville – à défaut d'avoir une cheminée assez grande pour qu'il puisse y mettre les pieds.

L'héritier Kenway gara sa bécane dans une allée sombre moldue et y jeta un sortilège de désillusion par prévention. Il finit par entrée dans une des cabines téléphoniques rouges de la ville, il sortit son argent moldu et tapa les codes qui le fit pénétrer dans le hall principal du ministère de la magie. Il savait parfaitement où il devait aller, et tout ce qu'il devait faire. Ainsi, Jake ne perdit pas de temps et s'en alla directement vers le département de la Justice Magique. Après une discussion qui lui semblait interminable et des papiers remplis, il finit par sortir du dit bureau... sans être réellement sûr qu'ils aient à cirer  de sa Purée de déposition. De toute manière cela lui importait peu, ça n'était que la partie formelle des choses : il avait bien l'intention de faire justice lui-même.

*****

Le reste de la journée fut banale. Il visita tel ou tel magasin, passa jeter un œil à ce que devenait les Halles Magiques depuis qu'il n'y travaillait plus – Crystal faisait d'ailleurs du très bon travail – et son après midi il le passa sur la terrasse de l'enseigne construite par François Fortarôme, héritier lointain de Florian Fortarôme, en tenant à jour un carnet de bords avec les possibles pistes qu'il avait sur les mages noirs. La nuit finit par tomber et pourtant, Jake n'était pas du tout emballé par l'idée de rentrer chez lui et l'époque où il traînait dans les bars juste pour se torcher la gueule et échapper à un on-ne-sait-trop-quoi lui semblait bien loin.  Il ne voulait pas s'allonger à nouveau dans son lit et replonger dans ce cauchemar sans fin.  

L'ancien Serdaigle se contentait d'observer l'allée principale du Chemin pavé. Seul le Chaudron Baveur, qui semblait acquérir davantage de clients pour une de ses soirées déjantées hebdomadaires, troublait au loin, le calme tonitruant de la rue pavée. Le sorcier, assis sur sa chaise, se faisait oublier du monde. Des bruits de talons se firent entendre et à quelques mètres de là où il était installé, il distingua une silhouette. Lorsque celle-ci passa près de l'estrade, Jake comprit que cette ombre dont les formes se firent de plus en plus précises, n'avaient rien d'ordinaire. Cette demoiselle qui se baladait avec une tenue relativement légère respirait la perfection. Elle avait une beauté des plus étranges, un de ces éclats qui captaient notre regard et nous rendait impuissant. Ainsi, le Kenway se contenta de l'observer jusqu'au bout de la rue.

Une autre ombre apparut après son passage. Cependant, celle-ci émanait une toute autre aura. Cet homme, au loin, était beaucoup trop discret, beaucoup trop minutieux dans ses déplacements. Cet homme au loin, inspirait le danger. C'est ce qui poussa le beau brun à se lever et de les suivre. S'inspirant des mouvements de sa forme animale, l'animagus avança de manière vive et furtive. À quelques pas plus loin, l'ange qu'il avait vu quelques minutes plus tôt semblait être la nouvelle victime d'un des acteurs du rêve qu'il voulait fuir. Lorsqu'il vit le reflet de la lune sur le masque de cet homme accoutré  de noir, ses pupilles se dilatèrent, son cœur s'emballa et le temps resta figé. Jake ne pensait plus, il écoutait simplement.  Tout était dépourvu de vie, seul le murmure d'une personne qu'il connaissait très bien parvint à son oreille.


    « Venge-moi. » articula le souvenir de son amie.


Il y eut le regard terrorisé de la jeune fille, son vêtement qui se déchirait, la baguette du témoin qui d'elle-même visait le Mangemort, les lèvres de l'homme en transe qui articulèrent un Hostium Halitus sans qu'aucun son ne se fasse entendre. Tels étaient les signes qui montraient que le Kenway reprit ses repères dans le temps et l'espace. Il aurait aimé parler, exiger des explications sur les raisons du décès de Merit, mais pour le moment il ne pouvait formuler de phrases correctes, après tout eux n'avaient probablement pas laisser à Merit une chance de s'expliquer, comme cet inconnu l'a fait en rendant cette pauvre fille muette, pourquoi le ferait-il ?


    « Finite Incantatem » lança-t-il en direction de la divine créature.


Il lui aurait été d'une plus grande utilité avec la possibilité de formuler des sortilèges. Après tout, la peur et la colère n'étaient-ils pas deux étranges moteurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 26
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Re: Au fin fond de l'Allée des Embrumes

Message par : Mangemort 26, Mer 9 Sep - 23:10


Pourquoi fallait-il que cela tombe sur moi ? Je n'avais déjà pas énormément de temps libre et voilà que je devais le passer à jouer le baby-sitter. Être forcé de surveiller 13, discrètement et sans qu'il ne se rende compte de ma présence, afin de s'assurer qu'il ne lui arrivait rien tant qu'il n'aurait pas été correctement entraîné... Soit disant que de surveiller quelqu'un serait également un bon entraînement pour moi, comme si j'allais y croire. La seule et unique chose que je constatait à cet instant était que j'étais forcé d'assister aux frasques d'un gamin qui venait de se vider une bouteille d'alcool, il aurait été plus intéressant de la partager cette bouteille.

La suite pourrait s'avérer plus intéressante, 13 souhaitant visiblement s'amuser et ayant déjà repéré la victime idéale. Pauvre jeune femme, je n'avais guère envie de voir ce qui allait se produire et j'hésitais à tourner le dos, à le laisser se débrouiller. Après tout la nuit était calme et le jeune homme n'aurait pas besoin de moi pour faire ce qu'il s'apprêtait à faire, personne ne viendrait le déranger dans l'Allée des Embrumes. Là-bas, tout le monde se mêlait de ses affaires et personne n'aidait personne, au contraire. Ce n'était pas un lieu où il était recommandé de traîner si l'on ne pouvait pas se défendre par soi-même.

Pourtant quelque chose clochait, une autre silhouette s'était détaché de l'obscurité sous mes yeux et levait sa baguette en direction de mon confrère. Je m'avouais interloqué, surpris de voir quelqu'un faire quelque chose pour autrui dans cette sombre ruelle. A croire qu'il restait encore de l'espoir dans ce monde. 13 allait se prendre le premier sort, c'était inévitable, même si je l'avais voulu il était trop tard pour que j'agisse. Cela lui apprendrait, même moi je n'appréciais pas ce genre de pratique. Toutefois, je ne pouvais permettre qu'il lui arrive quoi que ce soit de plus sinon 70 m'en voudrait. De plus, échouer à une mission que l'on m'avait confié n'était pas dans mes habitudes, même si je n'aimais pas la mission en question.

Je me laissais tomber du toit depuis lequel j'observais la scène avec grâce, amortissant ma chute d'un sort au dernier moment afin d'éviter de me briser les jambes. Je me trouvais désormais face à l'inconnu qui venait d'apparaître, 13 et la jeune femme dans mon dos, je faisais confiance au gosse pour s'occuper d'elle. L'obscurité m'empêcher de discerner le visage de l'homme qui me faisait face mais cela importait peu, le résultat ne serait pas différent.

- Un point partout, elle a prit un coup, il a prit un coup, si on arrêtait les frais ? Je vois deux manière de faire, soit tu me laisse gérer et je l'emmène décuver un peu plus loin, si tout se passe bien et avec un peu de chance la gamine devrait s'en sortir sans trop de dommage. Ou alors, tu peux tenter de régler ça toi même et ça va se finir dans un bain de sang. Ton sang, et celui de la gosse au passage car quand je commence à m'amuser j'ai du mal à m'arrêter... Alors, est-ce que tu veux rester en vie ?

Ma baguette frémissait presque dans ma main, j'étais prêt à attaquer au moindre mouvement de la part du sauveur et à vrai dire, même si j'étais de plutôt bonne humeur et donc tout à fait prêt à le laisser partir, j'espérais vraiment qu'il voudrait tenter sa chance, cela ferait une distraction plus que bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Au fin fond de l'Allée des Embrumes

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 12

 Au fin fond de l'Allée des Embrumes

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.