AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 5 sur 7
[Habitation] La Luce nelle Tenebre
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard

Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Megan K. Hayajân, Mar 8 Mar 2016 - 14:09


____________________


Il me demanda calmement qui était cette seconde partie de moi et je me mordillais la lèvre, hésitant véritablement à répondre. Tous les animagus n'étaient pas comme moi, c'était clair et net. Le révéler m'en coûterait-il plus que ce que ce garçon savait déjà ? Qu'allais-je faire de lui, après ? Je ne pouvais pas laisser un homme vivant alors qu'il connaissait ce noir secret, c'était le pacte avec le Corbeau... Puis il eut un silence, comme un électrochoc, et la physionomie de Cale changea. Plus droite, plus fière, plus souple. Sa voix persiflante me brûla les tympans... en me demandant qui j'étais. Je n'étais plus face à la même personne, c'était son alter ego. Il tira sa baguette au même moment que moi, je reculais férocement, les babines retroussées.

Une lumière soudaine m'aveugla un instant, pas assez cependant pour ne pas voir qu'il verrouillait la porte. Il tenta un second sort que j'évitais aisément, le faisant rebondir sur mon bouclier magique. Alors, comme poussé par l'adrénaline, il poussa les barreaux de sa cage et déploya des ailes noires d'encre. Le corbeau était là et comme à chaque fois, lors des combats, je le laissais sortir. Un grondement animal dans sa gorge, ses yeux bleus qui flamboyaient tandis que l'homme tentait une approche diabolique, une phrase que je n'entendis qu'à moitié.

Alors, il y eu un crac ! la douleur était terrible. C'étai dans mon crâne. Une explosion immonde, un hurlement de douleur féroce à l'intérieur de ma tête, le corbeau qui tremblait sous le mal, et mes tympans, mes tympans qui menaçaient d'éclater sous le silence assourdissant de la salle et les cris de panique désespérés de l'oiseau qui était ma moitié.

-Mais qu'est-ce que tu fais bordel ! Cale, arrête ! Arrête où je te tue !

J'avais l'impression qu'un feu me dévorait l'esprit, embrasait chaque parcelle de mon crâne, comme un volcan en éruption, à la fois féroce et annonciateur de malheur, une fièvre hurlante, gémissante, qui me faisait peiner à garder les prunelles ouvertes et pourtant, fixées sur le brun. La tête me tournait, je basculais.

-#Sectumsempra.

Et je m'évanouis avant de voir si le sort a atteint ma cible.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Invité, Mar 8 Mar 2016 - 15:12


Alec était plus imbus, plus violent que Cale. Beaucoup plus même. Il n'avait pas cette barrière de la raison pour le freiner. Faisant face à la jeune femme il n'avait aucune compassion, aucune conscience et la seule question qu'il se posait était si oui ou non il la tuerait ou pas. Une fois la lumière allumée, la porte bloquée et son sort lancé Alec se mit en position défensive prêt à recevoir la réponse de Tina.

Ce n'était pas Tina, mais son autre partie. Comme pour Alec visiblement lorsque l'adrénaline se faisait sentir c'était eux qui prenaient la relève. Le sort d'Alec fut facilement esquivé, comme si elle ne le prenait pas au sérieux, comme si son sort était indigne d'elle. La suite fut particulièrement étrange, on aurait dit qu'elle se tortillait comme si un feu la dévorait.

Elle tenta tant bien que mal d'envoyer un sortilège dans le but de le blesser sérieusement. Cependant vu son état quand elle le lança et la position d'Alec, il n'eut aucun mal à le dévier d'un coup de baguette. Finalement son adversaire, Tina, s'écroula sur le sol molletonné de la pièce.

Il s'approcha d'elle, allongée sur le sol, lui debout. Puissant, il pointa sa baguette sur la jeune femme et s'apprêtait à mettre un terme à sa misérable vie.


Tu es faible… Si faible…

La bataille faisait rage à l'intérieur de son corps, d'un côté la masse sombre représentant Alec qui prenait place et de l'autre la lueur bleuté de Cale. Une bataille perpétuelle que le serpent subissait depuis le décès de son père. Allait-il laisser Alec prendre pleine possession de son corps où allait-il se battre chaque seconde que dieu fait pour ne pas laisser disparaître cette partie.

Shlak. La baguette tomba de la main du jeune homme. Se tenant au dessus de Tina, il mit quelques secondes avant de reprendre conscience. Il en était sorti vainqueur aujourd'hui, pas sûr que cela soit la même histoire les prochaines fois.

La voyant allongée il prit rapidement conscience de ce qu'il croyait avoir fait. Se souvenant de la porte bloquée, il l'ouvrit avec sa baguette avant de prendre la jeune femme dans ses bras. Il la porta jusque dans la pièce en haut des escalier et la déposa sur un des canapés présents.


Je… Je suis désolé… Je ne voulais vraiment pas…

On pouvait lire les remords sur le visage du jeune homme et dans ses yeux la fureur d'il y a quelques instants s'était dissipée. Place au calme. Avec cependant un corps inerte devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Megan K. Hayajân, Mar 8 Mar 2016 - 15:54


____________________


Je me sentais étrangement bien; comme sur un nuage. Il faisait étonnamment clair, et le corbeau était là, immense, bien plus grand que moi, veillant de son oeil bleu sur mon corps recroquevillé. Il était là en simple spectateur et secouait la tête d'un air là. Ses plumes étaient encore sanglantes du choc reçu, sans qu'il n'y ait vraiment d'explication possible. Il me berçait lentement, et je restais immobile, puisque c'était sans doute la seule chose à faire. Immobile et silencieuse, pelotonnée dans le vide de mon esprit béant, à l’affût du passage pour retourner chez les vivants. J'étais dans une anti-chambre, en quelque sorte, un lieu pur et vide au coeur même de mon être. On appelait cela l'inconscience.

Bouffée d'air, yeux ouvert sur un visage à la barbe sombre. Je restais immobile un moment avant d'être saisie d'une quinte violente de toux. J'étais allongée sur un canapé, entre quelques coussins moelleux. Cale était là. Je fronçais les sourcils et portais une main à mon crâne, toujours douloureux. Je balbutiais avant de secouer la tête, incapable d'accumuler suffisamment de mots censés pour former une phrase. Même ma baguette me semblait un objet étranger. Je restais ainsi, immobile, cinq, dix, quinze minutes. D'un geste de la main, j'informulais un #Accio, amenant à moi la bouteille de sky. Boire, boire.

-Il c'est passé quoi, là ?

Tout était flou. Je ne me rappelais que de la douleur, du corbeau agité, du visage déformé de Cale. De la chute inexorable sur les tapis bleus et de la lumière pâle. *Tina, tu vas bien ? *A va. , confirmais-je au corbeau. Je nageais cependant dans l'incompréhension et il n'y avait rien de plus frustrant. Je me frottais l'arrière de la tête en me redressant.

-Pourquoi tu fais cette tête, on dirait que tu viens de tuer quelqu'un !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Invité, Mar 8 Mar 2016 - 16:36


Elle était là allongée sur le canapé. On aurait dit un ange dormant. Puis finalement elle se réveilla, toussa et regarda Cale qui se trouvait à côté d'elle. Il se sentait coupable, coupable de ne pas avoir su gérer, de ne pas avoir été maître de son propre corps, avoir a batailler pour garder sa place de dominant. D'un geste simple elle attira la bouteille de sky vers elle dans le but de la vider. Cale attendit qu'elle en ait fini avec pour se servir un verre.

Lui aussi avait morflé tout à l'heure. La sensation de laisser son corps à l'abandon. D'être contrôler par quelqu'un d'autre. Ne plus être maître de soi-même. Les blessures étaient psychologique plus que physique. Chaque fois qu'Alec prenait le contrôle, une part de Cale disparaissait et à terme il ne serait plus.


Il c'est passé quoi, là ?

Je sais pas… J'étais plus moi même… Je contrôlais plus rien.

Pourquoi tu fais cette tête, on dirait que tu viens de tuer quelqu'un !

J'étais pas loin Tina… Enfin l' « autre ». C'était vraiment étrange. Il me controlait. Il me dictait ce que je devais faire. J'ai essayé de lutter. Mais c'est comme si au fond, ça me faisait du bien de m'abandonner à lui…

Il était tiraillé par des sentiments très distincts. D'un côté il était terrifié de ce que pouvais accomplir Alec mais en même temps curieux de savoir de quoi il était capable. Le pire dans tout ça étant que Cale gardait tout en mémoire. Il se souvenait de tout comme si on avait mis une caméra à la troisième personne pour le filmer.


Il reprit un verre. Le liquide lui brûlait l’œsophage mais qu'importe, cela le détendait.

C'est étrange, quand « il » avait le contrôle on aurait dit que ta tête était en train d'exploser et tu t'es évanouie…
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Megan K. Hayajân, Lun 14 Mar 2016 - 18:32


____________________


C'était affreux comme sensation : je reprenais peu à peu la pleine mesure de mon corps et tous mes membres me lançaient violemment Je restais immobile sur le canapé, toisant Cale, réfléchissant à ce qui venait de se produire. Je ne saisissais pas trop son air grave. Que m'était-il arrivé pour que je sombre dans l'inconscience au point que le clochard me descende et m'allonge ? Il vidait le sky et je restais sombre, comme perdue dans différentes nuances. J'étais vraiment sur la défensive.

J'étais pas loin Tina… Enfin l' « autre ». C'était vraiment étrange. Il me controlait. Il me dictait ce que je devais faire. J'ai essayé de lutter. Mais c'est comme si au fond, ça me faisait du bien de m'abandonner à lui…


Je hochais très lentement la tête en essayant d'assimiler toutes ces nouvelles informations. La part sombre de Cale avait prit le dessus, il s'était défendu, et il s'était produit quelque chose qui m'avait assommée. Soit. Ma baguette. Qu'avais-je fait de ma baguette magique ? Je jetais des regards perdus à droite à gauche en essayant d'en apercevoir le manche sculpté. Pas de trace de mon arme dans le salon. Aurais-je la force de me défendre magiquement avec une si faible énergie si le verso du Serpentard refaisait surface ?

C'est étrange, quand « il » avait le contrôle on aurait dit que ta tête était en train d'exploser et tu t'es évanouie…
Mais qu'est-ce que tu racontes ? Tu m'as jeté un sort non ? C'est bien pour ça que je suis tombée ?

En soi il n'y avait pas d'autres explications possibles : le sol était vide de tout obstacle, aucune chute ne m'aurait condamnée ainsi. Je n'étais pas maladroite au point de m'ensorceler toute seule et je n'étais pas sujette à des crises bizarres. La seule solution était bel et bien l'oeuvre de Cale.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Invité, Mar 5 Avr 2016 - 20:44


La situation était particulièrement étrange. Cale n’était pas responsable de ce qui venait de se passer, ni Alec d’ailleurs. Une sorte de réaction s’était produite entre elle et lui. Comme si un lien était apparu.

Je t’assure, je n’ai vraiment rien fait. Tu as commencé à te recroqueviller sans que moi ou Alec n’ait fait la moindre chose.

Le serpent vit la jeune femme regarder d’un œil inquiet autour d’elle, certainement à la recherche de sa baguette. Elle était très certainement restée en bas dans la salle. Sans attendre il se leva et alla cherche le précieux bout de bois au cas où Alec referait surface. En revenant il tendit la baguette à Tina et lui servit également un verre de ce breuvage que l’on appelait sky.

Ca ne t’avait jamais fait ça avant ? Parce que j’avoue ne pas vraiment comprendre. Comment sans lancer de sort tu aurais pu t’évanouir.

Tina semblait avoir les mêmes « soucis » que Cale. Il pouvait trouver avec elle un certain réconfort. Et en plus de cela il lui devait quand même la vie. Elle l’avait couvert, recueilli et offert un toit.

Je ne sais comment te remercier pour ce que tu as fait pour moi. Si je peux t’aider d’une quelconque manière.

C’était la moindre des choses, à défaut d’avoir de l’argent le jeune homme était assez habile de ses mains et pouvait aisément l’aider si elle en avait le besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Megan K. Hayajân, Dim 24 Avr 2016 - 18:24


____________________


C'était une sensation tellement étrange. Je me sentais nauséeuse. Le monde tournait dans tous les sens et visiblement, Cale... ou bien Alec, ne semblait pas comprendre mon malaise mieux que moi. C'était déstabilisant. Il avait tourné sans visage et puis ça avait été comme une brûlure infiniment douloureuse. Le garçon était remonté me chercher ma baguette et je buvais encore un peu, l'esprit aussi embrumé par l'alcool que par cet épisode troublant. Quelque chose clochait, voilà tout. Puis, comme si j'avais loupé plus de choses que je l'avais d'abord pensé, le jeune homme commença à me remercier, à me proposer des services, et mes yeux restaient fixés dans le vide.

Je ne comprenais rien à rien.

- Ben, heu écoute... repose toi. Je.. vais dormir je pense.

Il fallait le reconnaître, j'étais troublée. Moi qui ne me laissais jamais décontenancer ne pouvait qu'être étonnée... ! Par Merlin, je tombais  malencontreusement sur un alcoolique débraillé dans la rue, et ce type se trouvait être quelqu'un de dangereux pour moi... Dangereux ? Je déraillais. Personne ne pourrait jamais vraiment me blesser... N'est-ce pas ? Oui, allez, Tina. On va comprendre. Alors comme pour ne plus avoir à faire avec cette histoire complexe, je tournais le dos à Cale, faisant face aux coussins du canapé, les yeux clos.

Si ce type se révélait vraiment nocif, j'allais devoir le tuer. Il était hors de question que je laisse qui que ce soit me nuire. Quel qu'en soit le prix, je serais immortelle. C'était notre rêve. Notre rêve...

- Désolée Cale.

Je serrais les dents et restais sur mes gardes. Dormir ? Non. Veiller en silence.

[Fin du RP]

Revenir en haut Aller en bas
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Azphel, Jeu 28 Avr 2016 - 10:34


I want to make love to you.
PV Tichat

L’Italie, Florence. Ce pays et cette ville s'associaient tout naturellement à la douceur de vivre, à un romantisme ancré dans les moeurs. Depuis des siècles la région parfumait les coeurs d’amour et d’une aura de plaisir palpable, bien qu’invisible. Logée dans cette capitale de bien être, la Luce Nelle Tenebre était l'endroit parfait pour un week-end de repos en amoureux, loin de la folie de Londres ou du cocon magique secret que devenait le manoir d'Azphel et Tina, à Godric’s Hollow. Depuis qu'il était avec l'italienne, le sorcier avait pris la Luce en amour et s'était attaché à Florence, qui était devenue la ville idéale pour se détendre et laisser fleurir leur amour.


Le salon spacieux et sobrement décoré était baigné par la lumière matinale que le soleil diffusait à travers les larges baies vitrées qui donnaient sur la terrasse. Des reflets d'or se dessinaient sur l'eau bleutée de la piscine, promettant une journée de chaleur estivale. Azphel était seulement vêtu d'un pantalon en lin et se relevait du canapé pour rejoindre sa chère et tendre qui prenait le soleil sur un transat, exposant son corps de porcelaine aux caresses montantes du soleil. 
L’Italie lui allait à merveille et sa peau gentiment mordorée conférait à la belle de glace une teinte de feu des plus excitante.

- Bonjour mon coeur.

Le mage noir s'installa à ses côtés après l'avoir embrassée d'un baiser langoureux, ses longs doigts remontant le long de la cuisse de Tina, ses yeux émeraude épousant de fantasmes muets les courbes de son corps divin. La belle lui insufflait mille envies, et autant de désirs, de pensées profanes qui laissaient dans sa tête le goût des pêchés exquis, ceux qui valent sans détour de vendre son âme au diable, pour un sourire, ou des mouvements de reins accentués... Le côté fusionnel, charnel autant qu'intellectuel de leur relation n'était plus à prouver, et les deux sorciers se complétaient à merveille sur tous les plans… L’aspect corporel avait une importance prépondérante et jamais assouvi pleinement...


Il y avait entre eux l'attraction irrépressible de deux amants et la soif des jeunes amoureux, un breuvage bien plus euphorisant que tous les vins de la Toscane réunis. Chaque endroit qui les entourait était prétexte à nourrir leur imagination, abreuver leurs désirs de nouvelles envies à satisfaire, de caresses à prolonger. Tina était sa compagne, sa femme et sa maîtresse et son envie d'elle était insatiable... tout comme sa soif de ses bras et de son corps, la complainte mielleuse de ses soupirs.

Il se mordilla la lèvre en la regardant, condamnable de mille pêchés dans ses pensées. Ses doigts redescendirent le long du corps d'albâtre de sa belle.



- Tu sais ce qui me fait envie, là, tout de suite ? lui demanda-t-il d'une voix suave, ses yeux plongés dans les siens de manière à ne laisser place à aucun doute.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Megan K. Hayajân, Ven 29 Avr 2016 - 20:59


____________________


Et le corbeau réchauffait ses plumes au soleil doré d'une chaude matinée d'été. Voilà qu'enfin, l'esprit menaçant mais attendrissant de Valentina s'était assoupis, tant la sorcière passait de temps à réfléchir. L'oiseau au noir ramage se prélassait, seul maître d'un corps humain qu'il connaissait mal mais qu'il jugeait utile, jouissant des plaisirs humains de la bronzette et de l'eau fraîche citronnée. Tantôt, jetant un oeil à ce monde qui semblait un peu moins immense, tantôt surveillant la porte-fenêtre, dans l'espoir de ne jamais voir venir le loup, ce demi-homme qui prétendait au corps de Tina. Si l'italienne l'aimait - et ses lamentations mentales ne pouvait lui permettre d'en douter - l'animal haïssait cet être présomptueux, et assez stupide pour croire qu'il était seul maître dans le coeur de la blonde.

Mais bien sur, exhibant un torse dont il était fier sans doute, le loup s’immisça dans le cercle vital de l'oiseau à corps d'humain. Et sa présence eut pour effet de réveiller la part mentale de la sorcière. Cependant il n'avait pas prévu comme cela la suite des événements et repoussa de toute sa force cette intrusion psychologique ! Durant la sieste de la belle, il avait pu maîtriser suffisamment l'instant pour être le dominant, et comptait bien tourmenter un peu le jeune couple. Qu'il serait amusant de faire lutter Tina et se désespérer le loup !


- Tu sais ce qui me fait envie, là, tout de suite ?

- De moi, bien sûr. répondit le corbeau avec l'air insolent que l'italienne prisait tant.

Il sentait cette dernière se débattre fortement mais il la tenait en joue. Elle allait payer ces deux années de réclusion ! C'était un autre qu'il lui fallait, un homme plus sur, plus ambitieux, plus important. Elle avait choisit le loup mais lui non et il ne comptait pas s'abaisser à cela. Libère-moi ! , criait la blonde humaine, laisse moi mon corps ! que fais-tu, abrutit ! mais le corbeau restait sourd.

- Qu'attends-tu ?

Oui, qu'attendait-il pour lui laisser le pouvoir du jeu, de leur couple, avenir précieux aux yeux de l'animagus, mais qu'il lui tardait de détruire ! Ô ce jour lui était au combien ensoleillé !


Revenir en haut Aller en bas
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Azphel, Sam 30 Avr 2016 - 19:09


La belle était là, allongée, resplendissante comme un rayon de soleil, exaspérante de beauté, comparable aux sirènes de la Grèce antique toujours prêtes à charmer le voyageur imprudent, à prendre dans leurs filets les aventuriers des mers les plus audacieux, sans même qu'il n'y fassent attention, ne prennent garde à leurs chants mélodieux et trompeurs... De la mythologie les femmes modernes avaient perdu le statut de chimères, le fantastique qu'on prêtait dans les légendes à leurs charmes si forts qu'ils sont prompts à désarmer les hommes, à briser leurs défenses de telle manière à laisser penser qu'ils n'avaient ni armures... ni prudence... naturellement nés pour se perdre dans les lamentations conquises des femmes... trompeuses.

Le loup tempéra le jeu. Tina l'appelait de son regard mais ne l'invitait pas, c'était un pion reculé sur l'échiquier, une réserve qu'il n'avait pas prévu. Il voulait jouer franc jeu, mais la déesse italienne n'était soumise et prétendait avancer selon ses règles. Soit. La situation ne lui déplaisait réellement, les résistances de Valentina étaient d'ordinaire motivées par un esprit de jeu, d'une séduction et d'un mouvement destiné à accentuer l'attraction, le plaisir... le désir... oui ; l'envie d'elle était déjà bien là au réveil, alors que les Dieux avaient paré la terre d'un soleil Olympien, d'un feu que l'homme leur avait interdit depuis longtemps de réclamer.

Azphel contempla Tina, son corps d'Aphrodite, Sa déesse, la plus exquise et désirable des créatures que la Terre comme le ciel ait enfanté.

- Ma chérie, je crois que l'Italie me donne des envies irrépressibles. Et elles sont toutes liées à toi.

Les doigts d'Azphel dévalaient le long de sa belle, glissant sur sa clavicule, les contours de sa poitrine. Il la dévorait des yeux, avait envie de la déguster comme une douce ambroisie, un nectar réservé à lui seul et dont jamais il ne se lasserait... Encore et toujours il avait envie de boire à cette source de chaleur, goûter son corps comme un fruit défendu, réservé aux seuls Dieux.
Alors le sorcier, sûr de lui, d'une arrogance propre à outrager les Dieux, s'installa sur le transat à côté de sa créature, d'Elle. Ses doigts s'aventuraient sensuellement, sans équivoque aucune, dans des caresses pour lesquelles les déités olympienne auraient tout abandonné sans hésitation. C'était moins du désir ou de l'envie, que du besoin.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Megan K. Hayajân, Dim 8 Mai 2016 - 17:45


____________________


A quel point l'oiseau parviendrait-il à blesser l'homme ? A quel degrés de chaleur les étoiles se constelleraient-elles pour pleuvoir sur les corps, qui insouciants, pleurent et sanglotent dans les vagues du néant ? Il prenait goût au sexe, elle dormait à points fermés, mais lui veillait et s'apprêtait à ruiner leurs espérances, leurs existences, leurs exigences. Tout était après tout écrit d'avances et les vagues ne porteraient pas la mer assez loin sur la côte pour noyer leurs regrets. L'oiseau triompherait.

Peut-être.

Rien n'allait comme d'ordinaire mais la sorcière se taisait dans les nappes du sommeil, des songes et de l'illusion tandis que le corvidé ricanait joyeusement, futile créature assise sur son séant, qui laissait le loup se superposer à l'italienne. Nul doute, ce ne serait pas le Paradis pour le sycophante. Pourtant, il prenait à ce jeu un plaisir sournois, celui de remporter une victoire : la bataille était celle des sentiments. Il était un roi de pique quand elle était l'as de coeur, qui, selon les jeux, se révélait pièce maîtresse ou inutile vindicatrice. C'était un ressentis glorifiant, comme une pluie d'or sur ses épaules noires, comme un don des dieux, pour contrecarrer leurs appétits. Douce vengeance, n'est-ce pas.

Oh oui.

Danse des corps, mélange des heures, tendresse pour lui, ennuis pour lui, deux êtres parralèles qui pourtant s'opposaient en tout point. Et il avait envoyé la sorcière au fond d'elle-même, barricadée derrière les lignes d'un esprit, comme une cage, pour lui montrer ce qu'était la captivité. Pourtant elle dormait bien. Le loup semblait heureux, de plus en plus satisfait, des mouvements de reins. Alors, le Corbeau, bête sournoise et cruelle, lâcha en soupirant de la voix d'une Tina absente :

-Mais qu'est-ce qu'on s'ennui avec toi... Vraiment, je préférais tes ennuyeux monologues...

La blonde n'ouvrait pas la paupière et le corbeau gagnait la partie. C'était presque le moment de crier échec et mat. Il regarda même une montre imaginaire pour renforcer la honte du loup. En tout cas il ne comprenait pas les humains. Vraiment, le sexe, c'était tout sauf plaisant. Croyez le bien, si Tina avait été là, elle aurait crié :

Oh non.

Revenir en haut Aller en bas
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Azphel, Dim 8 Mai 2016 - 21:37


La Déesse se parait-t-elle d’un masque de tromperie, d'une vile envie de jouer, malsaine. Pourtant si jeu il y avait, les règles n’existaient pas ou demeuraient abstraites pour le loup, enfermé en cage comme aux premiers jours de la captivité qu'il s'était imposé, bien des années plutôt. L'homme qui s'était lié à Tina ne comprenait pas la position de sa femme, le loup - son instinct animal - la détestait. Il n’était pas dans les habitude de l’italienne de se fermer au sexe, surtout pas quand son corps brûlait d'une chaleur si exaltante qu'il pouvait la deviner bien avant de la toucher.


La sensation était désagréable et échappait à la compréhension du sorcier. La belle ne le repoussait pas physiquement et sa gestuelle n’était ni agressive ni ouvertement fermée. Pourtant elle était sérieuse, comme si elle avait simplement décidé, sans avancer de raison, de faire barrage aux envies de son homme. Le fait même qu'elle n'accentue pas les gestes du mage noir ou ne les prolonge pas avait quelque chose d'inhabituel. L’animagus avait toujours su lui offrir un minima, une compensation quand la fatigue les excédait et qu'ils ne pouvaient raisonnablement satisfaire les murmures intérieurs qui les rongeaient… mais là elle offrait une réticence sans conviction, pourtant Azphel devinait dans sa nonchalance lasse que quelque chose n'allait pas, et surtout, qu'il n'obtiendrait pas ce qu'il voulait.

-Mais qu'est-ce qu'on s'ennui avec toi... Vraiment, je préférais tes ennuyeux monologues...


La voix de sa belle n’était pas. Il ne la lui connaissait pas et il tenta de déceler dans ses yeux d'azur cristallins un signe de mensonge, une lueur qui trahirait une manoeuvre, ou une pensée contraire à ses propos. Mais il n'y avait rien. En réagissant plus vite il aurait pu répondre de but en blanc, mais elle l'avait pris de court avec cette affirmation sortie tout naturellement. Dur de deviner dans ses conditions si ses caresses faisaient bien leur effet habituel, si la course de ses doigts provoquaient les frissons intérieur qui amenaient ensuite ses suppliques et ses envies d’encore.



- Bébé, je ne me rappelle pas les mêmes ennuis que toi... Je pense que ta mémoire te fait défaut. Et si ce n'est pas le cas, je peux la faire mentir assez aisément, juste en me servant de mes mains ? 



La question avait pour vocation de déclencher sur son visage une réaction qu'il lui connaissait, et éventuellement de la faire plier au désir qui bouillait en lui. il avait choisi d'adopter la posture du jeu, devinant qu'il n'avait pas la bonne main, mais prenant le risque de relancer sur un coup de bluff. Si Tina voulait fixer les règles de ce jeu de frustration, elle allait devoir se montrer plus communicative et... moins froide. Un mot qui collait si bien à sa personnalité mais en totale contradiction avec les cris étouffés de son corps, ses cris qu'elle prétendait être un simple ennui.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Megan K. Hayajân, Dim 26 Juin 2016 - 13:53



____________________


Haine. Oui je te hais, vois-tu, calomniateur, tandis que mes yeux s'ouvrent de l'autre côté du miroir, et que je te sens comme vivant, lâche créature. Tu n'es qu'un traître, u perfide, je me jure de me venger, d'étrangler ce sourire que je devine incrusté dans ton esprit. Je te sens, corbeau, je te ressens comme déloyal. Je sais que tu n'es que vilenie et dépassion mais je trouverais la corde juste pour étrangler tes ardeurs. Je vois aussi ce loup calculateur, et ton esprit influe sur le mien, je suis partagée entre l'amour et le dégoût, mais une part de moi se contracte et le rejette. Je crisse les ongles sur les draps, et d'un coup de la plante des pieds dans l'abdomen, je le soulève et l'éjecte au loin. La folie fait de moi un être aux forces démesurées.

Le sens-tu, cet étrange mouvement de reins tandis que le changement se fait : le loup est acculé et étourdis, je suis pétillante et ma peau, oh, ma peau se couvre de plumes. Leur noirceur est sans égale, nous sommes bien beaux ce soir. Les vois-tu, ces plumes malfaisantes qui se pâmes et ce bec qui m'étreint ? Ce n'est pas un costume, c'est ma véritable nature. Je suis Oiseau. Mes muscles se tendent, je crisse dans le silence étourdis, et m'envole sans crainte. C'est un duel à mort. Lui ou moi, Azphel ou rien. C'est une guerre, même, et il me faut gagner. Mais mes désirs sont-ils fixes ? Suis-je vraiment attachée à cet être d'écailles ?

Vole, vole, et passe par le carreau ouvert de la fenêtre, prends mon élan dans l'immensité du ciel, et caresse un nuage paresseux. Je ne fais qu'embrasser la beauté de l'air et survole une ville morte de sommeil. Je dépasse l'église et le cimetière, traverse les bois, c'est loi. La haine oui, cette maladie de l'esprit me dévore ; il est moi. Le corbeau est Tina. Ses choix tordent les miens, je ne peux savoir quel sera le résultat. Pour le moment, je vole, tu l'auras compris.

Quel est ce cercle, pourquoi dois-je mordre le vent pour surmonter l'étoile-mère ? Pour la liberté, crie l'oiseau, pour l'honneur et le pouvoir et la puissance. Il a raison. Azphel ? Loin, loin de moi. Je penserais plus tard mais ne dois pas le voir. S'il apprends pour le Calomniateur, je le tuerais.

Je tuerais l'homme que j'aime.

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Megan K. Hayajân, Lun 24 Oct 2016 - 20:58


.RP avec Az.



Il y a l'eau qui claque sur la pierre de la falaise. Plus que l'acide, les vagues rongent les roches féroces, dressées comme dix tigres indiens. Les yeux fermés, je mords le vide avec envie, pour ce goût de sel, ce goût de mer qui m'étreint et me perfore. Je ne suis plus qu'une voile promise au vent, plus rien qu'une ombre teintée d'émotions démentielles. Variation, changement de son, le courant s'engouffre dans ma chevelure, et, effarouchée, mes doigts s'écrasent sur mes joues. Je n'ai plus rien d'humain, plus rien qu'un visage aigu, qu'un regard ardent et une respiration, mal-aisée, incertaine, mais elle est là. Elle se pose sur le silence comme on tape du poing sur la table. Comme un volcan dans le froid ibérique. Je voulais faire la paix avec mon lourd passé.

Et puis, il y a cette nuit étranglée, et ces étoiles qui remercient un nom oublié. Je m'effondre. Je n'ai plus de corps, plus de corps, qu'un esprit, variant, incertain, presque éteint, qui croit à l'espoir et aux remerciements, qui voit des ombres et des désirs, qui rêve d'un bouleversement. Il y a comme des coups de griffes donnés par une âme pure et innocente qui me juge à juste titre. Qui me taraude de réflexions et d'un peu d'amour aussi. Les mains sur un ventre que j'aimerais délaisser, j'ai un peu de désespoir. Le temps passe, et je ne suis rien qu'une seule personne, à demi brisée, rien de concret. Quel chemin avais-je fait. Une étoile filante. J'ai de la douleur dans les pupilles.

Les lèvres pincées, j'imagine une autre vie. Celle de ma mère, pourquoi pas. Un mari aimant, des enfants, une belle maison, de l'argent, des caprices exaucés. Qu'ai-je fait pour ne pas connaître ces bonheurs simples ? Pourquoi ma génération ne goûte-t-elle pas aux plaisirs simples d'une vie humaine comme on en rêve ? D'une famille, d'un travail, d'une routine douce et réconfortante ? Pourquoi dois-je stagner à l'état de corps vide de tout désir alors que je n'aspirais qu'à un peu de calme ? Femme je suis devenue, femme je voulais vivre; J'étais devenu une arme de lutte, alors que je n'aspirais qu'à enseigner. J'aimerais me fondre enfin dans le décor.

Je me tiens droite. La lettre est partie trois jours plus tôt, invitant Azphel à me rejoindre. Loup. J'attends que ça, tu vois. L'évolution, la discussion. Je suis peut-être prête à lui accorder un peu de moi, peut-être pas. Que pourrait-il m'offrir, lui ? Mes rêves étaient bons pour être enfouis sous des montagnes de larmes. Mais il fallait que l'on renoue, puisque nous ne nous étions pas vus depuis ce scellage, depuis que sur nos poignets la même marque nous liaient pour toujours. Et à jamais. Qu'étaient-on ? Un couple, un duo, des âmes soeurs ? Dans une autre vie, dans un autre univers, nous aurions été heureux ensemble. Qu'en était-il aujourd'hui ? Il reste toujours au fond de moi des tiroirs qui ferment pas bien, qui me rappellent que je suis bien seule sur le chemin.

J'ai laissé la porte ouverte. Je me tiens sage, assise sur le divan, une cigarette, aux vapeurs déroutantes, dans le creux des doigts. J'attends. Peut-être ne viendra-t-il pas. Peut-être s'est-il lassé. Peut-être devrais-je, moi aussi, tirer un trait et mordre une autre vie à pleine dents. Nous verrons bien.

On m'avait dit que c'était beau, les aurores boréales.
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Azphel, Mar 25 Oct 2016 - 11:24


RP Tina


Comme si. Comme si tout cela n'aurait du être qu'un parfait bonheur, un étalage d'amour opulent aux yeux des autres, si vivace et flagrant qu'il en aurait écoeuré les âmes les plus malheureuses. Comme si cette promesse éternelle n'était qu'un commencement, un aveu planifié dès leur rencontre et qui devait les mener sur un chemin bien tranquille, sans gros cailloux ou nid de poules, sans ronces et sans embuches ; une voie parsemée d'ombres puisqu'ainsi ils étaient faits, mais un chemin soigneusement tracé malgré tout, vers un bonheur durable.

C'était comme ça. Des ombres plus grandes encore et des doutes qui s'accumulaient, pourtant sans même avoir été annoncés.
C'était curieusement au moment où il avait échangé ses voeux avec Tina qu'Azphel se retrouvait assailli par des doutes et un sentiment de solitude grandissant. C'était comme ça. Comme si toute sa vie de ténèbres, influencée par des âmes si noires qu'il n'avait pu se chercher d'alternative, n'avait pas mérité de répit, pas d'issue tranquille. Comme si son passé avançait avec lui, tel une épée de Damoclès, n'annonçant à son périple qu'une issue tragique si les choses demeuraient inchangées, s'ils avançaient de faux pas.

C'est ce que cela aurait dû être. Une communion, un échange constant, un bonheur loin du désordre qu'avait été la vie d'Azphel, quand bien même soutenait-il toujours à demi mot les partisans des ténèbres. Son passé restait bien loin derrière lui et le calme était à portée. Mais pourtant, il se sentait loin de Tina. Peut-être était-ce sa faute, ou alors la sienne, ou alors... celle des choses que l'on ne contrôle pas. Avaient-ils changé, sans s'en apercevoir ?

Le job au Chaudron Baveur obtenu par Tina avait été perçu comme un exutoire pour elle, pour sa part d'ombre et un moyen, aux yeux d'Azphel, de s'octroyer une vie tranquille parmi tout le reste du monde. Mais cela n'avait empêché les distances et les silences et il n'aurait jamais cru possible qu'ils soient un jour l'un de l'autre si loin. Mais c'était la réalité, dure à accepter. Les choses devaient changer.
Lui ne bossait que partiellement, le plus clair de son temps dans des activités liées à la magie noire... l'enseignement, ou la quête des fragments de sa famille. Ses oncles pour être précis. Pas responsables de qui il était devenu, mais premiers coupables dans la mort de sa soeur. Ces salauds étaient plus difficile à retrouver que ce qu'il avait cru et ses recherches lui prenait du temps. Tina ne faisait pas partie du projet, elle avait le Chaudron et il avait sa propre façon de s'occuper. Celle-ci pesait plus lourd que d'ordinaire en ce jour.

C'est peut-être cela qui les séparait aujourd'hui, si c'était le cas, il devrait la mettre dans la confidence, mais si son italienne se fermait de son côté, la sortie de l'impasse risquait d'être plus compliquée qu'il n'y paraissait.
D'autant qu'il la rejoignait à la Luce,  non pas de lui-même, mais convié par une lettre et avec elle des incertitudes formulées entre les lignes. La douceur de l'Italie et la volupté de Florence paraissaient se faner elles aussi et le soleil, caché par des nuages volumineux, ne semblait pas prêt à apporter un réconfort à la journée du lycan.
La porte de la maison était ouverte, comme un invitation, ou une autorisation.
Bien qu'il entra d'un pas incertain, le soleil fut bien présent dans le salon cosy quand le regard émeraude du loup se posa sur sa belle. Un sourire apparut immédiatement sur le visage du loup, comme si le simple fait de la voir désagrégeait tous les doutes venus avec lui.
Une cigarette dans sa main, fumante. Inhabituel. Posture détachée, pensive. L'état de félicité dans lequel les avait plongés leur promesse était assurément loin. Un pressentiment, comme ça.

- Bonjour toi, dit calmement le loup, s'avançant sans certitudes vers son rayon de soleil avant de déposer un long baiser sur ses lèvres.
Il ressemblait à ceux des adieux, mais avait l'intensité des premiers baisers fougueux.
- Surprenant de venir ici sur invitation, dit-il sur un ton amusé en s'asseyant à ses côtés. Comment tu vas ? demanda-t-il, son regard émeraude cherchant les tressaillements dans les prunelles azures de l'italienne.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Megan K. Hayajân, Mar 25 Oct 2016 - 12:33


____________________


J'ai un peu peur. Peur de perdre la seule belle chose qui me soit arrivée depuis des années. Peur de blesser mortellement le loup. Peur de me perdre dans cette lutte avec le corbeau. Tout était de sa faute, n'est-ce pas, au corbeau ? Lui qui me mordait dès que je m'accrochais à Azphel, qui le repoussait et le haïssait, lui préférant un animal plus sinueux. Je veux noyer mes souvenirs qui reviennent. Mais comment lutter ? L'image d'une nuit étoilée aux parfums d'évidence, quand dans des bois obscurs, nous nous rencontrions pour la première fois. Loup solitaire, revenu des ténèbres, et corbeau tempétueux, plongeant dans l'aventure sans même réfléchir. Impossible d'éviter une telle osmose. Ce n'était que le premier fil. La première danse. Venu ensuite le palais royal anglais, les premières étreintes, un peu de noirceur saillant nos fronts. Tout ne fût ensuite fait que de magie et de tendresse. Jusqu'à...

Jusqu'à ce jour d'août milles fois espéré et milles fois regretté. Ce n'était qu'un passage, une étape de plus. Rien ne pouvait nous lier plus profondément. La Magie Ancienne était témoin d'une promesse spirituelle valeureuse. Qu'avions-nous fait ? Cette union sacré était sans doute la seule chose qui nous poussait l'un vers l'autre aujourd'hui... Non ? Qu'entends-je ? Amour ? Idiotie, supercherie, ce mot ne veut rien dire. Je réfute, je repousse, et pourtant... comment nommer des sourires involontaires, des nuits de sexe et de passion, des jours partagés ? Le mot me brûlait violemment la gorge. Trop douloureux. Aimer signifiait toujours Perte. Alors cette fois... non. Perdre Azphel m'était idée insupportable. Ne t'en fais pas, je te le volerais insidieusement.

Une voix, un baiser. Pourquoi ne pourrais-je pas vivre de cela ? De milliers de baisers donnés sans penser au pire ou au funeste, sans rien faire d'autre que de se prêter au jeu de séduction ? Je voulais un peu de bonheur, était-il le seul à pouvoir me l'apporter ? Quelle autre chose pourrait me rendre heureuse ? Je taisais des doutes et rendais avec tendresse ce baiser simple. Les effluves du passé remontaient ardemment au creux de mon esprit. Je l'autorisais à le regarder. L'oeil vif, d'un émeraude plus sombre que ceux du sinueux. Il était seul que je voulais réellement à mes côtés, en effet. Puis une voix.

- Comment ça va ?

Réponse évidente. Réponse mensongère. Question stupide. Si tu es là, beau loup, c'est que quelque chose ne va pas et que je veux régler cette situation. Que quelque chose me tenaille le bide, m'étrangle et me massacre lentement. Je veux retrouver les sourires vrais. Mon bonheur personnel, tu es la seul chose qui me manque ! J'ai le travail, la cause à défendre, la santé et l'argent. Mais je n'ai plus de famille. J'ai tout perdu.

- Ma mère est morte le mois dernier. Mais ça va. Pause lente, traînant ses accents. Et toi, beau loup ?

Car lui, comment vivait-il cette situation ? Se sentait-il laissé, replié sur lui même, dans ses propres quêtes ? Véridique, j'avais fuis au Chaudron Baveur et logeait au Raven's Sanctuary. C'était d'ailleurs là que m'étais venue l'envie de revoir mon inviolable. Quelqu'un m'en avait après tout soufflé l'idée. Lui seul me connaissait assez pour me faire de telles suggestions. Et il avait réussit. Aussi, je réfléchissais à la manière d'amener la situation avec douceur. Azphel, si tu veux que je reste tienne, aide-moi à revivre. Les mots s'accumulaient mais sonnaient tous faux.

- Je sais, ça fait longtemps que je n'ai pas donné signe de vie. Pour être tout à fait honnête, ce n'est pas de ta faute, mais de la mienne. Mea culpa. J'ai eu pas mal de boulot. Des ombres tatouées à satisfaire. Pas mal de déconvenues. Mais William m'a donné un congé. mensonge. Comme j'avais quelques jours de libre, je me suis dis que ce serait l'occasion de se voir.

Eh oui. Je ne t'ai pas oublié.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 7

 [Habitation] La Luce nelle Tenebre

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.