AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 3 sur 9
Dans les couloirs de Poudlard, de nuit
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Luna Hélanor
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Luna Hélanor, Lun 29 Juin 2015, 20:32


    - Salut. Oui je suis bien Gohan. Flatté que tu t'en souviennes ! Toi c'est Luna c'est ça ? Je me souviens encore ton histoire sur la Dame Blanche en France. Tu es française aussi je crois ?

 Luna sourit à Gohan. Il était assez grand, environ dix centimètres de plus que Luna. Encore un mec grand! La Poufsouffle qui se sentait déjà petite n'avait son impression que renforcée. Luna aimait bien ses cheveux châtains qui paraissaient un peu en bataille actuellement et une lueur malicieuse scintillait dans ses yeux. Pas de doute, lui, il les suivrait c'était sûre. Il avait presque la même étincelle dans son regard que Kohane. Enfin non, la sienne était différente, mais Luna ne savait pas l'interprêter.

 Avant que la Poufsouffle n'ait pu répondre, Kohane interrompit disant que la jeune fille était bien sûr en retard. Bien sûr, Luna n'accepterait pas que la faute soit rejetée sur elle. D'ailleurs, elle trouvait toujours trois mille excuses pour tout. Que se soit parce qu'elle était mauvaise perdante, prétextant qu'elle n'avait pas eu de chance ce jour là et qu'elle était fatiguée, ou parce qu'elle était en retard ou pleine de maladresse, Luna n'assumait pas trop. Ce ne fut pas surprenant qu'elle réponde du tac ou tac :

    - Pas ma faute, c'est celle du livre de potion! Il n'avait pas qu'à être aussi inintéressant. Et c'est aussi celle de mon chat parce qu'il m'a réveillé trop tard.

 Puis, elle afficha encore un grand sourire, découvrant ses fossettes encore une fois et s'adressa cette fois à Gohan :

     - Tout à fait. France pour toujours!

 La blonde avait dit ces derniers mots en français. Enfin, Kohane expliqua à Gohan qu'elle ne proposait rien de spécial, à part de s'amuser. C'est vrai que les deux filles avaient tendance à "s'amuser" un peu trop souvent, enfin, Luna dorait ça. Elle n'avait rien ressentit de pareil depuis longtemps. Depuis qu'elle avait arrêter de faire des conn***** avec sa soeur en fait. Luna donna un petit coup dans l'épaule de Kohane comme les faisaient les mecs pour "prouver leur virilité". La jeune fille aimait beaucoup faire ça pour se moquer de cette stupide habitude des garçons qui voulaient gonfler leur orgeuil. La Poufsouffle était convaincue que Gohan n'était pas quelqu'un comme ça. Enfin, elle se surpris à l'espérer d'une certaine façon. En fait, elle ne savait pas vraiment ce qu'elle espérait.

 Quoi qu'il en soit, lorsque Kohane évoqua leur sortie dans la forêt interdite, un nouveau sourire se fendit sur le visage de Luna. Quel bon souvenir. Combattre un troll des forêt, avoir la peur de sa vie, et se faire chopper ensuite par les préfets... Enfin, elle s'étaient quand même bien marrées, et à la suite de ça, les deux filles s'étaient beaucoup rapprochées. D'ailleurs, Luna considérait Kohane comme sa meilleure amie, même si elle ne savait pas vraiment si ce sentiment était réciproque.

 Luna se sentit rassurée lorsque Gohan accepta de venir avec elle. Il montait dans son estime. Luna ne put cacher une lueur de défi lorsque le garçon évoqua l'idée d'aller cambrioler un coffre à Gringott's ou pénétrer dans le Ministère. Enfin, la jeune fille se rendit très vite à l'évidence. Elle ne ferait jamais ça, même si la lueur qui brilla cette fois dans le regad du garçon signifiait clairement qu'il serait totalement partant, lui. C'est beau de rêver, mais c'est impossible de cambrioler un coffre ou de s'introduire comme ça au Ministère. Mais son idée de visiter seulement les couloirs plaisait à Luna, même si une nouvelle idée lui avait traversé l'esprit. Quoi de mieux que trouver les meilleures planques de Poudlard lorsqu'on faisait des trucs comme les deux filles faisaient.

    - Ca serait cool de juste visiter les couloirs pour trouver de bonnes cachettes, parce qu'on en a toujours besoin et pour découvrir l'entrée des passages secrets dans Poudlard. Vous ne pensez pas que ça serait cool?

 La jeune fille pensait en tout cas que ce serait un bon programme pour cette soirée et avait hâte de commencer. Luna aimerait beaucoup trouver des planques dans Poudlard. Ca servirait toujours, au cas où on en aurait besoin! En tout cas, la Poufsouffle était sûre qu'elle s'en servirait un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Kohane Werner, Lun 13 Juil 2015, 11:48


- Pas ma faute, protesta Luna, c'est celle du livre de potion! Il n'avait pas qu'à être aussi inintéressant. Et c'est aussi celle de mon chat parce qu'il m'a réveillé trop tard.
Je levai les yeux au ciel avec un sourire amusé :
-Toujours la faute des autres, hein ?
J'étais désormais habituée aux retards de mon amie c'est pourquoi je décidai de passer outre en enchaînant sur le réel motif de notre présence ici : qu'allions-nous faire ce soir ?
Je sentis en Luna une sorte d'excitation lorsque j'évoquai notre escapade dans la forêt interdite. Pas sûre qu'elle veuille retenter l'expérience, au vu de ce qu'il s'était passé lorsque nous y étions. Bien sûr, avec du recul, on en rigole. Mais lorsqu'on est réellement face à un troll des forêts plus que monstrueux, on rit bien moins, croyez-moi !
Avec un sourire, la jaune et noire me donna un coup dans l'épaule bien... viril ? Je la regardai, arquant un sourcil, avant d'éclater de rire. Luna avait souvent cette fâcheuse tendance à... se moquer des gens, dirais-je en particulier des mecs. Quoique, ça ne pouvait pas leur faire de mal. Certains se prenaient tellement pour les rois du monde, les maîtres de toutes créatures vivantes que redescendre de leur piédestal ne pouvait pas leur nuire. Non mais, vraiment ! Je ne supportais pas tous ces petits gamins, Moldus ou sorciers d'ailleurs, persuadés d'être des dieux sur terre, sans même porter le nom de Théo ou tout dérivé genre Théophile, Théodore (bah oui, Théo signifie Dieu en grec donc...). Ces gens-là méritaient bien que Luna parodie leurs petites habitudes viriles.

A ma grande surprise (ou peut-être pas si grande que ça) Gohan accepta de nous suivre. Il donna même quelques petites idées des plus intéressantes : pénétrer dans le Ministère de la Magie, cambrioler Gringott's, se rendre sur l'allée des embrumes. J'esquissai un sourire à cette dernière idée. Personnellement, j'avais déjà les pieds (par hasard) dans cette rue, de jour, et je dois dire que j'avais bien cru y rester. Heureusement une jeune Gryffondor que je ne connaissais pas encore m'avait sauvée sans quoi je ne serais certainement plus là, entre Luna et Gohan. Néanmoins, malgré cette terreur qui m'avait prise ce jour-là, j'étais bien tentée pour recommencer l'expérience, de nuit, avec mes amis. Maso ? Pas du tout. Simplement le goût du danger ! Bon, d'accord, c'était ultra, hyper dangereux de traîner parmi des mages noirs, même de jour, surtout lorsqu'on est de simples petits étudiants sans histoire.

- Je plaisante bien sûr !
rassura Gohan après un moment de réflexion.
Je laissai échapper un petit "oh" de déception avant d'afficher un large sourire :
-L'Allée des Embrumes de nuit me paraît très sympa, répondis-je alors, avant de leur faire un clin d'oeil. Mais bien évidemment, moi aussi je plaisante ! Je ne suis pas suicidaire, tout de même.
Quoique... Non, pas suicidaire mais ça se rapprochait quand même. A toujours courir après le danger, sans relâche, juste pour pimenter un peu ma vie monotone.
-Visiter des couloirs à la recherche de quelques pièces et ou passages dissimulés pourquoi pas ? ajouta Gohan.
Après l'énumération de tout ce qu'on pouvait faire d'interdit, visiter les couloirs de nuit me paraissait si... plat. Cependant je devais bien avouer que c'était, pour l'heure, la seule chose que nous puissions réellement faire. En regardant Gohan, je vis clairement dans ses yeux qu'il était prêt à le faire. Mais pas seul.
-Va pour les couloirs, répondis-je. Mais si on se prépare bien pendant les vacances, on pourra aller traîner dans l'Allé Embrumes de nuit, ajoutai-je avec un nouveau clin d'oeil.
Mon attention se reporta sur Luna laquelle ne semblait pas très enthousiaste à l'idée de réaliser ne serait-ce qu'un seul des méfaits énumérés pas Gohan. Je lui souris gentiment.

- Ca serait cool de juste visiter les couloirs pour trouver de bonnes cachettes, dit alors la jeune Poufsouffle. Parce qu'on en a toujours besoin et pour découvrir l'entrée des passages secrets dans Poudlard. Vous ne pensez pas que ça serait cool?
-Ca serait surtout cool qu'on ne quitte pas Poudlard, hein ? me moquai-je gentiment.
D'un certain côté, elle n'avait pas tort. L'épisode de la préfète dans le forêt interdite m'avait suffisamment "traumatisée" pour que j'éprouve le besoin de trouver de bonnes planques, si jamais ça recommençait.
Tour à tour, je regardai mes deux amis :
-Alors, qu'est-ce qu'on attend ? De s'enraciner dans ce couloir ?
Sur ces mots, je commençai à marcher dans le sens opposé de celui qui menait à la salle commune.
-Moi, je veux trouver tous les petits couloirs où personne ne va ! dis-je avec enthousiasme. Les endroits sombres et inconnus ! Les bonnes planques comme dit Luna.
Je me tournai vers mes deux "coéquipiers" et, avec un sourire enjoué, levai le pouce l'air de dire : "je sens que ça va être génial... même si on reste à Poudlard !"

HRPG :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Marjory U. Damian
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Marjory U. Damian, Lun 14 Sep 2015, 01:42


Rp avec Mathéo Angur



Marjory avait déjà passé plusieurs semaines dans sa nouvelle école, dans ce grand château plein de superbes endroits cachés, de passages secrets et de lieux magnifiques. Elle avait passé beaucoup de temps à tout visiter, à tout découvrir, du plus profond des cachots au plus haut point de la tour d'astronomie, jusqu'à Pré-au-lard où elle était déjà aller faire un tour. Elle avait aussi flâné dans les jardins, c'était assise au soleil pour lire des livres de magie ... Bref, elle pensait bien avoir vu tout ce qu'elle pouvait voir, étant une petite nouvelle, même si bien sur elle était persuadée de découvrir beaucoup d'autres choses pendant ces années à Poudlard.

Voilà donc ce qu'elle avait déjà fait. Ce soir-là, la petite fille se trouvait dans la salle commune de Poufsouffle, sur les canapés qui font face à la cheminée. Elle avait un livre sur les genoux, et le lisait distraitement. Au fur et à mesure de sa lecture, la salle commune se vidait peu à peu, jusqu'à ce qu'il ne reste que des élèves de plus de 15 ans. Elle se fit alors toute petite dans son fauteuil, pour ne pas qu'on la remarque. Elle n'avait en effet aucune envie d'aller dans son dortoir où ses camarades devaient déjà être entrain de dormir. Elle se sentait pleine de vie, elle était persuadée que si elle se mettait au lit maintenant, elle n’arriverait pas à dormir. Alors à quoi bon ?

Alors que la salle commune se fit de plus en plus vide, la blondinette se rendit compte que c'était au moins la dixième fois qu'elle lisait la même phrase de son livre de métamorphose sans en comprendre le sens. Elle ferma donc son livre et regarda autour d'elle. Elle ne vit personne, et s'avachit donc un petit peu plus, laissant son regard se perdre dans les flammes. Pendant que ses yeux étaient occupé à ce faire, son esprit tournait à toute vitesse. Qu'est ce qu'elle pourrait bien faire ? La lecture n'était plus une option, elle n'arrivait pas à se concentrer, elle se sentait trop excitée. Oh, et si elle faisait un peu de magie ? Elle se redressa, regarda tout autour d'elle avec ferveur, et ne voyant toujours personne elle sortit sa baguette de sa poche. Elle fixa de son regard le livre qu'elle avait posé sur la table basse qui lui faisait face et fit un petit mouvement de poignet, comme elle l'avait appris en cours.

- #Wingardium Liviosa

Le livre ne bougea pas ne serait-ce qu'un poil. Marjory poussa un soupire. Non pas qu'elle s'était attendu au contraire, le livre étant bien plus lourd que la plume sur laquelle ils s'étaient entraînés en classe, mais la magie était tout de même plus amusante lorsqu'on arrivait à la pratiquer ! Déjà ennuyée, et n'ayant pas satisfait son excitation nocturne, elle rangea sa baguette et se leva d'un bond lorsqu'une nouvelle idée la frappa de plein fouet.

Elle savait bien ce qu'elle pouvait faire, qu'elle n'avait encore jamais fait ! Elle qui avait exploré tous les recoins du château, il y avait encore une chose qu'elle n'avait pas faite. Ou plutôt, c'était une manière de voir les choses qu'elle n'avait pas encore expérimentée ! En effet, elle n'avait pas encore vu le château de nuit. Toujours guidée par sa fébrilité, la poufsouffle fit taire la petite voix dans sa tête qui lui disait : " Non Marjo, tu ne dois pas faire ça, il y a peu de temps que tu es dans cette école, il ne serait pas temps de créer des problèmes !". Cette voix avait étonnamment des accents ressemblant à celle de sa mère, qui, elle le savait bien, aurait été très déçue, et étonnée, de savoir qu'elle pensait à enfreindre le règlement. C'est donc avec un petit pincement au cœur qu'elle l'ignora et se concentra plutôt sur la façon dont elle allait se débrouiller pour effectuer son oeuvre.

Elle se doutait bien que les couloirs du château ne devaient pas être éclairés après le couvre-feu. Elle repris donc sa baguette dans sa main et souffla :

- #Lumos

L'extrémité de sa baguette s'éclaira puis s'éteignit quelques secondes plus tard. Elle répéta donc ce processus plusieurs fois avant de réussir à faire tenir la lumière au bout de sa baguette magique, même si elle était parfois un petit peu vacillante.

Fin prête, la petite fille se dirigea vers le tableau qui fermait la salle commune de sa maison, puis le fit pivoter après avoir jeté un petit coup d’œil derrière elle. Elle sortit alors dans les couloirs, et monta dans les étages afin d'apprécier la quiétude nocturne qui régnait à Poudlard. Une dizaine de minutes plus tard, elle s'était bien éloignée de sa salle commune lorsque l'excitation retomba d'un coup, sans prévention aucune. La voix de sa mère revint en force au devant de son esprit. Cette voix avait à présent pris une tonalité franchement réprobatrice. Et c'est vrai que Marjory se sentait de plus en plus stupide d'avoir pris la décision de mettre ce plan à exécution. Elle se sentait clairement exposée à cet endroit, avec sa baguette éclairée dans sa main.

Elle décida alors de faire demi-tour et de se rediriger vers les quartiers des Poufsouffles. Elle était prête à dormir, et rêvait même à l'instant présent de son lit qui l'attendait. Mais pourquoi ne s'était-elle pas tout simplement dirigée, comme ses camarades, vers son dortoir ? Elle n'avait pas l'air stupide à présent, à marcher dans les couloirs, tout seule ! Et si un professeur passait par là ? A cette pensée, c'est de la panique qui commença à s'insinuer en elle et son pas s'accéléra. Au détour d'un couloir, alors qu'elle approchait petit à petit de sa salle commune, elle entendit des bruits de pas feutrés. Elle n'arrivait pas à dire de quel sens ils venait, elle se colla alors au mur près d'une statue, puis retint sa respiration en espérant passer inaperçue.
Revenir en haut Aller en bas
Mathéo Angur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Mathéo Angur, Lun 14 Sep 2015, 11:00


Mathéo ne passait pas que des mauvaises journées. Dire ça, serait se mentir à soi-même. Il en à vécu des avantures dans le château et son année était loin d'être terminé. Et aujourd'hui était une journée assez belle et Mathéo en profitait. Le temps lui offrait en spectacle une magnifique douceur et l'egeilla tout la journée. Et cette journée, il profita à parcourir ce beau temps que ce soit dans le parc ou même près du Lac. Il ne sait même pas balader en forêt pour se rassurer. Non, tout ce qu'il faisait en ce jour là, il avait l'impression que tout ce passait bien. Et c'était le cas. Pas de conneries, rien pour l'Emmerd*r, les cours se sont même très bien passer. Tout lui souriait. Alors pourquoi rentrer ? Ah non, il n'allait sûrement pas aller ce coucher tranquillement alors que la journée ce passait nickel. Oh aller, pourquoi pas une petite aventure dans la forêt avant le couvre-feu. Il en sortira sûrement après. Mais de toutes façons, il ne voyait pas ce qui pourrait lui arriver de mal à ce moment là. Alors il y rentra complètement serin. Complètement libre et complètement frais. L'habitude d'y rentrer et son excitation n'y changeait pas. Toujours cette même sensation et l'envie de découvrir encore plus cette forêt dans toute ça profondeur.

Il avança sans ce soucier des choses autour de lui. Ça avait l'air calme même si tout pouvait arriver. Il faisait quand même nuit et la forêt n'était pas interdite pour rien. Il entendit juste le pas de quelques animaux qui se baladaient dans cette forêt. Mais, Mathéo n'en avait pas peur du tout. La seule chose qui lui faisait peur ici, c'était la surprise. La surprise de se retrouver en face de bestiole tout droit sortis d'un film d'horreur. La surprise de voir une crevasse s'ouvrir sous ces pieds. La surprise même qu'un prof vienne te faire chier dans ta promenade du soir. Ouais bon enfin la crevasse est une histoire inventée par Mathéo, mais il adore en rajouter. Quoi qu'il advienne, la forêt, c'est son chez-soi et d'ailleurs il en profita pour aller dans la clairière où il est aller la dernière fois. Là, où il s'est passé un combat épique entre lui et quelqu'un de sa maison. Enfin épique.. C'était surtout un jeu à laquelle les deux acteurs jouaient superbement bien. Doux souvenirs. Mais, avant d'arriver à la clairière, il eût un sentiment à laquelle c'était une mauvaise idée d'y retourner. Et Mathéo, au vue de sa journée, suivit son instinct et fit demi-tour. Il commençait un peu à se sentir mal à l'aise. La noirceur qui commençait à empetrer dans cette forêt déjà lugubre de jour. De nuit, c'est une horreur. Mathéo gardait sa baguette prête à agir. Au cas où. Et après avoir fait tout le trajet en marche arrière, il se rendit compte qu'il retourna vers le parc. Tiens. Était-ce le signe de sortir de là ?Sûrement et Mathéo n'allait surtout pas rester dans une position de faiblesse, même si tout lui souriait en ce jour. Il n'est pas aussi bête que cela à risquer sa vie pour des imbécillité pareils.

Mathéo était de retour au parc. La nuit commençait à dire à Mathéo qu'il était vraiment tant de rentrer au château. Et fallait surtout pas se faire prendre, c'est que ça rôde à cette heure là. Et même s'il aimait le goût de risque. Et même s'il s'en foutait de se faire prendre, il préférait tout de même d'éviter de se faire repérer. Il a déjà pas mal eu de problème. Surtout avec sa préfète. Mais là encore, c'est une autre histoire. Mathéo restait attentif et la fraîcheur de la nuit le poussa à se presser un peu plus vite pour rentrer. C'est qu'il ne faisait pas si chaud que ça dehors. Et après avoir vérifier et revérifier que la voie était libre, Mathéo rentra au château. Maintenant, ça allait être plus complexe. On joue en terrain miné une fois à l'intérieur. Plus facile à se faire prendre, plus compliqué à rentrer sans le moindre soucis. Faut faire tant de tour et de détour pour éviter de croiser ne serait-ce qu'un prof. Mathéo s'approchait de la salle commune. Et à ce moment là qu'est-ce qu'il voit ? Oh une petite lumière qui arpentait les couloirs. On s'en doute bien qu'un prof ne serait pas assez stupide pour allumer la lumière dans le château. Sauf si son but n'est pas de rechercher les retardataires. Mais au vu de l'ombre, ça ne pouvait être qu'un ou une petite élève perdu dans les méandres du château.

Ce à quoi il pensait à se moment là, était purement sadique. Ça pouvait être un élève de n'importe quel maison. Et Mathéo le prit en filature. Qui était plutôt réussi d'ailleurs. C'était même plutôt une élève. Et d'un coup paf, elle fila dans l'autre sens. Mathéo ne savait pas quelle mouche l'a piqué mais elle se dirigea tout droit vers la salle commune des Poufsouffles. Alors comme ça se serait une petite pouffy qui se baladait. M'enfin vu à la vitesse à laquelle elle finissait par marcher. Elle se sentait sûrement pas en sécurité ici et voulait sûrement vite rentrer dans sa chambre. Seulement qui dit accélérer le pas, dit également dans le même sens pour Mathéo qui dû lui aussi accélérer le pas. Et inévitablement celle-ci l'entendit. Mais comme il l'a suivait, difficile de ne pas savoir où elle se cachait. Aller, de quoi faire bien peur une pauvre petite camarade apeuré.

- Derrière toi !

C'était comme un bouh mais d'une manière différente. La pauvre, elle allait sûrement croire qu'elle allait passer un sale quart d'heure. Entre lui et elle, il y avait une sacré différence de taille et pas seulement. Mathéo en avait dix-sept et elle, bah il savait pas, mais il se doutait bien que c'était sûrement une nouvelle à Poudlard. Il cherchait à quel jeu il pourrait jouer avec elle. Il était en position de force et son sourire sadique était présent. Nan, il n'allait quand même pas se prendre pour un préfet.

- Alors comme ça on se promène dans les couloirs mademoiselle ?

Son ton dur pouvait lui permettre à ce que la fille soit bien capté par les mots de Mathéo. L'apeuré, c'était fait, la mettre dans une situation difficile, c'était sûrement fait aussi. Manquait plus qu'à la soulager, qu'à lui dire que c'est un mauvais rêve. Mais il n'allait quand même pas faire ça maintenant tout de même ? Allons, jouons encore un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Marjory U. Damian
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Marjory U. Damian, Lun 14 Sep 2015, 14:50


Marjory était toujours collée à son bout de mur, retenant sa respiration, à moitié derrière une statue. Elle avait bien entendu éteins sa baguette d'un #Nox, et espérait à présent de tout son cœur que la personne dont elle avait entendu les pas ne l'avait pas remarqué. C'était bien sur fort peu probable, mais qui sait, parfois on a de la chance, et comme la fillette était de nature optimiste, elle se plaisait à croire qu'elle n'allait pas se faire attraper lors de sa première sortie nocturne. Bref, elle espérait qu'on ne l'ai pas vu ou entendu. Ou peut-être que la personne qui était passée n'était pas un professeur ou un préfet, mais bien un élève qui comme elle n'avait pas le droit d'être là, donc qui ignorerait sa présence ? Elle était donc plongée dans ses pensées et regardant de gauche à droite devant elle lorsqu'une voix la fit sursauter.

- Derrière toi !

La petite blonde se retourna en un seul mouvement, le cœur battant à tout rompre, et se retrouva nez à nez avec un grand garçon, qui devait être en sixième ou septième année. Il la regardait de haut. Sur ses lèvres, Marjory pu lire un sourire goguenard, presque sadique - on voyait clairement que cela l'amusait beaucoup d'avoir trouvé la jeune fille à cet endroit critique. Allait-il se moquer d'elle ? Appeler un professeur ? La blondinette eu une grimace en pensant à un professeur qui la trouverait à cet endroit. En plus, elle ne se trouvait plus très loin de sa salle commune ! Elle jetait des coup d'œil précipités derrière elle, dans la direction des quartiers des Poufsouffles, s'imaginant déjà arrivée, saine et sauve dans son dortoir.

- Alors comme ça on se promène dans les couloirs mademoiselle ?

Le jeune homme venait de s'adresser à elle d'un ton dur, réprobateur, et la petite Poufsouffle se mit littéralement à paniquer. Est-ce que c'était un préfet pour réagir comme ça ? Elle le détailla plus précisément. Oui, il en avait l'âge ... Il n'avait pas d'insigne, mais il arrivait aux préfets de l'oublier, non ? Elle ne se rappelait pas de ce à quoi ressemblait tous les préfets de Poudlard ... Elle lui jeta un regard suppliant, elle voulait par là s'excuser d'être dehors si tard. Elle ouvrit la bouche pour dire quelque chose, puis la referma. Que pouvait-elle bien dire ? Elle était en dehors de son dortoir, il devait être bien plus de 22h, le couvre feu était fini depuis bien longtemps. Elle ne pouvait pas avancer l'excuse de ne pas avoir vu l'heure ! Elle regarda ses pieds, priant à son cerveau de l'aider à trouver quelque chose à dire, elle ne pouvait pas rester comme ça, surtout si c'était bien un préfet !

- Je ... Je suis désolée de ... Je voulais juste ... Enfin ...

Quand elle parla, sa voix prix des tonalités chevrotantes. Elle se tut alors. Non mais quoi, elle n'allait pas pleurer en plus ? Après tout, cela pourrait attendrir le jeune homme ... Mais non, cela ferait surtout passer pour une fille stupide ! Déjà qu'elle ne savait pas quoi dire ... Le jeune homme n'avait en plus pas l'air d'être le genre de personne à se laisser attendrir, plutôt le genre exaspéré par les démonstrations de faiblesse comme celle dont elle était entrain de faire preuve. Après elle ne savait pas vraiment, mais au point où elle en était, elle préférait ne pas prendre le risque. Elle releva alors ses yeux, plus haut, encore plus haut, jusqu'à les planter dans ceux du jeune homme. Elle faillit les baisser quand elle vit son regard mais tint bon, toujours avec sa lueur d'excuse dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Mathéo Angur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Mathéo Angur, Lun 14 Sep 2015, 15:33


Se moquer des gens, Mathéo était trop pouffy pour faire ça. Et pourtant c'est ce qu'il faisait à cette jeune fille. Il se moque d'elle, du moins pas tout de suite mais ça viendra. Parce que oui, son sadisme avait pris sa place dans sa tête. Mais quelque chose pourrait bien le faire changer d'avis. Rester là n'était sûrement pas la meilleure des idées. Surtout avec cette jeune fille qui était dans la même maison que lui.

Sa surprise avait parfaitement fonctionner. Ses deux petits mots étaient simples mais pourtant en ces moments précis, ils pouvaient faire peur. Dingue comme une simple phrase peut devenir différente en dépendant du ton employé, du moment et de l'endroit. Et ça fonctionne comme ça pour chaque discussion. Mathéo avait un sentiment de bonheur en ayant pris sur le fait la jeune fille. D'habitude c'est lui qu'on prend sur le fait. Mais ce sentiment d'être à la place de quelqu'un à laquelle il pensait. Oh que c'était jouissif. Que ce moment de bonheur soit parfait. Juste, il ne savait pas quoi faire pour la suite. À chaque fois qu'il a été prit sur le fait les circonstances n'était pas les mêmes. Une fois, il avait pété tellement un câble qui ne se souvenait même plus de ce qui s'était passé. Une autre fois, il été tombé sur la même préfète, mais en pleine forêt... Dans une situation plutôt inconfortable à ce moment précis. Et la dernière fois, c'est un prof qui l'avait surpris. Mais ce prof, était la personne à laquelle Mathéo appréciait le plus.

Pendant que cette jeune fille réfléchissait à quoi répondre à Mathéo. Lui même réfléchissait à vive allure ce qu'il pourrait faire avec elle. Ce n'était qu'une gamine. Une gamine apeurée. Mathéo se sentait d'un coup coupable, mais il ne voulait pas arrêter le jeu. Enfin, peut-être que ce n'était pas vraiment lui qui voulait continuer. Son état psychologique était de plus en plus pire de jours en jours. Et ça ne s'arrangait pas aujourd'hui. C'était la première fois qui profitait de la situation. Et un jour, il en paieras le prix. Perdu dans ces réflexions, mélangeant sadisme et culpabilité, la jeune fille répondit.

- Je ... Je suis désolée de ... Je voulais juste ... Enfin ...

Oui ? Juste quoi ? Allons quand même, il fait aussi peur que ça le Mathéo ? Il était peut-être dur, mais il n'est pas si méchant. Parce qu'imaginons Mathéo préfet ? Ça ne collerais absolument pas à sa situation. Il aime pas punir, mais l'inverse. Et ça se voit aux mépris du règlement. Attirant les ennuies tout autour de lui. Seulement, s'il ne les chercherais pas, il ne s'amuserait pas. Alors pourquoi ne pas en profiter pour une fois ?

- Oui ? Je t'écoutes ? Tu voulais juste quoi ?

Mathéo continuait son manège, même si l'a ça commençait à ce voir qu'il avait du mal à tenir le jeu. Ses paroles, même froide, étaient hésitantes. Parce qu'il savait qu'il pouvait se moquer d'elle, mais il aimait pas ça. Et comparé au tout début de son jeu, là, c'était plus délicat. Pour une très bonne raison. Ils étaient encore dans le couloir. Mathéo perdit son ton glacial et son regard sombre malgré le noir qui régnait. Un petit bruit suspect coupa le silence, le fait de parler pouvait attirer un véritable préfet ou un professeur. Le jeu était terminé. Et sans rien demander, il prit les mains de la demoiselle et s'enfonça plus loin dans le couloir en direction de la salle commune.

- Viens et surtout fais le moins de bruit possible. Dit-il en chuchottant

Lorsqu'ils arrivèrent dans le couloir menant à la salle commune, Mathéo fit demi-tour. Le couloir était malheureusement surveillé. Va falloir y repasser un peu plus tard par là. Mathéo s'enfonça dans un autre couloir à l'opposé et s'arrêta dans une cachette qu'il connaissait bien.

- Désolé jeune fille, mais va falloir attendre un peu avant d'aller ce coucher. Alors, une petite insomnie ? Ne t'inquiète pas, si tu veux rentrer à la salle commune, va falloir surtout rester auprès de moi. Ici, c'est un vrai champs de mine.

Même si celle-ci ne lui ferait aucune confiance, elle n'aura plus le choix. C'est soit elle se fait prendre et c'est son problème, soit ils rentrent tout les deux sain et sauf avec le lit en guise de trophée. Mais, l'arrivée était bien loin de tout ça. Ils étaient tout les deux en infractions et il fallait trouver un moyen de sortir de là. Et ça sera à lui, Mathéo de faire ce travail.
Revenir en haut Aller en bas
Marjory U. Damian
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Marjory U. Damian, Lun 14 Sep 2015, 16:47


Toujours les yeux plantés dans ceux du jeune homme, Marjory avait réussi à prendre un petit peu d'aplomb. Elle soutenait son regard sans faillir. La nuit avait du changer Marjory, ou peut-être était-ce l'apprentissage de la magie, toujours est-il qu'elle ne se reconnaissait plus à cet instant précis. Tout d'abord, elle est sortie de nuit dans les couloirs de sa nouvelle école, au mépris du règlement et même de la voix de sa mère qu'elle a entendu dans son esprit, et maintenant elle soutenait le regard d'un jeune homme, bien plus âgée qu'elle, qui l'a découverte pendant qu'elle agissait ainsi ? Elle qui était si timide d'habitude, timide à s'en mettre des baffes, défiait presque un de ses aînés qui pourrait bien se trouver être préfet ? Elle se sentait pleine d'audace, en tout cas bien plus qu'en général. Alors oui, il y a quelques secondes à peine elle avait faillit fondre en larmes et avait paniqué d'être découverte ainsi, mais elle s'était bien vite reprise. La petite fille ressentit un élan de fierté d'avoir réussi à évoluer dans ce sens.

- Oui ? Je t'écoutes ? Tu voulais juste quoi ?

Le jeune homme la regardait toujours fixement, mais sa voix, bien que toujours dure, était hésitante. La petite fille commença à se dire qu'il n'était peut-être pas préfet après tout. Pourquoi aurait-il été hésitant s'il avait été préfet ? Il aurait du avoir l'habitude de punir des élèves comme elle, qui sortait se promener dans les couloirs de nuit ! Elle sonda alors ses yeux, et y vit le même genre d'hésitation que celui qu'elle avait entendu dans sa voix. Elle se sentit alors se relaxer, et ses yeux jusqu'ici fixés sur ceux de son interlocuteur papillonnèrent. A ce moment, un petit bruit retentit dans le couloir. En voyant la réaction du jeune homme, elle se rendit compte qu'elle avait eu raison : il n'était pas préfet et ne devait pas être là lui non plus ! Alors, soudainement, il lui pris les mains et s'élança en direction de la salle commune des Poufsouffles. Marjory fut totalement prise par surprise et se laissa trainer. La seule chose qu'elle parvint à penser fut : "Alors, c'est un Poufsouffle lui aussi ?"

- Viens et surtout fais le moins de bruit possible.

Le jeune homme avait chuchoté. Eh bien dis donc, quel renversement de situation ! Elle se laissa traîner par le jeune homme, en accompagnant sa cadence grâce à l'amorti de ses chevilles pour faire le moins de bruit possible. Ils arrivèrent dans le couloir de leur salle commune à tous les deux, et avant que Marjory ai bien embrasser la scène du regard, elle sentit le jeune homme changer brusquement de direction et la tirer dans le sens inverse. Son cerveau mis plusieurs secondes à analyser ce qui l'avait fait changer de sens. Oui, voilà, il y avait des gens devant l'entrée de la salle commune ! Le jeune homme venait donc de lui sauver la mise. Il l'amena dans un recoin caché et lui dit :

- Désolé jeune fille, mais va falloir attendre un peu avant d'aller se coucher. Alors, une petite insomnie ? Ne t'inquiète pas, si tu veux rentrer à la salle commune, va falloir surtout rester auprès de moi. Ici, c'est un vrai champs de mine.

Marjory laissa échapper un petit rire discret. Voilà qu'il voulait l'aider maintenant ?

- Alors, tu n'étais pas préfet hein ?

Son ton, très bas, était mi-accusateur, mi-amusé. En effet, le jeune homme lui avait fait une peur bleue et elle en sentait encore les effets dans son corps entier, mais en même temps elle ne pouvait que comprendre ce qui l'avait poussé à faire ça. Elle s'imaginait, plusieurs années plus tard, tomber dans un couloir, la nuit, sur une petite nouvelle tremblante et effrayée par son ombre. Comment résister à l'envie de lui faire une blague ? Elle n'hésita alors pas une seule seconde à faire ce qu'il lui disait. Il était là depuis longtemps, il devait bien connaitre le château, encore plus la nuit, alors que c'était sa première soirée nocturne. Et puis il venait juste de l’empêcher de se faire attraper !

- Ok, je te suis ! Chuchota-t-elle. Mais dis moi juste comment tu t'appelles. Moi, c'est Marjory.

Elle avait un ton assuré qu'elle ne se connaissait pas. En tout cas pas avec quelqu'un qu'elle venait de rencontrer ! Il faut croire que fuir des professeurs et des préfets au milieu de la nuit dans les couloirs de son école créait des liens.
Revenir en haut Aller en bas
Mathéo Angur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Mathéo Angur, Mar 15 Sep 2015, 09:48


Il s'est fait prendre à son propre jeu. Jeu à laquelle il n'eût pas vraiment eu le temps de jouer. Mais il a pu pour une fois profiter de la jouissance de prendre quelqu'un en flagrant délit. Et ça, on ne lui enlèvera jamais. Il a voulu jouer, là il est en train de perdre et cette petite lui fera, avec un malin plaisir, comprendre qu'il a été stupide. Enfin dans un certain sens. Même caché, ils n'étaient pas non plus en sécurités. S'ils attirent un vrai prof ou un vrai préfet, c'était fini pour cette expédition noturne. Mais ça donnait un autre sens à cette partie. Un nouveau jeu commençait. Le jeu du chat et de la souris géant dans un château. Les chats rôdent tandis que les souris attendent le bon moment pour rentrer dans leurs trous. Qui est la salle commune. Une fois là-bas, ça sera la délivrance. Une fois là-bas, il pourront dormir sans se tracasser. Une fois là-bas, le jeu sera terminé. Mais le jeu ne faisait que commencer. Et pour le moment, les souris n'était pas en position pour gagner. Il allait falloir être rusé. Seulement, il fallait bien trouver une occupation. Parler, mais en faisant le moins de bruits possible pour éviter les soupçons.

- Alors, tu n'étais pas préfet hein ?

- Ouaip, répondit-il machinalement, toujours en chuchotant. Je suis un simple Poufsouffle qui enfreind le règlement. Comme toi !

En effet, même s'il n'est pas préfet, c'était la seule personne ici présente qui connais mieux le château. Et puis, c'est pas comme si c'était la première fois pour lui. D'ailleurs, il était curieux. Alors cette petite, étais-ce la première fois qu'elle se retrouvait dans le noir comme ça ? Si c'est le cas, elle a énormément de chance que Mathéo passait par là et jouer avec elle. Sinon, elle serait sûrement en train de passer un sale quart d'heure. Soit dit en passant, en faite, il venait de lui sauver la mise. C'est hilarant de savoir au combien le destin joue avec toi. Un jeu à laquelle elle ne voulait pas se voir terminer de suite.

- Ok, je te suis !

Pour le moment, ils avaient pas à se déplacer encore, ils étaient bien trop proche pour pouvoir tenter de sortir de leur cachette. Et Mathéo savait au combien sa pouvait durer plus longtemps. Mais seul, le temps peut s'avérer être beaucoup plus long que de le passer à deux.

- Mais dis moi juste comment tu t'appelles. Moi, c'est Marjory.

Bien, ellelà raison de passer aux présentations. Elle allait enfin savoir l'identité du joueur. Ils fallaient qu'ils travaillent en équipe. Lui, passera devant pour bah prendre les devant quoi. Et elle, se contenta de le suivre. Tout en surveillant qu'ils ne sont pas suivis. En faite. Mathéo voulait prendre un risque. Et il fallait qu'il donne le plan à cette petite Marjory. Mais pas maintenant. C'était pas le moment d'en parler. Il faudra qu'il lui dise après, au moment venu.

- Je suis Mathéo. Et peut être que malgré t'avoir fais peur, je suis peut-être ton sauveur. Mais en attendant, reste bien sage. Je reviens, je vais scruter les environs.

C'est ce qu'il fit. Observant et écoutant tout ce qui pouvait ce passer autour de lui. Personne. Mais des bruits de pas étaient encore présente non loin d'eux. C'était pas encore le moment venu et Mathéo reviens dans la cachette.

- Bon, là c'est pas libre. Sinon, vraiment, si tu me dis ce que tu fichais là, j'en ferais de même.

Son naturel curieux était toujours là. Et il voulait savoir. En attendant...
Revenir en haut Aller en bas
Marjory U. Damian
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Marjory U. Damian, Mar 15 Sep 2015, 20:40


Marjory se disait qu'ils allaient peut-être passer un certain temps dans cette cachette. Étrangement, elle ne se sentait pas du tout intimidée d'être toute seul dans cet endroit (as très spacieux, d'ailleurs) avec une personne plus âgée qu'elle, et un garçon qui plus est. Heureusement, se disait-elle, sinon se serais insoutenable ! Elle se sentait même très heureuse, finalement, de se trouver la, et un petit peu excitée aussi. Ce soir, on état d'esprit était vraiment comme des montagnes russes. A un moment elle était super excitée et ne pouvait pas aller se coucher, une dizaine de minutes plus tard, elle ressentait l'envie d'être dans son lit et elle commençait à avoir peur, ensuite elle était terrifiée ... Et puis à présent, c'était le retour de l'excitation, elle n'avait plus du tout peur de se faire attraper. Ça devait être la présence de ce garçon plus vieux qu'elle qui la mettait dans cet état. Enfin bref, toujours était-il qu'ils devraient passer un petit moment ensemble à présent, afin d'éviter la punition et de rentrer sain et sauf dans leur dortoir respectif. La petite blonde avait don senti le moment des présentations arrivé.

- Je suis Mathéo. Et peut être que malgré t'avoir fais peur, je suis peut-être ton sauveur. Mais en attendant, reste bien sage. Je reviens, je vais scruter les environs.

Marjory eu un grand sourire pendant que son camarade tournait des talons. Il est vrai qu'il l'avait quand même sauvé d'une punition qui aurait sans doute été sévère, qui plus est si peu de temps après son arrivée ! Le jeune homme revint très vite, et Marjory avait toujours son grand sourire qui a présent lui était adressé.

- Bon, là c'est pas libre. Sinon, vraiment, si tu me dis ce que tu fichais là, j'en ferais de même.

Bon, il devait encore y avoir du monde dans les couloirs près d'eux. La petite blonde n'en ressentit que de la joie, et pas du tout la déception à laquelle elle s'était attendu. Finalement, elle se sentit vraiment bien avec le jeune homme, car même s'il s'était moqué d'elle un peu plus tôt, il avait l'air très sympathique, et elle s'amusait beaucoup plus que lorsqu'elle était toute seule dans la salle commune avec son livre sur les genoux. C'est alors avec un grand sourire et un petit rire discret (eh oui, ils étaient tout de même entrain de se cacher !) qu'elle lui répondit en chuchotant :

- Y a pas vraiment de raison en fait ... Je m'ennuyais et je me suis dit que je n'avais encore jamais visité Poudlard de nuit. Je me rends compte que c'était peut-être pas une bonne idée finalement !

Elle eu de nouveau un petit rire qui se trouva totalement en opposition avec ce qu'elle venait de dire. C'était flagrant qu'elle était plutôt contente d'être la ! Elle haussa alors un sourcil à l'intention de Mathéo, puisque c'était son nom, en attendant qu'il lui dise à son tour ce qu'il faisait la, comme il le lui avait annoncé.
Revenir en haut Aller en bas
Mathéo Angur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Mathéo Angur, Mer 16 Sep 2015, 13:27


L'attente risque d'être long, mais à deux, c'est toujours mieux. Ça peut permettre de tisser des liens, d'en apprendre plus sur eux. Tout ça en jouant. C'est toujours bizarre de voir une situation comme celui-ci. Ou l'arroseur arrosé n'est finalement pas encore pris. Malgré tout, ce n'était pas une situation très confortable. La cachette, petite soit-elle, n'offrait pas la protection qu'on pourrait avoir. Ils allaient devoir bouger au bout d'un moment. C'est pour ça que Mathéo restait attentif, tout en discutant. Ou plutôt chuchotant. C'est pour ça qu'on peut les comparés à des souris. Car si le chat approche, il entendra ce petit bruit de loin qui fait penser à ces petites bêtes. Mais de loin. M'enfin, tant qu'il n'y a pas de signe d'alerte. Tout ira pour le mieux pour eux. Pendant se temps là, la petite Marjory répondit à sa question.

- Y a pas vraiment de raison en fait ... Je m'ennuyais et je me suis dit que je n'avais encore jamais visité Poudlard de nuit. Je me rends compte que c'était peut-être pas une bonne idée finalement !

Vu son ton et son euphorie, on aurait pu croire l'inverse. Elle avait l'air tout excité. Peut-être que le jeu lui plait bien en fin de compte. Résumons. Elle devait vraiment se faire chier pour sortir, parce que quand Mathéo l'a découvert, elle avait l'air appeuré d'être en plein milieu d'un couloir. Et ça peut se comprendre. Et là, bah ça l'amusait presque. Alors bien si elle voudra jouer, elle va jouer. Mais avant tout ça, Mathéo va lui dire ce qu'il foutait là, à son tour.

- Si tu veux que je te dise. Je reviens de la forêt. De la forêt interdire. Oui, c'est vrai que c'est pas le meilleure endroit pour passer le temps et surtout la nuit. Mais c'est mon endroit préféré. Là, où je passe ma majeur partis de mon temps. Mais ce soir, je me sentais pas vraiment en sécurité. Avec tout ces profs et préfets qui rôdent. J'ai préfère jouer la sécurité. Alors je suis rentré au château. Mais comparé à toi, je suis rester beaucoup plus discret. Je me balade pas la lumière alumer. Ne jamais utiliser un sort de luminosité ici. Si tu veux te faire prendre. C'est la bonne solution. Mais si tu veux rester silencieuse. Surtout, essais de reconnaître le château de jour et avec l'habitude, tu pourras t'y balader de nuit comme de jour. Du coup, je voulais rentrer comme toi. Mais je t'ai vu. Et pardon pour ça, j'ai du te faire une belle frayeur. D'habitude, je suis pas comme ça. Mais une part de moi-même avait envie de le faire. Et je m'en excuse. M'enfin, regarde où ça nous a mener au final. Sache que je trouve que c'est mieux à deux que tout seul pas vrai ? En tout cas, j'apprécie ta présence. Je suis content que tu ais eu l'envie de sortir ce soir là.

Il espérait qu'elle suivrait ce qu'il vient de dire. Mathéo adorait parler beaucoup. Même si là, il coupait limite chaque phrase pour essayer d'écouter autour de lui. Au cas où.

- Bien Marjory. Est-ce que ça te dit de jouer encore un peu et de forcer la chance ?

C'était le moment, soit elle joue, soit ils attendrons... Longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Marjory U. Damian
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Marjory U. Damian, Jeu 17 Sep 2015, 18:52


A la fin de sa phrase, elle vit bien que le jeune homme était perplexe quant à ce qu'elle disait. Bon, c'était clair pour tout le monde qu'elle était contente d'être la ! Marjory attendait donc toujours son histoire à lui, ce pourquoi il se trouvait la. Et la réponse qu'il allait lui offrir était à la hauteur de ses espérances !

- Si tu veux que je te dise. Je reviens de la forêt. De la forêt interdite. Oui, c'est vrai que c'est pas le meilleure endroit pour passer le temps et surtout la nuit. Mais c'est mon endroit préféré. Là, où je passe ma majeur partis de mon temps.

Marjory remarqua qu'il marquait une pause à chaque fin de phrase pour regarder autour de lui et tendre l'oreille. Est-ce qu'il y avait vraiment la possibilité qu'on les trouve la où ils étaient ? Elle n'aimait pas vraiment la sensation d'être la cible d'une chasse géante dans le château. Mais après tout, pas vraiment, puisqu'ils ne savaient même pas qu'ils étaient là ... C'était plutôt eux deux qui étaient dans la position des cibles qui se jouaient du chasseur en leur passant sous le nez ! Rassérénée, elle se dit qu'elle aimait beaucoup mieux ce rôle, celui de l'espiègle. Pendant sa réfection, le jeune homme avait continué d'expliquer ce qu'il faisait dehors.

- Mais ce soir, je me sentais pas vraiment en sécurité. Avec tout ces profs et préfets qui rôdent. J'ai préfère jouer la sécurité. Alors je suis rentré au château. Mais comparé à toi, je suis rester beaucoup plus discret. Je me balade pas la lumière allumée. Ne jamais utiliser un sort de luminosité ici. Si tu veux te faire prendre. C'est la bonne solution. Mais si tu veux rester silencieuse. Surtout, essais de reconnaître le château de jour et avec l'habitude, tu pourras t'y balader de nuit comme de jour.

La petite fille baissa les yeux, honteuse. Elle se rendait compte qu'elle avait agis sur un coup de tête pour sortir dans le château, elle n'avait pas réfléchit du tout sur comment elle pouvait faire pour ne pas se faire découvrir. En plus elle avait allumé sa baguette ! En effet, maintenant qu'elle y pensait, elle se sentait vraiment ridicule. La Damian adressa un sourire penaud à son camarade.

- Du coup, je voulais rentrer comme toi. Mais je t'ai vu. Et pardon pour ça, j'ai du te faire une belle frayeur. D'habitude, je suis pas comme ça. Mais une part de moi-même avait envie de le faire. Et je m'en excuse. M'enfin, regarde où ça nous a mener au final. Sache que je trouve que c'est mieux à deux que tout seul pas vrai ? En tout cas, j'apprécie ta présence. Je suis content que tu ais eu l'envie de sortir ce soir là.

Mathéo fit une pause dans son discours. Alors la, c'est un sourire franc et resplendissant qui vint prendre place sur les lèvres de la blonde. Ce que lui disait le Poufsouffle lui faisait très plaisir ! C'était vraiment agréable d'être la avec lui et même si ils devaient ce caché, à cet instant précis elle était aussi contente d'avoir pris le risque. Même si elle avait fait les choses n'importe comment, comme il le lui avait bien fait remarquer.

- C'est pas grave tu sais, je comprends que t'ai pu avoir envie de me jouer un tour ! Mais c'est vrai que tu m'as quand même fait peur ... Enfin, moi aussi finalement, je suis plutôt contente d'être sortie !

Elle eut un petit sourire timide. Si il n'y avait pas eu autant de différence d'âge entre eux, Marjory aurait très bien pu être attirée par lui ! Il avait ce petit côté rebelle (oui, il avait dit lui même qu'il sortait souvent la nuit) que la petite fille trouvait très sympa, elle qu'on prenait tout le temps pour la fillette bien sous tout rapport. A cette pensée elle sentit une chaleur dans ses joues : elle devait être entrain de rougir ! Elle espérait qu'on ne le verrait pas dans la pénombre. La jeune homme la regarda alors avec sérieux.

- Bien Marjory. Est-ce que ça te dit de jouer encore un peu et de forcer la chance ?

Jouer ? Forcer la chance ? Oula, qu'est ce qu'il voulait qu'ils fassent ? Voilà qu'un peu de la peur qu'elle avait ressenti plus tôt revenait s'insinuer dans ses veines. Mais il était vrai qu'elle se sentait bien mieux, et que le jeune homme avait l'air de savoir ce qu'il faisait. Il revenait de la forêt interdite quand même ! Elle était peut-être un peu naïve, mais elle faisait confiance à Mathéo. Elle le regarda alors avec de grands yeux innocents en lui annonçant.

- Je te suis. Si tu veux jouer, alors on jouera. Je te fais confiance !

Sitôt cette phrase sortie de sa bouche, elle se mit à espérer qu'elle avait raison de lui faire confiance, qu'il n'allait pas les conduire quelque part où il vallait mieux qu'ils n'aillent pas.
Revenir en haut Aller en bas
Mathéo Angur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Mathéo Angur, Lun 21 Sep 2015, 22:23


La petite lui plaisait bien. Enfin, arrêtons de l'appeler petite. Son nom est Marjory et c'est bien mien de l'appeler par son prénom que petite. Même si c'était le cas. Elle n'était pas "petite" pour son âge. Alors arrêtons de l'appeler ainsi et voyons... Comment la surnommé. Oh il trouvera bien un surnom un moment ou un autre. Bien qu'il pourra s'y amuser à trouver ce surnom ce soir. Pendant le jeu à laquelle ils jouent déjà.

En parlant d'amusement. Voilà que ce jeu allait devenir plus sérieux et fort distrayant. En effet, tout allait changer. Fini de rester dans cette cachette qui ne cachait pas vraiment. Fini de faire connaissance et fini la discussion tranquille et posé. La suite sera plus sportive et donc moins de temps pour parler et surtout en faisant le moins de bruits possible. Donc les paroles seront à proscrire pour s'en sortir indemn de ce "Labyrinthe" qui vont s'offrir devant eux. Pourquoi un labyrinthe ? Tout simplement qu'ils devront faire des tours et des détours pour éviter les "chasseurs" d'élèves dans les couloirs. Oh, ils doivent bien y avoir bouger depuis. Ça l'étonnerait qu'ils soient en train de surveiller de nouveau la porte accèdant la salle commune des Poufsouffles. Ouais bah ils vont pas y rester toute la nuit devant la porte tout de même...

- C'est pas grave tu sais, je comprends que t'ai pu avoir envie de me jouer un tour ! Mais c'est vrai que tu m'as quand même fait peur ... Enfin, moi aussi finalement, je suis plutôt contente d'être sortie !

En effet et il en avait honte cet abruti. Honte d'avoir fait peur à sa camarade de jeu. C'est con, mais il était un septième année, censé être responsable. Même si c'est une grosse blague, parce que nous parlons quand même de Mathéo ! Mais faire ça a une première année ! Quand même ! Bon passons, finalement, malgré ça frayeur, elle était heureuse d'être ici. Ce qui était super d'ailleurs. Au moins, malgré tout ça, il y aura que du positif. Ou presque. Car le négatif reste en effet qu'ils allaient en baver pour rentrer.

- Je te suis. Si tu veux jouer, alors on jouera. Je te fais confiance !

Faire confiance en Mathéo. Faut vraiment être complètement taré ou être en première année pour faire confiance en cette homme. Ce qui était le cas pour Marjory. Qui était la première année naïve devant un gars qui a presque fini ses études. Elle ne sais même pas dans quel pétrin elle va s'embourber. Et pourtant. Elle avait l'air d'aimer ça. Elle veut jouer ? Dit-elle ! Alors jouons ! Jouons comme si c'était notre dernier soir. Mais attention, on a qu'une seule vie ! Et va pas falloir la perdre. Sinon c'est terminé, Game Over et la partie et fini.

- Bien Marjory, dorénavant, tu vas me suivre comme si tu jouais ta vie ! Prête ? C'est partit !

Mathéo prit le couloir de gauche pour repartir en direction de la salle commune. Avec un peu de chance, il y aura personne et le jeu durera même pas une minute. Sauf que ça serait trop parfait hein. Et pour rappel le destin de Mathéo adore jouer avec lui. Il aime pas quand ça se termine rapidement. Alors c'est partit pour faire demi-tour. Tourner à droite un moment puis à gauche, puis de nouveau à gauche et le labyrinthe commençait à prendre forme. Passant même deux fois proche des cuisines pour y faire demi-tour au final. Ils étaient pourtant pas très loin de leurs but final. Mais, les professeurs et les préfets n'étaient pas du même avis ! Mais bordel ! Ils dorment jamais de la nuit ou bien ? Ou alors ils se relayent squattant les quatres salle commune tour à tour. Lieu le plus probable de trouver quelqu'un hors de son lit. Mais des fois ces personnes devaient risquer d'aller un peu plus loin pour essayer de trouver des personnes cachés. Comme Marjory et Mathéo. Elle le suivait naïvement, tandis que lui, surveillant chaque couloir, courant de façon à ne pas faire trop de bruit. Et surtout, il avait l'oreille toujours tendus pour savoir si un chasseur se pointait dans leurs directions.

Malgré tout ces chasseurs ne sont pas si discret que ça. Pour que Mathéo les entendes arriver. Oh bah non, à quoi ça sert qu'eux, ils soient discret ? Bah ouais, ils auront pas à être punis eux, vu leurs priviléges ! Alors, dans ce cas là, la plupart ne sont pas très "discret". Mais toujours ce méfier, car il y en a peut-être pas des discrets. Mais il y en a d'autres qui savent l'être. Jouant à la perfection le rôle du chasseur. Bien, continuons. Et Marjory, elle suit au moins ? Oui ! Ah voilà ce qu'il fallait rajouter en plus de surveiller constamment !es alentours. Surveiller Marjory. Le truc, c'est que dans le noir, on peut s'y perdre facilement et si un moment Mathéo va trop vite, elle risque de ne pas suivre et de se perdre. C'est la dernière chose à laquelle il voudrait que ça arrive. Qu'elle disparaisse dans les couloirs sombres de la nuit. Et là au lieu d'aller chercher à aller ce coucher. Il devra la chercher. Mais tout ceci n'est pas ce qui se passait. Mais ça pouvait ce produire alors, il se tourna vers Marjory au détour d'un couloir. Un endroit où pas grand monde d'ailleurs n'irait y passer sa nuit. M'enfin...

- Ça te dérange pas que je te prenne la main ? Qu'on reste souder ensemble ! Ça sera beaucoup mieux que tu ne me suive. Je peux pas toujours regarder si tu me suis. Si tu me tiens la main, alors comme ça, je ne risquerais pas de te perdre. Marjory.

Mathéo était à genou, devant elle, le sourire aux lèvres. L'aider, c'est tout ce qu'il voulait. Son but final : La ramener saine et sauve à la salle commune ! Pas question de la laisser seule ! Pas question qu'elle reste dans ses couloirs sombres et froid où un professeur lui tomberais dessus avant même que Mathéo ne la retrouve. Non cette sensation de solitude. Mathéo ne voudrait pas que ça lui arrive ! D'ailleurs il posa un petit bisous sur son franc avant de prononcer ces paroles :

- Bien, ne restons pas là ! Et continuons à avancer. N'importe qui pourrait nous surprendre ici.

Et Mathéo lui tendis la main !
Revenir en haut Aller en bas
Marjory U. Damian
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Marjory U. Damian, Ven 25 Sep 2015, 13:31


Est-ce que ça n’allait pas sembler étrange qu’elle dise déjà qu’elle faisait confiance à Mathéo alors qu’ils se connaissaient uniquement depuis quelques minutes ? Surtout qu’il avait commencé par se faire passer pour un préfet pour lui jouer un tour. Alors bien sûr, elle ne lui en voulait pas, mais est-ce que cela ne lui montrai pas, justement, qu’il n’était pas forcément digne de confiance ? Enfin bon, elle était naïve, on le lui avait déjà bien assez dit, et c’est quelque chose qu’elle aimait plutôt chez elle – du moins pour le moment – car cela la poussait à s’ouvrir facilement aux gens. Marjory regarda alors le jeune homme avec de grands yeux confiants – tout en évitant d’avoir l’air trop stupide – en attendant qu’il lui dise ce qu’ils allaient faire.

- Bien Marjory, dorénavant, tu vas me suivre comme si tu jouais ta vie ! Prête ? C'est partit !

- C’est parti … Souffla-t-elle en retour.

La petite fille suivit le jeune homme dans les couloirs. Elle se sentait prête à jouer, puisqu’elle se sentait en confiance avec le jeune homme, qui en plus semblait bien savoir ce qu’il faisait. Il se dirigeait d’ailleurs pour le moment vers l’entrée de la salle commune, ce qui semblait le plus logique. Mais comme Marjory s’en doutait (et espérait secrètement), l’ouverture était encore surveillée. Elle l’espérait, oui, car elle était bien là, avec le Poufsouffle, même si ils prenaient tous les deux des risques. Elle ne voulait pas que ça finisse trop vite et qu’ils rentrent chacun dans leur dortoir respectif et qu’ils aillent se coucher. Ils firent donc demi-tour, et la fillette perdit le compte des couloirs où ils passaient. Elle ne faisait attention plus qu’à Mathéo, à suivre son pas et à ne pas le perdre. Oh, et puis bien sur elle faisait attention à ne pas faire de bruit ! Elle essayait aussi d’écouter ce qu’il se passait autour, même si elle voyait bien que le jeune homme s’en occupait à chaque croisement.
La petite fille voyait le jeune homme se retourner régulièrement pour voir si elle suivait bien. C’est vrai qu’elle avait un peu de mal, elle était bien plus petite que lui et donc, faisait deux fois plus de pas. Elle commençait à s’essouffler un peu, mais comme elle ne devait pas faire de bruit, elle se refuser à respirer trop fort. Malgré tout, elle gardait la cadence. Parce que, que se passerait-il si elle se faisait distancer et qu’elle perdait Mathéo dans le noir ? Elle ne se faisait pas d’illusion, le jeune homme ne se risquerait surement pas à la chercher et il ne lui resterait plus qu’à se faire cueillir comme un fruit mur par un préfet ou un professeur. Ils se retrouvèrent bientôt dans un endroit où la petite Poufsouffle ne pensait vraiment pas que quiconque se promène la nuit … Elle comprit ce qu’ils faisaient là lorsque Mathéo se tourna vers elle.

- Ça te dérange pas que je te prenne la main ? Qu'on reste souder ensemble ! Ça sera beaucoup mieux que tu ne me suive. Je peux pas toujours regarder si tu me suis. Si tu me tiens la main, alors comme ça, je ne risquerais pas de te perdre. Marjory.

Bien sûr, il devait en avoir marre de sans cesse se retourner pour regarder si elle le suivait bien ! Et Marjory ne pouvait pas plus être d’accord avec lui. En effet, se serait plus simple pour tous les deux puisqu’elle aurait aussi plus de facilité à le suivre et il le sentirait s’ils allaient trop vite. Cette pause lui permettait en plus de reprendre son souffle ! Le jeune homme s’était agenouillé devant elle – pour être à sa hauteur, surement – et lui souriait. La blonde lui rendit son sourire, timidement. Mathéo s’approcha d’elle et lui posa un baiser sur le front. Il venait vraiment de l’embrasser ? C’était pour ça qu’elle se sentait une chaleur sur son front ? Elle rougit alors très fortement. Elle sentait tellement de chaleur dans ses joues qu’elle savait que le jeune homme pouvait le voir, et elle en rougit alors encore plus fortement.

- Bien, ne restons pas là ! Et continuons à avancer. N'importe qui pourrait nous surprendre ici.

Il lui tendit alors sa main. Afin de se redonner une contenance, elle lui fit un sourire encore plus timide que le précédent, et puis, de façon totalement spontanée, s’approcha de lui à son tour et posa ses lèvres sur sa joue. Elle se retira rapidement, rougit de plus belle et, finalement, mis sa main dans celle, toujours tendue, de son protecteur – oui, elle trouvait que ce nom lui allait bien. Puis, sans dire un mot (car ils semblaient tous coincés dans sa gorge à l’instant précis) elle lui fit signe qu’elle était prête à repartir.
Revenir en haut Aller en bas
Mathéo Angur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Mathéo Angur, Sam 26 Sep 2015, 20:42


Comme quoi, l'aventure pouvait partir d'une simple chose. Une rencontre inopportun en plein milieu d'un couloir. Et tout un tas de chose se défila par la suite ! Comment ne pas aimer ça ? Comment ne pas se sentir heureux de faire quelque chose d'interdit et de se sentir encore plus épanoui après sa. Parce que oui. Cette aventure n'était pas fini. En fait. Mathéo voulait l'emmener dans un autre endroit. Car il savait pertinemment que la veilleuse ne sortirait pas de là avant un long moment. Alors au temps en profiter pour faire quelque chose d'autre. Mais il lui gardera la surprise.

Avant qu'il ne reparte de nouveau et après lui avoir déposa ce bisous sur son fronc. Marjory devient toute intimidé. Et rougi. Très fortement. Et elle l'embrassa à son tour. Sur sa joue. Mathéo ne pu que faire un grand sourire à Marjory. Il l'aimait vraiment cette pouffy. Qu'elle profite de sa jeunesse ! Qu'elle en profite et ne fasse pas comme Mathéo qui a perdu cinq ans ici. Ce qui était de plus étrange. C'est que Mathéo rougit tout de même un peu. Comme si elle était déjà devenue son amie. Il ne savait pas pourquoi. Mais il appréciait énormément sa présence. Et au bout du compte, elle lui prit la main. Signe qu'ils pouvaient reprendre là où ils en était rendu. Marjory lui fit un signe voyant qu'elle n'arrivait pas à sortir un seul mot. C'est pas grave. Qu'importe, il fallait filer.

Mathéo monta. Oui, il monta dans les escaliers. En fait, ce chemin il le connaissait par cœur et savait très bien que ce passage serait libre à ce moment précis. À force de sortir. Il pouvait connaître parfaitement certains agissements des rôdeurs du soir. Bien que quelques fois, ceux-ci décident de changer leurs chemins. Il y avait peu de chance qu'il ne les trouvent dans cette partie du château.

Mathéo montait encore les marches et encore ! Tenant fermement Marjory pour qu'elle suivent. Mathéo comprit rapidement qu'elle ne pouvait suivre cette allure tout le long. Alors il faisait des poses une fois arriver en haut de l'escalier. Il marchait même à son rythme. Ne voulant ni la faire presser. Ni l'épuiser. Et au bout d'un bon moment, ils arrivèrent à la voilière. Et Mathéo guida Marjory dans ce couloir parfaitement noir et dont on ne voyait rien jusqu'à l'endroit où se trouvait les rapaces. La plupart étaient sortis chasser. Normal, il faisait nuit. Ils avaient faim les pauvre bêtes. La nuit et les fenêtres permettait de voir beaucoup mieux ce qu'il se passait que dans le château. Il s'approcha d'une chouette. Et c'est avec un plaisir et lâchant la main de sa compagne qu'il annonça.

- Je te présente Mind. C'est ma chouette. Elle est adorable. Surtout en cette période. T'as de la chance qu'elle soit encore là. Elle est rentrée hier soir. J'étais prêt à lui renvoyer une nouvelle mission. Mais au final. Je préfère qu'elle se repose un peu.

Mathéo prit sa chouette sur son épaule et carrassa son délicieux plumage. Il adorait vraiment cette chouette. Pour deux raisons. La première, c'est qu'il adorait ces animaux et les admire. Et de deux. C'est qu'il la acheté dans la boutique qu'il travail aujourd'hui. La BAM. Autrement dit, la boutique d'animaux magique.

- Tu veux la toucher ?

Il voulait qu'elle profite de se moment d'exception. Lui et elle dans la nuit. À la voilière et sa chouette maintenant sur son doigts. Comme pour la présenter à Marjory. Telle était cette nuit fantastique.
Revenir en haut Aller en bas
Marjory U. Damian
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Marjory U. Damian, Dim 04 Oct 2015, 17:47


Mathéo était toujours à genoux devant elle, la main tendu dans laquelle elle venait de poser la sienne, et elle sentait toujours ses joues brûlantes de honte. Qu'est ce qu'il lui avait pris de lui faire un bisou sur la joue comme ça ? Bon, ça n'avait pas vraiment l'air de déplaire au jeune homme mais elle se sentait un peu ridicule. Puis elle leva les yeux vers lui, et remarqua quelque chose qui la surprit fortement. Ses joues avaient elles aussi prit une teinte rouge ! Cela fit rougir de plus belle Marjory. *Mais arrête enfin, c'est pas vrai ça !* Elle avait envie de se mettre des gifles. Ne pouvait-elle pas arrêter de rougir, seulement cinq minutes ? Enfin. Après qu'elle lui eut fait signe qu'elle était prête à repartir, ils s’élancèrent.

Tiens, ils prirent un escalier. Ils montaient dans le château, et ce faisant s'éloignaient de leur salle commune, qui se trouvait toujours non loin du lieu qu'ils venaient de quitter. Mais à présent ils s'en éloignaient donc. Peut-être que le jeune homme savait qu'on ne les trouverait pas ici ? C'était surement ça. La petite blonde se laissait traîner, suivant docilement le Poufsouffle qui avait l'air de savoir très bien où ils se dirigeaient. Elle, par contre, ne visualisait absolument pas où ils se trouvaient dans le château, et n'avait donc aucune idée de la où il pouvait les emmener ! Heureusement, grâce à cette main qui les liaient à présent, Mathéo eut l'air de comprendre, qu'étant plus petite, son allure n'était pas facile à suivre pour elle, et ils s'arrêtèrent donc plusieurs fois sur le chemin pour qu'elle puisse reprendre son souffle.

Arrivés en haut des escaliers, ils entrèrent dans un couloir, absolument noir. Elle ne reconnaissait toujours pas l'endroit où ils se trouvaient, mais ils devaient être très en hauteur, et elle commençait à sentir une certaine odeur, qu'elle ne reconnu pas tout de suite. Marjory se laissa guider par la main du jeune homme dans ce couloir où elle se trouvait être aveugle, mais qu'il semblait, lui, bien connaitre. Il entrèrent alors dans une pièce, pleine de rapaces.

La volière ! C'était là qu'il l'avait guidée !! La fillette ouvrit de grands yeux en regardant tout autour d'elle. Elle aurait tellement voulu avoir un animal ! Malheureusement, elle n'avait pas eut le temps, après avoir été chercher sa baguette, de passer à la Boutique d'Animaux Magiques pour se trouver un compagnon. Elle avait du courir avec des camarades pour attraper le Poudlard Express. Il n'y avait pas beaucoup d'oiseaux, cette nuit là, mais comme les rapaces sont des animaux nocturnes, elle se doutait qu'il devaient avoir à l'instant présent bien d'autres occupations.

Du coin de son œil, elle remarqua que Mathéo s'était écarté d'elle, lâchant sa main, pour s'approcher d'une chouette. Il lui dit alors :

- Je te présente Mind. C'est ma chouette. Elle est adorable. Surtout en cette période. T'as de la chance qu'elle soit encore là. Elle est rentrée hier soir. J'étais prêt à lui renvoyer une nouvelle mission. Mais au final. Je préfère qu'elle se repose un peu.

Sa chouette pris place sur son épaule et le jeune homme la caressa. Il y avait beaucoup d'amour dans son regard et dans ses gestes, et elle comprit que celui-ci était très attachée à sa compagne à plume. Marjory s'approcha doucement, les yeux rivés sur ceux du magnifique animal.

- Tu veux la toucher ?

Sa chouette était à présent sur son doigt, qu'il tenait tendu vers elle, dans une invitation à la toucher. Marjory tendit timidement sa main et posa délicatement le bout de ses doigts sur la tête de la chouette. Son plumage était tellement doux ! Elle le caressa alors doucement, profitant de l'instant partagé avec ce jeune homme et sa chouette.

Elle avait vraiment bien fait, après tout, de sortir cette nuit. Sinon, elle n'aurait jamais rencontré ce jeune homme adorable, ou sa chouette magnifique. Elle reporta ses yeux, jusque là fixés sur l'oiseau, vers le jeune homme, et lui présenta un regard agrandi et plein d'étoiles. Elle voulait le remercier de ce cadeau qu'il lui avait fait. Mais comment pouvait-elle bien faire ça ? Sans un mot, elle se dirigea vers lui, l'une de ses mains toujours sur la chouette, et entoura son camarade de ses bras, essayant de faire passer dans cette étreinte toute l'émotion qu'elle éprouvait à se trouver là, en pleine nuit, avec lui alors qu'il venait de lui présenté sa chouette, pour qui, comme elle l'avait comprit, il éprouvait beaucoup d'amour. Elle leva les yeux vers lui et lui souffla :

- Merci ...
Revenir en haut Aller en bas
Mathéo Angur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Mathéo Angur, Lun 05 Oct 2015, 09:40


Comme quoi, cette soirée n'avait que de bien. Il y a des moments qui restera graver à jamais dans la tête de Mathéo. De cette magnifique histoire entre Marjory, la nouvelle arrivante à Poudlard, et Mathéo, le rebelle qui sort la plupart des nuits. Un jour, il avait espérer une rencontre comme celle-là. Pas forcément avec une fille beaucoup moins âgée que lui. Mais il en avait rêvé. Voilà qui était chose faite. Il montrait à cette gamine que des fois la nuit, on peut y passer des moments exceptionnels. Que ce n'est pas que mauvais. Où tout n'est que magie noire. Et le passer à deux. C'est encore mieux.

Marjory, après un certains temps, ce décida à toucher sa chouette. Qui se laissa faire. Tant qu'elle se sentait en confiance. Il n'y avait aucun risque que sa chouette s'en prend à sa protégée. Elle caressa son doux plumage qui en demandait tant. Mathéo appréciait vraiment ce moment. Encore un instant marquant. En pleine nuit dans la volière. Caressant sa chouette avec une autre main que la sienne. Cette chance. Cette incroyable nuit qui n'en terminait pas et Mathéo n'avait pas finit de recevoir des surprises.

Marjory s'approcha de Mathéo. Toujours caressant sa chouette. Et Mathéo surprit regarda Marjory. Elle était en train de lui faire comme un câlin. Marjory avait mit ses bras autour de lui, comme elle le pouvait. C'était très surprenant pour Mathéo qui ne s'attendait pas à ce qu'elle l'entour de ses bras. Ou plutôt d'un bras du coup. Sa protégée devait se sentir tellement bien avec lui. Se sentait sûrement en confiance avant de lui dire.

- Merci ...

C'était tout mignon. Mathéo la regardait avec plein de tendresse et prit à son tour Marjory dans ses bras. Enfin, comme il le pouvait. Et sa chouette toujours sur son doigt, voulait se poser ailleurs. Et après avoir bien réfléchi. Il posa sa chouette sur l'épaule de Marjory. Vraiment confiant. Ce disant qu'elle ne pouvait rien lui faire. Qu'elle apprécierait. Sa chouette émit un son. Et s'installa tranquillement sur l'épaule de Marjory, essayant de trouver une position confortable. Mathéo caressa sa chouette et celle-ci lui mordit son doigt. Mais pas pour lui faire de mal. C'était un geste affectueux. Et elle prit son envol pour sortir de la voilière.

Mathéo invita Marjory à regarder sa chouette parcourir le ciel. Cherchant sûrement de la nourriture. Et lui offrir ce spectacle qu'elle ne verra peut-être pas si souvent. Mind disparut dans le ciel, laissant son maître avec sa protégée seuls.

Mathéo entendit un bruit lui rappelant qu'il ne devait toujours pas être ici.

- Marjory, va falloir repartir !

Et sans un mot de plus. Il reprit la main de celle-ci et avança sans se pressé dans le couloir très sombre à laquelle ils seront confrontés. Mais pas pour longtemps. Car il reprit le chemin inverse d'un peu plus tôt dans la soirée. Descendit les escaliers. Toujours sans se précipiter afin qu'elle suive et de faire le moins de bruit possible. Et après tout ça, ils arrivèrent proche du but qu'il s'était fixé. Faire rentré Marjory sans le moindre incident. Et sans se faire chopper. Mais ça c'est ce qu'il croyait.

- Marjory, je crois qu'on s'est fait repéré...

Pas pour lui faire peur. Mais Mathéo paniquait à l'idée qu'elle se sente mal à l'aise. Que ce moment délicieux passer ensemble, allait terminer en cauchemar. Surtout pour elle...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 9

 Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.