AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 9 sur 12
Little Hangleton
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Little Hangleton

Message par : Erundil Trismegiste, Dim 27 Nov - 19:16


LA de Riri
Tout ça tout ça



Le swing dans le geste, ce sort danse jusqu’au mannequin superbe et rebondit vers moi…

Mais que s’est-il passé avant cela ?

Avant cela…

Il me parlait d’amitié. De jolis mots, bien pensés, qui décrivent les maux de cette réalité. Comprendre et ne pas comprendre. Connaître et ne pas connaître. Etre et ne pas être. « Je vois » avais-je lancé. Désormais, une remarque sur la Manumagie. Lui expliquer les fondements. Il demande explication puis il change de danse.

Avant cela…

Il me parlait de cette conférence. Peut-être une aventure exclusive à l’Elite des pays. Je n’en ai pas entendu parler. Il racontait. Il expliquait. Dans ses paroles, un arrière goût de mécontentement d’une certaine société. « Une autre conséquence qui pourrait mener à cette guerre civile dont tu parlais ».

Il s’arrête un peu. « Une guerre civile entre un Ministère qui n’est plus à l’écoute de son peuple, et un groupuscule plus à l’écoute, mais avec des manières plus extrêmes, et un troisième groupe : le peuple. Celui auquel ils ne pensent pas. »

J’avais dit cette pensée, écoutant le silence qui s’était installé puis disparaissait au travers de mes mots, soulageant quelques maux. Puis le silence se repose.

Avant cela…

Il présentait un fait tellement évident qu’on en oublie son existence. Cette personne est très intéressante. Il n’y a pas de doute qu’il a du potentiel. Peut-être pourrait-il apprendre la Manumagie rapidement, après tout. Je l’observais parler. Sous sa coiffure énigmatique, ses traits  de … « Tu es de quelle origine au fait ? ». Sous son apparence à l’allure froide, une réflexion était clairement forgée. Je tente de l’imaginer sans la baguette. Mon point de vue sur cet engin est différent, mais j’accepte celui des autres. J’essaie de les connaître tous, mais me rends compte que je ne connais pas vraiment les gens. Il lève son bras. Je ne savais pas qu’il était gaucher lui aussi. Et puis. Et puis …

Le swing dans le geste, ce sort danse jusqu’au mannequin superbe et rebondit vers moi…

La danse avance, je recule d’un pas arrondi, demi-cercle dans le geste, puis position de défense, flexion légère, prêt à attraper le sort. Jambe gauche en arrière, main gauche en arrière. Rattrapé ! La danse continue.

A sont tour, geste dansant rattrapant le sort par enchantement. Le mannequin dans lui aussi. Cette fois, jambe droite en arrière, je le prendrai de revers. Mon coude collé au menton, les muscles crispés, je le vois, je le sens arriver. Je soulève le nez, fais face à l’électricité. Il est proche, il est là, il aimerait me toucher, mais ne le fera pas, il aimerait me torturer, je ne le laisserai pas…. Je fuis la punition…

Jusque quand cette danse continuera ? La valse s’accélère, le sort lui est renvoyé, au mannequin, puis à lui. Même geste que tout à l’heure, allure démesurée. Quelque chose est différent cependant, mais je n’ai pas le temps, l’allure est dense, je vais perdre cette danse, si je reste dans l’inconscience.

Nouveau pas en arrière, arc demi-cercle, un peu plus fléchi, je change de style, du défensif, je passe à l’offensif.

De gauche à droite, de droite à gauche, je souris d’ivresse comme un gosse, je m’amuse dans un éclair de folie, souris à l’ivresse. Fureur, gauche droite, n'ai plus la peur, même plus du contact, droite gauche, je garde le rythme en n’étant pas trop gauche. Droite, je m’amuserais presque, et lui aussi, je l’espère, la cadence bouscule, elle me propulse presque en arrière à chaque fois que ce sort se rapproche de ma chair. J’ai chaud, bras crispé, main qui tremble, je deviens gauche maladroit. Mal à la main. Droite, tantôt revers, gauche, tantôt main en arrière. Mon bras n’est plus qu’un fouet qui se termine par un morceau de bois. Ce morceau fait partie intégrante de ma main. Mais j’en puis presque plus. Toute ma force est à l’agonie. Concentre-toi, machin, reste concentré, sinon ca va t’électrocuter… la punition … La douleur est déjà tellement intense. Je ne le regarde même plus, ce compagnon, je ne le sais plus gauche ou maladroit. Peut-être sommes-nous pareil, lui et moi ?

Mais je ne veux plus avoir peur de la punition. La main se baisse et le mannequin renvoie. Et le sort me blesse …

Projection. Choc. Percussion. Ca fait Boom ! Electrifié, frappé, paralysé, me voici au sol cloué.

Boom Boom !

Le palpitant déchire mes tympans, je n’entends que le sang gicler partout dans ma carcasse. Je ne danse plus, je gis seulement, je n’entends que le sang.

Boom Boom !

Corps à l’agonie, sur le coup, je crois que c’est fini, partie la vie, abandonnées aussi les envies et l’ennui. Le corps bouge seul un temps. Des réflexes et des spasmes forment un tas de tremblements. Je n‘en puis plus, du métal dans la bouche qui sue. Je n’en puis plus.

Ca fait Boom Boom ! Le palpitant délire. Je n’entends plus que le sang.

Mais une ombre sent le non vivant. Une ombre esprit reprend. Stoppe tremblements puis redresse ce corps de mort presque vivant. Puis droit comme un piquet, découvre et apprécie souffrance. Nouveauté disgracieuse rend ombre heureuse. Fissure en plein existant, tremblement de joie, fissure grandissante sur la carcasse qui lui sert de corps.

- Il faut fortifier l’esprit. Il faut maitriser ses pulsions, contrôler ses émotions à la perfection. La baguette est une partie de nous, mais elle n’a pas à nous contrôler, nous ne sommes pas uniquement elle et elle n’est pas uniquement nous. Elle a sa vie tout comme nous avons la nôtre. C’est pourquoi lancer un sort sans elle est possible.


Baguette de l’autre moi dans les mains. Une ombre rigole intérieurement, et puis regarde le vivant qu’elle ne connait pas.

- Il faut savoir raison garder, c’est cela qui est compliqué. Et ne pas avoir peur de la punition non. Ni de l’échec. Car nous le vivons sans cesse, et souffrance est égale à la caresse d’un détraqueur. Et c’est la folie qui peut s’éprendre de toi.

Une ombre regarde ce vivant. Il a un grand potentiel. Une ombre lui montre sa fissure. Baguette vers le bas, une autre partie d’une ombre se présente au mannequin. Dans un souffle silencieux lance un nouvel #Electrocorpus

- S’entrainer est le pilier pour s’améliorer, et avancer dans cette discipline. Il y a de quoi faire…
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Little Hangleton

Message par : Erundil Trismegiste, Dim 4 Déc - 20:52


LA de Riri qui a mon LA

Pas le temps de reprendre son souffle, le rythme se fait soutenu.
Se faisant soutenu, j'en profite pour me perdre dans mes pensées, dans un rythme incontrolé.

Je repense à la propagande, de ces grands là, ces mécréants, qui se voient grands, se voient importants, ils se croient utiles dans cette vie qui se désespère, de notre abjection, car rien ne change, ils ne pensent tous qu'à leur bouille, et ils pensent qu'à faire rien que ce qu'ils veulent, ou autre chose tant que ça leur revient. Mais ils auront bien la trouille quand la vérité les mettra à genoux, quand l'oppression qu'ils ont créé se fera supériorité face à leur corruption. Leur corruption …

Je me reprends. Le sort se balance de main en main, de baguette en baguette. J'aperçois à peine le compère, je le pense tout autant dedans, dans l'entrainement. Il se débrouille vraiment bien. Et voir que j'ai du mal à le suivre n'est qu'une preuve en plus, il me faut plus de pratique. C'est ça, il me faut travailler la pratique, pour ne pas me faire faucher par la faucheuse, qu'elle soit maquillée par le Ministère ou par les Mangemorts. Tout cela n'est tellement rien. En attendant, la nature se fait détruire un peu plus. Et qui fait quelque chose face à ça ? En attendant, d'autres créatures se font maltraités. Qui fait quelque chose face à ça ?
En attendant, il y en a toujours qui crève de faim, de soif, de non vivre. Qui fait quelque chose face à ça????!!!!

J'en ai marre. Un ras le bol général. Alors je baisse le bras. Et j'attends le sort, une fois de plus. Mais rien. Non. Une lumière par contre là-haut. Elle s'en va. Le compagnon a décidé de faire autre chose. Attaquer ?

Il parle.

La surprise ? Oui c'est vrai.. Je reprends mes pensées…. Oui, l'instant présent, l'entrainement, je dois rester concetré, je ne dois pas perdre la raison. Pas encore. Ou pas tout de suite, du moins. L'entrainement donc. Le sort a fusé, disparu au loin, et Riri parle de l'importance de la surprise.

Je le regarde.
C'est vrai.

Je me baisse. Je prends un petit caillou qui était là.

- La surprise est plus facile quand on connaît le terrain. Avoir un peu d'avance sur l'autre. Et puis y aller.

Alors je lance le caillou dans les aires. En haut, pas vers lui.

#Amplificatum

Le caillou devient pierre. Quelques livres supplémentaires. Enfin, quelques kilos. Ca peut faire mal si ça tombe sur sa tête.

Je le vois agir face à cette pierre qui lui arrive dessus.

- La surprise est importante. Oui. Le lancer vers l'autre aura un effet plus conséquent. Il devra se concentrer sur ce danger imminent. Alors deux choses, on gagne du temps. Une demi seconde, ça joue. Et on on gagne en temps de stratégie.

Je regarde le mannequin à nouveau. Puis les autres. Puis la tente. Peut-être souhaitera-t-il faire quelque chose. Peut-être un autre exercice, ou bien le même ? Peut-être une appause ? Peut-être réfléchir à autre chose ….

Autre chose ? Oserais-e lui poser des questions plus personnelles ? Je me perds un peu. Dans les pensées, je m'oublie, je ne suis plus grand-chose sinon la pensée. Je repense à la propagande.

- C'est pas une dictature, tout ça ?

Merlin ! C'est sorit tout seul, je n'ai pas assez réfléchi…. Je me reprends alors et je le regarde à nouveau.

- Désolé, je m'égare.

Je le regarde. Je me permets un souffle. Un simple souffle peut dire beaucoup. Il peut dire qu'on s'ennuie, ii peut dire qu'on est énervé. Il peut aussi dire qu'à cet instant, on avait besoin de cet instant pour respirer, simplement, pour se sentir bien. C'est ce souffle que j'ai lancé. Puis je reste là. Je me concentre sur ma respiration. Et puis sur lui, voir comment il va réagir.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Little Hangleton

Message par : Erundil Trismegiste, Jeu 8 Déc - 22:59


Le temps. Les sorts. Les bruits. Dehors. Tout se mêle dans un mélange rhapsodique de mots et de maux. Je reste tout de même bien affaibli. La peau s'électrise à chaque geste. Souvenir d'une résistance que je teste. Ses mots me viennent aussi vite que la nuit tombe. Elle se fait amie, à cet instant, capricieuse amie qui prend son temps pour venir, les jours d'été, et qui s'empresse de nous embrasser les jour plus frais, en fin ou début d'année.

L'ami … Appelons le ainsi, ce sera plus simple. Du moins dans la caboche. L'ami virevolte dans ses gestes jusqu'à l'extinction des feux, jusqu'à l'arrivée de la première étoile. Et sur la toile qui se dessine, portant le nom de semaine d’entraînement, déjà se termine la journée première, vient maintenant cette nuit éphémère. J'aurais bien aimé rester là, à parler de tout, de ça… Mais je me rends compte que c'est tout le corps qui engueule ma tête. Je me réjouis de me voir assez en vie pour rester alerte. Nos baguettes à tous les deux seront baissés. Nous embrassons cet instant plein d'éternité. Et quand vient l'heure, nous rentrons, plutôt satisfait. Enfin, nous allions nous reposer. Et théoriser. Bien sûr ….


La tente, rappelons le, au cas où des pièces furent oublier la première fois, la tente se compose de deux chambres. Je préviens Riri que la sienne est celle de gauche, la mienne celle de droite. Au milieu la cuisine. Tout à gauche, il y a une pièce appartenant à ma mère, avec un tas de choses splendides mais elle est interdite. Entre ces deux pièces, la salle de bain / toilettes. Puis tout à droite, la bibliothèque. Nous nous installons alors dans cette pièce. Les fauteuils se font pénitencier, repos éternel, le temps d'un soupir de satisfaction. Tous les muscles me disent merci. Puis j'explique à l'invité, une fois que j'ai pu apprécier cet instant si doux, je lui explique comment les livres sont rangés. A gauche, des livres moldus, à droite, des livres de sorciers. J'ai parlé à ma mère de notre entraînement. Elle a alors accepté de nous laisser cette centaine de bouquins.

- Suite à une mésaventure du passé, elle accepte facilement, quand il s'agit de m'aider à me défendre. Ou à me battre.

Je m'arrête là. Je me rends compte que mes propos peuvent être très personnels. Il peut soit désapprécier, s'en désintéresser, et rien que pour ces deux raisons, j'arrête de parler. Sauf pour lui dire de choisir celui qu'il veut. Je me permets tout de même de lui conseiller un des livres moldus, qui s'intitule « l'art de la guerre » et qui développe plusieurs stratégies guerrière dans une philosophie particulièrement sage. A moins qu'il ne le connaissait déjà.

Et puis, je me lance dans de la lecture. Livre très intéressant sur la legilimancie, et d'autres thèmes qui sont abordés. Je me laisse me plonger profondément durant une partie du livre. Puis je me rends compte que la réalité commence à se mélanger avec le rêve, sous mes yeux éveillés…

Nous aurons peu discuté. Nous aurons lu. Nous aurons peut-être même ririgolé. Nous aurons apprécié la journée. La prochaine s'annoncera tout aussi intense. Et probablement même plus. Je finis par le laisser. Il y a de la pizza et d'autres choses à manger au frigo. Du boire si l'envie lui vient, et qu'il n'hésite pas à toquer à la porte, car je vais probablement passer le reste de la nuit à lire. Etant donné que je ne dors plus. Je ne lui dis pas cette dernière phrase, et puis je prends le départ.

Me pose sur le lit. Me mets à reprendre la lecture. Ainsi l'esprit peut être aussi impressionnant. C'est une arme à lui seule. Il faudrait être fou pour vouloir tenter de le contrôler…. Mais je reconnais… C'est très tentant ….
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Little Hangleton

Message par : Erundil Trismegiste, Ven 13 Jan - 23:59


Morphée m'a posé un lpin. J'ai continué de lire. Un bouquin sur le contrôle de l'esprit. Comment contrôler l’autre et comment contrôler le sien.Je n'ai pas tout compris. Mais ce qu'en ai sorti m'aura suffit pour la suite. Je m'enivre du souffle de la vie, je me laisse aller par l'ennuie durant cette nuit. Puis je finis par me lever quand je l'entends passer devant ma porte.

Riri

Au bout d'un temps, peut-être dix minutes, peut-être plus ou moins, je sors de ma chambre. Toutes les pieces semblent vides. Il n'aura pas mangé, apparemment. Alors je m'approche de la sortie. Et puis j'entends quelques bruits. Des sorts qui se fracassent. Une partie de ping pong avec soi-même. Je le laisse encore un temp. Je l'observe timidement. D'un œil je le vois se suffir. Mais peut-on vraiment se surpasser uniquement grâce à son propre soi ?

Alors je finis par sortir. Je le vois faire quelques passes avec lui même. La vitesse st impressionnante. C'est impressionnant. Il semble user des sorts facilement, tout en les repousssant avec la même adresse. Alors j'attends. Jusqu'à ce qu'il remarquera maprésence. A ce moment, je m'avancerai pour lui parler, ayant en tête tout ce que j'ai lu dans la uit. Il faut savoir se maitriser pour maitriser la puissance. D'abord.

- D'abord …

Il faut connaître ses limites. Et puis les dépasser.

- Connaître ses faiblesses. Pour se surpasser.

Je revoie les lignes que j'ai pu lire. Le contrôle de l'esprit de l'autre passerait d'abord par le contrôle de notre propre esprit. Je pense que tout cela est vrai pour tout.

- Apprenons à nous surpasser. Alors utilisons ce mannequin.

Je fais face à un autre. D'une autre couleur. Je sais ce qu'il fera, alors je me prépare.

#Expeliarmus !

Le sort est lancé

#Protego !!!!

Je me concentre et tous mes pores libèrent mon énergie. Mes tympans s'affolent, le sang de tout mon corps s'ébullitionnent, je suis juste l'instant tout entièrement vivant. Rien d'autre n'est, rien d'autre nait, ou ne meurt, sinon cet instant très bientôt passé.

Le sort m'est enfin renvoyé. A la puissance 10. Une lumière forte apparaît. Je sais que ça fera mal. Est-ce pour un bien ? Mon protego n'est pas encore suffisant, alors je me prépare u mieux, jambes fléchis, maisn et avant bras prêt à attraper le coup.

Puis il arrive le sort. Il me fait souffriri, et point de souffrir pour mon visage, seul un regard sage, et peu serein. Je m'enfonce dans une douleur dans tout le corps, et le sort se fracasses sur moi. Mes pieds. Je les sens s'enfoncer un peu dans la terre. Puis reculer. Mais je tiens bon. Je me force. Je me concentre. Je l'ai déjà fait. Il faut juste tenir. Pour savoir tenir face à l'autre.

Car non ...


Non, l'ami, l'autre ne doit
Pas nous forcer, il n'a le droit
De se sentir conquérant
Sur notre corps délabré,

Il ne sera jamais brillant
Comme brille la vie.
Non. Pas même nous, nous croyant si bon
Alors que rien ne brûle dans notre horizon.

Alors nous voici,
Choses simplement de vies

Et nous attendons que le reste soit plus forte enfin.
Mais hélas, le force ne vivra que par et pour un Un.


Mon esprit a divagué un instant. Je me sens reculer de quelques mètres. Toutefois je n'ai pas cédé. J'ai reçu. J'ai survécu. Alors je me redresse, me met droit enfin. Puis je fais craquer les quelques articulations en souffrance. Et le regarde non loin. Admire sa prestance.

- Se surpasser.

Je ne sais même plus quoi lui dire. Je ne lui apprendrai rien, je crois.

- Il faut surpasser chaque chose. Mais surtout soi.

Je le laisse méditer sur cet instant. La discipline de l'esprit. Le comprendra-t-il ? Avec mes mots, mes actes, comprendra-t-il mon message ?

Je le laisse y réfléchir puis reste non loin de lui. J'espère le voir vivre cet éphémère infini.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Little Hangleton

Message par : Alhena Peverell, Lun 20 Mar - 17:04


Récupération du sujet
RP avec 91

Lone Digger

Mais bordel,
Tourne
Tourne

Encore
T'arrêtes pas, tu fonces dans le mur là. Continue de courir, de traverser les ponts branlants, et qu'importe si le reste s'écroule
On s'en fiche du reste, on se fiche de toi, de moi, de nous, on s'affiche avec des mots et des pensées lugubres
On est plus à ça près
Juste une voix et un personnage délabré
Poussé à l'extrême de son énormité
Monte dans la voiture, vis à fond, tombes dans un ravin et relèves toi parce que le monde t'attendra pas. Il continuera sa route pendant que tu te morfonds dans un coin. La vie t'oubliera et la mort viendra te chercher parce que tu pleures encore. Tu seras enseveli par ces criards de mineur qui savent que faire ça, présenter un plastique pour se faire entendre. Toi tu sais réfléchir, tu sais jouer quand il le faut, alors profite de ces capacités
après tu te perdras trop pour en faire de même

Que tu le veuilles ou non Alhena, y a un petit truc en plus chez toi. Une voix, un grain de folie que tu tentes d'enterrer cette nuit. Un super-héros des ténèbres qui s'envenime avec les masqués. Alors tu marches, tu fuis les humains et les maisons. Tu cours les rues et les jardins. Vandale de l'élégance, de la civilité derrière un rire qui s'éprend des pilules et d'une cigarette qui se consume.
Est-ce que toi aussi ça te dit de jouer ? Triste inconnu de la noirceur, perché dans l'ombre de l'ennui, où es-tu ?
Allongée sur le banc des enfers, elle attend son heure. Que tu viennes arracher avec les dents les parcelles de lumière
C'est son tour de s'éprendre de colère et de haine, il lui faudra t'aimer avant pour jouer et déplacer les pions, mais elle finira par le faire. Elle finit toujours par tomber, il faut juste la pousser un peu ailleurs pour qu'elle court jusque dans ses retranchements. Elle n'est pas si compliquée, pas si forte
elle est juste lâche
Elle fuit la vie pour la nuit
Alors si tu sais y faire, si tu as une idée, une envie à lui faire faire, à désirer. Gravi les échelons de la parole pour l'écouter pleurer
Un jour elle dansera pour toi
Des ses yeux de perles, elle brillera pour tes pensées et on s'amusera de nouveau sur ce chemin tortueux
Parce que la vie est difficilement étrange. Les tourbillons ne s'enchainent plus de la même manière, le sang coule à l'envers et les petits poissons sont devenus poisons.
Pourquoi le monde est si plat ? Je croyais que la terre était ronde
Tu es seule dans ce jardin
Tu attends encore
le silence
le temps
Tu es seule
il n'y a qu'une bouteille qui t'embrasse
Tu es seule
la mort court vers toi
Tu es seule
et le monde disparait
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Little Hangleton

Message par : Mangemort 91, Mar 28 Mar - 9:37


Il y avait un souffle au cœur. Un murmure dans la nuit. Une palpitation étrange qu'ils ne lui connaissaient pas. Une porte qui grinçait comme une scie. Comme une note gommée au cœur d'une partition mal garnie.   Leur corps le criait comme une évidence, et il n'y avait plus qu'un mot qui comptait, un seul, et tant à la fois. Un mot que leurs os tambourinaient, que leurs pensées roulaient tant qu'ils pouvaient le voir danser devant leurs yeux hallucinés.

Urgence.

Presque comme une nécessité vitale, ils avaient sauté du toi où ils s'étaient assis. Presque comme un instinct de survie, leur masque avait rejoint leur peau meurtrie. Comme une urgence, comme une sale danse qui secouait leurs tripes. Il leur fallait courir. Droit devant. comme un enfant.

Urgence.

Le mot cognait contre les tempes, il tournait et retournait sans arrêt, sans repos. avec la certitude même que quelqu'un allait mourir ce soir, que le corps allait vivre. Mais la personne mourir. Qu'ils devaient intervenir. Parce que la mort marchait encore sur leurs plate-bandes. Parce qu'elle s'immisçait partout cette sal*pe. Elle glissait sous les portails, sous les portes et rampait jusqu'au lit. Mais là ils ne la laisseraient pas faire. Non. Pas aujourd'hui.

Urgence.

La gorge se serre face à la peur d'arriver encore trop tard. De tout louper. Ils courent, pieds nues sur l'allée. Ils suivent sa traînée froide. Glaciale. Parce qu'ils savent où elle va. Ils la voient comme une folle courir devant eux. Mais ils l'auront cette c*nnasse. Ils l'auront.
Et soudain. Elle s'arrête. Une voix s'élève.

Pourquoi le monde est si plat ? Je croyais que la terre était ronde

Ils reconnaissent la voix mais peu importe. Ils doivent faire barrage. Maintenant. Parce qu'ils ne veulent pas la laisser les aveugler encore. alors ils glissent sur le banc. Entre la tâche et la proie de la faucheuse. Ils glissent. Le masque toujours bien accroché. Dire quelque chose pour tuer le silence. Le tuer lui aussi. Comme ils ont doublés la mort.
Comme le nœuds dans leur gorge. Un cri d'urgence.

La terre est ronde, elle tourne juste à l'envers.

La voix est trop rauque pour être reconnaissable. Trop pressée. Trop salée.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Little Hangleton

Message par : Alhena Peverell, Jeu 6 Avr - 22:06


On s'étoufferai avec, presque
Elles descendent plus vite qu'on ne le croit
Elles attaquent les poumons et le coeur, à faire crever une maladie et la mort
Et pourtant, elles sont parfaites. Parce qu'elles amènent là où personne ne vient nous chercher. On cache un voile devant les yeux, mouillés, et on continue de marcher. On souffle, on soupire, on transpire. Tu fermes les yeux et les quelques gouttes s'échappent et déchirent la gorge
Parfois ça fait mal de vouloir s'amuser à l'excès
On tombe de haut à en demander trop

La terre est ronde, elle tourne juste à l'envers.
On est juste un peu bancale
c'est genre viscérale
Tu te tournes, vers lui, vers eux
L'est comme la Reine
aussi mor-t-bide qu'elle dans les ténèbres
Tu te redresses, tu allumes une penseuse, fumée noire qui explose le ciel
blanche qui détruit l'intérieur
Tu restes silencieuse, t'apprécie le moment,
Ce masqué là
alors qu'en vrai t'as rien demandé
Ta langue démange, tu voulais rester seule pour une fois
courir et tomber comme une enfant
pleurer entre deux temps
Pourquoi êtes vous là ?
Tu as fait une bêtise ? On vient pour te gronder, te demander de ramper ? Encore et encore, pour remonter des échelons que t'as pas su grimper

Tu te lèves, tu t'échappes de ce flot de ténèbres. De ses pensées ternes qui assombrissent la chair et les os. Puis tu tournes, t'attends. Dis, est-ce que toi aussi tu voudrais courir ?
Courir encore plus loin
Découvrir l'impossible dans l'immensité de l'univers
On y trouverait des choses si belle, qui ne sont pas du terre terre
Mais ce serait fuir, oublier les problèmes
Les guerres et les conflits intérieurs
T'as promis, tu voulais rester
Alors tiens-toi à tes idées.
Bats-toi pour un nouveau lendemain, fais-toi saigner les veines pour contempler la vérité dans le ciel. Crame les restes de pensée en opposition avec des pulsions. Deviens ce qu'on attendait pas de toi, suis les gens, guide les, tombe, rampe et relève toi
Tu vaux un peu mieux que ça
Sourire
d'enfant
qui attend, gentiment, poliment
qu'on lui dise quoi faire,
pour le monde, pour elle, pour vivre et crier
Parce que
Je ferai tout pour toi Alhena,
mais pas n'importe quoi
Alors demande-moi, mais surtout n'oublie pas,
ne te trompe pas
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Little Hangleton

Message par : Mangemort 91, Mer 26 Avr - 20:14


La fumée étrangleuse qui se glisse sous leur masque. Vissé à la peau comme s'ils ne faisaient qu'un,
comme si le plastique avait repris le dessus dans l'urgence d'une rencontre en pleine nuit. Pour casser les fêlures qui exploseraient sûrement à l'approche du pire jour. De la pire heure. Celle où la peau s'arrachera dans son entièreté, pour s'étaler au sol en une montagnes de chair calcinée.
Neuf jours.
Et Un-e éternité bafouillée.

La fumée étrangleuse qui rappelle la suffocation qui avait suivi le coup. La brûlure intense comme une marque indélébile. La suffocation qui n'avait jamais vraiment lâcher leurs poumons. L'envie d'envoyer cette mort en stick voir ailleurs si ils y étaient, parce qu'être de nouveau étouffé étaient trop invivable. Mais le regard de l'autre.
Qui les retient un peu.

Mumure d'
-urgence-

Pourquoi êtes vous là ?

Pourquoi comme un enfant.
Comme une soif de savoir.
Comme un oiseau tombé du -lit.
Pourquoi comme des maracasses qui jettent les questions contre les murs de la chambres d'enfant encore pur.
Pourquoi auquel
ils ne répondraient pas.

Parce qu'il n'était pas question d'eux. L'urgence qui battait les cieux était un peu la leur, certes, mais ils n'étaient pas là pour eux. Ils avaient couru après l'affreuse, l'immonde, la laide, et la visqueuse. Qui avait essayé de l'attraper. Leur danseuse étoile d'un temps à contre cœur immémorial. Ils l'avaient pourchassé. Pour la sauver elle.
Sans se montrer eux-même.

On a entendu la nuit crier.
Pourquoi tant de vacarme ?
T'as les idées toutes chamboulées ?

Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Little Hangleton

Message par : Alhena Peverell, Mer 10 Mai - 18:29


Le temps s'est arrêté.
Il a été emporté dans un autre monde
Il ne restera que trente minutes quand vous vous réveillerez
Oui
Applaudi ce nouveau spectacle
Ce rêve éveillé

Avale une pilule
Une
Deux
Une
Deux

Le monde est étouffant, que devons-nous faire croyez-vous ?
Propulsée dans l'autre espace
Voltigeant au dessus de la rivière, tes pieds se trempent dans de l'eau, ou est-ce du sang imaginaire ?
Planer dans l'envie, le désir et les pulsions
Quand est-ce qu'on explose pour se venger ? Quand est-ce qu'on cris pour de vrai sur le reste des humains _s'il en reste

Est-ce que ça te dis, inconnu qu'on détruise des choses pour le plaisir de détruire ? Juste parce que la folie nous mange et ronge jusqu'au coup
Ou vas-tu m'apprendre à calmer mes pulsions, me demander de réfréner ma propre nature, toi qui me connais si bien ?


Ta main se tend vers lui. Tu l'invites à jouer, à découvrir tes propres pensées. Peut-être veut-il comprendre par lui même ? Tu n'as pas envie d'expliquer ce que tu es.
Tu es son mauvais roman, sa mauvaise histoire
Alors berçons la jusqu'au bout
Que tu puisses le regretter des années
Parce que son masque t'as perdu, mais que ses lèvres dans le passé t'ont effleuré.
La seule chose : c'est que tu ne le sais pas

                                                          ..Je veux me perdre
Pour oublier que je suis déjà bouffée par la nature, il te suffit que de me pousser pour que je tombe
dans tes bras
dans tes ténèbres
Alors être de noirceur, dis-moi ce que j'ai à faire, comment je dois vivre pour vous
Quelle marche ordonnes-tu dans tes élans de parole, qui, acidulées, pourraient détruire tout homme
trop saint d'esprit ?


Je suis un carré trop carré,
Modèle moi pour être l'éphémère
d'une autre forme de déni
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Little Hangleton

Message par : Mangemort 91, Mar 6 Juin - 0:40


Il ne manque que le divan et l'équilibre de l'esprit pour que la situation ne dérape et qu'ils ne commencent à se prêter au jeu dangereux de l'écoute symphonique. D'ordinaire ils auraient certainement fui. À toutes jambe. À toute allure. Une sorte de fuite en avant dans l'aveuglement féroce que la nuit impose aux pupilles trop étriquée.
Une fuite dangereuse qui les aurait sûrement tués.
Fuir, parce qu'elle n'était plus de ces âmes tourmentées qu'ils se surprennent à aimer. À vouloir connaître.
Ni de celles qu'ils parvenaient encore à apprécier consciemment.
Une pièce montée trop rapportée.

Et pourtant -dans l'urgence-
Son cri et sa présence.
Comme un chant.
Sont apparus comme un perchoir.

Alors, incontrôlables, ils restent. Contre toute attente, envers et contre envie. Alors que le oui leur arrache la conscience. Que le dialogue de sourds muets se fait de plus en plus simple, avec un de ces côtés presque enfantin que l'on ne trouve plus dans les bouches trop âgées. Assassine par son impulsivité.
Une urgence transcendante.
De retrouver la vie.

Un vous respectueux, et une valorisation nouvelle de leur état précaire, un peu trop méconnu de leur pairs. Appréciable notification du statut du neuf accompagné du un, qui s'avère au final être tout sauf unique.
Alors la peau se décolle un petit peu sous le masque, le temps rapide d'esquisser un sourire de la pointe du charbon ardent qui leur brise les commissures.

Le monde est étouffant parce qu'on ne sait plus quoi en faire.
On a oublié comment on faisait pour respirer.


Et l'envie soudaine et furieuse de jouer. de lui apprendre une vérité. Une de leur rares certitudes. Puis lui apprendre à danser. Avec ce chat seul que la nuit n'effraie pas.
Lui montrer aussi,
Avec délicatesse,
Que selon d'où on les regarde,
Les Ténèbres ne sont pas si hostiles. On peut apprendre encore. En luttant pour ses idées.
Pour ce qui fait.


Es-tu prête Alhena ?



Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Little Hangleton

Message par : Alhena Peverell, Mer 7 Juin - 20:36


Avec vous, on remplace les couleurs,
Avec vous, on fait face à Jack l'éventreur,
Avec vous, on danse l'horreur,
Avec vous, on vit et on meurt,
Avec vous, on est modelé avec de la sauce végétale,
Avec vous, on a besoin d'éviter les balles

________C'est quoi respirer dis-moi ? Parce que je sais plus

On sourit, on avale une pilule. On se demande pourquoi on arrête pas de tourner dans l'autre sens. Pourquoi on suit sans jamais franchir la ligne d'arrivée. Peut-être qu'on a peur ?
Qu'on veut pas être dans l'inconnu, que ça se finisse, que ça soit décevant d'être juste parfait
Modelé,
Pantin réparé,
Alors que toute notre vie on a été asphyxié
________C'est toujours plus facile d'être une victime n'est-ce pas ?
La lâcheté comme excuse, faire semblant de se battre et fuir quand c'est nécessaire,
Ne jamais mourir pour ce qu'on est, attendre la fin, se protéger et courir
Mains tendues vers le ciel alors que les gouttes de sang sèchent sur nos joues
Ne pas assumer, faire comme si rien ne c'était passé,
Se cacher
________Est-ce qu'un jour, t'auras fini de jouer à l'enfant ?
Je me battrai demain, mais pas ce soir. Je suis bien là, c'est reposant. Pas vous ?
On attend, que le ciel reprenne ses couleurs,
On reste là parce qu'être assis c'est pas mal quand la tête tourne, parce que le Mangemort ne nous attaque pas,
Parce qu'on veut comprendre un peu ce qu'on doit faire, ce qu'on attend de nous
On veut arrêter de décevoir un jour et retrouver cette confiance qu'on a eu un jour
__________Parce qu'on est là et qu'il y a plus de choix à faire
Clope au bec, on laisse la fumée détruire nos poumons, histoire de mourir à petit feu
On veut pas que ça soit quelqu'un qui nous tue
On veut être pleinement responsable de notre mort, parce qu'on veut pas que les consciences se brouillent
On veut personne qui puisse se dire : mais qu'est-ce que j'ai fait de travers avec elle ?
Parce que sinon, on rentre dans le chantage affectif
Et tu détestes ça, tu l'as trop vécu
Pour y survivre
encore une fois

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Little Hangleton

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 9 sur 12

 Little Hangleton

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.