AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 27 sur 28
[Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28  Suivant
Harmony Lin
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005

Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Harmony Lin, Sam 27 Aoû 2016 - 0:02


Est ce que vous savez ce que c'est d'avoir la peur qui tord vos entrailles ? D'avoir le sentiment de n'être en sécurité nulle part ? De devenir paranoïaque et de penser à chaque fois que vous faites un pas qu'on vous suit ? Moi je sais. Alors peut être qu'en me voyant, les gens pensent que je suis folle mais j'ai vécue une épreuve. Dont je n'arrive pas à sortir. Et pourtant qu'est ce que j'aimerais pouvoir vivre à nouveau comme avant... Mais je ne peux pas.

C'est pour ça que je suis en position fœtale quelque part dans la gare de Pré-Au-Lard. J'ai vu quelqu'un. J'ai cru voir mon agresseur. Alors j'ai paniqué. Et maintenant, me voilà transis de peur, dans un coin sombre, aussi fragile que de la porcelaine. En cet instant, si on me brusque, on pourrait me casser. Mais pas juste un petit bout. Tout mon être pourrait éclater comme une bulle de chewing-gum. Je suis très fragile. Trop fragile. Mais je n'arrive pas à trouver de quoi me rafistoler.

- Bonjour.

Je sursaute. Une voix d'homme. Hum. Hum. Ça ne semble pas être celle de mon agresseur. La voix semble... Plus jeune. Doucement, avec une prudence inutile puisque, si c'est l'homme masqué, je serais sans doute incapable de lui faire face, je lève la tête.

- Je m'appelle Erundil, et tu n'as rien à craindre de moi. Tu es à Serdaigle également, n'est-ce pas ?


Je le regarde attentivement. La lumière en ces lieux est trop faible pour que je puisse clairement voir son visage cependant. Et cela me rappelle mes mauvais souvenirs. Alors un murmure apeuré s'échappe de ma bouche. Et si... Et si c'était l'homme masqué ? L'agresseur ? Le tueur ? Et s'il avait changé sa voix ? Mais il dit vrai. Je crois l'avoir déjà croisé. Il doit être à Serdaigle. Et s'il était l'agresseur, pourquoi me révèlerait-il qui il est ? Pourquoi viendrait-il me voir en se comportant de façon gentille ?

- Je … Je t'ai vu courir. Tu semblais fuir quelque chose. Est-ce que … Est-ce que quelqu'un t'as fait du mal ?

Il semble en colère. Il semble ne pas être content de songer au fait que quelqu'un m'ait fait du mal. Puis son expression redevient calme et posée. Je n'ai pas du tout parlé depuis qu'il m'a adressé la parole. Mais les perles azurs de mon visage n'ont pas cessés de le dévisager, comme si je pouvais sonder son âme en le regardant. Je soupire un peu. Il m'a l'air inoffensif. Ma tête curieuse se change pour redonner vie à mon expression torturée. Celle de la petite fille effrayée. Il faut que je sorte de mon mutisme. Mais jamais je ne lui raconterais mon histoire ici. J'aurais trop peur que le vrai tueur entende.

- Bonjour. Moi c'est Harmony et oui, je suis à Serdaigle. Ce qui explique que ta tête me dise quelque chose.

Mon regard s'assombrit quand je pense à la deuxième question. Si quelqu'un m'a fait du mal. Si seulement il savait. S'il savait à quel point je souffre. A quel point l'homme masqué me hante depuis le meurtre de mon grand-père. Depuis qu'il m'a menacé. je soupire encore plus. Il faut lui répondre. Il semble s'inquiéter pour moi, ce qui, même si je ne le montre pas, me touche vraiment.

- Oui, quelqu'un m'a fait quelque chose d'horrible... Enfin, il a surtout fait quelque chose de mal à mon grand-père. Et je fuyais car j'ai cru voir cette personne... Il me hante. Il me suit. Depuis des mois...

Je retourne dans mon enfermement, dévisageant toujours mon interlocuteur mais baissant parfois les yeux pour tenter de cacher la réalité brutale de ma douleur. Intérieurement, j'espère que ce garçon qui semble un peu plus âgé que moi se posera à mes côtés pour que je puisse voir tout son visage. Que je sois rassurée. Mais je ne lui demande pas. Après tout, nous ne nous connaissons pas. Alors j'attends. J'attends de voir ce qu'il va faire. Comment il va réagir en sachant que je souffre. Comme il l'avait comprit. J'attends. Et je me calme progressivement. Mon cœur bat moins vite. Mon estomac arrête de faire du Yo-yo. Mon regard devient moins fuyant. Que va-t-il faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Erundil Trismegiste, Dim 28 Aoû 2016 - 14:33


La solitude comme dernier rempart quand la confiance quitte notre regard. Un si beau regard pourtant. Le voir autant inondé par le chagrin n'apporte rien de coloré.

Elle s'appelle Harmony. Symphoniquement jolie, elle le serait bien plus avec un sourire comme étendard. Un court instant, la mélodie de son cœur semblait plus calme, mais c'est en rhapsodie qu'il déraille encore. Parfois la vie ne paraît pas comme une amie. Ou alors à l'humour très approximatif. L'accepter à tout moment n'est pas ce qu'il y a de plus simple. Ca détresse est si grande.

A l'instant où ces traits dessinent une réponse, la noirceur en moi se réveille à nouveau. Mais je dois rester calme. Je ne sais rien de la situation. Pour quelle raison agresserait-on quelqu'un ? Un combat entre deux camps ? Pour se défendre ? … Pour le plaisir ? Ne pas juger, conserver la lueur encore un peu.

Intrigante situation face à cette mystérieuse Serdaigle au passé à l’apparence déroutante. J'essaie de me concentrer sur elle. Je l'observe. Je finis par m'accroupir. Je murmure  pour ne pas l'effrayer.

#Lumos.

Je la vois mieux maintenant. Elle est jeune. Le sombre de ses cheveux rend encore plus lumineux ses yeux tellement clairs. Puis tout son être se lit. Il est dangereux d'avoir un visage aussi parlant, surtout dans son état. Surtout en temps de fuite. Elle ne semble pas dure, pas agressive, plutôt sincère et vraie. Pas particulièrement méchante ni sombre. J'ose conclure qu'elle et sa famille ont bien été victime dans cet événement cruel. Son incompréhension face à l'ennemi. Ca a dû être soudain, violent, imprévu. Quelque chose, c'est vague. Quelqu'un, c'est anonyme, ça peut être n'importe qui. Qu'il la suive depuis des mois … C'est étrange. Un persécuteur laissant une proie vivre durant des mois dans peur, jusqu'à la laisser plonger dans la folie, c'est un choix de torture psychologique. Serait-ce quelqu'un de sadique qui serait à l’œuvre ? Ou quelqu'un qui serait lui-même terriblement torturé…

Je me rends compte que les minutes s'écoulent et que ça fait un moment que je suis là, sans parler. Je ne compte pas l'effrayer non plus. Elle est une Serdaigle, c'est donc sans réfléchir que je la soutiens. Comme pour Riri d'ailleurs…

- Attends un instant.

Je mets fin à la lumière puis tout doucement, pour être le moins audible possible… #Hominum Revelio

Rien. Personne. Nous sommes seuls à cet endroit, à l'abri des regards. Mais pas des oreilles …

#Immugio

Je m'assois, quelque peu rassuré, en espérant qu'elle aussi le soit un peu plus.

- Ici, il ne semble pas y avoir de dangers.


Je la regarde à nouveau. Elle est si jeune. Pourquoi quelqu'un voudrait lui faire du mal. Un instant, cette pensée m'exaspère à nouveau. C'est une décision peu pertinente que d’agresser, violenter, déranger quelqu'un sans aucune raison apparente. Et là, il n'y en a effectivement aucune.

- Bon …


Je redeviens parfaitement calme. Idées clairs qui coulent naturellement autour de moi.

- Une agression en plein jour et parmi la foule est quelque chose de rare. Je doute qu'il t'arrive quelque chose tant que tu es entourée. Alors, ne reste pas seule..

J'ai failli ajouter s'il te plait. Je dois éviter de m'accrocher aux gens. C'est fatigant de dire adieu, alors je préfère éviter les bonjours.

- Je ne sais pas ce qui t'est arrivé. J'ai également vécu des choses vraiment pas facile à vivre… Des pertes...

Qui me manque beaucoup encore aujourd'hui.

- Tu seras bientôt en famille, tu y seras en sécurité. Ensuite, tu seras de retour à Poudlard. Là-bas aussi, tu y seras en sécurité. Il faut .. Tu dois éviter les endroits comme celui-ci, à dire vrai, un petit coin dans le noir, ce n'est actuellement pas la meilleure cachette. Je …

Qu'est-ce que je fais. Est-ce le bon moment pour donner des conseils. Elle est terrorisée. Lui raconter tout ça, ça ne va pas forcément l'aider. En même temps, je la comprends. Ce qu'elle ressent en peur, je la ressens en frustration, et ce n'est pas agréable non plus.

- Désolé. Je parle beaucoup aujourd'hui… Ce ne sont pas des conseils que tu as besoin d'entendre je présume. Comment te sens-tu ?

Je la regarde à nouveau. Attentif à ses moindres gestes, au moindre changement de ses traits. Je tente de l'écouter au mieux. A cet instant, sensation étrange. Je ne veux pas la savoir seule.
Revenir en haut Aller en bas
Harmony Lin
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Harmony Lin, Mer 31 Aoû 2016 - 18:57


Il me regarde lui aussi. Il semble essayer de sonder mon âme avec un regard. Comme j'avais l'habitude de le faire. Puis, il s’accroupit à mes côtés. Je lui souris, j'ai moins peur.

#Lumos.

Son visage m'apparait alors. Il n'a rien d'un tueur. Il n'a rien de mon tueur. Il m'observe attentivement, tout comme moi je le dévisage. Et nous restons comme ça de longues minutes. J'en oublie presque la peur qui me paralysait quelques instants plus tôt. Je me sens en sécurité. Protégée. Je sens que je peux lui faire confiance.

- Attends un instant.


Je hoche la tête tandis qu'il éteint la lumière du bout de sa baguette. Il murmure ensuite une première puis une deuxième formule magique. Je dois tendre l'oreille pour l'entendre mais il me semble bien que ce sont des sortilèges de vérification. Pour savoir si quelqu'un est caché. Il s'assoit puis m'adresse la parole.

- Ici, il ne semble pas y avoir de dangers.


Il me regarde et je lui souris, reconnaissante. Il ne sait pas à quel point je suis soulagée qu'il ait fait ça, qu'il soit si amical et prévenant avec moi. Mais la peur qui m'envahissait dans la gare est encore un peu là. Je suis calmée, ma respiration est redevenue régulière mais une pointe d'angoisse me transperce le cœur. C'est pour cela que je n'ose pas trop parler.

- Une agression en plein jour et parmi la foule est quelque chose de rare. Je doute qu'il t'arrive quelque chose tant que tu es entourée. Alors, ne reste pas seule..
Je ne sais pas ce qui t'est arrivé. J'ai également vécu des choses vraiment pas facile à vivre… Des pertes...
Tu seras bientôt en famille, tu y seras en sécurité. Ensuite, tu seras de retour à Poudlard. Là-bas aussi, tu y seras en sécurité. Il faut .. Tu dois éviter les endroits comme celui-ci, à dire vrai, un petit coin dans le noir, ce n'est actuellement pas la meilleure cachette. Je …


Je souris timidement. Pour l'instant, il est avec moi donc tout va bien. Quand il me dit qu'il a vécu des pertes, je pense à ma mère, je pense à mon grand-père et mon regard se voile. Si seulement ils étaient encore la... Sachant ce que ça fait que de perdre un proche, je met ma main sur son épaule, comme pour lui montrer que je compatis. Que je sais que c'est dur. Mais mon visage se ferme lorsqu'il dit que je serais en sécurité en famille. Car ce qu'il ne sait pas c'est ce que je ne serais jamais moins en sécurité que quand je serais avec ma grand-mère. Elle est moldue. Elle essaye de me désinscrire de Poudlard, qu'elle croit être un Internat. Donc je suis en danger avec elle. Contrairement à ce qu'il dit, je ne suis pas non plus en sécurité à Poudlard. L'agresseur y a accès, ce qui fait qu'il sait où je suis en permanence. Mais je suis d'accord avec lui. Un petit coin dans le noir non plus ça n'est pas la meilleure des cachettes. Pourtant, je ne savais pas quoi faire. J'étais terrorisée.

- Désolé. Je parle beaucoup aujourd'hui… Ce ne sont pas des conseils que tu as besoin d'entendre je présume. Comment te sens-tu ?

Il me regard à nouveau. Il semble s’inquiéter pour moi. Je souris, d'un sourire contrit et infiniment triste. Il va falloir que je lui réponde. Mais dois-je lui dire la vérité ? Ou bien le lui cacher ? Il semble sincère. Il semble gentil. Je vais lui dire la vérité, même s'il ne pourra rien faire pour moi.

- Ça va mieux, merci... Mais malheureusement, je ne serais jamais en sécurité... Ni chez ma grand-mère, ni à Poudlard. Il est partout. Mais ne t'inquiètes pas, tu ne peux rien faire pour moi. Tu as déjà fait beaucoup en m'aidant ici. Merci.

Je lui adresse un sourire de remerciement. Ma peur panique de tout à l'heure se lit encore sur mon visage mais s'il fait bien attention, il verra que je suis tout de même un peu plus détendue. D'ailleurs, j'essaye de me changer les idées.

- Tu es en quelle année à Poudlard ?


Je ne sais pas s'il va répondre à ma tentative de changement de sujet ou s'il va rebondir sur l'une de mes dernières phrases, quand j'ai avoué n'être en sécurité nulle part. Je ne peux pas savoir. Va-t-il chercher à me protéger, encore une fois ? Alors même que c'est impossible ?

Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Erundil Trismegiste, Ven 2 Sep 2016 - 21:47


Voilà combien de temps que nous sommes ici. Je ne sais comment s’enfuie cet ami des vieux amants. Une tristesse vient maquiller ses yeux quand je parle de famille. Ce n'était pas une bonne idée. Il est doux de pouvoir se reposer sur une personne qu'on aime simplement parce qu'elle donne à notre vie un intérêt aussi important et puissant qu'un coeur à une pulsation. Pas en sécurité près de sa grand-mère. Double douleur qui empoigne le palpitant. Déjà, le regard de cette chère grand-mère qui savait dévoiler un sourire si intense qu'elle aurait redonné vie au soleil en pleine nuit. Mais c'est sa vie qui s'est maintenant envolé. Puis, deuxième choc. C'est le seul nom qui sort. Pas de mère. Pas de frère. Rien ? Plus de grand-père ? Je me le cachais, mais au vue de la terreur qui l'habille, cette perspective est très crédible. Elle me parait comme évidente quand j'y pense.

La main. Délicatesse. Une plume d'un oiseau cherchant liberté qui se pose sur mon épaule, s’agrippe un peu. Mais ce n'est pas moi qui suis emprisonné, c'est toi, jeune oiseau aux ailes superbes. Cela n'a pas le pouvoir de m'apaiser.

Elle a ajouté, pas en sécurité à Poudlard. Je m'interroge un instant. Est-ce une personne du personnel ? Je cogite aussi vite qu'un train qui n'aurait pas eu envie de s'arrêter là sur le quai … Qui du personnel serait si néfaste pour son bonheur ?

Le concierge, Monsieur Dey ? Non. Il est imposant par sa présence, mais au-delà, il dégage lun déclin d'une puissance qu'il n'a jamais su avoir, une tentative à être ce qu'il peut être, mais aura préféré s'adonner à un plaisir plus simple. Non, je ne crois pas qu'il ait cette force.

Le professeur McKinley ? Possible, avec son apparence cynique et sadique, sa facilité malicieuse à faire tournoyer apprentissage, intelligence et souffrance. Mais il est des plus absents, ces temps-ci, et je le crois trop intelligent pour perdre son temps à torturer quelques uns sans raison, si ça ne lui apporte rien, à lui ou à quelque chose qui compte vraiment pour lui.

La chère professeur Blanchet ? Il est vrai qu'elle a cette adresse impressionnante de pouvoir être autant angélique que diabolique. On sent de par son aura, de par ses gestes réfléchis, elle peut te faire pousser comme une fleur sortant de graine, autant que chuter, comme une pétale de rose sur sa fin.

Le professeur Evan ? Certes son élégance à savoir être et paraître, à anéantir toute faiblesse à ses pieds par la simple présence de son regard puissant, il pourrait facilement faire un acte aussi grotesque. Et pourtant, lui non plus, je ne le vois pas s'abaisser à une telle idiotie, il est bien au dessus que ce geste irréfléchi de tuer une personne qui ne représente pas beaucoup de chose, sauf pour ceux qu'il aime et qui l'aiment.

Je cogite encore un peu, mais pas trop. Je n'en vois pas beaucoup. Le Grand manitou bien sûr, le Directeur de Poudlard. Oui bien sûr lui, il serait capable. Il semble tellement bas, lui qui se sent si haut qu'il ne sent même plus quand ses décharges de derrière se dégagent dans la gueule de ceux qui croient en lui. Je ne le connais pas assez. Pas personnellement du tout. Il semble juste impertinent, insolent, défiant les règles, se sentant supérieur et au dessus d'à peu près tout. Un sale gosse quoi. Alors oui, il serait capable d'un acte aussi triste. Pour les autres du personnel, je ne sais pas.

Cela fait quelques minutes maintenant que je n'ai dit mot, alors qu'elle m'a posé sa question simple, sa tentative de changement de conversation. J'étais ailleurs, un peu trop loin, dans un mélange de triste, et un mélange de colère. Je la regarde. Instinctivement je lui souris. Question simple …

- Je suis en cinquième année. Ca fait déjà cinq ans. J'ai l'impression que c'était hier mon arrivée à l'école.

Repensif. Hier, c'était aussi son décès. Hier sera toujours son décès. Je reste attentif. Pour elle aussi maintenant. J'aurais préféré que nous ayons un autre point commun que celui-ci. Mais nous en avons d'autres. De plus gais.

- Et toi ? Tu es en quelle année ?

Elle n'est pas mon frère ? Elle n'est pas ma mère. Mais le ressenti de ce moment qui me frappe doucement y ressemble. C'est étrange.

- L'école te plaît ?

Oui. Elle a raison. Parler d'autre chose. De n'importe quoi même. Parler un peu avant de retourner sur le quai. Car le temps avance. Et le train sera sûrement au rendez-vous. Il faudra que nous y soyons aussi. Mais il reste le temps de se noyer dans une conversation toute simple et souriante.
Revenir en haut Aller en bas
Harmony Lin
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Harmony Lin, Ven 9 Sep 2016 - 13:04


Ça y est. Il semble perdu dans ses pensées. J'espère qu'il ne s’inquiète pas trop pour moi. Je viens de lui dire. Il ne peut rien faire pour m'aider. Enfin, si. Il peut me changer les idées en répondant à ma question. Mais il ne semble pas vouloir le faire. Il réfléchit.

Quelques minutes passent sans que je dise un mot et sans qu'il me réponde. J'empêche mon esprit de divaguer de peur de me renfermer. Il m'a permit de m'ouvrir, ça serait bête d'avoir peur à nouveau. Alors je le regarde réfléchir, je regarde un peu autour de moi, j'essaye de me redonner confiance. Il me sourit enfin.

- Je suis en cinquième année. Ca fait déjà cinq ans. J'ai l'impression que c'était hier mon arrivée à l'école.

Il repart dans ses pensées tandis que je lui souris à mon tour. J'ai aussi l'impression d'être arrivée hier. D'avoir rencontré Lïnwe dans le Poudlard Express il y a peu de temps. Mais ça fait déjà 3 ans... 3 longues années.

- Et toi ? Tu es en quelle année ?

- Je suis en Troisième année moi ! Et j'ai aussi l'impression d'être arrivée hier à Poudlard. Ça passe tellement vite...

Un sourire complice. J'essaye de ne pas penser à ma crise de panique de tout à l'heure. Et il alimente la discussion, parfait.

- L'école te plaît ?


Je souris timidement. J'adore cette école. J'aime ce qu'on y apprend, les gens qu'on y rencontre, la sensation de pouvoir avancer et devenir une personne plus forte. Et même si ces temps-ci je ne m'y sens pas en sécurité, Poudlard reste dans mon cœur un équivalent de ma maison. C'est là où je me sens bien. Même si j'aime aussi les été que je passe avec ma demi-sœur dans la maison de ses parents.

- Oui, beaucoup. Tout ce qu'on y apprend, les gens qu'on y rencontre, Poudlard est vraiment comme une maison pour moi.

Ça y est, je ne pense plus à ma peine. Il a réussi à changer mon humeur, à me faire remonter la pente. Je vais mieux et ça doit se voir sur mon visage. Il va bientôt être l'heure de partir, de prendre le train, de rejoindre Grand-mère. Je la protègerai. J'espère ne pas devoir le faire mais s'il se passe la moindre chose, je la protègerai.

- Tu vas rejoindre ta famille toi ?

J'espère tout à coup que sa famille n'est pas comme la mienne, sinon ça risquerais de faire un blanc dans notre conversation. Un pli soucieux s'installe sur mon visage mais repart aussitôt. Il faut être confiante. Tout le monde n'a pas autant de problèmes que moi dans sa vie de tous les jours.
Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Erundil Trismegiste, Sam 10 Sep 2016 - 15:18


Now you're gone


Je pensais avoir tout, quand tu étais là. Je pensais que je pouvais vivre simplement, heureux et plein de joie.
J'ai cru bêtement, naïvement que ce serait toujours comme ça. Je n'étais pas prêt. Je ne le serai jamais.

Et puis, tu es partie.

Maintenant je comprends, je le ressens. Je n'ai jamais rien eu. Rien d'autre que toi. Ton sourire me rendant plus fort. Ton regard me voyant tel que je suis. Je n'ai jamais eu besoin de tout avoir. J'avais juste besoin de toi.

Et puis, tu es partie.



Je reste de marbre et ne montre pas que je suis ailleurs en même temps. Je l'écoute, je l'observe, je suis présent à cet instant, en sa compagnie. Une troisième année. Je mélange les années et ne sais plus ce que j'ai vécu à quelle année. Je sais que j'ai passé de bons moments. Des moments moins agréable. Beaucoup de solitude.

Je la comprends quand elle dit que c'est comme une maison. N'en ayant jamais vraiment eu, c'est un peu le seul endroit où j'ai vraiment vécu sans bouger.

- Pour moi aussi. C'est un peu comme une maison.

Oser le dire en vrai, accepter que cet endroit m'apporte suffisamment pour la comparer à une maison me fait sourire. Sourire que je partage avec elle. Après bien sûr, comme je n'ai pas d'éléments de comparaison …

Question sur les vacances, où est-ce que je vais.

- Je vais rejoindre ma mère, oui.

Je remarque seulement maintenant. Un air inquiet transforme son visage. C'est quand elle a parlé de famille. Je me demande ce qui l'inquiète. Je n'ai pas envie de la voir tracasser.

Alors je lui souris.

- Tous les ans, nous allons dans un pays, au Nord, admirer des fjords. Enfin, ceux qu'il reste. Dans un an j'aurai l'âge pour transplaner, alors je pourrais y aller par mes propres moyens, j'ai hâte.

Regard rêveur sur les merveilles immaculées du Nord.

- On va dans un petit village. C'est aussi un peu comme une maison, là-bas. Ils ne sont pas beaucoup et tous gentils et accueillants. Comme coupé du reste du monde. Et le soir, à une heure précise. Il y a des lumières dans le ciel. Ca n'a rien de magique, c'est tout à fait naturel… C'en est que plus magnifique encore…

Je me réveille. Je la regarde. Gêné...

- Excuse-moi, je me suis un peu emporté.

Je reviens petit à petit à la réalité. Machinalement, j'engouffre ma pogne dans le fourre-tout, en sort difficilement un livre que j'agrandis. « La Metaphysique de la Métamorphose avancée ». Je prends le marque-page. Je rétrécis de nouveau le livre puis le range. Je regarde la jeune amie.

- Tiens, c'est pour toi.

Le marque-page est en fait une photo. Elle représente une aurore boréale. On peut voir un oiseau apparaître dans le coin gauche de l'image, puis repartir.

- Ca t'aidera peut-être à t'évader un peu. De temps en temps. Ca marche pour moi en tout cas.

Je lui souris de nouveau. Puis reprend la conversation.

- Et toi, tu as des projets ?
Revenir en haut Aller en bas
Harmony Lin
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Harmony Lin, Lun 3 Oct 2016 - 20:43


Sentiments partagées. Maison trouvée. Poudlard, l'endroit où tous les enfants en manque d'amour, d'amitié et de stabilité se retrouvent. L'endroit où ils évoluent. Il me souris. Je lui pose une question sur le lieu où il se rend. Je lui demande si, comme moi, il va retrouver sa famille. J'espère sincèrement qu'elle n'est pas aussi décimée que la mienne cependant.

- Je vais rejoindre ma mère, oui.
Tous les ans, nous allons dans un pays, au Nord, admirer des fjords. Enfin, ceux qu'il reste. Dans un an j'aurai l'âge pour transplaner, alors je pourrais y aller par mes propres moyens, j'ai hâte.
On va dans un petit village. C'est aussi un peu comme une maison, là-bas. Ils ne sont pas beaucoup et tous gentils et accueillants. Comme coupé du reste du monde. Et le soir, à une heure précise. Il y a des lumières dans le ciel. Ca n'a rien de magique, c'est tout à fait naturel… C'en est que plus magnifique encore…


Il me fait rêver à mon tour. Je m'imagine avec une vraie famille, avec ma demi-sœur, dans une maison. Un beau paysage, du calme, des êtres chers. Et je rêve de voir le tableau qu'il me peint avec ses mots. Ça semble si irréel, si naturellement beau... Un sourire naît sur mon visage et répond au sien. Il m'a emmené dans son monde pendant quelques instants. Mais, soudain, son regard change. Il semble gêné.

- Excuse-moi, je me suis un peu emporté.

- Pas de problème, c'était très agréable à entendre !

Je lui souris timidement, cherchant à lui faire comprendre qu'il n'a pas à s'excuser, que j'ai aimé qu'il partage ça avec moi.. Puis, il met sa main dans sa poche et en ressort un petit livre, qu'il agrandit. Il prend quelque chose puis range le bouquin à sa place avec sa taille originelle.

- Tiens, c'est pour toi.

Il me tend un marque-page avec la photo de quelque chose de magnifique. Je crois que ma maman m'en a parlé quand j'étais plus jeune mais j'ai oublié comment elle appelait ça. On voit aussi un oiseau qui traverse la page. Quand je l’aperçois, je hausse les sourcils de surprise puis je me reprend rapidement. N'ayant pas forcément l'habitude des photos qui bougent, ça m'a fait bizarre mais c'était passager.

- Ca t'aidera peut-être à t'évader un peu. De temps en temps. Ca marche pour moi en tout cas.

Je prend le marque-page dans les mains, un sourire reconnaissant sur le visage. Je le garderais précieusement, il peut en être sûr.

- Merci beaucoup ! Il est magnifique ! Mais... Comment ça s'appelle déjà ça ?


Je pointe du doigts ces magnifiques vagues dans le ciel qui me sont familières. Après qu'il me répond, je range le marque-page avec mille précautions dans mon sac puis je le regarde dans les yeux, toujours souriante.

- Et toi, tu as des projets ?

Je réfléchis. Des projets. Des choses qui me tiennent à cœur. Eh bien, il m'a fait rêver avec ses histoires. Donc ça me donne une idée.

- J'avoue que t'écouter parler m'a fait songer que je rêverais un jour de pouvoir m'installer quelque part avec les gens que j'aime et dans un endroit que j'aime. De me faire une place quelque part ! Mais j'ai un gros projet plus concret que ça. Je veux absolument trouver le remède d'une maladie tout particulière. C'est mon principal objectif avec celui de soigner les gens.

Je souris. Généralement, parler de la maladie de ma mère provoque en moi un pincement au cœur mais ces temps-ci, c'est ce qui me permet de sourire, de me relever. Parce que peu importe ce qui m'arrive, j'aurais toujours ce projet, j'aurais toujours mes rêves. Personne ne pourra jamais me les prendre.

- Alors peut être que je mettrais toute une vie à trouver ce remède ou peut être même que je n'y arriverais pas. Mais si je peux au moins aider pour qu'un jour elle n'existe plus, j'aurais la sensation d'avoir réalisé mon rêve.


Il va bientôt être l'heure de partir. Je vais beaucoup mieux, grâce à Erundil. Et je lui en suis incroyablement reconnaissante. Je lui adresse un sourire. Je suis bien loin des larmes de tout à l'heure...
Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Erundil Trismegiste, Lun 3 Oct 2016 - 22:12


Musique
tant pis, elle va me faire craquer cette musique … Je n'ai pas encore écrit, je sais déjà… Je vais craquer …
----

La douce fraîcheur caresse ma nuque. Me voici fébrile face au moment superbe, quand j'écoute cette voix parler de ces rêves. Je vagabonde un instant sur la symphonie de ses mots. La beauté et l'ivresse d'un tout surplombe nos pensées. Nous voici bien, à cet instant, nous voici Un.

Je la laisse naviguer, s'amuser, danser avec son sourire. Je m'éprends d'une amitié sincère pour son regard et tout le reste. Une petite frayeur au bout d'un instant, vient abimer le bord de mes yeux. S'entourer des gens qu'on aime. Puis sourire revient bien vite au galop, parcourant les plaines de son superbe, en cet instant. Elle et son envie d'aider. Et elle et son vouloir aimer. Cela est l'intense et l'admirable de la beauté humaine, moldu ou sorcier. Je trouve cela souriant. Une chanson siffle, c'est plénitude à cet instant.

Puis le sifflement se renverse, par un autre. Celui prévenant de l'arrivée du train. … Je me suis perdu un instant dans l'instant. Une voix de chaleur intense me sera monté jusqu'au sourire. J'arrive à me reprendre enfin.

- Ton rêve est très beau. Et ton projet, il est, j'en suis sûre, réalisable. Si on s'en donne les moyens, tous, on peut faire de belles choses. Non ?

Je n'attends pas de réponse. J'ose penser être sûre de sa réponse. Quand le train sifflera une seconde fois, cela voudra dire qu'il sera temps d'avancer vers lui. Je me permets une dernière fois

Petit pas par petit pas, se chantonne en l'abandon, en tout, cet incroyable plaisir de se sentir vivant et liberté. Parcourant les plaines de vies, je croise encore un regard joyeux en cet instant. J'ose espérer qu'il saura rester là, à rayonner ce visage tout entier. Qu'il est doux ce visage, parcourant ce cadeau, la faisant rêver encore un peu. Je me permets encore un peu… La route se fait verdoyante, et la plaine de mes pensées continue infinie, par delà monts, par delà frontières, je rejoins ainsi toute éternité, celle de la graine devenant arbre fruitier, ce grain de sable se faisant désert tout entier, cet enfant devenant l'espoir aimé, et cette étoile, devenant vie après son éphémère destiné. Puis, je reviens à nouveau à moi, l'apercevant de nouveau, en cet instant, elle, cette fraîche amitié.

- Je crois que le temps nous a rattrapé. La foule est là, pas loin. On peut déjà entendre les rires de certains qui ont hâte du voyage.

Je me lève.

- Cette rencontre était inattendue. Comme quoi, l'inattendue a du bon aussi parfois. Je te remercie pour tout, jeune Serdaigle. Merci.

Je reste là un temps, avant de commencer à partir. Lui restant attentif, si par envie elle souhaite terminer le chemin à mes côtés. Sinon la musique continuera dans ma tête jusqu'à notre prochaine rencontre. Cette musique des jours de bien, cette musique des moments simples de la vie, qui nous rappelle qu'il y a toujours quelque chose à aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Harmony Lin
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Harmony Lin, Dim 16 Oct 2016 - 12:44


Ce moment est unique, privilégié. Il m'a aidé à ne plus avoir peur, m'a consolée et puis nous avons partagé nos rêves. Un sifflement retenti, brisant le silence qui s'était installé entre nous. Mais pas un silence embarrassant. Juste un moment pendant lequel nous avons juste profité de la présence de l'autre. Il sourit, je souris à mon tour.

- Ton rêve est très beau. Et ton projet, il est, j'en suis sûre, réalisable. Si on s'en donne les moyens, tous, on peut faire de belles choses. Non ?

Je souris encore plus. Je hoche la tête. Oui. On peut tout faire avec du travail, de la détermination et des rêves. Il ne faut jamais cesser de rêver plus haut. Plus grand. Car c'est ce qui nous rend plus fort.

Nous profitons juste, nous taisant à nouveau. Un douce lueur de plénitude envahie mon corps, me faisant comprendre que cette rencontre est une belle rencontre. J'étais triste, il m'a consolé. J'avais peur, il m'a rassuré. Et maintenant je suis la, avec un magnifique marque-page qu'il m'a donné dans mon sac. A attendre le train presque en espérant qu'il n'arrivera pas. Je chérirais ce marque-page en tout cas. Et ce souvenir. Il peut en être sur.

- Je crois que le temps nous a rattrapé. La foule est là, pas loin. On peut déjà entendre les rires de certains qui ont hâte du voyage.


Il se lève et je fais de même. Je sors de mon coin noir. Mais je n'ai plus peur. Plus maintenant. Il est avoir moi. Il me protège.

- Cette rencontre était inattendue. Comme quoi, l'inattendue a du bon aussi parfois. Je te remercie pour tout, jeune Serdaigle. Merci.

Je lui souris. Il me remercie ? C'est à moi de le remercier.

- Elle était inattendue mais bienvenue. Merci à toi, Erundil. Pour ce moment, pour le marque-page, pour tout. Grâce à toi je n'ai plus peur.

Il commence alors à partir. Je le suis, me dirigeant à ses côtés vers le train qui me ramènera auprès de ma grand-mère. Je souris une dernière fois en me retournant avant de monter dans le train. Il m'a sauvé.

[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
Lunara Sweetlove
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Lunara Sweetlove, Mer 23 Nov 2016 - 21:05


PV avec Eb.


Tôt dans la matinée....

Poudlard n'était pas autorisé au public et elle devait avoir accès à la bibliothèque de l'école. Elle avait une solution B toute simple, utiliser un élève pour qu'il lui donne accès au château ou au pire qu'il vole pour elle les ouvrages en question. Le problème c'est qu'elle ne connaissait aucun élève. Elle voulait éliminer les sbires de Viktor avant cette étape dans sa quête, mais les informations obtenues chez Edrik et grâce à l'Elfe avaient chamboulé son emploi du temps. Pour le moment Pré-au-Lard était le meilleur endroit pour débuter ses recherches. Elle n'avait pas mis les pieds dans le village depuis des années.
Elle n'était pas ici en touriste, elle devait trouver les enfants Lestrange, elles ne savaient pas à quoi ils ressemblaient, ni s'ils étaient encore élèves à l'école. Elle détestait venir sans préparation, mais elle était pressée par le temps et avait besoin d'entrer en contact avec un des enfants. Faire une demande à Sergeï Kholov en prétextant une raison bidon était une solution, mais elle ne connaissait pas le bonhomme en dehors de sa réputation et de son poste. Il suffisait également que les enfants ne soient plus élèves et elle aurait probablement des ennuis. Après ses dernières péripéties à Londres, elle préférait éviter d'attirer l'attention sur elle. Pré-au-Lard était l'endroit où il y avait le plus de chance de croiser des élèves après Poudlard. Elle se toucha à nouveau les côtes, elles étaient toujours douloureuses. L'attaque du Inferius avait peut-être fait plus de dégâts qu'elle ne le pensait. Elle se massa légèrement, mais la douleur ne s'estompait pas pour autant, au contraire elle était bien plus vive à chaque mouvement. Elle toussota.


*Mon enfant, tu devrais voir quelqu'un pour qu'il te soigne.*
*Et qui? Je vis dans la clandestinité depuis des mois, tu penses vraiment que je vais me rendre à Ste Mangouste et demander un baume pour me soigner sans qu'on ne me pose de questions?*
*Et pourquoi pas?*
*Tu es folle!*
*Ce n'est pas moi qui parle à une voix dans ma tête Luna, donc entre toi et moi, la folle, ici, c'est toi.*


Elle grimaça à cause de la douleur, mais aussi à cause de cette voix. Elle n'était pas folle. Elle ferma sa cape et se décida enfin à avancer vers le village, elle marchait lentement. Elle avait chaud et froid. La main qui avait frapper contre le mur durant l’altercation tremblait. Elle n'avait rien de cassé, mais elle avait reçue un choc, elle était plus faible qu'elle ne le pensait. Elle devait se reposer, même si elle n'avait pas le temps. Edrik pouvait être de retour chez lui et en voyant qu'elle serait en vie, il pourrait demander à son Elfe des explications. Il y avait peu de chance que cela arrive, mais elle ne devait négliger aucune possibilité, surtout quand sa vie était en jeu. Varkos pouvait décider de la traquer également, elle ne voulait pas retomber entre ses mains et réduite de nouveau à être un animal docile. Si elle rencontrait Jon elle ne pourrait le briser, elle serait contrainte de le tuer directement. Il avait dit qu'ils étaient peu différents, ils étaient tous les deux des Mages Noirs, tous les deux n'avaient pas put sauver leur enfant.... ce qu'il oubliait dans cette logique c'est qu'il avait tué sa fille et qu'il avait participé à la mort de celle de Lunara. Elle ne pouvait faire confiance à ce psychopathe. C'était impossible.

Elle devait trouver un Lestrange, le forcer ou non à l'aider. Cette pensée l'obnubilait, elle avançait lentement et se stoppa net quand une douleur fulgurante la transperça de part en part.


- aaaahhhhhhhhh... Elle cracha par terre, elle avait un goût de fer dans la bouche, du sang probablement. Elle était stupide, elle était probablement blessée et tout cela à cause de son manque de préparation. Elle avait une main contre un mur, l'autre sur ses côtes douloureuses.
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Ebenezer Lestrange, Jeu 24 Nov 2016 - 23:42


Le transplanage ne lui réussissait tellement pas qu'il avait décidé de le mettre entre parenthèse. Après tout, il était sorcier. Mille et une méthodes de voyage s'offraient à lui alors à quoi bon se rendre malade quand on pouvait prendre le chemin des écoliers, profiter du paysage et arriver en retard au taf. Parce que bon, fallait bosser dans la vie mais fallait pas être trop zélé non plus. De un, parce que Monroe serait trop surpris pour ne pas faire une crise cardiaque si Ebenezer se pointait à l'heure et de deux, la ponctualité c'était pour les gens prévisibles. Puis trois, sa montre n'était pas à l'heure aussi. Oui, le dernier point n'était pas trop valable surtout qu'une aiguille en retard de trois heures c'était super louche. Le miracle dans tout ça, c'est que le sorcier n'avait pas raté son train. Ou il avait pris le suivant, au choix.

Pourquoi le train ? Parce que la ligne Gare King Cross-Pré au Lard le rendait nostalgique bien entendu. Le Poudlard express avec ses premières années gueulant d'excitation dans les wagons, que du bonheur.... La version officielle était qu'Izsa avait pris la moto volante, qu'il avait oublié son balai dans les vestiaires de Quidditch et qu'il était en rade de poudre de cheminette. Puis que le magicobus coûtait trop cher alors qu'on pouvait gruger facile dans le train. Surtout que la ligne n'était pas hyper fréquentée quand les gosses ne prenaient pas les rails d'assaut. Là, ils étaient tous en train d'étudier et c'était bien fait pour leur gueule. Du coup, il avait pu squatter un wagon entier et s'enjailler tout seul sur son bouquin du moment.

Il n'était pas tant en retard que ça en débarquant à Pré-au-Lard. La matinée ne venait que de commencer et le soleil ne semblait lui même pas totalement éveillé. Ebenezer frissonna sous sa cape et commença à marcher le long des quais, suivant les rares passages vers la sortie de la gare. Il allait d'ailleurs quitter cette dernière quand une silhouette attira son attention. Une femme, blonde, visiblement pas très en forme. A se tenir comme ça, main contre le mur, il avait l'impression d'avoir affaire avec un des ivrognes anonymes de la Tête du Sanglier. C'était la position idéale pour vomir le trop plein de whisky Pur-Feu.

Déformation professionnelle sans doute, ou simple curiosité, il s'était arrêté de marcher pour observer la scène avant de finir par s'approcher. Quelque chose clochait, la dame vomissait pas, elle préférait crachait du sang. Level up. Il regarda sa montre, il n'était pas assez en retard pour épargner les nerfs de Phoebe, il avança encore d'un pas, un peu hésitant. Il devait faire quoi maintenant ? Sortir sa carte d'étudiant en Médicomagie ? Lui demander si elle voulait qu'il l'achève ? La pousser sous les rails ? Appeler les secours ? Contempler la scène d'un air ennuyé ? C'était déjà ce qu'il faisait. Nouveau pas vers la dame.

- Vous allez bien ?

Question purement rhétorique. Elle pétait la forme et était prête à courir un 100 mètre poursuivie par des trolls, bien évidemment.

- Vous voulez de l'aide ?
Revenir en haut Aller en bas
Lunara Sweetlove
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Lunara Sweetlove, Sam 26 Nov 2016 - 18:23


Orphelinat Anne Rowling - Quelque part entre ici et ailleurs - 6 années plus tôt...

- Tu étais formidable hier soir, vous avez un très beau match.
Lysanna - Un cognard m'a frappé en pleine tête au bout de trois minutes de match et nous avons perdu au bout de cinq... c'était un beau match en effet. L'ironie dans la phrase de la sorcière, ponctué d'un sourire adressé à sa femme Lunara montra une fois de plus que cette dernière ne comprenait pas toujours ce qu'elle voyait pendant un match. Cela amusait Lysanna.
- Pourtant Vous avez attrapé le vif d'or.
Lysanna - ce sont les Bulgares qui ont eu le vif d'or.
- Vous êtes bien en rouge non?
Lysanna - Non en vert. La jeune femme se rallongea dans le lit et regarda sa femme, à l'expression de cette dernière, elle était en train de réfléchir à ce qu'elle venait de lui dire. Elle lui attrapa la main et la regardait dans les yeux. Dans tous les cas je sais une chose, je t'aime.
- Moi aussi... tu es sûr que vous n'étiez pas en rouge?


Lysanna n'eut pas le temps de répondre qu'une lumière vive aveugla les deux femmes suivit d'une explosion retentissante provenant de la cour de l'orphelinat, la poursuiveuse de l'équipe de l'Irlande se leva dans la précipitation et regarda par la fenêtre, les enfants de l'orphelinat, comme de nombreux enfants, étaient turbulent, mais pas à ce point, même quand ils utilisaient des Whiz-bangs. Ce qu'elle vit la stoppa net dans ses pensées. Un emblème, flottait dans le ciel et dans la cour une dizaine de sorciers fixaient la maison, baguettes en mains. Sa femme venait de la rejoindre. C'était la Famille.

Lysanna - Les enfants, va voir les enfants.... Lunara fixait la cour et les sorciers présents, elle ne l'entendait pas. Lunara va voir les enfants. Luna regarda sa femme et se dirigea vers la porte, attrapant sa baguette au passage. Elle fut stoppée dans sa progression, sa femme lui tenait encore la main et dans un geste d'amour, l'étreignit du plus fort qu'elle put avant de l'embrasser. Ils ne te feront rien, je te le jure.

Lunara avait peur, elle le voyait, mais elle lui fit un sourire et s'exécuta en se dirigeant vers les chambres des enfants, probablement réveiller par tout le capharnaüm provoqué par le groupe dans la cour. Mademoiselle Livander venait d'apparaitre dans l'escalier, sa baguette en mains. Elle descendait précipitamment les marches. C'était la sorcière en charge de s'occuper des plus jeunes enfants, une femme intelligente et d'un grand courage. Elle était encore en robe de chambre. Lysanna la suivait, la porte de l'Orphelinat était grande ouverte, le froid la saisit automatiquement, mais, baguette en main, elle ne stoppa pas sa course pour autant. Il y avait aussi George, l'homme à tout faire de l'Orphelinat et bien entendu la directrice, Madame Radford et au vu de son expression, elle était prête à déchainer les feux de l'Enfer sur les intrus. Elle avait sa baguette en main et fixait l'homme de tête.
Les intrus étaient tous de noir et chacun doté d'un masque qui empêchait de connaitre l'identité des agresseurs. Ce n'était pas des Mangemorts. Rien ne correspondait à l'image du groupe, si ce n'est la même théâtralité et le goût pour les vêtements sombres. Seul l'un d'entre eux se démarquait réellement de cette tendance, celui qui avait un masque blanc. Ce n'était pas l'homme de tête.


??? - Vous savez ce que nous voulons, elle doit rejoindre sa famille.... La Famille !


Lysanna tourna sa tête vers le bâtiment, Lunara observait la scène, elle voyait plusieurs enfants aux fenêtres.

Madame Radford - Elle n'a qu'une seule famille Raspovitch ! La directrice de l'établissement pointa sa baguette sur l'homme qui venait de parler.

Lunara regarda les enfants, elle devait les mettre en sécurité.


Le présent...

Elle fixait le sol, elle devait se calmer, la douleur disparaitrait d'elle-même. Elle regardait le sang sur le sol. Elle se faisait des idées, elle avait quelque chose, elle ne pouvait pas abandonner maintenant. Elle avait la tête qui tournait. C'était une véritable cacophonie dans sa tête et elle ne comprit pas tout de suite que quelqu'un venait de lui adresser la parole. Un jeune homme venait de lui parler. Elle se redressa, la capuche de son manteau tomba en arrière, dévoilant un peu plus sa chevelure. Elle analysa son apparence pendant quelques secondes et lui fit un sourire faussement chaleureux, mais qui pourrait faire l'affaire dans cette situation. Il ne devait pas avoir plus d'une vingtaine d'années, il était habillé simplement, c'était probablement un autochtone.

- Oui.... oui. Elle réalisa qu'il pourrait l'aider, Poudlard n'avait probablement pas changé, elle n'en savait rien, mais elle espérait que les élèves avaient toujours les mêmes habitudes et la journée dans le village en était une. On pouvait manger des bonbons, boire du thé chez Madame Pieddodu et s'embrasser sans que personne ne le sache, bref un lieu pour les enfants qui devaient encore en accueillir et cette personne pourrait l'y aider, du moins elle l'espérait. Vous êtes du coin? Les élèves de l'école viennent encore ici? Certes ce n'était probablement pas l'aide qu'il lui proposait, mais ce qu'elle désirait était bien plus important. Je cherche plusieurs personnes. Les enfants Lestrange, le nom vous dit peut-être quelque chose?

*Tu dévoiles trop tes cartes.*
*Silence.*


- C'est au sujet de leur père. Il faisait froid, elle se frottait les mains, elle avait oublié ses gants chez Edrik et elle avait faim.
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Ebenezer Lestrange, Dim 8 Jan 2017 - 19:14


"Oui, oui" qu'elle lui répondait la sorcière. Genre tout va pour le mieux dans le meilleur du monde, je colore juste le sol de rouge pour le fun. Pff, ces gens qui se la jouaient durs à cuire pour sauver les apparences, c'était d'un ennui. Il hésita à partir direct. Arriver en avance à la Tête du Sanglier lui vaudrait peut-être une prime, un cookie ou d'être viré sur le champ pour zèle louche. Mouais. Plus qu'à rester. Surtout que la sorcière semblait vouloir causer plutôt que de se précipiter à l’hôpital pour vérifier l'état de ses viscères. Elle tenait debout, son sourire sonnait faux, Ebenezer s'impatientait. Il prit même pas la peine de l'imiter dans sa démonstration de chaleur feinte et il la regardait d'un air franchement blasé.

- Vous êtes du coin? Les élèves de l'école viennent encore ici?

Ah bah si en fait, elle voulait de l'aide, des renseignements même. Soupçonneux, le sorcier hocha la tête. Il n'allait pas lui raconter sa vie en lui indiquant qu'il ne créchait pas à Pré-au-Lard mais qu'il y avait son job et que la cheminette, c'était super pratique pour se déplacer. Puis c'était connu de tous que les sales mômes de Poudlard venaient embêter tout le monde dans le village lors de week-end beaucoup trop longs pour la tranquillité des autochtones.

- Je cherche plusieurs personnes. Les enfants Lestrange, le nom vous dit peut-être quelque chose?

Silence, baguette qui lui glisse dans la main. Il ne la connaissait pas cette sorcière, même pas de tête et il ne savait pas son nom. Les enfants Lestrange, de plus, n'étaient plus vraiment des enfants.

- C'est au sujet de leur père.

Oh, encore mieux. Elle voulait savoir des trucs sur le mec qu'Ebenezer pouvait le moins piffer du monde entier. A condition, bien sûr, qu'elle l'englobe bien dans la dénomination "les enfants Lestrange". Y avait peut-être d'autres fratries répondant à ce doux nom. Toujours est-il que ça faisait très interrogatoire et que, par conséquence, ça ne plaisait pas trop au brun.

- Ça dépend, c'est pourquoi ?

Ton soupçonneux de circonstance. N'importe qui aurait répondu comme ça, personne n'aimait les fouineurs. Puis l'heure tournait et il avait des trucs à faire. Des trucs à inventer à faire même. Il amorça sa marche vers la sortie de la gare. Au fond, il ne voulait même pas entendre la réponse de la sorcière. Si elle y tenait tant que ça, elle n'aurait plus qu'à lui courir après.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Malicia Evans, Ven 31 Mar 2017 - 2:29


Pas de réponse depuis plus d'un mois. Je me permets de reprendre le sujet. Si problème, MP.
RP avec Petite étoile jaune bridée :kiss:

T'avais dévidé de reprendre contact avec ton entourage.
D'abord avec Alhena.
Le temps passé avec elle te manque.
Tu es restée terre dans le silence.
Repoussant tout le monde.
Mais t'as décidé de tout stopper.
T'as envie de bouger en ce moment.
De retrouver le sourire
Et au fond
Il n'y a que la brune qui te donne l'impression d'être réellement vivre quand ça ne va pas. Avec les autres, c'est fade. Ils ne te connaissent pas. Elle, elle sait. Elle connaît ton histoire. Elle connaît ta personnalité. Elle te connaît, simplement.
T'as mis en moment avant de te l'avouer mais t'as besoin d'elle. Tu dois te laisser approcher pour une fois. Tu dois accepter l'amour qu'on te porte. Qu'il soit réel ou irréel. Juste te laisser aller.
Alors vous vous êtes prévu une soirée.
Rien que toutes les deux.
Comme avant
Pas de disputes
Pas de grandes discussions
Juste
Partir
Voler
Rire
Laisser les preoccupations loin derrière vous..
Pour seulement quelques heures.

Tu l'as pas attendu longtemps devant la gare
Personne autour de vous.
Juste le noir.
Juste le silence.
Tu l'as vois arriver de loin
Lorsqu'elle te frôle,
Tu lui souris.
Et l'entraîne dans la gare.
Vous vous posez près des quais.
Sors de ta poche plusieurs pilules
En tends à la brune, en haussant un de tes sourcils.
Sourire en coin
Cadeau de retrouvaille.
Tu t'en prends une
Que t'avalés en fermant les yeux.
Tu sens rapidement les effets arriver
C'est une explosion des sens
Y a quelque chose de léger
De perturbant
Tripant
Tes yeux captent les rails en face de toi
En mouvement
Tu remarques quelque chose de different
Tu redécouvres l'endroit d'un oeil nouveau
Comme un enfant posant un regard neuf sur le monde
Chaque brique
Chaque ligne
Glissent vers toi.
Tu comprends pas
Y a quelque chose qui t'échappe.
Tu gères rien plus rien
Et tu laisses ton esprit s'évader
Et ton corps s'affaissé sur le sol
Un oeil sur Alhena.
Un sourire sincère sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Alhena Peverell, Mer 5 Avr 2017 - 22:13


RP Esclave Béarnaise
LA Mutuel Accordé

T'avais dit que tu reviendrais
T'avais dit que tu reviendrais plus tôt
Tu ne peux pas laisser une mère sans nouvelle de son enfant
Tu peux pas laisser Alhena, seule dans sa folie, comme ça
Il faut être à deux pour voyager,
Voyager aussi loin que possible
Dans un monde que t'entends même pas, qui s'ouvre vers une mélancolie incertaine

Tu souris,
Tu crèves,
Tu ris
Une petite pilule
Deux petites pilules
Trois petites pilules
Un peu spéciales
Avec des effets qui montent, qui tourbillonnent, arrachent l'estomac
Bordel
C'est quoi ça ?
Cette tueuse allumée qui frétille
Jeeee sé pà
On dirait une lumière, entourée d'un verre cassé, fissuré autant que ta vie
Et
Et
Et Mar...
Malicia
Cia
T'as vu ?
Y a un truc là-bas
Genre ça brille
Ça illumine le ciel
Quand tu regardes tu planes
C'est tout rond
C'est tout creux
Tu crois qu'on peut toucher ça ?
P*tain ça ressemble à la lune
Peut être bien que c'est la lune en fait
On dirait pas
On dirait ça bouge
Et puis y a une coque autours
Ouais genre une carapace transparente
Pour pas qu'on touche
Peut être que c'est pas la lune
Que c'est une lumière
Ça expliquerait pourquoi y a des moucherons ou
Des, je sais pas
Des araignées
Ou des
Je sais pas ce que sais
Parce que ouais
C'est bizarre une lune accrochée à une barre de fer
La lune est suspendue à quelque chose ?
Depuis quand ?
Toujours ?
C'est bizarre
J'avais jamais remarqué pourtant
C'est étrange
Comme monde
Et
Et
Et Mar...
Malicia
Cia
T'as vu ?
Y a des étoiles aussi
Elles filent comme le vent
On dirait le ciel est détaché
On dirait que c'est du papier peint, un tableau devant nos yeux
Des boules de feu suspendues à un plafond géant
très, très grand
On dirait qu'elles sont parmi nous
qu'elles vont réaliser nos rêves
même si on sait bien qu'elles sont déjà mortes
comme nos espérances
Mais peut-être que ça peut marcher
Et que...

MALICIA
REGARDE

Tu l'as vu ?
Dis-moi que tu l'as vu lui !

MAIS REGARDE
REGARDE BIEN !
T'AS PAS LES YEUX EN FACE DES TROUS OU QUOI ?!
JUSTE LÀ !
OUI LÀ !
OUI
ÇA
CE TRUC
CE MACHIN

Cet être humain
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Malicia Evans
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Malicia Evans, Mar 9 Mai 2017 - 0:27


Y a une musique qui résonne.
Le boom, boom de ton coeur
Tu souris,
Tes yeux se révulsent un peu
Le rythme t’emporte
C’est drôle
Comme c’est facile de laisser
Le moment t’emporter.
Tes doigts tapent contre le sol
Au rythme qui tape dans ta tête
Un
Deux
Trois
T’as l’impression que le corps
Quitte le sol
Et tu voles
Avec les notes
Qui s’échappent de toi
Il y a des rires aussi
Qui résonnent
Mais tu ne sais pas
S’ils viennent de toi
Ou s’il viennent du néant
T’as plus conscience de rien

Je ne sais pas ce que tu vois, toi. Mais t’as l’air de t’éclater. J’aimerais bien voir ce que tu vois parce qu’au niveau visuel, je ne suis pas capable de remarquer quoique ce soit. Je vois trouble, je ne peux me concentrer sur mon audition. J’entends le moindre bruit comme si tout était décuplé. Ta respiration, tes battements de coeur, les pas des personnes aux alentours. J’entends tout. Comme si j’étais partout.

Tu ne sais pas comment
Mais ton corps est au sol
En contact avec le bitume
Froid. Glacial.
Qui contraste avec ta peau.
Toutes tes forces dans les bras.
Tu te relèves.
De gauche à droite.
Tu te diriges vers un mur,
Ou une colonne
Tes mains se figent
Contre les briques
Incrustées.
Tu suis le chemin
Du bout des doigts
Fascinées par le brillant
Qui essaie de s’échapper.
Un peu comme le chat
Qui essaie d’attraper le laser
Mais t’entends du mouvement
Comme si on bougeait derrière toi

Mais c’est toi Alhena. Qui t’agites sans dire un mot. J’hésite entre rigoler et te faire un câlin. C’est vrai, je n’avais jamais remarqué à quel point ces soirées, là, elles me manquaient. J’avais oublié que tu étais une des seules qui pouvait me suivre dans ces trips sans me juger vraiment. Alors je te regarde et je m’approche de toi. Je me pose à ton niveau en me laissant tomber légèrement. C’est comme si toutes mes forces m’avaient quittées. Et j’admire.

Tu admires la chose devant toi.
Ce truc.
Ce machin.
Tu ne sais pas.
Ce que ça peut être.
C’est difficile à distinguer.
Vraiment.
Puis tu comprends.
C’est le reflet de tes yeux
Que tu vois
Tu plonges dedans
Comme tu sauterais dans l’eau.
Tu regardes.
Encore et encore.
Et tu souris.
C’est fou ce que les pupilles dilatées te vont
Bien.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 27 sur 28

 [Gare de Pré-au-Lard] Sur les quais

Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.