AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 20 sur 21
Salle de classe à côté de la bibliothèque
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant
Lip Thanatos
Serdaigle
Serdaigle

Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Lip Thanatos, le  Dim 17 Déc - 17:44

Le Serdaigle était toujours en train de soulever la jeune, quand celle-ci se décida à lui répondre:

- Quitte à choisir, je préférerais encore une de tes attaques de câlins, fais-moi descendre maintenant. Promis, je serai sage...

Pardon ? Lip ne croyais pas ses oreilles. Elle avait vraiment décider de jouer avec lui, elle et son visage angélique.

A ce moment là, il se passa quelque chose d'officiel dans le cœur du bleu. Il fut vaincu. Détruit. Pulvériser. Envoyer loin.

Le temps s’arrêta pour lui. Plus rien autour ne comptait, l'image restait figée. La belle avait eu raison de lui.

Il ne comprit pas ce qu'il se passait en lui, essayant toujours, en vain, de repousser tout ça. Mais il était trop tard, elle l'avait officiellement envoûté, elle qui osait l'affronter avec audace et humour enfantin. Tout le mur qu'il s'était fait se brisa en mille morceaux, toute sa haine envers les autres s'envola, et toute sa force disparue. Il se sentit nu, perdu. Mais aussi apaisé, enfin.

Il savait qu'il ne pourrait plus rien lui faire. Il comprit qu'elle avait été plus maline que lui sur ce coup là. Mais qu'allait-il lui répondre ? Qu'allai-il bien pouvoir lui faire ? Comment allait-il sortir de ce piège ? En avait-il réellement envie ?

- Si t'insiste. dit-il avec un calme incroyable. En même temps, il l'a fit aussitôt tomber contre son corps. Ses bras la tenait par en dessous, telle une princesse, pour ne pas qu'elle tombe sur le sol poussiéreux de la salle. Leurs regards se croisèrent, et Lip en fut encore plus certain: elle avait du lui lancer un sort en douce, ou un philtre d'amour versé discrètement, ou... ?

Il n'arrivait plus à se détacher de son regard, si beau et si doux.

Il eu l'impression que quelque chose de fort se passa entre eux. Une connexion.. Ou la foudre ? L'avait-elle senti elle aussi ?

Toujours le regard fixé sur sa belle, il reprit, avec un ton normal mais avec une pointe de gentillesse qu'il tentait, comme à son habitude de dissimuler :

- T'es mieux là ?

Il priait pour qu'elle ne le laisse pas l'aimer. Mais il ne pouvait pas lui résister, ses yeux s'accrochaient à ses yeux, c'était plus fort que lui. Il s'était prit à son jeu et elle était trop dangereuse, redoutable. Il espérait qu'elle lui dirait non, qu'elle ne le reverrait plus.

Son regard, qui commençait sérieusement à le trahir, se baissa avec envie vers les lèvres de la rouge, qui le vit aussitôt. Il s'en rendu compte et une gêne surdimensionnée l'envahi. Il l'a posa alors sur la table juste à côté, en veillant qu'elle ne se fasse pas mal.

- Excuse-moi Moira.
Meredith Goldsmith
Meredith Goldsmith
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Meredith Goldsmith, le  Sam 23 Déc - 0:38

La chaleur de ses bras, une nouvelle fois. Une sensation toujours un peu étrange et pourtant désormais familière. Nous étions face à face cette fois-ci ; aucun moyen de se dérober au regard de l'autre. Nos yeux furent comme aimantés durant une seconde, une minute, une heure peut être. Son regard court-circuitait complètement mes pensées, au point que lorsqu'il me demanda si j'étais mieux je ne sus quoi répondre. Je me contentai de hocher légèrement la tête.

Il semblait incapable de détacher son regard du mien et pour une raison qui m'échappait -ou que je refusais de m'avouer- je n'en était pas plus capable que lui. Ses yeux quittèrent enfin les miens et glissèrent un peu plus bas sur mon visage. Je surpris l'étincelle particulière qui les illumina un instant avant qu'il ne se rende compte que je l'avais vue. L'étonnement dut se lire sur ma figure car il s'empressa de me déposer sur la table la plus proche avec précaution, visiblement gêné.

- Excuse-moi Moira.

Je me demandai vaguement s'il s'excusait des sorts qu'il m'avait jeté ou bien de ce que j'avais pu percevoir dans ses yeux. Je n'étais pas certaine de ce que j'avais vu mais Lip semblait si extraordinairement mal à l'aise que je me dis que l'envie que j'avais cru détecter dans sa façon de me regarder devait être bien réelle. A cette pensée, je sentis mon visage s'empourprer. Je n'aurais jamais  cru qu'il puisse me considérer de la sorte. D'accord, jusqu'ici nos rencontres n'avaient pas été très conventionnelles, mais tout de même.

Pensive, je ramenai mes jambes contre ma poitrine et posai le menton sur mes genoux, scrutant le Serdaigle avec une curiosité nouvelle. Je ne savais pratiquement rien de lui après tout. Il m'intriguait et en même temps je sentais poindre en moi ce doute caractéristique qui m'étreignait chaque fois que je risquais de me rapprocher de quelqu'un. Cette inquiétude qui resurgissait à l'idée que je puisse m'attacher à une personne qui finirait par s'éloigner brutalement.

Arrête de trop penser, calme-toi, respire...

Chaque chose en son temps. Je le connaissais à peine pour l'instant. Je ne savais même pas si je pouvais lui faire confiance, ni ne connaissais avec certitude ses intentions. Peut être que je me trompais totalement ?

Je reportai mon attention sur lui ; il avait toujours l'air aussi embarrassé. C'était assez amusant de le voir beaucoup moins sûr de lui tout à coup. Alors je décidai de continuer le jeu. Apparemment lui aussi avait ses failles, autant en profiter avant que les miennes ne deviennent trop visibles.
La part de rationalité en moi aurait voulu accepter ses excuses et partir, m'enfuir, mettre autant de distance possible entre nous, me protéger. Mais ce fut la curiosité qui l'emporta. Je voulais aussi rester, le faire rester, prendre ça comme une expérience à mener jusqu'au bout quelle qu'en soit l'issue, tenir mon rôle, l'affronter en même temps que j'affrontais le tourbillon d'émotions contradictoires qui faisait rage en moi.

- Je veux bien t'excuser... mais avant il faudra te faire pardonner. Moi aussi j'ai ma fierté.

Je souris malicieusement pour adoucir mon propos. Car tout ça n'était qu'un jeu, n'est-ce pas ? Et tant que ça restait un jeu, ça ne pouvait pas devenir sérieux.

Je me rapprochai du bord de la table et me penchai légèrement vers lui.

- Alors, qu'est ce que tu proposes ? A moins que tu ne préfères que je choisisse moi ?
Lip Thanatos
Lip Thanatos
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Lip Thanatos, le  Dim 24 Déc - 16:47

Lip venait de s'excuser, d'une part pour avoir été pris d'une envie irrésistible de la bouche de Moira, et d'une autre part.. pour tout le reste. Mais il ne s'était pas attardé sur le pourquoi de son excuse.  
Une fois reposée, la Rouge se recroquevilla sur elle-même, genoux sur sa poitrine. Elle semblait encore plus attirante dans les yeux du jeune. La situation paraissait tout aussi gênante pour les deux camarades.

Moira, avec un sourire enfantin, se décida à lui répondre :

- Je veux bien t'excuser... mais avant il faudra te faire pardonner. Moi aussi j'ai ma fierté.

Puis elle se rapprocha de lui et continua à le chercher en lui demandant s'il avait des idées ou s'il fallait qu'elle décide à sa place.
Lip en était déboussolé.. Il ne savait comment prendre ce défi, s'il devait prendre les devants, ou la laisser faire, si elle partageait tout ça comme lui...

Elle le rendrait fou.

Il avait encore le temps d'abandonner, de fuir, mais ses jambes l'en empêchaient. Il restait bloqué face à sa belle.
Sa décision prise pour elle, et son goût pour les défis, il décida de rentrer dans son jeu, dans LEUR jeu. Histoire de cacher ses envies.. ou de voir où la Rouge se situait justement dans ses sentiments.

Il se rapprocha d'elle, jusqu'à toucher la table lui aussi, descendit les jambes de la jeune femme, pour qu'elles puissent entourer les siennes. Puis, à l'aide de ses doigts, il releva la tête de la Rouge pour mieux pouvoir la voir. Toujours sa main contre son menton, il s'approcha d'avantage du doux visage rosé en face de lui. Son cœur s'accélérait de plus en plus, prêt a exploser d'une seconde à l'autre. Arrivé au plus prés, il regarda droit dans les yeux Moira, avec une envie fougueuse et irrésistible de faire d'elle sa faiblesse, sa force, sa paix, sa folie douce. Il lui parla doucement pour lui donner une réponse plus ou moins cohérente:

- T'es vraiment sûre de vouloir me laisser faire ?

Il attendit quelques secondes, puis se lança, droit dans un mur ou vers le paradis, il le saurait bientôt.
Il déposa un doux baiser sur les lèvres de Moira, plein de tendresse, plein de sentiments fabuleux.
Quand il se retira, il replaça délicatement une mèche de cheveux qui s'était réfugiée au bout milieu du visage de l'étudiante.

Il resta près d'elle, puis lui demanda:

- Tu préfères choisir du coup ?
Meredith Goldsmith
Meredith Goldsmith
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Meredith Goldsmith, le  Mer 27 Déc - 1:45

Mon pouls s'accélérait à mesure que je le voyais s'approcher. Il posa les mains sur mes jambes et me fit passer de ma position fœtale à une posture assise aussi facilement qu'un marionnettiste fait bouger son pantin.

- T'es vraiment sûre de vouloir me laisser faire ?

Il marquait un point, mais il était un peu tard pour me rétracter. Il était près, très près, ses doigts maintenaient ma tête levée vers lui avec une douce fermeté. Je pouvais distinguer chaque détail de son visage, les nuances de couleurs dans ses iris, quelque part entre le bleu, le vert et le gris. Comment je pouvais faire attention à ce genre de choses dans un moment pareil, quand ses intentions étaient aussi claires, je n'en avais aucune idée.
Quelques secondes après ses lèvres étaient sur les miennes, tendres, délicates, caressantes. Mes pensées s'évanouirent momentanément, remplacées par la sensation de ses doigts sur mon visage et la manière dont ses lèvres goûtaient les miennes, avant que nos bouches se séparent.

En s'éloignant, il chassa délicatement une mèche de mon visage. Ses doigts laissèrent comme une trace brûlante à l'endroit où ils avaient effleuré ma peau.

- Tu préfères choisir du coup ?

Je pouffai un peu, baissant un instant les yeux avant de les relever vers lui.

- Tu viens de le faire pour moi, non?  C'était plutôt convainquant comme excuses, ajoutai-je après un petit silence.

Mes intonations irlandaises étaient légèrement plus prononcées qu'à l'accoutumée, signe que ce baiser, si bref ait-il été,  ne m'avait pas laissée de marbre et j'avais dans l'idée que la rougeur de mon visage ne s'était pas totalement estompée. C'était ridicule, je réagissais comme une gamine qu'on embrasse pour la première fois. Pourtant des baisers j'en avais eu, et des moins sages que celui-là. Mais avec lui...  

Avec lui, tout ce que je savais c'est que son contact était agréablement troublant, que son comportement instable me rendait folle, le rendait un peu inquiétant par moment, que j'aimais jouer au plus malin avec lui, enfin que je ne savais rien de lui et plus étrange encore, à ce moment précis je m'en fichais. Je devais bien admettre qu'il m'attirait mais c'était purement physique, ça mettrait un peu de piment dans ma scolarité ici, voilà tout. A mes yeux c'était bien moins dangereux que d'être amoureuse, de tenir à lui. Moins douloureux aussi. Plus facile.

La tension était un peu retombée. Plus besoin de jouer pour le moment, on s'était cherché, on s'était trouvé. Et maintenant quoi ? Je m'étais un peu reculée sur la table et on s'observait en silence, comme si chacun guettait la réaction de l'autre. Je réalisai que je ne m'étais pas encore demandé ce que Lip pouvait ressentir. Est-ce qu'il voyait les choses comme moi ? Il avait l'air calme mais j'étais bien placée pour savoir que cette impression pouvait être trompeuse.
Je décidai de briser le silence qui s'était installé entre nous avec une question simple, peut être un peu indiscrète.

- Tu as l'air songeur. Tu penses à quoi ?
Lip Thanatos
Lip Thanatos
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Lip Thanatos, le  Jeu 11 Jan - 19:03

- Tu viens de le faire pour moi, non?  C'était plutôt convainquant comme excuses.

Suite à ce qu'il venait de se passer entre les deux collégiens, Lip en était encore déboussolé.

C'est sûr que c'était plutôt convainquant comme excuse, mais c'était bien plus que ça pour le Bleu. C'était nouveau, improbable, signe de faiblesse ou signe de force peut importe, c'était une déclaration d'on ne sait quoi, un tourbillon de sentiments chaleureux, une foudre qui nous traverse sans crier gare.

Elle devenait une muse à ses yeux, la plus belle chose de l'univers, un aimant, un tout.

Il avait peur.

Peur de la vision qu'il avait d'elle, lui, le badboy aux couleurs argent et bleu. Peur qu'elle le brise. Peur qu'il la détruise.

Mais il se décida à profiter de cet instant au lieu de se morfondre dans ses angoisses.

Il comptait bien apprendre à la connaître, et la suite de Moira, lui demandant à quoi il pensait, en était une brèche pour tenter dans savoir un peu plus. En espérant qu'elle soit sincère.

- A beaucoup de choses en fait. J'sais pas pourquoi je te dis ça, mais j'ai l'impression que ce baiser, certe bref, m'a..
Non laisse tomber finalement. T'es venue là pour t'entraîner aux sorts c'est bien ça ?  Y a des cours où tu es douée ?


Changement de sujet brutal. Il s'était dit qu'avouer ce qu'il avait ressentit de ce baiser était une mauvaise idée. Il n'avait plus vraiment envie de jouer et il ne voulait encore moins être le jouet d'une Rouge à ce moment là.

Il était conscient que sa réponse était stupidement ... Nulle. Mais il ne voulait pas la brusquer trop vite, et n'avait pas l'habitude de s’intéresser vraiment à quelqu'un. Tout était nouveau pour lui.

Il ne voulu pas passer pour un naze, et repris le fil de la conversation:

- J'suis désolé c'est un peu nul comme question, c'est juste que j'ai pas vraiment l'habitude de ce genre de situation.
On peut parler de ce que tu veux. On s'en fout de à quoi je pensais, c'était pas important..


C'était important. Mais trop intime et angoissant pour le moment.

Il la désirait, physiquement dans un premier temps, et il sentait qu'il y avait une espèce de connexion entre eux, au delà de leur corps. La sentait-elle ?

Il en avait même oublier où il se trouvait, le pourquoi du comment il s'était retrouvé là à embrasser la folle de l'autre jour.
Meredith Goldsmith
Meredith Goldsmith
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Meredith Goldsmith, le  Lun 22 Jan - 16:02

- A beaucoup de choses en fait. J'sais pas pourquoi je te dis ça, mais j'ai l'impression que ce baiser, certe bref, m'a..
Non laisse tomber finalement. T'es venue là pour t'entraîner aux sorts c'est bien ça ?  Y a des cours où tu es douée ? J'suis désolé c'est un peu nul comme question, c'est juste que j'ai pas vraiment l'habitude de ce genre de situation.
On peut parler de ce que tu veux. On s'en fout de à quoi je pensais, c'était pas important..


Je le fixai quelques instants, un peu sceptique. Moi je ne m'en foutais pas de ce qu'il pensait. D'autant que, si j'en croyais ce qu'il avait commencé à me dire, ça avait l'air plutôt intéressant, mais étant moi-même de nature pudique quand il s'agissait d'exprimer un ressenti, je n'insistai pas. A sa place, pas sûr que j'aurais moi-même répondu à cette question.

Je finis par lui adresser un petit sourire avant de lui répondre :

- Non c'est pas nul comme question. Faut bien commencer quelque part.

Je marquai une pause pour franchir les quelques pas qui me séparaient du bureau sur lequel étaient encore étalées toutes mes affaires, que j'entrepris de ranger.
Entamer une conversation avec lui ne me déplaisait pas, au contraire, mais je sentais des tas de questions se presser dans un coin de ma tête, prêtes à forcer la barrière mentale que je m'étais efforcée d'installer. J'avais besoin de faire le point, seule. Juste pour savoir quoi penser de tout ça, avec un peu de recul. Je ne pouvait pourtant pas le planter là, surtout que c'était moi qui l'avait initiée, cette conversation. Autant continuer à lui parler un peu, pour voir.

- Pour te répondre, question cours je me débrouille, dans l'ensemble. Sauf les potions. Le seul don que j'aie pour cette matière c'est celui de provoquer des catastrophes. Enfin j'exagère un peu mais bon...

Je n'allais pas commencer à lui raconter toute ma vie non plus. J'exagérais effectivement un peu ma propension à provoquer des dégâts dans cette matière ; il m'était arrivé d'obtenir des résultats plutôt spectaculaires et inattendus mais pas si souvent que ça.
Ce qui m'intéressait surtout c'était d'en savoir plus sur lui. J'avais du mal à le cerner, il m'intriguait mais le suspense avait assez duré à mon goût. Mes affaires étaient maintenant regroupées dans mon sac, je le posai sur le bureau et me tournai vers Lip. Je ne voulais pas avoir l'air impolie, ni avoir l'air de fuir. Je préparai ma sortie en douceur. Je voulais quand même l'entendre un peu, avant, aussi je lui retournai sa question :

- Et toi ? Tu m'as l'air doué en sortilèges en tout cas. Même si j'aurais préféré ne pas en faire les frais, ajoutai-je en esquissant un sourire.
Jake Clavond
Jake Clavond
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Jake Clavond, le  Sam 7 Avr - 16:22

Je me suis réveillé ce jour là à 7h30. On était samedi. Donc non seulement il était tôt mais je n'étais pas totalement réveillé. J'ai vaguement bougé mon bras et cela à au pour incidence de faire tomber le livre qui était sur ma table de nuit. Réveillé par le bruit je me suis assis puis j'ai mis le pied par terre. Une douleur vive me traversa; j'avais posé le pied sur le coin du livre.

Je me suis levé puis préparé, dans la douche, encore dans mes pensées de sommeil, j'ai inversé le chaud et le froid, je me suis donc gelé puis brûlé avant de trouver la température idéale. Je suis ensuite descendu dans la Grande Salle pour prendre mon petit déjeuner. En voulant prendre une tranche de pain j'ai renversé ma tasse.

Une fois avoir essuyé le contenu de ma tasse qui s'était renversé. Je me suis dirigé vers la bibliothèque. J'avais remarqué une salle à côté de la bibliothèque qui était souvent vide et je pensais pouvoir y trouver le calme pour écrire.

J'étais dans le couloir qui donnait sur la salle quand je me suis pris les pieds dans le tapis au sol et j'ai chuté en avant. Au dernier moment je me suis accroché au bord d'une petite table. Cela fit se balancer la table et le pot de fleur sur la table est tombé et s'est brisé sur le sol. J'ai voulu le réparé mais de peur que quelqu'un me surprenne j'ai observé le couloir; vide. J'ai donc enjambé le résultat de ma perte d'équilibre et je suis parti me réfugier dans la salle vide.

J'ai posé mon sac sur un bureau d'élève et je me suis rendu au tableau. Je cherchais un sujet sur lequel écrire. J'ai donc écrit des mots sur le tableau, dans tous les sens, j'ai fait tombé au moins vingt fois la craie. Quand l'idée m'est venue, je l'ai noté sur une feuille que j'ai percé a cause de l'excès de poids que je mettais sur la plume. Puis après plusieurs heures d'écriture je me suis retrouvé avec une douleur dans la main. Je l'ai donc secouée frénétiquement mais je l'ai malencontreusement cogné contre la table.

Au bout de 5 à 6 heures dans cette salle je me suis décidé à partir pour manger et me coucher. Comme c'était apparemment ma malédiction de ce jour, en dinant je me suis brûlé la langue et avant de me coucher, mon petit orteil droit n'a pas manqué à son devoir de me signaler les coins de meubles.

Et pour compléter le cycle j'ai mis 3 heures avant de m'endormir.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Azaël Peverell, le  Mar 22 Mai - 8:45

PV Alice
Suite de ce RP
LA Kyara



Une fois tes valises bouclées, tu ne jettes même pas un regard en arrière à ce dortoir qui t'a pourtant accueilli pendant presque quatre ans. Cet endroit ne te manquera pas. Le château dans son ensemble ne te manquera pas. A vrai dire, tu as même hâte de passer ses grilles pour la dernière fois, et t'as bien l'intention de ne plus jamais y remettre les pieds. Mais tu ne peux pas non plus partir comme ça. Il y a des gens importants ici. Enfin, surtout une. Alice. Même si tu la reverras aux Trois Balais, tu préfères la prévenir. Lui dire au revoir. Miss Blanchet accepte, et tu lances aussitôt un Patronus. Le loup argenté jailli de ta baguette pour aller la trouver et lui indiquer le point de rendez-vous.

Tu remets ta baguette à la professeure afin de lui assurer que tu n'as pas l'intention de faire quoi que ce soit et d'attirer une dernière fois les ennuis. Tu laisses tes bagages où ils sont pour te rendre non loin de la bibliothèque. Une salle vide se trouve juste à côté. Tu y pénètres tandis que Miss Blanchet reste non loin. En retrait, mais toujours à te surveiller. Tu la plaindrais presque de devoir assumer ce rôle pour Jiménez, uniquement parce que ce type est incapable de réagir par lui-même. Assis sur l'une des tables de la salle, tu attends patiemment qu'Alice vienne enfin à ta rencontre.

Tu ne sais pas trop comment t'es sensé lui annoncer tout ça. Parce que t'as quand même foutu le feu au bureau de McKinnon, c'est pas rien. T'espère simplement qu'elle ne t'en voudra pas, et que rien ne changera entre vous. Même si tu ne lui dis pas, t'as besoin d'elle. Elle ne se rend même pas compte de tout ce qu'elle peut t'apporter.
Alice Grant
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Alice Grant, le  Jeu 21 Juin - 19:14

Tu as peur.
Tes jambes tremblent dans leur course à travers les couloirs. Il y a des rumeurs, des bruits qui perturbent la ligne. Quand est-ce que ça a commencé? Hier, ce matin? Peu importe. Tu crois qu'il a encore fait une connerie. Tu lui en veux pas, c'est pour ça que tu l'aimes; pour sa manière d'agir comme il l'entend, de s'en foutre des gens. Mais cette fois ça a l'air grave. Enfin, les murmures grésillent plus que d'habitude. Et ça t'inquiète. Le serpent tourne dans ton ventre mais ça ira; dans quelques instants il va te rassurer en te racontant à quel point il peut être crétin... puis t'auras envie de l'engueuler et tu finiras par l'embrasser. C'est pas comme s'il t'avait donné rendez-vous à l'infirmerie.

Ta cadence ralentit en dépassant la bibliothèque, ce sprint t'as fait du bien. Miss Blanchet qui attend le train. T'es un peu pressée mais tu lui adresses un signe de tête avant d'entrer dans la salle.
Lorsque tu croise le regard émeraude d'Azaël tout va déjà mieux. Simplement parce qu'il est là tout entier, assis dégingandé sur une table. Tu t'approches de lui en souriant. Les mots te brûlent mais tu sens bien que ce n'est pas son jour, alors tu prends le temps. Tu attrapes ses mains et embrasses le coin de ses lèvres. T'en avais juste envie, tu deviens tactile quand t'as envie de rassurer. Toi ou lui? Sûrement un peu des deux. Tu sens que tu vas trépigner comme une gamine si tu restes debout, donc tu t'assois à ses côtés.

- Qu'est-ce que t'as fait encore? Ton moqueur qui couvre l'angoisse dans tes yeux.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Azaël Peverell, le  Mar 26 Juin - 18:37

La voilà enfin. Tu esquisses un léger sourire lorsqu'elle entre dans la pièce. Elle est belle. Tu ne la quittes pas du regard tandis qu'elle vient vers toi, et tes mains serrent doucement les siennes lorsqu'elle te les attrape. Ton sourire s'élargit doucement en sentant son baiser à la commissure de tes lèvres. Chaque fois qu'elle agit de la sorte, tu as simplement envie de refermer tes bras autour d'elle pour ne plus jamais la laisser repartir. Les choses seraient tellement plus simples si elle pouvait être avec toi chaque seconde de vie que tu passes sur cette Terre...

Mais pourtant, tu n'en fais rien. Tu la laisses s'asseoir à tes côtés sans décrocher le moindre mot. Elle fait comme si de rien n'était. Elle brise le silence la première. Mais tu le sais, toi. Tu sens qu'elle a peur de ce que tu vas lui annoncer. Qu'elle se pose toutes sortes de questions. Et t'as pas envie qu'elle angoisse davantage. Alors tu prends une profonde inspiration avant de te laisser glisser d'un bond sur tes pieds. Tu te places devant elle, pile entre ses jambes. Et tes mains se posent avec douceur sur ses hanches tandis que ton regard plonge dans le sien. Tu n'as pas l'intention de laisser davantage de suspense.

- J'suppose que t'as entendu parler de l'incendie dans le bureau de McKinnon qui a eu lieu cette nuit...

Rien qu'en y repensant, un petit sourire se dessine sur ton visage. C'était tout de même sacrément impressionnant. Et sacrément jouissif aussi. Si on oublie la douleur que le fouet enflammé de McKinnon sur ton bras gauche. Faudrait d'ailleurs que tu songes à aller voir quelqu'un un peu plus capable que toi en médicomagie, parce que t'es pas sûr qu'une simple bande pour protéger la blessure suffira à la soigner correctement. Bref, tu reprends rapidement, sourire un peu plus large encore parce qu'empli de fierté.

- Bah, c'est moi. Enfin avec Arty.

Ouais, quand même, il a joué un sacré rôle là-dedans. Un vrai pote sur qui on peut compter en toutes circonstances. Et décidément très très doué pour foutre le feu ou faire exploser des trucs. Chacun ses compétences innées. Cependant, ton sourire s'efface peu à peu tandis que tes doigts caressent tendrement le dos de la demoiselle assise devant toi.

- Sauf qu'on s'est fait chopés et que Jiménez vient de nous jarter. Pour de bon. Poudlard c'est fini pour moi.

Et si la nouvelle en elle-même te réjouit, le fait de n'être plus à proximité d'Alice te gâche un peu cette joie. Tu sais que tu la verras souvent au travail, mais ce ne sera pas pareil. Il va falloir trouver de nouveaux coins et les faire vôtres. Et vous organiser correctement si vous voulez passer un peu de temps ensemble qui ne consiste pas à servir des cocktails à des clients bien trop alcoolisés pour aligner deux mots correctement. Petit sourire gêné envers la demoiselle.

- Désolé...

Tu déposes un léger baiser sur ses lèvres tandis que l'une de tes mains remonte vers sa joue que tu caresses du bout du doigt. Tu ne la quittes pas des yeux. T'attends sa réaction d'un air presque enfantin. Tu veux être sûr qu'elle ne t'en veux pas, et ton regard la supplie presque de ne pas t'en tenir rigueur. Quoi qu'il il brille tout de même une petite étincelle de fierté. Parce que tu l'as fait. T'as fait cramé le bureau de cet enfoiré !
Alice Grant
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Alice Grant, le  Mar 10 Juil - 18:31

Tu souris mais tes mains sont crispées sur le rebord du bureau. Pour qu'il te donne rendez-vous, ça doit être un peu plus grave qu'une vitre brisée. T'as toujours senti une part un peu plus sombre en lui. Peut-être même que c'est la première chose que t'as vue. Tout le monde possède quelques démons. Le racket, les chapardages, les psychotropes et autres conneries. Mais tu sais que ce n'est pas quelqu'un de mauvais. Depuis que vous êtes ensemble, t'as jamais cherché à le juger. Tu lui fais confiance. Un bad boy au cœur de bisounours si on gratte un peu la glace, ça te fait sourire. Au fond la seule chose qui te fait peur c'est de l'ennuyer.

Enfin, il bondit sur ses jambes comme un diablotin sortirait de sa boite. Il te fait face. Droit dans les yeux, mains sur tes hanches. T'aimes bien sa manière d'être totalement franc rien que dans sa gestuelle.
- J'suppose que t'as entendu parler de l'incendie dans le bureau de McKinnon qui a eu lieu cette nuit...
Tu hoches doucement la tête. Plus ou moins. Mais tout et n'importe quoi se disent dans les couloirs. Si t'écoutais il y aurait eu une attaque d'accromentules dans le bureau cette nuit-là, ou bien l'incendie aurait dévasté toute une aile du château. Impossible de démêler le vrai du faux avec toutes les rumeurs et... t'as pas vraiment eu le temps d'enquêter. Le serpentard sourit avec un air que tu connais bien. Le doute n'est plus permis, le raton-laveur a commis son meilleur larcin.
- Bah, c'est moi. Enfin avec Arty.
C'est pas totalement une surprise mais tes yeux s'écarquillent un peu. Hum, plusieurs réactions s'offrent à toi, et tu devrais pas mais t'as surtout envie d'éclater de rire, de le tchecker et de lui dire "Bien joué mec, vous êtes de vrais malades!" et c'est probablement ce que t'aurais fait si ça avait été ton pote.

Dans un deuxième temps... quand même. T'oses pas imaginer ce que le pauvre prof a pu ressentir. Ces pensées te refroidissent un peu. Tu te doutes -non, tu espères- qu'il a une raison suffisante pour avoir fait ça. C'est vraiment une belle connerie. Mais pour l'instant tu le laisses finir. Ses doigts glissent dans ton dos.
- Sauf qu'on s'est fait chopés et que Jiménez vient de nous jarter. Pour de bon. Poudlard c'est fini pour moi.
Ton cœur bondit dans ta poitrine et ta bouche s'entrouvre, hébétée. Il plaisante, n'est-ce pas? Il peut pas s'être fait prendre? Il peut pas s'être fait renvoyer? T'as beau chercher dans son regard, il n'y a pas la moindre trace de malice. Ça veut dire... vous n'allez plus vous voir aussi souvent... et bordel, se faire virer avant la fin de sa dernière année... même si tu te doutes que cet aspect doit l'enchanter.

Tu sens que la colère va prendre le dessus. Le sinople est allé trop loin, tu vois pas ce qu'on pourrait reprocher à Peter et il a foutu sa scolarité en l'air sur un coup de tête! L'incertitude de l'angoisse laisse place au goût amer de la déception. Un instant tes poings se crispent, tes yeux se durcissent, des injures viennent brûler ta langue... exactement comme toutes ces fois où t'as eu envie de le frapper pour échapper aux sentiments que t'avais pas envie d'affronter.
Mais il souffle une excuse. Ses lèvres s'étirent en un sourire embarrassé et viennent rejoindre les tienne. Il se met à caresser ta joue et ses yeux ont une candeur qui ne peut pas te laisser indifférente. Alors tu craques. Après un soupir, ton regard s'adoucit, tes mains se desserrent et viennent encadrer le visage du vert et argent tandis que tu lui donnes à ton tour un baiser.
- 'Spèce de pyromane...
Parmi tout les tarés d'humains il a fallut que tu tombes sur un pyromane. Belle ironie. Mais tu ne changerais de malade pour rien au monde.
- Pourquoi vous avez fait ça? Tu finis pas demander, parce que ça t'intrigue. Qu'est-ce qu'il t'a fait, McKinnon?
Peu importe la raison, tu sais déjà que t'auras du mal à lui en vouloir.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Azaël Peverell, le  Jeu 19 Juil - 17:56

Ton coeur bat à toute allure dans ta poitrine tandis que tu attends sa réaction. Tu la sens crispée, tendue. Et c'est entièrement de ta faute. La voir ainsi est sans doute l'unique chose qui te ferait regretter ton geste. Mais tandis que tes yeux s'excusent tout autant que ta bouche, tu la sens se détendre en un soupir. Et tu lis dans son regard que t'as gagné. Qu'elle ne t'en veut pas. Que tout va bien entre vous. Ton sourire s'élargit tandis que ses mains encadrent tes joues et que ses lèvres viennent rejoindre les tiennes, de sa propre initiative.

Et voilà que les quelques mots qu'elle laisse échapper sonnent tels un beau compliment à tes oreilles. C'est vrai que t'aimes bien le feu. Mais il faut tout de même rétablir la vérité.

- C'est Arty le pyromane... Je me contente de laisser libre cours à ses volontés quand ça m'arrange... Et de lui filer un coup de main !

Petit sourire en coin de circonstance. T'aimes bien le feu, mais pas au point de ton pote. Mais pour une fois qu'il pouvait s'amuser, tu pouvais bien lui laisser ce petit plaisir. Sauf que ton sourire disparaît bien vite à la question qu'elle te pose ensuite. Tu hausses légèrement les épaules, d'un air que tu veux totalement indifférent.

- Il existe, c'est suffisant pour lui en faire baver. On a jamais pu se saquer de toute façon.

C'est sans doute l'explication la plus simple qui soit. Mais il faut bien avouer qu'il y a tout de même eu un élément déclencheur pour te faire ainsi passer à l'acte. Et si il y a bien une personne qui mérite de tout savoir, c'est elle. Alors tu ajoutes quelques mots.

- Il est allé trop loin lors de son dernier cours. Il aurait pas dû me rabaisser comme ça. Fallait que j'me venge.

Tu ne supportes pas qu'on t'humilie, et encore moins en public. D'autant plus que c'est toi qui devait t'amuser durant ce cours, pas l'inverse. Et il s'est bien foutu de toi. Tu pousses un léger soupir. Même si t'as foutu le feu à son bureau, t'as comme un goût d'inachevé. C'est ce que te rappelle la douleur lancinante à ton bras. Il t'a pas raté avec son fouet enflammé. Mais un jour, ça aussi, il le paiera. Tu finis par te détacher de la demoiselle pour t'asseoir à nouveau sur la table, à ses côtés.

- De toute façon, c'est pas plus mal. J'avais pas ma place ici.

Reste plus qu'à savoir où elle est, ta place. Parce que t'as beau la chercher, t'as comme l'impression d'être de trop partout où tu es. Mais tu sais que c'est le monde qui déconne. Pas toi. Enfin pas que toi.
Alice Grant
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Alice Grant, le  Ven 10 Aoû - 10:12

Tu reprends ses mains dans les tiennes. T'avais peur que le vert et argent se soit fait entraîner dans un coup qu'il pouvait regretter, mais son regard en dit long. Il est fier de lui et ne regrette absolument rien. Curieux que le Ministère de la magie n'intervienne pas pour une telle effraction, peut-être que Poudlard veut éviter le scandale? Enfin c'est tant mieux. Tu iras tout de même vérifier quelques détails plus tard.
T'es un peu rassurée que ce soit son acolyte le fou aux allumettes. Ça fait quelques mois que tu essayes de mettre un terme à ta phobie, sans grands résultats. C'est à peine si tu peux faire apparaître la flamme d'un briquet... alors pour sortir avec un pyromane, faut vraiment que tu l'aimes. Ou que tu sois folle. Quelle chance de réunir les deux conditions.

Le sinople hausse les épaules d'un air détaché.
- Il existe, c'est suffisant pour lui en faire baver. On a jamais pu se saquer de toute façon. Il est allé trop loin lors de son dernier cours. Il aurait pas dû me rabaisser comme ça. Fallait que j'me venge.
Tu ne sais pas ce qu'il a bien pu se passer, mais même s'il n'entre pas dans les détails tu n'insistes pas. Tu lui fais confiance après tout...
Soudain, un détail te saute à la gorge. Un élément que tu avais oublié au moment d'entrer dans la salle et qui revient pour t'étrangler. McKinnon est un allié. Ton allié à l'Ordre du Phénix. Quelqu'un qui joue dans ton équipe, une personne que tu devrais protéger -même si ce serait plutôt l'inverse vu le rapport de force- si ça tournait mal. Et il lui est clairement arrivé des ennuis. Mais cette histoire n'a rien à voir avec cette information, n'est-ce pas? Donc ça ne te regarde pas tant que ça... t'iras quand même t'en assurer. Juste pour être sûre.

Tu hoches la tête. Ton regard ne doit rien trahir. Personne à part les membres ne savent, et c'est très bien comme ça. Evidemment tu préférerais n'avoir aucun secret avec ton petit ami, mais il comprendrait. Hors de question d'impliquer des proches qui n'ont rien demandé dans tes histoires.
- De toute façon, c'est pas plus mal. J'avais pas ma place ici.
Tu t'en doutais. Et même, tu le savais. Poudlard, les règles et Aza qui atteint l'âge des conneries... ça pouvait pas coller. Au final l'oiseau vient de s'enfuir de sa cage dorée. Ou plutôt, le serpent a brisé la vitre du vivarium.
- Ça c'est sûr. Mais tu sais, dehors si tu fais des conneries ce sera pas sanctionné pareil. Ça marche pas avec des heures de colle. Alors s'te plaît... avant de mettre un plan diabolique à exécution, dis-le moi, j'veux en être.
T'es pas sa mère mais tu veux pas le laisser filer aussi facilement. Qu'il quitte Poudlard risque fatalement de vous éloigner, mais tu vas le prendre de vitesse. Tu retires tes mains des siennes et fait un léger pas en arrière. Il va partir, tu le sens, et tu ne veux pas le retenir. Plus exactement tu t'y refuses. Il est doué. Tu dois continuer de croire en lui.
Ton visage affiche un sourire confiant.
- Ça va aller.
Une affirmation pour lui donner des ailes, ça vaut toujours mieux qu'une question pleine de doutes.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Azaël Peverell, le  Mar 14 Aoû - 7:06

Tu esquisses un sourire en l'entendant dire que tes conneries risqueraient d'avoir des conséquences bien plus grandes en dehors de Poudlard. T'es au courant. Mais tu t'en tapes. T'as cette impression étrange que, quoi qu'il arrive, il ne peut rien t'arriver de grave. Que tu parviendras toujours à minimiser les risques. Qu'Arty et toi, au final, vous ne serez jamais embêtés pour vos coups de sang. Il y a trop de gens de votre côté pour qu'on puisse s'en prendre à vous aussi facilement. Mais tu secoues doucement la tête de gauche à droite.

- Tu sais très bien que j'veux pas t'attirer de problèmes, Alice.

Ton sourire s'agrandit, se fait un peu plus ironique, un peu plus provoquant.

- Mais promis, j'te raconterai tout dans les détails !

Tu lui adresses un air faussement innocent. Celui qui montre parfaitement que, si tu réagis régulièrement comme un gamin, t'es totalement conscient que ce que tu fais est répréhensible. C'est juste qu'au fond, tu t'en fous royalement. Tu redescends de la table. Paraît que t'es pas trop censé t'attarder, même si tu aimerais rester un peu plus longtemps à ses côtés. Elle te dit que ça va aller. Et tu réponds à son sourire confiant par un baiser sur ses lèvres.

- Y'a pas d'raison pour que ça aille pas.

Arty et toi, vous avez prévu de vous acheter une baraque ensemble. Histoire de devenir colocataires. Tu ne lui en parles pas pour le moment, tu verras plus tard, quand tu seras sûr que ça se fait. Parce qu'elle pourra alors venir te voir absolument quand elle veut, même simplement en rentrant du boulot. Ouais, t'as décidé de t'établir à Pré-au-Lard. Si c'est pas magnifique tout ça.

Tu la prends dans tes bras une dernière fois. Tu sais que Blanchet t'attends pour te raccompagner à la grille.

- On s'revoit ce soir au boulot.

T'as jamais été doué pour dire au revoir aux gens. Tu sais très bien que ton départ de Poudlard risque de changer pas mal de choses. Même si vous allez toujours vous voir, vous ne vivrez plus au même endroit. Et faudrait vraiment que tu sois stupide pour penser que les choses resteront telles qu'elles sont. Mais t'as décidé d'espérer au moins. Un dernier regard pour Alice, qui signifie que tu dois vraiment y aller, et tu sors de la pièce.


Départ d'Aza, merci :kiss:
Alice Grant
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Alice Grant, le  Ven 7 Sep - 19:56

Le serpentard pourrait bien lancer une armée d'accromentules à tes trousses, tu ne lui en voudrais pas. C'est pas pour éviter les ennuis que tu l'aimes. Plutôt pour l'y suivre. Ça va aller, tout ira bien. T'as envie de lui donner une garantie, une assurance pour la vie en un sourire. Même si tu sais qu'il n'en a pas besoin, c'est juste pour être sûre. Avec les problèmes que son tempérament lui apporte il est immunisé. Tu dois lui faire confiance et lui montrer que t'es là si jamais. Il est fou, il s'en fout mais il n'est pas idiot. Azaël se lève et dépose un baiser sur tes lèvres:

- Y'a pas d'raison pour que ça aille pas. Il t'enlace, tu sens qu'il va partir, que ce n'est que le début avant que sa présence ne disparaisse totalement de Poudlard. Vous ne pourrez plus vous y retrouver, tu ne pourras plus guetter sa silhouette ni le son de sa voix dans les couloirs. On s'revoit ce soir au boulot. Tu le sers un peu fort. T'as pas envie. Vraiment. Vraiment pas envie qu'il s'en aille.

- Je t'aime.

C'était votre petit foyer. Votre petit confort, vos rendez-vous, l'endroit où vous vous êtes connus et aimés. Mais votre relation ne s'arrête pas à un vieux château. Et la distance fait grandir l'amour aux ardeurs, de ce qu'on en dit. Alors tu le relâches. Et tu le regardes partir, souriante, sans bouger. Il passe la porte. Ses pas s'effacent dans le couloir. Et tu ne bouges toujours pas. Ça ressemblait trop à des adieux. Tu sens les larmes monter. Mais tu ne les laisses pas couler et renifles un bon coup. Qu'est-ce qu'il croit, le serpy? Qu'il peut te laisser en plan comme ça? Que tu vas le laisser faire sa petite vie sans toi? Sans déconner! Ton animal totem est désormais la tique, et tu vas pas te décrocher de sa tignasse aussi facilement. Non mais.

Fin du RP, kiss :kiss:
Castielle Colt
Castielle Colt
Maître de JeuPoufsouffle
Maître de Jeu
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Castielle Colt, le  Mer 19 Sep - 7:47

~ Le jour ou la nuit ~
~ avec Adam Lawford ~


Le livre ouvert sur la petite table Castielle s'applique à battre les cartes. Un tout nouveau jeu, acheté une semaine plus tôt expressément dans ce but précis. Ses nombreuses lectures ont enfin finies par payer : elle était prête à se jeter à l'eau. Au calme dans cette petite salle inoccupée à cette heure de la journée elle s'entraîne notre petite sorcière. Pour les prochaines vacances elle a dans l'idée de tester sa petite combine sur ses parents. Ils seront ses patients zéro, son groupe test, pour voir ce que ça donne. Et puis après... bah après on sait pas. En fait elle n'a pas encore réfléchi au "après". En réalité l'Américaine fait plus ça pour le jeu qu'autre chose. Ce ne sont que des cartes après tout, c'est inoffensif. Enfin sauf si on se prend pour un ninja et qu'on essaie de les lancer sur l'adversaire comme des shuriken mais on va pas se mentir c'est assez peu probable. Et aussi large son ego soit-il Castielle n'a pas la prétention d'être une ninja. Un commando d'élite à la limite, mais ninja c'est un peu exagéré.

Une fois de plus les rectangles de papiers échappent à son contrôle et s'écrase un peu partout alors qu'elle pousse un juron même pas retenu. Savoir battre le jeu est un peu le minimum requis pour avoir l'air classe, faut vraiment qu'elle s'applique plus la petite jaune ! Sauf que Castielle et "s'appliquer" ce n'est pas une association des plus harmonieuses. Alors pour se venger, une fois toutes les cartes récupérées elles les manipulent encore moins délicatement qu'avant. Les versos jaunes orangés, pas du tout accordés avec ses montures de lunettes étrangement grises foncées, défilent à toute vitesse, se mélangeant encore et encore et encore et encore et encore....
Contenu sponsorisé

Salle de classe à côté de la bibliothèque - Page 20 Empty
Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque
Contenu sponsorisé, le  

Page 20 sur 21

 Salle de classe à côté de la bibliothèque

Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.