AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 13 sur 15
Dans l'aile Ouest
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
Donovan Draconile
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Donovan Draconile, Mer 22 Juin 2016 - 0:43


- T'inquiète. Moi aussi je suis maladroite. Je m’appelle Violette. Je suis en dernière année. Et toi?
Il souriait, mais c'était un sourire très bien connu de Donovan, il l'avait souvent au collège, il l'appelait le " sourire de la politesse". On le fait pour ne pas vexer la personne mais on est content quand la personne partait. Mais Donovan se dit que peut-être cette fois c'était un vrai sourire. Mais il n'oublia pas que cette fille venait de Serpentard donc il se méfiait. Finalement il envoya au diable ses préjugés et sourit à la jeune fille.
- C'est ma première année. Tu allais quelque part, je ne veux pas te déranger mais si tu ne fais rien, on pourrait faire connaissance ... trouve une excuse, car elle va penser que tu veux la draguer alors que tu veux juste faire connaissance pour trouver un ou une amie ... si tu es partante pour un verre à Pré au lard?
Revenir en haut Aller en bas
Violette Andersson
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Violette Andersson, Jeu 23 Juin 2016 - 16:05


Violette écouta la réponse de Donovan. Sa première année? Il lui parraissait pourtant bien plus âgé que onze ans. Peut-être que c'est sa première année à Poudlard mais qu'il avait été dans une autre école avant. Ça devait surement être ça. Violette se demanda où il avait été avant. Pas que ce soit méga intéressante mais elle avait envie de savoir. Elle était quand même curieuse la rousse.

- Ta première année? Tu étais dans une autre école avant? Pourquoi tu as changé?

Violette le trouvait plutôt sympa. C'est pour ça qu'elle lui parlait. En temps normal, elle serait déjà partie depuis longtemps mais Donovan était plutôt de bonne compagnie. Il n'était pas trop curieux, ne posait pas plein de questions et était plutôt sympathique. En tout cas la rousse appréciait de lui parler.

- Tu allais quelque part, je ne veux pas te déranger mais si tu ne fais rien, on pourrait faire connaissance si tu es partante pour un verre à Pré au lard?

Elle lui lança un regard interloqué. Un verre avec lui? Euh... Violette hésita. Elle ne savait pas vraiment quoi faire. C'était la première fois qu'elle se retrouvait dans cette situation. Personne ne lui avait jamais proposé de sortir boire un verre. Résultat la rousse était comme paralysée. Elle n'avait aucune idée de quoi répondre et elle détestait ça. Elle préférait vachement quand elle savait exactement ce qui risquait de se passer. Mais bon, elle s'était promis de faire un effort pour se faire des amis et c'était ce qui se passait pour le moment. Aller boire un verre ne pouvait pas être si horrible que ça. Même elle pouvait le faire.

- Hum ok.
Revenir en haut Aller en bas
Donovan Draconile
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Donovan Draconile, Ven 24 Juin 2016 - 10:33


- Ta première année? Tu étais dans une autre école avant? Pourquoi tu as changé?
C'est bizarre mais il s'attendait à cette question, c'était comme sûr qu'elle allait la poser, car c'est vrai qu'il était loin d'avoir 11 ans et pourtant c'était sa première année à Poudlard.
- Euh c'est à dire que j'ai appris que j'étais un sorcier que très récemment et donc j'ai donc décider de venir ici pour mieux apprendre les cours et m'améliorer. Mais je suis déterminer à apprendre et donc c'est pas si grave. Tu allais quelque part, je ne veux pas te déranger mais si tu ne fais rien, on pourrait faire connaissance si tu es partante pour un verre à Pré au lard?
- Hum ok.
Il croyait rêver, quelqu'un qui acceptait de passer du temps avec lui. Ca faisait des années, en plus c'est une fille et une Serpentard, il n'était pas tous horrible finalement, les préjugés sont vraiment nocifs.
- Très bien, dans ce cas je te suis.
Revenir en haut Aller en bas
Violette Andersson
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Violette Andersson, Jeu 30 Juin 2016 - 16:02


Violette écouta les explications de Donovan au sujet de sa première année. C'était bien la première fois qu'elle entendait que les pouvoirs magiques d'une personne se révélait sur le tard. Mais peut-être qu'il n'avait pas pu aller dans une école de sorcellerie avant. C'était une question à creuser mais aux Trois-Balais.

La rouquine prit son sac qu'elle avait laissé un peu plus loin dans le couloir. Elle attrapa la bandoulière et la passa par dessus son épaule. Elle commença à avancer. Il avait dit qu'il allait la suivre donc elle n'avait pas vraiment besoin de se retourner non? Mais elle fut quand même prise d'un doute. Elle n'allait pas abandonner son nouvel ami. Bon ami était un terme un peu exagérer mais il était sympa et elle aimait bien lui parler.

- Tu viens?

Elle n'attendit que quelques secondes avant de poursuivre son chemin en direction des Trois-Balais. Que Donovan la suive ou non. Au pire, elle serait seule. Mais elle se doutait qu'il allait la suivre. Après tout, c'était son idée.

suite ici

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Arya Chamelet
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Arya Chamelet, Sam 13 Aoû 2016 - 11:48


Rp avec Roch

Fais moi mal

Fin des cours. Cinq ans que je suis là, mais je me perds toujours aussi souvent. Je dois vraiment avoir une problème d'orientation. Il n'y a personne dans cette partie du château. Je marche lentement et mes pas résonnent. Le son rebondit contre les murs et vient s'écraser contre les fenêtres fermées. Il navigue entre les armures. Plonge dans les tableaux. Le son est joueur. Tu le poursuis mais il te mène dans des endroits encore inconnus de ton esprit. Je m'arrête. J'ai entendu des pas derrière moi. Non, ce n'est rien. J'ai besoin d'être seule. De mettre un point sur ma vie. De réfléchir aux choses bien. Aux choses mal.

Non ne réfléchis pas
Tu as vu où ça t'as mené à chaque fois ?      
N'écoutes que ton coeur
N'écoutes que moi

Toi. Toujours toi. Non je ne t'écouterais pas cette fois. J'écouterais mon coeur. Mon vrai coeur. Pas celui d'un truc qui me cause sans arrêt dans ma tête. Je deviens folle en fait. Non pas folle. Pas folle. J'halète. Ma respiration se fait forte et entrecoupée. Il faut que je me calme et que je respire. Doucement. Inspire. Expire. Inspire. Expire. Voilà comme ça. Je ferme les yeux. Le monde devient noir. Comme mes pensées. Comme mon âme et mon coeur. Comme moi tout simplement. Noire comme la nuit. Noire comme les ténèbres et ce puit dans fond qui m'aspire toute entière. Je tombe, je succombe. Mes mains cherchent quelque chose à laquelle s'aggriper. Et pourtant. Le vide se fait sous moi. Tout s'écroule. Tout se brise. Plus rien sous mes pieds.

Je sens quelque chose. Sous mes mains. Un rocher parmi cette tempête. Un appui, un miracle. Tomber du ciel au moment où j'en avais le plus besoin. Mais quand j'ouvre les yeux, je tombe sur Roch. Pourquoi lui ? Ça n'aurait pas pu être un gars si beau que je tomberai sous son charme et qu'on vivrai une histoire d'amour aussi folle que dans les livres. Mais non. C'est Roch. En plus de cela, nos relations ne sont pas très bonnes. Depuis ce cours. Ce cours de Botanique. Pour tout dire, c'est la seule fois où on s'est parlé. Et c'est un peu parti en cacahouète. Je revois les images du pot qui se casse, de lui qui me regarde avec mépris. Je le déteste.

Tu est toujours accrochée à lui
Détache toi
Il va croire que tu l'aimes bien

Je m'écarte et lui lance un regard de Diable. Il faut que je trouves un moyen de lui faire porter le chapeau. Dans ses yeux bleus froids comme la glace qui me transperce. Il me fixe comme si il voulait me planter deux lames dans mon coeur. Dans l'ombre de ses yeux. De la fureur. De la haine. Rien qui donne envie de se jeter dans ses bras. Rien qui donne envie de parler avec lui. Ses yeux disent clairement : "Qu'est ce que tu foutais dans mes bras ?". Je recule. Il me fait un peu peur à me dominer d'au moins d'une tête. Mais il ne faut pas que je montre ma peur. Sort ton courage. Le Choixpeau m'a envoyé à Gryffondor, pas à Serdaigle !

- Pourquoi tu me rentres dedans ? C'est trop dur de regarder où tu vas ?

Je sais que je mens et que tout est de ma faute. Mais je ne peux pas avouer ça. Mon égo prendrait un coup. Je ne me démonte pas devant son regard. Je résiste, ma main à ma baguette prête à dégainé, si jamais il avait l'envie d'attaquer. Je suis plus jeune et ça se voit. Il est plus expérimenté, il connaît plus de sorts mais j'ai plus de hargne. Je le battrai si il faut le battre. Ma survie compte avant tout.



Revenir en haut Aller en bas
Roch D'Almenarc'h
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Roch D'Almenarc'h, Lun 15 Aoû 2016 - 2:31


il était pratiquement six heures du soir. Le ciel chargeait de nuages gris et d'orages menaçants, planait au-dessus de Poudlard. La pluie continuait quand à elle son brouhaha incessant contre les vitres du château. Malgré ce vacarme permanent, et le froid qui régnait dans les couloirs nonobstant la saison, une seule âme errante trainait encore dans les allées du château. Cette âme c'était toi Roch.
Contrairement à tous les autres élèves qui avaient décidé de se réfugier devant la cheminée de leur salle commune respective, ou partir aller manger dans la grande salle, toi tu avais choisi de te promener dans les allées du château.

Tu avais passé une journée abominable en cours et tu étais de mauvaise humeur en prime. Cette acrimonie, tu la devais à Arya la Gryffondor. Elle t'avait pourri ton après midi. Elle avait un comportement de gamine et cela t'avait profondément agacé. Tu aurais bien voulu l'avoir en face de toi pour lui dire ta façon de penser. Justement à force de pensait et d'errer, tu avais fini par te perdre dans les dédales des couloirs. Tu étais maintenant loin des endroits que tu connaissais habituellement. Temps pie, tu avais du temps devant toi de toute façon. Tu passe à côté de la statue d'un homme à l'air ahuri et portant ses gants à l'envers. Tu t'arrêtes quelques secondes, contemple l'instant d'un regard cet homme taillé dans le marbre. Tu te demandes, comment de telles statues aient pu finir entre les murs de cet établissement. C'était comme il avait mis une statue d'Arya Chamelet. la Gryffondor schizophrène qui parle toute seule ou pas. Cela n'aurait aucun sens. Cette file était malade et ce n'était rien de la dire. Ce genre de personnage n'avait rien à faire de cette école. Leurs places étaient dans un asile de fous.

Mais comment se faisait-il que tes pensées soient tournées justement encore vers cette folle dingue. Tu n'avais aucun sentiment pour elle et espérais fortement ne plus jamais la croiser ou le moins possible. Essayant de l'oublier, tu laisses derrière toi la statue, qui comme par magie a pris un air encore plus idiot qu'a l'accoutumé (petit souvenir avant de partir de Poudlard).
Tu continues donc ta petite promenade à travers l'ail ouest du château sans savoir vraiment où tu vas. La pluie continue toujours de tambourinait contre les vitres. Tout d'un coup le silence pesant régnant dans la tour est brisé par une voix féminine que tu perçois au loin. On peut sentir dans la voie de la peur et de l'angoisse mélangée à de la haine.

- Pourquoi tu me rentres dedans ? C'est trop dur de regarder où tu vas ?

Tu connais trop bien ce genre de sentiment pour avoir maintes fois à faire. Mais maintenant tu sais contrôler tes émotions et prendre un maximum sur toi.
Tu cours presque vers la voie pour voir ce qui se passe. Ta main est plongée dans la poche de jean où se ta baguette magique , au cas tu en aurais besoin. Après quelques minutes de recherche, tu trouves enfin la jeune fille en question. Elle a l'air seul. Tu sors ta baguette par précaution. Tu ne peux pour l'instant pas voir son visage car elle est de dos, mais tu as l'impression quand même de la connaître.

« - Est-ce que ça va? te risques-tu. As-tu besoin d'un coup de main?»
Revenir en haut Aller en bas
Peter Ewing
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Peter Ewing, Mar 27 Sep 2016 - 22:22


PV Temperence Black & Peter Ewing

Mains dans les poches, j'errais dans les couloirs de l'école sans trop savoir où j'allais. J'avais terminé ma journée de cours, auxquels j'avais assisté avec assiduité pour une fois. J'aimais pas vraiment ça, les leçons, ni les profs, ni les examens et tout le tralala, mais ce matin j'ai reçu un hibou de mes parents me demandant comment se passaient mes cours. Depuis le début de la journée, je me suis alors imaginé des tas de scénarios du genre ils me surveillent tout le temps par je ne sais quel moyen et savent que je sèche parfois. J'ai donc été un élève modèle aujourd'hui, assis aux premiers rangs et très attentif. Que c'était long ! Le dernier cours s'était terminé il y a quelques minutes et j'étais donc enfin libéré délivré de tout ça pour aujourd'hui. Et pour me déstresser, quoi de mieux que d'aller faire un coup foireux à un petit de première année ?

Les couloirs grouillaient de petits sorciers portant leurs livres sous le bras et je ne savais pas où donner de la tête. J'ai reconnu des visages,  des élèves, certains que j'avais déjà aperçu en classe ou dans les dortoirs, et d'autres plus familiers que j'appréciais et puis d'autres qui étaient passés par mes magouilles. Puis des filles. Je ne regardais plus vraiment les filles depuis mon histoire avec Mélusine. Elle était tout pour moi et puis plus rien du jour au lendemain. J'ai pas pensé à nouer des liens avec d'autres. Tout ce à quoi je pensais c'était coucher avec elles, mais pas d'amour, pas de sentiments, rien. Bref. Boom. C'est là qu'on s'est complètement rentrés dedans. Cette serpentarde et moi. Je ne la connaissais pas mais elle était vachement attirante.


« Eh, tu peux pas regarder où tu marches ? Peter Ewing enchanté sinon. »

Je lui ai sorti mon plus beau sourire qui fait en général craquer toutes les filles, puis je l'ai examinée plus en détails. Elle était fine, les cheveux plutôt châtains et avait des grands yeux bleus. J'avais pas de type précis de fille mais elle me plaisait beaucoup. Je me suis passé la main dans les cheveux, il parait que les filles trouvent ça sexy. Et d'un air légèrement provocateur, je lui ai proposé un deal. Après tout, j'avais rien à perdre dans cette histoire.


« T'acceptes de m'accompagner au bar à Pré-au-Lardons un de ces quatre pour te faire pardonner de m'avoir foncé dessus ? J'sais que j'suis beau mais bon y'avait d'autres façon de m'aborder tu sais. Genre un simple "hey salut t'es canon comment tu vas ?" »
Revenir en haut Aller en bas
Temperence Black
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Temperence Black, Mer 28 Sep 2016 - 15:32


Je traînais dans les couloirs pour faire du repérage. Demain matin, j'aurais métamorphose mais je ne savais pas où se trouvait la salle. J'avais entrepris de demander à un élève de ma maison mais je n'en avais croisé aucun depuis la fin du cours. Ils devaient tous être partis au dortoir ou à la bibliothèque. Je soupirais. J'étais totalement paumée ici, je ne connaissais que peu de personnes et certaine étaient un peu trop penchées sur la magie noire pour paraître innocentes.

Son regard volait de droite à gauche quand elle aperçut une tête familière, un élève de serpentard, un septième année qui suivait lui aussi les cours d'arithmancie. Elle se précipita à sa poursuite quand elle percuta un jeune homme à la cravate rougeoyante.

Sentant la chute la tirer vers le bas, elle eu le réflexe de s'accrocher à lui afin de ne pas s'étaler au sol minablement. Je m'éloignais prestement du garçon, le regard quelque peu gêné. Alors que j'allais m'excusé, il prit la parole et je levais les yeux vers lui.

-Eh, tu peux pas regarder où tu marches ? Peter Ewing enchanté sinon.

Il était beau. Il n'existait pas d'autres mots pour le décrire. Il respirait la confiance en lui et cela me plaisait pas mal. Grand, brun, les yeux bleus, le teint légèrement halé, portant l'uniforme de façon décontracté. Il était en effet plutôt séduisant. J'ouvris la bouche pour prendre la parole, m'excuser et me présenter à mon tour mais il me coupa littéralement dans mon élan.

-T'acceptes de m'accompagner au bar à Pré-au-Lardons un de ces quatre pour te faire pardonner de m'avoir foncé dessus ? J'sais que j'suis beau mais bon y'avait d'autres façon de m'aborder tu sais. Genre un simple "hey salut t'es canon comment tu vas ?"

D'accord. J'étais tombée sur un parfait idiot égocentrique. Je n'aimais pas que l'on me coupe la parole mais encore moins pour me sortir de telles sornettes. Etrangement, il me semblait moins séduisant et plus... "Bad Boy". Il avait l'allure du véritable "Bad Boy" capable d'attirer à lui toutes les minettes de l'école mais il savait aussi bien faire connaissance qu'une tanche où qu'un pauvre dragueur de pacotille.

Plusieurs choix s'offraient à moi. Je pouvais me laisser entraîner dans son jeu et y gagner une courte romance digne d'un livre tombé aux oubliettes, je pouvais le gifler, le rembarrer et partir mais je pouvais également lui montrer que je n'étais pas une fille comme les autres. La troisième était à mon humble avis la meilleure des solutions. J'allais montrer à ce garçon aux hormones bouillonnantes que la règles des "trois tire" ne fonctionnerait pas sur moi.

- Quand on est poli, on dit "bonjour" et on s'excuse. Ensuite, je ne t'ai pas volontairement foncé dedans car si je veux un rendez-vous, je connais la délicatesse et, pour finir, je m'appelle Temperence Black et je ne sais pas si je suis vraiment enchantée de te rencontrer.

Avais-je dit tout en me baissant au sol afin de ranger les affaires qui étaient tombées de mon sac. En me redressant, une idée surgie dans ma tête.

- Mais pour te faire pardonner, tu pourrais m'inviter à prendre un verre lors de notre prochaine sortie. Et je sais que je suis belle mais un simple "Bonjour jolie jeune fille, comment tu vas ?" aurait largement suffit pour m'aborder.

J'avais dit tout cela d'une traite, s'il avait autant de répondant que de fierté, la bataille qui s'annonçait entre nous serait intéressante. Je rivais mon regard au sien en attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Max Valdrak
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Max Valdrak, Lun 14 Nov 2016 - 22:22


Au détour d'un couloir
RP avec Akuriel Delorée

  Une petite partie des vacances scolaires venait de s’écouler. J’avais passé deux jours avec mon père et ma belle-mère avant qu’ils ne repartent vers je-ne-sais-quel-pays. Avant de partir, mon père m’avait promis que nous passerions la prochaine fois plus de temps ensemble et qu’il m’enverrait des nouvelles régulièrement. Il en avait aussi profité pour m’offrir une nouvelle montre qu’il avait ramenée d’une de ses expéditions. Elle était toute fine avec son bracelet en cuir noir et l’un pouvait voir les rouages argentés du mécanisme bouger juste en dessous des trois fines aiguilles noires.

   J’étais donc rentrée à Poudlard après cette courte pause. J’aimais bien ce vieux château qui servait d’école. La bâtisse était différente de mes deux précédant lieux d’enseignement. Elle me semblait plus grande, c’est peut-être une des raisons qui expliquait le fait que je m’y perdais souvent. En effet, il était fréquent que je me trompe de chemin et que je me retrouve à demander ma direction à des inconnus surtout lorsque le couvre-feu approche et que je suis dans l’incapacité à rejoindre la salle commune des aigles, ma nouvelle maison et famille.

   Aujourd’hui ne dérogeait pas à la règle. J’avais quitté la salle commune il y a de cela une demi-heure dans l’espoir d’atteindre la bibliothèque à la recherche de nouveaux et de nouvelles connaissances. Cependant, j’avais dû me tromper de couloirs à un moment donné et depuis j’avais l’impression de tourner en rond dans ce château immense. J’avais du parcourir une grande partie des couloirs mais toujours aucune trace de la bibliothèque. Finalement, j’avais fini par mettre mes mains dans les poches de mon pantalon, que je préférais mettre lorsque l’uniforme et donc la jupe n’était point obligatoire, et je continuais à déambuler dans l’école.
Au détour d’un couloir, je crus reconnaître un serdaigle. En ayant assez de marcher et de me perdre, je me décidais enfin à demander de l’aide à quelqu’un. Je sortis les mains de mes poches, remis ma cravate en place et avançais vers le jeune serdaigle. Une fois à sa hauteur, je lui demandai d’une voix douce :

-Bonjour, excuse-moi de t’importuner ainsi mais je me demandais si tu ne saurais pas hasard si nous sommes loin de la bibliothèque ?
Revenir en haut Aller en bas
Arukiel Delorée
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Arukiel Delorée, Mar 15 Nov 2016 - 16:44


Les vacances scolaires. Voici des mots qui parlent à tout un chacun. Les plus jeunes et leurs professeurs y entendent une délivrance, un repos bien mérité, tandis que de nombreux parents y entendent la voix de leurs enfants, un écho tantôt heureux, tantôt énervant, mais souvent devenu lointain trop rapidement.
Enfin, ça, c'est le scénario idéal bien sûr. Celui où la vie est un long fleuve tranquille et non un cours d'eau parsemé de roches et de coudes. Certains n'ont pas le loisir de pouvoir se reposer, de pouvoir se poser. Il y'a trop de connaissances à acquérir pour les nés moldus après tout. Trop de retard à rattraper, trop d'années à récupérer et pas assez de temps pour paresser, jamais assez d'heures pour s'amuser.

Voilà pourquoi l'aiglon s'était réveillé un jour où il pouvait somnoler et rêvasser, la raison pour laquelle il s'était envolé, quittant son nid douillet pour voler vers le perchoir des esprits prenant la forme d'un dédale de livres. Chaque ouvrage abritant plus de fragments de ce monde, qui ne lui était pas encore devenu familier, que le précédent.
En parlant de mondes familiers, il y'en avait un qu'il commençait à apprivoiser. Celui qui, par une quelconque distorsion du temps et de l'espace, prenait place dans les couloirs de Poudlard, égarant les élèves, perdant les malheureux, rigolant des déboires des plus pressés et, surtout, s'assurant que les escaliers, ô combien taquins, ne soient jamais orientés dans la bonne direction.
Ce monde mystérieux avait souvent raison de la patience des nouveaux venus et, peut-être, parfois, des esprits des plus fragiles. Ce qui est certain, en revanche, c'est qu'il ressortait toujours vainqueur du duel avec le sens de l'orientation de ses nouveaux souffres-douleurs.

-Bonjour, excuse-moi de t’importuner ainsi mais je me demandais si tu ne saurais pas hasard si nous sommes loin de la bibliothèque ?

Et c'était justement l'un de ses jouets tout neufs qui se présentait maintenant devant l'aiglon. Comment savait-il que son interlocutrice, douce voix raisonnant dans ses couloirs, était nouvelle? Et bien, une Serdaigle, fut-ce-t-elle en pantalon au lieu d'une jupe, ce qu'il pouvait tout à fait comprendre, apprend généralement bien vite le trajet reliant la bibliothèque au reste de ce labyrinthe. Certains serdaigles, tout de même rares, le mémorisait même plus rapidement que celui reliant leurs salles de cours au réfectoire.

- Salut, je me rendais justement là-bas, je peux t'y accompagner si tu le souhaites. Tu es nouvelle dans Poudlard?
Revenir en haut Aller en bas
Max Valdrak
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Max Valdrak, Mer 16 Nov 2016 - 20:27


Je profitais d’être près de lui pour détailler un peu plus le jeune homme ou plutôt jeune garçon. Il devait avoir environ onze ans et portait les couleurs bleu et bronze de sa maison qui était aussi la mienne. Le jeune serdaigle marchait d’un pas confiant et semblait bien connaître le château.

  -Salut, je me rendais justement là-bas, je peux t'y accompagner si tu le souhaites. Tu es nouvelle dans Poudlard?me demanda-t-il

Je tournais à nouveau la tête vers lui et lui souris timidement un peu gênée d’avoir eu à demander mon chemin.

   -Oui je viens seulement d’arriver cette année et j’ai encore un peu de mal à retrouver mon chemin dans ce dédale de couloir. Merci beaucoup de m’aider.

Il faut dire aussi que j’ai toujours eu un sens de l’orientation, comment dire, assez approximatif. J’arrivais à mémoriser des livres entiers en peu de temps mais dès qu’il s’agissait de retrouver son chemin je me perdais rapidement. Il m’arrivait donc souvent d’errer dans les couloirs jusqu’à ce que ma patience atteigne sa limite et que je me résigne à demander mon chemin. Mais je ne perds pas espoir qu’un jour mon sens de l’orientation s’améliore et que je puisse à mon tour pouvoir aider ceux qui se perdent. Bref et si nous retournions à la réalité.

Je marchais aux côtés du jeune serdaigle qui devait à mon avis parfaitement le chemin menant à la bibliothèque. Devant le silence qui régnait, et qui me rendait un peu mal à l’aise, je décidais de prendre la parole pour faire plus ample connaissance avec mon guide.

   -Au fait je me nomme Max et toi tu es ?

Je n’étais pas très douée pour la conversation malheureusement. J’espérais qu’il serait plus douée que moi dans le domaine.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban R. Lefebvre
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Esteban R. Lefebvre, Jeu 5 Jan 2017 - 19:58


Sujet libre.  Je prends, si soucis MP !
RP avec Malena

BOUM.
...
...
PUTAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA*N ! JE VAIS VOUS TUER BANDE DE TOCARDS !
- Mais monsieur, on... on a rien fait ! - C'est un coup monté ! Je suis sûre que ce sont les Serpentard ont jeté des ingrédients pas net dans notre chaudron et- - FERME-LA !!!

Rouge. Paroxysme de la colère. Une colère noire ; si ses yeux étaient des mitraillettes, les deux jeunes élèves seraient déjà morts. Esteban le regretterait presque. Il est si énervé que tout son corps exprime cet état. Ses membres tremblent violemment, ses dents grincent. Apollon a laissé place à Thanos. C'est de la contradiction pure et dure. Une opposition effrayante.

Après une heure de cours, la démarche nonchalante, le jeune professeur parcourait les couloirs du château qui le séparaient de son appartement. À l'approche d'un couloir, des murmures effrayés, impatients et méfiants l'avait fait s'approcher d'un recoin qu'il ne soupçonnait pas auparavant. Proche, il put entendre clairement ce qui s'y disait. Il fut étonné de voir un rassemblement de quatre ou cinq gamins dont le ton inquiet ne laissait présager rien de bon. Puis comme un seul homme, ils se sont éloignés à une distance semble-t-il de sécurité. Ce fut ensuite la cacophonie total : des cris, des élèves qui courent partout. Il eu à peine d'amorcer un mouvement pour retenir un élève qui passa à coté de lui qu'il eu ce grand "BOUM". Après l'explosion de la chose -un chaudron contenant un substance horrible- sur lequel s'afférait les petites têtes, il vit deux élèves, la bouche ouverte en un parfait O et une substance visqueuse les recouvrait presque entièrement. Il faillit éclater de rire devant cette scène, mais un courant d'air le fit frissonner et c'est là qu'il se rendit compte de son état pitoyable.

À présent, il est tout nu. Si bien sûr, on occulte les restes de son boxer en lambeaux, son pantalon et son pull qui semblent s'être désintégrés, et sa cape de sorcier qui est à présent une cape comme celles des super héros -une cape qui a servi de dej' aux termites-. - Je vais vous tuer. Déclare-t-il d'un ton calme. - Je vous jure que la potion a... hum... il y a eu quelques complications et... euh... - Des dommages collatéraux. Complète le Serdaigle d'après le blason sur sa robe de sorcier ce qui a le don d’accroître la colère d'Esteban si c'est possible. - DES DOMMAGES COLLATÉRAUX !! C'est tout ?! Tu ne vois pas dans quel état je suis ? Comptez sur moi pour en avertir votre directeur de maison. Vous allez passer un sale quart d'heure et sachez que je n’aurai aucun mal à retrouver vos petits copains là. Tête de ploucs. Est-il en droit de les transformer en pâtée pour chien ?
Revenir en haut Aller en bas
Malena Kane
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Malena Kane, Mar 17 Jan 2017 - 9:48


Environ X heure de l’après-midi, ou peut-être du début de soirée,
tu ne sais pas trop
mais quand bien même,
tu te lèves
n’ayant pas réussi à attendre le sommeil plus de quelques minutes d’affilée.

Tu ouvres le rideau que tu as fermé il y a peu
et tu t’assoies un moment sur la chaise de ton appartement près d’une fenêtre qui donne vers le parc du château, la forêt au loin, avec l’œuf de Dragon que tu caresses de ta main, tout légèrement, comme s’il s’agissait d’un nuage qu’un geste trop brusque pourrait déformer.

Et c’est alors qu’ils arrivent,
tout droit venus d’un coin de la pièce,
ou d’une partie du ciel,
frais, fluides, divins, intelligents, sucrés :
tes rêves :
ceux-là même qui t’ont fui quand tu avais la tête sur l’oreiller,
que tu as appelé avec la prière de tes paupières fermées,
ils arrivent en groupe en bataillons de rire
qui rient de toi et pour toi,
tes rêves
bleus, verts, jaunes, rouges en mouvement,
par vagues.

Tu souffles, craches,
remets une mèche de cheveux,
tes cheveux qui poussent,
(tu penses abandonner les cheveux courts et argentés pour un moment)
et tu sors, laissant l’écho de toi
qu’on remarque par la forme enfoncée de ton lit,
profiter de leur poésie,
un ascenseur avec air conditionné.

Couloirs de Poudlard, premier réflexe : allumer une cigarette.
Deuxième réflexe : scruter les environs. Tu te sens suivi.e ces derniers temps, tu as l’impression d’avoir deux yeux accrochés à ton dos. Tu l’as bien remarqué cette présence, ce corps, ce concierge, ce Hugh Dey qui semble décortiquer tes mouvements, les analyser. Pour quelles raisons ? Tu l’ignores. T’as entendu pas mal d’histoires à son sujet, des histoires un peu étranges, un peu loufoques. Alors quoi. En même temps, tu trouves ça drôle, amusant, comme un jeu ; tu laisses faire. Un jour tu iras lui demander.  

Les élèves en stress se pressent dans les couloirs,
ça se bouscule jeu à bascule
un furieux mouvement de vie,
auquel tu te joints dans un rythme différent,
presque comme un corps étranger,
ça ne s’arrête pratiquement jamais.

Dans chaque recoin,
une scène, un focus, une histoire à montrer, raconter.
Accélération du temps, changement d’espace.
Aile Ouest.

- DES DOMMAGES COLLATÉRAUX !! colère le professeur d’études des Moldus. C'est tout ?! Tu ne vois pas dans quel état je suis ? Comptez sur moi pour en avertir votre directeur de maison. Vous allez passer un sale quart d'heure et sachez que je n’aurai aucun mal à retrouver vos petits copains là. Tête de ploucs.

Silence. Les élèves sont dépassés. La vérité leur échappe des doigts, elle file comme des cheveux qui courent vers les collines.

- Esteban ! Ne sois pas si dur avec eux. On peut tout à fait concevoir ce stra… *inclinaison de tête* gème… quand on voit que…*haussement de sourcil qui témoigne la surprise*... bordel Esteban, je ne savais pas que tu avais un si beau cul !

Revenir en haut Aller en bas
Esteban R. Lefebvre
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Esteban R. Lefebvre, Dim 22 Jan 2017 - 9:58


Il y a des courants d'air. Il frissonne. Il ne supporte pas la caresse du vent sur sa peau. Fichtre ! Si seulement, -délaissant sa curiosité aux tréfonds de sa conscience- il avait continué son chemin sans chercher x ou y anguille sous roche. Oui, il ne serait pas dans cette situation et ne semblerait pas aussi... lamentable. Il se redresse légèrement et ses yeux vairons, acides de posent sur le.la nouveau.velle venu.e, puis ses sourcils se haussent quand il voit qu'il s'agit du directeur de Serdaigle.

Esteban ! Ne sois pas si dur avec eux. On peut tout à fait concevoir ce stra… gème… quand on voit que… Euh... Qu'est-ce qu'il lui arrive ? Esteban se demande vaguement s'il.elle est dans son état normal. ...Bordel Esteban, je ne savais pas que tu avais un si beau cul ! La réplique le fait brusquement sursauter il ne s'y attendait pas. Ses joues se colorent rapidement. Flatté qu'une énième personne reconnaisse qu'il est à tomber. Bien que kane semble intéressé.e par une zone spécifique. Ahem. Hum, hum. Euh ouais j'sais. Je préférais que tu me le dises quand je serais plus présentable. Une grimace de dégout déforme les traits de son visage.

Détourne le regard ! Non mais ça ne va pas de reluquer un de ses professeurs ? La petite Lionne devient si rouge que le Français a subitement peur qu'elle s'évanouie. - Euh... J... Je n'ai rien fait ! Pff. Elle ment mal. Merlin qu'il a parfois horreur des gosses. Ils chouinent. Piaillent. Geingnent. Il se tourne vers Kane, un sourire qui se veut séducteur aux lèvres. - Hum.. Tu peux  redire ce que t''as dit il n'y a même pas deux minutes ? Mais en mieux, genre tu me vénères et en y mettant plus de... conviction ?. De son point de vue, cette demande est innocente et sans arrière pensée. Mais le Serdaigle qui fait un son proche du couinement et d'un borborygme inquiétant ne semble pas de cet avis.
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Shela Diggle, Mer 1 Mar 2017 - 14:08


Tu ressens ? Ça. Et l'impossible détail trompeur, l'on pense attraper, le faux zèle de celui que l'on ne prendra plus. Spectateur voyageur, ressentir le monde, son infinité, il est possible de ne pas exister, mais alors pouvoir savoir, croire savoir ? Il est d'étranges réponses. Les actes sont-ils oubliables ? Il doit y avoir ce gouffre ce gouffre et tous les souvenirs que l'on imagine perdu - peut on les imaginer perdus si l'on en a pas conscience, peut on chercher quelque chose de perdu sans savoir quoi chercher, vous me, perdez. Je crois qu'entreprendre ne suffit pas, il faudrait se tenir à ce que l'on a décidé un jour de tenir, parce qu'il y a eu un instant, et, même perdu, il a été, et je n'entreprend toujours que des croquis, traits de papier, brouillon gris
je brouillonne ma tête, du mal à y lire. Des lettres, tous sens, point de signes conducteurs, amassez le tout il y a, cent possibilités de répartition, ce peut être violent ou non - est-ce violent quand je l'écris ? possiblement. Le résultat dépend. J'ai un crabe dans la tête, il se déplace silencieusement. La nuit est insidieuse, elle s'infiltre dans le jour et le prend, l'arrache au ciel, je voudrais pouvoir saisir l'instant, celui ou la nuit assouvit son besoin de règne, fausse humilité, j'ai besoin de respirer, souffle. Le vent est le souffle d'un géant, qui de l'un ou de l'autre, les théories sont décevantes, personne, ne, cherche, et cela n'est pas même intéressant. Dehors des mondes, il fait jour je crois, déambuler, couloirs méchants, pieds nus, tu ressens ? Irrégularités de mon sol, plafond des jambes, vous êtes les mécontents, le froid des dalles, labyrinthe, facile allusion, se perdre dans les brouillons, esquisses du monde, les actes sont-ils oubliables ? gouffre néant.

Une petite qui file à vive allure, un trop-plein de choses dans les mains qui dansent les miennes, de mains il fera jour aussi. Aujourd'hui je ne sais plus. Voulez vous avec moi ce soir, besoin de chair à n'en plus pouvoir, soyons-nous des inconnus, des voyageurs passagers d'un soir, pas de nom d'odeur de visage, juste le plaisir terrible d'un duo, tu chantes je danse, inversion, un monstre dans la tête disparaît, une nuit, juste la couleur dans le regard, demain oublié oublions, qui nous sommes, qui l'autre était, s'endormir dans l'espoir d'une raison à trouver, pas d'excuse, mais une source.
Le couloir est vide de ma présence, s'en rendre compte et à nouveau compter, pouf, de retour, des lignes sur le sol, les pieds suivent les traits des pierres

il y a une salle, il y en a toujours
tu ressens ? ça, exactement. Possibilité d'envolée, papillon, ailes sur le ventre rêver dans le jour, nager c'est action des muscles mais pour flotter il suffit de respirer
je flotte
prendre conscience de cela et trouver fatiguant l'action
de respirer
abîmes
j'ai des mots foncés mais rien ne l'est, l'on peut penser dur et être paisible, pas vrai. (?) Poser des parenthèses pour ce que l'on n'ose vraiment toucher. Parasites dans le sol, trébucher, plancher, plancher du monde et des pieds, les jambes s'affolent un instant et parcourir encore, les couloirs, une salle encore, des mondes qui marchent et entre eux louvoient

Un inconnu et ses lettres, m'avait un jour demandé, de quelle bête es-tu l'esprit, plus ou moins ainsi formulé, et j'ai répondu : une créature sans yeux, observer autrement, et les abysses, c'est encore foncé
les actes sont-ils oubliables ? souhaiter effacer une nuit s'il y en avait une, souhaiter s'essayer à la nuit d'un autre

Et un point.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Lïnwe Felagünd, Mer 8 Mar 2017 - 23:55


Manuscrit trouvé dans une bouteille
avec Shela


C'est au fond des ses pieds que l'on trouve le plus grand cœur. Marcher, marcher là. A souffrir. Pieds nus abîmés dans le cuir. Marcher marcher sans se retourner. Courir. Effrayé par la vie par la lune qu'on lui a faites. C'est par les pieds qu'on choppe la crève. Échevelé par la peste et les maux. Les mots qu'on tailladent pour y placer tendresse sur la peau. Et ça nous effraie. Et ça nous calme. Tantôt la guerre. Tantôt la paix. Émotions éternelles. Si fortes qu'on se tuerait. Si ternes qu'on voudrait les sauver.

Un chemin qu'on forge au gré des allées et venues. Semer sa douleur au coin d'une rue. D'un couloir
imaginaire. On s'est bien y faire avec la mer. On balance une bouteille et dedans, un manuscrit.
Tout entier. Qui autrefois, servait de mémoires et brouillons pour la tête.

C'était un marin perdu lors d'une tempête qui avait balancé à la mer à la terre
ces quelques feuillets-souvenirs avant de s'éteindre — prématurément
dans le trou béant de la vie
en forme de maelstrom
étonnant.

Et on n'avait jamais pu trouver ces lettres ces doutes ces erreurs son passé ses horreurs
plein la tête. La bouteille restée perdue, perdue à tout jamais dans les flots d'ailleurs.

Marcher - gratter ce mur.
Marcher - contourner.
Marcher - tourner - tourner marcher.

Sentier battu, y sortir nu face à la réalité
qui l'aspire vers le trou béant
vous savez ce trou béant que
le marin avait pris avant de s'en-
de s'en aller.

Marcher - gratter ce mur.
Marcher - contourner.
Marcher - tourner - tourner marcher                                    s'arrêter.

Visage familier un instant, seuls dans ce couloir.
Et repartir. Pantin pantin fantôme déguerpir
avant de balancer sa bouteille à la mer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans l'aile Ouest

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 13 sur 15

 Dans l'aile Ouest

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.