AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
NIKE Chaussures de running REVOLUTION 5 – Homme – Noir et Gris
34.99 €
Voir le deal
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle
Page 15 sur 15
Pendant le repas
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15
Gaëlle Panyella
Serdaigle
Serdaigle

Pendant le repas - Page 15 Empty
Re: Pendant le repas
Gaëlle Panyella, le  Dim 11 Mar 2018 - 14:48

Miamiam

Je ne sais plus
Qui je préserve
entre lui et moi
c'est - compliqué
Les mots s'écrasent contre nos fronts
les regards aussi
nous voilà dans une bulle
----à deux
sans les autres serdaigles, sans personne pour nous dire quoi faire
j'sais que j'fais mal mon rôle
Préfète et je ne me soucie que de toi petit
mais en soit n'est-ce pas la vie
ces bouts d'égoïsme
j'ai pas envie de gâcher cette malice
dans leurs yeux
avec mon visage triste
t'en rendre une c'est
-beaucoup
--plus
---important

Nous sommes deux - et c'est déjà beaucoup. Le bruit des couverts qui martèlent les assiettes de porcelaine démarre doucement entre les clapotis des voix qui se retrouvent enfin c'est un - renouveau, ce qu'il se passe ici à un pied est merveilleux mais n'en faisant pas partie je ne rejoins pas les sourires des retrouvailles oui j'ai beaucoup trop peur de ce que ça pourrait induire. Ce qu'ils appellent tous " avoir une vie " ne m'intéresse pas. Coup d'oeil vers Adèle - elle si apparemment. J'ai peur de devenir jalouse de cette gamine qui est protégée de tout. Grâce à moi, ou plutôt grâce au bon vouloir de maman. Elle a dû se dire que me garder entre ses griffes par la violence ça n'a pas fonctionné, alors petite Adèle mais voyons, changeons de stratégie. Des fois je lui en veux un peu. J'aimerais être la petite et elle la grande. Pour mieux vivre le fait de grandir. Un an et je serai enfin livrée à moi-même, pour le meilleur sûrement mais aussi pour le pire malheureusement.

J'veux me boucher les oreilles
rendre le monde - sourd d'inexistence
je peux pas
j'ai les mains en sang
et je dois les essuyer
sur ma robe sombre
de serdaigle attitrée
du rouge
sur le noir
comme si j'étais un vampire
assoiffé
- stupide idée
Un peu d'eau entre mes mains pour frotter
dos tourné aux gens
trop dangereux
et la peur de leurs regards - effrayés
j'veux pas qu'ils se sentent - menacés
j'veux pas qu'ils me pointent de leurs doigts gras

J'frissonne sous la monotonie des idées, idéogénie mon c*l j'change jamais de disque ça tourne tangue foire et j'peux même pas remettre la petite barre pour que ça commence ils finissent tous rayés c'est - désolant. Le petit enfant choisit de manger, qu'il en soit ainsi. J'essuie mes pauvres mains comme je peux en regardant les lampes qui inondent le plafond de petites flammes, c'est joli. Puis je retombe vers le bas - océan de couleur dans des assiettes. Je n'ai pas f.... aucunement moyen d'en placer une, la fourchette est dans ma bouche. Nourrie comme si c'était moi l'aiglon et lui ma maman. Baume sur le coeur si mignon et je mâche consciencieusement en le voyant lui-même se nourrir. La nourriture ne veut pas s'avaler - ce dégoût d'avoir quelque chose à manger dans la bouche. Pourtant je continue. Exemple c'est ce que je suis sensée donner alors je poursuis en mangeant à mon tour malgré les hauts le coeurs qui ne veulent rien entendre je continue épaules tremblantes.

Elle a
des dents pointues
Elle a
des tiges qui peuvent
----toucher le ciel
elle a
un univers
autour duquel
j'ai peur
et pourtant
je prends
je mange
et j'avale
en essayant d'y retrouver
- goût.
Haiko Kanakis
Haiko Kanakis
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pendant le repas - Page 15 Empty
Re: Pendant le repas
Haiko Kanakis, le  Dim 8 Avr 2018 - 10:02

Lullaby

Le repas
ça à toujours été
quelques chose de
----spécial

un peu hors du commun
silencieux
parce qu'à notre table
il n'y avait pas de rire
et pourtant

un contact électrisant
plus joyeux
plus vrai
que dans ce monde
aux milles faux reflets.

Trop bruyant
pour ne rien dire
les futilités
s'échange plus vite
que la compréhension

mais avec l'aigle
qui ne veut être préfète
je retrouve
le sol
celui qu'on dessine au plafond

c'est doucement étrange
un peu beau
un peu vrai
même si à chaque bouchée
on croit la voir
régurgiter

Sayuki non plus
n'aime avaler
maman dit que c'est
un moineau.

Pourtant elle mange
lorsque c'est moi qui
lui donne
d'un petit avion
pour lequel nous ne seront
jamais trop grands

ici j'ai un peu peur
les regards des autres
me font un peu trembler
je ne veux pas attirer
--- l'attention

me fondre dans la masse
pour qu'on oublie
jusqu'à mon prénom
sauf pour elle
et pour l'instant

elle ressemble trop
à une petite soeur
enfermée dans un corps
trop grand

géante fragile
un peu maladroite
mon regard analyse
pour se protéger.

Elle a comme
des cicatrices
sur le visage
sourcils froncés

je laisse un doigt
passé dessus
laissant un peu de purée
sur mon chemin

elle sent bon
comme la folie
j'avale une autre bouchée
perdu dans
mon propre combat

c'est quoi ?
finissent
par demander les mains
à propos des marques
gravés dans la chaire

sans doute est-elle
une exellente guerrière
une héroine de conte
qui a plus l'habitude
de se battre contre ses monstres
que de vivre en société.

J'ai fini mon assiette
point pour l'école qui cuisine bien
tout ne sera peut-être
pas si mal

je regard le plafond
qui illuminé comme le ciel
nous montre milion
d'étoile et de constellation

un jour moi aussi
je voudrais réussir ce tour

les mains tapottent
doucement
contre mes genoux
d'impatience comme
d'ennui

j'aimerai écrire
à Sayuki
pour lui dire
dans quelle maison je suis

j'ai toujours mes bons morceaux
de nourriture
à offrir aux divinités
pour qu'elle puisse me protéger.

Les plats se changent
pour le dessert tant de spécialité
que je n'ai jamais gouté
je prends quelques morceaux

mange des petites bouchées
avant de donner
la fin de mon morceau préféré
à la préfète

et d'en prendre un autre
pour les dieux
je souris à la bleu
l'encourager encore
à avaler.
Gaëlle Panyella
Gaëlle Panyella
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pendant le repas - Page 15 Empty
Re: Pendant le repas
Gaëlle Panyella, le  Mar 8 Mai 2018 - 17:15

Sorry je suis tout juste ♥

Ils sont où
- les moments
aux résonances gloutonnes
Ces moments où chaque chose dans la pièce
trouvait le chemin vers mes lèvres
qui mastiquaient
encore et encore
sans se rendre compte de l'erreur
Les jours ou mâcher
ne rimait pas avec gerber ?

Tu sais petit je suis d'un univers décalé qui ne sait plus ce que c'est manger. Y'a eu le reflet dans le miroir et puis cette envie de ne plus bouger, un tout qui a donné à ma peau un goût amer, un tout qui a décidé que mon estomac ne méritait même plus de manger. Il avait trop souvent peur tu comprends ? Les problèmes et puis ça j'ai préféré me dire qu'il était noué par la faim plutôt que par toutes les peurs existantes sur Terre. J'ai rien de parfait tu sais. Illusion et puis c'est tout. Fondue dans la masse de gens aux regards tristes parce que presque plus personne ne ressent le besoin pourtant si fondamental qu'est sourire. J'ai préféré regarder mes pieds au lieu de m'inquiéter pour ceux qui au moment du croisement n'ont pour moi aucune familiarité alors que m*rde j'ai beau râler j'sais qu'on est tous singuliers ;

tu t'égares
Petite Mary
on ne parle pas de toi

Mais de ça

de ces bouchées
et puis de tes doigts
à toi
qui passent sur mon visage
aux deux endroits précis
que je connais bien
un peu trop
Sous un coeur palpitant
de peur
les contacts
si innocents
Faut dire que ça fait bien longtemps
que quelqu'un n'avait posé
une main sur mon visage
si délicatement

Tu as des gestes qui me dépassent
Pourtant je m'en souviens
je ne sais plus qui je ne sais plus où
mais jamais je n'ai eu l'idée
de lire
entendre
Ce genre de langage
Je ne sais pas parler
la langue des signes
tu m'apprendras ?

Puis,
parce qu'il y a comme
une lueur de curiosité
C'est quelqu'un de mécha...
de peu recommandable
qui m'a fait ça
n'y porte pas attention
s'il te plaît


Les assumer c'est un début, en parler à un tout petit aiglon un autre. Je sais qu'elle n'est pas loin en plus et y'a comme cette peur qui me tiraille : et si elle m'entendait parler d'elle ? Si elle me voyait pointer un doigt vers son visage ? Elle est capable de venir et j'veux pas sentir le souffle de l'inquiétude sur ma peau aujourd'hui. La technique de l'autruche sans le sable : ne pas attirer l'attention, rester loin et surtout ne pas se faire dévorer par les prédateurs.

Il y a encore une bouchée.
Encore ce moment où j'me sens comme obligée
mais là c'est trop
il y a plus de place
Le petit avait rétrécit
une sale histoire que je prédis

une main rouge se porte sur le bord de mes lèvres
deux yeux affolés cherchant un échappatoire
Puis une serviette
et l'élément néfaste
dans le petit essuie-tout
pour enfin
reprendre une bouffée d'air
C'est assez
pour la journée
Haiko Kanakis
Haiko Kanakis
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pendant le repas - Page 15 Empty
Re: Pendant le repas
Haiko Kanakis, le  Dim 24 Juin 2018 - 14:23

Tout est un peu
comme
une question de parfum

certains être nous attire
et c'est enfantin
comme d'avancer
vers les jolies dorées

elle mène ce drôle de combat
contre la vie
perdu dans le déni
oubliant d'aimer jusqu'à
ce qui la nourrit

et je comprends alors
en regardant ce millier de visages
qu'il ne suffit pas d'un brin de magie
pour que tout devienne paradis

et une main invisible
que je sens sur mon cœur
m'ordonne avec ardeur
de les aider
de les sauver
tous

je suis peut-être un peu fou
le monde est-il si flou ?
j'ai l'envie d'être et pas inutile
l'envie de crier
que je peux faire de mon mieux
montrer que
je sais ce qu'il y a de mieux
quand dans chacune des douleurs
il y a un filet de bonheur
qui se faufile dans les fissures
que parfois ce sont les gens cassés
qui ont le plus facile de briller.

Pourtant
je ne suis qu'un enfant
du haut de mes 11 ans
je regarde le monde avec
cette étrange impression
d'exister comme
un nouveau
un petit bébé qu'il semble falloir
protéger

je les trouve fou. Tous. De ne pas voir. Et je voudrais me lever, leur crier, leur montrer. Quelle n'est pas bien, que la demoiselle à besoin de quelqu'un, qu'elle a besoin d'aide et d'amour, toujours, ça semble tellement important. Suis-je donc le seul à m'en rendre compte ? Le seul à voir qu'elle compte les tombes. Ils sont idiots. Aux détours des couloir à la fréquenter matin et soir alors que dès le premier jour de mon arrivée, moi j'ai déjà remarquer, vu dans ses yeux qu'il manquait cette lueur, cette promesse, l'espoir se fait étrangement noir ce soir.

Moi j'attrape ses doigts
je les serre fort
sans savoir ce que cela vaut
sans doute un peu d'or

je suis loin de tout
ma petite sœur me manque
ma maman me manque
mon papa me manque
et je relève le menton
je comprends à la fin de la chanson
qu'il suffit parfois simplement
d'appuyer sur replay
pour avoir le droit de tout recommencer
c'est possible ça, non ?
vivre d'éternité

mais elle
a un disque griffé
des doigts gras d'humain
comme elle, comme moi
dans ce cas peut-être
faut-il simplement
le remplacer

je hoche la tête
oui je lui apprendrais
nous parlerons ma langue
puisque je suis incapable
de prononcer
ne pas insister
voyant le dessert qui
a du mal à passer
un dernier discourt du directeur
et puis
viens, on peut y aller
quelques secondes en avance
sur la plèbe
en avance sur
le monde
mes doigts emprisonnent
mes victuailles
il me faut absolument
le soutiens des divins
pour mener l'entièrté
de ma mission
à bien.

Gaëlle Panyella
Gaëlle Panyella
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pendant le repas - Page 15 Empty
Re: Pendant le repas
Gaëlle Panyella, le  Dim 15 Juil 2018 - 9:42

La serviette au bord des lèvres
et se retenir
pour ne pas remettre
les dernières bribes de nourritures
encore dans la gorge ;

Le manque apporte le manque
et tu te souviens un peu
de ces moments
tu avais mal à la tête
à force d'oublier
ce que c'était de manger
et tu te souviens aussi
des maux de ventre
qui ne cessaient qu'une fois que le contenu de l'estomac
se retrouvait dans les WCs
Le pire dans ces histoires
c'est qu'elles raisonnaient comme un défi
où à chaque fois le but
était de tenir le plus longtemps
- Jusqu'à l'épuisement

en face il y a toi ;
toi aussi qui même si tout petit
a tes propres démons
alors que la vie te rend
muet
mais qu'au final j'imagine
que tu peux parler
vu que tu es ici
attablé
Il y a des raisons mais
sans doutes ne suis-je pas assez proche
pour le voir et te sauver
enfin pour le moment,
tu sais j'en ai rêvé
quand j'étais seule perdue dans mes rêves
Du monde
d'un enfant
qui n'avait pas vu ses illusions
cassées par des ciseau d'argent

et j'aimerais petit
te promettre que je pourrais
t'aider face à ces sorciers
souvent des faux-démons nés
qui se cherchent et se perdent
c'est une envie d'une promesse
mais je sais aussi que je peux ne pas être à la hauteur

j'ai déçu maman et papa
ma soeur,
et je n'ai pas suffis à Arty
qui est allé voir ailleurs
les gens rencontrés
disparaissent la plupart du temps
certains rien qu'en me voyant
me trouvent pathétique
et seulement quelques âmes
laissent leurs empruntes un moment
je foire énormément tu sais,
petit
et j'ai peur d'encore foirer
alors c'est dans un mutisme
le même que celui où tu te plonges
que je promets de faire de mon mieux
à défaut de pouvoir t'assurer
un avenir heureux
- Bientôt je quitte Poudlard, déçue par moi-même de ne pas doubler

Puis ça se fait naturellement je crois, après le discours ennuyant du directeur, d'attraper ses doigts en fait je crois plutôt que c'est lui qui attrape les miens, et puis de fuir avant que nous devions traverser le courant avec tous les autres saumons. Il garde encore un peu de nourriture sur lui je ne lui en tiens pas rigueur, puis c'est l'heure de fuir, d'aller voir dans un ailleurs. Dans ce dédale de couloir je ne nous amène pas bien loin de la porte de la maison de Serdaigle afin que nous ne soyons pas trop loin lorsque les autres arriveront et qu'il sera l'heure de se mêler à eux. Je prends un bic, du papier, ils traînent dans ma poche comme des reliques inutilisés, puis je lui tends avec une douceur infinie tu veux bien m'offrir ton prénom ? Une trace écrire vaut parfois plus que les paroles vites oubliées de la plus jolie des chansons.

il est dans la fin débutée
d'une enfance chargée
je suis dans le début d'une vie
que jamais je ne voulais mener
celle où tout seul
il faut se débrouiller
où les accès de fantaisies
sont parfois décriés
et pourtant nous arrivons
à établir une certaine
connexion

J'ai pris moi aussi
un reste de nourriture
lorsque je l'ai vu
en emballer
alors je lui tends
le coeur ouvert vers lui
Quoi que tu en fasses
j'en ai gardé pour toi, aussi

en me demandant bien
le peu que ses petites mains
peuvent bien porter

tu me manques reviens vite :( ♥
Haiko Kanakis
Haiko Kanakis
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pendant le repas - Page 15 Empty
Re: Pendant le repas
Haiko Kanakis, le  Dim 28 Oct 2018 - 1:21

Tous le monde
a
un rêve

parfois des petits, des impossibles
des grands, des plausibles
tous. le. monde.

Mais il y a des colorés
des longs
des tordus
des mous et des tout doux.

Et moi, moi dans un de mes petits rêves
- ceux qui sont rangé dans mes songes
sur une étagères dans des bocaux transparents
ceux que l'on n'osent avouer
ceux qu'on continuera toujours d'espérer
juste là, le deuxième en partant de la droite
étiqueté : le plus récent

- et bien dans celui là
il y a l'espoir qu'elle reste proche de moi
pour l'éternité.
Qui donc ?
Cette étrange fille au regard vide,
qui semble si peut solide
qui pourrait presque
se couper en deux ?

Elle. Je veux qu'elle reste.
Tout entière, pas par petit bout
parce que je sens dans mon cœur
une place grande comme ça
- et chacun se doit de savoir
que c'est très grand.

C'est pourquoi lorsque j'entends que :
Bientôt je quitte Poudlard
je suis déçu
et j'ai presque envie de laisser doucement
mes larmes couler.

Mais sans ce monde, je sais que je ne peux pas
me l'interdit, pas le droit.
Tant d'alchimie pourtant entre la grande et l'enfant
s'en est presque alertant.
Mais qui pourrait-on informer ?
Au moins, elle aura prévenu sans hésiter.
Et puis, elle n'a jamais promis de ne pas m'abandonner.
Mais ça reste tout de même étrangement
en travers de la gorge.
Un goût amer venu remplacer le sucre.
La peur - sans doute - de déjà l'avoir perdue.

Tu veux bien m'offrir ton prénom ?
retournement de situation
je hoche la tête de bas en haut
dépose ma nourriture sur le sol un instant
avant de marqué mon prénom
un H un peu tremblant
puis la suite plus assurée
Haiko. C'est noté.

je lui souris alors tendrement.
Il ne faut pas la brusquer,
j'ai l'impression qu'elle est encore plus enfant
que moi.
Puis je lui tends la feuille.

Quoi que tu en fasses
j'en ai gardé pour toi, aussi

elle est gentille
nouveau sourire
mais je lui fais signe de garder son paquet
elle aussi a droit d'être dans les bonnes grâces
de leurs majestés.
Et je suis prêt à la faire entrer
dans se petit monde
autour de moi composé.

On pouvait dire d'elle beaucoup de choses
mais surtout qu'elle
était exceptionnelle.

Nenuit ♥




Gaëlle Panyella
Gaëlle Panyella
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pendant le repas - Page 15 Empty
Re: Pendant le repas
Gaëlle Panyella, le  Ven 2 Nov 2018 - 23:06


Il y a parfois cette impression
qui surpasse toutes les autres
un coeur qui bat, pas plus vite que d'habitude
- tout va bien jusque là
et pourtant nous avons la sensation
qu'il le fait fort
beaucoup plus fort
Il martèle la poitrine
à coups de toc toc toc
pour nous montrer qu'il est là
et que - héhé
non, nous ne nous en sortirons pas comme ça
d'un claquement de doigts

Une présence constante
ennuyante
qui persiste
jusqu'à ce que l'on comprenne
la raison de son apparition
que l'on apaise
l'âme qui se balance

----------droite
gauche
----------droite
gauche

Une pendule à l'heure
sans retardement
mais qui a la satanée caractéristique
de durer une éternité

----------tic
tac
----------tic
tac

Dis petit,
pourquoi mon coeur balance ainsi
alors que je viens à peine de te rencontrer ?
Y a-t-il ici
un message de notre destinée ?
Ou bien est-ce une intuition macabre
d'un vice qui ne va tarder à arriver
- me voilà apeurée à l'idée de te mettre en danger.

Haiko c'est vraiment
doux
ça détonne parmi les noms anglais
français
que j'ai l'habitude d'entendre
Haiko c'est tout frais
j'aime beaucoup
très joli
même si la beauté
n'a pas énormément d'intérêt
et que de ton côté
tu ne dois sans doutes pas avoir l'habitude
de l'entendre souvent prononcé
je le mime avec ma langue
silencieusement, bouche close
et j'aime beaucoup la manière dont il ne glisse pas
contre le palais
mais au contraire claque
avec douceur

comme la place que tu fraies discrètement dans mon coeur

Mais tu me demandes de garder
ces morceaux de nourritures avec moi
j'avoue, je ne sais pas quoi en faire
alors je les glisse dans mon sac
- nous verrons bien plus tard
Mes doigts s'entortillent
Parfois j'ai encore peur de me confronter
à la remontée du courant par les saumons

et c'est vrai que c'est effrayant

Je sors une feuille de papier
puis j'écris Mary dessus
en lettre imprimées
attachées
appliquée
pour la lui tendre
- Je peux prendre la tienne ?
Et toi la mienne
comme ça on gardera au chaud près de chacun
un morceau de l'autre
et ça fait du bien de ne pas se sentir seul
dans des instants de presque-solitude


----------droite
gauche
----------droite
gauche

oui
ce doit être ça
cette impression d'importance qui grandit
chaque seconde un peu plus
je te protégerai
contre ce monde horrible
qu'est le notre


à toi aussi ♥
Velina Adams
Velina Adams
Serpentard
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Demi-Vélane


Pendant le repas - Page 15 Empty
Re: Pendant le repas
Velina Adams, le  Lun 3 Déc 2018 - 17:28

RP avec Cara

Une gorgée de vin, et puis, un peu plus tard, jouer avec la purée et le cratère qui s'y forme pour accueillir la sauce. Un coup d'œil rapide sur la salle qui s'empiffrait, également, à son propre rythme, quoique multiplication de rythmes croisés et confus. Là-bas, un môme se curait le nez en pensant être discret. Mais comment parler de discrétion lorsqu'on s'installait à une table avec plus de 3 personnes, déjà ? En ce cas, ça n'existait sûrement pas. Et puis quoi ?
Presque au bout de la table du personnel, le bout de tout à droite. A gauche, quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, et dont ignorer l'existence, jusqu'à présent, ne lui avait pas causé le moindre mal. N'avait décroché mot, à part peut-être un bonjour sans véritable saveur, sans sourire forcé. Comme si, en ce sens, sa journée et celle de l'être sans visage allait changer. A droite, personne. Pion manquant du parfait banquet ; mais qui était Jésus ? Et qui était Judas ? Pas elle, en tout cas. Ne fricotait pas en arrière, ne se frottait pas les mains pour mieux regretter plus tard. Il y avait des rats plus aptes à ce boulot dans le château.

Ne voyait pas, au-delà des couvre-chefs divers, des coupes de cheveux variées. Où les pensées se baladaient-elles, dans ces tignasses étirées ? Peut-être que ça virevoltait, tels des poux en reconnaissance. Et si vite, si rapidement, que personne ne pouvait les voir s'échapper et aller de tête en tête, jusqu'à peut-être infester les plus éloignées.
Le cratère de purée la dégoûta. Les enfants de 10 ans faisaient ça, et elle n'était même pas capable de laisser la sauce y stagner plus de quelques instants. Elle avait déjà amené ça à sa bouche, pour mieux noyer le tout d'une gorgée de vin.

Encore, murmura-t-elle, pensa-t-elle plutôt, puisque les autres n'écoutaient de toute façon pas. Ses mirettes fugitives s'emparèrent du spectacle face à elle, d'allées et venues incessantes, en sirotant encore une longue gorgée de rouge. Le soir tombait, et la journée avait été lassante juste ce qu'il fallait. De quoi se noyer dans le poison d'un vignoble réputé.
Manger dans le silence d'une rixe bruyante, tout autour d'elle. C'était ça, la vie ?
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Pendant le repas - Page 15 Empty
Re: Pendant le repas
Cara De Lanxorre, le  Dim 9 Déc 2018 - 22:02


    Bancs bondés mais table des professeurs désertée, le dîner avait des airs de cours de récréation laissée à l’abandon. Bruyants, que ces animaux sans surveillance, piaillant de leurs becs caquetants, le récit de leur journée insignifiante. Cara souffle, bruyamment, d’un soupir désabusé. Il lui fallait, de temps en temps, descendre diner dans la Grande Salle pour se souvenir à quel point elle détestait prendre ces repas là-bas. Mais il était trop tard, désormais, elle était assise devant son assiette remplie d’un ragoût brunâtre, forcée de rester pour l’ingérer.

    Un regard, attrapé, de biais. C’était étrange, cette faculté de se savoir observé. Innée, la capacité à se retourner alors qu’on sent les yeux ainsi posés. La Directrice pivote, légèrement, croise le regard de la femme en bout de table. S’il y a bien des gens qui l’indiffèrent, ce n’est pas le cas pour cette professeure. Elle ne lui avait jamais parlé, Cara, retranchée derrière une barricade de dédain feint. Elle est la sorcière de Blanche-Neige, animée par le désir de rester la plus belle du Château. Et elle, la nouvelle, ne lui revient pas du tout. Car elle aussi, retourne les hommes sur son passage, trouble leur regard. Miroir, miroir, qui est la plus belle ? Le miroir, c’est elle.

    Cara la regarde encore, un peu, en coin, œillades. Et puisqu’il faut bien amorcer quelque chose, un rapprochement poli, maintenant que les yeux se sont jaugés, repousser la chaise, se lever. Attraper le plat posé près d’elle, le déposer devant la nouvelle professeure. « Si vous n’aimez pas la purée, essayez le ragoût ». Cheval de Troie gastronomique.
Velina Adams
Velina Adams
Serpentard
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Demi-Vélane


Pendant le repas - Page 15 Empty
Re: Pendant le repas
Velina Adams, le  Jeu 13 Déc 2018 - 23:15

Elle s'approcha, comme Reine de glace. Et fut d'ailleurs la première à parler.
Aya, épines dans les yeux, la jaugea, verre de vin entre ses doigts gracieux. L'autre belle lui proposa du ragoût et, sans savoir pourquoi, Aya prit la proposition pour disgracieuse. Ragoût, ça sonnait mal, un peu mauvais genre ; ragoût, ça ne résonnait pas comme il fallait dans la bouche, pas assez bien sur la langue. On aurait dit un trop plein de purée, justement, dans une bouche qui avalait mal, quelque chose de triste, de carrément pas intéressant en fait. Et vu la texture, ça n'en avait pas que le son.
- Merci bien, mais quelque part, je crois que je préfère m'en tenir au vin, répliqua-t-elle, un peu railleuse, sans lâcher du regard l'Autre dont elle ne savait rien, à part qu'elle partageait un même trait, ou peut-être plutôt la même esquisse de beauté pure, insolente. Qui était-elle ? À part la Directrice de Serpentard qu'elle connaissait, même si ce n'était que de loin.

Autre Beauté lointaine, presque surnaturelle. Pas similaire en tout point à la sienne, bien au contraire. Elle brillait d'un autre éclat, et l'une comme l'autre, elles n'avaient rien à s'envier ; mais qui pouvait y songer lorsque Jalousie pointait le bout de son nez ? S'observer en biais, de peur de trop oser, peut-être de se mouiller. L'avoir déjà croisé dans les couloirs, c'était certitude, fait même. A conjuguer au passé, et puis encore aujourd'hui d'ailleurs. Elle hantait Poudlard par sa stature, son allure équivalente. Sans le savoir, sans même le comprendre, elles étaient rivales.
Mais elle le sentait, la blonde. Elle ne s'était déplacée pour rien ; et Aya avait le flair pour ça. L'Autre le savait déjà. Ça coulait dans leurs veines comme un vent fou qui s'épanchait sur les flots. Une conviction, que peut-être quelque chose les réunissait, chose qui pouvait aussi les déchirer au moindre mouvement brusque, à la moindre erreur. Fatale. Elles étaient appâts et prédatrices, un vrai tout à la fois.
- Vous êtes la Directrice de Serpentard, c'est ça ? Je ne crois pas vous connaître, ajouta-t-elle, presque piquante. Sans même savoir pourquoi, puis continuer : Je suis Aya. Aya Lennox.

Non, ne pas dire qu'on était enchantée ; surtout quand on ne l'était qu'à moitié. L'étiquette ne voulait pas qu'on s'enchante au premier contact. D'abord, il s'agissait de jauger. Et puis alors seulement, on verrait si au charme on avait ne serait-ce que succombé.
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Pendant le repas - Page 15 Empty
Re: Pendant le repas
Cara De Lanxorre, le  Dim 3 Fév 2019 - 16:38


    L’autre refuse et Cara en est outrée. Les yeux se plissent, la Directrice se sent insultée. Elle n’y est pour rien, pourtant, dans l’élaboration de ce ragoût dégoutant, Elfes de maison incapables. Mais déjà, le ton est donné, et il n’est pas amical. Les yeux bifurquent vers le verre rempli de pourpre à la mention du breuvage, léger étirement des lèvres. « Chacun sa faiblesse », et pour elle, l’obstinément abstinente, ce n’était pas l’alcool. Elle ne pouvait s’empêcher de regarder avec suffisance ceux qui étaient ainsi tentés, impression d'une maitrise dont les buveurs étaient dépourvus.

    Elle hésite à s’asseoir, entame le mouvement, la main sur le dossier de la chaise voisine à l’autre. Et puis avorter le geste, car dans ce qui ressemble à une joute, il est toujours préférable de dominer l’adversaire. Alors, elle la juge du regard, yeux baissés sur la femme assise. Deuxième attaque – Je ne crois pas vous connaître. Touchée. Elle tente de rester de marbre, mais à l’intérieur, la langue mord le palais, raidit la mâchoire. Qu’on ne l’aime pas était une chose, mais qu’on ne la connaisse pas ? Rien de pire que cet affront, pour celle qui veillait consciencieusement à se faire remarquer de chaque âme – vivante ou morte – de ce Château.

    « Lennox ? Lennox... » Pause, réflexion feinte, faire semblant de fouiller les souvenirs « Non, ça ne me dit rien. Pardonnez-moi, je souffre d’une mémoire sélective ; je ne me souviens que des grandes familles » Haussement d’épaules, vraiment elle n’y est pour rien, si elle est incapable de retenir les noms insignifiants. « Enchantée, malgré tout » qu’elle ajoute. Sourire de convenance, faux. « Et pourquoi êtes-vous... Hmm » Le doigt désigne la table des professeurs, s’agite. « Assise ici ? »
Contenu sponsorisé

Pendant le repas - Page 15 Empty
Re: Pendant le repas
Contenu sponsorisé, le  

Page 15 sur 15

 Pendant le repas

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.