AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Bibliothèque
Page 21 sur 24
Au fond de la bibliothèque
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22, 23, 24  Suivant
Loredana Sparks
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor

Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Loredana Sparks, Lun 5 Fév 2018 - 11:59


Il ne semblait pas contre les plans de la jeune femme pour ce week-end. Elle sourit en entendant sa réponse, mais intérieurement, c'était la danse de la joie. Elle n'essaya même pas de taire cette pensée ou même d'essayer de se calmer. Tant qu'elle gardait un minimum de crédibilité en face de lui, ce qui pouvait se passer dans sa tête lui importait peu, puisque ça ne concernait qu'elle finalement. Elle écouta Daemon lorsque celui-ci lui expliqua qu'il n'avait pas besoin de retourner chez lui. Il était donc libre durant les deux jours et il avait décidé de les passer avec elle. Ce qu'elle avait pensé le week-end précédent était donc faux. Leur relation allait continuer, passer un bon moment pour penser à autre chose, parce que quand il était là, elle se sentait simplement bien. Ce qui était assez. Il n'avait même pas besoin de lui louer une chambre d'hôtel et de l'emmener au septième siècle pour qu'elle oublie. Sa présence seule et son regard dans le sien était suffisant et de loin...
Ce ressenti était si étrange et si nouveau qu'elle en avait presque peur. Elle qui d'habitude adorait vivre des choses nouvelles, des aventures différentes la sortant de son quotidien. Là, c'était différent, il ne s'agissait plus vraiment de situations, mais bien de sensations nouvelles que Dey provoquait en elle depuis leur première rencontre. Elle s'imaginait donc dîner avec lui, danser avec lui et plus si affinité. Pour elle, c'était le plan parfait mais était-ce vraiment une bonne idée ? Ça faisait quand même bien plus couple qu'autre chose. Elle n'avait pas envie de ça, du moins, elle le prétendait, le clamait haut et fort, mais dans son for intérieur, ce n'était pas vraiment ce qui se passait. C'était simplement enfoui, refoulé au plus profond de son être.

- Ça me convient parfaitement ! Pourquoi ne pas aller côté sorcier cette fois-ci ? Pour tout te dire, je n'ai pas énormément d'argent moldus, alors que l'argent sorcier,  ce n'est pas un problème.


Faut dire qu'elle travaillait pour le gagner cet argent. Même dans le monde des sorciers, l'argent ne poussait toujours pas dans les arbres et aucuns sortilèges ne pouvaient en faire apparaître miraculeusement venu de nul-part. Son poste de stagiaire à la Boutique d'Animaux Magique lui suffisait pour vivre alors elle ne se plaignait jamais. Elle avait la possibilité de sortir quand elle le voulait, elle n'avait jamais eu de problèmes en fin de mois et le mieux dans tout ça ? Elle appréciait vraiment ce travail.
Le Gryffondor avait lié ses doigts à ceux de la jeune femme, les rapprochant davantage. Peu importe les gestes qu'elle avait envers lui, il était toujours réceptif. Il n'était donc pas évident pour elle de dire non, de résister à une chose qui lui faisait drôlement envie : Ses lèvres. Malgré eux, ils en avaient oublié leurs devoirs respectifs. Elle savait qu'elle allait devoir redoubler d'effort avant la fin de la semaine pour être sûre de rendre son parchemin à temps.
Sa dernière phrase lui fit perdre tout sens de l'orientation. Où était-elle d'ailleurs ? Gros trou de mémoire, elle était même incapable de parler à ce moment, sinon elle allait bafouiller, ce qui n'était pas vraiment sexy à vrai dire... Il s'était rapproché, rapproché de très prés, de trop prés même. Dans le lieu où ils étaient ce n'était clairement pas convenable. Il était hors de question qu'elle se laisse trop aller, c'était difficile dans une bibliothèque. Elle espérait qu'il pensait tout de même la même chose, ils n'étaient pas des animaux. Ils étaient tous les deux majeurs, tous les deux assez grands pour se retenir jusqu'à vendredi soir. Il était pourtant bien trop proche d'elle à cet instant.
Tu ne m'auras pas aujourd'hui, pensa-t-elle
D'un seul coup, sa tête lui tournait, son cœur s'emballait, elle sentait qu'elle avait de plus en plus chaud. Pire encore, elle avait carrément oublier de respirer. Oui respirer ! Vous savez cette chose tellement naturelle qu'on le fait machinalement sans s'en rendre compte. Eh bien oui, Loredana avait complètement arrêté de respirer durant quelques secondes. Il était tellement près...
Elle tentait de ne pas bouger, ni avancer, ni baisser les yeux. C'était l'une des choses les plus difficiles qu'elle avait faite depuis bien longtemps. Malheureusement pour elle, sans s'en apercevoir, son inconscient bien profond l'avait poussé à se rapprocher. Ainsi, en l'espace d'une-demi seconde, leurs lèvres se touchaient enfin. Elle ne voulait pas aller trop loin et se contenta de profiter tout de même quelques instants de se baiser lent, mais intense. Lorsqu'elle sentit qu'elle allait perdre le contrôle, elle se détacha doucement de lui, et se recula de façon à pouvoir le regarder dans les yeux.

- Pourquoi tu me fais ça ? Lui demanda-t-elle simplement.

Demandez lui son prénom à ce moment-là, elle aurait été incapable de vous répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Daemon Stebbins, Lun 5 Fév 2018 - 16:15







Deux aimants
qui se retrouvent...

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Celui qui cache son secret est maître de sa route.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Ca y était. Ses lèvres étaient rentrées enfin en contact avec les miennes. Comment pouvais-je résister à cet appel au péché. Je savoure ce baiser parce que je sais que je ne pourrai pas aller plus loin à cause du lieu où nous sommes. Ca ne serait respectueux et encore moi pour elle.

* Pourtant cela ne te dérangerait pas d'ordinaire. Quand tu veux un corps, tu mets tout en œuvre pour l'avoir. Alors pourquoi est-elle différente de tes habitudes ? *

Je ne voulais pas y réfléchir. Je me voulais seulement me délecter de la chair gonflée par notre échange. Je ne savais pas combien de temps, cela a duré alors je ne devais pas en perdre une miette. Les bouches se dévoraient langoureusement avec passion. Les langues se cherchaient, se frôlaient et se caressaient dans un ballet synchronisé à la perfection. Ce qui était des plu étonnant lorsqu'on savait que Loredana et moi étions des amants récents. Tout ceci ressemblait aux prémices du paradis que j'avais découvert et dont je m'étais largement repu le week-end dernier. Mon cœur s'affolait comme jamais. Je sentais mon sang cognait contre mes tempes comme si des tambours donnaient la cadence. Il n'y avait pas à dire, elle me rendait dingue au possible. Comment cela se faisait-il ? Pourquoi elle et pas un des autres corps que j'avais possédé depuis ma séparation avec Elhiya ? Et si j'étais honnête, même mon ex-petite amie ne produisait pas une telle faim et telle perte de contrôle sur moi comme cette jeune femme à cette seconde.

J'étais complétement dépend de son être, de sa peau, de ses formes, de son intimité... Pourtant là, nous ne faisions que nous embrasser comme deux gamins qui découvraient le sexe opposé lors des prémices du désir. Et pourtant je n'étais pas un novice dans cet exercice. Cependant, je ne pouvais qu'arriver à cette conclusion : mes sens étaient complétement esclaves du bon vouloir de cette gryffondore. Ma main alla caresser sa joue dans un touché délicat et léger. J'aimais le grain de sa peau. J'avais l'impression de caresser de la soie.

Brusquement, le baiser s'était interrompu. J'avais grogné légèrement à cet arrêt brutal qui me ramenait à la réalité. Puis il y eut cette interrogation. Ses yeux étaient prisonniers des miens et les miens des siens. Je cherchais au fond de ses prunelles ce qu'elle voulait réellement entendre. Toutefois, je ne savais pas définir ou plutôt je ne voulais pas dire ce qu'il en était. J'avais continué de la fixer et j'avais répondu :

- Parce que tu me plais. Parce que j'en ai envie. Parce que c'est plu fort que moi...

J'avais remis une de ses mèches de cheveux ce qui me permettait de garder encore un peu le contact avec son être.

- Même si on me demandait de l'expliquer, j'en serais incapable. Depuis cette nuit que nous avons partagée, tu occupes une partie considérables de mes pensées. Parce que cette attirance physique entre nous me rend complètement dingue et que je ne peux imaginer me passer de toi, de ton corps. Je sais que c'est égoïste et injuste envers toi. Que si tu ne voulais plus me voir, je le respecterai certes mais cela serait physiquement douloureux comme si j'étais en sevrage. Je sais que ce n'était qu'une seule nuit et pourtant...

Je ne pouvais en dire plus. Parce que cela voulait dire analyser ce qui se produisait entre nous. Et cela j'en étais absolument incompétent car la vérité ne devait pas venir me troubler. C'était bien trop complexe et dangereux pour on être. Trop de dégâts étaient encore présent en moi à cause de mon échec cuisant avec mon ex. Je n'étais pas capable de construire parce que pour le moment, je n'étais qu'un champs de ruine émotionnelle.

- Je ne peux rien te promettre. Ni amour, ni construire quelque chose. Non parce que tu ne le mérites pas. Mais parce que tout prouve dans mon passé que cela est hors de ma portée. Et je ne veux pas te mentir ou te donner une parole que je sais que je ne tiendrai pas. D'ailleurs, je n'attends aucun engagement, ni exclusivité de toi. Je n'en ai pas le droit puis cela ne serait pas digne de la déesse que tu es.

J’espérais qu'elle comprenait ce que je lui disais. Qu'elle n'en prendrais pas ombrage. Mais c'était tout ce que je pouvais offrir à présent. J'ignorais si elle accepterait et si ce n'était pas le cas, je devrais m'en faire une raison. Je n'étais pas de ces hommes qui forçaient par des moyens peu glorieux les conquêtes qui ne veulent plus de lui. Certes je la regretterais mais je me contenterais à nouveau des corps. Et ce serait ainsi jusqu'à longtemps après l'école et peut-être même jusqu'à la fin... Mais cette possibilité était encore loin, très très loin...

- Alors à toi de voir si ce que je te propose, peut te satisfaire ?

J’étais suspendu à ses lèvres qui détenait la suite de notre relation si particulière...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Loredana Sparks, Lun 5 Fév 2018 - 20:22


Elle ignorait pourquoi une telle question était sortie de sa bouche. En temps normal, elle l'aurait posée dans sa tête et pourtant aujourd'hui, c'était sortie. « Pourquoi tu me fais ça ? » C'était une question tellement vague, presque dénuée de sens. On pourrait presque se demander sur quel ton elle l'avait posée. Un reproche ? Ce n'était pas le cas. L'état dans lequel elle s'était trouvée à cet instant avait fait en sorte qu'elle ne soit plus maître de ses paroles. Elle tentait de reprendre ses esprits, ils ne pouvaient pas se permettre d'aller trop loin, pas dans cet endroit. Elle avait senti que Daemon n'avait pas eu envie que ce baiser s'arrête si rapidement. Il avait poussé un léger grognement pour lui montrer son insatisfaction. Il ne lui répondit pas toute de suite, la regardant quelques instants dans les yeux, comme s'il cherchait à lire dans ses yeux et à entrer dans sa tête pour voir ce qu'il s'y passait. Même elle, elle ignorait ce qui se passait dans sa tête. C'était l'effet qu'il lui faisait.
Sa réponse avait eu pour résultat de provoquer une multitudes de sentiments en elle. C'était la première fois qu'il parlait de ce qu'il ressentait, du moins en détail. Elle n'avait pas remarqué qu'il ressentait des choses si profondes, mais était rassurée de ne pas être seule à ressentir ce genre de choses. Il était presque complètement dépendant d'elle. Elle avait compris qu'il était fortement attiré par elle, elle constatait qu'il avait du mal à lâcher son emprise sur elle puisqu'il avait toujours une main sur le visage de la jeune femme. Tout ce qu'il avait dit, elle le ressentait également. Il occupait désormais ses pensées, jour comme nuit à tel point qu'elle avait du mal à se concentrer, même sur les tâches les plus simples comme se servir un verre de jus de citrouille pendant les repas dans la Grande-Salle. C'était ce qui s'était passé le dimanche midi. Elle regardait bien son verre et pourtant, le liquide avait été versé à côté. Lui non plus ne trouvait pas de réelle explication à ce qu'il ressentait.
Il s'arrêta un instant, replaçant une mèche des cheveux de Loredana derrière son oreille afin que découvrir complètement son visage au teint blanc, mêlé à du rouge presque vif tant les paroles et le geste tendre de Dey l'avaient émoustillé. Il avait ensuite repris la parole. Cette fois-ci, il ne parlait plus de l'effet que la jeune femme lui faisait. Non, c'était plus une mise en garde, comme s'il essayait de lui dire que si elle voulait que ça continue entre eux, il fallait qu'elle accepte le fait qu'il n'y aurait jamais rien de plus. Qu'ils en resteraient là, à se séduire, à mélanger leur corps, à se manquer quand ils seront loin de l'autre. Rien de plus. À cet instant, Loredana eut un moment d'hésitation. Était-ce vraiment ce qu'elle souhaitait ? Une relation sans promesse était-ce une bonne idée ? Et si elle rencontrait quelqu'un ? Allait-elle pouvoir stopper tout cela sans faire de dégâts ? Et inversement si Daemon tombait amoureux un jour ? Bien qu'elle avait compris qu'il rejetait cette possibilité, mais si ça arrivait, accepterait-elle de le laisser partir ? Allaient-ils garder leur complicité qui naissait petit à petit entre eux ? Tant de questions et si peu de réponses possibles à cet instant. Malgré tout, elle ne transmis aucune émotion, ne laissa rien paraître. Au lieu de cela, elle hocha la tête, un signe qui voulait dire « Ne t'en fais pas, je comprends. »

- Je ne souhaite pas que ça aille au-delà non plus. Je n'ai pas envie de découvrir tout ça, je ne suis pas prête... Mais je n'ai pas envie que ça s'arrête entre nous. Faisons les choses comme bon nous semble, sans penser aux restes.

Elle s'était approchée et l'avait de nouveau embrassé. Un baiser furtif qui n'avait duré qu'une seconde maximum. Elle le regardait de nouveau dans les yeux dans lesquels elle allait vite prendre l'habitude de se perdre. Elle savait désormais à quoi s'en tenir. Ce qui n'était finalement pas plus mal. Il fallait vivre au jour le jour sans jamais penser au lendemain. Peut-être qu'un jour tout s'arrêterait, peut-être même qu'elle en souffrira. Malgré tout, elle voulait profiter de ce que le Gryffondor lui offrait pour le moment et ne rien demander de plus.


- Promets-moi juste une chose, lui dit-elle d'une voix qui ressemblait presque à un murmure. Je ne veux pas être un objet pour toi. Je n'ai aucune envie que ça s'arrête entre nous, mais je n'hésiterais pas à y mettre un terme si je sens que je ne suis qu'un bout de viande pour toi.
Autant se montrer franche, autant qu'il connaisse son caractère. C'était une conversation à cœur ouvert, elle ne pouvait pas parler d'autre chose avant d'être sûre qu'elle pouvait avoir confiance en lui au sujet du respect qu'il avait envers elle...ou qu'il n'avait pas. Elle n'était jamais restée plus d'une nuit avec un homme, tout cela était nouveau pour elle. Elle voulait s'assurer qu'elle pouvait être à l'aise avec lui sans avoir peur qu'il rigole d'elle dans son dos ou un truc dans le genre. Ou il entendrait vraiment parler d'elle et ils passeraient d'amants à ennemis. Ce serait bête d'en arriver là non ?
Elle ne détacha pas ses yeux siens, tenant la main que Daemon avait toujours posée sur son visage. Elle tentait elle aussi de lire en lui, elle rêverait d'explorer ses pensées et d'en savoir plus sur ses relations amoureuses. Que lui était-il arrivé pour qu'il soit à se point dégouté par l'engagement ou même les promesses ? Elle ne le saurait peut-être jamais, mais la question se posait c'était plus fort qu'elle. Sûrement son côté femme curieuse qu'elle était depuis son plus jeune âge. A aujourd'hui dix-sept ans, rien n'avait vraiment changé. Elle avait simplement grandi et voyait les choses de manière différente. Une boule s'était formée dans son estomac. Elle préféra l'ignorer, son corps lui jouait tours.
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Daemon Stebbins, Mar 6 Fév 2018 - 5:29







Deux aimants
qui se retrouvent...

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Celui qui cache son secret est maître de sa route.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Je l'observais toujours attendant la réponse salvatrice ou non. Ce qui me frappait surtout, c'était que j'avais peur. Pourquoi ressentais-je un tel sentiment ? Même si elle répondait par la négative, je savais que je n'aurais aucune difficulté à trouver quelqu'un d'autre.

* Parce que je me tue à te le dire. Elle est spéciale pour toi. Seulement tu refuses de l'admettre ! Imbécile !*

Non, je ne voulais pas écouter et encore moins analyser ce que tout cela voulait dire. Je n'étais pas prêt et de mon point de vue, je ne le serais jamais. L'amour était un sentiment trop dangereux, qui rendait faible, à la merci d'un autre qui vous faisait perdre le contrôle, pour vous trahir sans hésiter une fois qu'il avait obtenu ce qu'il désirait. J'en avais l'amère expérience et c'était impossible que j'arrive à dépasser ce souvenir. Déjà me lier de cette façon était encore inimaginable, un peu plus de trois mois plutôt. Cependant, je pouvais qu'une jeune femme pouvait être réticente vis à vis de cela.

* Mais tu espères au fond qu'elle dira oui. Je le vois bien.*

Maudite voix qui ne se taisait jamais. Je baissais ma garde une seconde et hop, elle revenait au galop. Des fois, j'aurais aimer être comme certains de ma maison qui ne pensaient jamais aux conséquences de leur actes. Moi, la responsabilité, je l'avais apprise très tôt. La culture japonaise était ainsi faite que dés l'âge de six ans, les enfants devenaient automne par rapport à leurs parents. Certes, cela avait choqué ma mère de voir les petits anglais autant maternés. Cela lui semblait surréaliste. Seulement il fallait se rappeler que les crimes et délies étaient quasi inexistant dans ce pays où la discipline te l'ordre était quasi naturel pour la population magique ou non. Pour vous faire comprendre, je vais vous raconter le dernier fait divers qu'il y avait eu près de chez mes grand-parents. Un japonais en perdition avait décidé de cambrioler une maison. L'alerte avait été donné par un système de sécurité silencieux. Lorsque le cambrioleur sortit, il s'était retrouvé nez à nez avec plus de cinq cent policiers tellement la criminalité était infime à ce moment. Lorsque mon père avait entendu cela,il n'avait pu éclater de dire que cela devait être le moment le plus trépidant d'une carrière pour ces officiers de police. Ma mère lui avait alors répondu qu'au moins même les touristes pouvaient se balader sans rien craindre pas comma à Londres où il fallait faire attention comme toutes les grandes métropoles occidentales. Oui la fierté et l'honneur des japonais est très connu. D'ailleurs, si l'une de ces deux choses étaient bafouées, certains n'hésitaient pas à se suicider pour remédier à cette honte.

Mais pour le moment, ce n'était ni mon honneur ni ma fierté qui me préoccupait. Pour le moment, je ne songeais qu'à ce qu'aller me répondre Loredana. Sa réflexion se terminait, je pouvais le constater dans ses yeux. Le verdict allait tomber. Lorsque j'entendais sa réponse, mon cœur cognait à tout rompre par l'excitation de ce que nous allions pouvoir vivre mais aussi par la satisfaction d'avoir fait le bon choix. J'avais même eu droit à un autre baiser. Il était court et furtif mais il me convenait au vue du point qui avait disparu sur ma poitrine.

Néanmoins elle ajouta une déclaration et d'un air sérieux je lui répondis :

- Si tu n'étais qu'un corps pour moi, nous n'aurions jamais eu cette discussion car je serai parti bien avant ton réveil sans laisser de mot ce matin là. D'autres pourraient te le raconter mieux que ce que je fais. Certaines s'en fichaient, d'autres l'ont plus mal pris. Mais aucune peu me reprocher d'avoir cacher ce que je recherchais. Elle s'imaginait que peut-être avec elle se serait différent que je deviendrais leur garçon rêvé. Mais tu sais, je ne suis ni ange, ni prince charmant sur son destrier. Je ne suis plus le type romantique que j'ai pu être à un moment. A un moment, il faut apprendre que tout cela n'existe pas et que la réalité est plus dure. Je suis juste moi avec mes qualités et surtout mes défauts. Et ça, je ne pense pas que quelqu'un ou une quelconque puissance puisse y remédier.

J'avais continué d'être honnête et terre à terre.

* Non tu es désillusionné. C'est pas la même chose. Un jour...*

J'avais fermé les yeux pour stopper ce qui allait être dit dans ma tête. Je ne voulais pas écouter la suite car jamais plus elle n'arriverait. Je la dévisageait, espérant que ce choix de ma part, ne lui ferait pas trop de mal et que si elle tombait amoureuse, je la laisserais partir qu'importe ce que moi je désirerais...

- Dans tous les cas, je t'en fais la promesse.

Le reste, on verrait au fur et à mesure...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Loredana Sparks, Mar 6 Fév 2018 - 7:24


Ce qu'il y avait de bien dans ce genre de conversation, c'est qu'elles étaient honnêtes et matures. Loredana ne voulait pas s'embarquer dans une relation qui la rendrait plus mal qu'elle ne l'était déjà. Son but premier était que Daemon l'aide à oublier ses démons intérieurs et qu'elle fasse de même pour lui. Il lui avait parlé en toute honnêteté et elle l'avait écouté attentivement, ne voulant pas manquer une miette. Tout ce qu'il disait permettait à la jeune femme de le connaître davantage. Elle avait remarqué qu'il était blessé, blessé par quelque chose qui lui était arrivé dans son passé. Une déception amoureuse, c'est ce qu'elle en avait conclu. Elle ne pouvait le juger, elle n'avait jamais vécu ce genre de chose, mais elle se doutait que cela pouvait être très douloureux. Une amie moldue de la jeune femme avait eu une déception comme celle-ci et était restée enfermée chez elle durant quatre mois. Loredana avait toujours fui l'amour, cette chose inconnue qui nous tombes dessus quand on s'y attend le moins. Un jour tu es seul, déprimé et le lendemain ton cœur s'emballe et tous tes sens se mettent à fonctionner en même temps, comme si ton corps avait décidé de se réveiller et de te faire enfin ressentir quelque chose.

Ce que le Gryffondor lui avait répondu la laissait perplexe. Un mélange de soulagement au vue de l'honnêteté dont il faisait preuve, mais mêlé à un soupçon de peur en entendant son dégoût envers les sentiments amoureux qu'il exprimait clairement dans ses phrases. Celle-ci raisonna dans sa tête : « Il faut apprendre que cela n'existe pas, que la réalité est plus dure ». Dans quoi s'engageait-elle exactement ? Une relation qui allait la satisfaire durant quelques mois, mais ensuite ? Qu'allait-elle faire si tout cela ne lui convenait plus ? Se retrouver seul parce que c'était la seule possibilité ?
Une petite voix, toute petite lui disait qu'elle se posait trop de questions pour une jeune femme qui ne ressentait rien. Une autre voix, beaucoup plus forte, lui disait de lâcher prise, de ne pas penser à ce que demain pouvait réserver, de profiter de lui tant qu'il était là et tant que cette lueur d'envie n'avait pas quitter ses yeux.

Elle décidait d'écouter cette voix, elle s'approcha de Dey et de nouveau, leurs lèvres se touchèrent, mais de manière...différente cette fois-ci. C'était un baiser passionné, sauvage, comme pour lui dire qu'elle était d'accord pour vivre au jour le jour et profiter l'un de l'autre aussi longtemps qu'ils le pourraient, il était inutile de penser à l'avenir, ils n'avaient que dix-sept ans. Les mains de Loredana se baladaient sur le visage de Daemon. Elle mémorisait tous les traits de son visage, elle pourrait s'en rappeler les yeux fermés les jours où ils ne seraient pas ensemble. Elle s'abandonna quelques secondes, juste quelques secondes. Elle n'avait rien à craindre d'un baiser, c'était une chose tellement naturelle pour montrer son affection. Il pouvait être doux, il pouvait être sauvage. À cet instant, il était entre les deux. Cette bibliothèque n'existait plus, les yeux fermés, elle s'était imaginée dans un endroit désert où il n'y avait plus qu'eux. Son cœur s'emballait de nouveau, elle se demandait combien de temps il allait tenir sans s'arrêter. Tant de troubles d'un coup n'était peut-être pas bon.
Cela s'estomperait peut-être avec le temps, bien qu'elle espérait que ça ne soit pas le cas, c'était une sensation tellement agréable, une sensation que le rouge et or devait également ressentir au vue de ce qu'il lui avait dit quelques minutes auparavant. « Tu occupes une partie considérable de mes pensées. Parce que cette attirance physique entre nous me rend complètement dingue et que je ne peux m'imaginer me passer de toi, de ton corps ». Il ne pouvait pas niait que son cœur s'emballait à lui aussi. Elle aurait tellement aimé rentrer dans cette tête à ce moment précis. Leurs lèvres se séparèrent doucement, elle restait proche de lui cependant, front contre front, les yeux fermés le temps de reprendre sa respiration. Elle murmura simplement :

- Merci...de ton honnêteté.


Puis elle se tut de nouveau, profitant de cet instant. Bientôt il sera l'heure de partir, de rejoindre la Salle Commune, Daemon avait probablement du travail avec son statut de préfet. Elle ne voulait pas le laisser partir, elle aurait pu passer des heures dans cette bibliothèque, elle qui n'y allait jamais habituellement. Se redressant pour reprendre ses esprits, Loredana retrouva son sens de l'humour et elle aimait taquiner Daemon. Ça allait peut-être devenir son activité préférée qu'est-ce qu'elle en savait après tout ?

- C'est pas parce que nous deux, on ne deviendra jamais rien que tu dois annuler le dîner de ce week-end, je te l'interdis !


Elle sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Daemon Stebbins, Mer 7 Fév 2018 - 5:40







Deux aimants
qui se retrouvent...

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Celui qui cache son secret est maître de sa route.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Visiblement la réponse que je lui avais fournie, la satisfaisait. J'en avais eu la confirmation au moment où elle m'avait embrasse. j'avais retrouvé la jeune femme assoiffé de désirs de ce week-end. Le nouveau lien était lancé avec acceptation des conditions que je pouvais offrir à la gryffondore. Cela n'avait rien avoir avec ce qui s'était passé avec Elhiya en début d'année. Avec cette histoire où mon cœur avait connu ses premiers battements du à l'amour et où je mettais laisser emporter sans jamais réellement avoir le pouvoir de décider du chemin à emprunter. Certainement que tout cela avait du être un plaisir de Morgane de me jeter dans ses affres là afin que je sois consumé cœur et âme afin qu'elle se divertisse. Là, je pouvais contrôler et décider des choses. Je me sentais en sécurité et maître de mon destin. Même si je n'en avais absolument pas conscience à ce moment là. Car tout ce que je pouvais me permettre de faire, était d'agir pour survivre et pour tenter de redevenir moi.

La lutte des langues continuaient. J'avais envie de plus mais il était hors de question que je me laisse aller ici. Cependant une de mes mains ne put s’empêcher d'aller chercher le contact de sa peau sous sa chemise. Je ne poussais pas trop loin, l’attouchement car j'étais déjà suffisamment électrisé et plus aurait signé mon arrêt de mort par Loredana en premier et par la bibliothécaire si elle venait vérifier. Lentement nous nous étions détachés l'un de l'autre. Nous étions resté dans une position assez intime. Me demandait pas à quelle moment, Lo avait atterri sur moi car j'aurais été bien incapable de vous le dire. Mais cela avait permis, malgré ma taille, que nous puissions resté les yeux fixaient dans l'autre tandis que nos fronts étaient collés. Elle me remercia de mon honnêteté. Je lui soufflais :

- C'était la seule chose à faire pour te mettre en garde. Je ne sais pas pourquoi mais je ne veux pas te laisser une cicatrice le jour où l'un de nous partira.

La rouge et or avait alors rebondi par l'humour.

- Ne t’inquiète pas. Nos plans ne changeront absolument pas.

A cet instant, je m'étais mis à souffler.

- Et dire que j'étais venu pour bosser. Tu pourras te vanter d'être la première à m'avoir fait faire autre chose qu'étudier dans la bibliothèque. Malheureusement comme dirait le tragédien, toute chose agréable a une fin et nous ramène dans l sacro-sainte réalité. Et là, cette dernière me rappelle que je dois aller bientôt à une réunion avec la directrice et la racl... l'autre préfet.

Je m'étais rattrapé parce que je ne voulais pas démontrer mon animosité envers Ulysse. Parce qu'il aurait fallu donner des explications. Et celles-là, je ne désirais définitivement pas m'en souvenir en la présence de Lo. Elle était ma bouchée de douceur qui effaçait les mauvais souvenirs quand j'étais en sa présence. Je la faisait donc se lever de dessus moi et déposa en un dernier effleurement mes lèvres.

- Je te croiserai sûrement tout à l'heure. A plus tard déesse.

Je rangeais mes affaires et m'éclipsais rapidement où j'allais être en retard...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Loredana Sparks, Mer 7 Fév 2018 - 8:00


Elle n'avait aucune envie que ce moment se termine. Elle avait simplement envie que le temps s'arrête et qu'ils puissent continuer à rester ici, tous les deux sans avoir peur d'être dérangé par un élève ou la bibliothécaire. Désormais, elle savait à quoi s'en tenir avec Daemon, une relation tout à fait libre, sans promesse, sans mise en couple possible, juste une relation passionnelle afin qu'ils puissent profiter, sans se sentir coupable, des moments qu'ils pouvaient avoir tous les deux. Si seulement la réalité pouvait rester à sa place et ne pas s'interposer entre eux. Ce moment était juste parfait, elle était prés de lui, sur ses genoux, voulant garder un contact à tout pris et que cette étreinte ne s'arrête pas. Il avait beau dire que leur relation n'irait pas plus loin sentimentalement parlant, ils ne pouvaient pas nier que leur attirance l'un pour l'autre était tellement évidente. Le cœur qui bat, les frisson, la tête qui tourne, le souffle court... Était-ce réellement le fruit d'une relation sans sentiments ? Non, il y avait bien des sentiments, seulement ils ne le savaient pas eux-même, préférant vivre leur lien au jour le jour, sans penser aux conséquences que cela pourrait avoir plus tard si l'un d'eux venait à tomber amoureux d'un autre.
Le retour à la réalité se fit plus vite qu'elle ne l'aurait espéré... Daemon lui annonça qu'il était bientôt l'heure de sa réunion obligatoire avec Ulysse et Miss Philaester, le second préfet et la Direction des Gyrffondor. Lore essayait temps bien que mal de le tenir assis, mais il était bien plus qu'elle, elle ne pu pas tenir très longtemps avant que celui-ci ne soit complètement debout, détaché de son étreinte. Il déposa un dernier baiser sur ses lèvres.

- Et toi tu m'as donné envie de venir ici plus souvent, dit-elle en rigolant.

Il lui avait sourit en guise de réponse, avait attrapé ses affaires.

- Je t'attendrai devant la Grande Salle d'accord ?


Mais il était déjà parti, elle ignorait s'il l'avait entendu, mais de toute façon, elle l'attendrait tout de même. Elle resta encore quelques minutes seules dans cette petite pièce qui était étonnement vide désormais. Ses yeux se posèrent sur son devoir de Métamorphose.
Tu vas pas me lâcher toi...

Retrouvant peu à peu son état normal et serein, elle se replongea de nouveau dans ce devoir qu'elle n'avait pas intérêt à rendre en retard. Regardant le livre en détail, elle parvint à la terminer et à écrire des choses qui lui paraissaient convaincantes. Tant pis, au moins elle était parvenue à écrire quelque chose, ce qui lui semblait impossible une heure plus tôt.
À son tour, elle rangea ses affaires et se dirigea vers la sortie de la bibliothèque dans laquelle il restait encore quelques élèves. Le petit groupe d'élèves qui se trouvaient déjà là quand elle était arrivée était toujours aussi concentré. Elle se demandait quand est-ce qu'ils allaient finir par exploser. Puis elle quitta la pièce, se retrouvant dans les couloirs bondés de monde. Elle tenta tant bien que mal de frayer un chemin  jusqu'à la salle commune, bousculant certains élèves et se faisait bousculer, mais à vrai dire elle s'en ficher, elle voulait d'affaler sur un fauteuil devant la cheminée. Elle adorait ces petits moments qu'elle s'offrait après une journée intense comme celle-ci. Arrivée dans la Salle Commune des rouge et or, elle monta dans son dortoir poser ses affaires. Son chat dormait sur le lit.
Elle attrapa sa magnifique petite boule de poils qui avait bien grandie et redescendit pour s'installa sur l'un des fauteuils devant la cheminée. Là, elle pouvait réfléchir tout en câlinant la petite Sydney. Elle avait un besoin fou d'affection en ce moment...


[FIN DU RP POUR NOUS DEUX]
Revenir en haut Aller en bas
Liz Vossor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Liz Vossor, Sam 24 Fév 2018 - 9:02


RP avec Time Alyster
L.A. mutuel accordé

La bibliothèque est, était, et restera toujours l'un de mes endroits favoris. J'y emprunte beaucoup de livres, et mon plus grand défaut en rapport à cet endroit est que j'oublie souvent de rendre les ouvrages à temps. C'est pourquoi cet après-midi là, après avoir rendu mon dernier emprunt, je me dirigeai vers le fond de la bibliothèque, les joues rougissantes d'avoir une nouvelle fois oublié le délai, pour remettre le livre à sa place.

Je m'avançai timidement entre les rangées pour retrouver le bon rayon, serpentant entre les lecteurs en bon bout de temps à la recherche de l'endroit où j'avais pris mon bouquin, et retrouva l'emplacement de l'ouvrage près du mur de fond de la salle. Vous m'étonnez que j'aie mis du temps à le chercher! Tout au fond de la bibliothèque!

Je tentai d'atteindre la place destinée à l'objet que je tendais dans sa direction, en vain. Je me mis sur la pointe des pieds, mais ça ne fonctionna pas plus. Soupirant, je commençai à poser un pied sur une étagère pour prendre de la hauteur comme je le faisais à la bibliothèque régionale, avant de me souvenir que ces meubles devaient êtres bien plus bancals. Je reposai vivement ma chaussure au sol en pensant à la perspective qu'un rayonnage me tombe dessus (même si elles devaient être ensorcelées pour que ça n'arrive pas, ça ne tarderai pas avec la bibliothécaire qui découvrirait par malheur la scène).

Mais comment avais-je donc fait pour le prendre, ce livre?

Je regardai autour de moi, à la recherche d'une chaise ou d'un tabouret, mais à la place, je vis un grand blond assez mince et bien coiffé qui passait devant la rangée, en regardant autour de lui d'un drôle d'air. Je n'y prêtai pas attention, épuisée par mes maigres efforts, et, ne voyant pas d'autre alternative, je me dirigeai vers lui en l'interpelant :

- S'il te plaît! Tu peux m'aider à ranger ce bouquin? C'est trop haut pour moi!
Revenir en haut Aller en bas
Time Alyster
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Time Alyster, Dim 25 Fév 2018 - 10:57


Il devait être aux environs de 17h et les cours étaient terminés pour Time.
C'était l'hivers et le crépuscule commençait à se dessiner derrière les vitres de la bibliothèque. Cela devait faire une bonne demi-heure que Time attendait.
17h30 .... 18h00....18h30 ... la bibliothèque se vidait, personne en vue: tout étais parfait.

La réserve était enfin en vue. A lui ce savoir interdit et les plus sombres secrets de ce monde.... Il s'approchait discrètement en faisant semblant de chercher un livre.
Une main dans la poche, un doigt parcourant les reliures abîmés des livres, il sortit discrètement de sa poche sa baguette.... A lui tous les secrets sur les Inferis et surement plus... Bien sûr, il ne comptait pas utiliser la magie noire, juste la connaitre. La connaitre pour mieux la vaincre, connaitre et mieux savoir ce que cela implique de l'utiliser.
Il voulait aussi savoir pour le plaisir tout simplement.

Ils s'approchait, comme cela de plus en plus.
Au moment de se tourner vers la grille de l'interdit, une voix lui fit frôler la crise cardiaque.

- S'il te plaît !

C'est bon, c'était fini pour lui, sa baguette était clairement sortie, et il était directement tourné vers la grille, il ferma les yeux...
Allait t'il être renvoyé ?

-Tu peux m'aider à ranger ce bouquin? C'est trop haut pour moi!

Il rouvrit les yeux. C'était simplement une élève de Serdaigle...
Time rangea discrètement sa baguette et s'approcha de la jeune fille.
Elle était blonde, les cheveux court. Il ne savait pas si ces yeux était bleu ou vert, en tout cas, au vu de son regard, elle n'avait pas remarqué ce qu'avait essayé de faire Time au grand soulagement de ce dernier.

-Ho, heum, oui, je veux dire, heum.... oui oui désolé !

Encore une fois, Time se rappela qu'il n'avait pas l'habitude du contact humain.
Plutôt que de s’enfoncer encore plus dans sa timidité, il reprit son souffle et s’exécuta.


Dernière édition par Time Alyster le Sam 28 Avr 2018 - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Liz Vossor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Liz Vossor, Dim 25 Fév 2018 - 11:38


Le garçon n'avait pas l'air très à l'aise. Je l'ai vu dès qu'il s'est retourné vers moi. Il s'avança vers moi alors que je lui montrais, un peu essoufflée, l'emplacement de l'ouvrage que je tenais dans les mains. Alors qu'il s'approchait, je pus distinguer un oeil d'un bleu océanique. Je n'en voyais qu'un seul, l'autre était caché par des mèches de cheveux. N'empêche qu'il se coiffait mieux que moi.

-Ho, heum, oui, je veux dire, heum.... oui oui désolé !


Il avait l'air timide, ce grand blond. Au premier coup d'œil il avait l'air plutôt imposant en fait... on pourrait croire qu'il n'était pas du tout comme ça si on ne l'abordait pas. Encore un peu et j'étais sûre de le voir rougir. Je lui souris alors qu'il prenait le livre que je lui tendais, et lança :

- Je m'appelle Liz, je suis à Serdaigle. Et toi?


Je lui posais une question de base. Mais la curiosité m'emporta et j'ajoutai bientôt :

- Je suis venue pour rendre des livres, et en emprunter d'autres aussi, pourquoi pas. Toi aussi je suppose? A moins que tu ne sois juste venu chercher des informations? Quelque chose pour des cours? Ou alors... ou alors t'es tout simplement venu pour lire tranquillement?
Revenir en haut Aller en bas
Time Alyster
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Time Alyster, Dim 25 Fév 2018 - 12:11


Il rangeât aisément le livre à sa place.
Par contre, lui, n'était pas à l'aise... Sa respiration s'accélérait, sa gorge se noua et il se sentit rougir. Il fallait reprendre son calme. Il analysa donc la jeune fille pour s'occuper l'esprit.
Il était 18h30, la plupart des élèves étaient dans leurs dortoirs à cette heure-ci, elle était donc surement passionnée de lecture, surement une Serdaigle donc.
Non pas que les Gryffondor et les Poufsouffles n'aimaient pas lire, au contraire, mais que.... enfin bon, c'était logique, il n'y a que des Serdaigles pour traîner dans la bibliothèque à cette heure-ci. Ou des fous comme lui.
Elle avait remarqué qu'un seul œil était visible, mais elle n'avait ni l'air gêné ou apeuré, preuve qu'elle en avait déduit que ses cheveux cachait son deuxième œil. Tant mieux pour lui.
On le coupa dans ses pensées.

- Je m'appelle Liz, je suis à Serdaigle. Et toi?

Bingo, il avait eu raison. Time ouvrit la bouche pour répondre mais il se fit couper aussitôt.

- Je suis venue pour rendre des livres, et en emprunter d'autres aussi, pourquoi pas. Toi aussi je suppose? A moins que tu ne sois juste venu chercher des informations? Quelque chose pour des cours? Ou alors... ou alors t'es tout simplement venu pour lire tranquillement?


Il ne savait pas comment répondre.... Il prit sur lui et tenta de répondre sans faire de dégâts.

-Je me prénomme Time. Time Alyster. Je suis de Serpentard. Je suis venu vaguer à des loisirs comme lire ou admirer l'horizon, tout simplement.
Je cherchait Démons du... heum rien, je cherchait de simple romans....


C'était moins une, il essayais désespérément de rester calme malgré ses bourdes ...
Qui irais parler sous ce tons !? Et pourquoi a t'il faillis citer un livre de la réserves ??
Time était vraiment un cas désespéré.




Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Liz Vossor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Liz Vossor, Dim 25 Fév 2018 - 12:39


Le blond mit un peu de temps à répondre, cherchant sûrement ses mots.

- Je me prénomme Time. Time Alyster. Je suis de Serpentard.

Je me retint de froncer les sourcils. Un Serpentard à la bibliothèque, et à cette heure-là? Enfin pas que tous les Serpentard n'aiment pas lire, mais bon... Quand même. Heureusement, l'autre semblait ne rien avoir remarqué de mon rapide doute puisqu'il enchaîna :

- Je suis venu vaguer à des loisirs comme lire ou admirer l'horizon, tout simplement. Je cherchait Démons du... heum rien, je cherchait de simple romans....

Je le regardais avec un étonnement franc pendant plusieurs secondes. Il pensait vraiment me faire gober qu'il était venu à la bibliothèque pour regarder le paysage? Et puis d'abord, "Démons du fond des mers" était un livre moldu, non? Ou un documentaire télévisé, je ne savais plus... Ou peut-être que c'était un livre d'aventure de sorciers? Un de ceux que j'avais lu peut-être? Avec tous ceux que je lisais, il ne serait pas étonnant que j'en oublie un... En même temps des romans fantastiques qui commençaient par "Démons du" il y en avait pas mal.

- C'est quoi le titre en entier de ton livre? Je connais plusieurs livres sur les Démons, fictifs ou non, je peux peut-être t'aider?

Puis je repris bientôt, sur un ton d'indifférence :

- Et puis tu sais, si tu es venu pour lire et emprunter des livres, t'en fait pas, je vais pas te juger, c'est pas la première fois qu'un Serpentard vient ici pour le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Time Alyster
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Time Alyster, Dim 25 Fév 2018 - 17:39


- C'est quoi le titre en entier de ton livre? Je connais plusieurs livres sur les Démons, fictifs ou non, je peux peut-être t'aider?

La réaction de la jeune Aigle ne se fit pas attendre, elle semblait fort.... interrogé.
Étais-ce à cause de son œil, de son manque de confiance, de son lapsus révélateur, de l'heure ?
Time devait être fin. Très fin.

Time ne savait pas que répondre... soit il avait en face de lui une pure-sang extrémiste et dans ce cas, impossible de citer des romans moldus qui avaient souvent des noms en "Démon"... soit une inculte de la culture Moldus, dans ce cas, tant mieux pour lui.... ou une cultivée, et là, il n'avait pas intérêt  à citer n'importe quoi....  
Tant de tension dans une réponse !
Il lui fallait très vite un roman qui commençait par "Démon"
Puis, encore une fois, elle le coupa dans ses pensées.

- Et puis tu sais, si tu es venu pour lire et emprunter des livres, t'en fait pas, je vais pas te juger, c'est pas la première fois qu'un Serpentard vient ici pour le faire.



Qu'avait elle imaginé ? Il n'avait pas honte de lire, loin de là, au contraire même... Il l'avait même dit qu'il était venus pour lire....

-Certe, qui ne viendrais pas dans une bibliothèque pour autre chose que lire ? Lorsque que je mentionnais le paysage je......
Time eu un moment de coupure... il n'arrivait plus à parler de son ton habituel... il ne savait pourquoi...
je.....
je lisais, évidement.
Comme tout le monde quoi.
Je voulais juste dire que c'était jolie dehors.......
Je demandais si tu n'avais pas vu "Demon Wars" mais j'ai eu un lapsus, c'est romans moldu.... excuse-moi....


Il devait passer pour le dernier des idiots maintenant.
Il avait perdu le fil de ses paroles et changé de tons au beau milieu d'une phrase...
Il commençait à trembler légèrement.... comment allait-il réagir ? Comment allait-ELLE réagir ?
Il ne pouvait pas s'échapper.... plus parler d'un ton hautain pour faire fuir. Et il commençait à faiblir....
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Liz Vossor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Liz Vossor, Mar 27 Fév 2018 - 13:04


- Certes, qui ne viendrais pas dans une bibliothèque pour autre chose que lire ?

Si je n'avait pas eu peur de me rendre ridicule ou de la bibliothécaire, je me serai immédiatement frappé la tête contre une étagère. J'avais en tête une horrible image des Serpentards, et fausse par-dessus le marché. Pourquoi voudrait-il cacher le fait qu'il aime lire? Les Serpentards n'allaient sûrement pas rejeter un de leurs camarades parce qu'il aimait les bibliothèques!

Je me sentis parfaitement stupide. Il fallait que je mette à jour mon jugement sur les verts et argent.

- Lorsque que je mentionnais le paysage je... je... je lisais, évidement.


Time bégayait. Il avait adopté un autre ton, juste après s'être interrompu. Je sentais que quelque chose n'allait pas.

- Comme tout le monde quoi. Je voulais juste dire que c'était joli dehors... Je demandais si tu n'avais pas vu "Demon Wars" mais j'ai eu un lapsus, c'est roman moldu... excuse-moi...

Et enfin je compris. J'avais pourtant déjà eu affaire à plusieurs personnes qui avaient elles aussi du mal à avoir une conversation normale, que ce soit à Poudlard ou chez les moldus!

Je me demandais pourquoi je ne l'avais pas remarqué plus tôt. D'habitude c'est le cas, et j'arrive à trouver l'expression et le ton qu'il faut... voire les paroles.

L'autre tremblait et rougissait. Il devait se sentir comme un élève interrogé sur un sujet qu'il ne connaissait pas.

Je tentai de rattraper le temps perdu et lui souris franchement et avec le plus de sympathie possible :

- Je ne l'ai pas lu, celui-ci. Merci de m'avoir donné le titre, je ne savais plus quoi lire. J'aime bien les romans moldus, et les moldus tout court. Je suis moi-même née-moldue. Si tu veux, je peux te conseiller pour emprunter quelque chose? En trois années passées à venir lire ici, j'en connais peut-être qui t'intéresseront. Tu aimes quel genre de livres?


Ayant fait l'erreur de ne pas analyser plus tôt ce qu'il disait pour parler de sujets sur lesquels ils se sentirait le mieux, j'en tentais deux : les moldus et les livres. J'espérai qu'il aimait l'un des deux... Sinon j'aurai commis une erreur : si il ne trouvait plus ses mots, il risquait d'avoir l'impression de s'enfoncer un peu plus, et je ne voulais surtout pas lui donner cette impression.
Revenir en haut Aller en bas
Time Alyster
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Time Alyster, Mar 27 Fév 2018 - 13:41


-Je ne l'ai pas lu, celui-ci. Merci de m'avoir donné le titre, je ne savais plus quoi lire. J'aime bien les romans moldus, et les moldus tout court. Je suis moi-même née-moldue. Si tu veux, je peux te conseiller pour emprunter quelque chose? En trois années passées à venir lire ici, j'en connais peut-être qui t'intéresseront. Tu aimes quel genre de livres?

Évidement, cela ne pouvait passer inaperçu. Liz avait l'air gênée, ou énervée. Ou fatiguée ?
Time n'arrivait plus à réfléchir, ses pensées défilaient à une vitesse folle. Il devait se reprendre et au plus vite.
Mais il n'y arrivait pas.
Comme  son esprit et son corps ne fonctionnaient plus ensemble.
Au fur et à mesure qu'il paniquait, il commençait à accélérer sa respiration.
Il connaissait bien ce sentiment, celui d'une crise d'angoisse.
Il savait pertinemment que si il n'arrivais à se reprendre, très vite, il terminera par terre en train de pleurer.
Sa gorge et son estomac se nouèrent et ses muscles se contractaient petit à petit.
Comme si cela ne suffisait pas, une flopée d'idée noires se mêlèrent à cette tempête interne.
Il se sentait nul.
Incapable.
Idiot.
Faible.  
Il réussit, une trentaine de seconde plus tard à répondre d'une petite voie:

-j'aime bien les romans fantasy..... moldus comme sorcier....
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Liz Vossor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Liz Vossor, Mer 28 Fév 2018 - 9:18


Le Serpentard parlait maintenant d'une voix faible, et il avait pâlit. Je n'avais pas réussi à relancer la conversation dans le sens que je voulais. Je commençais sérieusement à m'inquiéter pour lui, et à paniquer : je n'étais jamais arrivée à un tel stade de mal aisance avec quelqu'un.

Est-ce qu'il allait faire un malaise? Je ne comprenais pas ce qu'il se passait, et ça ne faisait qu'agrandir mon sentiment.

Je ne savais pas quoi faire et j'étais en proie à un sentiment d'impuissance totale. Et mon inquiétude commençait en plus à se voir sur mon visage... Il fallait que je dise quelque chose. Je réfléchis à toute vitesse, mais tout ce qui me passa par la tête était stupide. Je n'arrivais pas à réfléchir correctement. Peut-être que l'honnêteté était une solution? "Tu as du mal à parler aux gens c'est ça?" Ouais un peu trop violent, quand même. Le silence devenait pesant, alors je lâchai, pas trop sûre de moi :

- Il y a de ce type de romans par là-bas... Tu veux venir voir?

Puis, voyant qu'il ne répondais pas, je lançai :

- Ça va? Tu n'as pas l'air très bien...

Je sentais que ce n'était pas la meilleure chose à dire. Mais je ne savais pas quoi dire d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Au fond de la bibliothèque

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 21 sur 24

 Au fond de la bibliothèque

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22, 23, 24  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Bibliothèque-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.