AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes
Page 6 sur 13
Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard

Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Azphel, Jeu 9 Juil 2015 - 14:00


¤ ¤ LR ¤ ¤ Azphel vidait tranquillement ses verres en écoutant la rétrospective professionnelle d'Evan, gardant en même temps un œil sur les réactions d'Ashton. Celui-ci paraissait très intéressé par sa rencontre avec les deux mages noirs et le loup-garou retrouvait un peu de lui en plus jeune dans sa façon de les observer, le regard pétillant et curieux.
Son ami lycan utilisa un sortilège qui lui était inconnu et qui fit disparaître une bonne partie des bouteilles et le billard dans une sorte de trou noir. C'était très impressionnant à voir, d'autant qu'Evan n'était d'ordinaire pas très bon en magie

¤ ¤ ¤Son ami évoqua ensuite un projet secret avec Ashton, sortir de manière discrète quelque chose de dangereux de la BAMN. Azphel se redressa sur le canapé pour prêter plus attention à la discussion. Il resservit distraitement les verres en se demandant de quoi Evan parlait exactement. Il savait que le sorcier avait un jour contribué à élever un animal de compagnie pour les élèves à Poudlard - un basilic - et il ne faisait aucun doute que s'il parlait à Ashton d'un article à sortir dans le secret, il ne s'agissait pas d'une main de gloire ou d'un autre attrape couillons.

- Niveau sortilège, puisque je suis encore à Poudlard je suis pas mal limité mais en général j'aime bien détourner des sorts d'apparence peu dangereux pour arriver à mes fins. Pour répondre à ta curiosité, ça dépend quel type d'objet mais je pense que si il y a les gallions qui vont avec tu pourrais tout à fait compter sur mon silence.

* Bien, le jeune homme a donc bien un truc qui pend entre les jambes *

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ Ashton n'était pas du genre à inventer des contes de fées apparemment. Tant mieux puisque Azphel détestait qu'on lui mente. La restriction des sortilèges à son âge était plutôt amusante à entendre, en général les élèves à poudlard profitaient de leur longue scolarité pour tenter le plus d'expériences possible et pour enfreindre un maximum de règles. Néanmoins si le jeune sorcier expérimentait déjà des variantes de sortilèges, il ne faisait aucun doute qu'il aspirait à suivre la voie de la grandeur de la magie, bien loin des Oculus Reparo et autre sortilèges de balais-à-chiotte.

- Evan, dit-il en tournant la tête vers son ami, si tu as besoin d'une aide financière pour remplir la bourse de notre ami, fais le moi savoir et je serai ravi d'apporter mon aide à ton projet.. qui ne peut qu'être très instructif te connaissant.
Et je sais que je n'ai pas besoin de te le préciser, mais si tu as besoin de forces pour le mener à bien, tu sais où me trouver.


¤ ¤ ¤La force en question était obscure, impalpable, un mélange de grandeur couplée à la magie noire. La puissance du sorcier supérieur capable de faits magiques grandioses.

¤ ¤ DO ¤ ¤ C'était un peu prétentieux, c'est vrai, de s'associer avec tant de liens à la magie, mais Azphel était Puissance et l'aimait pour ce qu'elle lui offrait, de la supériorité. De façon simple, son attirance pour la magie se résumait à cela, une envie perpétuelle de se dépasser, de repousser les limites, quel qu'en soit le prix. Il avait l'avantage de n'avoir que peu à perdre hormis son confort matériel et quelques apparences.
Il se dévouait par conséquent corps et âme aux pratiques qui pouvait le mener à se parfaire toujours plus en tant que sorcier ; en tant que sorcier d'ombre.

Azphel quitta ses pensées personnelles en repoussant les verres vers les trois hommes. Le sien glissa directement dans le fond de sa gorge.

- As-tu déjà eu l'occasion de combattre ? demanda-t-il en relevant la tête vers Ashton. Quelqu'un qui aurait critiqué ta maison, un camarade de classe ou même un elfe de maison pour te défouler ? Les moldus ne comptent pas ! s'exclama-t-il en levant les mains sur le ton de la plaisanterie.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Evan, Ven 10 Juil 2015 - 15:45


~ Le mage avait hâte d'entendre la réaction d'Ashton. A une époque révolue, il avait pu avoir un œuf de basilic grâce à son ami Mangemort Ismaël, et le lézard avait servi à attaquer Poudlard. Cette fois-ci, Evan avait d'autres idées en tête, mais qui pourraient s'avérer toutes aussi jouissives. L'argent dépensé importait peu, seul le projet final comptait. Mais il avait tout le temps de le mener à bien, et Ashton, tout comme Azphel, étaient tous les deux à ses yeux de possibles partenaires dans le plan qu'il échafaudait petit à petit.

- Niveau sortilège, puisque je suis encore à Poudlard je suis pas mal limité mais en général j'aime bien détourner des sorts d'apparence peu dangereux pour arriver à mes fins. Pour répondre à ta curiosité, ça dépend quel type d'objet mais je pense que si il y a les gallions qui vont avec tu pourrais tout à fait compter sur mon silence.

~ Poudlard et ses restrictions... Le mage avait oublié cela. Lui était arrivé dans la célèbre école à dix-sept ans par une dérogation spéciale, et il s'était retrouvé Mangemort alors qu'il avait à peine commencer sa scolarité. Du coup, encore élève il avait déjà appris les sortilèges impardonnables. Mais il était une exception dans l'histoire de la magie, et la magie noire savait qu'il était une exception née de son sein...

~ Sa seconde phrase le ravit et il esquissa un sourire à l'attention du mage. Ainsi il pourrait compter sur lui s'il avait besoin. Il tenait ses paroles pour comptant et il espérait bien que le moment venu, le mage n'oublierait pas ses mots, sinon il pourrait lui faire regretter.

- Evan si tu as besoin d'une aide financière pour remplir la bourse de notre ami, fais le moi savoir et je serai ravi d'apporter mon aide à ton projet.. qui ne peut qu'être très instructif te connaissant.
Et je sais que je n'ai pas besoin de te le préciser, mais si tu as besoin de forces pour le mener à bien, tu sais où me trouver.


- Je prends note de tout ça ! répondit-il en lançant un regard sérieux à la fois à Ashton et à Azphel. Une aide financière peut-être, ça dépendra de ce dont j'aurai besoin pour mon projet, mais il me reste des choses à planifier. Pour ce qui est de ton aide, reprit-il en fixant Azphel, Ne t'en fait pas, je sais où te trouver, comme certains de nos amis communs...

~ Azphel, bien qu'étant un sorcier relativement médiocre si on devait le comparer à Evan, n'en était pas moins un mage redoutable. Il était un des - très - rare sorcier à se battre avec un bâton et non avec une baguette, et il se souvenait que son ami était particulièrement imprévisible en situation de combat. Il valait mieux ne pas se retrouver contre lui dans un affrontement. D'ailleurs, son ami eut la judicieuse idée de resservir les verres qui mouraient de soif et il s'empara du sien qu'il avala d'un trait.

- As-tu déjà eu l'occasion de combattre ? Quelqu'un qui aurait critiqué ta maison, un camarade de classe ou même un elfe de maison pour te défouler ? Les moldus ne comptent pas !

~ Le mage laissa échapper un petit rire. Il ne comptait plus le nombre de moldus qu'il avait tué, des centaines certainement. Il fixa son ami en se demandant un instant si lui aussi avait connu cette période sombre de la lycanthropie, ou la raison devient folie, ou le sang est le seul met avec encore de la saveur... Il revînt rapidement à la question qu'il venait de poser, à laquelle il attendait lui aussi une réponse. Ashton avait beau garder une part de mystère, il n'entrerait pas dans les petits papiers des deux mages simplement grâce à son job à la boutique d'accessoires de magie noire. Ils devaient s'assurer qu'ils pouvaient lui faire confiance. Les desseins de la magie noire ne peuvent reposer entre toutes les mains...

~ Il était facile de se dire amoureux de la magie noire, mais passer à l'acte était toute autre chose. Certains se retrouvaient ne pas avoir les épaules assez solides. D'autres reculaient juste à la frontière. Mais les vrais, autres les mages noirs, ceux qui ressentent un frisson inextinguible en usant de cette magie, ceux prêts à faire tout sacrifice pour que l'idée fasse plus que naître sur un morceau de papier égaré, ceux-là, les puissants, étaient peu nombreux. Ashton était-il de ceux-là ?

~ Le mage se leva, sa baguette à la main et fit un petit tour vers le bar, tout en attendant la réponse du mage à la question d'Azphel. Une idée lui vînt en tête. Suivant ce qu'Ashton leur dirait, il leur proposerait ensuite une petite excursion... La soirée s'y prêtait. Il ramassa deux bouteilles qui trainaient au sol, qui furent surement heureuses que le trou noir qu'il avait créé s'arrête avant qu'elles ne soient aspirées. Il revînt près du canapé et posa les deux bouteilles sur l'accoudoir, et s'appuya ensuite sur le dossier, debout, ne lâchant pas le garçon du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Ashton Parker, Mer 22 Juil 2015 - 1:00


Alors que la discussion était bien entamé entre Ashton et les deux sorciers, Evan avait fait une allusion qui avait eu le mérite d'intéresser particulièrement le Gryffondor. Et Azphel aussi apparemment puisque celui-ci proposa son aide, aussi bien financière que magique pour le futur projet de l'ex-Serpentard. Avec tous les posts importants qu'il avait occupé dans le passé, c'était certain que le sorcier avait une grande puissance magique, le sang-mêlé n'en doutait pas un instant. Il lui demanda alors s'il avait déjà eu l'occasion de combattre, en précisant bien sûr que se défouler sur des moldus ne comptait pas, dommage.

- Ah ça oui ! s'exclama-t-il. Récemment je me suis un peu calmé mais il y a eu un moment où je réagissais au quart de tour à la moindre pique. Après, un elfe de maison j'ai jamais testé, ça pourrait être sympa.

Le Gryffondor esquissa un sourire à la pensée de tabasser un elfe de maison. De toute façon ces êtres insignifiants ne comptaient pas comme un sorcier réel, ce ne serait donc pas avec de grosses conséquences. Ashton comprenait que les deux sorciers lui posent autant de questions, après tout il était une personne extraordinaire il était relativement jeune et n'avait pas encore vraiment fait ses preuves. Les deux mages, quant à eux, étaient sans nuls doute beaucoup plus expérimentés, notamment en ce qui concernait la magie noire.

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Azphel, Ven 31 Juil 2015 - 19:31


[HRPG : Pas très inspiré, j'ai improvisé du vent.]

¤ ¤ LR ¤ ¤ Aston se révélait être un jeune sorcier audacieux et Azphel se surprenait à le prendre en affection à mesure que la nuit défilait. Ils n'avaient clairement pas le même parcours l'un l'autre, mais dans l'aura du magicien face à lui transpirait quelque chose qu'il avait déjà vu, déjà connu. Une sorte de fascination perverse pour la magie, un besoin de l'explorer par delà les conventions, au delà de la ringardise dans laquelle le Ministère la galvaude.
Evan devait le ressentir également puisqu'il avait tût ses menaces à son encontre.

¤ ¤ ¤Son ami lycan se leva et traversa la pièce, non sans les avoir resservit en whisky au préalable. Il semblait parcouru d'idées et en proies à ses pensées. Est-ce qu'elles concernaient son projet secret ? Azphel n'en était pas certain, en tout cas, il donnait l'impression d'être prêt à bouger. L'étroitesse de la baraque abandonnée donna soudain le même sentiment à Azphel, d'être étouffé à l'intérieur de cette bicoque sans âme, vide de magie. La magie n'est jamais plus belle que lorsqu'elle s'exprime pleinement dans l'espace autour d'elle.

¤ ¤ ¤Evan revint près d'eux avec deux bouteilles qu'il avait ramassé. Ou bien il comptait se prendre une murge ou alors c'était là des provisions de voyage.
Azphel prenait peu à peu conscience de ce qu'il pensait, de son envie de s'exprimer pleinement.
- Bon, cet endroit commence à me les briser, dit-il en se levant. Y a pas grand chose d'intéressant ici. L'alcool parlait plus que le sorcier, il est vrai.

Sans ajouter plus d'explications il se dirigea dans l'entrebâillement de la porte, s'empara de sa baguette et la pointa dans le couloir.

- Bombarda !

¤ ¤ DO ¤ ¤ Le jet de lumière fut rapide et glaçant et l'explosion qui suivit, détonante. La secousse ébranla la bâtisse et des centaines de débris atterrirent sur le sorcier. Au fond du couloir, tout n'était que miettes et désolation. Azphel, défoulé, fit marche arrière pour venir se rasseoir avec ses amis noctambules. Des débris de poussières dansaient dans le couloir.

- On se remet une bouteille ici ou on va faire un tour ?
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Evan, Mer 5 Aoû 2015 - 9:47


~ Le mage avait attendu, le regard pétillant, la réponse d'Ashton. Comme-ci cette dernière le ravirait, qu'elle ferait grandir son estime pour le garçon. Mais, rien, ou presque. La réponse qu'il leur donna restait très évasive. Il disait avoir déjà combattu, mais dans les faits, rien n'était venu étayer ses propos, ce qui le laissait sur sa fin. Il aurait aimé davantage de détails. Il apprécia néanmoins son sourire sadique à l'idée de tabasser un elfe de maison, ce qui pouvait être sacrément défoulant il fallait le reconnaître !

~ Un instant, les trois sorciers s'enfermèrent dans un silence lourd. Ashton semblait attendre d'autres questions. Lui attendait d'autres réponses. Et, Azphël semblait se faire chier dans cette maison qui s'avérait être une déception magiquement parlant.

- Bon, cet endroit commence à me les briser.

~ Suivant ces mots qui exprimaient clairement le mécontentement du sorcier, il observa son ami se lever jusqu'à passer la porte du salon. Un sortilège et une violente secousse de la bâtisse plus tard, Evan écarquilla de grands yeux à son ami qui en avait pris plein la gueule au passage en débris en tout genre. Voilà qui devenait enfin intéressant. Le mage avait envie de détruire quelque chose, tout comme lui ! Et Ashton, les accompagnerait-il ?

- On se remet une bouteille ici ou on va faire un tour ?

~ Il fit un grand sourire à son ami, comme-ci ce dernier avait lu dans ses pensées ténébreuses. La nuit promettait d'être intéressante. Il ouvrit les deux bouteilles de rhum. Il tendit la première à Ashton, il n'avait pas son mot à dire, s'il voulait continuer la soirée avec eux, il boirait. Evan enquilla de longues gorgées de rhum, presque un quart de la bouteille, avant de tendre le reste à Azphël.

- Bon, on va aller jouer un peu et qui sait, peut-être aurons-nous de quoi nous défouler davantage en matière de sortilèges... Pis vaut mieux pas s'attarder ici, avec l'explosion, nul doute que des cons vont venir fouiner dans le coin...

~ Il visualisa rapidement un endroit parfait pour leur escapade nocturne. Un endroit où ils pourraient tout détruire. Un endroit où ils pourraient aisément combattre si la situation l'exigeait. Il invita Az' et Ash' à le rejoindre, et il transplana, les emmenant avec lui, là où le chaos chanterait librement...

[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
Harradas Spinner
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Harradas Spinner, Jeu 3 Sep 2015 - 5:02


RP Unique

*Plop* Raah elle était complètement en train de se jouer de lui hein. Elle se pensait si maline, si futée si... Et si c'était un mec ? Ça pourrait très bien être un mec. On va dire que c'est LA lettre A donc c'est une fille. On se croirait dans PLL sérieusement. Et puis il avait beau être à Serdaigle il était une vraie brêle en énigmes ! Je ne vous raconte pas le nombre de fois où il a du attendre l'arrivée d'un camarade pour pouvoir rentrer dans la salle commune. Et puis elle là. ELLE. C'était donc à elle qu'appartenait le reste du miroir ? Il n'en revenait pas. Il avait trouvé son miroir chez un apothicaire qui fermait boutique, c'était tout bonnement impossible. Mais comment était-elle au courant pour Victoire ? Il n'en avait parlé à personne d'elle. Cela ne pouvait être que des mensonges. A moins qu'elle ne l'ait vu de ses propres yeux grâce au miroir. Hurlant intérieurement contre ce miroir à double sens dont il avait désormais les deux bouts dans la poches, quoi que cela ne l'étonnerait pas qu'elle ait ensorcelé un deuxième miroir avec. Il avait laissé la boîte devant la porte d'entrée de l'établissement, libre-service à qui bon voudrait une boîte d'une sérial-lanceuse-de-devinettes. Valait mieux penser plutôt que maître-chanteuse, parce qu'en réalité, Harradas serait tellement mal face à la justice si jamais on apprenait ce qu'il avait fait. Il était assez loin encore de la BAMN et commença à courir pour la rejoindre plus rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Invité, Lun 21 Sep 2015 - 18:38


Rp avec Veneria Mortir




Ce jour-là, le ciel était sombre et l'air chargé d'humidité. Quelques parapluies, ouverts par prudence malgré l'absence d'averse, se frayaient un chemin entre des passants pressés d'échapper à cette météo menaçante.
Toutes les rues n'étaient cependant pas le théâtre d'une telle activité, comme en témoignait la petite ruelle où Isceliot négociait en compagnie d'une vieille femme voutée aux mains gantées de mitaines noires.

Le fabricant d'objets magiques s'était couvert de chaussures de cuir foncées, d'une chemise blanche, d'un pantalon gris sombre et d'un gilet rayé verticalement où pendait mollement une chaînette d'argent. Une cape noire l'isolait du froid et garantissait la discrétion des échanges qu'il opérait avec la harpie en cet instant. La nature exacte de ses achats devaient rester entre eux deux, c'est pourquoi la bourse qu'il lui tendait en cet instant contenait plus d'or qu'elle ne l'aurait dû.
Une fois la transaction terminée, il prit congé de la créature avec un sourire poli, et s'enfonça plus loin entre les encorbellements de l'Allée des Embrumes.

Malgré l'atmosphère sinistre qui y régnait, Isceliot appréciait la singularité de ses boutiques. Il y trouvait des commerces offrant des services difficiles à obtenir, d'autres qu'il était tout simplement impossible de s'offrir par la voie légale, et une liberté de pensée qui, si elle était souvent trop extrême à son goût, faisait écho à cet esprit libertaire dans lequel Isceliot évoluait depuis qu'il était indépendant.
Cela ne l'empêchait cependant pas d'être conscient des appétits étranges qu'on rencontrait dans cette allée, et s'il portait une cape se balançant au rythme de sa promenade, c'était aussi pour dissimuler la baguette magique logée entre ses doigts.

Une vitrine finit par attirer son attention. S'y présentaient des peintures dites "magiques", un sujet savoureux pour le sang-pur aux yeux couleur d'acier. Intéressé, il s'en approcha pour constater qu'à l'intérieur se trouvaient d'autres œuvres, accrochées aux murs et qui n'attendaient que d'être caressé par un regard.
Revenir en haut Aller en bas
Pandore Hastings
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Pandore Hastings, Lun 21 Sep 2015 - 20:47



PV - Isceliot Circoile


Le ciel gris était, comme souvent, annonciateur des humeurs maussades qu'il allait falloir supporter. Pourtant, la sorcière était pleine d'une joyeuse mélancolie qui embellissait chaque chose autour d'elle, à ses yeux. Un air en tête et sur le bout des lèvres, elle  déambulait sereinement sur le Chemin de Traverse, d'une démarche bien à elle, de celles qu'elle réservait aux grandes occasions : pas léger et dansant, tête relevée, poitrail légèrement bombé. Le crachin persistant n'était qu'un moindre obstacle sur son chemin qui menait au ravissement. Le battement discret de sa baguette contre sa hanche l'enhardissait, même ; la jeune femme s'engouffra alors dans une venelle plus étroite, plus sombre, plus indistincte, à l'abri des regards inopportuns.
Le noir de sa cape de velours se noyait dans l'ombre des murs, qui dominaient les environs de toute leur inquiétante hauteur. Estimant qu'elle était enfin protégée de la pluie, Veneria entreprit d'ôter son capuchon, libérant l'indomptable cascade de ses cheveux bruns. Son air paisible semblait trahir de la désinvolture, mais il n'en était rien. L'autrichienne au regard vitreux fixait un point mobile, droit devant elle, déterminée à trouver ce qu'elle était venue chercher. Pour la première fois depuis son arrivée sur ces terres inconnues, elle avait du temps libre et elle espérait bien le consacrer aux choses qui enrichissaient son existence. Mais plus de pensées distraites, à présent. La destination finale se profilait à l'horizon, déchirant irrégulièrement le ciel duveteux et grisâtre.

- C'est donc cela, l'Allée des Embrumes, minauda Veneria pour elle-même, à voix basse.

La présence de mages mystérieux n'était pas sans rappeler le caractère illicite du commerce qui prenait place en ces lieux malfamés. Cependant, quelle importance ? Il fallait étudier ces inestimables sources de pouvoir avant de les voir s'éteindre, comme en Autriche. À ce souvenir, la sorcière esquissa un rictus contrit. Ces mémoires d'une autre ère étaient derrière elle, désormais. La Magie Noire ouvrait grand ses beaux bras charnus et chaleureux ; seul un sot pouvait décliner une invitation si séduisante.
Alors qu'elle affectait de sinuer au devant des échoppes, le reflet du paysage attira son attention. Tournant les talons, elle fit face à une immense devanture de verre, qui renfermait des miroirs frémissants et présentait divers tableaux dont les personnages paraissaient bien ennuyés. Portée par son innocente curiosité et son vif intérêt pour l'art de la peinture, Veneria enjamba quelques dalles irrégulières jusqu'à la modeste boutique. Jetant un œil plus avisé à la décoration extérieure, la demoiselle rencontra le regard accueillant d'un petit homme peint de brun et de vert. Ses semblables accoururent à sa découverte, l'air réjoui.

- Un peu de compagnie, messieurs ?, gloussa-t-elle avec délicatesse.

Esquissant une brève révérence, Veneria s'empressa de pousser la porte, intriguée par ces personnages qu'elle aurait pu croire tout à fait vivants. Les galeries de cet acabit s'étaient raréfiées, dans un pays tel que le sien, régi par des Ministres couards et austères. Mais un vendeur serait sans nul doute à même d'éclairer sa lanterne.





Dernière édition par Veneria Mortir le Ven 25 Sep 2015 - 17:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Invité, Mar 22 Sep 2015 - 10:47


Rp avec Veneria Mortir




La galerie était composée de deux longs couloirs. Le sol était en bois sombre et laqué, offrant un contraste saisissant avec les murs de pierre. À l'intérieur régnait un murmure constant, nourri par les discussions des peintures et fréquemment ponctué par leurs éclats de rires ou de disputes.
Sous le plafond en ogive, les tableaux s'étalaient à différentes hauteurs ; certains avaient ceci de particulier qu'ils comportaient un détail étrange, parfois même dérangeant ; d'autres affichaient des scènes ouvertement sinistres ; quelques uns enfin paraissaient tout à fait classiques et semblaient n'avoir aucune raison d'être ici.

Ces derniers intriguaient le seul occupant actuel des lieux, Isceliot, entré là quelques minutes plus tôt et qui ne s'était pas étonné outre mesure de l'absence de vendeur. Il s'intéressa à la nouvelle venue, le temps de lui adresser un signe de tête respectueux, avant de se replonger dans l'observation de la toile qui se trouvait face à lui et semblait le chagriner si l'on se fiait au froncement de sourcil visible sur son visage fin.
Il aurait pu faire appel à la petite étiquette explicative qui jouxtait chacun des œuvres, ou tout simplement poser la question aux sujets qui habitaient les peintures, mais une part de lui-même aspirait à ce qu'il trouve lui-même la réponse si cela était possible.

«
Quel est donc votre secret... » soufflait-il de sa voix grave. Une seconde, il aurait pu sembler qu'il s'adresser à la nouvelle venue.

À son entrée, Veneria avait attiré l'attention non pas uniquement du fabricant d'objets magiques, mais aussi de plusieurs des habitants picturaux, lesquels s'étaient réunis dans les tableaux proches de la porte pour poser leurs regards curieux sur cette nouvelle présence.
Le premier visiteur les avait tout d'abord également intéressés, mais son air affable qu'habillaient un silence poli étaient rapidement venus à bout de leurs questions pressantes, offrant au jeune homme la tranquillité nécessaire pour tenter de résoudre l'énigme qui lui occupait l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Pandore Hastings
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Pandore Hastings, Mar 22 Sep 2015 - 18:26



PV - Isceliot Circoile


Une clochette macabre retentit dans le dos de Veneria, comme pour signaler son intrusion pardonnée. Mais... La boutique était vide ? Presque. Se tenait, un peu plus loin, un sorcier de taille haute, que l'arrivante détailla un instant, habituée à croiser des visages inconnus partout où elle allait depuis son installation dans ce pays dont le mauvais temps faisait une réputation fort peu accueillante. Ce dernier lui accorda une politesse qu'elle rendit dans une gracieuse inclinaison du buste. Ses manières perduraient, bien qu'elles ne fussent pas toujours observées d'un très bon œil. Toutefois, l'étrangère appréciait ces échanges muets, quoi que l'opinion publique pût en dire.
Veneria s'avança à pas prudents dans la galerie silencieuse, examinant d'un regard éphémère les tableaux qui se présentaient à son jugement. La sorcière marmonnait dans un allemand pensif, songeant que ces œuvres étaient prohibées, en Autriche, et que cela était bien dommage. Et stupide. Les couleurs n'étaient pas très vives, mais les atmosphères de ces scènes ne manquaient pas d'un charme fascinant qui faisait cruellement défaut aux mages modernes. Le mystère de la Magie n'intéressait plus ceux qui la pratiquaient, pas même lorsque leur sang était pur, ce qui choquait profondément la jeune femme. Comment diable pouvait-on être un bon sorcier si même notre art n'était plus qu'un vulgaire outil ?

- Si seulement Père pouvait voir ça..., s'amusa-t-elle en se penchant vers un portrait lugubre qui mimait des cris gutturaux.

Le personnage s'indigna de l'absence de réaction de sa victime, qu'il espérait sûrement effrayer. À cette peine courroucée, la demoiselle répondit par un sursaut surjoué, qui eut pour seul effet de la faire rire de sa propre bêtise. Laissant là le drôle de gobelin à ses vexations, elle continua d'explorer les couloirs étroits pour se rapprocher du seul autre être vivant de la pièce. Bien entendu, par respect, elle maintint une certaine distance entre eux, et s'attela à ne pas le distraire. En effet, ce visiteur paraissait absorbé par une contemplation curieuse des autres peintures de la maigre galerie. C'était sans doute la première fois qu'elle voyait quelqu'un à visage découvert dans cette sinistre allée. “Quel est donc votre secret...” ─ ces pensées soufflées faisaient écho à son esprit perplexe.
Mais alors, peut-être était-ce le responsable ? Réexaminait-il ses protégés ? D'un seul et unique pas décidé, elle réduit de moitié l'écart qui la séparait du mage.

- Veuillez m'excuser, annonça-t-elle d'abord dans un souci de bienséance. Êtes-vous le propriétaire de ces toiles ?

Veneria s'en voulut de ne pas parvenir à masquer son accent ridicule, et grimaça pendant qu'elle était encore hors de vue avant d'arborer à nouveau un visage calme et patient, dans l'attente d'une réponse et dans l'espoir modéré qu'elle fût positive. Elle rêvait d'acquérir l'une de ces merveilles, pour en faire cadeau à son père, à qui l'art manquait gravement depuis les dernières réglementations imposées par le Ministère.
Triste époque..., pensa-t-elle alors. Il était pourtant si inconcevable de se passer de cette fantaisie dans un manoir.





Dernière édition par Veneria Mortir le Ven 25 Sep 2015 - 17:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Invité, Mar 22 Sep 2015 - 20:11


Rp avec Veneria Mortir



Isceliot avait beau balader son regard sur l’œuvre, fixer intensément la moindre écaille de la pellicule de peinture, il ne trouvait aucune particularité majeure justifiant sa présence de cet objet sur le marché noir.
Certes, le rouge était un peu sombre et la texture de certains pigments semblait plus épaisse que ce dont Isceliot était familier, mais la raison de la présence de cette pièce dans l'Allée des Embrumes lui échappait complètement.
Il venait de croiser les bras, synonyme chez lui d'un nouveau degré de concentration, quand la jeune femme s'adressa à lui et fit voler en éclat l'aura silencieuse dont il s'était drapé. Il accueillit ce contact avec un sourire courtois. Le lent mouvement latéral de son visage répondit à l'inconnue par la négative.

«
Je regrette, mademoiselle. Je suis, si mon intuition ne me fait pas défaut, un simple visiteur, tout comme vous il me semble. »
Il lui offrait son profil de trois quart, une bonne part de son attention encore trop profondément captée par l'objet de son questionnement pour qu'il s'en détourne complètement. Son regard, gris comme la lame d'un poignard, s'était tout naturellement marié au sien. Quant à sa voix, elle était chaude et distribuée avec une élocution impeccable qui trahissait la qualité de son éducation.

«
Puis-je en déduire que l'un de ces œuvres vous intéresse ? Car le cas échéant, je serais curieux de savoir laquelle. J'ai si rarement l'occasion de croiser des amateurs d'art par ici que je m'en voudrais de ne pas vous interroger à ce sujet. »

Malgré l'animation qui régnait dans la galerie, il s'exprimait avec un volume maîtrisé, juste assez fort pour couvrir la rumeur ambiante et se faire entendre sans que son interlocutrice ait besoin de tendre l'oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Pandore Hastings
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Pandore Hastings, Mar 22 Sep 2015 - 22:07



PV - Isceliot Circoile


Ainsi, cet homme ne lui serait d'aucune aide... Le regard de la jeune sorcière s'assombrit un instant, voilé d'une déception impersonnelle. Mais cela n'était pas très important. Ce pays aux étranges coutumes pouvait offrir bien plus, et bien plus beau. Tout espoir n'était pas perdu. Ce fut particulièrement vrai aux mots du visiteur, dont Veneria sembla soupeser chaque syllabe. L'agréable surprise de ces quelques paroles si bien tenues teinta ses prunelles d'une lumière plus positive.
Je regrette, mademoiselle. Je suis, si mon intuition ne me fait pas défaut, un simple visiteur, tout comme vous il me semble.” - Pour toute réponse, la grande brune hocha du chef avec une lenteur calculée et reporta quelques instants l'attention de son visage sur la toile devant laquelle ils se trouvaient tous deux. Le fond, épais et obscur, semblait unir certaines nuances de rouge et de pourpre dans un savant mélange dont l'élaboration était le fruit d'intenses réflexions, à n'en pas douter. Les différents plans suivants s'en détachaient avec une réalité saisissante, bien que le style des différents éléments parût quelque peu fantasque.

- Puis-je en déduire que l'un de ces œuvres vous intéresse ? Car le cas échéant, je serais curieux de savoir laquelle. J'ai si rarement l'occasion de croiser des amateurs d'art par ici que je m'en voudrais de ne pas vous interroger à ce sujet., questionna soudainement l'inconnu aux yeux métalliques.

L'expression de Veneria s'adoucit subtilement. Elle réfléchit une longue minute aux tableaux qu'elle avait déjà effleurés d'une œillade insistante avant d'ancrer à nouveau son regard à celui qui lui faisait face.

- Les toiles de cette galerie me semblent d'un goût tout à fait raisonnable, osa souffler la sorcière avec assurance. Je songe en effet à m'en procurer une. Cependant, j'ignore laquelle saura me persuader de distiller des centaines de Gallions.

La tête haute, elle se détourna à nouveau pour contempler une œuvre voisine. Elle analysa longuement les personnages, qui prenaient volontiers la pose pour elle dans un élan de vanité peu crédible. La jeune femme sourit de bon cœur à cette attention, et secoua négativement la tête, visiblement résignée.

- Voyez-vous, reprit-elle en s'efforçant de dulcifier son accent, ce qui me gêne dans ces couleurs, - (elle désigna divers détails d'une main discrète) - c'est leur profondeur. Ici, par exemple, la technique est mal exploitée. Il y a une tâche qui ressort nettement plus...

Dans une attitude interrogative, elle se tourna de nouveau vers l'autre visiteur, qui ne paraissait pas perturbé par les élucubrations farfelues. Veneria parut même désireuse de connaître son avis sur la question, chose assez rare pour être soulignée. Cette peinture-ci n'avait que peu d'intérêt esthétique, mais servait d'illustration pour ses consœurs, qui affichaient quasiment toutes d'avoir été exécutées avec des méthodes similaires.





Dernière édition par Veneria Mortir le Ven 25 Sep 2015 - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Invité, Jeu 24 Sep 2015 - 15:36


Rp avec Veneria Mortir

Isceliot était un auditeur attentif, chez qui l'information semblait pénétrer avec une facilité déconcertante. Lorsque la jeune femme lui répondit, le doute ne fut plus permis quant à la sincérité de la question qu'il lui avait posé.
Il ne s'agissait pas d'un intérêt feint pour respecter les convenances, mais de la franche et honnête curiosité d'un homme dont le regard pénétrant accompagnait celui de Veneria à chacune de ses remarques.
Mentionnait-elle les toiles de la galerie ? Il leur accordait un bref, et tranquille, coup d’œil qu'accompagnait cette expression d'infinie patience qui lui était caractéristique. Lui apprenait-elle qu'aucune œuvre n'avait encore suscité suffisamment son intérêt ? Il penchait légèrement le visage sur le côté, pensif, en quête d'un exemplaire d'une qualité particulière.

«
Peut-être... » Il s'interrompit aussitôt, désireux d'entendre la suite, et se fendit d'un sourire aiguisé lorsque Veneria mentionna les couleurs qui lui posaient problème.

«
Je me suis fait la même réflexion, tantôt. J'ai en premier lieu pensé à une irrégularité dans l'application du pigment. Notamment là où vous l'avez souligné, ainsi qu'à cet endroit. » fit-il en délimitant du bout de l'index la zone concernée. « Mais si l'on s'approche... » Joignant le geste à la parole, il se pencha légèrement, le buste bien droit, et invita l'inconnue à l'imiter. « Il s'avère que la technique d'application n'y est pour rien, c'est la texture même du pigment qui semble être inégale, pour je ne sais quelle raison. »
Une fois redressé, le sorcier tapota la plaque explicative avoisinant la toile. «
La réponse s'y trouve peut-être, mais j'aimerais résoudre cette énigme sans y faire appel. »

Isceliot ramena ses deux mains dans son dos, et jeta un regard en direction du fond de la galerie, le couloir faisant un coude où se devinait l'existence de quelques toiles supplémentaires.

«
Vous disiez ne pas avoir encore été convaincue... il y a là-bas quelques toiles dont la technique est... singulière. J'ignore si elles seront à votre goût, mais je les ai trouvées très originales. Peut-être sauront-elles vous charmer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Pandore Hastings
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Pandore Hastings, Jeu 24 Sep 2015 - 22:28



PV - Isceliot Circoile


Partagée entre sa curiosité pour ce tableau énigmatique et sa surprise d'être en présence d'un amateur d'art, Veneria observa scrupuleusement ses manipulations et but docilement ses paroles. Ses remarques étaient très justes, quand elle-même s'était en partie fourvoyée, croyant à un manque de rigueur de la part de l'artiste, alors qu'il s'agissait d'une variation physique du matériau. Restait à déterminer si cela était volontaire, auquel cas les deux visiteurs devaient trouver une raison qui le justifiât, ou si c'était simplement une maladresse du peintre.

- Oui, vous avez raison... chuchota la sorcière en se penchant de même que son interlocuteur pour constater la véracité de ses suggestions.

Ses yeux d'ébène suivirent les doigts assurés du sorcier jusqu'à l'écriteau, qu'ils semblèrent déchiffrer pendant quelques instants. Mais l'étrangère se résigna, et s'accorda un haussement d'épaules discret, fait très inhabituel pour une femme de son rang. En le réalisant, elle se maudit intérieurement pour avoir manqué de tenue et se promit de ne jamais réitérer en présence d'un inconnu.

- Je pense que ces quelques lignes ne nous apprendront rien, éluda la grande brune avec tact. Il n'y a qu'un titre et un nom qui me paraît obscur, ainsi qu'une date, qui n'est pas récente.

Sans doute rassura-t-elle l'homme, qui craignait visiblement de trahir son questionnement en cédant à la facilité. Elle se redressa doucement, tournant le visage vers lui, alors que ce dernier scrutait les profondeurs de la galerie. Un murmure mystique semblait s'y propager, comme un chant de sirènes, un appel insistant... Veneria ne put y résister.

- Vous disiez ne pas avoir encore été convaincue... il y a là-bas quelques toiles dont la technique est... singulière. J'ignore si elles seront à votre goût, mais je les ai trouvées très originales. Peut-être sauront-elles vous charmer ?

Mais l'ensorceleuse l'avait déjà dépassé, happée par les voix maléfiques du corridor. Des frissons parcoururent son corps gracile ; Veneria se sentait transportée par une fascination méconnue jusqu'alors. Une étrange exaltation parcourait ses veines tandis qu'elle s'approchait pour découvrir des œuvres bien différentes des autres. Leurs supplications feutrées lui ordonnèrent de s'arrêter, ce qu'elle fit aussitôt, comme envoûtée par ces cris étranglés qui naissaient à même les couleurs.

- Oui, bien sûr... commença la sorcière transie dans sa langue natale. Je vous comprends...

Levant un bras vers le paysage qui s'offrait à elle, Veneria se figea. Son index long et fin désigna le tableau, sans plus de précisions. Son regard s'était couvert d'un voile obscur qui le ternissait. Le vidait. Elle entrouvrit alors la bouche pour implorer une libération.

La Magie Noire avait finalement opéré.





Dernière édition par Veneria Mortir le Ven 25 Sep 2015 - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Invité, Ven 25 Sep 2015 - 15:44


Rp avec Veneria Mortir




Les manières affectées de son interlocutrice rappelaient à Isceliot la stricte maîtrise dont faisaient preuve les membres de sa propre famille. Leur maintien dont il avait hérité, les gestes codifiés dont lui-même essayait de se départir, la conscience permanente de leur corps et de la direction de leur regard.
Mais il croyait percevoir chez la jeune femme un naturel enfoui derrière le masque social, une fraîcheur qui fendillait de temps en temps ce déguisement et le mettait à l'aise.
Le sens du détail dont elle avait preuve l'avaient aussi agréablement surpris. Là où il lui avait fallu un long moment d'observation pour commencer à remarquer les irrégularités de la peinture, l'inconnue les avait presque immédiatement découvertes ; elle avait su démêler en quelques instants seulement ce qui relevait d'une velléité de forme et ce qui touchait plus aux variations de teinte.

Lorsqu'elle lui apprit la nature de la plaque explicative, Isceliot ne put cacher sa déception. «
Mm. C'est bien peu, en effet... et bien, me voilà soulagé d'un poids, je n'étais pas certain d'être capable de tenir les rennes de ma curiosité beaucoup plus longtemps. Je prends cependant note de l'existence d'une date. Si nous épuisons nos pistes, la date de naissance de cette œuvre pourrait être un précieux indice concernant la technique utilisée. » ajouta-t-il avant de mentionner le fond de la galerie.

Veneria avait quelque chose d'éthéré, c'est pourquoi, lorsqu'elle passa devant Isceliot pour rejoindre les toiles les moins accessibles, ce dernier ne s'en formalisa pas et lui emboîta le pas, curieux d'apprendre ce qui l'avait si soudainement captée. Il trouvait cependant quelque chose d'étrange à la démarche de l'étrangère, et ses soupçons se confirmèrent lorsqu'il vit ses gestes ralentir et finalement s'arrêter en une posture qui n'allait pas sans rappeler au sorcier quelque sculpture antique.


Que se passe-t-il... incapable de répondre à cette interrogation muette, le sang-pur porta son attention sur l’œuvre responsable, cherchant à découvrir pourquoi lui-même n'était pas affecté. Le tableau ne lui était pas inconnu, c'était d'ailleurs la toile qu'il souhaitait montrer à son interlocutrice lorsqu'il avait fait mention de cette partie de la galerie.
Le cadre était ébène, sobre, présentant des lignes et un grain que nulle laque n'avait entachés. Ce qu'il cernait était cependant d'une beauté à couper le souffle. Sous un ciel au bleu impossible, une falaise d'un gris saisissant transperçait courageusement les vagues noires et émeraude d'un océan déchaîné. A l'horizon se distinguait, menaçante, la tempête dont les flots tumultueux s'étaient faits les émissaires. Isceliot ne savait comment, l'artiste était parvenu à ce que les couleurs de son tableau contrastent de façon poignante, et semblent offrir du relief à la scène agitée qui s'offrait au spectateur. Le petit personnage aux cheveux sombres, au bout de la falaise, dont Isceliot ne saisissait pas les gestes, ressortait avec une force toute particulière.
Quelque chose chagrinait le sorcier quant à ce rendu, le sentiment diffus qu'il avait devant lui une création très différente des tableaux précédents.

C'est lorsqu'il s'approcha de quelques centimètres que deux vérités lui sautèrent au visage : il n'y avait aucun pigment. Ces reflets impossibles n'étaient dû à aucune peinture, mais aux milliers de minuscules ailes de papillon qui avaient été utilisées pour donner naissance à une telle création.
Quant au petit personnage... n'était-ce pas la réplique exacte de Veneria ? Était-elle... Non, l'artiste n'aurait pas fait ça... mais comment l'expliquer autrement... se pouvait-il qu'une part de la jeune femme ait été aspirée dans le tableau ? Isceliot jeta un regard sur le corps figé devant la toile, et sur cette main au doigt tendu qui désignait précisément l'endroit où apparaissait, composée de petites ailes aux couleurs éclatantes, une femme de quelques centimètres, aux détails plus vrais que nature.

«
Mademoiselle... ? »
Revenir en haut Aller en bas
Pandore Hastings
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Pandore Hastings, Ven 25 Sep 2015 - 17:56



PV - Isceliot Circoile



Tout était voilé de noirceur. Ses membres anesthésiés, ses sens endormis, tout était presque mort. Veneria se sentait disparaître. Jusqu'à sa conscience, tout était progressivement aspiré à l'extérieur d'elle-même. Son index toujours tendu se recroquevilla tout juste, noircissant à son bout. Lentement, toute la peau de la main perdit sa teinte laiteuse, pour apparaître grisâtre. Le silence se fit dans sa gorge, qui délivrait auparavant quelques râles étranglés et plusieurs supplications indéchiffrables. Ses yeux perdirent leur éclat, à leur tour, la laissant presque aveugle. Dans un étrange élan de lucidité, cependant que son âme n'avait pas encore complètement disparu, la sorcière pétrifiée se dévissa le cou pour chercher un signe. Quelle vision horrifiante elle devait être à présent, momifiée par une magie inconnue et lugubre...
Soudain, sa gorge se serra et elle sentit ses muscles se raidir, provoquant une douleur plus lancinante encore que toutes celles qu'elle avait déjà connues. Mais elle garda son silence, imposé par ce sinistre tableau. Ses épaules se voûtèrent. Ses chairs étaient glacées, sa peau s'asséchait. L'on aurait pu croire à une attaque de Détraqueurs, tristement célèbres pour leur funestes ravages. Une fine couche de glace mordante sembla couvrir le haut de sa tête, figeant de nouveau son corps dans un écrin mystique et dangereux. Puis elle fondit presque aussitôt, couvrant les deux joues creuses de cascades imperceptibles.
Dans une lumière qui lui parût aveuglante, bien qu'elle eût déjà perdu l'usage de ses yeux, Veneria sentit la chaleur rentrer à nouveau dans sa poitrine, et dut inspirer de toutes ses forces, comme si l'on venait de l'étrangler, et de la relâcher subitement. Le processus se fit dans le sens inverse, plus rapidement, et son énergie fut à nouveau scellée en elle, avec une telle force que la sorcière chancela.

- Éloignez-nous, souffla l'étrangère au visiteur qu'elle soupçonnait d'être resté. S'il vous plaît.

Derechef, son bras, retombé à plat contre sa hanche, se souleva, vers lui, et plus maladroitement. L'idée d'un contact involontaire lui était déplaisante, aussi bien de sa propre perspective que de la sienne. Le choc passé, elle aurait préféré sortir sans aide, mais ses sens ne lui étaient pas revenus.

- Je suis aveugle, précisa-t-elle pour sa défense. Votre aide me serait précieuse.

Son calme olympien était signe que la magie noire l'avait finalement quittée, par une chance incroyable. Elle n'en avait rien vu ; peut-être était-ce une intervention du sorcier qui l'avait accompagnée jusque là. Mais l'important résidait dans le retour de ses capacités.

Veneria craignait qu'en ne s'exposant davantage, son handicap devînt définitif. Aussi, elle était paralysée par l'angoisse de ce qu'elle venait d'affronter, et toutefois beaucoup trop fière pour avouer sa peur.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 13

 Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.