AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 3 sur 8
Moscou, capitale de la Russie
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Invité
Invité

Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Invité, Mar 3 Mar 2015 - 15:57


- Je suis sous ordre du Premier Ministre anglais pour une affaire des plus urgentes, donc vous comprendrez que je ne pouvais vous attendre en Angleterre. Puis j'ai toujours rêvé de visiter ce si beau pays qu'est la Russie !

Le Premier Ministre anglais, hein ? Se pourrait-il que tout ceci ait un rapport avec le monde magique ? Les moldus officiellement mis au courant du secret magique n'étaient pas légion... Cet inspecteur avait un air que Rurik n'arrivait pas à déterminer de premier abord. Le trait d'humour ne fit pas réagir l'imposant sorcier : c'était nul... et son ironie masquée insultait le pays du médicomage... Mieux valait le laisser s'amuser tout seul.

- Vous attendiez des réponses, je viens de vous fournir des réponses. Maintenant, il se trouve que moi aussi j'attends des explications Mr. Mkrovsk.

Il n'avait pas tort... Bien que sa réponse ne comportait que peu d'informations utiles, le russe préféra attendre, car les questions pouvaient parfois donner des réponses... Et celle de l'étranger était bien partie pour en donner un bon paquet. Tranquillement, l'anglais lui montra des photos de criminels russes opérant en Angleterre. Rurik les connaissait tous, mais son visage n'exprimait qu'une légère curiosité en voyant défiler toutes ces têtes. Pour la dernière, cependant, feindre quoi que ce soit aurait été très mauvais...

- Connaissez vous cet homme ? Il s'agit de Edward McGalleng, surnommé le "vieux Ed" en Angleterre. Vous certifiez que c'est bien cet homme que vous avez soigné à Sainte Mangouste, Docteur ?

Le sorcier hocha légèrement la tête avant d'ajouter :

« Sainte-Mangouste... Je vois, vous êtes donc un Auror. J'ai bel et bien soigné cet homme il y a peu de temps. »

Avançant une de ses grosses paluches pour rapprocher les autres photos, il continua à feindre son air intrigué. Ses années dans la mafia, dans la police, couplées à son don d'Occlumens en faisait un très bon adepte de la dissimulation, surtout en ce qui concernait son propre visage, ses propres mimiques et tous les signes que son corps pouvait émettre. Au vu de sa vie complexe et dangereuse, il était hors de question de laisser passer quoi que ce soit.

« Je ne connais pas tous ceux-là, mais je pense savoir en quoi ils peuvent être gênants... A Londres, je suis médicomage, mais ici, je suis commandant, ce qui fait que nous avons le même métier, le même but, en quoi puis-je vous aider ? »

Sa carrière dans le milieu policier avait été choisie au tout début pour infiltrer les rangs de ses ennemis, mais avec le temps, il avait trouvé un certain plaisir au fait de mettre des gens malveillants derrière les barreaux, un peu comme une vengeance vis à vis de sa propre incarcération, de nombreuses années en arrière... à l'époque où il était encore innocent. Ce comportement était quelque peu contradictoire avec le fait qu'il dirigeait toujours son groupe mafieux, mais il pensait qu'il était différent... non pas qu'il faisait les choses de manière juste, mais plutôt qu'il les faisait bien, suffisamment pour ne pas se faire coincer : en utilisant les informations de la police pour essayer de coincer ses propres hommes, il n'arrivait pas à remonter jusqu'à eux, ce qui était bon signe.

Cet inspecteur Austin était venu pour une affaire de tuerie dans des réseaux de drogue ? Bien... Pourquoi ne pas l'orienter vers quelque chose de plus intéressant pour le russe ?


Revenir en haut Aller en bas
Matt Austin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Matt Austin, Mer 11 Mar 2015 - 23:00


« Sainte-Mangouste... Je vois, vous êtes donc un Auror. J'ai bel et bien soigné cet homme il y a peu de temps. »

Les lèvres de Matt s'étirèrent pour laisser apparaitre un sourire sur son visage. Maintenant, Rurik se doutait bien que le brun n'était pas une personne normale et que cet interrogatoire n'était pas qu'une simple partie de rigolade moldue. Mais l'air réjouit de Matt ne dura pas, et il reprit une attitude sérieuse. Le médicomage connaissait donc bel et bien le fameux Edward. Il avait tilter devant sa photo, mais le colosse n'avait montré aucun autre signe devant les photos.

« Je ne connais pas tous ceux-là, mais je pense savoir en quoi ils peuvent être gênants... A Londres, je suis médicomage, mais ici, je suis commandant, ce qui fait que nous avons le même métier, le même but, en quoi puis-je vous aider ? »

Nouveau sourire de l'Auror qui fixa le Russe dans les yeux. Mentait il ou disait il la vérité ? Connaissait il vraiment que Edward ? Malheureusement, le brun ne pouvait répondre à ses questions intérieures. De plus, si l'on venait à apprendre qu'un Auror avait interrogé un médicomage et professeur de Poudlard, cela risquait de ternir encore plus l'image du Ministère et on accuserait la justice d'un quelqu'un abus d'autorité. L'Auror se devait d'être prudent dans ces temps bien sombres.

Rurik pensait donc pouvoir l'aider. Mais en quoi pouvait il bien apporter un quelconque soutient à l'agent du Ministère ? Après tout, comme le colosse l'avait lui même dit, il n'était qu'un simple médicomage sur le sol anglais.

" Voyez vous, Mr. Mkrovsk, je suis sur que votre aide me serais surement précieuse dans cette affaire, s'exclama le brun. Malheureusement, vous comprendrez que je dois dans un premier temps vous disculper dans cette affaire. "

L'Américain marqua une pause. Son cerveau marchait à 200% pour trouver un moyen d'aborder l'affaire vis à vis de Rurik. Que savait il vraiment de lui ? Le passé de cet homme était plutôt fantomatique aux yeux de la justice, cela n'aidait en rien l'Auror. Une seule chose était parvenue aux oreilles de Matt, et il commença donc par ça.

" J'aimerez que vous m'apportiez quelques précisions sur votre petit séjour en prison, il y a de ça quelques années. Pourquoi vous a ton arrêté ? Combien de temps vous avez passé derrière les barreaux ? Pause. Soyons sincères tous les deux, et plus vite nous en aurons finit avec tout ça, rajouta-t-il d'une voix apaisante et sympathique."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Invité, Lun 23 Mar 2015 - 18:58


Naturellement, Rurik ne s'attendait pas vraiment à ce que l'Auror accepte sa proposition et lui prenne la main pour l'emmener à l'aventure pour coincer les vilains pas beaux...

- Voyez vous, Mr. Mkrovsk, je suis sur que votre aide me serais surement précieuse dans cette affaire. Malheureusement, vous comprendrez que je dois dans un premier temps vous disculper dans cette affaire.

Exactement ce à quoi le russe s'attendait, et encore, l'inspecteur avait été respectueux : ses collègues auraient probablement ajouté des phrases comme "vous n'êtes qu'un simple médicomage, qu'un professeur", ou bien "vous n'avez pas l'expérience qu'il faut", ou autres remarques concernant le fait que la police moldue était tellement inférieure à l'élite Auror-esque. Il était vrai qu'être Auror devait être assez extraordinaire, mais Rurik aimait bien son poste de commandant. Pour le monde magique, il était médicomage, et ça lui convenait également.

« Je voulais juste préciser comme quoi je fais aussi un métier dangereux, et au vu de leurs têtes, je pense que je peux trouver des trucs intéressants dans les dossiers de la police. Mais je veux pas empiéter sur votre enquête... Me disculper serait en effet assez bien, pas envie de me faire enfermer pour rien... »

Il grogna légèrement, d'un air qui laissait voir son désir de prouver son innocence : pour ça, il n'avait guère besoin d'utiliser ses dons pour faire semblant. L'Auror aborda alors un sujet inexorable...

- J'aimerez que vous m'apportiez quelques précisions sur votre petit séjour en prison, il y a de ça quelques années. Pourquoi vous a ton arrêté ? Combien de temps vous avez passé derrière les barreaux ? Soyons sincères tous les deux, et plus vite nous en aurons finit avec tout ça.

Sincère avec quelqu'un qui tentait de vous décortiquer pour trouver la moindre faille ? Ce n'était pas trop dans ses habitudes, mais l'imposant sorcier savait qu'il avait un avantage considérable. Dans sa tête, un plan complet venait d'émerger, avec potentiellement des parades pour éviter quelques soucis... Jusqu'ici, il ne risquait pas grand chose, cependant, autant jouer sur la franchise.

« Cette affaire va me suivre toute ma vie... grogna-t-il doucement. C'était il y a quinze ans, après avoir fini mes études de médicomagie et de médecine. J'ai voulu revenir ici, dans mon pays... Chercher d'anciennes connaissances que j'ai perdu de vue. Et malheureusement je me suis retrouvé avec les mauvaises personnes... »

Croisant les bras, il s'adossa contre sa chaise. Ressasser les souvenirs n'aidaient pas, cela se rapprochait dangereusement de la nuit où il avait été mordu... Une expérience bien plus traumatisante que les années en prison, au final.

« Trafic de drogue et compagnie, j'ai pris pour trois ans alors que je n'avais jamais touché à quoi que ce soit d'illégal, sans même savoir à quoi ça ressemblait. Quand je suis sorti, je ne savais pas vraiment quoi faire, et après quelques années, j'ai voulu servir à quelque chose, alors je me suis engagé dans la police, pour ne plus me retrouver du mauvais côté. Et au final, voilà, même avec mon boulot à Londres et à Poudlard, j'aime encore ce boulot de moldu. »

Il avait bien évidemment omis le fait qu'il était devenu une grosse brute psychopathe durant ces trois années en prison, en profitant pour se forger son corps de monstre, mais aussi son esprit sanguinaire et brutal. Il n'avait pas non plus parlé de la morsure de loup-garou, cela ne le regardait pas...

Fronçant les sourcils, il nota que, finalement, penser à tout ce qui s'était passé n'était pas si douloureux que ça... Cela avait juste réveillé le désagréable souvenir de la sensation de se faire broyer le bras...


« J'ai prouvé à la police moldue que je n'avais rien d'un trafiquant de drogue, ou autre criminel en tout genre... »

...S'ils savaient...

« ... qu'en pensez-vous ? ...»

...Il avait TOUT d'un criminel, mais sans la moindre preuve, personne ne pouvait s'en prendre à lui. Et comme l'on apprenait aux gens de ne pas se fier aux apparences, la sienne ne le condamnait pas obligatoirement... Bien qu'elle participait activement à la naissance de doutes lorsqu'on ne le connaissait pas.

« ... Quelle est donc cette histoire avec le Premier Ministre ? Mr. McGalleng était un peu délirant en arrivant à l'hôpital et a parlé de nombreuses choses qui me semblaient incohérentes de premier abord... Mais si ça se trouve, il y a du sens qui pourrait vous aider. »

N'ayant pas bougé, les bras toujours croisés contre son torse et son dos bien calé sur la chaise, il attendit de voir la réaction de l'Auror, choisissant d'aborder un faciès neutre, avec la touche d'intérêt caractéristique à son boulot de commandant de police.
Revenir en haut Aller en bas
Matt Austin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Matt Austin, Ven 27 Mar 2015 - 19:32


« Je voulais juste préciser comme quoi je fais aussi un métier dangereux, et au vu de leurs têtes, je pense que je peux trouver des trucs intéressants dans les dossiers de la police. Mais je veux pas empiéter sur votre enquête... Me disculper serait en effet assez bien, pas envie de me faire enfermer pour rien... »

De toute manière, Matt était livré à lui même dans cette affaire et quelques détails du système juridique moldu lui posaient encore problème. Rurik pourrait lui être d'une aide précieuse, lui permettant surement de finir ce cas rapidement pour reprendre la chasse aux mages noirs et à l'Ordre du Phénix. Mais effectivement, il était primordial que le colosse russe soit totalement disculpé... Puis si il était le curable, cela arrangerait le brun pour expédier rapidement l'affaire.

« Cette affaire va me suivre toute ma vie... grogna-t-il doucement. C'était il y a quinze ans, après avoir fini mes études de médicomagie et de médecine. J'ai voulu revenir ici, dans mon pays... Chercher d'anciennes connaissances que j'ai perdu de vue. Et malheureusement je me suis retrouvé avec les mauvaises personnes... Rurik se repositionna sur sa chaise, croisant ses bras sur son imposante poitrine. Trafic de drogue et compagnie, j'ai pris pour trois ans alors que je n'avais jamais touché à quoi que ce soit d'illégal, sans même savoir à quoi ça ressemblait. Quand je suis sorti, je ne savais pas vraiment quoi faire, et après quelques années, j'ai voulu servir à quelque chose, alors je me suis engagé dans la police, pour ne plus me retrouver du mauvais côté. Et au final, voilà, même avec mon boulot à Londres et à Poudlard, j'aime encore ce boulot de moldu. Le russe fronça les sourcils pour une raison qui échappai à Matt. J'ai prouvé à la police moldue que je n'avais rien d'un trafiquant de drogue, ou autre criminel en tout genre... »

Attentivement, l'Auror américain écouta le récit de Rurik sur son petit passage en prison, surtout sur les raisons qui l'avaient envoyé là bas. Les raisons de son retour étaient tout à fait plausibles. Lui-même, il lui était arrivé de retourner dans son pays natal pour décrocher un peu de sa formation d'Auror. Et aujourd'hui encore, il partait au pays des indiens pour se reposer entre deux enquêtes.

Matt fixa le russe dans les yeux. Une petite partie de l'histoire le chiffonnait. Le coup du "je connaissais personne, je suis tombé sur les mauvaises personnes, j'ai jamais vue de drogue", le brun n'y croyait pas vraiment. Non pas que Rurik ressemblait à un truand malgré son physique qui portait à confusion, mais tout ceci semblait un peu léger. Malheureusement, le dossier que l'Auror avait sur le médicomage n'était pas assez complet. De plus, l'affaire remontait à une époque où, pour le brun, il lui était impossible de collecter des preuves.

« ... qu'en pensez-vous ? ... Quelle est donc cette histoire avec le Premier Ministre ? Mr. McGalleng était un peu délirant en arrivant à l'hôpital et a parlé de nombreuses choses qui me semblaient incohérentes de premier abord... Mais si ça se trouve, il y a du sens qui pourrait vous aider. »»

La voix de Rurik ramena l'américain à l'instant présent, le tirant de ses songes. L'histoire du colosse était floue, ceci ne faisait aucun doute. Mais le manque de temps ne permettait pas à l'Auror de se pencher en détails dessus.

" Pour vous dire la vérité, Mr. Mkrovsk, je ne suis pas totalement convaincu par votre histoire. Vous comprendrez que cela me parait louche quand vous dites que vous êtes retrouvé avec les mauvaises personnes. "

Matt ne savait que faire. Que devait il penser de tout ça ? Rurik était il vraiment aussi innocent qu'il le laissait entendre ? Au fond de lui, le brun sentait quelque chose de louche. Il leva les yeux au ciel et se balança sur sa chaise, tout en réfléchissant. Quelques secondes après, il se positionna de nouveau face au russe, le regardant dans les yeux. Une idée lui était apparu.

" Avant toute chose, avant toute collaboration possible sur cette enquête, je vais devoir vous tester, Mr. Mkrovsk. Le regard du brun se fit plus sérieux. Soyons directe. Avez vous un lien directe avec un réseau de drogue et d'autres substances illicites ? "

Le yeux de Matt fixèrent toujours ceux du russe. La question que venait de poser le brun pouvait être déconcertante, mais tout ceci faisait parti du plan de l'Auror. En effet, pour être sur que le colosse russe n'avait rien à voir dans cette affaire, pour pouvoir ensuite lui faire confiance dans l'affaire, le brun devait s'assurer de son innocence. Et pour ça, l'Auror utilisa son don de légilimens, qu'il activa en informant un #légilimens. Cela faisait maintenant bien longtemps que Matt pratiquait cette magie noire, bien avant son arrivée dans le Ministère de la Magie, depuis sa sortie de Poudlard. Maintenant, si Rurik essayait de lui mentir, Matt le verra en lui. Alors, le médicomage et professeur était il innocent ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Invité, Ven 3 Avr 2015 - 21:45


Rurik avait un ton qui avait la mauvaise habitude de devenir assez mauvais au fur et à mesure qu'il parlait : pour un homme comme lui, il n'était pas souvent nécessaire de se perdre en longs discours, mais il ne pouvait pas toujours s'en sortir à coup de regards menaçants et grognements contextuels... Il était donc normal qu'au plus il essayait de se justifier, au moins ce Mr. Austin risquait de le croire.

C'était bien sa veine...


- Pour vous dire la vérité, Mr. Mkrovsk, je ne suis pas totalement convaincu par votre histoire. Vous comprendrez que cela me parait louche quand vous dites que vous êtes retrouvé avec les mauvaises personnes.

Soupirant d'un air blasé et haussant légèrement ses larges épaules, le russe répondit avec une sincérité qui le surpris lui-même, comme quoi, ça venait du cœur :

« Vous ne semblez pas avoir la moindre preuve, ce qui fait que de mon côté j'ai pas grand chose à craindre, mais je connais ce genre de situation, c'est courant dans notre domaine, alors je fais de mon mieux pour vous prouver mon innocence afin que vous vous focalisez davantage sur la recherche des véritables criminels. »

Une grosse partie de ce qu'il venait de dire était vraie, il n'eut pas besoin de forcer quoi que ce soit : il était vrai qu'à l'époque de son emprisonnement, il était réellement innocent et n'avait jamais eu de contact avec la moindre drogue. De plus, même si elles n'étaient pas toujours pour la police, ses investigations passaient souvent par des étapes de doute, et il connaissait très bien tout ça, surtout lorsque cela mettait sa vie en danger...

L'Auror se balança un instant sur sa chaise, pensif : il avait l'air sacrément jeune, tout de même. Le Ministère n'engageait que des bleus ou bien ils n'envoyaient que les moins expérimentés afin de ne perdre aucun bon élément ? Le loup-garou se fustigea intérieurement : il avait deux gamins dans ses rangs de mafieux, deux perles qui faisaient des miracles sans la moindre magie... Sous-estimer les gens c'était maaaaal ! Méchant Rurik !


- Avant toute chose, avant toute collaboration possible sur cette enquête, je vais devoir vous tester, Mr. Mkrovsk. Soyons directe. Avez vous un lien directe avec un réseau de drogue et d'autres substances illicites ?

Une question, c'était ça le test ? Haha...ha...ha...

« Je suis pas contre un test... Les seuls liens que je pourrais avoir, c'est justement parce qu'ici aussi on traque des... »

En plein milieu de sa phrase, il sentit le monde disparaître tout autour de lui, ses sens arrêtèrent de fonctionner pour passer en alerte : que se passait-il ? Qu'est-ce qu'on lui faisait ?


~~~


Un jeune homme banal s'avançait dans une ruelle pleine de personnes visiblement pas très amicales. Seul à l'aspect visiblement innocent, il était difficile de se dire qu'il s'agissait de Rurik, quinze ans plus tôt... Pas de carrure imposante, pas d'aspect menaçant et froid... Seuls ses yeux clairs, froids et sans grandes couleurs, pouvaient être comparés à ceux de la brute du présent.


« T'es qui toi, bordel ? Tu veux crever ? »

Le ton du jeune russe était hésitant et quelque peu craintif lorsqu'il répondit au mafieux (cela avait probablement un lien avec les armes pointées sur lui). Son russe était un peu rouillé, et il faisait d'énormes efforts pour ne pas s'enfuir en courant.

« Je cherche un certain Viktor... On m'a dit que vous savez où il est... Je reviens d'Angleterre et...  »

La scène se brouilla et enchaîna aussitôt sur un autre événement. Une troupe en mouvement, des coups de feu, un policier barbu qui le plaquait au sol... Les images sautèrent plusieurs jours, comme un diaporama en accéléré : une cellule déprimante, Rurik couvert de sang et recroquevillé dans un coin...


~~~


C'était suffisant pour l'instant... Cet Auror avait au moins le mérite de l'avoir pris par surprise, mais l'Occlumens était habitué aux tentatives d'effractions dans son esprit, que ce soit par la méthode magique ou moldue... Il avait laissé les événements se dérouler, montrant globalement ce qu'il souhaitait à l'inspecteur... Bon, peut-être pas la dernière image, mais il n'allait pas se laisser abattre, c'était à son avantage, même si ce n'était jamais agréable à dire.

Concentré et faisant rapidement le vide, il bloqua l'accès à ses souvenirs, l'éjectant de son esprit aussi brusquement que lorsqu'il était "entré". La salle d'interrogatoire se reforma tout autour de lui, rapidement, manquant de lui provoquer un vertige... Heureusement, il avait déjà eu affaire à pire en matière de vertiges.

Se redressant violemment, il fixa l'Auror d'un regard terrifiant, comme lui seul avait le secret : s'il ne portait pas cet uniforme de police, lui donnant une apparence de véritable guerrier implacable de la justice et de l'ordre (ahem...), il aurait été facile de croire qu'il était VRAIMENT sur le point d'étriper l'homme qui lui faisait face. En fait, c'était son hésitation entre un Avada Kedavra et une balle en pleine tête qui avait probablement sauvé le sorcier...


« Bordel... Je vois le genre de test... Je pourrais presque vous coffrer pour outrage à agent de l'ordre. Je suis honnête avec vous et vous me faites un coup dans le genre, me faites pas regretter ma haute estime pour les Aurors. »

Grognant légèrement, il poussa la table pour que le jeune homme qui lui faisait face soit bien encadré entre celle ci et le dossier de sa chaise. Le but n'était pas de l'écrabouiller... du moins pas pour l'instant.

« Je n'ai pas besoin que vous me croyez, j'ai été innocenté pour cette histoire il y a bien longtemps, et vis à vis de mes collègues russes, c'est tout ce qui compte. Vous croyez que je n'ai pas été suffisamment testé lorsque j'ai intégré Sainte-Mangouste ? Ou bien lorsqu'on m'a proposé d'enseigner à Poudlard ? »

C'est vrai quoi ! Pourquoi personne ne le croyait ? Certes c'était vraiment un criminel psychopathe, brutal et sanguinaire, mais jusqu'ici, il ne représentait aucun danger pour ses collègues médicomages, les autres professeurs de Poudlard ou ses élèves (bon, sauf peut-être Lilith, mais ça, c'était un cas à part !). Non vraiment, il faisait des efforts... il se forçait même à boire cette infecte potion Tue-loup...

« Si vous me suspectez de quoi que ce soit, c'est vraiment dommage, ça rendrait mon témoignage sur les paroles de McGalleng inutile, mais je pense sincèrement que ça peut aider. »

Faisant mine de remarquer qu'il avait poussé la table dans un accès de frustration non contrôlé (alors qu'il savait pertinemment ce qu'il faisait), il tira légèrement la table et attendit, gardant un air furax, le genre d'attitude qui pouvait facilement se traduire par la colère du fait que l'on ne voulait pas le croire.

Revenir en haut Aller en bas
Matt Austin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Matt Austin, Dim 5 Avr 2015 - 21:16


« Vous ne semblez pas avoir la moindre preuve, ce qui fait que de mon côté j'ai pas grand chose à craindre, mais je connais ce genre de situation, c'est courant dans notre domaine, alors je fais de mon mieux pour vous prouver mon innocence afin que vous vous focalisez davantage sur la recherche des véritables criminels. »

Matt sourit aux propos du russe. Au moins, il était coopératif et cela venait du fait que lui même était un flic dans le monde moldu. Pour cela, l'Auror appréciait Rurik. Certains au Ministère de la Justice se permettaient de critiquer la police, mais la différence entre le monde sorcier et moldu était énorme et au final, Matt trouvait qu'un flic ressemblait beaucoup à un Auror. Ils avaient juste des criminels différents. Enfin bon... Matt passa à la suite, lui raconta l'histoire du test et posa sa question.

« Je suis pas contre un test... Les seuls liens que je pourrais avoir, c'est justement parce qu'ici aussi on traque des... »

L'Austin n'attendit pas les paroles du colosse Russe, son don déjà en action. Depuis le temps qu'il maitrisait la légilimancie, il n'avait plus besoin de sa formule pour entrer en action. C'était toujours la même sensation pour le légilmens. Cette sensation de nausée, ses tripes qui se tordaient. Les premières fois avaient été les plus difficiles, mais maintenant, le brun s'y était habitué. Ses nausées se calmèrent rapidement tandis qu'il se trouvait maintenant dans une pièce complètement blanche et vide, qui ne tarda pas à se remplir d'image, de son. Les souvenirs de Rurki étaient fasses à lui. Une brume grisâtre ne tarda pas à remplir la pièce pour laisser place à un premier souvenir:


Matt se trouvait dans une ruelle sombre, où de nombreuses personnes discutaient. Elles n'avaient rien d'amicales, de chaleureuses. Des truands surement. Et dans cette ruelle, un jeune homme fit son apparition. L'Auror mit plusieurs secondes à se rendre compte que c'était Rurik. Il n'avait rien du colosse actuel, de l'homme aux mains énormes qui pouvaient broyer la tête de l'agent du Ministère si facilement. Un des hommes s'avança vers lui et l'accosta froidement. Compréhensible. Que venait faire Rurik dans un endroit pareil ? Le russe ne tarda pas à apporter la réponse. D'une voix hésitant, il demanda où il pouvait trouver un certain "Viktor". Surement une ancienne connaissance dont il lui avait parlé. La brume fit de nouveau son apparition pour laisser place à une nouvelle scène. Matt se retrouva au centre d'une opération de police. Des balles fusaient de partout, des policiers et d'autres hommes , surement des malfaiteurs, couraient dans tous les sens. L'Auror aperçut le jeune Rurik, le même que la vision précédente, se faire lourdement plaquer au sol par un flic et qui le menotte. De nouveau, la brume effaça tout, lançant place à un nouveau souvenir. Cette fois, le brun se trouvait dans une cellule minuscule, froide et immonde. Un homme barbu se trouvait dans un coin, en sang. Matt se rendit rapidement compte que ce n'était d'autre que Rurik.


Soudainement, Matt se fit éjecter violemment de l'esprit de Rurik. Comment ? Comment cela était possible ? Seul un... Par la barbe de Merlin, le colosse Russe était il un Occlumens ? Impossible. Matt l'aurait su en lisant son rapport. Pourtant, seul un sorcier maitrisant se don aurait pu se rendre compte qu'on fouillait son esprit. Et surtout, seul un Occlumens aurait pu le renvoyer comme ça.

Rurik ne laissa pas le brun réfléchir plus longtemps. Il se redressa violemment et planta ses yeux dans ceux du brun. Terrifiant. L'homme face à l'Auror était devenu terrifiant. Matt ne donnait pas cher de sa peau à ce moment là. Pourtant, il ne baissa pas les yeux. Montrer au Russe qu'il était impressionné n'arrangerait pas les choses. Même si ce dernier semblait fortement hésiter sur la manière de le tuer, ici et maintenant. Plein de colère, le colosse russe s'exprima.

« Bordel... Je vois le genre de test... Je pourrais presque vous coffrer pour outrage à agent de l'ordre. Je suis honnête avec vous et vous me faites un coup dans le genre, me faites pas regretter ma haute estime pour les Aurors. Le professeur de médicomagie grogna et poussa la table métallique, bloquant l'Auror contre sa chaise. Je n'ai pas besoin que vous me croyez, j'ai été innocenté pour cette histoire il y a bien longtemps, et vis à vis de mes collègues russes, c'est tout ce qui compte. Vous croyez que je n'ai pas été suffisamment testé lorsque j'ai intégré Sainte-Mangouste ? Ou bien lorsqu'on m'a proposé d'enseigner à Poudlard ? Le Russe reprit son calme mais garda son air furieux. Si vous me suspectez de quoi que ce soit, c'est vraiment dommage, ça rendrait mon témoignage sur les paroles de McGalleng inutile, mais je pense sincèrement que ça peut aider. "

Matt soupira. Il comprenait très bien que Rurik puisse être froissé par ce qu'il venait de faire, mais malheureusement, l'Auror ne comptait pas s'excuser. Il faillit même sourire lorsque le colosse le menaça de le coffrer pour outrage à agent de l'ordre, mais il ne le fit pas, ayant peur de se retrouver la tête brisée par les mains du russe. Enfin bon, Matt passa un rapidement coup de main sur sa chemise qui avait été froissée lors de sa rencontre avec le bord métallique de la table. Il laissa plusieurs secondes s'écoulaient en regardant le russe, un visage neutre. Puis, d'une voix assurée, il expliqua son geste.

" Je comprends que vous soyez outré Mr. Mkrovsk, mais je ne m'excuserais pas pour mon geste. Je sais pertinemment que vous avez été testé avant, lors de la prise de vos différentes fonctions. Aussi que vous avez été innocenté aux yeux de la police moldue. Malheureusement, je me devais de vérifier par moi-même tout cela. Dans mon métier, on apprend rapidement à se méfier et à se forger ses propres opinions. "

Matt n'était pas certain de l'innocence de Rurik, surtout que sa carrure et son comportement soudain ne l'aidait en rien. Il avait tout de même le sentiment que ce dernier n'était pas si blanc que ça. Pourtant, il décida de laisser cela de côté. Comme le russe lui avait dit, la police l'avait innocenté. De plus, Matt n'avait rien vue de compromettant dans ce qu'il avait vu.

" Mais si cela peut vous... Calmer un peu, vous avez maintenant ma confiance Mr. Mkrovsk. Même si je n'ai vu que peu de choses, cela m'a largement suffit. Alors si vous pensez pouvoir garder votre haute estime des Aurors malgré ce que je viens de faire et que vous êtes prêt à m'aider, ce sera avec plaisir que je collaborais avec vous pour rapidement mettre fin à cette histoire. Alors, que pensez vous d'une collaboration ? "

Matt fixait toujours Rurik dans les yeux. L'homme pouvait lui en vouloir, mais Matt espérait qu'il comprenne que l'Auror n'avait pas eut vraiment le choix. Il se devait de se faire son propre opinion. Les tests pouvaient être falsifiés, cela n'était pas une valeur sur. De plus, ce petit épisode montrait au russe que le brun n'était pas un bleu. Que sous ses nombreux sourires et sa carrure un peu maigrelette, il n'était pas tout blanc lui aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Invité, Dim 12 Avr 2015 - 23:12


C'était frustrant... Certes, il avait réussi à repousser l'Auror, l'empêcher d'atteindre des souvenirs problématiques, mais il n'avait pas le droit d'attaquer son esprit de telle sorte. Et le pire dans tout ça, en y réfléchissant, c'est qu'il n'arrivait pas à être en colère contre cet homme : à sa place, il aurait probablement fait la même chose ...

- Je comprends que vous soyez outré Mr. Mkrovsk, mais je ne m'excuserais pas pour mon geste. Je sais pertinemment que vous avez été testé avant, lors de la prise de vos différentes fonctions. Aussi que vous avez été innocenté aux yeux de la police moldue. Malheureusement, je me devais de vérifier par moi-même tout cela. Dans mon métier, on apprend rapidement à se méfier et à se forger ses propres opinions.

Toujours debout, le russe fronça les sourcils d'un air approbateur : oui, le doute et la suspicion faisaient partie de leur quotidien, la confiance était une denrée rare et le plus souvent empoisonnée si l'on croyait s'en procurer.

- Mais si cela peut vous... Calmer un peu, vous avez maintenant ma confiance Mr. Mkrovsk. Même si je n'ai vu que peu de choses, cela m'a largement suffit. Alors si vous pensez pouvoir garder votre haute estime des Aurors malgré ce que je viens de faire et que vous êtes prêt à m'aider, ce sera avec plaisir que je collaborais avec vous pour rapidement mettre fin à cette histoire. Alors, que pensez vous d'une collaboration ?

Croisant les bras, Rurik patienta quelques secondes avant de répondre. Il ne voulait pas paraître trop pressé, trop enjoué à l'idée d'avoir la confiance de cet Auror... Les enjeux étaient de taille, et il avait déjà sa petite idée de comment utiliser cet inspecteur du monde magique. Rien de bien méchant, bien entendu, il ne fallait pas que ça lui retombe dessus. S'il pouvait décrocher une bonne entente avec les Aurors, cela valait largement le coup... Ils auraient peut-être besoin de lui. L'inverse était également probable...

« Vous avez pris un risque en faisant cela, mais c'était nécessaire. J'aime quand un agent prend des initiatives. Je veux bien bosser avec vous. Je dois vous avouer, maintenant que j'y repense, que McGalleng était assez suspect... Ça ne m'est pas venu en tête car j'étais focalisé sur la médicomagie... »

S'attrapant le menton, il se mit à réfléchir... Vraiment, mais pas sur ce que l'Auror pouvait penser.

« Puis-je avoir davantage de détails ? Quelle est donc cette affaire avec lui, et... L'avez-vous, ou bien il s'est fait la malle ? »

Les deux cas ne lui posaient aucun souci, il avait juste besoin de connaître quelques détails qui lui permettraient de comprendre ce qu'il se passait. D'ailleurs, si McGalleng s'était enfui, il était sûr de pouvoir le retrouver, mais ce n'était pas le plus important... L'essentiel était de ne pas être suspect lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Matt Austin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Matt Austin, Mer 15 Avr 2015 - 18:32


« Vous avez pris un risque en faisant cela, mais c'était nécessaire. J'aime quand un agent prend des initiatives. Je veux bien bosser avec vous. Je dois vous avouer, maintenant que j'y repense, que McGalleng était assez suspect... Ça ne m'est pas venu en tête car j'étais focalisé sur la médicomagie... »

Matt hocha la tête en écoutant Rurik parler. Bien sur que cela avait été nécessaire. Risqué, certes, mais très utile. Garce à son petit tour, il avait pût rapidement en apprendre plus sur le géant russe et s'assurer que ce dernier était bien digne de confiance. De plus, il venait découvrir un détail important sur le médicomage: ce dernier n'était d'autre qu'un Occlumens. Une telle information était toujours utile à savoir.

Le fait que Rurik ne se soit pas aperçut sur le moment de l'air suspect du dénommé McGalleng était tout à fait compréhensible. Avec son métier de médicomage, il avait eu surement d'autres choses à faire à ce moment, comme le guérir de ses blessures. De toute manière, si il c'était aperçu que l'homme était un truand, le colosse n'aurait pas pût faire grande chose. S'attrapant alors le menton, Rurik sembla perdu dans ses pensées.

« Puis-je avoir davantage de détails ? Quelle est donc cette affaire avec lui, et... L'avez-vous, ou bien il s'est fait la malle ? »

L'Auror attrapa le dossier et le retourna vers lui pour avoir une vue d'ensemble des diverses photos. Il isola celle du fameux Edward McGalleng, surnommé le "vieux Ed", qui n'était d'autre que le principal suspect dans l'affaire. Puis, le brun regroupa trois photos bien précise. Il y avait celle de l'agent infiltré, habillé avec sa tenue de fonction de la police londonienne, une autre d'un adolescent à la coupe au bol et aux habits de riche. La dernière était une photo de groupe de plusieurs membres de la mafia russe qui c'était implantée en Angleterre. L'américain retourna ensuite les photos pour que Rurik les voit.

" Il se trouve que depuis plusieurs mois voir années, la mafia russe c'est étendue jusqu'à notre beau petit continent Anglais. Cambriolage, trafic de stupéfiants, blanchissement d'argent et tout un tas d'autres affaires illégales sont leur business. Autant vous dire, que la mafia pourrie de plus en plus notre pays. De ce fait, le gouvernement a décidé d'agir et un agent a été envoyé pour les infiltrer. Matt pointa du doigt la photo du policier. Cet homme. Pendant plusieurs mois, il a effectué sa mission avec brio et à rapporté des preuves importantes. Tout ce déroulait pour le mieux donc. Mais, lors d'un simple vente de drogue où il accompagnait un dealer, il a disparut, ainsi que le dealer et l'acheteur. Cette fois, Matt montra la photo du jeune à la coup au bol. Depuis cette incident, nous avons plus aucune nouvelle. Même pas de demande de rançon. Mais les inspecteurs Londoniens ont réussis à remonter jusqu'à notre "ami en commun", qui est connu pour être un petit malfrat à la solde du portefeuille le plus gros. "

L'auror marqua une pause après ses explications. Il n'avait pas parlé du pourquoi de l'implication du géant russe dans l'affaire, ils en avaient assez débattus. Maintenant, tout le monde attendaient des résultats et Matt n'avait plus de temps à perdre, des vies étant en jeu. Le brun n'expliqua pas non plus au flic russe qui était l'acheteur de drogue qui avait disparut. Pour le moment, il n'avait pas besoin de le savoir.

" Pour vous répondre sinon, McGalleng a été arrêté, de ça plusieurs jours. Il se trouve au près de collègues moldus. Avez vous d'autres questions ? Vous pensez pouvoir m'apporter plus d'informations désormais ? "

Rurik allait peut être vouloir l'accompagner interroger le malfrat, maintenant qu'une collaboration avait vue le jour entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Invité, Mar 21 Avr 2015 - 23:04


Observant les photos que l'inspecteur rassemblait pour se préparer à lui répondre, Rurik grimaça intérieurement : certains de ces hommes lui étaient utiles, il ne fallait pas qu'ils se fassent pincer. Bien sûr, il était impossible qu'ils trahissent leur chef, il s'en était assuré, mais il n'aimait guère perdre des hommes, ils étaient un peu comme... comme... ses enfants ? Non en fait, mais il tenait à eux quand même !

- Il se trouve que depuis plusieurs mois voir années, la mafia russe c'est étendue jusqu'à notre beau petit continent Anglais...

Ça, le russe le savait très bien... Il y avait participé en partie, sachant qu'il allait retourner en Angleterre, il avait préféré envoyer quelques "affaires" s'y implanter. On lutte comme on peut contre le dépaysement...

- Cambriolage, trafic de stupéfiants, blanchissement d'argent et tout un tas d'autres affaires illégales sont leur business. Autant vous dire, que la mafia pourrie de plus en plus notre pays. De ce fait, le gouvernement a décidé d'agir et un agent a été envoyé pour les infiltrer.

La tête de cet homme lui disait vaguement quelque chose... Il l'avait déjà vu, de très près, d'ailleurs, ainsi que le gamin... Il s'était occupé de leur cas, un petit tour dans le crâne de l'agent infiltré avait suffit au médicomage pour le tuer et le faire disparaître au plus vite. Le gamin en avait trop vu, et il avait une tête qui ne lui revenait pas. Cependant, l'Auror souhaitait éclaircir cette affaire, Rurik n'avait donc pas d'autre choix : il allait l'aider à capturer les coupables... Pas les vrais, bien évidemment, mais le russe ferait en sorte qu'il soit satisfait de la prise pour ne plus jamais remettre en question l'innocence du policier-criminel qu'il avait devant lui.

- Pour vous répondre sinon, McGalleng a été arrêté, de ça plusieurs jours. Il se trouve au près de collègues moldus. Avez vous d'autres questions ? Vous pensez pouvoir m'apporter plus d'informations désormais ?

Acquiesçant silencieusement, le loup-garou fouilla dans sa poche et en sortit un appareil tactile moldu : s'il était sang-pur, il ne risquait pas de comprendre ce qu'il faisait, mais tant pis, le policier devait jouer son jeu.

« Je ne connais pas tous les suspects et criminels qui passent à la trappe par ici, j'ai mes propres affaires et le commandement d'un bonne partie des gars... Laissez moi juste vérifier... Un nom anglais a toutes les chances d'avoir été mal noté dans nos registres. »

Grand habitué de la technologie, ses doigts s'activèrent sur l'écran tactile : il avait fait ça de nombreuses fois, il était toujours prêt à rediriger une enquête selon ses désirs. Faisant mine de chercher, il ouvrit un document sur lequel il rajouta le nom de McGalleng.

« C'est bien ce que je pensais, on a vraiment des failles à ce niveau là... Ils devraient mieux enseigner l'anglais à l'école de police... » grogna-t-il.

Se levant et ouvrant légèrement la porte, il s'adressa à Bothe :

« Je viens d'imprimer un truc, vas me le chercher, je suis occupé. »

Voyant le jeunot s'élancer à toutes jambes, il eut un petit instant de regrets : dans sa hâte et ses réflexions pour rendre son plan parfait, il avait oublié un brin de politesse. Déjà que ce n'était pas facile pour la recrue, si en plus il se faisait réprimander pour rien par son commandant, il y avait de quoi perdre le moral. Lorsqu'il revint, il le remercia un peu plus chaleureusement, le gratifiant d'une tape sur l'épaule. Grimaçant, les yeux du jeune policier s'allumèrent cependant d'une lueur de fierté : il avait été remercié et s'était presque fait déboîter l'épaule par Rurik, tout le monde au poste savait que c'était une bonne nouvelle !

Roulant des yeux après avoir refermé la porte, le russe se tourna donc vers l'Auror et lui tendit les feuilles de papier sur lesquelles se trouvaient un rapport assez détaillé sur des affaires de drogue, le nom de McGalleng était associé à celui d'un certain Dmitri Zelenyy, impliquant quelques meurtres, des règlements de compte encore et toujours en rapport avec la drogue, la prostitution et le blanchiment d'argent. Rurik ne l'envoyait bien évidemment pas sur la piste d'un de ses hommes, mais plutôt sur un chef de réseau qui posait problème à son propre groupe (et la police, accessoirement).


« Je sais pas si vous savez lire le russe, je peux vous le faire traduire en peu de temps si possible... Ayla devrait être libre là... Bref, McGalleng, mal orthographié, bien évidemment, entretenait de forts liens avec un certain Dmitri Zelenyy, qui est assez connu pour son commerce de drogues dures, parfois létales pour les addicts, il trempe dans pas mal de trucs et on a souvent droit à des règlements de compte entre groupes criminels à cause de son influence. »

Laissant le rapport sur la table pour son "collègue", le policier croisa les bras et s'appuya légèrement contre la table (mais pas trop, elle lui avait déjà fait le coup de valser n'importe comment au vu de son poids, Dobrev en riait parfois encore...).

« Ça colle avec ce que marmonnait McGalleng, il parlait de rapports, d'opportunités, de se faire les couilles en or... Il parlait de son fils, aussi, je crois... Ou pas le sien, mais apparemment c'était lié au fait de se remplir les poches. J'étais trop occupé à lui éviter de crever que j'ai pas chercher à lui poser des questions pendant qu'il délirait. »

Fronçant les sourcils dans une parfaite expression de frustration, il grogna légèrement (ça aussi, il était très doué pour le faire, même si ce n'était pas utile).

« Le problème, c'est que j'ai pas assez d'hommes pour tenter quoi que ce soit face à Zelenyy, il est facilement informé des mouvements de police... Sauf si... En tant qu'Auror, vous êtes autorisé à utiliser la magie sur les moldus, non ? J'ai tendance à agir comme un moldu pour ce boulot, mais si vous vous êtes déplacé jusqu'ici, ça doit toucher le domaine magique... Bordel... ça pourrait presque expliquer l'efficacité de cette crapule. »

Il ne savait pas vraiment ce que ça allait donner, mais il ne pouvait que lancer ce Mr. Austin sur une piste et essayer de l'y tenir. S'ils arrêtaient Dmitri, cela permettrait de clore cette affaire... Il savait comment lui faire avouer qu'il avait orchestré la disparition de l'agent infiltré et du gamin.

Rurik appréciait bien les Aurors, peut-être que cette aventure allait l'aider à se faire des relations positives, pour une fois. Pour tout le côté de sa vie qui se déroulait à Londres et à Poudlard, cela ne le dérangeait pas trop de s'en rapprocher...


Revenir en haut Aller en bas
Matt Austin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Matt Austin, Dim 26 Avr 2015 - 21:06


Après avoir raconter l’affaire dont il était chargé, Matt attendait la réaction du colosse Russe. Le brun espérait que ce dernier pourrait lui apporter des informations supplémentaires pour décoller définitivement dans ce dossier et espérer retrouver les disparus. Devant lui, Rurik fouilla dans sa poche et en sorti en smartphone. Objet moldu des plus utiles que l’Austin gardait très souvent dans sa poche arrière. Après tout, il était le genre de sorcier à utiliser le moins possible la magie dans la vie quotidienne.

« Je ne connais pas tous les suspects et criminels qui passent à la trappe par ici, j'ai mes propres affaires et le commandement d'un bonne partie des gars... Laissez moi juste vérifier... Un nom anglais a toutes les chances d'avoir été mal noté dans nos registres. » S’exclama le policier moldu tout en pianotant rapidement sur son téléphone portable. « C'est bien ce que je pensais, on a vraiment des failles à ce niveau là... Ils devraient mieux enseigner l'anglais à l'école de police... » grogna-t-il.

Matt ne préféra rien dire, se contentant de regarder le sorcier se lever pour ouvrir la porte et donner une petite mission, d’un ton plutôt sec, au policer toujours présent devant le battant métallique. En attendant le retour du bleu, l’Auror ne parla pas. Il ne voyait rien à ajouter sur le moment. Il remerciera Rurik une fois le rapport en main.

Le jeunot ne tarda pas à revenir toquer à la porte, un dossier à la main. Rurik le remercia d’une rapide tape sur l’épaule avant de refermer le battant. Finalement, le colosse russe pouvait montrer quelques signes bienveillants de temps en temps. Le dossier ne tarda pas à arriver face à l’Austin. Il contenait plusieurs feuilles de papier que l’Auror attrapa pour y jeter un coup d’œil. Bien évidement, les papiers étaient en russe, langue que l’américain ne parlait absolument pas. Ainsi, il se contenta de regarder les photos présentes dans les dossiers. Rurik ne tarda pas à lui résumé le contenu.

« Je sais pas si vous savez lire le russe, je peux vous le faire traduire en peu de temps si possible... Ayla devrait être libre là... Bref, McGalleng, mal orthographié, bien évidemment, entretenait de forts liens avec un certain Dmitri Zelenyy, qui est assez connu pour son commerce de drogues dures, parfois létales pour les addicts, il trempe dans pas mal de trucs et on a souvent droit à des règlements de compte entre groupes criminels à cause de son influence. Ça colle avec ce que marmonnait McGalleng, il parlait de rapports, d'opportunités, de se faire les couilles en or... Il parlait de son fils, aussi, je crois... Ou pas le sien, mais apparemment c'était lié au fait de se remplir les poches. J'étais trop occupé à lui éviter de crever que je n’ai pas cherché à lui poser des questions pendant qu'il délirait. »

« Ne vous en faites, je m’en remets à vous pour avoir un petit résumé. Nul besoin de traduction. « Refusa poliment Matt.

Moins de personne n’était au courant de l’histoire, mieux c’était. Déjà que sa confiance envers Rurik n’était pas complète, il ne pouvait se permettre de laisser plus de personnes rentrer dans le cercle privé de cette affaire. L’ébruiter n’était pas une bonne idée, sachant qu’il opérait en secret. Le géant russe reprit :

« Le problème, c'est que j'ai pas assez d'hommes pour tenter quoi que ce soit face à Zelenyy, il est facilement informé des mouvements de police... Sauf si... En tant qu'Auror, vous êtes autorisé à utiliser la magie sur les moldus, non ? J'ai tendance à agir comme un moldu pour ce boulot, mais si vous vous êtes déplacé jusqu'ici, ça doit toucher le domaine magique... Bordel... ça pourrait presque expliquer l'efficacité de cette crapule. »

Matt croisa les bras sur son torse en réfléchissant, prenant en compte les nouvelles informations que venait de lui donner Rurik. Dmitri Zelenyy avait le profil parfait du criminel dans cette affaire. Ce russe aurait voulu empêcher la mafia de s’étendre plus en freinant son commerce de drogue au profit du sien. Utiliser McGalleng, un pauvre malfrat de bas gamme, en lui promettant la lune. Zelenzyy et lui allait devoir se rencontrer rapidement.

On en venait donc à la question soulevée par Rurik. Comment l’attraper sachant qu’il y avait des taupes dans la police russe ? L’Auror n’était pas sur d’avoir carte blanche, un dérapage avec la magie pouvait très vite arriver. De plus, même les autorités magiques de la Russie n’étaient pas au courant de sa venu et si cela s’apprenait, il risquait gros. Pour avoir Zelenyy et l’interroger, ils allaient devoir œuvrer dans la plus grande discrétion.

« Très intéressantes ces informations, je vous en remercie. Il est clair que pour faire avancer l’affaire, nous allons devoir avoir une petite conversation avec ce Dmitri Zelenyy. Mais si, comme vous le dites, il peut être au courant des moindres mouvements de la police, nous allons devoir agir à seulement à deux. »

Le ton de l’Auror, sec et sérieux, ne laissait nullement le doute sur le nombre de personne qui allait participer à l’opération. Rurik et lui. Point Final. Moins ils étaient, mieux c’était.

« Pour ce qui est de la magie, il est indéniable que nous allons devoir y recourir pour attraper et interroger ce malfrat. Mais nous en abuserons pas, pour ne pas prendre le risque de dévoiler le secret magique. On le chope, on le fait craquer et avouer, puis on lui fait oublier. Si effectivement c’est lui le coupable, j’en informerait mes supérieurs pour savoir la suite des opérations du côté anglais. »

L’Auror referma le dossier en carton et le poussa vers le sorcier russe. Mettant les mains derrières la tête, il se balança sur sa chaise en fixant Rurik. Son regard était le dur et sérieux, celui qui ne laissait pas de place à une petite blague. Il était temps de passer à l’action.

«Je suppose que nous allons devoir surveiller Zelenyy, ses habitudes et son quotidien, pour pouvoir agir au bon moment. Une embuscade surement, quand il est le plus vulnérable et le moins défendu. Le transplanage serait surement une arme redoutable pour le coup. Des suggestions à apporter ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Invité, Jeu 30 Avr 2015 - 23:11


Pourquoi s'était-il embêté à imprimer le rapport si l'Auror ne savait pas lire le russe et s'il ne souhaitait même pas qu'on lui traduise ? Sans doute pour montrer qu'il souhaitait aider... Cela servirait sans doute à rehausser la confiance que l'inspecteur avait en lui : il le devinait aisément, ce Mr. Austin n'avait pas entièrement confiance en lui. C'était compréhensible au vu de l'apparence du policier russe.

- Très intéressantes ces informations, je vous en remercie. Il est clair que pour faire avancer l’affaire, nous allons devoir avoir une petite conversation avec ce Dmitri Zelenyy. Mais si, comme vous le dites, il peut être au courant des moindres mouvements de la police, nous allons devoir agir à seulement à deux.

Rurik acquiesça silencieusement : le ton du jeune homme était suffisamment sérieux. Si ça se trouvait, il n'allait pas travailler avec un gamin abreuvé à coup de traitements de faveurs... Auror était un métier très important, et parfois même les plus expérimentés rencontraient des situations atroces et inextricables... Celui qu'il avait en face de lui était sans doute prometteur...

- Pour ce qui est de la magie, il est indéniable que nous allons devoir y recourir pour attraper et interroger ce malfrat. Mais nous en abuserons pas, pour ne pas prendre le risque de dévoiler le secret magique. On le chope, on le fait craquer et avouer, puis on lui fait oublier. Si effectivement c’est lui le coupable, j’en informerait mes supérieurs pour savoir la suite des opérations du côté anglais.

Le russe demeura impassible : en fait, il était plutôt tenté par un assaut frontal avec son fusil d'assaut... Ça pouvait lui permettre de se défouler un bon coup... Et probablement de mourir au passage. Il avait beau être robuste et expérimenté, parfois, les balles, c'était un peu trop rapide à anticiper.

- ...Des suggestions à apporter ?

Bien sûr qu'il avait des choses à rajouter... Il n'avait écouté qu'à moitié le reste des paroles de l'Auror : embuscades et compagnie, il savait très bien comment cela se passait, il y avait droit assez souvent, entre ses affaires de police, les affaires mafieuses et les affaires plus... personnelles.

« Oui, il y a quelque chose de très important à faire. Vous devez partir... »

Faisant une légère pause pour que le jeune homme comprenne bien qu'il lui demandait de s'en aller, Rurik reprit ensuite :

« Vous avez été vu par beaucoup trop de personnes ici, dehors, en chemin... Il faut que vous quittez le pays, ou du moins, que ça en ait l'air. »

Plissant légèrement les yeux, l'imposant sorcier étira un léger sourire guère rassurant. Il tira ensuite sa baguette et verrouilla la porte à distance d'un simple mouvement.

« Je ne sais pas si vous avez déjà fait ça, mais les sorciers de Russie s'en servent très souvent, on va dire que vu la taille du pays... »

En portant sa baguette à sa tempe, il la retira ensuite délicatement, extrayant un filet argenté qui s'accrocha à sa baguette tel un spaghetti à moitié cuit. D'un geste souple, il envoya ce filament flotter dans les airs devant l'autre sorcier, lui "offrant" ainsi ce souvenir :

« Il est difficile de transplaner vers des lieux inconnus ou non préparés à recevoir des arrivées par transplanage, comme au Ministère, par exemple... Mais avec ça vous pourrez me rejoindre sans encombres... disons... Demain soir ? Faites semblant de partir, prenez le train, l'avion, ou je-ne-sais-quoi, puis il vous suffira de transplaner directement. »

Tout ceci n'était qu'une proposition, un conseil sincère : ils n'arriveraient à rien si sa présence avait été remarquée par les mauvaises personnes... Et Rurik savait que le poste de police était très surveillé (que ce soit par ses hommes ou des sbires rivaux).

« Pour ce qui est de l'assaut, je peux vous laisser prendre les décisions, si cela ne relève pas de mon domaine, il vaut mieux laisser agir les compétences d'un Auror. »

Des compétences d'Auror... Ha ! S'il n'avait pas été obligé de coopéré, il n'aurait même pas pris le temps de laisser ce jeune homme prendre la moindre décision : en termes d'expérience, même s'il ne faisait pas partie de l'élite du monde magique, il en avait vu des vertes et des pas mûres. De plus, il connaissait tellement les criminels moldus qu'il pouvait presque toujours deviner ce qu'ils allaient faire... Seules les grosses têtes comme Dmitri Zelenyy pouvait lui donner un véritable challenge... Ou du moins un peu plus d'amusement que la simple chair à canon.

Il devait néanmoins faire bonne impression à ce Mr. Austin. De plus, le russe était tellement habitué à donner les ordres, qu'en recevoir un peu ne lui ferait pas de mal, bien au contraire. Il n'était pas du genre à vouloir tout contrôler, mais en général les choses importantes finissaient toujours par tomber entre ses grosses mains : il avait voulu détruire Alekseï et avait récolté sa place de chef du groupe mafieux, il avait voulu s'impliquer dans la police pour s'en servir d'une seconde arme face à ses ennemis, il s'était retrouvé commandant sans trop pouvoir refuser, de peur de semer le doute... Non, vraiment, entre l'Ordre et cette petite affaire avec cet Auror, le colosse avait l'impression d'avoir des vacances !

« Qu'en pensez-vous ? »

[ Fin du RP, suite ici ]


Dernière édition par Rurik Mkrovsk le Dim 16 Aoû 2015 - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 70
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Mangemort 70, Dim 16 Aoû 2015 - 18:12


{RP Unique}

Cheveux blonds. 1M90 pour 90KG. Ex-prisonnier de 31 ans cherche femme pour la chérir, la protéger et débuter une vie saine.

À la lecture du titre de cette petite annonce, 70 sut tout de suite qu'elle avait trouvé sa victime. Elle parcouru brièvement la suite du texte où elle repéra quelques nformations tel que son prénom et son lieu de résidence, et entreprit de répondre au charmant jeune homme. Pour ce faire, elle s'arma de sa plus belle calligraphie et d'un stylo moldu à encre mauve.

«Jeune femme de 29 ans qui a besoin d'un preux chevalier. Belle apparence soignée. Attendez-moi près du parc Gorki, j'y serait jeudi à minuit.»

C'était parfait, le moldu mordrait certainement à l'hameçon. C'est avec difficulté que la Mangemort envoya sa réponse au journal russe qu'elle s'était procurée. Disons qu'elle était peu habituée à utiliser les voies postales et heureusement que le commis du bureau de poste l'aida avec un grand sourire niais, lorsqu'elle prétendit être une touriste peu habituée à leur système «si compliqué». Le journal garantissait l'arrivée des réponses aux destinataires en moins de vingt-quatre heures. Cela laissait donc la chance à la mage noire de visiter la ville et de s'empiffrer dans les mets traditionnels des Russes, avant de s'occuper d'une autre mission. Elle revint à Moscou aux petites heures du matin et logea dans un chic hôtel où elle fit la grasse matinée et occupa le reste de sa journée en séance shopping. Car, si elle en avait pas utiliser la poste, 70 connaissait cependant le fonctionnement d'une carte de crédit, peu importe le pays dans lequel elle se trouvait.
 
Bref, l'heure du rendez-vous approchait et la sorcière quitta son hôtel. Une fois sur place, au lieu indiqué dans sa courte missive, la belle sorcière attendit que son prince charmant se présente. Ce qui prit tout au plus quelques minutes. Elle reconnue rapidement le colosse qui cherchait la perle rare et s'approcha à pas feutrés de lui. Il était naïf tout de même de se rendre à un rendez-vous fixée par une étrangère, non ?

- Céddrik, c'est ça ?

L'homme acquiesça avec un sourire séducteur :

- Ouais. T'es pas mal comme m...

C'est avec une rapidité surprenant que la mage noire lança un #Bloclang, suivit d'un  #Impero à sa victime. Elle avait pas besoin d'entendre ses jérémiades à deux balles, elle avait suffisamment perdue de temps comme ça. La mage noire dicta à l'homme qu'ils allaient prendre le taxi et retourner à son hôtel, dans la chambre 221 où ils vivraient une aventure hors du commun. Une fois sur place, sept-zéro rassembla tous ses achats, tandis que le dénommé Ceddrik attendait assis sur le lit.

- Attrape ma main, c'est parti !

Une fois que le Russe attrapa sa main, la sorcière l'attira vers elle et ils transplanèrent dans un crac sonore.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Azénor Philaester, Sam 4 Fév 2017 - 1:40


pv ft. LiskuvetteloveKalsitrent // j'ai son LA.

Le Kalsi. Le tout nouveau préfet de Poufsouffle. Je ne m'étais jamais vraiment intéressée à cette maison jusqu'à ce que je rencontre ce qu'on pourrait appelé l'amour de ma vie, du moins c'est ce que je pense. Oui parce qu'il était à Poufsouffle lui aussi. Alors s'il y était, c'est qu'il ne peut y avoir que des gens biens, et respectables.
Pourquoi je suis là? Prête à partir pour la Russie, un sac à mes pieds, manteau chaud sur le dos, adossée à un mur du Hall du Château, près des Sabliers. Pour accompagner le préfet Liskuvo, dans la capitale. Une demande du jeune homme. Je me suis simplement portée volontaire. Je ne suis jamais allée en Russie, alors pourquoi pas hein, comme on dit. Ça peut être sympa, découvrir une nouvelle culture, et avoir froid du matin au soir.

Les Sabliers justement, je les regarde. Le Rouge prédomine, pour une fois. Suivit par les Serpents, les Blaireaux et puis les Aigles. J'ai vraiment à cœur de garder cet avantage. Cela commence à faire longtemps que l'on a pas pu brandir la Coupe et l'exposer dans la Salle Commune. Et je pense que les Lions en ont besoin, histoire de se motiver un peu, de retrouver une humeur joviale peut-être.
Nous avons prévu de partir en Portoloin, celui-ci se trouvant non loin d'ici à Pré-Au-Lard. On ira en transplanage, histoire de ne pas perdre de temps. J'attends le jeune sang pur qui ne devrait pas tarder à arriver. Et puis j'entends des bruits de pas, justement le voilà. Je lui sourie de loin. Je montre que je suis sympa, soit disant. Il arrive à ma hauteur et je lui lance un chaleureux 'Bonsoir'.

Sans plus attendre, nous partons. L'immense porte s'ouvre pour nous laisser passer. Je m'arrête un instant avant de continuer. J'ai une sorte de frisson qui emporte mon corps tout entier. J'en avais presque oublier la beauté de l’Écosse. Le ciel est gris, et puis il pleure. La nuit tombe. Très vite. La Lune ne va pas tarder à arriver, n'est-ce-pas. Et puis je m'attarde sur l'immensité du paysage. Sa pureté et sa finesse. Juste maintenant, ça me rappelle quelque chose. Des années auparavant. Avec Lïnwe. Il fait exactement le même temps. Sinistre mais à découvert. Le ciel qui nous salue, comme pour nous dire de ne pas l'oublier. Ce que j'aime la pluie. J'aimerais m'y immiscer, danser avec elle jusqu'au lendemain, et lui supplier de m'emmener avec elle. Comme ça je pourrais aller voir la lune et les étoiles de plus près. Et puis je pourrais même découvrir ce qu'il y a derrière.

Je me remets difficilement à moi. J'espère que le préfet n'a pas remarqué mon moment d'inattention. Au pire, je m'en fiche clairement. Ce n'est pas comme si c'était vraiment important. Alors nous commençons finalement à marcher, sous la pluie. Capuche mise, tête baissée. J'aperçois l'obscurité de la nuit venant, dans mes yeux entrouverts.
Arrivés assez loin du Château pour que nous puissions transplaner jusqu'à Pré-Au-Lard, je tends ma main à Liskuvo, accompagné d'un sourire et d'un regard aimable.
- Attrapez ma main, nous allons transplaner, cela ira plus vite.

Main dans la main, cela pourrait paraître bizarre, mais aussitôt arrivés, on se lâche, pour revenir côte à côte. Le Portoloin n'est pas loin, et sans bruit, nous reprenons notre chemin, sous la pluie, au milieu des rues de Pré-Au-Lard.
Le fameux objet qui nous permettra d'arriver jusqu'en Russie n'est autre qu'une bouteille en verre bleu vide. Assez poussiéreuse et ancienne, à première vue. Quand j'aperçois enfin le dit-objet, je jette un coup d’œil à ma montre.
-Oh il part dans une minute exactement, ne traînons pas.

Tous deux la mains sur le Portoloin, l'heure arrive et cette sensation de tourbillon, de même genre que le transplanage, engourdie mes entrailles et me procure une sensation plutôt désagréable. Mais cela ne dure pas très longtemps. Le voyage est terminé, et nous voilà arrivés en Russie. Plus précisément à Moscou, la capitale. Trois heures de décalage horaire. Ma montre affiche dix huit heure. Il est donc neuf heure du soir ici. Bon et bien, que l'aventure commence.

Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Liskuvo Kalsi, Lun 6 Fév 2017 - 15:32


RP avec Zézé Philantropester

Pour une raison connue seulement des plus hauts, la Russie m'avait toujours attirée. Je sais pas pourquoi, le froid peut être, les dingues, l'alcool. Enfin tout dans la Russie m'attirait, si j'avais pu y vivre je ne m'en serais pas privé une seule seconde. Mais non, il avait fallu vivre en Angleterre, pas que je dénigrais ma vie ici attention, mais de mon point de vue la vie en Russie pouvait être sympa, peut être même plus qu'ici. Sauf pour Poudlard bien sûr, j'étais dans la meilleure école de magie du monde et ça c'était sûr.

Quoi qu'il en soit, ayant toujours voulu me rendre là-bas mais n'ayant jamais eu de réelle raisons d'y aller ni personne pour venir avec moi. J'avais imaginé pouvoir demander de visiter Koldovstoretz, même sans rentrer, juste de loin pour voir qu'elle allure ça avait une école Russe. J'avais fait savoir à quelques endroits que ça m'intéressait et finalement une certaine Azénor, directrice de la maison des rouges et ors avait accepté de m'accompagner. C'était une véritable aubaine, déjà on avait accepté ce qui était cool et en plus c'était une directrice, y'avait de quoi jalouser dans les couloirs. Une directrice pour moi tout seul dans un pays qui parle pas notre langue, c'était à la fois bizarre et captivant.

Donc voilà, habillé chaudement de la tête au pied, j'aime la Russie mais faut pas abuser non plus, monsieur Soleil ça se voit qu'il est pas pote avec eux, j'avais tout donné pour ne pas avoir froid, si bien que je crevais actuellement de chaud dans Poudlard. Faut savoir faire des concessions aussi. Je devais retrouver la Azénor près des Sabliers de Poudlard, j'imagine que pour une fois que sa maison avait un peu d'avance elle voulait absolument me le rappeler avant de partir, pour montrer qu'elle est supérieure ou quelque chose comme ça. C'est énervant de commencer une expédition comme ça, elle veut pas juste me retrouver à Pré-au-Lard ? On doit prendre un portoloin là-bas, c'est plus pratique. Enfin bon, direction les Sabliers.

Elle est déjà là, en train d'observer ses précieux sabliers, j'y jette un œil, toujours aussi tristes. Elle se retourne quand je commence à m'approcher, sourire aux lèvres, en m'approchant elle me lance un 'Bonsoir' poli.

- Bonsoir, merci de m'accompagner.

Poli aussi, je la suis jusqu'à la sortie de Poudlard sans piper mot, on sort. Je préfère ne rien dire, c'est agréable le silence des mots et le bruit de la nature, ça change des gamins qui crient dès qu'il est possible de faire entendre sa voix. Alors je marche derrière elle, sans vraiment chercher à commencer la moindre discussion, juste déterminé à avancer jusqu'à ce qu'on puisse arriver.

A un moment donné, elle s'arrête. Je manque de lui rentrer dedans mais je me reprends au dernier moment. Elle me tend la main, que je regarde d'un air bizarre. Pourquoi me tendre la main, on est pas en Russie ni à Pré-au-Lard là. Je suis déjà perdu, ça commence bien.

- Attrapez ma main, nous allons transplaner, cela ira plus vite.

Oh. Je vois. C'est vrai que c'est intelligent, je sais pas pourquoi j'y ai pas pensé, j'ai l'esprit un peu embrumé je crois. C'est une situation un peu inhabituelle pour moi donc je perds mes repères rapidement, je vais devoir me reprendre au plus vite avant de me faire manger par un ours russe, ce sont de vrais sauvages ces bêtes là. Je lui attrape donc la main. Nous transplanons jusqu'à la ville. Puis j'observe Azénor qui cherche des yeux quelque chose, m'interrogeant sur la forme du portoloin, je n'ai pas pris la peine de me renseigner dessus, j'imagine que j'aurais peut être du mais j'avais autre chose à faire alors j'ai seulement préparé ce qu'il se passerait une fois là-bas, quand nous pourrions nous approcher de l'école.

-Oh il part dans une minute exactement, ne traînons pas.


Ah elle a du le trouver. Je mets la main sur la bouteille en verre. Sûrement ça le portoloin, à vrai dire j'en sais rien j'ai suivi son geste. Le sensation procurée est pire que celle du transplanage, je suis sur le point de relâcher tout ce que j'ai mangé dans la journée, heureusement on arrive en quelques secondes seulement. Je garde malgré tout une sensation de nausée extrême. Mais on y est. Moscou je crois, l'école est proche alors. On devrait y être avant demain si on part maintenant. Je n'ai aucune envie de rester dans la ville alors je pense qu'on peut direct partir, histoire de dormir là-bas.

- On est arrivé ! Je jette un regard au ciel noir, il fait tard en fait. J'hésite.L'école n'est pas loin du tout, il faut se déplacer vers l'Ouest pendant une bonne heure, peut être un peu plus et on y est, mais on peut tout à fait rester ici la nuit avant de partir demain. C'est vous qui voyez, si vous avez faim aussi c'est mieux de manger dans la ville que dans la forêt...

Faut dire que j'avais prévu d'arriver avant la nuit dans Moscou, mais là il est tard de chez tard, si on part vers l'école on y sera vers quoi ? 22h30 ou 23h, si ça se trouve ils ne nous laisseront pas rentrer, ce serait dommage. Moi qui commençait à apprécier cette compagnie silencieuse je sais pas si je l'apprécierais la nuit dans la forêt, y'a des limites.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Azénor Philaester, Mer 8 Fév 2017 - 21:55


LA de Lisk /




Le ciel est d'un noir perturbant. Je me demande ce qu'il y a derrière les étoiles qui accompagne le croissant de lune. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle, c'est que les loups-garous ne seront normalement pas de sortie ce soir. La ville bouge, le brouhaha des conversations et des bruits de pas me donnent le sourire, ça fait plaisir de voir des gens vivre. J'entends des mots, plutôt incompréhensibles, je ne parle pas le russe, alors ça va être compliqué.
Liskuvo regarde le ciel, puis dans un souffle, il prend la parole:
- On est arrivé ! L'école n'est pas loin du tout, il faut se déplacer vers l'Ouest pendant une bonne heure, peut être un peu plus et on y est, mais on peut tout à fait rester ici la nuit avant de partir demain. C'est vous qui voyez, si vous avez faim aussi c'est mieux de manger dans la ville que dans la forêt...

J'aime la nuit. J'adore. Je vis pour la nuit. Alors on partira ce soir. Et puis le sommeil ne viendra pas de si tôt, pour nous il est encore dix-huit heure. Alors autant manger un bout, et s'enfoncer dans la pénombre de la forêt de Russie. Et puis, on vit pour les risques non? Pour un peu d'adrénaline, et de défi. Alors partir de nuit, c'est l'idéal. Et puis, c'est pas comme si je ne pouvais pas garantir notre sécurité, tout de même.
- Très bien alors disons que l'on mange quelque chose avant de partir, puis que l'on partira ce soir? Qu'en dites-vous?

Je sens dans ses yeux une sorte de mini regret. Comme s'il aurait voulu partir maintenant. Peut-être qu'il trouve ça étrange que je pense àme remplir le ventre avant de marcher la nuit durant. Mais ça nous fera prendre des forces, petit homme ignorant.
- Allons y, je vous suis.

Alors on s'enfonce de plus en plus dans le cœur de la ville. Les bâtiments sont hauts, la ville est agitée. Il y a des groupes de personnes, des couples ici et là, des touristes avec leurs appareils photos. Les terrasses, malgré le froid sont quasiment toutes remplies. Et le mythe de la chapka est clairement vérifié. A les voir j'aimerais bien en avoir une moi aussi. Je pourrais bien m'en procurer, comme souvenir de Russie.
Je prends l'initiative de m'arrêter dans une sorte de boulangerie russe. Je ne comprends pas très bien la carte, mais les mets sont traduits en anglais. Et tant mieux. Je me fou clairement de ce que je vais manger, j'ai bien hâte de commencer à marcher dans la forêt, me rappelant mes souvenirs d'antan dans mon propre labyrinthe obscur.
Un homme plutôt âgé, barbe et cheveux gris à l'appui, avec un gros ventre et une taille oppressante s'adresse à moi en russe bien-sûr.
- Какие-я могу вам дать?

J'imagine qu'il nous demande ce que nous désirons. Alors je demande au jeune préfet ce qui lui ferait plaisir. Ce dernier me répond qu'il prendrait volontiers un Vatrouchka, un genre de gâteau sucré je crois. Pour plus de simplicité, c'en sera deux.
Je rétorque alors dans un anglais parfaitement articulé, histoire que le russe comprenne au maximum mes mots. J'avais au préalable fait apparaître de la monnaie russe que j'avais soigneusement rangé dans mon sac, pour une occasion comme celle-ci. Je donne alors au vieil homme l'argent que je lui dois pour nos deux repas, tend le sien à Liskuvo, et nous voilà repartit.
- Bon eh bien, la forêt se trouve par la-bas. Si j'ai bien compris...

Nous marchons alors côte à côte, en direction de l'école de magie de Russie. Moins connue que la notre, si j'en crois les livres d'Histoire. Mais je n'en connais pas beaucoup finalement sur cette Koldovstoretz. J'arrive même à peine à prononcer le mot. Tout ce que je sais, c'est cette histoire de Quidditch et leur arbres déracinés, au lieu d'utiliser de simples balais volants.
Quelques mots, rien de plus, durant notre escapade vers une terre promise. Je ne sais pas trop si je préfère le voyage ou la destination.

Quelques minutes de marche, un Vatrouchka terminé et engloutit, et nous voilà arrivé à la lisière de la forêt. Je prends dans mon sac une bouteille d'eau. Et je l'a tend au préfet des jaune et noir, si lui aussi veut s'abreuver.
Pays froid, atmosphère plutôt glaciale. On sera chanceux si on voit le Soleil durant ces quelques jours.






Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Liskuvo Kalsi, Lun 13 Fév 2017 - 11:34


LA de Zézénor

J'avais sous-estimé la capacité des gens à avoir faim. Moi qui pensait qu'on pouvait se retenir quelques heures, pour la bonne cause. La voilà qui souhaite manger quelque chose avant de partir. Bon, tant pis, au pire ça nous permettra d'aller nous coucher à l'arrivée dans l'école. C'est pas bien grave, je lui dis que c'est bon, je la suis.

On découvre alors Moscou, ville lumineuse de nuit. Je suis émerveillé par le côté neuf qui est associé aux vieux bâtiments à l'architecture pas banale. C'est beau, je ne saurais comparer avec ce que je connais de Poudlard et de Londres, c'est radicalement différent en fait. L'émerveillement de la découverte me ferait pencher pour dire que Moscou est une plus belle ville, mais c'est difficile à dire. Je déambule avec la directrice, aucune idée de là où on pourrait aller, je lui fais confiance pour ça. Elle choisit une boulangerie, sûrement au hasard. Pas très faim, je demande un Vatrouchka, ça me parait être une sorte de goûter sucré, pour 18h ça suffira. Elle demande la même, copieuse.

Puis on repart vers la forêt, côte à côte. En seulement quelques minutes nous sommes à la lisière de la forêt. Elle me donne une bouteille d'eau que je regarde, intrigué. Que d'attentions pour moi, c'est plutôt étrange. Je m'y attendais pas. Je pensais plutôt que ça la saoulerait de venir ici et qu'elle accélérerait le pas. A la place elle m'offre à manger et à boire. Manquerait plus que du pain et qu'il fasse chaud pour se retrouver au Paradis. Je la remercie d'un signe de tête et prends une gorgée de son eau.

Bon. Faut y aller, c'est partit. On rentre dans la forêt dense, ça ressemble dans son entrée à ce que j'avais fait en rentrant dans la forêt interdite. C'est pas très rassurant tout ça. Ça avait finit par un serment, je vais pas faire un serment avec cette madame non plus. J'espère juste que ça va pas trop mal se passer. On sait jamais ce qu'on peut croiser par ici. Mais on avance, sans problèmes. A travers les arbres, les ronces, les buissons. Rien ni personne ne semble habiter cette forêt. Pas une seule fois nous entendons un bruit suspect. C'est suspect d'ailleurs.

La présence de la directrice à côté de moi me rassure un peu, je sais qu'il ne peut nous arriver grand chose. Nous sommes deux et j'espère bien qu'elle se débrouille avec sa baguette. Qu'on l'ait pas nommé directrice pour rien quoi. Sinon à quoi ça sert ? Absolument rien. Faut espérer qu'on est pas à nous en servir non plus. Ce serait bien triste.

On arrive finalement dans une petite clairière, éclairée par la lune au dessus de nos têtes. Le froid a finit par engourdir mes mains, qui n'ont pas bougés depuis que nous sommes partis dans la forêt. C'est plutôt inquiétant, si je dois attraper un objet ça va être difficilement faisable. Je me tourne vers Miss Gryffondor, j'ai besoin d'un coup de chaleur.

- Y'a moyen d'allumer un feu ? J'ai l'impression que mes doigts sont pas prêts à vivre dans le froid Russe...si je dois sortir ma baguette ça risque d'être compliqué. Je vais le faire.

Sans vraiment attendre de réponse, après tout c'est une question de sécurité. J'amasse des petits bouts de bois puis sort ma baguette. Les mains tremblantes, je sens à peine que je la tiens à pleine main. C'était le moment d'arrêter là je crois. je prononce un Incendio et mets en feu l'amas. Parfait. Je m’assoies à proximité et tends mes mains, paumes vers le feu. Pour les faire réchauffer. Je me tourne alors vers la rouge, je culpabilise en fait.

- Je...suis désolé. Je commençais à plus sentir mes mains et je suis pas très à l'aise dans cette forêt, le silence qui s'en dégage me trouble. J'avais peur de pas pouvoir me défendre si il arrivait quelque chose.

Ce disant, je prenais ma baguette et l'éloignait du feu, la jetant presque à quelques mètres de moi, pour éviter qu'elle ne brûle elle aussi. Puis remettait mes mains en position, guettant le moindre mouvement dans les buissons alentours.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Moscou, capitale de la Russie

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 8

 Moscou, capitale de la Russie

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.