AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 7 sur 11
Dans un village semi-sorcier
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
Jeris Dimov
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Jeris Dimov, Sam 1 Aoû 2015 - 15:00


Une rencontre qui à du chien


RP avec Brook Pierce / Toutes mes excuses pour l'attente.

______________________________________________________


Son arrivée fut saluée par un éclat de rire. Visiblement il était ridicule. Mais qu'espérait-elle, il n'allait pas le laisser voler ses croquis ? Cela représentait bien peu de choses pour les autres, mais pour lui s'était toute sa vie. Tous ses instants de solitude où allongé dans l'herbe à poudlard, il représentait le paysage qui l'entoure. Que deviendrait ses dessins s'ils tombaient dans les mains d'un simple moldu, je vous le demande. Au meilleur des cas les nombreuses illustrations des créatures magiques qui l'entouraient, passerait pour l'oeuvre d'un fantasque mais au pire il aurait sans doute affaire au ministère. Reprenant donc son bien avec soulagement lorsqu'elle lui tendit sans avoir jeté un regard à l'intérieur, le jeune homme lui répondit.

Jeris ▬ Je ne vois pas ce qu'il y a de mignon... Il... Il a baver dessus...

Cette dernière constatation lui était apparu quand il senti sous sa main une structure gluante. Par chance la demoiselle avait saisi le carnet de l'autre côté et ainsi évitée la pénible surprise. Après une grimace, il essuya sa main sur son pantalon et il releva la tête pour voir le doux sourire de la jeune femme qui lui faisait face. Elle semblait très bien s'entendre avec l'énergumène. Tant et si bien qu'il remit en doute sa précédente affirmation. Jusqu'à ce que sa véritable propriétaire fasse son entrée en scène et s'en reparte avec son compagnon.

La brunette qui avait certainement remarqué son étonnement quand la vielle dame était intervenue échangea un regard complice puis lorsqu'elle se fut éloignée éclata de rire à nouveau. Elle laissa entrevoir ses dents d'un blanc éclatant... Ses longs cheveux lâchés lui retombaient de part et d'autre de son visage. Contrastant avec la couleur de celui-ci...

À présent seul avec la jeune femme, Jeris sembla mal à l'aise. D'ordinaire il évitait de venir à la rencontre des gens qu'il ne connaissait pas. Et le regard pour le moins intense de la demoiselle n'arrangeait pas les choses. De plus il se sentait coupable de l'avoir ainsi accusé d'avoir un quelconque rapport avec cet affreux cabot. Aussi, il se gratta la tête nerveusement avant de faire un gros effort...

Jeris ▬ Je voudrais m'excuser de mettre imposer de cette manière. Il s’avança vers elle lentement. Je m'appel Jeris. et lui tendit la main en dessinant un timide sourire sur ses lèvres closes.

Revenir en haut Aller en bas
Isia Neige
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Isia Neige, Lun 21 Sep 2015 - 11:58


Rp avec Joshua Price



"Comme c'est étrange.. il aurait pourtant du être là" s'énervait presque la sorcière, les bras croisés sous sa poitrine. Sa source ne pouvait pas se tromper, c'était impossible. Celle-ci avait vu le Clabbert dans les arbres de ce village, ce qui pouvait se révéler être un problème si l'animal croisait un moldu. Mais après avoir observé, examiné, fouillé tous les arbres du village, elle n'avait pu mettre la baguette dessus.

Visiblement déçue, Isia prit la décision de faire une pause, sous un arbre sur une espèce de butte rocheuse. Peut-être que sa chance allait finir par arriver sous les traits d'un singe grenouille. "Nous l'aurons, il faut juste être un peu patiente" chuchotait-elle à sa baguette qui semblait avoir émis quelques étincelles de mécontentement. Il était vrai que depuis son arrivée en Angleterre, sa vie n'avait pas été faite d'aventures. Patience. La Française sortit de sa sacoche de cuir un sachet de Dragées surprises de Bertie Crochue tout en posant à côté d'elle sa baguette. Hésitante une seconde, elle préféra fermer les yeux pour en choisir une, la glisser entre ses lèvres et.. être soulagée de découvrir que c'était goût noix de coco. Isia fêta sa petite victoire en dodelinant la tête alors qu'un éclair vert passa au-dessus de sa tête. Vert, comme la couleur de sa cible du moment, mais la sorcière ne fut pas assez rapide pour réagir si bien que la créature eut le temps de disparaitre en shootant dans sa baguette. Celle-ci roula sur l'herbe avant de disparaitre entre les roches. Trop occupée par l'apparition, Isia ne s'en était pas aperçu.

Enfin, elle avala la dragée et posa sa main sur l'emplacement de sa baguette, prête à l'attraper, mais sa main ne rencontra que le vide. Le vide qui s'empara de la sorcière fut glacial. Le sol se dérobait sous ses pieds alors qu'elle cherchait frénétiquement sa précieuse. Il n'y avait bien évidemment rien sous ou dans sa sacoche, rien autour d'elle et.. rien dans les parages. Livide, elle balbutia puis cria "Ma baguette.. j'ai perdu ma baguette !". Maintenant debout, elle examinait les alentours et se rendit bien vite compte que le village se remplissait de touristes chinois. Un groupe s'approchait même d'elle. Vu le nombre, on aurait cru que le village était occupé ou qu'il avait changé de nationalité en quelques secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Price
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Joshua Price, Lun 21 Sep 2015 - 14:29


Il faisait beau quand Joshua avait ouvert sa fenêtre ce matin là et cela lui avait donné envie d'aller faire un trek dans la campagne du coté d'un village où il aimait bien aller, les paysages étaient à couper le souffle et les gens étaient accueillant.

Il passa un bas de survêtement noir, un sweat-shirt rouge à capuche et des baskets noires à bandes rouges. Il prépara un sac à dos avec une bouteille d'eau, des barres énergétiques qu'il avait acheté dans un magasin moldu et quelques fruits secs.

Une heure plus tard il était arrivé au village et avait emprunté le petit sentier sur lequel il aimait courir. Le chemin l'éloignait du petit bourg à chacune de ses foulées et il se mit à sourire inconsciemment, le soleil tapant sur son visage, il était si bien, en pleine nature, loin de Londres, de toutes ces histoires englobant les sorciers et les moldus, il se sentait en paix.

Il entra dans un petit bois, le sentier se rétrécissant un peu et devenant un peu plus escarpé, Joshua accéléra le rythme pour gravir une petite butte d'où il savait qu'il pourrait admirer la vallée, il aimait bien ce petit promontoire car il pouvait en ce lieu laisser divaguer son esprit et ne faire qu'un avec la nature.

Arrivé tout en haut de la petite colline, il stoppa sa course et regarda en contrebas, de là il pouvait voir à des kilomètres à la ronde, les gens dans les rues du villages qui s'affairaient à leurs tâches quotidiennes, il avait l'impression d'un un petit espion, cette pensa l'amusa.

Soudain, il remarqua qu'en contrebas, une personne étaient assise au pied d'un arbre, une jeune fille si sa vue ne le trompait pas.
Il descendit la petite colline au petit trot et s'approcha avec lenteur, ne voulant pas effrayer l'inconnue.

Elle semblait agitée et regardait autour d'elle, en proie à ce qui lui semblait être une vive inquiétude.

Il s'arrêta sous un arbre, de là où il était, elle ne pouvait le remarquer et  il capta les mots que la jeune fille venait de prononcer.

"Ma baguette.. j'ai perdu ma baguette !"

Il souleva un sourcil, tout comme lui, elle était sorcière, il décida d'engager la conversation et fit les quelques pas qui le séparait d'elle.

- Salut ! Je n'ai pas pu m'empêcher de t'entendre... Je peux t'aider? Tu as perdu ta baguette c'est ça?

Il lui fit un petit sourire et lui tendit sa main.

- Josh... et toi?


Dernière édition par Joshua Price le Mar 22 Sep 2015 - 3:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Isia Neige
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Isia Neige, Lun 21 Sep 2015 - 15:06


Rp avec Joshua Price



"- Salut ! Je n'ai pas pu m'empêcher de t'entendre... Je peux t'aider? Tu as perdu ta baguette c'est ça?" La sorcière sursauta puis se tourna vivement vers la voix. La surprise se lisait clairement sur son visage, ses lèvres entr'ouvertes dans un large 'o'. Avait-elle enfreint une règle ? Un moldu l'avait-il entendu parler de magie ? Une baguette, ce n'était pas non plus le plus grave.. elle pouvait aisément le faire passer pour autre chose. Isia le détailla rapidement et ne put jurer avec certitude qu'il s'agissait d'un sorcier. Il avait là un avantage qu'elle n'avait pas sur lui.

"C'est.. oui, euh.. Mh.. Une baguette.." Sa voix traînait alors qu'elle cherchait une excuse plausible pour un moldu. ".. chinoise. Oui, voilà, j'ai vraiment faim et j'ai perdu ma baguette. Achetée.. " Encore, elle faisait une pause, gênée, sa main dans les cheveux. ".. dans un magasin chinois, non loin". Elle s'enfonçait, elle le savait. Complètement bouleversée par la perte de sa baguette, elle n'arrivait plus à faire fonctionner correctement sa cervelle.

"Une baguette ? Comme chez les sorciers ?" fit une petite voix, derrière elle. C'était un enfant aux yeux brillants de curiosité, qui s'était frayé un chemin parmi la foule asiatique. "Je peux chercher moi aussi. " La Française ne pouvait être plus crispée. Les poings serrés, elle s'obligea à reprendre son calme en inspirant rapidement. Qu'avait-elle fait au monde ? Au ciel ? pour se retrouver dans cette situation. "Mon copain et moi, on joue aux sorciers, aussi." ajoutait le garçonnet qui se révélait être un moldu.

Les sourcils haussés, elle ouvrait la bouche, la refermait, sans formuler la moindre phrase. Quand il tendit la main, elle hésita, l'observant sans se décider avant de longues secondes. Finalement, elle accepta et déclina même son identité. "Isia Serdaigle." Sa peau était douce mais froide, gelée, même. Visiblement, la peur avait de terribles effets sur elle. "Mh..  enchantée, Josh." Là, elle attendait clairement un signe de sa part afin qu'il décline sa maison, s'il était sorcier. Sinon.. eh bien, Serdaigle, elle estimait que cela serait assez commun.  

Clac, clac, clac, faisaient les photographes en herbe autour d'eux. S'il fallait en plus sourire, elle ne pourrait pas s'en sortir. Gérer deux moldus, une foule de touristes alors qu'elle avait perdu la chose la plus importante à ses yeux.. Isia était proche de Ste Mangouste. Sa main détachée de celle de Joshua, elle se massait les tempes.
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Price
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Joshua Price, Lun 21 Sep 2015 - 17:43


Il regarda la fille qui lui faisait face avec un peu plus d'attention, jolie, de grands yeux bleus, l'air à la fois douce et déterminée.
Elle semblait vraiment nerveuse, il la comprenait, il aurait été lui aussi anxieux s'il avait égaré sa baguette.

Elle avait un petit accent, français à bien y réfléchir, c'était la première fois qu'il rencontrait une française, il sourit doucement, il devrait faire attention à ses paroles, les jeunes filles de ce pays avaient la réputation d'avoir du tempérament.

- C'est.. oui, euh.. Mh.. Une baguette... chinoise. Oui, voilà, j'ai vraiment faim et j'ai perdu ma baguette. Achetée... dans un magasin chinois, non loin.

Il haussa un sourcil, avait il bien entendu? Elle était sérieuse là? La scène devenu surréaliste quand un petit garçon sorti de la foule de chinois les entourant.

- Une baguette ? Comme chez les sorciers ?

On se serait crû dans un film moldu, les commissures des lèvres de Joshua commençaient à s'étirer, la situation devenant vraiment drôle.

- Je peux chercher moi aussi? Mon copain et moi, on joue aux sorciers, aussi.

Ah...là ça se corsait...le gosse commençait à trop en dire et les touristes chinois les mitraillaient carrément avec leurs appareils photos.

Il réfléchit rapidement, le petit moment cocasse devenait franchement gênant, mieux valait  pour eux de ne pas attirer trop l'attention.

"- Isia Serdaigle."Avait promptement répondu la jeune fille suite à sa propre présentation. Il ne s'était pas trompé, elle était bien une sorcière, de Poudlard qui plus est.

Il lui lança un regard entendu et se rapprocha d'elle, se plaçant entre elle et les photographes amateurs.

- Messieurs Dames, s'il vous plait, voudriez vous regarder dans cette direction je vous prie?

Il leur montra un point quelconque au sommet et de la colline et lança un sortilège de confusion sur la foule durant le laps de temps où ils ne les regardaient pas lui et la jeune sorcière.

Il prit la main d'Isia, tel était le nom de celle-ci et murmura tel un secret "Josh, Gryffondor".


Joshua regarda autour d'eux et ne trouvant pas la baguette de la jeune fille, lança un sort "Accio baguette !"

La baguette vola jusque dans la main tendue du jeune homme, puis celui-ci se saisit du bras de la jeune rousse et la tira vers lui.

- Allez vite on déguerpie, l'illusion ne durera pas !
Revenir en haut Aller en bas
Isia Neige
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Isia Neige, Mar 22 Sep 2015 - 9:39


Rp avec Joshua Price



"Messieurs Dames, s'il vous plait, voudriez vous regarder dans cette direction je vous prie?" Cette phrase fit tiquer la sorcière qui n'eut pas le temps d'interrompre le geste du sorcier. Le sort de confusion toucha ainsi la foule, ou plutôt les voyeurs.

L'enfant trépignait en tapant le sol de ses petits souliers. "Alors, tu as perdu ta langue en même temps que ta baguette?" persiflait-il d'une voix qui se faisait de plus en plus irritante. Isia se tourna donc vers lui, légèrement penchée et les sourcils froncés, les mains accrochées à ses hanches. "Dites donc, jeune homme, est-ce une façon de parler à une femme ? Je ne crois pas. Votre mère doit être mortifiée de votre éducation. Au lieu de pérorer, je vous invite à chercher ma baguette qui doit être.. quelque part. Elle mesure 20 centimètres environ, plutôt claire. Si vous la trouvez, vous n'aurez qu'à m'appeler." Sonné mais convaincu, le garçonnet partait à la recherche de ladite baguette en grommelant.

Débarrassée au moins d'une personne, elle jeta un coup d'oeil vers Joshua, puis un autre vers la foule, pour s'apercevoir que celle-ci était occupée à shooter le moindre détail : une poubelle, une fleur, une araignée, une fissure dans un mur, un insecte volant ou encore une simple porte. Personne ne les regardait réellement alors quand il lança le sort d'attraction, ce dernier passa complètement inaperçu. Dans son coin, la baguette grésilla, tressauta, fit un bond puis s'envola dans la main du lanceur de sort.

Rapidement, la française reprit sa baguette qu'elle serra contre elle et les deux sorciers repartirent de l'endroit avant que l'illusion ne s'estompe.


- FIN DU RP -


Dernière édition par Isia Neige le Ven 25 Sep 2015 - 16:14, édité 1 fois (Raison : Désaccords.)
Revenir en haut Aller en bas
Hayleah Moonrose
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Hayleah Moonrose, Ven 30 Oct 2015 - 7:40


RP Unique -
Le courage du Gryffon

Cela faisait longtemps qu'Hayleah n'avait pas rendu visite à son oncle Jeff, le frère ainé de sa mère. Seul sorcier de cette famille moldue, il avait eu la chance d'être accepté et soutenu par sa famille. Néanmoins, sa joie n'en avait pas été moins immense lorsque sa sœur, la mère d'Hayleah, s'était mariée à un sorcier et que la jolie petite sorcière était née. Malheureusement, la petite fille et ses parents vivant en Corée du Sud, ils n'avaient pas eu l'occasion de se voir souvent avant qu'ils reviennent vivre à Londres. Lorsqu'elle était entrée à Poudlard, six ans plus tôt, Jeff avait alors mis un point d'honneur à en faire la meilleure élève de sa promotion. Même si Hayleah était loin d'être la meilleure élève, elle appréciait tout de même toutes ces leçons extra-scolaires toujours pleine d'aventure et de rebondissement. Oncle Jeff avait l'art de se mettre dans des situations toutes plus rocambolesques les unes que les autres - apparemment, c'était de famille.  
Aujourd'hui, elle allait aider son oncle à débarrasser le grenier de la vieille maison de ce village semi-sorcier dans laquelle il habitait depuis plus de vingt-ans. Ça n'allait pas être une mince affaire.
Alors que la jeune fille se débattait dans l'escalier avec une immense boite en carton remplie de vêtements de sorciers et de bibelots en tout genre, son oncle l'interpella :

- Hay-hay ! Viens voir par-là~~ !


Hayleah roula des yeux à ce surnom. Elle n'y était toujours pas habituée. Néanmoins trop heureuse de pouvoir lâcher ce poids mort qui lui déchirait le dos, elle posa le carton à ses pieds et remonta l'escalier qui menait au grenier. Son oncle Jeff se trouvait debout devant une grande armoire à laquelle elle n'avait jamais prêté attention. Lorsqu'elle s'approcha, l'armoire se mit à gronder. Elle sursauta et se tourna vers son oncle :

- Qu'est-ce que c'est ? Un épouvantard ?

- Bingoooo~ !


Oncle Jeff éclata d'un rire inquiétant. Il avait cet air malicieux qu'il arborait lorsqu'il s'apprêtait à lui demander de faire quelque chose de pas très sympathique pour elle. Hayleah sut tout de suite où il voulait en venir.

- Non, refusa-t-elle sur un ton sans appel.

Elle tourna sur ses talons pour aller retrouver sa boite de 20kg mais son oncle la retint par le col de son t-shirt. Ne désirant pas s'étrangler, la sorcière se résigna à faire demi-tour. Elle lança un de ses regard-qui-tue à son oncle qui recula d'une dizaine de pas pour lui laisser quartier libre et sorti sa baguette. Ce n'était pas la première fois qu'elle faisait face à un épouvantard, mais ce n'était pas pour autant qu'elle ne détestait pas ça. Elle porta sa main à la poignée de l'armoire et celle-ci tonna de plus belle. Hayleah savait déjà ce qui allait en émerger, et ce fut donc sans surprise qu'un mangemort apparu devant elle lorsqu'elle ouvrit la porte à la volée. Il pointait sa baguette sur elle, prêt à lancer un éclat de lumière verte et un râle glaçant s'échappait de sous son masque.
La jeune fille ne s'y laissa pas prendre. Elle ferma les yeux, respira un bon coup, puis lança un #Ridikulus!  puissant. Le mangemort se retrouva alors en petite tenue, affublé d'un string et d'un soutien-gorge léopard, relevé par un affriolant boa rose bonbon mettant parfaitement en valeur son masque d'acier.
Hayleah éclata de rire et l'épouvantard disparu.

- Fin du RP Unique -
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Lïnwe Felagünd, Jeu 3 Déc 2015 - 12:33


[Poste unique]

Une nouvelle année commence ~

- Vas-y, attrape ! lui lança une voix fluette. C'était Elena, la sœur de Lïnwe. Enfin au comble du bonheur, ils s'étaient retrouvés après que l'année s'achève à Poudlard. En effet, la petite avait un an de moins que le garçon: ils avaient dû se séparer à leur insu pendant la quasi-totalité d'une année. C'était long, très long pour des sorciers comme eux à peine âgé de douze ans pour l'un, onze pour l'autre. Deux mois s'étaient écoulés déjà et les vacances d'été étaient sur le point de se finir. Mais aucune importance maintenant puisque les deux frères et sœurs seraient ensemble pendant six années à l'école de sorcellerie.
Lïnwe avait passé le plus clair de son temps avec son âme sœur et ils s'étaient racontés leur année respective en l'instant de quelques semaines, sans cesser de se parler, de jouer, de rire, de pleurer ou de faire des bêtises qu'un elfe de maison pourrait s'en mordre les doigts au sens propre.
Le Gryffondor lui avait raconté toutes ses sorties nocturnes dans la forêt ou dans les couloirs de Poudlard alors que c'était interdit, les cours plus ou moins intéressants selon son point de vue, les quatre maisons... Elena quant à elle, lui avait raconté comme s'était passée son année dans une école de magie initiative pour enfants.

En cette belle journée d'août, la fratrie se déliait les jambes dans le grand jardin de la Maison Familiale de Ballycastle. C'était une vieille ville d'Irlande du Nord qui comprenait autant de sorciers que de moldus à ce que l'on pourrait imaginer. Elle regorgeait de magie sans que les moldus ne s'en aperçoive, ce qui était « particulièrement comique »   comme le rappelait si souvent leur père, Taurnil.
Les deux enfants — comme tous les petits sorciers de leur âge — étaient fans de Quidditch. Et puisque la maison était habilement protégée par des sortilèges repousse-moldus et anti-maléfices, ils pouvaient y jouer sans se faire repérer. Il suffisait juste de ne pas envoyer le souafle derrière la clôture, chez le voisin ou sur le trottoir. Heureusement, nos deux jeunes joueurs n'avaient pas un niveau de goule. Ils avaient fabriqué des buts de fortune à quatre mètres du sol. Ils ne pouvaient atteindre les huit mètres au risque de sortir du champ de protection. Lïnwe l'avait déjà fait une fois à l'âge de sept ans et il s'en rappellerait toujours lorsque sa mère lui avait tiré les oreilles si fort qu'il en eut le vertige.

L'irlandais récupéra la balle en cuir qui appartenait normalement à son grand frère, Tilendir — encore en train de travailler au Ministère. Il reprit de l'altitude, l'air lui faisait le plus grand bien. La sensation de voler était exceptionnelle et unique en son genre, comme pour la musique d'ailleurs. Écouter une chanson qui nous touche personnellement ou même jouer était quelque chose d'extraordinairement inexprimable. Bref, il envoya valser le souafle de toutes ses forces mais sa sœur, plus rusée, plus habile et plus forte que ce que l'on a tendance à croire — comme quoi, il ne faut jamais se fier aux apparences, c'était quelque chose que le sorcier avait appris l'année dernière — bloqua le projectile digne d'un gardien professionnel.
Elle se remit à l'assaut telle une lionne enragée. D'ailleurs, Lïnwe espérait au plus profond de lui qu'Elena atterrirait à Gryffondor, sa propre maison. Elle n'eut pas le temps d'avancer que le lionceau s'empara de la balle avant de contourner son adversaire et d'envoyer le souafle à travers l'anneau en ferraille. Il eut un sourire de satisfaction lorsque sa sœur tapa la main contre le manche de son balai. Elle devait rageait intérieurement et c'était l'une des choses qui amusaient le plus Lïnwe.

- Tu es aussi perspicace qu'un aigle, aussi fourbe qu'un serpent, aussi habile qu'un blaireau et aussi rapide qu'un lion, commenta Aërelin, leur mère.

- Pffff...

- Merci m'man.

- Il est l'heure d'aller déjeuner, dit-elle en repartant à l'intérieur de la maison. Ah oui, et on vient de recevoir vos lettres de Poudlard, ajouta-t-elle à l'adresse des deux jeunes sorciers. Ils se regardèrent en même temps, comme de vrais jumeaux lorsqu'ils sont sur le point de faire un coup fourré, leurs yeux pétillèrent un instant. Qui disait lettre de Poudlard disait fournitures scolaires. Qui disait fournitures scolaires disait Chemin de Traverse.

Le Felagünd se demandait quelles matières il aurait en plus ou en moins, pourvu que les Potions soient facultatives et non obligatoires, c'était ce qui lui importait le plus. Ils redescendirent synchroniquement sur la terre ferme et c'est Elena qui prit la parole la première:
- Tu crois que ce Kholov est toujours là ? demanda-t-elle comme si elle le connaissait autant que le garçon.

- Oui, c'est certain... Sinon, ils en auraient parlé partout dans les journaux. Ils aiment ça... Sergeï Kholov était le Directeur actuel de l'école de sorcellerie Poudlard. Il était d'origine russe, ancien Serpentard et sûrement chouchou de bien des profs. Il était arrivé l'année dernière suite à la mort subite de l'ancienne Directrice. Depuis, il avait instauré un régime draconien et punissait tout ce qui bougeait dans les couloirs, croyant supprimer tous ses ennemis. Mais en fait, personne ne l'aimait.

Les deux étudiants déposèrent leur balai sur le pas de la porte et entrèrent dans la maison avant d'être réprimandés par leur mère:
- N'avancez plus tant que vous n'avez pas retiré vos chaussures ! Bande de gnomes...

- Dis, maman. On ira au Chemin de Traverse tout à l'heure ? implora plutôt la fille avant de se jouer des coudes avec Lïnwe pour savoir qui aurait la place du chef en bout de table sous le regard amusé de leur père. Taurnil était beaucoup sociable sociable, facétieux et aussi immature comparé à sa femme. A sa place, Aërelin aurait soupiré de lassitude en voyant ses deux enfants se battre pour une place.

- Oui on ira ensemble après manger, répliqua-t-elle en arrivant dans la pièce.

C'était Elena qui avait gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Mangemort 39, Mar 9 Fév 2016 - 13:44


[13 me rejoint, mais RP libre]

La nuit était froide. Pour cette raison, vous aviez choisi de vous emmitoufler dans une grosse cape de laine. Certes, le travail que vous alliez accomplir risquait de vous tenir chaud, tant celui-ci était ingrat. Il fallait déblayer la terre. Creuser. Vandaliser. Il fallait piller, chercher et trouver plus que tout. Mais vous ne seriez pas seul. Et vous n’alliez pas être accompagné d’un mauvais bougre. Avec un peu de chance, il ferait la majeure partie du travail.

Vous vous glissiez dans les ombres, comme à votre habitude lorsque vous étiez revêtu de votre masque. A dire vrai vous ne le portiez pas réellement. Point de fer, rien qui vous cache le visage. Simplement une autre forme. Une autre peau. Des cheveux blancs, quelques tâches brunes, de nombreuses rides et un nez crochu. Des lèvres fines, des yeux plissés, des oreilles tombantes. Vous aviez fait un travail remarquable sur votre visage. Vous n’aviez ainsi rien pu changer d’autre. Ni taille, ni corpulence. Rester suffisamment concentré pour maintenir le masque était suffisamment épuisant.

Bientôt vous arriviez au sein du cimetière. La brise fraîche tentait de se forer un travail à travers les couches de vêtements noirs. Le givre de la nuit crissait sous vos pas et recouvrait les tombes alentours. Vous regardiez. Vous en cherchiez une ancienne. Très ancienne. Une pierre tombale grossière du nom du Peverell. Elle ne possédait aucune fleur, aucun artifice, juste un caveau que vous souhaitiez forcer pour découvrir les richesses des frères. Et vous attendiez l’arrivée de votre collègue. Treize n’allait pas tarder.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Mangemort 13
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Mangemort 13, Ven 12 Fév 2016 - 15:36


A la recherche de fameuses reliques, le duo maléfique s’était embarqué dans une mission hors du commun. Adieu les bars, restaurants et commerces et bonjour les cimetières. D’habitude dans la destruction des commerces, ils allaient pour une fois jouer sur un autre tableau. Pourquoi le faisait-il ? Bonne question. L’argent ? Le plaisir ? La mission inédite ? Probablement un mix de toutes ces bonnes choses. Mais c’était avant tout le plaisir qui les avait guidés en ce lieu insolite. La volonté de jouer dans le morbide, de creuser la terre afin de tomber sur un cadavre ou encore sur un corps en décomposition.

La nuit fraiche frappait le doux visage de Treize, qui s’était habillé chaudement pour une fois. Son masque gardait son visage au chaud… voire dans l’humidité. Le froid n’aidant pas, des gouttes de condensation se formaient par-ci, par-là créant une odeur putride. Ce n’était pas plus mal après tout. Ses narines allaient tâter les odeurs les plus fines et indélicates. Chance ou malchance, les ongles du séduisant mage noire n’avaient plus été coupés depuis un bon moment. En grattant la terre meuble, il accrocherait probablement quelques délicieuses nourritures qu’il s’enfilerait sans tarder. Avec toutes ces conneries, il avait oublié de manger dernièrement et son ventre criait famine. Plus question de faire le difficile dans ce genre de situation, tout était bon à prendre.

La destination atteinte, il retrouva rapidement son homologue à côté d’un caveau. Qu’allaient-ils faire ? Embrasser son sien à la manière d’un frère ou frapper directement sa cible au doux nom de Peverell ? Allaient-ils réellement trouver quelque chose dans cet endroit à l’allure banale ? En quête de chaleur, il prit son sien dans les bras afin de récolter un peu de chaleur. Une pensée étrange effleura son esprit… Et si je me pissais dessus pour me réchauffer plus rapidement ? Perdu dans son délire, il en oublia la raison principale de sa venue : le mystère de la découverte.

Dans l’illégalité la plus complète, le mage noir décida de lancer un Assurdiato  autour du binôme afin de masquer toutes futures paroles prononcées entre eux. Pas question pour lui d’être écouté par un pecnot de première ou par l’un ou l’autre fouille-Mer**. On n’était jamais assez prudent.

- Recule cher ami, dit-il à son ancien apprenti.

Et comme enivré par la bêtise, il lança un Bombarda  sur la tombe. Des débris volèrent en éclat dans tous les sens. Gros béta qu’il était, matricule Un/Trois ne vit pas un morceau venir dans sa direction. Frappé à la tête, il s’effondra avant de se relever doucement mais surement. Pendant qu’il se remettait sur ces pieds, il rigola comme un con trouvant la situation amusante. Un rien l’amusait ces derniers temps. Avait-il prit du kiwicot avant de venir sur les lieux ? Peut-être bien… Il ne savait plus. Y a des jours comme ça ou rien ne va !

S’approchant du trou, il regarda ce qui pouvait bien se trouver dedans. Un son étrange sortit de la bouche du sang-pur.

- Ohhhhhhh. Suivi d’un De la terre !

La pierre n’avait décidément pas arrangé les choses. Ce soir allait être une grande fête. Pourquoi pas voler un cadavre et éparpiller les os un peu partout ou devant les portes de chaque maison ? Ou jouer au football publiquement avec un crâne. Cette dernière idée séduit le séduisant jeune homme. Il avait envie de shooter dans quelque chose de rond rempli de vers. Après tout, cette petite partie allait les réchauffer un peu à la manière d’un plaisir matutinale.  
Revenir en haut Aller en bas
Ombre Deflamme
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Ombre Deflamme, Ven 12 Fév 2016 - 16:50


"Réponse au RP de 13, 39 et Arcturus"

Ombre qui venait de sortir de Sainte Mangouste voulait absolument trouver la tombe de sa famille. Celle-ci se trouvait dans un petit village semi-sorcier loin de tout. La jeune femme avait dû prendre le train étant donné qu'elle n'avait pas passer le permis de transplanage et qu'il n'y avait pas de portoloin prévu pour sa destination. Elle arriva donc très tard dans la nuit après avoir fait du stop auprès d'un moldu. Ne sachant où dormir elle décida de se rendre directement au cimetière. Il faisait extrêmement froid et elle n'avait pas pensé à se couvrir plus que ça. Claquant des dents et serrant ses bras autour de son corps pour essayer de se réchauffer. Un petit "Lumos" lui permettant de voir vaguement ce qu'il se passait autour d'elle, elle rentra dans le cimetière.

L'ambiance était assez malsaine et elle ne savait pas du tout où se dirigeait. Gelant sur place dans sa petite veste elle commença à vagabonder dans les allées du cimetière, au milieu des tombes. A force de tourner, elle réussie à trouver les tombes de ses frères et de sa grand-mère. Elle s'agenouilla devant celles-ci. "Orchideus" trois jolies bouquets de fleurs apparurent sur les tombes respectives de chacun. Elle finit par se relever après plus d'une demi-heure à pleurer sur les personnes qu'elle avait perdues. La sorcière se re-dirigea vers la sortie.

Soudain la jeune femme aperçu deux silhouettes devant elle, quelque chose de très mauvais se dégager de ces personnes. Tremblant de peur elle se glissa entre deux tombes pour se cacher, malheureusement elle se pris les pieds dans une plaque qui se trouvait sur l'une des tombes. Un bruit sourd retenti. La demoiselle s'accroupi entre les tombes, elle retint son souffle. Elle espérait de tout cœur qu'ils ne l'auraient pas entendu. Elle savait que face à de telles personnes elle ne s'en sortirait pas sans dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Mangemort 39, Sam 13 Fév 2016 - 10:26


L’attente fut brève pour vous, et bientôt, votre mentor vous rejoignit. Une accolade digne d’un DracoxVoldy, un peu de chaleur humaine, peut-être un léger trémoussement, et les choses sérieuses pouvaient commencer. Vous aviez entendu parler des Reliques de la Mort depuis peu, et surtout du lien avec les frères Peverell. Vous ne compreniez alors pas pourquoi la tombe retenant leurs corps n’avait été fouillée. Et surtout, vous vous pensiez tous deux tout à fait dignes d’être les maîtres de la Mort. Simplement car vous étiez déjà la Mort elle-même.

Votre mentor vous demanda de vous reculer. Vous ne contestiez pas ses ordres. Jamais, lorsqu’il était vêtu de la sorte. Et lorsqu’il était à découvert, vous ne faisiez que jouer votre rôle. Seulement vous lui deviez beaucoup. La vie premièrement, car il aurait depuis longtemps pu vous la retirer. Et l’habileté également.

En revanche, dans votre peau de vieillard, vous vous perceviez comme le plus sage des deux, et cela se confirma lorsqu’il bombarda littéralement la tombe. Vous ne lui deviez aucune connaissance de la délicatesse. Alors que vous auriez descellé la pierre, puis soulevée celle-ci afin de découvrir les corps, vous aviez eu affaire à une grosse brute. Il explosa d’ailleurs tellement bien cette tombe qu’il se blessa, et vous aussi par la même occasion. Un morceau était en effet venu frapper votre genou, vous infligeant une douleur cuisante, mais surtout, une miette coupante de pierre avait entaillé le dos de votre main gauche. Vous sentiez à présent le sang, gouttant petit à petit sur la terre meuble.

Votre coéquipier était tombé pour sa part, et vous n’alliez pas l’aider à se relever. Après tout, c’était uniquement sa faute. Vous vous assuriez simplement de plier et déplier votre genou, sautant même sur place, pour vous assurer de n’avoir pas perdu votre rotule. Et d’ailleurs, bientôt il se releva, et fit une remarque stupide.

- Ohhhhhhh. De la terre !

S’il n’avait pas été votre mentor, vous lui auriez assené une belle tape sur la tête. Vous vous contentiez cependant de sourire et de plier les genou – non sans grimacer de douleur – pour plonger vos deux mains dans la terre. L’estafilade de votre main gauche vous brûla lorsque la terre, chargée de chair décomposée depuis belle lurette, entra en contact avec la blessure mais vous plissiez simplement les yeux. Vous creusiez ainsi de nouvelles rides sur votre visage en même temps que de nouveaux trous dans la terre. Une baguette. Une bague. Ou mieux, une cape. Voici ce que vous espériez trouver.

A la place cependant, vous ne trouviez que des os, et encore. Peut-être manquait-il des membres aux personnes enterrées en ce lieu. 13 mit la main sur le crâne et vous fit quelques coups d’œil. Très bien… Vous aviez compris. L’heure n’était apparemment pas à chercher. Et vous n’étiez pas du genre à contredire votre seigneur et maître. Aussi vous releviez-vous douloureusement, et laissiez l’âme enfantine de votre mentor guider la partie. Football… Bah voyons.

Vous parveniez à faire quelques passes mais votre genou vous faisait souffrir à chaque nouvelle prise de « balle ». Aussi deviez-vous taper de plus en plus fort, vous faire de plus en plus mal, et encore finir par faire comme n’importe quel vieil homme : délirer complètement. Le crâne partit loin, très loin. Vous suiviez sa course un moment puis marchiez pour aller le retrouver. (Le crâne atterrit non loin d’Ombre).

Vous auriez pu user d’un sortilège d’attraction pour le faire venir à vous, mais cela ne vous plaisait pas. Vous aviez besoin d’un instant de repos. Et, passant près d’une tombe plus récente, vous trouviez un beau bouquet de fleurs. Un sourire se dessina sur votre visage de vieillard. Vous ne voyiez personne d’autre que 13, mais, en l’interpelant de si loin, vous lui criiez :

- Hé mon amour ! Epouse-moi ! J’ai des fleurs !

[Petite note : Nous sommes bien emmitouflés mais juste des gens dans un cimetière, un peu dénués de sens moral. Nous ne devons pas tellement faire peur, surtout de loin. Tant que vous ne sortez pas de votre cachette, nous ne vous prenons pas tellement en compte. N’ayez pas peur, si nous avions voulu vous tuer, on aurait déjà fait les super méchants.]
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 13
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Mangemort 13, Mer 24 Fév 2016 - 3:26


La soirée risquait d’être longue et froide et pour palier à l’ennui et à cette froideur venue d’ailleurs, ils décidèrent de faire un peu de sport. Amateur d’exercices physiques - surtout pendant la nuit -, Treize prit énormément de plaisir à shooter dans le crâne qu’ils venaient tout juste de déterrer. C’était comique car à chaque impact sur l’ossature ronde, plusieurs vers bien visqueux s’envolèrent un peu partout autour d’eux jusqu’au moment où l’un d’eux frappa le masque du sang-pur dans un « Poc » sourd. En quête de chaleur cette satané bestiole avait décidé de jouer les trouble-fêtes et décida de rentrer dans l’une des fentes du masque. Le mage noir sentit l’animal se tortiller dans tous les sens au niveau de sa bouche, offrant quelques douces caresses aux lèvres du séduisant jeune homme. A cette allure, cette cochonne allait certainement se lover dans un coin du masque pour se mettre au chaud sous les vapeurs chaudes d’une respiration saccadée par le froid. Mais il n’en était pas question… Ni une, ni deux, Treize mordit l’asticot sans état d’âme. Il sentit le corps éclater sous la pression des dents et le liquide se rependre un peu partout dans la bouche. Rafraichissement gratuit !

Revenant à la réalité l’espace d’un moment, il remarqua que son homologue avait mal à l’une de ses jambes. Qu’avait-il encore bien fait ? Connaissant l’individu, il avait encore tenté l’une ou l’autre chose salace avec une partie de son corps. Ou était-ce cette pierre qui l’avait touché quelques minutes plus tôt ? En tout cas, jambe cassée qu’il était, il envoya le crâne bien au loin près de quelques tombes jonchées de fleurs. Soupir… Il allait devoir se bouger le cul jusque là-bas afin de récupérer leur joujou de fortune.

Passant au niveau de son sien, il s’arrêta. Le mage noir le regarda et remarqua un front perlé de gouttes de sel. L’avait eu chaud le coco, visiblement. Treize se dit qu’il fallait trouver une femme à son Trente-Neuf pour qu’il se muscle le corps un peu plus chaque soir. A n’en pas douter, que ça lui ferait du bien d’avoir un organisme plus résistant, taillé dans la pierre, le tout accompagné de muscles bien durs.

Perdu dans le silence de ce cimetière, le séduisant jeune homme décida de s’agenouiller au niveau de la taille de son apprenti. Pendant cette lente descente, il n’avait pas lâché le ridé du regard. A genoux, il s’avança et… à l’aide des deux mains, il pressa la rotule de l’autre aussi fort qu’il le pouvait. Trouvant ça drôle, il réitéra le geste plusieurs fois de suite rapidement. A chaque bruit du nouveau, un rire s’échappa de la bouche de Treize. Ca en était comique ! Encore ! Encore ! Il continuait comme un vrai gamin. Il fallait dire qu’Un/Trois ne faisait pas parti du groupe des plus intelligents et qu’un rien l’amusait.

La récréation terminée, il était temps de récupérer leurs effets personnels disséminés un peu partout dans le parc à cadavres. Quelle idée quand même que de stocker des humains au même endroit... Au lieu de s’en servir comme combustible. Il y avait tellement de personnes sans chauffage ou sans habitation. Ces pauvres personnes démunies auraient été contentes d’avoir du bois de chauffage naturel à disposition. Le seul point négatif dans tout ça, c’était les odeurs. Mais bon… si vous avez eu la chance de côtoyer Cinq/Sept, plus rien ne semble sentir mauvais à côté de lui.

Avançant toujours un peu plus vers la baballe, il fut interrompu par son métamorphage préféré.

- Hé mon amour ! Epouse-moi ! J’ai des fleurs !

Face à une telle déclaration, il n’y avait pas grand-chose à faire. Il accouru vers Trois/Neuf et s’agenouilla instinctivement devant lui. Perdu dans son élan, il prit appui sur le genou abimé de son sien pour se retenir. Oups !

- Veux-tu être mien jusqu’à ce que la mort nous sépare ? dit-il pour s’amuser.

Mais les fleurs n’étaient pas à son goût. Elles étaient bien trop belles. D’un geste, il dégaina sa baguette et la pointa sur les fleurs. D’un geste de la main et à l’aide d’une formule bien travaillée, il lança un sort sur ce magnifique bouquet. Très vite les pétales se desséchèrent pour laisser placer à une gerbe fanée. Voilà qui était bien mieux ! Réuni à jamais dans la noirceur ! A la fois perturbé et surpris, Treize remarqua qu’il n’avait rien à offrir à l’homme devant lui. Il jeta un coup d’œil autour de lui et ramassa la première chose qu’il vit.

- Accepte ce fémur en guise d’amour ! Ca t’irait tellement bien en collier.

Suite à cette déclaration, il décida de récupérer – tout de même – leur joujou. C’est d’un air guilleret qu’il se dirigea tout en sautillant vers sa destination : la tombe des Alliston. Content de ce début de soirée, il s’abaissa pour ramasser la tête défraichie d’un joli Peverell, bien mort. Ses yeux se perdirent sur deux panards tapis dans l’ombre. A la manière d’un ascenseur, le mage noir leva les yeux au ciel lentement pour voir la tête qui se trouvait sur ce cure-dent tout en détaillant chaque étage dans un coin de sa tête. Chaussures de femme. Guiboles dénuées de toute viande. Vêtements horribles. Pas de forme au niveau de l’entre-jambe. C’était bien une femme. Pull ridicule. Poitrine formée et surement intéressante à palper. Sale gueule.

- Bouh ! fit-il pour faire peur à la cachotière.

Voilà qu’un nouveau jouet se présentait à eux ! Il la saisit – après avoir ramassé le crâne – par la main et l’entraina vers son sien. Il avait trouvé un nouveau présent ! Un nouveau petit cadeau à consommer au plus vite et de préférence sans modération.

- Mon Trente-neuffff. J’ai un nouveau cadeau pour toiiii ! Regarde ce que je te ramène. Éructa-t-il de bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Ombre Deflamme
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Ombre Deflamme, Lun 29 Fév 2016 - 14:29


Toujours accroupi dans son coin la jeune femme écoutée les deux hommes. ils avaient commencé à jouer au foot avec le crane d'un cadavre. Ombre tremblait de peur sa respiration c'était beaucoup accéléré. Le crane atterri alors à deux pas des tombes entre lesquelles elle s'était cachée, mais les deux autres semblait commencer à se faire une déclaration d'amour et ils ne semblaient plus s'intéresser à leur jouet. La blonde souffla, légèrement soulagé. Dans un endroit pareil personne ne pourrais l'aider. Qui pourrait bien traîner dans un cimetière à une heure pareille, mis à part des gens perdus comme elle ou des personnes qui comme celles qui se trouvaient avec elle lui dont son empathie ne lui disait que de fuir. Son sixième sens lui affirmait que s'ils l'attrapaient elle allait passer un sale quart d'heure.

Soudain des pas se dirigèrent vers la Serdaigle. Elle ferma les yeux espérant que cela la cache encore plus qu'elle ne l'était. C'était bien entendu idiot étant donné qu'elle ne pourrait plus voir ce qu'il se passait pour essayer de se défendre du peut qu'elle pourrait. Sa baguette serrée dans sa main elle attendit, retenant sa respiration.

- Bouh ! Ombre fit un bon et poussa un cri en ouvrant les yeux.

Un homme se tenait devant elle, il avait un masque sur le visage. Avant même qu'elle reprenne ses esprits, il avait attrapé le crane ainsi qu'elle par la main. Il l'a tira pour la sortir de sa cachette et la traîna vers l'autre homme.

- Mon Trente-neuffff. J'ai un nouveau cadeau pour toiiii ! Regarde ce que je te ramène.

"Ils sont fous !!!" pensa la blonde. Commençant à se débattre elle lui lança un grand coup de pied dans l'entre-jambe. Réussissant à se dégager de la prise de son agresseur, Ombre parti en courant du côté opposé. Au bout de quelques mètres, malheureusement, la jeune femme n'ayant plus que très peu de muscle suite à son coma s'écroula. Se retournant, elle lança un "Impedimenta" espérant pouvoir ralentir suffisamment les deux hommes.

- Laissez-moi tranquille ! Hurla la femme, ça voit était revenu et était toujours la même que neuf ans auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Mangemort 39, Lun 7 Mar 2016 - 11:21


Treize n’avait aucun respect pour son aîné. Vous qui valiez trois fois mieux que lui et qui qui, ce soir, avec le visage que vous revêtiez, aviez aussi trois fois son âge. Peu lui importait. Alors qu’il s’agenouillait devant vous et que vous pensiez avoir droit à une petite gâterie, il ne fit rien d’autre qu’appuyer sur la blessure de votre genou. Et vous criiez. Et ça le faisait rire. Vous n’aviez manifestement pas le même humour.

Vous résistiez à la tentation de lui décocher un bon coup dans la tête. Premièrement c’était votre mentor, vous ne lui deviez que respect et obéissance. Et deuxièmement vous aviez tellement mal que vous ne considériez pas cela comme une bonne idée. Alors simplement, vous vous reteniez de crier plus encore, et il finit, comme un grand par arrêter ses conneries.

Ce n’est que lorsque vous lui fîtes la délicate proposition de mariage qu’il revint à la charge – accidentellement cette fois vous en auriez juré, quoique son sadisme vous laissait sceptique (pas comme la fosse non, mais presque vu l’odeur du cimetière) – acceptant votre proposition aussi fort qu’il tapait votre genou. Cependant son attention vous toucha. En effet, fouillant les alentour, il vous offrir un fémur et vous ne pûtes que l’accepter en souriant.

Qu’il était magnifique ce fémur ! Vous le couviez d’un regard aimant, le caressiez même du bout des doigts et, rapidement, très rapidement, l’adoptiez comme animal de compagnie. Un animal mort, certes, mais il demanderait ainsi bien moins d’entretien qu’un elfe de maison par exemple. Quoi qu’un elfe bien éduqué était censé bien se tenir et ne demander aucun entretien, l’exemple était mal choisi. Il demanderait bien moins d’entretien que Treize, voilà. Non pas qu’il était votre animal de compagnie, en vérité c’était plutôt l’inverse, mais vous aimiez à le considérer comme tel étant donné qu’il était lui aussi capable de faire ses besoin d’importe où.

Bref, à peine un câlin à votre fémur favori plus tard, Treize avait disparu de votre champ de vision. Et bientôt il se ramena avec quelqu’un d’autre. Une jolie petite fille aux cheveux blonds, ce qui vous fit sourire. Qu’elle était mignonne la chérie. D’autant qu’il souhaitait vous l’offrir en cadeau, mais voilà qui allait bien ! Regardant votre fémur favori et la demoiselle, hésitant un instant, vous choisissiez. Le fémur était calme et pourrait servir en cas de besoin. Mais la femelle était sauvage et elle avait des parties dont ne bénéficiaient pas le fémur. Et puis, au pire, un fémur, elle en avait un aussi…

C’était bon, votre choix était fait, mais à ce moment elle se libéra de l’emprise de Treize et vous échouiez à la rattraper dans la seconde. Alors vous lui… claudiquiez après. Non, vous ne pouviez pas courir, voilà qui était bien dommage, alors vous boitiez, dans sa direction, jusqu’à trébucher par vous ne savez quel malheur.

Votre genou déjà douloureux heurta le sol avec brutalité et vous mangiez bientôt de la terre. Enfin… des graviers, et de l’herbe aussi un peu. Vous n’aimiez pas tellement, ce n’était pas très bon. Et puis surtout, vous aviez peur de ce que cela allait donner plus tard, dans les toilettes, si vous l’avaliez réellement. Vous pensiez en effet aux poules qui mangeaient du gravier pour faire les œufs. Mais vous ne faisiez pas d’œufs. Et vous n’aviez pas envie de chier des coquilles. Alors vous crachiez l’intégralité du contenu de votre bouche e n vous relevant vivement, et en ne tenant plus que sur une jambe. Très bien, pas de souci. Elle était plus loin. Et comme elle vous avait traité comme une poule, vous faisiez de même.

- Piti piti piti piti ! Viens par ici mon piti ! J’vais pas t’faire de mal !

Evidemment c’était beaucoup moins crédible lorsque vous tendiez la baguette devant vous… Mais vous pouviez toujours essayer. A l’aide d’un #Terraballi Mortis vous tentiez cependant d’emprisonner la demoiselle au sein d’une boule de terre. Ca allait au moins vous permettre de pouvoir la rejoindre tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans un village semi-sorcier

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 7 sur 11

 Dans un village semi-sorcier

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.