AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur
Page 2 sur 2
Les Chambres
Aller à la page : Précédent  1, 2
Amy Shields
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Les Chambres

Message par : Amy Shields, Mar 8 Déc 2015 - 15:51


Le patron s'approcha d'elle, Amy eut le réflexe de reculer d'un pas. Qu'est ce qu'il lui voulait ? Elle n'avait rien fait de mal quand même ? La jeune femme réfléchit à ses services précédents. Oui il y avait eut des petits mouvements maladroits mais bon quand on commençait c'était plutôt normal. Non, la Poufsouffle ne voyait vraiment pas ce qu'elle avait bien pu faire pour que le boss veuille lui parler en privé. Tandis qu'il s'était avancé, il avait eut l'air d'avoir compris.


Wow... Tu croyais que je voulais...


L'homme eut une grimace de.. dégoût ? Amy haussa un sourcil, se demandant comment elle devait le prendre. Cependant, elle ne comprenait pas très bien cette réaction, elle le laissa cependant continuer.


J'pourrais être ton père... Et encore faudrait-il que je veuille d'un gamin. On va reprendre du début, ce que je voulais dire c'est qu'il va falloir garder tout ceci secret. Je t'ai vu, l'autre jour, quand t'as pris la défense de ce moldu qui se faisait attaquer par un sorcier. T'as eu de la chance qu'il ne soit pas si doué que ça, moi sur le coup j'ai vu au moins une dizaine de manières de te tuer sans efforts...


Elle allait répondre mais le Russe posa son index sur son front et la poussa légèrement. Elle partit en arrière sans pour autant tomber sur le lit. Ca aurait été très bizarre. Avant que la serveuse n'ai eut le temps de dire quoi que ce soit, son patron s'était déjà accroupi près des flammes craquantes dans la cheminée. Il lui dit alors d'un ton plus grave.


Tu étais vachement remontée, quelque chose me laisse deviner que tu n'es pas trop fan des injustices dans le genre. Est-ce que je me trompe ?


Amy tourna la tête en baissant les yeux, les sourcils légèrement froncés. Il ajouta alors en la regardant par dessus son épaule :


... Et des mangemorts aussi, j'imagine ?


La Poufsouffle eut un frisson. Ce nom la répugnait et dès qu'elle l'entendait, elle ne pouvait s'empêcher de frissonner. Pas de peur, mais plutôt de quelque chose comme.. de la haine ? En tout cas, elle se rappelait très bien avoir protéger ce moldu, ses poings se serrèrent. Ce sorciers était vraiment des plus stupide, oser s'en prendre à plus faible que lui, voila bien un facteur de stupidité. Tandis qu'elle se remémorait toute la scène, elle leva la tête et s'approcha su boss toujours accroupis, elle dit alors d'une voix très sérieuse qui n'était pas du tout habituelle chez la jeune femme.


- Vous m'avez vu ? Depuis quand est-ce que je suis observée et par qui ? Je ne pense pas être quelqu'un qui a une vie très palpitante vous savez.


La jaune et noire ne put s'empêcher de sourire, c'est vrai quoi, sa vie n'était que très banale. Son sourire disparut et, elle se remémora alors ce qu'il lui avait dit quelques minutes avant.


- Effectivement, l'injustice me répugne. Et quand bien même il aurait essayé de me tuer, je me serais défendue. Je ne dis pas que je l'aurais vaincu, mais je me serais battue, c'est sur. Pour ce qui est des mangemorts... Je pense que vous savez mon avis sur la question.


Après ces paroles, elle commença à chercher intérieurement le pourquoi du comment on pouvait vouloir la surveiller et qui. Elle n'avait pas grand chose de particulier. Il fallait bien se rendre à l'évidence, sans Rurik pour répondre à ses questions, elle était totalement paumée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Les Chambres

Message par : Invité, Sam 12 Déc 2015 - 20:50



Il n'avait pas assez mis de force dans sa pichenette, afin d'éviter de lui faire mal... Du coup elle ne s'écroula pas sur le lit, les quatre fers en l'air... Beuh, pas drôle.

Le loup-garou laissa son regard plonger dans les flammes de la cheminée : c'était fou comme le feu pouvait être à la fois synonyme de confort et de détente tout comme un signe de destruction, de mort et de catastrophe. Brrr ! Il secoua la tête comme un chien auquel on soufflerait sur la truffe pour l'embêter : s'il devenait philosophique, ça allait mal finir.

- Vous m'avez vu ? Depuis quand est-ce que je suis observée et par qui ? Je ne pense pas être quelqu'un qui a une vie très palpitante vous savez.

Grognant d'un air amusé, le russe songea qu'en effet, au vu de ses observations, la vie de la jeunette était loin d'être très palpitante. Hochant légèrement la tête pour le confirmer à Amy, il la laissa néanmoins continuer : elle avait des choses à dire...

- Effectivement, l'injustice me répugne. Et quand bien même il aurait essayé de me tuer, je me serais défendue. Je ne dis pas que je l'aurais vaincu, mais je me serais battue, c'est sur. Pour ce qui est des mangemorts... Je pense que vous savez mon avis sur la question.

Se passant une main sur le visage, Rurik se promit intérieurement de plonger dans la magie noire pour maudire Elenna sur cinquante générations : pourquoi lui ? Il était tellement plus adapté aux formations ! Mais noooon, il fallait faire dans la finesse et tout alors qu'il avait autant de délicatesse qu'un semi-remorque lancé à pleine vitesse dans une cour de récréation de maternelle.

« Oui je devine facilement ton avis... Et se battre c'est beau, mais encore faut-il savoir se battre efficacement. Crever pour une cause, ça sert pas à grand chose, ce qu'on veut, ce sont des membres actifs et qui veulent faire changer les choses. La chair à canon, on pourra en trouver ailleurs. L'Ordre du Phénix te propose de rejoindre ses rangs, c'est aussi simple que ça. On t'observait depuis un petit moment, les élèves en fin d'étude de Poudlard peuvent s'avérer de bonnes recrues... du moins selon les autres... »

Se redressant pour lui faire face, il croisa les bras, son apparence menaçante ne faisant qu'accentuer l'éventualité que si elle refusait, il allait probablement lui effacer la mémoire... Ce n'était pas faux... Ce n'étaient pas les moyens qui lui manquaient : coup violent au crâne, Oubliettes, Légilimancie. Mais bon, après sa phrase d'observation, il savait qu'il y avait trop peu de chances qu'elle ne refuse.

« Je ne te promet pas que ça sera tout beau ou tout simple... Mais au moins tu pourras agir à nos côtés, faire changer les choses. J'pense que t'as la volonté qu'il faut pour ça. Qu'est-ce que t'en dis ? »

... Puis au pire, s'il se trompait, une victime de plus ou de moins des mangemorts, ce n'est pas ça qui allait changer grand chose. D'un autre côté, Amy n'avait pas l'apparence d'un boutique vide en pleine nuit... Les encagoulés n'allaient donc pas s'en prendre à elle !
Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Les Chambres

Message par : Amy Shields, Dim 13 Déc 2015 - 20:17


Oui je devine facilement ton avis... Et se battre c'est beau, mais encore faut-il savoir se battre efficacement. Crever pour une cause, ça sert pas à grand chose, ce qu'on veut, ce sont des membres actifs et qui veulent faire changer les choses. La chair à canon, on pourra en trouver ailleurs. L'Ordre du Phénix te propose de rejoindre ses rangs, c'est aussi simple que ça. On t'observait depuis un petit moment, les élèves en fin d'étude de Poudlard peuvent s'avérer de bonnes recrues...


Le colosse se releva alors pour lui faire face. Amy ne bougea pas d'un poil, fidèle à ses habitudes de ne pas montrer ce qu'elle ressentait. Et heureusement parce qu'au fond, elle était totalement paumée. La jeune femme ne comprenait pas du tout ce qu'il se passait. Trop de question lui venait : Pourquoi elle ? Qu'est ce qu'elle a de spécial ? Est ce une farce ? Cet ordre existe encore ? Enfin bref, son cerveau était en ébullition. Tout ce qu'elle comprenait c'est qu'on voulait qu'elle rejoigne un ordre pour protéger les civils d'une menace, le genre de chose qu'elle voulait faire depuis toujours. Alors qu'elle cogitait, son patron ajouta :


Je ne te promet pas que ça sera tout beau ou tout simple... Mais au moins tu pourras agir à nos côtés, faire changer les choses. J'pense que t'as la volonté qu'il faut pour ça. Qu'est-ce que t'en dis ? 


Amy n'eut pas besoin de réfléchir pour lui répondre. Ce fut du tac au tac.


- Je me doute bien que ce ne sera pas tout beau tout simple, je ne suis pas naïve, malgré les apparences. Mais consciente du monde qui nous entoure. Et puis ce n'est pas le but. J'accepte donc sans hésitation votre proposition. Faire changer les choses, voila bien quelque chose qui me plaît.


Un sourire apparu sur ses lèvres, mais pas un sourire habituel chez elle, un sourire plus... adulte et mature. Quoi qu'il en soit, elle avait accepté et c'est ce qui comptait. Malgré toute les questions qui lui venait, elle était assez heureuse d'être dans cet ordre, même si elle aurait préféré que le monde sorcier n'eût pas besoin d'une telle association. Elle posa cependant une unique question :


- Qu'est ce que je dois faire maintenant ? 


Effectivement, voila bien une chose qui valait mieux qu'elle sache. Parce que si c'était pour qu'elle ne bouge pas et qu'elle soit inutile, ce n'était pas la peine. Tandis qu'elle attendait la réponse du Russe, Amy soutint le regard de celui-ci, ne laissant paraître aucune once de peur dans le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Les Chambres

Message par : Invité, Lun 14 Déc 2015 - 22:48



Au fur et à mesure qu'il lui parlait, il pouvait sentir l'hésitation et la centaine de questions qui se bousculaient dans la tête de la gamine. Les jeunots avaient toujours une réaction un peu débile : se demander s'ils étaient spéciaux, afin de le nier, et d'ainsi jouer les modestes face à la situation. La vie était faite d'opportunités, les gens qui n'y faisait pas attention n'en voyaient qu'une infime portion.

C'est pour couper court que le russe décida de la forcer à faire un choix immédiatement : et là bingo ! Qui disait que la précipitation menait à l'erreur ? Savoir être alerte et réactif, il n'y avait que ça pour survivre ! Et dans tout ceci, la volonté était un facteur important. Amy en possédait, c'était déjà un bon point. Elenna l'avait un peu forcé pour lancer ce recrutement, car le médicomage avait encore des réserves vis à vis des capacités de la jeunette. Elle avait intérêt à faire ses preuves, ou à s'améliorer bien vite !

- Je me doute bien que ce ne sera pas tout beau tout simple, je ne suis pas naïve, malgré les apparences. Mais consciente du monde qui nous entoure. Et puis ce n'est pas le but. J'accepte donc sans hésitation votre proposition. Faire changer les choses, voila bien quelque chose qui me plaît.

Bien, parfait... L'imposant sorcier hocha lentement la tête, détournant un moment le regard pour réfléchir à la suite des opérations, mais apparemment, il n'était pas le seul à avoir un cerveau fonctionnant plus ou moins normalement :

- Qu'est ce que je dois faire maintenant ?

Quoi ? Devait-il la féliciter d'avoir abordé une évidence ? Bon bon... Du calme... Il ne devait pas commencer à être désagréable parce qu'il ne croyait pas vraiment en elle. Sortant un morceau de papier de sa poche, il le tendit à la serveuse. C'était un mot de la main de sa chef, qui révélait l'emplacement du QG de l'Ordre du Phénix. Cela n'était pas vraiment dangereux de se promener avec ça sur soi, vu qu'une double précaution avait été prise : le contenu de la note ne se révélait qu'aux personnes dont le russe avait la volonté de révéler cette information.

« Tout d'abord, tiens ceci... Lis le, mémorise bien, puis jette le dans le feu. C'est là bas que tu devras te rendre, notre quartier général, en quelque sorte. Pour plus de sécurité je t'y emmènerais la première fois... Disons demain soir après que Shawn soit parti. Trouve une excuse pour qu'il te laisse seule... Ça te fera de l'entraînement au mensonge. »

L'observant à nouveau de haut en bas, cette fois-ci pour la jauger en temps que combattante plutôt qu'en tant que victime sexuelle. Autant cette dernière possibilité l'emplissait de dégoût et garantissait une parfaite sécurité à la septième année (mais juste sur ce domaine, hein...), autant il n'arrivait pas à la voir comme une dure à cuire. Après avoir mis Abygaël dans un sale état pour sa "formation" et après avoir peut être dépassé les bornes en tant que formateur d'Altaïr, Elenna avait probablement décidé de ne plus l'affecter aux entraînements dans le genre... Damn...

« Si t'as d'autres questions importantes, fais vite, j'préfère pas qu'on s'attarde sur ce sujet ici. Il ne manquerait plus qu'il y ait des rumeurs sur le nouveau propriétaire du Chaudron Baveur. »

Grognant d'un air amusé, il songea néanmoins qu'il allait avoir du mal à ne pas faire de cauchemars cette nuit. Sans doute ferait-il un détour par un de ces bars dans lesquels l'on ne se rend pas uniquement pour boire un coup. Mais ce n'était pas le sujet !

Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Les Chambres

Message par : Amy Shields, Mar 15 Déc 2015 - 23:41


Alors qu'Amy venait de poser sa dernière question, son patron s'avança vers elle et lui tendit un bout de papier. Au début, la jeune femme hésita, se demandant bien ce qui pouvait être noté sur ce bout de papier qui avait l'air bien trop normal. Elle finit cependant par le prendre en écoutant les instruction du boss, car elle n'allait pas refuser de prendre le mot sous prétexte qu'elle trouvait ça louche. C'était pas très poli, et puis même, elle se trouvait en présence d'un " collègue ". Logiquement ( je dis bien logiquement ! ) il ne lui ferait aucun mal.


Tout d'abord, tiens ceci... Lis le, mémorise bien, puis jette le dans le feu. C'est là bas que tu devras te rendre, notre quartier général, en quelque sorte. Pour plus de sécurité je t'y emmènerais la première fois... Disons demain soir après que Shawn soit parti. Trouve une excuse pour qu'il te laisse seule... Ça te fera de l'entraînement au mensonge.


La Poufsouffle haussa un sourcil. " S'entrainer " à mentir ne faisait clairement pas partie de ses projets mais bon. Avait-elle le choix ? Avant qu'elle n'ai put ouvrir le papier plié en deux, Rurik ajouta :


Si t'as d'autres questions importantes, fais vite, j'préfère pas qu'on s'attarde sur ce sujet ici. Il ne manquerait plus qu'il y ait des rumeurs sur le nouveau propriétaire du Chaudron Baveur.


Elle eut un sourire amusé à l'évocation de cette idée. Mais il disparut bien vite lorsqu'elle se rendit compte que ça ne ferait pas beaucoup de bien au Chaudron Baveur qui risquait à ce moment là de perdre ces clients. Il valait donc mieux suivre les conseils du patron. Amy ouvrit le mot et mémorisa l'adresse inscrite, un jeu d'enfant pour sa mémoire d'éléphant. Après quelques secondes, la jeune femme se dirigea vers le feu et y jeta le papier. Elle regarda alors le papier se dissoudre sous les flammes de ce feu. Elle n'avait en aucun cas envie d'être comme se papier, dévorée par le feu, par l'ennemi. Ce qu'elle voulait, elle c'était être les flammes qui dévoraient se bout de papier. Enfin bon, elle avait encore du chemin à faire pour y arriver, et elle en avait bien conscience. 
Après que le papier ait disparu, elle se tourna vers son patron.


- Très bien, faisons ça demain. Et vous avez raison, autant ne pas s'attarder ici pour l'instant. J'ai fini le ménage de cette chambre, je rentre.


La petite brune fit un signe de main à son patron, pris le seau et la serpillère qui lui avaient servi juste avant et se dirigea vers la porte. Une fois dans l'encadrement, elle se tourna vers le boss et dit avec un petit sourire en coin.


- N'oubliez pas d'éteindre le feu, je n'ai pas envie de trouver cet établissement en cendres demain. Bonne soirée patron !


Ces derniers mots, comparés au reste de la phrase, avaient été prononcé d'une manière plus enjouée. Amy quitta la pièce en fermant la porte derrière elle. Elle rangea les affaires de ménage avant de sortir du Chaudron Baveur pour rentrer. Qu'est ce qu'on lui réservait ? Très bonne question. Il lui faudrait attendre avant d'avoir une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Les Chambres

Message par : Invité, Dim 20 Déc 2015 - 21:37



~ S'arranger pour être à l'écart avec elle, sans oreilles indiscrètes... Check.
~ Tâter le terrain concernant son point de vue... Laborieux mais check quand même.
~ Lui dire que l'Ordre du Phénix la voulait et lui effacer la mémoire en cas de problèmes... Easy !
~ Lui donner le papier d'Elenna et organiser son arrivée au QG... Done !

Ce rapport des choses masquait tristement la vérité. La prochaine fois, le russe opterait pour une démarche qu'il connaissait très bien et dans laquelle il excellait : un bon coup derrière la tête, dans un sac, et hop au fond du lac QG. On l'avait accepté en tant que médicomage pour les besoins de l'Ordre, et aussi pour sa carrure de grosse brute qui brise des crânes à mains nues, même si cela n'avait pas été dit clairement. Pas pour faire la causette... Il n'avait aucun tact et ça pouvait être très problématique... Comme quand on le laissait annoncer les mauvaises nouvelles à Sainte-Mangouste.

- Très bien, faisons ça demain. Et vous avez raison, autant ne pas s'attarder ici pour l'instant. J'ai fini le ménage de cette chambre, je rentre.

Acquiesçant d'un mouvement de tête, le mafieux la laissa s'éloigner : il n'était que son patron, et ce depuis peu, ils ne devaient pas se rapprocher trop vite, pour ne pas attirer les soupçons. Il se rappelait très bien avoir complètement ignoré Alexander et Elenna en les croisant lorsqu'il était passé au Ministère pour un autre dossier d'idiot qui avait gardé une créature interdite et s'était retrouvé à moitié mort. Mais c'était pas plus mal de ne pas sauter les uns sur les autres comme des adolescentes se retrouvant après deux semaines sans se voir, dans des gloussements à le faire mourir d'exaspération...

- N'oubliez pas d'éteindre le feu, je n'ai pas envie de trouver cet établissement en cendres demain. Bonne soirée patron !

Grognant légèrement pour lui dire (gentiment, bien évidemment -enfin, autant que possible...- ) de se barrer avant qu'il ne la cogne. De une ces cheminées étaient parfaitement construites pour empêcher le foyer de transformer l'établissement en cendres... Et de deux, il n'était pas stupide ! Les dernières paroles de la jeunette lui donnèrent quelques frissons de dégoût qu'il parvint néanmoins à retenir jusqu'à ce qu'elle ne referme la porte. Elle avait utilisé exactement le genre de ton qui laissait de gros soupçons sur leur relation... Si elle continuait comme ça, il faudrait qu'il la rappelle à l'ordre, ce n'était pas un jeu ! Et puis... "patron"... Ses sbires russes l'appelaient parfois comme ça, ou parfois "chef"... Sauf qu'il s'agissait en général de gars bien rodés aux dangers de la vie de hors-la-loi des criminels endurcis ou des lâches dont l'efficacité était alimentée par la volonté de survivre.

Bon, il faudrait s'y faire. Le regard plongé dans le feu depuis déjà quelques instants, il songea tout de même à l'éteindre, vu qu'il n'allait pas rester. Les flammes s’éteignirent avant même que sa main n'effleure sa baguette accrochée à l'arrière de sa ceinture... ses doigts à une vingtaine de centimètres. Haussant les sourcils, il regarda rapidement autour de lui, le poing serré : personne. Haussant les épaules, il sortit également : la soirée était presque terminée pour lui, autant se dépêcher de régler ce qu'il restait à faire.



[ Fin du RP ]
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Les Chambres

Message par : Ashton Parker, Lun 27 Juin 2016 - 18:15


PV Heather Wells - Suite de ce RP

Déjà qu'il était bien avant d'arriver au Chaudron Baveur, Ashton s'était enfilé un Sex on the Glade qui n'avait pas spécialement amélioré son état. Enfin lui et la retenue ça faisait dix, ou douze, il avait un peu de mal à compter avec tout l'alcool qu'il avait dans le sang. D'un autre côté, Heather était quand même pas vraiment mieux que lui et il n'était pas certain qu'elle ait fait le rapprochement avec le gars qu'elle connaissait. Mais elle restait une fille plutôt jolie avec laquelle il était bien parti pour conclure avant la fin de la nuit donc il fallait bien en profiter. Ainsi, après un moment de flirt plus ou moins subtil de leur part à l'un et à l'autre, ils finirent par libérer le comptoir, certainement au grand soulagement du pauvre serveur qui se trouvait là.

Cependant, étant donné qu'il était hors de question de ramener la jeune femme chez lui ou inversement, surtout en sachant que des chambres étaient à disposition à l'étage de l'établissement, les deux sorciers se contentèrent de monter. Sans avoir le temps de mesurer ce qui était en train de se passer, Parker se retrouva sur un lit, torse nu et avec une Wells qui l'embrassait comme s'il était le premier mec qu'elle voyait depuis des mois. Après quelques instant, il se retourna afin de se retrouver au-dessus de la Serpentard puis entreprit de lui retirer son haut. Le Métamorphomage embrassa sa conquête du soir puis descendit petit à petit, cela ne sembla surprendre ni lui ni elle que ses cheveux clignotent en passant du bleu au vert, parfois repassant par leur couleur normale.
Revenir en haut Aller en bas
Heather Wells
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Chambres

Message par : Heather Wells, Sam 30 Juil 2016 - 0:31


Je fais avancer le rp histoire qu'on le termine, dis moi s'il faut que je modifie

La rousse ne resta pas très longtemps dans cette position. D'un coup de bassin, l'homme renversa la situation et ce fut au tour de sa robe de voler à travers la pièce, libérant une poitrine assez généreuse et dévoilant un ensemble en dentelle assez sympa. Le bel inconnu reprit alors les échanges de baisers fougueux.

Mais Heather n'avait pas très envie d'attendre, elle voulait passer aux choses sérieuse directement. Zappant l'étapes des préliminaires, la rousse entrepris de faire valser le peu de tissu qui restait sur le corps de son apollon du vendredi soir. Elle était tellement concentrée sur sa tache que les cheveux clignotant de l'inconnu ne la choquèrent même pas. Peut-être même qu'elle n'avait pas remarqué.

Les choses s'accélérèrent pour le plus grand plaisir de l'un comme de l'autre. Cela dura assez longtemps, du moins ils en avaient eu l'impression, avant que l'inconnu de finisse. La Garde Chasse était déçue, c'était pas galant de finir avant elle. Alors qu'elle allait se plaindre sur ton de taquinerie, quelque chose fit tilt dans son cerveau, comme si la dernière pièce du puzzle venait d'être assemblée. Sans doute l'alcool avait commencé à redescendre.

L'Irlandaise se recula brutalement en poussant un hurlement. Elle venait de se rendre compte de son erreur, erreur qu'elle avait faite avec nul autre que Parker, qu'elle n'aimait vraiment pas. Elle savait au plus profond d'elle que lui l'avait reconnue, mais il n'avait pas hésité à la mettre dans son lit.

- P*tain mais t'aurais jamais dû faire ça Parker ! le menaça-t-elle. Modifier ton apparence pour coucher avec moi, tu vas le payer cher !

Mais là tout de suite, elle était trop choquée pour entreprendre une quelconque revanche. Elle se contenta d'enfiler sa robe sans même remettre ses sous-vêtements, récupéra ses affaires et s'enfuit dans la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Les Chambres

Message par : Ashton Parker, Dim 31 Juil 2016 - 19:39


Tout se passait très bien, les deux sorciers se trouvaient dans une chambre du Chaudron Baveur et le moins que l'on puisse dire c'était que l'ambiance était plutôt chaude. Wells semblait apparemment être en manque puisqu'elle pris les choses en main afin de faire avancer tout ça. Puisque malgré son sale caractère elle était loin d'être moche, Ashton n'était pas contre l'avancement de la situation. Bon, il fallait admettre que l'alcool avait probablement aussi aidé, c'était évident que sobre il n'aurait rien tenté avec Heather. Bah oui ce genre de fille en général il s'en tenait le plus loin possible.

Une fois l'action terminée et tous les deux écartés légèrement l'un de l'autre, la garde-chasse poussa un hurlement si bien que le sang-mêlé se retourna brusquement en pensant qu'il devait y avoir une bestiole sur le mur ou quelque chose dans le genre. Mais rien, c'était assez étrange et Parker ne comprenait pas vraiment. On aurait dit qu'Heather venait d'avoir la révélation de sa vie et qu'elle se rendait compte que son sombral était en réalité un hippogriffe.

- P*tain mais t'aurais jamais dû faire ça Parker ! Modifier ton apparence pour coucher avec moi, tu vas le payer cher !

Comment ça modifier son apparence ? Il était tout ce qu'il y avait de plus Ashton ce soir, ce n'était pas de sa faute si elle avait tellement bu qu'elle n'était pas capable de reconnaitre les gens avec qui elle couchait. En plus ça lui allait bien de s'en rendre compte une fois qu'ils avaient fini, c'était un peu abusé de sa part. Certes, en étant un peu alcoolisé l'ex-Gryffondor n'était pas certain d'avoir gardé une apparence parfaitement stable toute la soirée à cause de son don de Métamorphomage mais l'autre devait être sacrément bigleuse pour ne pas s'en être rendue compte. Puisqu'elle quittait la pièce, il ne prit même pas la peine d'argumenter et se contenta de se recoucher puisque de toute manière il squatté la chambre alors autant qu'il en profite.

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Jana Winslaw
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Chambres

Message par : Jana Winslaw, Dim 9 Oct 2016 - 11:21


[PV avec Tinamour et accord pour son LA. SNIP SNIP.]

C'est armée de ta baguette et de tout ton fatras pour faire le ménage que tu pénètres la chambre n° 07 du Chaudron Baveur. Toi, Jana Winslaw et ta sémillante (haha, elle est plutôt flippante, en fait) patronne, Tina Boccini, êtes en mission. Quand tu passes le seuil de la chambre, tes yeux s'écarquillent. T'es pas une fille sensible. Mais là, c'est pas possible. Des crétins trop alcoolisés pour rentrer hier soir ont ravagé la chambre. Les meubles sont retournés. Le lit est éclaté. Mais que s'est-il passé ici ? Tu ne le sauras jamais parce qu'ils ont évidemment filé à l'aube sans laisser d'adresse. Tout ça, ça te donne envie de leur faire snip snip. Tu as un sourire un peu cruel en te disant que si la patronne, qui est à tes côtés, les retrouve, ils passeront un sale quart d'heure.

T'aimes bien Tina. Elle est sacrément impressionnante, quand même. Très belle aussi. Pas le genre de femme dont les intentions sont particulièrement bonnes. Pourtant, elle est une des rares à avoir compris ta situation quand tu lui a exposée. Elle n'a pas trop posé de questions à ton embauche et depuis, elle te laisse bosser. Tant que tu fais ton travail, elle ne te dit rien et te verses ton salaire en fin du mois. Exactement ce dont ton esprit indépendant a besoin. Tu soupires. Actuellement, ton travail, c'est de réparer les conneries des autres. Pas exactement ce pour quoi t'as signé. Mais comme c'est toi qui leur a loué la chambre...Ben, t'es responsable. En plus, heureusement que tu t'es pas trop étendue sur les détails. T'étais un peu bourrée, toi aussi, hier soir. Les clients qui t'offrent des verres, tout, tout ça. Du coup, même s'ils étaient devant toi en ce moment, tu serais sûrement pas foutue de les reconnaître...

-Va falloir s'y mettre.

Tu relèves tes manches et attrape ta baguette. Un simple Recurvite ne suffirait pas. Il y a des choses cassées et il faut les réparer une à une. C'est d'un pas décidé que tu te diriges vers le premier truc en morceau que tu croises. Le vase de la table de nuit. Ah, bah, faut réparer la table de nuit, d'abord. Allez, un #Reparo. Tu regardes la table s'assembler sous tes yeux. Loué le sorcier qui a fixé la majorité sorcière à 17 ans. Tu pleurerai si tu avais dû faire tout ça à la main. Allez, le vase maintenant. Il se reconstitue sur le sol et tu le replace sur la table. Tu l'arrange un peu, soucieuse du détail. Tu sais que la patronne ne supporte que la perfection.

Deux ou trois autres objets en vrac y passent. Beurk. Tu grimaces en découvrant des trucs dégueu' dans le coin de la chambre. Ils avaient même pas réussi à vomir dans la salle de bain. Merlin. La salle de bain. Tu y avais pas pensé. Ta grimace repart de plus belle. Lassée, tu t'assieds sur un coin propre du sol et tu vises tour à tout le mobilier pour le réparer. Un soupir résigné s'échappe de ta gorge. Tu tuerais pour une potion contre le mal de crâne et un whisky. Soigner le mal par le mal. Encore.

- Je suis désolée, patronne. J'aurai dû m'assurer qu'ils allaient pas foutre ce b*rdel avant de leur donner les clés de la chambre.

Tu la regardes timidement, espérant qu'elle ne va pas te virer après cela. T'as vraiment besoin de ce job. C'est le seul argent qui ne vient pas de ta famille. Si tu veux avoir un jour la chance de faire ce qu'il te plaît, tu en économise soigneusement chaque noise. Alors, vraiment, il faut pas qu'elle te foute dehors. Tu sais bien que la dernière chose à faire, c'est la supplier alors tu n'ouvres pas la bouche. C'est pas comme ça que tu vas l'apitoyer. Ta seule solution, c'est de réparer tes bêtises.

-Après avoir fini, on les retrouve et on les éclate. Je lance particulièrement bien les Electrocorpus. Et ensuite, snip snip.

Snip snip. Cette expression dont vous devinerez sûrement le sens en réfléchissant un peu, tu l'adores. Tu l'as sorti un soir où des clients te draguaient un peu trop. T'éclates de rire, même si tu sais que t'es dans la panade. Revigorée, tu lances avec un peu plus d'enthousiasme tes sortilèges ici et là. Tu espères quand même que la patronne appréciera un peu ton humour. Si cela pouvait arranger un peu ton cas...
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Les Chambres

Message par : Valentina Boccini, Mer 12 Oct 2016 - 13:04



____________________


Je nous vois danser au ralentis sur du rub a dub. Il y a du sang sur mes doigts, mes poignets et mes lèvres enflammées. Il y a du sang partout, sur le comptoir, les chaises et les rideaux. Sur les verres, dans les bouteilles, sur les tapis. Dans les journaux, dans le regard des gens. Du sang. Du sans pitié. J'ai envie de mordre la douleur, de l'anéantir, mais c'est elle qui me tenaille, me prends entre deux murs. Nous ne sommes pas de bonnes copines, elle et moi. Pourtant on se côtoient depuis des années, des millénaires. Comme une petite éternité. Alors je suis là, les coudes sur le bois, le cristal dans la paume. Le regard dans le noir, dans le jour. Plus personne ou presque. Un calme brûlant, qui déchire, qui démonte, qui donne envie d'hurler et de casser.

Puis la petite, les genoux blancs, les cheveux roux, et la voix sortie d'un autre monde, comme sortie d'une cuite qui a duré deux ans. Une histoire de crasse, de sueur de sexe et de sang. Lui encore, tenace compagnon. J'ferme les yeux une fraction de seconde, un peu calme un peu vide. Je hoche la tête, attrape ma baguette en bois d'if posée devant moi. Je la suis, cette enfant. Elle a ce quelque chose que j'avais aussi, une force fragile, qui cache et qui murmure, comme un secret enfouis sous un foutu sourire qui vous fait frissonner. Alors que oui, sur nos bras frêles pèsent un monde entier, un monde complet.

Et puis la crasse, comme une cage aux barreaux rouillés, une saleté de prison aux murs auréolés, par les saints et les seins, les fous et les folies. Comme un retour en arrière, et les draps déchirés, les draps tâchés qui traînent aussi brisé que mon esprit. Oh allez, le côté contre la porte, je la laisse faire. A chacun sa m*rde. Moi je suis au-dessus, pas d'elle, pas des hommes, mais de la hiérarchie, j'ai posé mon postérieur sur le podium et j'ai des laisses dans les mains, des gamins que j'aime bien. Elle finit assise, a marmonner des excuses et des poèmes. Ce n'était pas un poème ? J'en voudrais un moi, en vers, comme ceux de mon frère, qui dansent dans le ciel pâle et qui a du sens, pas comme cette immensité. Un poème tendre, une belle lettre d'amour, le vrai le grand, celui que l'on ne voit que dans les romans.

Pas un poème, non. Un mot, ou deux, au carré, pour plus d'efficacité.
- Après avoir fini, on les retrouve et on les éclate. Je lance particulièrement bien les Electrocorpus. Et ensuite, snip snip.

J'ai ce petit sourire, celui qui veux dire d'accord, j'accorde, j'accepte, je tolère. Mais pas celui du pardon, celui du je m'en fous, fais ce que tu veux, ce qu'il te plait, sers les clients, nettoie la chambre et tu seras payée, moi je suis là pour vous superviser, je suis là pour veiller, pour boire aussi. Pour le goût du sky dans ma gorge et l'ambre sur les lèvres roses. Et si les continents plongent ? Je griffe le vide et puis reste là à hocher doucement la tête.

- Compte pas sur moi pour t'aider à nettoyer ce bordel. je vois bien qu'au fond elle tremble. le taffe tu vois. T'inquiète pas, tu pouvais pas savoir. C'est qu'une chambre, on en a d'autres.

Allez je me décale, et il y a ce fauteuil, bien propre bien neuf, sur lequel je pose mon séant, et je plonge mon regard océan dans les siens si brillants. On est de ces lueurs qui éclatent la rétine, qui font cramer les gens normaux et fades, comme une rupture dans le solo de guitare, qui reprends et flambe. De ceux qui te font danser les yeux fermés, les bras en l'air, et la musique qui tremble et qui pulse, qui fait vibrer l'univers.

Des questions qu'on ne se pose plus, des idées reçues balancées aux flammes d'un été disparu. le froid qui ronge, ronge.

- Le désordre est une preuve d'inconscience. Quand on sait pas trop où on veut aller et qui on est. C'est là qu'on sait plus ranger. Seconde raison de ce cataclysme : le sexe. C'est pour ça qu'elles sont là, ces chambres. Parce que les gens s'envoient en l'air pour oublier les flambeaux, les drapeaux. On fait comme on peut, gamine.
Revenir en haut Aller en bas
Jana Winslaw
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Chambres

Message par : Jana Winslaw, Jeu 22 Déc 2016 - 17:32


Avec beaucoup de retard.
Amour <3


Ta patronne est là, posée royalement sur un fauteuil bien classe. Perfection dans cette scène de désolation. Comme si le désordre autour ne la dérangeait pas le moins du monde, comme si le calme s'était invité discrètement au milieu de tout ce bordel. Elle est là, juste là. Sa présence n'a pas de sens. Un instant figée par la vision, tu te reprends. Vos regards se sont croisés. Tu l'entends à peine quand elle t'expose ses explications sur le désastre qu'est devenu la chambre n°7. Tout ça t'énerve.  Le sexe, l'abandon, l'inconscience. Les gens font ce qu'ils veulent mais pas quand toi, tu dois nettoyer derrière.

Plus question de badiner, l'heure est aux choses sérieuses. Tu es toujours assise en tailleur au milieu de cette pièce et t'as réparé tout ce qui était cassé. Tu lances un #Recurvite sur la pièce, espérant que les trucs crasseux dégagent. T'as jamais fait le ménage, t'es pas très douée pour ça. Pourquoi s'embêter avec le ménager quand on a un Elfe ? Peut-être que Tina a raison. Peut-être que si tu sais pas ranger, c'est parce que t'es paumée. Paumée. Voilà un adjectif pour te décrire. Tu sais pas ce que tu dois faire de ta vie. Le sauras-tu vraiment un jour ? En attendant, la chambre reprend son apparence, tout reprend sa place. Sauf vous deux. Vous n'avez pas de place et tu l'as bien compris. Ni l'une ni l'autre. Vous avez une place dans la société, un métier, une famille. Mais ce n'est pas votre place. Parce que vous êtes de ces personnes libres qui ne tiennent plus en place.

Tu retournes la tête vers la patronne. Mais qu'est-ce que vous foutez ici ? Pourquoi vous êtes ici, à nettoyer des trucs qui servent à rien, à servir des clients ?

-Vous avez jamais eu envie de partir ? De tout plaquer là, comme ça ? Je veux dire...Perso, c'est pas ma place ici. Je trouverai jamais de place nul part. Alors, je me la fais ici. Mais c'est pas ma place. Du coup, des fois, j'ai envie de me tirer loin, le plus vite possible.

T'es pas très claire. Peut-être que Valentina ne comprendra pas. C'est pas très grave. Tu sais qu'elle ne t'en tiendra pas rigueur. Tout ce que tu veux, c'est une réponse. Quelqu'un qui comprendrait ton mal être même si elle ne le ressent pas. Quelqu'un à qui tu pourrais t'identifier. Quelqu'un pour te guider, te montrer. Pas te montrer ce qu'il faut faire ou pas. Pas te dire bêtement comme tu dois vivre ta vie. Quelqu'un pour te tenir la main, pour te dire que c'est pas grave si t'es pas rangée à ta place. Quelqu'un pour te dire que ce n'est pas grave si t'es une étoile dans une boite rectangulaire.
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Les Chambres

Message par : Valentina Boccini, Sam 14 Jan 2017 - 15:18


____________________


-Vous avez jamais eu envie de partir ? De tout plaquer là, comme ça ? Je veux dire...Perso, c'est pas ma place ici. Je trouverai jamais de place nul part. Alors, je me la fais ici. Mais c'est pas ma place. Du coup, des fois, j'ai envie de me tirer loin, le plus vite possible.

Si. J'ai été une adolescente, moi aussi. Pleine de doutes, de rancoeur et de douleur. Perdue dans un monde beaucoup trop grand pour moi, je ne faisais qu'accumuler les regrets, les lèvres serrées, pour ne pas perdre la notion d'existence. Mais la question perdurait, inévitable. Exister pour quoi, pour qui ? Les déroutes s'enchaînaient, la magie m'échappait. Je n'en saisissais plus la teneur. Fallait-il la faire croître ou l'éteindre à petit feu ? Y avait-il un endroit sur cette Terre où je pourrais être heureuse sans avoir à faire semblant d'être une autre ? Un jour se lèverait-il pour que je sois heureuse, tout simplement, sans avoir à me sacrifier sans cesse pour des causes que je ne comprenais pas, dans un univers qui ne me plaisait pas ? La réponse avait longtemps était non.

Puis j'avais vieillis, grandis, mûris.
De l'adolescente bafouillant l'anglais j'étais devenue une sorcière accomplie, douée de la baguette, révoltée par une galère que je ne tolérais pas. J'étais un combattant et le poing serré, j'évoluais à travers les ronces sans voir mon sang couler. On m'avait enlevé tout ce qui avait la moindre importance pour moi et ne me restais que la colère et l'amour des autres que j'entretenais. L'amour de l'humain. Du loup. Du pigeon... ? livina forever.

- Je suis partie, Jana. Pendant cinq longues années, je n'ai fait que vagabonder à travers le monde avant de comprendre que ma place n'existerait pas tant que je ne me la serais pas construite moi-même.

J'avais écrit à Renata, devenant professeur, un emploi stable et bien rémunéré, pour m'établir ici une vie qui me conviendrais enfin. La lutte n'était pas achevée et je donnais encore beaucoup de moi pour avoir un jour la chance de n'être qu'heureuse, tout simplement. Pour fermer les yeux et les rouvrir sans craindre la journée que je passerais. Azphel avait été un des piliers de ma reconstruction. L'Homme ne peut avancer sans l'Homme.

Je me levais du fauteuil, telle Poséidon fendant les flots. Je m'approche de la bouille d'adolescente qui est ma stagiaire; elle a les yeux pourfendeurs d'espoir, les cheveux brisant une candeur encore enfantine. Les plus grandes femmes ne naissent pas dans les roses, elles se relèvent du champs de bataille.

- On ne se construit pas seule. Parfois, on a besoin d'avoir quelqu'un sur qui prendre appuis.

Et pour éclairer mon propos, en guise de promesse implicite, je lui tendais la main pour l'aider à se relever.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Les Chambres

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2

 Les Chambres

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.