AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 16 sur 16
Le potager
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle

Le potager - Page 16 Empty
Re: Le potager
Artemis Wildsmith, le  Dim 7 Jan 2018 - 17:28

LA de Matt


Décidément, c’était vraiment une arme de destruction massive l’oignon. Qui l’eût cru ? Arty tentait vainement de s’appliquer à secouer ses yeux dans tous les sens, sous leurs paupières puisqu’il ne pouvait rien faire d’autre. Attendre une action héroïque de la part de Matt qui, forcément, allait tout faire pour essayer de le sauver, il ne pouvait en être autrement. Alors quand le Blaireautin entend l’exclamation de l’autre criant qu’il avait une idée, l’espoir cesse brusquement la démangeaison oculaire. Il était sauvé. Même le rire de l’autre ne l’inquiéta pas, c’est que ce qui lui arrivait ne devait pas être bien grave.
Puis l’humidité flagrante vient lui ravager le visage. Le jeune homme venait de l’arroser volontairement. Arty se fige, brusquement, il n’en revient pas. Il cligne plusieurs fois des yeux, ça ne le gratte plus de façon obsédante. Une moue d’admiration vint s’imposer sur son visage tout mouillé. C’est qu’il avait eu une excellente idée en réalité.

Alors qu’il aurait pu s’énerver, lever les bras au ciel en jurant tout ce qu’il avait à l’intérieur, faire semblant de mourir, que son visage s’était mis à fondre avec le mélange d’eau et de jus d’oignon. Après tout, on ne sait pas les effets d’un tel mélange sur la peau douce d’un adolescent. Non, bizarrement, parce que ça lui arrive, il ne prend pas mal la réussite mouillée de Matt. Mieux, il rigole. Arty avait toujours été ce gamin particulièrement heureux en été, dans les plaines vertes de l’Irlande avec sa piscine pour bébé, à courir partout avec ses pistolets à eau. D’ailleurs, en parlant de ça, le sortilège d’Aguamenti le ramène brutalement en enfance. Il en oublie même la mission qu’il s’était donnée aujourd’hui pour la première fois depuis qu’il avait pénétré dans le potager.
Comme si l’eau qui ruisselait dorénavant sur son visage l’avait soudainement réveillé. Brutale envie enivrante de s’amuser, là, maintenant, tout de suite.

Alors d’un air rieur il balance à l’autre « Oui, très bien ! Merci ! » Puis mine de rien, il s’essuie le visage de sa main libre avant de se retourner, prétendre retourner à ses petites affaires, les légumes notamment. Il jette un œil aux environs, des fois qu’un végétal grandiose ferait son apparition. Mais tout ça n’est que feinte. Car très vite, il se retourne d’une vivacité à en faire pâlir un guépard rose – ouais, j’sais pas, Odette pointée sur le visage de Matt. Il aurait pu lancer un magnifique, en garde, camarade ! Mais non, au lieu de ça, il se contente de s’exclamer : « Bataille d’eau ! » Parce que c’était l’idée la plus formidablement majestueuse qu’il avait eu jusqu’ici. Le fait qu’ils soient en hiver n’y changeait rien, un parfaitement maîtrisé #Aguamenti sortit du bois magique pour aller percuter admirablement le Serpentard.
Arty se mit à rire avant de prendre la fuite, il fallait qu’il trouve une cachette avant de se prendre la prochaine riposte. Alors les bras en foufelle, au dessus de sa tête, il court, à droite, à gauche, en zigzague pour éviter les éventuels coups dans le dos. Et après quelques secondes d’euphorie durant lesquelles il cherche son chemin, il cavale se cacher derrière une brouette. Ce qui peut paraître idiot puisque l’autre l’avait vu se rendre là. Mais bon, il chuckles tout de même, l’enfant.
Lorelaï Peony
Lorelaï Peony
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le potager - Page 16 Empty
Re: Le potager
Lorelaï Peony, le  Lun 12 Mar 2018 - 16:26

[Je reprends le sujet car le dernier post date de janvier, si problème mp  Wink ]
LA de Jade

Le soleil repointait le bout de son nez, traversant les habituels nuages qui recouvraient le château et le Parc. Lorelaï s'était levée de bonne heure afin de profiter du beau temps avant son premier cours qui commencer en fin de matinée. Elle était descendue dans la Grande Salle où s'étaient rassemblé les élèves les plus matinal, et s'était servie un petit déjeuné léger composé d'avocats et de biscottes.

Quand elle fut enfin rassasiée, la blonde se leva, le manteau presque entièrement ouvert, l’écharpe pendante de parte et d'autre de son cou. Elle allait pouvoir profiter du vent frais sur son visage, tandis qu'elle se baladerait entre les arbres. Afin d'éviter l'ennuie, elle avait apporté dans sa sacoche son matériel à croquis, mais à la seconde où elle posa un pied dans le Parc, elle sut qu'elle n'en aurait pas besoin. L'air était doux, elle souhaitait simplement flaner autour du lac en ne pensant à rien, la tête vide, les cheveux dans la brise légère.

Lorelaï se balada longuement, perdant son regard dans le bleu de l'eau qui reflétait les quelques rayons lumineux du jour, quand une chevelure blonde attira son attention. Il s'agissait de Jade, la préfète des Poufsouffle avec qui elle avait quelque fois eu l'occasion de parler brièvement.
Sans hésitation, la bleue s'en alla à sa rencontre, arborant un joli sourire.
- Bonjour Jade, tu te promènes aussi ? Comment tu vas ?
Lydie Nouël
Lydie Nouël
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Le potager - Page 16 Empty
Re: Le potager
Lydie Nouël, le  Dim 3 Juin 2018 - 20:36

Désoulée les filles, je reprends ♥.

PV ek Osvald.



Les mains dans la terre, une fin d'après-midi, presque une tombée de nuit. Le ciel est dégagé, le silence règne dans le parc. L'air est tiède et humide, malheureusement pas assez pour que les tomates puissent pousser en extérieur. Lydie regrette sa douce France où elle a apprit à faire pousser des choses plus exotique. A défaut de tomate, elle cajole ses petits pois, le geste précis et concentré, laissant son esprit voguer sous la répétition monotone de certaines taches. Elle retire les mauvaises herbes qui ont envahit sa structure tutrice. Elle taille les branches rebelles, fixe et guide les fertiles sur le bois, de ses doigts encrassés. Elle n'a pas la main verte, à son plus grand regret, se contente d'exploiter les vagues souvenirs de son enfance, merci papi.

La rouquine s'arrête un instant pour essuyer les petits cheveux qui collent son front, se met un peu de poussière sur le visage au passage. Sa peau n'est plus aussi blanche, là où elle est exposée à la saleté. Son pantalon foncé est aussi taché au niveau des genoux, le débardeur noir, semble intact. Elle ne porte aucune attention particulière à ces détails, il lui suffisait d'un sort pour qu'ils paraissent immaculés. Accroupie au sol, elle lève la tête, parcourt du regard le potager. Ses petits pois la rendent fière, mais beaucoup d'autre espace sont laissés à la merci des mauvaises herbes. La jardinière du dimanche ne leur en veut pas, après tout, ce sont leur habitat naturel. Ce sont ces petits pois, qui n'ont rien à faire là.

L'esprit tranquille, elle prend une profonde respiration, savoure la quiétude de cet instant. C'est une chose que trop de sorciers semblent avoir oublié: le calme que procure l'activité manuelle. Elle en oublierait presque ses inquiétudes, les chasse aisément chaque fois qu'elles essayent de prendre possession de ses pensées. Comme un tabou mental, elle change de sujet à l’apparition de certains mots : Jérémi, heurtoir, mangemort... Elle fait le vide, coince une gousse mure entre deux doigts, l'arrache à sa mère, ouvre le fruit et glisse sous sa langue les petits pois crus, qu'elle savoure avec plaisir. C'était comme si rien ne pouvait percer la bulle solitaire et calme dans laquelle elle s'abritait.
Invité
Anonymous
Invité

Le potager - Page 16 Empty
Re: Le potager
Invité, le  Dim 17 Juin 2018 - 19:43

Confidence pour confidence
avec Lydie Nouël


Besoin d'air. La salle commune était trop bruyante, je ne m'entendais plus penser. Pourtant ils ne font sûrement pas plus de bruit que d'ordinaire, mes aiglons, c'est probablement juste moi qui supporte de moins en moins ce genre d'agitation. Ça me manque, quelque part, de pouvoir tenir d'aussi longues conversations en riant et blaguant à tout va. Ça me manque de juste profiter de l'instant présent sans qu'aucun nuage ne vienne obscurcir le ciel enjoué de mes journées. Ça me manque de ne plus savoir rester au calme, à l'intérieur de ma propre tête. C'était quand la dernière fois que j'ai fait la sieste perché dans un arbre ? Ou simplement rêvassé au bord du lac ? La dernière fois que j'ai lu plus d'une page sans regarder par-dessus mon épaule par réflexe sordide ? La dernière fois que j'ai profité de la nuit sans sueur froide ? Une éternité, j'ai l'impression... Pourtant ça ne date pas de si longtemps que ça.

Cette nuit j'essaie ! Les étoiles me tiendront compagnie comme elles l'ont toujours fait et... peut-être... peut-être est-il temps de renouer avec mes plus vieilles amies ? Celles qui sont restées bien au chaud, pendant ces dernières semaines, près de mon cœur pourtant sans vraiment pouvoir l'atteindre. J'ai peur de leur réaction...
Je secoue la tête alors que j'accélère le pas sur la pelouse fraîche du parc. À cette heure tardive, proche du couvre-feu, il n'y a plus grand monde dehors. C'est tant mieux, j'ai besoin d'être un peu seul. Enfin je crois. Ce qui est sûr en tout cas c'est que j'ai besoin de ne plus être près d'elle.
Nouveau secouement de tête. Les pensées dont j'aimerais tant me débarrasser ne font que revenir à la charge, inlassablement. J'ai connu des « mauvaises herbes » moins tenace ! Et les dieux savent que je n'aime pas ce terme ! Mais ici la comparaison est appropriée : dans le jardin de mon esprit, des parasites ne cessent d'occuper la place. Ils prennent l'espace mais aussi les nutriments normalement attribués à d'autres, ils grignotent les feuilles et les racines, leurs ombres assombrissent les couleurs des fleurs alentour. Et je ne sais pas comment m'en défaire...

Où est-ce que je vais ? Le chêne ? Là où j'ai rencontré la poétesse... douce journée que je donnerais tout pour revivre une seconde fois ! Mais je risque de me faire repérer depuis les fenêtres du château. Mieux vaut opter pour un endroit plus enclin à la discrétion. Alors je me dirige vers les serres. Leur atmosphère chaude et humide, presque lourde pour qui n'est pas habitué - ou n'aime pas ça, tout simplement - et puis des plantes de partout. La vie, de partout. Oui les serres sont un bon choix, j'y passerais volontiers des heures.

Je me perds d'une bulle à l'autre. Prenant mon temps, arrosant çà et là, caressant les feuilles et les pétales doux. Je me force à ne penser à rien d'autre et pendant un temps ça fonctionne. Pour le coup c'est mon estomac, et non ma tête, le fautif. Alors que je rangeais un sac de terreau abandonné au pied d'une table par un élève sans doute trop empressé de partir de ce petit coin de paradis, un gargouillement résonne dans l'air. Pas grave, pour les petits creux je sais où aller.

J'ai toujours trouvé ça amusant que dans un lieu tel que Poudlard, où la nourriture apparaît magiquement dans les assiettes et où les cuisines emploient des centaines d'elfes aux capacités inconcevables pour l'esprit sorcier, un tel carré de potager existe. Quelque part je trouve ça beau. Malgré notre époque, malgré nos facilités dues à l'école, certains continuent d'apprécier la magie simple de la nature. Quelque part, ce simple constat me rend heureux. Ce n'est pourtant rien de plus que des légumes et des fruits poussant joyeusement dans la terre mère, mais ça me fait sourire.
Je cueille quelques radis que je détache de leur botte et commence à en grignoter un quand je me rends compte que je ne suis pas seul.

*Oh oh... je vais me faire gronder...*

Puis me rappelant qu'en fait le préfet ici c'est moi, j'avance timidement « Euh... le couvre-feu est passé là... »
Comme d'habitude mon autorité et charisme naturel font des merveilles mais quelque part j'espère qu'elle comprendra le sous-entendu « tu devrais rentrer » parce que je sais très bien que je serais bien incapable de lui donner un ordre. Même un tout petit. Je déteste ça.
Lydie Nouël
Lydie Nouël
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Le potager - Page 16 Empty
Re: Le potager
Lydie Nouël, le  Dim 29 Juil 2018 - 19:19

enfin une réponse sorry hihi

Elle a l'air si naïve comme ça, la jeune Lydie, à s'occuper du potager de Poudlard, à en gouter ses fruits, à en caresser ses légumes. Quelques mèches de cheveux tombent donc sur son front humide, alors que finalement elle s'accroupit pour admirer de plus près la pousse d'une plante pas comme les autres. En fait, elle n'en a jamais vu, une comme cela. Alors d'un doigt, elle ose approcher l'inconnu, puis fut dérangée par une voix pas vraiment familière, bien qu'enfantine. « Euh... le couvre-feu est passé là... » Léger sursaut qu'il la fait tomber assise. Confuse, elle regarde le préfet de Serdaigle se matérialiser devant ses yeux.

Une plissure de lèvres, c'était son rôle avant, de prendre les élèves sur le fait. La rouquine soupire, puis d'un commun accord avec ses jambes et ses bras, se relève difficilement. Arrivée à hauteur d'une jeune garçon, elle sait bien le rôle qu'il a. En fait, elle le sait probablement plus que personne ici. Mais quel soucis pouvait-il vraiment arriver à Lydie Nouël sachant la position qu'elle occupait à Poudlard? Simple élève, ex préfète à la limite. Ne vous y trompez pas, elle a des relations, la jeune Phénix, de très subtiles relations.

Aussi, elle se souvient avec nostalgie de son mandat en tant que préfète. Oui, elle a du quitter son poste pour une raison qui lui est propre, mais cela ne veut pas dire que quelques fois, le job ne lui manquait pas. Elle se voit alors dans la yeux d'Osvald, et sait que ce n'est pas toujours simple d'ordonner à un semblable de rejoindre son dortoir.

Un mince sourire s'installe durablement sur ses lèvres. Le potager ce n'est pas vraiment un endroit rêvé pour passer la nuit. Si tout ça n'est qu'une question de faim, les chenapans ont mieux à faire dans les cuisines du château, avec des elfes de maison prêts à préparer des sandwiches. Alors pourquoi Osvlad s'est lui-aussi, retrouvé ici? Avait-il besoin de changer d'air, de se ressourcer? Ou bien de se confier aux plantes silencieuses qui grandissent à pas de chenille.

- Ah oui, en fait j'avais besoin de changer d'air. Toi non plus tu n'arrives pas à dormir?

C'était ce qu'elle faisait, durant son mandat, lorsqu'elle finissait par abandonner sa course contre le sommeil. Elle se faisait croire à elle-même que c'était pour faire des tours de gardes, qu'elle finissait par s'égarer dans la nature. Le regard maintenant posé sur le jeune Serdaigle, elle tente de le scrupter. Elle ne s'est jamais réellement demandé, quel genre de personne il est. Elle hésite à lui prêter ses gants, qu'ils puissent aller jardiner ensemble sans avoir à se confier réellement, mais ne sait pas comment il le prendrait et reste donc immobile mais avenante, à ses côtés.
Invité
Anonymous
Invité

Le potager - Page 16 Empty
Re: Le potager
Invité, le  Dim 9 Sep 2018 - 11:29

Zut, ma maigre tentative de jouer au préfet ne prend pas. Tant pis. Je grimace un peu en réponse à sa question, c'est qu'elle tape dans le mille, pile là où ça fait mal. Non, je n'arrive pas à dormir. Le sommeil me fuit comme si c'était moi qui le dérangeais avec mes cauchemars et que par conséquent il ne voulait plus de moi dans son royaume des rêves. Je baisse les yeux sur mes radis et machinalement j'en frotte un avec le bas de mon t-shirt pour lui retirer la terre coller sur sa peau, plus pour m'occuper les mains qu'autre chose. Mentir n'est pas une option, elle ne l'a jamais été, enfin du moins pour l'ancien moi. Celui d'avant, celui qui allait bien. Aujourd'hui les mensonges me piquent moins la langue qu'auparavant, quand je m'en rends compte ça me dégoûte et je me demande comment de simples événements comme ceux qui m'ont touché ont pu me transformer à ce point. Quand on y pense ce n'est pas grand-chose, juste des paroles. La mangemort n'avait fait que discuter. Rien de plus. Mais ça avait été suffisant pour briser quelque chose en moi. Quelque chose que je ne savais même pas que j'avais et que je doute de pouvoir retrouver un jour. Est-ce que ça a seulement un nom ? Les noms rendent les choses plus réelles...

Perdu dans mes pensées qui s'emmêlent les unes aux autres comme dans un tourbillon sans fond je ne réponds à Lydie que par un vague « Hm ». Approbateur ? Désapprobateur ? Même moi je ne saurais pas le dire alors je l'accompagne d'un haussement d'épaules peu énergique. La rousse avait été préfète avant moi, maintenant que ça fait un an que j'arbore l'insigne j'ai eu le temps d'entendre parler de mes prédécesseurs. Elle sait ce qu'elle fait et elle sait ce que je peux faire, encore faut-il que j'en aie moi-même envie, de le faire. Pas besoin d'une immense introspection pour me rendre à l'évidence : en vrai je m'en fiche. Qu'elle reste là après le couvre-feu si elle le souhaite après tout, ce sont ses affaires et puis moi j'ai déjà assez à faire avec les miennes.

Elle me fixe et moi je croque dans mon radis en rougissant un peu. Heureusement qu'il commence à faire sombre, avec un peu de chance ça ne se verra pas trop... Pourquoi elle me regarde comme ça ? Elle s'attend à un truc en particulier ? Si c'est le cas elle va être déçue. Une de plus à l'être, ça ne me changera pas de d'habitude pour le coup...
Aysha va finir par se rendre à l'évidence que je suis une déception de bout en bout, depuis la rencontre dans la ruine je n'ai parlé à personne. Un jour elle va s'énerver en se rendant compte de son erreur, mettre ses jetons sur moi était un très mauvais pari, je ne comprendrais jamais ce qui lui a pris de me choisir ! Pourtant comparé à d'autres ma mission est simple, basique même, je dois juste parler aux autres c'est tout. Rien de plus. Mais l'idée même d'aborder le sujet me fait l'effet de cure-dents coincés dans ma gorge.

Ne pas y penser.
Ne pas y penser.
Ne pas y penser.

Je secoue la tête pour me débarrasser de tout ça, encore. C'est vain mais au moins je gagne quelques secondes de répit où je peux tenter autre chose. Une diversion. Contre moi-même. Contre ma propre tête. N'y a-t-il rien de plus triste que d'être son propre ennemi ?
« Tu... tu viens souvent jardiner ici ? »
Lydie Nouël
Lydie Nouël
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Le potager - Page 16 Empty
Re: Le potager
Lydie Nouël, le  Lun 24 Sep 2018 - 20:06

Intrusive, elle ose poser les questions qui gênent et l'emmène dans vers d'inattendues conversations. Elle s'amuse et s'inquiète du regard fuyant d'un Osvald en plein tourment. Elle prend soin de lui laisser son espace, laissant une toute petite place, pour que les bulles ne fusionnent pas, de peur de les percer trop violemment, qui aurait été un bien triste accident.

Lorsqu'enfin elle arrive à plonger son regard dans le sien, elle étire ses lèvres en un sourire d'une bienveillance simple et honnête. Il change le sujet, semble mal alaise. Son esprit s'est comme envolé un bref instant, la rouquine remarque son mouvement de tête, comme pour se débarrasser de pensées qui le parasitent.

Elle, parvient à s'évader de sa peine en se concentrant sur celle du monde, celle des autres, ce qui la dépasse et dont elle n'est pas la faute. C'est sa méthode, pourrait-elle la partager au jeune préfet? Pourrait-ce l'aider à surmonter ses propres problèmes, quel-qu’ils soient?

- Oui, c'est un bon moyen de se vider la tête, tu ne trouves pas ?

Elle porte une poignée de terre humide vers le visage du garçon. Geste dont elle ne saisit l'étrangeté, elle souhaite simplement l'inviter à humer le parfum d'un humus frais, mélange nutritif riche en vitalité.

- Revenir aux bases, à la terre, sans la magie qui nous éloigne de cette réalité.

Ses doigts s’entrouvrent et laisse glisser le contenu jusqu'à leurs pieds, telle la douceur du sable qui passe entre les phalanges. Parler, beaucoup. Peut être un peu trop se dévoiler, mais ne pas regretter. Guetter réaction en grattant sous les ongles bruns.
Invité
Anonymous
Invité

Le potager - Page 16 Empty
Re: Le potager
Invité, le  Mer 24 Oct 2018 - 16:49

Son sourire me prend au dépourvu. Je ne sais pas pourquoi mais d'un coup je me sens tout drôle mais surtout un peu bête. C'est bizarre comme un geste aussi simple et anodin que cet arrondissement de lèvres peut provoquer. Mon regard part dans toutes les directions, ne sachant pas où se poser tandis que ma bouche est à court de mots. Enfin ce n'est pas comme si elle avait jamais abrité une langue particulièrement pendue depuis ces derniers temps. Heureusement Lydie fait la conversation pour deux, m'épargnant du sujet précédent pour passer à un autre.
L'odeur de la terre me chatouille les narines mais ça ne me fait rien.

Magique, vivante, puissante, mère de tout, rassurante, protectrice,... je sais que je n'ai jamais manqué d'amour pour la terre, pourtant aujourd'hui je ne peux que baisser les yeux sur les mains de la Gryffondor et acquiescer sans un mot. Oui je sais bien. Oui je suis d'accord. Enfin je crois ? Je suis sensé l'être en tout cas, ça c'est certain ! Je me rappelle bien du moi précédent, il aurait réagit immédiatement. Il aurait... Il aurait...

La terre s'échappe des doigts fins de la rousse pour rejoindre le sol. Sans réfléchir j'avance mes propres phalanges, je parviens à peine à ressentir la caresse des derniers grains. L'ancien lui aurait... plongé les doigts dedans sans hésiter. Il aurait joint ses mains à celle de Lydie et lui aurait fait de grandes déclarations suintant le miel. Mais moi je ne sais rien dire. Rien du tout.

Alors je m'accroupis, la gorge serrée. J'en ai marre. Tellement marre.
« La réalité craint de toute manière »
C'est vrai.
Si je décidais de partir ? De tout laisser derrière moi et de m'isoler complètement du monde, passant mon temps à cultiver la terre et à m'occuper des animaux ? Est-ce que j'y arriverais seulement ? J'ai l'impression que je suis à peine capable de survivre dans mon propre corps, comme une coquille vide dont je serais le locataire.

N'attendant pas vraiment de réponse j'arrache une mauvaise herbe me narguant sous mon nez pour la jeter plus loin.
Contenu sponsorisé

Le potager - Page 16 Empty
Re: Le potager
Contenu sponsorisé, le  

Page 16 sur 16

 Le potager

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.