AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 7 sur 7
Balade entre amis
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Amortencia Lovegood
Gryffondor
Gryffondor

Re: Balade entre amis

Message par : Amortencia Lovegood, Mar 18 Avr 2017 - 21:17


Espoir.

C'était le mot. Celui qui correspondait à ce que j'avais de plus cher en ce moment. Celui qui n'allait pas me faire passer pour une folle. Celui en qui je croyais. Sourire. Ca allait avec. C'était un ensemble. Car l'espoir était positif. Comme moi. Il ne l'est pas toujours. Mais en cet instant, il le fût.

Et pour finir,
Souvenir.
Car j'espérais
Que malgré le temps,
M'oublier,
Ne durerait qu'un instant.

J'eus raison. Le souvenir remonta sa mémoire. Mais il ne s'exclama pas. Il ne sourit même pas. Il semblait déçu. N'était-ce pas un bon souvenir ? Ne m'avait-il pas appréciée enfant ? Mon sourire se dissipa un peu face à cette réaction, bien que toujours présent.

- Oh... Amortencia. Je me souviens maintenant.

Sa voix était basse. Peinée. Triste. Maussade. Que s'était-il passé ? Il y a quelques années, il était joyeux. Heureux. Amusant. Marrant. Je n'eus pas le temps de dire quoi que ce soit qu'il reprit la parole. Avec cette même voix. Tragique.

- Beaucoup de choses ont changé depuis...


Il ne croyais pas si bien dire. Tout avait changé. Plus rien n'était pareil. Pourquoi ? Parce que l'on grandit. Que l'on prend conscience de certaines choses. De la vie. Ses côtés positifs. Mais eux, on les connaissaient déjà presque tous. Puis il y a ses côtés négatifs. Ceux-là vous tombent dessus d'un coup. Alors que vous n'aviez rien demandé. Que vous pensiez que " La vie est belle" et pas seulement parce que c'est le titre d'un film, mais parce que c'est que l'on vous a toujours dit. Ce que l'on vous a toujours fais croire. Mais nos paternels ont tort de nous le faire subir. Ce mensonge. Car la vie nous tombe dessus à un moment ou un autre. Ce n'est pas leur protection qui y changera quoi que ce soit.

Puis l'on prend conscience de la mort. Pour certains, vous comprenez simplement petit à petit, avec de l'aide, ce qu'elle est. Cette réalité tragique. En ce qu'elle parait. En ce que la société du monde nous a dit. Peut-être que la mort est quelque chose de magique. De magnifique. De merveilleux. Mais qui pourrait le dire ? Personne n'en revient jamais.
En ce qui me concerne, la mort m'est tombé dessus aussi rapidement que la vie. Parce qu'elle ne devait mériter de vivre. Ma mère est tombée malade. Et personne ne me l'avait dit. Personne n'a eu ce courage. On a dû penser que " la petite n'a pas besoin de savoir", qu'il faut "la protéger". Raté. Je n'étais pas plus protégé. Mais ça les rassuraient, eux. Ils se protégeaient eux-mêmes. C'était cruel. Egoïste.
Puis vient la mort. Et comme l'on ne pouvait plus me le cacher. Et bien l'on a dû me raconter toute l'histoire. D'un seul coup. A neuf ans. C'était violent. D'une violence morale que personne ne devrait subir. J'étais jeune. Trop jeune...

Mais avec les années, le sourire revient. Les fossettes se redessinent. Et l'on apprend à aimer la vie à nouveau. A l'accepter. Puisque de toutes façons, on a pas le choix. Il faut vivre. Et résister.

- Oui, je m'en doute ! De mon côté aussi !, dis-je avec le plus petit rire de tous les temps. Alors qu'est-ce que tu deviens ?

Je m'assis à côté de lui gentiment. Et j'essayai de lui soutirer un sourire. Je ne faisais même pas ça pour le mettre dans l'obligation d'être mal à l'aise. Mais je sentais en moi comme le devoir de lui faire remonter peut-être les bonnes choses de son enfance qu'il avait apparemment retiré de sa mémoire. Manque plus qu'à accomplir ce devoir.

Espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Dyerwolf Slyce
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balade entre amis

Message par : Dyerwolf Slyce, Lun 24 Avr 2017 - 19:49


- Oui, je m'en doute ! De mon côté aussi !

Dyerwolf avait écouté à demi-mots l’étudiante qui venait de s’assoir à côté de lui. Apparemment elle avait gardé toute la proximité qui devaient les lier durant leur enfance, même après toutes ses années.
Pourtant, sur ces quelques mots, elle venait de partager inconsciemment son histoire, son habituel ton enjoué laissant place à un rire faux, calme.
Il y avait visiblement chez la jeune femme, tout comme chez Dyerwolf, une histoire qui la hantait de temps à autre.
Mais son caractère différait bien de celui du jeune homme. Il y avait en elle une certaine folie, de l’allégresse, du bonheur voire même de la confiance.
Comment avait-elle pu retrouver ces sentiments dont il était maintenant privé depuis si longtemps.
Le jeune homme se mit à voir Amortencia comme un Espoir. L’espoir d’une soif absolue, aveuglant les constances, le faisant perdre pied à ce qui a été.

Mais il n’est maintenant qu’un colosse au pied d’argile, une poupée au cœur fissuré, suspendu au-dessus du vide sur un fil d’araignée.
Certes, il avait bien fait une rencontre dès son premier jour, lui permettant de dessiner ses rêves à petites doses, l’espoir de sa propre vie, mais seul l’imagination semblait étendre ce ressentiment. Il ne l‘avait plus croisée, replaçant le jeune au centre de ce fil qu’il devait traverser pour enfin respirer.

- Alors qu'est-ce que tu deviens ?

Silencieux de longues minutes, Dyerwolf sortit de ses songes, et accepta de partager la conversation que venait de commencer la jeune femme.

    - Je commence mon année à Poudlard, me voici maintenant ici, à l’aube d’une nouvelle vie.

Son ton était morne, éteint. Il aurait préféré rester seul encore un moment, perdu dans ses pensées.
La jeune femme pouvait-elle réellement symboliser l’espoir ? Ou le sous-entendu qu’elle venait de glisser n’était-il qu’une petite histoire d’adolescente sans intérêt. Il fallait qu’il le sache, Espoir ou Futilité.

    - Eclaire moi… quel changement as-tu connu ?
Revenir en haut Aller en bas
Amortencia Lovegood
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balade entre amis

Message par : Amortencia Lovegood, Dim 4 Juin 2017 - 20:03


HRPG:
 

Ses longues minutes de silence me laissait perplexe, ne voulait-il pas me voir ? Etais-je un mauvais souvenir ? Pendant un isntant, j'eus peur que ma question passe à la trappe, mais il finit par finalement répondre à la question :

- Je commence mon année à Poudlard, me voici maintenant ici, à l’aube d’une nouvelle vie. Eclaire moi… quel changement as-tu connu ?


Qu... QUOI ??!

- Poudlard ?!! Mais... tu es un sorcier maintenant toi ?!


Youps... Faute de m'être emballée, j'avais crié cette phrase sans aucun scrupule. Précipitant mes mains sur ma bouche et regardant autour de moi, je poussai un soupir de soulagement lorsque je vis que personne n'était à l'horizon. Je me reconcentrai alors sur Dyrewolf lui-même.
Et puis, je repensais à sa réponse, " A l'aube d'une nouvelle vie" , que voulait-il dire par là ? Son ancienne vie n'était-elle pas agréable ? Mais il m'avait lui aussi poser une question, une question à laquelle je me devais bien de répondre après toutes ces années...

- Sache que je suis moi aussi une élève de Poudlard, à Gryffondor plus précisément, dis-je en exposant fièrement mon blason, ce fût le plus grand changement de ma vie, mais...

Je marquais une pause. Je redoutais la suite de cette phrase, et la terminer me semblait improbable, il le fallait bien pourtant . Pas pour lui. Pour moi. C'est MA vie, elle ne devrait pas être si difficile à exprimer. Pourtant, rien que l'idée d'y penser me torture. Il est temps de sortir du courage de cette toute petite tête. Touts nos actions dépendent de notre force psychologique après tout, c'est la volonté mentale qui fait tout le reste, non ?

- Mais, ma grande soeur est partie de chez moi aussi et...l'année après notre rencontre, ma mère est décédée d'une maladie.


Je baissais à présent la tête. La larme prête à couler. Mais il ne fallait que personne ne me voit ainsi. J'avais pour habitude de cacher mes douleurs et de respirer la joie, afin de toujours réussir à avancer dans ma vie, sans que le passé ne l'interfère jamais.
Et puis, avant d'écouter sa réponse, je la relevai, souriante.

Sourire à moitié forcé malgré tout...

Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)


Re: Balade entre amis

Message par : Elly Wildsmith, Jeu 6 Juil 2017 - 21:08


Etrange filature, avec EW amour Eliott West

Pas de réponse depuis plus d'un mois, si soucis me MP Smile

Une surveillance. Elle était venue au bureau ce matin comme tous les matins pour finalement en ressortir pour commencer une filature. Elle venait de recevoir sur son bureau un dossier concernant un ex-détenu d’Azkaban, qui, après avoir passé 5 ans dans la prison lugubre, venait d’en sortir. L’auror soupira en sortant de son bureau, navrée de devoir sortir par la chaleur accablante qui commençait déjà à poindre alors que pourtant, il était encore tôt.

Elle avait eu l’information par un informateur qui tenait à rester secret, aussi ne fut-elle pas vraiment ravie de sortir pour aller confirmer – ou non – l’information. Et si celle-ci était confirmée, alors elle aurait tout le loisir de voir si cet ancien détenu faisait des actions illicites – ou s’il était plutôt clean, ce dont elle doutait fortement.

Vu la description qu’elle avait eu dans le dossier, elle ne devrait avoir aucun mal à le trouver. La chaleur aidant, il était probable que, comme elle, l’homme qu’elle recherchait soit en tee-shirt et que les tatouages qu’il avait aux avant-bras soient visibles. Elle arpentait les ruelles de Pré-au-Lard quand soudain, au détour d’une énième rue, elle le vit. L’auror retint un sourire de naître tant elle remerciait son indicateur. Les informations intéressantes se faisaient rares, autant dire que la jeune femme était ravie.

Elle suivait, tranquillement cet homme. Vêtue simplement d’un short en jean et d’un débardeur de couleur blanc, elle avait glissé sa baguette sous ses vêtements le long de sa hanche. Prête à servir, dans le cas où, l’homme en filature ou quelqu’un d’autre, tenterait quelque chose d’idiot. Parce que Pré-au-Lard ou pas, les mages noirs se cachaient partout.
Revenir en haut Aller en bas
Elliot West
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: Balade entre amis

Message par : Elliot West, Jeu 6 Juil 2017 - 21:53





Il faisait chaud. Extrêmement chaud. Quelle idée j’avais eu de mettre un jean et un t-shirt noir aussi. Bien que les manches étaient courtes, cela ne suffisait pas à me garantir une chaleur supportable, bien au contraire. Et puis sérieusement, pourquoi sortir maintenant ? Bon ok j’avais un rendez-vous assez important avec une ancienne connaissance, mais sérieusement, on aurait pu fixer une heure tardive, histoire de profiter de la fraicheur nocturne…

Je marchais tranquillement dans les rues de Pré-au-Lard, tout en jetant de temps en temps un petit coup d’œil aux alentours histoire de voir si j’étais suivis ou pas. J’avais développé une sorte de paranoïa assez sévère. Il le fallait parce que dès lors que vous aviez fait un passage à Azkaban c’est un peu comme si le monde entier vous épiait. Vos moindres faits et gestes, même chez vous. Rien n’était sûr.

C’est d’ailleurs grâce à cette parano que j’avais remarqué la femme en short et débardeur non loin de moi. Elle semblait feindre une balade mais sa façon de se déplacer, jamais trop proche de moi ni même devant moi, c’était étrange. Eh Mer**, va falloir que je trouve un moyen de la perdre. Et vite parce que l’heure de mon rendez-vous approchait et que je n’étais plus très loin du lieu convenu.

Sans plus attendre, j’accélérai la cadence sans pour autant courir, de manière à pouvoir bifurquer dans la prochaine petite ruelle et disparaître. Une fois dans cette fameuse ruelle, quelques passants s’y trouvaient, mais rien de quoi se cacher. Je me mis alors à courir et me glissa dans un espace entre deux bâtiments. Peu probable qu’elle m’ait vu me mettre là-dedans. Je n’aurais donc plus qu’à l’attendre patiemment et voir ce qu’elle me voulait.

Comme prévu, elle s’engouffra dans la ruelle et commença son chemin vers la seule direction possible. Elle passa devant moi, c’est à ce moment-là que tout en sortant ma baguette je surgis devant elle et dit d’une voix forte sans pour autant qu’elle soit audible pour les passants :


Vous me voulez quoi ?

Je venais de faire une terrible erreur. Comme tout humain, je l’avais dévisagée de haut en bas et, pendant ce court laps de temps, j’avais eu le bonheur d’apercevoir par transparence son insigne sous son débardeur. Mer**. Ce n’était vraiment pas ce que j’avais espéré…
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)


Re: Balade entre amis

Message par : Elly Wildsmith, Ven 7 Juil 2017 - 0:49


Il était vraisemblable que la chaleur n’aidait pas Elly à se faire discrète. De peur de perdre sa nouvelle proie, elle s’était montré trop rapide, trop peu discrète et elle s’était visiblement fait remarquer. Vous pourriez vous demander à quoi la jeune femme s’était rendu compte de cela ? A l’attitude étrange de l’homme, qui s’était mis à accélérer le pas et à se retourner régulièrement vers elle. Elle lâcha le contact visuel qu’elle avait instauré et tenta de le suivre dans une ruelle adjacente à la rue principale de Pré-au-Lard.

Manque de chance, et comme elle aurait pu s’y attendre, elle se laissa prendre dans un piège qu’elle aurait pu elle-même tendre, si les rôles avaient été inversés, bien évidemment. Quoiqu’il en soit, elle était là, dans une ruelle et face à elle un ex-détenu de la prison magique et lui avait sa baguette alors qu’elle avait à peine eu le temps de poser sa main dessus. Dans un sourire, elle écouta sa question et avant même d’y répondre fit glisser doucement sa baguette hors de son rangement de fortune. La gardant néanmoins baissée, pointée vers le sol.

- Dans le cadre de mes missions j’effectue une surveillance d’anciens détenus d’Azkaban.

Une pause, un instant, une respiration. L’auror guettait le moindre signe de faiblesse de la part de l’individu, le moindre mouvement qui indiquerait un nouveau danger ou éventuellement un signe d’apaisement de sa part. Elle sait qu’elle joue à quitte ou double sur ce qu’elle dit et sur ce qu’elle s’apprête à dire. Rien n’empêche l’individu de lancer un sortilège et de la laisser là. Un nouveau sourire.

- Je ne suis pas sure qu’attaquer une auror en fonction soit le meilleur des plans, tout juste sortis d’Azkaban. Les détraqueurs vous manquent peut être ?


Un fin rire s’échappe des lèvres de l’auror et elle observe plus en détail l’homme qui se tient devant elle. Physiquement, il n’a pas l’air d’avoir subi l’enfer d’Azkaban, ce qui est plutôt rare. Soit il est débrouillard, soit … il est débrouillard. Rien d’autre ne peux expliquer qu’on s’en sorte dans cette fichue prison. Même les équipes du Ministère préfèrent éviter d’y mettre les pieds, ce n’est pas pour rien. Mais on n’entre pas à Azkaban pour rien, alors Elly se tient sur ses gardes, prête à réagir en cas d’attaque.

Revenir en haut Aller en bas
Elliot West
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: Balade entre amis

Message par : Elliot West, Ven 7 Juil 2017 - 1:12



Elle se tenait là face à moi et pourtant elle ne semblait être inquiétée. Certainement qu’en tant qu’Auror elle avait dû en voir, et avait dû subir des situations bien plus stressante. Elle avait comme début de sourire qui se dessinait sur ses lèvres, une attitude qui aurait bien pu me faire sortir de mes gonds. Mais non. Un truc faisait que même si je le voulais je n’avais pas envie de retourner là-bas. Pour rien au monde je n’y remettrai les pieds. Jamais. Du moins pas vivant.

Elle expliqua rapidement qu’elle faisait de la surveillance d’ancien détenus. Pour quelle raison ? Je me tenais à carreau. J’avais purgé ma peine. Enfin presque mais là n’était pas la question. Il avait certainement dû se passer quelque chose pour que les Aurors s’inquiètent de mon cas. D’ordinaire ils étaient quand même plus tournés vers les Mangemorts… A moins que…

Je rangeai alors ma baguette, recula de quelque pas et regarda la jeune femme droit dans les yeux. Malgré son insigne, elle était mignonne. Un peu trop. Mais là n’étais pas la question.


Non. Je n’ai rien à me reprocher. Pourquoi me suivre alors que j’ai payé ma dette ?

Elle n’avait pas tort, si je m’en prenais à elle c’était un retour direct à la case prison, sans toucher les 10 000 gallions. Il me restait peu de solutions… La meilleure étant certainement de continuer ma route et de trouver un moyen de prévenir mon rdv que je ne pourrai pas venir… Toute cette montée d’adrénaline me faisait mourir de chaud. Tout en la fixant une dernière fois, je repris mon chemin et lançai :

Alors si vous n’avez que ça à faire, vous pouvez peut-être m’accompagner ? Comme ça vous serez sûre de là où je vais. Sait-on jamais, peut-être que j’avais pour projet de tuer un moldu.


Quitte à se la coltiner pour une durée indéterminée, autant en profiter pour prendre l’air. Je repris alors la direction de la rue principale sans vraiment faire attention à ce qu’elle allait faire. Si elle ne me suivait pas je me rendrai directement au point de rendez-vous, sinon il faudrait alors improviser.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)


Re: Balade entre amis

Message par : Elly Wildsmith, Ven 7 Juil 2017 - 1:32


Un soulagement certain se propage dans le sang de l’auror quand elle constate que l’ancien prisonnier se décide de se ranger à la raison. Inutile de faire des éclats pour rien. Et il semble l’avoir bien compris puisqu’il range sa baguette magique et recule de quelque pas. Une fois cela fait, son regard se fixe dans celui de l’auror. Aucune peur ne se lit, sur le visage de l’un ou de l’autre. Les passants de la ruelle pourraient tout à faire dire que ce n’est rien de plus qu’une rencontre de courtoisie.

- Ce n’est pas parce que vous avez payé votre dette à la société que vous n’êtes pas susceptible de recommencer. Un accident arrive si vite …

L’auror réfléchit un instant, venait-elle de faire des menaces à peine voilée ? Peut-être que oui mais nulle doute que la carrure de la jeune femme n’allait pas l’inquiété outre mesure. Et peut-être qu’il ne relèverait même pas ses mots, s’en foutant complétement et après tout il n’aurait pas vraiment tort. Il n’avait encore rien fait d’illicite qui permette à la jeune femme de l’arrêter. Pour l’instant, en tout cas.

Il eut un énième regard pour elle et reprit sa route, lui lançant qu’elle pourrait l’accompagner si elle n’avait que cela à faire. Ce qui tombait plutôt bien puisque maintenant qu’elle avait quitté le bureau pour venir jusqu’ici elle n’allait pas faire demi-tour aussi facilement. Elle prit donc sa suite au pas, histoire de ne pas se le laisser s’échapper.

Un sourire sur les lèvres, elle réussit à remonter à ses côtés et lui dit « Néanmoins, quelque chose pousse à me dire que vous n’avez pas ce projet là, pas pour aujourd’hui en tout cas ». Un rire cristallin s’échappa de ses lèvres avant qu’elle poursuive « Enfin, on va dire que je suis sans doute tombais sur vous au bon moment ». Les yeux de l’auror pétille, mais elle n’oublie pas, pour autant, le but de cette filature ou de cette discussion, quand bien même l’homme dispose d’un air sympathique.

Revenir en haut Aller en bas
Elliot West
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: Balade entre amis

Message par : Elliot West, Ven 7 Juil 2017 - 2:30




Étonnamment elle avait décidé de me continuer à me suivre. Enfin c’était plus de l’accompagnement à ce stade-là. D’un côté c’était compréhensible, elle était dehors, il s’agissait de sa mission, autant la mener à bien jusqu’au bout. J’espérai surtout que mon contact ne m’en voudrait pas pour le lapin que je m’apprêtai à lui poser. Il n’y avait aucun moyen de la faire lâcher prise. Pire qu’une sangsue.

Un accident était si vite arrivé. Oui et non. Encore moins en sa présence. Certes cela m’avait laissé des traces, notamment sur mon comportement et ma relation avec les gens, cependant ça ne m’avait pas rendu complètement débile. Et heureusement. J’avais juste du mal à parler, partager avec d’autres personnes, et encore moins des moldus. C’est con, mais ce genre de chose vous fait très vite comprendre qu’il serait peut-être bon pour l’humanité que la condition des sorciers soit révélée aux moldus et que nous assouvissions notre pouvoir légitime.

Vous devez sacrément vous Emmerd*r pour être là à me suivre. Vous n’avez pas de mages noirs à traquer ?

C’est vrai, franchement, on aurait presque pu avoir de la peine pour elle, se retrouver là en ma compagnie à devoir me suivre afin de s’assurer que je ne nuis pas à l’ordre public ou que je ne mettrais pas à torturer puis tuer le premier passant.

Tant qu’à faire, puisque vous êtes là pour un moment, quel est votre prénom ? Inutile que je précise le mien vu que vous avez lu mon dossier.

En réalité il fallait que je la joue finement. Après tout, peut-être qu’au détour de cette conversation je réussirai à obtenir quelques informations, ou encore nous finirions par nous entendre. Voir même devenir amants. Bon là je m’emporte un peu, mais il faut savoir être ouvert à toutes les possibilités, même les plus improbables.

Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)


Re: Balade entre amis

Message par : Elly Wildsmith, Ven 7 Juil 2017 - 10:20


Sorry c'est court, j'me rattrape au prochain tour :kiss:

Quelques pas et il commençait à poser des questions : la situation n’était-elle pas en train de s’inversé ? C’était elle l’auror, c’était à elle de poser les questions et à lui d’y répondre, à son bon vouloir pour l’instant puisque rien n’était officiel. Elle souriait néanmoins à l’ancien détenu et décida de jouer franc jeu : un peu plus ou un peu moins de toute façon.

- Nos missions ne concernent pas que les mages noirs.


Elle avait dit cela d’un ton froid, comme si la question sur les mages noirs l’avait mise mal à l’aise alors qu’il n’en était rien. Juste que l’évocation de leur existence rappelait à Elly que l’homme qu’elle avait choisi était mangemort. Son esprit s’évada quelques instants à cette pensée pour revenir finalement sur la filature qui tournait en rencontre de la journée. Et comme s’il avait senti le malaise poindre en elle, il avait dévié le sujet, lui demandant son prénom.

Dans un demi-sourire, elle répondit, l’air amusée : « Elly ». Rien d’autre alors qu’elle savait pertinemment qu’il était probablement à la recherche de plus d’information. Elle n’était pas du genre à donner sans rien n’avoir, alors elle laissa filer les secondes après sa réponse. Avant de demander à son tour « que faites-vous à Pré-au-Lard Monsieur West ? ». Quitte à connaitre quelque chose sur lui, autant que ce soit un tant soit peu utile. Un sourire aux lèvres l’auror marchait aux côtés de l’ancien détenu sans peur ni appréhension.

Revenir en haut Aller en bas
Elliot West
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: Balade entre amis

Message par : Elliot West, Ven 7 Juil 2017 - 11:39




On aurait presque dit que ma question à propos des mages noirs l’avait mise mal à l’aise. Comme si c’était le genre de question à ne pas poser à un Auror. D’un côté, ils étaient là pour ça. Mais aussi visiblement pour de la surveillance. Comme si elle avait été mise de côté, comme si on l’avait écartée. Faire le sale boulot dont les autres ne veulent pas, suivre un ancien détenu sans aucune raison particulière si ce n’est le risque de récidive. Etrange.

Puis elle me posa la question de ma présence ici à Pré-au-Lard. Eh bien c’est tout simple, j’avais rendez-vous avec une ancienne connaissance afin de discuter un peu de ce que devenais le marché noir et si surtout les mercenaires dans mon genre avaient encore du travail. Mais ça je n’allai pas lui dire, en même temps, faudrait être suicidaire pour le faire.

Rien de particulier, je profite du soleil pour bronzer. Est-ce un crime ?


On pouvait y déceler une pointe d’humour, comme si je cherchai à faire tiquer l’Auror. Moi qui n’aimait pas la compagnie d’autres personnes d’ordinaire, voilà que depuis quelques temps cela avait tendance à être le contraire. Et puis de toute façon cela allait rester purement professionnel. Hors de question d’essayer quoi que ce soit avec un Auror.

Et vous, vous avez été mise à l’écart pour devoir me filer comme ça ? C’est pas forcément une mission excitante.

On allait bien voir si ça la ferait réagir au quart de tour ou non !




EDIT : Le RP est terminé, le sujet est donc libre !


Dernière édition par Elliot West le Jeu 20 Juil 2017 - 14:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)


Re: Balade entre amis

Message par : Elly Wildsmith, Mar 18 Juil 2017 - 22:53


Face à la désinvolte du sorcier, Elly ne put s’empêcher de rire joyeusement. Bronzer. Tout naturellement. Prenait-il Elly pour une sorcière tout juste sortie de Poudlard ou bien avait-il seulement perdu conscience des réalités dans Azkaban ? Le sourire ne quittait pas ses lèvres tandis qu’elle observait l’homme, toujours occupé à marcher.

- C’est un crime pour la peau, vous le saviez ?


Ironie et taquinerie. Voilà qui ne ressemblait pas à l’auror lorsqu’elle était en mission. Sans doute le beau temps y était-il pour quelque chose dans sa bonne humeur. Elle avait dû s’extirper du bureau pour finalement suivre un sorcier qui – semble-t-il – voulait juste se réinsérer dans la vie « normale ». Malgré tout, un signal semblait ne pas vouloir s’interrompre dans l’esprit de la blonde, comme si sa conscience la mettait en garde d’un quelconque problème. Conscience qui fut rapidement tue par la provocation du sorcier, qui laissait entendre que Blondie avait été mise à l’écart.

Néanmoins, cette dernière ria à nouveau aux éclats, tout en continuant de marcher aux côtés de l’ex-détenu. Drôle de situation, drôle de binôme. Mais la vie était ainsi faite de rencontre en tous genres, celle-là étant particulièrement cocasse.

- Monsieur West, pour votre gouverne, on ne met pas les Aurors à l’écart dans notre bureau …


…  et encore moins lorsqu’il s’agit de la chef de troupe. Même si cela n’était pas évident tous les jours, elle était rarement mise de côté dans les enquêtes, parfois même trop sollicitées. La filature – qui n’en était plus vraiment une – de cet ex-détenu representait plutôt une bouffée d’air qu’un quelconque exercice éprouvant. Mais lui ne pouvait pas le savoir.

- Cependant, je vous remercie pour votre sollicitude, il est vrai que j’ai connu meilleure compagnie. Sur ce, je vais vous laisser à vos occupations.

A chacun son tour de jouer, il n’était pas le seul à pouvoir manier l’ironie, à chercher le conflit, à crée l’énervement. Elle aussi pouvait tenter ce jeu, même si elle se doutait que côtoyer des Détraqueurs à longueur de journée avait de quoi vous rendre endurant à bon nombre de chose. Néanmoins elle n'était guère intéressée par ses réponses, aussi fit-elle demi-tour pour retourner à son bureau. Marchant tranquillement sous le soleil accablant.

- Départ d'Elly -
Revenir en haut Aller en bas
Seth McSoul
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balade entre amis

Message par : Seth McSoul, Lun 31 Juil 2017 - 0:39


RP unique
Suite du RP juste ici

L'artiste (2/2)

J'en ai marre. Marre de tout. Tout ce qui est trop simple, tout ce qui est trop compliqué. De toute façon, que ce soit l'un ou l'autre, on ne m'explique jamais rien, et je suis toujours incapable de comprendre par moi-même.

Regardez-moi, pauvre bougre faiblard, à déambuler ainsi dans les rues de Pré-au-lard sans aucun but, avec pour seul bagage mon succès éphémère dans une salle d'exposition moldue. Vous avez beau aimer mes œuvres, moi je n'aime rien, je passe mes journées à me plaindre, et ma vie de m*rde a fini par porter ses fruits. L'amour de ma vie préfère cet enfoiré de Griffin Thomas à moi, et je me demande même si Ariana n'était pas au courant. Vous vous rendez compte ? Ma sœur qui me cacherait ce genre de secrets, après toutes ces années sans se voir, on n'est plus à ça près.

Je ne me fais plus d'illusion, vous savez ? Je n'espère plus rien, je n'aspire plus à rien. Les seules choses qui ont su me remonter le moral ces temps ci, ce sont ces rencontres, courtes, limitées dans le temps, avec des gens que je ne reverrai probablement plus jamais. Alors quoi, mon entourage ne me satisfait pas, mon quotidien est si pourri que je plonge mon chagrin avec des inconnus voués à disparaître de ma vie ?

Lizzie, toi, tu m'as compris. Kohane, toi tu m'as compris. Mais que voulez-vous ? J'ai beau avoir paru si assuré, plein d'espérance lors de nos rencontres, me revoilà à chuter lamentablement dans une impasse. Je suis pitoyable.

Je marche d'un pas lent, fatigué. Je ne fais pas mine de marcher vers l'avenir, cette fois-ci, car je suis las de cet avenir, si joueur et incertain. Et alors que je ralentis le pas au bout du trottoir, j'aperçois une silhouette brumeuse à ma gauche, dans la ruelle. Un corps inerte aux vêtements sales, affalé au pied d'une poubelle, une bouteille de bière brisée à la main.

- Monsieur ?

Ben quoi, si la seule chose qui me tient encore debout est de soulager la conscience d'inconnus, alors pourquoi ne pas aider ce vieux clochard ivrogne ?

- Monsieur, vous allez bien ?

Pitié, faites que cet homme ne soit pas mort, me retrouver avec un cadavre sur les bras est bien la dernière chose que je puisse souhaiter aujourd'hui. Je donne quelques coups à ses pieds, mais il semble dépourvu de tout réflexe instinctif, déterminé à rester plongé dans un profond sommeil. J'attrape sa main, prends son pouls : Merlin soit loué, ce type est encore en vie.

- Hrmblg…

- Pardon ?

- Hrrmmmbllg…

- Je ne comprends pas très bien, pourriez-vous répé…

Le vieillard se réveille tout à coup en sursaut, me balaye sur le côté d'un revers du bras et je me retrouve dos au mur tandis qu'il reprend ses esprits. Il cligne des yeux plusieurs fois, regarde autour de lui et, une fois ses yeux posés sur moi, me fixe intensément pendant de longues secondes particulièrement embarrassantes.

- Vous… Vous allez bien, monsieur ?

- La dernière fois que tu m'as demandé ça, tu m'as assommé avec une barre en fer avant de me voler ma baguette, me lance-t-il alors.

Je ne comprends pas vraiment où il veut en venir.

- Pardonnez-moi, mais je n'ai pas l'impression de vous avoir déjà croisé avant aujourd'hui…

- Toi, ou ton père, ou ton frère, peu importe, vous vous ressemblez tous comme deux gouttes d'eau.

Je me relève lentement, toujours adossé au mur, ébahi par ce que je viens d'entendre.

- Vous devez vous tromper, monsieur, ma famille ne vous connaît pas.

- Oui, bien sûr, gamin de pacotille, tu es bien gentil de me faire passer pour un fou, mais je ne marcherai pas cette fois-ci. S'il y a bien une chose dont je suis sûr, c'est que j'ai beau être mentalement instable, je reste bien plus sain d'esprit que ce taré de Gordon McSoul !

Je n'en crois pas mes yeux. Non, non, s'il-vous-plaît, pas maintenant… Pas aujourd'hui, j'en ai fini avec ça, c'est du passé, c'est si loin derrière moi…

Alors que le vieillard se relève à son tour, je commence sérieusement à douter de l'existence du destin. Tout cela ne peut être un hasard, il doit bien exister une force supérieure quelque part pour décider que la vie s'acharne ainsi sur moi aujourd'hui…

Pourquoi ? Pourquoi faites-vous cela ?
Parce que j'ai joué avec les sentiments de Meredith autrefois ? Parce que j'ai menti à propos de l'origine de mes dessins ? Parce que j'ai transplané dans un lieu public il y a moins d'une semaine ? Parce que j'ai passé trop de temps de mon existence à attendre que le succès arrive vers moi sans faire assez d'effort pour l'atteindre moi-même ?

C'est ça, pas vrai ? Vous voulez me sanctionner parce que j'y suis arrivé plus facilement que les autres ? Mais vous pensez vraiment que ça a été facile ? J'en ai bavé, moi aussi, qu'est-ce que vous croyez !
Toutes ces années à réfléchir, à me remettre en question, à ne rien branler parce que j'étais certain au fond de moi d'être un incapable sans aucun talent… J'ai du mérite, moi aussi !

Alors lâchez-moi, enlevez cet homme de ma vue, ne le forcez pas à parler de mon père… Je vous en supplie, virez-le de ma vie ! Virez Griffin, virez Meredith, virez tous ceux qui ne croient pas en moi, virez tous ceux qui entravent ma route mais arrêtez de vous acharner sur moi ! C'est à cause des autres que je vais mal, vous savez, pas à cause de moi !

- Bah, tout de suite, tu vas un peu fort en besogne.

- Hein ?

Il me fixe toujours, ne me quitte pas des yeux, je panique et commence à m'éloigner avant de me rendre compte que c'est peut-être moi qui viens d'exprimer toutes mes pensées à voix haute. Alors il a raison, c'est bien moi le fou dans l'histoire, pas vrai ?

- Tu n'es pas fou, Seth, et les autres autour de toi ne sont pas fous non plus. Bon, bien sûr, j'ai légèrement sous-entendu que ton père était mentalement perturbé, mais je ne faisais que me défendre face à tes accusations !

- Je ne vous ai accusé de rien du tout, je ne vous connais même pas.

- Et tu n'as pas à me connaître. Quand ton frère et ton père sont venus me voir, il y a bien longtemps, ils ne me connaissaient pas non plus.

Il arrive à retenir mon attention, je décide de rester un peu plus longtemps.

- Et vous êtes quoi, au juste ? Une sorte de vision de bonne conscience qui hante mon esprit ?

- Non, un clochard bourré dans les rues de Pré-au-lard avec d'assez bonnes notions de legilimancie. Dans quel monde tu vis, gamin, t'as jamais entendu parler de la magie ?

Ce type, un legilimens ? Oh, allez, laisse-moi tranquille, je suis pas encore prêt pour une séance de voyeurisme mental…

- Il ne faut pas lancer un sort pour effectuer ce genre de pratique bizarre ? Je ne suis pas sûr que ce soit autorisé, ou même possible, de s'introduire comme ça dans l'esprit d'un indivi…

- Roh, lâche-moi les basques, morveux, je suis ici pour t'éclairer les pensées, pas pour te les violer ! Tu veux de mon aide, ou pas ?

- Ils ont répondu quoi, Elliot et mon père, à cette question ?

- C'est là que ton père a essayé de me piquer ma baguette. Ton frère, lui… Je ne me souviens plus de lui, en fait. Tu es sûr qu'il est déjà venu me voir ?

- Mais c'est vous qui avez dit que…

- Je dis pas mal de choses, c'est vrai, assume alors le clochard. Tout comme toi, tu réunis dans ton esprit énormément de pensées farfelues et particulièrement mal triées. Et comme tu as parfois tendance à céder à l'égocentrisme, tu penses être le seul à pouvoir réunir autant d'idées dans ton inconscient, abruti que tu es.

- Eh, je ne vous permets pas de…

Il se lève alors tout à coup, me saisit brutalement le bras et commence à tourner autour de moi, comme une ronde infernale. J'essaie de me débattre, de lui donner des coups, effrayé par son agression, mais voilà qu'il commence à danser, à sautiller, tandis que je me retrouve dans l'incapacité de me défendre. Il enchaîne les mouvements et les styles, allant du ballet au tango en passant par la danse country et la macarena. Entraîné de force dans ce slow inattendu, ma main est bloquée et je n'arrive pas à attraper ma baguette camouflée sous mon costard porté pour l'exposition. Il m'est impossible de me libérer, et je me retrouve alors obligé de supporter l'odeur pestilentielle de l'inconnu mal vêtu, suivant son rythme et ses gestes.

Le clochard me lâche d'un coup et je m'écroule au sol, moins essoufflé que lui mais tout de même au bord de la crise de panique, persuadé qu'il s'apprêtait à me violer.

- Voilà, Seth. Ce que je viens de faire là, c'était une métaphore de la vie. Une danse frénétique, imprévisible et instable, qui ne te prévient jamais quand elle te saisit ou change de rythme, qui t'entraîne souvent dans la fluidité de ses gestes tendres mais t'abandonne parfois dans la violence de mouvements brutaux que tu n'as jamais appris en cours de salsa. Au lieu de blâmer la danse et tous tes partenaires qui participent au ballet avec toi – j'entends par là ta famille, ta copine, tes amis, les inconnus que tu rencontres dans la rue – tu devrais plutôt les remercier de t'apprendre de nouveaux morceaux et les laisser t'entraîner dans leurs performances personnelles tandis que tu leur montres les tiennes.

- Bordel, vous êtes totalement malade ! dis-je en me relevant, prêt à détaler en courant.

- Laisse-moi finir avant de t'en aller, j'en ai pour quelques minutes seulement. Dis-moi, qu'est-ce qui te fait croire que tu es la source de tant de malheurs, que tu es le seul à accumuler autant de m*rdes autour de toi ? Eh bien laisse-moi te le dire, mon vieux, tu es simplement divisé en deux facettes de ta personnalité qui s'opposent et se confrontent en permanence. La première te rend si sûr de toi, t'assure cette confiance et cette élégance au quotidien qui font que ton entourage t'admire tant. La deuxième te procure au contraire un certain manque d'assurance qui t'oblige à réfléchir, à te remettre en question, et c'est ce qui fait que tes proches, finalement, t'admirent tout autant. Dans les deux cas, tu es aimé et admiré, et tu trouves toujours un moyen de douter de toi et de te prendre pour une m*rde malgré tout, et tout ça pourquoi, parce que Meredith a choisi un autre garçon ? Toutes ces années d'affinement personnel pour t'écrouler à cause d'une fille ?

- Bien sûr que c'est ridicule, mais c'est humain, non ? Je ne me sens pas à la hauteur, et j'ai bien conscience que c'est un sentiment passager, que ça ne va pas durer, mais il se trouve que là, tout de suite, cet enfo*ré de Griffin Thomas vient d'embrasser la fille dont je suis tombé amoureux et ça, comprends-tu, ça me fait vraiment mal au cœur.

- Tu ne te sens pas à la hauteur parce qu'elle t'a rejeté, bien sûr, un classique. Dis-moi, il y a quelques années quand tu as préféré choisir Holly à la place Meredith, était-ce parce que tu considérais que Meredith n'était pas à la hauteur ?


C'est bon, ce vieux c*n m'a eu.
Bien sûr que non, ce n'est pas si simple. Et il se doute bien que j'ai compris, en plus de ça.

- Non.

- Non, évidemment, s'exclame le clochard, car ce n'est qu'une foutue question de ressentis personnels ! M*rde, quoi, tu as 21 ans et tu n'as toujours pas compris que les sentiments ne s'expliquaient pas, que Meredith n'avait strictement aucune raison de choisir Griffin plutôt que toi ? Et d'ailleurs, qu'est-ce qui te dit qu'elle ne l'a pas choisi justement pour te tester, hein, dis-moi ?

Non, ne commence surtout pas à me dire des trucs de ce genre ou je vais commencer à douter.

- C'est bien ça le problème, papy. Je me sens trop nul d'avoir passé tant de temps à me persuader de profiter de l'instant présent et à apprendre à relativiser sur tout, pour finalement être détruit par une simple histoire de relation amoureuse.

- Et c'est ce qui montre qu'après toute cette expérience, tu restes définitivement humain – bien que tu continues à parler à un vieux schnock qui n'est peut-être que le fruit de ton imagination.

Effectivement, je ne sais plus où donner de la tête.

- Je t'assure, tout n'est pas si complexe qu'il n'y paraît. Voilà tout ce que tu dois retenir, après tout : la vie n'est qu'un échange de flux.

Merci, c'est super utile, absolument clair et évident.

- Bon allez, on se voit plus tard, j'ai une terrible envie de pisser.

Le vieux s'apprête à partir, mais je l'interpelle encore, car cette conversation m'a semblé beaucoup trop courte pour être banale et car une dernière question me vient soudain à l'esprit.

- Mon père, pourquoi il est venu te voir ?

- Euh… Je ne me souviens plus trop. Je crois qu'il a été jeune et plein de doutes, comme tout le monde.

Il disparaît alors dans l'ombre de la ruelle jusqu'à devenir totalement invisible, et une dernière phrase parvient alors à mon oreille, lancée au milieu de la brume : « Et puis, tout te ramène toujours à ton père ».
Je me retrouve seul, dans les rues de Pré-au-lard, sans réaliser réellement ce qu'il vient de se passer.

Est-ce que ce vieux était réel ?
Je n'en ai aucune idée.
Est-ce qu'il m'a appris quelque chose ?
Je n'en ai aucune idée.
Est-ce qu'il a vraiment dansé avec moi ?
J'espère que non.

Je poursuis alors ma déambulation dans le village, sans savoir vraiment pourquoi ma démarche semble plus assurée, cette fois-ci. Mon souvenir de cette ballade en compagnie d'un ami potentiellement imaginaire commence déjà à s'estomper. Et je repense à toutes ces semaines passées, à toute cette vie qui vient de reprendre pour moi. Va-t-elle s'arrêter d'un coup à cause d'une simple trahison sentimentale ? J'imagine que non.

Alors je vis, encore. Et je continuerai à vivre, toujours. Parce que, comme je l'ai si bien dit à ces inconnus croisés à Londres quelques jours plus tôt, je suis certain d'être un jour heureux.
Dans quelques jours, quelques mois, ou peut-être un an, tout ira bien pour moi.
Tout sera revenu à la normale.

Et puis, quoi ? Je viens de me faire exposer.
Je suis un artiste, maintenant, pas vrai ?
Un artiste, ça vit pour son art.

Quel est mon art véritable ?
L'art du dessin,
ou l'art de vivre ?



Fin de l'Acte III de la vie de Seth.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Balade entre amis

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 7 sur 7

 Balade entre amis

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.