AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 8 sur 8
Dans les couloirs de Poudlard, de nuit
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard

Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Elhiya Ellis, Ven 19 Mai 2017 - 11:46


Apparemment, la brunette était quand même capable de faire preuve de rationalité vu qu’elle avait baissé sa baguette. Supporter des bruits inconnus quand on était cloitré dans une pièce toute petite et plongée dans la pénombre n’était vraiment pas bon pour les nerfs de la blondinette. D’ailleurs, Andromeda avait du remarquer son air crispé, vu que cette dernière tenter d’esquisser un sourire rassurant avant de mettre un doigt sur ses lèvres. Précaution inutile, Elhiya ne comptait pas hurler, ni même parler, si elle avait pu se métamorphoser en souris, elle l’aurait même fait, histoire de passer encore plus inaperçue !

Une porte cachée derrière le tableau claqua dans un fracas qui fit sursauter également Elhiya. Les yeux écarquillés, elle questionna silencieusement la brunette. C’était bien leur porte qui venait de s’ouvre non ? Vu le bruit ça y ressemblait. A moins que ce ne soit dans la salle à coté ? Dans la salle de bain des préfets ? Mais dans ce cas pourquoi se précipiter dedans ? Même en étant totalement couvert de boue rien ne justifiait une telle précipitation. Mais une minuscule ombre se détachait dans la pièce sombre. Quelque chose était bien rentrée dans la pièce sans se demander si quelqu’un était déjà dedans.

En soit, cela n’était pas particulièrement gênant, sauf que la chose en question était bien un elfe de maison, qui, à sa respiration saccadée, était tout essoufflé. Il –ou elle, dur à dire avec ces créatures- fuyait quelque chose ou quelqu’un.  Ca, ce n’était pas bon signe du tout. Les elfes de maison avaient des pouvoirs magiques puissants, tout du moins largement suffisants pour se défendre ou attaquer diverses créatures. En temps normal, Elhiya aurait demandé à l’elfe qu’est ce qu’il fuyait, mais là, devant la créature qui courrait dans tous les sens dans la petite pièce, elle ne voyait pas trop quoi faire. Ah si ! Fermer la porte pour commencer. Sur la pointe des pieds –et toujours en chausson, ce qui était pratique pour étouffer les bruits- elle poussa la porte pour la fermer en toute discrétion


« #Collaporta »

Si Elhiya avait chuchoté pour éviter d’attirer plus l’attention sur elle, sauf qu’elle avait oublié le bruit étrange de succion qui s’en suivait, pour la direction, c’était fichu. L’elfe de maison qui trépignait hystériquement, posa ses grands yeux globuleux sur la jeune Serpentard. Par chance, il n’avait pas l’air agressif, ses grandes oreilles recourbées en arrière, il semblait perdu ou apeuré. C’était un elfe qu’on pouvait croiser dans les cuisines de Poudlard, habituellement calme et en train de ranger, ou de faire à manger. Jusqu’à présent, la blonde ne s’était jamais trop intéressée à ce membre de personnel ci, ils aimaient leur travail, et ne demandait jamais rien aux élèves qu’ils croisaient.

Finalement, comme les yeux de la créature étaient trop bizarre à regarder, Elhiya détourna les siens, les reposant sur la porte, essayant d’écouter attentivement quels bruits rodaient encore dans le couloir. Qu’une armure ait décidé de se dérouiller les genoux en se baladant passait encore, qu’un elfe lui courrait après pour la faire revenir dans la salle des trophées, pourquoi pas.  Mais que quelque chose course l’elfe c’était encore plus étrange. Il y’avait certes des bruits en provenance de ces couloirs, mais quoi ? Impossible à dire.

Décontenancée, la blonde adressa un regard dubitatif à Andromeda, lui demandant silencieusement s’il était judicieux d’attendre encore ici.
Revenir en haut Aller en bas
Andromeda Hopkrik
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Andromeda Hopkrik, Ven 19 Mai 2017 - 17:20


Une nuit plus agitée ça ne pouvait pas exister. Après avoir entendu la porte claquer et sursauter Andromeda vit que sa camarade n'était pas plus rassurée qu'elle. Elle croyait qu'une seule porte avait claqué cependant elle vit une petite silhouette dans la pénombre : un elfe de maison. La brunette fronça les sourcils en le voyant tout essoufflé mais qui continuait à s'agiter dans tous les sens. C'était bizarre, pourquoi ne c'était-il pas servi de ses pouvoirs si il était en danger ? Andromeda fixa l'elfe puis, percevant un mouvement près d'elle, elle vit Elhiya lançait un sort sur la porte. Elle entendait toujours les bruits de pas comme s'approcher, et l'elfe de maison en état de panique qui fixait maintenant sa camarade ne l'aidait pas à se concentrer. Le sort avait fait du bruit, mais sûrement pas assez pour que celui ou celle qui coursait notre nouvel invité ait le temps d'accourir. *Réfléchis Hopkrik, un peu de sang froid ! *

Réfléchir devenait difficile quand on était enfermée dans un si petit endroit, avec un elfe de maison complètement perdu et les bruits d'une armure qui s'éloignait mais des bruits plus humains qui se hâtaient dans leur direction. Elle vit que sa comparse n'était pas à l'aise avec le regard globuleux de l'elfe, et elle non plus finalement. L'elfe sauta alors sur la seule chaise disponible dans la petite pièce et se mit presque en boule dessus. Quelque chose de très mauvais arrivait, il fallait fuir et vite. Plus facile à dire qu'à faire quand on ne sait pas sur qui ou quoi on va tomber à l'extérieur.
Hopkrik se souvint des leçons de son frère aîné sur l'art de toujours s'en sortir. Malheureusement, bien qu'elle soit douée pour passer entre les mailles du filet d'ordinaire, la brunette se sentait piégée, il fallait cependant retourner aux dortoirs ou au moins en sécurité, depuis l'arrivée de l'elfe, cette pièce n'était plus un lieu sûr. Voyant que sa camarade lui demandait silencieusement du regard si il était judicieux de rester ici, Andromeda hocha la tête négativement et d'un signe du menton désigna le tableau. La seule solution était de fuir, elle connaissait bien le château et sa camarade aussi sûrement elles pouvaient s'en sortir. Mais elle voulut emmener l'elfe avec elles.

Andromeda s'approcha de l'elfe de maison qui comprit qu'elle souhaitait partir et l'emporter avec elle. Il eut un mouvement de recul et tomba de la chaise.
* Mais c'est pas possible ça...*
Pourquoi avait-elle voulu sauver cet elfe ? Qu'est ce qui lui arrivait soudain ? Les bruits de pas s’intensifiaient, c'était leur dernière chance de fuir. Elle sortit donc sa baguette en bois de framboisier. * Il n'y a plus qu'à prier pour que je n'ai pas à m'en servir.*

Elle pria alors du regard Elhiya d'ouvrir le tableau puisqu'elle en était plus proche, et lui fit signe de courir vers le septième étage à l'aide de ses doigts. Leur seule chance c'était de fuir dans une des tours et même à son grand regret de réveiller quelques gryffons...
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Elhiya Ellis, Ven 19 Mai 2017 - 22:51


Mais, c’était une plaie cet elfe de maison ! Qu’est-ce qu’il fabriquait à sauter comme ça sur la table et à s’y rouler boule ? Réaction des plus étranges de la part de cette créature, de quoi pouvait-il bien avoir peur ? D’une éponge pleine de produit récurant qui en avait marre d’être malmenée ? Nan, c’était encore plus stupide que d’avoir laissé cet elfe entrer dans cette pièce. Décidément, il fallait que la blonde se ressaisisse au lieu de laisser son imagination vagabonder où bon lui semblait. Secouant la tête énergiquement de gauche à droite pour se remettre les idées en place, la blonde scrutait dubitativement Andromeda essayant d’attraper l’elfe. Mais qu’est ce qu’elle faisait elle aussi ? C’était la soirée ou personne n’était capable de réfléchir correctement ? C’était une grande défenseuse des droits des elfes de maison ? Non mais vraiment ! Fallait laisser cette créature ici et filer sans elle ! C’était tout, il n’y avait pas d’autre alternative.

D’ailleurs, l’elfe chuta de son perchoir, tombant mollement sur le sol, arrachant un soupire désabusé à Elhiya. Non.. Vraiment ? Il entrait ici, signalait leur position –sans le vouloir- et faisait un bordel diable. Il voulait réellement qu’elle se fasse attraper par.. Par quoi en plus ? La question resterait en suspens, tant pis, autant fuir. Imitant sa comparse, baguette à la main, Elhiya déverrouilla la porte en chuchotant doucement alohomora, quelle idée d’avoir fermé aussi… Bref, pas besoin de s’auto flageller, il y’avait plus urgent.

Poussant doucement la porte du bout de sa baguette, elle décala le tableau, espérant ne pas le réveiller et se faufila hors de la pièce. Un coup d’œil à droite, puis à gauche, le propriétaire des bruits de pas semblait être en bout de couloir car elle n’arrivait pas à distinguer son ombre mouvante. D’un signe de la main elle invita Andromeda et l’elfe –qui s’était finalement relevé- à la rejoindre. Elle ignorait combien de temps elle avait pour sauter sur l’escalier menant au 6eme, toujours était-il qu’elle prit ses jambes à son cou, croisant les doigts pour qu’il ne décide pas de changer de sens et de les lâcher contre un mur sans aucun pallier. Surtout que si Androméda avait remué sa main deux fois pour signaler qu’il fallait au septième étage, elles avaient des marches à gravir et pas de temps à perdre.

Pourquoi voulait-elle aller au septième étage d’ailleurs, elles seraient bien incapables de se rendre chez les Griffondor, et risquaient de tomber sur un de leur préfet. Tout en continuant sa course, Elhiya se rappelait que la classe de divination se trouvait dans la tour nord, c’était limite au coupe gorge de choisir cette solution pour s’échapper. Les marches de la tour étaient étroites et en colimaçons, rien de mieux pour se briser une cheville en courant !

En fait, pas besoin d’escalier en colimaçons pour se tordre la cheville et finir la tête la première sur le tapis moelleux du pallier du 6eme étage. Ah bah voilà ! C’était l’apothéose ! Elhiya, le nez sur le sol sentit l’efe de maison lui écraser la main avant de la regarder avec ses grands yeux globuleux, limite il lui reprochait de s’être prit les pieds dans sa cape de sorcier. Qu’est ce qu il avait à dire lui ? Avec son torchon sale comme simple vêtement ? Ses jambes étaient libre il ne risquait pas de trébucher.

Mais avec tout ce fatras, il y’avait peu de chance pour être passée inaperçue. Pourtant, en regardant en arrière, la serpentard ne vit toujours aucune forme humaine leur courir après. Les bruits de pas semblaient s’être étouffés au loin, à moins qu’il ne soient en train de marcher également sur la moquette des escaliers menant au 6eme étage

*On est mal là, enfin JE suis mal là, faut que je me bouge.*

Tant pis pour la cheville, tant pis pour la douleur, s'appuyant à la rambarde, la blonde se releva vite fait, boitillant.

Revenir en haut Aller en bas
Andromeda Hopkrik
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Andromeda Hopkrik, Sam 20 Mai 2017 - 11:01


Il était temps de partir. La jeune Serpentard vit que sa camarade était elle aussi décider à partir. La détermination des Serpents, c'était une qualité qu'il fallait posséder pour être admis chez les Serpents. Pendant que Elhiya ouvrait le tableau et s'assurer que la voie était libre Andromeda se souvint qu'elle était fière d'être Serpentard, que toute sa famille en était content, sauf son frère. Il avait fait toute sa scolarité à Serdaigle et chez Hopkrik ça n'avait jamais plu. Qu'il soit intelligent c'était une bonne chose, mais il apparaissait comme quelqu'un de trop peu déterminé, et qui n'avait aucune force de caractère. Le visage de la jeune brunette s'assombrit davantage, elle n'avait plus de nouvelles de son frère aîné depuis presque six mois et c'était une des raisons de ses cauchemars et angoisses permanentes. * Reviens sur terre ma pauvre, il va bien. Il ira toujours bien. *

Lorsqu'elle vit que sa camarade lui faisait signe de sortir, elle se rua à sa suite dans le couloir avec hâte, plus vite elles courraient plus vite elles marchaient plus vite elles atteindraient ces fichus escaliers, il restait à prier pour qu'il ne décide pas de les mener dans un cul de sac.
Elle avait choisi le septième étage parce qu'elle savait qu'elles n'auraient pas le temps de descendre. En descendant elles risquaient de tomber sur les amis de celui ou celle qui étaient à priori au bout du couloir du cinquième étage ou sur un membre du personnel. Les cachots étaient trop loin pour y retourner. Le septième étage leur offraient la cachette la plus sûre possible, la salle sur demande. Andromeda avait réussi à l'ouvrir deux ou trois fois lorsqu'elle était vraiment dans le besoin. Elle fronça les sourcils en suivant sa camarade dans les escaliers, la dernière fois qu'elle était allée dans la salle sur demande elle avait craqué. Pourquoi ? Encore à cause de ces stupides histoire familiale, enfin ce n'était pas le moment d'être faible. Un serpent n'était pas faible, encore moins une Hopkrik.

Pendant qu'elles progressaient silencieusement sur la moquette la brunette vit l'elfe la doubler en courant, c'était mauvais signe. Alors elle entendit un bruit sourd de chute. Elle pointa sa baguette vers l'arrière, priant pour qu'il n'y ait personne. Et sa prière fut exaucée : il n'y avait pas l'ombre d'une silhouette. Mais le bruit avait dû les faire repérer, il fallait fuir.
* Si c'est encore ce boulet d'elfe je le transforme en verre à pied dans la seconde.*

Mais en se retournant pour continuer sa progression elle vit Elhiya en train de se relever avec peine, c'était elle la chute, dans la hâte elle avait sûrement trébuché dans sa robe. C'est vrai que pour se dépêcher dans certaines situations elles ne sont que très peu pratique. De toute évidence sa camarade boitait, Andromeda ne pouvait pas la laisser, cette fois il fallait jouer en duo, au moins pour s'enfuir. LA brune accéléra le pas pour se retrouver à la hauteur de Elhiya qui s'appuyait à la rembarde. Elle se pencha pour passer sa tête soous le bras de la blonde et l'épaule en la tenant par le bras comme on le faisait avec un blessé finalement. Le brune chuchota alors tout en reprenant sa marche :

- Appuis-toi sur moi sinon on a peu de chances de s'en sortir. Fais moi confiance pour la destination, on sera en sécurité et on soignera ta cheville. Et au passage je m'occuperai de ce satané elfe.


D'ailleurs où était-il passé ce foutu elfe ? Jamais là quand on a besoin d'eux. Et si il courrait c'est qu'on allait avoir de la visite sûrement.
Par chance les escaliers n'étaient pas capricieux ce soir, il fallut attendre une ou deux minutes peut-être pour qu'ils arrivent.
* Deux minutes qui paraissent une éternité quand on a quelqu'un ou quelque chose aux basques hein !*

Les deux élèves arrivèrent enfin au septième étage avec peine, Elhiya souffrait probablement avec sa cheville, mais elles n'avaient pas le choix, et elles le savaient toutes les deux. Andromeda aperçut enfin la tapisserie de Barnabas le Follet avec les trolls, elles étaient presque arrivées il fallait prier pour que la salle sur demande s'ouvre à elle ou à sa camarade, sinon elles seraient dans un sacré pétrin...
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Elhiya Ellis, Sam 20 Mai 2017 - 18:10


Saleté d’elfe ! Voilà tout ce qu’il y’avait à dire dans cette situation, même si pour être honnête, Elhiya ne pouvait que s’incriminer pour la situation dans laquelle elle était. L’elfe de maison n’était qu’une pièce rapportée qui, visiblement, semblait tout aussi victime qu’elle. Mais pas le temps d’y penser, la partie de cache-cache était loin d’être fini pour le moment. Et même si la blonde avait désormais un handicape certains -une cheville en moins-, elle ne comptait pas abandonner. Andromeda, d’ailleurs semblait du même avis. Et chose étonnante pour une Serpentard, la brune glissa sa tête sous le bras d’Elhiya afin de la soutenir et l’aider à marcher dans le long couloir du 6ème étage.

On pouvait dire pas mal de chose sur les petits Serpents de Poudlard, mais de manière général, très peu été des monstres finis. Remerciant d’un signe de tête sa comparse, Elhiya se mordait la lèvre inférieur à chaque pas pour se forcer à ne pas chouiner sous la douleur. Elle avait souri doucement lors de la promesse de représailles sur l’elfe de maison qui courrait dans tous les sens. Pauvre créature, si elle fuyait c’était très certainement justifié. La blonde avait repris sa course avec difficulté, trainant la jambe blessée. Le pauvre lapin représenté au bout de son chausson était en train de râper le sol dans un bruissement désagréable.

*C’est malin, être estropiée en plein milieu de la nuit et en pyjamas…*

Vu d’un œil étranger, la scène devait être comique, équivalente à un mauvais film d’horreur où l’on savait que quoi que faisaient les protagonistes, une nouvelle tuile apparaitrait juste pour les ralentir. Elhiya espérait juste que le coté burlesque de la soirée se conclurait pas un happy end. Cet espoir grandissait à mesure où les filles arrivaient à mettre de la distance entre elle et les bruits inconnus. Rejoignant le septième étage avec l’aide de Andromeda, la blonde jeta un nouveau coup d’œil en arrière, mais étonnement, toujours personne de visible

*Bizarre ca, soit on est tous les trois victimes d’une hallucination auditive, soit c’est un animagus ou quelqu’un en cape d’invisibilité qui s’amuse.*

C’était déjà des suppositions bien plus crédibles que la vaisselle de l’elfe de maison qui se rebellaient, à croire que les connexions entre les neurones de la blondes commençaient enfin à se réveiller.  Mais nul besoin de perdre encore plus de temps à tergiverser, Elhiya observa ce que sa comparse regardait avec insistance, et remarqua que l’elfe de maison s’était également dirigé dans la même direction. Le tableau de Barnabas le Follet ! Voilà une bonne idée, il y’avait normalement la salle sur demande. Ce serait parfait pour échapper à un éventuel poursuiveur. Restait plus qu’à prier pour que la salle apparaisse.

En toute logique, trois personnes fuyant la même chose, et trois personne cherchant ensemble une cachette, devraient être apte à faire apparaitre cette fichue salle. Si sa mémoire était bonne, il fallait passer trois fois devant la localisation éventuelle de la salle sur demande et penser à la même chose pour que la porte apparaisse. Un rapide coup d’œil à leur petit groupe ne la rassura absolument pas. S’il était facile de communiquer avec Andromeda pour penser ensemble à un placard à balais ou à une pièce insonorisée, il était plus compliquer d’arriver à établir un contact correct avec l’elfe de maison effrayé. Tant pis, au pire, si les filles arrivaient à ouvrir la salle sur demande, l’elfe n’aurait qu’à suivre dedans.

Jetant un œil grimaçant à sa comparse, Elhiya demanda tout doucement sur quoi elle devait se concentrer.


« Placard à balais ou infirmerie ? »

Quoi que tout bien pensé, la blonde aimerait surtout un endroit au calme, avec des coussins moelleux, où, à l’abri du mauvais temps elle pourrait observer tranquillement les étoiles, un chat à poils longs sur les genoux. Il y’aurait des effluves de cookies à la cannelle et des grands mugs de chocolats chaud emplis de chantilly, le tout rehaussé de mini marshmallow. Oula, elle divaguait là la petite Serpentard. Ce devait être à cause de la douleur lancinante dans sa cheville. Appuyée sur Andromeda, elle attendait la réponse de la brune, peu importe quel type de planque la jeune fille voulait, ça lui conviendrait

Pour ceux qui veulent prendre la suite:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Rachel Ester Pasca, Mer 28 Juin 2017 - 20:57


HRP : Nous vous invitons à répondre à la suite des posts pour écrire la réaction de votre personnage s'il tombe sur l'un des tracts.

Un sort conditionnel a été lancé sur les prospectus par Morrìgan (ressemble à un journal lambda jusqu’à ce qu’un sorcier/moldu en rapport avec la magie ou autre le touche)

RP unique
Se déroule au petit matin

Depuis que j'ai ouvert les yeux sur le monde
Je n'arrive plus à les fermer la nuit
Toutes mes idées se confondent
Lors d'une ode à la douce insomnie


Et ces feuilles, c'était justement le remède contre le mal. Contre les monstres et les démons. C'était pour cela qu'il fallait en mettre le plus possible partout. Partout. Partout. Partout ! Pour cela qu'Ester marchait sans relâche, encore et encore. Elle était motivée à aller partout, à ne pas dormir, pour que le monde sache. Pour que ceux qui en avait besoin sachent qu'ils n'étaient pas tout seul. L'ordre était là et ne partirait pas !

Oui, voila le message qu'Ester voulait faire passer ce soir. C'était le message d'une jeune fille à qui la vie avait tout pris. Sa famille, son enfance, sa personnalité, son âme, son coeur. C'était le message d'une jeune fille qui voulait pourtant continuer à se battre. Parce qu'elle aimait trop la vie, ou son souvenir. Parce qu'elle en partie responsable de ce que ce monde deviendrait et de ce qu'elle laisserait derrière elle en partant. Les générations futures méritait mieux. Eux-même auraient mérité mieux. Alors aux armes ! Il était temps de se battre.






L'Étincelle




Cher.e.s étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel.



Ces derniers jours ont été une grande épreuve. La prise en otage de certain d'entre vous, l'attaque au sein même de l'école de magie la plus réputée au monde, et la disparition d'un directeur qui ne vous protège plus par son absence. Ce message est pour celles.ceux qui doutent, celles.ceux qui ont peur, celles.ceux qui sont dégoûté.e.s, celles.ceux qui se rebellent, celles.ceux qui n'en peuvent plus de ces situations.

Nous vous demandons de vous relever de ces épreuves. Cette expérience face aux attentats ne vous ont pas rendu plus faible. Seulement, pour certain, plus vulnérables encore par la fatigue et l'habitude. Nous vous demandons de ne pas céder à toute avance des mages-noirs autant dans la vie que dans vos esprits, dans vos cœurs comme dans vos corps. Certains ont été blessés, certains sont indemnes. Mais votre résistance font de vous des combattants contre l'injustice, le doute et la peur. Certain d'entre vous ont-il déjà reçus des cours sur les Patronus, ou en ont peut-être déjà enseigner ce thème: un formidable bouclier, défenseur contre la peur. Et bien, cher étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel, nous vous demandons de lever ces boucliers face à la peur d'un attentat nouveau. Nous vous demandons de résister aux Mangemorts, véritables Détraqueurs de notre société. Mais n'oubliez pas, étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel, que les Mangemorts sont de piètre Détraqueurs. Il est plus facile de se battre contre un homme, une femme, un adolescent emplit de haine et chercheur d'un faux pouvoir que de se battre contre la peur elle même et son baiser de mort. La peur de la faiblesse ont fait d'eux des illuminés capable de tuer leurs familles, et de se briser eux-mêmes. Cher ami.e.s, l'humanité n'est pas une faiblesse. C'est une force qui se nourrit de ce que nous avons de plus commun. De plus ancien. Chaque pas vers la solidarité, vers le courage et vers la tolérance vont vous rapprocher d'une magie ancienne, plus combative et plus forte encore. Les meilleurs boucliers ne se forment pas avec plusieurs baguettes ? Les Patronus ne viennent pas en aide grâce à vos meilleurs souvenir ? Ceux-ci ne sont pas emprunt d'amour ? D'amitiés ? De compassion ? D'empathie ?

Étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel. Nous ne vous demandons pas de vous battre sous un même étendard. Nous ne vous demandons pas de vous battre sous les feux du Phénix. Nous vous demandons de vous battre et de résister pour vous, et avec vos propres armes. Vous qui formez l'individualité dans la société. Vous, qui, par vos actions individuelles, sauvez l'Humanité et votre intégrité,  telle une fourmilière. Si chacun d'entre vous se bat pour lui… Alors c'est toute la société qui se rassemblera sous une seule et même force, une seule et même puissance : Votre renoncement à la peur, au doute, afin de participer au combat contre les ténèbres qui vont si souvent vous priver de quelque chose, de quelqu'un, et même parfois de votre propre vie. Que vos baguettes se lèvent. Que les Patronus se rassemblent. Luttons tous contre l'obscurité pour être encore libre de nos propres choix, et nos propres vies. N'oubliez pas, si vos baguettes vous ont choisies, ce n'est pas pour être esclave des ténèbres, mais pour être manipulés par vous et par vous seuls. Pour vos propres capacités, vos propres pensés. Brandissez là, faite lui confiance. Vous vous protégerez mutuellement.





L'Ordre du Phénix.

Codage de Louna ©


Edit Lizzie : Bonjour Rachel. Conformément au Règlement RPG, en zone RPG, votre post doit contenir un minimum de 600 caractères, citations et formulaires exclus. Celui-ci en fait 342. Merci de bien vouloir éditer votre message pour le compléter et de faire plus attention à l’avenir. Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 8

 Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.