AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 1 sur 9
Little Whinging
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Little Whinging

Message par : Maître de jeu, Ven 29 Nov 2013, 23:30


Il s'agit d'une ville se trouvant au sud de Londres. C'est un endroit calme et plutôt reposant où vive de nombreux moldus qui ne soupçonnent toujours pas l'existence des sorciers. L'herbe y est verte et le temps est souvent pluvieux... Et pourtant, ses habitants restent souriants et apprécient de vivre dans ce petit village agréable. Il est aussi à noter que le célèbre Harry Potter a grandi. On dit que ce n'était pourtant pas si facile pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Little Whinging

Message par : Ethan Wood, Ven 27 Déc 2013, 02:05


[Avec Vio]



Les bécanes. J'avais toujours aimé ça moi. Presque tous les jours, alors que j'étais en vacances avec ma famille et mes cousins qu'je me trimballais derrière moi toute la Sainte-journée. Qu'est-ce qu'ils étaient pénibles ceux-là ! Toujours obligés de vous suivre pas à pas ! Bon, c'est vrai, ils avaient genre quoi.. La moitié de mon âge, j'comprends qu'à cet âge ça veuille traîner avec les grands, se la joueur gros dur mais j'avais b'soin de mon espace vital moi, le minimum pour respirer et là j'étais carrément asphyxié.

La bécane. C'était génial quand on y pensait, j'passais toute la journée dessus à traîner dans l'village, c'était mon seul moyen de transport. Même si Little Whighing était aussi grand qu'un mouchoir de poche j'faisais tous mes trajets en bécane, de peur d'me fatiguer. C'était quand même pratique ces engins-là, j'sais pas pourquoi j'les revendais d'ailleurs.. Peut-être pour économiser pour les cadeaux de Noël ? En tout cas, c'que j'savais c'est qu'j'avais les poches pleines grâce à ce gagne-pain ! Ça cliquetait tout le temps, quand je marchais, quand je m'asseyais, quand j'me relevais, si bien qu'je vois plein de gens qui traînent autour d'la maison, j'sais pas c'qu'ils veulent tous ceux-là, 'peuvent pas rester chez eux ? Une fois j'me suis même fait choper dans une rue, y devait être minuit plus tard, plus tôt j'sais pas mais en tout cas, j'étais sûr d'avoir vu 00h00 quelque part.. Le fait est que j'me suis fait volé par une bande de guignols, dès qu'ils ont vu qu'c'était pas des euros ils m'ont jeté mon butin à la figure et ils sont partis en grommelant. Qu'est-ce qu'ils étaient bêtes ces moldus ! 'Connaissaient même pas la monnaie des sorciers, remarque, comment ils auraient pu savoir ça alors qu'ils savaient même pas que les pouvoirs magiques existaient ? Ils étaient trop étroits d'esprit ces moldus !

Un soir, j'suis sorti de la maison tard, comme d'habitude et j'me suis faufilé dans l'garage où je rangeais mes bécanes. J'adorais faire du bricolage dessus, même si des fois ça m'explosait à la figure ça me divertissait. C'vrai que j'aurai pu dormir à la place au lieu de sortir tard comme ça mais j'arrive plus à dormir depuis qu'le chat ronfle. Ouais, y a un chat dehors qui s'pose tous les soirs sur mon balcon et qui ronfle. Puis, l'matin il part, comme si de rien était et il revient tous les soirs. À croire qu'il est né pour m'faire ch*er celui-là ! Comme je disais j'étais descendu dans l'garage, j'avais ouvert la sorte de porte mécanique, j'avais oublié son nom pour qui fasse frai parce-que vite fait je suais. Puis, j'm'étais mis à bricoler comme jamais, ça m'plaisait bien tout ça mais j'savais qu'il fallait bientôt que je rentre me coucher. J'savais pas quelle heure il était mais je savais qu'il était tard. Mais j'sais pas pourquoi, j'ai continué à bricoler. Normalement, j'remonte ma coucher quand j'vois le chat descendre de mon balcon. J'avais pas vu sa touffe rousse donc j'avais continué. En même temps j'avais peur. La dernière fois j'm'étais fait choper par mes parents et ils m'avaient confisqué ma bécane en m'enfermant dans ma chambre pour qu'je dorme. Ils m'avaient dit qu'j'avais pas fière allure avec mes cernes, j'avais pas osé m'regarder dans la glace de peur de voir le monstre qu'j'allais y découvrir. Pourtant, le lendemain j'avais toujours mes cernes, j'avais pas dormi de la nuit à cause du chat qui ronflait et j'l'avais regardé pendant des heures en espérant qu'je tombe de sommeil mais y avait rien à faire, ce chat me pourrissait mes nuits. En plus des cernes, j'avais mal à la tête. J'aurai très bien pu l'virer d'un coup de pied au c*l ce chat mais j'm'étais pris d'affection pour lui en fait. Il était mignon quand on regardait bien, avec son pelage roux touffu, ses yeux verts et ses oreilles toutes raplaplas. On aurait dit un hybride mais il avait son charme l'minou.

J'pensais au chat et à mes parents et encore au chat puis à mes cousins et je soupirai. Demain ça allait être la même histoire, ils allaient encore m'harceler pour monter sur ma bécane et comme d'habitude je dirai non et cinq minutes après j'dirai oui parce-que j'étais faible et que j'adorais voir leur petite frimousse d'ange. En plus, quand j'leur disais non, ils allaient voir ma mère pour tout lui rapporter et après mon père m'privait d'ma bécane et m'obligeait à jouer avec mes cousins. J'menais vraiment une vie d'enfer. J'entendis des pas dans la rue pavée et j'passai un coup d'oeil par la porte mécanique, j'voyais quelqu'un qui arrivait mais j'savais pas si c'était une fille ou un garçon, j'étais tellement fatigué qu'je voyais pas plus loin qu'le bout d'mon nez. Puis, j'me remis au travail, d'toute façon, ça m'regardait pas. Alors que je débouchai une vis, de l'essence jaillit sur mon débardeur et le salit. C'était pas possible encore un foutu t-shirt à mettre au sale, si ça continuait mes parents m'laisseraient faire la lessive tout seul comme un grand même si j'savais pas la faire. Quand j'y pensais, j'me disais qu'je devais ressembler à un de ces mécanos qu'on voit dans les films américains à la Bruce Willis avec New York en moins et.. Bruce Willis en moins. J'tais quand même sûr d'être méga sexy dans ma tenue de mécano' la dernière fois j'avais réussi à séduire la p'tite vieille qui vivait en face de nous. J'étais allé lui prendre son pain et des poireaux et au final elle m'avait donné une pièce et un poireau. J'tais tout content moi, c'tait une de mes premières preuves d'amour. Sûr que j'allais briser les coeurs après ça.


Dernière édition par Ethan Wood le Dim 29 Déc 2013, 00:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Little Whinging

Message par : Invité, Ven 27 Déc 2013, 13:45


Rencontre au clair de Lune
[Pv Ethanou]

*****
ô Liberté ! Quelle délicieuse sensation tu apportes avec toi lorsque tu es à nos côtés ! Les grands espaces, le vent qui tambourine à nos oreilles, balayant le tapis de feuilles mortes sous nos pieds.
Le monde Moldu a parfois du bon. Ne serait-ce que pour ces longues ballades, vivifiantes. Hélas, la journée touche déjà à sa fin et l'obscurité s'empare peu à peu des dernières lumières du soir. Il faudrait bientôt songer à rentrer, dommage ! De nouveau retrouver le brouhaha incessant, les catastrophes magiques et les pierres ternes de Poudlard.
C'était quand même inattendu qu'elle se soit retrouvée à déambuler dans la banlieue Londonienne , ça faisait au moins trois ans qu'elle n'y était pas retournée. Pas depuis cette fameuse journée où elle avait été obligée de couper les ponts avec ses parents. Des Moldus. Incapables de comprendre et d'accepter sa qualité de sorcière. Trop terre à terre.

Sh*t ! Trop absorbée par ces réflexions déplaisantes, Violaine n'avait pas vu le trou, au milieu du chemin pavé qu'elle venait d'emprunter. La voilà sur les fesses maintenant ! Rah, si seulement elle avait pu lancer un petit Lumos, histoire de voir où elle mettait les pieds ! En parlant de pied, le sien lui faisait affreusement mal. Nom d'un gobelin avare, elle avait dû se le tordre. C'est malin. D'un coup ça serait moins pratique pour marcher. Comment allait-elle rentrer ? Se redressant tant bien que mal, la rousse d'accouda à la barrière de bois qui entourait une charmante petite maison. Celle devant laquelle elle venait de se ramasser en beauté. En plus il y avait de la lumière ! Quelqu'un avait-il profité du spectacle ? Espérons que non...

A droite, à gauche, à droite. C'était le bouquet ! On y voyait plus rien ici. Dans quel coin paumé s'était-elle encore fourrée ? Pouah, elle allait rater le couvre-feu. Et s'faire enguirlander par Renata. Par ce qu'elle était préfète, et que les préfètes ça montre l'exemple. Sûre qu'elle allait encore penser qu'elle avait fait la bringue. Comme l'autre fois, la seule fois d'ailleurs. C'était il y a longtemps pourtant, y'avait prescription quand même ! Et puis d'un autre côté, elle ne pouvait pas lui avouer qu'elle s'était ramassée dans le noir à cause d'un pavé manquant et qu'elle avait erré toute la nuit pour retrouver son chemin. Elle ne serait plus crédible après ça. C'était pourtant ce qui arrivait. Impossible.
Alors elle fit ce que tout esprit logique aurait fait : elle se dirigea vers la lumière.

Dans les films Moldus, les acteur faisaient ça avec classe, ils semblaient voler dans un rayonnement infini, un sourire béat sur le visage, avec les cheveux au vent (enfin au ventilo). A peu de chose près, quand on regardait d'assez loin c'était à peu près ça. Boitillant, sortant des ténèbres et une grimace sur le visage, Violaine avançait. Y'avait que pour les cheveux où c'était semblable. Sauf qu'à coup sur, elle aurait plein de nœuds après. Ça aussi c'était que dans les fictions, les boucles toutes propres.
Elle pria pour que cette soudaine apparition n'effraie pas l'homme qui était là, penché sur une moto, clé à molette en main.
Plus près désormais, elle reconnu avec stupeur le préfet des Serdaigles. Bah ça alors ! Qu'est-ce qu'il foutait là à dévisser des boulons ? Mince, fallait pas qu'il la voit comme ça.
Frénétiquement, elle s'épousseta pour enlever la poussière de sa chute. Voilà qui était mieux. Il ne l'avait pas vu, ou bien s'était détourné et avait feinté.
Ça faisait bizarre de le voir en dehors de l'école, tel un Moldu. C'était quoi déjà son prénom ? Ah oui, Ethan.Elle ne lui avait encore jamais vraiment parlé, sauf lors des quelques cours qu'ils avaient en commun.

Prudemment, elle lui tapota l'épaule :

Humm salut, excuses-moi de te déranger...

Ouais. C'était une curieuse situation. En tout cas, ils y voyaient plus clair.
D'ailleurs, il n'avait pas meilleure allure qu'elle et il sentait l'essence. Ils faisaient la paire !
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Little Whinging

Message par : Ethan Wood, Dim 29 Déc 2013, 01:21


Alors que je réparai ma bécane, j'entendis des pas aux alentours puis quelqu'un qui se ramassait par terre. Je retenais mes rires, c'était assez marrant les gens qui tombaient tous seuls. Encore si quelqu'un te poussait par derrière et que tu ne t'y attendais pas, mais trébucher par mégarde c'était assez.. pittoresque. J'aurai peut-être pu venir en aide à la personne qui était tombée mais je préférais rester sur mes motos, c'était beaucoup plus passionnant et en plus, j'avais souvent vu que c'était comme ça que les héros se faisaient duper, dans les films. Comme je n'avais pas envie de tomber dans un traquenard, je restais ici et attendis que la personne se relève pour que je puisse déceler un visage dans l'ombre.

Alors que la personne avançait peu à peu, je pus reconnaître, en tendant bien le cou, une slihouette féminine, d'assez petite taille aux cheveux emmêlés qui avançait en boitillant, la pauvre fille. Elle devait s'être fait mal à la cheville. Au début, je voulais aller l'aider à marcher mais elle aurait pu avoir peur de moi et dans un geste inconscient me frapper et en plus, ce n'était pas mes affaires alors je restais là à m'occuper de ma moto. Huilant le moteur et peu de temps ensuite, dévissant les boulons. J'étais vraiment dans un sale état, je sentais l'essence et j'avais les mains noires. Alors que j'essayai tant bien que mal d'arrêter une fuite qui était en train de m'éclabousser le visage, je sentis quelqu'un me tapoter l'épaule. Je me retournai alors et découvrit une jeune fille qui ressemblait étrangement à quelqu'un que je connaissais. Vu sa façon de se tenir, c'était elle qui s'était ramassée il y a pas longtemps. Finalement, elle ouvrit doucement la bouche et laissa échapper quelques paroles.

« Humm salut, excuses-moi de te déranger... »

Elle m’avait tutoyé. Elle devait donc sûrement me connaître ou alors elle était vraiment malpolie et elle tutoyait le premier inconnu venu. J’optais finalement pour la première supposition, je la connaissais c’était sûr mais je n’arrivais pas à mettre un nom sur son visage. Pourtant elle était belle. Un visage comme cela ça s’oublie pas. Ses traits fins, sa longue crinière rousse qui semblait la faire débarquer du film « Le Roi Lion », encore une production moldue. Je savais vraiment pas ce qu’elle pouvait faire là cette demoiselle et c’est en croisant mon visage dans un flaque d’eau qui se trouvait à mes pieds – car oui, je baissais la tête pour ne pas montrer que je rougissais – que je me rendis compte que j’étais couvert d’une substance noirâtre qui me donnait un aspect de ras des égouts. Quelle horreur ! Vite je saisis une serviette et me débarbouillai la figure, la fille devait être effrayée de mon comportement étrange parce-que je l’entendais déjà plus. Peut-être qu’elle s’était enfuie en courant pour tomber dans les bras d’un autre. Mais non, en fait elle était toujours là, silencieuse mais toujours avec moi. Quand j’étais sûr d’être ne serait-ce qu’un peu présentable, je baissai la serviette qui cachait mon visage, la posai sur ma moto et me penchai vers la fille en souriant. Non, je ne voulais pas l’embrasser, juste être, plus près d’elle dans un sens.. C’était étrange mais c’était moi.

« Oh, euh.. Salut ! Tu ne me déranges pas, tu.. tu es blessée ? Tu veux un pansement ? »

Un pansement ? Mais qu’est-ce que je pouvais être con, elle s’était tordue la cheville et je lui proposai un pansement ? Abruti ! Pour rattraper ma stupidité, je me dirigeai vite fait vers un frigidaire qui se trouvait là, pris deux glaçons que j’enroulai d’un chiffon propre et le tendis à la rousse. Ça faisait 17 ans que je venais tous les étés ici et ça faisait 17 ans que je me demandais pourquoi il y avait un frigo dans le garage. Sûrement une lubie de feu mon oncle qui adorait manger dans n’importe quel endroit. Y’avait même une glacière dans la salle de bain. Étrange ? Oui ça l’était.

« Tiens, mets-le sur ta cheville ça te soulagera.. Désolé, mais je ne peux te donner que ça je n’ai pas reçu de diplôme en médecine alors je ne connais que les bases.. Humm.. Tu t’appelles ? »

J’agissais vraiment comme un imbécile mais dans un sens, cette fille m’empêchait d’être le macho que j’étais d’ordinaire. Elle me faisait être un Ethan que je ne connaissais pas encore, un Ethan que je haïrai sûrement. Des fois avec les filles, ça se passait comme ça. Elles vous faisaient devenir une nouvelle personne puis vous larguaient comme une vieille chaussette et ensuite, redevenir la personne que l’on était, ce n’est pas de la tarte ! Elles vous éloignent de vos amis, votre famille pour ne vous faire penser qu’à une seule personne, elle-même. Comme si elles avaient toujours besoin d’attention, comme s’il fallait toujours qu’elles soient à nos côtés. Bien sûr, les filles ça demandait de l’affection et de l’amour mais quelques fois, trop d’amour ça nous étouffe, nous les hommes, et on préfère couper les ponts. Et c’est ainsi qu’on devient les pires espèces de la nature humaine. En ayant besoin d’air libre, c’était triste mais c’était vrai, la vie n’est pas toujours rose.

En tout cas, j’étais bien décidé à ne pas me faire avoir encore une fois. J’avais offert mon âme et mon corps à une fille, ça avait été mon premier grand amour et elle s’était jouée de moi. Bien sûr, notre relation avait duré deux ans, si ce n’était plus mais en fait, elle m’utilisait du début à la fin. Se pavanant devant ses amies, montrant mon beau torse tout musclé à tout-va comme pour se prouver à elle qu’elle avait accompli quelque chose. Et c’est le lendemain que je l’ai retrouvé dans les bras d’un autre. Ça m’a brisé le cœur et jamais plus j’ai réussi à aimer comme je l’avais aimé, comme si mon cœur s’était renfermé pour se préparer à de nouvelles pertes et être plus fort par la suite. Voilà pourquoi, aujourd’hui encore, j’enchaîne les relations d’un soir, c’est court et rapide et ça permet de ne plus s’attacher à la personne. Même si on la retrouvait quelques jours plus tard, tout ce qu’il y avait entre nous  n’était que du sexe. Ça faisait brute de décoffrage mais c’était la vérité et depuis je me porte vraiment mieux. Même mon corps se porte mieux pour vous dire. J’ai l’impression d’avoir épaissi musculairement parlant. Bien que je fasse pas plus d’exercice que ça, j’ai l’impression de devenir plus fort de jour en jour, moralement et physiquement. On parle de gênes familiales, moi, je parle d’un cœur endurci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Little Whinging

Message par : Invité, Lun 30 Déc 2013, 00:29


J'étais terriblement gênée. Le Serdaigle ne semblait pas me reconnaître. Il faut le dire, j'avais eu du mal aussi : il fait noir, il est peint en noir...un monde d'ombres en somme. J'avais eu de la chance. Mais c'était vexant. En plus, il s'obstinait à regarder par terre, comme s'il ne voulait pas me voir. Peut-être que je le dérangeais vraiment en fait, c'était surement ça. Puis d'un coup d'un seul, il attrapa une serviette-éponge non loin et se frotta vigoureusement le visage avec. Mais, mais ....peut-être qu'il ne m'avait pas entendue ? En tout cas, il ne faisait pas noir au point de ne pas me voir. Peut-être qu'il se cachait ? Dans la serviette ? Pour faire comme si je n'étais pas là ? En tout cas ce n'était pas très gentil. Il y avait bien d'autres moyens de disparaître chez les sorciers et autrement plus élégants. J'observais son petit manège et attendis encore quelques instants. Puis vivement, il fini par se débarrasser de son apparat de fortune.
En fait, je crois qu'il voyait mal car il s'approcha subitement de moi, d'assez près en fait. Bon, il était décidé à me parler.

« Oh, euh.. Salut ! Tu ne me déranges pas, tu.. tu es blessée ? Tu veux un pansement ? »


Il se précipita vers le frigidaire derrière lui, avant même que je ne lui réponde. Un pansement c'était pas vraiment nécessaire, pas lorsqu'on venait de se tordre la cheville.
Qu'importe. J'en profitais pour respirer un grand coup, quelle pression ! Sans la suie qui lui couvrait le visage, il était beaucoup mieux à vrai dire. Je devais d'ailleurs en avoir aussi dans les yeux, de la suie, pour ne pas l'avoir remarqué plus tôt. Quel tord c'était de ne faire attention et prendre soin que des gens de sa maison ! Promis, j'allais faire plus attention à l'avenir : j'avais tout à y gagner, visiblement.

« Tiens, mets-le sur ta cheville ça te soulagera.. Désolé, mais je ne peux te donner que ça je n’ai pas reçu de diplôme en médecine alors je ne connais que les bases.. Humm.. Tu t’appelles ? »

Il était revenu, avec de la glace et non pas un pansement. Je souriais. Je n'avais pas à m'excuser de ne pouvoir m'en servir. Enfin ça n'allait pas être facile, car le pied c'est pas forcément la zone la plus accessible, encore si ça avait été une bosse, sur ma tête....Ouais non, il m'aurait prise pour une cousine de Quasimodo ! Non, le pied c'était bien.

Merci beaucoup, c'est gentil à toi. Ne t'inquiètes pas, ça ira très bien : l'espace d'un instant, j'ai eu peur que tu sortes des sparadraps de ton frigo !

Un petit rire nerveux s'échappa de mes lèvres, malgré moi. Je ne sais pas si Ethan goûtait à la plaisanterie, mais j'essayais juste de détendre un peu l'atmosphère. J'avisais alors une caisse en bois, tout près. Une aubaine ! J'allais ni devoir me contorsionner dans tous les sens, ni devoir m'asseoir dans la poussière pour appliquer le remède provisoire. Hop, je m'asseyais dessus et laissais agir le froid sur les muscles atteins. Quelle boulette ! J'avais pas répondu à sa question !

Violaine, dis-je précipitamment, je m'appelle Violaine. Et toi tu es Ethan, pas vrai ? Nous sommes ensembles à Poudlard.

Bon, c'était quand même dommage que ça soit moi qui doive lui rafraîchir la mémoire, mais c'est comme ça les garçons, ça retient rien ! Enfin, j'avais aussi eu un petit temps d'incertitude, l'un comme l'autre nous n'étions pas physionomistes. Quel point commun ! J'espère que ça n'est pas le seul...

Alors euh...c'est là que tu habites ?

J'aimais pas silence. C'était trop propice à la réflexion, et ça j'avais trop donné aujourd'hui. Alors même si c'était pas mes affaires, je posais quand même la question. En un sens, ça semblait évident que oui, il habitait là. Mais je voulais qu'il me parle encore. Il était maladroit, mais c'est ça qui me faisait rire. Et puis peu-être en saurais-je un peu plus...
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Little Whinging

Message par : Ethan Wood, Mar 31 Déc 2013, 15:00


Alors que je repensais à ce que j'avais dit à la fille, je me grondai intérieurement de mon attitude envers elle. J'étais vraiment minable comme ça, la lèvre inférieure tremblante et une clé à molette dans la main droite. Je devais faire peur à voir. D'ailleurs, je me demandais pourquoi elle était encore là. Elle aurait très bien pu partir en courant pour aller chercher de l'aide autre part, bon c'est vrai, me voir dans cet état, plein de suie à deux doigts d'enlever mon t-shirt pour en enfiler un autre ça devait l'arranger. Et puis, toutes les filles aimaient voir des garçons torse nue, à condition qu'ils aient une belle carrure. Heureusement, c'était mon cas. Seulement, je gardais mon t-shirt sur mon corps, je n'avais pas envie de la séduire ainsi, après tout, ça faisait du bien de penser que les filles t'aimaient pour ta sensibilité, ton esprit et non pour ton physique de bodybuilder. C'est vrai que j'aimais bien quand elles me regardaient avec des yeux de merlans frits mais j'avais besoin de quelqu'un pour me dire que j'étais plus qu'un tas de muscles ambulant. Que j'avais une âme sensible et un caractère d'or.

« Merci beaucoup, c'est gentil à toi. Ne t'inquiètes pas, ça ira très bien : l'espace d'un instant, j'ai eu peur que tu sortes des sparadraps de ton frigo ! Violaine, je m'appelle Violaine. Et toi tu es Ethan, pas vrai ? Nous sommes ensembles à Poudlard. Alors euh...c'est là que tu habites ? »

Je réprimai un léger sourire, au moins elle avait de l'humour. Quelque chose dans la tête qui lui servait de cerveau et manifestement elle savait s'en servir. Non pas qu'au début je la prenais pour une idiote complète non.. Oh et puis, c'était pas à moi de mesurer son QI, j'avais autre chose à faire comme me concentrer sur ma conversation et arrêter de toujours marmonner dans ma barbe. La plupart du temps, les gens ne me comprenaient pas et c'était ça qui me bloquait, ce qui m'empêchait d'échanger avec les autres. Alors, j'articulais et je riais à sa blague, histoire d'installer une atmosphère agréable dans la chaleur et les rires plutôt que dans la froid et le silence.

« Qui sait ? Peut-être que mon oncle a caché des sparadraps quelque part, si jamais tu te fais une égratignure, fais-moi signe et je t'apporterai un sparadrap tout droit sorti du congélo, je lui fis un clin d'oeil pour lui faire comprendre que je plaisantais et repris, Violaine ? Mais bien sûr ! Désolé de pas t'avoir reconnu mais avec le noir et ta cheville foulée.. Tu as une démarche si légère d'habitude.. Exact, j'habite juste là, pendant les vacances bien sûr.. C'est assez.. calme.. Non, en réalité c'est vraiment ennuyeux cet endroit, je ferai tout pour y sortir mais malheureusement je ne peux pas.. »

Je m'arrêtai là, je ne savais pas pourquoi je lui racontais toute ma vie. Elle devait sûrement s'en foutre royalement, tout ce qu'elle voulait sûrement c'était quelque chose pour apaiser sa douleur étant donné que je lui avais donné, elle allait sûrement s'en aller de ce petit bourg pour rejoindre son monde. Oui, elle n'était pas dans son monde, elle était la légèreté et le raffinement en personne et moi je devais être la personne la plus brute qu'il existe sur terre. Non, elle n'avait vraiment rien à faire avec moi. Pourtant, elle s'assit sur une caisse près de moi et posa son sac de glace sur son pied afin d'apaiser la douleur. Qu'est-ce qu'elle faisait encore là ? Ne devait-elle pas repartir ? Sa soirée était-elle vraiment vide à un tel point qu'elle préférait rester avec un paysan comme moi ? Je pouvais certes me montrer raffiné mais mes origines de médiocre villageois reprenaient souvent le dessus. Seulement, lorsque j'étais à Londres je me sentais être quelqu'un d'autre. Toute la délicatesse sur terre venait se loger dans mes entrailles pour me quitter au début des vacances. Je ne savais pas pourquoi elle restait avec moi et n'aurait sûrement aucune réponse à ma question mais en réalité, je m'en fichais pas mal, elle était là, avec moi. C'était tout ce qui comptait. Son parfum qui emplissait l'air, ses cheveux qui ondulaient doucement au gré du vent, en un seul regard je sus que je ne pourrai me passer d'elle.

« Que viens-tu faire ici Violaine ? J'imagine que tu ne loges pas ici.. »

J'avais une pointe de désespoir dans la voix, c'était évident qu'elle ne logeait pas ici. Que pouvait-elle bien venir faire ici alors ? Peut-être était-elle à la recherches d'informations la reliant à mon village. Ce devait être ça, voilà pourquoi elle restait avec moi, ce ne pouvait être que ça. Je ne savais rien de cette fille, je n'étais même pas sûr de vraiment l'apprécier, c'était étrange, d'habitude, j'avais une opinions déjà faite pour chaque personne. Pour elle, je ne savais pas. Était-ce un bon ou un mauvais signe ? Je n'en savais rien pour l'instant, il ne me resterait qu'à la découvrir un peu plus pour savoir ce que je pensais d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Little Whinging

Message par : Invité, Dim 05 Jan 2014, 23:07


[Désolée pour la qualité...=/ ]

La lumière déclinait progressivement. Bientôt, ils n'auraient que la lampe du garage pour se démarquer des ombres.

En parlant d'ombres, je crû en discerner une sur le visage du préfet...l'ombre d'un sourire ? Et oui, s'en était un ! Ma blague était un peu bancale, oui, et c'est avec soulagement que j'appréciais sa répartie. Parfois, je m'escrimais à trouver le mot qui faisait rire et ça n'était pas au goût de tout le monde...peut-être Ethan avait-il simplement répliqué par politesse ? Dans ce cas, c'était sympathique.

Enfin, il associa mon visage à un nom et le déclic se fit. Une démarche légère ? Ah ouais ? C'était peu commun comme qualification. A vrai dire, on ne m'avait jamais parlé de ma démarche avant. Souvent on me remarquait ma tignasse rousse-en bien ou en mal d'ailleurs- ou encore de mon nez, trop droit ou de mes yeux. Il était original, en un sens ça me plaisait.
Certaines personnes avaient le don de voir les choses sous un angle neuf, soulignant des faits auxquels on ne penserait pas. C'était le cas ici.
Néanmoins, un compliment même aussi inattendu que celui-ci faisait toujours plaisir.
Cachant mes joues rosissantes, je fis mine de replacer le torchon sur ma cheville. Quoi qu’avec les lumières de la nuit naissante je n'avais presque plus rien à craindre.

Ensuite il me confia son ennui dans ce petit village Moldu. Ah ça, je pouvais bien le comprendre, je voyais moi même la différence depuis ma première rentrée à Poudlard ! Rien d'inattendu n'arrivait jamais chez eux, tout n'était que plate routine et renouvellement continu. Des hordes de zombis sans une once de fantaisie, sans la petite étincelle de folie qui caractérisait les sorciers de l'autre monde. Alors oui, il fallait ruser pour trouver de quoi satisfaire ce besoin d'aventure, de nouveauté. Ethan semblait l'avoir trouvé en se lançant à grande vitesse sur ses modèles de motos en tout genre.
Quand à moi,  cette monotonie me servait grandement. Pour retrouver le calme dont j'avais besoin parfois, comme en ce moment, à chaque vacances. Je prenais le temps de me poser,  et le fait de poser les yeux sur ce monde que j'avais quitté il y a longtemps me redonnait courage et volonté pour repartir à bloc.

« Que viens-tu faire ici Violaine ? J'imagine que tu ne loges pas ici.. »


Une fois encore, je m'étais laissée distraire. Cependant je crus discerner une pointe d'angoisse dans sa voix. C'était bizarre, je ne savais surement pas interpréter correctement. Il n'y avait que des champs dans les environs, eh non je n'habitais pas là.
Je lui offris un sourire avant de déclarer :

Non en effet, je ne suis pas d'ici. En fait, c'est un pur hasard si je me retrouve sous ton porche. Pour dire vrai, je me suis plus ou moins éclipsée de Poudlard...je passe toutes mes vacances au château. J'avais besoin de changer d'air...


Ça n'était pas bien original. Mais de l'air, j'en avais bien pris ! Et même un tout petit peu trop, car j'étais maintenant incapable de retrouver mon chemin. Cependant, je n'osais pas demander au Serdaigle un petit coup de main, il avait déjà bien assez fait pour moi...
D'ailleurs, je remarquais que ma cheville avait cessé de gonfler, grâce à a glace qui avait avec succès, rempli son rôle.
Hésitante, je tendis le torchon à son propriétaire.

Merci encore pour tes bons soins, Ethan...digne d'un Médico-Mage, ajoutais-je avec un clin d’œil. S'il avait été un peu gêné de sa maladresse tout à l'heure, j'espérais qu'avec ma remarque celle-ci s’envolerait définitivement.

Je crois que je m'en souviendrai de cette ballade...

Pas seulement pour la cheville, dans deux ou trois jours ça se passera tout seul, ou avec un petit coup de pouce magique. Bien sûr, je voulais parler de ma rencontre avec le Bleu et bronze, qui somme toute, ne me laissait pas indifférente...
Précautionneusement, je me remis sur mes un pied et demi. La route allait être longue et fastidieuse si je devais rentrer à l'école comme ça. Pas de balais, pas de transplanage possible. Bon c'est vrai j'avais pas le permis de toute façon. Et je n'étais pas certaine que le Magicobus s'arrête par ici.
Il me faudra prendre mon mal en patience, j'imagine...
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Little Whinging

Message par : Ethan Wood, Sam 11 Jan 2014, 14:13


{Fin du RP}
Tout doucement, la nuit s'assombrit encore plus à tel point que le Wood n'arrivait plus à savoir où se trouvait Violaine. Heuresement, sa tignasse rousse lui permettait de la repérer mais il ne pouvait voir son visage, ni ses émotions. Était-elle en train de pleurer ? Non, sinon Ethan aurait entendu des reniflements. Il ne savait pas si elle souriait ou bien si elle faisait la moue. En tout cas, tout ce dont il était sûr, c'était qu'un silence c'était peu à peu installé dans le garage et que le brun commençait à devenir de plus en plus mal à l'aise. Il aurait bien aimé que quelque chose vienne les déranger pour essayer de rompre ce silence qui commençait vraiment à devenir pesant. Le Wood essayait de ne pas montrer qu'il s'ennuyait, il ne voulait pas mettre également la jeun fille mal à l'aise, mais peut-être se trompait-il.. Elle allait sûrement partir bientôt, il commençait à se faire tard et une légère brise s'était levée, bientôt la noirceur de la nuit laisserait place à la clarté du jour et Ethan devrait vite retourner se coucher pour ne pas alerter ses parents. Seulement, il ne pouvait pas laisser Violaine ne plan, alors il resta là, scrutant le ciel pour essayer d'y découvrir un rayon de soleil.

    " Non en effet, je ne suis pas d'ici. En fait, c'est un pur hasard si je me retrouve sous ton porche. Pour dire vrai, je me suis plus ou moins éclipsée de Poudlard...je passe toutes mes vacances au château. J'avais besoin de changer d'air... "


Changer d'air.. Le jeune homme aussi en avait souvent besoin. Par certains moments, le château devenait oppressant et l'air irrespirable. Bien sûr, ce n'était qu'une impression pour le Serdaigle, l'air y était toujours pur et les murs ne se rétrécissaient pas. Le bleu et bronze avait toujours besoin de se défouler et les murs clos de Poudlard n'arrangeaient pas son besoin de bouger. Pour se satisfaire, il allait se reposer près du Lac, à l'ombre d'un grand chêne ou bien s'organisait des sorties avec quelques-uns de ses amis à Pré-au-Lard, il était souvent d'humeur changeante mais n'aimait pas s'aventurer trop loin.

    " Merci encore pour tes bons soins, Ethan...digne d'un Médico-Mage. Je crois que je m'en souviendrai de cette ballade... "


Qe voulait-elle dire par sa dernière phrase ? Avait-elle passé un si mauvais moment qu'elle s'en rappelerait toute sa vie ? Sûrement pas, à aucun moment elle n'avait eu l'air renfrognée ou encore moins vexée ou gênée mais peut-être que cachée par la noirceur de la nuit, elle avait changé d'humeur et s'était finalement vexée pour une phrase dite au mauvais moment ou mal tournée. Ethan avait beau se creuser la tête il ne voyait pas ce qui aurait pu la vexer. Alors, juste avant qu'elle ne reparte en boitant, il se mit devant elle et en lui prenant doucement la main, l'installa sur sa moto.

    " Si tu croyais vraiment que j'allais te laisser retourner à Poudlard en boitillant tu te mets le doigt dans l'oeil.. C'est bien à Poudlard que tu vas non ? "


Le brun ne lui avait pas laissé un temps de réponse et s'était installé sur sa moto, avait mis un casque sur la tête de sa compagne et avait démarré en direction de Poudlard. Il maintenant la même allure et n'allait pas trop vite, il ne manquerait plus qu'il y ait un accident en cours route. Il conduisait doucement et faisait tout pour que Violaine ne soit pas effrayée. Vraiment, il faisait des efforts. D'habitude, il conduisait comme un fou, ne se gênait pas de rouler sur une seule roue et à faire quelques sauts tout en descendant des escaliers sur sa bécane, ici, il était doux et avait vraiment envie d'accélérer un bon coup mais il se retint, pensant à la jeune fille qui l'accompagnait.

Une vingtaine de minutes plus tard, ils se trouvaient devant la grande porte de l'enceinte de l'école. Il faisait nuit noire et le brun avait l'impression que les arbres l'épiaient. Nombre de fois il était sorti de son lit pour s'aventurer dans la Forêt Interdite et s'offrir un peu d'adrénaline mais aujourd'hui, il n'avait pas envie de rester une seconde de plus et voulait rentrer chez lui. Peut-être était-il complètement parano. Doucement, il fit descendre Violaine et en s'adressant à elle, il démarra et repartit vers Little Whinging en un bruit sourd de moteur qui s'enclenche.


    " Je te souhaite une bonne nuit Violaine, je dois filer le soleil se lève. J'espère qu'on se reverra bientôt, enfin, non. J'en suis sûr. "dit-il en lui faisant un clin d'oeil.


C'en était fini de cette nuit tourmentée. Il allait retourner se coucher et passer une seconde journée comme il avait l'habitude de faire puis, il irait s'occuper de sa bécane, seulement là, il n'y aurait pas Violaine pour le rendre bête. En sa présence, il se sentait stupide et niais, un sourire béat aux lèvres il la regardait avec un regard de merlan frit, il avait les poils qui se hérissaient. Cependant, il n'avait pas eu de coup de foudre, il n'en avait jamais eu. Peut-être que ce n'était que des idées reçus, peut-être qu'on tombait amoureux sans avoir de coup de foudre. Là il en était sûr, son coeur battait la chamade.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Little Whinging

Message par : Invité, Lun 20 Jan 2014, 16:27


J'en étais presque sûre maintenant : jamais j'arriverai à rentrer à Poudlard avant l’extinction des feux. La nuit était définitivement tombée et les s'ombres s'étaient étirées jusqu'à outrance, dansants au grès les rayons pâles de la sphère d'argent.

Violaine s'apprêtait à faire ses au-revoirs à Ethan, même si elle se sentait bien auprès de lui elle avait déjà suffisamment abusé de son temps. Si ça se trouve, il voulait aller dormir un peu, et sans son intervention et sa chute grotesque, sa bécane serait déjà réparée et il serait dans ses bras de Morphée. Néanmoins, i l était trop poli pour lui dire et ils s’observèrent un petit moment. Alors qu'elle mettait son sac sur l'épaule, il lui prit la main et l'entraîna à sa suite pour finalement l'installer sur sa moto.

" Si tu croyais vraiment que j'allais te laisser retourner à Poudlard en boitillant tu te mets le doigt dans l'oeil.. C'est bien à Poudlard que tu vas non ? "


Un sourire s'échappa de mes lèvres. Il était si prévenant avec moi ! C'était adorable !
Sans rechigner, je pris place à l'arrière alors qu'il enfourchais son bolide devant moi.
Avant d'avoir pu dire quoique ce soit, je me retrouvais avec un casque noir sur la tête, façon "Daft Punk" le groupe Moldu. Si bien que ma réponse se perdit et les mots rebondirent sur la visière devant mes yeux :

Oui je comptais rentrer à Poudlard. Mais il faut que je te prévienne que je ne suis encore jamais montée à Moto....


En fait, quand on y réfléchissait, il y avait encore plein de choses que je n'avais encore jamais faite : comme monter sur un balai par exemple. Tout le monde en parlait, et je voyais les performances de mes camarades lors des matchs de Quidditch de l'école. Mais je n'avais pas encore tenté l'expérience...
Ni une ni deux, Ethan fit ronronner le compter et par réflexe, je m’agrippai à lui, plaçant mes mains autour de sa taille. Manquerait plus que je tombe à la renverse une seconde fois ! Mon amour-propre avait déjà assez souffert aujourd'hui...

Et c'est ainsi que nous nous mîmes en route. Bizarrement, j'avais toujours un peu appréhendé les voyages en moto, je gardais en tête l'image des Moldus qui roulaient beaucoup trop vite et qui ne maîtrisaient pas leur bolide. Beaucoup se retrouvaient aux urgences après ça. Mais cette fois, ça n'était pas l'impression que j'avais.
Ethan se montrait très attentionné et veillait à ne pas me secouer ni rouler trop vite. Je dois aussi avouer que j'étais bien en ce moment, mes bras enlacés autour de lui à regarder le paysage défiler autour de nous. Il faut croire que je n'étais pas aussi pressée que ça de retrouver l’académie...
Nous traversâmes tout d'abord les champs, avant de retrouver la route pavée de Little Whinging. Puis aperçu au loin la cime des arbres de la forêt interdite. J'y étais allée une fois, lors de ma première année, à  la recherche d'Accromentules que je n'avais finalement jamais trouvé. Et avec le recul, je m'en félicitais.  

Finalement, le voyage toucha à sa fin et nous nous arrêtâmes devant le portail de Poudlard. Maintenant plus que d'habitude, je souhaitais qu'il disparaisse. A contre-cœur, je desserrais mon étreinte et descendis du siège passager. Libérant ma crinière fauve, je rendis le casque à son propriétaire qui pouvait de nouveau se protéger et rentrer en toute sécurité.

" Je te souhaite une bonne nuit Violaine, je dois filer le soleil se lève. J'espère qu'on se reverra bientôt, enfin, non. J'en suis sûr. "

Non, non non ! Ils ne pouvaient se quitter de cette façon. C'était une reprise raté de Cendrillon ou quoi ? Les douze coups de minuit étaient passés et chacun devait vite retourner chez soi ? L'avantage, c'est que je ne risquait pas de me transformer en citrouille...quoique chez les sorciers tout était possible.

Merci pour la ballade Ethan c'est très gentil de m'avoir raccompagné ! Et oui, je n'en doute pas, on va se revoir souvent !

Pour sûr ! J' allais d'ailleurs s'arranger pour le croiser plus qu'à l'accoutumée.
En s'approchant je le saluais en lui faisant la bise, effleurant ses lèvres au passage.

A bientôt...murmurais-je.

Après un dernier signe de la main, je le regardais partir : le vrombissement du moteur s'évanouissant dans la nuit.
Encore rougissante, je pris la direction de l'école, priant intérieurement pour ne pas avoir à subir les foudres de la directrice des Gryffondors, Mia Wilson.


[FIN DU RP]
Revenir en haut Aller en bas
Dwayne Maddison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Little Whinging

Message par : Dwayne Maddison, Sam 12 Avr 2014, 18:17





RP avec Raphaël Austin et Elenna Benson - C'est court, désolé. Je me rattraperai au prochain  MDR 

Elenna et moi étions sorti du bar dans lequel nous nous étions retrouvés. Très rapidement, nous nous sommes éloignés de pré-au-lard afin de se diriger dans des lieux plus calmes, là où personne ne pourrait nous déranger. Notre destination ? Nous ne la connaissions pas, on avançais comme bon nous semblait. Il fallait juste une forêt ou quelque chose comme ça. Mon regard passait d'un endroit à autre, sans jamais se fixer sur un point en particulier. Tout allait bien, dans le meilleur des mondes. Elenna et moi parlions de tout et de rien, partageant nos différentes expériences lors de ses 7 dernières années, éloignés l'un de l'autre.

Une fois arrivé dans un endroit qui me semblait tranquille, je me stoppais. J'enlevais tout d'abord ce que je portais en haut, puis ce que je portais en bas. Je cachais tout ça dans un buisson à quelques mètres de nous. J'avais gardé mon slip, je ne voulais pas dévoiler mon intimité à la jeune fille. Dans d'autres circonstances, et si je ne la considérais pas comme ma soeur, Elenna aurait été le genre de femme que j'aurais tenté de mettre dans mon lit. Mais je ne pouvais pas, je ne voulais pas non plus. Enfin, je crois. C'était pour cette raison que j'avais gardé mon slip. J'observais Elenna, la pleine lune n'allait plus trop tarde, une histoire de quelques minutes tout au plus. Mon regard était maintenant pointé vers le haut, j'observais celle qui, dans quelques minutes, deviendrait la maîtresse de mon corps.

Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Little Whinging

Message par : Elenna Benson, Jeu 24 Avr 2014, 03:53




Lorsqu’on perd le contrôle de soi, on perd sa liberté.

La journée avait promis d’être merveilleuse et cela avait été le cas, et encore, elle n’était pas terminée. Maintenant qu’elle avait retrouvé son frère de cœur, son frère de race, Elenna se sentait de nouveau vivante. Elle n’avait plus Daryl mais Dwayne de retour, il allait lui faire oublier ses maux et lui redonner goût à la vie, comme il avait toujours su le faire. C’était cela la question : qui était le plus jeune des deux ? Parfois, la belle avait l’impression d’avoir un grand frère à ses côtés mais la réalité lui revenait vite dans la face lorsqu’il jouait avec des jeunes filles ou autres. Il avait toujours été un Don Juan et la sœur ne cautionnait pas ses actes, mais elle l’aimait telle qu’elle. Un jour il ferait une connerie, un jour elle recevrait une missive qui lui demanderait de l’aide.

Après avoir sirotés au Chaudron Baveur une boisson, le duo de loups-garous s’était éclipsé sans plus attendre. La nuit allait bientôt faire son apparition, chassant le jour comme s’il était son pire ennemi. Le soleil allait bientôt laisser sa place à son amante la lune, celle qui n’avait pu que frôler lors de quelques rares éclipses. Sous l’astre nocturne, les corps des deux jeunes gens allaient devenir quelqu’un d’autre, quelque chose d’autre. Marchant d’un pas guilleret et parlant de tout et de rien, le frère et la sœur s’éloignaient petit à petit de la civilisation. Elenna était ravie d’être là et la perspective de la nuit qui allait se dérouler la faisait encore plus sourire. Aux côtés du Gryffondor, elle sautillait presque, faisant pleins de petits pas pour rattraper le brun beaucoup plus grand qu’elle. Ils commencèrent à s’enfoncer dans un bois, riant aux éclats alors qu’ils se racontaient des anecdotes de ces sept années passées, certainement impatiens que le rite commence.

Dwayne fut le premier à retirer ses vêtements petit à petit, les cachant un à un dans un buisson épais qui les dissimulerait parfaitement. Il garda tout-de-même son sous-vêtement, ce qui eut pour effet de faire sourire la belle. Elle posa un regard attendri sur le bel homme qu’était devenu ce p’tit gars qu’elle avait mordu en pleine campagne moldue il y a de cela plusieurs années maintenant. Le dernier rayon de soleil venait de disparaître et la lune commençait son ascension sur la voûte céleste, cachée derrière quelques gros nuages. Sans plus attendre, la jeune femme retira ses épaisseurs de vêtements alors qu’une brise fraîche venait de soulever sa tignasse brune. Ce fut son tour de poser ses habits à l’abri, habillée d’une paire de sous-vêtements simple, frôlant la tenue d’Eve. Elle sourit à son frère alors qu’un rayon de lune perçait les nuages, bientôt suivie par toute la surface de l’astre.

" Bonne nuit fréro, ne t’inquiètes pas, je veille sur toi… "

Cela faisait plusieurs années, beaucoup trop d’années même que la demoiselle était un loup-garou et elle avait appris à se contrôler avec le temps. Cette nuit-là, elle aurait conscience de tout et le beau brun, lui, se laisserait complètement aller à sa nature lupine. D’ailleurs, la lune allait certainement faire effet plus vite que sur elle. Elenna recula d’un pas alors qu’elle voyait les pupilles de Dwayne grossirent à vue d’œil, la malédiction commençant son travail. Bientôt, un grand loup-garou sombre prendrait la place de son frère et la silhouette féminine grandirait pour devenir sauvage et se couvrirait d’un poil blanc…


( Rp annulé )


Dernière édition par Elenna Benson le Lun 15 Déc 2014, 05:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noah Alniott
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Little Whinging

Message par : Noah Alniott, Dim 01 Juin 2014, 19:45


Plus d'un mois sans réponse, je suis désolée mais je vous vole votre coin de RP.
PV avec Abygael Thompson.


Noah avait soif, très soif. Elle aurait pu finir cette bouteille de vin de sureau. D'ailleurs, elle allait la finir.
Noah n'avait plus soif, son ventre était bien tendu (merci petit jésus), et allongée sur son canapé à Godric's Hollow, elle papotait avec son elfe de maison.

-Je sais que c'est pas bien de boire hein! Mais y'a pas Jude j'en profite. Il est où d'ailleurs? Ah oui au pensionnat. Pensionnat moldu. Tu penses qu'il sera moldu ? Ses parents son moldus. Remarque on s'en fout nan? Les deux mondes sont aussi pourris. Moi j'aime pas les gens. Ils me dégoutent, tous, avec leur égoïsme, leur béatitude, leur manières, leur amour et leur haine. J'aime pas les gens. Toi tu les aime bien Mury ?

-Mury pense que maîtresse à trop bu. Maîtresse devrait aller se coucher dans son lit.

-Ah naaaaan. Maîtresse va pas aller ce coucher ! Pfff il est con lui. Oui donc sinon, je me disais, Jendy, peut-être qu'elle pense à moi là, elle aussi.

-Jendy est morte maîtresse.

-Connaaaaard.

Hurla Noah en se levant d'un coup et en balançant un oreiller sur la pauvre tête disproportionnée de son elfe. La propriétaire du Chaudron Baveur alla chercher en titubant quelque peu une autre bouteille, de whisky cette fois, qu'elle entama. Et elle continuait à parler. De la société pourrie, du ministère passif, des mangemorts qu'elle voulait voir mourir un à un. D'elle même, Noah Alniott, qui se dégoutait de jour en jour. D'elle même qui n'arrivait plus à vivre sans clopes, sans alcool, sans béquilles pour la soutenir, pour l'aider à tenir, à être là pour Jude, pour l'Ordre du Phenix. De son dégout de soi même, sa culpabilité en vrac et ses fantasmes tordus. (j'ai pas pu m'empêcher).

-J'vais voir Abygael!

Et devant son elfe qui n'osait plus parler, terré dans un coin du chalet, elle enfila une cape, attrapa sa bouteille et quelques gallions qu'elle fourra dans un sac, et sauta sur son tapis volant qui démarra au vol. La grande classe, toujours. La porte du châlet s'ouvrit par magie, Noah cria Banzaiiiii, et déjà elle quittait Godric's Hollow direction Pré-au-Lard.
Complètement torchée, Noah manqua de se prendre quelques pigeons dans la gueule, et heureusement pour elle son capteur d'invisibilité intégré au tapis fonctionnait à merveille. La jeune femme voulait dire coucou aux gens en dessous d'elle, et volait du coup beaucoup plus bas que les limites autorisées par le département des transports magique du ministère.

Elle se gara comme une Mer** devant la boutique d'Abygael, loupant complètement son créneau, l'arrière de son tapis cognant contre la vitrine. Heureusement que c'était du tissu me direz-vous. Des jeunes sorciers passants par là se moquèrent d'elle. Noah leur gueula un :

-Bande de boursouf, retourner sur vos Nimbus pourris, le jour où bous contrôlerez un bolide comme le mien on en reparlera hein! 15 minutes pour faire Godric's - Pré-au-lard s'il vous plaît! Oui messieurs! C'est ça m'écoutez pas ! De toute façon vous êtes tous des RATéS! Et ... Heeeey salut Abyss, je venais te voir ! Tu m'as manqué bordel! J'tai apporté à boire!

Et Noah prit Abyss qui venait de sortir de sa boutique dans ses bras -un peu trop brusquement- afin de lui montrer toute son affection.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Little Whinging

Message par : Invité, Sam 07 Juin 2014, 03:20


Bien que le soleil n'avait pas encore commencé à décliner je sentais que la journée allait sur sa fin. Nous venions de passer le petit "pic" de clientèle de 4h/6h et le calme (pour ne pas le dire le néant intersidéral) raffermissait son joug sur la boutique. Nous n'allions pas tarder à fermer.

Je fis mon tour dans les rayons, vérifier qu'il n'y avait pas de dégradations, remettre en place ce qui avait pu être bougé. Tout était en ordre, quelqu'un avait fait tombé des de chez Honeydukes mais un recurvite eut tôt fait d'enlever toute trace collante. Sloan quant à lui allait chercher dans la réserve de quoi compléter les étagères. S'assurant ensuite que je n'avais plus besoin de lui, il me salua de son petit sourire réservé et rentra chez lui tandis que je m'occupais de recompter une dernière fois la caisse.

L'argent... Dire que petite je m'étais promise qu'il n'aurait jamais une quelconque influence sur ma vie. J'avais été bien bien naïve tout de même. Et dorénavant j'étais bien bien endettée.
J'avais dit oui à April, à son rêve complètement dingue d'habiter tous les quatre dans ce manoir qu'elle avait dégotté. Je devais avoir perdu tout sens des réalités pour m'enterrer encore un peu plus dans la bouse. Oui et non. Parce qu'au final ce choix je l'avais réfléchi, j'avais pesé le pour et le contre. Certes la dette contractée pour ouvrir le magasin n'était toujours pas remboursée mais cela se tenait à peu près. De plus, April payait une bonne partie de la somme requise pour l'habitation, ce qui aidait grandement tout le monde. Bon tout cela ne suffirait pas, j'allais tuer mes économies et même mon compte Gringott's si je ne me bougeais pas pour ramener une p*tain de pile de gallions d'ici la date de prélèvement du remboursement du prêt.

Malgré la peur de tout foirer qui me tiraillait le bide, j'avais l'impression d'être heureuse vraiment. J'allais habiter avec April quoi! Le rêve! Je n'y croyais pas. Avoir un chez moi, un vrai chez moi pas un squat. Avec Prilou. Et Laura, sa cousine que j'avais vaguement rencontré, et même Ethan! Je ne comprenais pas comment il avait atterri là-dedans mais grâce au salaire de ouf quil gagnait en bossant à Ollivander's et à son petit pactole personnel (ou don de ses parents) il allait pouvoir se joindre à nous dès la fin de sa scolarité. La perspective de cette colocation m'enchantait littéralement. Cela me donnait un bon coup de punch, pile ce qu'il me manquait!

Et un bon coup de stress aussi. Je faisais mes comptes deux fois par semaine pour être certaine que j'allais m'en sortir avec mon salaire à Waddiwasi et celui de mon boulot moldu matinal. D'ailleurs tout était en ordre dans ma caisse, je rangeais le tout et mis en place les sécurité habituelles avant de sortir et...

de me faire agresser. Une petite (vraiment petite) brunette qui venait tout juste de me sauter dans les bras et de me souffler son haleine alcoolisée à la face après avoir gueulé sur des passants. Là, j'étais aux anges.

- Noah!!! P'tain ça me fait trop plaisir de te voir, comment tu...

Je connus la réponse avant de finir la question. Mal, Noah allait mal. Je l'entendais dans sa voix trop rauque. La voix de celle qui a passé son temps à rabâcher toute seule sur la nullité de la vie tout en cherchant son salut dans l'alcool.
- Bloody hell No' tu t'es bourrée la g*eule toute seule chez toi! J'aimais pas qu'elle boive pour ça. J'aimais pas l'imaginer dans son chalet avec sa bouteille à la main, à boire seule et dévastée, au goulot parce que de toute façon c'était ni Jude ni son elfe ni son chien qui allait l'accompagner. J'avais bu comme ça moi aussi et c'était sacrément moche.
- J'te le dis direct : maintenant c'est fini, déclarai-je d'une voix qui se voulait sûre. Ce soir si tu veux boire c'est pour faire la fête avec moi et rien d'autre okay ?

Je la regardais droit dans les yeux et lui souris. Compte sur moi pour être avec toi. Compte sur moi pour ne pas te laisser tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Noah Alniott
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Little Whinging

Message par : Noah Alniott, Lun 09 Juin 2014, 19:35


- Noah!!! P'tain ça me fait trop plaisir de te voir, comment tu... Bloody hell No' tu t'es bourrée la g*eule toute seule chez toi!

Noah éclata de rire, en titubant.

- J'te le dis direct : maintenant c'est fini. Ce soir si tu veux boire c'est pour faire la fête avec moi et rien d'autre okay ?

Noah s'arrêta brusquement de rire face au sérieux d'Abygael, et fit un effort de concentration pour comprendre ses paroles. La petite brune lui adressa un faible sourire, avec un élan de lucidité dans son état d'inconscience, elle réalisait la bonté d'Abyss, et l'instinct de protection qu'il y avait dans ses mots. Ca lui rappelait leur vraie première rencontre, aux alcooliques anonymes. Abygael comprenait. Elle comprenait son mal-être, son dégout du monde, son alcoolisme. Parce que elle aussi elle connaissait le vrai monde, à cause des phénix. Elle aussi elle avait perdu des proches. Elle aussi elle avait trop bu parfois, pour vider son cerveau.

-Si mademoiselle veut bien monter à bord, je vous emmène à Little Whinging!

Et Noah pointa son tapis volant du doigt dans un geste théâtral, attendant qu'Abygael s'installe. Elle allait obéir à Abygael, et elles allaient passer une soirée euphorisante. Sans penser aux horreurs, au reste.
La chef de l'Ordre du Phenix démarra un peu trop brusquement, et zigzaga pendant plusieurs minutes avant de trouver une certaine stabilité. Une chance que la brigade de police magique ne leur soit pas encore tombée dessus. Une chance qu'Abygael n'ait pas le mal de l'air.

-Tu veux conduire mon carrosse?

Demanda Noah d'un air faussement aguicheur, avant de laisser le devant du tapis à Abygael, déstabilisant durant un instant l'équilibre du tapis qui pencha dangereusement en arrière.

-Attentionnnnn de pas s'écraser par terre. Je suis pas sensée crever tout de suite il faut d'abord que je sauve le monde!

Hurla Noah avec cynisme, alors qu'Abygael redressait l'appareil. L'air s'engouffrait dans leur poumons. Et cela  procurait à Noah un incroyable sentiment, celui d'une éternelle liberté.  Et Noah hurlait, et ses yeux pleuraient tant le tapis allait vite...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Little Whinging

Message par : Invité, Mar 10 Juin 2014, 01:26


Il y eut un bref instant de silence lourd de sens. L'un de ces moments où les messages passent rapidement sans qu'on ait besoin de parler. Avec Noah je savais que je n'avais pas besoin de me lancer dans de longues explications.

-Si mademoiselle veut bien monter à bord, je vous emmène à Little Whinging!

P*tain je la kiffais Noah. J'avais pas compris pourquoi cet endroit plus qu'un autre, sûrement qu'elle voulait pas se bourrer la gueule dans son propre établissement cette nuit. Parce que cette nuit était spéciale, il s'était passé des trucs dans sa tête plus tôt dans la soirée.

Je m'installais sur son tapis volant qui me faisait toujours autant rêver, même après avoir fait un tour dessus avec Kyara. C'était un moyen de transport qui n'avait rien de commun avec quoi que ce soit, on aurait pu croire que c'était vaguement semblable au balai mais pas le moins du monde. On n'était pas assis à califourchon dessus et déjà ça ça changeai tout. Perso je préférais la méthode califourchon, ça me semblait plus facile pour garder le contrôle déjà. D'ailleurs Noah venait de démarrer en trombe de chez trombe, finissant de faire peur aux passants. Le début du vol fut pour le moins tumultueux, on se serait cru assaillis par des cognards invisibles, puis les mouvements du tapis se firent plus doux et le vol assez fluide. Bon, il fallait remettre les choses dans leur contexte : avec le taux d'alcoolémie de Noah sa conduite était remarquable.

- Tu veux conduire mon carrosse? me demanda la brune, taquine.
- Allons-y pour une expérience de mort imminente!

Et effectivement on faillit passer par dessus bord pendant le changement de conductrice mais ce fut très court. Juste assez pour qu'on flippe un peu et que Noah crie:
-Attentionnnnn de pas s'écraser par terre. Je suis pas sensée crever tout de suite il faut d'abord que je sauve le monde!

J'eus un peu du mal au début mais au final, les réflexes du vol en balai me permettaient de conduire sans trop de difficultés l'engin. Encore une fois je préférais m'aggriper à un manche qu'à la bordure d'un tapis mais bon j'allais pas faire la fine bouche ce qui comptait c'était cette sensation géniale. Le vol, le vent qui emmêle les cheveux, qui fouettent le visage. Qui nous rappelaient que ouais on était encore là sur terre et qu'au final il y avait peut-être des points positifs à ça.

Plus je gagnais en assurance et plus j'allais vite. La vitesse ça me plaisait. Je fonçais donc sous le ciel qui changeait progressivement de couleurs. Le tapis n'allait pas aussi vite que ma flèche mais il n'avait pas à rougir de ses performances. C'était bien suffisant pour que je prenne du plaisir à filer dans les airs. Grâce aux indications que No' me gueulait dans les oreilles, je nous conduisis à Little Whinging et nous fis atterrir en catastrophe. Pas d'accident mais c'était pas loin! Je maîtrisais clairement pas l'atterrissage, trop différent du balai. Enfin, nous étions arrivés et c'était un exploit en soi. Un peu sonnée je descendis du tapis tout en parlant à sa propriétaire:

- Tu as des bonnes adresses ici ? Moi je ne connais pas du tout le coin! Puis, avec un sourire de défi : Au pire on se les fait toutes!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Little Whinging

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 9

 Little Whinging

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.