AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 13 sur 17
Autour du parc
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16, 17  Suivant
Jude Orwell
Serdaigle
Serdaigle

Re: Autour du parc

Message par : Jude Orwell, Lun 2 Mai 2016 - 10:30


- Aw. Oui, avec plaisir ! Il me reste vingt minutes avant de repartir en cours.

Jude observa la visage du jeune homme et ne décela ni dans sa voix sur ses traits une quelconque ironie ou sarcasme, le ton de sa voix se voulait même engageant et sincère. Rassurée la petite brune se dit qu'elle avait bien fait de proposer une sortie. Il était plutôt rare ici que les gens ne se fassent pas confiance du premier coup... Enfin c'est ce qu'il paraissait à l'extérieur, la petite brune s'était rendue compte que tout le monde amassait des dossiers sur me tout le monde dans l'éventualité où... Et Jude trouvait cela déplorable. Heureusement pour elle, Lin' n'avait pas l'air si corrompu que ça. Laissant le jeune homme choisir la direction de leur ballade elle suivi doucement le mouvement.

- Tu as déjà passé tes BUSES du coup ?

La question la plus classique pour entamer la conversation, Jude fit non de la tête un sourire étirant ses lèvres, elle ne put s'empêcher de rigoler un petit coup.

- Je suis un peu en retard... J'ai eu des soucis mais c'est prévu ! Très bientôt, et je n'ai pas hâte... Pas du tout à vrai dire, je suis une grande stressée alors les examens j'aime vraiment pas ça ! Et toi tu en es où dans les cours? Tout se passe bien?

Jude était fille unique et elle avait toujours eu cet instinct maternelle de couver un petit-frère. Nombre de ses amis lui disait toujours qu'elle les protégeait trop mais la jeune Serdy ne pouvait pas s'en empêcher c'était dans sa nature ! Elle commençait à avoir le même sentiment envers ce jeune garçon qui lui était très sympathique et très gentil.

Puis elle se demanda si le jeune homme était souvent abordé comme ce le fût avec ce garçon violent où si réellement c'était la première fois qu'une mésaventure comme ça lui arrivait... Si c'était le cas il ferait mieux d'en tirer une bonne leçon et de se préparer pour la prochaine, Jude avait remarqué que les petits cas d'intimidations comme celui-ci était devenus courant de la part des plus vieux. Certes tout le monde ne se faisait pas battre, mais des tentatives d'intimidations comme celle-ci sur de longues périodes peuvent affecter les esprits les plus innocents... Et la jeune brune ne voulait pas que cela arrive à Lin'.

Pour le moment la brune ne dit rien, elle ne voulait pas avoir l'impression de jouer le rôle de la maman avec lui, elle n'en avait pas le droit et ce serait déplacer, elle venait juste de le rencontrer. Mais elle mit ces avertissements de côté dans sa tête pour plus tard, sait-on jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Autour du parc

Message par : Lïnwe Felagünd, Jeu 5 Mai 2016 - 20:10


« Tu as déjà passé tes BUSES du coup ? » Des mots crus, simples, basiques. Qui animent pudiquement le début d'une conversation. Ce n'est pas digne d'un grand cru, mais on fait avec. Les BUSES c'est la base de la base. Les examens de fin d'année ne sont rien à côté du diplôme. Même les ASPICS ne sont pas si raides en dernière année d'études. Le garçon avait hâte de grandir mais peut-être pas pour passer en cinquième année. C'était le sujet le plus stressant des conversations annuelles des élèves de Poudlard. Il y avait toutes les catégories possibles. Ceux dont la pression restait inexistante, les réussites aussi. Et pis y'avait les anxieux de l'autre côté, pour une vision plus manichéenne. Jude appartenait à la seconde modalité.

« Je suis un peu en retard... J'ai eu des soucis mais c'est prévu ! Très bientôt, et je n'ai pas hâte... Pas du tout à vrai dire, je suis une grande stressée alors les examens j'aime vraiment pas ça ! Et toi tu en es où dans les cours ? Tout se passe bien ? » On aurait dit une grande sœur. Une grande sœur qu'il n'avait pas eue. Et pourtant, ce n'est pas un soucis d'existence. Tilendir était bien l'aîné de la fratrie Felagünd, mais il n'avait jamais vraiment était là pour le Gryffon. Heureusement, il pouvait compter sur sa petite sœur pour remonter le niveau. Ils étaient aussi fusionnels que des jumeaux.

« Bon courage en tout cas ! Je ne suis pas prêt de les passer, les BUSES et encore moins les ASPICS. Je suis en deuxième année, c'est pas bien compliqué. On dit que la cinquième année c'est la plus dure. Tu crois que c'est vrai ? » Il pourrait lui demander tout ce qu'il voulait, en apprendre davantage sur la vie qui l'entoure. Compter sur un grand était appréciable. Tout sourire, il ne pensait même plus à ce qu'il venait de se passer avant l'arrivée de la Serdaigle. Un baume. Un cicatrisant. Une pommade ou encore un dictame. Cette fille-là. Plus de douleur, plus de mémoire. « Ah mais j'y pense, je vais devoir y aller moi !...  J'espère qu'on se reverra et merci pour tout à l'heure ! » Il n'aimait pas forcément cela. Mais il lui était redevable.

[Départ de Lïnwe]
Désolé pour le départ soudain,
Je dois clôturer tous mes RP de 2ème année. :x
A une prochaine j'espère ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Matilda Grayling
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Autour du parc

Message par : Matilda Grayling, Sam 23 Juil 2016 - 15:44


[RP avec Azaël Liderick]

Une bourrasque s'engouffra dans les cheveux de Matilda lorsqu'elle pénétra dans le parc. Les éclaircies se faisaient de plus en plus rares à cette période de l'année, la petite sorcière avec donc profiter que l'une d'elle se glisse au moment où elle avait un vide dans son emploi du temps pour se familiariser avec le parc de Poudlard où elle n'avait pratiquement jamais mis les pieds depuis qu'elle avait intégré l'école. Le manque d'originalité de son idée faisait que dans chaque recoin il y avait d'autres élèves, à croire qu'ils s'étaient tous donner rendez-vous dehors. La petite sorcière fut vite fatiguée d'entendre les piaillements des autres qui devaient sûrement avoir l'impression d'être tous seuls, et elle abandonna son étude du parc pour aller en quête d'un endroit à peu près tranquille où elle pourrait tenter de faire ses devoirs au calme.
Il fallu du temps avant de trouver un coin assez reculer pour n'entendre que les oiseaux et le vent, pour que ce dernier ne soit pas trop fort, pour que l'herbe ne soit pas trop mouillée depuis la dernière pluie et pour que des arbres le cachent assez des autres gens. Mais Matilda l'avait quand même trouvé, et c'est pleine de fierté qu'elle s'assit au pied d'un arbre et sorti ses devoirs d'Histoire de la magie. Elle devait répondre à des questions au sujet d'un texte du livre. Rien de plus facile ! Mais un escargot avançait dans sa direction. En combien de temps allait-il l'atteindre ? rebrousserai-t-il chemin ? La jeune sorcière l'observa un moment avant de se forcer à recentrer son esprit sur son travail. Le vent avait jeté des brindilles sur sa feuille. Elle pris la plus grande et entreprit de la couper en  six petits morceaux égaux. Il fallait se concentrer. Le temps ayant passé, Matilda n'avait répondue qu'à deux questions et était entrain d'émietter une feuille morte de l'automne lorsqu'elle pris conscience d'une présence à proximité.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Autour du parc

Message par : Azaël Peverell, Sam 23 Juil 2016 - 16:31


Azaël voulait absolument être dehors. Il en avait assez d'être toujours enfermé dans les murs de Poudlard. D'ailleurs, il ne connaissait pas encore assez le château pour s'y sentir à l'aise. Et il y avait beaucoup trop de monde. Elèves, personnel… Tout cela l'embarrassait au plus haut point. N'y avait-il donc aucun moyen d'être tranquille dans cette fichue école ?

Il finit par prendre le chemin du parc, mais une fois de plus, force était de constater que ce n'est pas là qu'il pourrait se retrouver seul. Des élèves, partout… Qui parlaient, qui jouaient, de façon plus ou moins bruyante, mais toujours bien trop à son goût. Il ne voulait plus les voir, ni eux, ni leurs sourires niais ou hypocrites. Leur joie de vivre et leur innocence naïve qu'il pouvait parfois envier lui donnaient aujourd'hui envie de vomir. Il n'était vraiment pas dans un bon jour.

Il lança un regard vers le ciel bleu, parsemé de petits nuages blancs. Le soleil se montrait timidement, il faisait bon et il savait déjà exactement ce qu'il voulait faire. Mais il devait trouver un endroit qui lui conviendrait. Il enfonça donc ses mains dans les poches de sa robe de sorcier et continua sa route, s'écartant toujours plus de ces poules caquetantes qui lui servaient de camarades.

Enfin, il avait trouvé l'endroit parfait. A un inconvénient près, et il était de taille : une gamine était déjà là. Hors de question de continuer à chercher, il voulait juste se poser maintenant. Sans la moindre hésitation, il s'approcha d'elle et la toisa de toute sa hauteur. Elle était en train d'émietter une feuille morte… Vraiment constructif ce genre de chose… Il s'adressa alors à elle d'un ton froid, qu'il utilisait lorsqu'il n'avait aucune envie de discuter, et encore moins d'être contredit.

- Qu'est ce que tu fiches ici ? C'est mon endroit, dégage.

Au moins, il donnait directement le ton. Pas de politesse inutile avec lui. Mais évidemment, cet endroit ne lui était pas réservé. Il n'y était même jamais venu. Mais il n'allait pas se faire voler un des derniers endroits libres loin de toute agitation humaine hurlante par une gosse. Bien qu'il était nouveau dans l'école, il n'était pas du genre à essayer de rester dans son coin sans se faire remarquer, ni à se faire des amis. En revanche, entrer dans le tas… Ca lui ressemblait déjà plus. Enfin quand il en avait l'envie quoi.

Il passa alors sa main dans ses cheveux de jais pour les ébouriffer un peu plus. Sa cravate pendait de chaque côté de son cou, elle n'était pas attachée. Il ne cessait d'observer la gamine froidement, attendant qu'elle parte, et qu'il puisse enfin profiter tranquillement de cette journée.
Revenir en haut Aller en bas
Matilda Grayling
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Autour du parc

Message par : Matilda Grayling, Dim 24 Juil 2016 - 0:38


"Qu'est ce que tu fiches ici ? C'est mon endroit, dégage."
Matilda avait sursauté et s'était levée d'un bon en entendant ces mots prononcés d'un ton froid et autoritaire. La silhouette menaçante qui se dressait devant elle lui parut immense. En levant lentement les yeux, la petite fille eu le temps de voir l'uniforme vert et argent qu'elle avait espéré arborer en entrant à Poudlard. Le garçon considérait Matilda avec un regard qui lui donnait froid dans le dos. Si elle avait pu avoir un doute quand à la personne à qui il s'était adressé, il s'était dissipé. Le Serpentard ébouriffa ses cheveux noirs de manière totalement injustifiée puisque le vent s'en chargeait déjà, sans doute pour signifier son impatience. Il devait avoir au moins 6 ans de plus que Matilda, en tout cas il la dominait par sa taille et par son aura, elle se sentait totalement insignifiante face à lui.

La petite sorcière étudia les différentes possibilités qui s'offraient à elle. S'enfuir en courant dans la direction opposée pour ne plus jamais s'arrêter était la solution la plus tentante. Mais Matilda avait déjà mis du temps avant de trouver un endroit parfait, elle ne voulais pas que ses efforts soient vains, et n'avait pas le courage d'en chercher un deuxième. Elle ne voulait pas non plus rentrer au château, c'était l'une des dernières belles journées avant que le froid de l'automne ne s'installe, elle comptait bien en profiter. Il fallait aussi prendre en compte le fait qu'elle n'avait aucune idée de la direction à prendre pour rentrer au château, le chemin qu'elle avait pris pour venir jusque là lui était totalement sorti de la tête.

Quelle autre possibilité ? Tenir tête ? Face à un Serpentard qui faisait deux têtes de plus qu'elle et qui devait connaître plein de monde à Poudlard vu son âge ? Et pourquoi pas le frapper. D'un autre côté, si elle commençait à se laisser intimider aujourd'hui, elle serait une victime toute sa scolarité. Elle avait assez de son frère pour abuser de son pouvoir à la maison, cela ne devait pas se reproduire à Poudlard. Ah oui tiens, ce garçon lui faisait penser à son grand frère, même posture intimidante, même uniforme vert et argent lorsqu'il était encore à Poudlard.
Sauf que celui-là ne savait même pas nouer sa cravate, elle n'avait aucune leçon à recevoir de lui. Enfin il lui faisait peur quand même.
Matilda se frotta les mains pour se débarrasser des dernières miettes de feuilles mortes puis les joignit dans le dos pour les empêcher de trembler. Tout en dévisageant le garçon, elle dit d'une petite voix hésitante :
"Excuse moi, je n'avais pas vue les barrières ou le panneau disant que ce coin appartenait à un élève. Tu ne veux pas aller ailleurs ? Ou alors rester là mais me laisser rester aussi s'il te plaît ?" ajouta-t-elle précipitamment.
Si elle comptait se faire respecter, c'était raté. Au moins elle n'était pas partie en courant, même si ses pieds se balançant de droite à gauche menaçaient de ne pas l'écouter. C'est avec appréhension, mais sans baisser le regard, que la petite fille attendit la réaction de son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Autour du parc

Message par : Azaël Peverell, Dim 24 Juil 2016 - 18:09


Azaël avait apprécié la façon précipitée dont la gamine s'était levée lorsqu'il s'était adressé à elle. Il lui avait fait peur, aucun doute là dessus. C'était un bon début. Il la toisait toujours froidement, attendant qu'elle s'en aille. Le jeune homme n'était pas d'une patience légendaire, loin de là. Il n'aimait pas se répéter lorsqu'il donnait des ordres. Surtout quand il les donnait à quelqu'un d'aussi insignifiant que l'ébauche de Serdaigle qui lui faisait face.

Alors qu'il commençait à se demander si elle n'était pas muette, elle finit par prendre la parole d'une voix peu assurée.

- Excuse moi, je n'avais pas vue les barrières ou le panneau disant que ce coin appartenait à un élève. Tu ne veux pas aller ailleurs ?

Il haussa un sourcil devant l'insolence dont elle faisait preuve envers lui. La gamine ne tenait visiblement pas à sa vie. Ou du moins à son intégrité physique et mentale. Elle osait vraiment lui demander à lui de bouger ? Alors qu'il se demandait vaguement ce qu'il pourrait lui faire afin qu'elle comprenne bien qu'elle venait d'avoir la pire idée de sa vie, elle reprit rapidement :

- Ou alors rester là mais me laisser rester aussi s'il te plaît ?

Il sortit enfin sa main qui triturait sa baguette magique dans sa poche tandis qu'il réfléchissait. Mais la main qu'il sortit était vide, et il se contenta de croiser les bras en l'observant d'un air toujours aussi glacial.

- Cet endroit est le mien, nul besoin de panneau ou de barrière pour l'indiquer. Je te conseille de ne plus jamais me répondre comme tu viens de le faire si tu ne veux pas que je te fasse découvrir des sortilèges que tu aurais voulu ne jamais connaître en les utilisant sur toi.

L'adolescent parlait d'une voix détachée, sèche, totalement dénuée de toute autre expression qu'un profond mépris. Pourtant, il devait bien admettre que la gamine avait eu du cran de lui tenir tête un minimum. Fallait au moins lui reconnaître ça. Mais tout dans la posture du garçon indiquait qu'il ne plaisantait pas, et que lancer un sort pour terroriser une gamine bien plus jeune que lui ne lui posait absolument aucun problème moral.

Il ne quittait pas la gamine du regard. Après tout, il pouvait peut être changer un peu ses plans de l'après-midi pour s'offrir une distraction. Il trouvait d'ailleurs que faire peur à une enfant innocente qui ne demandait rien à personne était loin d'être une mauvaise idée. Ca pouvait être amusant, et même si ça ne l'était pas, ça ferait passer le temps. Et du temps, il en avait à revendre. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Cela n'augurait cependant rien de bon.

- Et qu'est ce que tu me donnes en échange si je te laisse rester, la naine ? Parce que si je n'y gagne rien, tu ferais mieux de partir en courant très vite maintenant.

Il fit un pas de plus vers elle afin de la toiser de plus haut encore, et dans le but évident de faire monter la pression chez son interlocutrice afin qu'elle panique un peu plus. Les bras toujours croisés, le regard dénué de toute compassion, il signifia alors son impatience.

- Je t'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Matilda Grayling
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Autour du parc

Message par : Matilda Grayling, Lun 25 Juil 2016 - 19:38


La petite fille avait bien vue que sa réponse n'avait pas plu au garçon qui se tenait devant elle. Elle avait même tressaillit en le voyant sortir les mains de ses poches avant de finalement croiser les bras. Mais c'était les mots qu'il avait prononcés qui achevèrent de lui glacer le sang :

"Cet endroit est le mien, nul besoin de panneau ou de barrière pour l'indiquer. Je te conseille de ne plus jamais me répondre comme tu viens de le faire si tu ne veux pas que je te fasse découvrir des sortilèges que tu aurais voulu ne jamais connaître en les utilisant sur toi."

Le corps de Matilda se paralysa. La seule action qu'elle pu faire fut d'écarquiller les yeux. Ces derniers étaient toujours fixés dans ceux du Serpentard qui n'exprimaient eux que de la cruauté, confirmée par le ton détaché qu'il avait pris. Matilda ne put même pas se maudire de l'avoir provoquer. Son esprit aussi était gelé par la terreur. Elle ne pensait qu'aux sortilèges dont il parlait. Peut-être était-ce les sortilèges impardonnables dont son frère l'avait tant de fois menacés ? Comptait-il la torturer pendant des heures avec le sortilège de Doloris ? Pouvait-il la contrôler avec le sortilège de l'imperium pour qu'elle se cogne indéfiniment contre l'arbre ? Ou se jette dans un ravin ? Ou bien juste courir loin dans la forêt interdite, ne pouvant être arrêtée que par un créature terrifiante qui s'empresserais de la dévorer ? Le garçon connaissais peut-être d'autres sorts bien pire, il serait peut-être capable de la brûler sur place ! ou bien il connaissait peut-être un sort pouvant la découper en petits morceaux, ou encore pouvant la dépecer vivante ! Matilda était de plus en plus horrifiée et de plus en plus paralysée. Le temps parut durer une éternité avant qu'un sourire sadique vienne rendre le visage de l'adolescent encore plus effrayant.

"Et qu'est ce que tu me donnes en échange si je te laisse rester, la naine ? Parce que si je n'y gagne rien, tu ferais mieux de partir en courant très vite maintenant." ajouta-t-il comme si le cœur de Matilda ne battait pas assez fort. Peut-être même qu'il l'entendait, et que son but était de lui faire faire une crise cardiaque.

La petite sorcière ne tiqua pas sur le caractère de "naine" qu'il lui avait attribué. Ce n'était pas vraiment le moment. Elle se concentra plutôt sur le sens de la phrase. Acceptait-il le compromis ? Non, il n'avait pas l'air d'accepter les compromis par pure bonté, et il devait bien se douter qu'il n'y avait aucun intérêt. Qu'espérait-il qu'une petite fille de première année lui donne en échange de rester sur place ? Son goûté ? Une aide au devoir ? Si la situation n'avait pas été si délicate, Matilda se serait mise en colère contre lui. L'abus de pouvoir était la chose qu'elle détestait par dessus tout lorsque c'était elle la victime. Bien sûr elle aimait profiter de son âge et de sa taille pour faire peur aux enfants plus petits qu'elle, mais les menaces qu'elle proférait n'était jamais exécutées. Peut-être bien que lui aussi ne faisait que la menacer, mais Matilda était trop terrorisée pour tenter de s'en assurer.
Le garçon s'approcha d'elle plus menaçant encore. Matilda fit à son tour un pas précipité vers l'arrière, elle faillit trébucher mais un mouvement de balancier de ses bras lui fit retrouver l'équilibre. Sa paralysie s'étant dissipée, elle ouvrit la bouche pour répondre à la question de l'étudiant mais aucun son n'en sorti. En même temps elle n'avait rien à dire. Que pouvait-elle bien avoir à échanger avec lui ? Elle devrais peut-être suivre son conseil et s'enfuir en courant. Finalement sa petite voix hésitante sortie.

" En échange ? euh... Matilda détourna les yeux une seconde pour réfléchir avant de les replonger dans le regard sinistre de son interlocuteur, Mon silence ?"

Il n'allait pas la tuer, cela ne passerais sûrement pas inaperçu à Poudlard, et même s'il était sadique il n'avait pas l'air idiot. S'il lui faisait du mal, elle irait tout cafter une fois rentrée au château. Tant pis pour son honneur et sa réputation.
Le chantage de Matilda ne tenait qu'à un fil, elle espérait qu'il avait assez peur des représailles pour ne pas lui faire de mal. En même temps elle ne devait pas être la première qu'il menaçait de torturer s'il n'obtenait pas ce qu'il voulait, il avait sûrement un plan de secours. Matilda aurait dû se taire. Qu'est-ce qui la poussait à ne pas partir en courant déjà ? Une bonne place dans le parc. Voilà qui en valait la peine. Elle avait déjà gâcher plusieurs chances de s'enfuir, elle ne louperais pas la prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Autour du parc

Message par : Azaël Peverell, Mer 27 Juil 2016 - 16:39


La gamine qui lui faisait face avait l'air de se décomposer de plus en plus au fur et à mesure qu'il lui adressait la parole. Vu son air horrifié, elle trouvait des idées encore plus tordues que les sortilèges auxquels il avait pensé. Mais il n'allait pas s'en plaindre, elle se faisait monter la pression toute seule, il avait juste besoin de la regarder d'un air froid pour qu'elle fasse le boulot. C'était carrément pratique, il devait juste entretenir sa peur comme il le fallait.

Elle semblait complètement paralysée. Mais elle soutenait tout de même son regard, c'était déjà pas mal pour une gamine. Il fronça un peu plus les sourcils en constatant qu'elle ne lui répondait toujours pas. Elle sortit enfin de sa torpeur lorsqu'il s'approcha d'elle. Il sourit un peu plus en la voyant manquer de tomber alors qu'elle essayait de maintenir une distance de sécurité totalement inutile. Pas de chance pour elle, il avait été à la bonne école pour terroriser les plus faibles, et maintenant qu'il avait trouvé son jouet, il n'avait plus aucune envie de la lâcher. Ni de la laisser partir. Trop d'ennui tue l'ennui, il pouvait dès à présent faire quelque chose d'intéressant ! Enfin plus ou moins quoi.

Toutes les conneries qu'on entend à longueur de journée comme quoi les jeunes soumis à la violence sont susceptibles de reproduire par la suite les comportements agressifs étaient finalement plutôt vraies. Il était le stéréotype même du parfait crétin. Félicitations. Il paraît que prendre conscience de sa connerie est déjà une étape. Azaël savait pertinemment qu'il n'atteindrait jamais la prochaine. Alors à quoi bon s'empêcher de faire ce qu'il voulait ? Il ne rendait de compte à personne d'autre que lui même, et c'était tout juste si son instinct de survie était développé. Il considérait jusqu'à présent qu'il n'avait rien à perdre, quoi qu'il fasse, si ce n'est les dernières traces de valeurs et de principes moraux qui lui restaient. Mais l'air de rien, c'était tout ce qu'il avait. Après ça, ce serait l'obscurité totale.

Mais ce n'était pas le moment de penser à tout ça. Il était occupé. Il dévisagea la gamine en face de lui. Elle lui paraissait vraiment jeune. Peu importe, elle s'était trouvée au mauvais endroit au mauvais moment. Ca arrive à tout le monde. Et puis, la vie n'est pas toujours facile, autant qu'elle l'apprenne le plus tôt possible. Il lui rendait service en fin de compte. Alors qu'il pensait ne plus jamais l'entendre, la voix de la Serdaigle s'éleva à nouveau, plutôt hésitante.

- En échange ? euh... Mon silence ?

Sérieusement, elle n'avait rien trouvé de mieux ? C'était quoi, ça ? Une tentative désespérée pour s'en sortir ou tout simplement une pulsion suicidaire ? Elle sortait d'où cette gosse ? Il poussa un soupir en secouant la tête d'un air exagérément déçu et s'avança une fois de plus d'un pas. Si elle continuait à reculer, elle se retrouverait contre le tronc de l'arbre, bloquée. Il avait hâte de voir ça. Il reprit alors la parole.

- BIIIIIIP, mauvaise réponse. Va falloir que tu trouves mieux que ça, morveuse, parce que là j'suis à deux doigts de sortir ma baguette.

Il eut soudain une idée. Son sourire s'élargit, mais il était loin de rendre l'adolescent avenant. C'était un sourire qui n'augurait rien de bon, et beaucoup de mauvaises intentions. Il l'avait travaillé celui là, tout le monde ne pouvait pas le sortir comme lui. Il sortit sa baguette magique qu'il garda en main avant de recroiser les bras. Juste pour montrer qu'il l'avait bien et qu'il n'hésiterait pas à s'en servir. Mais c'était pas pour tout de suite. Pas encore.

- J'te propose un jeu. T'as le droit encore à deux propositions de trucs qui pourraient m'intéresser. Si l'un des deux me va, tu peux rester. Sinon… Le sourire d'Azaël était décidément de plus en plus déplaisant. Je laisserai libre cours à mon imagination.

Bien évidemment, le ton utilisé ne laissait pas de doute quant aux propos du jeune homme. Il lui proposait certes un jeu, mais elle n'avait pas vraiment le choix pour y participer. Il avait décidé de jouer avec elle, et elle n'avait plus qu'à espérer gagner.
Revenir en haut Aller en bas
Matilda Grayling
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Autour du parc

Message par : Matilda Grayling, Jeu 28 Juil 2016 - 18:00


Evidemment. La tentative désespérée de Matilda de faire du chantage au jeune homme n'avait pas fonctionné. S'il ne se préoccupait même pas de respecter l'uniforme réglementaire de l'école en ne nouant pas sa cravate, il ne devait pas non plus avoir peur des punitions qu'il risquait si elle caftait. La réponse n'avait contribué qu'à accroître son sourire sadique, dévoilant toujours un peu plus son côté malveillant.
Il se rapprocha une nouvelle fois, Matilda eu le réflexe de faire un pas en arrière à son tour et sentit l'écorce de l'arbre dans son dos. Elle sursauta, cet arbre était-il là tout-à l'heure aussi ? Mais ce n'était pas sur la végétation qu'elle devait se concentrer, la menace venait de devant, et elle était prise au piège. Dire que si elle n'était pas partie en courant plus tôt, c'était pour pouvoir rester à cette place.

"BIIIIIIP, mauvaise réponse." dit le serpentard en réponse à Matilda.
Mais qu'est-ce que ça voulait dire ça ? BIIIIP ? c'était du langage de psychopathe ? Cela inquiéta d'autant plus la fillette.

Va falloir que tu trouves mieux que ça, morveuse, parce que là j'suis à deux doigts de sortir ma baguette.
Matilda sentit un nouveau frisson la parcourir, elle commençait à trembler. Il fallait agir en vitesse, mais que pouvait-elle faire ? Elle sentit son corps se recroqueviller un peu plus contre l'arbre derrière elle lorsque son persécuteur sortit une baguette de sa poche. Son visage auparavant froid et détaché n'exprimait à présent plus que de la folie cruelle alors que son sourire s'était agrandit de nouveau.


"J'te propose un jeu. T'as le droit encore à deux propositions de trucs qui pourraient m'intéresser. Si l'un des deux me va, tu peux rester. Sinon… Je laisserai libre cours à mon imagination."

La respiration tremblante de Matilda se bloqua. Elle devait réfléchir à une réponse, mais son esprit ne la suivait pas, il répétait inlassablement *Enfuis-toi ! Enfuis-toi !* Tout en sachant très bien que c'était peine perdue parce qu'il ne la laisserait plus tranquille, même si elle parvenait à s'échapper il la rattraperait sans problème. De toute façon elle ne savait même pas par où aller, son sens de l'orientation avait disparu au moment où le Serpentard était arrivé.
Elle tenta de se concentrer. Que pouvait-elle lui offrir ? *Rien, il va te tuer.* Mais non ! elle avait bien quelque chose . *Rien, il va te tuer.* Il faut ... *Rien, il va te tuer.* Stop ! elle disjonctait. Ses yeux qui avaient réussis à se débloquer de ceux de son bourreau parcouraient à présent les environs dans un rythme frénétique, passant de droite à gauche sans qu'elle n'ait le temps de voir quoique ce soit, tandis que sa respiration s'accélérait. Qu'est-ce qu'elle avait ? le sac qu'elle avait apporté ne contenait que ses cours, et il n’accepterais sûrement pas ses manuels de 1ère année. Qu'est-ce qu'elle pouvais bien lui dire ? Il n'y avait plus de temps pour réfléchir.

"De l'argent ?" dit-elle sans grand espoir en bloquant de nouveau son regard dans celui de l'adolescent. La petite fille se sentait pathétique. Elle devait avoir le regard implorant qu'elle détestait voir chez les autres, alors que lui c'était exactement ce qu'il voulait, qu'elle ait peur. Cela faisait parti du processus de torture. Si au moins elle lui donnait ce qu'il désirait rapidement, il ne redoublerais pas d'effort pour l'obtenir. Sa survie comptais plus pour elle que sa fierté.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Autour du parc

Message par : Azaël Peverell, Jeu 28 Juil 2016 - 23:02


Azaël regarda la gamine se faire de plus en plus petite contre l'arbre. Il la dominait complètement, et faisait en sorte qu'elle ne l'oublie pas en ne la lâchant pas du regard, et en réduisant de plus en plus son espace personnel. Ce n'était pas le moment pour relâcher la pression, ça commençait tout juste à devenir intéressant. Il la poussait dans ses derniers retranchements, histoire de voir ce qu'elle valait. Ca ne lui apportait rien, mais une fois de plus, ça faisait passer le temps. Et il était tout de même plutôt curieux de voir si elle parviendrait à trouver quelque chose à lui donner.

Elle commençait même à trembler, et son souffle devenait moins régulier. Et elle avait cessé de le regarder droit dans les yeux pour réfléchir. Le combo parfait qui prouvait qu'il parvenait à la terroriser. Dommage que traumatiser des gamins ne soit pas une matière enseignée à Poudlard, il serait sans doute un des meilleurs élèves. Tu parles d'une gloire. Mais c'était mieux que rien, et au moins s'il était craint, il était respecté. Pas moyen que ce soit lui qui se retrouve à la place de victime s'il était bourreau.

Mine de rien, la gamine avait quand même l'air de paniquer pas mal. Peut être même qu'elle serait du genre à partir en courant. Ou à faire une attaque cardiaque, sait-on jamais. Ca pourrait être drôle aussi, mais ça mettrait fin au jeu, ce serait dommage. Alors que faire ? Il n'allait quand même pas lui lancer un sort avant même qu'elle ne réponde, il n'était pas cruel à ce point, et il tenait sa parole. Non, maintenant, il devait juste attendre qu'elle lui réponde, en espérant qu'elle balance deux idées qui ne l'intéresseraient pas le moins du monde afin de pouvoir tester quelques sortilèges sur elle. Sinon… Il prendrait ce qu'elle avait à donner, et respecterait ses engagements en la laissant rester ou partir sans rien lui faire. Le parfait gentleman quoi.

La gamine plongea une nouvelle fois son regard dans le sien. Un regard empli de peur, qui priait pour qu'il ne lui arrive rien. Et sa voix retentit une nouvelle fois, toujours si peu assurée.

- De l'argent ?

Tiens donc, il n'y avait même pas songé. Sombre idiot, c'était pourtant évident. Et c'était carrément intéressant aussi. Enfin, tout dépendait de la somme que la Serdaigle avait sur elle. Il pourrait toujours faire en sorte de la retrouver si il avait à nouveau besoin de sa générosité par la suite. Mais pour le coup, il fallait bien admettre qu'elle avait tapé plutôt juste. Il n'était pas contre un peu d'argent de poche supplémentaire, c'était le genre de chose qui n'était jamais perdue. Il décroisa les bras en faisant mine de réfléchir. Sa main qui ne tenait pas sa baguette vint une nouvelle fois ébouriffer davantage ses cheveux noirs et il finit par hocher la tête.

- Voilà une idée qui ne me paraît pas trop mauvaise. Comme quoi, les Serdaigles sont peut être vraiment futés finalement.

Le ton était ironique, voire même plutôt méprisant. Pourtant, il se fichait ouvertement des différentes maisons. Il n'était pas fier d'être Serpentard, tout comme il n'aurait pas été plus fier d'être dans l'une des trois autres maisons. Tout cela lui semblait bien futile, et n'avait que peu d'importance à ses yeux. Ca avait même l'inconvénient de coller les gens dans des cases, comme si ils pouvaient tous y rentrer bien sagement dans un ordre établi par une entité supérieure, le destin, ou même un dieu, allez savoir. C'était un concept obscur pour lui de vouloir absolument mettre des mots sur le caractère des gens et les faire dépendre les uns des autres parce qu'ils ont soi-disant une qualité profonde en commun. A ses yeux, ça ressemblait plus à une tentative pour que les élèves des différentes maisons s'entretuent entre eux, mais apparemment ils étaient tous trop polis et bien élevés pour le faire. Pour le faire réellement du moins. Etrange espèce humaine…

- Alors, t'as combien à me donner ?
Revenir en haut Aller en bas
Matilda Grayling
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Autour du parc

Message par : Matilda Grayling, Ven 29 Juil 2016 - 0:51


L'espoir de Matilda l'avait déjà quitté. Elle avait jouer à son jeu en sachant très bien qu'elle ne gagnerait pas : le concepteur, l'arbitre et l'adversaire n'étant qu'une seule et même personne, cette personne étant un psychopathe. Aussi après avoir répondu qu'elle était prête à lui donné de l'argent, elle fut prise au dépourvu en entendant le verdict de l'adolescent :

"Voilà une idée qui ne me paraît pas trop mauvaise. Comme quoi, les Serdaigles sont peut être vraiment futés finalement." avait-il dit d'un ton dédaigneux.

Le cœur de Matilda fit un nouveau bon, elle ne savait pas si elle devait être rassurée ou paniquer encore plus. Futé n'étais pas me bon mot, elle aurait plutôt dit désespérée, mais cela n'avait finalement aucune importance. Alors c'était ça ? Il suffisait de l'acheter pour qu'il la laisse tranquille ? Non, il ne fallait pas crier victoire trop vite, cela faisait sûrement parti d'un plan encore plus tordu qui ne se terminerais qu'à la mort imminente de Matilda. Elle resta sur ses gardes. Que pouvait-il bien préparer ? Il s'était approché de plus en plus de la petite fille alors qu'elle était encore bloquée contre l'arbre, l'intrusion dans son espace vital la perturbait et l'empêchait encore plus de réfléchir correctement. Des tas de questions sur ce qu'il comptait faire, sur ce qu'elle même devait faire et sur la direction à prendre pour rentrer au château traversaient son esprit. Elle sortit de sa torpeur en entendant à nouveau la voix de son interlocuteur :

"Alors, t'as combien à me donner ?" dit-il, visiblement intéressé par la proposition de Matilda.
Cette dernière ouvrit la bouche pour parler, mais se ravisa en se rendant compte qu'elle n'en avait aucune idée, et qu'elle n'étais même pas sûre d'avoir vraiment de l'argent sur elle.
Encore tremblante, elle se pencha avec précaution vers son sac qui était resté près de l'arbre. Son manuel d'Histoire de la Magie et son parchemin pratiquement vierge gisaient à côté depuis qu'elle s'était levée brusquement à l'arrivée du Serpentard. La petite fille porta le sac à sa hauteur pour le fouiller méticuleusement. Dans la première poche il n'y avait rien. Dans la deuxième non plus. Au fur et à mesure de sa recherche ses gestes étaient de plus en plus nerveux. Dans la poche de derrière il y avait deux noises. Un bon début, mais encore un peu faible. Matilda jeta frénétiquement les livres qui étaient restés dans son sac. Dans le compartiment du fond il n'y avait rien. Dans celui du milieu encore une noise était tombée. Dans celui de devant il y avait son petit porte monnaie qu'elle avait mis dans son sac pour acheter des friandises dans le train qui l'emmenait à Poudlard. Elle remercia intérieurement sa perte de mémoire qui avait fait qu'elle ne l'avait pas déplacé depuis. La fillette laissa tomber son sac pour se focaliser sur l'examen du contenu de la bourse. à l'intérieur il y avait encore deux petites pièces de bronze et quatre d'argent. Matilda les versa dans sa main avec les trois autres pièce et les présenta au garçon avec appréhension. 4 mornilles et 5 noises était toute la fortune qu'elle avait à lui offrir dans l'instant, et elle espérait que cela suffirait.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Autour du parc

Message par : Azaël Peverell, Ven 29 Juil 2016 - 17:23


Azaël se retint d'éclater de rire en la voyant fouiller son sac comme si sa vie en dépendait. La peur était une chose bien mystérieuse, qui avait comme avantage d'empêcher celui qui la ressent de réfléchir clairement, ou de réagir de façon intelligente. Chez cette gamine, ça la rendait muette et complètement soumise à la moindre de ses paroles. Plutôt amusant, mais vite lassant finalement. Il la laissa fouiller son sac, se contentant de la regarder pour bien lui faire comprendre qu'il était toujours là et qu'elle n'avait pas intérêt à essayer de le rouler.

Il regarda les quelques Noises qu'elle avait trouvé, et sourit légèrement en voyant le porte-monnaie. Mais son sourire disparut bien vite en voyant la main tendue de la gamine dans laquelle reposaient quatre pauvres Mornilles et cinq Noises inutiles. Qu'était-il sensé faire avec ça ? Elle avait complètement vidé son sac, il n'avait aucun doute là-dessus, mais sérieusement… Même pas un Gallion. C'était bien sa chance, une gamine lui proposait de l'argent et elle n'en avait pas. Il prit tout de même les pièces pour les coller dans sa poche et reporta son attention sur la Serdaigle.

- T'as plutôt intérêt à m'en filer plus que ça la prochaine fois que je te recroise, crois-moi.

En la voyant appréhender à ce point ce qui allait suivre, Azaël poussa un profond soupir. Ca servait à rien d'aller plus loin avec elle, elle était déjà complètement flippée, ça en devenait lassant ce manque de répondant. Il recula de quelques pas, en balayant du regard les affaires de cours étalées au sol. Il les désigna d'un geste complètement désintéressé.

- Ramasse donc tout ça, ça gâche le paysage.

Il se laissa alors tomber dans la pelouse après avoir remis sa baguette dans sa poche, s'allongeant en croisant les bras derrière sa tête, les yeux rivés sur le ciel et les nuages blancs cotonneux qui s'effilochaient sous la poussée du vent. Il lâcha un petit sourire de satisfaction et lança un regard en coin à la Serdaigle.

- Tu peux rester ici si tu la fermes.

Il avait assez joué pour aujourd'hui, il voulait maintenant pouvoir profiter tranquillement de sa journée. Les rayons du soleil le chauffait agréablement, et il ferma les yeux, sans se soucier davantage de la gamine.
Revenir en haut Aller en bas
Matilda Grayling
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Autour du parc

Message par : Matilda Grayling, Ven 29 Juil 2016 - 22:53


Le garçon n'avait pas caché sa déception en voyant les malheureuses petites pièces que Matilda lui tendait. Cela ne l'empêcha pas de les fourrer dans sa poche, sans doute plus par principe que par réelle nécessité. Au moins il lui avait laissé son petit porte monnaie. Et sa vie.

"T'as plutôt intérêt à m'en filer plus que ça la prochaine fois que je te recroise, crois-moi." Dit-il dans une dernière menace. Matilda pria pour que cette prochaine fois n'arrive jamais.

Le Serpentard soupira et recula, rendant à Matilda son espace vital. Cette dernière n'osait pas bouger, toujours sur ses gardes. Son voleur désigna les affaires de première année éparpillées sur le sol et ordonna qu'elle les ramasse, cela gâchait le paysage. La petite fille hocha la tête nerveusement avant de lui obéir. Tandis qu'elle mettait ses livres dans les différents compartiments de son sac, le sorcier s'allongea dans l'herbe, désabusé. C'était donc fini ? Il l'avait menacé de tester sur elle des sorts plus horribles les uns que les autres, elle-même s'était persuadée qu'elle paierait de sa vie son affront d'être restée là, et finalement cela ne lui avait coûté que 4 mornilles et 5 noises. Si elle n'avait pas eu la peur de sa vie, Matilda en aurait presque été déçue.

"Tu peux rester ici si tu la fermes." ajouta le garçon en observant une dernière fois sa victime.
Trop aimable.
Une fois ses affaires rangées, Matilda resta immobile un instant le temps de reprendre ses esprit et de réfléchir à la proposition. Elle n'avait aucune envie de rester une minute de plus ici avec celui qui l'avait terrorisé et racketté. D'un autre côté, elle avait payé sa place, elle s'en voudrait de ne pas en profiter. La jeune fille s'assit donc à sa place initiale au pied de l'arbre et ressortie ses devoirs.
Matilda peinait à se concentrer sur ses cours. Elle était encore sous le choc, alors que le Serpentard se reposait tranquillement deux mètres plus loin. Il n'avait pas eu besoin de grand chose pour revenir sur ses menaces, sans doute qu'il ne les aurait jamais mises à exécution et que son but n'étais que de faire peur à une petite fille. Et celle-ci avait pensé acheter sa vie avec les 4 mornilles et 5 noises. Si elle avait su, elle les aurait gardées. Son argent croupissait maintenant au fond de la poche de l'uniforme vert et argent du garçon qui gisait sur la pelouse. Peut-être qu'il dormais ? Peut-être que Matilda pouvais s'approcher discrètement, récupérer son argent, et s'en aller en vitesse ? Si la fillette avait été courageuse, ou inconsciente, elle l'aurait fait. Mais la peur la tiraillait encore, aussi elle ne bougea pas. De toute façon cet argent n'étais pas une nécessité pour elle, ses parents lui en enverrais d'autre si jamais elle en manquait. La vie du Serpentard devait être bien ennuyeuse pour qu'il prenne le temps de terroriser puis racketter une petite fille pour 4 mornilles et 5 noises.

Matilda attendit un moment avant de s'en aller. Son cerveaux fini par fonctionner à peu près correctement et il retrouva le souvenir du chemin entre cet endroit et le château. La jeune fille commença à ranger ses affaires après s'être rendu à l'évidence : elle ne parviendrait pas à se concentrer sur son travail plus longtemps. Et de toute façon elle devait rentrer. Voilà une après-midi de perdue, en plus de ses 4 mornilles et 5 noises. Matilda quitta les lieux en faisant le moins de bruit possible, et sans un regard pour l'adolescent qui était resté allongé dans l'herbe comme si cela la rendait moins perceptible. Une fois assez éloignée du garçon pour qu'il ne la vois plus ni ne l'entende plus, la fillette fondit en larme et poursuivit hâtivement son chemin.

[Fin du RP]


Dernière édition par Matilda Grayling le Sam 30 Juil 2016 - 0:36, édité 1 fois (Raison : Juste pour écrire [Fin du RP] au lieu de seulement [Fin du RP pour moi] ;))
Revenir en haut Aller en bas
Harmony Lin
avatar
Responsable AdminHarryPotter2005
Responsable Admin
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Re: Autour du parc

Message par : Harmony Lin, Mer 24 Aoû 2016 - 19:43


RP avec Kathleen Gold

Le Parc. La nature. Mais plus important. Le lieu où j'ai failli mourir. Poudlard et ses environs sont grands et cela fait un bon moment que je n'avais pas osé sortir. Que je n'avais pas osé croire que ce que l'homme masqué m'avait dit été vrai. Qu'il me laissait tranquille. Je ne le crois toujours pas mais la peur commence doucement à s'atténuer. Et aujourd'hui, je peux enfin sortir de ce château. De cette barrière que je refusais de franchir.

Je peux enfin profiter de ce jardin. De cette herbe. De ce lac. De ce ciel. Je recommence à vivre. Je suis toujours renfermée sur moi-même et je fais encore des cauchemars mais, parfois, j'arrive à dormir une nuit complète. Comme cette nuit. Alors j'en profite. Tant que la peur et la douleur restent cachées. Tant qu'elles me laissent en paix. J'en profite pour sortir.

Me voilà ainsi, adossée à mon arbre préféré, à côté du Lac de Poudlard, les yeux fermés. Comme c'est bon de pouvoir simplement fermer les yeux sans voir le corps sans vie de mon grand-père. Sans voir l'homme masqué, se tenant devant moi et riant de ma situation. J'inspire. J'expire. Je souris. Ils sont rares mes sourires. Mais de plus en plus nombreux. Ça va aller. Même si, en ce moment, mon meilleur ami m'évite et ne veut pas me parler, je vais bien. Ou j'essaye d'aller bien. J'ai peur. Mais je lutte maintenant. J'ai compris que ça ne servait à rien de se cacher.

Je profite du soleil de ce week-end bienvenue. Juste assez pour être bien mais pas trop pour ne pas avoir trop chaud. C'est une journée parfaite. Une journée qui mérite d'être vécue. Pas à moitié, comme je vis ma vie depuis quelques mois mais pleinement. C'est une bonne journée. Alors je me repose, tranquillement, et je profite, simplement.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kathleen Gold
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Autour du parc

Message par : Kathleen Gold, Mar 20 Sep 2016 - 22:34


Tu devrais être devant une fenêtre pour lire un peu. Oublier le reste du monde que tu supportes déjà bien assez comme cela en l'espace de cinq jours de cours. Et pourtant, te voilà à errer dans ce parc que tu exècres. Tu hais ces arbres, ces autres élèves qui profitent du moindre rayon de soleil pour mettre le nez dehors et fuir les responsabilités qui les attendaient dans l'enceinte des murs de Poudlard.

Pourtant, tu reste là, à observer de loin ta cadette aux cheveux bruns. Tu plisses les yeux en essayant de distinguer les traits de son visage de là où tu te trouves. Cela faisait quelques jours que tu surveillais la petite jeune fille de loin. Elle ressemblait à un lapin apeuré pris au piège.

Et d'après ce que tu avais vu, ce n'était pas étonnant. Tu n'arrivais pas à imaginer ce que cette jeune Serdaigle pouvait ressentir, ce qu'une petite de son âge pouvait bien penser après un tel traumatisme.
Dommage pour elle, ses états d'âme n'étaient pas ton affaire. Tu ne t'y intéressais pas le moins de monde, comme tu ne t'étais pas intéressée à sa survie quand tu avais assisté à la tentative de meurtre avortée de ton frère.  

Ce n'était pas son absence totale de vie qui t'avais mené à la suivre ces-derniers temps, mais bien une crainte tout à fait égoïste qu'elle ne puisse avoir des soupçons sur Leo. Tu n'allais pas la laisser se douter de la vérité et menacer ton frère. Tu avais donc commencé à la regarder de loin. Mais à part son manque d'énergie, tu n'avais aucun moyen de savoir si Keats avait des raisons de s'inquiéter. Et comme il fallait bien quelqu'un pour se ronger les ongles à sa place, te voilà.

Tu soupires, et approche de l'arbre de la petite fille. Harmony Lin. Cela n'avait pas été difficile à découvrir. Tu en savais déjà plus que tu ne l'aurais dû sur elle. Tu franchis les quelques pas qui te séparent d'elle, et fait mine de découvrir son existence. Tu te sais bonne actrice, tu sais que tu peux arriver facilement à tes fins, grâce à l'héritage empoisonnée de ta g*rce de mère.  Tu penches la tête et observes suffisament longtemps son visage pour faire mine de l'analyser.

-Tu sembles pensive.

Petite conversation pour commencer. Faire la jeune fille qui s'inquiète, l'aînée prévenante. Ça devrait plaire à la petite gamine, même si elle allait sûrement être méfiante après ce qu'elle avait vécu. Dans quoi t'es-tu encore fourrée Gold ?...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Harmony Lin
avatar
Responsable AdminHarryPotter2005
Responsable Admin
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Re: Autour du parc

Message par : Harmony Lin, Mer 12 Oct 2016 - 11:54


Je sens soudain une ombre cacher mon soleil. Elle reste quelques instants pendant lesquelles mon sourire s'efface peu à peu. Je profitais et voilà que quelqu'un arrive. J'espère qu'il n'est pas mal intentionné. Pour une fois que ma journée est belle, ça serait dommage quand même.

- Tu sembles pensive.

Voix féminine. Mes yeux sont toujours fermés. Juste par le timbre de sa voix je peux dire qu'elle est plus âgée que moi. Je n'ai pas très envie d'ouvrir les yeux mais je me dois de faire la conversation. Et j'aimerais qu'elle arrête de cacher le soleil qui me réchauffait le corps et le cœur. Alors, lentement, mes paupières s'ouvrent et mes orbes bleus la détaille. Blonde. Jolie. Je ne l'ai jamais vu. Finalement, pourquoi pas entamer une discussion ?!

Je lui fais signe de s'assoir à mes côtés. J'espère qu'elle le fera. Ou si elle ne s'assied pas, j'espère qu'elle se décalera parce que je vais commencer à avoir froid sinon. Mais je ne dis rien. A la place je lui fais un sourire.

- En effet. Je profitais du soleil en me disant que, pour une fois, c'était une très belle journée et que je me sentais bien. N'êtes vous pas de cet avis ?


J'inspire doucement de l'air en fermant les yeux puis je l'expire en les rouvrant. Je suis contente d'être là. Je m'installe encore plus confortablement au pied de mon arbre puis je regarde la nouvelle arrivante. Pour une fois, je ne me demande pas si ses intentions sont louables ou pas. Je vis. Je n'ai pas peur. Et qu'est ce que ça fait du bien...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Autour du parc

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 13 sur 17

 Autour du parc

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16, 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.