AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -92%
Chargeur sans fil – Samsung EP-P1100 ...
Voir le deal
1.59 €
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare
Page 4 sur 6
En direction du métro
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Liam Riu
Poufsouffle
Poufsouffle

En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Liam Riu, le  Mar 20 Sep 2016 - 21:05

{LA de Kyakya}

Les yeux fuyaient. Elle cherchait de l'aide ? Elle testait les réactions autour d'elle ? Elles avait peur ? Jubilant, Liam gardait les paupières bien ouvertes, en direction de la brune. Décidément, c'était la colère qui venait petit à petit. La casserole prête à déborder, le couvercle frémissant des remous de l'eau bouillante. Mais pourtant, il ne se passait toujours rien. Pas même un haussement de ton, pas de sortilège fatal, pas de poing direction sa face ravagée. Il était impressionné qu'elle réussisse aussi facilement à garder son sang-froid. Mais la tension se faisait ressentir, l'ambiance devenait glaciale. Il était certainement le seul à le ressentir, elle projetait un sorte d'aura destructive qui ne laissait que l'impression de se trouver au sommet de l'Himalaya quand elle vous observait de cette façon.

Toujours de la façon le plus contrôlée et normale possible, elle s'humidifia les lèvres, laissant Liam pendu à ce geste sensuel au possible. Elle avait peut être déjà en tête la façon dont elle allait lui exploser sa tête ou lui arracher proprement ses parties génitales. Le pire était qu'elle pouvait le faire tellement brutalement et sans prévenir le moins du monde qu'il commençait à s'inquiéter pour sa vie.

- Si j'ai de belles brûlures d'ailleurs, si tu venais plus loin avec moi ? T'as l'air de t’intéresser aux créatures ?

Sortie de son contexte, cette phrase aurait pu lui donner des idées pas trop catholiques. Mais là, il appréhendait, angoissait, mais surtout, était au bord de l'hystérie à cause de l'excitation. C'était encore mieux que de se confronter à un mage noir, il ne pouvait pas se douter un seul instant de ce qu'elle prévoyait. Elle l'avait pris de court, et même s'il n'avait pas pris longtemps à s'en remettre, elle avait si rapide que lorsque'il avait voulu serrer le papier dans son poing, celui-ci n'y était plus.

Et Kyara dévalait en direction de la ruelle qu'elle avait indiquée précédemment. Il secoua la tête, balayant ses pensées diverses, et se lança à la suite de la sorcière. Elle courrait vite, il devait adapter sa vitesse à la sienne. Sa couverture était grillée. Et il capta alors que c'était bien l'effet escompté. Il s'était fait avoir, en voulant lui-même se jouer d'elle. C'était brillant, et frustrant. Mais ce serait encore plus drôle dorénavant. Est-ce qu'ils commenceraient enfin leur combat ? Finalement, sa petite mascarade allait tourner court.

Il gardait une petite marge entre elle et lui, ne souhaitant pas s'arrêter tant qu'elle ne le ferait pas. Ils arrivèrent finalement dans une ruelle étroite, les murs semblaient étrangement très proches. Elle s'arrêta alors d'un coup. Un peu essoufflé, l'ex Poufsouffle se demandait à quelle sauce il allait être dégusté. Il tenta alors quelque chose pour la provoquer une dernière fois.

- Quoi ? Tu vas me montrer ton dragon ici ? Fais gaffe, qui te dit que j'en cache pas un dans ma poche d'ailleurs ?

Il laissa sa main descendre le long de sa hanche jusqu'à atteindre sa poche, où le précieux coffret l'attendait. Il y enfonça ses doigts, le faisant jouer entre ses phalanges et fit mine de le sortir pour voir sa réaction.
Kyara Blanchet
Kyara Blanchet
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Kyara Blanchet, le  Lun 24 Oct 2016 - 0:10

LA de Mialou

Il la suivait, se tenant à une distance de sécurité, mais la suivait quand même en trottinant. Plus de démarche hésitante, c'était dans les actions les plus naturelles et imprévues qu'on ne savait plus mentir. Cet homme n'était pas net, pas du tout. Tandis qu'elle lui tournait le dos, un sourire carnassier se dessinait sur ses lèvres mais il s'en alla au moment où elle se retourna pour lui faire face. La ruelle était déserte, les passants ne prenaient même pas la peine de tourner la tête. Sacré moldus, c'était parce qu'ils ne savaient pas voir que le monde magique était préservé. Ils préféraient ne pas voir plutôt que d'affronter une réalité qui pouvait les dépasser.

Il ne se passa que quelques secondes avant qu'il n'ouvre la bouche, son haleine fétide envahissant l'espace vital de la professeure de Soins Aux Créatures Magiques. Quelques secondes et pourtant tant de temps pour s'imaginer en train de le vider de ses tripes. Frapper, encore et encore, sentir l'odeur du sang, s'en délecter. Elle était loin la professeure. Il venait de reveiller une part endormie, une part qui avait été effacée, mais une porte venait de s'entrouvrir. Pendant quelques secondes, la brune eu un flash. Elle se trouvait entourée de pierres. Une femme devant elle, une lueur brillait dans ses yeux. Était-elle provocatrice ? Effrayée ? Un éclair vert inonda alors l'espace et Kyara se retrouva à la gare à Londres. Désarçonnée, elle cligna des yeux, perdant l'avantage de s'en prendre au moldu qui était en train de parler.

- ... me montrer ton dragon ici ? Fais gaffe, qui te dit que j'en cache pas un dans ma poche d'ailleurs ?

Dragon ? Quoi ? Encore troublée par cette vision, Kyara fronça les sourcils avant de fermer les poings en le voyant plonger la main dans sa poche. Comme souvent, son corps entra en action avant son esprit. C'était l’instinct de survie en somme. Tout et n'importe quoi pouvait se trouver dans sa poche. Cela s'appliquait d'autant plus dans le monde magique quand il existait un sortilège capable de faire tenir de nombreuses choses dans un petit sac. Pistolet, couteau, voir même baguette soyons fou, il pouvait tout y avoir dans sa poche. Il n'y avait plus d'aversion de toucher une autre personne quand on pensait qu'il pouvait y avoir un danger imminent.

Tout se passa vite. Bondissant en avant, la Fourchelang bloqua le poignet du moldu, stoppant ainsi son geste avant de taper. Fort. Habituellement, Kyara aimait taper au visage. Cela laissait des marques bien visibles. Ce n'était pas ce genre de moldu qu'on irait plaindre d'être un peu défiguré. Cependant, la brune préféra taper dans le genou. Elle ne se priva pas de sourire en entendant un craquement sonore. Etait-il fort ? Elle ne saurait le dire, ses sens devaient être amplifiés par l'adrénaline. Il tomba alors au sol, se retrouvant à genoux, enfin, pas totalement vu qu'il ne pouvait plus vraiment s'appuyer sur sa jambe droite.

Inspirant un grand coup, la brune songea qu'il lui manquait un couteau. Avec elle aurait eu les moyens de menacer le moldu en le mettant sous la gorge. Voir même en la tranchant. Non. Ce n'était pas plus mal de ne pas en avoir en fait. Elle devait éviter de se faire remarquer. Se passant les mains dans les cheveux, elle baissa la tête en direction du moldu. La tentation était grande de se mettre à son niveau pour lui répondre, mais elle préférait le dominer.

- On arrête le petit jeu d'attrape moi si tu peux. Maintenant, tu vas me dire qui tu es vraiment et attention je déteste les mensonges. Ah et si tout ceci n'est qu'une vaste blague pour se moquer d’honnêtes passantes, tu vas déguster et regretter de ne pas être resté dans ton trou à rat ce matin.


Que d'amour.
Malicia Evans
Malicia Evans
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Malicia Evans, le  Lun 16 Jan 2017 - 21:11

RP avec 9-1

Sortie du métro.
Je tangue.
Tombe.
Je ne vois plus rien.
Je crois que cette fois-ci, j’ai abusé.
Je ne comprends même pas pourquoi je suis là.
Je ne pourrais même pas dire où je suis.
Perdue.
J’ai perdu une partie de ma journée,
Je n’ai aucun souvenirs.
La nuit commence à tomber,
Je suis bien incapable de retrouver le chemin de la maison.
Boom, boom constant dans le crâne.
Je n’arrive plus à réfléchir.
J’avance,
me traîne plutôt,
vers un endroit inconnu.

Je ne vois pas le regard des passants,
qui me reluque comme si j’étais un monstre.
Erreur de la nature.
Je m’appuie sur toutes les surfaces que je trouve,
Mon corps peine à rester droite.
Mes jambes tremblent.
Je ne comprends pas comment j’ai pu en arriver là.
Je ne comprends pas pourquoi je ne m’en sors pas.
J’ai bien essayé de trouver une échappatoire mais je ne crois qu’il n’en existe pas pour moi. Je suis un cas désespéré. On ne pourra pas me sauver.
On ne peut que me détruire un peu plus.
Je continue mon chemin vers l’inconnu
Me rattrape in-extremis à la vitrine d’un prêt-à-porter.
Je tombe sur mon reflet.
Confrontation avec soi-même.
Je reste là,
Des minutes durant.
Monologue avec moi-même.
Insultes
Incompréhension
Je m’en veux.
Je lui en veux à cette fille qui se laisse pourrir.
Non mais elle voit ce qu’elle est vraiment ?
Pitoyable.
Pathétique.

« - Tu ne vaux rien. »

Je donne un coup dans la vitrine
Qui se brise sous le choc.
Je ne peux plus me voir en face.
Je ne peux juste plus continuer ainsi.
Je crois que je suis arrivée à un point de non-retour.
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Mangemort 91, le  Mar 17 Jan 2017 - 3:08

Mange-ressentiments aurait pu sembler terme plus approprié à leur cause fondamentale. Car derrière ce masque où se pâmait encore neufs émotions vénales, et corps et infime partie d'âme, la liberté conquise par leur anonymat bancal agitait leurs pensées. Soirée simple, sans troubadours imperisés, ni trouble fête gargantisé. Ils avaient bu dans la forteresse, entourés de frères ou sœurs aux matricules significatifs. Ils avaient parlé de tout, de rien, d'oreilles tranchées, de cadeaux sous l'oreiller. Ils avaient parlé, et le temps était passé.  Certains étaient rentrés, d'autres vaquer, et eux s'ennuyaient. Les couloirs sauvages du de l'antre n'avait plus rien d’appétissant, et ils rêvaient un peu d'un moldu à se mettre sous la dent. Deux trois coups de baguette, de quoi jouer les rebelles, effrayer deux trois passants. Alors ils avaient transplané, laçant derrière eux le salon chauffé pour la froideur des rues pavés de la capitale.  Masque en main, la bouche aseptisée aux images de bonheur. Ils avaient vu leur presque-mère en bonne santé. De quoi les enchanter.   C'était une bonne soirée.

Masque au nez allongé pendant au bout des doigts, ils laissaient le vent caresser leur visage. Les flocons embrumés. Ils n'avaient pas pris la baguette de leur quotidien, mais plutôt celle qui ne leur servait qu'une fois leur masque enfilé. Ils s'amusaient d'ailleurs à la faire tournoyer dans leur poche. Ils erraient sans cesser de déambuler. Les yeux de l'oiseaux guettant une proie potentielle. Chantonnant pour eux même.

J'ai un gros nez rouge.
Des traits sur les yeux
Un chapeau qui bouge
Un air malicieux


Ils finirent heureusement par se poser sur une silhouette qui ne leur est pas forcément inconnue. Heureusement trop obnubilée par son reflet, elle ne les a pas aperçu. Ils enfilèrent donc leur masque, double peau pinnochio et commençaient à s'approcher lorsque la vitre éclata sous le poing de la femme. Blessure presque obligatoire, ils connaissaient le mode opératoire. Un sourire en coin de table et une rancœur presque amère. Sombre histoire. Noire.

Ils s'approchèrent en chantonnant gaiement, admirant l'oeuvre de la petite frappe. Ils finirent par arrvier à ses côtés et par glisser à son oreilles dans un souffle amusé.

"Si c'est pour te blesser, nous serions ravis de t'aider "
Malicia Evans
Malicia Evans
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Malicia Evans, le  Ven 20 Jan 2017 - 16:47

Tu sais, je ne suis pas si bête. Je sais que tu es là tapis dans l’ombre à m’observer. Je sais que dès que je dors tu te penches sur mon lit pour m’observer plus intensément. J’ai peur de fermer les yeux dès que je suis dans mon lit, je sais que tu ne tarderas pas à arriver. Je sens déjà l’ombre de tes mains effleurer mes courbes. J’aimerais crier haut et fort que je n’ai pas peur de toi, que je ne te donne pas d’importance. Mais c’est impossible. J’ai essayé tout cet été. Je t’ai ignoré. J’ai balayé tes visites, tes apparitions comme si de rien n’était. Mais tu reviens à la charge. Tu me montres des choses perturbantes. Tu m’as fais perdre pied avec la réalité. J’ai perdu tous mes repères. Je n’étais même plus sûre de ce que je voyais. J’ai douté de moi-même.

J’ai toujours eu des doutes sur ma santé mentale, sur moi-même. Je n’ai jamais été très saine d’esprit de toute façon. Ma mère me le répétait souvent. Mais qu’est-ce que c’est d’être bien dans sa tête ? Je me suis toujours posée la question. Est-ce que j’ai l’expression de quelqu’un de dérangé ? Pourquoi  à chaque fois que j’aperçois mon reflet, je me sens obligée de tapée dedans ? Je n’arrive plus à supporter ce regard.

Tu l’as remarqué, je sais. Tu te sers de cette aversion de moi-même pour me torturer. Tu me fais penser à la pire des choses. J’ai peur de croiser ton reflet, je tremble rien qu’à l’idée de ta présence auprès de moi. J’efface ces peurs avec des pilules, de la poudre et tout ce que je peux trouver pour embrouiller mon esprit. Mais ça ne marche pas à tous les coups. Parfois, je reprends conscience pour me détester encore plus que d’habitude. Ou pour me faire mal.

"Si c'est pour te blesser, nous serions ravis de t'aider "

Est-ce que tu t’es décidé à venir me parler ? Tu ne me tourmente plus à distance, tu décides de venir jouer directement avec moi ? L’angoisse me prend. Ma respiration se saccade. Je ne suis pas prête à te faire face. Un brin de courage m’envahit. Maintenant que j’y pense, ça serait plutôt de l’inconscience. Je me retourne vers toi, tremblante. Mais je n’ai pas face à moi ce Lui qui me terrifie tant. Non. Juste un homme en cape de sorcière et un masque sur le nez.

« Oh mais allez vous... »

Je peine à respirer. Je peine à voir l’homme en face de moi. Ma vision est troublée. Je m’appuie sur les verres brisés encore accrochés à la vitrine. Je ne les sens même pas rentrer dans ma main. Je ne suis même plus en état de sentir la douleur. Du sang coule de mes mains.

« Faire f*utre. »

Je m’attendais à te voir toi, l’ombre imposante et terrifiante qui me torture depuis des années mais non. J’ai face à moi quelqu’un qui profite de mon manque de discernement et de conscience pour venir m’importuner. Il pourrait pas retourner torturer un gosse dans une allée comme ça ?
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Mangemort 91, le  Ven 10 Fév 2017 - 23:46

Ils aimaient ça, c'était malsain, mais ils adoraient ça. Voir l'angoisse poindre sur le visage de l'autre alors que leur voix perçait leur bulle d'un grand coup de couteau. Ils chérissaient l'idée d'arriver comme une cheveux sur une soupe déjà fade. L'élément indésirable que l'on n'attendait pas. Que l'on ne souhaitait pas. Auquel on ne songeait même pas. La réputation de leur ordre n'était pas très clémente et il leur plaisait d'en jouer.

Les doigts craquèrent. La nuque suivit. Derrière le faciès boisé, le sourire s'étira. Ils étaient comblé par cette situation. Car la personne qui leur faisait face avait le malheur d'être retombée il y a peu dans leur estime. Et comme toujours, ils avaient carte blanche. Anonymat total et liberté brutale.

L'angoisse de la blonde sembla cependant retomber lorsque ses yeux tombèrent sur leur masque. Déception ou imprudence, peu leur importait. Colère grondait et les autres s'écartaient à mesure que les doigts se resserraient sur le manche de leur baguette en os. La femme ouvra la bouche. Et pour eux, se fut la goutte de trop.

Oh mais allez vous faire foutre

Regard appuyé et jugement amusé devant l'état grandement détérioré du cadavre qui leur faitt face. Colère qui continue de grimper mais prise de conscience que elle n'est plus en état de sentir quoique ce soit. Leur jeu sera moins drôle si aucun cri ne s'élève de l'endroit. Si elle ne comprend pas pourquoi. D'où ça vient. #Finite Titilus informulé. La langue qui claque contre les dents comme pour un enfant. Sentence désapprobatrice. Grondement et pouvoir punitif.

Il n'est pas bon, enfant, de contrarier les fous.

La soupe a suffisamment mijoté. L'idée a germé. Et l'envie de payer l'a façonnée. Désir de vengeance accru. Ils allaient taper juste. Vite et fort. Parce qu'ils ne pouvaient laisser passer. Qu'il fallait bien que quelqu'un paie. Colère avait atteint des sommets et les contrôlait désormais. Plonger le couteau dans la plaie. Et mélanger avec délice.

#Terrorim

Volonté intensifiée de voir ce sort moucher. De par leur habileté se voir vengés. Pour les nuits cauchemardées. Les terreurs intensifiées.  L'envie de la voir elle aussi perdre notion de tout ce qui l'entoure. Voir Peur la contrôler elle comme elle les a contrôlés eux. Par sa faute.    Ressentiments intenses et le mot qui s'échappe.

Pétasse  
Malicia Evans
Malicia Evans
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Malicia Evans, le  Jeu 16 Fév 2017 - 16:09

Tu reprends peu à peu conscience. Les effluves de l'alcool disparaissent et te laissent avec une drogue qui circule librement dans ton sang. Tu te rends compte que tu n'es pas en position de force. Il a déjà sa baguette en main. Il est décidé à te faire souffrir.
Tu paies pour quelque chose que tu ne comprends pas. Tu as presque l'impression d'être une gamine qui attend sa punition. Tu aurais pu entamer un mouvement pour partir ou même sortir ta baguette pour te protéger mais l'idée ne t'a même pas effleuré l'esprit.

Il n'est pas bon, enfant, de contrarier les fous.

Tes yeux fixent le masqué sans laisser transparaitre la moindre émotion, du moins c'est ce que tu crois. Peut-être pourra t-il déceler au fond de tes yeux, la petite flamme remplie de colère qui commence à poindre. Tu n'es pas une enfant. Tu n'as pas besoin de recevoir d'ordres ou de conseils de la part d'une personne que tu ne connais pas et qui se cache sous un masque ridicule. Tu demandes juste à être en paix, seule et lui vient t'emm*rder.  A croire qu'on ne te laissera jamais tranquille. Les ombres te poursuivent quoique tu fasses.

#Terrorim

Le sort te prend de plein fouet. Tu n'as pas le temps de répliquer ou de t'écarter. Tout autour de toi s'obscurcit. Tu ne vois plus rien, tes yeux s'accrochent à une ombre menaçante. Tes jambes te lâchent et tu finis à quatre patte sur le sol. Les genoux s'enfonçant dans les bouts de verres jonchant le sol. Tu te colles au mur, tremble et tente d'échapper au monstre qui te fait face. Tu aimerais pouvoir te calmer et sortir de cet état mais tu n'y arrives pas. Ta respiration se saccade, tu fermes les yeux espérant faire passer les sueurs froides et les tremblements. Non. Tu murmures. Tu te le répètes à toi-même.Non. Tu es observée. Il a les yeux rivés sur toi, il est prêt à recommencer.

Pétasse

Les genoux à présent repliés sur ta poitrine. L'insulte résonne au fond de ton être. Pas besoin qu'on te le dise, tu sais que t'en es une. Tu l'as toujours pensé. Ce sont ces insultes qui t'ont été répétées ce soir là. Comme les autres soirs. Ton corps est parcouru de tremblement. Lorsque tu rouvres les yeux, ils tombent nez à nez avec l'ombre de plus en plus grandissante. Non. Non. Non. Tu as l'impression que ce moment dure une éternité. Tu prends une grande inspiration et ta respiration se calme peu à peu. Malgré l'ombre toujours postée devant toi, tu commences peu à peu à faire abstraction. C'est comme quand tu prends tes pilules qui filent des hallucinations. Tu les vois ces ombres, tu fais abstraction. Ce n'est pas réel. Rien n'est réel. Ce soir, c'est pareil. Tu t'accroches peu à peu à la réalité. Malgré le brouillard, les cris, les souffles, les ombres autour de toi, tu attrapes ta baguette et la pointe vers le monstre.

#Repulso
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Mangemort 91, le  Ven 3 Mar 2017 - 5:54

Le sort fait mouche, la proie dans leurs filet, pas de crochet ni de bestiole épileptique, seulement la jeune fille en boule à leurs pieds, qui attend que ça passe alors que les mots ont blessés. douce vengeance amères, pour les avoir un jour délaissés, pris un malsain plaisir à les voir sombrer. Corps et âme sur la chaussée, leur rire emplissant l'air glacé. Scène de spectacle glauque et réservé aux êtres impurs et assoiffés qu'ils étaient. La peur dans les yeux de la femme, eux aussi l'avaient connu, vue venir, grandissante et menaçante, par sa faute, par tant de fautes. Leurs poings resserrés, dans les manches trop longues dissimulées. comme les formes de leur corps qu'ils ont peur de la voir reconnaître, comme leur voix qu'ils s'amusent à fausser. Elles leur a offert angoisse, ils lui rendent misères. À leurs oreilles en miettes, les non sonnent en sornettes. Quelques secondes plus tard, où une éternité, ils rompent le sort d'un mouvement de poignet. Mal leur en pris, car le corps compressé, eu encore la force de jouer aux héros. La formule frappa en même temps que le sort.

#Repulso angoissé,
Et enfin ils volaient.

S'écrasant contre le mur, le dos tout craqué, le sang impur coulant de leur bouche polluée. Sonné, les pensées emmêlées, ils se levèrent en peine et tentèrent de s'approcher. La lèvre fendu par l'impact du masque qu'ils n'avaient pas envisagé, il crachèrent un peu de sang avant de se mettre à parler.

Nous étions prêt à parler ce soir, Malicia, à vous questionner, mais violence chez vous semble écarter raison. Choix non judicieux, nous le craignions.

Les yeux fusillent, l'âme incomprise, les doigts frétillent et se serrent, la baguette s'agite. Leur pensée tourne trop vite, le coup a été violent, mais ils vont bien finir par la trouver l'idée, ils le doivent, assouvir leur menace maintenant que la vengeance est rassasiée.   Et les synapses font enfin leur boulot. Dans un éclat de génie, les verres s'entrechoquent.

#Locomotor Mortis pour qu'elle ne puisse plus bouger.
#Wngardium Leviosa informulé sur les éclats de verre,
Projetés avec force vers le corps à terre. Juste assez pour couper.

Maintenant que ta soif de douleur est assouvie, es-tu plus disposée à nous laisser parler ?
Malicia Evans
Malicia Evans
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Malicia Evans, le  Mar 7 Mar 2017 - 15:30

le sort touche.
l’homme vole.
écrasé contre un mur,
il se relève en crachant du sang
tu n’as même pas la force de jubiler
il faut que tu partes
vite
il va revenir à la charge
tu n’as pas le temps de filer
qu’il est présent à tes côtés
tu recules
les bris de verre enfoncés dans les mains
gémissements à moitié retenus
t’as mal
t’as peur
oui, t’es effrayée
tu sais que cette fois
la lutte est impossible
ton corps te lâche
ton esprit aussi
tu as réussi à lancer un sort
pas sûr que tu réussisses plusieurs fois

Nous étions prêt à parler ce soir, Malicia, à vous questionner, mais violence chez vous semble écarter raison. Choix non judicieux, nous le craignions.

sa voix n’est pas rassurante
ses yeux te fusillent
sa baguette bouge
tu trembles
fermes les yeux
tu attends
que le sort te prenne
que tout s’arrête
le premier t’empêche de bouger
tu restes immobile
la peur te paralysait déjà
les secondes passent
amènent avec elles
d’autres éclats de verre
qui te coupent
plus ou moins différemment
le tout te tire plusieurs gémissements
voire des cris
ton visage se crispe sous la douleur

Maintenant que ta soif de douleur est assouvie, es-tu plus disposée à nous laisser parler ?

la douleur
le manque de volonté
la décision d’être silencieuse
les yeux qui trouvent ceux du masqué
tu restes un moment à le regarder
sans que rien ne passe tes lèvres
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Mangemort 91, le  Dim 26 Mar 2017 - 23:14

Ils étaient prêts à parler, laisser sa chance à la jeune femme, la laisser écouter. Parce qu'ils l'a connaissaient aussi comme ancienne partisane de leurs idées. Mais cela faisait longtemps que nouvelles n'avaient pas été données. Ils étaient prêts à l'écouter. La voir s'excuser, peut-être l'ordre lui accorderait-il de nouveau sa confiance, peut-être que non. Ils l'apprendraient eux-même plus tard, mais mieux valait certainement avoir la blondinette de son côté. Et ils lui connaissaient un potentiel certain. Peut-être mettrait-elle leur accès de colère sur le compte d'une quelconque vengeance masquée, peut-être non. Eux s'étaient vengé pour leur compte, se servant de leur masque pour eux même. Première et dernière fois l'espéraient-ils.

La femme semblait enfin prête à coopérer, et leur mémoire ne leur faisant pas défaut, ils pourraient désormais orienter cette entrevue vers quelque chose d'un peu plus professionnel, peut-être était-ce simplement une forme de déculpabilisation, mais peu importait à présent. Faisant face au corps encore sûrement assailli par la peur. Ils l'observaient comme ils observeraient de la marchandise. S'interrogeant sur leur droit à lui offrir une deuxième chance sur laquelle elle cracherait sûrement. Commentant ainsi une erreur grave. Irréparable. Ils soupirèrent un instant avant de se racler la gorge.

Nous savons que vous n'avez pas donner suite à notre demande. Glissée lors d'une soirée que vous n'avez certainement pas oubliée. Vous ne pouvez plus vous cacher.

Ils marquèrent une pause, pour la forme. Pour frapper leurs mots les uns avec les autres. Jusqu'à ce qu'ils prennent leur importance.

Notre organisation n'a pas pour habitude de courir après les gens qui n'ont pas leur force de lutter pour leurs idées. Cependant, nous pourrions envisager de vous confier une seconde chance.

Nouvelle pause. Le regard se stoppe, attrape l'autre.

Convainquez-nous.  
Malicia Evans
Malicia Evans
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Malicia Evans, le  Jeu 30 Mar 2017 - 22:34

le silence t'enveloppe. tes yeux trouvent les siens. tu défis. tu te méfies. la souffrance tu préfères la stopper. t'as pas la force de l'endurer. pas cette fois. t'angoisse de ses prochains gestes. immobilisée. ton corps veut dégager mais t'es bloquée. raclement de gorge et tu relèves la tête. les mots claquent les uns après les autres. tu aimerais bien que la discussion se termine maintenant parce qu'au fond t'en a rien à f*utre de ce qu'il peut raconter.

Nous savons que vous n'avez pas donner suite à notre demande. Glissée lors d'une soirée que vous n'avez certainement pas oubliée. Vous ne pouvez plus vous cacher.

un moment interdite. la soirée se modélise. les images reviennent peu à peu. tu percutes. ta mission a été réalisée en partie. t'avais juste garder le silence. rien d'intéressant à partager. pause. tu divagues. tu pars loin. dans tes souvenirs. parce que là-bas t'es bien. en sécurité.

Notre organisation n'a pas pour habitude de courir après les gens qui n'ont pas leur force de lutter pour leurs idées. Cependant, nous pourrions envisager de vous confier une seconde chance.

c*nnerie. une seconde chance. rire amer étouffé dans la gorge. tes convictions sont à toi. tu luttes si tu veux. t'es pas aux ordres de quelqu'un. tes bras et tes jambes se tendent. ton corps pivote pour se relever. appuyée contre le mur. face au masqué. vos regards s'accrochent.

Convainquez-nous.

non. t'as pas envie. tu dois rien à personne. visage renfermé. tu mets un moment avant de prendre la parole. des mauvaises remarques sur le point de passer tes lèvres que tu bloques au dernier moment. tu vois pas l'intérêt de prouver tes idéaux. mais il est préférable de ne pas provoquer l'ordre. t'as pas besoin de ça en ce moment. mais t'es pas incapable de te soumettre complètement. faut que tu sois acerbe. provocation.

Je n'en vois pas l'intérêt. Vous savez très bien quels sont mes idéaux, je lutterais toujours pour eux. Ensuite, je ne vois pas en quoi la "mission" qui m'a été donné aurait pu aider l'ordre à prendre de l'importance ou à lutter pour.. nos idéaux. Tout ça, est stupide.

toi tu tiens pas à ta vie. tu sais pas comment t'as fait pour tenir jusqu'à là, mais les mots continuent de sortir. le regard provocant.

Si je n'ai pas la force de lutter pour mes idées. Vous, vous avez par contre la lâcheté de venir attaquer une partisane.
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Mangemort 91, le  Mer 5 Avr 2017 - 22:28

Ils sont le vent qui périt sous la vague. Ils sont l'indien qui font un tipi des autres peaux. Ils ont un rire à la couleur du vent. Ils n'iront pas creuser sous l'arbre. Ce n'est pas leur travail. Ils sont le singe qui se balance là haut. Ils n'iront pas creuser sous l'arbre. Eux ils grimpent sur les arbres. Ils rient en éclat de miroir. En éclats de verre semés dans le sable.
Ils respirent l'air chantant du soir. Libres comme l'air, le teint blafard.

Ils doutent qu'elle puisse en dire autant. Qu'elle aussi puisse danser dans le vent. Jouer avec comme un enfant. Qui oublie de penser. Parce qu'il laisse ça aux grands. Eux ont retrouvé ça dans les idées séduisantes. Et dans quelques bains de sang.  Maintenant que la soif vengeresse est tarie, ils aimeraient. Essayer. L'entraîner. Parce qu'ils se doutent que cette voie lui conviendrait.


Je n'en vois pas l'intérêt. Vous savez très bien quels sont mes idéaux, je lutterais toujours pour eux. Ensuite, je ne vois pas en quoi la "mission" qui m'a été donné aurait pu aider l'ordre à prendre de l'importance ou à lutter pour.. nos idéaux. Tout ça, est stupide. Si je n'ai pas la force de lutter pour mes idées. Vous, vous avez par contre la lâcheté de venir attaquer une partisane.


La colère les envahit de nouveau. Gronde comme une puissante auto dans leur cavité abdominale. Gronde comme un parent énervée. Ils n'aiment pas la rébellion. Parce qu'il n'y a qu'ici qu'ils peuvent prétendre à un respect. Qu'ils peuvent encore s'imposer. Parce qu'ici ils ne sont personne. Et certainement pas eux.
Libération.

Vous seriez stupide de vous croire indispensable.

Ils illustrent, écrivent leur propre album. Dont ils sont enfin le héros. Il dessine et imite l'oeuvre des grands. Même histoire que la marque qui leur orne le poignet. Le #Plaginit fuse. Jusqu'aux plaies de la jeune femme. Y apposant leur marque. Pour qu'elle aussi ait la même. Se rappelle tout les jours qu'il y a plus fort qu'elle. Que son corps brûle aussi. Parce qu'ils affectionnent tant le feu. Parce qu'ils n'aiment que ça. Et la fumée. Étrangleuse. C'est pourquoi ils renchérissent avec un #Ango Nubes.

Maintenant écoute-nous bien. Nous savons ce que nous te demandons. Tu n'es personne pour juger de nos méthodes. Si tu veux lutter à nos côtés tu obtempères. Sinon laisse tomber. Mais je te conseille de courir vite. Les autres seront sûrement moins conciliants.

Ils rompent ensuite le sort. Attrapant la jeune femme à la gorge avec leur main gauche. La plaquant contre le mur.

S'est-on bien fait comprendre ?

Ils la maintiennent encore un instant avant de la lâcher. La laissant respirer.
Ils ne lâcheront pas l'affaire.
Il en va de leur fierté personnelle.
Mais ils veulent la voir céder.
Comme elle les a poussés à craquer.
Malicia Evans
Malicia Evans
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Malicia Evans, le  Ven 7 Avr 2017 - 14:52

Et la colère refait surface. Elle ne met pas longtemps avant d’envahir l’espace entre vous deux. Y a comme quelque chose qui gronde dans ta poitrine. Il fallait que tu l’ouvres. Les mots du masqué claquent uns à uns. Et tu trembles un peu parce que tu comprends ton erreur.

Vous seriez stupide de vous croire indispensable.

T’as pas le temps de réagir qu’un sort file vers toi. Et il brûle ta peau. Lorsque tu l’aperçois la marque de brûlure. Tu comprends. Espoir que ce ne soit qu’une illusion mais au fond tu sais que ça restera une cicatrice. Une autre preuve de ta stupidité. Manque de réactivité, tu te prends le nuage de fumée. La respiration se coupe mais les yeux restent accrochés aux siens.

Maintenant écoute-nous bien. Nous savons ce que nous te demandons. Tu n'es personne pour juger de nos méthodes. Si tu veux lutter à nos côtés tu obtempères. Sinon laisse tomber. Mais je te conseille de courir vite. Les autres seront sûrement moins conciliants.

Les mots percutent et résonnent. Les paupières clignent pour se fermer petit à petit. L’air manquant, tu te concentres pour rester éveillée mais c’est vain. T’as déjà pas beaucoup d’énergie suite à ce que tu as pris, ton altercation avec le mangemort t’aide pas vraiment. Il met fin au sortilège, les jambes tremblantes t’es sur le point de tomber mais il t’attrape à la gorge. Ton corps percute le mur derrière vous. Et sa main te maintient contre.

S'est-on bien fait comprendre ?

Il laisse un moment sa main autour de ton cou et tu viens à espérer qu’il resserre un peu plus. Jusqu’à ce que tout s’arrête. Si toi, tu n’arrives pas à mettre fin à ta vie, peut-être que lui pourrait. Tu devrais arrêter de courir. Il n’y a pas d’échappatoire possible. Mais il y a toujours un petit espoir qui persiste, qui te murmure au creux de l’oreille que tout va s’arranger. Et la pression se relâche. L’air pénètre à nouveau tes poumons et tu tousses. Un moment. Tu t’appuies contre le mur en reprenant tes esprits.

Tes yeux trouvent ceux de l’homme. Il est près. Trop près de toi. Tu entames un mouvement de recul quand tu effleures le mur de ton dos. Tes yeux démontrent une colère certaine, voire même un certain dégoût à son égard. T’es faible et il te fait le ressentir. Mâchoire serrée, tu craches ta réponse.

« Oui. »
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Mangemort 91, le  Mar 25 Avr 2017 - 15:40

Emprise. Refermée, profitée. Un arrière goût de vengeance qu'ils n'ont as repoussé. L'envie d'crouler la force de l'autre. Pour les avoir abandonnés. Repoussés. Blessés. Enfant trop puissant et maladroit à qui l'ont a donné les moyens de jouer comme un grand. Ils aiment à voir la lumière qui s’éteint dans les yeux, la volonté qui cède. Ils aiment à priver d'air.Simuler la mort pour l'éloigner à la dernière seconde. Voir l'espoir d'une fin proche pour ensuite piétiner. Parce que l'espérance est la meilleure alliée du bourreau. Et la blonde le sait aussi bien qu'eux.

Puis lâcher, pour que la vie entre de nouveau, l'air comme des centaines d'aiguilles. Lâcher, pour espérer peut-être soumettre, à sa volonté propre. Réduire à néant la fougue de la jeunesse. L'impétueuse et généreuse folie. Un Oui craché et arraché à la figure. À contre cœur et contre envie. Mais ils s'en satisferont.
Parce que c'est une victoire qu'ils ont réussi à obtenir.
Seuls.

Bien.
Ne nous décevez plus Malicia.


Voix claque comme la gorgée de cognac. Se fait forte. Ils l'espèrent résonnante, pour qu'elle reste, ancrée. Effrayante, bienfaitrice. Se faire entendre. Parce que leur revanche est prise. Qu'ils n'en veulent plus à la jeune femme. Parce que le rôle du masqué a repris le dessus sur la rancœur civile. Que le rôle doit être endossé, au moins un peu, dans cette virée peu officielle. Officieuse jusque dans les veines.

Jure-tu de nous être fidèle ? En toutes circonstances ?

Ils espèrent, au fond, qu'ils n'auront pas à la convaincre d'avantage. À la courser.
La colère est apaisée.
Malicia Evans
Malicia Evans
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Malicia Evans, le  Mar 9 Mai 2017 - 0:03

Je restais sous son emprise. Il avait réussi à me blesser, à me briser un peu plus. Comme si je ne l’étais pas assez. Je pensais être forte. Je pensais avoir atteint un certain niveau. Mais non. Je pensais mal. Il avait réussi à faire taire toutes ses croyances qui me remplissait le crâne.
Je me suis laissée avoir comme une débutante par un masqué tout ça parce que je ne suis pas capable de gérer ma consommation de toxiques. Je ne suis pas capable de me sortir de mes démons.
Quelle idiote.

Il parle. Et ça résonne. Comme tout ce qui a pu être dit depuis plusieurs années. Ne nous décevez plus. Comme si toute ma vie se résumait en une succession de déceptions. J’ai l’impression que je ne pourrais juste jamais me sortir de ça. Je tente d’échapper à quelque chose qui me tourne autour. Il y a quelque chose qui se brise un peu plus au fond de moi. Il y a quelque chose qui s’est éteint dans mes yeux.

Jure-tu de nous être fidèle ? En toutes circonstances ?

Je ne voulais plus parler. Je ne voulais plus décevoir qui que ce soit. Alors je me terrais dans le silence, tremblant de tout mon être. J’hochais simplement la tête, priant simplement pour qu’il parte. Et qu’il me laisse.
Là.
Liam Riu
Liam Riu
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Liam Riu, le  Mar 30 Mai 2017 - 23:22

{Autorisation de MM 91 et Malicia pour reprendre le sujet le temps de clôturer le RP}


Liam réalisa qu'elle était à peine attentive à ce qu'il lui disait. Il la sentait ailleurs. Était-il arrivé la faire sortir de ses gonds ? Il fallait vite en finir, elle était sûrement à bout et il finirait par en prendre plein la face très rapidement. Il continuait à faire tourner le coffret entre ses doigts, ses mouvements étaient lents, laissant planer un parfait suspens sur ce qu'il s'apprêtait à en extirper. Kyara restait tendue, elle réagissait comme il l'attendait. Ne tenant plus, et elle sûrement non plus, il commença à se détendre, une ébauche de sourire se formait tandis que le coffret émergeait de sa poche.

Mais il n'eut pas le temps d'aller jusqu'au bout de son geste. Il décela un mouvement inhabituel chez Kyara, elle bandit ses muscles d'un coup, mais fut tellement rapide que Liam ne put rien faire pour se défendre, à part remettre le coffret en lieu sûr et se protéger les parties intimes. D'un coup sec, il sentit son genou se dérober sous son poids, et surtout sous le coup de la Blanchet. Son poignet faillit rompre aussi avec la force que Kyara impulsait dans son blocage. Il sentit le sol heurter son genou meurtri, lançant une vague de douleur lui hérissant chaque poil et lui arrachant un petit cri étouffé. Il était toujours conscient du fait qu'il ne fallait pas attirer l'attention. Il se releva légèrement afin d'éviter de s'appuyer sur ce nouveau point faible. Il ne pensait pas qu'elle ait cassé son genou mais il doutait d'une bonne fracture. Il se mordait les lèvres, attendant que la douleur s'atténue alors qu'elle ne faisait qu'augmenter. Elle n'avait rien perdu de ses capacités, il la voyait déjà vieille, un sabre dans le dos, en combinaison jaune et noir Poufsouffle près à neutraliser n'importe quel ennemi qui passerait dans les environs.

Il n'eut pas la force de relever la tête lorsqu'il s'adressa à elle. Dans quel bourbier il venait de s'enfoncer ? Pour une simple petite blague en plus. Il se doutait que ce ne plairait pas à la brunette mais delà à ce qu'elle attaque, ce devait être un coup de fatigue. Ou juste une grosse exaspération, c'était lui le fautif dans ce cas. Elle le menaça, lui priant pas très cordialement de décliner son identité. Il en frémissait même.

Effectivement, il était temps de mettre un terme à ce petit jeu. Au prix d'un dernier effort de concentration - et Dieu, qu'est-ce que ça pouvait être dur quand on venait de vous réduire en miette la rotule - il changea son apparence pour revenir à celle d'origine. Ce n'était pas agréable du tout de changer sa morphologie blessé, mais il reprit une taille et une corpulence qui le caractérisait. Son visage se sculpta, son nez reprit forme, ses cheveux s'éclaircirent jusqu'à ce blond si particulier. Il était redevenu Liam mais dans des habits un peu différents de son habitude.

Il essaya vainement de changer de genou, et à défaut, hissa son genou valide qui vint faire un angle droit devant lui. Il s'appuya dessus d'un bras, attrapa le coffret d'une main, assez rapidement pour qu'elle ne réagisse pas au quart de tour. Il espérait qu'elle l'avait reconnu quand même. Il l'ouvrit, et releva la tête au même moment. Il tenta un sourire, complètement déformé par la douleur. Entre eux deux se tenait un coffret de velours où reposait une bague en argent blanc, incrustée d'une pierre ovale d'émeraude entre deux petits cristaux d'argent. Cela avait été l'horreur pour le jeune homme de trouver une bague ne sachant pas vraiment les goûts de sa petite amie en la matière et si les sorciers célébraient les mariages comme les moldus. Dans le doute, il avait fait au feeling, espérant que Kyara apprécierait le geste. De toute façon, il n'y avait que sa réponse qui l'importait.

- Kyara, épouse moi, ajoutant plus loin : S'il te plaît.

On était encore plus maladroit lorsqu'on avait un genou en moins.
Contenu sponsorisé

En direction du métro - Page 4 Empty
Re: En direction du métro
Contenu sponsorisé, le  

Page 4 sur 6

 En direction du métro

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.