AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 3 sur 14
Jusqu'au bout de la nuit
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 8 ... 14  Suivant
Invité
Invité

Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Invité, Mar 29 Juil 2014, 06:56


- Ça dépend, c’est quoi ?! Demanda la belle sceptique. Oh, et puis m*rde…
Elle m'arracha la bouteille des mains, et se mit à y boire au goulot ! Je lâchai un rire dubitativement heureuse. J'étais trop contente de voir que l'ambiance influençait la frigide Miss Quinn ! Classe en toute circonstance... Quelque chose me disait qu'on allait réussir à la transformer en vrai rockeuse avant la fin de la soirée... Abyss me fit un clin d'oeil avec son sourire habituel de petite narquoise, me confirmant mes pensées.
- Tu gères ! S'exclama-t-elle en prenant la bouteille.
Je la pris à mon tour, grimaçant sous la gorgée d'alcool qui submergeait tous mes sens... La vue à demi brouillée, je parcourais la foule des yeux, tapant du pied au rythme lent de la première partie... Cela me fit remarquer ces gars qui étaient des véritables blagues en ce qui concernait le rock et les soi-disant orgasmes musicaux qu'on devait ressentir... Cela m'agaçait au plus haut point, je brandis donc mon majeur en l'air. Et comme si Merlin avait exaucé mes prières, le p'tit groupe de pacotille partit, laissant place à une entrée fulgurante des véritables dieux vivants...

Une explosion de sons et de lumière retentit ! Laissant place à une véritable déflagration de riff et de coups de batteries... Mêlée aux cris et hurlements du public sous l'emprise du rêve rock'n rollien, cela me donna une sensation de m'élever au plus profond du paradis. Comme si c'était les cris des anges, ou encore l'appel du jugement dernier... Quelque chose de mystique ! Et pourtant ce n'était que les premières notes... Je restai béate d'admiration, lâchant un filet de bave lorsque la bouteille vint à ma bouche !
- Good evening England! How're you doing ? Not hearing you, HOW 'RE YOU DOING ?! Là je ne pus me retenir plus longtemps, une sorte de feulement horriblement aiguë franchit mes lèvres, mais le tonnerre des cris du publics étaient tels que je ne m'entendis pas moi-même... So, what you're gonna hear's a little bit what's going on in Sydney those last months... We're glad to show you our music... WE ARE THE HUNKY PUNKS!!!
Je hurlais à m'en casser la voix ! A en perdre toute dignité de professeure de Poudlard... Car je m'en foutais à présent ! C'était notre soirée ! Là où tout allait se passer, où on réussirait à s'affranchir de tous ces problèmes, et de toute cette pression accumulée depuis  le début du printemps... Depuis le début tout court même...

C'était trop beau... Trop beau pour que je reste là sans pousser le dragon plus haut ! Il fallait que je fasse quelque chose... Buvant une nouvelle gorgée de la bouteille presque vide, je tapotai l'épaule d'Abyss lui refilant mon eastpack, avant de lui murmurer (ou plutôt hurler vu les circonstances), que je revenais... Je me faufilais parmi la foule, réussissant à les dissuader à l'aide de mes grosses pompes. La vue des vigiles m'inspirait une idée particulièrement folle sur les bords... Une fois arrivée tout devant écrasée contre les barrières, je peinais à sortir ma baguette. Mais je n'abandonnai pas, me concentrant d'avantage sur les trois joyeux gaillards qui me faisaient face... Le coeur battant à tout rompre, mon corps complètement comprimé, et mes oreilles submergées des cris et assonances du concert, j'arrivai à informuler trois #Stupéfix, admirant les corps des vigiles tomber discrètement, complètement insignifiants et invisibles dans ce paysage empli de rock et de trash attitudes poussées à l'extrême... Ni vu, ni connu, je contournais les barrières le plus tranquillement possible. M'empêchant de hurler d'excitation et de taper du pied face aux Hunky Punks qui devenaient de plus en plus proches... Je ne sentais absolument pas mes pieds, mais ce n'était pas grave ! Car la vue de la grande estrade qui ne manquait plus que je la franchisse à grands pas, était tout bonnement magistrale ! Les jambes tremblantes et bringuebalantes, j'escaladais la scène.

Mon coeur battait à la chamade, et tous mes membres étaient devenus insensibles...Car je me trouvais à présent, sur la scène. Face à un public déjanté qui s'étendait à plus de cinquante mètres, c'était juste la plus belle sensation jamais ressentie. Celle d'être invincible, avec l'impression que le temps ralentissait à un point qu'on pouvait percevoir chaque mouvement dans le moindre détail... J'étais tellement proche du chanteur, que je pouvais me jeter sur lui et le serrer dans mes bras pour me prouver qu'il était bien réel... Je pouvais aussi faire un flip arrière (j'étais persuadée que bourrée, j'y arriverais), histoire d'être la meuf la plus awesome de tout le concert... En parlant de génialissime, je cherchais une demi-seconde les deux autres bombasses parmi l'ample foule une demi-seconde. Il m'en fallut pas plus pour reconnaître le grand chignon brillant de Clio... Qui luisait de propreté parmi toutes les têtes buveuses de whisky pur feu. Je vis Abyss juste à côté. A la vue des deux bombasses, je lâchai un énorme sourire m'avançant au milieu de la scène en courant avant de me jeter dans la foule. Un visage de babouin sur scène me surprit, mais heureusement j'étais déjà lancée. Prête à me décoller vive du sol, pour pouvoir enfin regarder plus loin que le bout de mon nez... J'avais l'impression d'être libre, et surtout d'être une put*in de bombasse... Je m'imaginai Clioo et Abyss rire aux éclats, et c'est dans une adrénaline profonde, que je hurlai à m'en déchirer les cordes vocales : "POUR TOUJOURS LES BOMBASSES !!!"



Dernière édition par April Warren le Mer 03 Déc 2014, 23:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Invité, Sam 09 Aoû 2014, 11:52


Elle n'avait pas ingurgité suffisamment d'alcool pour apprécier la première partie, ils étaient franchement craignos. C'était un genre de hardrock bas de gamme et, physiquement parlant, il n'y en avait pas un pour sauver l'autre dans ce groupe pourri. Dans ces conditions, il n'était guère étonnant que nos trois bombasses aient eu finalement autant de facilité à se faufiler à l'avant. À moins qu'elles ne le doivent tout bonnement à leurs physiques avantageux ?!

Lorsque Clíodhna vit le majeur de Warren se dresser, elle n'eut guère d'autre choix que de suivre le mouvement et, levant bien haut ses deux majeurs, elle hurla :

« SH*T THE F*CK UP ! », ce qui eut le don de faire fuir cette bande de ratés, aucune pitié pour les losers !

Vint alors l'entracte, le temps pour l'équipe de magitechniciens de dégager les instruments de la première partie et de faire place aux gros engins des Hunky Punks. Le débit sonore descendit alors d'un cran, mais pas la chaleur toujours plus étouffante. Notre rockeuse d'un soir se remit alors à reluquer ses voisins. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle vit ce qu'elle pensait jusqu'alors être un homme compte tenu de son allure générale faire glisser sa culotte le long de ses jambes. La jeune femme, puisque c'en était de toute évidence une, brandit alors son dessous tel un trophée, prête à la jeter sur scène à l'arrivée des Hunky Punks.

Ce petit numéro terminé, Clíodhna jugea plus sage de focaliser son regard sur ses comparses et puis, affichant une moue contrariée, elle déclara :

« Les filles, j'ai pas de culotte ! avait-elle confessé, comme si c'était la fin du monde. Je vous en supplie, prêtez-moi les vôtres ! », mais c'était déjà trop tard.

En effet, le show venait de commencer. Le son d'abord : guitare, batterie, ... Mais surtout les cris hystériques d'un public de fanatiques, nos trois grâces n'étant pas en reste avec leurs ululements suraigus. Notre héroïne en avant la boule au ventre. À moins que ce ne soit parce qu'elle était écrasée contre la barrière, la pression de la foule derrière elle se faisant toujours plus intense ? Il n'y avait sans doute pas que ça, parce que son rythme cardiaque s'accélérait à mesure que la musique s'accélérait. Une culotte tomba alors sur la scène et les spots s'allumèrent : on les vit ! Moment de grâce, la belle se dit qu'elle pourrait désormais mourir en paix tellement que c'était bon.

L'ancienne Gryffondor faisait tout pour attirer le regard du chanteur qui, pour l'heure, était sans contexte la réincarnation de Dieu sur terre. Se grandissant comme si ses talons vertigineux n'étaient pas suffisants, bombant le torse comme si son push up rembourré n'était assez sexy et dessinant des gestes obscures avec les bras comme si elle essayait de communiquer un message. Si, jusqu'à présent, elle n'était pas encore parvenue à capter l'attention de cet Apollon doit le regard se portait irrémédiablement sur le fond de la salle, elle-même n'avait d'yeux que pour lui.

C'est alors qu'April s'éloigna. De prime abord, Clíodhna ne comprit pas et se demanda si elle devait la suivre, mais l'air entendu d'Aby' lui fit comprendre que c'était normal. Néanmoins, la brunette tâcha de suivre son amie du regard et fut outrée par son comportement. Nom d'un troll en goguette, qu'est-ce qu'elle fichait ?! Elle venait de mettre K.O. trois membres de la sécurité et d'escalader les barrières pour... se retrouver sur la scène !

« C*NNAAAAAASSE ! s'écria alors la Londonienne, s'attirant les foudres de ceux qui étaient là pour profiter du concert. T'es pas une amie, juste une grosse s*lope !!! AUCUNE SOLIDARITÉ ! », mais il y avait peu de chance pour que l'intéressée l'entende avec le niveau de décibels.

Se prenant pour Miss Univers, sa consœur fit la belle un instant aux côtés du chanteur qui fut à peine troublé par sa présence, puis se jeta dans la foule en hurlant leur cri de ralliement : « Pour toujours les bombasses ! ».

C'en était trop pour Clíodhna qui ne pouvait pas tolérer qu'il n'y en ait qu'une seule qui s'amuse ! Après avoir ensorcelé sa jupe pour éviter qu'elle ne soulève trop durant son entreprise, la jeune femme lâcha un : « On y va, come ooon darling ! » à Aby', avant d'escalader sur les épaules d'un Kurt Cobain bas de gamme qui se trouvait derrière elle. S'en donnant à cœur joie en la tripotant de partout, il l'aida à se mettre en position de crowd surf pour rejoindre April. C'est ainsi que la Lionne connut les joies de se faire tâter le corps par une centaine d'inconnus. Mais c'était quand même jouissif ! Accompagnant le groupe en hurlant les paroles de la chanson, elle se sentait plus que jamais en phase avec eux.

Arrivant à une distance raisonnable d'April, elle s'étendit de tout son long sur ses porteurs et tendit un bras devant elle, index en avant, prête à reproduire la célèbre fresque de Michel Ange.


Dernière édition par Clíodhna Quinn le Jeu 04 Déc 2014, 01:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Invité, Lun 08 Sep 2014, 02:24


Évidemment on gue*lait à s'en déchirer les cordes vocales, même si ce n'était que le début ! Parce qu'on était en mode rock'n'roll, fuck notre gorge de m*rde, on s'éclatait même si on allait devoir passer les cinq prochains jours à boire une potion dégueulasse pour retrouver la voix! (sans compter celles des premiers jours pour faire passer la gue*le de bois) D'ailleurs nous en étions à la phase recherche et innovation : on ne pouvait pas décemment se contenter de boire, remuer et s'époumoner. C'était les Hunky Punks b*rdel! Nous ne nous étions pas concertés mais en venant toutes les trois c'était comme si nous avions scellé un pacte muet, celui de marquer les esprits et de rendre ce concert INOUBLIABLE ! Les bombasses ne se déplaçaient pas pour rien, qu'on se le dise.

Okay on s'était fait gruger le coup du lancer de string, pourtant hors de question de baisser les bras. On n'avait peut-être pas de string mais on avait des idées ! Sur l'instant rien à vrai dire m'enfin ça allait venir je ne me faisais pas de souci. Ce qui venait là c'était surtout le sac d'April, la bouteille en prime. Je pris le paquet et l'interrogeais du regard, ce à quoi elle répondit par un genre de "j'reviens" à demi couvert par le vacarme. P*tain elle avait intérêt à faire ce que je pensais qu'elle allait faire ! Assez confiante à ce propos, je reportais mon attention sur la scène et me remis à me déhancher au son des basses. Dans la mesure du possible étant donné la foule qui me compressait de tout côté.

Un nouveau morceau commençait lorsque Pril réapparut dans mon champ de vision. Pas n'importe où, sur la scène ! WOUHOUUUUUUU !!! J'ignorais comment elle avait fait mais elle avait assuré ! Tenant à lui faire entendre mon soutien, je sifflais et scandais son nom. Sauf que comme j'étais toute seule, le son ne portait pas... Disons que celle sur qui je comptais pour faire la cheerleader couvrait ma voix avec ses vociférations. Clío' n'appréciait pas trop cette virée en solo qui prenait des allures de haute trahison. En effet ma coloc' avait le culot de s'approcher du chanteur sans nous ! Heureusement pour son âme elle n'alla pas plus loin et eût la décence de nous saluer d'un magistral "POUR TOUJOURS LES BOMBASSES" avant de sauter dans le public. Ces paroles me semblaient idéales pour finir officiellement notre boisson. Cul-sec, la bouteille était vide.

De son côté Miss Quinn avait entamé l'ascension d'un mec qui lui servait provisoirement de promontoire humain. Elle m'enjoignit à la suivre avec un enthousiasme où l'on sentait très nettement la gaieté pas nette que procurait l'alcool. « On y va, come ooon darling ! » Vu son corps bien roulé, en deux deux elle aurait tôt fait de passer dans toutes les mains et de rejoindre la Warren tout là bas devant. Je n'avais pas l'intention de me faire distancer ! Récompensant d'une pelle celui (ou celle ? j'avais pas tant fait gaffe) qui accepta gracieusement de me mettre à bonne hauteur pour planer moi aussi au-dessus des foules, je m'élançais à la suite de mes comparses.

Malgré toutes les mains plus ou moins douces plus ou moins collantes plus ou moins je préférais pas savoir qui passèrent sur mon corps, je ne parvins pas à rattraper Clío' avant qu'elle ne soit arrivée près d'April. Nous étions désormais toutes les trois au même niveau et j'éclatais d'un rire heureux. P*tain c'était trop bon, d'être là, d'être avec elles, de ne faire qu'un avec tout ce monde, cet assemblage hétéroclite de sorciers et sorcières unis pour un concert... des HUNKY PUNKS quoi ! Aux anges, j'étais aux anges. Avant que mes porteurs me reposent à terre, je choisis le plus costaud sur lequel m'établir. M'asseyant sur ses épaules, je criais à mes amies : VOS SOUTIFS ! Car oui, ça y était, j'étais touchée d'inspiration divine.

Pour montrer la démarche à suivre, j'ai dégrafé le mien et l'ai sorti de sous mes vêtements. M'étant assurée qu'elles avaient leur soutien-gorge à la main, je lui ai lancé un petit incendio avant de le faire tournoyer au-dessus de ma tête. Les petites flammes qui virevoltaient dans la nuit et mes seins enfin délivrés, je goûtais à toutes les saveurs du mot liberté.
- SYNCHROS ? braillais-je. TROIS, mon bras traçait de larges moulinets DEUX, mon soutif fouettait l'air de plus en plus rapidement pour atteindre la vitesse parfaite du lâcher UN...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Invité, Jeu 04 Déc 2014, 01:00


Les maux de crâne, les flux d'odeur qui piquaient le nez, les inconfortables épaules, ma main serrée sur ma baguette et devenue rouge à cause de la contraction, la gorge déchirée... Rien ne parvint à atteindre mon bonheur pittoresque, mon inspiration divine, orchestrés par les battements divins du concert. J'étais beaucoup trop heureuse, car oui : j'étais avec Abyss et Clio, qui créaient d'elles-même  toute la volupté du moment. En bref, j'étais horriblement submergée par l'ambiance surnaturelle que promulguait les Hunky Punks.
Jetant des coups d'oeil de partout, un saut de coeur me surprit, me faisant vaciller des dangereuses épaules. En effet, Aby avait enlevé son soutif, et nous incitait à faire la même chose ! Clio semblait y arriver sans mal mais pour ce qui était du mien... Déjà qu'atteindre la sangle était un exploit, détacher "my bra" relevait d'une torture aussi bien psychologique que corporelle. J'écrasais, comprimais, puis finis par libérer mes pauvres petites seins. "Yes ! Je devais avoir les tétons tout irrités...

J'informulai un Incendio, et imitai Aby en faisant tourner mon soutien-gorge impitoyablement. Toute sensation m'ayant quitté, je faisais tout pour ne pas perdre la main avec les bombasses et continuai, dans des beuglements significatifs de la douleur que je pouvais ressentir. (Un concert où personne n'entendait, c'était le meilleur moment pour lâcher les cris du coeur).
- Synchro ? Entendis-je dans un murmure à la fois paisible et déchiré. Trois, deux, un...
Ya taaaaaa ! Les masques de notre féminité, ne tardèrent pas à s'envoyer paître sur le devant de la scène. Dans un tourbillon de flammes  révélateur de nos pensées et de notre omniscience de Phénix.
- C'EST MORTEL ! Ne pouvais-je m'empêcher de hurler.
Bizarrement une vieille conversation marquante, datant de plusieurs jours, et entendue à un comptoir, me revint :
"- Que pense-tu de la femme et de sa pseudo libération ? Cela fait des années qu'elles nous soûlent avec un put*in de respect et une galanterie à en faire vomir, pour qu'au final elles se transforment en objet sexuel précoce ! T'as déjà vu les minettes de Poudlard ? Beaucoup se prennent pour des femmes alors qu'elles n'ont à peine seize ans !
- J'en pense qu'elles font ce qu'elles veulent, mais que ne sont pas ces meufs là qui les représentent en intégralité. C'est pas parce que tu vois un c*nnard dans la rue que tu vas en déduire que les mecs sont tous comme ça !"


Mais WTF ? Mes pensées s'embrouillaient dans des fresques pas possibles,  pendant que je tentais de trouver une solution pour que nos portes-gorges ne passent pas inaperçus. Mais tout ce qui me vint à l'esprit incessamment c'était : "Libido de femelle ! Libido de femelle !"
Une idée surgit, mais c'était bien plus que ça. C'était la parole d'un prophète, un souffle céleste qui me chatouillait le cerveau.
- Amplificatum Multiplicare !
Je me sentis tomber brusquement, le mec au-dessous de moi venait de faire un culbute. En effet, d'énormes flammes léchaient le devant de la scène, accordant le riff d'une perfection adéquate à leur talent... Mais quelque chose de grave se produisit : le chanteur s'était arrêté brutalement, suivi du groupe. S'interrompant en plein milieu de "Crush it like a centaur", de "My talent is destroying this fucking wall" plus précisément. Abandonnant un Mi traduisant une énergie sans faille, jusqu'à maintenant... Le chanteur semblait avoir remarqué notre petit stratagème. Personne ne savait ce qui se passait, le fin fond continuait de chanter, mais le silence ponctué de sons grisonnants commençait à gagner toute la foule. J'avais cru m'évanouir, je ne savais pas ce qui se passer, mon coeur battait à cent à l'heure.
"Eh m*rde, j'ai fait une connerie."

Le chanteur s'approchait des différents geysers de feu, tournant autour, traînant, agitant son micro tranquillement. Il se retourna vers nous, et cria dans une pression publique :
"DO YOU WANT FIRE ?! YOU DID IT FOR OUR NEW SONG ! "ABOUT TO PUT ALL ON FIRE !!"
Ma mâchoire se décrocha, et tomba lourdement de ma bouche. J'étais bouche-bée ! Ils avaient repris leur son, et entamaient une toute nouvelle chanson dans le même temps... Le chanteur récupéra son audace, et la garda dans un standing légendaire. Je n'arrivais toujours pas à croire de ce qui venait de se passer. Je tentai de comprendre pendant une seconde, mais j'abandonnai vite l'idée. Me concentrant d'avantage sur les écrasements de pied et les mouvements de mon popotin, plutôt qu'à un quelconque sens à ce bordel magistral. Le groupe continuait de se déchaîner, et de massacrer leurs différents instruments. Mais le chanteur ne finit pas de me surprendre : il s'immobilisa à nouveau, mais cette fois-ci il pointait un bras tendu vers quelqu'un :
- You're inspiring me ! I need an Aguamanti because of you !
Je me retournai, et bien sûr il n'y eut pas d'autre personne aussi distinguée et tâche à la fois, que Cliodhna.
- C'te pétasse...

C'était un jour à marquer d'une pierre philosophale. La soirée continua, non-tranquillement, et tout ça à cause de Quinn...

Fin du rp
 


Dernière édition par April Warren le Dim 15 Fév 2015, 18:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alcofribas Nazier
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Alcofribas Nazier, Mer 10 Déc 2014, 04:16


Passion du vide
[RP libre]

Londres est une ville tout à fait charmante, quand on sait où se rendre. En effet, les moldus se baladaient à tout heure de la journée et dans toutes les rues, on pouvait les voir de jour comme de nuit. Essayez de trouver un sorcier, l'un d'entre nous... vous verrez ! Les sorciers sont plus discrets, ils se cachent parmi la foule et sont dotés d'une puissance que les autres n'ont pas.

Il est légitime que des êtres mal intentionnés soient obsédés par l'idée de faire du mal aux moldus, après tout, pourquoi ne pas jouer avec des êtres qu'on sait pertinemment qu'ils ne pourront pas parer vos sortilèges ? On est née sorciers, il fallait bien faire tout brûler, exploser pour se sentir bien, non ? C'est une sombre époque, partagée entre le déni et les aspirations mercantiles.

Les sorciers ne possédaient pas l'attrait de l'argent et des conquêtes financières, c'était dans leur monde qu'ils pouvaient s'assurer une bonne réputation, on sait aussi que d'autres voulaient soumettre le monde magique à leur domination. Aussi, les sorciers dans le monde des moldus n'existaient pas, ils n'avaient pas de valeur à défendre en dehors du monde magique. Dès lors, il sont exclus de la société : ce monde où tout le monde voudrait être riche, beau, chanteur, président ou présentateur télé.

En attendant, les sorciers eux, qui étaient-ils, quel était leur métier aux yeux des administrations moldus ? Que savions-nous vraiment de leur statut à leur yeux, je me le demande bien. Peut-être n'étaient-ils que de simples parias, qui vivaient une existence précaire, cloitrés chez eux à souffrir en silence. D'ailleurs, les sorciers payaient-ils leurs impôts comme tout le monde ? Peut-être que le fisc leur collait aux baskets tout le temps... que les services sociaux voulaient s'assurer que les enfants n'étaient pas battus... il n'y a vraiment que les moldus pour battre et tuer leurs enfants.

Mais qu'ils étaient bêtes ce personnel, à penser qu'on ne pouvait pas vivre de vie plus intéressante que la leur. En fait, ils avaient tort, parce que leur vie étaient bien plus intéressante. L'imagination d'un sorcier est sans limite, c'est ce qui le distingue des autres. Avec lui vous vivez une aventure fantastique avec une saveur de triomphe chaque jour. Leur naissance leur avait laissé le droit de rêver, d'écrire l'Histoire de la Magie, celle d'un monde en perpétuelle conquête. Certains décident de choisir des camps, d'autres revendiquent farouchement leur liberté d'imaginer un monde meilleur pour ne pas cesser de vivre.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Maître de jeu, Dim 01 Fév 2015, 00:20


Le membre 'Leister McKinley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé 4 faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Wilum Järviden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Wilum Järviden, Dim 01 Fév 2015, 00:54


Les deux jeunes gens arrivèrent très rapidement dans les sentiers battus aux alentours du château. Le jeune homme brun qui paraissait plus petit suivait son coéquipier au pas de course. Bien qu'il ignore certaines choses l'un de l'autre, ils avaient uni leur force dans cette chasse. Tout les deux étaient aux aguets -leur sens en éveil-. Il faisait nuit, sombre et il y avait juste un faisceau de lumière qui sortait du bout d'une baguette. Le serpentard était surexcité et en même temps perplexe. Arriverai-t-il a capturer un maximum d'animaux. Quatre seraient déjà pas mal, plus serait mieux. Alors Wilum mis de côté ceyte méfiance qu'il avait vis à vis de son partenaire.

Il se faisait tard. Il avait décidé d'un commun accord de faire la chasse pendant la nuit où l'obscurité règne en maitre et c'était un moyen de ne pas se faire repérer. Wilum observa le Serdaigle sortir le matériel nécessaire puis il scrutait pendant ce temps les environs, du moins ce qu'il distinguait. Un mouvement à leur gauche leur fit se tourner vers la provenance du bruit, comme un bruit d'un drap que l'on écarte brusquement. Wilum repéra très rapidement le Flerreur. D'un geste, il indiqua la direction de l'animal à son coéquipier.

1~ Les deux jeunes s'élancèrent vers l'animal prudemment. Plusieurs minutes s'écoulèrent. Après plusieurs tentatives, leurs efforts portèrent leur fruit. L'animal se fatiguait petit à petit, mais sûrement.

2~ Ils étaient essouflés par ce jeu interminable du chat et de la souris. Par moment les deux jeunes hommes s'arrêtaient pour reprendre leur souffle. L'un deux s'éloignait afin de plus être dans le champs de vision de l'animal pour le contourner. Cette tentative fut vaine. Le Flerreur sentant le danger disparut aussitôt.

Il faisait de plus en plus frais. C'était comme poursuivre une chose invisible. L'animal jouait avec leurs nerfs. L'un deux commençait à perdre patiente et avec précipitamment il sauta comme un fou avec dans sa main un outil étrange. Malheureusement pour lui, il s'étala par terre avec un cri de douleur. A vrai dire, il n'avait pas contrôlé son atterrissage. Son tibia s'était fortement cogné contre une grosse roche.

Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Maître de jeu, Dim 01 Fév 2015, 00:54


Le membre 'Wilum Kyle' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé 4 faces' :
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Maître de jeu, Dim 01 Fév 2015, 09:24


Le membre 'Leister McKinley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé 4 faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Wilum Järviden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Wilum Järviden, Dim 01 Fév 2015, 11:07


Finalement leur course poursuite avait abouti a un échec. Les chats avaient très vite cerné leur intention. Ils étaient au moins trois et eux trois s'étaient enfui, disparaissant dans la pénombre. Les deux élèves de Poudlard firent obligé de réitérer leurs recherches depuis le début. Ils espéraient ne pas tomber de nouveau sur les Fléreurs. Il décidèrent d'un commun accord, d'élargir leur zone de recherche, ainsi, chacun de leur côté, muni du matériel nécessaire ils débutèrent leurs recherches. Ils étaient tous les deux aux aguets. Par moment, ils se postaient immobile, attendant patiemment qu'un ou plusieurs animaux se manifestent. Bien évidemment, leurs deux garçons n'espéraient pas non plus tomber sur une ordre d'animaux -un, deux suffiraient largement-. Le temps passaient et leurs recherches n'apportèrent rien. Cependant ils ne perdaient pas patiente et leur sang froid pour autant. Le but étaient de capturer un maximum d'animaux -l'un deux jura sur Salazar- qu'ils en captureront quoi qu'il arrive. Il fallait mettre au point une autre stratégie qui cette fois sera plus efficace que la précédente. Entourer l'animal n'était pas la meilleur chose à faire en effet.

Les deux jeunes chasseurs s'enfoncèrent un peu plus dans ce qui semblait être une clairière. Celle-ci était un illuminée par l'astre argenté. Une belle couleur opalescente sur l'eau froide. Il y avait des arbres autour d'eux. Prudemment, le Serdaigle et le Serpentard fouillaient les environs.


1~L'un deux aperçut immédiatement un animal. Celui-ci se tenait sur ses pattes avants et il observa les deux chasseurs avec méfiance. C'était un chartier. À présent, il ne leur restait plus que de le capturer. Ils espéraient que cela serai aussi facile que de le dire.

2~ Les recherches étaient vraiment difficile. Était-ce une bonne idée de faire leur chasse aussi tard ? À part les trois Fléreurs plus aucun animal ne montrait le bout de son museau ou de sa corne. Cela faisait pas mal de temps qu'ils cherchaient à travers les bois. Un échec total, ils n'avaient trouvé aucun animal.

3~ Un bruit de frottement à leur droite se fit entendre. Ils s'approchèrent avec prudence de l'endroit où à priori il y avait un animal, peut-être même plusieurs. En effet, à travers la pénombre ils distinguèrent un Chartier. Sa ressemble avec un furet était frappante. Il fallait élaborer une stratégie qui cette fois sera meilleure.

4~ Cela devenait de plus en énervant, agaçant, fatiguant. Dans ce lieu étrange il y avait même pas un chat qui miaule. Seul, le bruit de leurs pas résonnait dans la nuit. Ils avaient songé à changer d'endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Maître de jeu, Dim 01 Fév 2015, 11:07


Le membre 'Wilum Kyle' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé 4 faces' :
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Maître de jeu, Dim 01 Fév 2015, 17:56


Le membre 'Leister McKinley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé 4 faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Wilum Järviden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Wilum Järviden, Dim 01 Fév 2015, 18:28


Au bout du compte le Chartier s'était enfui. Cela démoralisa fortement les deux étudiants -ils étaient épuisé et un peu sale à cause de la terre. Les deux jeunes homme avaient passé beaucoup de temps à essayer de le capturer. Usant de sortilèges, de stratagème différents et autres. Les minutes passèrent et rien de très fructueux se passait pour les deux chasseurs inexpérimenté. Après tout, au château on leur enseignait pas les rudiments de la chasse et à preuve du contraire, aucun d'eux n'avait eu à faire une telle aventure nocturnes en plus. Entre les Fléreurs qui s'étaient échappés au bout d'une longue course poursuite -fatiguant déjà les deux coéquipier- et en plus de cela le Chartier aussi rusé était-il leur en avait fait bavé. Repus, ils décidèrent de stopper cette mascarade et ils abandonnèrent ainsi la chasse.

[•Fin Rp•]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Jusqu'au bout de la nuit

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 14

 Jusqu'au bout de la nuit

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 8 ... 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.