AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -39%
Prix cassé sur le Smartphone Samsung Galaxy ...
Voir le deal
479 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 4 sur 11
Une petite ruelle déserte
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor

Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Hugh Dey, le  Jeu 30 Juil 2015 - 23:27

N’empêche, elle était un peu bizarre cette fille. Elle avait l’air de vouloir être libérée. Pourtant quand elle l’était, elle bougeait pas. Elle se laissait faire. Un peu comme une poupée de chiffon, ou une marionnette. En fait, je me trompais pas trop quand je considérais que c’était une piñata. Sauf qu’elle était peut-être tenue par plusieurs fils. Pendant un moment j’essayais de regarder au-dessus d’elle pour les voir. Mais je pouvais pas. Pis en même temps ça aurait été bizarre qu’elle ait des fils, parce qu’ils seraient tombés du ciel. Donc c’était pas normal. Nan ça se trouve elle avait juste un bras dans les fesses qui l’animait. D’ailleurs, hop, elle se mettait à parler.

- Face Lightwood, ex-princesse prisonnière des poteaux

Ah j’aimais bien qu’on me parle comme ça ! J’oubliais l’histoire de la marionnette pis je lui offrais un immense sourire en imaginant le poteau comme un gros agresseur. Un peu comme la tour qui l’aurait retenue prisonnière pendant de nombreuses années, elle, la princesse, attendant avec impatience que son prince charmant vienne la délivrer. Et c’était moi qui étais venu ! Moi qui pouvais, de grâce, lui donner le baiser qu’elle attendait depuis toujours ! Moi qui devais faire découvrir à cette jeune vierge effarouchée tous les plaisirs de la vie !

Mais avant cela, il était nécessaire que je trouve mon cheval, mon fidèle destrier, que je le monte et que nous galopions ensemble vers des horizons nouveaux. Je regardais à droite, à gauche, et je le trouvais, là, non loin ! Un banc… Oui j’allais prendre le banc pour mon cheval ! Je courrais un instant vers lui, me retournais ensuite vers elle pour la détailler, puis je flattais le flanc de mon « cheval », même s’il ne s’agissait que de tapoter l’assise avant de dire :

« Venez princesse ! Enfuyons-nous de ce château maudit, et que le poteau ne soit plus qu’un mauvais souvenir pour vous ! »

Sur ces mots, je sautais sur le dos de mon cheval. Je n’avais cependant pas prévu que son dos soit si peu accueillant pour m’en entre-jambe et le contact fut bien trop brutal. Un « Argh » étouffé sortit de ma bouche tandis que mes yeux s’emplissaient de larmes silencieuses. Tout se brouillait autour de moi, je voyais blanc et noir, lumière sur nuit, et rouge bientôt. Rouge oui car une tache imbibait peu à peu les vêtements de la demoiselle. Tout flou que je voyais, je faisais l’effort de lever tout de même le doigt vers elle doucement, tentant d’articuler un « Tu… saignes… » rauque. Puis, n’ayant plus la force de me cramponner au banc, je glissai sur le côté pour m’écraser au sol. Mon « cheval » n’avait pas voulu de moi.
Invité
Anonymous
Invité

Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Invité, le  Sam 1 Aoû 2015 - 21:56

Un immense sourire fendit son visage, mes paroles à peine sorties de ma bouche. J'avais fait mouche et c'était plutôt drôle de se prendre au jeu de ce fameux Hugh. Il devait lui manquer une case, ou alors il était tellement sûr de lui qu'il s'en foutait pas mal de ce que les gens pouvaient penser. Je devais admettre que cette dernière possibilité me plaisait beaucoup, j'aimais bien les mecs qui avaient leur propres convictions et à qui ça ne dérangeait d'affirmer leur point de vue, aussi fou soit-il. De ce côté là j'étais très ouverte, l'inconnu ne me faisait pas peur et mon esprit ne classait pas les gens dans une boîte d'emblée.

Alors que je répondais du même sourire, Hugh partit en courant vers un banc avant de tapoter vivement sur l'assise. D'avance, je savais ce qu'il imaginait et je manquai de m'étrangler de rire lorsqu'il lança une phrase complètement en accord avec la situation. Je devais être bien barrée pour me laisser aller de cette façon... Et quelque chose me dit que ce sera de pire en pire ! Ouais, certainement. Mais au point où j'en étais, autant suivre le délire de ce mec, ça me changerait un peu de la rigidité que me demandait mon travail. Et puis c'était pas comme si on se donnait en spectacle vu qu'y'avait pas un chat dans la ruelle, même pas un voisin pour entendre nos bêtises.

- Oui mon prince, je me hâte de vous rejoindre ! Balançai-je d'un ton faussement innocent.

Je m'élançais alors dans sa direction avec une démarche de princesse. Toutefois je pilai net quand le sorcier se jeta sur sa "selle", suivi d'un cri très révélateur de la douleur provoquée dans son entre-jambe. J'aurais dû être sérieuse et me précipiter vers lui pour l'aider, mais au lieu de ça, j'éclatai dans un rire suraiguë et incontrôlable. Je me pliais en deux prête à tomber par terre tant sa position était comique. «T'as les boules maintenant hein...» Gloussai-je entre deux accès de fous rires. Et puis je continuais alors que lui il me regardait avec inquiétude. Quoi, il a quand même pas peur de toi ! J'arrêtais alors mes soubresauts, étonnée par cette idée, et m'approchais de l'homme.

Il leva soudain un doigt vers moi, le regard vide. Je baissais la tête vers ce qu'il me montrait et je me retîns de tomber dans les vaps. C'était donc ça que je sentais depuis tout à l'heure, et mon fou rire n'avait pas dû aider à stopper le flux de sang qui s'échappait de mon flanc. Ça n'avait pas l'air très profond mais ça n'empêchait tout de même pas la plaie de saigner.

- C'pas grave ça, elle est où ta baguette ?

Sans lui laisser le temps de répondre, je partais vers le trottoir en titubant, ma main appuyée contre la blessure. Je trouvais alors sa baguette magique et la prenais de ma main libre avant de retourner auprès de Lui. Je lançais soudain sur son paquet un #Curo as Velnus pour tenter d'apaiser sa douleur, puis lui jetais le petit bâton sur les genoux pour qu'il en fasse de même.

- Tu te sens capable de me soigner ou pas ? Parce que de ma position c'est pas très pratique...
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Hugh Dey, le  Sam 1 Aoû 2015 - 22:23

Notre idylle se déroulait à merveille. Nous parlions le même langage, elle et moi, et je ne faisais ici pas allusion à la langue, car oui nous employions bien les mêmes mots, mas il s’agissait de tout autre chose ! De compréhension avant tout. Je trouvais en cette âme perdue, cette demoiselle en détresse que j’avais pu sauver du méchant poteau scotcheur, le complément de ma propre existence, ou plutôt la pièce du puzzle venant élaborer ce tableau que nous montions à deux. Elle me suivait dans mon délire, à tel point que, lorsque la douleur me submergea à partir de l’entre-jambe, je m’attendais à tout, sauf à ce qu’elle dise :

«T'as les boules maintenant hein...»

Ah bah bravo… Et où était ma princesse, celle pour qui la bienséance était première des priorités ? Où se trouvait-elle celle qui souhaitait avant tout me cajoler, obtenir de moi la plu grande douceur, qui se souciait de ma santé ? Visiblement elle avait été mangée, ou consumée, par celle qui riait à la moindre occasion. Heureusement pour moi, elle reprit rapidement ses esprits… d’ailleurs sur le coup j’étais pas tellement témoin des moyens qu’elle mettait en œuvre pour me soulager, parce que j’avais trop mal pour ça. Mais lorsque le soulagement commença à m’envahir, laissant la pointe lancinante me traversant tout le corps se réduire à un simple picotement, je ne pus m’empêcher de sourire.

Cela dit ce n’était pas gratuit… La main sur sa plaie, elle me demandait de faire la même chose pour elle. Je reprenais ma baguette et la regardais d’un air paniqué d’abord. Je regardais son haut en lambeau et choisissais de prendre un pan pour essuyer le sang et voir un peu mieux la plaie qu’elle avait. C’était pas très profond mais c’était grand.

« J’suis pas médicomage euh… J’suis pas sûr… Le Vulnera Sanentur ça ira tu penses ? »

A défaut d’avoir autre chose sous la main, je me concentrais, très fort, pour répéter la formule plusieurs fois, en passant ma baguette sur sa plaie, afin de la refermer doucement, et surtout le plus proprement possible. A côté, mes doigts passaient non loin, glissant le long de son corps, remontant au même rythme que ma baguette pour stabiliser mon mouvement, et le guider surtout. J’avais beau être parfois indiscret, je n’y prenais pas garde. La santé avant tout après tout.

« Je crois que… Que c’est bon mais j’suis pas… Fin… Faudrait pas aller à Ste Mangouste ? »

J’utilisais une nouvelle fois les pans de son haut pour nettoyer délicatement la plaie. J’avais aussi envie de lui mettre un peu d’eau dessus mais j’avais peur qu’elle ait mal. Fallait que je trouve un moyen de la faire rester, qu’elle dise pas qu’elle allait à l’hosto.

« Fin, sauf si tu veux continuer à jouer avec ma baguette ! »

Hugh… Tout, mais pas ça…
Invité
Anonymous
Invité

Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Invité, le  Lun 3 Aoû 2015 - 16:41

J'espérais que son sourire voulait dire merci parce que sinon, dans sa position, je pouvais encore lui foutre un coup bien placé... Mais devant l'air paniqué qu'il arborait, mes pulsions se calmèrent et j'oubliais ce détail pour l'observer. Il était pas très grand,  les cheveux en broussaille, et ses yeux avaient presque la même couleur que ceux de la nuit. On pouvait le qualifier de mec à peine sorti du lit, vu les expressions tantôt ébahies tantôt perplexes qui se dessinaient sur son visage. Mais en l'occurrence, j'aurais préféré qu'il se bouge un peu les fesses, qu'il se lève et qu'il me soigne à mon tour. Parce que là, ça faisait un peu trop de sang de perdu et ma tête commençait déjà à tourner.

Au bout de ce qu'il m'a parût être d'interminables secondes, le sorcier se redressa enfin et pointa sa baguette sur mon ventre. Il semblait encore hésitant et son bafouillage me rassura encore moins. J'optais pour ne pas lui répondre, histoire de le laisser se concentrer et de ne pas embrouiller son esprit, qui me semblait dangereusement changeant. Se servant d'un bout de ma chemise, il épongea le sang qui glissait sur ma peau avant de me lancer un #Vulnera Sanentur. Tout en répétant la formule, le sorcier passait ses doigts fin autour de la plaie, provoquant des frissons dans ma colonne vertébrale. Je me doutais qu'il ne s'en rendait pas compte, mais ce geste était trop particulier pour que je feigne l'indifférence.

- Pas la peine, ils ont vu pire et c'est pas une priorité, répondis-je. Et puis... Tu te débrouilles très bien.

Je lui souriais pour le rassurer. Il avait fait du bon travail, ma plaie n'était plus qu'une petite boursoufflure à peine visible. Une blessure de plus ou de moins... On est plus à ça près ! Je tâtais alors du bout des doigts mon flanc pour voir si tout était vrai et poussais un soupir de soulagement quand j'en eus la confirmation. Mes yeux rencontrèrent soudain les siens, pendant qu'il enlevait toujours le sang séché, et j'y lu quelque chose d'intense. Ils semblaient tourmentés, en proie à un grand dilemme. Je fronçais les sourcils. Il a du vécu, ça se voit. Alors que j'étais prête à lui demander s'il allait bien, la suite de sa phrase parvînt à mes oreilles, et pour le coup je ne savais pas quoi lui répondre. Ce que je ressentais à son égard n'était pas du désir, mais pour une raison que j'ignorais encore, je ne voulais pas le blesser en lui disant que les sentiments n'étaient pas partagés. Si toutefois, on parlait vraiment de la même chose...

- Je pense qu'elle est un peu fatiguée. Tu ne crois pas ?

Ma voix était douce et ma réponse ne se voulait pas vexante. Je voulais juste lui faire comprendre que les événements de la nuit ne permettaient pas une telle issue. J'étais moi-même fatiguée et j'avais plus les idées claires, alors dire oui à une personne que je venais à peine de croiser, n'était pas envisageable. Peut-être que s'il se sentait encore le courage, accepterait-il ma proposition ? Ce mec avait l'air perdu et j'avais bien envie de savoir pourquoi. Et puis je crois que parler me ferait aussi le plus grand bien.

- Si tu veux on peut boire un café pour commencer ?
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Hugh Dey, le  Mar 4 Aoû 2015 - 0:10

C’était pas forcément mes mots qui l’avaient fait rester. Elle voulait juste pas aller à Ste Mangouste. Pis surtout elle disait que je me débrouillais bien. Je rougissais un peu. C’était bien la première fois qu’on me faisait un compliment sur la magie. D’ailleurs ça me touchait tellement que mes cheveux viraient, sans même que je m’en rende compte, au rose moelleux couvrant les joues. Bien qu’il fasse nuit, ce changement de teinte ne devait pas passer inaperçu…

- Je pense qu'elle est un peu fatiguée. Tu ne crois pas ?

Sa réplique me fit aussitôt éclater de rire. Elle n’avait pas tout à fait tort sur ce point. Ma baguette venait de faire un exploit médical dont je ne me croyais pas capable, quant à l’autre… Elle avait eu son lot de choc pour la journée. Heureusement que cette gentille demoiselle en détresse avait su me soigner le moment venu. J’étais peut-être moins son prince charmant qu’elle le mien. Oui… En vérité j’étais peut-être davantage cette donzelle prisonnière de la grande tour. Mais où était ma tour ? Où était ma prison ?

- Si tu veux on peut boire un café pour commencer ?

« Ouais bien sûr ! Pour commencer quoi ? La journée ? J’suis pas sûr que les bars soient ouverts là… »

Oubliée déjà ma tentative de drague précédente. Puisqu’elle arguait que ma baguette était fatiguée, tout ce qu’elle disait par la suite ne pouvait prêter à confusion. D’ailleurs, l’avais-je vraiment draguée ? Nan… J’étais juste maladroit. On s’était rendu service.

La position dans laquelle je me trouvais n’était pas très confortable. Depuis que j’étais tombé du banc, je m’étais pas relevé complètement, alors là je poussais sur mes bras, grimaçais en bougeant les jambes et me campais, debout, sur mes deux pieds, avant de m’épousseter un peu. Bon t’façon j’étais habillé comme un sac alors ça changeait pas grand-chose. C’était surtout pour le style.

« Tu fais quoi dans la vie en fait ? J’veux dire, à part te faire attacher à des poteaux… »
Invité
Anonymous
Invité

Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Invité, le  Ven 7 Aoû 2015 - 14:52

Le sorcier rougit à mon compliment, tandis que ses cheveux viraient au rose bonbon. Mes yeux s'écarquillèrent. Mer**, c'est un métamorphomage... Sortie de ma stupeur, je me mis à sourire bêtement. Comme quoi ce gars cachait bien son jeu et n'était pas forcément celui qu'il laissait croire. Quelque part, il me ressemblait un peu. Je haussais un sourcil curieux. Combien d'autres secrets recelait-il encore ?

À mon soulagement, Hugh ria aux éclats, effaçant la frustration qu'avait réveillé ma réponse. Au moins, il ne le prenait pas mal, c'était déjà ça. Et puis c'était pour son propre bien, les baguettes cassées ça ne faisaient jamais bon ménage... Dans les deux sens du terme. L'heure, maintenant bien avancée, laissait en effet peu de chance de trouver un bar ouvert, mais cela ne nous empêchait en rien de discuter. On aurait pu aller à mon appart, mais j'avais pas franchement envie d'expliquer à mes colocataires comment j'avais disparue, et surtout, pourquoi j'étais fringuée comme une lapine sortie de boîte. Et puis y avait aussi le sorcier... Bref, c'était pas envisageable, fallait que je soit plus présentable d'abord.

- Tu fais quoi dans la vie en fait ? J'veux dire, à part te faire attacher à des poteaux..., lança-t-il.

Ah enfin une question facile ! Ou du moins, qui ne me demandait pas de réfléchir à chaque mot qui se hissait en-dehors de ma bouche. Jusqu'à maintenant, je m'en étais plus ou moins bien sortie et commençais même à cerner le type qui se dressait devant moi. Fallait rentrer dans son jeu, ne pas l'offenser, pour espérer un retour positif; je l'avais bien compris. Prenant alors un air satisfait et une voix pleine de chaleur, je répondais à sa question.

- À part ça, je bosse à la Boutique d'Animaux Magiques où j'y suis vendeuse. Et toi t'es un métamorphomage si je ne m'abuse ? Mon sourire s'élargit. Tu dois être très demandé !

Je levai vers lui des yeux pleins de curiosité. Je n'avais jamais croisé de métamorphomage auparavant et maintenant qu'un d'entre eux se tenait juste à côté de moi, j'allais pas me gêner pour lui poser des questions. Si toutefois il voulait bien m'en parler... Je freinais un peu mes ardeurs et lui laissais tout de même le temps de me répondre. Pour parer mon excitation, je tâchais alors de retirer les vulgaires oreilles de lapin fixées sur mon crâne. C'est que la colle me faisait mal et que si je ne l'enlevais pas très bientôt, mes cheveux ne s'en remettraient pas !  
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Hugh Dey, le  Ven 7 Aoû 2015 - 22:01

- À part ça, je bosse à la Boutique d'Animaux Magiques où j'y suis vendeuse.

Wouhlala. Tout de suite, elle était sacrément moins désirable. Bon, déjà, elle avait des oreilles de lapin sur la tête, c’était déjà sérieusement étrange, mais maintenant elle était pas seulement un lapin : elle se trouvait être constamment au contact de bêtes poilues plus sauvages et féroces les unes que les autres. Mon dieu… Mais comment une si douce et charmante jeune femme pouvait supporter de travailler dans un milieu si hostile ? Empli de cris et de mauvaises odeurs ? Oui… Certes… J’étais moi-même concierge à Poudlard et finalement, l’ambiance n’était pas totalement différente, à ceci près que j’avais affaire à des êtres humains. Idiots, certes, mais suffisamment intelligents pour avoir un langage compréhensible. Encore que… Enfin bref ! Ils parlaient et c’était tout ce qui m’importait ! Les animaux quant à eux, n’étaient que des espèces d’horribles choses répugnantes avec des yeux, des bras, des jambes, et surtout des bouches qu’il fallait sans cesse nourrir. Ecoeurant…

- Et toi t'es un métamorphomage si je ne m'abuse ? Tu dois être très demandé !

J’écarquillais les yeux. Comment elle avait su ça ? Par réflexe, je me tâtais les pectoraux. Nan, pas de poitrine. Pas de cornes non plus sur le front. Je me regardais un peu partout, mais je ne voyais pas ce qui avait pu changer. Peut-être était-ce encore un caprice de mes yeux. En tout cas ça n’était pas mon nez. Je n’avais pas menti cette fois-ci, je ne faisais plus mon Pinocchio… Il ne restait plus grand-chose. Je soupirais… De toute façon c’était trop tard.

« Ouais je euh… Pour être honnête j’arrive pas bien à le maîtriser. Juste sur ma main. Je peux enlever les cicatrices. Le reste est encore un peu complexe… Faut maîtriser ses émotions, pis tu vois, c’est sacrément le bordel dans ma tête. »

Je terminais par un sourire, ne me rendant pas compte que j’étais en train d’avouer être à moitié fou. C’était pas grave, de toute manière elle le constaterait bien assez tôt. En tout cas, elle, elle tirait sur ses oreilles, et manifestement ça avait du mal à partir. Je fronçais les sourcils. J’avais bien envie de l’aider, mais je savais pas trop comment faire. Je pouvais pas tirer dessus, elle aurait eu vachement mal au crâne. Peut-être qu’avec un sort… ? Ah oui ! Je savais !

« Atta j’t’aide ! »

Je tenais bien fermement ma baguette et je lui lançais un bel #Aguamenti sur la tête. Elle devait être froide. Pis comment ça, l’eau enlevait pas la colle ?
Invité
Anonymous
Invité

Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Invité, le  Mar 11 Aoû 2015 - 14:33

Sa réaction m'étonna quelque peu... Quoi ? J'avais dis une bêtise ? Il arrêtait pas de se tâter tous les membres de son corps, comme si une anomalie avait surgi et qu'il en cherchait les symptômes. Ne se rendait-il pas compte que ses cheveux s'étaient colorés subitement ? À moins que sa passion soit de se toucher le corps de manière impromptue, je ne voyais pas d'autres possibilités à cette attitude. Peut-être que ma bouche devrait apprendre à se taire de temps en temps... Mais quand j'étais sur ma lancée, je m'arrêtais pas, c'était bien connu.

- Ouais je euh… Pour être honnête j’arrive pas bien à le maîtriser. Juste sur ma main. Je peux enlever les cicatrices. Le reste est encore un peu complexe… Faut maîtriser ses émotions, pis tu vois, c’est sacrément le bordel dans ma tête.

Je ne m'étais donc pas trompée, ce mec était bel et bien un métamorphomage. Bon, apparemment pas encore complètement professionnel en la matière, mais il arrivait déjà à faire quelque chose. Moi à côté, je pouvais me cacher, j'avais rien de spécial, même pas mon permis de transplanage... Faut dire, ça me foutait la gerbe comme pas possible et c'était sans parler des désartibulations...Berk. Alors valait peut être mieux que j'en reste aux bons vieux balais et à la poudre de cheminertte, ça au moins c'était plus sûr !

Je voyais qu'il était pas clean, et il l'avouait presque à demi-mot. M'enfin, qui à un stade de sa vie n'a pas eu les idées à l'envers ? C'était simplement une étape à passer, bien que sa difficulté varie en fonction des personnes. Lui, il avait l'air d'avoir du mal et je voulais savoir pourquoi. J'imaginais bien qu'il ne se confierait pas si facilement, surtout que je venais à peine de le rencontrer dans des circonstances disons... peu communes. Mais sait-on jamais, on pouvait peut-être s'aider mutuellement ?

- Une cicatrice sur ta ma... Commençai-je.

Mais ma question fut littéralement noyée sous une cascade d'eau. C'est quoi ce bordel ?!  Vu que ma bouche était ouverte, l'afflux d'eau dans ma gorge manqua de peu de m'étouffer. En plus, elle était pire que glaciale. Il disait vouloir m'aider, et bah... C'était pas gagné ! D'un coup j'avais plus très envie de lui parler à celui-là.

- Put**n arrêtes !

Mon poing  traversa alors le jet d'eau. Au mieux j'atteignais sa baguette, au pire c'était lui...
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Hugh Dey, le  Mer 12 Aoû 2015 - 0:54

Elle avait commencé à me parler avant que je lui envoie un sort en pleine tronche mais elle s’était vite arrêtée. Bah oui gourdasse, si tu veux pas te noyer quand je t’envoie de l’eau, faut pas ouvrir la bouche hein ! Forcément qu’elle arrivait pas à dire grand-chose, vous avez déjà parlé avec de l’eau dans le gosier ? Blblbl que ça faisait. Rien de très compréhensible. Mais elle réussit à dégager un peu sa bouche parce que j’entendais un truc.

- Put**n arrêtes !

Mais j’avais pas le temps de comprendre ce qu’elle me disait que d’un seul coup mon soufflé fut coupé. J’étais plié en deux, sans comprendre pourquoi. J’avais l’impression qu’on m’avait enfoncé l’estomac. Hé mais, on m’avait enfoncé l’estomac ! Un poing que j’avais pris. Et me vla les deux mans sur le bide, en train d’essayer de récupérer mon souffle. Evidemment, le sort avait été arrêté, et je pensais même plus à l’envoyer.

En retrouvant petit à petit mes esprits, en laissant les étoiles s’estomper, je me relevai doucement. Je dardais cette personne trempée devant moi avec un œil noir. Ses oreilles de lapin ne m’attendrissaient pas le moins du monde. Autant elle m’avait soigné tout à l’heure quand j’avais eu un petit problème d’entre-jambe, mais là c’était mort. Rageusement je crachais à ses pieds, levant ma baguette d’un air menaçant. Ma voix n’était plus que glace.

« De quel droit tu me frappes hein ? Je te libère et toi tu me remercies comme ça ? »

Dans un excès de rage, j’essayais de lui plaquer mon avant-bras contre la gorge. Avec un peu de chance, elle reculerait contre un mur et serait coincée. Et là, elle aurait peur… Et elle aurait raison.
Invité
Anonymous
Invité

Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Invité, le  Jeu 13 Aoû 2015 - 0:28

Pendant une longue partie de son histoire, l'homme a eu une espérance de vie qui n'excédait pas trente ans. On pouvait espérer jouir d'une vie d'adulte de dix ans tout au plus. Personne ne faisait de plan de carrière. Personne ne pensait à sa retraite. Personne ne faisait de plan tout court. Y avait pas le temps. Pas de temps pour l'avenir. Puis la durée de vie s'est allongée, et les gens ont eu de plus en plus d'avenir et par conséquence, ils ont passé plus temps à y réfléchir. À l'avenir. Et aujourd'hui la vie est devenue l'avenir. Aussi réjouissant que cela puisse paraître au premier abord, l'avenir n'était pas que source de bonheur. Au contraire, dans mon cas il me faisait peur. Et ce n'était pas tant le fait que je sois acculée contre un mur par un type que je connaissais à peine qui m'y faisait penser, non, c'était plutôt tout ce que j'aurais dû mettre en œuvre avant cette situation délicate. Avant que je ne sente le sang grimper en flèche dans mon cerveau. Avant que ma respiration joue un staccato digne de ce nom. Je faillissais à ma tâche, le temps me prenait de cours et le sorcier en face de moi n'avait été que son pion. Oui parce que l'avenir c'était la vie, et la vie, le temps.

Ma langue se fit pâteuse et mes yeux, vitreux, tourbillonèrent dans un océan d'étoiles. J'aurais voulu agir, j'aurais aimé agir... Mais ma seule force était mentale, mon physique m'abandonnant à mesure que l'étreinte se resserrait autour de mon cou. Quelle personne n'aurait pas réagi de la même manière que moi ? Moi qui l'avais aidé, moi qui l'avais remercié alors que lui s'était contenté de quelques bafouillages. Pourquoi agissait-il ainsi ? Je ne voulais pas lui causer de souffrance, il s'en infligeait déjà tout seul. Moi je voulais juste que son jet d'eau s'arrête, rien de plus. Mais il n'avait visiblement pas la même compréhension que le reste du commun des mortels. Il pigeait pas ça. Alors avec les dernières forces qu'il me restait pour parler, je hoquetais faiblement mais sincèrement:

- Pardon...

Ce que j'aurais dû faire depuis le début. Je le savais pourtant que je ne devais pas paraître agressive, mais c'était dans ma nature de devenir impulsive quand le danger me guettait. Autant, je réfléchissais, j'abordais différents points de vue quand la situation m'en donnait le temps, autant là je ne pouvais que laisser parler mon instinct de survie. Si ma volonté était de mourir ici, elle aurait été facilement assouvie. Mais c'était pas le cas, je voulais pas mourir dans le coin d'une ruelle déserte, à la lumière d'un lampadaire grotesque, avec pour agresseur un maudit sorcier qui a eu la chance de rencontrer ma route. Ma faiblesse me tourmentait jusque dans les tréfonds de mon âme, je me sentais tellement stupide... Je devais faire quelque chose, me reprendre pour relever ma fierté dans mes derniers instants. Je devais combattre. Je devais montrer que je valais mieux que cette mort si humiliante.

Une dernière larme de colère vint s'échouer sur ma joue, avant que par je ne sais quelle action du Saint Esprit, je sois libérée de l'emprise qu'exerçait l'homme sur ma gorge. Peut-être était-ce lui qui avait finalement relâché son étreinte, ou peut-être était-ce moi qui avait trouvé un échappatoire ? Dans tous les cas, je ne cherchais plus à savoir et partais au pas de course vers le centre du village en priant pour qu'il ne me suive pas. Je n'attendais plus rien de lui, si ce n'était qu'une chose... Mais cet homme n'y songerait pas même une seconde.
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Hugh Dey, le  Mer 19 Aoû 2015 - 21:35

Je ne voyais plus rien que du rouge. Du rouge, et des éclairs de blanc, par-ci, par là, lorsque je fermais les yeux un peu trop fort. Je ne sentais pas ce que je faisais. Je ne voyais plus rien que la rage montant en moi et ayant irrémédiablement besoin de sortir. Quelque part. Ou d’une certaine manière. Là, j’avais un moyen. Je serrais. Et plus je serrais, plus je me sentais fort. Puissant. Presque à ma place. Là où j’aurais dû être depuis fort longtemps.

Seulement les choses s’arrêtèrent brusquement lorsque j’entendis ce Pardon... raisonner en moi, se répercutant en écho, prenant de plus en plus de place, de plus en plus d’ampleur, et allant jusque dans mon bras pour me faire lâcher prise tandis qu’une goutte – une larme – s’écrasait sur ma main.

Brusquement je reprenais conscience de ce que j’étais en train de faire. Je revoyais cette fille avec qui je jouais quelques minutes – à moins que ce ne soient déjà des heures – auparavant au chevalier délivrant sa princesse. Celle qu’à présent j’essayais d’étrangler par tous les moyens. La violence du choc, de cette prise de conscience, me mis littéralement K.O. Je finis au sol, assis, les mains plaquées sur les oreilles, les genoux remontés sur la poitrine, et je me balançais d’avant en arrière, comme pour enlever cette vision d’horreur de mon esprit.

La fille détala sans que je ne l’aperçoive. Je ne voyais plus rien que la personne que j’étais. Que j’avais aimé être durant quelques secondes. Que j’aurais aimé redevenir d’ailleurs. Si cela n’avait pas signifié de retourner chez les fous…

[Fin du RP]
Alexander Scott
Alexander Scott
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chat de Pallas


Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Alexander Scott, le  Ven 4 Sep 2015 - 18:04

Londres, capitale de l'Angleterre, centre névralgique du Royaume-Unis, ville mondialement connue et reconnue, véritable nid à touriste. Pour la majorité des personnes cette ville représente un modèle de classe, de diversité, de propreté et d'élégance mais ses personnes ne connaisse rien de Londres. La métropole anglaise a deux visages, celui qu'elle affiche la journée, pour plaire au touriste, composé de Buckingham Palace, de Tower Bridge, de Big Ben, de London Eye's ou encore d'Oxford Street. Difficile de trouver un lieu plus apprécié en Europe si ce n'est la capitale Française, Paris. Pourtant ce visage si attrayant n'est que la face cachée de Londres, dés lorsqu'on s'éloigne un peu du centre ville, dés lors que le soleil tend à disparaître à l'horizon apparaît le deuxième visage de la ville. Pour connaître cette autre face il faut avoir le courage de s'aventurer dans les petites rues, vous savez ces ruelles qui ont bien souvent l'apparence de taudis et à raison ! Oh évidemment vous aurez tout le mal du monde de trouver ces lieux en plein milieu de la capitale, il faut s'éloigner un peu pour tomber dans ce décors digne des plus grand thrillers moldus. Qui sait réellement ce qui se passe dans ces lieux ? Sûrement pas les touristes. Sûrement pas les Londoniens. Sûrement pas les moldus. Si dans les temps anciens les sorciers se contentaient de rester cloîtrer dans leurs propres villages, ce temps est aujourd'hui bien révolu. L'augmentation démographique de la communauté magique a poussé les sorciers à s'installer un peu partout dans le monde moldu, certains endroits connaissant plus de succès que d'autres, certains endroits étant mieux fréquentés que d'autres. La plupart de ces endroits son méconnus du grand public aussi bien moldu que magique mais certaines personnes ont connaissance de ses lieux peu fréquentables et gardent un œil dessus pour éviter... D'éventuels débordements entre les différentes communautés.

Alexander Scott soupira, les tours de gardes l'exaspéraient plus que jamais pourtant dernièrement ils s'étaient révélés enfin utiles, n'étaient-ils pas parvenus à capturer un mangemort à Godric's Hollow ? Dans ces conditions il sermblait difficile de remettre en question ses surveillances quotidienne à travers l'Angleterre et pourtant malgré cette petit réussite tout les efforts semblaient si vains. Quelle était donc la probabilité de tomber sur un mage noir en marchant au hasard des rues ? Evidemment il y avait des lieux plus propice à accueillir des malfaiteurs mais les criminels que traquaient les aurors n'étaient pas du genre à se montrer si facilement. Pourquoi n'y avait-il pas un établissement où se réunirait tout les dégénérés du coin ? Par le passé un tel bar avait existé sur l'allée des embrumes mais visiblement le temps avait eu raison de lui... Peut-être finalement n'était-ce pas une si mauvaise chose que cela, avec l'intelligence des adolescents, ils auraient été capables de se rendre dans ce genre d'établissement simplement pour réclamer un cocktail sans alcool. Le sorcier de l'est esquissa un sourire, décidément le métier de chasseur de mage noir mettait ses nerfs à rude épreuve... Plus le temps passait et plus il devenait irascible et intolérant et la seule personne ayant une chance d'échapper à ses sautes d'humeur était sa compagne. Peut-être devrait-il trouver quelque chose pour se calmer... Un sport par exemple.

Le sorcier de l'est jeta un regard aux alentours, comme d'habitude les rues étaient vides. Les seuls criminels qu'il recherchait savaient pertinemment que mieux valait prendre leurs jambes à leur cou lorsqu'un Auror approchait et il n'avait que faire des criminels moldus. Une fois de plus les tours de garde montraient toutes leurs limites mais Alexander continuerait de parcourir l'Angleterre tant que les ordres du ministre ne changeraient pas. Le pourfendeur de magie noire soupira et transplana au ministère.


Post unique et médiocre de tour de garde.
Invité
Anonymous
Invité

Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Invité, le  Mar 22 Sep 2015 - 23:12

Pv ~ Justin Davis
Petits plaisirs


Sous mes paupières closes, la lumière joue avec les ténèbres, traçant un sillon de chaleur à travers la froideur des mes songes. L'aube pointe du nez au-dehors, couvrant le ciel de son dégradé jaune et réveillant les plus tourmentés de ce monde. Par la fenêtre entre-ouverte, s'engage une fine brise au parfum pré-automnale, faisant virevolter les rideaux de coton dans une danse envoûtante.

Le réveil sonne et mes yeux s'ouvrent sur le décor de ma chambre. Tel un robot, mes membres s'actionnent, froissent et défroissent les draps, puis les bousculent. Jambe droite et gauche se posent alors sur le parquet et se calquent sur une marche automatique, soutenant un corps fort de la belle nuit passée. Les paupières plissées, j'avance ensuite vers la cuisine encore un peu dans le brouillard. L'odeur des petits pains se fraye un chemin jusqu'à mes narines, finissant de me réveiller et d'ouvrir l'appétit d'un estomac grondant. Bouchée après bouchée, mes sens éclosent doucement.

Je descend les escaliers menant aux Embrumes et m'engage dans quelques obscures ruelles. La noirceur envahit mon champ de vision, réduisant ma vue de moitié, mais je ne ralentis pas l'allure pour autant. Un homme, grand et d'une beauté cadavérique, se dégage soudain d'un coin sombre. Il semble barrer ma route de son imposante carrure, interdisant le passage à tous ceux souhaitant poursuivre le chemin. Arrivée à deux mètres du sorcier, je retire mon capuchon, dévoilant ainsi mon identité. Grognant quelques paroles indéchiffrables, il se décale alors sur le côté de la minuscule ruelle, libérant le passage.

Je franchis encore quelques petits chemins avant de déboucher sur un carrefour. Je cherche alors des yeux la boutique d'objets magiques que l'on m'avait conseillée, mais m'aperçois vite qu'elle n'est pas ici. Je continue alors ma charmante balade et brave la fraîcheur de la matinée. Quelques minutes plus tard, d'étranges bruits, semblables à des gémissements, m'interpellent. Un homme, visiblement terrifié, est acculé contre un mur par je ne sais quel sort. Son agresseur, lui, se tient dans l'ombre du cul-de-sac, si bien que je ne parviens pas à voir son visage. Je sors tout de même ma baguette au cas où, avant de m'adresser à la personne qui se cache dans la pénombre.

- Hé ! C'est quoi le délire ? Lançai-je avec prudence.
Invité
Anonymous
Invité

Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Invité, le  Mer 23 Sep 2015 - 11:08

Y a des jours ou tout va de travers...

Il était complètement ravagé par la soirée de la veille, surtout fatigué en fait. Justin avait eu la bonne idée de ne pas boire trop d'alcool, se couvrir de ridicule devant un tas de moldus qui riraient sans prendre au sérieux le préfet qui serait tellement faible que ce serait la bouteille qui lui dicterait ses actes ? Non merci, pas ce soir.

C'était somnolant que le préfet se retrouva dans les ruelles de l'Allée. Pourquoi était-il là ? Que faisait-il là ? Le monde magique était parfois bien trop terrifiant et il s'en rendait compte. Parfois il se demandait pourquoi, tout simplement pourquoi les gens sont ils si cruels ? Pourquoi usent-ils de la magie pour assouvir leurs désirs les plus noirs ? Et en se posant cette question l'élève d'à peine seize ans se regardait dans le miroir, et voyait cette lueur. Aussi infime soit-elle, elle existait. Les ténèbres s'emparent de chaque personne sur cette terre, personne n'a jamais eu que de bonnes intentions et sans s'en rendre compte le sinople et argent devient aussi détestable que ces gens de jours en jours. Il n'avait jamais été un exemple, un modèle ou un truc du genre. Il avait toujours été un chieur et s'assumait pleinement, mais le château l'a rendu mesquin. C'est dur à avaler et il ne se l'avouerait pas à lui même mais la magie dépasse toujours son utilisateur, elle est trop puissante et partout, ici et là, se cache de la magie noire. La plus obscure puissance au monde.

Ravagé, tourmenté et peureux à l'idée de retourner dans le monde magique, il manqua de foncer sur plusieurs hommes vêtus de capuche et contre qui il n'était clairement pas dans l'état de se chamailler. Murmurant un désolé à chaque fois il se déplaça jusqu'arriver dans une ruelle. Une ruelle déserte. Une ruelle froide. Sans savoir pourquoi ni comment l'atmosphère régnant ici lui glaçait le sang, l'empêchait de bouger alors il se plaqua contre le mur. Il glissa doucement jusqu'à se retrouver fessés à terre. Il rapprocha doucement ses jambes contre lui et enfouit sa tête contre elles, comme un enfant perdu qui cherchait ses parents dans l'immensité d'un magasin moldu. Et alors qu'il était sur le point de laisser le sommeil le bercer, un homme vêtu d'une vielle robe de sorcier bon marché, au teint livide, aux cheveux longs et gras et à l'apparence crasseuse apparait dans la minuscule rue, là où il pensait que personne ne viendrait ke chercher.

« Et bah alors mon chou, on s'est perdu ? »

En relevant la tête le Serpentard tomba nez à nez contre l'homme. Celui-ci approcha dangeuresement sa main vers sa gorge, prêt à assassiner le jeune homme pour quelques mornilles mais surtout pour une baguette, puisqu'il ne semblait pas en avoir, sinon pourquoi vouloir l'abattre à mains nues ? Sans réfléchir le serpent lui asséna un terrible coup de poing dans la mâchoire qui le fit vaciller avant de se relever, sa baguette magique tournoyant entre ses doigts. Il lui adressa un sourire malicieux et démoniaque. Était-il heureux de l'avoir croisé ? Surement. Il avait tant attendu ce moment, pouvoir s'acharner sur quelqu'un sans en craindre les représailles, sans retenue, pouvoir le tuer de sang froid. Il ne l'aurait clairement pas touché ci celui-ci ne s'était pas aussi dangereusement approché de lui, mais ce qui est fait est malheureusement fait. « Mauvaise cible chéri. » réplique cinglante, usant du même ton qu'il lui avait adressé juste avant. Il pointa sa baguette vers le faible homme.

Quel monde fabuleux.

Enchaînement de diffindo sur son cou, ses bras et son visage jusqu'à voir le sang se répandre sur ses vêtements puis sur le sol. Drôle comme sortilège d'ailleurs, son utilisation peut si vite être détournée. Mais ce n'était clairement pas suffisant. Il hurlait de douleur, tentait de se cramponner au mur comme si celui-ci allait avoir pitié de lui et lui ouvrir un passage secret mais rien, rien ne se passa. Et puis alors qu'il était sur le point de brûler quelques parties du corps de l'homme, une femme, une femme plutôt charmante fit irruption. « Hé ! C'est quoi le délire ? » identité inconnue, mais la jolie brune était plutôt dangereuse à cet instant : il ignorait sa réactuon et il n'était pas en état de se battre en duel. Sourire de psychopathe fièrement montré, Justin lui adressa un clin d'oeil avant de lui lancer : « Tu peux te joindre à moi, il a essayé de me tuer. » simple excuse, il voulait lui infliger un sort pire que la mort, il voulait même le laisser agoniser ici, qu'il ait l'espoir de survire ou qu'il supplie la mort de venir le récupérer, lui hurlant qu'elle l'avait oublié.
Invité
Anonymous
Invité

Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Invité, le  Lun 28 Sep 2015 - 18:14

Bien plus absorbée par les gémissements de l'homme, j'entends avec peine les paroles de son agresseur. Mes yeux sont directement attirés par les fines coupures qui lui entaillent le corps et qui laissent se déverser un liquide rougeâtre sur un vêtement déjà poisseux. Lentement, je m'approche alors du mutilé et lève sur lui des yeux curieux. Ma baguette solidement ancrée dans ma main, je caresse son menton de la pointe de celle-ci. Je suis si omnubilée par ses mouvements flasques et vains, que j'oublie même la raison de ma sortie. Il est fragile, vaincu, vulnérable et c'est tout ce qui importe.

- C'est toi qui as fait ça ? Rétorquai-je en éludant sa précédente question.

Je lâche un moment des yeux l'homme pour les rediriger vers la masse planquée dans l'ombre. Il doit bien avoir ma taille, mais quelque chose dans son timbre indique que l'âge lui était clément. Un Poudlarien perdu ? Sans doute et je m'en réjouis d'avance. En tous cas, il attire mon attention, ce qui n'est pas chose facile, surtout ces derniers temps. Je m'éloigne alors un peu du corps mutilé pour avoir un meilleur angle de vue, histoire de découvrir le visage de son tortionnaire.

- Sors de de là. En général, on s'assure que la victime voit le visage de son assassin... Avant qu'elle ne succombe, soufflai-je calmement.

J'observe alors la peur dégouliner des yeux du martyr à cette hypothèse et je sens, au fond de moi, l'euphorie me gagner. Mon amulette s'agite dans ma poitrine, elle veut se déchaîner et... Moi aussi par conséquent. L'envie devient plus forte et je décide de passer à l'action. Après tout, ne venait-on pas de me donner l'autorisation ? Si si si, déclara une petite voix que je ne connaissais que trop bien. Prenant alors une inspiration, je lève ma baguette et informule un #Hostium Halitus en direction de sa poitrine. S'il était correctement exécuté, mon sort toucherait l'abdomen de l'individu et le propulserait contre le mur adjacent. Si mes suppositions étaient bonnes également, ses poumons comprimés par le choc se videraient de leur air. Il frôlerait alors la mort, sans moyen de résistance... Et n'était-ce pas le but recherché ? Avoir la totale puissance sur ces sans baguettes ? Hochement de tête mental. Ça l'avait toujours été.

Ma petite sortie prenait une tournure plutôt intéressante, mais un détail dans le tableau restait encore perturbant. L'autre, le jeune homme, dégageait une telle haine que l'air en était emplie. Bien sûr, je les détestais aussi et la preuve en est que j'en tuais un chaque mois pour quelques obscures raisons. Mais là, il n'avait pas réfléchi... Et si j'avais été une simple passante ? Pire, une Auror ? Le gamin serait dans la Mer**, c'est certain. Il y avait dans cet acte, quelque chose d'encore novice et mon petit doigt me disait qu'il était sûrement encore néophyte dans ce genre de pratique.

- C'est la première fois que tu te livres à ce genre d'activités ?Demandai-je en insistant sur les deux derniers mots.
Invité
Anonymous
Invité

Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Invité, le  Jeu 1 Oct 2015 - 21:19

Silencieusement, la brunette qui venait de s'incruster observait l'homme presque abattu qui se tenait contre le mur et dont le sang jaillissait des multiples coupures profondes. Et puis elle s'avance, sur d'elle et absolument pas terrifiée par la scène à laquelle elle venait d'assister. Elle sortit sa baguette magique et la pointa en dessous du menton de la victime, comme pour observer encore plus minutieusement son état. Et la le hic. Et si c'était une Auror ? Il serait bien dans la m*rde, jusqu'au cou même et devrait assumer ses actes puisqu'il aurait été pris en flagrant délit. Et son pouls accéléra. Il perdit toute once de courage, en eût-il déjà eu ? Il avait perdu cette sensation, qu'il pouvait faire tout ce qu'il désirait. Mais il se rappela que oui, du courage il en avait eu, il l'avait perdu et aujourd'hui rien ne comptait plus au monde pour lui que sa petite personne, une météorite pourrait s'abattre sur la terre qu'il n'en aurait rien à faire. Tant qu'il était à l'abri.

« C'est toi qui as fait ça ? » Justin fit mine de réfléchir, posant son pousse et son index sous son menton. Était-elle idiote ? Ou espérait-elle le faire avouer ? Ou bien c'était seulement une question réthorique ? Tant d'interrogations germaient dans l'esprit peu lucide du jeune homme. Comment s'était-il retrouvé dans cette situation ? Comment en était-il venu au point d'avoir la haine contre le monde entier ? Beaucoup trop de questions et bien pas assez de réponses. Alors, regardant droit dans les yeux sa victime et n'accordant pas un coup d'œil à la sorcière, il hocha doucement la tête, prenant tout son temps. « Sors de de là. En général, on s'assure que la victime voit le visage de son assassin... Avant qu'elle ne succombe. » et le préfet sourit, il souriait en sortant de l'ombre, un sourire malsain qu'il avait dégainé sans même s'en rendre compte, en même temps qu'il passa sa main dans sa chevelure brune. Elle l'intéressait. Elle dégageait quelque chose d'encore plus déroutant que le sinople et argent. Elle avait l'air sure d'elle, contrairement à lui. Non, il ne tremblait pas et prenais plaisir, mais son manque d'expérience se ressentait, et dans un instant il allait aussi se voir.

Sans comprendre pourquoi ni comment le corps du pauvre homme se retrouvait contre le mur, et un millième de seconde plus tard il était affalé au sol. Faible, suppliant aux deux sorciers de le laisser vivre, enfin ses mots étaient complètement incompréhensibles vu le choc qu'il venait d'encaisser. Le sol ruisselait de sang auquel s'ajoutait la sueur qui perlait du visage du monsieur. Malheureusement pour lui il était tombé sur deux être mentalement instables, et rien ne pourrait le sauver, ou presque : ses chances de survie étaient proches de zéro.

Et il n'en pouvait plus. Il avait chaud, trop chaud. La fatigue le faisait tanguer comme s'il était sous l'emprise de la boisson et ses yeux se fermaient dangereusement pendant quelques secondes. Que faisait-il ici ? Sérieusement. C'était un élève, c'est tout. Comment un jeune de dix-sept ans à peine peut-il aussi mal tourner ? Le monde était devenu pourri à ce point ? Les êtres étaient-ils détestables au point d'attaquer des gens sans défense dans une ruelle sombre ? Questions après questions l'esprit déjà peu clair du vert et argent se perdait plus qu'il ne l'était déjà, chassant le peu de lumière et de bonne conscience qu'il restait dans son corps.

« - C'est la première fois que tu te livres à ce genre d'activités ?
- C'est la première fois que j'en ai la chance » répondit le serpent presque du tac au tac

Et pourquoi la fille serait-elle la seule à s'amuser, après tout c'était bien lui qui avait déniché cet affreux bonhomme dont la disparition en choquerait personne. Ah, sûr que si on avait attaqué un petit moldu d'un quartier bourgeois les conséquences auraient été différentes. Mais là n'était pas le sujet. À son tour il leva sa baguette, et pointa l'homme qui venait à peine de réussir à s'asseoir contre le mur. Il informula un #Electrocorpus qui devrait sans doute lui asséner une décharge électrique incroyablement puissante et dure à supporter. Et comme prévu il hurlait. Il criait. Il souffrait le martyr. Et pas une émotion n'émanait de Justin cette fois. Pas de sourire, pas de dégoût, juste le cri affreux qui résonnait dans sa tête. Il n'avait pas le courage de continuer cette conversation surement sans intérêt. Sa migraine l'empêchait de penser correctement. Pendant un instant il voulut presque imiter le futur défunt, en criant, espérant que tout son mal sortirait par sa bouche mais il ne fit rien. Il se contenta de reculer jusqu'au mur le plus proche et de doucement s'asseoir, s'agrippant au mur et il lâcha sa baguette qui glissa près de lui. Et il garda un œil sur la femme. Qui était-elle ?
Contenu sponsorisé

Une petite ruelle déserte - Page 4 Empty
Re: Une petite ruelle déserte
Contenu sponsorisé, le  

Page 4 sur 11

 Une petite ruelle déserte

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.