AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 1 sur 9
Un port
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Invité
Anonymous
Invité

Un port Empty
Un port
Invité, le  Lun 2 Juin 2014 - 19:18

RP with Merit.


C'était un week-end pluvieux, mon grand-père était venu me cherchée au château pour passait ces deux jours dans la tranquillité de la maison londonienne. Le samedi se déroula doucement aux côtés d'Ellie avec qui je lisais quelques bouquins et qui me faisait révisé mes cours de la semaine autour d'un café chaud. Je passa aussi beaucoup de temps au près de ma mère même si ma présence semblait lui faire ni chaud, ni froid. Son regard était vide, tout simplement, quant à mon frère, il était chez sa copine. On se voyait peu en ce moment, surtout parce qu'il avait quitté Poudlard et qu'il faisait à présent des études pour être Auror.


***


Il pleuvait des cordes, ce dimanche. C'était bien ma veine, tiens ! Mon sac à dos sur l'épaule, je poireautais devant la maison, attendant le Magicobus. Mes cheveux dégoulinaient d'eau et mes vêtements étaient déjà à moitié trempés. Le bus magique ne tarda pas à arrivée et je monta en grognant. Quelques temps plus tard, j'étais arrivé dans la petite ville portuaire ou habitait la soeur de ma mère. Je marcha quelques temps sous la pluie et finis par m'arrêter devant une grande maison à la façade couleur crème. Je sonna à la porte et à peine eus-je le temps de souffler que cinq petites têtes blondes firent leur apparition. J'embrassai avec affection mes cousins tous plus adorables et mignon les uns que les autres. Ils avaient grandis, d'ailleurs. Ou alors c'était parce que je ne les avaient pas vu depuis longtemps ? C'était curieux, lorsqu'on revoyait de la famille, les commentaires étaient toujours les mêmes.  « Tu vas bien ? Quoi de neuf ? Oh mais tu as grandis ! T'es encore plus jolie que la dernière fois. » J'échangea quelques mots avec mes cousins dans le salon, lorsque ma tante, toute rondelette, arriva. Elle me prit dans ses bras et me serra à l'étouffer. Elle n'avait pas changée, elle ! Tante Meg m'offrit un chocolat chaud et une part de fondant au chocolat. Meggie était une magnifique cuisinière. Ses gosses et la pâtisserie c'était toute sa vie. En tout cas, j'adorai venir chez elle. Je me sentais en quelques sorte chouchoutée sans doute parce que elle n'avait pas de fille. Je passa les deux prochaines heures à l'aidais à faire des cup-cakes pour une commande tout en échangeant des anecdotes et à jouer à cache-cache avec les blondinets. Puis, vers 15h00, alors que l'ambiance commençait à se faire étouffante, la pluie cessa et je décidais donc d'aller courir. J'enfila donc un jogging et un sweat que j'avais laissée lors de ma dernière visite, parce que mon jean et mon haut n'était toujours pas sec, et je sortis dehors. Mes pas me conduisirent au port. J'aimais beaucoup cette endroit, lorsque je venais ici, je m'y promenais souvent. Essoufflée, je m'assis quelque part et j'observais les bateaux amarraient. Il y avait un beau voilier blanc qui attira mon regard. Ce serait chouette d'avoir un voilier comme ça. C'était cette pensée que je me faisais lorsque quelqu'un s'assis à mes côtés. Je me penchai vers elle et reconnue Merit Sullivan, une amie de Gryffondor. Je fus un instant étonnée et finit par engageais la conversation, joyeusement.

« Salut Merit ! Tu vas bien ? Qu'est ce que tu fais ici ? »

Je lui adressa un sourire avant de reporter mon attention sur la mer. C'était joli, j'aimais bien la mer. C'était à la fois doux et calme mais elle pouvait s'avérait être rebelle et rugissante. Mes yeux gris brillaient doucement. Mon regard se porta à nouveau sur le voilier tout en me demandant si ça gênerait le propriétaire si j'y mettais un pied, rien que pour voir... Mais... ça ne devait pas posait de problèmes si il ne le savait jamais...?


Dernière édition par Merit Sullivan le Dim 27 Juil 2014 - 18:04, édité 1 fois (Raison : Correction du titre (suppression du point))
Invité
Anonymous
Invité

Un port Empty
Re: Un port
Invité, le  Lun 9 Juin 2014 - 11:36

Assise devant la fenêtre de son dortoir qui donnait sur le parc, Merit observait d'un regard vide la pluie tomber en trombe dehors. Cela faisait plusieurs heures que la jeune femme cherchait quelque chose à faire en ce week end pluvieux... La plupart des personnes qu'elle connaissait était repartie chez de la famille pour les deux jours et les autres étaient en plein dans leur révision pour leur ASPIC... Et même si c'est ce que l'australienne aurait du faire, elle n'avait pas la tête à se mettre la tête dans les parchemins. Le mauvais temps la déprimait, elle préférait de loin le soleil de son pays.

Se résignant finalement, la jeune femme alla s'installer sur son lit, bien décidée à ne rien faire de la journée. Mais c'est là qu'elle se souvint que ses grands parents étaient de séjour à Londres jusqu'à week en prochain. Se levant alors d'un bon, la lionne ouvrit son armoire pour prendre de quoi se couvrir, et sortie presque en courant de la tour de Gryffondor.

En arrivant dehors, la rouge et or fit de son mieux pour rester à l'abri de la pluie et sortie rapidement de l'enceinte de Poudlard. Préférant rester au sec, elle prit le Magicobus, et s'installa confortablement en attendant d'arriver. Ca faisait longtemps qu'elle n'avait pas pu voir ses grands parents et elle était persuadée que ça leur ferait plaisir de la voir. De toute manière c'était eux qui lui avait dit qu'elle pouvait venir les voir une journée, alors autant profiter de leur présence.

Sortant enfin du Magicobus, Merit se rendit directement jusqu'à l'adresse qu'ils lui avaient donné et toqua à la porte. Sa grand mère lui ouvrit avec un sourire chaleureux et la jeune femme ressentie la joie qu'elle avait perdue en revenant à Poudlard après ses dernières vacances. Elle reçu la même chaleur de la part de son grand père et décida de rester plus longtemps que prévu.

***

Plusieurs heures plus tard, l'australienne ressortie de la maison. Elle avait pu, à son plus grand plaisir, déjeuner un des merveilleux plats que préparait sa grand mère et jouer aux échecs sorciers avec son grand père, comme elle le faisait il y a quelques années. Un sourire aux lèvres, elle remarqua que la pluie avait cessé et décida d'aller faire un tour du côté du porc avant de rentrer au château...

Marchant pendant quelques minutes en regardant les bateaux amarrés, Merit reconnu de loin une de ses camarades de maison. Elle s'approcha donc d'elle et s'assit finalement sur le banc à ses côtés. La lionne attendit un moment avant que la rouge et or ne la remarque et lui adressa un sourire quand elle lui parla finalement.

« Salut Merit ! Tu vas bien ? Qu'est ce que tu fais ici ? »

- Oui ça va, un peu dégoutée par le temps, mais tant pis ! Et je suis venue rendre visite à mes grands parents, mais j'ai préféré aller me balader avant de rentrer. Et toi ?
Invité
Anonymous
Invité

Un port Empty
Re: Un port
Invité, le  Dim 29 Juin 2014 - 17:56

Mon regard posé sur le voilier blanc, je réfléchissais, un sourire vague sur le visage. Il me fallait bien ma bêtise du week-end, n'est-pas ? Quelques secondes plus tard, mon plan semblait être correct. C'est que ça cogite, dans ma petite tête. Je posa un regard malicieux sur Merit qui me répondait au même moment.

« Oui ça va, un peu dégoûtée par le temps, mais tant pis ! Et je suis venue rendre visite à mes grands parents, mais j'ai préféré aller me balader avant de rentrer. Et toi ? »

En jouant avec mes nombreux bracelets de différentes couleurs vives, je lui souris et m'empressais de lui répondre.

« Moi ? Hmm... J'ai passé le samedi chez mon grand-père à Londres et aujourd'hui j'ai décidé de venir voir ma tante et mes blondinets de cousin. Heureusement j'ai réussi à m'échapper au cercle vicieux qui était gâteaux-jeux-biberons. C'est sûr que le temps n'est pas top, mais ça va, je suis habituée. Pas toi, je suppose, ça doit être chouette, l'Australie. »

Je savais peu de choses de ma camarade de maison, ce dont j'étais sûre, c'est qu'elle était Australienne. Et la seule chose que je sais de son pays, c'est qu'il fait beau et chaud, là-bas. Aussitôt je me promis qu'à ma sortie de Poudlard, j'irai faire un tour dans le pays d'origine de la lionne. Revenons donc à nos moutons. Oui, le voilier. Oui, je comptais m'introduire dedans. Oui, je savais que c'était pas bien. Et si je me faisais arrêter par des Aurors Moldus, hein ? Mais nooon, il y avait une chance sur dix pour que je tombe sur le propriétaire du bateau. Allez, c'est décidée, j'y vais, moi ! Il me faut ma bêtise du week-end, naméoh ! Et depuis quand tu réfléchis avant d'agir, As' ? J'adressa un sourire taquin à ma camarade qui ferait une parfaite complice, les traits de mon visage disait clairement « on va faire des bêtises, c'est pas génial ? ». Ne voulant pas perdre de temps, je me levais d'un bond. Je pris Merit par le poignet et la forçais à me suivre, l'entraînant dans mon sillage. Mon plan ? Monter sur ce superbe voilier !

« Ca te dis de monter dans un Voilier ? De toute façon tu n'a pas le choix ! Dis, tu saurais conduire un Voilier ? » Dis je avec entrain.

J'avais dis tous ça en parlant, il n'y avait pas de temps à perdre. J'étais un brin surexcitée, postée juste devant le bateau, je passais d'une jambe sur l'autre, impatiente. Mes yeux couleurs gris cherchaient un moyen de monter dessus sans finir toute trempée. Anh, on va y aller par-là. Je lâcha Merit pour m'engager sur une petite passerelle et quelques secondes plus tard, je me trouvais sur le pont. Je fis signe à Merit de venir immédiatement tout en commençant la visite du voilier. Un peu plus loin trois chaise longue était posé, avec une serviette et de la crème solaire sur l'une d'elle. Il y avait aussi une glacière. Je fronçais les sourcils, si c'était pas chelou ça, avec ce temps. Ca disait clairement : je pars pour hawaii, je vais me baigner, je vais bronzer, je vais flemmarder. Je vais en vacaaace ! Le proprio, il comptait aller aux îles ou quoi ? Peut-être que si je lui demandais, il accepterais de nous prendre avec lui, le propriétaire. Je me saisis d'un soda dans la glacière et en tendit un autre à Merit.

« Viens on continue notre exploration par-là » Dis-je après avoir avalé une gorgée de boisson.



Dernière édition par Astrid N. Reckless le Lun 7 Juil 2014 - 16:17, édité 1 fois
Invité
Anonymous
Invité

Un port Empty
Re: Un port
Invité, le  Dim 6 Juil 2014 - 17:04

La pluie avait bien démoralisé la Sullivan qui rêvait de soleil et de chaleur pour faire bronzette, sans se soucier de rien. Une brise de vent glaciale fit son apparition, rafraichissant l'air autour des lionnes. Resserrant sa veste autour d'elle, Merit tourna la tête vers sa camarade, attendant sa réponse. A vrai dire, elle ne savait pas si c'était une bonne idée de rester là, à contempler la mer, alors que le vent soufflait... Elles risqueraient de tomber malade.

« Moi ? Hmm... J'ai passé le samedi chez mon grand-père à Londres et aujourd'hui j'ai décidé de venir voir ma tante et mes blondinets de cousin. Heureusement j'ai réussi à m'échapper au cercle vicieux qui était gâteaux-jeux-biberons. C'est sûr que le temps n'est pas top, mais ça va, je suis habituée. Pas toi, je suppose, ça doit être chouette, l'Australie. »

- Oh tu as des petits cousins, c'est sympa ! Et pour le temps... C'est vrai que ça me change de l'Australie, mais après 7 années à Londres, je me suis habituée. Bien que je préfère rester chez moi, où il fait chaud. Mais je vais rester ici l'année prochaine. Ca va trop me manquer et j'ai un boulot au moins.

Tournant la tête vers son amie, l'australienne remarqua son sourire. Un sourire taquin qui en disait long sur ses intentions. Elle comptait clairement faire une connerie, ça se voyait et la jolie brune s'y connaissait bien dans ce genre de choses. Sans qu'elle s'y attende Astrid se leva brusquement, faisant alors sursauter Merit, qui ne pu rien faire d'autre que suivre sa camarade qui avait attrapé son poignet pour la tirer avec elle.

« Ca te dis de monter dans un Voilier ? De toute façon tu n'a pas le choix ! Dis, tu saurais conduire un Voilier ? »

La Sullivan ne pensait pas que c'était une bonne idée. Pour une fois, elle était raisonnable et ne comptait en aucun cas enfreindre n'importe quelle règle. Les propres conneries qu'elle faisait, c'était à Poudlard et non pas dans un port. Mais remarque l'idée pouvait être tentante pour se divertir alors que le temps n'était pas au rendez-vous. Changeant rapidement d'avis, un sourire se forma sur les lèvres de la jeune femme qui suivit avec entrain son amie.

Examinant le bateau de loin, les deux Gryffondor cherchèrent un moyen d'y monter. Trouvant rapidement la passerelle qui les mènerait sur le pont, la jeune femme s'engagea à la suite de son amie sur le bateau. S'avançant rapidement aux côtés de la lionne, Merit remarqua à son tour des chaises longues et tout le nécessaire pour se dorer la pilule au soleil. Fronçant le nez et jetant un coup d'œil au ciel noir de nuages, la jeune femme se demanda à quoi ce matériel servirait à la personne qui s'occupait de cet engin. Astrid s'avança vers la glacière, suivit de Merit et attrapa deux sodas avant d'en tendre un à Merit.

« Viens on continue notre exploration par-là »

Ouvrant sa propre canette, Merit hocha la tête et bu plusieurs gorgées qui coula dans sa gorge. Le liquide était frais tout comme la température dehors. Devançant Astrid, Merit ouvrit une porte qui donnait sur des escaliers descendants. Faisant un signe à sa complice, l'australienne s'engagea silencieusement à bord et suivit le couloir jusqu'à la première porte où elle tomba. L'ouvrant en silence, Merit passa sa tête à l'intérieur pour voir si personne ne s'y trouvait. La voie étant libre, la lionne s'avança à l'intérieur. C'était la cuisine. Un sourire sur les lèvres, elle attrapa une pomme qui trainait pas là et l'essuya avant de croquer dedans.

-Buffet à volonté !
Invité
Anonymous
Invité

Un port Empty
Re: Un port
Invité, le  Jeu 10 Juil 2014 - 14:04

Merit s'était d'abord montré réticente à monter dans ce Voilier mais elle me suivit ensuite avec entrain. Après avoir saisit un soda dans le parfait petit coin pour bronzer au soleil, si il y avait du soleil, je proposais donc d'aller explorer le bateau un peu plus loin tandis que la lionne me devançait. Sullivan ouvrit une porte menant à un escalier descendant, je fis couler la boisson fraîche et sucrée, jeta la canette sur le sol et suivit la rouge et or dès qu'elle me fit signe. Je la suivit en longeant un long couloir étroit et l'australienne ouvrit la première porte, vérifia qu'il n'y est personne et pénétra à l'intérieur. C'était une lumineuse et spacieuse cuisine avec tous les équipements modernes, tous inconnus, que je n'avais jamais vu auparavant. Sacrés moldus... Ma cuisine à côté, ressembler à un placard. D'un oeuil amusé, j'aperçu mon amie qui croquait dans une pomme qui traînait par là après l'avoir essuyée.

« Buffet à volonté ! »  
S'écria la rouge et or.

Je me rendis devant le frigo et l'ouvrit en grand. Il y avait plusieurs bouteilles de boissons et d'alcools, une coupole de fruit, des crèmes dessert et bingo, un gros gâteau au chocolat qui avait l'air délicieux. Je le posais au milieu de la table, je fouilla dans plusieurs tiroirs et je sortis un couteau ainsi que deux assiettes. Sur le gâteau était écrit en rose : « Joyeux Anniversaire, Mary ! » Effectivement, joyeux anniversaire Mary et merci pour ton gâteau !

« Gâteau au chocooolat ! » M'écriais-je, un grand sourire aux lèvres.

Je m'assis sur une chaise haute et coupa deux grosses part, sachant que la brune était une grande gourmande, voir même une vraie goinfre. Je posais les deux parts de gâteau dans chaque assiette et en tendit une à Merit. Je dévorais mon assiette silencieusement, mon amie faisant de même. Hmmm... j'aime le chocolat !

« C'est pas un max chelou ? On est en train de bouffer le gâteau d'anniv', d'une certaine Mary, dans un voilier qui n'est pas à nous. La journée s'annonce plus chouette que ce que je pensais... » Dis, songeuse en avalant une bouchée.

Toujours avec le même sourire malicieux, je mis mon assiette dans l'évier et fit signe à Merit  qu'on en avait finit avec cette pièce. On avait le ventre bien plein, non ? Je longeais un moment le couloir et ouvrit une porte blanche au hasard. Prenant même pas la peine de vérifier si il y avait quelqu'un, je n'étais pas aussi prudente que l'australienne, j'entrais dans ce qui semblait être une grande salle de jeux. Un billard par-ci, un baby-foot par-là, une télé et plusieurs poufs. Et ce n'était pas...

« Un jacuzzi ! Y a un jacuzzi, Rit. On l'essaye ? » Demandais-je avec un mince sourire taquin.

Je regardais un peu partout à la recherche de maillots. Pourquoi pas profiter que ce superbe Voilier soit vide, hein ? Il y avait une chance sur un million pour quand se fasse choper. Nan ?...  
Invité
Anonymous
Invité

Un port Empty
Re: Un port
Invité, le  Lun 14 Juil 2014 - 0:10

Après être entrée dans les cuisines du bateau avec furtivité, Merit ne s'était pas gênée pour se servir, attrapant une pomme pour croquer goulument dedans. Mais ça ne l'empêchait pas de rester sur ses gardes, restant à l'affut de n'importe quel bruit qui pourrait leur annoncer l'arrivée d'un quelconque propriétaire. Personne ne pouvait contrôler les agissements des gens, et ça pourrait être mauvais pour les deux jeunes femmes si elles se retrouvaient face à un propriétaire violent. Malgré la présence de leur baguette, elle ne pouvait assurer pleinement leur sécurité.

Astrid s'engagea à son tour dans la cuisine sous le regard de Merit qui finissait sa pomme. Elle jeta le trognon à la poubelle, maniaque comme elle était, et s'essuya rapidement les mains avec un torchon. Pendant ce temps là, la lionne venait d'ouvrir le frigo. Triomphante, elle en sorti un énorme gâteau au chocolat qui donna extrêmement faim à l'australienne très gourmande. Le posant au milieu de la table, Astrid reparti à la recherche de couverts tandis que Merit regardait le gâteau... La pauvre jeune fille qui allait fêter son anniversaire se retrouverait sans gâteau. Oh peu importe. Vu le luxe du bateau, elle pourrait s'en payer des dizaines.

« Gâteau au chocooolat !

Tournant la tête vers sa camarade, la jeune femme la vit afficher un grand sourire avant de s'approcher de la table avec des assiettes et un couteau. Elle coupa deux grosses parts de gâteau si bien que Merit pensait qu'elle ne finirait pas son assiette. Commençant à manger doucement, la Gryffondor finit par l'engloutir. Elle aimait le chocolat. Mais sa mère n'approuverait sûrement pas qu'elle en mange autant. Tant pis si elle était malade. L'infirmière de Poudlard trouverait bien un truc à lui donner si jamais ça devait arriver.

« C'est pas un max chelou ? On est en train de bouffer le gâteau d'anniv', d'une certaine Mary, dans un voilier qui n'est pas à nous. La journée s'annonce plus chouette que ce que je pensais... »

Oh si c'était bizarre. Et inquiétant. Mais oui, on pouvait appeler ça une " chouette " journée. Elles avaient finalement trouvé le moyen de s'amuser malgré le temps pourri qu'il y avait dehors. Imitant Astrid, la jeune femme attrapa son assiette et la déposa dans l'évier, ils pourraient très bien faire la vaisselle. Suivant sa complice, elle s'engagea à nouveau dans le couloir, la laissant ouvrir une porte blanche sans s'inquiéter de la présence de quiconque. A l'intérieur, une salle de repos avec tout ce qu'il fallait. Même un jacuzzi...

« Un jacuzzi ! Y a un jacuzzi, Rit. On l'essaye ? »

L'australienne adorait les jacuzzis. Baissant finalement sa garde, elle se dirigea vers une malle et l'ouvrit en grand. A l'intérieur, plusieurs maillots de bain. En attrapant un, elle se rendit derrière une sorte de rideau qui permettait sans doute de sa changer. Elle enfila sa trouvaille aux couleurs du drapeau anglais et réduit la taille d'un coup de baguette. Merit tira le rideau et sans dire un mot, couru presque jusqu'au jacuzzi avant de s'enfoncer dans l'eau jusqu'au cou.

- Dépêche toi Astrid! L'eau est super bonne !

Juste avant d'entrer dans l'eau, Merit avait déposé sa baguette à côté d'elle. Elle ne s'en séparait jamais, trouvant que cette dernière la rassurait. Elle pouvait s'en servir à tout moment pour se protéger. Se déplaçant légèrement dans le bassin, la jeune femme se rendit compte qu'il manquait les bulles. Elle s'approcha lentement des boutons qui se trouvaient sur le jacuzzi et appuya au hasard pour déclencher les machines à bulles comme elle aimait les appeler. Puis elle se réinstalla confortablement, fermant les yeux pour se reposer et profiter.
Invité
Anonymous
Invité

Un port Empty
Re: Un port
Invité, le  Mar 15 Juil 2014 - 13:44

Mes yeux fouillaient la salle de jeux à la recherche de maillots de bain mais Merit fut plus rapide que moi. Elle ouvrit en grand une malle, sortit un maillot et elle alla se changer derrière un rideau. Elle portait un joli maillot aux couleurs du drapeau anglais. D'un air amusé, je la regarda se glisser dans l'eau avec plaisir. Elle me cria de se dépêcher et que l'eau était bonne et ses paroles eurent le don de me faire sourire. Je saisis un maillot deux pièces rouge et alla me changer à mon tour. C'était curieux, ça m'allait parfaitement. Je déposais à la va-vite mes vêtements sur le sol et j'entra avec un sourire en coin dans le jacuzzi, au côté de mon amie. Cette dernière avait pendant mon absence mit les bu-bulles. Je m'étendu de tout mon long, ferma les yeux et profita. Profiter, tout simplement. Je lâcha un soupir de bonheur, tout en jouant avec l'eau. Je plongea sous l'eau et retint ma respiration avant d'émerger à la surface. Je resta un moment dans le jacuzzi avant de sortir. J'avais la gorge sèche et j'avais horriblement soif. Je me saisis d'un serviette jaune dans la malle, m'enroulait à l'intérieur et les cheveux dégoulinants d'eau, je me tournais vers Merit.

« Je vais me chercher un soda ! Tu veux quelques chose ? Je reviens ! »

A peine eus-je entendu la réponse de l'australienne que je sortis dans l'étroit couloir, vêtue d'une simple serviette. Pieds nus, je traversa le corridor, ouvrit plusieurs portes, les refermaient. Elle était passé ou la cuisine ? J'avais soif, moi ! Quelques portes plus tard, j'entrais enfin dans la grande cuisine. Je me versa un verre de thé glacé, avec des glaçons et une paille rouge et or. Gryffondor jusqu'au bout des ongles ! Hum. Comme j'allais retrouver le chemin de la salle de jeux, maintenant, moi ? Et puis, je commence a avoir froid... Je sirotais ma boisson et tenta de retrouver mon chemin. Quelques minutes plus tard, je pouvais dire que je m'étais définitivement perdue. Se perdre dans un voilier qui n'est pas à moi, pieds nus, enroulé d'une serviette et les cheveux dégoulinants d'eau ! Franchement, on aura tout vu ! Si un boursouflet volant débarque, je ne serais pas plus étonnée que ça, moi je vous le dis. Tient, y a un escalier là. Intriguée, je le gravis et pénétrais sur le pont. Pfff... Je me retrouvais au point de départ ! Fallait que je retrouve Mémé, je n'ai même pas ma baguette sur moi. Le froid me surprit, mes petits pieds étaient tout glacés. Soudain, j'entendis un grand fracas. Sans réfléchir mes yeux s'arrêtèrent sur une malle. Je me jetais à l'intérieur.

« Put*** ?! Qui est là ?! » Cria une voix forte, masculine, qui me semblait pas inconnu...

Terrifiée, je resta sans bouger et je n'émis aucun bruit. Par un petit trou, je pouvais voir un homme de dos, armé d'une... poêle à frire ?!  Je me mordis la lèvre inférieur pour retenir un petit rire... Aie, aie, aie... Comment on allait sortir de ce pétrin ? Et Merit, elle était ou celle-là ? Peut-être qu'elle aura le temps de passée par derrière et de s'en aller...
Invité
Anonymous
Invité

Un port Empty
Re: Un port
Invité, le  Mar 15 Juil 2014 - 18:13

Habillée d'un maillot de bain qui ne lui appartenait pas, Merit s'était vite plongée dans le jacuzzi. Mettant les bulles en route en attendant son amie, la jeune femme s'était finalement détendue, gardant néanmoins sa baguette à côté d'elle. Astrid l'avait rejoint en un rien de temps, elle aussi avec un maillot de bain qui appartenait à une autre personne. Lui adressant un sourire, l'australienne la regarda s'allonger entièrement dans le jacuzzi, profitant des bulles.

Soupirant de plaisir, Astrid jouait avec l'eau comme une enfant, ce qui amusait la lionne qui gardait le sourire. Puis la Gryffondor plongea la tête sous l'eau d'un seul coup, faisant sursauter Merit qui la regarda émerger quelques secondes plus tard. Puis Astrid sorti de l'eau sans rien dire sous le regard perplexe mais détendu de l'australienne qui ne bougeait plus. Se retrouvant devant la malle, Astrid attrapa une serviette jaune et s'enroula dedans telle un momie.

« Je vais me chercher un soda ! Tu veux quelques chose ? Je reviens ! »

- Non ça ira merci !

Merit avait à peine eut le temps de répondre que son amie était déjà partie. Sortant à son tour de l'eau, la jeune femme se dirigea vers la malle et y attrapa une serviette orange dont elle se servit pour se sécher entièrement, puis retourna derrière le rideau pour se rhabiller. S'attachant les cheveux en une queue de cheval bien haute, l'australienne récupéré ensuite sa baguette qu'elle avait laissé à côté du jacuzzi et lança un sort pour que le maillot redevienne sec avant de le ranger avec la serviette.

Sans perdre de temps, Merit sortie à son tour de la pièce, trouvant qu'Astrid mettait du temps à revenir. Elle devait la retrouver. La jeune femme passa dans le couloir, ne faisant pas attention aux portes qu'elle croisait. Si Astrid était partie se chercher à boire, elle était retournée à la cuisine et ne s'était sûrement pas attardée dans les autres pièces. Quelques mètres plus tard, la lionne tomba enfin sur la cuisine et regarda à l'intérieur. Personne. Puis soudainement, elle entendit un bruit qui ne présageait rien de bon.

Silencieuse, Merit remonta les marches qui la mèneraient au pont du bateau. Se baissant en arrivant, elle eut tout juste le temps de voir une malle se refermer, et aperçu un homme muni d'une... poêle à frire. Regardant autour d'elle, la jeune femme alla se cacher derrière quelque chose qu'elle ne connaissait pas et attendit. Elle était persuadée d'avoir déjà vu cet homme quelque part... sûrement à Poudlard. Mais elle ne se souvenait pas de son identité... L'australienne devait vite retrouvé Astrid pour partir au plus vite. Lançant un Accio silencieux, elle fit venir à elle les affaires de son amie qui était restées là où elles étaient. Au moins, le propriétaire ne pourrait pas tomber dessus...
Invité
Anonymous
Invité

Un port Empty
Re: Un port
Invité, le  Ven 25 Juil 2014 - 12:10

J'étais vraiment à l'étroit dans cette malle, je pliais mes jambes sur ma poitrine, j'essayais de respirer doucement tout en observant le monde à l'entour au travers de mon petit trou. Le jeune homme était toujours armé, à mon plus grand désespoir. Je jouais avec ma mèche de cheveux comme à chaque fois que j'étais stressée... Si seulement j'avais ma baguette sur moi, sans, je me sentais horriblement vulnérable. Rajoutons à ça que je n'ai qu'un maillot et une serviette sur le dos. Je grelotte doucement, mes cheveux toujours trempés, me collant au visage de façon désagréable. Attend ! Ouais, ça y est, il tourne les talons, ouais, il s'en va. L'homme à la poêle à frire s'en va. Je pousse un discret soupir de soulagement et finit par sortir de la malle, tout aussi discrètement. Je regardais aux alentours, personne. Je poussais un petit cri de joie, fit quelques pas et j'aperçu Merit, bien cachée. Je la pris par le coude et je me dirigeais silencieusement vers la sortie.

« Allez, viens, faut filer d'ici ! »

On s'élança tout deux à travers le pont du voilier. Des pas précipités se firent entendre derrière nous. Me mordillant la lèvre inférieur je chercha un endroit ou se cacher et d'un geste impatient, j'ouvris une trappe ou je sautais à l'intérieur suivit de près par la lionne. On se retrouva dans la pénombre de ce qui ressemblait à un placard. Bord** il avait combien de pièces dans ce fichu bateau ?

« Qu'est ce qu'on fait maintenant ? »

On entendait plus rien à présent et je supportais pas de rester ici. J'essaya d'ouvrir la trappe mais j'avais beau y faire la trappe restait fermée. Je me mis à frapper dessus.

« On est coincées ! » M'écriais-je.

C'était vraiment pas mon jour aujourd'hui. Je me mis à cogner de plus belle jusqu'à ce que la trappe finisse par s'ouvrir sur... un étudiant de Poudlard.

Invité
Anonymous
Invité

Un port Empty
Re: Un port
Invité, le  Dim 27 Juil 2014 - 18:01

Mais dans quoi elles s'étaient embarquées ? Astrid et Merit se retrouvaient coincées dans un bateau avec le propriétaire qui voulait leur taper dessus avec une poêle. Merit, bien cachée, ne savait toujours pas où était Astrid. Elle avait sûrement réussi à échapper à l'homme puisqu'il cherchait encore, pensant peut être devenir fou. Mais ça, l'australienne en doutait. Le propriétaire avait l'air prêt à défendre son bateau des envahisseurs.

Puis finalement, l'homme commença à s'éloigner. Sa silhouette était familière à la lionne mais elle ne parvenait pas à savoir où elle l'avait vu. Se détendant légèrement, la jeune femme jeta un coup d'oeil hors de sa cachette et se fit attraper le coude au même moment, la faisant sursauter. Mais ce n'était qu'Astrid qui l'avait retrouvé avant que Merit ne la retrouve. Cette dernière avait l'air tendu, mais heureuse que le propriétaire soit parti.

« Allez, viens, faut filer d'ici ! »

Sans attendre, Merit se mit à courir avec Astrid vers le pont, sa baguette à la main pour se défendre. Mais des pas retentirent derrière le duo qui commença à paniquer. Cherchant un endroit où se cacher, Astrid finit par tirer Merit avec elle jusqu'à une trappe qu'elle ouvrit pour sauter dedans. Avec précaution, la jeune femme referma la trappe et attendit, regardant à l'intérieur.  Un placard. Avec des balais et pleins de trucs dont elle ne connaissait pas le nom...

« Qu'est ce qu'on fait maintenant ? »

- J'en sais rien...

Merit était légèrement claustrophobe et ne supportait pas de rester enfermée dans un endroit si petit. Sa respiration s'accéléra rapidement, si bien que les Gryffondors voulurent ouvrir la trappe... qui resta fermée. La panique s'empara vite de l'australienne qui pointa sa baguette sur la poignée de la trappe pour lancer un alohomora. Astrid s'écria qu'elles étaient coincées, se qui agaça fortement Merit qui l'avait bien vite remarqué. Puis sa complice se mit à taper avec violence sur la trappe qui s'ouvrit finalement sur le propriétaire... qui n'était pas inconnu des deux lionnes.

- Put*in...

Un sorcier. Un poufsouffle apparemment. Sans attendre, Merit sortie en poussant le propriétaire du bateau dont elle connaissait maintenant l'identité. Il avait l'air en colère. Mais soulagé que ce ne soit pas de mauvaises personnes. Juste deux Gryffondor aventureuses. Se rendant vite compte qu'elle pointait sa baguette vers lui par pur réflexe, Merit la rangea dans sa poche tranquillement. Puis s'apprêtant à recevoir un sermon du blaireau, la jeune femme le devança.

- Hey ! Ok on aurait pas du être là et s'aventurer sur ton bateau... Mais on a rien volé et rien prit !

Si elle ne comptait pas la nourriture, les boissons et les maillots, elle ne mentait pas.  Mais ce n'était rien de valeur. Les maillots seraient rendus. Et puis, le jacuzzi en valait la peine. Un sourire au coin des lèvres, elle attrapa discrètement le poignet de son amie et fixa le poufsouffle. Puis elle se mit à courir sans perdre de temps. Sautant du bateau, elle cria à l'intention du sorcier.

- Désolée on doit y aller ! On te rend le maillot à Poudlard !

Merit garda sa baguette en main et tendit ses affaires à Astrid tout en courant. Elles devraient se défendre si jamais il les rattrapait. Et surtout, elles auraient de gros ennuis avec lui quand il rentrerait. Heureusement que c'était la fin de l'année et que Merit partait du château. Elle ne le révérait pas de sitôt.

Fin du RP pour ma part
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Un port Empty
Re: Un port
Megan K. Hayajân, le  Ven 24 Oct 2014 - 3:31


Post unique
-I just want to die now-


Du sang. Du sang qui gicle, des hurlements. Je ne vois que du noir. Je marche comme je peux, je m'agrippe aux murs, aux pierres. Il y a trop de bruit, dans ma tête, à gauche, à droite, trop de bruit partout. Je n'ai rien pour les faire taire, si ce n'est ma fidèle bouteille de Jack Daniels, mais elle j'en ai trop besoin. Je porte le goulot à ma bouche. Le verre a un goût salé métallique que j'reconnais pas. Pas grave. Bientôt, la brûlure de l'alcool m'arrache la gorge. Ça trempe mes vêtements, des morceaux de tissus noirs assemblés et retenu par d'autres morceaux de cuir. On appelle ça une robe. J'ai mal au crâne, aux yeux, et les voix hurlent dans le silence de.. de je ne sais où. J'ai volé pour venir ici, je crois. J'aime bien le reflet de l'eau noir de cette nuit, et le bruit des rires dans les bars. Sauf que je ne ris pas, je pleure. Je pleure sans même le vouloir, d'ailleurs. C'est du chagrin, une vraie douleur pire que jamais. J'avais dis qu'j'boirais plus. Alors j'porte la bouteille à mes lèvres pour briser mes promesses. Parce que les gens, des promesses, ils vous en font pleins. Mais ils ne les tiennent jamais.

C'est la nuit, sur le port. Des milliers d'étoiles brillent, scintillent, et meurt dans le ciel. Et puis la lune, un demi quartier, règne tout là haut et se part d'une pâleur angoissante. Elle est belle, la lune. Elle est belle mais personne ne l'aime. La beauté, c'est éphémère. Un jour, les belles fleurs se fanent et elles ne peuvent survivre que parce que le jardinier les aiment. Ben moi j'suis une rose. Une rose que son jardinier vient de laisser. Il est parti, ou alors est-ce moi. Je hurle à mon tour, en écho à ses voix qui me ceinture l'esprit. Je leur hurle de me lâcher, de me libérer. Je veux mourir. Il y a l'eau, le noir, une dernière solution. Il y a les mûrs, et l'image de mon crâne brisé me fait doucement sourire. Il y a tout, il n'y a rien, rien qu'une froideur dans mon regard et le bruit de mes pas quand je marche pour aller nulle part.  

J'ai un couteau fans la main. Je le sais, parce que son éclat d'argent brille de rouge, et que mon bras n'est qu'un morceau de chair sanguinolent. Une fois de plus, je l'ai tailladé sans relâche. Ça fait mal, c'est jouissif. Parce que je mérite de souffrir. Je mérite de connaitre les pires maux, les souffrances les plus extrêmes. Je le mérite; il ne m'aurait pas quittée sinon. Je frôle des mûrs suintant d'humidité et de moiteur. Mon sang laisse des traces sombres sur la pierre froide mais ça ne m'arrache qu'un sourire. À quoi bon penser au futur, au lendemain, quand votre futur est si fragile ? Le départ d'une personne, d'une pièce du puzzle suffit à le détruire ? Il n'est plus là, je n'suis plus rien. Je crie je crois, dans les abysses de la nuit. Je pleure encore, pour prouver ma peine. J'ai mal, tu entends la lune ? J'ai mal. Et Jack m'aide une fois de plus : j'avale une nouvelle gorgée de feu. Ça me brûle et je me retiens de vomir. Non, cette fois je n'en peut plus. Je tourne sur ma gauche et m'engouffre dans une ruelle.

Dans cette ruelle, il n'y a personne. C'est le genre d'endroit où tout peut se produire, le pire comme le meilleur. Je pourrai me faire violer, ici. Je pourrai rencontrer l'amour de ma vie. Je griffe les mûrs et mes ongles s'arrachent sur les pierres. Je manque de tomber. Je me cogne la jambe; tant pis; je continue. Je ne sais pas ce qu'il y a au bout du chemin, mais je sais ce que j'espère. J'espère la mort, la toute fin, le noir éternel. Je veux connaître à nouveau cette état de pure douleur, à l'arctique de la mort. C'est là qu'il était arrivé. Là qu'il m'avait trouvée, agonisante et qu'il m'avait sauvée. Alors peut être que si j'y vais à nouveau... Peut être... Je porte la lame à ma gorge... Je ne fais que m'ouvrir l'épaule. Pour la mort, je dois attendre un peu, je ne la mérite pas. Je n'ai pas assez souffert. La lame du couteau pénètre ma peau et me déchire jusqu'au coude. Le sang coule. Un sang rouge, rouge sang. Je serre les dents, je ne crie pas. Je n'ai pas le droit de crier, ce serait m'avouer faible et je ne le suis pas. Mes pas me perdent je ne sais où. Jack, où es-tu ... ?! Jack, aide moi ! Jack coule dans ma gorge, mon ami, mon amour. Je souffre quand il m'aide, et cette aide me porte loin, loin... Je tourne à droite. Il y a un lampadaire, une silhouette noire.

Le pire comme le meilleur, j'ai dis. J'ai déjà vécu le meilleur, je dois faire face au pire.

Mon couteau dégouline de mon sang mais je n'ai pas peur. La silhouette d'en face est massive. Je ne distingue pas ses traits, pas sa chair. Je vois une cape, un nez, deux yeux. Le tout est dénué de couleur et d'expression, un masque vide pour me servir d'assassin. Mais je ne me laisserai pas avoir si facilement. Je veux mourir de mes mains, mes mains à moi. L'homme a une bouteille, lui aussi. De l'autre un pistolet. C'est un moldu. Spèce de chien. Je lui crache au visage, à cette homme. Il fait un pas en arrière, un autre en avant. Sa main virile, dure, s'empare de mon cou et me plaque contre le mur moite. J'agonise et je lui souris, les mains crispées sur son poignet.

-File moi ton string, sal*pe.

Je lui met un coup de genoux dans le ventre. Il grogne et sa main resserre son emprise. J'ai envie de lui hurler de me tuer, d'en finir avec moi, d'en finir avec ma vie. J'ai envie de le supplier de m'achever, de me rendre ce service. Je crois qu'il n'ai pas de cet avis. Il brise sa bouteille au dessus de ma tête, sur la pierre, dans le but de m'effrayer. Je sens une vinasse acre me couler sur le visage. Je me pourlèche les babines. Moi, je lui brise Jack sur la tête, sur le front. Il tombe, il s'écroule, un amas de chiffons. Jack est mort, lui aussi. Je vois pleins de débris sur le sol. Alors je pleure, je pleure mon ami qui s'est sacrifié pour moi. Je me lèche les doigts, le dernier endroit où il a été.

-Paix à ton âme, Jack ! TU N'ES PAS MORT EN VAIN !

Je crie à Jack, je le rassure. J'espère qu'il la voit, cette fameuse lumière, celle qui doit le mener jusqu'au paradis. Un jour je le rejoindrai. En attendant, je dois me trouver un autre ami. Je continue mon chemin, laissant deux cadavres derrière moi. Enfin le grand homme n'est pas mort, il bouge encore un peu, je crois. Ou alors c'est les nerfs, qui tressaute. Cette idée me fait rire et ce son cristallin s'envole haut dans les airs et brise le silence funèbre. J'avance dans la nuit, j'avance à grands pas. Je vois à nouveau l'eau, les reflets, les changements, les remous.

Je marche, je marche des heures. Parfois je hurle, parfois je pleure. Il m'arrive de rire avant que je ne hurle. C'est une chaine infinie, un maillon que je ne peux briser. Non messieurs dames. Je ne suis pas dépressive. Je vais très bien, merci beaucoup.


- Yes, dear Jack. I just want to die tonight -


Harradas Spinner
Harradas Spinner
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Un port Empty
Re: Un port
Harradas Spinner, le  Dim 2 Nov 2014 - 22:07

Terrifié. Oui cette fois c'était le cas de le dire. Il n'avait plus beaucoup de chances de parvenir à retrouver son amie et le temps ne faisait que lui filer entre les doigts. Si jamais quoi que ce soit lui arrivait il ne saurait se le pardonner. Il avait déjà causé tant de tords à trop de gens, il ne pouvait pas se permettre de continuer ainsi. Courant dans les rues vides de Londres, il sortit pour la énième fois le papier pour le relire, la panique lui montant au cerveau. A quoi bon être un Serdaigle s'il ne parvenait même pas à résoudre une énigme... Marchandises, eau.. D'accord un bateau, un bateau mais où ? Pourquoi est-ce qu'il ne trouvait pas ce que ce message signi... MAIS QUEL IDIOT ! Horizon. MER. Décidément ses longues semaines à vivre dans les rues de la capitale ne lui avaient pas fait du bien. Depuis quand trouves-t-on la mer à Londres ?! Le visage rougissant de colère, il descendit dans un tunnel ferroviaire et prit un ticket pour le port le plus proche. C'était sa dernière chance. Le temps d'arriver là bas il serait prêt de minuit et comme le prédisent si bien les contes, l'essentiel se déroule toujours à cette heure-ci. Mais bon, qui était-il pouvait prédire les actes de ces gens... Quelques heures plus tard, après s'être maudit une centaine de fois de ne pas avoir passé son permis de transplanage, il arriva aux alentours d'un port. Il ne savait pas très bien lequel et l'obscurité omniprésente ne l'aidait pas vraiment. Il approcha lentement des quais et ralluma sa baguette magique. Il était à bout et se sentait comme une faible marionnette que l'on aiguillait à droite comme à gauche.

- Qu'est-ce que vous-voulez ?! S'époumona-t-il épuisé, en regardant le ciel. Qu'est-ce que vous voulez... Murmura-t-il plus pour sa propre personne.

Et s'il s'était encore trompé d'endroit ? L'heure du crime n'avait pas encore sonné mais il n'aurait jamais le temps de chercher nulle part d'autre. Et ces gens, bien que joueurs, n'étaient sûrement pas des plus patients. A l'aube il serait certainement trop tard. Il entama alors une marche pressée le long du quai, éclairant les recoins les plus noirs de sa baguette et scrutant des yeux les bateaux endormis. Le vent lui fouettait le visage et lui gelait la peau, l'odeur de mer était des plus fortes et rien, absolument rien, en cette nuit n'était de bonne augure.
Mangemort 58
Mangemort 58
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un port Empty
Re: Un port
Mangemort 58, le  Mar 4 Nov 2014 - 19:12

| Harradas a posté dans le bon sujet ! Post unique. |

D'avoir goûté ponctuellement le goût de la pluie pendant de longues heures, je coulais peu à peu. Quelques étincelles s'échappaient de ma baguette pour lécher le visage diaphane de la victime. Celle-ci glissait de mes mains, ses longs cheveux s'évanouissaient vers le sol noir. Derrière ce rideau de pluie, un cargo cracha un manteau de fumée claire qui s'étirait de tout son long, prenait diverses formes, devenait enfant, puis adulte, puis de nouveau enfant. Sa taille était immense et il ne cessait de s'agrandir. La pluie ne pouvait plus rien, certains crurent qu'elle avait laissé place au monstre de fumée par peur.

Un éclair déchira le ciel une première fois. L'étendue noir fut séparée en deux morceaux inégaux ; l'un vaste, l'autre étriqué. L'océan s'agitait, bouillonnait, comme un enfant cherchant à sortir du bain. Il débordait un peu... Un bouée surplombée d'un faisceau vert ou rouge peinait à rester droite, de temps à autre elle se retournait et sa tête se retrouvait dans l'eau salée.

Le tonnerre rugit enfin. Les murs tremblaient et j'étais tentée de rugir aussi, ou de montrer ma collerette.
Une voix moindre retentit là-bas. C'était lui. Le prince... était venue chercher sa demoiselle aussi trempée soit elle. Une faible lueur perça le rideau sombre. Il avait, décidément, le ridicule de se comparer à l'orage.

« Ce que je veux, Mister Spinner, c'est votre attention. L'ai-je bien ? » Criai-je. « Ma baguette est posée sur la tempe de votre amie, un geste de brusque de votre part et elle ira rejoindre les poissons ! » Toujours est-il qu'il m'était difficile de me faire entendre dans ce vacarme et derrière ce masque, mais l'oiseau semblait avoir l'oreille aiguisée. « Je suis au port, ici, là où les bateaux prennent la mer ou l'inverse. J'aime beaucoup cet endroit. C'est un grand honneur pour nous tous de nous y retrouver en de pareilles circonstances. »

J'avais peu de chances d'échapper à une larme qui rejoignit rapidement la pluie. La lune n'était même pas là pour nous éclairer... « Je voulais vous dire que j'adore jouer. » La pluie étouffa un rire discret.

Je sentais le ciel se tendre. Criant de rage, je jetai ma victime au sol. « Endoloris »

Je n'avais pas le temps d'écouter ses os se briser. Rapidement, je me suis enfuie. La fumée m'avala comme le reste. Et le ciel se déchira une deuxième fois.
Catherine Holmes
Catherine Holmes
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un port Empty
Re: Un port
Catherine Holmes, le  Ven 7 Nov 2014 - 9:35

Autorisation d'Harradas et de Mangemort 58 pour poster

Endoloris

Un cri, unique, terrible, résonna autour de moi. Je mis du temps à réaliser qu'il provenait de ma propre gorge, mais au moment où j'en pris conscience, la douleur me frappa de plein fouet. Jamais je n'avais ressenti une telle souffrance. Jamais.
J'avais l'impression que mes os se brisaient, que mes muscles se tendaient jusqu'à l'éclatement, qu'on me frappait d'une dizaine de fers chauffés au rouge un peu partout ; l'impressions d'étouffer, de suffoquer, de me noyer ; l'impression de ne plus pouvoir rien sentir tout en étant excessivement consciente de la douleur intense.

Et soudain, au moment où je pensais que mourir serait préférable à endurer plus longtemps ce sort, tout s'arrêta.

Le calme abrupt et l'absence de souffrance étaient presque plus douloureux que le déchaînement des minutes précédentes. Tout devint noir. Je tombais dans un grand vide sans fin ni début, et je n'avais qu'un nom auquel me raccrocher désespérément. Harradas Spinner.

Je ne savais pas pourquoi, mais je savais que ce nom avait une importance. Ou qu'il avait dû en avoir une. Il devait bien y avoir une raison à ma présence, si on pouvait encore appeler ça une présence, ici. Et ce Spinner... Ce nom ne m'était pas inconnu, même s'il ne m'évoquait que sorts tourbillonnants, odeur de destruction et douleur intense.

Elle avait prononcé ce nom. Je ne savais rien d'elle, qui m'avait frappée jusqu'à me rendre inconsciente et qui m'avait emmenée ici. Ici. Où étais-je ? Je n'en avais pas la moindre idée.

Je continuai de tomber, mais je pouvais maintenant sentir. La noirceur qui m'environnait devint grise, puis bleue. D'un bleu presque d'encre, d'un bleu qui m'était inconnu. Je sentais quelque chose, comme des picotements sur ma peau. J'avais froid, très froid. Quand on avait froid, c'était bleu. Comme sur les robinets. Comme sur des bannières, quelles bannières ?

Je ne voulais plus être ici. Pourquoi étais-je ici ? Dans ce lieu qui sentait la rouille, le sel, le vent marin ; dans cet endroit qui sentait le pétrole, la noirceur et la tristesse ?

Je vis. J'ouvris les yeux, pour les refermer aussitôt. Il pleuvait. J'étais trempée.

Je réouvris mes paupières, difficilement. Quelque chose bougeait à travers le rideau pluvieux. Elle ?

Je me fis toute petite, tentant de reprendre pleinement conscience avant qu'elle ne soit là. Je ne voulais pas, ne voulais plus... Que voulait-elle ?

Quelqu'un se penchait au-dessus de moi. Je voyais ses lèvres bouger, comme s'il criait, mais n'entendait pas un son. Ce n'était pas elle, c'était quelqu'un d'autre. Spinner.

Harradas... murmurai-je.

Avant de retomber pour de bon, dans une chute sans fin.
Harradas Spinner
Harradas Spinner
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Un port Empty
Re: Un port
Harradas Spinner, le  Lun 17 Nov 2014 - 10:56

Scrutant le sol de ses yeux plissés, la pluie continuait de déferler sur le port mais il persistait à examiner les moindres détails du quai goudronné. Il recherchait quelque chose, un indice, quoi que ce soit qui pourrait témoigner de la présence de la personne qu'il recherchait. Une goutte de sang, un simple cheveu, n'importe quoi... L'orage éclata enfin et le jeune homme aperçut au loin deux êtres qui semblaient lui faire face. Le visuel de l'éclair disparut en quelques secondes et Harradas se figea. Ils étaient là. C'était Catherine. Mais pourquoi elle ? Il ne bougea pas, craignant une réaction de la part de l'agresseur et l'entendit lui crier au loin. Son attention ? Pour ainsi dire, oui c'est sûr qu'il l'avait. La Gryffondor, elle, était au sol menacée d'une baguette près de son visage, comme si c'eut été d'un couteau. Il devait rester calme, la moindre erreur de sa part et leur aventure pourrait s'arrêter là. C'était aussi simple que ça. Il éleva la voix d'un ton qu'il voulait solennel, malgré le tremblement de sa gorge.

- Ecoutez... Je ne sais pas qui vous êtes et vous avez clairement une idée de qui je suis, mais les choses n'ont pas à être ainsi je...

Mais la tempête grandissante couvrit ses paroles et le masqué reprit. Le Serdaigle tentait de trouver une explication à cette mascarade mais les dires du manipulateurs restaient lyriques et flous. Jouer. Mais à quoi ? Cependant la patience et la réflexion n'étaient plus de rigueur en ses temps sombres. Voyant Catherine jetée au sol, Harradas comprit que les choses allaient rapidement s'aggraver, il ne put se retenir de s'élancer vers elle, hurlant de toutes ses forces :

- CATHERINE !

Il la voyait se tordre au sol en criant et un sentiment de rage lui monta au visage mais avant qu'il ne puisse lancer la moindre attaque à l'encontre de l'agresseur, celui-ci, ou plutôt celle-ci avait disparu. Arrivant trop tard près d'elle, il se jeta au sol aux côtés de la jeune fille, la pluie s'intensifiant sur eux.

- Catherine ! Catherine... Il la retourna sur le dos, toujours emprise à la douleur et pointa prestement sa baguette en sa direction et murmura : Curo As Velnus Maxima... Curo As Velnus...

Il n'avait encore jamais employé ce sortilège et il ne savait pas s'il fonctionnerait à bon escient dans un tel cas. Observant le visage abîmé et inerte de la demoiselle, il ne put s'empêcher de laisser une larme de tomber sur elle. Reniflant et s'essuyant l’œil d'un revers de manche, il se sentait terriblement désemparé. Tout s'était passé si vite, il était arrivé beaucoup trop tard, c'était entièrement de sa faute et...

- Catherine ? Relança-t-il en la secouant doucement. Catherine je suis désolé, je... Sa voix s'éteint et il retint difficilement les sanglots de sa voix. Je ne sais pas pourquoi... Je... Catherine excuse-moi. Je ne sais rien de tout ça, je suis... Il soupira laissant aller un flot de larme retenu pendant bien des mois. Ce serait... Ce serait vraiment bien que tu reviennes à toi... Je ne veux pas que tu... Elle entrouvrit alors les yeux et un éclair d'espoir passa dans ceux d'Harradas. Catherine ?

Mais elle semblait toujours aussi absente. Puis elle murmura son nom. Elle l'avait reconnu. Après tant de mois sans l'avoir vu elle... Il n'en revenait pas. Elle était l'une des seules personnes avec lesquelles il s'était bien entendu à Poudlard et tout ceci paraissait tellement loin désormais. Ils étaient dans une toute autre réalité. Il poussa délicatement une mèche du visage de la jeune fille et la regardait avec tristesse. Elle était comme l'amie qu'il n'avait jamais eut ou la sœur idéale qui n'avait jamais existé. Et pourtant elle était juste là. Il pointa à nouveau sa baguette sur elle.

- Revigor...

Le vent se faisait de plus en plus fort et ils ne pouvaient rester ici. Qui sait si l'autre ne reviendrait pas avec quelques amis pour... S'amuser. Il devait la réveiller et au moins lui trouver un lieu pour la nuit. Il n'avait pas d'habitation et il ignorait où elle habitait. Et puis sans transplaner, il n'allait pas pouvoir la mener bien loin. Mais il ne pouvait cesser de la regarder. Elle avait besoin de lui.

- Catherine, cela fait je ne sais combien de temps que je pense à toi, et ce soir j'ai prononcé ton nom plus de fois que je ne pouvais l'imaginer, j'ai besoin que tu sois forte. Je suis là pour toi.

Ils avaient été amis. Ou du moins le pensait-il. Mais comme tous les autres, il les avait lâchement abandonnés.
Contenu sponsorisé

Un port Empty
Re: Un port
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 9

 Un port

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.