AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 10 sur 10
Une petite ruelle déserte
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
Mangemort 91
Mangemort
Mangemort

Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Mangemort 91, Mar 26 Déc 2017 - 2:24





Il a froid a l’intérieur de lui ce soir. Il y a quelque chose dans l'air qui le gène. Il ne sait pas si c'est l'odeur de l'alcool ou l'envie qu'il en a. Mais il y a quelque chose qui dérange. Qui démange. Il ne sais pas trop quoi. Il a de nouveau cette impression que les portes de sorties sont gommées. Qu'il se retrouve force de tenir ses os contre lui. Des os vides qui apparaissent dans la nuit, translucides. Il a un peu peur de ce qu'il va trouver a l'angle de la ruelle. Et a celui d’après. D'ordinaire la peur n'a pas sa place sous cette seconde peau, mais depuis quelques jours tout est différent. Il y a du changement. Peut-être grandit-il enfin, peut-être a-t-il maintenant une raison qui le pousse a rentrer chez lui entier. Et il y a dans l'air un mauvais pressentiment ce soir. Quelque chose qui le hérisse de l’échine au bassin.

Il a cette impression de devoir se serrer fortement, de se semer sur l'asphalte. Il ne comprend pas vraiment, mais ça lui arrive parfois, les nuit de grand vent imperceptible. Mais souvent c'est a l'autre que ça arrive. Pas a Quatre-Vingt-Onze. Alors sil ne comprend pas trop mais il avance dans la ville. Il a dit au maître qu'il sortirait. Et une nouvelle lueur avec une lueur de braise dans un coin, près du mur. Ça lui rappelle cette époque ou il rêvait de lui avec un corps en cigarette, qui se consumait dans la nuit. Alors il s'avance doucement et s’arrête a cote d'elle. Il se tâte la face pour vérifier que le masque blanc n'a pas bougé. Pour ne pas avoir d'expression. Puis il observe le visage jeune a cote, et il se dit qu'il la déjà vu quelque part. Mais peu importe. Il a envie de fumer. Un Mangemort ça fume aussi. Alors il se concentre sur sa voisine et modifie peu a peu ses traits et sa taille, suffisamment pour que dans le noirs, quelqu'un les prenne pour des jumelles si il vint a passer.  Et alors il retire son masque, attrape une cigarette dans sa cape et la porte a ses lèvres. Il s’étonne de ce vide qu'il trouve en lui ce soir. Un vide qu'il croyait parti ailleurs, mais qui dormait juste. Il a cette impression de ne plus contrôler son corps, de ne plus avoir de contours, désincarné seulement a moitie.

Alors il tire sur sa cigarette pour noircir ses poumons ce soir, la main toujours proche de la baguette, au cas ou. Il tire deux ou trois fois cache son faux visage derrière un nuage de contenance.  Tu sais qui je suis ? un peu comme une devinette. Comme une énigme énoncée a sa voisine comme a la nuit je suis toutes les facettes du miroir de chacun, mais j'arrive pas a être le mien.  
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Loredana Sparks, Jeu 4 Jan 2018 - 21:14


Seule dans son coin, dans ses pensées, dans ses rêves, elle ne vit personne arriver. Et pourtant, elle entendit un bruit à côté d'elle. Elle se tourna et vit une personne.... en fait elle se vit elle-même, oui elle-même fumant une cigarette juste à côté. Son rythme cardiaque s'accéléra, elle manqua de s'étouffer avec la fumée de sa cigarette, mais tenta de cacher au mieux sa surprise. Elle voulait garder son bloc de glace, ne rien montrer, là était son but. Malgré tout, elle ne pouvait s'empêcher de se poser des questions sur cette personne. Etait-ce le fruit de son imagination ? Un effet de l'alcool ? Bizarre quand même...

Malheureusement, ce silence fut de courte durée. Il fallait bien qu'il lui en arrive une un jour, après tout à force de se pavaner dans les rues, en pleine nuit, ivre, elle se doutait qu'un jour ou l'autre, ça tournerait mal. Elle fixa l'autre Loredana dans les yeux et celle-ci se mit à parler« Tu sais qui je suis ? ». Elle l'avait dévisagée de la tête au pied. Elle, elle voyait une adolescente de dix-sept ans, comme elle ne l'avait jamais vu avant. C'était comme si un autre partie d'elle avait décidé de faire son apparition pour lui faire passer un message. Mais qui se cachait derrière son propre visage ? Malgré toutes les questions qu'elle se posait, elle resta muette, jusqu'à ce que l'inconnu reprenne la parole. Je suis toutes les facettes du miroir de chacun, mais j'arrive pas à être le mien.
Elle haussa les sourcils, elle n'avait absolument rien compris. Faut dire, l'alcool avait un effet sur elle qui lui faisait perdre tout forme de réflexion, c'était peut-être pour ça qu'elle ne parvenait pas à réagir à l'arrivée de sa propre personne;
M'en fous, qu'est-ce que tu m'veux ? Pourquoi as-tu pris mon apparence ?Répondit-elle simplement
Malgré elle, une boule venait de se créer dans son ventre. Une boule de stress ? De peur ? De nerf ? Ou peut-être les trois mélangées. En avait-elle trop dit à une personne qui lui semblait plus que louche ou bien était-ce le reflet que son corps et son visage lui renvoyaient.  La main tremblante, sans pouvoir contrôler son corps, elle tourna la tête de l'autre côté et tira une nouvelle bouffée de sa cigarette. Elle devrait peut-être partir non ? Pourtant ses jambes ne veulent pas bouger, elles sont comme collées au sol.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Mangemort 91, Jeu 8 Fév 2018 - 22:09


Nous ne savons pas être ce que nous voulions. Les corps d'emprunts qui s'enchainaient comme le sien ce soir alors qu'elle ne semblait pas comprendre où nous voulions en venir. Nous n'en venions à rien, seulement au néant. Le cercle infini, qui donnait le tournis alors que nous jouons à peindre nos poumons avec du goudron pour enfin réussir à matérialiser du noir intense sur nos organes les plus vitaux, l'art de représenter sa réalité à sa manière. Elle s'en foutait et c'était peut-être mieux, le masque était pour nous un moyen de parler, alors si il n'y avait pas besoin de mots ça t'arrangeait au fond, quant à son apparence c'était une autre affaire, quelque chose d’invraisemblable.  Pour ne pas ressembler à nous-même. Réponse évidente qui pour nous avait un sens caché, quelque chose de plus profond, de plus intense, un déni de soi-même qui poussait à se réfugier dans un autre corps, en attendant de pouvoir changer son propre esprit.

Alors nous lui prenons la main comme un enfant pour l'entraîner avec nous, à notre suite, nous avons envie de jouer ce soir, jouer au chat ou non viens avec nous après tout on a l'air de toi, tu vas pas t'inquiéter, allez, viens jouer, nous avons les envies de folie de ce soir, de casser de la boutiques, de dessiner des phénix enflammés au dessus, peut-être nous prendrais-tu pour l'un d'eux alors, ce serait bien plus simple. Casser des objets, pas des humains, des baguettes ou des pyjamas, y a rien à perdre, viens avec nous. Si t'es là à cette heure là c'est que t'as peur de rien.  
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Loredana Sparks, Ven 16 Fév 2018 - 13:01



Des mots. Des mots. Des mots. Qui n'ont aucun sens. Elle ne comprend pas à qui elle a à faire, mais se voir elle-même prononçant des paroles telles que celles-ci ne rime à rien. Elle te dévisage, boule dans l'estomac tant la situation lui échappe. Elle ne montre rien, reste stoïque. Ce corps dénué d'identité est venu à elle, tout cela avait-il un sens ? Était-ce seulement réel ? L'image d'elle qu'elle aperçoit ne ressemble en rien à celle qu'elle est.
On lui prend la main, la sensation est étrange. Elle mit un instant à comprendre qu'on voulait qu'elle suive. Mouvement de recul, mauvais pressentiment. Non, elle ne suivrait pas. Non, elle ne jouerait pas. Pas ici. Pas avoir toi ! Elle se sent oppressait, elle se sent inférieure. Tu es fort, elle le sait en son for intérieur. Elle est hypnotisée par son propre reflet. Qui es-tu ? Dis-lui qui tu es. Qu'elle se défende, qu'elle réplique.
Je ne te suivrais pas, fous-moi la paix, retourne d'où tu viens, je n'ai aucune envie de jouer.
Le cœur qui bat, main dans la poche, tenant un bout de bois. Tu lui fais peur, oui, mais tu ne le vois pas. Ou peut-être que si, elle ne le sait pas.
Elle devrait s'enfuir, mais des questions se posent sur ce que tu es. Tu n'es personne et tout le monde en même temps. Multiple facette. Tu deviens qui tu veux, mais ne devient pas elle.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Mangemort 91, Dim 18 Mar 2018 - 1:39


Elle est rigolote à croire pouvoir résister à la nuit. On rsiste jamais aux ombres, jamais longtemps. Ce soir les idées sont au placard, nous sommes mauvaise conscience, celle qui fait ressortir les mauvais côtés, tu nous suivras. Parce que tu veux vivre, tu ne serais pas là sinon. Tu veux vivre quelque chose. Nous le savons. Il faut vivre vite vite vite tu sais, la fin elle arrive trop vite parfois, tu sors acheté un truc et c'est fini. Alors vite vite.

Je ne te suivrais pas, fous-moi la paix, retourne d'où tu viens, je n'ai aucune envie de jouer.

Nous ne te parlons pas de jouer enfant, mais de voler, de comprendre. De te faire remarquer. Alors on lâche ta main et on se met en face de toi, on remet le masque sur le visage. Pour ne faire plus qu'un avec, on dénude l'avant bras pour que tu y reconnaisses une marque dont tu as sûrement dû entendre parler. On veut juste brûler. On veut ressentir une liberté folle, grisante, l'air contre le peau ce soir. On veut vivre. Viens avec nous et nous te montrerons ce que ça fait, l'air qui râpe les joue. C'est toujours mieux à deux la liberté. Alors on la fait goûter, comme une nouvelle drogue. On montre, on donne un aperçu, puis on abandonne la personne. Elle décidera ensuite. Si elle continue ses recherches et nous trouve où si une existence de peur lui convient.

On veut courir la ville. Réveiller son essence pour la faire résonner.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Elhiya Ellis, Mer 9 Mai 2018 - 15:47



ce que je laisse entre tes doigts


Pv Chad
Mon LA accordé
Suite de ici
Autorisation de Loredana pour reprendre


Il faudrait qu’elle lui demande quelques cours de potion au final, tout du moins pour celle-ci, ça éviterait diverse catastrophes dans les cachots su château. Et puis, au moins, il avait savoir ce qu’il faisait. Etrange. Elle ne le voyait pas derrière une table avec des chaudrons, des mixtures et produits dans dangereux. Faute à son désir de la transformer en licorne, ou à ces petites provocations trop teintée d’humour pour l’imaginer sérieux. Mais les masques portés par chacun détournaient facilement la vérité aux yeux de la superficialité. Elle le savait, ne l’avait pas oublié, et voulait, soudainement bien lui conférer plus d’utilité qu’elle ne l’aurait pensé.

Pouvoir se perdre dans ses émeraudes était déjà un bon point, la répartie dont il usait un second fort appréciable, au point où elle en était… elle voulait  bien remplir son carnet de bonnes notes à venir, juste car il avait réussi à la faire pouffer de rire. « Et j’ai loupé mon cou ! l’but était de tomber direct dans tes bras, comme ça, pouf, demoiselle en détresse qui te rappelle que t’as encore oublié ta cape et tes collants moulants ! ». Les opales azurs pétillaient petit à petit, s’éveillant lentement grâce aux effets de la décoction.  Néanmoins, en face, le sourire se fanait, comme s’il si le costume invisible d’héro amenait à son esprit des responsabilités soudaine. Etrange ca aussi.

Un sourcil relevé pour reprendre la part fana dans une prie sur son poignet initiant un semblant de course précipité. L’empressement changeait de camps sans raison valable, forçant au pouffement de rire tout en en trottinant. « Nan, mais quitte à être dans l’urgence, autant tout faire d’un coup non ? On planifie directe des fiançailles à ce rythme ! ». Ricanement moqueur en ponctuation, espérant juste que laps frappant sur les pavés d’une petite ruelle ralentiraient pour lui laisser le temps de reprendre la majeure partie de son esprit et la capacité de retrouver sa route…

La prise lâcha son poignet qu’elle secoua machinalement pour en décoller le petit bracelet au strap cupcake sa meilleure amie lui avait offert. Faire circuler le sang, à défaut d’avoir pensé à nettoyer celui d’un autre ses mains, et accueillir la question d’un regard dubitatif. « Quoi ? » A quel moment lui avait-elle laissé croire ou penser qu’elle pouvait se retrouver en une situation compliquée ? A quel instant les mots « ce n’est pas mon sang » avait pu nourrir l’image de ses mèches blondes responsable d’une boucherie. Si de colère elle devait à nouveau blesser quelqu’un, elle ferait désormais en sorte que la personne ne conserve plus de trace physique. Voir les marques laissée sur Lysse pour lui rappeler qu’il devait y avoir des façons moins brutales, serait de rappel récurrent à chaque fois qu’il partageait quelques instants ensembles. Alors, si jamais la nécessité le demandait, elle espérait ne pas etre stupide au point de se maquiller de l’essence de vie d’un autrui… Et ce malgré ce que le rouquin semblait penser.

Peut-être avait-il vu un quelconque reflet de miroir l’autre nuit sous le regard blafard d’une lune éternellement moqueuse, mais jamais, la raisonnante n’offrait ce genre d’écho, ou du moins, pas aussi rapidement… Les confidences, celles douloureuses, demandaient plus de temps, plus de confiance, plus qu’une simple soirée à vouloir se perdre dans des opales sans fond…. Et ce ton très doux, presque protecteur, ne suffisait pas malgré tout… c’était … prématuré..

« Non, je n’ai rien fait, ne fais pas cette tête. Ce n’est pas car toi tu refuses mes services que tout le monde est comme toi ! »

Le sourire goguenard se voulait léger. Dédramatiser, qu’il cesse de s’inquiéter pour elle, alors qu’il n’y avait pas lieu d’être, le reste de l’explication pouvait bien attendre quelques seconde de plus. Une langue tirée en bref signe de protestation avant de reprendre sur le même ton désinvolte.

« J’ai juste essayé de faire en sorte qu’un abruti de Serdaigle en finisse pas sa vie dans le caniveau aussi sec qu’après le passage d’un vampire de roman moldu ! J’ai pas vu l’altercation, et il n’y avait personne quand je l’ai retrouvé inconscient par terre. Mon seul souci est de ne pas savoir la quantité de magie que bouffe certain sortilège en fait.. Résultat, j’me retrouve à tomber quasiment dans les vapes dans les bras du premier venu. Y’a pire niveau danger quand même »

L’insouciance recouvrée rayonnait de nouveau. Nul besoin de s’étaler sur les circonstances de la perte d’une main de la part d’Arnaud, le garçon resté à l’hôpital. Il avait fait le malin, il en avait payé le prix. Il elle faisait la même chose, un châtiment surement semblable l’attendrait. L’idée de devoir être sanctionnée lui glaça les sangs, rappels instantanés de quelques comptes à rendre avec un résultat qui ne plaira pas. Au moins, la lucidité fonctionnait à plein régime, d’ailleurs, elle avait reconnu le chemin, le montrant d’un signe de menton.

« C’est par la bas. Non pas que ça me déplait d’avoir un guide qui marche à l’aveuglette, mais on risque de tourner en rond si je te laisse faire.

Ou même à rebrousse-chemin en fait. Du sourire conservé sur les lèvres, ses pas les menaient plus loin, déambulant des ruelles très certainement peu rassurantes. Des regards circonspects ou réprobateurs leur étaient lancés. Etrange ça aussi. Enfin… étrange quand la fatigue enlaçait l’oubli de quelques détails : les traces sur ses mains, son bras et les pointes de ses cheveux. Il fallut quelques chuchotis dans son dos pour réaliser que son état ne pouvait qu’attirer l’attention. La marche s’arrêta nette, et une légère supplique trouva naissance derrière un petit sourire gêné.

« Tu veux bien me lancer un léger aguamenti ? Que je me lave les mains et… le reste.. Niveau discrétion on a vu mieux quand même...  Viens, y’a une impasse juste là, entre passer pour une loque blessée ou responsable des blessures d’autrui et passer pour un pseudo couple en manque de décence, je préfère encore la seconde option »

Surtout que quelques frasques passées mettaient déjà à mal sa retenue, alors, un peu plus un peu moins… ca ne ternirait pas plus son image d'elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Chad Taylor
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Chad Taylor, Ven 11 Mai 2018 - 3:55




PV avec Elhiya Ellis
Accord pour le LA.


Un rire, c’était déjà ça, et cette fois il ne lui semblait pas simulé. La potion avait fait effet et Chad ne pouvait s’empêcher de ressentir une grande satisfaction quant à ses capacités à créer ces décoctions, rendues difficiles par le climat chez lui. Les mots volaient de nouveau dans une douce inconscience, comme lorsqu’ils s’étaient rencontrés, mais le ton était plus léger, plus désinvolte. Ça l’aurait presque rendu nerveux, c’était ce qui s’apparentait le plus à une relation normale avec quelqu’un depuis…

Il jeta un coup d’œil derrière lui, s’assurant qu’aucun vieux décrépit muni de canne n’était à ses trousses, vengeur et la baguette à la main, mais les alentours étaient quasi déserts, en dehors de quelques badauds qui serpentaient dans les ruelles que Chad avait pris accompagné de la jeune femme. Il avait d’ailleurs obtenu quelques sourires réprobateurs ou interrogateurs de passants. Un grand rouquin suivi d’une blonde à moitié couverte de sang, ça passait rarement inaperçu.


« Ouais, c’est raté, la prochaine fois, met la main sur ton front, et crie « Je défaaaaiiile », comme ça je comprendrai tout de suite ton intention. »

Sur son imitation de la blondinette, Chad avait intentionnellement poussé les aigus et il avait pris un accent de bon bourgeois.

« Euhhh, ouais, non mais je ne te souhaite pas ça quand même hein. Le mariage chez pour le meilleur et pour le pire, mais faut du meilleur aussi. Puis à bien y réfléchir, puisque tu es incapable de lire une date limite de consommation, je préfère ne pas tenter l’expérience si tu veux bien, je redoute de terminer avec de quelconques furoncles à un endroit mal placé. »

Nouveau coup d’œil dérobé derrière lui, cette fois il ralenti. La jeune femme était faible et il l’avait presque oublié l’espace d’un instant. Lorsqu’ils arrêtèrent de marcher, la jeune femme sembla perdue par la question. Le sorcier douta quelques secondes de mal avoir interprété la situation. Elle s’était juste trouvée là au mauvais moment ? Ou au bon, si tant est qu’on se mette à la place du jeune homme qu’elle avait sauvé. C’était juste ça donc ? Chad eût l’impression d’être un peu déçu, il ne savait pas ce qu’il avait imaginé.

« Ça dépend de quels services on parle ! Puis tu sais, le sang, c’est très surfait hein. »

A la suite de la tirade de la jeune sorcière, Chad prit un air faussement choqué.

« Le premier venu ?! Tu oses ?! Moi, que tu allais présenter à ta famille afin que je déploie mon génie en préparations de potions pour toucher leur héritage ?! Tu m’en vois déçu. »

Ils reprirent alors le chemin d’une marche plus légère, Chad prenant toujours garde à l’état de la jeune femme, prêt à de nouveau la soutenir si le besoin s’en faisait ressentir, mais elle semblait se remettre peu à peu. Ainsi, il pouvait s’assurer que c’était bien un excès de magie qui l’avait poussée dans cet état. Toutefois, il était content que cette rencontre se fasse cette fois en plein jours. La nuit aurait pris une allure bien plus inquiétante, surtout après la demande de la jeune femme et la manière dont elle l’avait formulée.

Chad ouvrit la bouche comme pour répondre, mais sur le coup, il ne savait pas quoi dire. Ce genre de situation le mettait toujours mal à l’aise. Il accepta donc en grognant et prépara sa baguette, dont la poignée le réconforta. S’il avait toujours apprécié quelque chose, c’était le contact doux de sa baguette sur ses mains rugueuses. Il ne savait pourquoi, mais même lorsqu’il la tenait sur de longues durées, le contact du bois restait frais sur sa peau, lui amenant le calme et une demande de faire appel à son sang-froid dans toute circonstance.


« Aguamenti. »

La baguette se mit aussitôt à expulser un jet régulier et doux d’eau, qu’il concentra… En plein visage de la jeune femme.

« Oups. J’ai cru voir une mèche rose, j’ai voulu la faire partir, désolé. Enfin, il paraît que c'est presque aussi efficace qu'une potion pour réveiller. »

Il sourit de toutes ses dents, content de sa gaminerie.





Chad Taylor

[/color]


Dernière édition par Chad Taylor le Ven 25 Mai 2018 - 23:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 17 Mai 2018 - 14:59



ce que je laisse entre tes doigts


Pv Chad
LA mutuel
Suite de ici


Conseil de comédie dramatique pour les prochaines fois glissées naturellement, un regard malicieux, derrière la fatigue, en guise d’acquiescement. Faudrait faire des progrès en cours de théâtre néanmoins pour maitriser parfaitement le jeté de mouvement de poignet sur le front, mais l’idée était à noter. Un peu comme l’air faussement choqué là, ce n’était pas assez abouti pour être convainquant. La blondinette ricana doucement tout en continuant sa route. « Déception de la dote inexistante, je comprends, je serai à ta place j’aurai le cœur brisé » A supposé que ce soit possible en fait, mais pour l’heure, la boutade ne s’arrêtait pas à la crédibilité des propos balancés machinalement. Comme le manque de sous-entendu sur l’image qu’ils offraient aux passants en se faufilant dans une ruelle déserte. La fatigue faisait partir la plupart des barrière, potion requinquante ou non. Les tours et détour que le langage et les manières devaient adoptaient n’avaient plus trop de place, malgré les rayons du soleil réprobateurs.

La danse des lippes muettes arrachait un léger pouffement à la demoiselle qui ne manqua pas de sourire de plus belle en haussant les sourcils. Voilà qu’un grand garçon se retrouvé si facilement désarçonné par une simple évocation d’illustration de débauche. Surprenant quand ce dernier se vantait presque de se vêtir de costume d’assassin lors de leur première rencontre. A croire que les femmes pouvaient faire parfois plus peur que l’élaboration d’un crime. Se contenant un rictus espiègle, Elhiya préférait attendre d’être en meilleure forme pour rebondir sur ce détail bien trop risible pour rester éternellement au silence. Elle tendait les mains, attendant de quoi se défaire du sang séché du Serdaigle blessé. Mais le sursaut de la rencontre d’un sceau d’eau en plein visage emporta dans son sillage tout consentit à se faire douce.

-Gniii, bordel t’abuses ! C’pas d’une mèche rose que tu vas te retrouver mais d’autres chose ! #herbifors

Le réflexe de la baguette plus fort que le revers de manche pour s’essuyer les yeux, la blondinette avait pointé le bois ami sur le rouquin en train de s’esclaffer pour esquisser une moue déçue. Deux paquettes, deux violettes et rien de plus. La solution buvable offerte permettait de recouvrir un peu d’éveil mais pas le flux de magie habituel. Les joues gonflées de la gamine vexée, Elhiya soufflait et roulait des yeux.

-Tssss, efficace que pour réveiller ouai… S’malin, j’fais quoi maintenant avec un sorcier même pas capable de faire un filet d’eau correct hein ? Il a bonne mine le sauveur désormais !

La mauvaise foi, moyen comme un autre de raccrocher les idées à quelque chose, de ne pas juste se laisser aller à la facilité d’avoir sommeil. Un moyen comme un autre, un moyen de secours, comme… ses doigts passés dans l’eau de ses cheveux pour les humidifier avant de les essuyer sur le bas de sa tunique.

-Allé, ca va l’faire, j’ai pas envie d’avoir une ardoise complète de service à te redevoir m’sieur le héros. On y va ? Quoi que j’dois pouvoir trouver un moyen de pression quelconque vu la tête que t’as tiré aux idées non avouables que les passants pourraient avoir en nous apercevant fuir dans un recoin sombre, à l’abris des regards. Un souci avec madame ? Un souci avec les filles tout court ? Le point faible de l’homme en collant moulant ?

Un clin d’œil moqueur suivant un sourire bien trop fier pour ne pas trahir le désir de trouver sur quoi appuyer à l’avenir. Avoir juste un indice sur quoi jouer par la suite. Elle n’avait pas trop attendu, pour ne pas lui laisser trop matière à réfléchir, agrippant sa main pour l’entrainer hors de la petite rue et reprendre la route vers chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Chad Taylor
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Chad Taylor, Lun 21 Mai 2018 - 12:16




PV avec Elhiya Ellis
Accord pour le LA.


Le ton redevenait léger, Chad parvenait à obtenir des sourires parfois fugaces sur le visage de la jeune femme. C’était bon signe, et il espérait bien qu’il parvenait à faire un peu oublier à la blondinette ce qu’elle avait vécu pendant la nuit.

* Parce que maintenant, ta priorité, c’est que cette jeunette ne se sente pas trop mal ? Qu’elle rentre en sécurité ? Bon dieu, trouve-toi un job. *

Mais rien n’y faisait, il commençait à ressentir un attachement qu’il n’avait pas connu depuis trop longtemps. Peut-être que c’était ça qui lui avait manqué finalement. Un attachement à une gamine, une étudiante. Croisée par hasard à deux reprises.

« Le quoi brisé ? »

Un instant plus tard, Chad se rendit compte qu’il avait fait une erreur en se montrant sur ses garde, gêné. Montrait de nouveau des faiblesses et il ne pouvait pas mettre ça sur le compte de la fatigué cette fois. C’était elle qui s’amusait à le désarçonner, mais il devait se reprendre. Se remettre sur ses gardes. Donner à la jeune femme juste ce dont elle avait besoin. Oui, c’était ça. Il devait recommencer à distiller ce qu’il donnait.

Le sortilège ne le rata pas, perdu dans ses pensées, et une brève inspection dans la flaque qui avait résulté de sa blague de potache lui fit comprendre qu’une nouvelle fois, ses cheveux avaient pâtis des frasques de la jeune femme. Il soupira, passant la main dans son… jardin ? Heureusement qu’elle n’était pas au mieux de sa forme et que la transformation se résumait à quelques fleurs.

« Je trouve avoir meilleure mine que la sauvée pour le coup. Tu devrais tordre un peu tes cheveux non ? En plus, tu n’es pas bien lavée, regarde, tu en as encore là ! »

Il redirigea sa baguette, sans viser cette fois pour être certain d’arroser un maximum de surface de la jeune femme.

« Ouppsssssssssssssss ! Peut-être que ça va refroidir tes ardeurs ? »

Il se retrouvait en pleine crise d’adolescence, à se venger de manière puérile sur une blondinette, mais ça le faisait rire, il aimait ce moment d’insouciance alors que quelques minutes plus tôt, il se trouvait encore aux fers avec son géniteur. Mais comme il l’avait redouté, la jeune femme revint sur la tête qu’il avait tirée lors de l’évocation des frasques dans la ruelle. Il tenta cette fois de faire bonne figure.

« Allons, tu imagines bien qu’un apollon tel que moi ne rencontre aucune difficulté avec la gente féminine. Disons plutôt qu’avec ton aspect masculin, j’ai été dérouté par la perspective qu’on me voit emmener un homme dans une ruelle. J’ai une réputation à tenir, tu comprends ? »

Il rendit le clin d’œil à la jeune femme, en espérant avoir clos le sujet, même s’il savait qu’il n’en serait pas quitte pour autant. La jeune femme lui ressemblait, et il n’aurait jamais laissé tomber un moyen si juteux pour mettre son interlocuteur mal à l’aise. Il s’avait donc que son répit, s’il en avait, serait de courte durée.





Chad Taylor

[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Elhiya Ellis, Mar 22 Mai 2018 - 14:59



ce que je laisse entre tes doigts


Pv Chad
LA mutuel
Suite de ici


« Le quoi brisé ? »

C’était facile et de bonne guerre. La blondinette pouffa de rire juste avant de rouler des yeux, reportant son attention sur un sujet bien plus intéressant qu’un éventuel palpitant en sang depuis le soir où le rouquin avait mis un pied sur sa route pavée de gravillons désagréables. C’était qu’il semblait lui offrir de quoi le mettre à mal en parcourant de ce geste fuyant dans sa chevelure fleurie. Quoi de mieux pour revigorer une gamine aux traits tiré par la fatigue qu’une petite partie de répartie innocente ? Ah… un jet d’eau glacé en pleine tête.

-Heyyyy !

Offuscation de courte durée, les cheveux trempés collant au visage boudeur et mécontent. Les sourcils froncés, la moue désabusée, la baguette resserrée en main, c’était d’un rire que la gamine gratifia l’attaque et non d’un nouveau sortilège.

–‘Tain t’es ch*ant… Et… hein ?

Bouche entre ouverte, mirettes plantées sur les émeraudes fières d’elles-même, le silence trôna quelques longues secondes avant qu’un haussement de sourcil accompagné d’un léger rictus retrouvent contenance dans les propos.

- Je crois que vu la douche que tu m’as imposée, il serait dur de douter plus longtemps de mon manque de féminité. Quel manque de classe, j’aurai pas forcément refusé de prime à bord, maintenant, c’est mort, détourne donc les yeux du temps que je me sèche

Tacher de ne pas ricaner, de ne pas se marrer en jetant alternativement un coup d’œil espiègle au rouquin et à sa blouse détrempée qui dévoilait l’intégralité de ses courbes. Avec la chance que la demoiselle accumulait ses derniers temps, elle était meilleure pour un bon rhum qu’autre chose avec cette légère brise Londonnienne. Chose qui ne pouvait restée impunie.

–J’te préviens, si j’chope la mort par ta faute, t’es d’corvée de baby-sitting !

Un éternuement pour ponctuer la fatalité à venir, et un coup de baguette réchauffant que faiblement. Le repos devenait plus que nécessaire pour récupérer un peu d’utilité magique. Heureusement que la route restant n’était plus trop longue, et surtout que la tranquillité à venir était assurée par des parents partis travailler. D’un coup de menton, essorant ses cheveux par la même occasion, la blondinette indiquait le chemin à suivre. Au loin se découpait les maisons de villes de son quartier d’enfance.

- L’calvaire est bientôt fini, monsieur le sauveur vicieux. J’habite là-bas. A moins le bon bain chaud, je crois que j’en rêve depuis hier soir… Hey.. et n’y vois là pas une invitation. J’partage pas les bulles parfumées avec le premier faux super héro qui s’pointe. Puis l’sauvetage est pas super réussi, j’dois marcher par mois même, c’est d’la publicité mensongère là !

Les commissures se redressaient doucement, pointe de taquinerie couverte de fausse insouciance cachant les traces de gratitudes qui ne trouvaient de formulation. S’il n’avait pas été là, elle aurait fini par perdre conscience sur le parvis moldu de Sainte Mangouste, sieste peu plaisante. Les remerciements viendront plus tard, éventuellement, d’un bisou sur la joue très certainement, car c’était plus simple que les mots, plus simple que dire les choses véritablement, plus simple que de se laisser atteindre, plus simple que de prouver une attache naissante possible
Revenir en haut Aller en bas
Chad Taylor
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Chad Taylor, Jeu 24 Mai 2018 - 20:13




PV avec Elhiya Ellis
Accord pour le LA.


« Que… Quoi ? Refuser qu… »

Les yeux du sorcier s’étaient perdus sur la jeune femme. En effet, la douche froide avait eu un effet que Chad n’avait pas escompté et ses vêtements mettaient son corps en valeur, bien plus que Chad n’aurait dû le remarquer face à une jeune fille en fin d’adolescente. Il se détourna rapidement, rangeant sa baguette alors que le rouge lui montait aux oreilles.

« Désolé, j’ai un peu de mal à concevoir que ta puberté ait déjà pris fin… »

Petite girouette effectuée pour ne pas perdre pieds, il était heureux que l’ombre apportée par la ruelle lui permette de cacher sa gêne à la jeune femme. A quoi devait-il ressembler ? Lors de sa première rencontre, il lui avait offert un échange houleux ponctué d’alcool et de non-sens. Ici, il tentait de faire oublier à la jeune femme une nuit éprouvante en lui offrant de nouveau des maladresses. Il se rasséréna lorsque la jeune femme reprit la parole concernant un possible baby-sitting. Il resta songeur quelques minutes, repensant au seul être vivant dont il s’était occupé seul dans sa vie : un chat. Il n’avait jamais su si l’animal avait été enlevé ou s’il s’était enfui lui-même, laissé de son maître. La seconde option lui avait toujours parût la plus plausible quoi qu’il n’en fut pas touché le moins du monde. C’était peut-être de ça que son père voulait parler lorsqu’il lui reprochait son manque d’implication.

« Il te faudrait bien ça pour arriver à te nourrir correctement, faute de trouver les dates d’expiration. Par contre, je te préviens, je suis hors de prix, bien au-delà de tes moyens. Surtout quand je dois essuyer une autre morve que celle de mon géniteur. »

Il attendit donc que la jeune femme termine son séchage et se retourna de nouveau pour constater que le résultat était assez pathétique. La jeune femme devait être réellement vidée. Elle indiqua au sorcier la route en tentant lamentablement de tordre ses cheveux qui avaient retrouvé toute leur blondeur. L’ancien Serpentard se munit de nouveau de sa baguette et avant qu’elle ne puisse s’en rendre compte, il lança :

« Consectetuer Dryer. »

Les vêtements de la jeune femme évaporèrent alors toute l’humidité qu’ils contenaient encore et Chad s’assura que la chaleur qu’il leurs avait donné était pile comme il le fallait en posant sa main sur l’épaule de la jeune femme quelques instants.

« Tiens, ça a un peu plus d’allure maintenant. Et tu ne pourras pas me prêter tes propres fantasmes surtout ! »

Il rangea de nouveau sa baguette et commença à se diriger vers l’habitation de la jeune femme. Il allait donc devoir la laisser, retourner à son p…

* Je quitte un extrême pour en retrouver un autre. Reste à savoir de quels extrêmes on parle. *

« J’t’ai dit que, vicieux ou non, j’étais pas un bon sauveur. La prochaine fois, faudra en rajouter un peu si tu voulais que j’te porte. »

Il amena la jeune femme à sa porte et la regarda s’éloigner, comme s’envole un espoir.

Spoiler:
 





Chad Taylor

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 10 sur 10

 Une petite ruelle déserte

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.