AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Bibliothèque
Page 18 sur 19
Au fond de la bibliothèque
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant
Peter McKinnon
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard

Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Peter McKinnon, Lun 15 Mai - 12:38


La manœuvre était habile. Du moins tout aussi habile que la jeune sorcière qu'elle visait ! C'était le sort commun à toutes les discussions entre élèves de Serpentard : chacun essayait de prendre l'ascendant sur l'autre de façon plus ou moins fourbe. Le résultat de ce genre d'opération était souvent peu constructif. Peter aurait du s'en douter en essayant de rabattre la conversation sur la belle stagiaire de dix-sept ans, cela n'allait pas être aussi facile !

- Qu'est-ce que ça peut faire que mon gallion soit ensorceler ou non ? Moi ce que je veux savoir c'est à quoi il sert.

Retour à l'envoyeur. Peter n'était pas plus avancé. Remarquez que, bien que tous deux n'en savaient rien, la situation de ces deux alliés non-informés cherchant à démasquer l'autre était particulièrement cocasse ! Le jeune préfet avait bien envie de pousser un long soupir, mais il se retint, s'il n'était pas en position de force dans cette discussion il valait mieux commencer par ne pas le laisser paraitre ... Dans sa petite tête de serpent, il essayait de trouver des moyens nouveaux et non-violents de la faire parler et de récupérer son gallion, mais aucun ne semblait concluant. Il avait bien pensé à faire intervenir son autorité de préfet dans l'histoire, mais cela risquait de créer des remous et il était sensé faire montre de discrétion !

- Bon, rends-moi mon gallion ...

Signe définitif de résilience ou commencement de stratégie nouvelle ? On allait bientôt le savoir, toujours était-il que Peter avait adopté un ton plus conciliant mais tout de même ferme. Il n'avait pas pour projet de faire dans la nuance. Puisqu'il ne tirerait rien de la jeune fille, il n'avait qu'à parer au plus pressé, à savoir récupérer son gallion. Il aurait tout le loisir de faire boire du veritaserum à la jeune sorcière une autre fois, étant dans la même maison ce n'était pas être les occasions qui allaient manquer. Devant l'air inflexible de la jeune fille, il ajouta :

- S'il te plait Rachel, rends-le mois, j'y tiens et toi ça t'encombre. Ecoutes, je suis désolé pour ce qui s'est passé chez Waddiwasi et pour les questions. Rends le moi et on en parle plus.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Rachel Ester Pasca, Lun 15 Mai - 20:22


Ester laissa échapper un rire mi joyeux mi moqueur, elle-même ne savait pas trop qu’elle était son humeur du moment. Jamais, jamais un gallion ne l’avait encombré, bien au contraire. La sorcière était plutôt du genre à en vouloir toujours plus. Néanmoins ce qui la fit surtout rire, fut l’utilisation de son prénom. Cela expliquait tout.

- C’est Ester, le corrigea-t-elle d’un ton sec.

Ainsi il pensait que la personne en face de lui était toujours Rachel… C’était sans doute pour cela qu’il avait cru s’en sortir aussi facilement. Rachel lui aurait sans aucun doute rendu son gallion directement dans les couloirs sans même prendre le temps d’en apprendre plus. Passant l’éponge sur les délies d’en temps.

- Un dragon c’est encombrant. Je n’en dirais pas autant d’un gallion.

Ce gallion, elle l’avait eu en main durant toute une semaine. Cent fois elle avait essayé d’en faire quelque chose avec sa baguette, sans jamais obtenir de résultats. En fait, il était en tout point identique à celui qu’elle avait autour du coup. Ester l’aurait d’ailleurs testé sans vergogne si elle n’avait pas eu peur de se faire taper sur les doigts par la suite. Il n’était pas certain que l’Ordre apprécie de se déplacer pour une attaque fantôme et il n’était pas certain non plus que l’un de ses membres accepte de se déplacer pour répondre à sa question. « J’ai trouvé un gallion et je me demande si c’est l’un des vôtres ? ». Non. Pourtant elle voulait, elle devait savoir. Malheureusement elle ne voyait pour le moment aucun moyen d’amener l’Ordre dans la conversation sans se compromettre. Alors elle continua simplement sur la même ligne directive, froide et peu avenante. Il lui fallait un peu plus de temps pour trouver un moyen adéquat.

- Tu le l’auras que lorsque je saurais à quoi il sert. Et tant que j’y suis, pourquoi tu t’intéresses tellement au mien ? J’ai mis presque trois heures à tout remettre en ordre après ton passage à la boutique.

Imaginez un peu le savon que la verte se serait prise si sa nouvelle gérante/propriétaire –ou son nouveau propriétaire/gérant –aurait choisit ce moment pour invertir les yeux ? Oh mais j’y pense ! A quelques minutes près ça avait été le cas.


HRP : On va y arriver, on va y arriver xD Je pense qu'Ester fera une allusion à l'Ordre dans un RP ou deux selon ta réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Peter McKinnon, Mar 16 Mai - 8:32


Jusque là, bien que la conversation n'ait pas été placée sous le signe de la sympathie, au moins il y avait-il un fond de courtoisie ! Lequel fond tendait tout doucement à disparaitre. Et si, en plus, on rajoutait que Peter allait devenir le témoin d'une expérience paranormale (ou psychiatrique, au choix), alors c'était carrément la fin de tout espoir de voir approcher une conclusion heureuse et pacifique à tout ce micmac. Or, ce fut justement ce qui se passa. Rachel corrigea Peter quant à son prénom : « C’est Ester ». Le jeune préfet plissa des yeux, interloqué. Il bafouilla un léger :

- Mais, je pensais que ...

Effectivement, il l'avait toujours appelée "Rachel" et cela ne lui avait jamais posé de problème. D'autant plus, avec les assignations par le Ministère et les ordres de rester dans les dortoirs, chaque préfet avait reçu la liste des élèves de sa maison et la jeune fille y était dénommée "Rachel". Alors d'où sortait cette "Ester" ? Cela faisait des questions en plus et le capital interrogatif du vert et argent n'avait malheureusement pas grossi d'un coup ...

Après une courte remarque, des plus sèches, sur l'aspect encombrant (ou plutôt non encombrant) d'un gallion, la jeune sorcière reprit en relançant une dernière fois une question. C'était fou ce qu'elle était butée. En tous les cas, pour Peter c'était définitif, elle était bien moins sympathique à Poudlard qu'à Waddiwasi. Ce qui faisait d'elle une vendeuse de talent, pour le coup ... Deux options complètement tordues se présentaient à présent au préfet. La première, la plus risquée était d'écrire la réponse sur un bout de papier et de se tenir près avec sa baguette pour oublietter la jeune demoiselle en cas de réaction anti-phénix de sa part. La seconde, était d'abandonner là son gallion provisoirement et de monter une expédition dans le dortoir des filles, de nuit, à l'aide de sa cape d'invisibilité. Les serpentards étant connus pour ne jamais reculer devant l'audace, et les livres sur les rayonnages risquant moins de l'attaquer que les produits de Waddiwasi en cas de jet de sortilège d'amnésie, il opta pour la première option !

- Bon ... Je vais te l'écrire.

Peter sortit alors prestement de son sac un bout de parchemin vierge, son encrier en argent contenant de l'encre bleue, et sa plume de phénix (quel hasard). Il entreprit alors d'écrire sur la petite surface vierge sa question, tout en cachant son activité littéraire (si l'on pouvait dire) de sa mains gauche. Une fois qu'il eut terminé, il déposa sa plume, plia le bout de parchemin et le déposa devant sa camarade de Salle Commune, tout en déplaçant légèrement sa main gauche vers sa baguette. Lorsque l'on écrivait sur un petit bout de papier une phrase comme "Es-tu un allié de l'Ordre du Phénix ?", il fallait s'attendre à toutes les réactions ...
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Rachel Ester Pasca, Mar 16 Mai - 20:56


Pour changer, Ester dû se retenir de ne pas sourire. Avait-elle vraiment gagné ? L’exploit était inédit pour la dernière année, qui n’avait jamais excellé dans l’art de l’intimidation. Elle garda néanmoins le même air inexpressif –et donc relativement froid par nature –qui lassait peu à peu la narratrice. Ce n’était pas le moment de perdre la main, pas avant d’avoir obtenu ce qu’elle souhaitait en tout cas.

Finalement, le fait que le préfet fasse autant de secret sur con gallion excitait grandement l’imagination de la verte. Savoir était devenu nécessaire ! Ce fut donc un réel plaisir de le voir sortir de son sac une plume et un parchemin. Néanmoins méfiante, Ester avait gardé la main sur sa baguette jusqu’à ce que les deux mains du sorcier soient en évidence, allez donc savoir ce qu’il aurait put cacher dans son sac.

Le préfet plia le morceau de parchemin et le fit glisser jusqu’à elle. Ester arqua alors un sourcil en sa direction avant de laisser ses yeux glisser vers l’écriture. La dernière année eu par la suite l’impression qu’on venait de lui asséner plusieurs coups dans le ventre. Elle fit de son mieux pour ne rien laisser paraître et se donner le temps de réfléchir, néanmoins on ne pouvait sans doute pas ignorer le voile sombre qui recouvrait désormais ses yeux. Comment se sortir de là ?

Durant de trois ou quatre longues secondes, l’étudiante eu la furieuse envie d’attraper sa baguette et de faire des siennes. Les mangemorts étaient déjà sur son dos, elle n’avait pas particulièrement envie que son allégeance pour l’Ordre ne s’ébruite. Même si elle avait déjà perdu beaucoup de chose dans sa vie, Ester se rendait compte dans ce genre de moment qu’elle pouvait en perdre bien plus encore.

Pourtant, une petite voix semblait vouloir l’inciter au calme. Le préfet ne savait rien, autrement il n’aurait pas tourné sa phrase sous forme de question. De plus, le seul lien qu’il existait entre elle et l’Ordre, était justement ce gallion qui avait tant intéressé le sorcier. Sorcier qui cherchait aujourd’hui à récupérer le sien. En toute logique donc…

Ester se débarrassa du mot d’un coup de baguette avant de se tourner vers son préfet. Ce n’est qu’au bout de quelques secondes supplémentaire à le dévisager, que la verte acquiesça enfin. Oui. Elle faisait partie de l’Ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Peter McKinnon, Sam 20 Mai - 10:34


Les secondes durant lesquelles la jeune employé de la boutique de farces et attrapes reçu le bout de parchemin et en déchiffra chaque mot minutieusement parurent pour Peter comme les secondes plus longues de sa vie ... C'était le grand instant "coup de poker" et cela risquait bien de dégénérer. D'autant que, même si elle était une alliée des phénix, rien ne garantissait au préfet qu'il serait protégé contre leur colère de le voir ainsi prendre des risques avec son identité secrète. Tout cela expliquait certainement pourquoi la main du vert et argent se crispait tout doucement sur le manche de Phaesporia.

Mais Rachel, ou Ester, Peter ne savait plus très bien, finit par relever la tête. Il allait enfin savoir à quoi s'en tenir. Les yeux du préfet se plissèrent légèrement. Un instant il se prit néanmoins à se demander pourquoi et comment il s'était mis dans une situation pareille ? La respiration du jeune serpentard devint soudainement plus lente, plus maitrisée. Et, dans la grande Bibliothèque de Poudlard, le temps semblait tourner au ralenti. Peter pouvait compter le nombre grains de poussière qui, éclairé par un rayon de soleil extérieur, filtraient au carrefour de leurs regards, seuls acteurs de leur duel silencieux. La tension commençait à être si palpable que l'on aurait pu couper dedans avec un couteau.

Et puis, vint la libération : Rachel hocha la tête de haut en bas. Elle est une alliée de l'Ordre, tout comme lui. Du moins, c'était ce qu'elle prétendait. Mais Peter n'était pas totalement idiot, il savait parfaitement qu'il n'avait pas le monopole du bluff et qu'il se jouait là quelque chose de bien trop important que pour régler la partie à coup de petits mots ... Aussi, fit-il de se détendre d'un seul coup, laissant échapper un soupir et un « Ouf ». Mais, ce n'était que la ruse de plus pour permettre au serpent de sortir, les crochets à l'air ! Alors que sa longue expiration venaient de terminer et que ses épaules étaient retombées, il dégaina sa baguette aussi sec et la cala sous le menton de sa camarade de classe :

- Maintenant, prouve-le !
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Rachel Ester Pasca, Lun 22 Mai - 21:24


Voilà longtemps que la verte n'avait pas senti son cœur battre aussi fortement dans sa poitrine. Il y avait une forte excitation dut au fait de se retrouver ici, face à un potentiel allié de l'ordre. Ester n'avait plus réellement peur de s'être trompée, elle avait réussi à se convaincre que le préfet faisait partie de la combine. Comment savoir que la gallion était associer à l'Ordre autrement ? Pourquoi en avoir un sinon ?

Sa théorie, fut encore approuvé, lorsque le sorcier se laissa aller à exprimer son soulagement. Inouïe ! Elle avait trouvé un p*tain d'allié ! Enfin elle pourrait parler à quelqu'un. Enfin elle était certaine de toujours trouver de l'aide. D'ailleurs cela irait dans les deux sens à l'avenir, évidemment. Ester s'imaginait déjà s'entraîner avec lui, parler de conspirations en tous genres et recueillir des informations à ses côtés. Peut-être serait-il bon de trouver les autres également. Histoire de former un groupe. L'unité fait la force !

Ester, qui était dorénavant plus calme, rangea sa baguette dans sa cape dans trop se méfier. Elle s'était imaginer enfin faire les connaissance, lui serrer la main pourquoi pas, puisqu'elle ne l'avait pas fait au début de cette conversation. Lui demander son prénom, puisqu'elle n'avait jamais fait l'effort d'apprendre un autre nom que celui de Keira. Ce fut cependant le rugueux d'une baguette qui virent accueillir un début et très fugace enthousiasme. Décidément c'était un fou de la baguette celui-ci...

- Maintenant, prouve-le !

La dernière année n'afficha pas longtemps son air de surprise. Très vite, elle se mit même à sourire, espiègle. Était-ce à cause de sa petite taille qu'il sautait ainsi sur les gens à la première occasion ? Ester se représenta très volontiers un chihuahua. Oui, elle l'aimait bien, il lui était assez sympathique pour le moment. Enfin surtout depuis qu'elle le savait dans son camp. Parce non, elle n'avait toujours aucune doute sur son allégeance à l'Ordre.

- Range ta baguette tu vas te faire mal, ne put-elle s'empêcher de répliquer, railleuse. Tu ne retrouveras jamais ton gallion sinon. Et sans gallion... dur, dur de prévenir l'Ordre que t'as un soucis.

Le ton de la verte était moqueur, néanmoins elle espérait qu'il saisirait l'allusion. Car non, vous ne rêviez pas, elle était réellement entrain de prouver sa propre appartenance à l'Ordre en divulguant des détails. La sorcière recula alors d'un pas pour s'adosser à la fenêtre et ne plus avoir de baguette sur le cou. Son sourire se dissipa, laissant la place à un regard plus bienveillant, mais à peine. Il n'y avait qu'à la boutique que la sorcière était capable d'être réellement aimable.

- Ester, se présenta-t-elle officiellement en tendant la main. J'ai comme l'impression qu'on a beaucoup en commun finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Peter McKinnon, Mer 24 Mai - 13:21


Peter, qui avait jusque là reconnu une sorte d'alter ego chez sa camarade de salle commune, ne put s'empêcher d'éprouver une discrète satisfaction pour ce dernier coup. Elle ne l'avait en effet pas vu venir ce départ de baguette ! Et il était dorénavant en position pour vérifier celle qu'elle avait laissé croire qu'elle était. Il avait cependant laissé de coté un léger détail : après l'épisode du magasin, sa capacité à être crédible magiquement en avait pris un coup ...

- Range ta baguette tu vas te faire mal. Tu ne retrouveras jamais ton gallion sinon. Et sans gallion ... dur, dur de prévenir l'Ordre que t'as un soucis.

Le préfet baissa alors sa baguette et la rangea comme la verte venait de le lui conseiller. En un sens, elle venait de répondre à sa demande en lui prouvant qu'elle était bel et bien une alliée de l'Ordre, puisqu'elle connaissait l'utilité exacte des gallions d'urgence. Finalement, elle prit un ton bien plus joyeux et lui tendit la main comme pour faire à nouveau connaissance. Compte tenu du fait qu'elle se présentait une nouvelle fois comme étant Ester, il regarda cette main avec suspicion mais finit par la serrer de bon coeur.

- Eh ben, Peter ! Aux dernières nouvelles, tu ne t'appelais pas Rachel ?

C'était assez direct comme interpellation mais il fallait dire qu'avec elle, Peter préférait mettre les choses au clair, il l'avait déjà vu dans tellement d'états et connu sous tellement de noms différents qu'éclaircir les choses n'aurait pas été du luxe. Surtout qu'à partir de cet instant, ils allaient surement être amenés à devoir travailler ensemble. Cette question sur le prénom de l'élève de Serpentard n'était donc que la première sur une liste qui commençait déjà à se dérouler.

- Au fait, tu pourrais me rendre mon gallion ? Si je tombe sur une urgence, je me vois mal me crapahuter dans tout le Château pour que tu donnes l'alerte ...
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Rachel Ester Pasca, Lun 29 Mai - 21:38


Moi ? Oublié de répondre ? Nah !

Être prise de court. Voilà que devenait une salle habitude pour la verte, qui enchaînait déconvenue sur déconvenue. Et si jusque-là sa rencontre avec le préfet s’était plutôt déroulée selon ses espérances, les interrogations de celui-ci sur son prénom la dérangeaient quelque peu. Ce n’était pas grand-chose quand on y pensait. Mais comment expliquer à un inconnu qu’à un moment de votre vie vous aviez été « Rachel » et qu’à un autre vous étiez « Ester » ? D’autant que c’était un sujet sur lequel elle n’était pas prête de s’attarder un jour. C’était un secret entre Kohane et elle, et Ester priait, espérait que cela reste à jamais ainsi. Personne n’avait besoin de savoir. C’était déjà bien assez difficile comme cela.

- Rachel Ester Pasca, c’est mon nom complet. Mais à part à la boutique, je préfère Ester.

Ce contenterait-il de cela ? La verte espérait que oui, mais si vraiment il y tenait, elle se ferait un plaisir de lui rappeler à quel point elle n’était pas la même ici et là-bas. La différence d’appellation n’était là que pour rappeler un peu plus cet écart.

Ester, donc, défit un bouton de sa chemise pour accéder plus facilement à son collier. Le gallion de Peter, elle l’avait simplement accroché à côté du sien. Il n’y avait cependant aucun moyen de confondre les deux, celui du jeune homme ayant été accroché bien plus vulgairement au collier d’origine. Son souhait n’avait jamais été de le garder.

- Le fait plus tomber. Je ne voudrais pas qu’il arrive quelque chose à mon premier allié.

C’était vrai, il avait eu de la chance, pourtant ce n’était pas réellement à ce qu’il s’était passé à Waddiwasi qu’Ester faisait allusion. En effet, si Peter plaisantait sur le fait de devoir courir partout pour la trouver et avoir accès à un gallion, Ester pensait surtout au fait que des urgences, il y en avait à la pelle ces dernier temps. Il n’y avait qu’à se ramasser pour cueillir une belle Emm*rde.

- Je dois y aller, mais je suppose qu’on se recroisera vite ? J’aimerais beaucoup discuté un peu plus avec toi. Pourquoi pas trouver d’autres camarades accro du gallion, car personnellement, je ne connais que toi pour l’instant.

Ton neutre et impersonnelle, pourtant la verte ressentait beaucoup de soulagement à l’idée de naître plus seule dans cette quête. Beaucoup de fierté aussi, à l’idée qu’il soit de la même maison qu’elle. Nul doute que ce serait plus pratique pour convenir de rendez-vous ou autre. Ester accorda donc un dernier hochement solennel en guise de salutation, avant de s’éloigner.


FIN du RP pour moi
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Peter McKinnon, Mer 7 Juin - 9:31


Bien que Peter était particulièrement soulagé d'avoir trouvé l'un de ses partenaires phénix, il ne pouvait s'empêcher de flipper à présent. Déjà, parce que Rachel (ou Ester) avait ses petits cotés qui ne donnaient pas envie de la croiser au clair de lune. Et puis, parce que jamais les phénix n'avaient manifesté la moindre volonté de les faire se rencontrer. Il était possible que leurs petites entrevues à Poudlard ne leur plaise pas du tout et ça ça ne rassurait pas Peter.

- Rachel Ester Pasca, c’est mon nom complet. Mais à part à la boutique, je préfère Ester.

C'était confirmé, la verte avait bien ses petits cotés à vous faire frémir. Cette histoire de prénom c'était un bazar à finir schizophrénique à terme ... Mais bon, Peter n'allait pas juger, compte tenu du nombre de malades qu'il se coltinait déjà. Après le coup des prénoms qui changeaient en fonction de la tenue de la dame, il n'était pas sur de savoir s'en souvenir ! En plus cela n'avait jamais été son truc les prénoms. Du coup ça risquait fort d'être Rachel, sans fantaisie !

Mais la jeune fille défit alors l'un des boutons de sa chemise. Peter se demanda ce qui se passait d'un coup. Elle n'allait quand même pas se mettre à lui proposer des trucs ! Enfin pas que ça lui aurait déplu en soi, mais là il ne s'était absolument pas préparé à l'idée. Puis ce n'était pas parce qu'ils filaient tous deux des informations à l'ordre qu'ils allaient se tomber dans les bras l'un de l'autre. Mais, en fin de compte, ce n'était que pour lui rendre son gallion, qu'elle avait accroché avec le sien. Il était tout chaud d'être resté ainsi en contact avec la peau de la verte. Peter bafouilla de petites paroles de remerciement pendant que la sorcière se levait.

- Je dois y aller, mais je suppose qu’on se recroisera vite ? J’aimerais beaucoup discuté un peu plus avec toi. Pourquoi pas trouver d’autres camarades accro du gallion, car personnellement, je ne connais que toi pour l’instant.

*Eh ben oui, c'est ça ! On s'appelle, on se fait une bouffe !*

Elle avait récupéré ce ton froid qu'elle avait eu bien avant qu'ils ne découvrent qui ils étaient. En fait, le ton froid qu'elle essayait d'arborer la plupart du temps sauf lorsqu'elle était au travail, chez Waddiwasi. Peter, lui, resta assis, tout étonné de la voir s'en aller déjà sans lui fixer un nouveau rendez-vous mais tout en exprimant le souhait de le revoir. Alors qu'elle avait déjà tourné les talons, il s'exclama dans son dos :

- Oui ! On fait ça ... On se capte dans la Salle Commune pour trouver un moment pour parler de ... euh ... ce devoir !

Dans quelle misère s'était-il encore empêtré ?


Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Ellana Lyan, Dim 18 Juin - 16:00


Quand la traitrise rattrape
Pv avec Manchot et l'Autre Pénible
LA de Nyx pour tout le RP

Un soupire.
Les pieds prennent le chemin de la bibliothèque.
Rituel pratiqué depuis une semaine maintenant que les examens sont à ma porte. Je ne crains pas de rater quoi que ce soit.
Bien au contraire je sais que je peux facilement y arriver, les seules choses qui attisent la peur en moi sont les attentes de mes parents. Loin de se contenter d'une réussite simple je sais que je fais devoir mettre la barre à l'optimal comme chaque année.
Du moins si je ne le fais pas, je suis sûre d'entendre le chant de la ceinture.
Et je ne me fais guère d'illusion. S'il lève la main sur moi...
Je fuis.

Un pas. Un autre.
Je me rapproche de plus en plus de cet endroit d'étude. Mais soudain mes yeux se posent.
Une silhouette que je ne reconnais trop bien. Ma diablesse...
Source d’évènements que je vraiment préféré éviter, situation que je regrette mais, je ne dis rien.
Dès que je la reconnais mes jambes s'arrêtent net. Je fronce les sourcils, que fait elle donc ici ?
Nous sommes pourtant dans les environs de la bibliothèque et elle ne doit pas être particulièrement adepte de ce genre de lieu d'étude. Haussement d'épaules.
Je repousse du mieux que je peux les remords qui me bloque la poitrine à chaque fois que je la vois.
Du moins depuis cette mésaventure dans les cachots. Elle ne devais sans doute pas s'y attendre.
N'avait pas pu imaginer que je réagisse si violemment.
Cela ne m'était pourtant plus arrivé...

Depuis si longtemps.

Mes jambes se remettent en marche mais vers elle cette fois ci.
Je laisse mon regard glisser un instant sur elle. Brève hésitation. Qu'est-ce que tu fais là ?
Elle est seule, c'est assez étrange. J'aurais plutôt pensé la trouver avec un petit de première à son côté en train de se faire traumatisé, peut-être est elle à la recherche d'une nouvelle proie ?
Peut-être qu'elle vient de la trouver au moment pou je me suis arrêtée.
Résignation. Je lui attrape une main sans trop savoir pourquoi. Je hais cette sorcière plus que tout au monde.
Et pourtant...
Cette situation est bien étrange.

Elle me suit sans broncher et je suis un peu soulagée.
Sa présence m'est familière et étrangement rassurante. Sans doute que ressentir l'inverse à son égard serait plus "normale".
Mais au fond, on ne choisit pas ce qui se passe en nous. Je ne crois pas du moins...
J't'enmène réviser... Mots lâchés doucement sans réelle volonté.
Au fond si elle me laisse et s'en va, ça me convient aussi.
Pourtant elle n'en fait rien et reste à mes côtés non sans m'offrir en retour un petit rire moqueur.
Il est vrai que s'il y a bien un endroit du château qu'elle n'a jamais visité c'est bien celui là.
Je me demande si elle sait même ce que veut dire réviser.

Ne devrais-je pas ?
Peut-être que c'est une mauvaise idée...


Nous franchissons les portes de la pièce.
Je resserre la main de Nyx. Je ne serait en réalité pas étonnée que son épouvantard soit une bibliothèque.
Traversant les rayons je finis par nous emmener tout au fond de ceux ci et lâche sa main.
Elle est peut-être avec moi mais je ne compte pas la laisser me gêner dans mon étude.
Je parcours une rangée de livre de ma main avant d'en sortir un ouvrage à l'aspect particulièrement abimé.  
Le titre m'indique qu'il s'agit d'un livre sur les plantes. Parfait !

De toute les matières celle avec laquelle j'ai le plus de mal est la botanique.
En particulier pour ce qui concerne la partie pratique.
Il faut dire qu'avec les menaces et les coups, je suis plutôt incollable en ce qui concerne la théorie.
Je tourne doucement les pages du vieux manuel. Je n'ai pas envie de me faire réprimander.
Ce serait plutôt fâcheux d'en arracher une page.
Les noms de plantes se succèdent et je soupire. J'aurais beau lire tout les manuels du monde, ce qu'il me faut comme préparation à cette examen c'est une bonne dose de pratique...

La bibliothèque est silencieuse.
Un peu trop peut-être ?


Je me retourne, le manuel entre les mains.
Juste histoire de vérifier que ma chère camarade n'a pas encore foutu le feu à un rayon.
Mais non, elle me regarde bien sagement comme si elle n'avait décidément rien trouver de mieux à faire.
En même temps ce n'est pas vraiment son élément favoris. Je croise ses yeux.
Son regard moqueur se dirige vers le livre puis vers moi.
Petite sourire provocateur qui se dessine sur ses lèvres.
Super... Qu'a t-elle donc en tête ? Serait-ce à cause de l'ouvrage de botanique que je tiens dans mes mains ?
Je lève les yeux au ciel.

Qu'est ce que...
Je n'ai pas le temps de préciser ma question qu'elle me rejoint en deux trois enjambées.
Je fronce les sourcils et sentant son corps tout près du mien, perçois les battements de mon cœur qui s'accélère.
Je ferme les yeux comme si je pouvais prévoir tout ce qui allait se passer ensuite sans savoir si j'en plus peur ou plus envie.
Ses lèvres retrouvent les miennes et j'oublie tout. Comme à chaque fois, le temps s'arrête et je me perds.
Le livre m’échappe des mains pour venir s'écraser bruyamment sur le sol.
Je n'y accorde pas la moindre importance. Prisonnière d'un tourbillon de sentiment et de désir trop fort pour moi.
Et j'ai peur. La douloureuse impression qu'elle joue avec moi.
Comme elle pourrait le faire avec une poupée.

Mes mains l'entourent et je me rapproche encore un peu.
J'avais raison finalement, ma prédatrice à finalement trouvé sa proie de la journée.
Je connais mon statut de faible et pourtant j'accepte, comme incapable de résister, perdue.
Où est donc passée l'Ellana qui se battait ? Enterrée depuis combien de temps ?
Je retombe encore, refait les mêmes erreurs.
N'est-ce donc pas dangereux ? Si...
J'enlève les doutes dans mes pensées, imagine un monde parfait.
Mais je ne peux pas... Pas quand les démons me rattrapent.
Non...

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Nyx Spero, Dim 18 Juin - 18:22


Le temps passe.
Tout parait plus simple
Tout parait plus compliqué
Les choses changent
Les personnes changent
Les sentiments changent
Plus rien ne sera comme avant, et pourtant…

Une fois de plus perdue,
Perdue dans un brouillard sans fin.


La lumière.
Devant elle, juste devant elle.
Un regard, un sentiment, un oubli
Pourquoi toute cette confusion ?

Un regard posé sur elle sachant déjà comment cette histoire allait se finir : mal.
Des paroles s’envolèrent. Des paroles qui n’eurent aucun sens pour elle. Qu’est-ce qu’elle faisait-là ? Elle ne le savait pas. Elle était là, c’était tout. Perdue, dans les couloirs, ne sachant pas vraiment où aller.

Sa main.
Sa peau était douce.
Cœur qui se resserre
Que lui arrivait-elle ?

La suivant sans broncher, regard d’incompréhension tourné vers elle… Un regard amusé pour cacher le trouble qui grandissait dans la Serpentard. Proche d’elle, tout paraissait vraiment plus simple mais aussi plus compliqué.

Confusion, Désir, Amour… ?

Le silence de la bibliothèque n’était pas fait pour elle. Elle se contentait de la suivre, mais pourquoi ? Elle aurait mieux fait de partir à l’opposé d’elle, et aller se défoncer quelque part, seule. Oui elle aurait dû faire ça, mais pourtant, elle est là, ici, dans cette bibliothèque, à observer son Petit Ange chercher des foutus bouquins… Que lui arrivait-elle ? Pourquoi n’arrivait-elle pas à s’éloigner d’elle ? Ce n’était pourtant pas compliqué…

C’était beaucoup plus compliqué de ce qu’elle pensait.
Rapprochement.
Ses lèvres. Elle voulait ses lèvres.
Ses yeux se referment.
Avait-elle peur ?
Non… Son désir se sentait à des kilomètres…

Nyx savait qu’elle ne devait pas. Elle ne devait pas agir ainsi. C’était mal. Mal aussi pour elle. Cependant, son corps contre le sien… Impossible de résister plus longtemps.

Distance rompue.
Lèvres collées.


Son Ange ne la repoussait pas. Son cœur se resserrait. Le baiser continuait. Un baiser dont elle ne voulait pas rompre le contact, comme si sa vie en dépendait. Douces lèvres pire qu’une drogue… Nyx laissa promener ses mains sur ce corps qu’elle désirait tant, se collant un peu plus. Oubliant tout. Voyageant dans un autre monde… Etait-ce mal ? Oui. Mais pour l’instant, tout ce qui importait, était cette personne avec qui elle partageait ce baiser.

Le baiser prit fin. Elle en voulait plus. Toujours plus. Son regard émeraudes se planta dans celui-ci de son Ange. Pourquoi la faisait-elle autant craquer… ?

- C’est mal ce qu’on fait mon Petit Ange…

Un murmure.
Un simple murmure rempli de vérité.
Oui, c’était mal.
Mais, ça, ce n’était pas son problème.
Elle rigolait fasse aux règles et à ce qui était mal.

Elle fit reculer Ellana jusqu’à l’étagère, avant de se coller contre elle. Nyx planta son regard dans le sien. Petit sourire aux lèvres avant de se diriger vers son cou. Deux petits baisers déposés dessus. Ensuite, murmure à son oreille, souffle chaud sur son cou.

- Mais tu sais très bien que j’en ai rien à faire de ce qui est bien ou mal…

Nyx planta de nouveau ses yeux émeraudes dans les siens. Un regard sérieux. Un regard rempli de désir. Un regard rempli de tendresse… Une main caressant sa joue.

- Pourquoi je n’arrive pas à rester loin de toi…

Un simple souffle. Des mots lâchés sans réfléchir. Des mots qui révélaient trop de choses… Une erreur d’avoir lâché ces paroles. Il était trop tard pour faire marche arrière. Tout était encore plus confus.

Mais, une seule envie se faisait ressentir à cet instant : l’appel de ses lèvres. Collant de nouveau ses lèvres contre les siennes, son cœur rata un battement. Le baiser était rempli de tendresse de la part de Nyx. Une première pour elle quand il s’agissait de se coller à son Ange… Le temps s’arrêtait, prenant Ellana dans ses bras. Elle ne voulait plus la lâcher.

Un baiser de plus la tuant un peu plus chaque seconde…
Que lui arrivait-elle…

Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Ellana Lyan, Lun 19 Juin - 6:20


Je savais que je n'aurais pas du.
Jamais, l'approcher fut ma première erreur.
Lui prendre la main ma deuxième....


Une suite infinie de souffrance et de maux tous plus douloureux les uns que les autres.
Que m'arrivait-il donc encore ? Qui mène cette danse infernale ? Qui aurait du donc la mener...
Je laisse mes paupières se rouvrirent et croise son regard. Elle est perdue....
Comme moi.
Mais qui tire donc les fils ? Nous ne sommes rien d'autre que des pantins.
Faibles humaines poignardées douloureusement par un désir insurmontable.
La crainte me tord le ventre, je ne dis rien.
Pas un geste, pas un mot, je m'oublie simplement...

Penser à ses lèvres contres les miennes. Un peu plus.
La peur d'être surprise. Un peu moins.
C'est mal, je ne devrais pas. Je m'en fiche. C'est faux. Je sais...
Jeu dangereux, jeux hasardeux. Mais qui est donc le jouet ?
Dépendante à sa présence je m'accroche à ses lèvres comme à un dernier moyen de survivre.
Si elle se décroche je sombrerais dans le vide.
Et pourtant la raison crie.
Hurle au danger.

Pourtant nos lèvres se séparent.
Mais elle me tient toujours. Émeraudes plongée dans les perles d'acier.
Un peu d'argent, un peu de poussière. Éternité.
Peut-il y avoir une harmonie dans la discorde ?
Mon cœur répondrait que oui. Mais quand est t-il de la vérité ?
Puis-je l'aimer comme la haïr ? Douce malédiction.
Un chant. Celui du serpent.
Qui attire. Soupire. Emprisonne.

Et soudain je n'ai plus d'yeux que pour elle.
Je sais... Goût amer de la résignation.
La douleur qui explose en moi. Présence d'un autre visage.
Dans un coin de ma tête. Que suis-je en train de faire ?
Traîtresse. Ils ont raison. Traîtresse. Toujours raison...

__ Mais viens, allez, on fuit le monde
suis moi, peut-être, quitte à en mourir demain__

Frissonnement incontrôlé. Incontrôlable.
Je savais que ce n'était pas une bonne idée.
De réviser à ses côtés. Inconscience. Inconsciente.
Les doigts courent sur ma joue. Je n'ose plus faire un geste.
Je sais... Doux murmure, comme pour moi, comme pour elle.
Nous.

Une question sans interrogation.
Je la lui retournerais bien. Mais ne peux pas...
Comment puis-je répondre. J'ignore. Je me trompe.
J'ai peur... Comme une enfant dans le noir.
Je ne crains pas le noir. Seulement ceux qui y habitent.
Je les crains père et elle.

Mais le moment n'est plus à moi, peut-être à elle ?
Je ne sais pas, n'ai pas envie de savoir.
Par craintes ? Par désespoir ? Les dès sont déjà lancé, à moi de jouer ?
Je ne m'en sens pas capable...
Un jour, sans doute un jour...

La vie attrape un nouveau but, seul sens.
Trouver ses lèvres, me perdre dans ses bras et fuir loin d'ici.
Piégée, entre les ouvrages et la diablesse. Sans issue.
Quand bien même j'aurais voulu m'enfuir.
Comme si mon désir avait pu hurler. Elle retrouve le chemin de mes lèvres.
Je pars pour un autre monde, nous partons pour un voyage, à deux.

Pourtant je me brûle. Lentement je me consume de l'intérieur.
Les battements de mon cœur accélèrent dans une symphonie folle.
J'ai mal et pourtant j'en ai besoin. Comme une drogue à laquelle il est impossible de résister.
Le désir devient ma prison. A en perdre la raison...
Je sombre mais m'élève en même temps.
Lourd est le poids des chaines que je porte.

Mes mains remontent jusqu'à son cou.
Douce caresse. Moment de tendresse. Puis je la fais reculer.
Je ne sais pas... Je suis perdue...
J'ai mal, tu sais ? Sommes nous donc obligées de nous torturer comme cela ?

Autre question perdue. Sans trouver de réponse.
Je croise son regard.

Dangereuse l'une pour l'autre.
Mais c'est elle qui a commencé. J'ai envie de lui en vouloir.
De m’énerver comme cette autre journée, dans les cachots.
Pourquoi ne suis-je pas capable de savoir ce que je désir le plus.
Voir son sang couler entre mes doigts ? Ou ses lèvres rejoindre les miennes ?
Fléaux entre nous, nous nous déchirons mutuellement.
Trichant. Mentant. Hors des règles puisque tout nous est permis.

Une main attrape doucement son bras.
Je revois les lettres que je lui ait infligée.
Diablesse. Je ne vaut pas mieux qu'eux...
Je relève ma propre manche et sort ma baguette.
Annulant le sortilège posé sur mon bras pour 24 heures (#).
Doucement les marques de coups reviennent et mes propres lettres réapparaissent.
Traîtresse. Je lui montre le mot. Seule marque qu'elle n'a jamais pu voir.
Entièrement livrée. Tu vois ? J'ai la même...
Bien que la mienne prenne tout son sens en cet instant...


La dévorant du regard, je sais que je ne tiendrais pas longtemps.
Mes mains trouvent sa taille, l'une l'attire contre moi, l'autre après avoir rangé ma baguette vient se poser sur sa joue.
En un éclair nos lèvres se retrouvent, j'ai peur, ne devrais-je donc pas ?

Soupire. Désir. Supplice.
Je meurs entre ses doigts...
Brulée vive au moindre contact.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Nyx Spero, Mar 20 Juin - 16:15


La Vie.
La Mort.
Comment les différencier à cet instant précis… ?

Perdue entre ces lèvres
Un désir n’arrêtant pas de grandir
Des sentiments incontrôlables
Ne demandant qu’à sortir…

Sentir son désir…
Etait-ce une illusion ?
Une illusion devenant réelle un peu plus chaque seconde passée à ses côtés…
Comme si le monde arrêtait de tourner l’espace d’un instant
Un instant qui n’était qu’éternel…

Des mains se promenant comme les siennes auparavant.
Son cœur battant comme le sien, à une vitesse indéfinissable.
Comment une telle attirance pouvait-elle exister ?

C’était mal.
Elle ne devait pas faire cela.
Son cœur était déjà pris…
Pris par une personne qui n’était plus là…
S’abondant donc dans les bras du désir…

Ses caresses la faisant craquer.
Moment de tendresse ne souhaitant pas être brisé
Et pourtant…
L’Ange la fit reculer.
Des paroles s’envolèrent.
Elle était perdue, tout comme elle.
Elle avait mal. Elle aussi.
Elles se torturaient, mais elles aimaient ça.

Attendait-elle une réponse avec ses yeux aciers ?
Une réponse qui n’arrivait pas.
Une réponse que la Serpentard ne connaissait pas.
Douce Torture…
Regardant les lettres qu’elle lui avait infligé.
Deux émeraudes regardant l’Ange faisant apparaître des lettres sur son propres bras…

Mâchoire se resserrant…
Colère grandissante…
Des mots qui eurent du mal à arriver jusqu’à ses oreilles.
Elle n’avait qu’une envie… protéger son Ange contre les personnes qui lui infligeaient ces cicatrices.
Yeux ne quittant pas ces lettres… jusqu’au moment où ses mains se firent sentir au niveau de la taille, se perdant de nouveau dans ses yeux.

Douces caresses emmenant dans l’oubli…

Lèvres de nouveau collées
Douce saveur
Elle pouvait rester des journées, là, avec elle…
Pourquoi avait-elle se sentiment de protection avec elle, alors qu’elle ne faisait que jouer avec…
Jouait-elle vraiment ?
Non…
Elle ne jouait plus.

Elle voulait juste profiter de ce moment avant qu’il ne finisse.

S’abandonnant entièrement à ses lèvres
Laissant une main parcourir sa peau de bébé sous le tissu
Mordant doucement sa lèvre inférieur…
Rompant ainsi le baiser tout en la gardant dans ses bras.
La dévorant à son tour du regard.

- Je veux t’emmener loin de tout avec moi. Loin de ces personnes qui te font du mal. Je ne veux plus jouer avec toi…

Des paroles dirigées par le désir ou par les sentiments ?
Tout avait du sens à cet instant…
Un baiser sur le front.
Regard émeraudes dans regard acier
Lui demandant l’impossible dans un murmure…

- Reste avec moi…

Douce caresse sur sa joue
Doux baiser sur ses lèvres
La gardant prisonnière…
Evitant de penser à la marque sur son bras…
Essayant de combler le vide laissé par une autre…

Prenant de nouveau en otage ses lèvres
Replongeant dans un oubli total
Faisant battre son cœur dans un mélange de sentiments…
Amour, Haine…
Cette princesse lui retournait le cerveau…
Mettant fin au baiser…
Yeux dilatés par cette personne…

- Ellana… je ne veux plus te faire de mal…

Marquant une pause.
Hésitation
Regardant le sol…

- Tu… tu as pris de la place dans mon cœur…

Son comportement avait totalement changé
Elle avait peur de la réaction d’Ellana…
Levant de nouveau son regard vers elle.
Attendant une réponse…
Elle voulait être sûre que son Ange voulait vraiment être ici, avec elle…
Elle n’aimait pas la voir souffrir…
Pourtant, elle ne se gênait pas au début…
Pourquoi les choses avait-elle autant changées ?

Se mordant doucement la lèvre en l’observant…
Laissant traîner une main sur son dos
Caressant sa peau de bébé
La dévorant du regard…  
Elle voulait lui voler ses lèvres.
Voulant oublier les paroles qu’elle avait laissé sortir…

Désir s’intensifiant
Regret se faisait ressentir
Qu’avait-elle fait…

Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Ellana Lyan, Mer 21 Juin - 6:08


Comment tout cela avait-il donc encore commencé ?
La peur, le désir, ses lèvres...
Pourquoi n'avais-je donc pas réussi à lutter un peu plus.
Toujours un peu plus. Elle avait jouer avec moi.
Comme une vulgaire poupée de chiffon.
Je m'étais laissée entrainée dans la danse maléfique.
Sans pouvoir omettre la moindre résistance.
Je m'étais perdue dans le danger alors que mon cerveaux me suppliait d'arrêter.
Mais j'ai bouché mes oreilles.

Ses doigts ont frôlé mes cicatrices.
Celles d'un passé douloureux, un avenir incertain.
Elle m'a fait craché ma douleur, mes peurs et mes cauchemars.
Me forçant à révéler par quoi j'étais passée.
Ce qui m'avait déchirée.
Sans remord elle a profiter de ma condition de faiblesse.
Pour me plonger dans une douloureuse spirale.
Mais aujourd'hui plus personne ne contrôle plus rien.
Seule restent la peur et le désir.

Le goût de ses lèvres évoque la traitrise.
Mais je n'y fait pas attention, n'y accorde pas la moindre importance.
Parce que je sais que se parfum vient de mes lèvres à moi.
Un changement s'opère soudain.
Comme une brusque prise de conscience.
Elle se fait plus douce, plus tendre plus...
Amoureuse ?

Je sens sa main dans mon dos.
Peau blanche, peau douce, peau mutilée.
Je la laisse faire, ne m’oppose pas, plus.
Mes yeux se ferment, je me perds doucement.
Puis elle recule ses lèvres, me regarde.
Fais chanter sa voix.

Sourire cruel sur mes lèvres.
Que pense t-elle donc tirer de moi ?
Je sais qu'elle joue avec moi mais l'entendre me le dire cause quand même un choc.
Haussement d'épaule, je balaye ses phrases sans attention.
Qu'importe après tout ce qu'elle pense.
Tant que je retrouve ses lèvres...

Baiser sur le front. Yeux qui se replongent dans les miens.
De nouveaux mots qui me laissent interdite.
Caresse, baiser, je me perds entre ses bras.
Pour ses lèvres... Et non son cœur...
Elle met à nouveau fin au baiser et je la regarde l'air interrogateur.
Que veut-elle donc cette fois ?
Elle parle et ses mots me laisse de marbre.
Ne sait-elle donc pas à quel point je la hais ?

Petit rire qui s'envole.
Ma petite Diablesse... Espères-tu donc que je t'ouvres mon cœur ?
Je n'éprouve pour toi que de la haine...

Douce caresse sur sa joue.
De la haine... Et du désir...
Si tu veux te perdre dans les bras d'un cœur amoureux ce n'est pas sur moi que tu dois compter.
Tu as changé c'est bien étrange mais...
Mon cœur est déjà à quelqu'un et tu le sais très bien...

Sourire amer.

Était-elle donc finalement tombée dans le piège.
Les sentiments amoureux sont cruels et je n'en ais aucun envers elle.
Je n'ai... Que de la haine à donner.
Pourquoi donc vouloir ? Espéré plus ?
Je n'en suis guère capable. Tant pis pour elle.
Tant pis pour nous.
Mais soudain j'ai peur, crainte qu'elle ne s'en aille,
qu'elle je me fuit.
J'ai l'impression que les rôles sont inversé.
Que c'est moi qui mène la danse et les fils,
je suis marionnettiste pour une envolée de seconde.

Je ne veux pas, n'ai pas envie qu'elle s'en aille,
alors je lui attrape une main, la tenant par les sentiments comme le désir.
J'ai besoin d'elle, un peu, juste un peu.
Cruelle ? Sadique ? Peut-être... Je ne nie pas, ne peux pas.
Regard intense, je lui reprend ses lèvres.
Une main dans son dos, je veux la sortir près de moi.
N'est-ce donc pas égoïste ?
Peut-être que je m'en fiche...
A t-elle donc arrêté lorsque j'étais à sa merci ?
Non...
Elle ne peut faire la donneuse de leçon.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Nyx Spero, Jeu 22 Juin - 1:45


Petit rire voulant tout dire
Les paroles arrivèrent jusqu’à elle
Telle une lame goûtant à son sang
Douce douleur…

Caresse lui arrachant un sourire
Son regard émeraudes dans celui acier
Ecoutant le doux chant de sa voix
Sourire au coin

Serait-ce un défi ?
Avoir son cœur ?
Elle le pouvait, si elle le voulait vraiment.
Mais était-ce vraiment le cas ?

Elle n’espérait pas moins d’elle
Elle savait déjà tout ce qu’elle lui avait dit
Son Ange la détestait
Seulement de la Haine à son égard,
Plutôt compréhensible,
Elle ne pouvait pas lui en vouloir…

Petit paradoxe avec ce qu’elle venait de dire
Sentant de nouveau ses mains se promener
A quoi jouait-elle ?
Doux frissonnement ressenti.
Elle voulait jouer…
Alors le jeu allait commencer…

Petit sourire narquois aux lèvres
La dévorant du regard
La bloquant contre l’étagère derrière elle
Se penchant vers son oreille…
Je te déteste.
Paroles ayant tous leurs sens à cet instant
Lèvres rencontrant son cou, lui laissant une jolie marque dessus…

Léger baiser sur les lèvres,
Avant de la faire tomber au sol
Se retrouvant sur elle
Comme lors de leur premier rencontre…
Seulement les habits faisaient défaut
Un détail qui pouvait se régler très vite.

Son visage n’était qu’à quelques centimètres
Sourire au coin
Regard prédateur vers la Princesse
Ses lèvres l’appelaient…
Décidant de les effleurer lentement pour faire durer le désir
Douce torture raisonnant en elle…
Une Torture n’étant qu’un simple Jeu.
Un Jeu qui durait depuis bien trop longtemps
Un Jeu auquel elles ne voulaient pas mettre fin.

Collant doucement ses lèvres contre celles de son Ange
Son cœur accélérait
Douce saveur lui rappelant leur premier baiser
Cherchant de nouveau à lui faire du mal
Parce qu’elle était égoïste.
Laissant ses mains se promener sur ce corps qu’elle désirait
Entamant un baiser plus passionné

S’abandonnant aux ténèbres
Le Diable prenant possession de sa Raison
Une Raison qui voulait être là,
Une Raison bien trop faible…


L’oubli de tout ce qui l’entourait
Ne voulant jamais mettre fin au baiser
Bloquant les bras de son Ange au sol
Pour être sûre qu’elle ne bougera pas
Pour être sûre que c’était elle qui tenait encore les ficelles…

Une crainte de tout perdre
Cherchant de vieux sentiments disparus
Jouant la comédie
Pour obtenir ce qu’elle voulait.

Le Désir était toujours présent
La Souffrance s’intensifiait
La Haine disparaissait…



Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Liskuvo Kalsi, Jeu 22 Juin - 20:38


Ce qui est bien c'est que vous êtes à peine dans l'abus là.
RP avec Ellana et Nyx.

Les petits gens dans Poudlard souvent ils aiment bien faire des bêtises. Des petites bêtises, des grosses bêtises, des bêtises rondes, des bêtises carrés, tout un genre de truc quoi, juste des bêtises, c'est un peu la base de l'école. Faut pas le dire ça bien sûr, sinon va y avoir des petits surveillants dans les couloirs et tout le monde va s'énerver et ce sera l'anarchie, enfin bref c'est toujours un moment étrange de faire face à des bêtises et de se demander comment on va réagir, aider ou quoi.

Normalement la bibliothèque c'est un endroit un peu plus calme, enfin les gens évitent de faire n'importe quoi là-dedans parce que y'a du monde et que souvent c'est préférable d'éviter le monde, ça se comprend vous me direz, qui veut être vu en train de faire n'importe quoi devant le monde entier ? Certains crétins, certes, mais pas tout le monde non plus. Les cachots c'est largement plus approprié, enfin bon c'est chacun son délire quoi, moi je préfère.

J'arrive dans la petite bibliothèque, bien décidé à me reposer tout seul dans mon coin, parce que bon je suis un peu fatigué moi, j'enchaîne en ce moment et je préférerais que tout se calme un peu dans ma tête sinon ça va finir par exploser, j'aime pas quand ça explose, c'est un peu fâcheux pour tout ceux autour et c'est pas génial.

Le soucis c'est que là bah y'a des gens qui ont décidé de prendre du bon temps dans un coin, là où je voulais aller quoi c'est fatigant tout ça. Je passe ma tête pour apercevoir les deux heureux élus du jour et mon visage se décompose très très rapidement, comme quand on passe au rouge tomate en étant gêné, sauf que là c'est le sourire qui s'efface. Je vois une scène entre deux filles que je connais, la première fait partie des crétins dont je parlais tout à l'heure, limite la voir comme ça serait pas un réel problème si la fille en dessous n'était pas la personne que j'aime. Elles ont beau être habillées quelque chose me dit que d'ici quelques minutes ce ne sera plus le cas.

Mon esprit se vide, l'incompréhension prends place, je les regarde à tour de rôle dans leur position, sans rien dire, juste en étant là et en regardant cette vue horrifique qui se passe. La seule chose qui se permet de fuser dans mon esprit est une simple question.

C'est une blague ? C'est une blague ? C'est une blague ?

Rien ne vient d'autre, j'aimerai parler, prévenir que j'observe ça, les dissuader de continuer, en foutre une à cette fille qui se croit tout permis, encore plus que je ne le pensais de base. Je ne saurais peindre l'expression du visage d'Ellana, je ne sais pas ce qu'elle ressent là, mais ce que je sais c'est que moi je ne comprends pas, je ne comprends rien.

- Oh.

Quelque chose est sorti, je commence à reculer lentement, je ne veux pas avoir à faire autre chose, tout est brisé. Elle m'avait promis, elle avait dit qu'elle ne m'abandonnerait pas, elle m'avait dit qu'elle m'aimait même, mais non en fait, c'était du grand n'importe quoi, elle ne se cache même pas, dans la bibliothèque, elle s'en moque. Faut croire que la confiance ça devrait pas se donner si facilement. Je range la colère et la déception de côté, les deux ne veulent pas venir, elles sont autant dans le vide que moi, je me sens juste ailleurs là, devant un cauchemar.

Je vais finir par me réveiller, c'est sûr que je vais me réveiller. Il ne peut pas se passer ce genre de choses dans la vraie vie, c'est infaisable, ça n'existe pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 18 sur 19

 Au fond de la bibliothèque

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Bibliothèque-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.