AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 8 sur 9
Little Whinging
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Ian Benbow
Serpentard
Serpentard

Re: Little Whinging

Message par : Ian Benbow, Mar 4 Avr 2017 - 14:06


RP avec Azaël Liderick


Positionné au pied d'un vieux bâtiments désaffecté, Ian murmurait des sortilèges de protection afin d'éviter d'être repérer par des moldus.. ou d'être entendu un peu plus tard, lorsqu'il deviendra bruyant. Ça lui avait prit une bonne dizaine de minutes pour tout préparer, normalement les protections étaient suffisantes pour ce qu'ils avaient à faire aujourd'hui. En effet, Ian ne serait pas tout seul dans ce bâtiment, il serait accompagné du jeune Azaël Liderick. Un élève de sa maison qui ne cessait de le surprendre.. mais dans le mauvais sens du termes malheureusement. Après plusieurs mois, Ian avait décidé qu'aujourd'hui marquerait le début de l'entraînement du morveux. Ce dernier était un élève prometteur, mais qui avait une fâcheuse tendance à briser les règlements.

Ouvrant la porte permettant de passer de la cage d'escalier au dernière étage, Ian tombait nez à nez avec le troisième acteur de cette soirée. Un parfait inconnu, maigrichon et noir de saleté. Plusieurs jours maintenant que ce jeune homme, la trentaine tout au plus, n'avait plus prit de douches. Il avait passé cette dernière semaine attaché au pilier se dressant au beau milieu de la pièce, avec pour seule nourriture les quelques chocogrenouilles que Ian acceptait de lui offrir. Si tant est qu'il arrivait à les attraper. Il fallait dire que les moldus manquaient cruellement de savoir-faire en ce qui concernait la nourriture sautante. Au début surpris par l'unique bond effectué par la grenouille, le jeune homme avait fini par comprendre  ce qu'il se passait, et bien que répugné à l'idée de manger ce qui était pour lui une grenouille vivante, il s'était résigné à avaler ce morceau de chocolat tendrement offert par son bourreau.

Enfin, bourreau.. pas vraiment. Ian n'était que le kidnappeur, le bourreau serait Liderick. Le jeune serpent, qui se prenait pour un grand, pour un caïd, arriverait-il à ôter la vie d'un homme ? Et avant ça, arrivera t-il à sortir de cette homme les vérités que Ian voulait découvrir ? Ian l'en pensait capable, mais ce n'était pas comme s'il s'était déjà trompé en estimant les qualités du Serpentard. Le Professeur décidait qu'il était temps pour lui de disparaître, il pointait sa baguette dans sa direction et prononçait la formule du sortilège de désillusion. Rapidement, Ian devint invisible. Il se retira dans un coin de la pièce, attendant l'arrivée d'Azaël.

Au début, l'homme à la chevelure dorée avait essayé d'entrer en contact avec Ian, essayant d'échanger quelques mots avec lui, lui proposant de l'argent contre sa liberté. Ian ne lui avait, encore à ce jour, jamais répondu. Il s'était contenté de le laisser là, attaché à ce pilier, un sceau à sa droite pour y faire ses besoins, une bouteille d'eau par jour pour ne pas mourir de soif et les fameuses boîtes de chocogrenouilles empilées dans le fond de la pièce, hors de portée du sans-pouvoir. Ce dernier était un bel homme, habillé d'une chemise et d'un pantalon beige qui, s'ils n'étaient pas tachés par la saleté du sol sur lequel ils étaient posés depuis 6 jours maintenant, lui aurait donné un air de riche. D'ailleurs, l'homme venait d'une famille riche de londonien ayant fait succès dans l'importation de fourrure provenant des États-Unis il y a des centaines d'années de cela. Il avait une femme et trois enfants déjà.

En apparence, une vie parfaite pour un homme parfait. Et pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Little Whinging

Message par : Azaël Peverell, Mer 5 Avr 2017 - 8:00


T'as enfin reçu un rendez-vous de Benbow pour commencer ton entraînement. Tu commençais à désespérer sérieusement. Mais vu toutes les conneries que t'as fait après avoir passé ton pacte avec lui, tu te disais que t'avais sûrement raté ta chance. Qu'il avait décidé de ne pas t'aider au final, que t'en valais pas trop la peine. Parce que tu dois bien l'avouer, t'as pas été capable d'être un élève sage et qui se fait pas remarquer. Pourtant c'est pas faute d'avoir essayer, mais faut croire qu'aller à l'encontre de ta nature de gamin insupportable est au-dessus de tes forces. T'aurais quand même aimé qu'il se décide un peu plus tôt. Genre avant que Poudlard ne se fasse attaquer.

Parce que ça aurait pu être utile d'avoir quelques connaissances en plus. D'être plus entraîné. De parvenir à garder ton sang froid un peu mieux. Histoire de prendre tes propres décisions plutôt que de suivre celles des autres sous prétexte qu'ils rejoignent quelques unes de tes idées. Mais voilà, mieux vaut tard que jamais. Un petit voyage en Magicobus et t'arrives au village indiqué. Sac à dos sur l'épaule contenant une bouteille de whisky. Parce que tu préfères être sûr de ne pas être en manque. T'as picolé avant de venir, évidemment. Mais pas assez pour arrêter de penser. Juste de quoi être un peu plus détendu. Ta consommation ne fait qu'augmenter de jour en jour, faudrait que tu songes à arrêter ça aussi.

T'es habillé en moldu, capuche rabattue sur la tête. Tu finis par trouver le bâtiment où Benbow t'as donné rendez-vous. Il est pas devant. Alors tu entres tranquillement, regardes autour de toi. Tu balances un "Professeur ?" qui monte dans les airs pour n'obtenir aucune réponse. Tu pousses un soupir, te demandant vaguement si t'es pas en avance. Mais non. En même temps, ça aurait été vraiment improbable ça. Tu crois entendre quelques bruits à l'étage. Alors tu grimpes les escaliers. Baguette en main. Parce que t'as pas non plus la plus grande confiance du monde en Benbow. T'es bien placé pour savoir que ses méthodes sont pas toujours très orthodoxes, alors tu préfères te tenir sur tes gardes tant que tu ne sais pas ce qu'il t'a réservé.

T'atteins rapidement le dernier étage, et t'ouvres la porte, tout en lâchant un nouveau "Profe... ?". Mais la fin du mot se perd. N'est pas audible. Tu te retrouves en face d'un type attaché à un pilier. Et il est pas du genre propret. Même qu'il pue un peu. Tes narines se froncent légèrement. Tu restes sur le pas de la porte, tout à ta surprise de te retrouver face à un inconnu dans cette posture. Surtout en voyant un tas de Chocogrenouilles dans la pièce. C'est quoi ce délire ? Benbow est sans doute encore plus cinglé que ce que tu pensais. Et en plus il est même pas là. T'es sensé faire quoi, toi, avec ce type ?

- Z'êtes qui vous ? Qu'est ce que vous foutez là ?

T'as toujours ta baguette en main. T'hésites un instant. T'es bien certain d'être dans le bâtiment indiqué par Benbow. Ce qui veut dire que c'est lui qui a foutu ce type ici. Et si ton premier réflexe a été de vouloir le libérer, t'as pas forcément envie de faire face aux conséquences par la suite. Parce que t'es bien placé pour savoir que Benbow a la baguette facile. Et ton cambriolage avec Aileen t'as appris qu'il aimait bien torturer des Moldus sur son temps libre. Donc au fond, t'es pas si surpris que ça. C'est simplement que tu comprends pas trop ce que tu fous là. T'attends pas vraiment de réponse de la part du type. Tu te contentes d'attendre que Benbow daigne enfin se montrer. Tu lances quand même un #Voluptas Garden. Juste histoire que ça sente un peu meilleur. Quitte à devoir rester ici, autant que ce soit un peu plus agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Little Whinging

Message par : Ian Benbow, Sam 22 Avr 2017 - 12:34


Quelques minutes s'écoulent avant que le jeune Seroentard ne pousse la porte. Le Professeur, invisible, lève la tête en direction de son élève, essayant de deviner quel sera son prochain mouvement. Au début, il reste là, l'air un peu bête, fixant le moldu  attaché à ce pilier. Il doit, logiquement, se demander ce qu'il se passe, dans quel traquenard l'a encore attiré son Professeur de défense contre les forces du mal. Ian, lui, décide de rester en retrait encore quelques instants. L'élève s'adresse au moldu. Étonnamment, avec beaucoup de respect, vouvoyant l'homme enchaîné. L'homme ne répond pas, il se contente de regarder le nouvel arrivant en pleurnichant à voix basse.

Liderick sort sa baguette. Ian s'en réjouit, se disant que le serpentard va se décider à forcer le captif à lui livrer une réponse. Après tout, il lui a posé une question, auquel la chose n'a même pas daigné répondre. De quoi en énerver plus d'un, surtout venant d'une vermine comme ce gars. Mais non. Au lieu d'user de sa baguette pour convaincre l'homme, Liderick l'utilise pour améliorer sa situation. Ainsi que celle du captif. Il fait usage d'un sortilège chassant les mauvaises odeurs. Plus rien. Ian ne sent plus rien. Le Professeur est à deux doigts d'apparaitre a l'arrière de Liderick et de lui mettre une bonne claque dans la nuque. Pfff. Va falloir animer tout ça.

Le plus silencieusement possible, Ian sort sa baguette de sa poche avant de la pointer en direction des deux individus. D'ailleurs, Liderick se trouve maintenant à quelques pas seulement de l'homme emprisonné. À porter de bras, Ian en est à peu près certain. De quoi donner des idées au Professeur.

- #Impero ! Informule t-il.

Depuis plusieurs années maintenant, Ian s'amuse à mettre les moldus sous impero. Il a transformé cet acte qualifié d'ignoble par la majorité, en jeu dans lequel il prend son pied. Cette sensation de maîtrise, d'être aux commandes faune autre personne. De tenir le libre-arbitre d'un autre entre ses mains, de lui faire faire tout ce que l'on veut, contre sa volonté. Ce moment, celui où il sent que la cible passe d'un état de liberté à celui de marionnette sous ses ordres, c'est exactement ce pourquoi il aime ce sortilège. Le moldu est maintenant sous son emprise.

Ian décide de lui transmettre ses premiers ordres de la soirée.

- *Débat-toi ! Essaie de l'attraper, de le griffer, de le forcer à te libérer..*

Instantanément, le moldu se met en marche. Appliquant au mot près les indications données par son maître du soir. Il essaie d'abord de se mettre debout, lâchant au passage un cri strident qui, Ian en est sur, a dû surprendre Liderick. L'homme chute, car il n'a plus assez de force pour tenir debout. Néanmoins, il arrive encore à se débattre, se traînant en vitesse aussi loin que ses liens le lui permettent. Faisant valser ses mains de toute part, en direction du jeune serpent. D'ici, Ian jurerait que le captif avait réussi à griffer l'élève au visage.

Le Professeur du retenir le rire provoqué par ce spectacle amusant. Voir Liderick se débattre dans une situation aussi pittoresque l'amuse énormément. Ian décide de ne pas laisser le temps à Azaël de dire quoique ce soit, il se sert une nouvelle fois de son jouet pour faire passer un message.

- Répète ces mots à voix haute.. Il a dit que j'ai des secrets qu'il te charge de découvrir. Par tout les moyens possible. Sois inventif. Je ne serai pas simple à briser.

Rangeant sa baguette, Ian brise le sort qui le liait avec le moldu.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Little Whinging

Message par : Azaël Peverell, Mar 9 Mai 2017 - 16:10


Le type ne te répond pas. Mais au fond, t'en as pas grand chose à faire. Parce que ça ne t'intéresse pas. Tu te demandes réellement ce qu'il fiche ici, attaché de la sorte. Même si tu te doutes que Benbow n'y est pas pour rien. Faudrait juste qu'on t'explique ce que tu fais là alors que le prof est absent. De base, c'est quand même lui qui t'as filé le rendez-vous, la moindre des choses serait d'être à l'heure. Sauf que t'as pas le temps de te poser plus de questions. Le type te saute à moitié dessus, en essayant de te griffer, ce qu'il parvient à faire parce que t'as pas reculé assez vite. Tu lâches un léger cri de surprise en essayant de le repousser. T'as pas envie de l'attaquer comme ça, t'es même pas sûr qu'il sache réellement ce qu'il est en train de faire.

Jusqu'à ce qu'il t'adresse quelques mots. Cette fois, t'as compris ce qu'il se passe. Un peu du moins. Tu envoies un coup de pied bien placé au type histoire de pouvoir te mettre enfin hors de portée. Et tu plonges ton regard dans le sien. T'étais loin de te douter que l'entraînement de Benbow consisterait à torturer quelqu'un pour obtenir des informations. Et clairement, t'es pas sûr d'être prêt pour faire une chose pareille. Tu connais trop bien la douleur pour l'infliger à un type que tu ne connais pas et dont tu ne sais rien. Il pourrait très bien avoir été choisi totalement au hasard, et n'avoir rien à dire au fond. T'as pas très envie de participer à ça. T'as déjà assez de mal à te regarder dans un miroir, t'as pas forcément envie d'en rajouter.

D'autant plus que le type ne peut pas se défendre. Et que toi, ses secrets, tu t'en balances totalement. Il peut tout aussi bien s'amuser à torturer des chatons sur son temps libre que ça ne change rien. T'as assez à faire avec tes propres problèmes pour en plus venir t'occuper de ceux des autres. Si Benbow veut découvrir les secrets de ce type, il a qu'à le faire lui-même. C'est pas ça qui va te faire devenir meilleur. Tu veux savoir faire mal, c'est vrai. Mais pas pour rien. De base, tu voulais simplement te venger de ton paternel. Maintenant que tu sais qu'il est mort, la seule chose qui t'intéresse, c'est de pouvoir te protéger, et contre attaquer. Tu veux simplement arrêter de perdre. Et ça ne passe pas forcément par la torture pure et simple du premier inconnu qui passe.

Jusqu'à présent, le seul type que t'as torturé, c'est le Père Noël. Et t'avais une bonne raison de le faire. Sur ce coup, t'es loin de regretter le moindre de tes gestes. Tout était calculé, tout était mérité. Tu finis par pousser un soupir, incapable de prendre la moindre décision. Tu devrais peut être simplement te tirer de là. Il te suffira de dire à Benbow que le type est resté muet, et voilà. Puisqu'il n'est pas là, t'as rien à prouver à personne. Alors tu vas pas ajouter un poids supplémentaire à la culpabilité qui pèse déjà sur tes épaules. Nouveau pas en arrière. Tu sors la bouteille de whisky de ton sac pour boire plusieurs gorgées, réfléchissant à ce que tu peux bien faire, sans te préoccuper davantage du type. Déjà, tu ne comptes pas le libérer. Parce que ce ne sont pas tes histoires tout ça. Mais t'hésites à rester un peu plus, des fois que Benbow finisse par se montrer. Tu finis par lâcher au moldu :

- Quand tu le reverras, dis-lui que j'suis bien venu. Mais j'suis pas là pour lui servir d'Elfe de Maison. Alors s'il veut quoi que ce soit, il se débrouille avec toi. Notre marché, c'était qu'il devait m'apprendre des trucs. Et ça... C'est n'importe quoi.

Tu prends à nouveau quelques gorgées de whisky avant de ranger la bouteille dans ton sac, prêt à repartir.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Little Whinging

Message par : Ian Benbow, Dim 11 Juin 2017 - 16:37


À ma grande surprise, le jeune Liderick avait réussi à se protéger de son ennemi, lui assénant même, au passage, un joli coup de pied. Au moins, il savait se défendre avec autre chose que sa baguette, et c'était important. Ne comptez que sur sa baguette pour se défendre n'était pas une sage décision, il fallait pouvoir s'adapter à la situation. Si un moldu vous attaque dans la rue, vous n'allez pas répondre avec votre baguette, vous risqueriez de trahir le secret magique, du coup il vous faudra faire usage de vos main. Et ça, c'était sans mentionner les sortilèges existant empêchant l'usage de la magie.

Silencieux, je continuais à observer les agissements du petit jeune depuis ma cachette. J'essaie de percer à jour les pensées de Liderick, mais ce n'était pas chose aisée. Le jeune homme ne semblait pas prendre ce petit jeu de torture sérieusement. Jusqu'à maintenant, il s'était contenté d'un coup de pied et de sortir une bouteille de whisky de son sec, pour finalement en boire quelques gorgées. De quoi me désespérer au plus haut point. Liderick n'avait pas l'air d'avoir envie d'en apprendre plus sur l'art qu'était la torture. Et pourtant, il s'agissait d'une expérience enrichissante, et drôlement intéressante aussi. On ne savait pas ce que signifiait s'amuser si nous n'avions jamais essayé la torture. Le petit ne savait pas ce qu'il allait rater.

- Quand tu le reverras, dis-lui que j'suis bien venu. Mais j'suis pas là pour lui servir d'Elfe de Maison. Alors s'il veut quoi que ce soit, il se débrouille avec toi. Notre marché, c'était qu'il devait m'apprendre des trucs. Et ça... C'est n'importe quoi.

L'enfant rangeait ensuite sa bouteille de whisky et faisait mine de s'en aller, tournant déjà les talons pour reprendre cette porte en bois qu'il venait à peine de traverser. Il voulait apprendre des trucs, et c'était exactement ce que j'essayais de faire en ce moment. Ou en tout cas, j'essayais de lui apprendre des choses que je pensais en adéquation avec ces valeurs, avec ces envies pour le futur. Peut-être m'étais-je lourdement trompé.

D'un mouvement du poigne, j'annulais le sortilège me protégeant de sa vue. Je me levais d'un bond, me retrouvant sur la plante des pieds en moins de temps qu'il ne lui faudrait pour le dire. D'un geste du bras, je bloquais son avancée tout en lui lançant un regard sévère.

- Je pensais que tu souhaitais découvrir un autre pan de la magie, une autre façon de l'utiliser ? C'est exactement ce que je t'offre ici, je t'apprends à utiliser des sortilèges basiques, des sortilèges que tu penses impuissant, afin de soutirer des informations à des gens qui ne veulent rien te donner. À moins de vouloir devenir le bon toutou de Sudworth, ce que je compte t'apprendre ici pourrait t'être utile un jour. Et puis, c'est tellement amusant..

Un sourire sadique ornait mes lèvres. J'appréciais la situation dans laquelle je me trouvais. Je décidais d'ajouter une dernière remarque avant de laisser l'élève prendre sa décision. Je baissais la voix, et lui chuchotais quelques mots.

- Aussi, il est évident que toute personne capable de m'identifier comme coupable de cet enlèvement ne quittera pas cette pièce vivante. À moins de devenir complice, bien entendu.

Un sous-entendu lourd de sens, jeune Liderick.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Little Whinging

Message par : Azaël Peverell, Ven 23 Juin 2017 - 18:55


Tu t'apprêtes à repartir, mais t'as pas le temps de passer la porte. Benbow est apparu, et te barre la sortie de son bras. Tu t'arrêtes aussitôt. Il était donc là depuis le début. Tu comprends pas vraiment pourquoi il ne s'est pas montré aussitôt. Drôle de façon de faire. Sauf s'il voulait te tester. Dans ce cas, il doit être un peu déçu. D'ailleurs, le regard qu'il te lance n'est pas très avenant. Tu écoutes ce qu'il a à te dire. T'avais pas vraiment vu les choses sous cet angle. Mais d'un autre côté, il t'arrive rarement de vouloir soutirer des informations aux gens. La plupart du temps, tu te fiches royalement de ce que les autres peuvent savoir, penser, ou faire.

Mais c'est vrai que ça peut être utile. Sait-on jamais. Mais t'aimes pas trop le sourire sadique à la fin de sa tirade. C'est un peu malsain. Et puis, tu ne sais même pas ce que ça concerne ce qu'il cache ce type-là. T'as pas tellement envie de te retrouver à torturer un mec que tu connais pas pour un truc qui n'est peut être même pas important. Tu détournes le regard, le temps de réfléchir à ce que tu vas faire. T'hésites vraiment. T'as envie que Benbow t'apprenne des trucs. Mais c'était pas vraiment le genre de choses auxquelles tu pensais. Ou du moins, t'avais pas compté un moldu inconnu et peut être innocent dans ta demande pour devenir meilleur. T'as pas vraiment le temps de réfléchir davantage. Benbow ajoute quelques mots à voix basse, comme si il voyait ton hésitation.

- Aussi, il est évident que toute personne capable de m'identifier comme coupable de cet enlèvement ne quittera pas cette pièce vivante. À moins de devenir complice, bien entendu.

La menace est à peine voilée. Benbow montre que c'est lui qui décide, une fois de plus. Mais au moins, à présent, le choix est vite fait. T'as pas vraiment peur de Benbow, mais tu préfères rester méfiant. Ses réactions sont trop imprévisibles pour que tu joues au plus malin avec lui dans cette situation. Tu lèves un instant les yeux vers lui avant de pousser un léger soupir de résignation. Tu te détournes de la porte, et reposes ton sac au sol pour montrer que t'as bien l'intention de rester. Mais tu grommelles tout de même quelques mots au passage.

- C'est bon, pas besoin de me menacer.

Tu jettes un nouveau regard au moldu attaché au pilier, qui semble s'être calmé à présent. Le type a vraiment pas l'air au top de sa forme déjà. T'aimerais pas être à sa place en tous cas. Baguette en main, tu sais que tu devrais déjà lui envoyer un sort, histoire qu'il comprenne que t'es sérieux et qu'il ferait mieux de parler rapidement s'il ne veut pas souffrir inutilement. Sauf que t'as juste l'impression que ce serait gratuit. Ce mec ne t'a rien fait, et si ça se trouve, la seule raison pour laquelle il est ici, c'est pour avoir bousculer Benbow dans la rue alors qu'il était dans un mauvais jour. T'éprouves pas forcément de pitié pour l'homme. Mais tu te sens pas hyper bien à l'idée de lui faire du mal alors qu'il n'est déjà pas au top de sa forme.

T'as peur de tous les regrets et de toute la culpabilité que tu pourrais ressentir après. T'es pas sûr de pouvoir gérer correctement si tu te rends compte qu'il est totalement innocent. T'hésites donc à lui lancer un sort, non pas pour lui, mais pour toi. C'est purement égoïste. Et tu risques juste d'avoir encore plus de remords après. Alors tu te tournes à nouveau vers Benbow.

- Il cache des infos à propos de quoi ? Il a fait quoi pour que vous le choisissiez lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Little Whinging

Message par : Ian Benbow, Lun 26 Juin 2017 - 13:47


Nul doute que le gamin a compris ce à quoi je le confronte. Je lui offre un choix, sans qu'il n'ait vraiment l'opportunité de choisir. Soit il décide de me suivre dans ma folie, soit il choisit de ne rien faire, de faire demi-tour et s'en aller, perdant ainsi la vie. Parce que, non je ne blague pas. Le petit a beau avoir attiré mon attention, il n'y a rien, personne, que je ne ferai passer avant moi. Et laisser sortir Liderick de cette pièce sans m'assurer qu'il soit obligé de se taire, serait une erreur. Une erreur qui pourrait me coûter beaucoup. Perdre mon travail à Poudlard, cette situation que j'ai eu beaucoup de mal à obtenir, et retourner vivre dans la rue, comme autrefois. Un séjour à Azkaban, aussi. Non mon grand, tu ne sortiras pas d'ici indemne, crois-moi.

- C'est bon, pas besoin de me menacer.

Ho si, besoin. Car je peux voir dans ton regard, chère Liderick, que j'ai réussi à te persuader. Je sais que, maintenant, tu n'oseras plus quitter cette pièce sans mon autorisation. Tu as beau essayé d'éviter ce constat, tu es comme une marionnette, la mienne, et je fais ce que je veux de toi.

Mon regard tombe sur la baguette de Liderick, un sourire gravé à mes lèvres. Come on, child, lève ce bout de bois et prononce un sortilège, n'importe lequel, pourvu qu'il oblige notre invité à crier, à hurler sa douleur au monde entier. Mes pupilles se dilatent, l'attente fait grimper mon excitation, je m'attends à beaucoup de chose, sauf au vide. Et pourtant, c'est le vide qui m'est offert. Liderick ne bouge pas le petit doigt, il se contente de plonger son regard sur l'homme avachi contre son pilier. J'ai envie de souffler, de lui taper derrière le crâne et de lui expliquer comment faire. Sauf qu'il prend les devants, et me pose une question. Déstabilisant.

- Il cache des infos à propos de quoi ? Il a fait quoi pour que vous le choisissiez lui ?

La première question me fait réellement sourire, si naïf ce petit. Il croit vraiment que je vais lui répondre, me faire avoir et tout lui servir sur un plateau d'argent ? Allait, accordons lui le mérite de l'essai. Qui ne tente rien, n'à rien. Mais parfois le résultat est le même, peu importe qu'il y ait tentative ou non. Liderick repartirait sans réponse à cette question, je ne vais pas lui donner de piste sur lesquelles commencer ses recherches. Quant à la deuxième question, elle ne provoque pas de sourire mais m'amuse également. Faut-il vraiment que l'homme soit coupable de quelque chose pour subir mon courroux ?

- Il me semble avoir précisé que c'est à toi de le découvrir. Tu as une baguette, tu as un cerveau, j'espère plus développer que le siens, c'est donc à toi de découvrir ce qu'il sait. Fais comme-ci je n'étais pas là. J'interviendrai si je sens un manque.. d'envie chez toi.

Je me recule de quelques pas, m'écartant ainsi du chemin, donnant à mon élève toute la place dont il avait besoin.

- Ho, et il n'a rien fait du tout. En tout cas, pas à moi. C'est un moldu, ce qui suffit à expliquer sa présence ici.

Un sourire sadique étire mes lèvres. Le plus dur pour moi, aujourd'hui, sera de n'être que spectateur. Seulement assister au spectacle, alors que je souhaiterai de tout mon coeur en être le héros. Être celui qui portera les coups, celui qui se fait supplier, celui qui arrive à lui faire cracher la vérité. Malheureusement, ce n'est pas ma leçon.

- La clé réside dans le dosage. Ne jamais faire trop mal, éviter qu'il tombe dans les pommes. Avoir des notions en médicomagie est un atout quand on parle de torture.. blesser, soigner, blesser, soigner.. un cercle parfait qui, s'il n'est pas brisé, peut durer une éternité.. J'ajoutais quelques mots, clôturant ainsi mes explications.. J'espère que tu éprouveras autant de plaisir que moi lors de ma première fois.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Little Whinging

Message par : Azaël Peverell, Mar 4 Juil 2017 - 15:25


Benbow n'a visiblement pas l'intention de répondre à ta première question. Tu te renfrognes légèrement. T'aimes pas l'idée de ce qui va suivre. Le manque d'envie sera sans aucun doute présent. C'est pas ton truc la torture gratuite. Tu connais trop bien la douleur et ses effets pour l'infliger à quelqu'un d'autre sans la moindre raison. Par vengeance, tu peux comprendre. Mais là... Ca te dépasse clairement. Sauf que t'as pas trop le choix. Tu joues ta vie là. T'as pas envie de voir si la menace de Benbow était réelle ou non. Tu ne vas pas jouer avec le feu pour rien. Quelques remords supplémentaires pour rester en vie. Tu te demandes vaguement si ta soeur serait attristée par ta mort. T'as peut être pas envie de savoir en fait.

Donc le type est innocent. Son unique crime est d'être un moldu. Bonjour la bonne mentalité de Benbow. Heureusement que tu peux partir du principe que nul être humain n'est innocent. En vérité, moldu ou sorcier, tu réagis de la même manière. Les autres te font peur. Tu préfères les fuir. Tu préfères considérer que leur vie n'a que bien peu de valeur. Il n'y en a que quelques uns qui sont au dessus du lot à tes yeux. Pour qui tu serais capable de tout. Les autres peuvent bien crever, t'en as rien à cirer. Tant que ça ne te touche pas personnellement. Mais torturer quelqu'un, il faut pouvoir vivre avec par la suite. Tu détestes ce dilemme. Mais tu finis par te convaincre. Ce type n'est sûrement pas innocent, sinon il n'aurait rien à cacher, pas vrai ?

Et d'un coup, de nouvelles questions te viennent. Et si ce mec a une famille ? Des gosses ? Tu passes nerveusement ta main dans tes cheveux. Pendant ce temps, Benbow te donne quelques petits conseils dont tu te passerais bien. Le type est sans doute encore plus psychopathe que ce que tu aurais pu croire. Tu pousses un léger soupir. T'y connais que dalle en médicomagie. A part lancer un Episkey de temps en temps, c'est vraiment pas ton fort. Pourtant, ça pourrait être utile. Pas forcément pour torturer des gens plus longtemps comme e fait si bien remarquer ton prof, mais plus histoire de pouvoir te remettre sur pied à chaque fois qu'il t'arrive une tuile. Ce qui est plutôt régulier, il faut bien l'avouer.

Et voilà Benbow qui finit son petit discours en disant que lui il avait adoré sa première fois. Et non, il ne parle pas de ses performances sexuelles. Tu lui lances un regard un peu blasé. Parce que t'as pas forcément envie de savoir jusqu'à quel niveau peut aller son sadisme. Visiblement, c'est relativement inné chez lui. C'est vraiment un coup à se demander si ce n'est pas la qualité principale requise pour bosser à Poudlard d'ailleurs. Tu te contentes de lui répondre par un léger hochement de tête avant d'essayer de faire le vide dans ton esprit. Faut que tu penses à rien. Sinon tu seras incapable de faire ce qu'il te demande. Faut que t'arrives à te détacher de tout ça, que tu prennes du recul.

Un pas vers le moldu, baguette brandie. Tu ne perds pas de temps pour lui balancer un #Electrocorpus pas très modéré. Parce que ce n'est que le début. Tu veux juste lui montrer que, même si t'es pas forcément d'accord avec les actions de Benbow, tu n'as pas l'intention de le ménager, et encore moins de le prendre en pitié. Et qu'il a donc plutôt intérêt à parler rapidement s'il ne veut pas souffrir pendant trois heures. Et en plus, ça t'arrangerait qu'il craque vite, parce que lancer des sorts à un mec qui peut pas se défendre, t'as seulement l'impression de devenir la même ordure que ton père. Tu prends une profondes inspiration.

- Bon, ça, c'était juste une mise en bouche de ce qu'il va t'arriver si tu me dis pas ce que je veux savoir. Alors j'te conseille de parler rapidement, qu'on en finisse vite avec tout ça. Balance tes infos et t'auras pas à souffrir inutilement.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Little Whinging

Message par : Ian Benbow, Jeu 20 Juil 2017 - 11:30


Tout sourire, je garde les yeux sur Azaël. J'ai hâte qu'il commence, c'est la toute première fois que j'assiste à une séance de torture. D'habitude, c'est moi qui m'en occupe, alors je prends mon pied de manière active. Ici, on se dirige plus vers du voyeurisme. Je vais prendre mon pied de manière passive. Je range ma baguette, parce que je sais que si je la garde en main, je vais avoir envie d'en faire usage, et que ce serait aller à l'encontre de l'exercice : qui est d'apprendre à Azaël comment faire craquer les autres, comment obtenir ce que l'on veut, même si on nous le refuse. Lui apprendre que la vie d'un moldu n'est rien, comparé à la sienne. Et que, donc, il a tout à fait le droit de disposer du corps de cet être inférieur comme bon lui semble.

Il hoche de la tête. Je pense qu'il a comprit. C'est bien, mon grand. Montre-moi ce que tu sais faire, ça t'ouvrira de nouvelles portes. Montre moi ce que tu as dans les tripes, prouve moi que tu mérites mon attention. Alors qu'il s'élance vers le moldu, je détourne mon regard de l'élève pour me concentrer sur son sac à dos. Je trifouille à l'intérieur quelques secondes et en ressort un objet en verre des plus intéressant. Une bouteille. Alors qu'il prononce une formule, j'avale une gorgée, puis une deuxième. Le moldu crie de douleur. Je ferme les yeux et profitent de l'instant. Bientôt, il se mettra à supplier. La meilleure partie. Un peu comme une musique. Les cris représentent le refrain, on aime bien l'entendre, mais on en prend l'habitude. La supplication par contre correspond à notre couplet préféré, THE moment, celui que l'on attend impatiemment.

- Bon, ça, c'était juste une mise en bouche de ce qu'il va t'arriver si tu me dis pas ce que je veux savoir. Alors j'te conseille de parler rapidement, qu'on en finisse vite avec tout ça. Balance tes infos et t'auras pas à souffrir inutilement.

Rhaaa. Erreur de débutant. Il vient, en quelques sortes, d'avouer ne pas apprécier la situation. Non, non, non ! Il faut que la victime se pense en danger, il faut que ce déchet se pense entre les mains d'un psychopath qui prend son pied. Il faut qu'il ait peur de mourir. Il ne souffre pas inutilement, il souffre pour ton plaisir. Enfin, plus pour le mien actuellement.

Derrière Azaël, je fais les cents pas. Je marche lentement, contrôlé par l'excitation. Marcher m'aide à oublier que moi-aussi je dispose d'une baguette, et que j'ai envie de la sortir pour en faire usage. Ne pas prendre toute la place, laisser à Azaël son moment de gloire. J'en veux plus.

- Je sais.. pas.. ce que vous cherchez.. Je.. ne.. sais.. pas.

L'homme sanglote. Il a peur, ça on le sait depuis le début, mais il commence à craquer. Peut-être finira t-il par parler, qui sait ? Mes yeux se posent sur Azaël, j'attends sa réaction, que va t-il faire ensuite ? J'en tremble déjà. Ne sachant pas me retenir, je décide de soumettre une proposition à l'élève, sous la forme d'un ordre.

- Coupe-lui un doigt.

Je parle fort, de manière à être sur que le sans pouvoir entendent distinctement chacun de mes mots. Il ouvre de grand yeux, apeuré par ce qui va suivre. De mon côté, je me demande ce que va faire le jeune élève. Je ne sais pas dire s'il en est capable, tout sorcier devrait l'être. Après tout, ils nous appartiennent. Comme les elfes de maisons. Comme eux possèdent un chien. Ils sont nos chiens. L'évolution humaine. Les moldus possèdent des choses que les chiens n'ont pas, et en deviennent les maîtres. Nous possédons la magie, devenant ainsi la meilleure version de notre race, l'être humain. Ce qui est en-dessous se soumet à ce qui est au-dessus. C'est ainsi que fonctionne le monde.

- NON ! Ne faites pas ça.. pitié. Je.. ne..

Mon sourire s'efface alors que le moldu essaie d'aller à l'encontre de mes indications. Je fronce les sourcils et hausse ma voix.

- Silence ! Je reprends mon calme. N'oublie pas de soigner la plaie. On en veut pas qu'il se vide de son sang. Pas tout de suite.

Ce n'est pas un innocent, Liderick.


Je reprends mon sourire, ainsi qu'une nouvelle gorgée depuis la bouteille de Liderick.

- Je.. comprends pas. Je n'ai.. rien fait. La voix de l'homme s'éteind dans un nouveau sanglot.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Little Whinging

Message par : Azaël Peverell, Dim 23 Juil 2017 - 18:03


Les cris du type après ton sort ne te font ni chaud ni froid. T'aimes pas lui faire du mal. Mais au final, tu t'en fous. Mieux vaut lui que toi. Et tu sais exactement ce que ça fait de se prendre un sortilège offensif en pleine tronche. A force de servir de mannequin d'entraînement à certains, tu peux te vanter (ou pas) d'avoir une très bonne connaissance en ce qui concerne les effets de la plupart des sorts offensifs. Et tu sais donc par conséquent que, se prendre un Electrocorpus, ça fait pas vraiment du bien, mais qu'on s'en remet au bout de quelques instants pour peu que le sort ne soit pas lancé à une puissance maximale. Sauf qu'apparemment, ça ne suffit pas à motiver le type à te cracher tout ce qu'il sait. Il est juste à moitié en train de chialer, de bafouiller qu'il ne sait pas ce que tu veux. Ouais, bah toi non plus en fait, à croire que le seul au courant de tout ici, c'est Benbow. Sauf qu'il a décidé de la fermer.

Enfin pas totalement. il te soumet quand même une idée bien à lui pour que tu fasses encore plus douiller le moldu. Tu te tournes vers lui, l'air effaré. Non mais il est sérieux là ? T'as une tronche à amputer les gens d'un doigt ? T'as pas envie de faire ça, c'est dégueulasse, le sang va gicler partout, et tu risques de te salir. Les boucheries, c'est pas ton truc. Un peu comme la torture en fait. Faut croire que ça va ensemble. Plus ça va, plus tu te rends compte que Benbow est complètement cinglé. Et votre invité aussi visiblement, puisqu'il se met direct à supplier de ne rien lui faire. Il n'a même pas le temps de finir sa phrase que Benbow le coupe en lui gueulant de se taire. Et vu le ton employé, il a plutôt intérêt à obéir. Il n'a visiblement pas changé d'avis. Il veut que tu lui coupes un doigt et que tu le soignes pour le faire parler.

T'es pas sûr de pouvoir faire un truc pareil. C'est vraiment dégueulasse. Ton regard passe de Benbow au moldu qui sanglote. T'es pas comme le prof. Tu prends pas ton pied à faire du mal comme ça. Au contraire. C'est plutôt le genre de truc qui te file la gerbe. La seule chose qui pourrait t'aider, c'est de savoir que le type est réellement coupable de quelque chose. Mais là-dessus, t'as que la parole de Benbow, et tu ne sais absolument pas ce qu'elle vaut. Tu passes ta main dans tes cheveux, visiblement en plein dilemme intérieur pendant que l'autre est toujours en train de gémir à moitié. Il peut pas la fermer, non ? Il t'empêche de réfléchir là... Selon lui il n'a rien fait, il ne sait rien. Mais d'un autre côté, tu ne peux pas juste accorder plus de valeur à sa parole qu'à celle de Benbow. Parce que c'est la parole d'un inconnu contre celle d'un psychopathe. Et pour le coup, tu préfères être du côté du psychopathe, histoire de ne pas te retrouver à être le prochain attaché à un poteau.

Tu lances d'abord un #Accio sur la bouteille que Benbow t'as prise afin de la récupérer. Il n'a pas voulu que tu tapes dans son whisky la dernière fois, pas de raison que tu le laisses taper dans le tien. En plus, tu risques d'en avoir sacrément besoin avec ce que tu t'apprêtes à faire. Tu bois plusieurs gorgées d'un coup. Pour sentir l'alcool te réchauffer et monter à la tête. Et puis tu prends plusieurs inspirations. Avant de reboire un coup. Avec un peu de chance, si tu picoles assez avant, tu n'auras pas trop de souvenirs de la scène qui va suivre. Tu fais quelques pas vers le Moldus, baguette pointée sur lui. Il recule. Tu lui lances directement un #Immobulus. Pour être tranquille. Tu t'accroupis à côté de lui pour prendre sa main gauche. Et tu pointes ta baguette sur la base de son index.

- J'suis désolé... J'ai vraiment pas envie de faire ça... Mais faut que tu parles, mec... Histoire de garder tes autres doigts...

T'es de bonne foi. Mais même si t'as pas envie de le faire souffrir, t'as l'intention d'obéir à Benbow. Parce que tu veux sortir d'ici vivant. Et parce que, pour une fois que ce n'est pas toi qu'on torture, bah étrangement, t'es plutôt d'accord avec la situation. T'aimes juste pas être celui qui donne la punition quand le type ne t'as rien fait personnellement. Tu laisses s'échapper un #Diffindo. Plusieurs en fait. Parce que le premier n'était pas assez puissant. T'aurais dû lancer un maxima peut être. Bref, le moldu hurle tous ses poumons, et le doigt finit par tomber à terre. Tu regardes un instant son moignon sanguinolent. C'est loin d'être un travail propre. Et l'odeur du sang te prend au nez et à la gorge. C'est une odeur infecte, entêtante. Tu recules rapidement. C'est que ça pourrait te filer la gerbe un truc pareil. T'as vite fait de lui lancer un #Vulnera Sanentur histoire de calmer l'écoulement de sang.

Et tu lui rends sa liberté de mouvement en te mettant une nouvelle fois hors de portée de lui. Tu bois plusieurs gorgées de whisky, comme pour essayer d'oublier ce que tu viens de faire. Tu sens une sueur froide couler le long de ton dos et sur ton front. T'es pas du tout en accord avec ce que tu viens de faire. T'as pas envie d'aller plus loin. Tu ne t'en sens pas capable. Et pourtant, tu t'adresses à nouveau à lui.

- Alors ? Toujours rien à me dire ?
Revenir en haut Aller en bas
Sean Balor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Little Whinging

Message par : Sean Balor, Sam 9 Sep 2017 - 14:49







Tour de Garde

Bim Bam Boum, TDG du mois de Septembre.

Ah l'automne approche ! Que c'est beau, toutes les feuilles qui tombent, les arbres qui lentement se dénudent. Rien de plus beau que de voir le temps pluvieux revenir sur l'horrible Angleterre et les visages de ses maudits habitants redevenir tout aussi froids. Passant à travers une rangée d'arbres censée rendre le lieu plus agréable aux ames encore vivantes qui erraient parmis le petit village où il avait élu domicile pour quelques heures avant de changer de lieu. L'endroit était en fin de compte un peu banal, de vieilles maisons anglaises, de vieux habitants qui de temps en temps l'observaient du coin de l'oeil. Peut-être qu'il était le seul être vivant de moins de 50 ans dans ce lieu ? Un peu de mauvaise foi, il avait vu quelques chiens qui ne vivent pas jusqu'à cinquante ans. Un long soupir lui vint, qu'est-ce que c'était long les journées de garde, il avait l'impression que cela ne se finissait jamais et qu'il était dans l'obligation d'en supporter la solitude qui allait avec.

Rien ne l'intéressait vraiment et il regrettait de ne pas s'être munis d'un livre pour au moins s'occuper au vu de l'ennuie qui pouvait règner en maitre chez lui. Dépassé de loin par toutes ses espérances le temps défilait à une allure d'une tristesse rare, à tel point que même les feuilles devenaient plus intéressantes que son rôle d'Auror à l'heure actuelle. Il était bien loin d'une folle enquête sur Kholov ou d'un combat dantesque contre un ennemi du Ministère, non là il s'ennuyait au milieu de nul part. Même affronter les manifestants à moitié abrutis devant le Ministère aurait pu lui paraitre plus intéressant et logique que d'être dans ce lieu m'enfin, il s'arrêta net devant un banc et se posa dessus laissant le temps et la vie des gens défiler devant ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Little Whinging

Message par : Asclépius Underlinden, Lun 2 Oct 2017 - 20:28


Incruste dans le tour de garde de l'agent Balor

Avec son nœud à papillon extravagant, d’une couleur de nuit où dansaient quelques étoiles lointaines, sa robe de sorcier couleur taupe d’une austérité de carême, d’un uniforme relevant de sa caste sociale. Une caste où porter le pantalon moldu n’était pas dans les mœurs. De toute façon, le pantalon, il aimait pas trop ça le Pius. Faut dire, il n’avait pas l’habitude. Ça devait jouer.
Par contre, ce qui ne dérogeait pas dans sa tenue était ses lunettes bicolores bleues et roses, typique du Chicaneur, dont il se faisait le porte-parole. Un peu le garant, aussi. Histoire de se faire l’avocat face aux méchants Aurors qui s’étaient mis en tête de se faire journalistes. Et lui, depuis ce jet d’acide dans le genou lors de l’attaque de Poudlard, alors qu’il était soumis à la vulnérabilité d’un Impero, placé sur lui par quelqu’un qu’il estimait, parce qu’il lui avait donné sa chance… Eh bien, depuis, il était un peu chafouin, face à ces représentants du gouvernement.

Et ajouté à cela, une espèce d’antipathie anarchiste inhérente à sa personne.
Qui aimait se soumettre ?
Les masses, visiblement. Et lui, avec ses lunettes, détonnait la plupart du temps.

De passage dans ce petit village de Grande-Bretagne entre deux transplanages inter-continentaux, il choisit de prendre une pause. Son estomac était retourné. Beaucoup trop. Comme une marionnette qui ne cessait d’être manipulée par n’importe qui.
Et, en toute honnêteté, c’était un brin désagréable comme sensation.

Faisant quelques pas dans le village, prenant l’air, il ne trouva personne. Personne d'intérêt pour lui faire passer son malaise en tout cas. Peut-être un chien galeux, ou un chat. Ou une petite vieille après son chat. C’était indistinct, mais il salua tout de même cette forme avec un sourire étincelant. Moins que sur son nœud papillon tout de même. Parce que le factice était toujours plus beau que le naturel.

TTout à ses pensées acides, il venait d’entrer dans les abords de la ville et, avisant sur un banc disponible une figure familière (un peu trop, même), il décida de prendre place.
Car, comme il l’avait signifié à la cousine, il y a quelque temps : il avait choisi dans sa vie l’indécence sociale contre les diktats conventionnels.

Sourire aussi léger que le ton employé, tandis qu’un couple aux couleurs ternes passait tranquillement sous les feuilles mortes : « - Vous êtes là pour la récolte des champignons ? »

Qui sait ? Peut-être aimait-il la soupe.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Sean Balor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Little Whinging

Message par : Sean Balor, Dim 8 Oct 2017 - 18:11







Tour de Garde
Asclé et son nom compliqué



Le calme l'entoure, il ferme les yeux, réfléchit à tout et son contraire. Bon dieu, à quel moment cela déconné au point de devoir passer son après-midi à regarder des vieux balayer le porche des tristes habitations noires dans lesquelles ils vivaient. L'impression d'être dans un monde où la mort pouvait apparaitre et frapper à n'importe quel instant à la porte d'une de ces maisons était la seule chose qui semblait l'inquiéter. Il était Auror, il avait bien peu de choses à faire mais devoir appeler un mire ou la maréchaussée humaine n'était point membre de sa liste de choses à faire à son grand bonheur. Son regard se promenant, il vit cet être à la dégaine étrange. Il le connait, de quelque part mais il ne pourrait pas dire d'où. Peut-être de là-bas ? Ou d'ici ? Ou peut-être que le vide interstellaire de ce village a formé un trou dans l'univers et ce cher être est sortis de là.

L'être s'installa, qu'était donc ce clown digne d'un certain roman d'un tout aussi certain King, il le dévisagea en profondeur alors qu'à quelques pas deux futurs cadavres se promenaient à une vitesse de croisière approximative du néant. Le seul avantage était que ces deux êtres marquaient un rythme, marquant des moments d'impacts d'une canne au sol et palliant au silence omniprésent. Enfin, palliait puisqu'à un moment le clown dû ouvrir la bouche et à sa voix il se remémora qui il était. Glissant une main près de Sombreval,
il se mit sur ses gardes, l'idée de lui remettre de l'acide sur la tronche revenant au galop.

Jusqu'à ce que.. des champignons ? Une récolte ? L'Auror ne put se retenir de faire les gros yeux. Il le prenait pour un vieillard sénile ?Son regard parcourut ses boucles blondes, il devait être bourré.. ou con, au choix. Le regard de l'Auror se porte enfin sur le noeud papillion, il l'observe longuement : Fallait-il dire que pour porter ce genre d'étrangetés il ne fallait pas être sain. Encore un impur qui avait eu la bonne idée de se prendre pour un roi et dont la tête avait heurtée de trop près le sol. Se décalant doucement vers le bord du banc pour échapper à cet étrange personnage il lui fit un sourire drolement faux avant de rétorquer.

- Non, je suis juste là pour me détendre et observer le monde sous toutes ses coutures mon cher ami.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Little Whinging

Message par : Asclépius Underlinden, Sam 14 Oct 2017 - 17:06



Assit sur le banc, le tissu au cœur des mouvements et le mouvement de son regard de lac sur le temps anthropomorphisé par les deux vieux passants, il observe. Observe, attend, écoute, et finit par sourire, en un sourire de demi-lune, de bouclette, en sentant plus qu’il ne vit son compagnon de banc se décaler. D’un geste délicat, il croise donc les jambes : tant qu’il y a de la place, autant la prendre. Et la prendre pour soi, non pour autrui. C’est qu’il a besoin de s’asseoir. C’est que ses jambes sont défaillantes. A un si jeune âge, c’est triste, mais il ne peut faire autrement. Entre l’arbre et l’acide, faut dire, les circonstances extérieures ont bien aidées à son état.
Il hausse presque les épaules, mais son sourire n’est pas départi. Un sourire tout aussi calme que sa posture, presque poudré de blanc. Quelques petites granules qui s’échappe : c’est lui qui parle, à nouveau.

« - Oh, vous avez donc la tête dans le bonnet blanc. »

Après tout, comment peut-on observer des coutures autrement si ce n’est au plus près ? Il semble intéressant à discuter. Un peu plus qu’à combattre. Ou pas. De toute façon, il n’était pas un homme d’action. Davantage un homme d’attention. Attention portée aux détails, c’est là où la délicatesse se tapie.

Enfin, il tourne la tête en la direction de l’Auror. Le geste est mécanique et l’on entend un craquement dans l’air. Comme si la mécanique entière de son corps est rouillée. C’est probablement le cas. Pour ça que ça craque. Pourquoi d’autre ? Parce qu’il est une mécanique rouillée. Une orange, avec toute sa pulpe, qui dévore ses rouages, ainsi que ceux de la Machine sociétale. Cette Machine à renverser et à faire tomber par terre.
Cette Machine si bien personnifié par l’être en face de lui.

Pour ça qu’il sourit.
De ce sourire toujours aussi doux, comme un flocon. Avec le même froid, au fond de ce lac de givre qui lui sert de regard.

« - Oh ! J’ignorais que l’on saluait ses chers amis avec un crachat acide ! Vous les Anglais, vous avez vraiment de drôles de coutumes ! »

Et dans un haussement d’épaules, et un autre craquement, il se mit à rire du regard et du sourire. En une naïveté incisive.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ian Benbow
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Little Whinging

Message par : Ian Benbow, Ven 27 Oct 2017 - 14:05


Accord d'Asclé pour un RP croisé. Merci à lui.

Un éclat de lumière se reflète sur ma pupille. Une lueur qui se mélange à celle qui anime mon regard depuis le début de cet échange. Je suis saisis par une envie, quasiment irrésistible, de prendre les devants. De pousser l'étudiant, de lui voler ce qui me semble être son heure de gloire. Je m'abstiens, difficilement. Aucun mouvement. Juste le battement de mes cils. L'élévation de ma cage thoracique à chaque bouffée d'air inspirée. Mes yeux qui se calent sur ce spectacle.

Aucun mouvement, aucune animation. Et ce même quand le précieux liquide, jusque là coincé dans ma main droite, s'envole jusqu'à l'élève. Essaie t-il de se donner du courage ? Ingurgitant l'alcool que j'avais fais miens, mais qui lui appartenait à l'origine, afin d'écarter sa conscience ? Un moyen de lui faire comprendre qu'il était temps pour elle de se la fermer, que dorénavant elle n'aurait plus aucun contrôle sur ces futures actions ? Brièvement, je me laisse emporter par mes souvenirs. Visionnant à nouveau les images de ma première fois, de mon premier meurtre. Tout comme Liderick, je m'étais noyé dans l'alcool avant de passer à l'acte, et avait succombé à cette douce substance une deuxième fois après l'incident. Tout d'abord pour, comme je l'avais déjà suggéré, me donner du courage. Puis ensuite pour oublier. Une fois l'acte commis, j'ai été prit de remord, comme le sera très certainement Liderick, et l'alcool m'avait aidé à passer outre ma culpabilité. Je venais de prendre la vie d'un homme, après tout, quoi de pire pour l'âme d'un être humain que le meurtre ?

Avec le temps, ça devient plus facile. Maintenant, je ne bois que rarement avant, ça m'empêche d'être lucide et d'apprécier l'instant. Et si je bois après, ce n'est plus à cause de mes remords, mais pour fêter l'événement. L'être humain s'adapte facilement, à ses envies, à ses pulsions. Les miennes ne sont pas des plus traditionnelles, mais ma morale s'y est habituée, bloquant certaines émotions, comme la culpabilité. Arrivera t'il la même chose à Liderick ? Amis-je réellement envie de l'entraîner avec moi sur ce chemin boueux, dangereux ? Est-ce réellement une bonne chose, pour lui ? Pourquoi m'en soucier ?

Une incantation me sort de ma rêverie. L'heure de la boisson est maintenant révolue, il est temps de passer à l'acte, de suivre les conseils que je viens de lui prodiguer. A t-il le cran de le couper, ce doigt ? Le moldu est immobile, face à nous. Une grimace de terreur animant les traits de son visage. Un sourire vient d'incruster sur le miens.

Des bruits résonnent dans la pièce vide. Des mots qui sortent de la bouche du jeune Serpentard. Il le prévient, lui explique qu'il n'a pas envie de jouer à ce jeu, qu'il ne veut pas faire subir à cet homme ce que je lui ai demandé de faire quelques minutes plus tôt. Liderick semble sincère, mais ça ne me rebute pas. Il n'aime pas parce qu'il ne connaît pas. Une fois qu'il aura goûté à ce pouvoir, il n'arrivera plus à le contenir.

L'homme s'obstine à ne rien dire, jouant (ou pas) l'innocent. À croire qu'il n'avait réellement rien à nous confesser. Un nouveau sortilège est prononcé par l'étudiant, avec comme cible l'un des doigts du moldu. Avant l'impact, je me rapproche avec excitation, souhaitant avoir une vue très claire sur les événements. Une coupure, profonde et nette se dessine sur le doigt visé, et pourtant ce dernier resté accroché à la main. Un hurlement. Je retiens un rire. Il n'a pas réussi du premier coup. Ce n'est pas plus mal, la douleur sera plus vive, plus importante. Après plusieurs essais, le doigt s'écrase contre le sol poussiéreux. J'applaudis brièvement, signalant ma satisfaction à mon apprenti.

Après quelques instants, Liderick décidé de soigner, comme proposée tout à l'heure, l'homme. Évitant ainsi à l'inconnu de perdre conscience, et ainsi de nous forcer à annuler cette séance des plus divertissante. L'homme peut bouger à nouveau. Il s'écroule au sol, en pleurs, le regard fixé sur le doigt qui fut sien. Sa détresse augmente de minute en minute. Pourtant, je trouve qu'il n'est pas encore totalement affolé, comme si l'espoir de s'en sortir vivant l'animait encore. Cette sensation était sûrement dû au manque de plaisir que prenait le Serpentard en exécutant sa tâche, donnant ainsi l'impression à sa victime de ne pas avoir le cran d'en finir définitivement.

Je m'approche de Liderick.

- C'est bien lui dis-je en lui tapotant l'épaule gauche. Tu te débrouilles bien. Je sais que c'est difficile la première fois, mais tu verras ça s'améliorera avec le temps. Une idée me traverse l'esprit. C'est comme quand tu le tueras. Ça sera compliqué, mais je serai là pour t'épauler. Ainsi que celle-ci..

J'attrape la bouteille de whisky et la fait bouger devant ses yeux. Je me décale ensuite de quelques pas pour me retrouver près du sans pouvoir. Je me saisis de sa main ensanglantée, et verse dessus un peu du liquide. Du gâchis dirons certains, un plaisir d'autres. Le plaisir de l'entendre crier lorsque le liquide entre en contact avec sa chair tranchée. Je rigole discrètement tout en me tournant vers Liderick. Je n'ai pas pu voir sa réaction à mon annonce, celle de mon intention de le voir tuer cet homme, du coup je ne sais pas vraiment ce qu'il en pense.

Je me redresse, bouteille en main. Intentionnellement, je laisse la bouteille tomber au sol, s'éparpillant en plusieurs petits morceaux sur le sol une fois cassée. Je jure à haute-voix, prétextant être victime d'un accident. Ma baguette toujours sortie, je rétablis le lien créé avec le moldu via mon impero, reprenant ainsi le contrôle sur ses actions. J'avance de deux ou trois pas en direction de Liderick, tournant le dos au misérable.

- Comment tu te sens Liderick ? Pas bien ? Envie de tout abandonner, de parti..

* Attaque moi avec un débris de verre. Vise une zone non létale.*

Ordre introduit directement dans l'esprit du moldu via mon sortilège. L'objectif ? Voir quelle serait la réaction de l'étudiant face à une attaque dangereuse à mon encontre. Allait-il me défendre ? Allait-il me laisser livrer à moi-même, poignarder par un sans-pouvoir ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Little Whinging

Message par : Azaël Peverell, Mar 14 Nov 2017 - 17:28


Benbow applaudit quand le doigt tombe. Toi, ça te donne juste un frisson glacial qui parcourt tout ton dos, remonte le long de l'échine. Une sueur froide sur tout le corps. Tu te sens pas bien. T'as la nausée, envie de gerber. Mais tu te retiens. Ne pas montrer de faiblesse. Ne surtout pas montrer que t'es faible. Que t'es lâche. Que tu te dégoûtes au plus haut point. Tu ne soignes pas pour faire durer le plaisir comme Benbow le voudrait. Non. Tu soignes en espérant que stopper l'hémorragie du type stoppera aussi ce dégoût de toi-même de grandir un peu plus encore. T'as déjà du mal à te regarder dans la glace. T'avais aucunement besoin d'en rajouter.

T'es plus pâle que jamais lorsque tu vois le type s'effondrer sur le sol en pleurant et en gémissant. Tu recules d'un pas, ta baguette tremblant légèrement dans ta main. Tu ne veux pas continuer. Malgré l'alcool qui parcourt tes veines, t'as l'impression d'être glacé. Tu ne peux pas retenir un mouvement de recul lorsque Benbow te tapote l'épaule, comme pour te féliciter ou t'encourager. Tu ne veux pas qu'il te touche. Tu veux juste qu'il te laisse partir d'ici. Il parle de torturer les gens comme d'une habitude. Comme certains vont faire leurs courses. Difficile les premières fois, et après ça passe. Sauf que t'as pas envie que ça devienne une habitude. T'as rien contre ce moldu. Et en plus, il veut que tu le butes par la suite. Tu recules de quelques pas en secouant la tête de gauche à droite, yeux écarquillés.

Tu ne veux pas. Tu ne veux pas tuer quelqu'un. Pas encore. Pas comme ça. Une fois ça t'a suffit. Tuer sous la contrainte, c'est bien trop difficile. Le meurtre de ta tante, tu l'as vachement mieux vécu. Peut être parce que ce n'était pas toi, mais Leo. N'empêche que c'était sur ta demande. Mais ça ne te dérange pas. Les remords ne t'ont pas assailli comme ils l'ont fait avec le petit frère d'Aileen. Comme ils le font encore. Et même s'il te dit qu'il sera là pour t'épauler, ça ne change rien. Tu refuses de repasser par là. T'es pas prêt. Vraiment pas prêt. Et voilà que le prof verse de l'alcool sur la plaie du moldu. Grimace de ta part. Angoisse montante. Crise latente. La bouteille se brise au sol, mais tu n'y prêtes pas vraiment attention.

Tu te revois dans les montagnes bulgares avec Lival. Lorsqu'il appliquait le whisky sur chacune de tes coupures. Tu te souviens parfaitement de la douleur et de l'humiliation ressenties. Tu peux encore sentir les cicatrices te picoter. Ta respiration se saccade davantage encore. L'angoisse se précise. Tu ne veux pas faire subir la même chose à ce type. Ce n'est qu'un inconnu. Peut être même un innocent, malgré les belles paroles de Benbow. Et alors qu'il se tourne vers toi pour te demander comment tu te sens, tu ne parviens plus à te retenir. C'est trop pour toi. Ta baguette tombe au sol tandis que tu te plies en deux. Le contenu de ton estomac se retrouve à terre. T'as juste eu le temps de détourner un peu le visage pour éviter de vomir sur Benbow. Et tandis que te redresses, tu vois l'éclat lumineux dans la main du moldu. Tu vois son geste. Et tu ne réfléchis pas.

En quelques pas, te voilà entre les deux hommes. Le moldu n'a pas atteint sa cible. Tu voulais simplement l'arrêter. Stopper son bras. Mais tu n'en as pas eu le temps. A la place de cela, un débris de verre dans ton ventre. Qui déchire. Découpe. Il est entré plutôt profondément. Légère incompréhension dans ton regard. Ce n'était pas ce que tu avais prévu. Tes mains se pressent sur ton ventre, essayant de retenir l'écoulement du liquide rouge et poisseux. C'est à peine si tu sens la douleur finalement. Simplement une faiblesse. Tandis que tes jambes se dérobent sous ton poids. Et que tu tombes au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Little Whinging

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 9

 Little Whinging

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.