AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 40 sur 41
Triste balade, tristes pensées...
Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 39, 40, 41  Suivant
Ebenezer Lestrange
Serdaigle
Serdaigle

Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Ebenezer Lestrange, Mar 30 Mai 2017, 15:38


Même un mec comme Azaël voulait bien d'un dragon de compagnie. On pouvait en déduire deux choses: soit les dragons étaient tellement cool que même les clampins en voulaient un, soit c'était justement un truc de clampin et du coup Ebenezer se devait de ne surtout pas en désirer. Allez savoir pourquoi, il pencha sur la première option. Youhouuu ! Capturons un dragon ! Son Bombarda était parti et avait dégommé la clôture. Il ne s'attendait pas à ça, limite il était déçu que ce n'avait pas té plus compliqué. Les barrières du grand zoo magique du Royaume Unis était donc en carton. Bonjour la sécurité des touristes.

L'autre guignol s'était précipité dans l'enclos. Le fou, il allait renverser sa bière -ou pire, la faire mousser - s'il continuait à gesticuler ainsi. Ebenezer le suivit, gardant une certaine distance de sécurité derrière son tout nouveau bouclier humain. Non loin d'eux, il y avait un joli petit reptile ailé qui n'était ni joli ni petit mais comme il avait bien des ailes, l'approximation était valable. La bête en avait d'ailleurs rien à carrer des deux intrus et préférait mâchonner un morceau de veaudelune pensivement en regardant le ciel. Bien, ils avaient l'effet de surprise. Ou pas. Voilà que l'autre nigaud balançait une bière à la gueule du dragon. Le brun, n'ayant pas vu son futur-pote-askip finir son précieux breuvage, fit une mine scandalisée. Entre le gaspillage et le manque total de discrétion, Liderick était un gros boulet.

Le pire était peut-être que l'élève croyait qu'un dragon, ça comprenait l'anglais. Qu'ils allaient tous devenir potos, qu'ils suffisaient de demander ou même de le gueuler. Sauf que non, un dragon en cage qui constate une issue et deux cloportes sur le passage, ça bouffe les cloportes et ça se taille sans dire merci. Les rageux diront mauvaise éducation. Bref, reptile oscillant entre bonheur total (il était un dragon liiiibre) et agacement. Ou alors, Ebenezer réfléchissait trop sur l'état d'esprit de la bête, lui inventait des sentiments qu'elle n'imaginait même pas et restait au milieu alors que même Azaël faisait quelque chose d'intelligent : fuir.

" Aaaaaaah !" fut le cri du Ebou qui se retrouve avec un dragon sur-excité à deux mètres de lui alors qu'il n'était psychologiquement pas prêt. Heureusement qu'il était bon en sprint. Il rattrapa vite fait Liderick qui l'avait pourtant prévenu et qu'il aurait du écouter même s'il était tête à claques et tout et tout. Il fonça vers la sortie de l'enclos, vraisemblablement suivi par son acolyte et par la bête. Grimper sur son dos qu'il avait dit... Ça allait être compliqué à moins d'escalader un arbre ou de léviter puis de se laisser retomber sur le dragon. Ils seraient obligés de s'arrêter ou du moins ralentir et ce n'était pas une bonne idée. Le point positif était que le trou de la clôture n'était pas assez gros pour laisser passer leur nouveau copain. Le point négatif était qu'il commençait à le devenir à force de coups de mâchoire.

- Oups, on a pas fait exprès ! s'exclama le plus vieux dans le vide.

Rien que d'imaginer expliquer l'apparition d'une issue de secours pour dragons aux autorités qui se pointeraient si elles étaient compétentes le faisait marrer. Et voilà que désormais il courrait en se tapant la barre de sa vie. Il se reprendrait bien une bière mais en attendant il fallait qu'ils se trouvent une planque. Son regard balaya les alentours et s'arrêta sur un stand de glace sans vendeur et sans clients. Nickel. Il se planqua derrière, vérifia qu'il avait une bonne vue sur le dragon et fit signe à Liderick de le rejoindre.

- Bon, il nous faut un plan maintenant.

Il s'y connaissait en libération de dragons, même que la prof de SACM de Poudlard pouvait témoigner, par contre il n'avait jamais donné dans l'apprivoisement.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Azaël Peverell, Mar 20 Juin 2017, 12:05


Le Lestrange finit par se mettre en mouvement aussi derrière toi. Tu l'entends grâce à son super cri qui se rapproche de toi à toute vitesse. C'est qu'il court vite pour un pas bien grand. Il actionne donc ses petites jambes hyper rapidement. En même temps, c'est pas forcément étonnant, ça veut juste dire que c'est un petit excité. Ce qui est plutôt logique quand on se fait poursuivre par un dragon. C'est donc un bon point pour lui sur ce coup-là, tu vas éviter de trop de foutre de lui. Tu te contentes d'essayer d'accélérer aussi en le voyant passer devant toi. Bah c'est vrai, t'as peu de chance de courir plus vite que le dragon. Par contre, suffit de courir plus vite que ton camarade pour gagner quelques secondes et essayer d'éviter de te faire bouffer. Mais devenir pote avec un mec qui finit en kebab pour dragon, c'est pas hyper évident.

Du coup, vous êtes juste bien trop doués, et bien trop stylés. Bah ouais, vous atteignez tous les deux la sortie, sans même un poil de grillé. Y'en a pas un qui sent le roussi. C'est cool. Parce que l'odeur de cochon cramé, c'est nul. Tu t'arrêtes quand même pas trop longtemps, parce que le dragon a l'air un peu vénère. Pourtant, tu voulais juste qu'il soit pote avec vous. Parce que c'est stylé d'avoir un dragon dans ses amis. Genre pour brûler vivants les gens qui te débectent au plus haut point. Bah ouais, faut se faire de bons contacts dans la vie, c'est le meilleur moyen d'avancer. Alors voilà, tu fais pas du tout ça par ennui, pour le fun, ou parce que faut absolument que vous viviez une aventure avec l'autre Lestrange histoire d'arrêter de vous taper dessus. Non, tu fais ça par ambition. Comme quoi, t'es hyper Serpy quand tu veux.

L'autre continue de courir en se marrant. T'as pas trop de mal à suivre le rythme du coup. Petite planque derrière le stand de glaces. Tu te planques derrière avec ton futur nouveau super pote. Il dit qu'il vous faut un plan. T'as une tronche a avoir réfléchi à vos actions après la libération du dragon peut être ? T'es le pire du monde pour mettre un plan au point. Chaque fois que t'as essayé, tu t'es lamentablement foiré. Et autant, foirer un cambriolage c'est une chose, autant, foirer l'apprivoisement d'un dragon, ça te semble quand même hyper dangereux. Surtout qu'il a l'air un peu vénère à gueuler comme ça tout en continuant d'agrandir le joli trou que vous avez fait dans la clôture. Pourtant, t'as été sympa, tu l'as invité direct. Un plan...

- Bah j'sais pas trop. T'as qu'à lui offrir une bière à lui aussi, peut être qu'il a envie de boire un verre pépouze avec nous. Par contre, j'te laisse faire le premier pas.

Ouais, faut pas trop déconner. Toi, t'as déjà attiré son attention, t'as fait ta part du job. Pour les actions dangereuses et totalement stupides, c'est chacun son tour, parce que clairement, t'as déjà donné assez de ce côté là.

- Ou alors on va dans un autre enclos histoire de trouver une bêbête qui peut lui servir de repas. Et on espère que ça le cale assez pour qu'il évite de nous bouffer derrière.

Ouais, les plans, c'est vraiment pas ton truc.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Ebenezer Lestrange, Ven 14 Juil 2017, 18:52


Quoi ? Gâcher des bières en les filant à un dragon ? Déjà qu'il regrettait d'en avoir filé une à Liderick, c'était hors de question. Nada, niet, à la prochaine remarque comme ça, il lui brisait une bouteille sur la tête. Non mais gaspiller sa précieuse bière pour un vulgaire reptile... Où allait le monde ? C'était presque à en pleurer tellement c'était triste (coucou le titre du sujet). Heureusement, ou plutôt miraculeusement, le second plan d'Azaël était pertinent. Trouver une autre bébête pour faire diversion. C'était simple, c'était beau et en plus ils étaient dans un zoo. Par contre, ils étaient un peu c*ns donc ils risquaient de jeter leur dévolu sur plus dangereux qu'un dragon mais nous allons négliger ce fait.

Fallait donc trouver un machin à lui faire manger. Un gros machin. Pas un boursouflet du coup, ce qui rassura énormément Ebenezer. De sa poche, oui parce qu'il était du genre à ramasser tous les petits papiers qui traînaient à l'entrée des bâtiments, il sortit le plan tout froissé du zoo. Il fut déçu, il n'y avait pas le petit point rouge marqué "vous êtes ici" ni la position du dragon indiquée. Les magizoologistes étaient vraiment des brêles en ensorcellement de carte. Après d'intenses efforts, traduction il se contenta de regarder le nom du camion de glace derrière lequel ils étaient planqués, il localisa où ils se trouvaient et appris que non loin se trouvait l'enclos des veaudelunes. Les pauvres... Sourire triomphant à l'acolyte.

- En gros, faut amener le dragon là !

Il montra le trajet à Azaël en mode gamin fier d'avoir trouvé la solution d'une équation au cinquième degré.

- Par contre, pour l'y mener, ça va être plus délicat. On peut courir à la limite mais il risque de nous croquer. Ou alors on l'ensorcelle mais ça marche bof sur un dragon. Ou on fait un appât pour le mener aux appâts.

Cela devenait compliqué. Il chercha autour de lui, sortit sa baguette et la pointa sur un caillou de taille honorable. Il se concentra. Il était une cruche en métamorphose et il voulait éviter de se ridiculiser devant le sale gosse. Caillou Turn Vitae Fléreur Un fléreur à trois pattes sauvages apparut. Ebenezer fut limite rassuré, son sort avait marché. Il fallait se dépêcher par contre parce que l'animal avait déjà l'air un peu pierreux. Il enchaîna avec un Impero pour forcer la bête à aller vers les veaudelunes. Oui, il utilisait des sortilèges impardonnables pour des bricoles. Oui, il était du genre à tuer les fourmis qui squattaient son placard à grand coup d'Avada Kedavra.

Et le fléreur se traîna vers l'enclos à appâts, le dragon était juste sur ses talons. Même qu'il le goba d'un coup avant même que l'on distingue un poil de veaudelune dans le lointain. Oups. Merci d'avoir essayé. En plus le reptile n'allait pas apprécié quand il comprendra qu'il avait avalé un rocher.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Azaël Peverell, Dim 23 Juil 2017, 13:45


LA de Bébénézou


Le Lestrange a l'air plutôt d'accord pour qu'on teste ton plan. Du coup, il n'y a plus qu'à trouver un plan pour que le plan fonctionne. Et le seul plan que l'autre sort, c'est celui du zoo. Ouais, ça fait beaucoup de plans pour pas grand chose au final. Bref, tu regardes par-dessus ton épaule, histoire de vérifier que le dragon n'est pas déjà vachement trop proche pour que vous restiez là à essayer de l'attirer ailleurs. Mais pour l'instant, tout a l'air d'aller pour le mieux. Alors tu jettes un oeil à la carte lorsque l'autre semble avoir trouver une idée des plus ingénieuse. Il montre le chemin à parcourir pour aller à l'enclos des Veaudelunes. Ils ne sont pas si loin apparemment. Mais il faut quand même y parvenir avec un dragon aux trousses, alors ça a l'air vachement compliqué.

Et c'est là que l'autre semble réellement faire marcher son cerveau. Il faut un appât pour mener le dragon à l'appât. C'est pas si bête. Juste... Compliqué à mettre en oeuvre. Sauf s'il se propose pour se déguiser en Hawaïenne pour faire une petite danse devant le dragon avant de partir en hurlant et en gesticulant dans l'espoir de rester en vie. Mais les chances seraient probablement limitées dans ce cas de figure. Tu réfléchis donc en essayant de trouver une idée viable sur le long terme pour vous deux. Parce que t'es un mec sympa, t'essaies de faire en sorte que le pourcentage de perte soit minime. Mais faut pas trop déconner, si vraiment y'a pas le choix, ce sera ta peau en premier. Après tout, le Lestrange, c'est juste un crétin qui a foutu le feu à ton bar. Alors tu vas pas non plus te sacrifier pour lui.

Et le voilà qui transforme un caillou en quelque chose qui ressemble vaguement à un Fléreur. Tu te concentres dessus pour mieux voir à quoi il ressemble. Y'a clairement un truc qui cloche. Léger haussement de sourcil. Il a que trois pattes, et a toujours vachement la couleur d'un caillou. Bon, par contre, il est soumis à la volonté de l'autre imbécile, donc il se dirige bel et bien vers l'enclos des Veaudelunes. Sur genre à peu près trente centimètres. Et il se fait bouffer. Comme ça, d'un coup de mâchoire. L'appât Fléreur vient d'échouer à mener le dragon aux appât Veaudelunes. Tristesse (ouais, moi aussi j'fais en sorte d'être en accord avec le titre du sujet). Va falloir trouver un autre plan. Et rapidement en plus de ça, parce que le dragon va bien finir par se rendre compte qu'il y a deux sandwichs sur pattes planqués derrière un camion à glaces.

Camion. Mais évidemment ! Tu l'ouvres d'un simple #Alohomora. Et tu entres dedans en essayant de ne pas faire de bruit. Tu fais signe à Lestrange de monter aussi avant de refermer la porte tout doucement. Tu esquisses un léger sourire.

- On a qu'à l'amener à l'enclos nous-mêmes. Là-dedans ! Tu sais conduire ?

Ouais, parce que toi, t'es pas sûr d'y arriver. Enfin ça doit pas être très compliqué, suffit de lancer le moteur, et d'appuyer sur quelques pédales en tournant un volant. Mais à choisir, si lui l'a déjà fait, tu préfères amplement qu'il s'en occupe. Histoire de ne pas mourir en percutant un arbre. Ce serait vraiment bête. Parce que, quitte à crever ici, t'aimes autant de faire bouffer par le dragon, c'est un peu plus classe comme mort. T'attrapes une glace à la vanille au passage et commences à la manger. Bah quoi ? Faut bien prendre des forces si jamais vous devez encore partir en courant.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Ebenezer Lestrange, Mar 15 Aoû 2017, 16:38


Ebenezer contemplait le dragon qui venait d'avaler un caillou. C'était un bon sujet de croquis, comme les boa qui mangeaient des éléphants, les dragons qui avaient des rochers dans l'estomac. Ou alors l'inverse, des rochers qui avaient des dragons dans l'estomac... Là, ça s'apparentait presque à une montagne avec une grotte avec un dragon. Avec un trésor surtout. Est-ce que les dragons du zoo avaient un trésor dans leur tanière ? Peut-être, ce serait sympa, très sympa même. Quand il serait devenu copain avec la bête, il lui demanderait. Peut-être qu'elle voudrait même bien lui échanger contre de l'or de farfadets. Elle n'y verrait que du feu en plus. Du feu... Drôle pour un dragon.

Pendant ce temps-là, Azaël gigotait. N'était-il pas bien planqué derrière le camion à glace, à l'ombre ? Apparemment non vu qu'il préférait entrer dans le véhicule et faire signe à son camarade de le rejoindre. Camarade qui soupira avant de s'engouffrer à son tour dans le camion. Les sièges n'étaient même pas confortables, cette arnaque. Y a l'autre morveux qui souriait et Ebenezer lui rendit le sourire. Parce qu'elle était drôle leur tentative d'adoption de dragon, absolument pas réussie mais drôle. En plus, le gamin formula une idée pas si débile, elle était même pertinente. Du point de vue d'Ebenezer du moins donc si on était objectif, c'était du suicide. Le sorcier réfléchit cinq secondes, savait-il conduire un camion ? Il décida que oui, parce qu'un camion c'était un truc de moldus, comme les motos et que lui avait une moto volante.

Il s'installa sur le siège conducteur et n'attacha pas sa ceinture. Comme ça, s'il fallait transplaner d'urgence, il était libre de tout mouvement. D'un coup de baguette, il démarra le moteur. Comme c'était pratique la magie quand on avait pas de clé ! Il lança un petit coup d’œil à Liderick pour voir s'il faisait des prières ou s'il calculait l'angle et la vitesse à prendre pour éviter le dragon. Que nenni. Monsieur mangeait une glace. Il s'était cru chez Mémé ? En plus, un truc à la vanille quoi ! C'était le parfum pour enfant de moins de cinq ans par excellence. Ebenezer ne jugeait pas, il constatait juste avec un air condescendant.

- Allons-y Alonzo !

Parce qu'Azaël et Alonzo, c'était presque pareil, ok ? Y avait un a, un l et un z dans les deux ! Puis vive les références. Le brun derrière son volant écrasa la pédale de l'accélérateur - en fait, il savait pas trop laquelle c'était, il n'y avait pas tant de pédales sur une moto mais il avait appuyé sur celle de l'embrayage juste avant et le camion n'avait pas avancé - le moteur vrombit, ils étaient partis ! Droits vers l'arbre... Oups, désolé pare choc avant. Ils étaient repartis, cette fois un peu moins vite et droit vers l'enclos des veaudelunes. Le dragon les regardait, l'air curieux. C'était bizarre qu'un dragon ait l'air curieux. Ebenezer se demanda quel genre de dragon c'était. En tout cas, il n'était plus très énervé. Il s'en fichait même complètement des deux sorciers. Lorsque le camion alla s'écraser contre la cloture, le dragon ne bougea pas d'un pouce. Ça valait bien la peine de se décarcasser...
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Azaël Peverell, Mer 30 Aoû 2017, 02:38


Lestrange semble savoir conduire. En tous cas, il prend place devant le volant. Tu t'installes sur le siège passager en bouffant ta glace tandis qu'il s'occupe de faire vrombir le moteur d'un simple coup de baguette. Tu ne relèves pas son expression qui date sans doute du siècle précédent pour être aussi débile. En revanche, ce que tu relèves, c'est le fait que t'aurais jamais dû le laisser au volant. Parce que plutôt que d'aller vers l'enclos des Veaudelunes, comme prévu, Monsieur a décidé de foncer dans un arbre. Pas bien vite, et pas bien fort, mais le choc est là, et tu manques de renverser ta glace avec sa connerie. Tu retiens les commentaires désobligeants qui te traversent l'esprit pour te concentrer sur ton encas. Parce que tu as bien compris un truc : T'as intérêt à finir ta glace rapidement, avant le prochain accident, sinon, tu finiras bien par la faire tomber.

Alors tu l'enfournes en une vitesse record, tandis que le froid t'engourdit la langue et monte jusqu'à ton crâne, te donnant l'impression de te geler le cerveau au passage. Pas très agréable comme sensation. Mais au moins, t'as réussi à la bouffer en entier. T'es juste incapable d'articuler le moindre mot étant donné que ta langue est congelée. Mais c'est pas comme si t'étais le mec le plus bavard de la terre, alors ça va. Tu regardes le dragon à travers le rétro de ton côté, pour voir qu'il se contente de vous observer sans se mettre à votre poursuite. Non mais, sérieusement, vous y croyez vous ? A quoi ça sert d'avoir des idées de génies si elles n'aboutissent à rien ? La déception se lit clairement sur ton visage, jusqu'à ce que ton compagnon décide de s'arrêter dans une barrière. Tu manques à moitié de t'éclater la tronche sur le tableau de bord, mais par miracle, t'es toujours en vie, et même pas sonné. Tu lâches quand même d'un ton blasé :

- La prochaine fois, essaie d'appuyer sur l'frein, j'suis sûr que ça marche bien.

Enfin un truc qui y ressemble plus ou moins étant donné que ta langue n'a toujours pas décidé de retrouver sa température originelle. Voyant que malgré le fracas que vous venez de faire, le dragon ne bouge pas d'une écaille, tu sors du camion tranquillement pour l'observer à ta guise. Et il se contente de te rendre ton regard. Il a l'air vachement plus calmer que tout à l'heure. Alors peut être que la pierre qu'il a avalé l'a rassasié. Ou peut être qu'elle lui pèse tellement sur l'estomac qu'il ne parvint plus à bouger. Comme si vous l'aviez lesté. Ce serait drôle tiens. Un dragon immobile parce qu'il a bouffé une pierre. C'est vachement moins impressionnant d'un coup. T'aurais presque envie de t'en approcher pour le narguer. Et puis tu te rappelles qu'il peut cracher du feu si l'envie lui en prend. Et qu'il est sans doute encore en capacité de bouger, mais qu'il a juste la flemme de s'intéresser à vous. Ou alors...

- Tu crois qu'il a compris qu'on ne voulait que son bien ? Il a peut être changé d'avis. il a bien réfléchi, et finalement, l'adoption ça le tente bien. Peut être même que c'est grâce au camion de glace.

Bah oui. C'est même une évidence. Tout le monde aime les glace, alors le dragon aussi sûrement. Et puis il reste bien sage de peur d'être privé de dessert. Pourtant, il a bien mangé tout son plat de résistance. Il n'en reste même pas un caillou. Il mérite bien une petite récompense. Alors tu vas faire un nouveau tour dans le camion à glaces, et t'en récupères autant que tu peux avant te t'approcher un peu de la bestiole. Grosse bestiole d'ailleurs. Tellement grosse que tu restes vachement plus loin que prévu, au cas où. Et d'un coup de baguette, tu fais léviter le tout jusqu'à lui, avant de tout laisser tomber juste sous son nez.

- Vas-y, gros, tu peux y aller, j'suis sûr que tu vas kiffer.

Ou pas. Un dragon, ça mange vraiment de la glace ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Ebenezer Lestrange, Ven 06 Oct 2017, 00:30


Puis voilà que l'autre sale môme râlait alors qu'il ne savait même pas conduire. Des gens étaient passés à travers des pare-brises pour moins que ça, Azaël avait de la chance. Ou plutôt Ebenezer n'était pas maître dans l'art de piler au bon moment. La plainte n'était pas très compréhensible par contre, c'était du gloubiboulga de syllabes mais le ton ne laissait pas de doute sur le fait que ça critiquait sa conduite. Tsss. Pourquoi la glace n'avait pas étouffé le passager ?

Même que ça aurait empêché le dit passager à proférer son discours sans sens. Enfin si, il y avait un sens. Mais ce n'était pas hyper intéressant comme sens. Pas hyper sensé non plus. M'enfin, fallait pas oublier que c'était Liderick et qu'il était limité. Comme si le camion de glace pouvait influencer des dragons. C'était prêter de grands pouvoirs à un véhicule un peu useless parce que désormais cabossé sur tout l'avant. Si le reptile ailé ne les attaquait plus, c'était parce qu'il était rassasié par son caillou et qu'il avait compris que les deux zigotos ne représentaient pas une réelle menace. Ebenezer se sentait un peu sous-estimé mais fallait dire que c'était plutôt une bonne chose parce qu'un dragon était un adversaire redoutable si l'on en croyait la rumeur, les contes et le reste du monde.

- Je ne crois que ce que je vois. répondit Ebenezer parce qu'il savait pas trop quoi répondre d'autre.

Presser de prouver à un être de plus sa bêtise abyssale, Azaël sortit du camion après avoir fait le plein de glaces. Et, devant les yeux écarquillés du conducteur resté sagement au volant - en réalité il était un peu sonné depuis qu'il avait foncé dans un arbre et dans un grillage - voilà que le clampin faisait léviter le tout vers la bête ailée et cracheuse de feu. On ne le répète pas assez, un dragon c'est dangereux.

Non mais qui donnait des glaces à un dragon ? Genre un dragon mangeait de la glace ? Genre des gens étaient assez bêtes pour le penser et encore plus pour en filer à la créature ? Peut-être qu'il se méprenait sur le but de Liderick. Que ce dernier avait un objectif secret qui était d'empoisonner le dragon pour se faire des bottes avec son cuir. Ebenezer en avait et savait à quel point c'était pratique de telles chaussures. Mais aller chez un cordonnier était peut-être un peu plus approprié pour s'en trouver plutôt que de se servir directement sur la bête. Sauf que plus ça allait, plus Ebenezer doutait qu'Azaël soit capable d'avoir des objectifs secrets. A la limite, un vague projet de suicide ce qui justifierait ses agissements stupides. Délivrer un dragon, courir comme des dératés pour lui échapper était une chose, aller lui filer de la glace, non mais allô quoi ! C'était presque triste tant de c*nneries. Toujours enfoncé dans son siège, Ebenezer avait sa baguette dans la main, prêt à transplaner. Peut-être qu'il sauverait l'autre au passage si ça tournait mal, peut-être pas.

Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Azaël Peverell, Jeu 09 Nov 2017, 15:53


LA Bébénezer


Grande nouvelle ! Le Dragon se met à bouger. Enfin il fout le feu à la glace que t'as collé devant lui. Et il continue de te regarder. Comme si un barbecue glacé ne lui suffisait pas, et qu'il en voulait un autre. Plus consistant. Avec plus de goût. Et de la viande. Un vrai barbecue digne de ce nom, quoi. Sauf que ce qui se rapproche le plus d'un morceau de barbaque dans le coin, et qui est en plein dans sa ligne de mir, c'est toi. Et tu commences à te dire que c'était pas franchement une bonne idée de lui proposer un dessert. T'as le bon sens de plonger sur le côté en le voyant ouvrir la gueule. Et grand bien t'en prends, parce qu'il vient de carboniser l'exact endroit où tu te tenais une demie-seconde auparavant.

Note dans le coin de ta tête : ne pas libérer un dragon, ne pas lui filer de la bière, et ne pas lui filer de glace, parce que dans les trois cas, il le prend mal. A croire que c'est susceptible comme bestiole. En tous cas, le Lestrange fait bien de ne croire qu'à ce qu'il voit, parce que toute ta superbe réflexion à propos du dragon qui était tombé amoureux du camion de glace vient d'être réduite en cendres (ouais, elle était facile celle là, mais fallait bien la faire, alors voilà, comme ça on en parle plus). D'ailleurs, la bestiole se met en marche. Droit vers toi. Sans doute pour mieux pouvoir te viser avec son super lance-flamme naturel qui lui sert de gosier. Pas moyen de rester sur le chemin.

Tu te relèves directement, balance un #Lumos Maxima dans sa direction en espérant l'aveugler un petit temps, et tu cours droit vers le camion pour entrer dedans. Sans vraiment savoir comment c'est possible, tu y parviens avant de te faire becter ou carboniser. Ce qui signifie sans doute que t'as réussi ton coup pour l'aveugler. Même si le rugissement qu'il lance à l'instant présent indique clairement que tu viens juste de l'énerver un peu plus. Tu hurles donc sur Lestrange, histoire de le réveiller un bon coup.

- Dis donc, si t'as envie de transplaner, j'crois que c'est le moment, sinon on va exploser dans un foutu camion à glace, et c'est pas trop ce que j'avais prévu en venant ici aujourd'hui !

Et ça semble fonctionner puisqu'il te chope directement par le bras dans un *CRAC* significatif pour vous transplaner loin, très loin du dragon en colère et de la flamme que tu voyais arriver à toute vitesse dans l'un des rétros. Il s'en est visiblement fallu de peu pour que vous y restiez. C'eut été relativement triste (je rappelle comme ça une dernière fois l'intitulé du sujet). Disons que c'est le genre de truc qui te fait soudainement passer l'envie d'avoir un dragon de compagnie. T'espères quand même que les gardiens du zoo le récupéreront facilement pour le remettre dans son enclos. Parce qu'un dragon qui se balade en liberté, c'est peut être un tout petit peu dangereux pour la sécurité publique.


Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ariana Hastings
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Ariana Hastings, Dim 26 Nov 2017, 20:46


RP Unique



Des yeux crevés à gogo, des morts qui tombent au sol, du sang, des Reliques de la Mort, une main coupée, et la Faucheuse qui apparaît. Ariana se vide de son sang…

Elle se réveille en sursaut, de la sueur perlant sur son front. Ce cauchemar était terrifiant, mais ça changeait de toutes les nuits précédentes où elle avait revécu les événements du métro. Elle porte une main – intacte – à son cou, par réflexe et caresse sa peau tendre. Deux coups timides sont frappés sur la porte, et une tête apparaît dans l’entrebâillement.


“Je t’ai entendu crier.” Malia déclare doucement.

Elle a l’air inquiet et Ariana force un sourire.


“Tout va bien.”

“Je peux dormir avec toi?”

Ariana hoche la tête et soulève ses couvertures, tapotant le matelas à côté d’elle pour signifier à sa petite sœur de venir la rejoindre. Malia n’hésite pas une seule seconde et se blottit contre Ariana. L’ancienne Serdaigle regarde la petite fille se rendormir presque automatiquement, avant de s’allonger à son tour. La chambre dans laquelle elle a grandi fait vraiment enfantine maintenant, et elle ferme les yeux après un dernier coup d’œil aux rideaux roses et violets et aux papillons peints sur le mur.

***


Emily tourne sa cuillère lentement dans sa tasse de thé. Ariana peut reconnaître le regard inquiet de sa mère, mais elle ne dit rien et continue de manger ses pancakes. Malia est partie pour l’école il y a une demi-heure et depuis la mère et la fille aînée s’observent en silence.

“Tu comptes y retourner ?”

Ariana soupire. Et voilà, on y est.

“Oui.” répond-elle simplement. “Ce soir je rentre à Londres, je retourne chez Meredith, et demain je reprend le travail.”

“Dans cette boutique de...”

“Objets et accessoires de magie noire, oui maman.”

Emily secoue la tête et se lève, elle va déposer sa tasse dans l’évier.

“Je ne te comprends plus.”

Elle s’appuie contre le meuble de cuisine et croise les bras sur sa poitrine.

“Et tu vas faire ça toute ta vie ? Vendre des objets dangereux voire interdits à des sorciers peu recommandables ?”

Ariana enfourne une dernière bouchée de pancake dans sa bouche.

“Non. Je veux devenir alchimiste.”

“Alchimiste ?!” Emily répète avec un petit rire incrédule. “Et tes rêves de devenir professeure ?”

“Ils sont morts depuis longtemps.” Ariana répond en avalant.

Elle marque une petite pause. Le mot en “m” n’est jamais prononcé dans cette maison depuis Kira Et elle peut sentir la tension de sa mère. Ariana n’aurait jamais cru que ce genre de termes pourraient être tabous dans sa maison autrefois si ouverte et honnête. Elle se lève à son tour pour déposer son assiette aux côtés de la tasse dans l’évier et s’arrête au niveau d’Emily. Elles font la même taille maintenant.


“J’ai failli mourir. Je me suis attaquée sans réfléchir à deux mangemorts et j’ai failli y laisser ma vie, mais je ne le regrette pas. Oui, j’ai peur. Tous les jours, toutes les nuits, mais je ne regrette pas mes actions. J’ai tenté de défendre des innocents et je suis toujours là pour en parler. Alors je vais retourner à Londres, je vais continuer à travailler dans cette boutique, je vais respecter mes engagements auprès des Aurors, et je vais devenir alchimiste. Je vais faire de mon mieux pour apporter un changement, même si minuscule, dans ce monde. Et tu peux avoir un problème avec ça, mais tu ne peux rien faire pour m’en empêcher.”

Elle prend une profonde respiration. L’ambiance est tendue dans la cuisine de cette petite maison de Manchester.

Et puis, Emily prend sa fille dans ses bras. Elles restent dans les bras l’une de l’autre en silence pendant plusieurs minutes, avant qu’Emily ne fasse un pas en arrière, un petit sourire aux lèvres et des larmes dans les yeux.


“Alors ce garçon... Nel ? Dis-moi tout.”

Fin.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Ellana Lyan, Lun 25 Déc 2017, 17:02


Sous le feu des artifices
Pv Elhiya

Je pense avoir arrêter de croire en la vie à partir du moment ou je l'ai vue grise. La petite folle, elle, voyait vraiment tout en gris dans un phénomène aussi étrange qu'inexplicable mais pour moi c'était encore autre chose. Il y avait des couleurs je n'avais le droit de le nier. Aucun problème de vue à signaler. Et pourtant... Il fallait les chercher les belles choses pour parvenir à les trouver jolie et finalement leur donner un sens. Jolie fleur tu n'es rien s'il n'y a personne pour te regarder. J'avais du mal à trouver le besoin profond de gratter la surface des choses pour les voir étinceler sous leur couche de poussière. C'était comme ça. et ce tale t d'inertie faisait peur. mais il semblait tellement plus simple d'attendre que les autres se plient à mes pieds pour qu'à ma place il polissent les surface et arrondissent les angles me permettant de vivre une existence bien plus douce et tranquille qu'à l’accoutumée.

Savaient-ils donc, passants innocents, que j'aurais pu mettre mes menaces à exécution avec une facilité déconcertante. Non j'avais bien trop l'image d'une pauvre enfant déchirée par l'existence pour inspirer autre chose qu'un mélange de compassion et de pitié. Qu'auraient-ils donc pu penser s'ils savaient ce que derrière mon masque j'avais développé ? Une sorte d'ambition malsaine et maladive qui transformait l'ange en perverse diablesse.

Ce n'était que trop mon problème et pourtant feindre le contraire s’apparentait bien trop au jeu d'enfant. Chance inconsidérée : c'était le titre qui m'avait été donné. Sourire las. Assise dans l'herbe je demande à mes yeux de pleurer. Échec. L'habitude bloque mes trais dans une indifférence. À quoi bon être triste si l'on ne peut même pas le montrer et encore moins se faire consoler ? je soupire. La tête fini contre mes genoux que j'entoure de mes bras trop maigre. Fou serait celui qui me trouverait encore jolie. Et pourtant les fous ne cessaient de croiser ma route. Mes yeux noires de martyr possédée n'auraient pourtant pas du les tromper mais comme si cela était inenvisageable à leurs yeux, ils continuaient à me tendre leurs mains pleines de vie pour prendre mes doigts squelettique. Et j'en étais profondément heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Elhiya Ellis, Mer 27 Déc 2017, 14:10


Milles couleurs scintillantes devaient éclairer le ciel. Le souvenir des éclats colorés m'etouffaient le coeur à chaque pas effectué dans l'herbe humide menant à un point d'observation valable. Les brides s'un passé encore frais se melait aux cris d'enfants trop joyeux, couvrant d'une ombre mélancolique mes prunelles humides. L'effort effectué était pourtant anodin pour tous ces autruis que je croisais. Pour moi, c'etait comme traîner de lourdes chaînes à mes pieds. Pourtant, il me fallait avancer.

Attendre que le temps fasse son office et panse les blessures c'etait écoulé. Rester cloitree dans ma chambre à frémir à chaque souvenir imposé par la course effrénée de la vie n'etait plus possible. Je devais juste arrêter de suffoquer, enfermée dans une section temporelle révolue. Alors, bloc de dessin et patels jalousement protégés dans mon sac, je faisais la seule chose encore à ma portée : conserver la mémoire d'un être disparu en continuant à regarder pour elle le s points lumineux fendant le ciel.

Mes pas se faisaient traînant, hésitant sur un parcourt qu'il connaissaient tant. Mon esprit, traiteet mesquin essayait de me faire croire que ce n'était pas le bon choix. Pourtant, j'en étais persuadée, mz douce blonde n'aurait jamais voulu que je verse encore une larme de plus pour elle. On m'avait dépossédé de sa joie, de ses sourires, de sa douceur, mais je pouvais les sentir encore vibrer en moi. Rien que pour ça je ne voyais pas pourquoi j'aurai du laisser le vague à l'âme m'emporter.

Forçant mes pas à trouver un chemin loin de la foule de badaud, je finissais par m'excentrer de l'agitation environnante. Trop de monde foulant les même brins d'herbe pour se délecter des reflets qui les habillaient dans une dance assourdissante, nécessité de les fuir. Quelques pas encore et j'atteindrais enfin un coin de prédilection où, mon sac abandonné à mes pieds je me nourrirais de plus de pigments chatoyants que je ne pourrais en reproduire. Comme tous ans, les doigts taché d'azur et vermillon parcourrerons cette toile vierge posée sur les genoux, et meme sans fermer les yeux, j'entendrais les exclamations enthousiaste de ma douce disparue. Charmante vision.

Mais à defaut de trouver un lopin de terre délaissé, ma vue se heurtait à la présence d'un silhouette intruse. Un être ayant décidé de s'abandonner sur le même observatoire que moi.

-On peut partager Lya
-Non, il va se lever pile le bouquet final on verra rien
-Allez, regarde il y'a de la place partout
-... mais..


Situation déjà connue tournant en boucle dans ma tête, me remémorant le rire cristallin de la gamine qui m'accompagnait en me tirant d'un autre côté. Elle n'etait plus là, mais un doux sourire avait pris place sur les lèvres et machinalement je birfuquais sur le côté pour éviter le gêneur. Nul besoin d'entacher les souvenir de ce lieux par quelques aigreurs douloureuses. Cependant, la positionde l'inconnu m'interpellait. Les bras au tour de ses jambes un air abattu semblait avoir pris place sur la mine qui au final me renvoyait à mes couleurs de sorcière..

《Ellana?》 Ma préfète à Poudlard. Voilà bien la dernière personne que je m'attendais à voir ici. 《Tu as trouvé le meilleur endroit pour observer le feu d'artifice. Tu veux un peu de compagnie?》

Pour tout dire, même si je ne la connaissais pas, elle semblait dépourvu de l'enthousiasme général. Chose étonnante. J'aurai du ne pas m'en meler, je suppose, mais un premier sifflement dans mon dos, m'incita à prendre place par terre pour garder les yeux levé vers les hauteurs. Premier émerveillement devant ces nuances de roses et de parme qui explosaient sous mes opales gourmandes de ces spectacles nocturnes. Comme une môme, je m'etais penchés sur ma Serpente en Chef, large sourire aux lèvres, partageant tout naturellement l'instant du moment.

《Mooh, on est trop bien placé, on n'en ratera pas une miette. Je parie pour une jaune après et toi?》

Habitude conservée.. je ne pouvais pas mieux préserver la mémoire de ma tendre amie qu'en continuant nos jeux insouciants d'enfant.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Ellana Lyan, Ven 29 Déc 2017, 23:03


Moment de tranquillité. Autour de moi plus rien ne bouge. J'en ai décidé ainsi. Une illusion de silence peu à peu m'envahis, je ferme mes oreilles à l'extérieur comme si dotée de pouvoir surnaturels je parvenais à faire taire jusqu'à la moindre bouche aux alentours. Je dois être dans une foret, oui entourée d'ours bruyant qui grogne autour de moi. Je soupire. L'instant se fissure et le brouhaha reprend. Me mordant la lèvre inférieure je recommence ma mise en situation. des arbres, il n'y a que des arbres et l'ombres des animaux bruyant. Je suis protégée, je suis à l’abri, je suis... Ellana ? Mes yeux s'ouvrent d'un coup et je tourne la tête vers l'ours qui a grogné plus fort que les autres. Oui, ça aussi c'est moi. Un peu agacée comme si du mammifère honorable mon interlocutrice était soudainement passée à la mouche bruyante.

Je détourne mon visage mais une nouvelle phrase le ramène dans sa direction. Cette fois je la détaille avec plus de précision. Cette créature ne m'est pas inconnue... Mais que fait-elle donc là ? Oh tu es un serpent. Maintenant classée dans une des catégories de ma tête je peux reconsidérer la nouvelle venue dans mon espace personnel ainsi que son interrogation. C'est tout de même bien gentil de me donner la permission. Immédiatement ma tête la juge alliée. Elle porte à l'école un uniforme vert. Les verts sont les gentils et toi tu es leur reine. Raisonnement simple et efficace. Je souris. Faire bonne figure ce n'est pas trop mal. Elle doit penser qu'il s'agit d'une réponse positive à sa question car elle prend place à mes côtés sur un léger froncement de sourcils de ma part qui se transforme bien vite en haussement d'épaules. En vérité je n'étais pas exactement sa reine mais elle devait avoir pour moi un minimum de respect puisqu'elle n'avait pas encore chercher à m'éliminer. Il faut dire que certains membres de la maison était un peu impulsif et en fin de compte je crois bien que nous ne sommes pas les gentils.

Moue boudeuse. C'est déjà plus compliqué d'être méchant et encore pire reine des méchants ça signifie que dans nonante pourcent des cas on se retrouve avec la tête coupée. Je porte une main à ma gorge en essayant d'imaginer à quoi je pourrais bien ressembler sans tête. Immédiatement cette image me révulse et je la chasse de mon esprit. Ma petite Ellana, on a plutôt intérêt à gagner ! Soudain quelque chose siffle au dessus de nos têtes avant qu'un grand bruit ne retentisse. Effrayée, je me cache les yeux pensant que l'heure de mon tranchage de tête est venue un peu plus tôt que prévue. Quand j'ose enfin enlever mes mains il ne reste plus que quelques étincelles de couleur qui disparaissent dans la nuit. Je suis soulagée mais... Un peu déçue tout de même.

La jeune fille à mes côtés se penche vers moi avec un grand sourire pour me faire part de ses pensées. Au début un peu ennuyée quelle ne sache pas simplement ce taire et me laisser me faire décapité en paix je me prend très vite au jeu en répondant sans réfléchir. Une verte ! Ah bah oui, les réflexes reviennent il ne faut pas croire, après tout n'était-ce donc pas la couleur de l'espoir ? Tout ce que j'ai en tête c'est que c'est la mienne et par la même occasion la sienne. Ma tête s'en veut un peu de ne savoir nommer la personne à mes côtés aussi je demande comment tu t'appelles toi encore ? Nulle peur de paraitre grossière ou désagréable ce sont des concepts encore inconnus et je l'observe. Elle est jolie ma voisine, oui décidément son visage me dit quelque chose mais son nom doit être bien compliqué si je ne parviens pas à le retrouver. Question de sécurité je m'étais pourtant jurée de retenir tous leur prénoms à mes petits reptiles.

Elle semble avoir mon âge. Sept ans dans la même école et je n'ai pas été capable de retenir son prénom ? Je me donnerais bien des claques. Mais je n'en ai pas le temps, qu'un deuxième sifflement retendit. Cette fois je tente de garder les yeux ouverts pour voir la couleur et surtout si j'ai gagné. Une gerbe d'étincelle rouge illumine le ciel alors je mes doigts serrent fort la main de la verte sans que je ne sache trop comment je l'ai trouvée. Un peu déçue je regarde la lumière s'éteindre avant de tourner ma tête vers la blonde. Zut. Rouge. T'façon j'aime pas les Gryfondors moi. Fronçant les sourcils je regarde ma main qui tient encore la sienne avant de la lâcher pour croiser les bras. C'est absolument faux, presque tout les lions que je connais sont des êtres chers à mon cœur. Mais que ne dit donc pas une enfant frustrée ? Tu connais des rouges toi ? Bon la prochaine c'est une verte, je suis sûre ! Prise au jeu je scrute le ciel avec l'impatience de voir si ma prophétie va se révéler exacte.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Elhiya Ellis, Sam 30 Déc 2017, 22:03


Un serpent? Oui effectivement j'appartenais à cette dénomination quand un uniforme scolaire trop conventionnel devenait ma seconde peau. Mais quel importance? Dehors, je n’étais pas une simple étiquette, ni un mouton rangé dans un case. Hors de la prison dorée de Poudlard, j’étais qui je voulais, et surtout j’étais moi toute entière. Moi parfois bavarde devant des couleurs chatoyantes, moi parfois guidée par des pensées douloureuses sous une lune d'argent. Juste moi, ni plus ni moins.

Devant un spectacle coloré, mon âme d'enfant encore bien existant, s'abreuvait du moindre amusement. Deviner la prochaine couleur, la prochaine forme , frissonner au sifflement désagréable de la fusée tirée depuis le sol, se délecter de l'odeur de souffre qui s'élevait doucement, tout n’était prétexte qu'à sourire innocemment. Mon amour pour les pigments agressifs en était peut être la cause, pourtant, aussi loin que je m'en rappelais, j'avais toujours aimé ces feu mourants dans le ciel. Aussi, la mine ennuyée de ma préfète me chagrinais un peu.

Pourtant, d'un mot, d'un choix, elle acceptait de se prêter au jeu. Il ne me fallait guère plus pour me ravir. D'un sourire rayonnant, les mirettes collées sur le manteau de velours ébène, l'impatience me gagnait à  chaque seconde écoulée. Un nouveau sifflement, une explosion et une question glissée au milieu des reflets rougeoyants, au même titre qu'une main serrant la mienne. Une quete d'identité, un pari perdu et la prise d'une enfant en besoin de réconfort -tout du moins ça m'en donnait l'impression-. Tournant la tête vers la demoiselle, je lui adressais un sourire en coin, un peu amusée.

《Elhiya, 7ème année, on se croise rarement normal que tu vois pas qui je suis》

Dur de lui en vouloir, moins je passais de temps au château mieux je me portais. Et puis il devait y avoir un paquet de noms à retenir à  mon avis. Des tonnes de gens à surveiller et guider, à houspiller ou tenir la main... d'ailleurs, la mienne recouvrait sa liberté après quelques mots tintés de déception. Un pouffement m'échappait et ma tête dodelinait doucement, trimbalant quelques mèches de cheveux dorées un peu autour de moi.  J'avais du même la chatouiller sans le vouloir ma responsable boudeuse. Elle était mignonne comme ça, les bras croisés à râler car elle avait perdu.

《Mais non, rouge c'est très bien. Il faut de toute les couleurs sinon le monde serait trop terne. Et puis moi, y'en a que j'aime bien chez les petits lions. Mais je parie pour une bleue après! Ca va donner l'impression qu'un schtroumpf a explosé》

Chacun son interprétation. Moi j'aimais bien cette vision du bonbon géant qui après avoir trop mangé finissait en million de confettis éclaboussant l'horizon. Pas le temps d'épiloguer que des dizaines de crépitements argentés pétillaient sur plusieurs coins de mon champ de vision. Un concert d'exclamation des autres spectateurs en prime alors que je me tournais à nouveau vers ma comparse rigolant doucement

《Navrée, mauvaise pioche cette fois ci mais si tu veux je peux te dessiner un feu d'artifice vert. 》


A l'origine j’étais quand même venue pour ça. Pour gratter le papier sous l'inspiration d'un spectacle lumineux artificiel. Machinalement je portais la main dans mon sac, extirpait mon bloc et mes pastels, gardant le vert entre les doigts, juste au cas où

《Une rose pour la prochaine! T'en dis quoi? Me dit pas que ca fait trop paillette pour des serpent hein?》

Petit pouffement de rire. Plaisir d'être loin des obligations scolaires, insouciance éternelle décuplée par ce sentiment illusoire de liberté.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Ellana Lyan, Dim 07 Jan 2018, 19:28


L'atmosphère a basculée et depuis qu'elle se retrouve dans mon univers tout le cours de la soirée semble avoir pris un nouveau tournant comme si seul facteur de cette courbe improvisée la jeune verte et argent sans son uniforme pour cette fois régnait sur la décadence. C'est bien malin tout ça, quel est l’intérêt de gouverner un bout de chaos ? Je tente de lever les yeux au cieux une nouvelle fois comme je commence à en prendre la fâcheuse habitude avant qu'une de mes précédentes réflexion ne m'arrête. Moi aussi j'ai prétendu régné sur les serpent qui incarnent également une part de déviance. La conclusion de toutes ces pensées me pousse à lui pardonner cette intrusion à mes côté. Et puis qui me dis que la courbe ne sera pas harmonieuse ? J'observe un peu plus précisément la jeune femme qui me lire son nom avec une indifférence marquée, à mes oreilles en tout cas, tout en gardant un petit sourire en coin qui me laisse légèrement perplexe. Elle doit surement être heureuse de voir les artifices c'est tout.

Si elle avait voulu qu'on se souvienne de son prénom elle aurait appuyé dessus, l'aurait posé sur un piédestal avant de l'éclairer d'un rayon de l'une tel le plus beau des projecteur. Elle l'aurait gravé dans le marbre, aurait écrit les lettres unes à unes contre ma paume. Tout cela en une seule phrase pour que jamais je ne puisse oublier comment l'appeler. Pourtant elle avait choisi -t de laisser s'envoler le prénom à la première brise passant, comme un délicat papillon prenant son envol. Fascinée j'observais les couleurs du petit être qui se teintait d'une palette pas si éloignée de la mienne. Elhiya. Ellana. Elhiya. Je vais devoir te le redemander. Le papillon va finir par s'envoler.

Ma voisine se laisse échapper un léger rire et je la regarde alors que les dernières trainée de rouge illumine le ciel pour souligner ma déception. C'est quand même bien embêtant de ne pas avoir la moindre trace de vert dans un si beau décor ! D'autant plus que la blonde avait raison : nous sommes tout juste particulièrement bien placée ici pour contempler le spectacle. Ses cheveux viennent jusqu'à mes joues comme pour leur dire bonjour et étire le coin de mes lèvres. Elle a un joli rire et des joli cheveux. Je note mentalement ces nouvelles informations réfléchissant très sérieusement à faire une tout ce que la jeune fille a de joli. Ça va faire une sacrée liste !

Elle prend une nouvelle fois la parole et je bois ses mots comme si elle possédait la science infuse. Cette personne est spéciale ça ne fait aucun doute, je ne sais pas en quoi ni comment mais je finirais bien par trouver. Peut-être était-ce lié à toutes ces choses jolies ? Enquêtrice, j'étais certaines de le découvrir bientôt. Tu as raison et puis de tout façon s'il n'y avait que du vert comment est-ce qu'on ferait pour savoir que c'est la meilleure couleur ? Bon, il fallait peut-être se calmer sur le racisme des couleurs là. C'est quoi un schtroumpf ? Je sens bien que je vais encore passer pour la dernière des idiote mais bon il ne faut pas m'en vouloir, ça faisait à peine un ans que je découvrait un peu ce qu'était le monde, il n'y a pas si longtemps j'ai découverts comment fonctionnait une radio alors bon... Tout peux encore arriver. Toujours est il que sur le moment à part le fait que ce soit lié à la couleur bleue je ne sais absolument rien des schtroumpfs.

Une nouvelle couleur illumine le ciel comme une poudre d'étoile. Argent. Je m’apprête à protester de plus belle contre cette injustice du feu d'artifice quand la demoiselle me propose de me dessiner un feu d'artifice vert. Immédiatement je me calme et arrive même à trouver un certains charme aux éclats d'argent scintillant dans le ciel. S'il y a bien une chose que j'aime ce sont les dessin. Je n'ai jamais été douée mais ma petite sœur de cœur a un véritable don pour le dessin et la peinture et je peux facilement passer des heures à la regarder. Sans hésitation je m'assieds telle une indienne près d'elle alors qu'elle sort un bloc pour dessiner et des pastels. Je hoche vigoureusement la tête pour répondre à sa question et me sens obligée de ponctuer le tout d'un oui je veux !

Elle propose une rouge et je regarde le ciel nocturne avec un peu moins d’intérêt cette fois, celui-ci porté à présent en bien plus grande quantité pour le futur dessin qui va naitre ses doigts. Moi j'aime bien les paillettes c'est comme des poussières d'étoiles. Haussement d'épaules. Déjà que c'est pas drôle d'être la méchante alors si en plus on a plus le droit d'aimer les paillettes la vie est vraiment nulle. Tu pourras dessiner un schtroumpf après ? Qui sous entendait dans un futur plus ou moins proche au fond ce n'était pas très important, j'avais encore bien le temps. Moi je dis jaune ! Jaune ce n'est pas très beau mais ça me fait penser à mon amoureux alors bon si avec le vert il n'y avait pas de résulta peut-être que lui me porterait chance qui sait ? Tu as un amoureux toi ? Demande la plus innocente du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Elhiya Ellis, Ven 12 Jan 2018, 21:42


Le parme, le bleu clair, le violet, tant de pigments inexistants ce soir que j'aurai voulu offrir à la mine dubitative de la préfète. Peut être qu'avec de nouvelles nuances la ligne de ses lèvres dessinerait une esquisse de sourire. Un vrai. Un de ceux parfois si rare à capter qu'on se demandait s'ils existaient vraiment. Sur elle, je ne l'avais encore jamais appercu. C'etait dommage j'etais persuadee qu'elle serait à croquer si un rire s'échappait de la barrière de sa bouche.

Absorbée par le spectacle, mon regard ne lui était que rarement offert, l'enfance avait ce trais égoïste collé à l'insouciance. Un tors très certainement, mais au moins avait elle la liberté de pouvoir jouir tranquillement du spectacle pendant que je l'écoutais distraitement. Les guerres de maisons, les stéréotypes n'avaient rien à faire ici ce soir. Le monde autour de nous était bien trop dense pour se permettre de perdre du temps avec ces stupidites. Cependant sa remarque sur le pigment émeraude m'arrachait un sourire bien malgré moi. Réflexe assez chauvin.

Et puis il y'avait eu cette question. Celle qui m'avait faite tourner la tête vers elle, surprise, étonnée. D'un sourcil haussé je n'avais rien trouvé de mieux que l'interroger stupidement. "Tu ne connais pas les schtroumpf?" Souvent, voir tout le temps, j'oubliais que certains sorciers ne s'intéressaient -ou juste ne connaissaient- pas aux petits plaisirs moldus. Les sucreries était depuis toujours pour moi un de leur attrait principal. Et ces bestioles bleues étaient juste un délice. Le parfum étant indescriptible et je ne voyais qu'une solution. "Attends" Rapidement je fouillais dans mon sac.

Il était fort possible que se trouvait, niché dans un recoin de mon sac, un sachet de friandise. Mais le contenu étalé dans l'herbe humide réduisait mon espoir à néant. D'un sourire éclairé par une nouvelle lueur argentee jetée dans le ciel, je recuperais les affaire de dessin "Je t'en ramènerai la prochaine fois d'accord?" Un detour à la supérette suffirait pour récupérer les précieux bonbons. Mais en attendant, l'intérêt de ma préfète semblait avait été piqué à l'idée d'un artifice de piment vert et argent couché sur le papier.

J'avais sourit de plus belle devant son enthousiame. Elle était devenue soudain lumineuse.. vivante. Elle s'etait éveillée en une fraction de seconde comme si la chaîne qui la retenait avait enfin lâché. Ça me faisait plaisir, bien que j'ignorais pourquoi. Alors, amusée, après avoir effectué le pari de la prochaine couleur qui dechirerait le ciel, j'avais du bout de ma craie commencer à coucher l'encre sur ma feuille.

Quelques courbes abandonnees en un bouquet de nature, des mots me parvenaient agréablement. On aurait dit une enfant, c'était tellement mignon. Le nez relevé un instant vers le ciel pour vérifier la nouvelle teinte lumineuse, sa dernière question m'extirpa, bien malgre moi un pouffement de rire. Un amoureux? Le terme était adorable, mais il me semblait bien qu' en fait il m'était devenu inconnu.

Posant mon pastel au sol, je cherchais une nouvelle fois dans le bordel de mon sac et lui tendait un petit tube en plastique au bouchon rouge. Dedans les paillettes gigottait et se coulaient à la parroi. Rien de magique là dedans. Juste un phénomène naturel: électrostatique. Si j avais bien retenu. Une couleur plus foncée trouvé dans la boîte par la même occasion, j'avais machinalement dodeliner de la tête comme une môme face à une question trop compliqué "Non, je ne crois pas avoir d'amoureux à proprement parlé. Plus maintenant. Par contre, j'ai un tube de paillettes on pourra les rajouter sur mon esquisse quand j'ai terminé si tu veux. Et juste après, je te ferai un schtroumpf. Ca ressemble à un lutin de Cornouaille en vraiment plus mignon et dodu. Ils ont même un bonnet, des gants et un pantalon". D'ailleurs, j'ignorais pourquoi.

Ajoutant un peu de foncé à mes courbes colorées, je lui avais laissé décider pour la fausse poussière d'étoile. Je m'appliquais pour lui faire un rendu correct et lui retournais machinalement la question "Et toi? T'as un amoureux?"
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Ellana Lyan, Mar 16 Jan 2018, 18:43


Au début légèrement ennuyée par la présence de la jeune verte et argent à mes côtés je commence petit à petit à véritablement apprécier sa compagnie. Elle a de drôle de jeux colorés, un sourire facile et un joli carnet. Que fallait-il donc de plus. Le regard brillant je ne la quitte plus des yeux en tentant de découvrir ce qu'elle cache encore de joli en elle. Je passe du magnifique spectacle à son visage en passant par ses doigts contre la feuille en tentant de trouver ce qui est le plus intéressante à regarder entre toutes ces chouettes possibilités. Les feux d'artifices explosent en magnifiques couleurs c'est quand même un spectacle à ne pas louper, mais le dessin sur sa feuille ne sera t-il donc pas plus important au final étant donné sa capacité à nous laisser profiter plus longuement de sa douée ? Quand à la fille si elle n'est pas aussi magnifique que les gerbes multicolore elle à la mérite d'être vivante et donc fatalement très importante.

Incapable de faire un choix, je laisse mes yeux tourner entre les trois en accordant de temps en temps plus d'attention à l'un ou l'autre en fonction de la façon dont ils tentaient de se démarquer. Tu ne connais pas les schtroumpf ? La tête part de gauche à droite avouant mon ignorance. Ce mot à la consonance étrange ne me dit absolument rien, sans doute quelque chose de moldu. C'est plutôt rigolo, il faut croire qu'il n'y a pas que du mauvais chez les êtres dénués de pouvoirs magiques. J'avais commencé à le penser il y avait un petit temps tout de même. Loin de l'éducation ce ceux qui s'étaient longtemps dit mes parents, comme un acte rebelle ou du moins un semblant. Frêle sourire.

Elle invoque mon attente et je m'arme de patience pour répondre favorablement à sa requête. Bientôt le contenu de son sac se retrouve étalé sur l'herbe mais à en déduire de sa mine frustrée elle ne doit pas avoir trouvé ce qu'elle voulait me monter. J'en déduit donc que je peux cesser d'attendre. Elle me promet de m'en apporter la prochaine fois et je bloque sur ses mots. La prochaine fois ? J'aime bien cette formule. Ça veut dire que on va être obligée de se revoir ! Le ton un peu trop enjoué comme si d'un grand malheur je faisait un source de bonheur. Don de l'enfance et le sourire sur les lèvres renait. Parce que je l'aime bien.

Commençant son dessin, elle capte toute mon attention vert la feuille blanche qui peu à peu se rempli de couleur émeraude comme j'aurais tant voulu voir le ciel décoré. Fixant ses doigts avec un silence presque religieux, j'admire son talent parallèle à celui de ma petite sœur de cœur. Elle aussi a des doigts de fées ! La jeune femme me tend alors une sorte de tube transparent dans lequel je peux voir une infinité de paillette. Immédiatement prise d’admiration pour le nouveau trésor, je le prendre entre mes mains comme s'il possédait un valeur inestimable avant de le secouer joyeusement un petit peu pour voir les paillettes danser sous mes yeux. je recommence l’opération plusieurs fois avec le même sourire enfantin avant de m’exclamer : c'est magique !

Elle m'arrache de mon nouveau jouet en me parlant d'amour. Amusée, je l'écoute me raconter un bout de sa vie, tout de même un peu déçue qu'elle n'ai pas vraiment d'amoureux. C'est dommage, t'es jolie. Et oui, il semblait que cela devait aller de paires. Elle me décrit ensuite les schtroumpfs et je l'écoute calmement en tentant de visualiser un lutin de Cornouaille avec un bonnet et un pantalon. Un petit rire m'échappe (alors que la narratrice belge décide de placer un petit lien pour prouver que les schtroumpfs n'ont pas de gants Ange).

La jolie blonde me retourne la question de l'amoureux et je lui offre un sourire mystérieux. J'hésite à lui dire et puis me souvenant de son aveux sans barrière, décide de lui rendre la pareille. Oui... L'image de Kalsi apparait dans ma tête et je souris doucement. Puis une amoureuse aussi ! Alors que Kohane prend place à côté du jaune dans ma tête. Mais ça il ne faut pas le dire. Je laisse un doigt se poser sur mes lèvres. C'est un secret ! Et les yeux retourne vers le ciel au moment où explose un magnifique bouquet de rouge et de jaune. Parfait instant cette fois...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Triste balade, tristes pensées...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 40 sur 41

 Triste balade, tristes pensées...

Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 39, 40, 41  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.