AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 14 sur 14
Stonehenge
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14
Mangemort 91
Mangemort
Mangemort

Re: Stonehenge

Message par : Mangemort 91, Ven 27 Avr 2018 - 20:27


Nous ne comprenions pas vraiment ce qui se tramait ici. Il y avait quelque chose d'incomplet dans la fourberie de 40. Pourquoi restait-ol dissimulé·e ? et où avait bien pu disparaître l'adversaire, il y avait quelque chose d'incertain et de dangereux, qui maintenait en vie tant par l'adrénaline à chaque extrémité des doigts, que par la peur et l'excitation d'un combat qui en vaudrait le coup. Qui ne s’achèverait pas en trente secondes et trois flèches dans une gorge -de préférence celle de l'adversaire- car nous ignorions toujours de qui il pouvait bien s'agir.

Il y avait forme au sol à quelques pas, quelques mètres. 40 avait lâchement fuit, et nous ne savions plus où donner de la tête. Parce que si le tout paraissait trop simple avec un ennemi à terre à un endroit où on avait même pas lancé de sorts, il y avait l'envie d'exulter qui entravait un peu sa raison. Ce fut le cri provenant du vide qui arrêta la progression du corps honni vers un piège invisible. Nous étions à découvert et détestait ça.

Alors transplanant vers l'endroit dont s'était élevé le cri, nous n'y découvrions rien d'autre que l'invisible. Situation trop précaire, il était hors de question de nous laisser avoir aussi bêtement. 40 avait fui et notre instinct le suivit dans un crac caractéristique de la fuite.    
Loin d'ici.


Départ de 91
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Delaube
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Stonehenge

Message par : Morgan Delaube, Mer 2 Mai 2018 - 1:46


Mood

Un craquement retentit. Les bruits de vêtement se frottant à un corps résonnèrent faiblement dans les oreilles du prédateur qui attendait patiemment. Et tandis qu'il se démarquait pour jeter un coup d'oeil, il eut juste le temps d'apercevoir la forme sombre qui transplana de nouveau. L'air était calme. Il n'y avait plus de bruit. Reyes attendit une bonne dizaine de minutes. La microfaune locale finit par reprendre vie, laissant échapper des bruits d'insectes. Il était seul à présent, pas de doute. Retirant son masque, il se frotta la joue brûlée, souvenir cuisant d'une nuit d'échec. On lui avait promis qu'il reverrait le visage de son frère qu'il conservait dans son portefeuille volé. Mais il n'en serait rien ce soir.

Levant les yeux, il grimpa sur une roche de Stonehenge avant de s'asseoir, les jambes pendant dans le vide. Son regard était rivé sur le gros satellite qui reprenait un nouveau cycle depuis quelques jours. La lumière blafarde qui se reflétait sur son visage n'arrangea rien au teint pâle de l'ancien Jaune et Noir. Une larme apparut à son oeil gauche et coula le long de sa joue normale. Un petit vent frais vint lui caresser le visage, comme si l'esprit de Noa séchait son pleur. Il savait très bien que ce n'était pas le cas. Noa n'était plus là, et s'il l'avait été, il aurait catégoriquement refusé de s'approcher de lui. Il aurait eu 29 ans. Il aurait peut-être été marié avec Jasmine Vagneur, sa petite amie au moment de sa disparition. Peut-être auraient-ils eu des enfants. Morgan aurait pu être parrain et tonton. Peut-être qu'il aurait poursuivi dans la voie de la magizoologie et qu'il aurait été renommé pour ses recherches sur les dragons. Peut-être aurait-il enfermé le lycanthrope que le benjamin Delaube était pour tenter de trouver une solution à sa malédiction.

Mais peut-être c'était facile à dire. C'était inutile. La mort est ce qu'elle est. Une voleuse, une délivrance, une ennemie. Mais elle ne rend jamais ce qu'elle prend. Elle est trop forte. Personne ne lui échappe. Alors en attendant on fait avec, on vit au jour le jour, on lui en veut de nous avoir volé les êtres chers et en même temps on profite de ceux qui sont toujours là. On accepte les joies du quotidien. On se bat pour que notre bonheur soit constant et notre vie pleine de péripéties que l'on racontera sur notre lit de mort. Puis on espère qu'il y aura quelque chose après. Un endroit où l'on croisera ceux qui nous manque, pouvoir leur dire au revoir ou partager tous les bons souvenirs. On prie, parfois en vain, qu'une entité supérieure veille bien nous écouter et nous offrir ce présent. Mais pourquoi ferait-elle ça ? Après tout, pourquoi le mériterions-nous ? Qu'avons nous fait de plus que vivre ce qu'on nous a imposé ? Personne n'a demandé à voir le jour. Et pourtant nous voilà, ici, à ressentir des émotions et des sensations que le non-être ne permet. Si je pose ma main sur la roche, je sens qu'elle est froide et rugueuse. Si je la pose sur ma joue, je sens la douceur de ma peau, la chaleur dégagée par mon sang. Vivre c'est ressentir. Et quand on ne vit plus, on ne ressent rien.

Alors ce soir le Blaireau a décidé de ressentir pour ceux qui ne pouvait plus, dans un énième tête à tête avec la Lune.
Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Guéthenoc Ursion
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Stonehenge

Message par : Guéthenoc Ursion, Dim 3 Juin 2018 - 17:24


Une Nouvelle Gésine



Avec Mangemort 22.




Comme à chaque fois que ses neurones faisaient des bons comme une gazelle poursuivit pas un guépard, Guéthenoc désertait le cocon confortable de sa Salle Commune et partait vers une destination inconnue, laissant ses pas le guider, lui-même aveugle à son environnement. Cela lui avait d'ailleurs plus d'une fois jouer des tours... Mais il n'était pas ici pour s'appesantir sur cette dernière considération. Or donc, pour en revenir à notre récit – quand bien même son Manitou Suprême supportait avec stoïcisme ses digressions de bonnes grâces – les pas naguère allègres de l'Aiglon se trouvaient présentement bien pesants, alourdis par le labeur de la semaine passée ainsi que des nouvelles impressions ressentis par l'Apprenti Escuyer.


Flashback

Sans grande surprise, il s'aperçut qu'il, sans doute fruit du hasard plutôt que d'une Destinée dont il commençait à douter, se retrouvait – encore – sur la berge du Lac. Machinalement, il scruta sa surface et constata que rien ne venait troubler sa quiétude intemporelle. Aucun remous. Aucune lumière chatoyante ne trahissait Son hypothétique Apparition. Aucun soupir de déception. Il n'en était plus là. Il ne commençait pas à croire en la vacuité de sa Quêste, il en était convaincu, autant qu'il savait que le lendemain, le soleil allait poindre à l'Est. C'était immuable, non ? Pourtant, il ne voulait pas encore s'avouer vaincu, s'avouer le non-sens de son Projet. Certaines questions commençaient à s'imposer à lui.

En ces temps plus que modernes, cela valait-il encore la peine de La chercher ? N'était-elle qu'un mirage ? Un concept éculé, au seul bénéfice d'alimenter les rêves enfantins?

Pouvait-il encore se prétendre Apprenti Escuyer alors qu'il sentait la noirceur poindre en son sein ? Avait-il déjà quitter le Sanctissime Sentier ?

Que vaudrait son Serment-Lige si lui-même n'y croyait plus ? Que vaudraient alors ses engagements, même les plus lambdas ?

Fin du flashback.


Il s'en était ouvert auprès de ses parents. Oh, pas de ses prises de conscience mais plutôt d'un certain désir d'ailleurs. Il lui fallait à tout prix changer d'air et surtout que l'on lui laisse un peu les coudées franches. En effet, au delà de cette introspection qui le troublait, c'était bien la première fois de sa courte vie qu'il avait ardemment aspiré à faire du mal à quelqu'un. Cette pulsion avait surgie en lui, non pas sournoisement mais aussi soudainement qu'un ressort défectueux d'une horlogerie, inattendue. Une envie de tout envoyer valser. De prendre en main le tic-tac et de lui donner un bon coup de pied dans le cadran. Il s'était fait violence pour désamorcer cet élan sauvage.

Il ne s'agissait pas vraiment de vengeance. Peut-être un instinct de protection ? La vengeance impliquait d'ourdir un plan, ce qui pour l'heure ne lui paraissait point séduisant, à l'inverse des exotiques tortures, douceurs infligées des siècles plus tôt envers les païens, les hérétiques et autres gueuteries malséantes. Fort de ses lectures, ce genre d'images possédaient une sorte de réalité. Il n'avait qu'à fermer les yeux.

Il remerciât donc silencieusement ses géniteurs de lui offrir une parade, un temps pour lui. Ils avaient eu l'idée de le sortir de l'ambiance parfois miasmatique de l'Académie, le temps d'un week-end. Une petite excursion en famille. En mode camping, un peu clandestin, ce qu'adorait Guéthenoc. Le soleil se couchait et il se trouvait à un endroit toujours empreint de mystères. Stonehenge. Tendre la main... Effleurer un pan d'Histoire pour construire un lendemain. Il était seul, le soleil se couchait et le site était désert de tout touriste inopportun. Il allait enfin pouvoir souffler un peu et prendre du recul.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 22
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Stonehenge

Message par : Mangemort 22, Dim 3 Juin 2018 - 22:00


Guéthenoc Ursion

Depuis quelques temps, le Double Deux devait apprendre à maîtriser les différents enseignements qu'il avait reçu. Quelques semaines étaient passées depuis son marquage, et voir cette marque sur son avant-bras chaque matin en se réveillant, l'étonnait toujours. Il se demandait si on s'y habituait complètement ou partiellement. Source de puissance mais aussi source de conflit. Elle lui rappelait qu'il avait un devoir à accomplir dans ce vaste monde. C'était pourquoi, ils se baladait seul et dans des endroits éloignés par rapport à ses habitudes. Cela le forçait à se reposer sur ses capacités, la fuite étant plus difficile lorsque l'on est loin.

Le soleil n'était pas encore couché et ses rayons éclaircissaient encore le ciel et l'herbe de ce lieu emblématique. Le vent s'invitait de temps en temps sur ce lieux mystique. Faisant bouger l'herbe de gauche à droite, virevolter quelques feuilles qui passaient par là. Un lieu calme et apaisant.

Assis contre un arbre et la capuche mise, il scrutait l'horizon. Attendant de voir s'il voyait des personnes isolées pour imiter le matricule 40. Il avait bien compris qu'aller parler aux gens ça aidait la Cause. Il avait également compris que tous les masqués n'avaient pas la même technique. 91 et 40 n'avaient pas du tout la même approche. L'air paisible il observait encore, il fini par voir un type de dos. Il a l'air seul et isolé, aucun touriste à cette heure.

22 se relève tout en enfilant son masque. Grâce aux runes faites par ses camarades masqués, son regard change de couleur et sa voix est aggravée. Il prend une inspiration avant de se lancer discrètement derrière le gars qui semble attendre quelque chose. La lumière fait briller le blanc de son masque. Contrastant avec la tâche noir qu'il arbore autour de l’œil gauche. Lorsqu'il pense être à bonne distance, il s'exprime d'une voix calme.


" Petit, attends-tu les ténèbres de la nuit ? Peut-être que tu affrontes déjà les tiens. Mais pensais-tu les rencontrer en venant ici ? "


Restant debout et droit, le Mangemort est bien plus grand que le gamin.

Revenir en haut Aller en bas
Guéthenoc Ursion
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Stonehenge

Message par : Guéthenoc Ursion, Ven 15 Juin 2018 - 22:22


Son regard s'était perdu dans le grain de la roche, des images commençant à se former devant ses pupilles dilatées. La quiétude mystique qui l'avait saisit se dissipa, troublé par une Voix caverneuse. Il sursauta, pris par surprise. Un doute l'assaillit, il ne s'agissait pas du timbre de son père, ni de celui de sa mère, haut perché et agaçant à souhait. Il fit volte-face, vers la source inopportune qui venait de la sorte troubler sa solitude. Il songea qu'il devait montrer une bien piètre image, enchaînant ses sautillements forts peu seyants pour un individu de son acabit.

Sa mâchoire se crispa, témoin de ses efforts pour ne pas lâcher un borborygme d'effarement. L'individu qui l'avait interpellé était accoutré de bien étrange façon. Le soleil couchant nimbait sa silhouette encapuchonnée de noir d'un halo flamboyant, qui semblait être aspiré par sa cape. Plus étrange encore était le masque étincelant, qui lui, réfléchissait la lumière de l'astre diurne qui s’apprêtait à se mettre au repos. Guéthenoc plissa les yeux, ébloui par cette présence auréolée de quelque chose de plutôt indéfinissable.

- "Ah ! Godam ! Messire ! Oncques ne saurait-Je trop Vous conseiller de ne point surgir ainsi néantement !".

Parvenant à maîtriser son palpitant qui imitait le vol d'une hirondelle en chaleur, il se rendit compte que quelque chose le taraudait. Le silence de sa génitrice. Inhabituel. Trop pour ne pas l'inquiéter un tantinet. N'étant guère une fienture, et voulant être quitte avec l'éducation orchestrée d'une main de maître par la-dite Dame Ursion, il se fendit d'une de ses courbettes et déclama clairement, autant que le lui permettait la chèvre qui gambadait dans sa gorge.

- "Je Suis Guéthenoc Ursion, de la Maison du même Nom ! Je suis à Vostre service, également icelui de Vostre Famille !".

Mais Fils ? D'où proposez-vous encore vos services à un inconnu ? Vous n'apprendrez donc jamais, Ô Vil Baguenaud !

Mh... Il préférait le silence de tantôt... Une unique question lui brûlait les lèvres. L'individu surgit de nul part célébrait-il quelque chose pour être ainsi accoutré ? Ah, ça devait bien être la Carnaval quelque part dans le monde, alors souffrait-il de décalage horaire ? Ou s'agissait-il d'une antique fête celtique, du genre Halloween ?

Je compte plusieurs questions, Ô Fils...

*Oh, vous, ça va !*

Il en revint à cette Voix. Et à ses questions.

- "Ne Sais-Je vraiment ce que J’attends...".

Il tiqua, se demandant s'il ne lisait pas dans son esprit. Il en avait déjà de la présence maternelle, il ne souhaitait pas un autre invité. Il abandonna son langage châtié et se décida de parler. Il s'imaginait sur un banc, une boite de chocolat sur les genoux, après tout, on ne sait jamais sur quoi on va tomber.

- "Je vous avoue mon trouble, navré alors que vous semblez être à la Fête... Je ne sais si j'aspire aux Ténèbres ou si se sont Elles qui me tendent leurs bras...".

Cet aveu le soulageait d'un certain poids. Comme quoi, il n'était pas tombé sur le chocolat fourré à la liqueur de cerise.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 22
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Stonehenge

Message par : Mangemort 22, Dim 24 Juin 2018 - 21:55


Tu

Tu observais le petit qui s'exprimait d'une façon bien drôle. Tu l'écoutes et ne perds pas une miette de ce qu'il raconte. Tu comprends rapidement qu'il ne représente aucune menace pour toi. Trop petit, trop fragile et sûrement trop gentil. Tu te demandes également pourquoi il parle autant. Est-ce parce qu'il est mal à l'aise ou parce qu'il a peur ? Ou bien est-ce pour une raison qui t'es parfaitement inconnue ? Le regard toujours sur lui. Tu dois bien avouer que tu ne sais pas si tu fais bien de rester ici avec cet enfant, peut-être devrais-tu partir, retrouver les tiens.

Voilà que le gosse semble avoir terminé de s'exprimer. Il est troublé et ne sait pas trop ce qu'il a en face de lui. Il te laisse l'occasion de parler, de t'exprimer.


" Ne donne pas tes services à n'importe qui, Guéthenoc. On ne sait jamais qui a de bonnes intentions, ou non, dans ce monde. "


Sur ces mots tu t'assois en tailleur. Comme pour montrer au gosse que tu n'es pas là pour t'en prendre à lui. Lui donner confiance en toi. Cette position détendue aidera probablement à ce qu'il te voit d'avantage comme quelqu'un d'humain plutôt qu'un masque violent. Ta position est presque enfantine.


" Je ne suis pas à la fête, mais à la guerre. Tu ne la vois pas ? Tu semble mal connaître le monde qui t'entoure. As-tu peur des ténèbres ? Ou préfères-tu le réconfort de tes ténèbres ? "


Quelques phrases un peu alambiquées. Volontairement bizarres. Après tout, tu ne savais pas sur quoi tu étais tombé : la vie, c'est comme une boîte de chocolats. Tu tournes rapidement la tête vers le soleil, le regarder de face, il va finir par disparaître. Tu trouves ça ironique qu'il éclaire ton masque. Habituellement les Mangemorts jouent à ceux qui se cachent et qui avancent dans l'ombre des bâtiment. Cette fois, tu étais dehors, non loin d'un monument très connu. Tu ne savais pas vraiment si tu avais fais une erreur en venant aussi loin et autant à découvert. Peut-être que ce gamin en valait la peine après tout ... Tu n'en savais rien.


Revenir en haut Aller en bas
Guéthenoc Ursion
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Stonehenge

Message par : Guéthenoc Ursion, Dim 1 Juil 2018 - 20:58


Évidemment, la personne désormais installée au sol ne manquait guère de lucidité. Il cogna un caillou innocent, mais idéalement placé pour évacuer sa frustration. Comment avait-elle deviné que proposer ses services à tord et à travers était son défaut le plus indécrottable ? Pour enfoncer le clou, elle eut l'air de vouloir lui faire la leçon, la même qu'il entendait depuis des années, ânonnée par sa génitrice : « Soyez poli, Ô Fils ! Tendez une main secourable à la femme et à l'enfant mais n'allez pas vous rendre esclave au nom de vos Vertus ! ».

Il ressentit soudainement une envie furieuse de se désaltérer. Il n'avait guère soif mais cela lui permettait de gagner du temps, ne sachant que répondre. Il se saisit de sa gourde et en ôta le bouchon. Par le goulot, il risqua un coup d’œil sur l'eau emprisonnée. Il ne manquerait plus que la Dame du Lac en surgisse comme un diable, ou comme le génie de sa lampe pour lui imposer un laïus sur les bonnes intentions. L'Aiglon esquissa un sourire mi-figue mi-raisin, saisissant toute l'ironie mordante de la situation et :

- « Ne dit-on pas que l'Enfer est pavé de Bonnes Intentions ? ».

Il tendit sa gourde à l'apparition et poursuivit sur sa lancée.

- « Je sais, je suis naïf... On ne se refait pas, que voulez-vous... ».

Amère constatation s'il en était. Il n'était pas loin de penser que sa candeur apparaissait à l'autre comme un crime contre-nature. Avait-elle tort ? Il zieuta la silhouette qui prenait si naturellement place dans le décor. L'Auditorium des Géants, ainsi qu'il surnommait ce site, lui paraissait un prolongement de l'aura de mystères qui l'environnait.

« Vous n'êtes pas à la fête ? Vous vêtissez-vous ainsi quotidiennement ? ».

Il ne savait pas réellement pourquoi il avait prononcé ces mots. Il les regretta aussitôt sorti de sa bouche. Cela le concernait-il vraiment ? A présent, il mourrait d'envie de rejoindre le caillou qu'il avait molesté tantôt, ou bien d'imiter un flûtiste faune, appelant et encourageant un buisson de lierre, par ses ritournelles musicales, à croître, l'avaler et le faire disparaître de la vue cyclopéenne du Masque brillant au crépuscule. Au lieu de se mettre à faire une gigue, il s'assit et prit place face à son interlocuteur. Il posa la gourde entre eux et poursuivit.

- « Point ne suis-je effrayé par les Ténèbres... Il y a toujours la Lumière, n'est-il pas ? ».

Sur le sol, il esquissait de ses doigts des sillons serpentins, mal à l'aise et s'avisant alors qu'il n'était pas tout à fait honnête. Il craignait non pas les Ténèbres mais plutôt le basculement et les événements pouvant mener aux Ténèbres. La haine, la souffrance, la peur, le deuil, les brimades... La liste était si longue... Fronçant les sourcils, il s'avisa bien vite que :

- « La Lumière engendre aussi les Ténèbres, l'éclat des bombes, la clarté d'un maléfice. Je crois que toute médaille à son revers je crois. Ne dit-on pas que l'Amour est au Cœur du Mal ? *Où est-ce l'inverse ?* Sans doute que je m'égare... Je ne sais plus. Mais vous parliez d'une guerre ?».

A cette évocation, une sonnerie tinta en lui. L'Ombre de la Guerre planait-elle sans qu'il ne se soit rendu compte de rien ? Portait-il donc des œillères et des boules quiès pour ne pas s'être rendu compte de la rumeur de la bataille ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 22
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Stonehenge

Message par : Mangemort 22, Jeu 12 Juil 2018 - 22:22


Je

J'écoutais ce petit s'exprimer. Il savait parler et utilisait des expressions peu communes. Tu ne savais pas trop quoi en penser. Cachait-il une vraie force mentale ? Une grande maturité ? Ou bien était-ce seulement de la façade, quelque chose pour donner une bonne image. Je ne le savais pas vraiment et ses mots transperçaient le silence. Ils atteignaient également mon esprit qui semblait être sa source de réponse. Voilà ce que j'étais : une source de réponse avec un masque. Le petit semblait innocent tout en cherchant à abandonner cet état. Que cherchait-il réellement ? Je ne comptais pas le brusquer, il s'était ouvert, alors, ça ne servait à rien de le violenter. J'allais donc continuer ainsi.

Avant de lui répondre, je prends le temps de méditer ses mots. Me penchant légèrement en arrière et relevant légèrement la tête. Je me doutais bien qu'il pouvait décider de m'attaquer à n'importe quel instant, mais je préférais jouer la carte de la confiance. Prenant une légère inspiration, sentant mon cœur ralentir alors que le soleil se faisait de moins en visible et que le ciel se teintait de plus en plus de rose et de rouge.


" Les bonnes intentions qui pavent l'enfer, ont été réalisées avec de mauvaises décisions. Quand nous sommes baignés dans la lumière, nous ne savons pas où aller. Nous n'arrivons pas à trouver la prochaine étape, la suite, la prochaine "bonne chose à faire". Quand nous sommes dans les ténèbres, la lumière est un point fixe vers lequel nous savons que nous devons aller. "


J'avais volontairement oublié sa question sur ma tenue vestimentaire. Ce n'était pas une question importante. Je pris quelques secondes avant de replonger mon regard dans le sien. Cherchant son étincelle juvénile, ce qui fait qu'il est un enfant innocent. Ce qui fait qu'il sera un jour, un adulte perdu. Je le regarde, mets le dos droit avant de lui dire.


" La passion dans tous les sens du terme. Elle est au centre de tout, les guerres, l'amour, les actions, les grandes créations, les grandes avancées et les grands combats. Comme celui que je mène ou ceux qui s'opposent à moi et mes camarades. Nous sommes tous animés par la même chose. Si tu ne le vois pas, tu ne verras pas le conflit qui fait rage. Nous souhaitons obtenir quelque chose de nouveau, nos ennemis, eux, souhaitent vivre dans le passé. "


Je m'étais un peu perdu dans cette dernière tirade, mais elle me plaisait. Je me disais qu'elle aurait un certain impact sur le gamin. Je l’espérais en tout cas, et mes yeux s'illuminaient de l'étincelle du gamin. Comme si je l'avais copié pour lui ressembler davantage. Comme si on n'était pas si différents dans le fond. J'ai un masque, une marque des ténèbres et un combat à mener. Lui, il vient de commencer à se rendre compte de ce qu'il se passe. Peut-être que je pourrais l'aider à se dresser contre les mêmes ennemis, peut-être que je pourrais l'aider à devenir plus fort, pour qu'il nous aide.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Stonehenge

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 14 sur 14

 Stonehenge

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.