AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 1 sur 4
Moscou, capitale de la Russie
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Catherine Holmes
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Moscou, capitale de la Russie

Message par : Catherine Holmes, Ven 31 Jan 2014 - 18:55


PV: Melinda Bobbin

Bons baisers de Moscou!



Quelques heures plus tôt...

Immense. Impériale. Glaciale. Voilà les mots qui me venaient à l'esprit alors que je traversais la capitale russe en limousine. Mon père m'avait emmenée, ainsi que mes frères et sœur et ma mère, à la découverte du plus grand pays du monde. En tant que diplomate de renommée internationale, il se devait de se rendre à ce sommet d'importance cruciale, dont dépendrait le sort de plusieurs milliers de personnes.

Et pendant ce temps, devinez qui faisait du tourisme? Eh oui. Parce que maintenant qu'on était là, à part mon frère aîné qui avait le droit d'assister à certaines conférences et ma mère qui planchait sur les aspects juridiques de certains dossiers, nous n'étions plus que la famille parfaite du ministre Holmes, priée de se rendre dans les quartiers prestigieux de Moscou, pour y faire du shopping ou rencontrer d'autres gosses de riches, et ce bien loin des choses intéressantes.

En temps ordinaire, j'avoue sans honte que j'aurais adoré cela; mais pas ici. Pas alors que le Kremlin était un palais fermé au public, renfermant toutes les archives russes connues. Même si les avenues commerçantes riches avaient de quoi attirer un moine ayant fait vœu de pauvreté.

J'enrageais d'être tenue à l'écart, forcée une fois de plus de rentrer dans le moule rigide de la mondanité. D'habitude, j'aimais assez ce mode de vie privilégié; mais là je bouillais d'impatience à l'idée que la réception de ce soir, la dernière avant le retour à Londres, m'ouvrirait enfin les portes tant recherchées de la forteresse rouge, occasion unique.

Ah, parce que vous pensiez que j'allais assister à la réception? Désolée de vous décevoir. Je comptais bien profiter de cette chance qui ne se reproduirait pas. Les archives impériales allaient être à moi pour une nuit!



~~~~


Je me tenais au pied de l'escalier de marbre, vêtue d'une robe bleue. Le bleu était l'une des couleurs du drapeau russe, et le ton de la robe modèle victorien était un flamboyant hommage au pays de la vodka. La coupe particulière mettait en valeur ma taille fine, ce qui était toujours un avantage de pris. On pouvait penser que, pour fausser compagnie à la bonne société qui évoluait dans cette salle, ce n'était pas la tenue appropriée. Mais on aurait eu tout faux. Sous cette robe ample, mes longues jambes avaient tout l'espace pour piquer un sprint, au cas où cela se révélerait nécessaire. Même si, pour éviter cela, j'avais emporté ma baguette avec moi. Bah oui, quitte à être une sorcière, autant que cela serve!

Parée ainsi à toute éventuelle poursuite, je me rappelai les leçons de russe prises quelques semaines avant le départ et tendis mon manteau de fourrure (parfaitement imitée, mais tout à fait synthétique bien sûr) au préposé.

Vot moye pal'to (voici mon manteau) lui dis-je dans un russe presque sans accent. Pozabot'tes' o! (prenez-en soin) ajoutai-je, espérant que cette consigne suffirait.

Je me mis à grimper, une marche après l'autre, saluant les autres diplomates présents, fermement accrochée au bras de Fred, regardant discrètement partout. Ni lui ni moi n'étions habitués au faste russe. Parce que les réceptions, oui. Les soirées mondaines oui. Mais les Russes avaient la manie de toujours tout faire à l'échelle du pays: énorme.
Nous parvînmes à la porte de la salle de bal, où l'on nous annonça d'une voix sonore. Je lâchai mon frère et me glissai dans la foule. Je comptais rester quelque peu, histoire de mieux me faire oublier, avant de disparaître, direction les archives!

Sauf que... Un visage retint mon attention. Je l'avais déjà vue, elle! Oui, cette blondasse à côté d'un homme plus âgé qu'elle, juste à côté de la vieille douairière aux airs de fouine!! Mais d'où me revenait sa tête? Ça, aucune idée...

Je chassai cette pensée absurde de mon esprit; après tout d'où aurait-elle pu être? Je ne connaissais personne d'autre que les Anglais ici, et cette fille ne faisait à ma connaissance pas partie de la délégation. Je me dirigeais vers le bar, lorsque son nom me revint en tête. Melinda Bobbin. Je savais, que je la connaissais!! Je le savais, par le caleçon de Merlin!

Réprimant un sourire à cette pensée, je me dirigeai vers l'endroit que je venais de quitter; je saluai la blonde d'un geste qui signifiait *viens un peu ici qu'on discute...*
Revenir en haut Aller en bas
Melinda Bobbin
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Melinda Bobbin, Ven 31 Jan 2014 - 20:17



{RP avec Catherine Holmes}


Cher journal,
Le Jet privé est trop petit, les hôtesses ne connaissent même pas mon nom et j'ai due attendre au moins 10 minutes pour pouvoir boire mon cocktail en plus trop froid ! Non mais mon père avait assez d'argent pour nous payer au moins quelque chose de "convenable" mais non... Il a préféré payer "moins cher" car 'il faut faire des économies". Qu'est ce que ça fait juste une petite centaine de Dollar en plus ?
Bon, on est enfin arrivés en Russie ! Je vais pouvoir aller m'acheter une nouvelle robe pour la réception de ce soir ! A ce que l'on dit, les boutiques de Moscou son incroyable. On verra ça !


Mel'


Je referma mon journal puis remis ma veste de cuire couleur écrue. L'avion ralentit puis s'arrêta. Je me tenais devant la porte qui s'ouvra quelques secondes plus tard. Le soleil m'éblouis, je mis mes lunettes de soleil et attacha mes cheveux. Je descendis avec grâce de l'engin, mon sac à la mains et suivis mes parents jusque dans la voiture. Une magnifique Porsche blanche était garée non loin du Jet. Mon père salua d'un signe de la main le conducteur qui ouvrit la porte de derrière. Mon père me laissa monter la première, puis ma mère qui remercia l'homme, celui-ci était surement un modlue.  

La voiture nous arrêta dans un quartier où les boutiques de luxe s'étendaient à perte de vue. Je décida sans attendre mes parents d'entrer au hasard dans une boutiques dont les vitrines étaient magnifiquement décorées de guirlandes dorées.
Après une dizaines de boutiques, j'avais enfin trouver une robe rouge très bien taillée pour la réception.



~~~


J'entrai dans le magnifique château presque désert. Mon père nous avait bassiner pour y aller le plus tôt possible. Une homme s'avança vers nous et dit quelque chose qui ressemblait à du Russe. A vrai dire, j'en avais vraiment rien à faire de mes courts de Russe. Il prit nos manteaux et s’éclipsa. Mon père me tendit le bras puis fit de même à ma mère. Nous montâmes toutes deux aux bras de l'homme le plus important à nos yeux. Arrivés en haut du magnifique escalier, nous allâmes saluer les premiers arrivés. Je me contentais d'un simple "Enchantée !" en m'inclinant légèrement en tentant d'imiter ma magnifique grand-mère qui avait toujours était un modèle pour moi.
Certains hommes, assez âgés, me baisaient la main, d'autres me saluaient d'un signe de la main.

Après avoir fait le tour tel une princesse faisant le tour de ses invités, je me dirigea vers le bar et demanda une vodka. Quoi ? Juste une !
Je regardais autour de moi, il n'avait pas l'air d'y avoir la moindre personne de mon âge ici !
Après quelques minutes à rêvasser devant le bar, mon père me rejoint en me faisant signe qui voulait dire "va doucement sur la boisson !". Soudain, j'aperçue une jeune femme dont le visage m'était familier. Elle me regarda et me sourit. Je fit signe à mon père que je revenais me dirigeant vers la jeune fille.

"Salut, je te connais non ?" J'étais de nature très directe.

Attendant une réponse de la femme qui se tenait face à moi, je pris une coupe de champagne sur un plateaux que me tendait un serveur.
Revenir en haut Aller en bas
Catherine Holmes
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Catherine Holmes, Dim 2 Fév 2014 - 10:51


Les invités évoluaient gracieusement, parlant entre eux de sujets mondains sans aucune importance. Les discussions sérieuses avaient cessé pour un temps, même si toutes les personnes présentes ici savaient qu'elles reprendraient dès le lendemain. Enfin, toutes... Certaines semblaient n'avoir rien à faire ici. Prenons par exemple Bobbin. Son nom m'était connu, mais pas sa raison d'être ici. Elle ne faisait pas partie de la délégation, n'était pas Russe (ou du moins pas à ma connaissance...), n'était pas adulte, ne pouvait donc pas participer aux débats. Et pourtant elle était là.

Salut, je te connais non ?

Ookay. Respire...me dis-je. C'était quoi cette blague? Elle avait grandi où, sur les Docks? Non mais vraiment, comme disait l'autre! Aucune politesse, aucunes manières... Cette fille n'avait décidément rien à faire là! Alors d'où, pour l'amour de Circé, pouvait-elle bien sortir?!!
En effet, nous nous connaissions, comme elle l'avait si impoliment dit. Seulement je ne pouvais me rappeler d'où. Mais était-il possible que... Qu'elle soit à Poudlard? Plus j'y pensais plus cela me semblait crédible. Sauf que ça n'expliquait pas sa présence dans ce palais... Je décidai pour une fois de passer outre. Et de me débarrasser de l'encombrante aussi vite que possible. Hors de question d'avoir une nouvelle riche aux basques pendant que je m'introduisais dans le lieu le mieux gardé du pays!

En effet lâchai-je du ton le plus glacial possible. Puis, faisant mienne la célèbre maxime qui dit que la meilleure défense c'est l'attaque: mais je ne me souviens pas d'où... Auriez-vous l'amabilité d'éclairer ma lanterne?

Et voilà. Maintenant Miss Bobbin se retrouvait coincée à me dire qu'elle venait de Poudlard. Ou bien à m'inventer un mensonge. Qu'allait-elle me sortir?

Détournant déjà mes pensées de cette conversation, je réfléchis à mon plan d'évasion. Je ne pouvais pas repasser par l'escalier de marbre, trop de gens m'auraient vu partir. Je ne pouvais pas non plus m'éclipser comme cela par une porte de service. Je n'avais pas l'habit adéquat pour me faire passer pour une domestique... Quoique cela pouvait se régler assez facilement; vive la magie!
Revenir en haut Aller en bas
Melinda Bobbin
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Melinda Bobbin, Lun 3 Fév 2014 - 15:03


"En effet... Dis la jeune femme d'un ton sec.
J'avais horreur que l'on me parle comme cela !

Je lui lança un regard froid puis souris de manière forcée de façon à ce qu'elle le remarque.
Mais où l'avais-je déjà vu ? Ce visage, je l'avais croisé des dizaines de fois, mais où ?
... Soudain son nom me revint à l'esprit: Holmes ! Caty Holmes ! Euh.. Non.. Catherine Holmes !! Mais toujours aucune idée du lieu où je l'avais rencontré.

La femme enchaîna:
- Mais je ne me souviens pas d'où... Auriez-vous l'amabilité d'éclairer ma lanterne?

*... Poudlard ! Ces manière je les connais !* Oui, c'était elle qui se pavanait toujours dans les couloirs de l'école avec ses manières de petite fille pourris gâtée. C'était une serdaigle ! Mais je n'allait tout de même pas lui dire que je venais de l'école de sorcier ! En plus, il y'avait beaucoup de monde autour de nous. Ou alors... cette garce le savait mais voulait me piéger...
*Tu ne m'auras pas comme ça !* pensais-je.
Il fallait tout de même que je trouve une réponse censée.

- Je ne me rappelle plus très bien... Dis-je en cherchant la suite de ma phrase. Peut être à une réception organisée par mon oncle ! Continuais-je en montrant du regard le frère de mon père qui était apparu à ma grande surprise.
Celui-ci était un très grand homme, riche et était très populaire dans la haute société, mais je ne m'attendais pas à le voir ici.

- Ehh !!! Une serveuse venait de faire tomber son plateau de petits-four sur mes nouveaux escarpins noirs. Ceux-ci avait étaient tâchés de sauce-tomate.

- Non mais ils ne peuvent pas engager des serveur un peu plus compétant ?! Hurlais-je.

La serveuse alla chercher une serviette en tissu et tenta d'essuyer l'énorme tâche de tomate étalée sur mes chaussures, mais cette saleté ne voulait manifestement pas s'enlever.
Je retira mon pied des mains de la jeune femme, celle-ci se redressa gênée et s'enfuie le visage rouge comme l'était à présent mes pieds.

- Excusez moi !

Je partit me réfugier dans un coins en espérant que Holmes ne m'ai pas suivit, je regarda autour de moi puis sortit ma baguette et la pointa vers la trace.

- Récurvite ! Chuchotais-je.

Je rangea ma baguette et me retourna. Je sursauta. Cette peste avait tout vue...
Revenir en haut Aller en bas
Catherine Holmes
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Catherine Holmes, Mar 11 Fév 2014 - 16:15


Si l'on imaginait que je me déguiserais en servante, cela allait compliquer l'accès aux archives. Elles étaient gardées jour et nuit par des molosses de la police secrète, et ceux-ci ne croiraient certainement pas à une histoire de nettoyage de printemps. D'autant plus que nous étions en plein hiver.
Une voix stridente interrompit mes réflexions.

Je ne me rappelle plus très bien... Peut être à une réception organisée par mon oncle !

Intéressant. Bobbin avait donc choisi le mensonge. Son oncle, je le connaissais en effet, mais de réputation seulement. Et elle n'était pas exactement flatteuse... Contrairement à mon père, issu de l'aristocratie, d'une famille respectée depuis plusieurs générations, l'oncle de Miss Menteuse était l'un de ces nouveaux arrivés, sans manières aucunes, sans savoir-vivre et sans la moindre, la plus élémentaire politesse. La preuve? La présence ici de sa nièce...
Passant sur ce détail mais ayant bien l'intention de m'en servir en temps utiles, je revins à la scène qui se jouait devant mes yeux. Une serveuse maladroite venait de laisser tomber des canapés au sol. Pile entre nous. Ils avaient surtout éclaboussé les chaussures hors de prix de mon interlocutrice, mais je repérai également quelques taches malvenues sur ma robe. Une occasion comme une autre de m'éclipser en toute innocence...

Tandis que Bobbin hurlait à pleins poumons sur l'incompétente, je m'éloignai petit à petit. Etre au centre de l'attention n'était pas exactement le meilleur moyen de s'éclipser. Je surpris un regard de l'autre de mes frères: Sam était le seul auquel j'avais confié mes projets de soirée. Il me couvrirait au besoin, prétendant avoir dansé avec moi la minute d'auparavant, et me préviendrait si l'on me cherchait un peu trop instamment.

Une idée, une idée, vite! Je poussai une porte menant à un salon adjacent, la laissant entrouverte pour m'éviter les mauvaises surprises. Je jetai des rapides coups d’œil autour de moi, cherchant quelque chose, un accessoire qui aurait pu m'être utile, un vêtement pour me déguiser,... Mais bien évidemment, rien ne traînait dans les salons des Tsars.

Récurvite !

Même chuchotée, l'incantation parvint distinctement à mes oreilles sensibles. Sachant pertinemment qu'aucun de mes frères n'aurait la stupidité d'utiliser un sort à la vue de tous, je sortis de ma cachette et pris le bras de l'inconnue-pas-si-inconnue-que-ça.

Tu fais quoi là? Tu connais pas les règles pauvre idiote??

Si elle se faisait prendre usant de magie dans un lieu aussi empli de Moldus, il n'y aurait pas qu'elle qui aurait des ennuis! J'attirai la blondasse dans le salon, fermai les portes en vérifiant que personne ne regardait et me tournai vers l'intruse.

Bon, tant pis pour la discrétion; de toute façon... soupirai-je.

Je regardai Bobbin droit dans les yeux et lui demandai

Ça te dit une petite virée dans les coins secrets de ce Palais?

Après réflexion, une escapade comme ça, mieux valait avoir quelqu'un avec soi, ne fût-ce que pour être plus convaincant. Seule, j'aurais difficilement tenu tête aux molosses apparentés à la Mafiya. Même James Bond, le célèbre agent secret des Moldus, avait toujours quelqu'un pour lui tenir compagnie et le seconder! Et j'avais déjà une petite idée du rôle de la blonde dans mes plans...
Revenir en haut Aller en bas
Melinda Bobbin
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Melinda Bobbin, Dim 16 Fév 2014 - 11:29


- Récurvite ! Chuchotais-je.

Je rangea ma baguette et me retourna. Je sursauta. Cette peste avait tout vue...
Elle me regardait avec un aire choqué.

- Tu fais quoi là? Tu connais pas les règles pauvre idiote??

*Pauvre idiote ?* Pensai-je . Comment osait-elle ?

-Qu'est ce que tu fais là ! Oh et puis laisse tomber, tu sais combien ça coûte ces trucs là ?! Râlai-je tout bas.

- Bon, tant pis pour la discrétion; de toute façon... Rétorqua la Catherine.

Elle me regarda dans les yeux et continua comme s'il ne c'était rien passé:

- Ça te dit une petite virée dans les coins secrets de ce Palais?

Mais qu'avait-elle derrière la tête ? Pourquoi me demandait-elle ça à moi ? Après tout, elle m'avait bien fait comprendre qu'elle ne m'appréciait pas beaucoup. Mais bon, pourquoi pas ?

- Euh... Pourquoi pas ? Allons y ! Et où as-tu l'intention d'aller ? C'est gigantesque ici ! Répondis-je.

Oui, j'adorais fouiner n'importe tout, et l'immensité du palais était encore plus excitante.
En effet, même l'immense manoir de la famille Bobbin ne faisait pas le poids face à ce châteaux.
Nous avançâmes vers le gigantesque escalier en bois ciré et commençâmes à monter sans bruit.
Revenir en haut Aller en bas
Catherine Holmes
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Catherine Holmes, Dim 16 Mar 2014 - 16:32


RP très court et tout pourri, désolée...

Si je ne ressemblais pas du tout à la fille du Président russe, c'était au contraire le cas de Melinda Bobbin. Même si cette fichue nouvelle riche ne le savait certainement pas, il aurait suffi d'un ou deux sorts de modification d'apparence pour tromper même le plus aguerri des gardes suisses!
Mais je gardai cette idée enfouie dans un recoin de ma tête et suivis la blondasse dans un escalier dérobé. Enfin, dérobé, mais quand même plus large qu'un escalier moyen! Les Russes ne savaient rien faire sans gigantisme, c'était vraiment exagéré...

En avançant, je saisis ma baguette, que j'avais ingénieusement placée dans une pochette spécialement cousue à cet effet sur l'un de mes jupons. Vraiment pratiques, les robes victoriennes. J'informulai un rapide Accio et vis mon sac apparaître. Je l'attrapai et me mis à fouiller après...
Ah, elles étaient là. Une paire de ballerines souples, faciles à enfiler et à glisser dans un sac, surtout si celui-ci était doté d'un sort d'Extension indécelable. Je trouvai également un top à manches courtes.

Je m'arrêtai sans bruit, laissant la blondasse me distancer. Je me changeai rapidement (puisque j'avais tout prévu, j'avais enfilé un pantalon slim sous ma robe. J'enlevai cette dernière le plus silencieusement possible puis finis de m'habiller, défis mes longs cheveux bruns et courut pour monter les marches qui me séparaient de Melinda.

Tout cela était digne d'un film d'espionnage de série B, songeai-je une nouvelle fois. Mais je ne pris pas le temps de m'y attarder et ne pus résister au plaisir de tapoter sur l'épaule de ma condisciple, histoire de voir sa tête lorsqu'elle me verrait ainsi métamorphosée.

Devine qui c'est ? glissai-je avant de sourire largement. J'étais enfin prête, et mon plan se faisait de plus en plus clair maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Invité, Ven 19 Sep 2014 - 17:11


(( Le sujet n'a pas eu de réponse depuis belle lurette, donc je poste... ))


Easy truth
-- Fragment de mémoire [RMK_G32_8F] --



/!\ Attention : pour une fois, pas de violence ! /!\

[...3 ans auparavant...]



Rurik se trouvait dans une salle dont le seul éclairage était fourni par cette ampoule bas de gamme qui ne cessait d’émettre un fin vrombissement, comme si un insecte infatigable avait entrepris d'arpenter éternellement cette pièce. Quelques étages en profondeur, personne ne pouvait entendre crier les prisonniers de son groupe. Mais au lieu d'en venir à la torture, le russe savait comment s'y prendre pour récupérer les informations tant désirées. Face à lui, un homme semblait tétanisé, son teint cireux et ses longs cheveux gras lui donnaient un air de sans-abri.

« Écoute, Marko, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, nous avons gagné sur tous les fronts, alors laisse nous terminer cette guerre stupide sans effusion de sang.
- Vous allez tous les tuer si je vous le dis !
- Tout à fait, mais uniquement eux... Et si tu coopères, tu ne feras pas partie du lot.
- Mais eux vont s'en prendre à moi si je parle... Je ne peux pas...
- Très bien, je comprends...
- Vraiment ?
- Bien sûr, tu n'es pas le seul à nous être tombé entre les pattes, et puis apparemment on a déjà nos réponses. »

L'imposant criminel avait fait semblant de jeter un œil à l'écran de son téléphone portable.

« Ouaip, on a ce qu'il nous faut, on va pouvoir aller buter ce sale type... Par contre on préfère te garder le temps d'en finir, comme ça dès que ce sera terminé, on pourra te relâcher et tu pourras retourner chez toi. Je ne vois pas l'intérêt de te tuer, vu que c'est ton chef qui tirait les ficelles. Toi t'es qu'une raclure... »

Le dénommé Marko semblait se détendre, et c'est à ce moment là que Rurik se décida d'agir : il était seul avec cet homme pour l'interroger, il pointa donc discrètement sa baguette sur le moldu et grommela "Legilimens". Aussitôt l'espace tout autour de lui se brouilla, il se sentit propulsé dans l'esprit de cet homme. Sa cible était faible : acculée par un groupe rival, fatiguée après une grosse frayeur, détendue après lui avoir révélé qu'il pourrait retourner à une vie paisible... Les barrières de son esprit étaient aussi inutile qu'un portail entre deux haies fanées.

Des souvenirs l'assaillirent, lui donnant l'impression qu'une foule s'était accumulée face à lui, tentant de le repousser, comme si l'on essayait de l'éjecter hors des pensées de sa cible. Un petit garçon riait en regardant une balle rebondir dans le salon d'une maison. Des chevaux gambadaient sur un écran de télévision tandis qu'un homme installé dans un fauteuil lisait un journal. Une jeune fille s'approchait, fermant lentement ses yeux et avançant son visage.

Le sorcier se concentra, car même un esprit faible demeurait complexe. Il lui fallait dicter ses propres règles, aborder les sujets qu'il souhaitait. Il l'avait déjà fait de nombreuses fois ces dernières années, cela lui semblait toujours être une épreuve, mais globalement, il s'améliorait à chaque fois. Les flash s'arrêtèrent brusquement et Rurik se servit de ses pouvoirs pour forcer cet homme à songer à ce qui l'intéressait, un peu comme lorsqu'il manipulait quelqu'un avec l'Imperium, mais cette sensation étrange, ni agréable, ni désagréable, se répandait dans tout son corps. Tout ceci n'était qu'une réflexion de son propre esprit, ses efforts psychiques se traduisaient en réactions physiques, sans doute car il était un habitué de l'exercice sportif, des rencontres brutales, des combats... Ainsi, il parvint à atteindre correctement l'esprit de ce Marko.

Une voiture se gara dans une allée sale, comme il en existait par milliers dans la capitale. Le sorcier aperçu brièvement le nom de la rue, ne brisant pas encore le lien. L'homme qu'il "suivait" entra par une porte dissimulée derrière un faux pan de mur, s'avançant dans un couloir sombre, suivie d'une volée d'escaliers descendant vers ce repaire de malfrats : une grande salle, des caméras, des gardes... Toutes les données étaient là.


« Ça fera amplement l'affaire » fit-il sombrement en brisant le lien.

Tout autour de lui, la salle d'interrogatoire réapparut : sa vision fut brouillée pendant quelques secondes, mais il avait l'habitude de ce genre de "retour à la réalité", entre le transplanage et la legilimancie, son cerveau s'était habitué à devoir réinterpréter rapidement ce que percevaient ses yeux.

« Qu'est-ce que...qu'avez-vous fait ? »

Désorienté, à nouveau terrifié, cette fois ci par le phénomène auquel il venait d'assister, le moldu tenta de se redresser, en vain, forcé à nouveau sur sa chaise par l'imposant sorcier.

« Vous m'avez... J'ai  vu...
- Oui oui, je sais, je l'ai vu aussi, c'était un peu le but, après tout... Merci pour l'information, vous ne m'êtes plus d'aucune utilité. »

Les yeux du pauvre homme s'écarquillèrent au moment où Rurik quitta la salle, s'adressant en même temps à ses deux collègues ayant attendu à l'extérieur.

« C'est bon, butez-le, puis rejoignez-moi en haut. »

Le russe n'avait absolument aucun remords : il avait un avantage sur toute cette populace moldue, autant en profiter. Sonder l'esprit des autres criminels était toujours une activité enrichissante. Il savait maintenant où se terraient ceux qui avaient menacé les siens. La nuit promettait d'être... sanglante.

[RP unique, sujet à nouveau libre, donc !]
Revenir en haut Aller en bas
Simon Wyatt
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Simon Wyatt, Lun 20 Oct 2014 - 16:54


[PV Levine Koenig]

Moscou, non loin de la rue Arbat | 21h32 | -5°C

Le froid sec qui s'abattait sur la capitale parvenait à s'insinuer avec une facilité déconcertante à travers les différentes couches de vêtements qu'avaient superposées le jeune homme. Heureusement, les rues pavées du vieux Moscou regorgeaient de bars et de restaurants d'où s'échappaient d'agréables vagues de chaleur. C'est bien pour ça que Simon parcouraient ces rues, alors même qu'il n'avait pas assez d'argent moldu dans les poches pour acheter ne serait-ce qu'un bol de borsch.

Cela faisait maintenant quatre jours qu'il avait quitté l'Angleterre. Son voyage s'était organisé au tout dernier moment, il n'avait même pas eu le temps de revoir Lib'. Juste le temps de fourrer quelques affaires et l'argent qu'il avait économisé pendant l'été dans un sac, et le voilà en route pour un terrain vague de la ville la plus proche où des départs en Portoloin étaient organisés tous les jeudis en direction de Moscou.
Et depuis, il profitait des charmes de la capitale russe, sans savoir où il dormirait ni qui il rencontrerait. Mais ce qui était sûr, c'est que ce voyage comblait ses espérances. Il goûtait enfin à l'indépendance et à la débrouille qui allait avec.

Toutefois, il admettait que c'était parfois un peu effrayant, surtout dans ce pays où la température tombait très rapidement en dessous de zéro. L'essentiel était de réussir à trouver un toit. Et ce soir, il était quasiment sûr de trouver le bar de sorciers qu'il cherchait depuis son arrivée. Plongeant avec difficultés sa main dans son pardessus, il déchiffra le nom de la rue griffonné par le vieillard qui l'avait renseigné quelques heures plus tôt. Heureusement pour lui, ça n'était pas écrit en cyrillique. Il touchait au but.

Après avoir traversé une petite place envahie par de jeunes moscovites réchauffés par la vodka, Simon avisa une porte miteuse, sur laquelle une inscription à moitié effacée annonçait le nom du bar : Au Grizzli de feu. Le jeune homme scruta rapidement la rue avant de pousser la porte.

L'intérieur n'était pas beaucoup plus brillant que ce que laissait présager la porte d'entrée. L'ensemble était sombre et un peu crasseux. Mais il était bien au bon endroit. Deux mages discutaient discrètement, leurs couvre-chefs, à mi-chemin entre des chapeaux pointus et des chapkas, penchés l'un vers l'autre.

Le jeune homme s'empara d'un tabouret libre devant le bar et grimpa dessus, abandonnant son sac sur le sol. S'éclaircissant la gorge, il lança au serveur :

- Privet. Vodka pozhaluysta. [Bonjour. Une vodka s'il vous plait.]

[HS : La phrase en russe, c'était juste pour le folklore, hein, on continuera normalement^^ Et puis je ne sais pas si Google Translate est très fiable Razz]
Revenir en haut Aller en bas
Levine Koenig
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Levine Koenig, Lun 20 Oct 2014 - 17:53


[PV Simon Wyatt]

Levine en avait vraiment marre. Il n'en pouvait plus. Une nouvelle correction et pourquoi ? Tout simplement parce qu'il avait eu le malheur de prendre sa petite sœur, Astrid, dans ses bras en présence de son patriarche. Le jeune homme avait une nouvelle fois subit le courroux de son père... Il avait passé plus de dix minutes avec celui-ci, enfermé dans son bureau. Dix minutes, seulement dix minutes qui avaient paru une éternité au russe. Son père lui avait d'abord ordonnait froidement qu'il s'explique sur son comportement et le Serpentard n'avait rien trouvé de mieux à répondre qu'il n'avait pas à s'expliquer, que c'était normal de montrer l'amour qu'il portait pour sa petite sœur. Bien évidemment, ce n'était pas la bonne réponse et son père lui avait lancé le Doloris. Trente secondes, pas plus. Cinq fois. Puis, son père lui avait ordonné de sortir de son bureau et lui avait dit qu'il ne serait pas le bienvenu à table ce soir-là.

Levine était alors sorti de chez lui, après s'être habillé chaudement. Il était habitué aux températures de son pays, mais tout de même. Finalement, après avoir réfléchie un moment dehors, il était reparti à l'intérieur, partant pour le salon privé de la famille. La pièce avait été vide, c'était donc parfait. Il avait salué les tableaux de différentes personnes accrochés dans la pièce, puis celui de Severus Snape, qui était accroché juste au-dessus de la cheminée, sans que celui-ci ne lui réponde. Il prit alors une pincée de poudre de cheminette, les jetant dans les flammes en tonnant haut et fort :

- Au Grizzli de feu !

Il connaissait le gérant, il comprendrait qu'il ne voulait pas passer la nuit chez lui et lui offrirait sans aucun doute possibles le couvert et un toit pour la nuit. Le lendemain, Levine repartirait chez lui le plus tôt possible en espérant que ses parents n'aient pas remarqué son absence. S'ils le remarquaient, il serait bon pour une nouvelle correction.

Il se jeta dans les flammes vertes et disparu dans un tourbillon. Il vit plusieurs salons rapidement avant de ralentir et de voir enfin l'auberge miteuse. Il sorti de l'âtre de la cheminée sans aucun soucis, enlevant les poussières imaginaires de sa longue cape noire. Il jeta un coup d’œil aux personnes présente : il connaissait tous les habitués. Il salua donc les deux types louches qui discutaient dans un coin sombre, salut qu'ils rendirent, avant de se diriger vers le comptoir. C'est à ce moment-là qu'il remarqua un homme assit sur l'un des tabouret. Il avait l'air de vouloir se réchauffer, mais avec le temps dehors ce n'était pas étonnant.

- Bonsoir, dit-il en russe.

Il s'installa à côté de l'inconnue, ce tournant vers le gérant :

- La même chose que d'habitude, s'il te plait, steak de dragon et Vodka. Je prends une chambre cette nuit.

Le gérant ne fit aucun commentaire, devinant surement la raison de la visite de l'héritier de Sang-Pur. Levine s'étira légèrement, avant de se tourner vers l'inconnue.

- Je ne vous ai jamais vu ici. Vous venez d'arriver ?

Il remarqua alors le sac.

- Ou alors vous êtes un étranger ? demanda-t-il avec un sourire.

C'était le seul endroit en Russie au le jeune Koenig pouvait se montrer tel qu'il était vraiment, sans craindre que son père l'apprenne.
Revenir en haut Aller en bas
Simon Wyatt
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Simon Wyatt, Lun 20 Oct 2014 - 23:14


Alors que le serveur préparait sa vodka, un type sortit de l'âtre présent dans la salle. Il était assez jeune, plus jeune que lui certainement. Le jeune homme songea que les jeunes russes n'avaient certainement pas les mêmes restrictions d'accès à ce type d'établissements qu'en Grande-Bretagne.

Simon l'avait observé à la dérobée mais il reporta son attention sur le serveur lorsque le nouveau venu s'installa à ses côtés sur le tabouret.  Il le salua et le Gryffon ne put s'empêcher de constater que, contrairement à lui, il parlait russe sans aucun accent. Simon hocha légèrement la tête. Il avait des notions de base en russe, qu'il avait dû mobiliser depuis quelques jours. Mais il n'était pas assez bon pour comprendre une conversation entière. Aussi, lorsque l'homme s'adressa au gérant, il ne put que deviner qu'il venait de commander à boire. Mais il aurait pu aussi bien lui donner des nouvelles de sa grand-mère ou lui dicter une liste de courses que Simon ne s'en serait pas rendu compte.

Soudain, l'homme s'adressa à lui en anglais et Simon tourna alors la tête vers lui, son visage se fendant d'un large sourire. Quel plaisir de comprendre ce qu'on lui disait !

- Oui, effectivement, je viens d'Angleterre. Et à en croire votre facilité à passer d'une langue à l'autre ainsi que votre absence d'accent, je suppose que vous même avez déja dû quitter ce beau pays, dit-il avec un sourire poli.

Le serveur déposa sa vodka devant lui et en servit une seconde à l'inconnu. Simon s'en saisit et espéra secrètement qu'elle ne serait pas aussi forte que celle qu'on lui avait servi le premier jour de son arrivée. Une gorgée avait suffit pour qu'il se sente flotter au-dessus du sol. Et rien à voir avec un quelconque sortilège. Même s'il appréciait le breuvage russe, il voulait conserver toutes ses facultés. Après tout il était seul dans cette ville qu'il ne connaissait pas, sans personne pour le guider. D'ailleurs...

- Et vous, vous habitez ici ? Je veux dire à Moscou ? Parce que j'aimerai beaucoup faire quelques achats, mais dans des boutiques de sorciers, et je ne sais pas vraiment où m'adresser... Je ne sais pas si vous avez l'équivalent du Chemin de Traverse que nous possédons à Londres, demanda-t-il.

Il but une gorgée de son breuvage - moins fort que le précédent mais suffisamment pour qu'il repose son verre et étouffe une toux qui se voulait discrète - et demanda soudain : Vous savez si cet...établissement propose des chambres ? Je dois trouver un endroit pour la nuit et j'avoue que j'apprécierai de pouvoir faire étape dans un endroit d'où je pourrais utiliser un hibou sans attirer l'attention...

Il n'avait pas emmené de hibou et avait donc du se rabattre sur la poste moldue pour envoyer des nouvelles à ses parents. Mais étant donné leurs délais, il n'était même pas sûr qu'ils aient reçu sa première lettre... Quant aux Patronus, il fallait également trouver un endroit discret pour les envoyer. Sa mère devait déjà être morte d'inquiétude.

Il se rendit soudain compte qu'il avait abreuvé de question ce sorcier qu'il ne connaissait pas et qui était venu certainement se détendre dans son bar habituel.

- Désolé, je vous assomme un peu de questions. C'est simplement que vous êtes le premier sorcier que je croise à comprendre ce que je dis, dit-il d'un ton rieur.
Revenir en haut Aller en bas
Levine Koenig
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Levine Koenig, Mar 21 Oct 2014 - 9:56


Suite au quelques paroles du russe, l'inconnue se tourna vers lui avec un immense sourire. Le fait qu'il parlait en anglais devait y faire beaucoup si l'étranger ne parlait pas sa magnifique langue natal. L'homme, tout sourire, commença à parler... Sans s'arrêter. Et Levine dut faire un gros effort pour ne pas oublier tout ce qu'il venait de dire. Le gérant lui apporta sa vodka et son steak. Bien, il avait une faim de loup-garou.

Finalement, l'inconnue termina son long monologue sur un ton rieur :

- Désolé, je vous assomme un peu de questions. C'est simplement que vous êtes le premier sorcier que je croise à comprendre ce que je dis.

Un sourire amusé étira les lèvres du russe.

- En effet, l'anglais n'est pas forcement appris par tout le monde, moi-même, si je n'avais pas eu des cours depuis ma plus petite enfance, je pense que je ne vous aurais pas compris. Enfin, passons, ce n'est rien.

Levine but une gorgée de son verre, avant de reprendre, se tournant vers l'inconnue.

- Pour reprendre à votre première question, en effet, je suis maintenant scolarisé à Poudlard pour ma sixième année, bien que j'ai passé les cinq premières à Dumstrang.

Et mentalement, il repensa au pourquoi. Tout simplement parce qu'il avait failli tuer quelqu'un sans vraiment le vouloir et que son père avait mis en place un accord qui l'obligeait à changer d'établissement et, en échange, cet acte ne serait jamais mis sur son dossier.

- Mais figurait vous que j'ai appris l'anglais en même temps que ma langue natal, je n'ai donc jamais eu d'accent.

Il sourit, avant de reprendre une gorgée et de répondre aux autres questions de l'étranger.

- Ensuite, oui, je n'habite pas très loin, au Manoir qui se trouve à deux kilomêtres en sortant de la ville, vers le nord. Et oui, nous avons l'équivalent du chemin de traverse... Même si ca ressemble plus à l'allée des embrumes, en fait, en moins sombre. Pour le hibou...

Levine se retourna vers le gérant, reparlant en russe :

- Le jeune homme voudrait envoyer un hibou, tu pourras lui en trouver un ? Et il prendra une chambre, met sur ma note, il n'a pas l'air d'avoir beaucoup d'argent sur lui.

Il se retourna une nouvelle fois vers le client, reparlant encore en anglais :

- Voilà, il vous trouvera un hibou et vous aurez une chambre pour la nuit, plus si besoin. Le tout est déjà payé. Oh et, enfin, je me présente, Levine Koenig. Et vous ?

Levine se demandait si l'homme avait entendu parler des Koenig. Après tout, il n'était pas que connu en Russie, mais aussi en France, en Allemagne, en Egypte... Et il en passait. S'il les connaissait, comment réagirait-il devant un potentiel mage noire en puissance venant d'une famille de sang-pur, qui se trouvait tellement influente qu'elle pourrait crier sur tous les toits qu'ils aimaient jouer du piano en envoyant des Avada Kedavra sur tous les passants sans que le ministère de la magie russe ne lève le petit doigt ?
Revenir en haut Aller en bas
Simon Wyatt
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Simon Wyatt, Mar 21 Oct 2014 - 12:04


L'odeur alléchante s'échappant du steak de dragon que venait de déposer le gérant devant le russe chatouilla les narines de Simon. C'était de loin bien plus appétissant que les steaks de bœuf que l'on pouvait trouver dans les restos moldus...

Il tenta d'attirer l'attention du gérant en déposant quelques mornilles sur le comptoir et en demandant en russe : La même chose. C'était l'une des phrases qu'il avait appris et qui lui rendait bien service au quotidien : plutôt que d'essayer de déchiffrer les cartes, il préférait observer ce que ses voisins prenaient avant de commander. Vu la teneur de la gastronomie russe, c'était peut-être mieux comme ça.

- En effet, l'anglais n'est pas forcement appris par tout le monde, moi-même, si je n'avais pas eu des cours depuis ma plus petite enfance, je pense que je ne vous aurais pas compris. Enfin, passons, ce n'est rien.

*Des cours d'anglais depuis sa plus tendre enfance ? Il est sûrement issu d'une famille aisée...*

- Pour reprendre à votre première question, en effet, je suis maintenant scolarisé à Poudlard pour ma sixième année, bien que j'ai passé les cinq premières à Durmstrang. Mais figurait vous que j'ai appris l'anglais en même temps que ma langue natal, je n'ai donc jamais eu d'accent.

Simon s’apprêta à répondre qu'il venait juste de terminer sa septième année, mais il préféra laisser le russe continuer, sous peine de paraître impoli. Et son steak de dragon venait juste d'apparaître devant lui, en moins de temps qu'il n'en fallut au serveur pour empocher ses pièces sans les recompter.

Le russe repris : Ensuite, oui, je n'habite pas très loin, au Manoir qui se trouve à deux kilomêtres en sortant de la ville, vers le nord. Et oui, nous avons l'équivalent du chemin de traverse... Même si ca ressemble plus à l'allée des embrumes, en fait, en moins sombre. Pour le hibou...

Le jeune homme se tourna alors vers le gérant et échangea avec lui en russe. Simon en profita pour savourer une bouchée de steak, tout en notant mentalement de demander à son interlocuteur où se trouvait cette "allée des embrumes" moscovite. Il n'avait pas besoin de matériel de magie noire. A vrai dire, il espérait simplement pouvoir trouver un artefact magique russe, quelque chose qu'il pourrait ramener en souvenir et qu'il n'avait aucune chance de trouver à Londres.

- Voilà, il vous trouvera un hibou et vous aurez une chambre pour la nuit, plus si besoin. Le tout est déjà payé. Oh et, enfin, je me présente, Levine Koenig. Et vous ?

Simon manqua s'étouffer avec sa vodka lorsqu'il entendit le jeune russe lui dire qu'il lui avait non seulement trouvé un hibou mais qu'il lui avait en plus payé une chambre.

- Je vous remercie mais ça n'est pas nécessaire, Mr...Koenig. C'est très gentil à vous mais je ne peux pas accepter pour la chambre, dit-il en déposant sa bourse en cuir sur le comptoir. Je payerais, annonça-t-il en regardant le serveur. Même s'il ne comprenait certainement rien à ce qu'il disait, le jeune homme avait le pressentiment qu'en matière d'argent, la compréhension serait immédiate. Et moi c'est Simon Wyatt, enchanté, termina-t-il en lui serrant la main avec un sourire.

Le nom de son interlocuteur ne lui était pas entièrement étranger, il avait la très nette impression de l'avoir déja lu quelque part. Peut-être s'agissait-il d'une vieille famille de sorciers. Ce ne serait pas étonnant étant donné le niveau de vie confortable qu'il semblait avoir et le fait qu'il habite un manoir aux portes de Moscou...

- J'étais moi même à Poudlard jusqu'en juin dernier. Maison Gryffondor. Je viens de terminer ma scolarité et j'ai voulu en profiter pour voyager un peu, expliqua-t-il. Vous appréciez Poudlard ? Je suppose que par rapport à Durmstrang, les enseignements ne sont pas vraiment les mêmes...

Simon avait entendu dire que les élèves de l'Institut Durmstrang étaient..."élevés à la dure". Visiblement, seuls les enfants de familles de sorciers au sang pur étaient admis.
Revenir en haut Aller en bas
Levine Koenig
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Levine Koenig, Mar 21 Oct 2014 - 13:20


- Je vous remercie mais ça n'est pas nécessaire, Mr...Koenig. C'est très gentil à vous mais je ne peux pas accepter pour la chambre, Lui dit le jeune homme en déposant sa bourse en cuir sur le comptoir. Je payerais, et moi c'est Simon Wyatt, enchanté.

Quand il eut terminé, le jeune homme tendit la main la main à Levine, celui-ci lui serra, avant de lancer un regard au gérant discrètement qui disait clairement "tu prends le fric et tu le remets dans ses affaires quand il dormira". L'hochement imperceptible de tête de la part du gérant voulait clairement dire qu'il avait compris le message. Puis le jeune homme reprit la parole, ne laissant pas le temps au russe d'en placer une.

- J'étais moi même à Poudlard jusqu'en juin dernier. Maison Gryffondor. Je viens de terminer ma scolarité et j'ai voulu en profiter pour voyager un peu. Vous appréciez Poudlard ? Je suppose que par rapport à Durmstrang, les enseignements ne sont pas vraiment les mêmes...

Levine lâcha un petit ricanement, pas moqueur, pas joyeux... Juste un ricanement... sans vraiment d'émotion dedans.

- Vous rigolez ? Le château est très bien, j'y ai fait de belle rencontre, maison effet, l'enseignement n'y est pas du tout le même et le système des maisons est juste complètement stupide, pour ma part. Je m'explique, déjà, à Dumstrang, il n'existait pas un tel système, si on enfreignait le règlement, c'était des heures de colle, soit un avertissement, soit un revoie de trois jours, puis d'une semaine, puis définitif si on réitérait. La-bas, on fait perdre des points de maison et on se prend parfois des heures de colle. C'est totalement stupide. Personnellement, je pourrais faire perdre 200 points à ma maison, ça ne me ferait ni chaud, ni froid. Ensuite, votre système de maison divise les élèves, il parle de compétition scène, mais en réalité, tout ce qu'il en ressort, c'est l'apprentissage des préjugés, de la haine. On vous entraîne à haire votre prochain parce qu'il est différent de vous. Qui plus est, c'est stupide comme procédé, je veux dire, j'ai atterrie à Serpentard, mais vous pensez vraiment que c'est pour ça que je vais finir mage noire totalement détraqué ?

Levine secoua la tête, ça faisait du bien, de sortir tout son saoul, parfois.

- Non, bien sûr que je ne vais pas finir comme ça, faut pas croire tout c'est foutu préjugé ! Surtout que c'est stupide, un Poufsouffle peut être tout aussi rusé qu'un Serpentard, un Serpentard tout aussi courageux qu'un Gryffondor, un Gryffondor tout aussi intelligent qu'un Serdaigle et ainsi de suite. On a tous une part de chaque maison en nous, et on nous oblige à oublier certaines de nos qualités pour que d'autres prédomine, histoire de rentrer dans le moule. Un exemple tout bête, je suis Serpentard, on me regarde comme si j'allai jeter un sort dans le dos des gens, alors que je ne suis pas un lâche. Un Serdaigle, même s'il n'aime pas les livres, sera forcé à en lire, pour être bien vu dans sa maison. C'est vrai, regardez, quelqu'un de très intelligent, qui à soif d'apprendre, ne sera pas forcement toujours dans les livres. Enfin...

Levine remarqua ce qu'il venait de faire et ne parut nullement gêné. Ça avait du bon, de contrôler son corps à la perfection.

- ... Je pense que ça répond à votre question Monsieur Wyatt. Oh et appelez-moi Levine, rajouta-il avec un sourire.

Levine reprit une gorgée de sa boisson, avant de prendre une bouché de son steak. Il se tourna ensuite de nouveau vers Wyatt, regardant le Gryffondor. Il sourit, ce serait peut-être le premier Gryffondor qui ne partirait pas en courant. Enfin, le russe l'espérait, attendant de voir sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Simon Wyatt
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Simon Wyatt, Mer 29 Oct 2014 - 17:26


La vodka avait eu le mérite de réchauffer un peu le corps engourdi par le froid du britannique. L'atmosphère du bar n'était finalement pas si miteuse qu'il l'avait cru en rentrant et pouvoir parler dans sa langue natale le mettait plus en joie qu'il ne l'aurait cru. Et puis ce steak de dragon était absolument délicieux.

A l'évocation du château, Levine n'eut pas la réaction que Simon attendait. Enfin, il n'avait pas l'air d'avoir détesté le château, d'autant que Durmstrang avait effectivement l'air plus sévère en matière de sanctions. Mais il partit ensuite dans une longue tirade sur le principe des maisons qu'il trouvait totalement stupide :

-...Personnellement, je pourrais faire perdre 200 points à ma maison, ça ne me ferait ni chaud, ni froid. Ensuite, votre système de maison divise les élèves, il parle de compétition saine, mais en réalité, tout ce qu'il en ressort, c'est l'apprentissage des préjugés, de la haine. On vous entraîne à haire votre prochain parce qu'il est différent de vous. Qui plus est, c'est stupide comme procédé, je veux dire, j'ai atterrie à Serpentard, mais vous pensez vraiment que c'est pour ça que je vais finir mage noire totalement détraqué ?

Simon ouvrit la bouche pour répondre mais le moscovite continua avant qu'il ait eu le temps de répliquer. Chacun son tour de ne pas laisser l'autre en placer une.

- Non, bien sûr que je ne vais pas finir comme ça, faut pas croire tout c'est foutu préjugé ! Surtout que c'est stupide, un Poufsouffle peut être tout aussi rusé qu'un Serpentard, un Serpentard tout aussi courageux qu'un Gryffondor, un Gryffondor tout aussi intelligent qu'un Serdaigle et ainsi de suite. On a tous une part de chaque maison en nous, et on nous oblige à oublier certaines de nos qualités pour que d'autres prédomine, histoire de rentrer dans le moule. Un exemple tout bête, je suis Serpentard, on me regarde comme si j'allai jeter un sort dans le dos des gens, alors que je ne suis pas un lâche. Un Serdaigle, même s'il n'aime pas les livres, sera forcé à en lire, pour être bien vu dans sa maison. C'est vrai, regardez, quelqu'un de très intelligent, qui à soif d'apprendre, ne sera pas forcement toujours dans les livres. Enfin...... Je pense que ça répond à votre question Monsieur Wyatt. Oh et appelez-moi Levine.

Puis il avala une bouchée de steak.

Simon se rendit compte qu'il avait gardé la bouche légèrement ouverte depuis quelques secondes, étonné de voir ce jeune homme lui donner son avis de façon aussi...véhémente. Mais ce qu'il avait dit n'était pas totalement faux. En tant que Gryffondor, il avait toujours été respecté par ses camarades, toujours un peu considéré comme celui qui n'aimait pas passionnément les cours mais qui n'hésiterait pas à prendre des risques s'il le fallait. Il appartenait à la maison "populaire", quoi que l'on mette sous cet adjectif. Et évidemment, il n'avait jamais trop songé à ce qu'aurait pu être son quotidien s'il avait été réparti ailleurs.

- Je vous avoue que je n'en attendais pas tant en posant cette simple question, mais...oui, ça y répond. Vous savez, je suis plutôt d'accord avec vous sur le fait que la maison dans laquelle on est réparti ne doit pas nous définir ou faire présage de nos qualités, nos défauts. Moi par exemple, j'aurais pu être à Serdaigle du fait de mes bonnes notes, à Poufsouffle pour de mon goût prononcé pour ne rien faire ou à Serpentard de part mon ambition et mon habitude à ne pas respecter les règlements... dit-il avec une moue désabusée. En revanche, ce que j'ai aimé dans ma maison c'est d'avoir un vrai esprit de confrérie. On a déja un esprit de promotion entre personnes d'une même année. Mais ce qu'on a entre élèves d'une même maison c'est encore différent. Et ça nous pousse à avoir tout le temps contact avec des gens qui n'ont pas le même âge que nous. Les plus vieux peuvent aider les plus jeunes, ainsi de suite... Quand je suis arrivé là à 11 ans, c'est ce qui m'a aidé à ne pas trop regretter mon chez moi je dois dire.

Un courant d'air provoqué par l'arrivée de deux jeunes sorcières chatouilla la nuque de Simon. Celles-ci passèrent à côté d'eux en gloussant, leur cheveux blonds à moitié cachés par une chapka de fourrure noire. Le jeune homme les regarda à peine, son esprit ramené brutalement vers Liberty. Soudain, il eut envie de se retrouver à Poudlard, juste pour pouvoir s'asseoir au coin du feu dans la salle commune et voir la Serdaigle.

- Je suis sûr que d'ici quelques mois vous apprécierez d'avantage le château, conclue-t-il d'un ton confiant.

Il repoussa son assiette, désormais vide, et tenta d'extraire une carte de son sac. L'opération s'avéra plus compliquée que prévu même si, la magie aidant, la carte n'était pas plus grosse qu'un livre de poche. Une fois étalée sur le zinc, il observa le trait rouge qui symbolisait le chemin qu'il aurait à parcourir pour rentrer. Car s'il était arrivé en Portoloin, il avait bien l'intention de rentrer en effectuant de plus courtes distances et ainsi de visiter d'autres capitales européennes. Enfin, du moins c'était l'idée de base.

- C'est ma dernière soirée à Moscou normalement, demain je serais à Saint-Pétersbourg puis je file vers euh... Stockholm, dit-il en situant les villes sur la carte. Puis Berlin. Et s'il me reste assez de gallions, je terminerais par Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 4

 Moscou, capitale de la Russie

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.