AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 1 sur 2
[Habitation] The DeLySsia House
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Charli Proulx
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] The DeLySsia House

Message par : Charli Proulx, Sam 21 Juin 2014 - 18:21


______________________________


Voici l'habitation (Appartement) de July Swann, Daily Redwood et Nemesis Whisper

Ils peuvent poster dès à présent.

______________________________


Dernière édition par Charli Proulx le Mer 20 Aoû 2014 - 22:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : July Swann, Mar 15 Juil 2014 - 18:12


.
.

The DeLySsia Housse




-----Plan


-----Séjour

L'appartement coloué par Délie Redwood, July Swann et Mortissia Evenblood se trouvait derrière une porte en bois massif. Pour leur sécurité, le logement a été soumis à plusieurs sortilèges de protections : Maléfice anti-transplanage et anti-portoloin, Sort d’Impassibilité (également appliqué sur les 3 chambres) et un Sortilège de Repousse-Maléfice. La porte se ferme avec une simple clef mais la serrure a été ensorcelée pour ne pas être sensible au Sortilège de Déverrouillage. Le logement est imperméable à tous sortilèges lancés depuis l'extérieur (sauf dans le cas de sortilèges de magie noire très puissants qui briseraient la protection).
Le couloir de l'entrée est sobre. Les murs sont peints à la chaux, d'un blanc cassé, et le sol est recouvert d'un parquet laminé gris, usé par le temps. Un lustre ancien à trois branches, fait de bois et de métal, est suspendu au plafond. Il s'allume d'un simple « lumos ».
Derrière la première porte à droite se trouve le salon. C'est une pièce spacieuse, avec le même parquet que dans l'entrée, et des murs boisés d'un gris foncé. La salle ne possède pas de fenêtre, mais le lustre en forme de sphère qui est placé en son centre remplace parfaitement le soleil. Lui aussi s'allume par la magie et l'intensité de l'éclairage varie selon le sort (lumos, lumos maxima ou Lumus Solem ). Dans le coin, à droite, a été placé un canapé, un vieux fauteuil ainsi qu'une table basse. Au centre de la pièce se trouve une table au bois clair, entourée de plusieurs chaises en cuir brun usé. Pour toute décoration, une grande horloge, sans propriété magique, a été placée sur le mur et des plantes ont étés installées çà et là. Les meubles ont étés amenés par les trois filles, soit récupérés, soit acheté, pour quelques mornilles, dans une brocante.
Au fond du salon, dans un renfoncement, se trouve une grande cheminée. Elle a été raccordé au réseau magique avec, pour nom de destination, « The Delyssia House ». à un mètre de l'âtre a été placé un enchantement conditionnel qui empêche les visiteurs indésirables d'accéder au reste de l'appartement. Pour franchir ce mur invisible, il faut que l'une des trois colocataires y passe sa baguette.





-----Cuisine

Lorsque l’on entrait dans la cuisine, en passant par le séjour, on se pouvait s’empêcher de remarquer la taille réduite de la pièce. Les trois sorcières ne pourraient certainement pas tenir ensemble dans un endroit pareil au risque de se rentrer dedans toutes les 5min. Sur la droite, un plan de travail fait de bois mais dont la surface de cuisine était faite d'ardoise. Le meuble possédait plusieurs tiroirs et placards pour ranger des aliments ou de la vaisselle. Un des placards était ensorcelé par les jeunes femmes pour pouvoir y stocker des ingrédients nécessitant d'être gardé au frai. Un évier se trouvait à l’extrémité du meuble, fait d'ardoise lui aussi, avec un robinet qui semblait incroyablement ancien. Juste au-dessus, une fenêtre faite de bois et de verre qui laissait passer les rayons du soleil suffisant à éclairer l'endroit lui donnant presque un air chaleureux malgré les couleurs froides des murs et du sol. La simplicité de la pièce était sûrement ce qui étonnait le plus. Plusieurs plantes étaient disposées ici et là, une sur le rebord de la fenêtre, une autre dans le coin du plan de travail. Au-dessus de celui-ci, d’ailleurs, se trouvait des placards et étagères encastrés dans le mur verdâtre. Sur la gauche de l’entrée, une table où se trouvaient deux tabourets. Sûrement pour prendre des repas rapides. Le sol était fait de dalle brune, un peu comme celle que l’on pouvait trouver sur le chemin de traverse, mais en moins volumineuse.



-----Salle d'eau

La salle d'eau et la salle de bain se trouvent côte à côte. La première est une pièce assez petite mais chaleureuse. Un des murs est fait de pierres d'une couleur beige, ajoutant du cachet à la pièce. Sur celui-ci se trouve un porte-serviette en bois de la même couleur. Les autres murs de la pièce sont, eux, en carrelage et le sol en tomette. Celles-ci dégagent une agréable chaleur non négligeable lorsque l'on sort de la douche. Le dernier élément de cette pièce est un lavabo de forme ancienne et de couleur ivoire au dessus duquel les filles ont mis un miroir, d'une taille parfaite et assez pratique pour se maquiller et se coiffer.



-----Salle de bain

La salle de bain, plus grande, possède des murs blancs dont le même carrelage que la salle d'eau monte jusqu'à un quart. La principale source d'éclairage est la grande fenêtre mais un plafonnier prend le relais lorsqu'il fait sombre. Au fond se trouve une grande baignoire sur pied dans laquelle les filles aiment bien se prélasser après une dure journée de travail, tout en y ajoutant un peu de mousse et en allumant des bougies. Sur la droite se trouve un grand meuble en bois sombre qui accueille une vasque assez sobre. Au-dessus du meuble se trouve un miroir de la même largeur. Enfin ce dernier est entouré de deux appliques anciennes trouvées à la brocante.



-----Chambre de Délie

Descriptif



-----Chambre de July

Descriptif



-----Chambre de Mortissia

Descriptif



* * * * * * * *

Aujourd'hui était un grand jour : July emménageait dans son appartement, avec ses colocataires. L'indépendance, la liberté, ENFIN ! La rousse s'en voulait un peu d'être aussi heureuse à l'idée de quitter sa mère. Elle l'aimait, et la vie avec elle n'avait rien de désagréable, mais il fallait qu'elle commence à construire sa propre vie, hors du cocon familial. Il était bien naturel, pour un enfant, de sentir le besoin de prendre son envol, à un moment ou à un autre. D'ailleurs, elle était persuadée que sa mère le comprenait parfaitement et qu'elle était heureuse pour elle. D'autant qu'elle ne partait pas bien loin, elle restait dans le même pays et pourrait donc lui rendre visite régulièrement. Ce n'était pas comme son frère qui s'était installé au Laos. Elle lui en voulait un peu, de les avoir ainsi quittés. Cela faisait deux ans qu'elle ne l'avait pas vu. Il l'avait pourtant invité, mais avec l'agression qu'elle avait subie la fois précédente il était inenvisageable pour elle d'y remettre les pieds.

July balança dans sa valise ce qu'il lui restait d'habits, d'un air las, à l'arrivée de ces souvenirs douloureux. Il ne fallait pas qu'elle y repense, cela ne servait à rien. L'histoire était close, les aurors avaient mené leur enquête, il n'y avait plus rien à faire.
La rousse s'activa un peu plus afin de finir de rassembler ses affaires. Victoire n'allait pas tarder à arriver pour l'aider à tout transporter, il fallait qu'elle soit fin prête.
Pour son déménagement, la rousse avait fait le grand tri. Elle avait jeté ses jouets d'enfance, les bibelots sans importance, les plumes cassées qui s'étaient entassé dans son petit bureau et autres objets et ustensiles dont elle n'avait plus usage. Elle n'emportait avec elle que l'essentiel : vêtements, livres et cours, quelques souvenirs, ainsi que son matériel de Quidditch. Elle avait beau ne plus pratiquer, elle ne pouvait se résoudre à s'en séparer. En plus de ses affaires personnelles, July amenait avec elle quelques vieux meubles que sa mère lui avait cédé, ainsi que des plantes, afin d'habiller l'appartement. Pour le mobilier manquant, elle l'avait acheté à bas prix dans une petite boutique du chemin de Traverse.

Victoire l'aida à transporter toutes ses affaires par transplanage. Le logement n'était pas encore soumis aux sorts de sécurités si bien qu'on pouvait y entrer comme on le souhaitait. L'acheminement des meubles fut assez rapide et la concierge quitta July dès qu'elles eurent fini de tout transférer. La sang-mêlé aurait aimé que son amie reste plus, mais Victoire avait autre chose de prévu. Elle lui était déjà suffisamment reconnaissance de s'être libérer une petite heure pour l'aider.
July se retrouva donc avec Délie -Mortissia étant encore élève à Poudlard, elle ne pouvait emménager qu'à la fin de l'année scolaire- et les deux filles entreprirent d'organiser l'appartement. Elles essayèrent plusieurs agencements avant de trouver celui qui convenait le mieux. Leurs meubles avaient beau être anciens et parfois abîmés, l'ensemble se révéla être assez harmonieux et l'ambiance qui se dégageait de la Delyssia House était tout à fait agréable.
Un fin d'après-midi, un sorcier spécialisé dans les sorts de protections vint installer plusieurs enchantements que les filles n'étaient pas en masure de réaliser. La prestation était un peu chère, mais les trois filles étaient tombées d'accord sur le faire que leur sécurité était essentielle.

Pendant que July surveillait le sorcier chargé de mettre en place les protections, Délie finissait de positionner les meubles. Ce n'est qu'aux alentours de 19h30 qu'elles eurent fini de s'installer et qu'elles se retrouvèrent, épuisées, autour de la table du salon. Le silence s'était installé tandis qu'elles contemplaient la pièce aux murs encore vides. C'est le ventre de July qui rompit la quiétude du moment en gargouillant bruyamment.
- Je crois que je pourrais manger une cuisse de dragon à moi toute seule !, s'exclama l'apprentie médicomage. Ma mère nous a préparé un ragoût, ça te dit ?, demanda-elle à Délie.
Lorsque Mortissia serait là, ce serait elle qui serait chargée de la cuisine, étant donné sa passion apparente pour la discipline. Délie et July s'occuperaient du reste : La première se chargerait de la vaisselle et la seconde, forte de son expérience de sorcière de ménage à St Mangouste, de l'entretien global de l'appartement.

Autorisation de Victoire pour l'utilisation de son personnage.


Dernière édition par July Swann le Sam 20 Déc 2014 - 11:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : Invité, Dim 10 Aoû 2014 - 15:21


Cela faisait maintenant quelques temps que Délie se préparait pour le grand jour, son petit appartement de Pré-au-Lard était envahi de cartons. Il y avait ceux qui la suivraient dans son nouveau logement, elle avait déjà pas mal trié mais il lui restait encore beaucoup d'affaires, trop d'affaires. Dans d'autres cartons, elle avait réuni les objets dont elle avait accepté de se séparer, soit elle les donnerait à des personnes qu'elle connaissait, soit elle irait les vendre. La rousse était du genre à conserver tout et n'importe quoi, elle avait beaucoup de mal à se séparer de ses objets qui avaient tous plus ou moins une histoire comme certains de ses vieux manuels scolaires qu'elle avait conservé mais qui ne lui servaient plus à rien. Mais elle devrait renoncer à emporter tout ce qu'elle voulait, l'appartement n'était pas non plus extensible. Il fallait se résonner, tout cela était du passé, elle commençait en quelque sorte un nouvelle vie, elle prenait un nouveau départ, à la poubelle les erreurs et les sombres souvenirs du passé, place au nouveau et au bons moments à venir.

Après un moment de réflexion, elle se résolut enfin à prendre seulement le stricte minimum. Au niveau des meubles, les filles s'étaient arrangés et la plupart avaient été chinés et les autres ramenés par July. Délie se retrouva donc avec quatre cartons d'objets divers : livres, bibelots, souvenirs... une plante ou deux, sa chouette et son serpent, avec le vivarium et la cage qui vont avec bien sûr, ainsi une grande valise remplie de ses vêtements et ses bijoux, les paires de chaussures avaient dû se résoudre à aller dans les cartons, prenant trop de place. N'ayant pas tant d'affaires que ça, elle se décida de tout ramener toute seule en transplanant, de plus, elle n'avait pas vraiment d'idée à qui demander, et Luna était à Poudlard et Eléane devait sûrement être occupé.

Il lui fallut un peu plus d'une heure pour tout ramener et ensuite déposer ses cartons et affaires dans sa chambre. Cela fait, elle décida de faire une petite pose et sortit quelques minutes. Les mains sur les hanches, la rouquine observa la DeLySsia House qui lui faisait face. Elle dégageait quelque chose d'accueillant et chaleureux, elle possédait ce petit quelque chose qui fait que l'on se sent bien dès que l'on pénètre à l'intérieur. La verte retourna enfin à l'intérieur, elle devait aider July à aménager l'appartement. Elles essayèrent plusieurs agencement jusqu'à trouver celui qui convenait le mieux. Elles poussaient, tiraient, décalaient, déplaçaient les meubles et trouvèrent enfin l'harmonie parfaite. Tout de suite, Délie se sentit chez elle. Les meubles anciens associés ensemble créaient une ambiance chaleureuse et harmonieuse. Un peu plus tard, le sorcier qui devait s'occuper des enchantements pour la protection de la maison arriva. Les filles s'étaient mises d'accord, la sécurité passe avant tout ! July resta donc avec le sorcier, histoire de superviser, pendant que Délie finissait de mettre en place les derniers meubles et décorations restantes. La jeune femme finit ensuite par s'occuper de ses animaux et les avaient installé dans sa chambre, elle s'occuperait de ses derniers cartons plus tard.

Vers 19h30, la barmaid se laissa tomber dans le canapé du salon tout en poussant un soupir. Elles avaient enfin fini, elles étaient enfin chez elles. Toutes ces activités les avaient épuisé mais le résultats en valait la peine. Il resterait encore quelques finitions à faire et dont elles s'occuperaient au fur et à mesure des jours. Alors que le silence régnait dans la pièce, le ventre de July se mit à gargouiller. Délie esquissa un sourire, c'est vrai qu'elle commençait à avoir faim après tout ce travail.

- Je crois que je pourrais manger une cuisse de dragon à moi toute seule ! Ma mère nous a préparé un ragoût, ça te dit ?

Huuuum, du ragoût ! Non pas que se soit son plat préféré mais la rousse avait tellement faim qu'un rien la faisait saliver.

- Moi aussi je meure de faim ! J'ai hâte de goûter le plat de ta mère. Elle lui sourit et ajouta. Je vais chercher les assiettes et les couverts.

La rousse se leva donc en direction de la cuisine et, d'un coup de baguette, la table fut prête. Les assiettes s'étaient posées sur la belle table en bois entourée de chaises en cuirs que les filles avaient récupéré ou acheté dans une brocante. Elle regarda la médicomage, elles allaient devoir pendant quelques temps partager le même appartement et par la même occasion, elles allaient devoir apprendre à se connaître. Délie ne savait pas grand chose de la rousse, ni de Mortissia d'ailleurs, qui devrait les rejoindre une fois sa septième années à Poudlard finie. Elle n'était pas la plus curieuse des personnes qui existaient mais elle aimait savoir qui se trouvait en face d'elle. Toute en prenant place à table, Délie entama la discussion.

- Donc si je me souviens bien, vous... euh tu, se reprit elle, elle allait vivre ensemble alors elle finirait par la tutoyer de toute façon, travailles à St Mangouste c'est ça ? Tu dois aimer aider les gens je suppose.

Ce n'était pas très original mais Délie n'avait rien trouvé de mieux pour entamer la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Nemesis Whisper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : Nemesis Whisper, Dim 17 Aoû 2014 - 17:44


Nemesis ferma sa malle de vêtement dans laquelle tous les habits, et les chaussures, avaient été rapetissés pour pouvoir entrer plus facilement. Elle la souleva légèrement pour la mettre sur ses roulettes et plissa les yeux en regardant autour d’elle. Où était passé Azur ? Se mettant à pousser des petits sifflements avec sa langue, la jeune femme souri finalement en voyant le serpent onduler sur le sol jusqu’à elle. L’ancienne élève se pencha un peu pour tendre son bras et laisser le reptile s’enrouler autour de celui-ci jusqu’à pouvoir s’installer sur ses épaules. Le corps de l’animal entoura le cou de la Gryffondor avant de poser sa tête sur son épaule droite alors que l’extrémité de son corps se posait sur la gauche. *Prête à quitter Poudlard ?* Pinçant ses lèvres rouges sangs, la demoiselle jeta un coup d’œil autour d’elle. C’était un sentiment étrange de se dire qu’elle n’y remettrait plus les pieds après y avoir passé 7ans. Bien sûr, elle aurait pus retourner s’installer chez son parrain mais à quoi bon ? Celui-ci habitait loin de toute civilisation et il l’avait toujours sur protégée. Elle était assez forte à présent pour prendre soin d’elle-même et aller vers les autres. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle avait contacté une jeune femme qui proposait une colocation dans un appartement du Chemin de Traverse. C’était un bon début. Elle avait laissé les deux autres filles s’occuper de l’aménagement du lieu et avait hâte de voir ce que ça donnait. Nemesis poussa un dernier soupire et, prenant une légère inspiration, sorti enfin du dortoir. Comme beaucoup d’élève, elle prendrait le train pour Londres et se rendrait ensuite à l’endroit prévu par ses propres moyens. Magicobus peut-être ? *Je n’aime pas du tout comment il conduit !*

Tirant sa malle derrière elle, la jeune femme observait les passants sans vraiment les voir. Elle n’aimait pas fixer les gens et tant qu’ils ne le faisaient pas eux même envers elle, elle se portait très bien. La nuit était tombée et la journée passée dans le Poudlard Express l’avait fatiguée, mine de rien Nemesis était contente de n’avoir pas besoin d’aider à emménager les meubles et tout le tralala. Elle n’aurait pas survécu à trop d’effort physique. Azur n’avait pas quitté sa place, même lorsque les adolescents avaient déposés leurs animaux dans le compartiment réservés à ceux-ci il n’avait pas voulu se défaire des épaules de sa maîtresse. *Au moins quelqu’un qui arrive à te supporter.* Levant les yeux au ciel, mais bien décidée à ne plus répondre aux provocations de cette voix, la jeune femme à la chevelure sanglante glissa une mèche de cheveux derrière son oreille avant de se rendre à l’appartement qu’elle venait enfin de trouver après plusieurs minutes à tourner en rond.

Pénétrant dans l’appartement, Nemesis leva les yeux sur le lustre qu’elle savait présent dans le hall pour avoir déjà visité l’endroit avec les filles. Elle marmonna un « Lumos » pour allumer les bougies de l’objet pendu au plafond pour y voir plus clair. Fermant la porte dans son dos, la jeune femme posa sa malle contre le mur de l’entré et se dirigea vers le salon où ses colocataires se mettaient déjà à table. Dans un petit sourire timide, toujours son serpent argenté autour du cou, l’ancienne élève s’approcha pour les saluer. De ce qu’elle venait d’entendre, la rousse, July, travaillait à St Mangouste. Sympas. Sans oser s’installer elle aussi à table, elle croisa ses bras en restant debout à côté de la table.

« Bonsoir.. Désolée j’arrive un peu tard mais Poudlard ce n’est pas la porte à côté.. »
HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : July Swann, Mar 9 Sep 2014 - 16:28


Toutes mes excuses pour le retard ...

Tandis que Délie sortait couverts et assiettes, July s'occupa de réchauffer le plat, d'un coup de baguette. Elle fit venir à elle un pichet d'eau puis rempli l'assiette que lui tendait sa nouvelle colocataire. Cette dernière en profita pour engager la conversation :
- Donc si je me souviens bien, vous... euh tu travailles à St Mangouste c'est ça ? -July acquiesça, un sourire sur les lèvres ; Elle était très contente, et fière, de la formation qu'elle suivait.- Tu dois aimer aider les gens je suppose, conclut la jeune femme.
Le visage de la rousse se mua en perplexité. À vrai dire, elle n'avait jamais vu les choses sous cet angle. Si elle avait choisi la voie de la médicomagie, c'était parce que le domaine des sortilèges la passionnait et qu'elle pouvait voir et faire des choses différentes tous les jours. Elle était plus médicomage pour l'intérêt qu'elle portait à la pratique de la magie, que pour sauver des gens -même si son but était toujours de soigner au mieux-. D'un autre côté, lorsqu'elle repensait à tout ce qu'elle avait fait pour sauver Taylor, c'était bien qu'elle se préoccupait de ses patients. Elle n'avait pas supporté l'idée qu'il puisse passer le reste de sa vie paralysé. À moins qu'elle ne l'ait pas aidé par simple bonté, mais à cause des perspectives magiques de son cas ?...
- Hmm, oui ... Tu sais, une des premières choses qu'on nous apprend c'est de ne pas s'attacher aux patients. Il faut toujours qu'on ait un regard extérieur, neutre. Alors j'ai pas l'impression de les aider, je fais mon travail c'est tout. Elle lança un regard vers sa voisine de table, pour voir comment elle recevait ses propos. Il était parfois choquant pour les personnes extérieures de savoir qu'en théorie, les patients ne devaient rester que des « cas ». Et toi, tu es barmaid à Près-Au-Lard, c'est ça ? Dans quel établissement ?

Les deux filles avaient entamé leur repas lorsque le bruit de la porte d'entrée se fit entendre. July lança un regard interrogateur à Délie. Si les sortilèges de protections avaient été bien réalisés, les seules personnes à pouvoir pénétrer dans l'appartement étaient Délie, elle-même et Nemesis. Les deux premières étaient attablées et il n'était pas prévu que la troisième arrive ce jour, qui pouvait donc bien s'inviter chez elles ?
July glissa sa main jusqu'à la poche de sa robe de sorcière, où se trouvait sa baguette. Elle s'apprêtait à se lever, pour aller voir de qui il s'agissait, lorsqu'une jeune fille aux cheveux rouges fit son apparition, un serpent sur les épaules. Finalement, c'était Nemesis.
- Bonsoir.. Désolée j’arrive un peu tard mais Poudlard ce n’est pas la porte à côté..
Elle avait l'air timide, comme si elle ne savait pas où se mettre. July lui lança donc un sourire rayonnant pour la rassurer et enchaîna d'une voix joviale :
- Salut ! Tu as pu te libérer finalement ?! C'est super. Viens, tu n'as pas encore mangé ? Ma mère fait toujours beaucoup trop donc il reste du ragoût, ça te va ?
Revenir en haut Aller en bas
Sean O'Connell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : Sean O'Connell, Mar 16 Déc 2014 - 11:01


- Tard dans la nuit, et un peu amoché
avec July.




Il y eut un bruit d'explosion, et Sean sentit contre son genou gauche les pavés durs et froids de Pré-au-Lard. Le choc lui arracha une grimace. Il était un peu trop fatigué pour transplaner dans des bonnes conditions, et sa fierté en prenait un coup de s'être retrouvé à terre. Il se serait presque étonné d'être arrivé en un seul morceau.
En faisant tous les efforts possibles pour se lever dans un minimum de mouvements pour s'épargner un surplus de douleur, il se remis sur ses jambes. Sa seule véritable satisfaction, sur le moment, était de savoir que cet imbécile blondinet était certainement parti avec un os en moins. Chaque pas lui coupait le souffle, et pourtant, malgré son état, il ne pouvait s'empêcher de sourire légèrement. C'avait été une soirée intéressante. Dangereuse, stupide, mais intéressante. Et maintenant, autre chose l'attendait...

Il s'était arrêté devant la porte massive d'où July avait disparue trois nuits seulement avant. Il ne savait pas bien pourquoi c'était chez elle qu'il avait transplané. Il aurait pu aller directement à St Mangouste. Il aurait pu raconter n'importe quelle histoire pour expliquer son état, il aurait pu... Sean avait eu des centaines d'idées sur comment la revoir. Des bonnes comme des moins bonnes. Venir frapper à sa porte après minuit dans un état lamentable pour un combat qu'il avait causé était, de loin, le pire qu'il n'ait pu envisager. Il baissa les yeux sur lui même. Bras ensanglanté, jean troué, quelques boutons de sa chemise avaient sauté, et il ne voulait pas imaginer ce à quoi son visage ressemblait à cet instant.

Repartir. Peut être qu'il ferait mieux de repartir. Cette fille lui plaisait, beaucoup - inutile qu'elle ne voit ses travers déjà. Il pourrait peut être réussir à garder une image positive de lui même à ses yeux un peu plus longtemps, et ça valait sûrement le coup. Peut être dormait-elle déjà. Il voulu faire un pas en arrière, et encaissa la douleur en serrant la mâchoire. Il n'aurait pas la force de transplaner à nouveau sans risque. Impulsivement, il frappa, trois coups. Et s'en voulut immédiatement.

Avec un peu de chance, elle dormait, elle ne l'avait pas entendu. Il pourrait se shooter à coup de sortilège antidouleur, attendre le lendemain, ça irait sûrement mieux. Derrière la porte, tout semblait encore silencieux. Tant mieux. Elle n'aurait pas cette vision là de lui. Heureusement. Il pouvait tout à fait supporter la douleur, ce ne serait pas la première fois. C'était mieux ainsi. Mieux valait sûrement quelques os cassés que...
Il n'eut pas le temps de s'étonner d'avoir de telles pensées - de préférer July à sa santé, c'était absolument insensé. Sous la porte, un raie de lumière venait d'apparaître. Elle avait dû l'entendre. Mer**.

D'un geste souple et tout aussi impulsivement qu'il avait frappé à la lourde porte, il fit apparaître du bout de sa baguette un bouquet de fleurs bleues. Ce qui était idiot au possible. Il venait se faire soigner, pas conter fleurette. Quel imbécile venait chez les gens avec une côte ou deux cassées, le bras en sang et pourtant un bouquet de fleur? Cette nuit avait été bien trop longue, il ne savait plus ce qu'il faisait.

Sean n'eut pas le temps de réagir pour faire disparaître ces fleurs idiotes que, déjà, la porte s'ouvrait. Il était là, dans la nuit, sur le pas de la porte, avec un sourire qui aurait été charmant s'il n'avait été diminué par la douleur sourde qui traversait ses os, son bras meurtri caché par le bouquet. Comment pourrait-elle ne pas le prendre pour un fou?
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : July Swann, Sam 20 Déc 2014 - 18:35


Il n'était pas loin de minuit mais July ne dormait pas encore. Comme tous les jours, après un dur labeur à l'hôpital magique, la rouquine travaillait chez elle, sur son mémoire ou sur ses cours et techniques à peaufiner. D'ordinaire, elle était plutôt efficace, mais ces derniers jours, elle n'arrivait à rien. Depuis l'agression d'Elenna, elle avait bien du mal à se concentrer. Elle ne cessait de repasser les événements dans sa tête, à la recherche d'une explication. Pourquoi et qui ? Telles étaient les deux grandes questions qui la taraudaient. L'agréable souvenir de la soirée au Chaudron Baveur avait été trop vite remplacé par la crainte. Même le charmant Sean lui semblait maintenant sombre. Se pouvait-il qu'il soit responsable de l'enlèvement ? Le récit d'Elenna semblait l'innocenter, pourtant July ne pouvait qu'être troublée par la coïncidence. La rousse ne savait donc plus si elle souhaitait toujours recevoir un courrier de sa part ou si elle espérait qu'il l'ait oublié.
L'étudiante se mit une claque mentale : il fallait qu'elle se concentre. Si sortir la mettait dans des états pareils, elle ferait peut-être mieux de s'abstenir jusqu'à la fin de l'année. Où en était-elle déjà ?...

Trois coups portés sur la porte d'entrée firent sursauter la rouquine. Il était tard, qui pouvait bien vouloir déranger les gens à une heure pareille ? July imagina tout de suite le pire et son sang se glaça. Ce ne pouvait rien être de bon.
Depuis trois jours, la sang-mêlé était en proie à un état de paranoïa maximal. Elle ne voulait plus prendre le risque de sortir à découvert et s'arrangeait pour se déplacer uniquement par le réseau de cheminée, d'un endroit sur à un autre. The Delissia House, St Mangouste, St Mangouste, The Delissia House ... July avait conscience du ridicule de cette attitude, mais elle voulait se donner quelques jours pour se remettre de ses émotions. Dire que dans l'histoire, c'était Elenna qui avait le plus souffert ...
C'est à contre coeur que l'étudiante se leva et gagna l'entrée, sa baguette en main. Délie était encore au travail et Nemesis devait déjà dormir, elle était donc la seule à pouvoir répondre. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque, à travers le judas de la porte, c'est le visage déformé de Sean qui lui apparut ! Dans ses mains, un bouquet de fleurs bleu. C'était pour le moins surprenant.

July, qui s'attendait à voir une personne mal intentionnée, ne put s'empêcher de penser que cela confirmait ses soupçons. Personne n'arrivait chez les gens au beau milieu de la nuit pour leur apporter des fleurs. Pourtant, une autre partie d'elle-même avait très envie de croire que Sean n'était rien d'autre que le jeune homme charmant qu'elle avait rencontré à la soirée Halloween. Son sourire et sa manière de se pencher vers elle pour lui parler lui revinrent en mémoire et elle sentit son coeur battre un peu plus fort à l'idée des fleurs qu'il lui apportait. Sans plus réfléchir, la jeune fille ouvrit la porte, un demi-sourire sur les lèvres et les sourcils relevés par l'étonnement.
L'expression de surprise de la sang-mêlé s'accentua lorsqu'elle vit l'état de Sean. Il était un peu blafard, et plusieurs coupures lui barraient le visage. Cela rappela à l'Anglaise les entailles sur le minois d'Elenna. S'était-il fait agressé, lui aussi ? ...
- Sean ?! Qu'est-ce que tu ... Tu es blessé ? ...
De son côté, July n'était pas spécialement plus présentable. Elle arborait un long peignoir pastel aux manches larges et ses cheveux étaient relevés en un chignon bâclé d'où s'échappaient plusieurs mèches rebelles.
- Est-ce que tu veux rentrer ?..., demanda-t-elle avec une pointe d'hésitation dans la voix.
Revenir en haut Aller en bas
Sean O'Connell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : Sean O'Connell, Mar 23 Déc 2014 - 22:08


- July! Bonsoir! ... Je ne te réveille pas, j'espère.

Sa voix était encore plus grave qu'à l'habitude, un peu éraillée. La porte s'était ouverte, et July était là, devant lui, dans son peignoir pastel et ses cheveux vaguement relevés. Sean aurait souri si son bras - et le reste - ne lui faisait pas si mal; il aurait pu parier qu'elle était ainsi au naturel. Et il aurait tué pour voir ça ans d'autres situations. Si seulement ses colocs avait ouvert, s'il avait pu prétendre s'être trompé de porte - quel idiot, vraiment. Il ne savait pas bien par où commencer. Salut jolie, tu me laisse entrer? Belle soirée, n'est-ce pas? Oh, je passais dans le coin, et je ne me sentais pas à mon plus fort je... Ca? Oh, ça, c'est rien, voyons, haha, je ne suis pas là pour...

- Sean ?! Qu'est-ce que tu ... Tu es blessé ? ...

Un léger sourire apparu sur ses lèvres. Perspicace, la médicomage. Il lui tendit le bouquet bleu, ce qui dévoila par la même occasion son bras gauche qui pendait un peu lamentablement. Il préférait ne pas trop y penser, à celui-là. Parce que si par malheur il ne pouvait plus combattre... Donc, ne pas y penser.

- Je... Hum. Les fleurs sont pour toi.

Est-ce que c'était de l'inquiétude, dans sa voix? Certainement l'inquiétude d'être face à ce type qu'elle connaissait à peine, ensanglanté, qui se tenait à minuit passé sur le pas de sa porte. Il faut dire que le petit sourire de Sean, pour tout charmant qu'il se voulait, ne cachait rien de l'inconvenance de cette situation. Que pourrait-il bien lui dire? Qu'elle prenne seulement les fleurs, ce serait tellement plus facile.  

- Est-ce que tu veux rentrer ?...

Et cette cruelle impression que la vie était une sale pu** de boucle. Cette scène, il l'avait déjà vécue. Et il ne voulait pas y penser. Il avait, de toute manière, du mal à faire suivre une idée avec une autre, ce soir. July, dans la lumière tamisée et chaude de l'appartement, était jolie, toute simple.
Il entra sans trop grimacer. Il faisait bon, ici.

- Merci, July... Je suis désolé de faire irruption si tard. Je...

Mettre de l'ordre dans ses pensées. Comme cela lui semblait difficile. Il avait simplement envie de se laisser tomber, de s'endormir, de ne plus avoir mal. Le jeu n'en valait plus la peine, tout compte fait; ce fils de chien l'avait vraiment joliment amoché. La prochaine fois qu'il le verrait, Sean se ferait une joie de lui retourner la pareille. Il aurait dû le laisser s'étouffer dans le brouillard.
Ses yeux remontèrent jusqu'à ceux de July. Toujours aussi bleus, même à cette heure.

- J'aurais préféré ne pas te déranger, je te jure. Mais j'ai transplané, et je me suis retrouvé ici, devant chez toi. Je...
Pense que j'avais envie de te revoir? - pourquoi diable serait-il venu jusqu'ici? Foutu inconscient de mes deux, foutu Freud.
- ... pense que j'ai besoin de toi. De tes talents.

Il ne pensais pas qu'il dirait ça un jour d'une manière aussi directe, sans tourner autour du pot. La fatigue, la douleur, sans doute. La confiance que lui inspirait la rouquine, aussi. Toute sa silhouette détonnait dans ce salon cosy où il venait de pénétrer. Il ressemblait à un personnage évadé d'une histoire différente - il ne ressemblait plus à celui en smoking blanc qu'il incarnait à Halloween... July était différente, aussi. Trois jours seulement après leur rencontre, et ils se montraient déjà tels qu'ils étaient? En temps normal, cela aurait beaucoup fait rire Sean le septique, l'ironique. Ce soir, il ne le relevait même pas. C'était juste eux: la nuit, lui le sale gosse blessé, et July en peignoir.



Revenir en haut Aller en bas
July Swann
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : July Swann, Dim 28 Déc 2014 - 13:06


July ne s'était jamais fait offrir de fleurs et elle n'avait jamais ressenti l'envie qu'on lui fasse un tel présent. Cela s'apparentait, pour elle, à quelque chose de niais. La sang mêlé n'était pas romantique, elle n'attendait pas un homme qui la couvre de cadeaux et d'attention, elle trouvait que cela avait quelque chose d'oppressant. Mais alors, comment expliquer l'effet qu'avait sur elle ce bouquet bleu ? À moins que ce ne soit l'étant dans lequel Sean s'était présenté, qui réveillait en elle l'angoisse de ces derniers jours ? Tout était confus dans la tête de July. Elle ne savait plus si son coeur battait plus fort à cause des fleurs ou à cause de l'agression dont il avait peut-être été victime.
Pour toute réponse, Sean lui tendit le bouquet, laissant apparaître une plaie sanguinolente sur son bras. Les yeux de July s'agrandirent et sa bouche s'ouvrit en un large « O ». Il était plus mal en point que ce qu'elle avait imaginé !
- Je... Hum. Les fleurs sont pour toi.
La sang-mêlé observa le jeune homme, interloquée, sans trouver quoi répondre. Elle attrapa les fleurs d'un geste un peu mécanique, sans penser à ce qu'elle faisait. Son esprit était obnubilé par l'énigme qui se trouvait devant elle. Il était vraiment déconcertant. Sean était là, avec ce sourire en coin, comme si la situation était parfaitement normale. Ses yeux, eux, ne souriaient pas vraiment, mais c'était surtout sa voix qui le trahissait. Elle trahissait la douleur, la fatigue peut-être.

Il avait besoin de soins, July lui proposa donc d'entrer. Il sembla hésiter, un instant, mais passa finalement le seuil de la porte.
- Merci, July... Je suis désolé de faire irruption si tard. Je... 
Elle lui adressa un sourire rassurant, tout en le conduisant au salon. Elle l'invita à s'allonger sur la banquette tandis qu'elle s'éclipsait quelques secondes dans la cuisine pour installer les fleurs dans un vase. De retour au chevet de son grand blessé, la rousse prit place sur la table basse qu'elle utilisa comme un tabouret.
- J'aurais préféré ne pas te déranger, je te jure. Mais j'ai transplané, et je me suis retrouvé ici, devant chez toi. Je ... pense que j'ai besoin de toi. De tes talents.
- Ce n'est rien, tu as bien fait, répondit July pour l'apaiser, tandis qu'elle déchirait sa manche avec la baguette, afin d'avoir une meilleure vision de la plaie.
Elle avait l'aspect d'une morsure causée par un animal. La chaire était un peu déchiquetée mais elle n'avait pas l'apparence d'une blessure infligée par une créature venimeuse. Ce n'était pas la pleine lune, il n'y avait donc pas de risque du côté des loups-garous. L'étudiante estima que la plaie devrait être facile à soigner. Mais avant tout, il fallait l'anesthésier :
- Je vais te lancer un sortilège de soulagement, la douleur devrait diminuer. L'Anglaise s'exécuta en informulant un #Curo As Velnus puis reprit : Qu'est-ce qui t'a fait ça ? Ce n'est pas une créature venimeuse ?

Afin de refermer la blessure, July informula un #Reparo sellae contra tela. Il lui fallut un peu plus de dix minutes pour en venir à bout. Elle s'appliquait, pour que le sort soit parfaitement réussi et qu'il laisse le moins de cicatrice possible. Le résultat était plutôt satisfaisant, les principales entailles étaient toujours visibles et prenaient maintenant la forme de cicatrices roses légèrement bombées.
- Tu devrais sentir que ton bras est un peu engourdi au début, mais ça devrait passer d'ici 24h. Par contre si ça persiste il faudra aller à St Mangouste. Est-ce qu'il y a autre chose ?
Il avait l'air tellement vulnérable, ainsi allongé sur son canapé. Il ressemblait un peu à un enfant malade. Elle aurait voulu passer sa main dans ses cheveux mouillés, mais ses réflexes de médicomage l'en dissuadèrent : pas de familiarité avec un patient. Même s'il n'en était pas officiellement un ... Au lieu de cela, elle sécha ses cheveux ainsi que ses vêtements d'un coup de baguette. Un autre sortilège, et un beau feu crépitant apparut dans la cheminée. Elle n'était pas sure que toutes ces attentions soient uniquement dues à sa conscience professionnelle. Quelque part, elle avait envie qu'il reste. Elle était déjà prête à l'examiner sous toutes les coutures, en prétextant qu'elle ne faisait que son travail de médicomage, pour faire durer l'instant un peu plus longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Sean O'Connell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : Sean O'Connell, Mer 31 Déc 2014 - 13:12


Elle l'avait conduit dans un salon aux allures nordiques, tout de bois et de cuir, et l'avait abandonné sur le canapé pour disparaître avec les fleurs dans une autre pièce. Il se laissa retomber en arrière en soufflant. Elle ne semblait pas en colère. Ca n'avait peut être pas été une si mauvaise idée - ou, pour être plus juste, une si mauvaise pulsion.
Pour ne pas salir la couleur crème du canapé, il avait laissé ses pieds pendre dans le vide, soutenus par l'accoudoir. Comme si cela changeait quelque chose. Il était plein de sang, d'eau de pluie, de boue. Son regard dévia de la contemplation du salon au constat que l'on pouvait suivre son exacte trajectoire à travers le salon rien que grâce aux flaques qu'il avait laissé derrière lui. Sans utiliser son bras invalide, il prit sur lui de forcer sur ses côtes pour se redresser.

Avant qu'il n'ait pas se remettre droit, July était réapparue, et s'était installée face à lui, sur la table basse. Il abandonna la moindre idée d'effort. Son visage était sérieux, il était doux aussi.
- Ce n'est rien, tu as bien fait.
Est-ce qu'elle n'était pas la fille la plus gentille qui existe sur Terre?

Sean se laissa faire, docile, observant chacun des mouvements de la rousse, qui lui arracha les lambeaux pendants de sa chemise d'un geste vif de la baguette. Il n'arrivait pas à assez bouger son bras pour le lui présenter; elle se pencha sur lui. Si elle n'était pas en train d'examiner des bouts de chairs rouges et lacérés; si elle s'était juste penchée, comme ça, il aurait certainement remarqué qu'elle entait bon le chaud. Mais il n'utilisait que ses yeux, regardant ses cheveux. Il avait bien fait de récupérer la vue.
- Je vais te lancer un sortilège de soulagement, la douleur devrait diminuer. Qu'est-ce qui t'a fait ça ? Ce n'est pas une créature venimeuse ?

Il lui sourit, en même temps qu'il sentait effectivement qu'il perdait toute sensibilité au niveau du bras - qu'il n'avait plus mal. Il ne pouvait toujours pas le soulever, mais il n'avait plus mal. C'était une bonne chose. Elle était une bonne médicomage, à première vue.
- Un Animagus. Du moins, je crois qu'il était animagus. J'ai vu une touffe blanche plus qu'autre chose. Pas très haut, très poilu, avec des dents acérées, et des griffes. Je pense que c'était un chien, ou un chat, ou un renard... Sans vrai danger, vraiment.

Il ne savait pas si le blondinet était animagus, ou s'il avait envoyé un sortilège particulièrement réussi contre lui. Tout ce qu'il savait, c'est qu'il n'avait plus mal à cet endroit, et c'était une excellente chose. July, encore une fois, fit un peu de magie. C'était comme si tout disparaissait. Ses plaies se refermèrent sans bruit, aussi facilement qu'elles ne s'étaient ouvertes. Il ne saignait plus et, bientôt, ce fut comme si rien ne s'était passé. De légères cicatrices ornaient maintenant son bras gauche. Un vrai pirate.
- Tu devrais sentir que ton bras est un peu engourdi au début, mais ça devrait passer d'ici 24h. Par contre si ça persiste il faudra aller à St Mangouste. Est-ce qu'il y a autre chose ?

Soulever, plier, bouger ses doigts; former un poing. Ca allait. Les médicomages étaient bien meilleurs que les médecins moldus. Un sourire de soulagement illuminait, un peu, son visage. Il pourrait se battre à nouveau. Il releva les yeux sur sa doctoresse rousse, qui d'un autre geste le sécha, et alluma un feu flamboyant. Ses cheveux, dos à la cheminée, semblaient plus roux, plus lumineux.
- Merci Docteur. Vous êtes parfaite. Je...

Une petite grimace, furtive, apparue sur son visage alors qu'il se laissait retomber sur le canapé si confortable. Il soupira, comme pour se donner du courage et, d'un effort sec, se redressa. Il avait oublié que ses côtes, elles aussi, le lançaient effroyablement, sans qu'il ne sache pourquoi. Le blondinet avait dû se faire une joie de frapper dedans à grands coups rageurs. Quelle ordure. C'était bas.
- Oui, il y a aussi les côtes, apparemment. Tu crois pouvoir faire quelque chose?

Comme il l'aurait fait chez un médecin, il commença à déboutonner sa chemise - mais son bras réparé et un peu raide lui compliquait un peu l'existence. Jamais il n'aurait cru que retirer une chemise put être aussi compliqué, surtout devant une aussi jolie fille. En tant normal, il aurait même joué de la situation - un torse de sportif, ce n'est pas le genre de chose que l'on cache, quand on veut séduire. Il releva les yeux vers ceux de July, un sourire légèrement amusé sur les lèvres. S'il avait été dans une autre situation - non blessé, ne l'ayant pas réveillé en plein milieu de la nuit alors qu'il la connaissait à peine -, il lui aurait certainement demandé de l'aide.
- Donne moi quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : July Swann, Sam 10 Jan 2015 - 11:23


July était habituée aux mensonges de ses patients. Même si elle était tenue au secret professionnel, certains rechignaient à lui dire toute la vérité. C'était un vrai problème car sans toutes les informations, comment pouvait-elle poser un diagnostic et un traitement adapté ? Fort heureusement, Sean joua la carte de l'honnêteté -à moins qu'il ne soit un habile menteur- car il lui répondit presque du tac au tac. Il pensait que c'était un animagus, le responsable de son bras en lambeau. Une petite créature blanche, aux crocs et aux griffes acéré. Cette description évoqua à July l'apparence que devait avoir sa meilleure amie, lorsqu'elle se transformait en loup. Heureusement on ne pouvait pas la qualifier de "petit" animal.
July se demanda ce qui avait bien pu se passer pour qu'il se fasse ainsi attaquer par un sorcier. Un duel ? C'était un boxeur, cela voulait-il forcément dire qu'il était bagarreur ? Voilà qui la confortait dans l'idée que ce ne devait pas être un garçon fréquentable. Pourtant, il avait l'air tellement gentil et poli avec elle. Avant de juger et de tirer de conclusions hâtives, l'étudiante préférait avoir sa version des faits. En attendant, elle pouvait lui laisser le bénéfice du doute.
- Merci Docteur. Vous êtes parfaite. Je... Oui, il y a aussi les côtes, apparemment. Tu crois pouvoir faire quelque chose ?
- Oui bien sure, répondit l'Anglaise qui se demandait toujours où il s'était fait tout ça. Un match de boxe qui avait mal tourné ?...

July s'apprêtait à retirer la chemise de son patient clandestin, d'un coup de baguette, mais il commença lui-même, à la main. Légèrement amusée, elle l'observa, plus intéressé par le spectacle qui s'offrait à elle qu'elle l'aurait du. Il avait du mal, avec son bras tout neuf. Ce petit geste simple du quotidien semblait maintenant laborieux.
C'est lorsqu'il releva des yeux rieurs vers elle, qu'elle se rendit compte de son regard fixé sur l’entrebâillement de sa chemise. Dans un réflexe, July détourna le regard, un peu honteuse de s'être fait repérer.
- Donne moi quelques minutes, lui dit-il pour la faire patienter.
Avec la magie, cela aurait été bien plus vite. L'Anglaise décida donc de prendre les choses en main. Elle n'utilisa cependant pas sa baguette, comme elle l'avait initialement prévu, mais ses doigts agiles.
- Attends, je vais t'aider.
Un, deux, trois, quatre boutons, et le voilà presque à moitié nu. Elle le laissa se débarrasser de sa chemise tandis qu'elle reprenait sa baguette en main. Après un bref coup d'oeil appréciateur sur son torse parfaitement sculpté, July s'efforça de le regarder dans les yeux.
- Quand je te le demanderai, il faudra que tu ne bouges plus et que tu arrêtes de respirer, pour que je puisse bien y voir, expliqua-t-elle. Elle informula un #Per Ut-Visio, appliqué sur elle-même, puis demanda : Arrête de respirer. Un rapide examen lui permit de poser le premier diagnostic : Respire. Effectivement, tu as une côte cassé. ... Tu peux stopper ta respiration une deuxième fois s'il te plaît ? ... Mmmh ... Ah ! Respire. Il y en a une autre fêlée, il me semble que c'est tout. C'est très facile à soigner, ajouta la rousse pour rassurer le jeune homme. En général les blessures non magiques sont facilement réparables, c'est quand c'est provoqué par un sortilège ou une potion que ça devient délicat.

Suite à un nouveau sortilège s'anesthésie, la sang-mêlé entreprit de soigner les deux dernières blessures à l'aide d'un #Brackium Emendo. Durant quelques minutes, le silence ne fut entrecoupé que par des « retiens ta respiration » et « respire ».
- Voilà qui est réparé, conclut la jeune femme dans un sourire. Il semblerait qu'il ne reste que ces petites entailles. Le charme du bisou magique devrait suffire, pour cela.
La rouquine appliqua un #Episkey sur toutes les petites coupures qu'elle repéra, en commençant par les bras, le coup, puis le visage.
Sans vraiment s'en rendre compte, elle s'était rapproché de Sean. Après le dernier sortilège, appliqué sur sa joue, elle passa son pouce sur l'égratignure devenue invisible, comme pour s'assurer que le travail était bien fait. C'est lorsqu'elle releva ses yeux vers ceux de garçon qu'elle se rendit compte de leur proximité et qu'elle se recula.
Les joues de la rouquine s'étaient légèrement empourprées et elle passa une mèche de ses cheveux derrière l'oreille, dans un geste un peu nerveux. Elle réalisa alors qu'elle devait avoir une coiffure épouvantable, en plus de sa tenue des moins présentables. Dans un geste qui se voulait naturel et non prémédité, elle tira sur l'élastique afin de libérer sa crinière rousse.
- Comment tu as fait pour te retrouver dans cet état ?, finit par demander la jeune femme, dans un élan de curiosité. Par peur de paraître impolie elle ajouta : Est-ce que tu veux boire quelque chose ? Thé, tisane ? Jus de citrouille ou euhhh, Whisky Pur Feu ? ...
Revenir en haut Aller en bas
Sean O'Connell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : Sean O'Connell, Dim 11 Jan 2015 - 22:34


Son coeur se mit à battre un peu plus doucement lorsque July détacha les doigts engourdis de Sean de la chaîne de boutons avec lesquels il luttait pour prendre sa place. Un à un, les doigts fins et blancs de la jeune femme déboutonnèrent sa chemise - et un à un, son coeur s'accélérait doucement. Et ce n'était pas prévu. Le jeune homme connaissait chaque parcelle de son corps, avait appris à la ressentir et à en profiter. Il savait que le coeur était un muscle, que le sien était solide et réactif à ses besoins, malgré la cigarette. Et, à cet instant précis où le bois crépitait dans leurs dos et où cette si jolie rousse qu'il connaissait si peu entrait dans son espace vital, son coeur s'emballait. Cela ne faisait pas sens.

Il n'avait de toute façon pas le temps de perdre ses pensées, ni l'envie. Pour l'instant, il préférait mettre ces réactions physiques sur le compte de la fatigue. Il n'y pensait déjà plus. Il avait retiré sa chemise en lambeaux, même plus bonne à faire des chiffons, et July s'était reculée, toujours aussi professionnelle - et aussi...
- Quand je te le demanderai, il faudra que tu ne bouges plus et que tu arrêtes de respirer, pour que je puisse bien y voir... Arrête de respirer... Respire. Effectivement, tu as une côte cassé. ... Tu peux stopper ta respiration une deuxième fois s'il te plaît ? ... Mmmh ... Ah ! Respire. Il y en a une autre fêlée, il me semble que c'est tout. C'est très facile à soigner. En général les blessures non magiques sont facilement réparables, c'est quand c'est provoqué par un sortilège ou une potion que ça devient délicat.

A chaque ordre, Sean obéissait. Il bloquait sa respiration, il respirait à nouveau, et il bloquait sa respiration encore. July se parlait à elle même, regardant sa poitrine comme si elle pouvait voir au travers. Et pourtant, en accord avec ce qu'il ressentait, ces douleurs lancinante à chaque fois qu'il retenait son souffle, ce qu'elle semblait voir était correct. Ce qu'il se passait sous ses yeux le dépassait complètement. Il se laissait faire, légèrement amusé de ce jeu respiratoire qu'il ne comprenait pas.

- Très bien. Vas-y, July, donne tout ce que tu as, opina-t-il en ouvrant les bras en croix, comme pour mieux présenter son torse au faux sacrifice que dénonçait son sourire en coin. Il avait une confiance aveugle en cette jeune fille, elle pouvait lui ouvrir la poitrine.

La mascarade reprit dans le sérieux silence de la médicomagie. Elle ne l'ouvrit pas; toujours au même rythme saccadé, July lui demanda de respirer, et de ne plus le faire, tout en agitant sa baguette. Ses sourcils étaient à peine froncés, ses yeux concentrés ne remontant jamais plus haut que ses épaules. Sean pouvait la regarder sans être vu, la laissant mener cette danse du souffle. L'arcade de ses sourcils. La ligne de son nez. La force de son menton. Le départ de ses cheveux rassemblés en chignons. Ses yeux baissés. Il ne savait pas s'il cherchait un défaut, ou s'il aimait simplement la regarder. Il avait calmé son coeur - pas question qu'elle voit ça, des côtes brisées suffisaient.
- Voilà qui est réparé. Il semblerait qu'il ne reste que ces petites entailles. Le charme du bisou magique devrait suffire, pour cela.

Elle avait relevé la tête, souriante. Et Sean avait retenu son souffle à nouveau. Est-ce que...? Non, bien entendu. Un sourire lui échappa. Cet imbécile avait cru, le temps d'un instant, que July allait soudainement l'embrasser d'une manière peu orthodoxe - mais certainement bien appréciable. Le bisou magique - un sortilège, bien entendu. Quand il était enfant, sa mère aussi lui promettait ce genre de choses, mais ça ne marchait jamais aussi bien que lorsque la jolie rouquine ne s'y appliquait.
Sa baguette glissa sur ses bras, remontant doucement, rendant son corps à nouveau présentable. Il n'avait rien contre ces petites marques du temps et des combats, ces marques souvenirs dont il était truffé - mais les faire disparaître était pour le mieux, maintenant qu'il le pouvait. Celle-ci ne lui rappelaient pas une victoire.

Elle était remontée le long de son cou, elle avait approché son visage du sien, pleine de son application. Et elle l'avait touché à nouveau. Sean mourrait d'envie de l'embrasser, cela grondait partout en lui. Il chercha son regard, amusé - retourné - de toute cette attention minutieuse qu'elle portait à chaque parcelle de sa peau.
- Tu es à couper le souffle, Docteur.

Comme un chat sauvage qui aurait soudain perçu la présence d'un grand vilain humain à portée de patte, elle s'était reculée vivement, empourprée. Sean avait gardé sur ses lèvres ce sourire un peu provocateur. Il ne serait pas pris à ce genre de faiblesse - ce genre de déception. Et il avait le sentiment que c'est ainsi que cela se jouerait. Il lui faudrait apprivoiser July - il lui faudrait s'apprivoiser  lui-même assez pour ne rien forcer.
En joignant ses mains, il étira ses bras, son torse, fermant quelques secondes les yeux pour redécouvrir son corps. Cela faisait un bien fou à ses muscles encore engourdi et à son esprit légèrement enflammé. Il s'avança un peu plus en avant sur le bord du canapé, assis nonchalamment, ses coudes reposant sur ses genoux et ses mains liées.
- C'est incroyable, ce que tu viens de faire. Je ne sais pas comment te remercier... Mais je trouverai. Fais moi confiance.

Il savait très bien, en réalité, ce qu'il allait faire - si, du moins, July lui donnait sa chance. Face à lui, la jeune femme toujours emmitouflée dans son peignoir pastel releva ses poignets, détacha ses cheveux. Elle ne lui offrait pas un jeu facile à jouer, elle était adorable.
Il fallait, vite, qu'il trouve une raison de rester. Il voulait rester un peu plus longtemps, il voulait essayer de séduire cette femme qui se tenait à portée de doigts.
- Comment tu as fait pour te retrouver dans cet état ? Est-ce que tu veux boire quelque chose ? Thé, tisane ? Jus de citrouille ou euhhh, Whisky Pur Feu ? ...

A moins qu'elle ne veuille pas non plus qu'il parte.
Une chose demeurait claire dans la tête du soigné, c'est que s'il expliquait exactement la raison de ses blessures, elle ne lui adresserait plus la parole. Il lui offrit un sourire détendu.
- Je boirai ce que tu bois, merci beaucoup.
Qu'allait-il bien pouvoir lui dire? Il la regarda se lever. Une histoire, maintenant.

- Tu veux la version longue, ou la version courte? Je n'ose même pas imaginer ce qu'elle est ton idée sur la question... A vrai dire, c'est une bête histoire qui un peu plus dérapé que prévu.

Si seulement, à cet instant précis, elle lui disait qu'elle s'en moquait. Si seulement elle ressemblait à ces femmes qui aiment les garçons de mauvaise fréquentation. Si seulement il n'avait pas été le fauteur de trouble, cette fois-ci. Mais elle était toujours debout. Elle attendait la suite. Dans un instant, le Grand O'Connell vous servira sur un plateau d'argent l'histoire de sa vie, celle de la réécriture de ses aventures. Applause au meilleur embobineur de ses dames que la terre n'ait portée.
Il refusait de rompre le contact entre le bleu des yeux de July et le brun des siens. Il fallait qu'elle le croit, c'était bien plus important que n'importe qu'elle vérité compromise - parce qu'il refuserait qu'elle ait cet a priori là sur lui, déjà.

- Je me promenais à Godric's Hollow ce soir. Je ne sais pas bien pourquoi; je m'ennuyais, je crois. Bref, pour m'occuper, je commençais à lancer des sorts de-ci, de-là. Il fallut évidemment que l'idée me vienne d'ensorceler la statue de Godric. Nous sommes d'accord, c'était complètement idiot et inutile. D'autant plus qu'un type, qui se promenait au même instant autour du cimetière, s'est pensé attaqué, et a répliqué. Un gars parfaitement capable de se défendre, et d'une humeur massacrante, je ne te le fais pas dire. La situation m'a échappé des mains. On s'est battu, sans raison, jusqu'à finir dans cet état lamentable... Mais je ne suis pas mécontent.  

C'était vrai, dans les grandes lignes, cette histoire racontée sur le ton de la blague. Il avait omis combien ce type avait été provoqué, combien Sean avait senti de la joie, de la puissance de savoir qu'il était encore capable de se battre malgré ses neufs années sans magie. Il se leva sans se départir de son sourire léger, et s'approcha de July, les mains dans les poches et toujours torse nu.
- Ca m'a donné une bonne raison de te revoir... Est-ce que je peux t'aider à faire quelque chose?
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : July Swann, Ven 16 Jan 2015 - 17:15


- Tu es à couper le souffle, Docteur.
Mais c'était elle, qui en avait eu le souffle coupé. Un instant, July eut l'impression que ses organes s'étaient liquéfiés. S'il avait continué à la fixer ainsi, elle aurait probablement fondu, comme neige au soleil. Mais il reporta son attention sur son corps remis à neuf, exécutant quelques mouvements, pour vérifier qu'il avait bien récupéré. Du coin de l'oeil, l'Anglaise en profita pour l'observer. Ses muscles roulaient sous sa peau et elle se surprit à penser qu'elle aurait aimé les sentir rouler sous ses doigts ...
- C'est incroyable, ce que tu viens de faire. Je ne sais pas comment te remercier... Mais je trouverai. Fais moi confiance.
Elle lui répondit d'un simple sourire, un peu crispé, pas vraiment sincère. Pourquoi ne commençait-il pas par lui expliquer la raison de ses blessures ?
Ce qu'elle ressentait à l'égard de Sean était très floue. July était, par moments, prise d'une envie irrésistible de lui sauter au cou, puis, quelques minutes plus tard, de le gifler. Il lui plaisait, mais les souvenirs et les doutes qui avaient germé dans son esprit suite à l'enlèvement d'Elenna la gênaient. S'il avait préféré la déranger en pleine nuit plutôt que d'aller à St Mangouste, c'était forcément qu'il avait quelque chose à cacher. N'y tenant plus, lui posa donc la question, l'aire de rien.
- Comment tu as fait pour te retrouver dans cet état ? Est-ce que tu veux boire quelque chose ? Thé, tisane ? Jus de citrouille ou euhhh, Whisky Pur Feu ? ...
- Je boirai ce que tu bois, merci beaucoup.
- Ce sera un thé alors, répondit la rousse en se dirigeant vers la cuisine. En quelques coups de baguettes, elle rassembla tout le matériel nécessaire et revient avec un plateau chargé qu'elle posa sur la table du salon.
- Tu veux la version longue, ou la version courte ?, demanda Sean. Sans lui laisser le temps de répondre, il ajouta : Je n'ose même pas imaginer ce quelle est ton idée sur la question... A vrai dire, c'est une bête histoire qui un peu plus dérapé que prévu.  
Elle le regarda avec un air intrigué tout préparant le thé. Elle voulait la version longue, bien sure.

Il lui raconta qu'il flânait, dans le mythique village de Godrick's Hollow, en jetant des sorts au hasard, et qu'un sorcier passant s'était cru attaqué. La rousse savait que certains hommes -ou femmes- étaient prompts à l'emportement. Sûrement d'autant plus avec les agressions de ces derniers jours ; Elle ne devait pas être la seule à céder à la paranoïa.
L'Anglaise sentit qu'un poids sur sa poitrine se dissipait. Ce n'était qu'un simple malentendu. Elle était rassurée qu'il n'ait pas été l'auteur de l'agression mais également qu'il ne soit pas une nouvelle victime des Mangmorts ou d'un quelconque autre psychopathe. Il avait quelques torts, dans cette histoire, mais rien qui puisse donner envie à July de le mettre dehors. Au contraire, elle était maintenant contente d'avoir réussi à le garder un peu plus longtemps. Contente qu'il soit venu la trouver elle, qu'il lui ait fait confiance.
- La situation m'a échappé des mains, conclut-il. On s'est battu, sans raison, jusqu'à finir dans cet état lamentable... Mais je ne suis pas mécontent.
Les sourcils de la rouquine se soulevèrent, à sa dernière phrase. Pas mécontent d'avoir fini avec un bras arraché et deux côtes cassées ?! Plutôt que de répondre à son interrogation silencieuse, il se leva et s'approcha d'elle d'une démarche nonchalante. Les mains dans les poches, torse nu, et un sourire à tomber. July en avait la bouche sèche, tout à coup.
- Ca m'a donné une bonne raison de te revoir ... Est-ce que je peux t'aider à faire quelque chose ?
Elle le regarda un instant sans réagir, interloquée, puis un sourire s'afficha sur son visage, tout à fait sincère, cette fois-ci.
- C'est bon, merci. Tout est prêt. Elle lui présenta une tasse remplie d'un liquide fumant. Si tu veux quelque chose pour sucrer ton thé tu peux te servir. J'ai du sucre, du miel ou du sirop d'érable.

Le feu grondait toujours dans la cheminée et la sang-mêlé commençait à avoir chaud. Ses joues étaient tintées de rose et si elle ne retirait pas rapidement son peignoir, elle allait virer au cramoisi. Bien qu'elle ne soit pas d'une nature très pudique, il y avait quelque chose de gênant à se dévoiler ainsi, en pyjama. Elle portait un petit short et un débardeur blanc. Un tissu fluide, semblable à du satin. Autant dire qu'elle était presque nue. Elle se rappela alors qu'il l'avait déjà vu bien peu vêtue, au Chaudron Baveur. Sa robe de soirée était plus moulante que ce qu'elle portait là. N'y tenant plus elle tira donc sur le noeud qui tenait sa robe de chambre fermé.
Sean, de son côté, était toujours torse nu. Cela avait tendance à déconcentrer la rouquine qui s'imaginait dans ses bras. Lorsque ses pensées dérivaient trop, elle sentait ses joues s'enflammer. Elle aurait peut-être mieux fait de prendre un jus de citrouille. Ou un Whisky pur feu, pour se remettre les idées en place ...
La rousse jeta un coup d'oeil vers la chemise, posée sur l'accoudoir du canapé. Elle était dans un triste étant. Il fallait dire qu'elle ne l'avait pas épargné. Lorsqu'elle avait voulu accéder à la blessure, July n'avait pas cherché à faire les choses proprement, elle l'avait déchiré, comme elle le faisait lorsqu'elle était à St Mangouste. La différence, c'était qu'à l'hôpital ils fournissaient des robes aux patients. Ici, July n'avait rien pour Sean.
- Je suis désolée pour ta chemise, dit-elle pour reprendre la conversation, Je te proposerais bien de la réparer, mais je suis aussi mauvaise en sortilèges de couture que je suis bonne en médicomagie ... Cela dit, je suppose que tu as la tenue adaptée pour une démonstration de boxe ? ..., ajouta-t-elle avec un sourire espiègle.
Elle était vraiment curieuse de le voir en action. Et puis, cela lui ferait un bon prétexte pour l'admirer. Il n'y avait qu'à lancer un sortilège d'impassibilité, pour ne pas réveiller Nemesis, et faire apparaître ces espèces de gros coussins contre lesquels les boxeurs s'entraînaient. La médicomage qu'elle était se fit vaguement la réflexion qu'avec son bras franchement réparé, il n'allait pas vraiment être à l'aise. Mais elle avait bien réussi à voler sur un ballai après s'être fait assommer, il devrait pouvoir s'en sortir également.
Revenir en haut Aller en bas
Sean O'Connell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : Sean O'Connell, Mer 21 Jan 2015 - 13:37


Il ne pouvait, il ne voulait pas cesser de la regarder. Il avait scruté son dos lorsqu'elle avait rempli d'un thé fumant leurs deux tasses, il avait respiré à nouveau en voyant son sourire, à quelques pas du sien, lorsqu'elle avait entendu la fin de son histoire. Elle l'avait cru. Le soulagement que Sean ressentait à cet instant était hors mesure, compte tenu de la situation de ces deux inconnus buvant du thé en pleine nuit.
- Si tu veux quelque chose pour sucrer ton thé tu peux te servir. J'ai du sucre, du miel ou du sirop d'érable.

Il se saisit de sa tasse brûlante, lui effleurant les doigts sans lâcher du regard ses yeux. Il voulait la désarmer de cette caresse faussement involontaire, il voulait la troubler - et il se fit prendre à son propre piège. Il n'arrivait plus à savoir si cette tension qui le parcourrait sans qu'il ne l'ait demandée émanait de lui ou de July. C'était la première fois cette nuit qu'en vérité la situation semblait lui échapper des mains.
- Merci, c'est très bien comme ça.

Sean buvait tout tel quel: le café sans sucre, le thé sans lait, le whisky sans mélange. Y penser lui permettait de se concentrer sur autre chose que sur cette envie sourde qu'il réussirait bien à faire taire. Il attendait l'aval de July, le signe qui lui dirait oui. Il la voyait rosir à chaque compliment, il croyait sentir qu'il ne lui déplaisait pas - mais il lui fallait plus. Plus parce que c'était elle? Ca n'avait aucun sens. Il n'aurait pas attendu moitié moins de la part d'autres jeunes filles avec lesquelles il avait... Il se refusait de faire le rapprochement, pourtant chacun des troubles qu'il sentait au fond de lui le renvoyait à...
Il ne pouvait plus penser de manière claire. July venait de retirer son peignoir, assise trop proche du feu. Ses joues roses contrastaient avec le blanc de soie de son ensemble de jeune fille. Sean, qui n'avait pas bougé, avala une grande gorgée de son thé brûlant d'un air faussement décontracté, faussement calme. Il avait la sensation que la rouquine savait pertinemment ce qu'il était en train de se passer, et jouer avec lui. Well played, à vrai dire. Il devait se battre avec lui même pour ne pas la détailler, pour ne rester que dans une vue d'ensemble. Elle était aussi jolie dans la lumière rousse et ombrée des flammes que dans le noir mal éclairé de la nuit, quelques jours plus tôt. Il était sous le charme, comme un imbécile.

- Je suis désolée pour ta chemise. Je te proposerais bien de la réparer, mais je suis aussi mauvaise en sortilèges de couture que je suis bonne en médicomagie ... Cela dit, je suppose que tu as la tenue adaptée pour une démonstration de boxe ? ..

Sa chemise était le dernier de ses soucis. Il en avait plein. Il la recoudrait s'il y tenait vraiment - mais cela n'avait pas d'importance. Elle gisait, sans vie et sans forme, sur le canapé où il était quelques instants plus tôt.
Alors qu'il la considérait avec désintérêt, mobilisant sa pensée sur autre chose que sur la jeune médicomage et piètre couturière assise à trois pas de lui - cherchant un plan qui tienne un tant soit peu la route avec une femme comme elle - lorsque July l'amena vers un chemin qu'il n'aurait pas cru parcourir cette nuit. La boxe, vraiment? Il eut spontanément un léger balancement d'épaule. Il devrait s'en sortir. Un regard plein de défi et d'amusement, il s'avança vers July et lui saisit la main pour la faire se lever.

- C'est la tenue parfaite, en effet.

Il la plaça face à lui, et la regarda un moment de haut en bas, cherchant ses points d'appuis et ses forces. Il faisait les plus grands efforts possible pour que son professionnalisme réapparaisse en lui. Il avait entraîné d'autres filles, il devrait pouvoir le faire - il devrait pouvoir mettre le courant électrique que July provoquait en lui de côté.

- Tu ne te tiens pas trop mal. Attends...

Sérieusement, sans se départir de son amusement, il se saisit des poings de la jeune femme et les referma dans ses mains, pour ensuite les placer en position de défense. Il passa ensuite derrière elle, et plaça également ses jambes et son bassin de telle sorte que sa force soit balancée entre chaque partie de son corps. Il fallait que l'énergie circule, qu'elle puisse bouger librement. Avant de la toucher, il lui avait glissé, comme dans un murmure:
- Laisse toi faire... Voilà.

Il revint face à elle, et la regarda toute entière. Ne pas se souvenir que la soie glissait un peu, que la peau de July était chauffée par le feu - ne pas se rappeler qu'il l'avait effleurée pour la mettre en position. Rester boxeur. Elle se tenait bien - son sourire satisfait était apparu.
- Tu peux frapper où tu veux, sauf ici. Utilise tes jambes pour te déplacer de droite à gauche, comme un balancier. N'hésites pas à frapper d'abord par la droite, puis par la gauche. Regarde.

Il accompagnait chaque explication de quelques mouvements. Ne me touche pas ici. Répartie ton poids sur les jambes comme ça, et comment frapper. Vif et habile, il frôlait du bout du doigt les joues de July sans lui faire mal, pour le montrer où toucher, et comment toucher. Elle eut des mouvements naturels de défense, qu'il corrigea facilement. Et il lui offrit un grand sourire. Elève. Bien trop charmante. La voir comme une élève.
- Vas-y, attaque moi. N'hésite pas.

Son sourire n'était que provocation. Vas-y July. Tu dois bien avoir des raisons de te défouler, des raisons pour lesquels tu as envie de frapper. De le frapper, peut être. Et il voulait qu'elle ressente l'adrénaline, et l'amusement qu'il pouvait avoir sur un ring. Sean se souvenait de la première qu'il avait été contre quelqu'un qui n'était pas de son niveau; il devait avoir 6 ou 7 ans. Il se souvient ce besoin qu'il avait eu de prouver qu'il était capable de quelque chose. C'est là que tout avait commencé pour lui. Il regardait July, et il se doutait qu'elle était quelqu'un de pacifique - mais il voulait voir. Il voulait voir si la confrontation physique réveillerait quelque chose de nouveau pour elle. Il voulait voir si elle détesterait ou non.  
Il aurait été plus simple de trouver une connexion internet, de lui montrer l'un de ses combats... Mais dans le monde sorcier, il ne savait même pas si cela était possible. Et il n'aurait pas vu July comme il la voyait en cet instant.

Elle sembla hésiter, puis s'élança. Il se laissait un peu faire, se protégeant sans grands efforts, analysant chacun des mouvements qu'elle faisait. Elle avait d'assez bons réflexes, pour une débutante, et pour une femme de son gabarit. Il voyait en elle la sportive qu'elle avait été, dans la souplesse de ses mouvements et dans la concentration de son regard.
Quelle scène étonnante, vue de l'extérieur. Deux personnes à moitié nues, se battant dans un salon. Si l'une des colocataires de July se réveillaient, qu'est-ce qu'elles en penseraient? C'était bien le dernier souci de Sean, obnubilé par le présent de July qui, face à lui, s'approchait, multipliait les contacts. Il parait ses coups, se laissait frapper parfois pour lui donner du courage. Et il se laissa aller à s'amuser. De la même manière qu'il le lui avait montré, il commença, lui aussi, à répliquer. Il la touchait sans jamais lui faire mal, parfaitement maître de ses coups.

La boxe dévoilait Sean comme jamais. Sérieux, concentré, joueur, le coeur calme et plein. Son visage devenait le reflet de quelque chose d'intérieur et d'un peu flou. Ses coachs le lui avaient toujours dit; on pouvait savoir si Sean gagnerait à la lueur qu'il avait dans les yeux. Quelle lueur avaient-ils, maintenant? Il ne parvenait pas à se concentrer autant qu'il le pouvait. C'était comme si, face à July, toutes ses facultés se brouillaient. Il n'avait jamais autant eu envie qu'un combat dure. Il se laissait portait, ne réagissait plus que par instinct, parce que penser aurait été trop perturbant.
C'est d'un coup d'instinct qu'il piégea July. Un bête réflexe de défense; il fit glisser son pied derrière celui de la jeune femme, et le ramena vers lui pour la déstabiliser. Elle tomba - dans ses bras, que ce même instinct qui n'en faisait qu'à sa tête avait lancé pour la rattraper avant qu'elle ne tombe. Elle était si légère. Ses joues étaient rosies, il la sentait respirer contre sa main qui maintenait son dos. Elle était si belle. Et lui souriait toujours.
- Je suis très impressionné...

Elle était trop belle. Il était trop plein de présent, d'action. Il ne réfléchissait plus assez. Plus de stratégie. Il se pencha tout en l'approchant de lui. Quand ses lèvres touchèrent les siennes, le monde extérieur disparut. Rien de tout ça n'était prévu. Il ne lui avait même pas demandé l'autorisation.
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : July Swann, Jeu 29 Jan 2015 - 19:56


Les choses ne se déroulèrent pas vraiment comme July l'avait imaginé. Plutôt que de lui faire une démonstration, Sean l'invita à se lever et à le rejoindre sur le ring improvisé qu'allait devenir son salon. La rousse ne comprit ce qu'il avait en tête que lorsqu'il lui plaça les mains, poings serrés, devant le visage, en position de combats. Une moue contrariée s'afficha momentanément sur le minois de la jeune femme. Elle n'avait jamais envisagé de s'essayer à un tel sport et cela la mettait un peu mal à l'aise. Sans l'aide de sa baguette, elle était sure d'être ridicule.
Ce n'était pas juste ; Quand il lui avait demandé de lui montrer ce qu'elle savait faire, en vol sur balais, elle s'était débrouillé toute seule. Pourquoi la faisait-il participer ?!
Mais July ne rechigna pas, lorsqu'il la manipula pour la positionner. Elle se laissait faire, telle une marionnette. Le contacte avec Sean était agréable, tout comme son regard inquisiteur. Elle observait chacun de ses mouvements, de ses yeux curieux. Le jeune homme arborait un visage concentré et July put voir le professionnel qu'il avait été.
En cet instant, elle était envahie d'un sentiment de plénitude. Elle avait l'impression de flotter et que tout, autour d'eux, était devenu coton.
Par moments, un rictus amusé venait éclairer le visage du jeune homme. July lui répondait alors d'un sourire septique, les sourcils légèrement relevés.

Lorsqu'il eut fini de la mettre en place, il se recula, pour avoir une vue d'ensemble. July se sentait un peu ridicule, dans cette position qu'elle ne trouvait pas naturelle du tout. Mais plutôt que d'afficher son malaise, elle préféra le dissimuler derrière des pitreries, si bien qu'elle lança à Sean un regard de guerrière, les yeux plissés et les lèvres pincés.
- Tu peux frapper où tu veux, sauf ici. Utilise tes jambes pour te déplacer de droite à gauche, comme un balancier. N'hésites pas à frapper d'abord par la droite, puis par la gauche. Regarde.
Maladroitement, July essaya de reproduire les déplacements de Sean. Droite, gauche, droite, gauche. Elle n'était pas crédible du tout.
Lorsqu'il lança son poing vers elle, pour la première fois, elle sentit les muscles de son ventre se contracter, sous l'effet de la peur. Son premier instinct fut d'attraper sa baguette, mais elle se trouvait dans son peignoir. Alors elle se décala sur sa droite, pour éviter le coup. Cela lui rappela les cognards, au Quidditch. Esquiver en étant sur un balai, elle savait faire. Il n'y avait donc pas de raison qu'elle ne s'en sorte pas en étant sur ses deux pieds ! Même si l'équilibre n'était pas le même, elle essaya de se servir de cette expérience.
July avait revêtu un visage sérieux. Elle exécutait les conseils de Sean avec application.
- Vas-y, attaque moi. N'hésite pas.
- Attends, je vais lancer un sortilège pour ne pas réveiller Némé. L'Anglaise trotta jusqu'à l'accoudoir sur lequel elle avait laissé sa robe de chambre, agita sa baguette (#Immugio), puis revint se mettre en position.

Sean avait un regard provocateur, comme s'il la mettait au défi. Cela éveilla l'esprit de compétition de July. Elle aimait gagné, elle voulait gagner, même si elle n'avait aucune chance.
Déterminée, elle lança son poing qui atterrit ... Sur les abdominaux du jeune homme -Sean avait dû faire exprès de ne pas la contrer-, avec une force risible. L'attaque d'un gnome aurait sans doute produit le même effet.
La rousse lança un regard perplexe au jeune homme. Même si elle était consciente de ne pas avoir la force d'un troll, elle pensait valoir mieux que cela. Où étaient passés les quelques muscles qui lui servaient à lancer le souaffle ?! Peut-être devait-elle envisager de se remettre au Quidditch ...
Au fil des coups, July se prit au jeu. Arriver à esquiver les attaques ou à passer les défenses du brun, cela avait quelque chose de grisant. Même si elle savait qu'elle ne pourrait jamais vraiment rivaliser avec Sean, elle voulait lui montrer de quoi elle était capable. Et peut-être se le montrer à elle-même. La rousse aimait réussir et lorsqu'elle entreprenait quelque chose, elle se donnait à fond.
La concentration laissait par moments place à un sourire ravi, lorsqu'elle arrivait à toucher sa cible -même si elle était consciente que ses coups manquaient toujours de force-. De temps à autres, elle laissait échapper de petits cris étonnés ou rageurs. Plusieurs fois, son rire résonna dans le salon.

De son côté, Sean était parfait. Ses mouvements étaient fluides, précis, calculés. July devait redoubler d'efforts pour ne pas se laisser distraire par ses yeux rieurs ou son torse à porté de main.
Tout à coup, la sang-mêlé sentit la jambe de Sean lui faucher les pieds et elle tomba à la renverse, dans un couinement de surprise. L'Anglaise ferma les yeux, appréhendant le choc, mais c'est les bras rassurants de son adversaire qui la recueillirent.
- Je suis très impressionné ...
- C'est parce que j'ai un bon professeur, répondit la jeune femme, le souffle court et les cils battants.
Elle se perdit, un instant, dans le regard du grand brun et, sans s'en rendre compte, ses lèvres se retrouvèrent collées à celles de Sean. Pour la deuxième fois dans la soirée, les muscles de son ventre se crispèrent. L'envie de vaincre se mua en un désir sourd. L'esprit d'analyse et d'anticipation dont avait dû faire preuve July pour combattre s'était envolé. Il ne lui restait que ses cinq sens et cet élan qui la poussait vers Sean. L'une de ses mains gagna le dos du garçon, tandis que l'autre montait jusqu'à sa nuque. Elle resserra son étreinte, comme si elle cherchait à supprimer le moindres espace qui pouvait les séparer.

Elle ne sut pas déterminer ce qui brisa ce baiser enflammé. Peut-être pour reprendre leur souffle, toujours court, à la suite du match amateur. Mais July ne recula pas. Ses mains restèrent accrochées autour de son cou, ses yeux à la recherche des siens. Le feu qui grondait dans la cheminée dansait maintenant dans les pupilles bleues de July. La sang-mêlé avait envie d'un autre jeu. Un jeu qui ne pouvait pas se jouer dans son salon, sachant que Délie ne devrait pas tarder à rentrer.
Sans vraiment réfléchir, elle fit glisser sa main le long de son bras, et mêla ses doigts aux siens. Elle recula d'un pas, le regard toujours plantés dans celui du jeune homme. Un sourire séducteur se dessina sur ses lèvres tandis qu'elle l'attirait en direction du couloir.
Il était tard, mais July ne sentait pas la moindre trace de fatigue. Elle n'avait même pas conscience que le lendemain, son réveille sonnerait à 7h, pour lui ordonner d'aller travailler. Plus rien n'existait, si ce n'était Sean et la chambre vers laquelle elle l’entraînait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] The DeLySsia House

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2

 [Habitation] The DeLySsia House

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.