AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 14 sur 14
Réveillon à la campagne
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14
Liskuvo Kalsi
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Réveillon à la campagne

Message par : Liskuvo Kalsi, Dim 7 Jan 2018 - 15:21


Entre octobre et janvier y'a qu'un seul mois, non ? Désolé :'(

Shae ? C'est un chouette prénom j'imagine, je suis pas très doué pour deviner d'un prénom si il vaut le coup ou non. Pas de nom de famille ? C'est étrange, peut-être que Shae n'est pas son prénom, en fait j'en sais rien, je lui ai demandé quel nom les gens avaient l'habitude de lui donner, je suis pas clair dans mes questions alors je vais pas attendre des autres qu'ils clarifient. Je chuchote lentement son nom, en essayant de détacher les syllabes si c'est possible, m'imprégner du sens au final, on a jamais un nom pour rien, surtout si c'est un surnom, ou sa propre identité. J'ai d'ailleurs jamais réfléchis au sens du mien, mais Shae, ça me parle.

Je regarde l'étrangeté ombragée avec un grand sourire. Ravi d'avoir fait une connaissance aussi bizarre, ça arrive pas tous les jours faut dire, ça se fête les rencontres de ce genre. Je jette un oeil au soleil aussi, savoir si il est content pour nous. Bon ça je ferais peut-être mieux de pas trop lui poser de questions.

- Enchanté, Shae.

Enfant ? Qu'est ce que je fuis ? Oh...ça pose des questions qui fâchent ce soir, mon sourire s'efface le temps de la réflexion, y'en a des choses que je pourrais répondre, des banalités en tout genre, fuir c'est toujours quelque chose de compliqué. Je doute qu'on puisse dire qu'on fuit une seule chose. Sinon on pourrait sûrement l'affronter. Et puis, je suis pas venu par ici pour fuir à la base, je cherche plus qu'autre chose. Ah ce que j'aime pas quand on me pose des questions comme ça.

- Je cherche des gens.

Si je cherche des gens est-ce que je fuis ceux que je connais déjà ? C'est le moment réflexion de comptoir qui vaut pas un sous, commence à me faire peur, je voulais l'aider à aller mieux et j'ai l'impression que ça s'inverse un peu maintenant, ça veut dire que ce que j'ai fait à suffit ? Bon, j'en doute fortement, ma jambe se met à se secouer, d'un accès de stress. Est-ce que je fuis quelqu'un ?

- Vous êtes sûr ? Si j'ai réussi à venir jusqu'ici pourquoi ils pourraient pas venir ?

Je me rends compte en disant ça que je viens de lui dire que je fuyais quelqu'un, je sens mes dents venir contre ma lèvre et serrer aussi fort qu'elles le peuvent. Si je continue comme ça je vais me mettre à pleurer en l'implorant de me sauver, ou quelque chose comme ça. Je veux être fort, dépasser cette masse de peur dans laquelle il était tout à l'heure, pas rester devant. Le déni c'est bien parfois aussi, c'est un des plus grands remèdes de l'humanité, mais avec ses questions, le déni est chassé, c'est bien fâcheux.
Revenir en haut Aller en bas
Shae L. Keats
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Réveillon à la campagne

Message par : Shae L. Keats, Sam 24 Fév 2018 - 4:44


J'ai peur gamin, de qui tu crois que je suis. J'suis pas un chevalier des ombres, j'ai pas des mains magique qui éloigne les ombres lorsque je touche quelqu'un. Moi j'les attire, j'les amène, je les capture et les enferme en moi, je mange les ombres des autres qui m'enlacent les côtes. Elles les rongent doucement, pour me garder pour elles et me font disparaître. Je ne sais pas ce que tu crois, toi. Mais moi je ne suis plus rien, je suis le vide, l'absence, le rien. Le miroir sans regard qu'on croise tous le matin, en rentrant ou en partant, le soupir dans ses instants en face à face avec soi même.
J'suis l'instant qui dépite, qui dérange, qu'on ne veut pas voir.


- Je cherche des gens.

J'ai envie de te dire que t'en trouveras pas là. Les gens ils sont dans leurs lits à cette heure, ne reste que les morts, les absents et les vides. J'ai envie de te dire de courir, surtout en entendant ta question. Parce que j'ai peur de ce que cela veut dire. Tes ombres pourront venir. C'est avec moi qu'elles vont repartir. Je veux pas te les laisser, dis leur d'aller se faire voir mais je veux fuir les miennes, alors on se retrouvera et disapraitre dans un crac.


Fin du rp pour moi
déso pour la fin nulle, ça durait trop
Revenir en haut Aller en bas
Alex Parker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Réveillon à la campagne

Message par : Alex Parker, Dim 13 Mai 2018 - 20:51




RP avec Mary Drake




Le soleil me brûle la peau. Je suis comme un épouvantail attaché en plein désert. Je n’arrive plus à distinguer les formes qui m’entoure. La soif et la faim s’emparent de moi. Prisonnier sans chaîne, cellule sans mur. Tout est flou dans ma tête. Il y a quelques minutes j’étais encore allongé dans mon lit et là je me retrouve dans cet univers apocalyptique. Sérieusement, il faut que j’arrête de lire des romans de Science-Fiction. Bon, résumons : je suis perdu dans un endroit inconnu. Je ne vois rien, je ne ressens que le manque et j’ai comme l’impression que je suis nu. La drogue ? Non. L’alcool ? Pas que je sache. MAIS BORDEL, COMMENT JE SUIS ARRIVÉ ICI ?

Bon, je dois me calmer. Maman me disais toujours que à chaque problème existe une solution. Pour commencer, il me faut des vêtements. Le sable brûle ma peau, je ne peux pas rester comme ça. MAIS ! Miracle, je suis de nouveau vêtu. Bon, mes fringues ne sont pas très classes mais ça peut faire l’affaire. Maintenant je dois me repérer pour mieux me diriger. Autour de moi il n’y a que du sable. Pas de dunes, pas de rochers ? Non aucun à première vue. Comment vais-je faire pour retrouver mon chemin ? Il n’y a strictement personne aux alentours pour m’aider. MAIS ! Si j’ai pu faire apparaître des vêtements, j’ai peut-être le pouvoir de faire apparaître le chemin vers la sortie. Voyons voir, concentre toi. Visualise une grosse flèche rouge … heu non, essaye avec une grande porte genre comme celles de la Grande Salle. Gnnnnnnnnneeeee !  

C’est un miracle ! Une porte, dans un désert, juste devant moi. J’hallucine, c’est juste incroyable. Je peux contrôler les éléments comme ça, en un claquement de doigts je suis le roi du monde. Allons ouvrir ce portail en bois et sortons vite d’ici ! Heu … Pourquoi le désert a-t’il été remplacé par une forêt ? Je ne connais pas cet endroit. Un petit vent frais vient me chatouiller les narines. ATCH … ATCH … ATCHOUM ! Me voilà bien, une nouvelle fois paumé, avec plein de morves au nez. Saperlipopette ! Mais que vois-je ? Un bel environnement verdoyant. Des abeilles butinent, des grenouilles se reposent, des oiseaux chantonnent des musiques que eux seuls connaissent les paroles. Ce monde est vraiment magique. Enfin encore plus magique que celui des sorciers. J’espère de tout mon coeur que ce n’est pas un rêve. C’est l’endroit rêvé pour être en communion avec la nature.

AHHH ! Une petite fille semble avoir surgit de nul part. Elle porte un petit foulard rouge sur les cheveux et semble transporter un petit panier. Mais quelle surprise, que fait-elle toute seule en plein milieu de ces bois ? Je dois lui venir en aide. En plus, il y a une sorte de loup qui semble se cacher à une centaine de mètres de la fillette. Cela n’annonce rien qui vaille. Je dois me dépêcher de l’avertir du danger qui nous guette. Un petit pas, par-ci, par là. Et hop, me voilà devant ce mystérieux enfant. On dirait une pièce de théâtre dans un collège. Les décors sont tops mais pas la mise en scène. Il faut que je prenne une voix un poil sucrée et un peu miellée pour m’adresser à cette jeune fille :



- «  Excusez-moi petite, que faites vous toute seule dans ces bois ? Ne savez-vous pas que le loup rôde autour de nous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Réveillon à la campagne

Message par : Mary Drake, Jeu 17 Mai 2018 - 20:02


musicaaaaa

Bulle.

Les bulles sont partout, comme si quelqu'un, quelque part avait aspergé de toute part le monde pour le rendre bulle. Et seulement ça : bulle. C'est fou, elles dansent, volent - tige, comme dans un grand ballet. C'est artistique, il y en a partout. C'est magnifique, terriblement beau. Même vêtue de mes guenilles j'peux pas m'empêcher de trouver ça délicieux. Peut-être que grâce à elles la vie aura une meilleure saveur : des pépites de douceurs. Comme un souhait que le souffle pense en étant proche des bougies. Pas d'anniversaire juste une vie de misère et des souris qui parlent ;

Je n'irai pas jusqu'à dire
que je pourrais chanter à tue-tête vers l'avenir
mais on y est presque

Éponge en main j'astique sans mastiquer la faim ronge mon ventre tandis que je n'ai pas le droit de détacher un sourire de mes lèvres. Servante plus que fille dans un palais fait de brins d'herbe et de terre trempée par la pluie. Tourne tourne Mary et voit qu'il n'y a rien au-delà d'ici. Hausser les épaules. Une branche se traîne. Bientôt elle deviendra brillante. Et puis. Ce sera une baguette magique. Pas la mienne - existe-t-elle seulement ? - non, celle d'un enfant qui passerait par ici en se demandant comment ; un peu de poudre de marraine la bonne fée pour que la brindille soit transformée.

Et tu avances
en transe
sous des paillettes argentées
qu'on t'as gentiment lancé

Où est-donc passé ce t-shirt déchiré ? Mes pauvres souris ? Que fait donc un valet à mes côtés ? J'oscille sous des confettis. Je ne comprends plus. Où est passée l'éponge ? La belle-mère va-t-elle m'en vouloir ? Un poney ! Une citrouille. Rose ? Rousse ? Comme le chien de Mered ? Orange. Qui change de couleur. C'est un rêve ? Peut-être. Autant monter à l'intérieur et voir ce qui m'y attend. Le château n'est même plus visible. Sans doutes est-ce mieux ainsi. Mais bientôt un autre arrive à l'horizon. Plus majestueux, en fait il est monumental. Oeuvre d'art à lui tout seul. Il y a comme des fantômes qui dansent autour. Me voilà déjà morte. C'était un peu court pour une vie de princesse.

Contrairement à ce que j'aurais pensé quelqu'un commence à m'aborder. Une ellipse plus tard et nous sommes entourés d'autres silhouettes spectrales qui ne font que s'amuser. Petite, c'est étrange j'ai l'impression d'être grande ici. Illusion d'habitude j'observe de mes yeux d'humaines les véritables chimères qui se croient réelles. Changement de rôle et de position. Je ne suis point seule. Voyez, tous ces gens, et puis, vous ! Il y a le valet dehors, et même si minuit sonnait l'heure de l'aujourd'hui de demain avant que je ne sois rentrée, je n'ai pas de quoi m'inquiéter.

C'est fou cette prise de confiance
La robe
donne-t-elle des ailes ?

Il n'y a pas de loup ici
cependant
est-ce vous le prince ?


Et ce refus de croire que tout ça n'est que fausseté
ce refus de penser qu'il n'y a pas ici une certaine réalité
parce que c'est si simple au fond
de se croire dans un conte de fées.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alex Parker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Réveillon à la campagne

Message par : Alex Parker, Sam 19 Mai 2018 - 21:58


La músicaaaaa

Ma tête tourne, le monde bouge. Quand toutes les forces de ton corps t’ont quitté, la seule solution est de te laisser faire. Les ténèbres s’emparent de moi et laissent manteau noir sur ma peau. Mes sentiments, mes émotions, toutes les choses qui me faisaient vivre, qui me rendaient heureux ont disparu. Je me retrouve une nouvelle fois plongé dans un gouffre sans fond. Les prises faites de roche pour se retenir disparaissent lors de ma chute. C’est long, très long. Ne plus rien ressentir est quelque chose d’assez spécial. On pourrait même y prendre goût. Les douleurs sont tellement encrées en nous que on ne les ressent plus. Mes larmes sont comme des petites gouttes de pluie au beau milieu d’un désert. L’âme disparait mais le corps reste là. Un vulgaire cadavre. La main prend, la bouche s’ouvre. Tu ne contrôles plus rien, pourquoi essayer de résister ? Ton destin est scellé. Fleurs du mal, tes yeux se ferment. Mais soudain tu te réveilles, trempant dans ta sueur. Tu ressens à nouveau. Ton estomac est en feu. Tu essaies de boire de l’eau pour éteindre cet incendie mais rien n’y fait, tu souffres. Tic … tac … tic … tac … tu n’en peux plus, le spasme arrive, tu vomis. Ce flot continu ne se résume pas qu’à de la nourriture fraichement ingérée. C’est le mal qui s’échappe de toi. Toutes tes souffrances, ta haine, tes peurs sortent de ce corps. C’est la promesse d’un jour nouveau qui s’annonce. Te revoilà foetus d’une nouvelle vie.

Je ré-ouvre mes yeux. Devant moi il y a toujours cette étrange fille. Mais c’est étrange, il me semble que nous avons changé de lieu. La verdure qui nous entourait a laissé place à une espèce de chaumière. Les murs sont de torchis et le toit de pailles. C’est très étrange, la jeune inconnue semble communiquer avec moi. Au départ, je ne discerne que des lèvres qui bougent. Mais petit à petit, les vibrations de l’air frappent mes tympans pour les transformer en mots. Elle me dit que nous ne sommes pas seul. Pourtant, je ne vois qu’elle dans cette pièce. Les paroles continuent d’arriver à mes oreilles. J’entends les mots loups et princes. Mais bordel, dans quel pétrin je me suis encore fourré ?! Des barres de rire, cette jeune fille pense que je suis le prince. Le prince de quoi ? Celui des anti-social ? Celui des personnes qui n’arrivent pas à aligner deux mots avec une fille ? Je ne suis certainement pas le prince de l’amour. Et puis d’abord le loup il a disparu. T’ES QUI TOI DÉJÀ ? Ces hurlements résonnent dans ma tête mas aucun son ne sort de ma bouche. Je n’en peux plus. Je veux rentrer chez moi, retrouver la douceur de mes draps. Ici tout semble si étrange.

Mon esprit est en surchauffe, je commence à voir flou. En clignant bêtement des yeux j’arrive à distinguer huit petits tabourets dans cette demeure. Sept pioches sont alignées sur le mur. Je suis donc dans une maison de mineurs ? Ceux qui minent hein, pas les enfants en dessous de la majorité ! Une nouvelle fois je m’égare, et pourtant je n’ai consommé aucune drogue. J’ai hâte de me sortir de ce cauchemar. Il y a également un miroir avec une tête de représentée dedans. On dirait une princesse comme il y a dans les contes pour enfants. Oh ! Et au loin je distingue un chasseur à travers les vitres. Que fait-il par ici ? Est-ce sa maison ? Mais sur la table ! Ne serait-ce pas une belle pomme toute rouge ? Une nouvelle fois, je perds toute notion du temps. Je n’ai plus qu’une idée en tête, croquer à pleine dent dans ce fruit tout juteux. J’ai l’impression d’avoir passé la moitié de ma vie ici à espérer manger cette pomme. Pourtant, la jeune fille est toujours là près de moi et semble attendre une réponse à ses interrogations. Je peux bien attendre encore quelques minutes et répondre à ses attentes.

- « Excuse-moi, mais je ne vois pas du tout les personnes dont tu me parles. D’ailleurs, nous sommes que deux dans cette vieille maison. Je ne suis pas prince, enfin je crois. Tu veux manger cette pomme avec moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Réveillon à la campagne

Message par : Mary Drake, Jeu 21 Juin 2018 - 9:42


désolée pour le retard ♥
Parce que je sais pas pourquoi mais j'aime bien

Il y avait des paillettes. Un peu partout. Et puis des étoiles dans les yeux, des étincelles au fond des pupilles qui s'illuminaient en la présence de tous. L'espoir au centre du coeur même si il y avait un antécédent de malheur. J'étais presque heureuse de voir ce prince devant moi. Il avait des yeux fous et je le savais d'avance, un coeur tendre. Je me sentais comme entre ces pages rose bonbon qui, pour sûr, avaient à la fin de l'histoire une fin heureuse pour faire rêver tout enfant avec un minimum d'imagination. J'aimais cette sensation. Je me sentais invincible. Et puis j'ai vu que les bords de ma bulle commençaient à tanguer, sous les cris de ce Prince finalement pas si beau et pas aussi gentil que ce que je ne l'avais espéré. Ses extrémités ont finit par exploser sous la violence de ces mots. Un regard de fusil, je ne voyais plus en lui quelqu'un qui pourrait m'aider mais une pieuvre violette.

Je suis

S'en était suivi la chute et le silence.

Mes jambes se sont perdues, j'ai cru étouffer dans cette eau enfermée dans une maisonnette. Je voulais remonter à la surface mais le plafond se rapprochait, il n'y avait aucune issue. Je ne pouvais pas bouger, je pensais ne pas pouvoir respirer. Et la pieuvre bougeait, se mouvait dans l'eau sans que je ne puisse rien y faire. Elle parlait de mine, je crois bien qu'elle essayait de m'envoyer encore plus bas sous terre (dans les abysses sans doutes, c'est une vicieuse) pour que j'aille lui chercher de quoi se parer. La majorité arrivait à grands pas je ne pense pas qu'elle se formalisait de ces choses là. Il m'a fallu encore un petit temps pour comprendre que je pouvais respirer sous cette eau. Et pourtant le monde s'est ensuite retourné. En voulant répondre je me suis rendue compte que cette voix déchue qui savait chanter - ah bon ? - ne voulait plus se montrer. Elle m'avait été volée.

Agent-Mary-Sirène-Secrète. Persuadée que je pouvais me rendre invisible j'avais rampé jusqu'à un tiroir de la cuisine. Je n'avais pas envie de manger cette pomme avec cette vilaine sorcière. Une fourchette, il me fallait une fourchette. Un joli mélange entre brosse-à-cheveux et arme de guerre. Une fois l'outil en main je me suis pourtant sentie bien stupide ; j'étais sans voix, sans jambes, réduite à l'état d'anguille. En plus le sol était étrange. Malgré l'eau les traces restaient comme si il n'y avait aucune force pour les déplacer. Je ne comprenais rien à rien. Alors je me suis emparée d'une deuxième fourchette. Et d'une troisième parce que comme disent les gens sensés, jamais deux sans trois ( et quatre si on a faim).

La première pour observer mon reflet. J'étais devenue rousse. L'avais-je toujours été ? Oui bien-sûr. La deuxième pour un essai de lancé vers la vilaine créature qui voulait ma mort. Un peu d'élan. Mais ça retombe vite. Je crois que je manque d'un talent certain pour ce genre de choses. Puis la troisième pour la pomme de malheur ; je l'y ai planté - non sans mal -puis écris dans la poussière-sable que je n'avais pas faim. Incapable de parler toujours je me suis mise à rêver d'un crabe-homard, d'un poisson bleu et jaune (quel étrange mélange) qui avait un prénom répendant la poudre de Morphée avec un talent certain. Je voulais que cette créature meurt, maintenant que j'étais bloquée à jamais sous l'océan.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Réveillon à la campagne

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 14 sur 14

 Réveillon à la campagne

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.