AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 4 sur 9
Un port
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Invité
Invité

Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Invité, le  Mar 7 Juin - 21:39


Macabre
feat Daniel Fitzgerald (PNJ)

RP unique.


Ce qu'il y avait de disparate, d'étrange en lui, s'évanouit dans la mer. Danny, Danny. Son œil semblait vide lorsque ses lèvres relâchèrent un ultime soupir, quasi-étouffé par la violente étreinte d'un frisson. Alors, le gamin déploya ses bras, tendit ses doigts quelques secondes avant de les resserrer dans le vide ; la chute fut rapide.

Je ne dis rien. Mes pensées me semblaient lourdes et mon corps, encombrant et dérangeant. Futilités mortelles.

Le soleil projetait sur l'eau une lumière aveuglante, ondulant avec les vagues qui allaient se heurter contre la structure des bateaux. Je me sentais comme enivré par une sensation d'équilibre hypnotique ; la fraîcheur marine me caressant la peau, mon corps se balançant légèrement au gré du vent, et mon regard suivant sans cesse la courbe des flots indomptables. Une curieuse sérénité s'imprégnait de chacun des fragments de mon être, de celui de l'Autre également.   

Pourtant, devant moi, Danny venait de glisser en dehors de la stabilité terrestre. Je vis d'abord sa silhouette juvénile se tordre, puis ses jambes s’emmêler dans les cordages qui traînaient sur le port. Il ne se passa que quelques secondes avant que le gamin ne tombe dans la mer, mais ce bref instant me parut s'étendre excessivement dans le temps. L'enfant se débattu contre une marrée montante, une marée qui l'enlaçait étroitement, inondant sa gorge et noyant ses cris inutiles. Son visage fut traversé par un rictus tout à fait fascinant -- on distinguait aisément une peur immense, la douleur de la mort et cette farouche volonté de vivre que l'on retrouve chez certaines créatures mourantes. Dommage ?

Poussé par un soubresaut inconnu, je sautai soudainement dans l'eau. Le froid me serra la poitrine, bloquant ma respiration et etouffant les froissements de plumes qui agitaient mon esprit -- obscur à moi-même. Ma vision, trouble et confuse, se mit à traquer mon fils à la surface. Les flots étaient assourdissants et je n'entendais plus la faible voix de Danny lutter contre la noyade. Bientôt, je réussis à percevoir les bulles qui, je le savais déjà, me guideraient dans la pénombre sous-marine. Une main tendue devant moi, je sondai ce vide liquide, glacial et étourdissant, dans lequel j'avais plongé pour ce (foutu) gosse. Le vide, toujours, le vide.

Jusqu'à ce que je finisse par empoigner le manteau, si jaune ! du garçon. Nous hissant vers la clarté du jour, j'évoluai à coup de pieds maladroits parmi les vagues avant d'atteindre la terre ferme. Agrippé à un quelconque rebord, je pris sur mon épaule le corps frêle et inanimé de l'enfant. Ma carrure chancelante nous porta ainsi tous deux sur les pavés, ruisselants derrière notre passage, tandis que mon souffle sifflait bruyamment entre mes dents. Après quelques pas, je posai enfin Danny sur le sol.

Son poul était faible, voire inexistant. Moi qui étais le charognard des autres, qui me repaissais de leur essence, je me retrouvais posséder par la volonté de faire vivre : enchaînant le bouche à bouche avec des pressions exercées sur la poitrine, je m'acharnai à ramener le gamin loin, loin de sa fin. Je sentais ma force augmenter à chaque effort, au point que des contusions commençaient à parsemer la peau de Danny. Des hurlements éclataient dans ma tête, ceux de Dora surtout, alors que mon humanité refusait la fatalité. Je tremblais, ô tellement ! lorsqu'un vieil homme me détacha finalement de la dépouille inerte. Le bec du Vautour claqua sept fois.

Mon fils est mort.



Hayleah Moonrose
Hayleah Moonrose
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Hayleah Moonrose, le  Jeu 16 Juin - 12:56

RP privé avec Azénor Philaester  
LA accordé
Suite de ce RP

Un air marin, frais, salé, chatouillait les narines d'Hayleah, qui reprenait lentement conscience. Allongée sur le dos, elle ouvrit les paupières et les referma aussitôt, aveuglée par une lumière blafarde. Elle les rouvrit de nouveau une minute plus tard. La lumière, bien qu'artificielle, l'éblouissait et l'empêchait de voir ce qu'il y avait autour d'elle. Où était donc Azénor ? La sorcière roula sur elle-même puis, au prix d'un incroyable effort, se redressa sur les genoux. Quelque chose clochait. Le sol n'était pas stable, pas dur, comme devrait l'être le plancher de chez Fleury et Bott. Au contraire, il était meuble, instable, humide. Hayleah posa sur une main sur le sol et attrapa une poignée de sable fin. Et mer**.

Émergeant enfin de la torpeur dans laquelle le transplanage d'escorte l'avait plongé, la gryffonne sauta sur ses pieds et se mit à la recherche de sa camarade. Elle ne devait pas être bien loin. La lumière blafarde provenait d'un lampadaire en bordure de la plage sur laquelle elle s'était échouée. Il y'en avait un environ tous les cent mètres, ce qui finalement n'éclairait pas grand-chose à moins qu'on se trouve juste en dessous.

-#Lumos maxima

Voilà qui était mieux.
Au loin, on distinguait un port et des centaines de containers. Personne à l'horizon. Logique, c'était la nuit. Hayleah se demandait comment les bateaux arrivaient jusque-là sans toucher le fond, mais la distance qui séparait la plage du port devait être plus important qu'elle ne le pensait.

- Eh ! Azénor ! T'es où ? ? , cria-t-elle.

La sorcière couru dans tous les sens, ne sachant trop où chercher. Elle fit quelques mètres sur la droite, sur la gauche, remonta même la plage jusqu'à la route, mais elle ne voyait sa camarade nulle part. Pourquoi ne répondait-elle pas à ses appels ? Son cœur battait à tout rompre. Ce n'était pas normal. Elle cria une nouvelle fois son nom, et c'est là qu'elle la vit. Cette forme informe qui émergeait de l'eau. Hayleah bondit dans sa direction.

- Azénor ? Azénor !  

Les jambes dans l'eau, le torse sur la plage, Azénor avait perdu conscience. Hayleah la tira de l'eau et la ramena sur la plage. Quelques tapes sur son dos lui firent cracher de l'eau salée, mais autre chose la préoccupait. Le tissu déchiré laissait apparaître la partie inférieur de sa jambe droite, ensanglantée. Elle s'était désartibulée. Surtout, ne pas paniquer. Azénor gémissait, mais Hayleah n'était pas sûre qu'elle soit tout à fait consciente. Il lui aurait fallu un sortilège de réparation des chairs, mais elle n'était pas assez expérimentée, et le risque aurait été trop grand d'aggraver ses blessures.

Alors, la gryffonne déchira une partie de son t-shirt déjà en lambeau et l'utilisa pour essuyer le sang, qui commençait à coaguler maintenant qu'il était hors de l'eau. C'était déjà ça. Puis, munie de sa baguette, elle tenta de limiter les dégâts.
#Sterilis, sortilège de stérilisation, #Episkey, car c'était le seul sort qu'elle maitrisait permettant de soigner des blessures bien que la désartibulation ne soit pas mineure, #Curo As Velnus, pour soulager la douleur, et enfin # Ferula, pour bander sa jambe blessée. Si seulement elle avait passé son permis de transplanage, elle aurait pu faire mieux ! Ils devaient sûrement apprendre comment se soigner en cas de désartibulation... Elle avait fait ce qu'elle pouvait pour l'instant, maintenant, il fallait se mettre à l'abri. La pluie commençait à tomber, à croire qu'elle les avaient suivi jusque là, bien qu'elle n'ait aucune idée de l'endroit où elles se trouvaient.

- Azénor ? Tu m'entends ? Tu crois que tu peux te lever ?
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Azénor Philaester, le  Jeu 16 Juin - 23:44

HRP: petit changement de style...essai.

_____________________________

Par mirages. Des souvenirs épuisants. Forêt sombre. Vaste étang. Jolie montagne ardue. Sourires. Pleurs. Joies. Désillusions. Des cheveux qui volent. Des yeux qui s'ouvrent. Un lit immense. Une baguette usée. Ta vie, changée à tout jamais.  


Ma tête. J'ai mal. Je ne sens rien. Si ce n'est dans ma tête. Tout. Mon crâne, mon cerveau, mes cheveux, mes yeux, j'ai mal. Ça tape. Ça n'arrête pas. J'essaie de me souvenir. Mais rien n'est plus flou que ce sombre vide noir que je vois. Mes membres sont inactifs. Je ne peux pas parler. Je ne peux pas bouger. Mais qu'est-ce-que je fais là? Et puis c'est où là? Qu'est-ce-qu'il m'arrive? Mon dieu sortez-moi de là.


Et peu à peu je vis.
Je sens la fraîcheur de mon corps entier. J'essaie de me réchauffer de mes mains mais je ne peux pas. Rien ne bouge. Je suis déconnectée. Je touche de l'eau. Je suis dans de l'eau. Glacée. J'ai froid. J'ai mal. Ma jambe. Elle doit être déchirée. Je veux crier. Je ne peux pas. Ça pique. Mais je ne vois rien.

Cette odeur salée me remémore me vacances d'antan. Seul mon cerveau fonctionne. Cette senteur mêlée d'algues et de marée caresse mes narines et m'emporte loin dans mes rêves. Dur retour à la réalité. Où suis-je? Mais je ne vois rien.

Je sens dans ma bouche le sel. C'est mauvais. J'aimerais recracher mais je ne peux pas. Rien ne fonctionne. Toujours pas. C'est très désagréable. Je veux vomir. Je veux dormir. Et là? Même mourir. Mais je ne vois rien.

J'entends les vagues taper contre elles mêmes. Une fille au loin qui crie un prénom que je semble reconnaître. Je ne comprend pas qu'elle m'aide. Je ne comprend d'ailleurs rien. Le doux bruit de la nuit m'ensorcèle. Mais je ne vois rien.

Le vide. Le noir. Complet. Intersidéral. Indomptable. J'ai peur à cette vue si imprévisible qu'est le trou infini, un mélange subtil de peur et d'appréhension. Je touche. Je sens. Je goûte. J'entends. Mais je ne vois rien.

Maman. Viens m'aider maman. J'ai peur. J'ai froid. Oh oui s'il te plaît, aide-moi maman. Réveille moi, prends moi dans tes bras et dis-moi que tout va bien se passer. Que c'était juste un mauvais rêve. J'entends cette fille maman. Elle appelle quelqu'un. Je crois qu'elle m'appelle moi. Azénor. Elle me trouve. Je suis dans l'eau et elle me ramène à la rive. Maman je suis sauvée. J'ai mal. Enlevez-moi ma jambe. Cette fille. Elle dit des choses. Des sorts. Des sorts. Des sorts. C'est des incantations pour nous les sorciers. Je suis Azénor. Une sorcière. Allongée sur le sable mouillé d'une plage. Plongée dans les ténèbres de l'obscurité. De mon obscurité. Je crois que ma jambe va mieux. Mais je n'en suis pas sure. C'est moi qui ne vais pas bien là. Maman je suis perdue. T'es où maman. Viens s'il te plaît maman, j'ai peur. Je veux retourner au temps où tu me lisais des histoires le soir. Je suis si désolée maman. Je suis moi. Azénor. Azénor Philaester.
Mais je ne vois rien.
Hayleah Moonrose
Hayleah Moonrose
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Hayleah Moonrose, le  Sam 18 Juin - 18:14

Azénor ne répondit pas. Rien de mieux pour inquiéter encore un peu plus Hayleah, qui avait déjà atteint son quota d'anxiété lorsqu'elles s'étaient retrouvées face au vieux de l'Allée des Embrumes. Elle jura. Elle en avait marre, toujours à se fourrer dans le pétrin. Et là, elle devait assurer, pour elle, et surtout pour Azénor. Elle enleva sa veste et la posa sur la poitrine de la jeune fille pour éviter qu'elle soit, en plus de sa jambe désartibulée, frigorifiée par le froid. Les locaux du vieux port étaient bien trop loin pour qu'Hayleah réussisse à la porter jusque-là. En revanche, un vieux local en piteux état se trouvait à seulement quelque mètres, en amont de la plage. Avec un peu de chance, il serait vide. Et sinon, elle pourrait toujours inventer un mensonge pour expliquer leur présence. D'abord, mettre Azénor à l'abri. Ensuite, appeler à l'aide.

La gryffonne attrapa Azénor par les bras et commença à la tirer sur le sable mouillé. Mais son sortilège n'était pas assez puissant pour effacer toute trace de douleur et son amie se mit à gémir de nouveau. Il lui fallait autre chose. Pouvait-elle se permettre de la faire léviter ? On ne voyait pas grand-chose ici, mais elle ne pouvait être sûre qu'aucun moldu n'était dans les parages. Il existait bien un sortilège révélateur de présence, mais il ne marchait que dans les lieux clos, comme une pièce ou un bâtiment. Oh, et puis zut !

- #Mobilicorpus

Le corps d'Azénor se mit à flotter quelques centimètres au dessus du sol. Il fallait faire vite, très vite. Tout en maintenant le sort, Hayleah se dirigea vers le vieux local, sa camarade à ses côtés. Quelques vieux cartons trainaient par terre. Ça ferait l'affaire. Azénor reposa en douceur sur les cartons. Elle n'avait vraiment pas l'air d'aller mieux. En toute hâte, Hayleah s'approcha de la porte, le cadenas était cassé. Non pas que ça ait changé grand-chose, de toute façon. Elle ouvrit la porte de quelques centimètres, et prononça la formule du sortilège de révélateur de présence. Personne à l'horizon, mis à part deux ou trois rats qui s'amusaient près de gros bidons vétustes. La sorcière retourna auprès d'Azénor.

- Ça va aller, viens avec moi.

Hayleah la fit entrer dans le vieux local et la reposa sur d'autre cartons éparpillés sur le sol, en meilleur état que ceux qui avaient subi les assauts du temps au dehors. Elle attrapa quelque bout de cartons et leur mit le feu avec sa baguette. Le feu était timide, mais ce serait sûrement suffisant pour les réchauffer un peu.
Elles étaient maintenant à l'abri du froid et de la pluie, mais elles n'étaient pas encore au bout de leur peine. Azénor avait besoin de soin, il fallait l'emmener à Ste Mangouste. D'urgence. La sorcière énuméra rapidement les possibilités dans sa tête. Transplaner était bien évidemment désormais impossible. Elle-même n'avait pas son permis. Elle ne connaissait aucun médicomage à contacter. Il ne lui restait donc qu'une seule solution : trouver où elles étaient et appeler ses parents. Chose qu'elle aurait dû faire dès le début...
Un rapide coup d’œil à l'intérieur du local lui appris qu'elles se trouvaient près du port de Dover, au sud de Cambridge. Définitivement rien à voir avec Fleury et Bott. Pourquoi avaient-elles atterri ici ? Pourquoi si loin ? Pourquoi sur la plage ? Pourquoi ? Tant de questions, si peu de réponses.

Assise aux côtés d'Azénor, Hayleah se concentra du mieux qu'elle put pour former un patronus décent.

- #Expecto Patronum. Va trouver mes parents, lui dit-elle. Puis, elle prononça son message Nous sommes au port de Dover, mon amie a été désartibulée. Venez vite !"

Le patronus s'envola dès qu'elle eut refermé la bouche. La voix d'Hayleah tremblait, comme son corps tout entier. Elle était terrifiée.

- Azénor, murmura-t-elle en frictionnant les bras de son ami pour la réchauffer. Ça va aller, tiens bon. Les secours arrivent.

Soudain, la porte d'entrée s'ouvrit à la volée. Pas possible ! Ses parents n'avaient pas pu arriver aussi vite ! Et en effet, ce n'était pas eux qui se tenaient devant elle, mais un homme dans la force de l'âge, habillé en marin qui, les yeux écarquillés, passait de leur visage au feu qui crépitait devant elles.

- Mais qu'est-ce que vous faites là, boudiou ? Vous voulez fout' le feu à ma baraque ou quoi ? Z'êtes qui ? Z'avez fugués d'chez vous ?

Hayleah resta bouche bée, sur le point de pleurer. Trop c'était trop. Un peu de répit, c'était donc trop demander ?
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Azénor Philaester, le  Lun 20 Juin - 20:59


Je crois que je retrouve mes esprits. De plus en plus. Et puis ma jambe me brûle. Je me souviens vaguement. Le chemin de Traverse. L'Allée des Embrumes. Le clocher. Un vieil homme. Et on a transplané. Oh Hayleah je suis si désolée. Pour toi. Comme pour moi. Je n'ai qu'une moitié de jambe viable. Un mal de ventre épouvantable et je ne vois toujours rien. C'est possible ça? De devenir aveugle à cause d'une désartibulation? Rien que penser à cette éventualité me fait pleurer à chaudes larmes. En silence. Déjà, quand on ne voit pas, on peut tout de même pleurer.
Hayleah me traîne. J'ai envie de lui dire que j'ai mal. Je marmonne sans doute car elle n'a vraiment pas l'air d'entendre mes mots lui disant que je suis navrée, irresponsable et que je mérite ce qu'il m'arrive.
Je suis épuisée. A bout de souffle. J'aimerais me relever. Marcher. Gambader. Courir. Voler. M'enfuir. Mais je ne peux pas. Pas la moindre force anime mes muscles tétanisés. Ma respiration est lente. Dure. Glaciale. Je crois que je meurs.

Je ne sais pas ce que fais ma collègue lionnette. Elle n'arrive pas à me hisser jusqu'à un endroit à l'abri. Elle me lâche. Quelques secondes. Et puis... #Mobilicorpus. Je flotte. Dans l'air. J'aurais pu dire que cette sensation est plutôt agréable si ma jambe n'était pas taillée comme un vulgaire morceau de jambon.
Elle me dépose délicatement sur une pile de carton. Bien moins confortable que de rester suspendue à quelques centimètres du sol. Je sens qu'elle s'en va. Oh non. Ne t'en vas pas je t'en prie. Reviens. J'ai vraiment, vraiment besoin de toi. J'ai peur ici Hay. Ne me laisse pas toute seule. Je suis tellement, tellement désolée. Et elle revient.
- Ça va aller, viens avec moi. Elle ne m'entend pas. Elle n'entend pas combien je suis reconnaissante. Combien je me sens redevable.
Elle me re-dépose sur une pile de carton. Je suis tout à fait consciente. Mon manque de force m'interdit de me lever. J'essaie de chercher du doigt la main d'Hayleah. Mais je crois qu'elle ne le remarque pas. Mes doigts bougent en vain. Ma main cherche la sienne. J'ouvre les yeux mais ne vois pas. Je sens que cette odeur salée, poussiéreuse et presque fleurie. Le parfum d'Hayleah me fait du bien. Elle doit réfléchir, penser à un moyen de prévenir les secours. - " #Expecto Patronum. Va trouver mes parents. Nous sommes au port de Dover, mon amie a été désartibulée. Venez vite !" Puis elle rajoute, s'adressant à moi, me réchauffant des ses mains douces et tremblantes. Azénor. Ça va aller, tiens bon. Les secours arrivent.
Hayleah a peur elle aussi. Je le sens dans le ton de sa voix. Je le sens au contact de nos mains qui se touchent enfin.
Je crois que mon cauchemar va bientôt prendre fin.
Et d'un coup. Un brui. Perçant et furtif. Je crois que la porte vient de s'ouvrir. Un courant d'air s'engage dans la cabane et glace l'atmosphère déjà pesante. Je suis pris d'un frisson incontrôlable qui me crispe plus que je ne le suis déjà. Mais que se passe-t-il? Je veux maman, j'ai peur sans elle. Elle me réconforterait et me dirait que tout irait bien. Que tout le monde s'en sortirait sain et sauf. Et puis la douce image de maman disparaît à l'instant où une voix dure et sévère envahit le silence grinçant des lieux.
- Mais qu'est-ce que vous faites là, boudiou ? Vous voulez fout' le feu à ma baraque ou quoi ? Z'êtes qui ? Z'avez fugués d'chez vous ?
Je pousse un cri. Je l'ai entendu mon cri. Mais Hayleah et ce probablement vieil homme l'ont-il entendu eux aussi? Je ne sais pas. Mais je me sens...pire. J'ouvre les yeux. Ou alors étaient-ils déjà ouverts. Comment le saurais-je.
Je crois que mon cauchemar vient de commencer.


Hayleah Moonrose
Hayleah Moonrose
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Hayleah Moonrose, le  Ven 24 Juin - 20:46

Gelée jusqu'aux os, à bout de forces et de nerfs, Hayleah était pétrifiée sur place. Le moldu à la lampe torche qui lui faisait face n'en finissait plus de les dévisager, elle et Azénor, dont l'état semblait empirer de minutes en minutes. Il fallait s'en débarrasser au plus vite, elle en était consciente, mais son cerveau semblait incapable de formuler une parole cohérente et ses muscles ne répondaient plus. Son corps entier était en grève, une chance qu'elle respire encore.
Alors, elle se contenta de dévisager l'homme à son tour. Ils se regardaient en chien de faïence, à qui allait frapper le premier.  Qu'avait-il vu exactement ? Les avait-il vu se matérialiser sur la plage ? Avait-il vu Azénor flotter jusqu'à son local ? Il semblait penser que ce n'étaient que deux fugueuses ayant trouvé refuge dans son repère, mais peut-être en avait-il vu plus que ce qu'il n'en avait dit.
Soudain, un cri, un sursaut.
A sa plus grande surprise, ce n'était pas Hayleah qui avait hurlé, mais sa camarade. Allongée sur le sol, elle avait ouvert les yeux en grand. Pâlissant à vue d’œil, on aurait dit qu'elle était possédée. Pourtant, loin de se sentir déstabilisé, le moldu s'avança plus près, l'aveuglant du faisceau lumineux de sa lampe. Azénor... le moldu...Quelle était la priorité ? Que faire ? Comment ?

Plop !

Le moldu ne cilla pas mais Hayleah reconnu ce bruit caractéristique d'une personne qui transplanait et le visage de son père apparut dans entrebâillement de la porte. Enfin ! Enfin de l'aide ! Elle en aurait pleuré de joie si la situation n'était pas aussi critique. Il lui fit signe que tout allait bien se passer puis se racla la gorge.

- Excusez-moi, monsieur ?, dit-il sur le ton d'un vrai gentleman.

Alors que le moldu se retournait vers lui, Hayleah murmura quelques mots d'apaisement à l'oreille de sa camarade, mais cela ne sembla pas la calmer du tout. Au contraire, elle avait l'air terrifié. Était-ce seulement à cause de sa désartibulation ? Ce n'était qu'un pressentiment, mais Hayleah avait l'impression d'être passée à côté de quelque chose. Quelque chose de beaucoup plus grave qu'une jambe amochée.

- Qu'est qui y'a ? Si a vous tout ça ?, demanda le vieux marin en désignant les deux jeunes filles de sa lampe torche.

- En effet. Hum. Je suis vraiment désolé du désagrément, je vais les ramener de ce pas à la maison où elles recevront la punition qui leur est dû. Veuillez nous excusez, encore une fois.


Le vieux marin se retourna vers les jeunes sorcières et ouvrit plusieurs fois la bouche pour la refermer aussitôt, tel un poisson dans son bocal. Il avait l'air perplexe.

- Je...euh..., balbutia-t-il. D'accord, mais que ça s'reprodouise pô ou j'apil la flicaille, moi j'vous dis.

Sans lui laisser le temps d'ajouter quelque chose ou de réfléchir à quoi que ce soit, le père d'Hayleah poussa le moldu en dehors du local et verrouilla la porte derrière lui. Il ne retournerait probablement pas tranquillement chez lui sans vérifier qu'ils soient bel et bien partis, mais cela leur laisserait le temps de déguerpir. Sans perdre une minute, le coréen attrapa Azénor dans ses bras et disparu dans un tourbillon. Puis, il réapparut quelques secondes plus tard et ce fut le flou total.

Le vieux local avait disparu, remplacé par l'atmosphère glaciale de l'hôpital pour sorciers Ste Mangouste où une infirmière l'attendait pour lui poser tout un tas de questions sur les circonstances de l'accident. Elle fut aussi précise que possible, détailla chaque sort médicomagique qu'elle avait administré à sa camarade, et pourtant, l'angoisse qu'elle ressentait ne faiblissait pas.
Quelque chose clochait, et elle ne savait pas quoi.

[ FIN DU RP ]
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Azénor Philaester, le  Mar 5 Juil - 19:10

RP en compagnie d'Anthony Adams (oui encore moi sur cette douce plage)


Fin d’après-midi. Cela fait déjà de longues minutes que tu cours. Petit footing hebdomadaire. Tu as changé d’endroit aujourd’hui. Tu te balades près d’un port l’odeur de la mer salée te chatouille les narines. Tu regardes le sable, il a l’air tout mou. Ça te rappelle les journées à rire et à t’enterrer dans le sable, quand tu étais gamine. Les arbres dansent, le bleu et le jaune prédominent, les rues sont bruyantes et les nuages ne sont plus. Les oiseaux chantent au gré de leurs envies, vont et viennent et jouent dans le ciel.
Le vent vole dans tes cheveux attachés en une longue queue de cheval parfaitement lisse. Tu sues. Beaucoup. Ton dos est trempé, ton visage goutte, et ton torse n’en parlons pas. Tes poumons te supplient d’arrêter. Mais tu tiens. Allé encore quelques minutes. Tu veux garder tes jolies fesses fuselées et tes cuisses longilignes. Encore un p’tit effort.

Tu te diriges vers le ponton en bois là-bas. Pour regarder les bateaux de plus près. Plus près. Trop près. Tu ne sais pas si c’est ton cerveau qui a mal donné l’information ou si tu as été poussée, mais tu tombes. Dans l’eau. Mon dieu, elle est plus profonde qu’elle n’y paraît. Tu n’y crois pas tes yeux. T’es comme au ralenti. De loin la scène doit être hilarante. Tu restes quelques secondes la tête sous l’eau. Simplement parce que t’es bien tout compte fait. Tout ça t’a rafraîchie. Tant mieux. Tu t’apprêtes à sortir de l’eau, à remonter à la surface, reprendre ta respiration, vivre à nouveau…Mais là, quelqu’un le fait pour toi. Ce quelqu’un te prend les deux bras, te ramène à la surface. T’es soulevée comme un ange qui monte aux cieux. Tout ceci te fait tousser. Non mais tu rêves. Comme si t’avais besoin d’un sauveur. Enervée tu cries « Eh mais ça va hein, je n’avais pas besoin de tthhh’… » A la vue trouble du jeune homme probablement confus, oui parce que le sel te pique les yeux alors tu ne vois pas clairement net, tu arrêtes de piailler. Après tout c’était sympa d’être venu te sauver…


hrp:
 


Dernière édition par Azénor Philaester le Lun 23 Jan - 7:00, édité 2 fois
Anthony Adams
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Anthony Adams, le  Mer 6 Juil - 14:12

Après-midi d'été. Le beau temps avait encouragé plus d'une personne à sortir de leur tanière. Et parmi ces gens, Anthony. Un sorcier au milieu des moldus. Il bossait à Ollivander's, la boutique de baguette magique dans le chemin de Traverse. Il était même gérant de boutique. A ses heures perdues, il était aussi attrapeur dans l'équipe de Quidditch de Poufsouffle. Bref, c'était Antho quoi. Il y avait bien d'autres personnes. Je pourrais vous parler de Marie, mère au foyer. De Solène, PDG d'une petite start-up. De Patrick, laveur de carreau. De Pascal, trader dans la city. De Sophie, ingénieure dans une boite en développement. De William, employé de Solène, se faisant tout petit pour ne pas que sa patronne lui tombe dessus. D'Oliver, un avocat réputé d'Angleterre. De Lily, une DRH dans la boite de Patrick. Tous ces destins, c'était retrouvé là aujourd'hui, le long d'un port, pour flâner, faire du footing, prendre leur temps ou le soleil. Il faisait beau, et toutes les histoires se retrouvaient là aujourd'hui, à profiter du soleil.

Mais aujourd'hui, toutes ces histoire ne nous intéressaient pas. Parlons plutôt d'Azénor. Élève à Poudlard. Anthony ne la connaissait pas. Et pourtant, dans quelques instants, leurs destins allaient être liés. Alors qu'elle dépassait Antho en petite foulée, ce dernier la regarda à peine. Et quelques secondes plus tard, il entendit un "plouf". Le gérant d'Ollivander's s'approche donc du son, en même temps qu'un petit groupe et se penche pour voir ce qui est tombé.

C'était Azénor, mais ça, à ce moment de l'histoire il ne le savait pas. Il pensait avoir à faire à un moldu. D'ailleurs, s'il n'y avait pas eu tous ces moldus attroupés, il aurait simplement sorti sa baguette pour faire léviter la jeune femme hors de l'eau. Mais il ne pouvait pas. Et il remarqua un truc aberrant dans ce genre de situation, personne ne réagissait. Tout le monde se contentait de regardait la forme sous l'eau qui ne remontait pas, parfois même en la filmant à l'aide de téléphone... Ce monde est fou. Anthony se pencha donc au-dessus de l'eau, en espérant ne pas avoir à se mouiller, mais il dût se rendre à l'évidence, il n'avait pas le choix. Il plongea donc dans l'eau pour aller chercher la forme et la remonter à la surface rapidement. Fait rassurant, dès qu'elle fut à la surface, elle toussa. Elle n'avait donc pas arrêté de respirer. Pas besoin de la ranimer avec la peur de ne jamais la voir s'animer. Puis après la toux, preuve qu'elle était bien vivante, il y eu des paroles.

- Eh mais ça va hein, je n’avais pas besoin de tthhh’…

L'animagus ne répondit rien. Il préféra s'éloigner histoire de ne pas se prendre un coup de poing ou même une baffe. Ça serait con quand même. Il attendit quelques instants qu'elle se calme avant de répondre le plus calmement possible pour ne pas la brusquer.

- Remontons vite, l'eau n'est pas chaude.

Il l'aida donc à remonter, aider (enfin) des quelques badauds attroupés. L'était pas trop tôt. Il remonta à son tour, cette fois, sans aide. Bah ouais, il était un mec, c'était nettement moins intéressant de l'aider. Puis une fois fait, il se dirigea vers la jeune fille et lui demanda si tout allait bien. Il piqua de l'eau à un des types qui était là et donna la bouteille à la presque-noyée.

- Tiens, pour te nettoyer les yeux, dit-il simplement.

Heureusement qu'il faisait chaud. Leurs vêtements allaient vite sécher et ils s’en tireront avec un bon rhume. Anthony attendit donc que la jeune femme redise quelque chose. Comment elle s'y était pris pour tomber ? On l'avait poussé, ou elle était juste pas douée ?
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Azénor Philaester, le  Mer 6 Juil - 23:00


Encore toute retournée. Encore toute mouillée. Encore dans l'eau. Tu te sens idiote. Que s'est il donc passé? T'as pas pu tomber comme ça dans l'eau... A moitié dans les vapes, t'essaies de te remémorer la scène, mais la voix du jeune homme qui t'a secouru te réveille.
- Remontons vite, l'eau n'est pas chaude.
Oh euh oui, il n'a pas tord. Faudrait que vous remontiez. Tu vas attraper froid, surtout après ce gros coup de chaud.
- Oh euh oui merci.
Quel moment gênant, quand tu te rends compte que trempée, ton tee shirt est blanc. Blanc mouillé quoi. L'air de rien, t'essaies de cacher un maximum ton buste entier, de peur que ta peau puisse être aperçue par tous ces gens, probablement moldus, qui te regardent. Certains t'aident à te relever, d'autre te regardent bouche bée, d'autres même te filment. ils ont que ça à faire ces moldus sans vie. Pff.

Ton sauveteur te demande si ça va? Tu esquisses un sourire pour lui faire comprendre que t'as connu pire. Ensuite, il pend une bouteille d'eau de la main d'un passant.
- Tiens, pour te nettoyer les yeux. Quelle gentillesse. Ça se perd les gens comme ça de nos jours. Cette délicatesse attention te fait sourire. Tu acceptes avec plaisir. Tu verses de l'eau douce sur tes yeux que tu as du mal à garder ouverts. Tu remercies le jeune homme maladroitement. " Merci pour tout, vraiment. T'es trempé à cause de moi, vraiment navrée." Tu hésites. Tu veux le remercier comme il se doit. Tu penses à lui offrir un verre. Pourquoi pas. Mais tu ne veux pas qu'il comprenne ce geste d'une autre manière que prévue...

En attendant, vous vous dirigez l'un à côté de l'autre, vers la balade du port. Vous vous éloignez enfin des gens inutiles autour. Situation quelque peu gênante. T'as vraiment envie de briser le silence. Mais c'est difficile. T'as aucune idée de qui est cet inconnu. Tu ne connaît vraiment rien de lui. A part qu'il est plutôt mignon, grand par rapport à toi, brun, et surtout mouillé. Mais les vêtements vont sécher vit. Tu voudrais lancer un sortilège pour que ce soit fait en un rien de temps...Mais impossible. Oh non. Sorcier ou non, tu peux pas prendre le risque pour ça.
Tu te lances enfin, tandis ce que vous marchez encore côte à côte, tu casses le silence.
"Je...euh. J'aimerais te remercier, vraiment. Désolée d'avoir mal réagis en premier temps. Ça te dit un café, ou un coca? Ou ce que tu veux d'ailleurs. Oh et si tu connais une formule magique pour faire sécher les vêtements, je suis preneuse Tu dis ça en rigolant. Pour deux raisons. Ton débardeur blanc n'a pas encore séché, et cette situation est amusante. "Une formule magique" aha, s'il savait...

Anthony Adams
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Anthony Adams, le  Dim 10 Juil - 13:56

Finalement, elle ne lui sauta pas à la gorge. Elle était même reconnaissante. Elle lui dit plusieurs fois merci. Deux fois pour être précis. La première fois, hésitante, on voyait bien qu'elle était gênée. En même temps, actuellement, elle n'était pas dans une position très confortable (bande de pervers). Actuellement, tout le monde pouvait voir ses sous-vêtements, même pour une personne non pudique, la situation était pour le moins gênante. D'ailleurs, elle essayait tant bien que mal de se cacher. Malheureusement, il n'avait rien à lui donner pour la couvrir, vu qu'il était à peu près aussi trempé. Mais bon, pour un mec, c'était pas gênant. Surtout Antho qui avait une plastique pas dégu*ulasse sculptée par le sport. Pas que la plastique d'Azénor était désagréable, loin de là mais... Roo, puis m*rde, vous avez compris.

La pauvre, semblait un peu perdue, elle devait se demander comment elle était arrivée là. Quand elle put se remettre sur pied et marcher, ils s'éloignèrent rapidement du groupe, pour éviter tous ces moldus inutiles. Pendant un petit moment, ils ne parlèrent pas. Anthony n'avait pas vraiment envie de lui demander comment c'était arrivé. Puis, elle ne semblait pas avoir envie de parler plus que ça. Finalement, elle brisa le silence.

- Je...euh. J'aimerais te remercier, vraiment. Désolée d'avoir mal réagis en premier temps. Ça te dit un café, ou un coca ? Ou ce que tu veux d'ailleurs. Oh et si tu connais une formule magique pour faire sécher les vêtements, je suis preneuse !

Si elle savait. Il y avait pas mal de sorts pratique pour se sécher et éviter le rhume. Les sèches-cheveux c'était hasbeen chez lui. Un coup de baguette, et hop, vous étiez secs. Même si par bien des aspects, la vie des moldue faisait envie à Antho, il fallait bien avouer qu'il y avait pas mal de choses qu'étaient pas mal dans le monde magique. D'ailleurs, c'était la troisième fois qu'elle le remerciait. Elle était vraiment reconnaissante. Alors il répondit. Sur le ton de la blague, mais, avec un fond de vérité. On ne savait jamais, après tout, si par le plus grand des hasards il avait sauvé une sorcière. Il rit d'une manière la plus naturel possible avant de dire.

- Si je connaissais une formule je le ferais tout de suite, je commence à avoir froid. Imagine, il mima un geste de baguette magique. Hmm... Calda ! Et hop, j'ai chaud !

C'était tout de même pas super naturel. D'habitude, quand on pensait "formule magique", on pensait à "Abracadabra", "Yoplaboum, turlututu chapeau pointu". Pas "Calda". M'enfin, ça se comprenait. J'ai froid, donc ça caille, donc Calda. Non ? De toute façon, pour une moldue ce détail n'allait pas la choquer plus que ça. Après tout, elle avait faillit se noyer il y a quelques minutes, elle avait sans doute pas trop la tête à réfléchir à l'existence d'un monde parallèle sous ses yeux.

- Et va pour aller boire un petit café ! il désigna un bar (totalement moldu) pas très loin. On a qu'à aller se poser en terrasse là-bas. Ne t'inquiètes pas pour ta réaction, dans le danger on a rarement des réactions normales. L'important est que tu ailles bien ! En fait, je m'appelle Anthony Adams.

Il s'arrêta net, avalant presque la dernière syllabe. D'habitude, c'est là qu'il disait qu'il était gérant d'Ollivander's, ou joueur de Quidditch au choix. Mais là, fallait pas le dire. Aujourd'hui, il était Anthony Adams. Juste ça. Il n'était personne d'autre, un moldu parmi tant d'autre. Pas une star de Quidditch, pas le gérant d'une des boutiques les plus connues d'Angleterre. Non. Il était Anthony. Juste Anthony. Le jeune homme regarda du coin de l’œil la jeune fille. Dans la panique, il n'avait même pas retourner la question.

- Et toi ? Je préfère connaître le nom d'une personne avant d'avoir un rencard ! rajouta-t-il en riant (pour de vrai cette fois)

Chose amusante, le tutoiement c'était directement installé entre les deux. A croire que le petit évènement leur avait fait oublier les règles de politesse de base. Certes, elle semblait avoir à peu près le même âge qu'Anthony, mais il lui arrivait de vouvoyer des gamins de 11 ans, alors une fille qui avait l'air d'avoir la majorité, ou à peine, pourquoi pas ? L'animagus détailla rapidement celle qu'il avait "sauvé". Elle était un peu petite, les cheveux longs, des yeux marrons, des belles courbes. Ouais, vous vous rappelez quand je vous ai dit qu'elle n'avait pas une plastique désagréable ? Bah, c'était vraiment vrai. En même temps, le jeune homme faisait attention à ne pas trop s'approcher de l'eau, en jetant de temps en temps des coups d’œil devant lui, au cas où. Ça serait bête de retomber.
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Azénor Philaester, le  Lun 11 Juil - 11:15


Après avoir cassé le silence, ton camarade parle enfin. Peut-être qu'il attendait que tu fasses la conversation, parce qu'après tout, c'est lui ton sauveur. Tu viens de lui parler de "formule magique". Le beau brun était sûrement un moldu parmi les autres. Qu'est-ce qu'un sorcier ferait ici en cette période de l'année ? Toi, t'es une exception disons... Le monde moldu, celui de maman, il te passionne presque. Rien que par leur ignorance. Leur naïveté. Et leur ennui. Tu m'diras, ton sauveur n'a pas l'air si ignorant, si naïf et si ennuyeux.
- Si je connaissais une formule je le ferais tout de suite, je commence à avoir froid. Imagine, il mime un geste de baguette magique. Hmm... Calda ! Et hop, j'ai chaud !

A peine a-t-il finit son geste de la main, celui que tu as directement reconnu comme étant un geste de sortilège magique (un vrai de vrai!) tu restes plantée comme un piquet. Bouche ouverte. Yeux globuleux. Pas de clignement des yeux, oh non, t'es trop occupée à halluciner. Tu ne respires plus. Trop choquée. Tu le fixe avec des grands yeux. Mais non, mais non. Il n'a pas pu faire ç exprès. C'est une coïncidence, pour sur. Tu oublies presque de reprendre ton souffle, mais la gêne occasionnée par le manque d'oxygène te ramène à la réalité. Tu prends une immense bouffée d'air frais, et détournes les yeux de ton compagnon par la même occasion.
Oui, c'est bon Az' calme toi, simple coïncidence...Tu reprends tes esprits. Il recommence à parler. Ouf.

- Et va pour aller boire un petit café ! Il désigne un bar (totalement moldu) pas très loin. On a qu'à aller se poser en terrasse là-bas. Ne t'inquiètes pas pour ta réaction, dans le danger on a rarement des réactions normales. L'important est que tu ailles bien ! En fait, je m'appelle Anthony Adams

Boire un café. Chouette. Tu vas pouvoir faire sa connaissance. Voir s'il est sorcier ou non. Ok, la scène de la baguette et du sortilège de Calda ou tu sais plus quoi, te trotte encore dans la cervelle.
Le bar que le jeune homme désigne a l'air très bien. Il te convient parfaitement. Parfait pour papoter un peu. D'ailleurs, le brun a un nom. Anthony Adams. T'aimes bien. Ça te donne envie d'en savoir plus sur lui. Ses origines, ce qu'il fait dans sa vie de moldu. Tu lui souries, acquiesces ses dires d'un signe de tête, et puis machinalement, tu fronces un sourcil puis penche la tête de côté... Une image te traverse l'esprit. Lui. Mais pas lui aujourd'hui. Lui avant. Il y a des années peut-être. Tu crois l'avoir déjà vu. T'en es presque sure. Mais où...Cela doit encore être ton imagination légendaire qui te fait défaut...

- Et toi ? Je préfère connaître le nom d'une personne avant d'avoir un rencard.
T'as pas le temps de penser d'avantage à ton hypothèse qu'il parle encore. Il parle beaucoup. Tant mieux? Tu aimes beaucoup les mecs qui parlent beaucoup. C'est beaucoup ton style de mec presque. Oui parce qu'au moins, pendant qu'ils parlent, tu peux les regarder, les écouter, rire, pleurer, sourire...Enfin voilà quoi. T'as toujours peur d'être inintéressante, alors vaut mieux que ce soit eux qui parlent.
Tu prends ta plus belle voix, tu t'armes d'un joli sourire, d'un charmeur regard:

- J'aime bien ton prénom. Oh et ce bar m'a l'air parfait. Sinon moi je suis Azénor. Azénor Philaster. C'est quoi tes orgines? Oh cette question te trotte dans la tête depuis quelques secondes, ça y est tu vas enfin savoir.

Donc vous vous dirigez tranquillement, l'un à côté de l'autre, assez approchés, vers le bar moldu. Tu repenses à tout ce qu'il a déjà dit. A sa voix masculine, douce néanmoins, et assez parfaite, faut se le dire. Ses cheveux dan lesquels t'aimerai bien plonger ta main. Ses yeux que tu pourrais regarder longtemps. Son sourire qui laisse apparaître des dents (heureusement) propres et étincelantes. Oh, tes vêtements commencent enfin à sécher.
Mais attends...Il a dit rencard??



Anthony Adams
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Anthony Adams, le  Dim 24 Juil - 0:48

Désolé de l'attente, vacances oblige. En tout cas, me revoilà !
_________________________________________________________

Elle n'avait pas relevé le coup du sortilège. Ce n'était donc qu'une moldue. En même temps, ça aurait été étonnant de croiser une sorcière dans le coin. C'était loin des quartiers que les sorciers fréquentaient habituellement. En plus, elle faisait du jogging, si ça c'était pas une activité de moldue. Un préjugé débile ? Ouais c'est vrai.

Elle aimait bien son prénom. Anthony ? Y'avait pas plus basique que ça ? Anthony, c'était pas le prénom passe partout en Angleterre ? Le nom qui se retrouve régulièrement dans les classements des "prénoms les plus donnés cette année" dans les magasine féminin. Comment il savait ça ? Occupez-vous de ce qui vous regarde, namé. Ah, et elle s'appelait Azénor. Ça c'était un prénom original. D'ailleurs, ce prénom, il était sûr de l'avoir déjà entendu. Une fois. Pas plus. Mais où ? Bonne question. C'était le soucis d'Anthony. Parfois, sa mémoire lui faisait défaut. Surtout en ce moment. Avec toutes ces histoires impliquant pour la plupart Lyne avaient tendance à lui retourner le cerveau. Fallait qu'il la recontacte. Ou pas. Il avait peur de ce qui allait se passer le jour où... Bref.

- C'est quoi tes origines?

Ok. Elle attendait quoi comme réponse là ? Sang pur ? Anglaise ? Poufsouffle ? Nan, franchement. Il s'appelait "Adams", est-ce que ça laissait beaucoup de choix quant à ses origines géographiques ? Allons bon, on allait dire que c'était à cause de la presque noyade qu'elle avait subit. Ça devait l'avoir retourné. Ils s'installèrent à une table de la terrasse pour attendre un serveur.

- Je t'invite bien sûr ! dit-il en s'asseyant.

Il choppa une carte qui trainait sur une table pas encore débarrassée et la tendit à Azénor, si jamais elle avait envie d'un truc particulier. Lui, il se contenterait d'un café serré. Le truc qui allait le réchauffer et lui mettre un coup de fouet. Le stress de la situation retombait doucement, et avec lui, le traditionnel "coup de pompe" arrivait. Il avait envie de bailler. Envie qu'il réprimait. Après tout, ça faisait pas très bon genre de bailler face à une personne qu'on venait de sauver et qu'on ne connaissait pas. Nan, fallait tenir le rôle du "sauveur grand et fort". Lol. Après tout, sur le terrain, c'est ce qu'il donnait comme impression, il pouvait faire pareil là, non ? Ouais bon ok, on savait tous qu'Anthony était un vrai cœur d'artichaut, mais faites comme si ok ? Le jeune gérant répondit à la jeune femme.

- Je suis Anglais. Mes parents étaient so... Euh.... Anglais. Mes grands parents aussi. 'fin voilà, d'aussi loin dont je me souviens, je suis d'origine anglaise.

Les habitudes avaient la vie dure. Encore une fois, il avait été à deux doigts de parler de ses origines. Les vraies. Pas la surface. Qu'est-ce qu'elle voulait cette fille ? Pourquoi elle posait ces questions qu'absolument personne posait. Surtout pour une première rencontre. J'sais pas, dans ce genre de cas, on parlait du beau temps, de la crise etc... Des sujets neutres, totalement sans intérêt permettant juste d'échanger et de passer un moment sympathique. Elle, elle semblait vouloir directement tout savoir d'Anthony. Un serveur les avait vu. Il s'approchait. Quoi qu'il arrive, si elle voulait en savoir plus, il ne pouvait de toute façon pas en dire plus avec ce mec à côté.

- Bonjour ! Qu'est-ce que je vous sers ?
- Je vais prendre un café court s'il vous plait ! Et toi Azénor ? Tu as choisis ?

Il réalisa qu'il n'avait pas d'argent moldu pour payer. Il devrait en faire apparaitre discrètement. Sa baguette était dans la poche, il pourrait tout simplement mettre sa main dans sa poche et incanter silencieusement. Mais, c'était pas quelque chose de très discret malgré tout. De toute façon, il n'avait pas le choix. Quand le serveur partit, Anthony prit sa baguette en main et incanta pour faire apparaître une liasse de billet d'une valeur d'une trentaine de livres. Largement suffisant pour ce qu'ils allaient prendre. Il espéra que les billets soient aussi parfaits qu'habituellement. Et aussi que son geste soit resté assez discret. Pour une moldue, un geste dans la poche pouvait être très mal interprété... Anthony retira donc rapidement la main de sa poche pour ne pas accentuer, au cas où puis, quand le serveur fut assez loin, il retourna la question.

- Et toi du coup ? Azénor, on dirait un prénom français, je me trompe ?
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Azénor Philaester, le  Dim 24 Juil - 1:27

Aucun soucis !



Vous avancez tranquillement. Très vite tu remarques le café moldu où vous allez pouvoir échanger quelques mots. Tu repères une table. T'espère qu'il va choisir celle-ci. Puis il tire la chaise se situant sous la table en question. Yes! Comme quoi, il en faut vraiment peu pour te satisfaire. La chaise est plutôt confortable.

- Je t'invite bien sûr !
Il t'a sauvé, et en plus il veut te payer à boire. Il est aussi aimable qu'il te rend mal à l'aise. C'est pas évident d'être une fille au final, c'est vrai c'est moins cher, pour certaines choses, mais c'est gênant! Il t'a sauvé de la noyade, ou presque, et c'est à toi de le remercier.

-Oh non, je t'en prie, je te dois bien ça.
Tu attrapes la carte qu'il te tend. Mais que vas-tu choisir. Ton choix est déterminant. Si tu prends un déca, ça craint. Il faut que tu prennes un jus. Oui c'est convivial et sympathique. Pas trop agressif. Mais un jus de quoi. Évite les grands classiques genre pomme ou orange, c'est trop commercial. Trop vu. Il faut de l'originalité. Mais pas top abuser non plus. Papaye ou Goyave ça fait peur. Non, le mieux c'est de choisir entre les deux. Ananas ou Abricot. Ça sera parfait.

- Je suis Anglais. Mes parents étaient so... Euh.... Anglais. Mes grands parents aussi. 'fin voilà, d'aussi loin dont je me souviens, je suis d'origine anglaise.
C'est toi où il a faillit dire sorciers? Non encore l'abricot le fruit de ton imagination. M'enfin ça fait deux fois. Il a sans doute hésité. Ça arrive. On est pas dans un quartier de sorciers de toute manière. Qu'est-ce qu'il viendrait faire ici. Et vous imaginez la coïncidence de dingue que soit justement un de ton monde qui t'ai sauvé. Pf, tu crois pas aux coïncidences. Et puis ça t'es déjà arrivé de prendre un moldu gros plein de soupe pour un sorcier. Être obligée de lancer un sortilège d'amnésie, c'est pas ta tasse de café court thé.
Un serveur arrive, tout sourire, poli:

- Bonjour ! Qu'est-ce que je vous sers ?
- Je vais prendre un café court s'il vous plait ! Et toi Azénor ? Tu as choisis ?
Mince. Ananas Abricot. Abricot Ananas. Mais qu'est-ce que tu racontes, t'aimes pas l'abricot en jus.
-Je prendrais un jus d'ananas s'il vous plaît, tu réponds, armée d'un sourire charmant.

Ensuite le serveur s'en va avec son p'tit papier griffonné. Tu échappes un soupir de relaxation. Ça t’interloque quand tu vois Antho' trifouiller dans sa poche, tu préfères pas savoir ce qu'il fais, ne pas se mêler de ce qui ne te regarde pas. Il se concentre sur tu ne sais pas trop quoi. T'es tombée sur un mec étrange finalement.
Quoique.

- Et toi du coup ? Azénor, on dirait un prénom français, je me trompe ?
- Oui maman est française et Kl...Mon père anglais. Ce qui fait de moi une franco-anglaise. Mais oui, Azénor c'est le prénom d'une ancienne reine de Bretagne, je crois bien. Ça fait bien la part des choses entre la France et la Grande, Bretagne. M'enfin bref.
Comme pour lui assurer que tu veux payer. Tu sors de ta poche des pièces de monnaies anglaises, les disposes sur la table. Un Oups sort de ta bouche sans même que tu l'ai voulu. Un ou deux gallions sont entreposés parmi les livres et les pounds. Que faire? Les laisser là, en prenant le risque qu'il demande ce que c'est que cette pièce étrange? Ou paraître pour une folle en les cachant d'un geste brusque... Tu deviens écarlate. Tu oses à peine le regarder. Mon dieu, s'il savait.


Dernière édition par Azénor Philaester le Ven 29 Juil - 13:37, édité 1 fois
Anthony Adams
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Anthony Adams, le  Mar 26 Juil - 23:21

(Normalement, il ne marmonne rien, puisqu'il informule, j'ai oublié de le préciser, désolé :P)
___________________________________________________________________
Elle ne voulait pas être invité. Elle avait donc poliment refusé l'invitation d'Anthony. Pire, elle proposa de payer. Sous le prétexte qu'elle lui devait "bien ça". Le jeune homme aurait, d'habitude insisté, il serait même allé voir le serveur pour payer en douce avant qu'elle y pense. Mais bon, il avait froid, l'eau alourdissait ses vêtements et l'adrénaline partait de son corps laissant à sa place une fatigue extrême. Il n'avait pas la force de le faire. Bon, il n'aurait plus qu'à la réinviter plus tard pour rattraper le coup. Mince alors, ils devraient se revoir. Quelle tristesse. Haherm. Elle avait pris un jus d'ananas. Sucré, exotique, original. Comme elle finalement.

Déformation professionnelle, Anthony avait tendance à établir un rapide profil pour imaginer la baguette des personnes qu'il avait en face de lui. Elle était sans doute un peu distraite, sympathique et pétillante. Oui, sans aucun doute, un poil de Boursouflet lui correspondrait plutôt bien. Mais bon, c'était ridicule d'imaginer une baguette pour une moldue. N'est-ce pas ?

- Oui maman est française et Kl...Mon père anglais. Ce qui fait de moi une franco-anglaise. Mais oui, Azénor c'est le prénom d'une ancienne reine de Bretagne, je crois bien. Ça fait bien la part des choses entre la France et la Grande, Bretagne. M'enfin bref.

Elle sortit ses sous, à tous les coups pour empêcher Anthony de payer. Elle posa plusieurs pièces sur la table et émit un petit "oups". Le jeune homme fronça les sourcils et baisse les yeux. Avait-elle fait tomber quelque chose ? Non, rien par terre. Après cette rapide inspection, il regarda la table, elle avait peut-être mit ses pièces dans de l'eau mal essuyée ou quelque chose qui justifiait un "oups". Ce qu'il vit le surpris à tel point qu'il ne put s'empêcher de relever rapidement la tête vers Azénor, la bouche limite béante. Si c'était une sorcière, pourquoi elle avait pas réagit à son "Calda" ? Elle avait pas encore vu ça à Poudlard ?? Là, sur la table, il y avait une pièce en or. Ce n'était pas une pièce moldu, mais bien un gallion. Le dragon gravé sur le côté pile laissait peu de doute quand à la provenance de cette pièce. D'ailleurs, il n'y avait pas que ce gallion. Il y en avait deux. Ce qui prouvait que ce n'était pas une pièce trouvée par hasard par terre. Ok, donc, tout ça pour rien ? Oui, sa baguette contenait un poil de Boursouflet !

- En fait, l'abricotier a peut-être un peu souffert de l'eau. Je peux te réparer ça gratuitement si tu veux. Passe à la boutique quand tu peux.

Abricotier, boursouflet et une vingtaine de centimètres environ. Elle s'appelait Azénor Philaester. Ce prénom, il l'avait vu une fois, en parcourant le livre des comptes (oui, il parcourait le livre des comptes parfois, pour savoir s'il fallait s'attendre à un retour à cause de la vieillesse des baguettes). Il n'y avait aucun doute, c'était elle. Ça c'était un drôle de hasard. La seule personne qu'il arrive à "sauver" de la noyade, c'était une sorcière ! Vu son âge, ils avaient peut-être même un peu cohabité à Poudlard. M'enfin, à Poudlard, à part deux-trois personnes, le jeune homme n'avait pas retenu beaucoup de visage. Il avait juste envie de finir ses études le plus rapidement possible, rien de plus.

Et encore une fois, cette pensée le rabattait sur Ailyne. Encore et toujours. A croire qu'il n'y avait qu'elle dans sa vie. C'était presque vrai quand on y réfléchissait un peu... Mais, ces pensées, le ramenait à l'ancienne Ailyne. Celle qu'avait été balayé par un chauffard. Comme la mère d'Antho quelques années plus tôt... A croire que ses proches étaient maudits. Heureusement, Lyne n'avait "que" perdue la mémoire. A deux, ils avaient recollé quelques morceaux. Anthony avait dû ré-apprendre à connaitre cette nouvelle Lyne. Ailyne elle, elle avait tout simplement appris à connaître un total inconnu qui s'était présenté à elle comme un ami.

- Du coup, pour le Calda... il remit la main dans sa poche pour pointer sa baguette sur Azénor pour informuler un Calda. Ça marche vraiment. dit-il en souriant à la jeune fille. Si j'avais su, on serait allé ailleurs...

Malheureusement, le serveur revenait déjà avec les boissons complètement moldues. Bon, la prochaine fois, il l'inviterait dans un bar sorcier, ça sera plus sympa.
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Azénor Philaester, le  Ven 29 Juil - 19:29

J'ai édité du coup! Et pour l'histoire de Calda, disons que j'ai honte de pas avoir reconnu...


Comment lever le regard et affronter sa stupéfaction. Sa demande. Son interrogation. Les mains croisées préalablement sur tes genoux, les lèvres resserrées, les yeux baissés, d'un geste quelconque tu attrapes ta monnaie, la range dans ton porte feuilles. Il ne réagit pas, il n'a peut-être finalement pas remarqué. Mais d'un ton tout à fait serein, il déclare:
- En fait, l'abricotier a peut-être un peu souffert de l'eau. Je peux te réparer ça gratuitement si tu veux. Passe à la boutique quand tu peux.
Seuls tes yeux bougent pour enfin le regarder. Tu mets quelques longues secondes à comprendre. L'abricotier. C'est ta baguette. Tu réalises, tu relèves enfin la tête. Bouche bée, tu le regardes, interloquée comme jamais. Lui aussi. Finalement ça ne t'étonne pas autant que tu l'aurais cru. Il n'avait pas hésité à te sauver, et maintenant que tu as compris qu'il travaille chez Ollivander, c'est le déclic. Tu as déjà entendu parler de lui, si ce n'est entrevu dans les couloirs de l'école, vu son âge, qui n'a pas l'air très avancé. Cela ne fait aucun doute, c'est un sorcier. Un vrai!

- Du coup, pour le Calda... Tu ressens quasi instantanément que ton corps se libère de cette humidité dont tu t'étais finalement habitué. Ça marche vraiment. Tu lâches un léger Merci suivis d'un joli sourire impressionné. Il maîtrise décidément bien la magie. Un sortilège informulé! Tu as déjà essayé sans trop de succès. Et de toute façon quand tu n'arrives pas quelque chose du premier coup, t'arrêtes. Impatiente.
- Si j'avais su, on serait allé ailleurs... C'est vrai qu'un bar sorcier aurait été vachement plus sympa. Mais ça te change un peu, les cafés moldus. Le serveur arrive d'ailleurs avec vos boissons.
- Un jus d'ananas pour mademoiselle, un café court pour monsieur. Bonne dégustation. Tu lui souris en guise de merci. Il dépose l'addition vers Anthony. Cliché. Tu t'empresses presque d'attraper la petite coupelle accompagnée du ticket pour y déposer l'appoint, en argent moldu bien entendu. Tu lances un clin d’œil à Anthony.

C'est bien gentil mais maintenant que tu as réalisé, il faut bien lui répondre, à ce sorcier. Tu attends quelques temps, regardes en direction du serveur qui s'en va. Quand il est hors de vue, et que tu es sure que rien ni personne ne pourrait vous entendre, tu te redresse, bien droite, coudes sur la table, mains croisées sous le menton. Tu t'adresses à ton égal:
- Alors comme ça tu travailles chez Ollivander! Je suis impressionnée, et très satisfaite de mon abricotier soit dit en passant, même si je devrais p'têtre faire un petit tour à la boutique t'as raison! Serdaigle peut-être?
Tu hypothèses la maison dans laquelle il a suivit sa scolarité. Déjà, il était (presque) forcément à Poudlard. D'aussi qu'il se souvienne, il est anglais.

Maintenant que tu savais que vous partagiez plus qu'une simple après midi, tu avais envie de faire plus ample connaissance avec ce jeune homme. Ses années Poudlard, ce qu'il avait toujours rêvé de faire, son prof préféré, sa matière favorite, sa cachette secrète, son endroit à lui au château. Les petits potins d'antan..




Anthony Adams
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Anthony Adams, le  Ven 29 Juil - 23:56

En reconnaissant le Calda ça aurait été trop simple :P
___________________________________________________________________

Le serveur avait posé l'addition près d'Anthony. COOL, il allait pay... Ah non. Elle était rapide en fait. A peine déposée, Azénor avait déjà choppé l'addition et bam, elle déposa l'argent dedans. Bon bah, il avait de l'argent moldu en trop maintenant. C'était malin ça. Nan mais j'vous jure, l'égalité des sexes, c'était bien beau, mais à cause de ça, il avait beaucoup trop d'argent dans sa poche maintenant. Euh... Ok. Cette phrase était très bizarre. Et pouvait être très mal prise aussi. Donc, ce qu'on va faire, c'est oublié ça.

Et passer à un nouveau paragraphe. Voilà. Avant de répondre à Anthony, elle attendit que le serveur soit assez loin. C'était toujours plus prudent. Même si, généralement, les moldus croyaient qu'ils parlaient d'une série un peu obscure ou même une organisation secrète. C'était tout de même plus sûr de ne pas parler du monde magique en présence de moldu.

- Alors comme ça tu travailles chez Ollivander ! Je suis impressionnée, et très satisfaite de mon abricotier soit dit en passant, même si je devrais p'têtre faire un petit tour à la boutique t'as raison! Serdaigle peut-être ?

Travaillant chez Ollivander's, ton Serdaigle ? Hm... Joli cliché. Ceci dit, lors de la répartition d'Anthony, le choixpeau avait surement but. Parce qu'Antho n'était pas Poufsouffle pour un sou. Mais il était pas assez bosseur pour être chez les bleus. Il bossait que dans les matières qu'il aimait. Métamorphose, défense contre les forces du mal et enchantement. Dans cet ordre. Le reste, il était... Absent à 90% du temps. Il s'était rendu au nombre de cours minimum pour pouvoir passer ses BUSES. Ni plus, ni moins. Fallait pas déconner. Le gérant d'Olly n'était pas un cancre. Il avait même pas mal de facilité. Mais, quand ça l'intéressait, il ne cherchait pas à s'y intéresser. La grande ambition et la détermination de l'attrapeur aurait peut-être put le mener à Serpentard. Sa hardiesse et sa tolérance, aurait même put l'emmener chez les Gryffondors. Mais non, au milieu de tout ça, c'était seulement la patience qui avait fait pencher la balance chez les blaireaux. Tristesse. S'il avait su, il aurait fait comme un imminent personnage. "Tout sauf Poufsouffle, tout sauf Poufsouffle...". S'il avait su. Avec des si, on mettrait Poudlard en chaudron ouais. Mais bon. Il avait fait sa scolarité dans une maison qui lui correspondait pas un iota, entouré de personnes qui ne lui correspondait pas plus. A part Ailyne. Encore et toujours Ailyne. Aaaarg.

- Je suis gérant en fait ! J'aime pas l'autorité, donc j'ai tout fait pour ne pas en avoir, répondit Antho en prenant sa tasse pour la tendre vers Azénor. A ton sauvetage !

Il passait du coq à l'âne. De la licorne au griffon si vous préférez. Il arrivait pas à organiser ses pensées. Sans doute encore sous le coup de l'émotion. Ses pensées arrivaient comme ça, et il les disait. D'ailleurs pour ça qu'il avait parlé de la baguette de la fille sans absolument aucune transition. Ça lui était venu comme ça, alors il l'avait dit. C'est donc comme ça que Lyne pensait. AAARG, mais pourquoi toujours elle ? Il but pour oublier. Ah m*rde, c'était du café. Aïe c'était chaud. Il n'en montra rien.

- Et donc non, j'étais chez les Poufsouffles. Si tu veux mon avis, le pouvoir des fondateurs s'amenuise dans le choixpeau, il fait des belles bourdes parfois, continua l'attrapeur. Tiens d'ailleurs. Mais bon, je suis attrapeur et capitaine de l'équipe des jaunes et noirs, donc je vais pas trop les renier non plus, rajouta-t-il en souriant. Et toi... Je dirais Gryffondor vu ta baguette... Abricotier et poil de Boursouflet, c'est ça ?

Quoi, que ça pourrait être Poufsouffle. Mais il était tout de même à peu près sûr qu'il ne l'avait jamais vu trainer dans les rangs de jaunes. Il n'avait pas retenu les visages, mais quand même, il était pas aveugle. Il arrivait à reconnaitre les personnes quand même. Surtout quand ils dormaient dans les mêmes lieux quoi. Il but à nouveau son café. Tiens, il n'avait pas mis de sucre. C'était un poil amer. Mais mettre du sucre alors qu'on avait déjà but deux gorgées, ça faisait c*n. Alors il n'en mit pas. Tant pis. Il se passerait de son demi sucre pour cette fois.

- Avant que je fasse une gaffe, il s'arrêta un court instant. T'es encore à Poudlard ?

Façon subtile de demander l'âge d'une femme. Oui, c'était pas poli, mais là, c'était mieux pour continuer la conversation. Il était presque sûr qu'elle y était encore, mais dans le doute, mieux valait demander. Il commençait doucement à se réchauffer. Tant mieux, parce qu'il ne pouvait pas se lancer un sort sur lui-même sans sortir sa baguette au grand jour. C'était pas top. Le soleil tapait fort. Il allait vite être sec. Cette phrase est inutile. Mais c'était les pensées d'Antho, j'y peux rien moi. Bon, on va arrêter là, il partait encore dans tous les sens. Difficile à suivre.
Contenu sponsorisé

Un port - Page 4 Empty
Re: Un port
Contenu sponsorisé, le  

Page 4 sur 9

 Un port

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.