AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 6 sur 7
Cimetière de Londres
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Mangemort 91
Mangemort
Mangemort

Re: Cimetière de Londres

Message par : Mangemort 91, Dim 30 Oct - 2:06


La accordé

Ils observèrent la scène, les entrailles se vider, le contenu du ventre de l'homme le quitter. Ils voulaient le laisser vide, qu'il se sente creux de l'intérieur, comme une enveloppe sans aucun sens. Ils voulaient se remplir d'allégresse a mesure que l'autre rendait ses tripes. Se sentir forts à mesure qu'il s'affaiblissait. Être entiers. Et ils ne pouvaient s'empêcher de rire en voyant l'autre peiner à articuler son Finite Incantatem. Lorsqu'il y arrive enfin, 91 s'attendaient plutôt à voir leur cible se redresser docilement, mais ils furent fortement surpris de la rapidité du jeune homme et ne purent éviter le sort que de peu. Heureusement que l'entrainement que leur avait prodigué Tu avait payé. Surveiller ses jambes, primordial si la situation dégénère. Comme pour toutes ses extrémités leur diriez-vous. Mais la rapidité de l'action les empêcha de trodre leur pensées plus qu'elles ne l'étaient déjà, car déjà la fumée destructrice les enveloppa. Pour leur plus grand plaisir. Ils se laissèrent suffoquer un peu avant de rompre le sort d'un #Finite incantatem. Bien tenté jeune homme, mais ils aiment étouffer, suffoquer, ça les revigore, réveille leur instinct de survie. Sauver l'espèce
Alors ils regardèrent leur adversaire  en souriant, c'est qu'il défendait sa réalité avec hardiesse celui-ci. Mais ils allaient lui montrer laquelle serait la bonne, laissant 9 s'exprimer et l'écraser. Ils commencèrent doucement, lançant un joli #Fitilla sur leur proie. Sans se soucier de voir si ils avaient fait mouche ou non, ils enchaînèrent rapidement sur un #Obscuro avant de se décaler de quelques centimètres. Brouillant leur piste.

"Maintenant, nous allons peut-être pouvoir discuter Mr Keats. On m'a chargé de vous rappeler que sans nous, vous n'êtes rien. Qu'ils ne serviraient à rien de nous suivre, ou nous vous retrouverons et seront moins souples quant à votre sort. Ne nous échappez pas, restez nous fidèle, et tout ira bien.  "

Laissant leur adversaire aveuglé,ils annoncent qu'ils sauront le retrouver et s'enfoncent de nouveau dans l'ombre des tombes, à le recherche d'un autre enfant perdu.

Départ de 91

Revenir en haut Aller en bas
Shae L. Keats
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Londres

Message par : Shae L. Keats, Mar 8 Nov - 12:19


Ton sort touche, coule, et c'est avec une certaine satisfaction que tu vois ta fumée englober la gorge de ton ennemi.
Un sourire sadique, un peu de fierté mal placée,
Parce que tu as réussi à le toucher.
Tu espères secrètement qu'il souffre.
Et tu en profites.
Tu t'étonnes cependant que le masqué ne rompe pas le sort tout de suite,
Préférant se laisser un peu suffoquer auparavant.  
Trip étrange ou incapacité à articuler ?
Tu ne sauras jamais.
Mais tu te demandes comme un enfant ce qui peut être plaisant de la fait de s'étrangler.
Faudrait peut-être que tu essaies...
En attendant la silhouette a rompu ton sort.
Il te regarde désormais avec un sourire particulièrement sadique,
Une lueur folle dans le regard,
Une harmonie interne dirigée contre toi.
Toi.
Le temps que tu réagisses, le sort à déjà jailli,
Et la brûlure s'applique désormais sur ta cuisse,
La frôle.
Petite plaie brunâtre,
Soignable,
Mais douloureuse.
Tu n'es plus à une cicatrice près,
Ton avant-bras gauche
-Coupure.
Ta cuisse droite
-Coupure.
Ta cuisse gauche
-Brûlure.
Dos
-Brûlure.
Musée des pas doués sur ton corps.
Des Malchanceux.  


Tu n'eu cependant pas de repos,
Car déjà le sort de ravi tes deux yeux.
Ta vision.
Pourquoi toujours viser ici ?
Tu ne sais pas.
Aveuglé, brûlé, malade,
Tu attends la sentence qui ne saurait tarder.

- Maintenant, nous allons peut-être pouvoir discuter Mr Keats. On m'a chargé de vous rappeler que sans nous, vous n'êtes rien. Qu'ils ne serviraient à rien de nous suivre, ou nous vous retrouverons et seront moins souples quant à votre sort. Ne nous échappez pas, restez nous fidèle, et tout ira bien.

Il était un peu con ce Mangemort, évidemment que tu n'allais pas les trahir,
Tu étais bien trop engagé là dedans.
Ta promesse, ancrée jusque dans tes convictions les plus profondes, dans tes os.
T'es pas suicidaire non plu.
Silence.
L'autre a disparu, retourné d'où il est venu.
La cuisse qui chauffe.
Les yeux qui pleurent du noir (-panique panique)
L'estomac encore fragile,
La gorge qui râpe.
Abandon.
Foutu masqué.



Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cimetière de Londres

Message par : Aileen O'Leary, Mer 21 Déc - 5:41


Rp avec le double 91

Errer dans un cimetière
Parce que les vivants la dégoûtaient
Parce que les vivants la terrorisaient
Parce que les vivants la désespéraient
Était elle vraiment comme eux?

Chercher le silence chez les morts
Quoi de plus poétique?
Quoi de plus romantique?
Quoi de plus sarcastique?
Se sentir en sécurité chez ceux qui ne l'avaient visiblement pas connus

L'envie d'écrire la prend
L'envie de danser la prend
L'envie de crier la prend
L'envie de s'échapper la prend

Famille

Père absent, mère offrant trop d'amour
Grand mère aux standards impossibles
Autres qui regardent et rient
Qui a dit que la famille se devait être le bien le plus précieux?
Qui a dit que la famille se devait d'être ce qui est mieux?

Ses pensées se firent araignées
Tissant des toiles de sentiments
Avec des fils de souvenirs
Une tête de mort serait appropriée
Vu l'endroit

À quel point danser sur les tombes est une profanation? Un signe que pour les rares moldus autour elle était sorcière?
On en avait brûlé pour moins après tout
Brûlée par des moldus ou condamnée par les sorciers?
Choose your poison

Et puis, à quel point danser pourrait déranger les morts?
Et puis, pourquoi n'arrivait-elle pas à se détacher du regard des autres?
Et puis, allait-elle arrêter avec toutes ces questions sans réponses?

Aileen s'assit sur une tombe bien confortable.
Qu'y avait-il après la mort? Le paradis et l'enfer comme le professait tant de religions moldues? Si c'était le cas, elle était condamnée à l'enfer. Après tout, elle était rousse, c'était sûrement prédestiné.

La lune éclaira le visage de la serpentard, et elle se sentit enfant encore.
Enfant qui avait peur du grand méchant loup
Enfant qui aimait se perdre et explorer
Enfant qui aimait s'imaginer un monde

Elle partit donc à tourner dans le cimetière
Comme si elle était à l'aube de ses 8 ans.

One, two, Freddy's coming for you.

Danseuse étoile d'un grand ballet
Danseuse étoile que personne n'avait touché
Danseuse étoile que personne ne moquait

Les chauves souris du coin étaient ses spectateurs
Et si quelques moldus osaient s'aventurer
Elles les forceraient à danser
Jusqu'au petit matin, où ils oublieraient
Tout ce qui ce serait passé

Danser pour oublier

Three, four, Better lock your door

Pour une fois elle n'avait pas à être parfaite
Irréprochable
Intouchable
Pour une fois elle pouvait se tromper

Un entrechat au lieu d'un jeté
Oubliez les pointes
Se laisser aller
Se laisser pleurer

Personne n'allait la déranger

Five, six, grab a crucifix

Le rythme augmentait
Nya s'éloignait
Les entraînements avec Vhagar s'intensifiaient
Les lettres s'empilaient
Elle n'arrivait à aimer

Ou peut-être que c'était les autres qui ne voulaient être aimé
Aileen s'essayait, mais comment s'offrir, entière, lorsqu'on a porté des masques toute sa vie?
Vouloir de la compagnie pour mieux s'enfermer

Seven, eight, Gonna stay up late.

Tourner pour se donner le tournis
Ressentir autre chose qu'un pincement au coeur
Ressentir autre chose que le rejet
Pourquoi n'avait-elle pas répondu?
Pourquoi c'était-elle éloignée?
Sans elle, Aileen sombrait

Comment résister à la tentation quand on perd notre désir de lutter?
Elle ne serait jamais digne d'un grand ballet
Elle n'avait même plus envie d'essayer
Elle se
mit à
tomber encore

Nine, ten, Never sleep again....

Le rideau se ferme sur une rousse au sol, seule dans sa solitude, silencieuse dans son silence.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cimetière de Londres

Message par : Mangemort 91, Ven 23 Déc - 18:09


Cette nuit encore ils iraient battre la campagne sous leur masque de bois, ils tutoieraient les étoiles qui n'osaient même pas leur offrir leur vouvoiement. Battre la campagne à coup de pieds, et en plein centre ville moldu. Petit coin de verdure un peu perdu au milieu du cœur de Londres. Coin où se mêlent les morts et les vivants, les fous et les biens pensants, les corps et leurs ombres.Ils étaient l'un et l'autre. Et erraient entre les tombes, masque en main et chantonnant:

♪ Un bon petit diable à la fleur de l'âge,
La jambe légère et l'œil polisson,
Et la bouche pleine de joyeux ramages,
Allait à la chasse aux papillons. ♪

9 et 1 partaient à la chasse aux innocents dans ce cimetière oublié où ils avaient dors et déjà arraché quelques centimètres de peau à un jeune homme trop prétentieux. Les soirées à Hollow Bastion n'était pas désagréable, mais ils avaient pour une fois préféré se perdre loin du billard et des verres, ne pensant pas prendre un quelconque papillon dans leur filet ce soir. Leur épuisette n'étaient d'ailleurs pas offerte au vent. Les cimetières n'étant pas d'ordinaire des lieux très fréquentés par les vivants, et si ils avaient espéré y trouver une quelconque tranquillité, il leur faudrait repasser. Un éclat orange au sol, et rien d'autre aux alentours. Ils enfilèrent le bout de bois, leur nez de pinnochio et gloussèrent à l'idée d'une soirée finalement pas si monotone. Dévoilant ensuite leur avant bras, ils y apposèrent leur baguette sur la marque brûlante, souhaitant réveiller en cette chère 28 une envie de le rejoindre. De danser sur des comptines bien trop enfantines qui réveillaient en eux une envie de danser la capucine fort peu emprunte de normalité. Ils rirent encore à cette pensée et s'approchèrent de la jeune fille à terre, liberté greffée à la peau par l'anonymat de ce faux semblant. Ils étaient libres. De tout. Un crac sonore dans leur dos, et toujours chantant ils s'avancèrent vers Nous.

♫ Comme il atteignait l'orée du village,
Filant sa quenouille, il vit Cendrillon,
Il lui dit : "Bonjour, que Dieu te ménage,
J' t'emmène à la chasse aux papillons.
"

Cendrillon ravi' de quitter sa cage,
Met sa robe neuve et ses botillons ;
Et bras d'ssus bras d'ssous vers les frais bocages
Ils vont à la chasse aux papillons. ♫

Ils entraînèrent leur partenaire à leur proie, la désignant du doigt, parlant assez fort pour que tous puissent entendre. " Regardez Vingt et Huit, Casse-Noisette est tombée, aidons-la à se relever. Ils ont très envie de la voir danser."

Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 28
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Occlumens
Manumage


Re: Cimetière de Londres

Message par : Mangemort 28, Ven 13 Jan - 22:40


désolée du retard, j'avais comme qui dirait loupé le train. La station même.



Nous sommes là. Tout simplement là, dressée près de 91. Ils sont heureux, nous avons répondu vite. La marque nous a brûlé, a fait chatoyer notre bras alors que nous buvions au Bastion. En quelques minutes, nous avions répondu à l'appel du feu et nous brillons maintenant au côté de notre binôme, le sourire affiché comme un coup de poing au destin. Prends ça et va te faire voir. Nous on est là. Point. On est là j'ai dit, ça suffit. Point.

Point de fils pour le pantin qu'ils nous désignent mais tout le reste assurément, des jambes flageolantes au regard évsaif. Il n'y a que les cheveux pour lui donner un peu de vie. Mais la tignasse, ça en donne toujours. C'est plein d'énergie, ça bouge comme une tarentule, ça se glisse comme une vipère. Ouais. Ce qu'on a sur la tête vaut parfois mieux que ce que vous avez dans le pantalon. Nous posons la main sur l'épaule de 91. Contact, tu comprends, 28, contact. Ils en valent le coup. Nous mordons son épaule.

- Peuvent-ils nous en faire un spectacle de marionnettes ?

Pour que la musique résonne encore et que le bruit couvre les cris de silence du vent et de la mort. Ce silence qui perce le temps et la tombe nue pour vous trancher la gorge dans le sommeil. Et le matin, nous nous réveillerions baignant dans notre peine. C'est ça le deuil. Pour éviter de pleurer les disparus, nous rions de nos ébats. Et la musique se veut être notre dernier brin d'innocence macabre. Ils en perdraient presque leur latin.

- Juste quelques pas, peut-être une salsa. Que l'on voit si Casse-Noisette connait encore son ballet.

Nous regardons à peine la Chevelure, trop fixées sur le dos de 91 qui vont bientôt faire le levé de rideaux. Juste pour nous. Par sympathie. Quels amis incroyables, tout de même !

Revenir en haut Aller en bas
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cimetière de Londres

Message par : Aileen O'Leary, Mer 18 Jan - 21:51



Le sol proche des lèvres
Embrasser la terre mère
Le père ciel ne regarde pas
Aileen se sentait d'un coup chez soi
Terre mouillée devenait parquet de théâtre
Pierres tombales sièges de spectacle
Le rideau était tombé, il ne fallait qu'attendre trois coups
Pour recommencer à danser

Danse ou théâtre?
Talent ou illusion?


Comme une danseuse dans une boite musicale
Il ne suffisait que de remonter cette dernière
D'ouvrir la boite de Pandore
Pour continuer le spectacle macabre

Regardez Vingt et Huit, Casse-Noisette est tombée, aidons-la à se relever. Ils ont très envie de la voir danser."

1 coup


La rousse se relève, saluant presque son public d'un sourire
La musique la remplit à nouveau
Un masque se pose sur sa tête
Dans son euphorie de voir sa solitude cassée, la roussa ne songea même pas
À prendre sa baguette délaissée
Les mangemorts pouvaient bien assister
À un bal désenchanté
Ils souffraient déjà bien assez qu'on ne veuille les aider
Les mal-aimés
Étaient-ils eux aussi délaissés?
Ou, une fois leur masque enlevés
Étaient-ils les personnes les plus heureuses de la Terre
Leur bonheur les enchainant dans une routine morbide
Tuer pour exister
Massacrer pour la liberté
Torturer pour aimer

-Peuvent-ils nous en faire un spectacle de marionnettes ?

2 coup

Un sourcil se lèva
L'irlandaise est poupée, pas marionnette
Danseuse contre son gré

....

Non

Elle aimait danser pour exister
Poupée de porcelaine cassée
Au moins elle avait les deux yeux de bien placés
Au moins elle avait encore son nez pour respirer
Au moins elle avait des oreilles entières pour écouter
Au moins elle avait ses deux pieds pour danser
Il ne lui manquait que son coeur pour aimer

Pouvait-elle vraiment aimer quelqu'un?
Et non pas juste l'idéaliser
Et non pas juste l'idolâtrer
Et non pas juste projeter
Il parait que l'amour soigne tout
Pourrait-il soigner son vide ? Son mal-être?

Juste quelques pas, peut-être une salsa. Que l'on voit si Casse-Noisette connait encore son ballet.

3 coup

Le spectacle pouvait commencer
Les masques reprirent leur place
Un sourire bien droit
Sarcastique
Ironique

-Mais bien sûr, profitez.

Une danse à milles pas
À milles mots
Un ballet oublié
Elle ne se sentait bien que lorsqu'elle dansait
Lorsqu'elle avait quelqu'un pour la regarder
Pouvait-elle les attacher? Les forcer à rester?
Sauter proche des pierres tombales
Les regarder debout
Un public debout
Mais qu'elle idée
Une pause dans ses mouvements

-Je vous en prie, asseyez vous.

Fermer les yeux
Laisser le ballet de la mort la guider
Il ne fallait pas retomber
C'était sa 1e prestation accompagnée
Il ne fallait pas la rater.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cimetière de Londres

Message par : Mangemort 91, Ven 20 Jan - 2:49


Nous avait posé sa main sur leur épaule, dans un mordillement scintillant de fin de jour clément. Ils avaient souri à leur contact, une sourire que leur masque habité s'efforçait de cacher. L'heure du ballet avait sonné, mais la chorégraphe peinait à se mettre en place, l'orchestre pourtant déjà jouait. Dans le fond de leur tête, ils entendaient très clairement les notes s'élever. Mais pourquoi Odette ne se relevait-elle pas? C'était un mystère qui les peinait grandement. Ils lancèrent donc un regard inquiet à Vingt et Huit. La pleine lune était pourtant bonne spectatrice.

Bien sûr qu'ils pouvaient jouer aux marionnettes avec leur nouveau jouet, ils n'étaient pas là pour s'amuser, mais peut-être pourraient-ils divertir un peu leur binôme en faisant danser la muette. Après tout, eux même étaient assez amateur de danse, articulée ou non. Ils n'avaient jamais essayé avec des gens vivants, de monter un spectacle. Mais bon dieu, que cela devait être amusant ! Mais déjà la rousse se relevait, leur enlevant leur droit de commencer le ballet. Ils râlèrent dans la barbe et la reconnurent encore une fois sans armature. Ne laissant rien paraître de leur désarroi. Non, il ne fallait pas. Alors ils sourient alors que la fille commençait son spectacle sans leur aide, et ils s'assirent lorsqu'elle le leur demanda, une idée dans l'esprit qui trottait comme la mine. Des notes de musiques qui commençaient à donner forme à la symphonie à venir. L'idée les séduisait, ils espéraient que leur sœur serait en accord. Après tout, ils l'avaient appelée pour assister au spectacle, et non pour le donner. Ils se relevèrent une fois que la poupée eut fini de danser.

"Vous voulez danser ma chère ? Laissez-nous vous aider. Vous deviendrez, Renarde, un brillant feu follet."

Ils rièrent un peu et attrapèrent leur baguette, lançant distinctement un #Incendio sur les vêtements de la jeune femme, immédiatement suivi d'un #Pyrpuits, car il n'était pas question ici de la blesser. Le ballet pouvait prendre place, car le cygne avait retrouvé sa superbe. Ils déclarèrent:

"Vous voici bien parée ma chère, danser sans discontinuer, nous avons toute la nuit.Puis à 28, Selon vous ma sœur, c'est un arbuste ou un buisson ?
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 28
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Occlumens
Manumage


Re: Cimetière de Londres

Message par : Mangemort 28, Jeu 9 Mar - 10:26


désolée du retard, j'avais comme qui dirait loupé la station. Le pays même.



C'est comme une offense aux dieux tout puissant, et puis il y a un rire à vous en faire perdre les yeux. les yeux oui, rivés sur ce cadavre encore vivant qui dansera pour l'éternité si l'orage ne gronde pas. Il y a du vide dans ce silence, du bruit dans l'immensité. Ils ne sont que notre siège puisque nous sommes assises entre le nord et le sud, perdue quelque part dans son œillade rassurante. Ils sont là. Tout va bien. Nous ne sommes là que pour voir la Chevelure devenir poupée de carton, que disions nous, de citron ou alors de marbre, et danser danser danser sans discontinuer.

Chante, 28, chante pour chasser le bourdonnement. Elle martèle un p*tain d'rythme. Avec ses pieds. Comme cette pluie qui m'bat la tête. Pour mieux y voir en elle. Une danseuse. Nous nous tenons la tête et les flammes font danser la môme et c'est comme si les ténèbres devenaient paradis. Du feu. Pourquoi du feu, 91 ? pourquoi cette torture, pourquoi cette cruauté ? Elles disparaissent dans notre tressaillement et nous devenons statue de sel en voyant la Chevelure brûlante, comme enlacée par une cheminée, sans flamber. Le sort anesthésié la fumée, alors nous restons crispée, fendue, mais nous ne nous dématérialisons pas. 91 payera.

C'est comme si la danse était son don du ciel, comme nous avons le masque la marque et le pouvoir, elle a le talent, de génie du solo, et les notes sont des mots pour qui ne comprendrait pas cet écrit, cette série de phrases articulées par l'aliénation de notre esprit. Danse, danse, petite souris, danse que l'on te croque avant la fin de la nuit. Comment ça, non ? Pas de repas ? Pas de samba ? Alors d'accord pour le classique mais ne perds pas la main ou l'on te ni...
Revenir en haut Aller en bas
Elina Peterson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Londres

Message par : Elina Peterson, Dim 14 Mai - 2:41


PV avec Seth Mcsoul



J'ai très mal dormi cette nuit... Pourtant comme chaque soir j'ai bu et fumé plus que de raison... Les cauchemars ont prit possession de mon sommeil. Réveil en sursaut, il fait grand soleil, je jette un oeil à ma montre. quinze heures, belle performance, je décide de me lever malgré mon mal de tête... Elle est venue me rendre visite cette nuit dans mes songes, le manque est insupportable j'ai besoin d'aller la voir. Je me glisse sous la douche et me lave de mes frayeurs nocturnes. Je me sens un peu mieux, j'enfile rapidement une petite robe d'été, nous ne sommes qu'au mois de mai pourtant il fait chaud. Je dissimule mes cernes avec du maquillage et peigne mes cheveux encore mouillés sans prendre la peine de les sécher. J'attrape mon petit sac en bandoulière, vérifie que mon "kit de survie" est bien là où je l'ai rangé hier après ma dernière "cigarette" et je sors du manoir en évitant de croiser mon oncle.

Je marche tranquillement dans les rues de Londres sans vraiment me concentrer sur ma destination, j'ai mis mes écouteurs avec la musique à fond. Lorsque je sors enfin de mes pensées je suis au cimetière... Le cimetière... Celui où ma mère est enterrée, Je ne suis pas venue ici depuis le jour où j'ai dû lui dire Adieu. Je m'approche de sa tombe. Evidement les fleurs ont fané, je les enlève et nettoie la pierre tombale. Ça me fait mal de voir le nom de ma mère inscrit la... Mon coeur se sert douloureusement dans ma poitrine. je regarde autour de moi, personne, je sors ma baguette et murmure un #Orchideus, Un sublime bouquet de fleurs apparaît et je le dépose à l'endroit ou repose ma mère. Je m'installe à côté et sors mon calepin et je lui parle longtemps, Je lui dis ou j'en suis de mon entrainement et de mes recherches pour la venger, je m'excuse de mon comportement, je sais que si elle me regarde elle doit être furieuse, Je revois son visage contrarié et je sourie. Je sais qu'en agissant de la sorte je ne la rends pas fière de moi mais c'est plus fort que moi, mes émotions sont incontrôlables alors je les bloque et j'éloigne toute personne susceptible de m'atteindre. Damien en fait les frais, je suis une vraie plaie avec lui le pauvre... Le pire dans tout ça c'est que j'en suis consciente... Mais j'ai tellement mal que je ne peux pas faire autrement....

Le soleil a entamé sa descente, bientôt il fera nuit. Je n'ai pas vu le temps passer. Je range mes affaires et pose ma main sur la pierre froide. Puis lentement je commence à me diriger vers la sortie du cimetière. Je me mets à chercher ses foutus écouteurs qui ont surement dû tomber au fin fond de ma pochette. Ça y est les voilà. Je sors mon portable et branche mes écouteurs. Je suis sur le point de lancer une musique quand je percute quelques choses de dure. Je lève les yeux et voie un homme... Assez charmant je dois l'avouer.

- Excusez-moi je ne faisais pas attention... Dit-je d'une voix presque désolé.

Enfaite non je ne le suis pas plus que ça. Cet homme est charmant, il ne semble pas bien plus vieux que moi. Je lui sors un sourire des plus charmant et innocent. Je sais que ça marche bien sûr les moldus. Je n'ai pas vraiment testé sur les sorciers... Mais bon les hommes, suffit de leur faire les yeux doux et c'est dans la poche. J'ai besoin de me changer les idées et s'il est disposé il sera ma distraction de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Seth McSoul
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Londres

Message par : Seth McSoul, Dim 14 Mai - 13:51


"Maman. Quinze ans désormais que tu es partie, et il m'est toujours impossible de venir te voir.
J'ai rencontré Papa, il y a un mois environ. Je sais que tu n'en avais sûrement pas envie, mais j'avais besoin de ça pour passer à autre chose. J'aurais voulu avoir deux parents formidables qui veillent sur moi chaque jour, de ma naissance à ma mort, mais je me suis retrouvé seul alors que je n'étais pas encore prêt à devenir adulte.
Le fait que vous n'ayez pas été là tous les deux lorsque ma vie se lançait, lorsque je prenais enfin des responsabilités et que je me décidais à fonder une famille, m'a énormément manqué. J'aurais aimé que vous me voyiez grandir, tous les deux. Mais mon père était un inconnu, et toi, Maman, tu es partie. Je ne t'en veux pas, parce que je suis certain que tu aurais aimé être là.
Cette lettre n'est qu'un message parmi tant d'autres que je t'envoie chaque année, et je sais au fond de moi qu'ils ne servent à rien puisqu'ils ne m'aident pas vraiment à faire mon deuil. Je n'en ai parlé à personne hormis Seth, qui m'a proposé d'aller déposer cette lettre sur ta tombe à ma place, puisque je n'en ai pas la force moi-même. Tu n'as pas eu le temps de connaître Seth, mais tu l'apprécierais sans aucun doute - peut-être même que tu l'aurais chéri comme ton propre fils.
Comme il a remarqué que je n'allais pas très bien en ce-moment, il m'a conseillé d'aller consulter un psychologue, et m'a donné l'adresse de celui qui avait aidé sa mère quand il était enfant. J'hésite encore, mais sache que quels que soient les obstacles qui se dresseront sur mon chemin tout au long de ma vie, je ferai tout pour rester heureux.
Tu me manques, Maman, et je t'aime.
Ton fils Elliot.
"


Ainsi, Seth s'était retrouvé au cimetière, la lettre de son demi-frère dans les poches, se dévouant pour accomplir cette tâche difficile. Il l'avait proposé gentiment, sans se forcer à partager ses émotions. Il avait attendu patiemment qu'Elliot ait fini de pleurer puis l'avait serré dans ses bras pour lui retirer toute sa peine.

Rien ne servait de ressentir ce que les autres ressentaient, et de partager leur souffrance pour leur montrer un quelconque soutien. Seth se contentait de sa présence sereine et sincère, qu'il avait appris à maîtriser durant toutes ses années, pour pouvoir ensuite venir en aide aux personnes démunies et les adoucir. Il avait aidé Meredith lorsque son petit-ami l'avait quitté, il avait consolé sa mère et son beau-père après leurs nombreuses disputes, et à présent il aidait son frère qui s'était confié à lui. À présent qu'il avait grandi, Seth ne pleurait plus avec les autres : il les regardait tomber en larmes calmement puis s'assurait ensuite qu'ils ne pleureraient plus jamais.

Depuis vingt minutes, Seth traînait dans le cimetière en cherchant la tombe de la défunte, qui ne s'était pas montrée assez en forme pour lui donner une quelconque indication - Elliot non plus d'ailleurs. Le garçon s'arrêta finalement devant un minuscule édifice de pierre, discret et dissimulé au milieu du cimetière mais décoré de mille couleurs vives, qui semblait révéler le caractère de la mère d'Elliot de son vivant. "Loreena McSoul" : elle avait gardé le nom de famille de l'homme qui l'avait abandonnée - enfin bon, Seth n'avait rien à dire, il le portait aussi. Le garçon sortit l'enveloppe de sa poche, s'accroupit et la déposa lentement devant la tombe.

- Je suis Seth, dit-il en souriant, le frère caché de votre fils. Lorsque j'ai rencontré Elliot, malheureusement, vous étiez déjà sur votre lit de mort... J'en suis navré, j'aurais aimé vous connaître.

Il se releva, s'apprêta à partir puis se retourna vers la tombe.

- Je vous en prie, ne culpabilisez pas pour tout ce que dit Elliot dans sa lettre. Croyez-moi, malgré tout, votre fils est heureux. Et j'espère que vous l'êtes aussi, de votre côté.

Il partit pour de bon, cette fois-ci, la tête baissée, les yeux fixant le sol, tandis qu'il essayait de s'imaginer à quoi ressemblait la voix de la mère d'Elliot lorsqu'elle était encore en vie.

Soudain, Seth percuta une jeune femme qu'il avait aperçue devant lui mais, sans y prêter réellement attention, était certain de pouvoir éviter.

- Excusez-moi je ne faisais pas attention... s'excusa-t-elle.

- Il n'y a pas de mal, répondit Seth.

Son air doux, sensible, lui rappela sa rencontre avec Holly Smythe, puis il se remémora également la Meredith de sa jeunesse.

Il aurait voulu reprendre sa route, mais la jeune femme ne bougea pas d'un poil. L'inconnue était très jolie, illuminée par le coucher de soleil. Il n'aurait su dire, de son point de vue, si elle avait son âge ou si elle était beaucoup plus vieille qu'elle le paraissait. Perdue dans ses pensées, elle semblait toute triste, ce qui n'était pas anormal pour une personne se promenant dans un cimetière.

- Vous allez bien ? demanda-t-il.


Dernière édition par Seth McSoul le Dim 14 Mai - 21:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elina Peterson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Londres

Message par : Elina Peterson, Dim 14 Mai - 19:28


L'inconnu me répond et m'observe quelques secondes avant de me demander si je vais bien. Bonne question... Est-ce-que je vais bien? Je suis tenté de dire non, que j'ai l'impression d'être au bord d'un gouffre et je meurs d'envie de sauter, d'être libéré de cette douleur qui sert mon coeur comme si ce dernier était coincé dans un étau et qu'on le comprimait jusqu'à le faire éclater. Mais je suis une Gryffondor j'ai ma fierté, je ne parle jamais de la mort de maman avec mes proches alors en parler à un inconnu, hors de question. Je lui souris de nouveau.

- Oui oui, je suis venu rendre visite à un proche... Je suppose que vous aussi?

Je préfère ne pas mentionner la mort de maman, déjà parce que je sais que c'est encore trop récent pour arriver à parlé d'elle sans m'effondrer et parce que je connais le regard de pitié que les gens me lancent après ça... "La pauvre, elle a perdu sa mère... ça doit être difficile pour elle... Elle est si jeune..." Phrase bateau que tout le monde pense, Je la penserais également si j'étais face à quelqu'un dans ma situation. Alors je me tais c'est mieux ainsi. Ma question est idiote, évidemment qu'il est venu voir quelqu'un enterré ici sinon il ne serait pas là... Personne ne se balade comme ça dans les cimetières... Si?

Je détaille l'homme devant moi essayant d'estimer son âge... La vingtaine surement, pas plus de vingt-cinq je dirais mais bon après certaines personnes fais plus jeune d'autres font plus vieilles. On me donne rarement mon âge souvent on me dit que je fais plus vieille, c'est un avantage surtout maintenant que je suis considérée comme majeur. Vivement que je quitte l'école et que je rentre dans le monde du travail. Je ne sais pas encore vers quoi me tourner. Je me reconcentre sur mon interlocuteur. Il est dans la moyenne en taille et en morphologie. Ses yeux et ses cheveux sont marron mais il y a une lueur dans son regard qui m'intrigue. L'expérience peut être?

- Je vous souhaite une belle soirée.

Je le sais je l'ai appris, les hommes n'aiment pas qu'on leurs cours après et qu'on semble désespérée. Enfin il y a bien la catégorie des hommes avec le complexe du héros... Ceux qui se sentent puissants en présence d'une jeune femme en détresse... Mais cet homme ne semble pas faire partie de cette catégorie là. Je me suis rendu compte à force, que les hommes aimaient la "chasse" Je dois donc être le plus indifférente possible pour qu'il est envie de me retenir. Ça ce n'est pas compliqué. Petite phase de fin dites avec un sourire charmeur voila ça semble pas mal du tout ça. Je commence à le dépasser et fais quelques pas me demandant s'il va me rattraper ou non. Si c'est le cas il y a de forte chance pour qu'on fasse connaissance, dans le cas contraire je finirai ma journée dans l'un des bars de la ville comme je le fais chaque soir.
Revenir en haut Aller en bas
Seth McSoul
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Londres

Message par : Seth McSoul, Sam 3 Juin - 17:29


- Oui oui, je suis venue rendre visite à un proche... Je suppose que vous aussi ?

- Pas vraiment. Je suis venu en soutien à un membre de ma famille.

Elle semblait perdue dans ses pensées, comme déconnectée de la réalité. Même lorsque son regard croisait brièvement le sien, elle ne le regardait pas vraiment, ou essayait de se créer une image, une identité pour ne pas dévoiler ses véritables sentiments. C'est ce qu'avaient l'habitude de faire les hommes, après tout : ils s'inventaient des vies pour se cacher leur véritable nature, se divertissaient pour oublier leur situation désespérée. Chacun est un inconnu pour l'autre.

- Je vous souhaite une belle soirée.

Et voilà qu'elle s'en allait d'un pas déterminé, comme si elle avait réfléchi son acte à l'avance et savait ce qui allait se passer ensuite. Aucune place n'était laissée à l'imprévu ; les hommes ont tous trop peur de l'imprévu. La jeune femme disparaissait peu à peu, et Seth la rattrapa. Il avait bien compris son jeu et se fichait bien d'entrer dedans, mais il voulait savoir ce qui la motivait, elle, à se déguiser ainsi. C'était bien beau de comprendre que tous les hommes se déguisaient entre eux, mais le but alors était d'essayer de savoir pourquoi telle personne portait tel ou tel costume.

Plus on plonge dans l'illusion de son déguisement, plus les autres peuvent deviner à quel point on va mal. L'inconnue, ici, était beaucoup trop renfermée sur elle-même pour être en bonne santé. Deux ou trois mois de plus et elle tenterait de se suicider. Seth avait l'oeil pour ce genre de choses, c'est pour ça qu'il passait son temps à s'occuper des autres au lieu de s'occuper de lui. Tandis qu'il courait après la jeune femme, il réfléchissait aux mots qu'il allait prononcer.

- Vous n'êtes pas seul, madame, dit-il en la rejoignant. Sachez que tout être humain ressent un certain vide à partir du moment où il est doté d'un tant soit peu de sensibilité.

Craignant de l'avoir abordée d'un ton un peu trop littéraire, il se donna immédiatement un air plus familier.

- Enfin, je veux dire que tout le monde va mal, quelque part. Le fait d'avoir perdu quelqu'un ne fait qu'accentuer cette réalité, mais on est tous un peu dépressifs sur les bords, vous savez ? Si l'être humain était émotionnellement stable par nature, s'il n'avait jamais connu l'excès, on serait encore bloqués à l'âge de pierre.

Trop littéraire. Trop, trop littéraire, la jeune femme ne semblait vraiment pas d'humeur à apprécier la pseudo-philosophie.

- Si je vous dis ça, c'est seulement parce que vous ne me semblez pas en forme. J'ai la mauvaise habitude de vouloir rendre tout le monde heureux, alors ça vous dérangerait si je vous offre un verre, une fleur, quelque chose dans ce genre là ?
Revenir en haut Aller en bas
Elina Peterson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Londres

Message par : Elina Peterson, Dim 4 Juin - 1:13


Il est donc venu soutenir un membre de sa famille... Gentil de sa part... Je pense à maman, est ce que quelqu'un vient la voir? Est ce que seulement sa famille sait qu'elle n'est plus? Je veux dire j'ai essayée de les contacter mais je n'ai pas eu de réponses... Peut être n'en ont ils tout simplement rien à faire... Ou alors ils culpabilisent? Et puis en faite je m'en fiche de ce qu'ils ressentent après tout... Des pas derrière moi...Rapide... 3...2...1 Sa voix, prévisible... Trop prévisible. La soirée s'annonce donc interessante.

- Vous n'êtes pas seul, madame... Sachez que tout être humain ressent un certain vide à partir du moment où il est doté d'un tant soit peu de sensibilité. Enfin, je veux dire que tout le monde va mal, quelque part. Le fait d'avoir perdu quelqu'un ne fait qu'accentuer cette réalité, mais on est tous un peu dépressifs sur les bords, vous savez ? Si l'être humain était émotionnellement stable par nature, s'il n'avait jamais connu l'excès, on serait encore bloqués à l'âge de pierre. Si je vous dis ça, c'est seulement parce que vous ne me semblez pas en forme. J'ai la mauvaise habitude de vouloir rendre tout le monde heureux, alors ça vous dérangerait si je vous offre un verre, une fleur, quelque chose dans ce genre là ?

Ok il parle trop... Mon cerveau n'arrive même pas à suivre tout ce qu'il raconte... Les seuls choses qui arrivent à mon cerveau c'est que malgré ma carapace il a réussi à voir mon mal être et ça me pause problème... Ensuite qu'il me propose d'essayer de me rendre heureuse ou un truc dans le genre. Je lui souris et lui tends la main.

- Elina... Et si on laissait tomber les vouvoiements... Je suis pas si vieille que ça... Enfin j'espère? Lui dis-je en mimant l'inquiétude. Une simple compagnie suffira. je lui offre mon plus beau sourire.

J'aurais bien dit oui à un verre mais c'est peut être pas raisonnable... Je vais encore finir ivre et transplaner ensuite c'est jamais une bonne idée ça donne envi de vomir... Quand à finir la nuit ailleurs... Tout dépends de la compagnie mais en général je préfère être un minimum capable de me défendre... Les bars Moldu sont aussi mal famée que ceux de l'allée des embrumes... Et comme il m'est impossible de me servir de magie dans ce genre d'endroit autant ne pas être trop ivre pour ça... Cet homme néanmoins m'à l'air d'être plutôt honnête et pourvu d'un certain savoir vivre... Il à quand même proposée une fleur... On m'a jamais offert de fleur d'ailleurs quand j'y pense... Mais la question que je me pose c'est... Sorcier ou Moldu... Certains de nos concitoyens sont très douer pour donner le change... Même si un détail, infime les trahis cet homme reste un mystère... Il va falloir la jouer fine pour en savoir plus sur lui et ne pas gaffer à la première occasion...
Revenir en haut Aller en bas
Seth McSoul
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Londres

Message par : Seth McSoul, Dim 4 Juin - 14:01


Bon, ok, il s'y était mal pris. La jeune femme ne semblait vraiment pas touchée par ces paroles et continuait sa route sans s'arrêter. Elle finit par faire une petite pause et se tourna vers Seth, lui tendant la main, un sourire aux lèvres. Ce genre de sourire factice qui n'existe que par politesse, ou pour passer le temps.

- Elina... se présenta-t-elle.

- Seth, répondit le garçon en lui serrant tendrement la main.

- Et si on laissait tomber les vouvoiements... Je suis pas si vieille que ça... Enfin j'espère ?

Ça y est, elle commençait à dévoiler son jeu. À son ton et aux mots peu subtils qu'elle avait décidé d'employer, le jeune homme comprit qu'effectivement, elle ne semblait pas vieille du tout et manquait même légèrement d'expérience en la matière. Le jeu de séduction était celui qui demandait le meilleur déguisement : il fallait prévoir à l'avance chaque mot, chaque geste, chaque regard, pour être sûr de plaire et de se créer une image parfaite. Le coup du "Je ne suis pas si vieille, j'espère ?" était facile et appartenait aux bases de la séduction. Une femme véritablement âgée et expérimentée n'aurait jamais posé cette question et aurait répondu avec plus de douceur.

- Une simple compagnie suffira, ajouta-t-elle alors.

Elle ne cherchait même plus à se cacher. Une jeune fille dans un cimetière qui souhaitait noyer son désespoir dans une compagnie masculine. Seth voulait simplement lui retirer sa tristesse mais n'avait jamais tenté une quelconque stratégie de séduction. Une fleur, un verre, c'était de la politesse pour lui permettre de passer une bonne soirée. Mais au sourire qu'elle lui rendait et la réponse aguicheuse qui l'accompagnait, cette jolie Elina sous-entendait vraisemblablement autre chose.

- La première astuce pour passer une bonne soirée, ce serait de sortir de ce cimetière, dit Seth d'un ton amusé.

Et il rejoignit la sortie en compagnie de cette charmante inconnue. Sans rentrer dans sa technique d'attraction, quelque chose chez elle l'intriguait et il voulait absolument savoir qui elle était et ce qu'elle cherchait à oublier. Peut-être qu'il souhaitait également, quelque part, passer une soirée, juste une seule, sans penser aux tracas du quotidien et aux doutes quant à son avenir. Pour cela, la présence d'une inconnue suffirait. Qu'elle soit moldue, sorcière, jeune, âgée, triste, heureuse... Une part de lui cherchait à la réconforter, l'autre part cherchait à le réconforter lui-même.

Une fois sortis du cimetière, Seth se retourna de nouveau vers Elina et lui dit en souriant :

- Je ne sais pas où vous... Pardon, où tu souhaites passer ta nuit, dans un bar, un parc, une rue, mais saches que ça me ferait très plaisir de redonner le sourire à une inconnue ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Elina Peterson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Londres

Message par : Elina Peterson, Lun 5 Juin - 1:05


L 'inconnu se présente sous le nom de Seth. Facile à retenir et ça lui va bien je trouve. le contacte de sa main dans la mienne est léger, délicat... Ce n'est pas le genre de poignée de mains que l'on échange habituellement... Il me dit amusé que pour passer une bonne soirée il vaux mieux sortir du cimetière. Oui c'est pas faux quoi que c'est drôle aussi les soirées dans les cimetières... Surtout pour Halloween, y'a moyen de ce foutre la frousse. Je me retient de rire en repensant à cette soirée avec mes amies Moldus où j'ai eu la trouille de ma vie à cause des garçons de notre groupe qui s'étaient cachés parmi les tombes et s'amusaient à nous faire sursauter. On a fini par partir en courant. Etrangement j'en rigole maintenant mais sur le coup je n'en menait pas large et en prime je préfère éviter ce genre d'endroit la nuit. C'est donc volontiers que je le suis à l'extérieur. A peine les grilles passées il se tourne vers moi.

- Je ne sais pas où vous... Pardon, où tu souhaites passer ta nuit, dans un bar, un parc, une rue, mais saches que ça me ferait très plaisir de redonner le sourire à une inconnue ce soir.

J e commence à grimacer lorsqu'il me dit vous mais heureusement il se rattrape et je souris. Où je souhaite passer ma nuit...? Bonne question ça... Je sais pas... Partout où ses affreux cauchemars me laisseront tranquille... Ah oui mais c'est vrai il me laisse jamais tranquille... Enfin si quand je dors pas du coup... Ba enfaite je sais pas vraiment quoi répondre... Je le regarde en souriant, il croit vraiment pouvoir me redonner le sourire... Bon ok il y parvient un peu puisque la théoriquement je souris donc... Mais de là à être heureuse? Nan... Impossible. Je serais heureuse le jour où maman sera vengé... et c'est clairement pas près d'arriver...

- Et bien je n'avais pas vraiment de projet pour ce soir... J'allais surement déambuler dans la ville histoire de trouver un petit Pub sympa... Je ne suis pas du coin... Enfin pas vraiment.... Du coup peut être as-tu une idée?

C 'est vrai je ne sais pas vraiment ou aller ici je ne connais que la partie Magique... Le chaudron Baveur... Le chemin de traverse... Si c'est un moldu il n'y a pas du tout sa place et je risque de m'attirer de gros problème si je l'y emmenais quand au pub moldu je ne les connais pas... Alors autant me fier à quelqu'un qui doit surement mieux connaitre le secteur que moi... Ma mère est enterrée ici mais c'est parce qu'elle est née dans cette ville... sinon je n'ai jamais vraiment explorer Je le regarde en souriant attendant de voir ce qu'il me proposera.

- En tout cas je me demande bien comment tu comptes t'y prendre pour me redonner le sourire...
Revenir en haut Aller en bas
Seth McSoul
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Londres

Message par : Seth McSoul, Lun 5 Juin - 18:46


- Et bien je n'avais pas vraiment de projet pour ce soir... J'allais sûrement déambuler dans la ville histoire de trouver un petit Pub sympa... Je ne suis pas du coin... Enfin pas vraiment.... Du coup peut être as-tu une idée?

Malgré son air hésitant, Elina semblait plus à l'aise à présent, et Seth voulait à tout prix lui faire penser à autre chose, au moins pour une nuit. Où pouvait-il l'emmener ? Il connaissait bien quelques lieux magiques sympas mais n'avait absolument aucune preuve d'avoir affaire à une sorcière. Il la reluqua de haut en bas - discrètement - en essayant de distinguer un signe qui prouverait s'il se trouvait oui ou non devant une personne normale.

- En tout cas je me demande bien comment tu comptes t'y prendre pour me redonner le sourire..., lâcha-t-elle soudainement.

Ah ben merci, sympa, elle pouvait dire tout de suite qu'elle n'aimait pas l'humour de Seth.

- Je suis un garçon plein de surprises, lui répondit-il. On peut commencer à marcher, déjà, je vais nous trouver un petit bar tranquille.

Il ne connaissait pas vraiment ce coin de Londres ; après tout, il était simplement venu ici pour aider son frère. Accompagné de l'inconnue, Seth se mit en route, guettant de l'oeil les différents pubs de la rue dans l'espoir d'en trouver un aguichant.

- J'espère que ça ne te dérange pas si je fais la conversation, dit-il à Elina, je ne suis pas très à l'aise avec le silence.

N'attendant pas vraiment sa réponse de peur qu'elle le rejette brusquement, il poursuivit :

- Donc voilà, je m'appelle Seth, j'ai 22 ans, je ne travaille pas, je n'ai rien à faire de ma vie, et tout le monde me répète sans cesse que je suis un branleur, sourit-il. Je ne t'ai pas proposé de t'accompagner pour te mettre mal à l'aise, mais tu avais l'air toute triste - ce que je comprends parfaitement -, et j'ai eu l'occasion d'apprendre que laisser une personne dans sa solitude et son désespoir n'est pas forcément la meilleure des solutions. Enfin, si vraiment tu es heureuse dans ta vie et que je me trompe, dis-le moi tout de suite, je m'en voudrais de dire des c*nneries.

À l'angle d'une rue, Seth aperçut un café moldu lumineux et coloré portant l'enseigne de "Parfum d’Été".

- Ça m'a l'air sympa, ça, non ? dit-il à Elina tout en se dirigeant vers le café.

À peine entrés dans le bar, une jolie femme, dans la vingtaine, l'air doux et attentionné, s'approcha de Seth.

- Bonjour, dit le garçon, votre café avait l'air agréable, j'espère que ce n'est pas trop tard pour commander.

- Absolument pas, répondit la belle serveuse, bienvenue au Parfum d’Été. En revanche, j'espère que vous avez bien lu l'enseigne, monsieur : ce n'est pas vraiment un café ordinaire.

Ah. À vrai dire, Seth s'était seulement arrêté sur le joli nom de l'endroit. Il recula de quelques pas jusqu'à la sortie, leva les yeux vers l'enseigne et lut "Café zen et relaxation". Mince, ce n'était pas vraiment ce qu'ils recherchaient

- Qu'est-ce que ça apporte de plus qu'un café ordinaire ? demanda Seth sans vouloir paraître indiscret.

- Des massages et une séance de relaxation sont offerts avec le service. Et, à partir d'une certaine heure, nous proposons certaines... offres, réservées à la clientèle âgée de plus de 18 ans.

Seth écarquilla les yeux, surpris et gêné. M*rde. Le malaise était tel qu'il n'osa pas se retourner pour regarder Elina dans les yeux. Les joues rouges, il demeura silencieux. S'il était venu seul, ça aurait pu être une expérience sympathique, mais accompagné de cette inconnue qui sortait tout juste d'un cimetière, il n'était pas vraiment certain que c'était une bonne idée... Surtout qu'il n'avait absolument aucune idée de son âge.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cimetière de Londres

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 7

 Cimetière de Londres

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.