AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 4 sur 4
Florence, la plus belle ville d'Italie
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Lïnwe Felagünd
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005

Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Lïnwe Felagünd, Lun 5 Sep 2016 - 22:39


Les glaces sont immenses. Servies en cornet. Trompe d'éléphant à l'appétit dément. Comme un enfant qui les aurait toutes commandées. D'un caprice révolu. Petit prince déchu d'une famille manipulée par une seule et même idée. Trois grands piliers d'un temple romain fécondé par la faculté de l'Homme. Des maisons des moulins des colisées à perte de vue. Et cette fois, c'est au tour des deux jeunes sorciers. Qui passaient le temps à se connaître. La fille s'exclama en premier : « Alors une boule noix de coco, une autre châtaigne et une Tiramisu ! » s'exclama-t-elle toute joyeuse. Indice qui permettait au garçon de mieux la connaître encore. Douceur étoilée du coco. Lourdeur du tiramisu allégée par la délicatesse de la châtaigne. Fidèle à sa gousse. Euphorie italienne d'un capuccino bien chaud. Les boules que lui servies la serveuse furent énormes. Goliath contre David, la petite Alice. La marchande rajouta un petit gâteau sur le dessus. Ornement apprécié d'un met savoureux.

Trois couleurs sublimes
d'un peintre surréaliste
qui aurait séduit sa propre imag-
ination des plus suprêmes
de rêves et de songes
extrêmes
la première blanche comme la neige
l'autre marron comme une bogue
tombée tristement à l'automne
la dernière plus foncée encore
montrant son intensité
aux éclats aux pépites
de goût ultime
qui rassasie cet appétit.

« Et pour moi, ça s'ra une boule fleur d'oranger, cannelle et pistache. » fit-il juste après. Sourire d'un fantassin désabusé. Mort de chaud. Mort de viande. De nourriture. A se délecter sous la langue. Il tendit les quelques euros qu'il devait, en ayant bien fait le compte cinq fois de suite dans sa tête, avant de repartir avec Alice. Chacun goûtait à sa propre récompense. Sa propre création de parfums inégaux. « Je vois. Je suis française mais je suis aussi élève à Poudlard, alors je passe mon temps en Angleterre. Là, c'est les vacances, j'ai voulu en profiter pour voyager un peu. Et donc, c'est quoi ton nom ? » demanda-t-elle ensuite en laissant le Felagünd bouche bée.

« Haaa mais tu pouvais pas me le dire que tu étais de Poudlard !! Je m'appelle Lïnwe. » fit-il en souriant l'air gêné. « J'aurai pu éviter de vouloir tricher dès le début. Mais si tu es française pourquoi tu es à Poudlard ? » interrogea-t-il l'air curieux.

Et c'est là qu'il vit tous les deux un nouvel artiste de rue. Artisan du jour. Paysan de nuit. Faisant jouer de sa clarinette quelques secondes. Tirant des cartes, les suivantes. En passant par une petite danse de bouffonnerie tant appréciée par les spectateurs. Lïnwe se délectait autant de sa glace que de ce nouveau numéro comme on en voyait tant dans ces rues emblématiques d'Italie.

Seulement, toutes les bonnes choses ont une fin. Alors, comme si le dernier croc de son cornet consistait à marquer la fin du spectacle, deux policiers moldus vinrent interpeller l'italien assis là. Prouvant par la force des choses qu'il outrepassait les lois de la société, règles inventées par une maintenance mouvementée. Ils demandèrent à l'individu, pauvre de lui, de quitter les lieux et de ne pas refaire ça en public. Laissant la foule de touristes huer l'ordre militaire. Ils n'étaient d'ailleurs pas les seuls à protester. Lïnwe s'avançait vers les deux types en réclamant la légitimité de cet homme itinérant. Se demandant si Alice était de son avis.

Tic. Tac. Tic. Tac.
Le temps se presse
comme ce lapin dans sa messe.
Tac.


N'hésite pas à me MP si quelque chose est à modifier. ^^
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Alice Grant, Mer 7 Sep 2016 - 9:16


Pas de soucis, je rajoute juste quelques détails et fais répondre Alice entre-temps Wink


Marcher, une glace à la main, dans la plus belle ville d'Italie, et faire connaissance avec quelqu'un. Le bonheur selon Alice, ivre de cette liberté appréciée depuis plusieurs semaines... pas d'obligations, suivre son intuition, pouvoir faire ce qu'on veut, quand on veut... mais elle n'était pas irresponsable pour autant.
- Haaa mais tu pouvais pas me le dire que tu étais de Poudlard !! Je m'appelle Lïnwe. Il sourit, un peu embarrassé. J'aurai pu éviter de vouloir tricher dès le début. Mais si tu es française pourquoi tu es à Poudlard ?
Au final, si il ne l'avait pas défiée, elle ne serait pas là le portefeuille plein et en train d'apprécier les parfums d'une délicieuse crème glacée avec lui. Les deux élèves s'arrêtèrent devant un artiste de rue et regardèrent son numéro. Comme à chaque fois qu'elle en croisait, la bleu et bronze ne pouvait pas s'empêcher de se sentir fière de faire partie de cette grande famille, de ces gens qui vivent de leurs talents et qui amusent les passants, comme si on jetait des paillettes pour illuminer un peu les rues. Celui-là faisait différents tours et avait du succès. Son chapeau posé devant les spectateurs souriants se remplissait de piécettes. Sans quitter l'Italien des yeux, elle répondit au garçon:
- Ma mère travaille en Angleterre. En fait, à part pendant les grandes vacances, on vit là-bas. Et mon père avait des origines de ce pays.
Première fois qu'elle parlait de son regretté paternel au passé. D'habitude, le temps du présent évitait les questions dont la réponse pouvait mettre mal à l'aise, mais là c'était le but de faire connaissance. Elle s’apprêta à lui demander à son tour quelque chose quand deux policiers se frayèrent un chemin dans la petite foule.
- Vos papiers d'autorisation s'il vous plaît.
Ils devaient savoir qu'il n'en avait pas. Sinon pourquoi interrompre le numéro? La question en Italien qu'Alice avait redoutée tant de fois résonna dans son crâne, comme si on la posait à elle, elle se mit à réfléchir ce qu'il pouvait bien répondre... l'homme aussi devait se poser la question, il ouvrait la bouche, la refermait, fuyait le regard interrogateur des représentants de la loi. Il était évident qu'il allait être embarqué. Pour la bonne et simple raison qu'il n'avait pas put obtenir de fichues bouts de papiers. Les deux hommes demandèrent aux spectateurs criants à l'injustice de se disperser, et plus vite que ça y'a rien à voir. Enfin, ils obéissaient déjà, se pliant aux décisions prises pour eux, au final, et par des gens sûrement haut placés qui n'avaient peut-être jamais dû vivre de leurs dix doigts. Arrête de t'imaginer des clichés caricaturés et fais quelque chose!!

Musique

La loi des moldus est parfois contraire aux convictions de la sang-mêlée. Aussi, quand Lïnwe s'approcha pour défendre l'artiste, elle le suivit. Mais ses protestations ne serviraient à rien, quitte à humilier la police Italienne et à remonter le moral de l'intéressé.Il fallait qu'elle fasse quelque chose. N'importe quoi pour détourner leur attention sur cet homme vers elle. Vers eux...? Ils étaient deux, assez pour ces deux gars. Mais est-ce qu'il accepterait d'aller aussi loin...? Et si ils se faisaient prendre, est-ce qu'elle pourrait se pardonner de l'avoir entraîné là-dedans?
- Hey, murmura-t-elle à son oreille, tu veux bien m'aider à distraire ces deux-là? Tu sais courir?
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Lïnwe Felagünd, Mar 4 Oct 2016 - 23:59


Désolé pour le retard, hésite pas à me MP si tu veux modif des choses. (:
________


Cet homme là était un épouvantail de paillettes. Balançant ses rêves de diamant dans la rue, aux passants. C'est un mécène d'humains. Donneur de bonheur. Grandeur d'art. Stupeur de magie. Exemple d'une certaine liberté d'expressions. Avant d'être censuré par son trop plein de libertinage. La faveur du peuple n'a jamais plu à tout le monde. Cet homme là est un sculpteur de bien-être. C'est un marchand de sable qui distribue des poussières d'étoiles le soir, des paillettes de carnaval le jour.

Il était trop un modèle pour que le garçon ne reparte pas en direction inverse. Les hommes en uniforme lui répondirent de retourner manger une glace et qu'ils s'occuperaient de tout. Le prenant plutôt pour un c*n plus qu'autre chose. Pourquoi ne pouvait-on pas utiliser de baguette à moins de dix-sept ans ? Le sang-mêlé péta un câble intérieurement pendant un instant. Ne bougeant pas et n'écoutant pas ce que disaient les policiers à l'artiste de rue. Préférant insulter de tous les jurons qu'ils connaissaient le Ministère de la Magie et de toutes leurs conneries qu'ils avaient pu sortir depuis des siècles.

« Hey » murmura alors Alice à son oreille, « tu veux bien m'aider à distraire ces deux-là ? Tu sais courir ? » Elle ne l'avait pas laissé tomber. Ni lui, ni l'artiste. Il hésita un instant en regardant sa montre. Le lapin allait être en retard. Il allait devoir courir, comme à chaque fois. Alors autant aller plus vite.

« Eh les gars !! F*CK OFF ! » gueula-t-il avec un rire satanique. Pas besoin de parler italien pour se faire comprendre avec deux mots. Je ne vous fais pas le schéma. Les deux gamins sont en train de faire une course poursuite à travers les ruelles, pigeons et gondoles de Venise. Ou comment profiter de cette belle vue italienne où s'étend la lagune abusée par le tourisme.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Alice Grant, Dim 9 Oct 2016 - 9:40


Pas de problème^^ dis-moi aussi si quelque chose est à changer


Après une hésitation et un coup d’œil au temps qui passait, le garçon cria aux policiers avec un rire démoniaque:
- Eh les gars !! F*CK OFF !
Un sourire vint illuminer le visage de la serdaigle et la course-poursuite commença. Des oiseaux s'envolaient sur leur passage tandis que les deux représentants de la loi, moins agiles et moins soucieux des caisses qu'ils renversaient, bataillaient et se prenaient des injures de marchands à chaque étalage. Génial. Ils avaient déjà réussis. L'artiste avait dû s'enfuir depuis un moment. Maintenant, il fallait les semer. Elle n'avait aucune envie de passer un moment en cellule, sans parler du fait que c'était une étrangère et que le renvoi au pays en cas de délit était certain. Sans parler de Lïnwe. Hors de question de lui attirer des ennuis. Trop tard, idiote. Oups. Tant pis.

Alice ne pouvait pas nier qu'elle s'amusait comme jamais. Trop contente qu'ils se soient rendus utiles, elle n'imaginait même pas ce qu'il se passerait s'ils se faisaient attraper. Leurs familles allaient les trucider. Elle ne connaissait pas celle de son acolyte, mais elle devinait assez bien qu'aucun parent ne serait content, que ce soit pour la bonne cause ou non, de devoir aller chercher son enfant au poste. De toute façon, la distance ne cessait pas de se creuser entre eux, ils allaient s'en sortir. Son cœur tambourinait dans sa poitrine, ses jambes se surpassaient, son corps était galvanisé par l'adrénaline et l'excitation. Il n'avait pas menti quand il avait dit qu'il savait courir.

Se faufilant entre les touristes, prenant des tournants pour perdre leurs poursuivants, les deux élèves n'allaient pas tarder à semer leurs poursuivants. Ils venaient de traverser une grande place et la sang-mêlée ne les voyait plus depuis un petit moment. Ils se cachèrent dans une petite ruelle et reprirent leur souffle. Mains sur les genoux, tête baissée qui ne pouvait pas s'empêcher de pouffer dès que son rythme cardiaque le lui permettait, elle glissa au garçon:
- Et ben... je crois... qu'on les a eus... et tu cours bien... dis donc...
Ensuite, elle se rappela d'un détail auquel elle n'avait pas eu le temps d'accorder de l'attention. Il avait regardé sa montre. Pourquoi vouloir connaître l'heure dans un moment pareil, juste avant de provoquer deux policiers italiens? Bon, ce n'était pas la mafia, heureusement, mais quand même...
- Tu avais regardé l'heure. Tu as un rendez-vous?
Me**. pourquoi est-ce qu'elle avait dit ça? Si ça se trouve, il avait oublié et elle venait de le lui rappeller.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Lïnwe Felagünd, Jeu 27 Oct 2016 - 18:36


Excuse-moi pour cette réponse assez tardive... Ce fut un plaisir de RP avec toi, à très bientôt ! (:

Le sang-mêlé n'avait pas vraiment calculé ses mots. C'était un moyen d'insulter profondément les policiers et de les attirer bien plus loin qu'ici. Loin de cet artiste. Loin de cette liberté. Et comme ces deux policiers, il n'avait pas non plus attendu Merlin pour courir, fuir. Vers la liberté. Une autre plaine. Car c'était une forme de liberté. Ils parcoururent ainsi un cinquième ou un sixième de la ville flottante. Sans se soucier de ce qu'ils pouvaient causer comme dommages tous les quatre. Cagettes retournées, cartons secoués. Légumes au sol, fruits à la mer. Des boules de glace par terre. Des enfants qui pleurent. Et des rires. Des rires d'adolescents parcourant l'amour monstre de deux gendarmes moldus.

Les oiseaux prennent leur envol tandis que les deux étudiants s'arrêtent sur une place. Apprennent à respirer de nouveau. Comme des oisillons tombés dans le nid, à la naissance. Il s'arrêta un instant, vérifiant s'il n'y avait bien personne derrière eux. La fausse italienne l'entraîna dans une ruelle juste à côté, comme pour répondre à sa demande muette. Il était encore prêt à chasser une gazelle mais la sorcière se plaqua une main sur la poitrine. « Et ben... je crois... qu'on les a eus... et tu cours bien... dis donc... » haleta-t-elle.

Tic.
Tic.
Un regard en arrière, il
tourne la tête
comme pour vérifier
si les deux policiers y étaient.

« Oui... c'était... intéressant !... » répondit-il en un sourire. « Ce serait un comble pour un joueur de Quidditch. Je suis poursuiveur, de ce qu'il en reste à Gryffondor. » Il se massa un instant la nuque et les épaules, reprenant lui aussi son souffle de guépard. Et comme on n'était jamais sûr de rien. Le gamin retourna la tête vers la place. Mais il n'y avait nulle trace des policiers. Ils avaient dû les semer dans les petites ruelles tant animées à cette heure de la journée.

« Tu avais regardé l'heure. Tu as un rendez-vous ? » ajouta-t-elle pour détendre l'atmosphère. Il fit un bond en arrière en ouvrant grand les yeux. Il avait environ cinq minutes de retard par rapport au rendez-vous donné avec sa famille, et au moins cinq autres minutes à faire le retour, sans se perdre.

« M*rde, t'as raison ! J'vais tenter de retrouver le chemin... Je dois absolument y aller ! On se retrouve à Poudlard ? » fit-il en lui dessinant un dernier clin d’œil avant de disparaître à l'angle de la rue. Si seulement il avait un elfe de maison pour le ramener directement à ses parents... Ça n'existe pas, les GPS sorciers ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Alice Grant, Dim 30 Oct 2016 - 20:54


Merci à toi pour ce RP, on se reverra!

La sang-mêlée était encore sur ses gardes, mais en voyant qu'aucun policier n'arrivait après plusieurs minutes, elle se détendit. Ils avaient dû les perdre et abandonner il y avait un moment déjà, impossible de dire si c'était dans les rues marchandes grouillante de touristes et d'attrape-nigauds, ou sur la place bondée de monde. Cet artiste de rue avait dû avoir le temps de filer vingt fois. Parfait. Et eux, ils ne s'étaient pas fait avoir. Heureusement. Elle n'en avait pas vraiment douté, mais le risque n'était jamais égal à zéro. Trop contente qu'ils aient réussi leur coup, elle laissa un sourire s'étirer jusqu'à ses oreilles. Alors son compagnon était un joueur de Quidditch, poursuiveur à gryffondor. Ce qui expliquait son endurance.

- M*rde, t'as raison ! J'vais tenter de retrouver le chemin... Je dois absolument y aller ! On se retrouve à Poudlard ?

Alors il n'était pas si libre que ça. Il devait être à un endroit à une telle heure -et c'était raté apparemment-. Au moins avait-il put y goûter un moment.
Alice répondit par un sourire malicieux et un hochement de tête en souhaitant silencieusement pour qu'il retrouve son chemin, peu importe ou il se rendait.
Ils se reverraient.

La bleu et bronze attendit encore quelques minutes, plaquée sur le mur frais, à apprécier les derniers instants de plaisir que l'adrénaline lui procurait, repassant dans son esprit ce qu'il venait de se passer, et après avoir répondu à la question: "Comment un défi de cartomagie l'avait conduite ici" elle sortit de sa poche un paquet de carte et commença à les faire voler entre ses doigts tout en se dirigeant vers une autre place éloignée du lieu de la course-poursuite -même si elle s'était, il fallait l'avouer, bien amusée, elle n'avait aucune envie de recroiser les policiers-, s'exerçant le temps qu'un nouvel attroupement se regroupe autour d'elle.

Qu'est-ce qu'elle aimait cette liberté.

EDIT: Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Mangemort 91, Mar 31 Oct 2017 - 0:21


post unique



Nous ne n’étions pas revenues depuis prés de dix années. Dans cette ville trop lisse. Trop parfaite. Nous n'étions pas revenues. Nous avions préférés oublier les oublis de soi sur le carrelage des bars. Mais la solitude de l’hiver, les idées malsaines du groupe. Et nous étions de retours dans les rues trop propres ou rien ne laissaient voir la honte du genre humain, que nous éprouvions un peu plus jour après jour. La haine des autres a s'en haïr soi-même. Et un besoin nouveau a assouvir.
Nous savions ou ils étaient. Nous savions ou les trouver. Sans masque ce soir, nous déambulions dans la ville. Tout était propre, cette ville était le parfait de reflet de l'hypocrisie telle que nous la visualisions.

Notre colère était telle que les mains tremblaient frénétiquement. L'envie d'une revanche qui n'avait pas été. De tout couper. Chaque extrémité de leurs personnes. Nous savions ou les trouver. L'elfe sur non loin, mais discret. Il savait qu'il devait nous suivre. Sans poser de question. Parce que si nous devions tuer
Ceux sera sur eux que ça tombera.  

Une berge sous il Ponte di Varlungo. Une berge et la lueur d'un feu de camp. Les ombres d'un attroupement. Sur les rives de L'Arno. Neuf ans. Neuf ans et nous ne pensions plus être dans la vengeance. Rien que leurs silhouettes reconnaissables achevèrent de nous convaincre. Le masque sur le visage, nous nous approchons, un sourire presque visible au travers de sa fente. La baguette sortie.
Pour un sort préparé.
Réfléchi.
Pour qu'ils comprennent.  
Ils étaient quatre.  

Le premier succombe sous notre fumée étrangleuse. Le seconde ne survit pas au scios dirige droit su sa trachée.
Le troisième tomba sous le classique Kedavra
Et le dernier
Dont le visage se refusait a nous.
Tomba de nos propres mains
Qui enserrèrent sa gorge après l'avoir paralysé.

Et pourtant nous n’étions pas soulagées en confiant les corps a l'elfe. Et pourtant l'amer ne nous quittait pas.
Mais nous avions les corps
Qui disparurent entre les mains de l'elfe.
Nous les rejoindrons bientôt, un vol de quatre heures auparavant.      
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Ebenezer Lestrange, Lun 20 Nov 2017 - 21:17


Suite de

Braeden n'y connaissait rien. Oser comparer des dragons aux merveilles géologiques qu'elle avait sous les yeux. Tsss, il lui lança un regard plein de dédain. Même la mère de la petiote méritait plus la vision qu'elle. Il l'ignora royalement, satisfait que Lizzie la reprenne sur sa syntaxe et il se tourna vers son filleul qui était mignon tout plein parce que c'était son filleul. Enfin, fallait oublier le côté pleurnichard chochotte qui gâchait un peu le truc.

- Toi ! Raconte à ta môman ce que tu vois ! Pour t'aider à situer Miss Bennet l'Handicapée, nous sommes en France.

Il ne tenta pas le bredouillage de trois mots de français pour faire style, c'était au-dessus de ses compétences. Il préféra ramasser des pierres volcaniques, cela lui servirait de cadeaux-souvenirs pour Morgan, Izsa ou Asclépius pour faire genre il était un mec soucieux du bonheur de ses potes. Et maintenant, ils faisaient quoi ? Un cache-cache ! Lizzie compterait et il se tirerait avec le tapis volant. Ou alors, les jumeaux compteraient et il se tirerait avec le tapis volant et son amie pour faire un voyage en tête à tête et surtout pouvoir faire toutes les c*nneries possibles et inimaginables. Paie ta maturité. Ou alors, lapidation des moldus passant aux alentours à coup de roches microlithiques ? Tentant, tentant.

Mais Lizzie avait parlé des volcans italiens énervés, puis des volcans sous-marins et ça tentait bien Ebenezer. Il montrerait des coulées de basalte aux petits et il pourrait compléter sa toute nouvelle collection de roches volcaniques. Sourire de gosse qui va avoir plein de cailloux merveilleux dans les poches. Cinq minutes plus tard et ils étaient de nouveau sur le tapis volant. Fallait croire qu'il était pas mal doué en persuasion.

Il n'endormit pas les gosses cette fois. Parce que Bennet allait se douter de quelque chose si elle n'entendait pas un bruit à chaque trajet. Et les cancrelats risquaient de cafter également. Il aurait du les rendre muets par contre, cela aurait évité les plaintes comme quoi ils avaient faim et qu'ils avaient pas eu leur bol de céréales goût dragées surprises du matin. Et bien sûr, Ebenezer avait évoqué les glaces italiennes alors qu'ils survolaient les Alpes... Lui aussi aurait du se rendre muet.

Etape 2 : Marchand de glace lambda, Italie

Ils étaient au pied de Santa Maria del Fiore parce qu'ils ne jouaient pas aux touristes à moitié. Ils devaient avoir belle allure avec leurs vêtements un peu sorciers et leur air un peu fatigué. Autour d'eux, entre les boutiques de souvenirs spéciales pigeons, il y avait les vendeurs de glaces pour les pigeons également. Il y avait des vrais pigeons au sol, bien gras car nourris aux restes de sandwich des pigeons humains. Florence ou la ville des pigeons. Les Medicis devaient faire des saltos dans leur tombe.

- Choisissez votre vendeur de glace ! C'est votre mission.

Voilà, la délégation rendait tout le monde heureux. Parce que comme ça Lizzie et lui pouvaient faire les feignasses et les petits se croyaient hyper frais avec leur mission de confiance à deux balles.



Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Lizzie Bennet, Lun 20 Nov 2017 - 22:19


Bref, on était bien, posés, en France, à jouer aux vacances familiales. Mais quelle incohérence je vous jure. Tu te rends compte de l’ampleur des illusions dont on tapisse nos vies ? Une famille…

Je suis le chat qui, derrière la vitre de verre, essaie de choper un bout de feuille. Ou qui court après une ombre. Qui virevolte pour quelque chose qu’il n’aura jamais. Y mettant tout son coeur, mais pas assez de son cerveau.

J’ai perdu ma famille il y a des années ; mais je reste attachée à cette idée de recréer un cocon. Je dois avoir une p*tain de peur de la solitude, c’est pas possible. C’est la seule explication que je trouve à cette vie ratée.

Alors, quand Squirtle se met à parler, j’essaie de taire les palpitations cardiaques qui s’affolent pour rien.
— C’est tout vert, partout. Et pointu mais pas trop ; avec un arrondi en haut. Pis au fond, y a genre de l’eau.

C’était dingue comme il se tapait tous mes tics de langage. Fallait que je fasse gaffe à ça, il allait bientôt se mettre à jurer comme un chartier.

Enfin, le monde était plutôt beau pour quelques minutes, alors j’essayais d’arrêter de réfléchir et de me focaliser sur les sens. L’air plus ou moins alpin, en tout cas, plus frais que la ville putride qu’on habitait d’ordinaire. L’oxygène et le vent tiède qui nous léchaient les narines. Y avait encore du bon dans ce monde, j’en étais persuadée.

——

Le trajet avait été interminable, à coup de « C’est quaand qu’on arriveuh ? » « J’ai frrroid » « Il fait tROp soleil » « T’as des gâteaaaaux ? » Par chance, oui, j’avais des gâteaux, y avait que ça de vrai pour les boucler.

Et bim. Brillante idée de ce c*n de Lestrange qui décide de causer de glace. Ils auraient pu être heureux avec leur sucré, mais non, non maintenant ils voulaient du sucré frais. J’ai bien tenté de leur faire une barbe-à-papa avec des nuages, mais ça marchait pas. Ils voulaient une glace. Vraiment.

J’sais pas, moi, la dernière fois que j’ai vu des frères et soeurs bouffer des glaces, ça m’a foutu des pulsions malsaines et j’ai pas pu m’empêcher de tenter d’en buter un. C’était plus fort que moi. Je crois qu’on appelle cet émoi la jalousie — un mal terrible, peut-être, mais aussi délicieux pour qui sait l’apprécier. Et j’en étais verte, comme Wicked. Magique.

Non, là, on tuerait personne ; ou en tout cas, pas devant les enfants. Sur la place, j’entendais des touristes s’égosiller sur le trop plein de crème des glaces italiennes. Mais encore mieux ! Avec de la crème, les gosses auraient l’estomac remplit, refait, et dormiraient comme des loirs. Allez, on y va, on y croit.

Glacier choisi. Difficile d’estimer la qualité de l’enseigne, mais c’était des enfants. J’imaginais qu’ils auraient flashé pour le truc le plus touristique, fake et lumineux de la place. Et j’m’en foutais : ils allaient se bâfrer de crème et faire la sieste avant 11h.

— Fraaaaise !
lança Squirtle. Ah, s’il y avait bien un truc pour lequel il était pas le dernier, c’était bien la bouffe. Et plus particulièrement, le sucré. Même si la fraise montrait qu’il n’avait pas encore appris à se faire un palais.

— J’veux du truc bleu moi !
Truc chimique lambda, ok. Au moins, elle avait fait une phrase. Même si c’était juste pour montrer qu’elle était meilleure que son frère, c’était déjà pas mal de faire l’effort.

Hochant la tête, je commandais une menthe chocolat.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Ebenezer Lestrange, Lun 8 Jan 2018 - 16:33


Les gosses trouvèrent le glacier de leurs rêves - ou un glacier choisi au pif, on ne savait jamais ce qui pouvait bien passer dans la tête des jumeaux, du vide peut-être ? - et ils y allèrent tous ensemble. Presque comme une jolie petite famille, oh ça y était, il allait vomir. L'enseigne faisait mal aux yeux, Braeden choisit une couleur qui faisait mal aux yeux, Squirtle avait des goûts de bébé en matière de glace puis on se passera de tout commentaire sur le menthe-chocolat. Il avait la critique beaucoup trop facile, un rien l'agaçait, alors qu'il était en vacances et qu'il devait être détendu, pas en train de se demander lequel il jetterait par dessus bord en premier.

- Chocolat.

Simple. Basique. Rien de tel pour retrouver un semblant de bonne humeur et gagner des moustaches. Squirtle les explosait tous d'ailleurs, il s'en était tellement mis de partout qu'il ressemblait à Barbapapa, puis sa sœur allait finir schtroumpf et cela ferait une raison pertinente de les abandonner. Bon, qu'ils aillent se fatiguer à courir après les pigeons.

- Cette fois-ci, je les endors.

Ouais, autant le dire cash à Lizzie en omettant qu'il l'avait déjà fait. En attendant, fallait peut-être penser à bouger, trop de gens partout, ça fourmillait, ça piaillait, ça venait au contact car la foule était trop compacte, ça sentait la sueur, c'était l'Enfer à dix mètres des portes du Paradis. Il attrapa l'aveugle par le bras, c'était un coup à la paumer et il zigzagua jusqu'au tapis volant soigneusement roulé dans un coin. Il le déplia,le remit en route, sauta dessus et.... Et m*rde, les jumeaux. Pffff.

Etape 3 : Volcan Sicilien Énervé

L'Etna était dans la brume et ils étaient au sommet. Les gosses ronflaient encore sur le tapis, ils avaient mis des taches un peu partout et ils bavaient rose pour l'un et bleu pour l'autre. Ebenezer bailla à s'en décrocher la mâchoire, le voyage en tapis volant avait un aspect monotone qui le transformait en somnifère assez puissant. Il s'étira et sauta sur le sol situé à une cinquantaine de centimètres en dessous. Autour, tout était blanc et caillouteux. De loin, cela semblait être de la neige, de près, cela semblait être un très bon moyen de se casser une cheville.

- Faut vraiment qu'on pimente le voyage. Je sédimente d'ennui là.

Il ramassa quelques roches pour sa collection et il bailla de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 8 Fév 2018 - 17:00


On s’est baffrés de frais et de sucre, pis les enfants couraient au milieu de la foule, se faufilant un peu partout. J’espérais que Ebenezer les surveille du coin de l’oeil, parce que perso, j’avais zéro information sur leur localisation actuelle. Et impossible d’utiliser la vision du son avec les mouvements contraires et bruyants qui agitaient la foule. Non, y avait que lui pour être responsable. Quelle idée.

Faut que je jette un sort à leurs chaussures, pour qu’elles chantent quand je lance un sort d’appel, quelque chose comme ça. Ce serait vachement plus utile que le flou visuel. Mais bon, j’ai beaucoup d’idées, de projets, et y a pas grand chose que je fais vraiment jusqu’au bout. J’expérimente presque plus dans la pensée que dans le vrai. Enfin, quand même pas, mais faudrait me mettre un coup de pied au c*l quoi.

Après quelques galères pour avoir les jumeaux et le tapis à moins de 100 mètres les uns des autres, on prit à nouveau notre envol. Direction… je sais pas trop, on avait dit les volcans, mais les volcans italiens c’est bof une bonne idée je trouve.

——— Attardons nous en Italie ———

Il faisait plutôt frais, ce que je supposais lié à l’altitude. Je tendis la main aux enfants qui, l’un après l’autre, descendirent du tapis, avant que je n’en saute aussi et l’enroule un peu sommairement. Ils avaient encore les yeux endormis, et comment ne pas les comprendre ? Déjà, mon ami avait triché, mais en plus, on faisait que bouger sans que je puisse trop m’émerveiller de ce rêve bleu. Au mot ennui, j’avais su, su qu’on était tous dans un pétrin pas possible. Parce qu’il venait de me donner une idée.

— J’ai une idée qui peut être cool. Mais vaut mieux qu’on retourne sur le tapis en fait… Vous voulez bien me faire confiance ?

— C’est quoi maman ? Dis dis ? C’est quoi ?
— Une surprise !
— Moi j’aime pas les surprises.
— Allez, ce sera joli.

Les enfants étant vaincus, ça devrait passer avec Ebenezer, et on reprit notre paisible lévitation. Je dirigeais le tapis un peu plus haut, pour pas prendre de risque inutile, et m’amusais alors à chanter un #Seismus Maxima en direction du volcan qui devait se trouver en contrebas. Il valait mieux bouger avant qu’il ne le confirme, évitons de trop le surplomber. Mais cela ferait un chouette spectacle vu du ciel.

Sur le coup pourtant, rien ne se produisit. Il fallait combien de temps entre un tremblement de terre et une éruption ?
Me retroussant les lèvres d’un air peu satisfait, je demandais à mon acolyte ce qu’il en pensait. Tu m'aides ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Ebenezer Lestrange, Mer 11 Avr 2018 - 23:39


Il était un peu dégoûté de s'ennuyer alors même qu'ils étaient en plein tour du monde. C'était frustrant de ressentir cette sensation alors qu'il aurait du être tout heureux. Quelque chose n'allait pas : peut-être les gosses, peut-être son rôle de guide d'aveugle, peut-être lui ou peut-être que c'était juste parce que les débuts de voyages n'étaient pas forcément ouf. A ce train là, il allait se mettre à pleurer comme Squirtle quand on lui faisait une pichenette.

Ils étaient retournés sur le tapis volant, flottant au-dessus du volcan. Ebenezer ne savait pas trop pourquoi, il avait suivi le mouvement un peu en automate. Les gosses étaient impatients, Lizzie complotait, il se demandait si c'était vraiment gênant qu'il transplane là maintenant tout de suite pour aller se boire une bière en Laponie.

Puis voilà que l'autre aveugle lançait un sortilège en direction du volcan. Pour le bien de la cohérence, on va dire que c'était gosse numéro un qui lui avait indiqué la direction. Regard incrédule d'Ebenezer. Elle voulait provoquer une éruption volcanique en faisant bouger la montagne. Wow. WOW. WOOOOW.

- Je veux bien t'aider mais faut qu'on revoit les bases hein...

Puis parce qu'il était sympa, il envoya également un Seismus maxima sur l'Etna et... Rien ne se passa. Étonnant n'est-ce pas ?

- Avant, on pensait que les éruptions volcaniques étaient dues à des dragons qui dormaient dans les montagnes. Peut-être que c'est vrai. Peut-être qu'il y en a un qu'on dérange dans sa sieste et que maintenant, il a faim !

Grand sourire, regard appuyé sur les jumeaux.

- On s'approche ?

Niark, niark, niark. Puis un dragon sortit. AAAAAAAAAAAAAH.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Lizzie Bennet, Dim 24 Juin 2018 - 15:41


Pas sûre qu'on l'ait reprécisé depuis quelques posts, mais LA mutuel etc etc

Ebenezer raillait mes performances, comme d’habitude ; jusque là, aucune surprise. Mais comment on réveille un volcan endormi depuis si longtemps ? Une série de séisme ne suffirait sans doute pas ; notre magie n’était pas assez puissante. Enfin, surtout la sienne, la mienne m’a menée en finale à la dernière coupe d’Angleterre, quand même, on se calme les loupiots. Bref. J’comptais quand même sur son assistance, parce que si j’devais bosser toute seule toute seule, j’allais juste lui chatouiller le bas du ventre à ce volcan.

Par contre, j’aimais moyennement ce qu’il était en train de leur dire. Il allait leur faire peur. Qu’est-ce que je disais ; je distinguais déjà un petit nez qui reniflait. M'armant d'une grande inspiration, je préparais mon prochain bobard. Où était le kiwicot pour m'inspirer, hein ?

— Ne l’écoutez pas. Tonton Eb aime bien faire peur, mais c’est pas comme ça que la lave se forme. La véritable histoire des volcans, je vais vous la conter, moi. Les volcans sont des enfants du soleil, mais ils ont été répartis à des points tellement éloignés sur la planète qu’ils se sentent très très seuls. Alors leur coeur de lave, qui était si plein d’amour et de vie, finit par se refroidir et se changer en pierre.

Ils ne meurent pas, bien sûr ; on dit qu’ils dorment, en fait. Parfois, quand ils pensent reconnaître l’arrivée d’un autre enfant du soleil, ils lui adressent sa chanson. Et pour chanter, pour libérer leurs cordes vocales, bah il faut retirer toutes les pierres de leur gorge, alors ils mettent tout leur amour dedans pour se réchauffer de l’intérieur et les changer en lave. Et au premier chant, ça déborde. C’est ça, une éruption volcanique. Rien à voir avec les dragons dangereux.


Très satisfaite de ce rattrapage à la dernière seconde, j’étais un peu frustrée par le silence qui suivit. A cette heure, j’devrais déjà avoir les moqueries d’Ebenezer, les clap clap de Squirtle et une Braeden qui veuille apprendre à se faire passer pour un volcan pour accélérer l’éruption. Mais y avait juste un vide très dramatique, et je finis par me demander s’ils étaient toujours sur le tapis, ou si un dragon les avait déjà emportés. Quelque chose clochait. Ou alors ils se foutaient de moi...? Je tendais la main, cherchant à choper un bras ou deux.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Florence, la plus belle ville d'Italie

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 4

 Florence, la plus belle ville d'Italie

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.