AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 15 sur 17
Une rue tranquille
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17  Suivant
Malena Kane
Serdaigle
Serdaigle

Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Malena Kane, Mar 6 Fév 2018 - 22:34


*Ici, la nuit est tombée et des morceaux d’étoiles tombent et fondent. Il neige. On n’avait plus vu ça depuis des années. Malena dans les ruelles de Londres, on n’avait plus vu ça depuis des semaines, des mois. Dans son monde, un monde en décor de mots, la nuit tombe aussi. Quelques heures de décalage, mais il ne neige pas. *

Regard menaçant des lampadaires, mon crâne se casse en mille morceaux, et je me casse avec mes patins dans des ruelles que je déchire en lambeaux. J’ai pas soufflé depuis plusieurs semaines, j’aime pas ça.

Souffler.

Non, j’aime pas ça, j’aime pas ça comme les négations.
ah ah.

Faut dire que je m’en sors toujours avant d’être consummé-e, alors, pourquoi s’arrêter, s’agit de continuer, encore et encore et de nouveau respirer, respirer l’odeur de l’asphalte londonienne jusqu’à son faire cracher les poumons.

Londres m’a manqué. J’ai tout laissé tomber, pensé tout abandonner.
Ne jamais revenir, partir en autarcie, voir comme c’est beau les ciels pluvieux, voir comme c’est beau le monde sauvage. Ne jamais revenir, faire le tour de plusieurs endroits du monde.

Mais merdre, l’air de cette ville poussiéreuse ne m’a jamais quittée, comme l’odeur d’un vieux tabac froid et dégueulasse sur une écharpe -

(un souvenir,
un refrain)


Mais merdre j’aime le tambour urbain battant à la mort.
Peut-être que j’suis aussi trop mégalo pour m’écarter, oui, c’était plus fort que moi, et je suis revenu-e. Je pourrai dire que j’avais besoin de revenir. Je ne le dirai pas, je dirai plutôt qu’on avait besoin que je revienne. J’entendais comme des prières dans mon sommeil, je voyais comme des ombres qui se glissaient le long des murs de la chambre, menaçantes, prédatrices, et qui s’enfuyaient lorsque leur objet d’admiration ouvrait les yeux.
ah, ah,

Londres, Londres, on s’attire comme des aimants dis, regarde je souris.
Pour toi. Et toi tu vibres pour moi, je sens, je sens cette énergie qui monte de tes entrailles, cet orgasme en crescendo qui gronde sous ta peau, un puissant sentiment…
ah, ah, arrête,
si tu me dis que tu peux vivre sans tu mens.

J’ai des dettes de sommeils marquées sous l’œil, Londres, et j’ai pourtant l’impression que c’est toi qui fatigue. J’ai toujours cru que c’est toi qui nous sucerait jusqu’au cœur, aujourd’hui j’en viens à penser l’inverse. J’espère me tromper.
Me tromp-
Viens, on retrouve cette intense sensation qui nous prenait, cette tornade indescriptible, que personne ne comprenait mais admirait.
Viens, viens, on tourne, on valse loin du ciment.

*Ici, il neige encore. La nuit est tombée, elle ne se relèvera pas avant demain, au moins. Malena dansait sur le bitume, comme yel savait le faire, comme on aime qu’yel le fasse. Si un habitant avait ouvert une fenêtre de ce monde en décor de mots, il se serait dit « qu’on n’avait jamais vu un Dragon faire aussi bien du patin à roulettes et que jamais on n’avait vu un patineur ou une patineuse, allez savoir, faire aussi bien le Dragon », et cet habitant aurait fermé sa fenêtre avant de pouvoir voir le Dragon bousculer une passante avec ses grandes ailes en ombres.*

- Oups, je lâche en faisant un demi-tour gracieux pour porter aide à la victime innocente (ou pas) de mon euphorie.
Je ne t’avais pas vu, je l’aide à se relever, mon éternel sourire séducteur aux lèvres. Ça va ?, je demande machinalement en posant mes mains sur ses épaules, comme un prédateur sur sa proie, avant d’ajouter, sincèrement interloqué-e par cette proie : en même temps, tu es si grise, que même en plein jour, j’aurai eu du mal à te voir.
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Kohane W. Underlinden, Mer 7 Fév 2018 - 17:43



   
   

Le trottoir est sale et sa lumière est triste. Ca ne se voit pas forcément dans le noir mais le corps tout entier peut ressentir l’ennui qui s’en dégage. D’une ville qui croit vivre à cent pour cent mais ne fait qu’avancer sans but.
Pourtant. Ce lieu est le lieu de mon enfance. D’une partie de ma vie. Je sais que, perdue parmi tous les pavillons londoniens, quelque part dans ce vaste espace bitumé et bétonné, il y a la petite maison qui m’a vue grandir, le jardin dans lequel j’ai gambadé en cherchant les rayons de soleil après la pluie.
Je fuis le nid mais reste attachée à la ville.
A ses trottoirs tristes et ses gens en costard gris tout aussi tristes. Son humidité, ses nuages gris et ses touristes. Ses coins sorciers et ses coins moldus.
Un lien d’attache qu’on a du mal à couper, comme un cordon ombilical qui résiste. Alors. Parfois, je reviens, je me mêle au troupeau des autres tout en m’éloignant d’eux par la pensée. Je baisse la tête, ferme les yeux pour ne pas me faire remarquer. Meilleur moyen pour ne pas se faire embêter. Eviter les questionnements ennuyeux et les conversations à bailler aux corneilles.
Je fais comme tous les autres : je ne regarde pas.
Je reste. Enfermée dans ma bulle. A avancer. Au même rythme. Dans la même ville et, pourtant, dans une dimension parallèle.
Nous traçons tous notre chemin sur des plaques qui ne se croisent jamais. Cela nous convient bien. Se croire seul.e au monde. Et penser que tout nous appartient.
C’est triste, hein ?
Mais le monde est triste.
Et quand je suis lasse de lutter pour le peindre, quand je suis épuisée de crier en vain, je me laisse juste tomber dans leurs ternes teintes. Ca a un côté reposant. Ne plus sentir le regard des autres. Et filer. Comme le vent. A travers les rues.

C’est un ballet solitaires dans le soir. Danse à laquelle je donne mon propre rythme, mon propre tempo et mes propres pas. Pas de public pour venir regarder ; je n’en veux pas.
Mais soudain, la musique intérieure si soigneusement arrangée déraille et la danse perd de sa mécanique. C’est comme le bateau qui se met soudainement à tanguer sous les pieds avant de renverser ses passagers qui n’ont pas le temps de se rattraper.
Je suis comme eux : tombée.
Parce que ma bulle vient d’en rencontrer une autre. Il paraît que je ne suis pas seule à déambuler dans ces rues. Il paraît qu’il y en a d’autres, qui passent.
En soi, je le sais, ils passent tous et on ne se regarde pas. On se croise, on ne se capte pas. Ca nous suffit.
Cette ombre là, je croyais aussi qu’elle était un passage, comme les autres. Mais non. Elle ne passait pas. Elle tourbillonnait et elle dansait. Elle demeurait et se complaisait dans la nuit. Elle n’était pas comme le reste : elle ne fuyait pas la rue du soir, ne passait pas en coup de vent.
Elle n’était pas un passage.
Alors je lui suis rentrée dedans.
Et je suis tombée.
Pas bien compliqué.
Tout est si rapide que je n’ai pas le temps de dire, de m’exclamer, de grogner. Je ne suis même pas vraiment sûre de réaliser que mes attaches au sol ont été défaites et que je suis plus proche que je ne l’aurais voulu du bitume triste.



La silhouette ne cesse pas sa danse tourbillonnante et exécute quelques pas pour un demi-tour. La première chose que je remarque sont ses patins vissés aux pieds qui la porte où bon lui semble, comme le vent transporte la feuille sans grands efforts.
Puis je sens ses mains qui m’aident à me relever, sa voix qui s’élève dans le noir, banales phrases qui s’accordent bien avec la banalité du lieu -le trottoir, le bitume, si semblables au reste.
Jusqu’à sa dernière phrase. Qui ne ressemble en rien aux autres. Aux mots que pourraient sortir ces gens qui suivent machinalement le rythme sans se poser de question.
Un peu sonnée par la si soudaine chute, je souffle sur les mèches de cheveux tombés sur le visage avant des les ramener en arrière, histoire de dégager la vue.
Puis je lève les yeux vers l’autre, dont les mains sont posées sur mes épaules, comme cherchant à stabiliser ou enserrer.
Dans la nuit, le visage se découpe quelque peu avec la lumière lointaine et laide d’un réverbère.
Mes sourcils s’arquent de surprise et je me demande si c’est un contre-coup de la chute. Les rencontres de nuit sont toujours surprenantes. Tomber sur une connaissance l’est encore plus. Et tomber sur cette connaissance est assez incroyable.

-Malena ? je demande sans cacher ma surprise.

Je ne sais pas si c’est son visage qui me revient.
Ou son aura.
Sa présence. Etrange et fascinante. Intrigante et rassurante.
En vérité, je ne suis pas sûre de me rappeler ses traits. Par contre, je n’ai jamais oublié sa flamme et ses mots.

-Ce monde me rend grise, je reprends après un court temps. Ca s’accroche à moi. Je ne sais pas quoi faire.

Mes yeux se plissent dans la pénombre.
Est-ce son visage que je cherche à mieux distinguer à travers le voile du soir ? Ou davantage l’intérieur, son âme, différente des autres, moins terne, peut-être.
Mes mains viennent se poser sur les siennes pour les retirer de mes épaules. Mais une fois les bras retombés, je ne les lâche pas. Contact rappelant celui qui m’avait rassurée il y a si longtemps, au détour d’un couloir.
Comment ça se fait. Qu’il,elle réapparaisse ainsi, subitement ?

-Tu as disparu

_murmure_

-Tu réapparais. Tu m’as peut-être même manqué. Tu es trop attaché.e à Londres pour fuir la ville à jamais ?

Un mince sourire dans l’ombre.
Etrange rencontre nocturne.



/Mal arrive, ne prenez pas le sujet siouplaît, merci d'avance ♥\
Revenir en haut Aller en bas
Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Fañch Guivarch, Mer 4 Avr 2018 - 1:58


sujet sans réponse depuis 2 mois
si problème me mp

RP avec Phae

Fañch Guivarch rp numéro 90:

Fañch n'allait pas bien, une migraine l'assaillait depuis quelques jours, il avait l'impression qu'un homme frappait sa boite crânienne à l'aide d'un marteau pilon.

Le géant déambulait dans les rues de Londres sans vraiment savoir où il allait, il avait juste besoin de respirer, de prendre l'aire.  l'impression d'étouffer était pesante et le sorcier fou voulait s'en échapper, s’enfuir partir loin et ne jamais revenir.

La douleur se faisait de plus en plus aiguë forçant le Serpentard à s’asseoir par terre, son crane risquait d'imploser d'une seconde à l'autre, le mal était intenable, arrachant des gémissements au jeune sorcier.

"Le négatif" : JE SOUFFRE!

"Le positif" : Du calme.

"Le juge" : ça ne sert à rien de s'énerver.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
Anonymous
Invité

Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Invité, Sam 7 Avr 2018 - 1:27


Londres, la nuit. L’éclairage public avait pris le relai de la lumière d’un soleil blafard, et se reflétait en une myriades de points flous sur le bitume humide. Les bâtiments blêmes, maladifs, se découpaient sur un ciel d’encre. Pas de lune, pas d’étoile, seulement les rangées sages des fenêtres sur les façades, qui laissaient suppurer leurs rectangles clairs, dégoulinant de teintes jaunâtres.
Elle n’avait toujours pas l’habitude de s’y balader, malgré ses nombreux séjours dans la capitale. Elle n’était pas habitué au nycthémère infatigable de la ville, trop bruyante, chargée, grouillante. Comme si on avait décidé d’y pratiquer la cuniculiulture, mais que les milliers de petits lapins avaient étés remplacés par une masse grouillante d’humains. Une ville tout sauf nullipare, mais stérile à la fois.

En l’occurence, il n’y avait plus tant de monde que ça à cette heure de la journée. Les trottoirs avaient été désertés pour leur préférer les intérieurs douillets. Seuls quelques freluquets osaient encore pointer le nez dehors, bravant l’humidité et la pénombre pour vaquer à des occupations dont on ne voulait rien savoir.
Phae était sortie lorsque les autres étaient rentrés. Echapper à l’odeur rance du minuscule appartement était devenu plus d’une nécessité. Un besoin phorafictural, s’il en est. Elle étouffait entre ces murs, elle étouffait avec sa mère, mais sortir n’avait pas vraiment arrangé les choses. Parce que c’était peut-être à cause d’elle-même qu’elle étouffait.

Un autre angle de rue. Ils se ressemblaient tous, elle ne faisait pas la différence, se contentant de marcher lentement, les mains fourrées dans les poches pour les protéger de la cuistre et insolente faîcheur du soir. Un rhododendron, planté au bout de l’allée, lui frôla le coude quand elle parvint à sa hauteur. Elle s’arrêta à son niveau, lasse.
Rentrer, ou continuer à déambuler sans intérêt. Le dilemme était cruel. Soupir. Regard autour d’elle. Quelques passants, aussi éphémères qu’une péqueroute. Et un peu plus loin, incongru dans ce tableau fade et dénué d’intérêt, une grande silhouette directement assise sur le sol froid, repliée sur elle-même, gémissante. Détail discordant dans la lumière melliflue du lampadaire.
Surprise même d’être surprise par quoique ce soit ici, elle resta immobile à observer le jeune homme, le buisson lui titillant toujours le bras. Il souffrait indéniablement ; il fallait être aveugle pour ne pas s'en apercevoir. Le détail devenait un élément à part entière. Elle devait peut-être lui venir en aide. Ou bien passer son chemin. Nouveau dilemme bien plus perturbant que le premier.

Elle fit deux pas dans sa direction, incertaine, sans dire un mot. Ce n'était pas son problème, mais elle avait l'occasion de faire une bonne action. Idéal pour être en paix avec elle-même et échapper à la culpabilité. Bon, il allait sans doute la rembarrer, mais il avait vraiment l'air mal en point. Faire un choix, rapidement. Plus difficile qu'il n'y paraissait.

Enfin, une solution. S’il levait les yeux, elle demanderait s’il avait besoin d’aide. Sinon, elle repartirait.
Satisfaite de mettre sa décision sur le compte du hasard, elle attendit en se disant d'avance que quoiqu'elle fasse, elle le regretterait.
Revenir en haut Aller en bas
Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Fañch Guivarch, Lun 9 Avr 2018 - 14:28


LA de Phae

Fañch Guivarch rp numéro 92:

Toujours sujet à son mal de crâne Fañch sentait le calme le quitté petit à petit, la douleur prenait de plus en plus le contrôle, pénétrant insidieusement dans le corps du celte.

"La positif" : La douleur c'est pas très agréable.

"Le négatif" : SANS DÉCONNER? TU CROIS QUE JE PREND MOI PIED LA?

C'est à cet instant qu'une fille s'approcha du serpentard. A ce moment une réaction étrange s’enclencha chez le sorcier fou que lui-meme ne comprit pas entièrement. Le celte donna un coup de pied dans les jambes de la jeune femme la faisant ainsi chuter.

"Le négatif" : BIM DANS TA GEULE!

"Le positif" : t'a fait quoi?

"Le juge" : Agresser une personne n'est pas le meilleur plan pour se calmer.

Après ce coup plutôt surprenant le vert et argent se releva prêt à continuer son assaut sur son innocente victime.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
Anonymous
Invité

Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Invité, Jeu 12 Avr 2018 - 15:41


Mauvaise décision. Mais alors, très mauvaise. Peut-être même une des pires depuis longtemps. Et il y avait de la concurrence.
Pourquoi n’avait-elle pas rebroussé chemin comme elle l’avait considère une minute plus tôt ? Pourquoi était-elle seulement sortie de chez elle à cette heure-ci ?
Stupide.

La réaction obtenue n’avait pas été celle escomptée. Vraiment pas. Pour tout dire, elle ne l’avait même pas envisagée. Tout était allé très vite, trop vite même pour qu'elle ait le temps de ressentir n'importe quelle émotion.
Le coup de pied dans les jambes la surprit plus qu’il ne lui fit mal. Pour la chute, ce fut l’inverse. Elle tomba comme une poupée de chiffon. Pas préparée à perdre l’équilibre, elle avait maladroitement jeté son coude en arrière pour amortir le choc. Tentative pitoyable qui ne fit qu’ajouter à la douleur dans son bassin un brusque élancement de l’épaule.
Un hoquet étonné passa à travers ses lèvres, juste avant que sa mâchoire ne se crispe. Goût métallique, larmes aux yeux. Elle s’était aussi mordu la langue.

Pas le temps de s’y attarder. Réagir vite. Seul avantage de la chute, le brusque afflux d’adrénaline qui lui picota l’extrémité des doigts. Doigts qui avaient instinctivement trouvé le chemin jusqu’à sa poche. Sa baguette. Seule solution pour elle. Pas de taille à lutter, pas assez rapide pour se relever.
Son pantalon râpant le bitume comme elle se reculait tant bien que mal, elle serra ses phalanges sur le morceau de bois. Puis, comme elle n'avait plus le choix, elle leva ses doigts tremblants mais armés en direction de son agresseur.

Laisse-moi tranquille
, articula-t-elle.
Elle voulait le hurler, mais ses cordes vocales ne produisent qu'un maigre filet de voix. Mais elle ne l'entendit même pas tant son coeur résonnait à ses oreille, accéléré par la peur qu'elle ressentait maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Fañch Guivarch, Dim 15 Avr 2018 - 21:18


Fañch Guivarch rp numéro 99 :

Le coup de pied surprise fut lancé et comme la jeune fille ne s'attendait pas à recevoir une attaque, le coup fut une réussite et la malheureuse femme chuta au sol.

"Le négatif" : Alors toi ma petite tu vas souffrir

"Le positif" : Mais pourquoi tu fais ça?

"Le négatif" : LA FERME! Ça fait trop longtemps que vous me refrénez et que je ne peux pas réellement m'exprimer.

"Le juge" : pourtant j'ai toujours fait en sorte d'essayer de t'écouter

"Le négatif" : Oui mais ce n'est pas assez, les satisfactions que je recevais grâce à des petits actes de malveillance ne sont rien. Je veux voire la souffrance sur le visage d'autrui, je veux voir le sang coulé, je veux voir ... la mort.

"Le juge" : C'est d'acco...

"Le positif" : Mais tu vas pas le laissé faire?

"Le juge" : Laisse-moi finir, tu fais ce que tu veux jusqu'au lever du jour, puis tu te calmes et plus jamais tu refait ce genre de connerie , c'est comprit?

"Le négatif" : très claire.

Pendant cette discussion intérieure la jeune serdaigle avait eu le temps de dégainer sa baguette, choix discutable vu qu'a ce moment elle n'était pas sur que la personne en face d'elle appartienne au monde magique et donc comprenne la menace que représentait ce bout de bois.

Fañch se redressa calmement et se mit à rire, un rictus démoniaque qui faisait froid dans le dos, pour ce soir il avait décidé de jouer à un jeu et de feindre la connaissance du monde magique.

Fañch : Alors tu me menaces avec une brindille? C'est vraiment ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
Anonymous
Invité

Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Invité, Sam 21 Avr 2018 - 1:28


Un rire glacial, glaçant, qui résonne dans la rue vide. Malvenu, détonnant, aussi, un son qui n’avait aucunement sa place ici. Qui aurait pu la faire sursauter aussi, si seulement elle ne s’y était pas attendue un minimum. Il ne l’en blessait pas moins. Pas à cause du rire en lui-même, mais par ce qu’il représentait - sa propre impuissance. Elle ne devait pas avoir fière allure comme ça, à brandir un morceau de bois en guise de menace, les fesses sur le sol glacial, la mine hébétée et la lèvre tremblotante.
Alors elle profita de son très bref instant d’inattention pour se relever. Il la dominait toujours d’une tête mais elle avait l’impression d’être un peu moins dépassée. Un tout petit peu.
Raffermir sa prise sur l’objet qu’elle tenait, prendre une inspiration, se préparer à courir. Elle ne voulait utiliser la magie qu’en dernier recours. Éviter les problèmes, autant que faire se peut dans une situation comme celle-ci.

Alors tu me menaces avec une brindille? C'est vraiment ridicule.
La phrase ne fit que confirmer ce qu’elle avait déjà compris dès que le rire avait retenti. Il ne connaissait pas ce monde - son monde.
Plus tôt, elle avait dû réagir comme elle pouvait. Il avait bien fallu tenter quelque chose, le plus évident pour elle en qualité de sorcière. La brune ne pouvait pas être sûre qu’il ne comprendrait pas ce que sa baguette représentait. Il fallait au moins essayer. Et cela n'empêcherait pas sa baguette d'être efficace. Elle maintint son bras, malgré les muscles qui commençaient à fatiguer.

Tu me veux quoi ?
Ignorer sa question. Mais poser celle qui lui trottait dans la tête depuis le début.
Revenir en haut Aller en bas
Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Fañch Guivarch, Sam 21 Avr 2018 - 14:23


LA de Phae
Fañch Guivarch rp numéro 107 :

Le mal avait la domination du cours de Fañch, l'expression faciale était malsaine elle affichait un sourire narquois et une expression grave, deux choses qui étaient souvent opposées.

Le géant regardait patiemment la jeune fille se relever, elle avait sa baguette en main et pointait toujours le serpentard avec celle-ci, mais elle hésitait, elle ne voulait pas utiliser la magie, visiblement elle pensait que le breton était un moldu. C'était un avantage pour le sorcier fou, avec son physique il était sûr de l'emporter.

"Le négatif" : Ton hésitation va te coûter cher ma cocotte.

"Le juge" : C'est une sorcière elle risque de nous reconnaître dans le monde magique, qui plus est il est probable qu'on l'ai déjà croisé à poudlard.

"Le négatif" : T'inquiètes pas elle vas pas en réchapper.

Une fois debout la pauvre victime questionna son futur bourreau sur ce qu'il voulait d'elle. A nouveau un rictus s'échappa de la bouche du sorcier à l'âme tiraillé, il s’avança vers la jeune sorcière jusqu’à ce que son torse soit collé à la baguette de la serdaigle. Une fois à cette distance le rire se tue pour laisser place à un air sérieux

"Fañch" : ce que je veux est simple : ta mort.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
Anonymous
Invité

Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Invité, Mer 25 Avr 2018 - 1:12


Il fit un pas, puis un autre. Il avançait vers elle et elle n’aimait pas ça. Du tout. Pourtant, elle resta immobile, clouée sur place par des émotions qu’elle n’arrivait pas à analyser. Elle n’avait pas le temps de se décider à courir ou rester que déjà, il était devant elle.
Alors elle tressaillit et leva les yeux vers lui. La lumière faiblarde du lampadaire creusait des ombres angoissantes sur son visage et lui donnait un teint jaunâtre. Malgré ça, malgré ce qui l’empêchait de raisonner, elle se fit la réflexion qu’elle connaissait. Du moins, qu’elle l’avait déjà croisé. Mais où ? Perdu dans les méandres de sa mémoire, inaccessible pour le moment. Impossible de savoir s'il mentait ou non. Elle devait trouver la réponse, mais la situation ne s'y prêtait pas vraiment.
Et puis, il répondit à sa question. Simple. Basique. Mais sa phrase la laissa encore plus désappointée que ce qu’elle ne l’était déjà. Ou peut-être que ce n'était pas le terme. Peut-être qu'elle avait de toute manière trop peur pour songer à être surprise. Mais l'atmosphère un peu irréel de la scène lui tira presque un sourire. Cela ressemblait à une vaste blague. Elle n'y trouvait pas de sens. Mais peut-être qu'il n'y en avait aucun à chercher. Que répondre à une telle assertion, aussi discordante que terrifiante ?

Je n'ai rien fait. Donc laisse moi partir.

Une voix qui tremblait, mais pas autant qu'elle ne l'aurait cru. Et en espérant qu'il en serait de même pour ses jambes, elle recula à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Fañch Guivarch, Mer 25 Avr 2018 - 13:03


Fañch Guivarch rp numéro 112 :

La jeune aiglonne fit simplement un pas en arrière, ce devait être irréaliste pour elle, se faire agresser ainsi au hasard d'une rue et peut-être y laisser sa vie.

La réponse de la jeune femme fut surprenante, d'une voix tremblante elle essayait de dérouler un argumentaire logique en deux temps : cause/conséquence. Certes son intervention aurait peut-être convaincu quelqu'un avec un raisonnement logique mais pas le fou qui se dresse devant elle.

"Le positif" : Elle a raison laissons la partir.

"Le négatif" : Je n'arrive pas à savoir si elle est c*nne ou juste stupide.

"Fañch" : D'accord je vais te laisser t'en aller ...

D'un geste brusque le géant entoura de ses mains le coup de sa victime et commença à serrer de toutes ses forces tout en riant comme un damné sortit des limbes.

"Fañch" : ... droit vers l'enfer.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arnaud Meula
Arnaud Meula
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Arnaud Meula, Lun 18 Juin 2018 - 22:08


Vue avec Fanch et Phae
PV avec LA de
Rachel

Londres, fin de matinée, ciel couvert et température assez bonnes, me voici à nouveau à attendre quelqu'un. Quelqu'un qui m'a envoyé cette lettre, une lettre qui ne m'indique pas grand chose à part une rencontre ici à Londres dans cette petite rue sans passage. En pleine journée ainsi, je ne m'inquiète pas vraiment à vrai dire, je suppose qu'un mage noir ne m'attaquerait jamais de journée et en pleine rue.

Les yeux rivés vers le ciel dans la peur de voir de la pluie tomber, la météo est vraiment capricieuse ici, je ne sais pas si j'aurai du prévoir autre chose qu'un fin manteau et une chemise sombre pour cette occasion. Je ne m'attends pas à un rendez-vous, mais l'habit fait vraiment occasion de spectacle ou repas important, la prochaine fois je prendrai soin de demander à ma mère en vitesse avant de partir ainsi.

Les mains dans les poches et le regard se baissant au niveau du sol, je pense que je suis à nouveau arrivé en avance et que le temps se fera long en attendant un événement particulier.




Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Rachel Ester Pasca, Mar 19 Juin 2018 - 21:17


La phénix marchait tranquillement, observant le ciel et se demandant si la pluie allait enfin tomber. Elle aimait bien les orages, surtout les éclairs. Cependant elle marchait surtout parce que son corps ne lui permettait pas vraiment d'aller plus vite. Elle s'amusait depuis peu à utiliser le polynectare pour prendre l'apparence d'un vieil homme. D'ailleurs, c'était en rendant visite à ce même jeune homme qu'elle s'était familiarisée avec cette potion. C'était définitivement bien plus pratique !

L'homme avançait donc, cherchant -maintenant qu'il était proche du lieu du rendez-vous- la personne qu'il avait contacté il y a peu. Tara était curieuse de voir comment il s'en sortait depuis qu'il avait quitter St-Mangouste. Avait-il commencer à se reconstruire ? Ou peinait-il encore à retrouver sa place ? Le sorcier comptait bien l'aider, d'autant qu'il avait eu des échos de la part d'autres Phénix concernant le petit Arnaud.

- J'aurais fait un effort vestimentaire si j'avais su que tu viendrais si beau.

Petit sourire taquin, car si le jeune homme semblait sortir d'un rendez-vous galant -ou peut-être qu'il s'y rendrait après ?-, Tara, elle, était vêtue d'une longue robe grise, quelques bagues. Mais le plus surprenant quand on savait qui elle était, restait cette longue barbe blanche. Les gens ne se doutait pas à quel point il était égrable d'en porter une. D'ailleurs, le sorcière porta un regard amuser vers sa propre barbe.

- J'ai même oublié de retirer ça, dit-il en désignant l'espèce de queue de barbe qu'il avait. Mais je vais le garder, j'aime bien finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Meula
Arnaud Meula
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Arnaud Meula, Mer 20 Juin 2018 - 19:13


La situation devenait de plus en plus stressante pour moi, au fil des minutes qui s'écoulaient sans le moindre bruit ou agitation dans la rue. Je me demande si je ne suis pas tombé dans un piège au final, ou si quelqu'un se moque de moi. Soudain, coupant toute anxiété ou pensées, un vieux monsieur m'aborda en me signalant quelque chose sur ma tenue et la sienne.

Oh! Bonjour Monsieur! Et bien, je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre donc dans le doute j'ai prévu de jolies habits. dis-je alors en me grattant l'arrière de la tête avec ma main droite et en effectuant un sourire franc.

Il me tutoie et parle comme-ci nous avions rendez-vous, je pense que c'est la bonne personne, cependant, qui est-ce? Est-ce qu'il s'agirait du mangemort m'ayant attaqué sous une autre forme? Ou la femme âgée qui est venue me rendre visite à St-Mangouste? Peut-être quelqu'un de complétement différent et qui se joue de moi? Dans le doute, je préfère adopter un style neutre et m'adresser normalement à cette personne, je vais opter pour la deuxième solution sans me risquer à quoi que ce soit.

Vous savez, c'est très perturbant de s’adresser à une personne qui change en permanence. Je ne penses pas vous connaitre personnellement, mais j'imagine que vous me connaissez en échange. Que puis-je pour vous Monsieur?

Une phrase tout à fait juste dans une situation insolite, j'échange avec respect et politesse. Ma main qui descend de ma tête jusqu'à tomber contre le long de mon corps, je ne suis pas en position de combat, j'espère vraiment qu'il s'agit de la bonne personne qui m'a parlé à St-mangouste.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Rachel Ester Pasca, Mar 26 Juin 2018 - 20:40


Le vieux sorcier observait attentivement mais discrètement le jeune homme. Il semblait s'être remit plutôt rapidement et si cela était plutôt de bonne augure, beaucoup de questions commençaient à germer dans l'esprit de la Phénix. Comment ? Pourquoi ? Grace à qui ? Et surtout : était-ce réel ? Certains étaient passés maître dans l'art de dissimuler leurs émotions et leurs blessures. Elle-même n'était pas complètement mauvaise à cet exercice. Cependant elle trouvait le jeune homme trop jeune pour se battre seul.

- Tu n'as qu'à m'appeler Tara si cela t'aide... Mais je ne change pas, je me contente de mettre les costumes d'autres. Mais puisque tu le demandes, le vieil homme que je suis apprécierais de passer un peu de temps en ta compagnie. Peut-être pourrais-tu me raconter ta vie ?

Qui était Arnaud Meula ? Que désirait-il ? Qu'est-ce qui le faisait avancer ? Tara voulait sonder son lui intérieur pour mieux envisager le future et mieux comprendre le passer, car elle estimait que les actes gratuits étaient plutôt rare venant des Mangemorts. Ils étaient horriblement sanglants, d'abominable monstres sans respect des autres, mais le plus souvent leurs actions avaient un but précis. Ils étaient loin d'être bête.

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Meula
Arnaud Meula
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Arnaud Meula, Dim 1 Juil 2018 - 10:25


Une réponse surprenante de la part du vieux monsieur, mais il faut avouer que c'était légèrement agréable d'entendre quelque chose de ce style, de voir quelqu'un s'intéresser à ce que je pouvais être, c'était bien la première fois que je ressentais cette émotion, si particulière.

Du coup... Tara, je... suis assez surpris en réalité de cette situation, je suppose que le fait que vous ayez un.... costume de personne âgés me rappel une autre situation dans un certain Hôpital de Londres, mais volontiers, je ne suis pas contre un peu de discussion avec vous.

Regardant le monsieur avec une curiosité sans nom, je me demandes toujours comment est-ce possible? De "mettre les costumes des autres?"

Parler de soi est légèrement plus compliqué qu'on ne l'imagine, disons que je suis un simple élève de Serdaigle à Poudlard. Je n'ai pas eu la meilleure ni la pire enfance, mes années à Poudlard se sont bien déroulées, j'ai d'assez bonne note dans les sortilèges et la métamorphose et je m'entraine régulièrement dans un endroit à Londres appeler "le Heurtoir" pour m'améliorer dans le duel. J’effectue également des petits entrainement avec des personnes comme Madame Elly Wildsmith ou bien Madame Hilswood, une ancienne championne de Duel et je vise un poste au ministère comme Tireur d'élite de baguette magique par exemple.

Cependant, je me doutais légèrement de ce que cette personne désirait entendre, je ne pense pas qu'elle se soit donné la peine de faire du chemin juste pour entendre un garçon en fin d'adolescence raconter sa vie d'étudiants à Poudlard.

Mais, je pense que vous voulez surement savoir autre chose. Par rapport à ce fameux hôpital de Londres, je suis persuadé que nous nous sommes déjà rencontrés Tara, si c'est bien vous qui m'avez rassurés là-bas, je tenais à vous remercier, votre discours m'a beaucoup aidé et motivé dans ma rééducation. Cette rencontre avec le mage noir reste malgré tout dans des souvenirs et des cauchemars la nuit, des traces restent sur le corps, surement à vie. Concernant cette main gauche, je suis en contact avec un artisan moldu pour une prothèse et une étudiante de Poudlard spécialisé dans la médicomagie, je pense bientôt être opérationnel si vous voyez ce que je veux dire. J'ai une rancœur qui me tiendra jusqu'à la fin de ma vie.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Une rue tranquille - Page 15 Empty
Re: Une rue tranquille

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 15 sur 17

 Une rue tranquille

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.