AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 36 sur 40
Se reposer auprès d'un chêne
Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37, 38, 39, 40  Suivant
Luna Dippet
Gryffondor
Gryffondor

Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Luna Dippet, Lun 3 Avr 2017 - 18:47


A Lydie Nouël

~ L'école buissonnière ~


La journée était comme je les aime. Il y avait un beau soleil, mais il ne fait pas trop chaud. Une journée parfaite pour ... ne rien faire. Ou en tout cas pas une journée à rester enfermée en cours. Les cours étaient intéressants, c'est sûr, mais j'étais fatiguée. Fatiguée d'étudier, fatiguée d'écouter un mec ou une nana parler pendant plusieurs heures. Certains cours étaient plus dynamiques comme ceux de Défense contre les forces du mal ou même les cours de Soins aux créatures magique, mais cela ne suffisait pas.

Ce n'est pas sérieux, mais je décide finalement de ne pas aller en cours. En tout cas cette après midi. Me trouvant donc dans mon dortoir, j'ouvre mon sac et y retire tous les gros livres pesant des tonnes et qui ne me seront donc d'aucune utilité cette belle après midi. Je repense à mes parents ... qui ne seraient sans doute pas fier d'apprendre ce que je m’apprêtait à faire. Après tout, ils auraient honte de le dire mais je suis sûr qu'ils l'ont déjà fait ! Quoique ... les Serdaigles sont tellement sérieux. C'était bien en cela que j'avais compris la décision du Choixpeau. Ma place se trouve bel et bien chez les Gryffondor, cela ne fait aucun doute ! Je pensais aussi à Loredana, la jeune fille que j'avais rencontré il y a quelque semaines en pleine nuit dans la salle commune des Gryffons. Peut être qu'elle la rencontrerait cette après midi, elle aussi en train de sécher les cours ! Je prend alors dans mon sac deux romans, mon paquet de carte qui ne me lâche jamais et un paquet de sucreries qu'il me reste. Ma baguette en main, je la contemple quelques minutes avec un sourire léger. Que serais-je sans elle ?

D'un pas léger, mais en même temps sur mes gardes, je me dirige vers l'extérieur du château. Après sept ans à étudier dans ce magnifique château, je le trouvait toujours aussi beau. Les temps étaient dur, c'est vrai, et je considère même que c'est un peu du gâchis. Les années à Poudlard sont, pour la plupart des sorcier que je connais, les plus belles années de leur vie. Encadrés par un personnel de qualité dans un cadre incroyable, les jeunes peuvent s'épanouir, apprendre à apprivoiser la magie et apprendre à se connaître soit-même.

L'air frai qui caresse mes visage et font flotter mes cheveux me donne le sourire. J'aime beaucoup les soirée d'hivers autour de la cheminée en train de lire un bon livre ou à jouer à une partie de jeux de société avec des amis. Mais quand le temps était identique à celui-ci et que je frisais la crise de nerf à cause de mes cours, j'appréciait à me retrouver dehors.

J'aperçoit ici et là de jeunes sorciers qui se promènent. Certains sont surement en pause, peut être même qu'ils n'ont pas cours et qu'ils profite de ce doux soleil plutôt que de rester le nez dans un livre à la bibliothèque. Ou peut être que certain sèchent comme moi ! Je m'assoie contre un chêne assez massif. Miraculeusement il n'est pas occupé. Je regarde deux fois pour bien vérifier qu'il ne s'agit pas d'un Saul Cogneur. Tout va bien. Je sors alors un roman et le pose sur mes genoux. En fait le roman n'est qu'un prétexte pour simuler que je fais quelque chose. La vérité c'est que je n'ai qu'une envie : profiter du soleil sans me prendre la tête.


Dernière édition par Luna Dippet le Lun 10 Avr 2017 - 14:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Lydie Nouël, Lun 10 Avr 2017 - 14:18


Une mèche de cheveux roux s'enroule sous l'effet du vent, non contente de se retrouver à l'extérieur. Supposée être enfermée entre les quatres murs d'une salle de classe lambda, Lydie a préféré faire le choix de la liberté. La plupart des cours ne font que la lasser et elle peine à leur trouver de l'intérêt. Elle sélectionne ses participations, Botanique et Divination en sortent vainqueur. Et, si le choixpeau lui en veut d'un tel manque d'assiduité, il n'avait qu'à l'envoyer à Serdaigle ou Poufsouffle, où elle aurait certainement fait des efforts, travaillé sur ses capacités. Mais la voilà à Gryffondor, passant le plus clair de son temps dehors. Elle remercie intérieurement ses facilités à l'école, c'est grâce à elles qu'elle peut se permettre de sécher autant de cours. Elle pense aussi à son côté impétueux, sans qui elle culpabiliserait des répercussions que ces absences causent. Tel était le discours s'écoulant dans ses pensées à mesure que, dans les étendue du Parc de Poudlard, elle gambadait.

Cruelle insouciance, maintenant loin de l'innocence, esprit libre battu par les vents. Sur sa peau de rousse parsemée d'étoiles brunes, les chaleureux rayons du soleil frappent. Ils l'endorment dans un état de tranquilité qu'elle savoure sans retenue. Elle cherche du coin de l'oeil un endroit serein où profiter de ce temps lumineux et repère l'écorce foncée d'un tronc fermement enraciné. De loin, elle discerne deux jambes émergeant de l'arbre, mais ne peut voir à qui elles appartiennent. Elle s'approche doucement, craignant de déranger un esprit tourmenté. Finalement, elle reconnaît le visage d'une camarade de maison, à qui elle n'avait pourtant jamais parlé. Saisissant cette occasion de distraction, elle se pose face à la jeune Lionne.

- Hé tu n'as pas cours?

Elle se sert souvent de son insigne de préfet pour accoster des élèves, cela fait toujours une bonne excuse. Faire respecter le règlement, devoir faire des rondes à tout instant... Voilà un poste qui l'arrange tout particulièrement. Et il était fou de voir à quel point il était simple d'aller vers une personne lorsque celle ci était seule, à l'écart, assise calmement. Posture propice aux rencontres, si l'on n'était de ceux qui ne savait pas respecter les désirs de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Luna Dippet
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Luna Dippet, Lun 10 Avr 2017 - 15:38


Je m'endormais presque tant la chaleur du soleil mélé à la douce brise d'air frais me faisait du bien. Je ne pensais à rien d'autre qu'à ce que je ressentait. Ne penser à rien n'était pas évident ces temps-ci et cela faisait de cet instant un moment unique et très appréciable.

- Hé tu n'as pas cours?

Je sursaute quelque peu et ouvre les yeux. Se trouve alors devant moi une jeune fille aux cheveux roux qui semble avoir dans mes âges. Je lui adresse un sourire avant de baisser les yeux et de constater avec effrois son badge stipulent qu'elle est préfète des Gryffondor. Ô, horreur et damnation ! Une vague de panique s'empare de moi. Que va-t-il se passer ? A coup sûr elle sait que j'ai cours, et va m'envoyer au bureau de la directrice des Gryffons, ou pire : celui de Sergeï Kholov ! Que dire ? Si elle sait déjà que je devrais avoir cours et que je mens, ma situation risque de s'aggraver. Je n'ai pas le choix.

- Bonjour Préfète ! euh ... si je devrais avoir cours, mais euh ... j'y vais de ce pas ! Veuillez m'excuser !

Je me dépêche de ranger mon livre dans mon sac, me redresse sur mes deux jambes.

Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Lydie Nouël, Mer 19 Avr 2017 - 0:49


Lydie observe la surprise de sa camarade rouge et or sans pour autant changer d'expression. Cette dernière se relève précipitement, elle bafouille quelques mots faisant réaliser à la née-moldue l'impact que son insigne avait à nouveau eut sur la perception que les élèves avait d'elle. L'image de l'adolescente en face d'elle, maintenant remise sur pied, s'imprime sur sa rétine, camouflée derrière des yeux aux iris noisettes qui, doucement, s'adoucissent pour devenir rieurs. Sourire franc, sincère, dont elle seule avait le mystère. Elle s'amuse intérieurement de la crainte de la lionne, sait pertinemment qu'elle ne prévoit en aucun cas de la sanctionner, mais plutôt de converser.

- Ohlalala appelle moi Lydie, préfète c'est trop ringard, on dirait que j'fais partie du personnel de l'école, lâcha-t-elle en riant légèrement. Et puis si tu veux mon avis, on est bien mieux à se détendre par ici.

Ses mains ramenée sur la tête, ses doigts s'entremêlent et elle s'étire, réalisant un corps à la posture décontractée. Elle essaye d'inspirer la confiance à sa camarade, elle est d'humeur amicale. Parfois, dans ses vagabondages, elle apprécie la présence d'un humain. Cette personne a pour rôle de la ramener sur terre, lorsque ses rêves l'emportent trop loin.

- J'ai vu que tu avais pensé à apporter un livre! Moi, j'oublie tout le temps. Enfin on se contente aisément de la distraction offerte par les paysages du Parc, finit-elle.

Elle se laissa finalement tomber au pied du chêne, espérant que la jeune femme à ses côtés suivraient le mouvement.

c'est rapide désolée gnou
Revenir en haut Aller en bas
Luna Dippet
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Luna Dippet, Mer 19 Avr 2017 - 16:26


Le cœur battant la chamade, je ne sais pas pourquoi je me met dans cet état. J'ai peur d'être sanctionnée, de faire perdre inutilement des points à ma maison. J'ai peut être peur de décevoir mes parents aussi, toujours au courant de tout ce qui se passe au château, ou presque. Finalement la jeune femme devant elle garde une attitude très amicale et presque moqueuse.

- Ohlalala appelle moi Lydie, préfète c'est trop ringard, on dirait que j'fais partie du personnel de l'école. Et puis si tu veux mon avis, on est bien mieux à se détendre par ici.

Je suis abassourdie par ce que je viens d'entendre. Je sèche les cours, et renontre, comme par hasard une préfète, mais celle-ci m'encourage presque à sécher. Etrange. je lâche un petit rire nerveux, je sens que je me détend légèrement, encore que je suis encore bien sur la défensive. La jeune fille ajoute.

- J'ai vu que tu avais pensé à apporter un livre! Moi, j'oublie tout le temps. Enfin on se contente aisément de la distraction offerte par les paysages du Parc, finit-elle.


J'adresse un grand sourire sincère à la préfète en lui disant

- J'ai toujours un livre dans mon sac, oui. Mais je ne lis jamais, c'est un comble ! Je préfère divaguer le regard dans le vide, ça me détend beaucoup plus ! Dis, tu n'as pas cours toi non plus ?

Je marque un temps, ce n'était peut être pas une bonne idée de reparler des cours. Mais en même temps c'était plus fort que moi de le savoir. Je repense alors à ce qu'elle a dit précédemment ... "on dirait que j'fais partie du personnel de l'école." ... pourquoi, ce n'est pas le cas ? J'ajoute alors, gênée de mon impolitesse

- Au fait, moi c'est Luna Dippet !
Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Lydie Nouël, Ven 21 Avr 2017 - 10:42


- J'ai toujours un livre dans mon sac, oui.

Lydie ouvre les yeux et esquisse un sourire. Elle connaît une personne qui fait exactement la même chose, pour qui sortir sans livre dans son sac est plus angoissant que sortir sans son portefeuille ou son portable. Cette distraction imprévisible, nous ne savons pas quand est-ce qu'on y aura recours, mais sommes plus que ravis lorsque le moment se pointe. Savourant ce moment imprévu avec délectation.

- Mais je ne lis jamais, c'est un comble ! Je préfère divaguer le regard dans le vide, ça me détend beaucoup plus ! Dis, tu n'as pas cours toi non plus ?

Si elle devrait être en cours, Lydie n'en est même pas sûre. Elle essaie de visualiser mentalement son emplois du temps de la semaine, mais ne sait pas exactement quelle matière elle séche. Elle est néanmoins sure qu'il n'y a pas de blanc à cet endroit de la journée.

- Au fait, moi c'est Luna Dippet !

- Aaaah oui Luna ça me revient! s'exclame la rouquine en ouvrant les yeux plus largement. Bon et bien je crois qu'on va être camarade d'école buissonière, je ne sais même pas dans quel cours je devrais être, continue-t-elle en riant.

Elle pose ses yeux sur sa camarade et étudie son visage avec toute la discrétion dont elle peut faire part. Des cheveux bruns coupés courts et des yeux verts inhabituels, c'est ce que Lydie retient. Elle enregistre ces détails de manière à pouvoir poser son prénom sur son visage la prochaine fois qu'elle la croisera.

- Je ne fais partie du personnel dans le sens où je ne suis pas un prof prêt à te ramener dans son cours en te tirant par l'oreille, c'est déjà ça disons, ajoute-t-elle en souriant amicalement à sa camarade.
Revenir en haut Aller en bas
Luna Dippet
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Luna Dippet, Ven 21 Avr 2017 - 18:30


- Aaaah oui Luna ça me revient ! Bon et bien je crois qu'on va être camarade d'école buissonnière, je ne sais même pas dans quel cours je devrais être. Je ne fais partie du personnel dans le sens où je ne suis pas un prof prêt à te ramener dans son cours en te tirant par l'oreille, c'est déjà ça disons.

Surprenante cette étudiante ! Mais Luna l'aimait déjà beaucoup. Rien de mieux que d'avoir une camarade d'école buissonière ! Et en même temps il n'y avait rien de pire que ce genre de camarade pour vous plonger dans une tourmente de secherie intense de cours ! Je rigole intérieurement et adresse un large sourire à la préfète.

- Ravie d'avoir une camarade d'école buissonnière alors ! On se sent vite seul au monde dans Poudlard, c'est si grand !

Cela avait été une des plus grosses déception et douleur pour moi quand j'ai intégrer l'école. Habituée à vivre entourée de ma famille depuis ma naissance, entrer à Poudlard m'avait obliger à passer beaucoup de temps seule avec moi-même. Les gens sont autour de nous mais finalement il ne sont qu'autour de nous, pas avec nous. Avec le temps je me faites plusieurs amies évidemment, mais mon rêve était d'avoir des amies très proches, des meilleurs amis. Des gens sur qui je pourrais compter, des gens que je pourrais revoir plusieurs fois et régulièrement en dehors de l'école et une fois la vie active commencée ! Je reprend mes esprits et j'ajoute de bon cœur :

- Joins toi à moi si tu veux, si tu n'avais pas prévus quelque chose d'autre !
Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Lydie Nouël, Sam 22 Avr 2017 - 15:36


- Ravie d'avoir une camarade d'école buissonnière alors ! On se sent vite seul au monde dans Poudlard, c'est si grand !

Lydie réfléchit aux paroles de sa camarade, ne sachant si elle est d'accord ou non. Certes, Poudlard présente une vaste gamme de lieux en tout genre, tous plus attrayants les uns que les autres, d'une taille démesurée comparé au nombre d'étudiant scolarisé. Mais pourtant tous ces lieux amènent de nombreuses activités différentes qui ne laissent place à l'ennui où à la solitude, lorsqu'on y a déjà été habitué, du moins. Il est vrai que la née-moldue se complait aisément dans la solitude, depuis sa plus tendre enfance. Elle avait appris à jouer seule, à travailler sans aide, à grandir sans appui.

- Joins toi à moi si tu veux, si tu n'avais pas prévus quelque chose d'autre !

Cette phrase ajoutée par la jolie brune sort soudainement Lydie de sa rêverie. Ses cils battent l'air et les commissures de ses lèvres se soulèvent.

- J'attendais que tu me proposes ça, dit elle en souriant simplement. Dis moi, pourquoi tu sèches si tu n'aimes pas te sentir seule? A moins que la solitude dont tu parles soit plutôt positive?

Elle scrupte alors la réaction de la jeune lionne, attendant sa réponse sans cacher l'intérêt sincère qu'elle y trouve. Elle se demande comment celle-ci fonctionne, mentalement, et si elles allaient s'entendre, peut être devenir amie, si le coeur lui en dit.
Revenir en haut Aller en bas
Luna Dippet
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Luna Dippet, Sam 22 Avr 2017 - 15:46


- J'attendais que tu me proposes ça. Dis moi, pourquoi tu sèches si tu n'aimes pas te sentir seule? A moins que la solitude dont tu parles soit plutôt positive?

C'était une question fortement intéressante. Finalement les seuls endroits où elle n'était pas seule c'était en cours. Oui et non en fait. Ou qu'elle aille les gens étaient en groupe. Des groupes soudés et quasiment impénétrable surtout quand on était de nature à ne pas trop d'affirmer.

- Je sèche simplement parce que je suis épuisée ! J'ai envie de me reposer parfois. Je ne sèche pas tout le temps, mais comme je dors peu, cela arrive de temps en temps que je pète des plombs comme cela !

En fait je dors en moyenne cinq heures par nuit. Parfois deux heures, parfois six ... Dans tous les cas je ne dors pas assez et si j'arrive à l'assumer en début de semaine ... quand le jeudi arrive je commence à vraiment ne plus avoir d'énergie ! Mais je décide de ne pas en parler à Lydie, Lydie ... c'est bien cela le prénom de notre préfète j'espère ... Après tout mes insomnies n'est pas un sujet ultra passionnant !

- Et toi alors pourquoi tu sèche ?

Une question très intéressante surtout quand le sujet concerné était un préfet. Souvent les préfets ont une image assez stricte ou en tout cas, ils sont plus ou moins là pour donner l'exemple. Dans le cas de Lydie, ... Je ne sais pas quel exemple elle veut donner, mais en tout cas, j'adore çà !
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Alice Grant, Mer 28 Juin 2017 - 23:18


-------- HRP: Le dernier message datant de plus d'un mois, je me permets de poster
Post unique, bien avant l'aube
Précédemment... Suite...
Suite à un sort conditionnel lancé par les phénixs sur les tracts, ils ressemblent à des journaux banals jusqu'à ce qu’un sorcier ou un moldu en rapport avec la magie ou autre ne les touche.
Nous vous invitons à répondre à la suite des posts pour écrire la réaction de votre personnage s'il tombe sur l'un des tracts.
Achat de la cape
---------------------------

Tu profites d'être invisible et du chemin pour reprendre ton souffle. Ah, sans cette cape, tu sais pas comment tu ferais... peut-être que tu t'y es habituée et que t'as rouillé. Mince, faudra que tu fasses attention. Tu poursuis jusque dans le parc. T'es dans Poudlard, cette fois. Tu dois faire encore plus attention. Enfin, t'as l'impression que le danger est plus grand à cause des élèves. Mais comme tu t'es fait la réflexion précédemment, il est impossible qu'on te reconnaisse. En plus il fait encore nuit. T'es assez habituée aux sorties nocturnes dans cette école, et t'a trouvé des gens qui te blâment pas pour ça.

Tu prends la précaution inutile de murmurer le #Legglutten[/blur] qui te permet de coller une tract sur le tronc du chêne. Autour de lui, tu fais voltiger trois ou quatre affiches à l'aide de quelques coups de baguette. Le résultat est assez amusant. Tu as hâte de voir la réaction de la population magique, quand le soleil se lèvera et que élèves comme sorciers sortiront de leurs lits. Comme par enchantement, ils découvriront des tracts dans tout les coins, qui dévoileront leur véritable contenu lorsqu'ils les toucheront. Tu remets ta cape d'invisibilité et poursuis ton chemin dans le parc.



L'Étincelle




Cher.e.s étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel.



Ces derniers jours ont été une grande épreuve. La prise en otage de certain d'entre vous, l'attaque au sein même de l'école de magie la plus réputée au monde, et la disparition d'un directeur qui ne vous protège plus par son absence. Ce message est pour celles.ceux qui doutent, celles.ceux qui ont peur, celles.ceux qui sont dégoûté.e.s, celles.ceux qui se rebellent, celles.ceux qui n'en peuvent plus de ces situations.

Nous vous demandons de vous relever de ces épreuves. Cette expérience face aux attentats ne vous ont pas rendu plus faible. Seulement, pour certain, plus vulnérables encore par la fatigue et l'habitude. Nous vous demandons de ne pas céder à toute avance des mages-noirs autant dans la vie que dans vos esprits, dans vos cœurs comme dans vos corps. Certains ont été blessés, certains sont indemnes. Mais votre résistance font de vous des combattants contre l'injustice, le doute et la peur. Certain d'entre vous ont-il déjà reçus des cours sur les Patronus, ou en ont peut-être déjà enseigner ce thème: un formidable bouclier, défenseur contre la peur. Et bien, cher étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel, nous vous demandons de lever ces boucliers face à la peur d'un attentat nouveau. Nous vous demandons de résister aux Mangemorts, véritables Détraqueurs de notre société. Mais n'oubliez pas, étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel, que les Mangemorts sont de piètre Détraqueurs. Il est plus facile de se battre contre un homme, une femme, un adolescent emplit de haine et chercheur d'un faux pouvoir que de se battre contre la peur elle même et son baiser de mort. La peur de la faiblesse ont fait d'eux des illuminés capable de tuer leurs familles, et de se briser eux-mêmes. Cher ami.e.s, l'humanité n'est pas une faiblesse. C'est une force qui se nourrit de ce que nous avons de plus commun. De plus ancien. Chaque pas vers la solidarité, vers le courage et vers la tolérance vont vous rapprocher d'une magie ancienne, plus combative et plus forte encore. Les meilleurs boucliers ne se forment pas avec plusieurs baguettes ? Les Patronus ne viennent pas en aide grâce à vos meilleurs souvenir ? Ceux-ci ne sont pas emprunt d'amour ? D'amitiés ? De compassion ? D'empathie ?

Étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel. Nous ne vous demandons pas de vous battre sous un même étendard. Nous ne vous demandons pas de vous battre sous les feux du Phénix. Nous vous demandons de vous battre et de résister pour vous, et avec vos propres armes. Vous qui formez l'individualité dans la société. Vous, qui, par vos actions individuelles, sauvez l'Humanité et votre intégrité,  telle une fourmilière. Si chacun d'entre vous se bat pour lui… Alors c'est toute la société qui se rassemblera sous une seule et même force, une seule et même puissance : Votre renoncement à la peur, au doute, afin de participer au combat contre les ténèbres qui vont si souvent vous priver de quelque chose, de quelqu'un, et même parfois de votre propre vie. Que vos baguettes se lèvent. Que les Patronus se rassemblent. Luttons tous contre l'obscurité pour être encore libre de nos propres choix, et nos propres vies. N'oubliez pas, si vos baguettes vous ont choisies, ce n'est pas pour être esclave des ténèbres, mais pour être manipulés par vous et par vous seuls. Pour vos propres capacités, vos propres pensés. Brandissez là, faite lui confiance. Vous vous protégerez mutuellement.





Morrigàn.

Codage de Louna ©
Revenir en haut Aller en bas
Mathilde Yawnez
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Mathilde Yawnez, Mar 4 Juil 2017 - 14:51


RP unique


Chaude matinée, fin de l'année, je suis heureuse. J'ai décidé de me promener dans le parc pour profiter de la fraîcheur matinale, mais bon, rien n'y fait, il fait chaud.
Je ne sais pas vraiment où j'ai envie d'aller, mes pas me conduisent au bord du lac, près d'un chêne, je me souviens alors d'une course sur la glace il y'a déjà trois ans avec Peter et Lena, mais là j'ai plus envie de m'y baigner mais je ne suis pas en tenue.

A l'ombre du chêne, j'observe le château se réveiller doucement, des ombres sur les fenêtres se déplacent avec grâce et le château reflété sur le lac est beau avec la lumière.

Je soupire, cherchant un moyen de me distraire dans ma sacoche mais je ne trouve aucun livre, c'est vrai, je commence doucement à les rassembler dans ma valise...

La fin de l'année c'est toujours une page qui se tourne, une page qui te dit "Tu vas vieillir", c'est aussi nostalgique parfois de quitter ses amis...
Je jette un coup d'oeil à ma montre, les cours vont bientôt commencer, je me relève et mon regard se pose sur un journal par terre, je le ramasse pour voir son titre et il se transforme en un tract...

Je le lis, un phénix, l'attaque, une révolution, un appel, je me souviens de paroles. Amour, amitié, Patronus, beau souvenir... Se réveiller c'est important. C'est là que je me retourne et que je vois qu'il y'en avait un sur le tronc...
Je souris en pensant que j'aurais pas du le louper. Je garde le tract dans la poche de mon pantalon et file vers le château me disant que les phénix rêvent peut-être trop.

Je sais pas, je pense qu'ils ont quand même raison. Quand je me souviens de l'attaque et des blessés, ça me fait des frissons dans le dos.
Je me demande qui a laissé ce message au sien de l'école.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Elhiya Ellis, Ven 4 Aoû 2017 - 11:15



You say hello, inside I'm screaming I love U
Pv  Daemon Stebbins• Faire le rp avec juste les paroles de la chanson ça ne suffit pas ? ♥




Dormir.. Dormir aurait été la seule et unique solution valable pour que la blonde puisse arriver à contenir correctement son irritation générale. Mais, avec seulement deux heures de sommeil à la belle étoile la nuit passée, elle n’était absolument pas capable de raisonner calmement et posément. Aussi, lorsque les deux rouges & or leur étaient tombés dessus, en la réveillant, peu d’alternatives c’étaient offertes à elle. Rester au milieu à tenter de comprendre la logique de situation aurait pu être louable, mais dans l’état de fatigue actuelle, la blonde en était franchement incapable, elle avait besoin de couper court à toute cette plaisanterie désagréable.

Récupérant un des deux grimoires familiaux, agrippant son sac, elle s’était contentée d’attraper au vol deux doigts de la main de Daemon, l’intimant d’un regard glacial de la suivre. Elle ne lui laissait pas vraiment le choix, et l’entraina derrière elle, à foulée rapide vers un autre recoin calme du parc. Pas besoin d’aller trop loin non plus, elle avait juste besoin de clarifier les choses une fois pour toute, de ne plus laisser en suspens ce qu’elle ressentait. De mettre les mots, ceux-la même que Jace lui avait fait comprendre cette nuit, sur le trouble qui l’envahissait au contact du Gryffon.

Estimant que le grand chêne était suffisamment à l’écart du passage pour lui permettre de se calmer un peu, et ne pas attirer les regards, elle lâcha les doigts du brun pour lui faire face. La veille, dans cette salle de classe poussiéreuse, le contact visuel lui était pénible, douloureux à supporter, ne comprenant pas vraiment la cause de ses réactions. Pourtant, ce matin, malgré les vapes de sommeil qui embrumaient encore un peu son esprit, tout paraissait clair, limpide, logique même. Et pour le coté rationnel, la blonde préférait l’oublier, il n’y avait strictement rien de cohérent dans toute la palette de sentiments que Daemon était capable de lui faire ressentir.

Il fallait qu’elle lui dise, maintenant, sans quoi elle n’arriverait pas à penser à autre chose de toute la journée. Elle se pinça les lèvres avant de lui adresser un sourire en coin. Ce n’était pas facile du tout, les mots étaient si simples, si évidents, mais aucun ne semblaient vouloir franchir la barrière de ses lèvres pendant que son cœur s’enserrait désagréablement. D’un soupire agacé, la blonde effleura avec douceur les doigts du seul être capable de lui faire perdre sa verve habituelle, jamais elle n’aurait cru que ce fusse tout autant douloureux de parler à cœur ouvert que d’étouffer ses sentiments… Pourtant, elle ne pouvait pas continuer comme ça. Moins de deux semaines avaient largement suffit à lui faire accepter qu’elle ne pouvait plus se sortir le brun de son être. Ses yeux, ses gestes, la façon si particulière avec laquelle il la regardait, son irritante coutume de vouloir avoir le dernier mot, cette exaspérante habitude de parler trop sérieusement… un peu tout en fait… non, absolument tout…

Nouveau soupire qui n’eut pas l’effet escompté : son estomac se noua de plus belle… Décidément, ce matin elle n’arriverait pas à grand-chose, donc autant ne pas tergiverser plus longuement. Prenant son courage à deux mains, la blondinette, entremêla ses doigts à ceux de Daemon, et lui adressa un sourire timide qu’elle arborait que très rarement, voir jamais.


« Je pense que c’est à mon tour d’être honnête avec toi… et avec moi-même…. »

S’épancher sur ses sentiments était compliqué pour Elhiya, depuis petite, elle était coutumière aux conflits, disputes, ou autre prises de tête... Cette fois, avec le brun, ça n’avait rien à voir. Et les gestes étaient bien plus faciles à exprimer que les mots. Pourtant, en un soupire douloureux, sentant son cœur s’affoler à nouveau, Elhiya préféra continuer avant d’être incapable d’ouvrir la bouche. D’une profonde inspiration, serrant un peu plus les doigts du brun elle reprit, hésitante

« Je ne saurai l’expliquer, mais quoi que je fasse t’es dans chacune de mes pensées.. Je ne peux même pas lire une seule phrase de ce fichu grimoire sans que mon esprit ne parte te rejoindre… On est sensé faire des recherches avec Jace et j’en suis incapable tant je sentirai mon cœur s’étouffer seul dès que je pense à toi sans le vouloir… je… »

Elhiya marqua une pause, ne voyant pas comment formuler la finalité de sa phrase. Ça lui semblait totalement insensée, elle ne nageait pas au plein cœur d’un des romans moldu qu’elle piquait à Lucy et dont elle se moquait du coté romance de l’histoire. Elle devrait être capable de dire à Daemon qu’elle ne pouvait se passer de lui. Mais cette simple conclusion la choqua. Depuis quand, elle, « Mademoiselle j’ai besoin de personne dans le monde des sorcier s » à part la petit Lu’, se retrouvait soudainement à éprouver un manque viscéral quand le jeune sorcier de Gryffondor n’était pas avec elle ? Ses joues s’empourprèrent farouchement, la forçant à baisser les yeux. Ca ne lui ressemblait tellement pas… Ni ça ni son affection immédiate envers son cousin ou même Aria, rien de tout ça ne lui correspondait ici.

Pourtant…. Les mains dans celles de Daemon, elle ne voulait qu’une seule chose : se blottir dans ses bras et stopper le supplice. Mais avant, il fallait à tout prix qu’elle finisse de s’exprimer… Enfin qu’elle essaye… Nouvelle grosse inspiration avant de planter ses yeux brillants dans les prunelles acajou du jeune homme. Ses yeux à lui scintillaient bizarrement, ou elle voyait mal ? pas bien sur, mais surtout pas le temps de s’attarder sur ce détail, soit elle lui disait maintenant, soit elle n’y arriverait jamais


« Je ne veux pas que tu me laisses seule un soir de plus comme hier soir ! »

Bon, la formulation n’était pas nécessairement la meilleure, surtout que ça pouvait être très mal interprété, mais vu l’état de nervosité qui enveloppait la blonde, c’était tout ce qu’elle pouvait faire de mieux à l’heure actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Daemon Stebbins, Ven 4 Aoû 2017 - 16:42



You say hello, inside I'm screaming I love U
Pv  Elhiya Ellis• Faire le rp avec juste les paroles de la chanson ça ne suffit pas ? ♥ L.A mutuelle


Tandis qu'une explication mouvementée avait eu lieu entre Jace, Aria, Elhiya et moi. Je vis la blonde de mon cœur, visiblement d'une humeur de chien dû certainement au réveil brutal, s’appropriait mes doigts et m'embarquait sans ménagement, parce que je le voulais bien, vers un autre lieu éloigné de cette scène. Elle avait l'air déterminé et c'était pour cette raison que je l'avais laissé faire, curieux de savoir ce qu'elle allait me sortir. Et puis je devais bien lui retourner la faveur vu que j'avais agis de la même manière quelques jours plutôt dans un couloir de l'école devant ses camarades de classes. Je me laissais donc entrainer en suivant le pas déterminé de la blonde. Je me demandais bien ce qui arriverait une fois que nous serions seuls. Allait-elle me hurler dessus à cause de cet incident ? Me dire de me mêler de mes affaires ? Ou encore m'interrogeait sur ma relation avec Aria ?

Une foule de possibilités se matérialisait dans mon esprit. Toutes plus plausibles les uns que les autres et en les envisageant chacune, je connaissais différents états émotionnels. Mélange de colère, de stupeur voir même de nervosité, uniquement parce que j'avais à faire face à la verte et argent qui me troublait depuis plus de quinze jours. Elle me jetait par moment un regard froid que je trouvais adorable si seulement il avait été crédible. Ce qui me fit sourire alors que l’instant paressait très important au vu de la manière précipité que nous avions de dévaler le chemin qui s'ouvrait devant nous.

Soudain, le grand chêne apparut. Il était isolé du sentier et surtout des autres. Elle s'y arrêta et me fit face. Elle était à court de souffle, hésitante par rapport à son assurance habituelle. Elle fixait mes prunelles alors que la veille, c'était tout le contraire. Je ne savais pas ce que tout cela signifiait commençant même à percevoir une certaine appréhension au niveau de mon estomac. Ce qui était une chose assez inhabituelle.  Je me surpris à me demander depuis quand j'étais ce type de garçon à se laisser déborder par ses émotions et ne plus rationaliser les faits qui se produisaient dans ma vie. Et je ne pouvais nier que la réponse se trouvait devant moi. Elle avait un pouvoir incroyable sur ma personne et d'une certaine manière, cela m'angoissait. Dépendre de quelqu'un n'est pas quelque chose de logique ni au vu de mon éducation, ni de mon caractère et encore par rapport à qui je suis. Et pourtant, ce qu'Elhiya pouvait dire ou faire surpasser tout cela et déterminait mes réactions.

La petite blonde tenait mes mains. Ce simple contact me rendait fou. Je n'avais qu'une envie me jetais sur sa bouche afin de la dévorer encore et encore tout en la serrant dans mes bras. J'avais pu déjà constaté comme son corps s'imbriquait parfaitement avec le mien. Je considérais cela comme un signe de Merlin, prouvant que cette fille était faite uniquement pour être avec moi. Certains penseront que cette affirmation est sans doute présomptueuse. Néanmoins j'y croyais dur comme la pierre.

Elle soupira ce qui me ramena à l'instant et à sa personne plutôt qu'à toutes mes conjonctures intellectuelles. Je la sentis resserrer ses doigts avec les miens. Elle était nerveuse. Ce point me rassura un peu de savoir qu'elle était dans la même situation. J'étais suspendu à ses lèvres et ce qu'elle m'annonça me fit plaisir. Enfin elle laissait tomber le masque de sécurité pour me dire ce qu'elle ressentait. J'étais bouleversé parce que j’atteignais enfin l'un de mes buts.

Je pouvais voir combien Elhiya était déboussolée de révéler ce qu'elle éprouvait. Tout comme moi, elle n'avait pas un caractère à s'épancher sur ses émotions. Elle était entrain de prendre sur elle. Elle faisait preuve de courage. Certes son explication était confuse autant que la mienne l'avait été. Visiblement ni l'un ni l'autre étions experts dans cette partie de relation avec les autres. Pour moi, c'était une bonne chose car nous pourrions avancer ensemble sur cette voie. Puis, après avoir pris de nombreux détours, elle lâcha cette phrase aux accents d’ambiguïtés et qui me surprit un peu sur l'instant.

Ce que je venais d’entendre me fit afficher l'un de mes plus beaux sourires. Il n'était ni narquois ou ironique encore moins suffisant ou victorieux. Non, il montrait combien ses quelques mots m'emmenaient de nouveau au paradis.

- Ce n'est pas moi qui t'es laissé c'est seul dans cette salle de classe. Cela ne sera jamais mon choix quoique tu fasses de m'éloigner de toi.

A ce moment, je libérais mes mains des siennes afin de la coller contre mon torse et fondre sur ses lèvres pour un de ses baisers qui m'avaient obsédés durant toutes ces dernières nuits.

Au départ, ce fut un échange rempli de soif, de passion et d'envie. Mes lèvres aspiraient les siennes. Ma langue ne cessait de caresser la sienne. Elle était enfin à moi. Et je souhaitais bonne chance au fou qui tenterait de me la prendre. Il y risquerait certainement sa vie. Oui, je ne m'étais jamais préoccupé d'une fille. Toutefois la serpentarde avait pénétré trop profondément dans mon cœur pour que je prenne le moindre risque de la perdre ou qu'on me la vole. J'étais déterminé à la garder à mes côtés, la protégeant jalousement des autres, conservant ainsi l'exclusivité de son être.

A court d'oxygène, nos bouches s'abandonnèrent. Mon souffle était saccadée à cause de la palette d'émotions et de sensations qui me traversaient à cette seconde. Ma main se détacha de sa nuque que j'avais pressée pour accentuer notre échange fougeux et je la portais à sa joue tout en lui révélant :

- Je sais qu'entre nous, ce ne sera pas toujours facile. Tu as ton caractère et j'ai le mien. Tout à l'heure, j'ai éprouvé de la jalousie. C'était sentiment que je n'avais jamais connu avant toi. Il se peut bien que voir quasi probable que je deviens possessif avec toi. Mais n'oublie pas dans c'est cas là que c'est uniquement parce que tu es à part à mes yeux. Donc il faudra que tu t'y fasses. Parce que dés à présent, dis-toi que je considère que tu es à moi. Non comme un objet mais comme une partie de moi-même.

Je remis une de ses mèches couleur du soleil derrière son oreille et ainsi me redonner une contenance. Mais plus particulièrement pour tenter de maîtriser mon corps. Si je m'étais écouté, je l'aurais trainé directement dans la salle sur demande sans management. Nous y aurions été isolés pour que rien ne vient nous interrompre dans la découverte de l'autre. J'aurais sans doute pousser loin mes gestes parce que je désirais qu'elle soit complétement à moi. Toutefois, je me raisonnais en me disant que ce n'était pas de cette façon que je voulais construire notre relation. Elhiya était à présent, l'être le plus important de mon existence. Mais je ne lui dirais pas tout de suite. Chacun de nous avait besoin de se faire à l'idée qu'à présent, nous n'étions plus un " toi et moi" mais bien un "nous"...


Dernière édition par Daemon Stebbins le Dim 26 Nov 2017 - 22:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Elhiya Ellis, Dim 6 Aoû 2017 - 11:33


Un sourire, en un large sourire lumineux et irradiant qu’elle ne lui connaissait pas encore, Daemon avait mis fin aux tortures de la blonde. D’un simple sourire, trahissant son acceptation à ce qu’elle avait réussi péniblement à lui avouer, il avait balayé les brides de nervosité qui perduraient en elle... Ce genre de réaction complétement inattendue la déstabilisait au plus haut point, cependant Elhiya s’en sentit soulagée, le nœud qui lui comprimait l’estomac s’atténuait lentement, pendant que son cœur concédait à résonner un peu moins fort dans ses tympans. Et bien qu’elle soit totalement incapable, à l’instant présent, de s’épancher plus longtemps sur les raisons qui la poussait à agir de façon irrationnelle, il lui restait encore un détail à éclaircir avec lui... Sa façon trop abrupte de réagir lorsqu’on la cherchait un peu trop, elle ou son cousin. Mais il ne lui en laissa pas le temps.
Etrange fuite du temps…

Lâchant ses mains, le brun scellait les paroles qu’elle avait maladroitement réussi a lui avouer d’un baiser affamé, pressé, s’abreuvant en ses lèvres avec passion et envie, continuant leur échange de la veille sans aucune retenue, comme un naufragé dérivant depuis trop longtemps. Elle s’y abandonnait avec délectation, frissonnant légèrement au contact de son corps vibrant contre le sien. Impossible de réprimer la vague de chaleur qui l’envahissait sous la pression soutenue de la main du brun sous sa nuque. Tout en lui l’appelait inexorablement, son souffle rapide, le chant des battements de son cœur qui s’accordaient frénétiquement au sien, le léger effluve de son parfum enivrant, le rythme trop urgent et étourdissant qu’il imposait à la caresse de leurs langues. Absolument tout…
Tourbillon entêtant et enivrant…

La frustration de la veille, cumulée à l’irritation d’une nuit trop courte exacerbait en la blonde le flot de sentiments qu’elle avait contenus avec tant de peine…. Envie, désir, incompréhension, agacement, colère, tout s’était bien trop exprimé maladroitement ces derniers jours. Et pourtant, rien ne semblait plus réel, plus limpide, que cette étreinte fusionnelle à laquelle elle s’oubliait entièrement, souhaitant même de pas y mettre fin malgré son besoin de reprendre un peu d’air. La tête lui tournait légèrement et ses jambes devenaient peu à peu du coton...
Délicieuse sensation d’abandon…

Daemon rompit brutalement le contact, le souffle aussi court que le sien, arrachant à la blonde un léger sourit en coin, trahissant sa déception. Elle s’en était déjà rendu compte, mais là, pendant qu’il laissait sa main effleurer sa joue parée de rouge, une seule et unique certitude l’habitait : elle était incapable de se passer de lui, ou de lui résister, et ne désirait plus en connaitre les raisons. Ça n’avait que peu d’importance, elle le comprenait enfin. Et pendant qu’il prenait le temps de lui expliquer ce qu’il en serait à partir de ce moment, elle fixait les quelques perles d’ambres qui scintillaient dans ses prunelles, hypnotisée, incapable de faire autre chose qu’opiner doucement. Elle n’avait que faire qu’il devienne possessif ou jaloux, pour la simple et bonne raison qu’elle n’était pas capable de réfléchir de façon logique quand ça le concernait lui.  Car elle n’avait pas aimé la façon dont il défendait farouchement Aria, car elle n’avait pas plus aimé non plus cette façon de tenir la main de la Rouge comme si elle n’avait que 10ans alors qu’elle avait 14, car elle savait parfaitement qu’elle ne supportait pas qu’il soit proche d’une autre…
Délicate impression de perdition totale de ce qu’elle avait toujours été…

D’une mèche de cheveux remise à l’arrière de son oreille, Elhiya senti son cœur rater un nouveau battement, l’effleurement était si léger et si doux qu’elle frissonna faiblement. Ses yeux clairs se détachèrent du brun pour fixer quelques instant le tronc du grand chêne derrière lui. Sa capacité à la troubler n’était prête de disparaitre d’aussi tôt, et elle se sentait d’autant plus mal pour ce qu’elle lui avait jeté à la figure sans aucun ménagement juste avant.  Se pinçant les lèvres, elle inspira profondément, tachant de faire taire les coups de butoirs trônaient toujours dans sa poitrine et recula d’un pas pour se dégager de son étreinte. Ce serait nettement plus simple pour trouver les mots si elle ne sentait pas la chaleur de son être sur elle. Surtout qu’elle n’était pas douée pour présenter des excuses, pas plus qu’elle en l’était pour se remettre en question ou accepter qu’un garçon de son âge soit capable de lui faire perdre raison aussi facilement...
Douce ironie sentimentale…

Elle pencha les yeux sur ses mains et soupira, caressant doucement ses doigts des siens, ne pouvait occulter totalement l’excès de colère de Daemon lorsqu’elle avait réussi à le pousser à bout. Ça avait été étonnement simple, étrangement facile à provoquer, bien plus qu’elle ne l’aurait pensé, et maintenant, elle s’en voulait. Un soupire lui échappa, en temps normal, blesser les autres lui importaient peu, elle n’avait même pas cherché à retrouver Artémis pour s’excuser de l’avoir envoyé paitre, en fait, elle s’en contre fichait royalement, mais là…. C’était diffèrent… Elle ne voulait même pas savoir pourquoi ça lui faisait mal d’avoir réussi à excéder Daemon à ce point alors qu’elle aurait dû jubiler, la seule certitude qu’elle avait, c’était qu’elle ne voulait plus qu’il soit blessé de la sorte, par elle ou n’importe qui d’autre.
Tendre douleur irrépressible..


« J’ai été un peu fort tout à l’heure…. Je sais que je n’aurai pas dû, mais… »

Non pas de mais, ça ne servait à rien de vouloir se justifier, de lui expliquer que ça l’avait irritée qu’il se flanque ainsi devant eux avec un calme stoïcien en l’accusant de méfaits stupides et inexistants. Ça ne servait à rien de se chercher des excuses et se dérober une fois de plus en lui conférant divers tords. Elle voulait bien les prendre tous, même ceux qui n’étaient pas les siens, si ça lui permettait de se faire pardonner. Elle ne parlait pas de soulager sa conscience sur ce coup, car elle savait parfaitement que ça ne fonctionnerait pas d’aussi tôt, et surtout, ce n’était pas ce qui la chagrinait réellement. Elle fixa la main du brun qui avait fini dans un arbre, et soupira de nouveau.
Découverte du poids des regrets…


« Je ne pensais pas que j’aurai pu te pousser à bout, je suis désolée… » Elle osa un regard au brun, lui adressant un petit sourire totalement abattu. « C’est une habitude de rétorquer quand on me provoque, et je suis rarement tendre, je sais j’ai tous les tords, blâme moi au tant que tu veux, cependant sache que je suis sincèrement désolée.. Ça va ta main ? Tu veux bien me laisser regarder ? »

Des excuses, en plus de ne pas être douée pour en prodiguer, la blonde n’en faisait jamais. Pour ça, il aurait fallu qu’elle se sente un tant soit peu concernée par les états d’âmes des autres, que leur douleur ou leur chagrin la touche. Sauf que jusqu’à maintenant, ça n’avait jamais été le cas, bien trop murée dans sa propre défense agressive pour ça. Seul Daemon avait réussi complétement à les lui faire lâcher, sans plus de procédure, sans qu’elle n’en vienne à se cloitrer plus encore dans sa forteresse de déni et de suffisance. Seul lui, en moins de deux semaines, et bien que ça ne plaise pas à la blondinette, elle voulait plus qu’il en soit autrement…

Cruelle acceptation.
Violente réalité.
Elle renoncerait à tout s’il le lui demandait
Ne serait-ce pour revoir ce sourire lumineux sur ses lèvres.

Elle récupéra sa main dans les siennes, l’étreignant doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Daemon Stebbins, Lun 7 Aoû 2017 - 0:20



You say hello, inside I'm screaming I love U
Pv  Elhiya Ellis• Faire le rp avec juste les paroles de la chanson ça ne suffit pas ? ♥


Elhiya s'inquiétait pour ma main. Je me sentais coupable de cela. C'était rare que je perde si facilement la maîtrise de moi. Cependant au vu de ma réaction si excessive, je pouvais affirmer que la moindre attitude positive ou négative aurait dorénavant des répercussions sur mon comportement. Il faudrait que j'apprenne à me contenir devant elle car la voir attrister ainsi me fit un coup au cœur. Elle s'en voulait. Je devais trouver les mots pour l'apaiser.

- Ce n'est pas ta faute. Je me sentais frustré. J'étais assailli par un déferlement de sentiments que je n'ai pas su gérer. Des sensations dont je ne soupçonnais pas l'existence. Seulement j'aurai préféré les découvrir à un autre moment que devant toi. Je n'aime pas l'idée de t'avoir perturbée et rendue inquiète. Par contre soit fière d'une chose, tu es la seule à provoquer cet effet sur moi, à réussir à me faire exposer mes états d'âmes. Même ma sœur n'a jamais réussi cet exploit alors qu'elle tente de m'émoustiller depuis des années.

Ses yeux se plantèrent dans les miens durant quelques secondes.

- Je sais ce que c'est. Comme tu as pu le constater depuis quinze jours, j'ai le même réflexe que toi. D'ordinaire, je réussis à mener la danse car j'arrive à conserver cette distance avec les personnes qui tentent de jouer à cela. Mais avec toi, je suis incapable de rester impassible. Chacun de tes mots ont la capacité soit de m'envoyer au paradis ou en enfer. Et écoute-moi bien, tu n'as pas tous le tords. Je n'ai pas non plus était tendre dans mes propos.

J’espérais avoir ainsi rééquilibrer les choses entre nous deux.

- Ce n'est pas grand chose. Ce n'est pas la première fois que je me blesse de la sorte et certainement pas la dernière. Un sort ou un onguent suffira pour la guérir. Mais si ça te rassure de l'observer, ne te gêne pas.

Je tendis vers la serpentarde mon avant bras. Je n'avais pas observé dans quel état était mes doigts parce que le seul fait important à cet instant était la blonde qui admettait ses sentiments pour moi même si cela avait été d'une manière maladroite. Pendant qu'elle auscultait ma main, une pléthore d'idées traversèrent mon esprit. Du comment vais-je réussir à ne pas m'emballer en passant par elle est si jolie quand elle est concentrée comme cela ou bien vais-je réussir à ne pas me noyer dans ces prunelles. Il y avait des questions plus sérieuses entre deux interrogations aussi mièvres. Comment j'avais pu en arriver là.  Je l'ignorais et honnêtement je m'en foutais. Tout ce que je savais, c'était que j'étais sur un nuage et je ne voulais pas en descendre.

- Alors Miss médico-mage, votre diagnostique ? Est-ce que je vais survivre ?

Je ne pus m'empêcher de sourire à ce moment en voyant le regard qu'elle me lança. J'aimais la taquiner et me régalais de ses comportements si surprenant. Elle était si vive et pétillante. C'était un des traits qui m'avait séduit la première fois près du lac. A ce souvenir, je me suis souvenu de la saveur de sa peau et mon désir de réitérer l’expérience s'est manifesté.

- Donc quel traitement préconises tu pour me soigner ?

Je me penchais pour reprendre possession de sa bouche. L'envie était si forte et pressante. J'étais irrémédiablement devenu la copie d'un adolescent dont les hormones le poussaient au vice. Un travers dans lequel j'étais prêt à plonger jusqu'au bout. J'avais envie de découvrir le moindre détail la concernant. Je voulais apprendre ses courbes. Néanmoins j'essayais de ne pas laisser mes mains balader sur ce corps qui m'envoutait plus que de raison. Et évidemment le contrôle dérapa quelque peu. Ma bouche alla se nicher donc dans son cou alors que mes doigts descendaient le long de son dos. Je l'avais pressé contre ma personne sentant sa chaleur envahir mon espace. Mon rythme cardiaque s'accélérait au fur et à mesure que je profitais de ce contact. Je savais que je devais me reprendre. Je l'entendais bien cette petit voix qui me disait de ralentir. Toutefois, je n'avais pas envie de l'écouter. Soudain je l'avais sentie frisonner entre mes bras. Je pris cela comme le signe qu'il fallait que je me stoppe avant de pousser trop loin. Nous avions le temps. Nul besoin de brûler les étapes. Je soufflais :

- Tu vois quand je te dis que je ne me maîtrise plus en ta présence. Tu en as la parfaite démonstration.

Je lui volais de nouveau un léger baiser afin de calmer le jeu en conservant, malgré tout, notre proximité. Ainsi j'allégeais la tension que je ressentais dans mes muscles même si je n'étais pas assez repu de la verte et argent...
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Elhiya Ellis, Lun 7 Aoû 2017 - 12:26


Des mots, toujours des mots, et qui se voulaient réconfortant en plus… Elhiya soupira doucement, elle n’avait pas besoin qu’il essaye de la rassurer, elle avait bien vu le résultat quand elle le traitait comme un simple élève lambda… Ca les blessait tous les deux au final, donc, elle ne méritait pas qu’il vienne s’enquérir de ses états d’âme, ça ne faisait que la culpabiliser encore plus…. Enserrant un peu plus douloureusement son cœur dans sa poitrine…  Désagréablement. Quant à être fière d’avoir réussi à la pousser à bout si facilement, elle doutait qu’elle puisse y arriver un jour…. Ça ne lui plaisait pas du tout. Toute trace de suffisance et défi avait quitté son être en le voyant ainsi retourné… Elle avait senti son estomac se vriller violement, lui signalant qu’elle ne pouvait se permettre ce genre de comportement avec lui., contrairement à ce qu’elle voulait se faire croire.

Aussi, quand il insistait en précisant qu’elle n’avait pas tous les torts, une grimace gênée se dessina sur ses lèvres pour seule réponse. Si, elle les avait, et pas que pour ce matin en fait, elle le savait parfaitement. C’était certes adorable de vouloir partager le manque de control verbal, mais c’était bien elle, et uniquement elle qui, sous couvert d’un uniforme vert et argent, avait déversé un venin des plus acides sur le brun...

Et sa main dans les siennes, la blondinette regardait les effets de sa morsure sur le jeune homme, essayant de ne pas culpabiliser de plus belle. Seules ses phalanges rougies semblaient s’être parées de quelques égratignures superficielles, et bien qu’il lui assurait que ce n’était pas la première fois que cela se passait, cela ne devait pas venir une habitude coutumière pour autant. Elle ne cautionnait que très peu. A ce moment les paroles de son cousin lui revinrent en tête, « les Gryffondors s’enflamment beaucoup trop vite », lui arrachant un sourire en coin désabusé, au final c’était assez fidèle à la réalité.

Elle scrutait dans tous les sens possible la main de daemon, soulagée de ne voire rien de bien grave. Rien ne nécessitait de réel soin poussé et reposa les yeux sur lui avec douceur et tendresse. Cette facilité que le brun avait à la faire passer d’un état d’âme à un autre sans aucun effort la déstabilisait fortement. Aussi, ne pouvant continuer à se confondre en excuses ou en inquiétude, la blonde pouffa doucement en lui jetant un sourire vaguement sarcastique lorsqu’il lui demanda s’il allait survivre.


« Nan, l’amputation est de mise, je vois pas d’autre solution… »

Un baiser avait arraché la fin de sa raillerie, entrainant loin les restes de ses remords , les étouffant et les balayant bien trop facilement d’une simple caresse qui lui faisait une nouvelle fois de plus tout oublier. Les éclats de voix avec les autres, la frustration subit la veille au soir, tout se fanait à ce simple contact dont elle voulait se délecter éternellement. Ce n’était pas très fair-play comme attitude, Daemon savait parfaitement qu’elle était incapable de lui résister, de ne pas vouloir s’abandonner auprès de ses bras. Incapable de ne pas frissonner à l’effleurement léger de ses lèvres se lovant dans son cou, à ses doigts qui se promenaient dans son dos librement. L’emmenant de ce même tourbillon d’émotions contradictoires que dans cette salle de classe vide.  Elle désirait qu’il ne s’arrête pas, qu’il continue un peu plus longtemps son étreinte, qu’il la resserre encore plus, voir qu’il se laisse consumer par ses désirs, même si elle ne se l’avouerait jamais. Encore ce conflit qu’elle commençait à que trop bien connaitre, elle ne voulait pas passer son temps à se réfugier contre lui pour sentir sa chaleur ou se délecter de ses caresses, elle ne voulait pas finir comme le stéréotype de la gamine de 17ans pour qui la seule chose qui importait était de revoir celui qui faisait son battre son cœur alors qu’elle l’avait quitté à peine 5 minutes auparavant. Et pourtant, elle était incapable de lui demander de la lâcher pour s’occuper de sa main. Si elle n’était pas parcourue d’un délicieux frisson elle se serait blâmée elle-même de sa propre attitude.

Ce détail n’avait pas dû passer inaperçu, car Daemon reprit rapidement contenance, utilisant cet exemple précis pour appuyer ses propos. La blonde esquissa une moue boudeuse en gonflant les joue, vexée qu’il mette fin à leur échange par un baiser volé. Mais elle en profita pour essayer de rassembler ses esprits, toujours embrumés par le contact du brun tout contre elle. Cette fâcheuse coutume d’être encore un peu déboussolée à chaque fois que le brun rompait un de leurs échanges l’irritait tout particulièrement. Mais comme elle ne pouvait rien y faire, pas plus qu’elle ne pouvait calmer son cœur battant à tout rompre ou ses joues de rougir, elle soupira doucement et tenta de terminer ce qu’elle avait commencé en reposant les yeux sur la main du jeune homme.


« Bon, laisse-moi m’occuper de ca au moins.. » Elle avait attrapé rapidement sa baguette de sa main de libre « Epsikey. Ça devrait suffire je suppose, mais fais-moi plaisir, à l’avenir évite de recommencer..... J’ai pas prévu de venir infirmière. »

D'un doux sourire, elle regarda le sortilège faire effet. Ses capacités en magie curative n'étaient pas exceptionnelle, et ne dépassait guère ce qu’elle avait pu étudier en cours, aussi, la blonde espérait ne pas avoir trop souvent à devoir s'en servir dans le futur...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Se reposer auprès d'un chêne

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 36 sur 40

 Se reposer auprès d'un chêne

Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37, 38, 39, 40  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.