AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 4 sur 9
Dans un coin sombre
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
June Evans
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Dans un coin sombre

Message par : June Evans, Jeu 28 Jan 2016 - 20:24


La jeune fille ne s'y connaissait pas du tout en alcool et l'obscurité de la rue l'empêchait de voir ce qu'il y avait d'écrit sur la bouteille. A vrai dire, elle s'en fichait un peu, elle voulait juste comprendre ce que ressentait les gens alcoolisés. Elle avait tellement vu de jeune moldus ivre, sa voisine par exemple, à peine plus âgée qu'elle. Elle était revenue chez elle en titubant et en ne cessant de crier, et tout ça en pleine nuit, bien évidemment. A l'époque June n'accordait aucune importance à ce genre de soirée qu'elle trouvait totalement immature et inutile. Elle était tellement concentrée sur ses études qu'elle en oubliait de grandir et elle en avait marre d'être toujours la fille parfaite, la bonne copine.
Si l'alcool rendait si joyeux, pourquoi n'aurait-elle pas le droit d'essayer ?
Alors qu'elle s'apprêtait à boire une seconde fois, une voix retentit et la surpris quelque peu.

- Eh bien mademoiselle, est-ce bien le lieu et la compagnie adéquat pour se mettre joyeux ? Que diraient vos parents s'ils savaient cela ?

C'était Marx. Elle le regarda, d'abord perplexe, la dernière fois qu'elle l'avait vu, il s'était barré comme un voleur. Et à part son corbeau, elle n'avait rien eu d'autre venant de lui.
Marx prit la bouteille, en bu une gorgée puis la rendit à la jeune fille. June comprit qu'il ne la dénoncerait pas. Tant mieux. Elle fit mine de regarder autour d'elle puis regarda Marx de nouveau.

- Aucun parent à l'horizon, j'ai bientôt 16 ans, j'en ai marre de toujours respecter les règles. dit-elle la mine ignorante, puis plus dure.

Elle bu de nouveau, une fois, deux fois, puis s'adressa une nouvelle fois à son ami, un ami devenu invisible ces derniers temps. Elle avait impression qu'ils ne s'étaient pas vus depuis des lustres, depuis qu'il lui avait annoncé la mort de Wilum. Elle en avait presque oublié à quoi il ressemblait.

- Qu'est-ce que tu fais là ? Je ne t'ai pas vu depuis longtemps.

Elle sourit. Un sourire faux, archi-faux même. Elle ne savait même plus qu'elle genre d'ami était Marx, elle qui voulait à tout pris qu'ils restent proches, elle avait l'impression qu'en l'espace d'un instant, ils étaient revenus à la case départ, comme s'ils ne se connaissaient pas. Malheureusement, pour elle, une chose n'avait pas changé. Son coeur battait à 200 à l'heure actuellement.
Elle continua de boire, elle ignorait pourquoi, puis elle se laissa glisser contre le mur, telle une ivrogne qui vit dans la rue. Elle invita la Gryffondor à faire pareil, espérant que cette fois-ci, il ne s'enfuit pas comme lors de leur dernière rencontre à la Grande Salle de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : Marx Rosenzwag, Ven 29 Jan 2016 - 17:40


- Aucun parent à l'horizon, j'ai bientôt 16 ans, j'en ai marre de toujours respecter les règles.

Marx la regarda fixement, le visage froid d'émotion. Il lui semblait bien une éternité qu'il n'avait pas vu la sorcière, et ce qu'il voyait devant lui à présent n'avait plus rien à voir avec la jeune fille qu'il avait rencontré. Une amertume lui coula dans la gorge. Pourquoi fallait-il que les choses dégénèrent ainsi dès qu'il les quitter des yeux et cessait un temps de s'en occuper. June s'enquilla de bonne gorgée de ce qui semblait être du vin, du moins au goût que le Lion avait encore en bouche. Une bien belle piquette même ! Il observait silencieusement la Poufsouffle. Lui ne s'en voulait plus que ce soit pour la mort de Wil ou pour ce qu'il avait pu lui dire lors de leur dernier repas. Pourquoi vivre dans le passé après tout, et se pourrir l'avenir avec quelque chose d'inévitablement accompli et irremplaçable ? C'était June elle-même qui avait dit cela en réprimant Marx. Cette figure rassurante et apaisante que lui inspirait la sorcière ne transparaissait plus du tout maintenant.

Qu'est-ce que tu fais là ? Je ne t'ai pas vu depuis longtemps.

Ah ! Il l'attendait celle-là ! Longue histoire en effet ! Mais le sourire factice qui étirait les lèvres de la brune ne lui donnait pas du tout envie de la lui racontait. Toujours silencieux, il la regarda s'assoir. Jamais il n'aurait pensé que voir June dans ce triste état l'affligerait autant... Ou plutôt l'attristerait autant. La jolie sorcière méritait milles fois mieux que picoler de la vinasse dans une ruelle sombre et glaciale. Jamais Marx n'avait réalisé jusqu'à présent à quel point elle pouvait compter pour lui. Cette longue absence n'avait été finalement que le fruit d'une suractivité peu convenable de sa part dans laquelle il ne pouvait l'inclure. Ce brusque retour à la réalité était fort déplaisant. Le Lion vint s'assoir à ses côtés lorsqu'elle le lui proposa, et concéda enfin à dire un mot :

- Je prends l'air..., il posa doucement sa tête sur l'épaule de la jeune fille comme s'il cherchait encore une trace de cette chaleur qui lui manquait tant, J'ai été très occupé ces derniers temps... Entre mon oncle, le permis de translanage, les A.S.P.I.C... Nos petites virées me manquent tu sais... Tu me manques toi..., finit-il par déclarer, en serrant dans sa paume le pendentif caché sous sa couche de vêtements et qui ne l'avait jamais quitté.

Marx s'exprimait un peu plus ouvertement. Il s'était bien rendu compte qu'il n'avait pas trop le choix. Mais du coup, il lui arrivait de mentir de plus en plus souvent. Ses A.S.P.I.C... Si June savait à quel point il s'en tamponnait ! Mais il ne pouvait pas non plus tout lui dire ; trop dangereux.

- Et toi, qu'est-ce que tu fiches dans un endroit pareil ? Tu penses que picoler en douce feras de toi quelqu'un c'est ça ?

Oups ! La remarque était partie toute seule. Même s'il n'y avait aucune trace de méchanceté dedans, le stoïcisme avec lequel il l'avait annoncé pouvait paraître déplacé.
Revenir en haut Aller en bas
June Evans
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : June Evans, Ven 29 Jan 2016 - 20:12


Marx vint s'asseoir à côté de la jeune fille. C'était pas grand chose, mais June était satisfaite qu'il accepté de passer un peu de temps avec elle. Elle se sentait vraiment seule depuis son retour à Poudlard et elle avait besoin de lui, c'était la seule personne qu'elle avait vraiment envie de voir.

- Je prends l'air...J'ai été très occupé ces derniers temps... Entre mon oncle, le permis de translanage, les A.S.P.I.C... Nos petites virées me manquent tu sais... Tu me manques toi...

Marx avait à présent la tête posée sur l'épaule de la Poufsouffle, un contact qui la rassura. Après tout ce qu'elle avait enduré ces derniers temps, notamment l'attaque de Madverier et son équipe, plus l'attaque du Mangemort aux Trois Balais, elle avait l'impression que plus rien ne tournait rond dans sa tête. Il lui fallait probablement un peu de temps pour se remettre sur les rails, mais elle savait qu'elle avait besoin de Marx. Il lui manquait également, bien plus qu'elle ne l'avait pensé.
Elle sentait sa tête tournait légèrement, elle avait bu un peu trop vite et sentait les premiers effets de l'alcool. Rien de bien joyeux, malheureusement, contrairement à ce qu'elle avait pu pensé là-dessus... "T'es trop naïve" se dit-elle à elle-même.


- Et toi, qu'est-ce que tu fiches dans un endroit pareil ? Tu penses que picoler en douce feras de toi quelqu'un c'est ça ?

June leva les yeux aux ciels. S'il recommençait à vouloir la blesser, elle ne rentrerait pas dans son jeu cette fois-ci. Il lui manquait tellement qu'elle ne le prenait même pas mal.

- J'ai atterri ici par hasard, je ne sais même pas ce que je fous là. Et cette Mer** est carrément dégueulasse. Elle fit rouler la bouteille en direction de l'ivrogne toujours endormi et prit la main de Marx. Tu me manques aussi tu sais, plus que je ne l'aurais cru. Je comprend qu'avec tout les examens et tout le reste tu ne sois pas très disponible. J'ai juste... l'impression que ma tête va exploser.


Elle-même ne comprenait pas ce dont elle était en train de parler, tout semblait confus. Ce qu'elle ne voulait pas, c'était perdre Marx ou s'éloigner inconsciemment de lui. Sa rencontre avec le Gryffondor l'avait fait évolué, elle se sentait plus en confiance.  Elle posa sa tête sur celle de Marx, souhaitant profiter de sa présence. Elle se doutait bien qu'une fois qu'ils se seront quittés, elle ne le reverrait pas de si tôt.


Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : Marx Rosenzwag, Dim 31 Jan 2016 - 10:18


- J'ai atterri ici par hasard, je ne sais même pas ce que je fous là. Et cette Mer** est carrément dégueulasse. Tu me manques aussi tu sais, plus que je ne l'aurais cru. Je comprend qu'avec tout les examens et tout le reste tu ne sois pas très disponible. J'ai juste... l'impression que ma tête va exploser.

- Ho ho ho! Normal que je te manque! Moi aussi je me manquerai si je n'étais pas... moi! Et je comprends parfaitement cette impression aussi. J'peux te dire que c'est très drôle d'ailleurs. Mais ça va passer. Faut juste laisser passer un peu le temps... C'est tout ce que tu as me raconter depuis tout ce temps?

Marx sentait que quelque chose clochait chez la jeune sorcière. Elle était très tourmentée. Oh bien entendu il n'y avait rien de plus normal pour une fille de cet âge, mais ça paraissait un peu trop gros. Comme si elle avait subi un trop qui rendait lui la situation détestablement intenable. Un peu comme lui il y a pas si longtemps que cela. Et le Lion l'avait négligée ces dernières semaines. Plus de nouvelle, plus d'escapade du jour au lendemain. Un sentiment de culpabilité le rognait quelque peu. Le jeune homme se sentait responsable de n'avoir rien vu venir, d'avoir oublié. Un peu comme la dernière fois... Il était absolument hors de question que les choses se renouvellent.
Marx passa son bras autour de June pour la serrer contre lui. Si une chose n'avait pas changeait, c'était bien le plaisir qu'il ressentait au contact de la Poufsouffle. Un clame plat. Une sorte de sérénité.

- Que dirais-tu de repartir sur de bonnes bases?, demanda-t-il de façon incrédule, Je veux dire... de faire plus attention l'un à l'autre; de donner des nouvelles, de s'organiser de petites sorties... Ca nous permettrait de nous voir plus souvent, d'éviter des périodes à vide comme celle-là, et puis... De garder contact même après mon départ de Poudlard. Un peu comme... Un couple.

Cette idée fit sourir Marx, et lui chauffa le visage que le froid avait déjà teinté de rouge. A part Wilum, le Gryffondor ne s'était jamais attaché de ces sentiments là pour quelqu'un d'autre. Il aimait beaucoup June, mais pas de cette manière là pour lui. Mais il tenait aussi à ce qu'il y ait quelque chose de fort entre eux. De la complicité, de la confiance. Comme ça avait commençait à être le cas auparavant. Un malaise le saisit donc à cette évocation.

- Ou plutôt... Je voulais dire comme de vrais amis. Qu'on n'ait plus de secret l'un pour l'autre quoi!
Revenir en haut Aller en bas
June Evans
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : June Evans, Dim 31 Jan 2016 - 14:35


- Ho ho ho! Normal que je te manque! Moi aussi je me manquerai si je n'étais pas... moi! Et je comprends parfaitement cette impression aussi. J'peux te dire que c'est très drôle d'ailleurs. Mais ça va passer. Faut juste laisser passer un peu le temps... C'est tout ce que tu as me raconter depuis tout ce temps?

June se mit à rire. Le sens de l'humour de son ami lui avait également manqué, cette manie qu'il avait de s'envoyer des fleurs, même indirectement plaisait à la jeune fille. La dernière fois qu'elle avait vu le Gryffondor, il se détestait lui-même et s'en voulait de la mort de Wilum. Aujourd'hui, il semblait avoir un peu retrouvé son côté drôle et prétentieux et June adorait ça, c'était Marx, c'était comme ça qu'elle le connaissait et qu'elle avait envie de le voir.
En revanche, la Poufsouffle ne savait quoi répondre à sa question. Elle s'était promis de ne pas lui parler de l'agression des Serpentards où il avait été victime d'un sortilège d'amnésie, elle n'allait pas aggraver la situation. Elle avait décidé de faire face seule à la situation. Elle ne souhaitait pas non plus parler du Mangemort aux Trois Balais, mais peut-être que la nouvelle a déjà fait le tour de l'école. Après tout, c'est un ancien professeur qui a défendu le bar entier. William West. En lui en sera toujours reconnaissante !! Sans lui, elle et son amie Alba serait sans doute morte.
Elle se décida à ne rien lui dire pour le moment, elle ne voulait pas gâcher leurs retrouvailles. Elle voulait renouer leur amitié et surtout ne plus le laisser s'éloigner. Elle voulait vraiment être une amie irréprochable avec lui et raconter ses problèmes n'était pas le bon moyen pour ça. Elle fit donc un simple "Non" de la tête pour lui répondre.
Le Gryffondor passa son bras autour de la petite brune qui se serra contre lui. Elle se sentait bien ici, malgré le lieu un peu glauque et l'ivrogne toujours allongé. En réalité, l'endroit importait peu lorsqu'elle était avec lui. C'était ainsi qu'elle ressentait les choses et c'était probablement pour cette raison que son absence lui faisait mal.

- Que dirais-tu de repartir sur de bonnes bases? Je veux dire... de faire plus attention l'un à l'autre; de donner des nouvelles, de s'organiser de petites sorties... Ca nous permettrait de nous voir plus souvent, d'éviter des périodes à vide comme celle-là, et puis... De garder contact même après mon départ de Poudlard. Un peu comme... Un couple.

"Mon départ de Poudlard", voilà une phrase qui lui donna la nausée. Elle savait que Marx allait bientôt terminer sa dernière année à Poudlard, seulement, jamais elle s'était réellement mis en tête qu'il allait s'en aller et qu'elle allait encore rester deux ans à l'école après ça. Malgré elle, ça ne lui plaisait pas, elle espérait intérieurement qu'ils gardent contact. Elle leva la tête, celle-ci se cogna légèrement contre le mur. Elle prit une grande inspiration.
L'utilisation du mot "couple" semblait légèrement inapproprié peut-être. June connaissait mais refoulait ses sentiments pour Marx qui n'était pas réciproque et elle était ok avec ça, elle essayait. D'ailleurs lui-même sembla s'en rendre compte et se rattrapa.

- Ou plutôt... Je voulais dire comme de vrais amis. Qu'on n'ait plus de secret l'un pour l'autre quoi!


- C'est ce que j'ai toujours voulu ! Je n'ai pas envie qu'on s'éloigne sous prétexte que tu n'es plus à Poudlard.... Elle baissa la tête, Bien que je suis consciente que ce sera différent, c'est toujours un peu différent.

Elle resserra son étreinte, espérant ne pas étouffer Marx. Quitte à ce que ce soit différent dans le futur, autant profiter tant que rien ne change.

Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : Marx Rosenzwag, Dim 31 Jan 2016 - 20:48


Bon bin c'était un peu maigre tout ça! Après autant de temps sans se revoir, Marx aurait pensé que June aurait eu plus de chose à lui dire. Alors soit l'alcool lui tapait déjà un peu sur la caboche, soit elle avait mené une petite vie discrète et convenable d'étudiante modèle. Mais le Lion connaissait assez la Poufsouffle pour savoir que ce genre de chose là ne lui convenait pas vraiment. Donc soit elle n'avait rien voulu entreprendre sans lui, ce qui était tout à fait plausible dans le fond, soit elle ne voulait rien lui dire, parce qu'insignifiant ou trop gênant pour elle. Dans tout les cas, la sorcière garda le silence. Pour deux personnes qui, lui semblait-il, voulaient que tout soient claires entre eux, c'était un peu limite. Parce qu'il s'était forcément passé des choses, aussi ordinaires soient-elles. Marx souhaitait juste écouter la Jaune et Noire lui parler, s'emporter contre quelques pestes dédaigneuses ou imbéciles amoureux. Mais rien. Silence radio. Et bien peut-être que si lui décrivait ce qui lui était arrivé ces derniers temps, cela lui délierait la langue. Après tout, ils devaient tout ce dire:

- Ca ne fait grand chose tout ça! Bin c'est pas grave; j'ai un million de choses à te dire moi! D'abord, je n'vais peut-être pas passer mes A.S.P.I.C... J'suis pas sur que ça me sera très utile honnêtement. Tu sais que j'ai retrouvé de la famille? On avait échangé deux mots la-dessus par courrier. Et bien ma cousine travaille sur un journal indépendantiste, et je pourrais éventuellement travailler avec elle. On a quelques différents sur nos idéologies, mais ce n'est pas grand chose. Après tout, c'est normal vu que mon oncle est pro-moldus. Au pire, j'ai pris quelques contacts à la BAMN, je pense que quelqu'un là-bas serait prêt à m'aider aussi, Marx parlait sur un ton animé mais qui se voulait malgré tout détaché, comme si tout cela n'avait pas vraiment d'importance, T'imagine pas le choc quand j'ai reçu la lettre de l'oncle Leon! Oh, c'est un sorcier admirable, quoique trop bavard si tu veux mon avis. Il bosse au Ministère. Il m'a proposé de m'héberger durant les vacances pour m'éviter d'avoir à supporter mes vieux. Il est vraiment avenant. J'aurais bien aimé que ce soit lui mon père. En plus il est sorcier...

On ne l'arrêtait plus! Il avait l'esprit confus tant il avait à dire June. Finalement, de lui ou Leon, qui était le plus bavard?

- Faut que je te les présente! Et Shannon, ma cousine, elle est complètement tarée et détachée! Tellement drôle j'te jure! 'fin bref, le seul bémol au tableau, c'était ton absence. J'ai voulu t'écrire plus souvent tu sais. Mais j'ai eu quelques problèmes avec Lizzie, ta tarée d'ancienne préfète, et pas mal de membres du personnel si bien qu'avec les cours, les retenus...

Il n'y avait aucune forme de justification dans ce que Marx disait. Il exposait juste les faits tels qu'ils étaient.
Revenir en haut Aller en bas
June Evans
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : June Evans, Dim 31 Jan 2016 - 23:29


Bien  que la petite rue dans laquelle les deux jeunes gens se trouvaient étaient légèrement plus loin que le chemin principal, June pouvait constater que le Chemin de Traverse commençait à se vider, les gens ayant fini leurs achats.
La Poufsouffle était toujours contre Marx, silencieuse. Celui-ci brisa le silence, visiblement déçu du peu d'informations que lui avait transmis la jeune fille sur sa vie entre le moment où ils s'étaient parlés à la Grande Salle, jusqu'à aujourd'hui.


- Ca ne fait grand chose tout ça! Bin c'est pas grave; j'ai un million de choses à te dire moi! D'abord, je n'vais peut-être pas passer mes A.S.P.I.C... J'suis pas sur que ça me sera très utile honnêtement. Tu sais que j'ai retrouvé de la famille? On avait échangé deux mots la-dessus par courrier. Et bien ma cousine travaille sur un journal indépendantiste, et je pourrais éventuellement travailler avec elle. On a quelques différents sur nos idéologies, mais ce n'est pas grand chose. Après tout, c'est normal vu que mon oncle est pro-moldus. Au pire, j'ai pris quelques contacts à la BAMN, je pense que quelqu'un là-bas serait prêt à m'aider aussi. T'imagine pas le choc quand j'ai reçu la lettre de l'oncle Leon! Oh, c'est un sorcier admirable, quoique trop bavard si tu veux mon avis. Il bosse au Ministère. Il m'a proposé de m'héberger durant les vacances pour m'éviter d'avoir à supporter mes vieux. Il est vraiment avenant. J'aurais bien aimé que ce soit lui mon père. En plus, il est sorcier.


June riait. De bon coeur depuis longtemps. Marx sortait son discours à une vitesse incroyable, tellement que June avait été obligé de le regardé pour lire sur ses lèvres pour l'aider. Il avait retrouvé de la famille et June était contente pour lui. Elle savait qu'il ne s'entendait pas bien avec ses parents. C'était bien pour lui qu'il ne soit plus le seul à être sorciers dans sa famille.


- Faut que je te les présente! Et Shannon, ma cousine, elle est complètement tarée et détachée! Tellement drôle j'te jure! 'fin bref, le seul bémol au tableau, c'était ton absence. J'ai voulu t'écrire plus souvent tu sais. Mais j'ai eu quelques problèmes avec Lizzie, ta tarée d'ancienne préfète, et pas mal de membres du personnel si bien qu'avec les cours, les retenus...


Lizzie... La spécialiste des coups de fouets, June savait qu'elle était difficile à cerner, bien qu'elle ne le détestait pas non plus. Elle n'avait juste jamais appris à la connaître.

- Eh bien, tu en avais des choses à dire ! Je suis ravie que tu aies retrouvé de la famille, vraiment ! J'espère vraiment les rencontrer !
Euh... En revanche, tu es sûr que ne pas passer tes A S.P.I.C est une bonne idée ? Non pas que je souhaites que tu les passes, tu fais ce que tu veux, je ne te jugerais pas. Mais... Si jamais ça ne te plait pas, ça serait avantageux d'avoir tes A.S.P.I.C de côté, tu ne penses pas ?


Elle laissa un temps, puis reprit.

- La BAMN ? Tu as des contact là-bas ? J'ignorais que tu fréquentais ce genre d'endroit. Qu'êtes vous devenu Marx Rosenzwag ?

Sa dernière phrase était bien évidemment dite sur le ton de l'humour, même si intérieurement, elle se demandait un peu ce qu'il faisait dans une boutique d'accessoire de Magie Noir.
June s'en voulu de ne pas s'être confiée comme il l'avait, mais il n'y avait rien de joyeux chez elle, elle ne souhaitait pas plomber l'ambiance, même si parler au Gryffondor lui aurait probablement fait du bien. Elle n'y arrivait pas.
Néanmoins, elle était heureuse avec lui, il lui remontait le morale sans s'en rendre compte.

La jeune fille sentit peu à peu sa tête lui tourner. L'alcool faisait son effet malgré elle puisqu'elle avait abandonné l'idée de se saouler. Bien qu'elle se sentait tout à coup, plus légère. Comme si une autre partie de son cerveau commençait à fonctionner. Elle garda le silence, tentant de reprendre ses esprits et espérait que son ami ne remarque pas son absence mentale.
Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : Marx Rosenzwag, Dim 14 Fév 2016 - 10:47


Marx était bien content d'entendre June rire. Le rire... Voilà quelque chose qu'il n'avait pas entendu depuis un moment, quelque chose qui semblait l'avoir quelque peu abandonné lui même ces derniers mois. Un état passager cependant, ou du moins l'espérait-il. Dans le fond, la plaisanterie lui était intrinsèque alors il n'y avait aucune raison pour que le Lion ne retrouve pas sa joie de vivre, son pep's, et ce malgré tout ce qui pouvait bien lui arriver. Alors maintenant, Marx souriait de plus belle. Après tout, n'était-ce pas ce qu'il avait promis à la Poufsouffle?

- Eh bien, tu en avais des choses à dire ! Je suis ravie que tu aies retrouvé de la famille, vraiment ! J'espère vraiment les rencontrer !
Euh... En revanche, tu es sûr que ne pas passer tes A S.P.I.C est une bonne idée ? Non pas que je souhaites que tu les passes, tu fais ce que tu veux, je ne te jugerais pas. Mais... Si jamais ça ne te plait pas, ça serait avantageux d'avoir tes A.S.P.I.C de côté, tu ne penses pas ?


- Ha ha ha! J'ai l'impression d'entendre ma tante Marilyn! Sauf qu'elle s'est mise en colère et a menacé de me mettre en pièces, de façon très calme et très froide, si jamais j'avais le malheur de ne pas les passer. Même ma cousine ne m'a pas soutenu! Trop sérieux chez ses gens là si tu veux mon avis. J'ai bien l'intention de faire comme je le sens. Pour le reste, et bin on avisera! Je me doutais qu'une élève aussi studieuse que toi me dirais ça. C'est très gentil de t'inquiéter pour moi.

Et le garçon lui décrocha un clin d'œil amusé. Il savait bien que dire à June qu'elle était une élève modèle ne lui plairait surement pas. Mais qui aurait-il été pour ne pas rire d'elle sur un propos qui, en soit, été d'avantage un compliment? Certainement pas lui en tout cas. Ce que lui demanda ensuite la sorcière lui hérissa les poils de la nuque, et lui fit se dire après coup qu'il aurait du la mettre en veilleuse, même si elle était son amie. Surtout si elle était son amie.

- La BAMN ? Tu as des contact là-bas ? J'ignorais que tu fréquentais ce genre d'endroit. Qu'êtes vous devenu Marx Rosenzwag ?

- C'est après al mort de Wil, pour essayer d'en savoir plus, que j'y suis allé. Et il s'est avéré que Lizzie la folle dingue y travaille. C'est un endroit très intéressant pour les personnes intéressées. J'suis un délinquant tu vois?!

Là-dessus Marx éclata de rire. Un rire un peu forcé, pour faire passer tout ça pour rien du tout. En aucun cas la jeune fille devait se retrouver impliquée dans ces histoires. Pour leur bien à tout les deux.
Mais de toute évidence, la Jaune et Noire semblait ne plus être attentive à ce que le Lion lui racontait. Son regard était dans le vague, et son teint, pale. Visiblement, l'alcool commençait à émousser ses sens. Marx sourit à cette contemplation.

- Hé! June! T'es avec moi? Tu vas pas me dire que quelques goutes d'alcool sont venues à bout de la grande sorcière que tu es?

Disait le mec qui ne tenait plus l'alcool après avoir bu une canette de bière.


HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
June Evans
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : June Evans, Dim 14 Fév 2016 - 17:45


- Ha ha ha! J'ai l'impression d'entendre ma tante Marilyn! Sauf qu'elle s'est mise en colère et a menacé de me mettre en pièces, de façon très calme et très froide, si jamais j'avais le malheur de ne pas les passer. Même ma cousine ne m'a pas soutenu! Trop sérieux chez ses gens là si tu veux mon avis. J'ai bien l'intention de faire comme je le sens. Pour le reste, et bin on avisera! Je me doutais qu'une élève aussi studieuse que toi me dirais ça. C'est très gentil de t'inquiéter pour moi.

Elle grimaça en l'entendant parler d'elle comme étant une élève studieuse. Elle n'aimais pas qu'on la qualifie comme telle, bien qu'en effet, elle avait toujours accordé de l'importance aux cours. Obtenir ses ASPIC étaient selon elle un moyen sûr de réussir ses projets d'avenir. En ce moment, les cours n'étaient plus sa priorité. Elle se laissait aller et n'avait plus vraiment envie de réviser ou de faire ses devoirs. Ça lui prenait beaucoup de temps et elle avait beaucoup trop de choses en tête en ce moment pour penser à ça.
Elle était de son côté et quelque soit son choix, elle le soutiendrait, parce qu'elle était son amie. Si les cours ne l'intéressaient pas ou plus, à quoi bon perdre son temps ? Elle s'étonnait elle-même de penser de cette manière.
Lorsqu'elle aborda le sujet de BAMN, Marx eut une réaction qui laissait prétendre qu'il regrettait déjà ces paroles. En revanche, il ne laissa rien paraître et prit un ton plein d'humour comme il avait l'habitude de faire.

- C'est après la mort de Wil, pour essayer d'en savoir plus, que j'y suis allé. Et il s'est avéré que Lizzie la folle dingue y travaille. C'est un endroit très intéressant pour les personnes intéressées. J'suis un délinquant tu vois?!

Marx éclata de rire, June n'avait rien compris. Elle n'avait même absolument rien entendu. Elle regrettait d'avoir bu comme une abrutie, et surtout d'avoir bu à cette vitesse, elle n'avait absolument pas l'habitude de ce genre de chose. Le Gryffondor sembla remarquer son absence.

- Hé! June! T'es avec moi? Tu vas pas me dire que quelques goutes d'alcool sont venues à bout de la grande sorcière que tu es?

June se leva et tituba légèrement, remarquant que sa tête lui tournait.

- 15 ans. Tu oublies que je suis une "grande sorcière" *elle mimait les guillemets avec ses doigts* n'a que 15 ans.

Comme si elle ignorait elle-même ce qu'elle faisait, la jeune fille se rassit, puis face à Marx. Elle le contempla comme si c'était la première fois qu'elle le croisait. Les effets de l'alcool prenaient le dessus et la jaune et noire ignorait combien de temps elle allait rester dans cette état. En tout cas, elle ne pouvait pas se montrer en public, les gens sauraient forcément.
Sans comprendre pourquoi, elle se mit à rire, puis posa sa tête sur l'épaule de son amie.
Elle allait probablement regrettait ses paroles, mais elle ne pouvait s'empêcher de sortir tout ce qu'elle avait en elle. Elle s'en sentait obligée.

- Il y a quelques mois, des Serpentards m'ont passé à tabac. C'était durant le temps ou toi et moi on se voyait régulièrement après les cours. On discutait puis on retournait à nos activités chacun de notre côté. Elle marqua une pose, nostalgique de ces petits moments avec le rouge et or. Une fois, j'ai dis du mal de la maison serpentard, ou plutôt d'une fille qui m'avait insulté dans les couloirs.... La bande à Madverier m'avait entendu et ils ont attendu que je sois seule pour venir venger leur maison, leur honneur.... Ils étaient 4 contre 1 et m'ont rapidement désarmés et on lancé divers sortilèges allant d'un Lévicorpus interminable à un Vicero. Elle frissonna en pensant à se dernier sort, lancé par Elaliel Atendil, la copine de l'époque de Madverier. J'ai cru que ça n'allait jamais se terminer. J'ai réellement fini par croire qu'ils voulaient ma mort pour sauver leur honneur. Bennet et Lestrange sont arrivés et on tentait de les arrêter, mais ils étaient tenaces. Puis... Elle s'arrêta un moment ignorant si elle devait lui en parler. Malheureusement pour elle, elle avait vraiment besoin de se confier à Marx. Tu es arrivé. C'est très vague, j'était quasiment dans les vappes. Tu as frappé ce Serpentard, mais il a rapidement prit le dessus. Ils s'en sont sortis en vous lançant un sortilège d'amnésie. J'ai préféré tout garder pour moi, mais je ressens le besoin de vider mon sac....


Elle n'osait plus lever les yeux vers Marx. Elle ignorait ce qu'elle allait y voir. Etait-il possible qu'il se souvienne de ce jour-là ? Impossible avec ce sortilège. D'ailleurs Lizzie ne lui en avait jamais reparlé non-plus.
Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : Marx Rosenzwag, Lun 15 Fév 2016 - 12:13


- 15 ans. Tu oublies que je suis une "grande sorcière"qui n'a que 15 ans.

Marx éclata une nouvelle fois de rire. La jeune sorcière agissait n'importe comment. Visiblement, l'alcool ne lui réussissait pas du tout. Le Lion restait assis, attentif aux mouvement de June. N'aurait pas fallu qu'elle se blesse toute seule, d'une quelconque manière que ce soit. Lorsqu'elle revint s'assoir en face de lui et resta un instant à le contempler bêtement, avant d'éclater subitement de rire, Marx ressentit un léger mal-être. Ses joues virèrent au rouge, et son visage afficha un air surpris... Qui s'accentua quand elle posa sa tête sur son épaule. Elle était saoule, et le brun redoutait une mauvaise réaction de sa part. Pourtant, ce qui vint ensuite était de très loin la chose la plus stupéfiante qu'il n'ait jamais entendue.

- Il y a quelques mois, des Serpentards m'ont passé à tabac. C'était durant le temps ou toi et moi on se voyait régulièrement après les cours. On discutait puis on retournait à nos activités chacun de notre côté. Marx y sentit comme un reproche.

- Une fois, j'ai dis du mal de la maison Serpentard, ou plutôt d'une fille qui m'avait insulté dans les couloirs.... La bande à Madverier m'avait entendu et ils ont attendu que je sois seule pour venir venger leur maison, leur honneur.... Ils étaient 4 contre 1 et m'ont rapidement désarmés et on lancé divers sortilèges allant d'un Lévicorpus interminable à un Vicero. J'ai cru que ça n'allait jamais se terminer. J'ai réellement fini par croire qu'ils voulaient ma mort pour sauver leur honneur. Bennet et Lestrange sont arrivés et on tentait de les arrêter, mais ils étaient tenaces. Puis... Marx retint sa respiration. Pourquoi ne lui en avait-elle pas parlé avant? Il lui aurait fait sa fête à ce Madverier. Un mélange de colère et d'incompréhension se bousculaient dans la tête du jeune homme.

- Tu es arrivé. C'est très vague, j'était quasiment dans les vapes. Tu as frappé ce Serpentard, mais il a rapidement prit le dessus. Ils s'en sont sortis en vous lançant un sortilège d'amnésie. J'ai préféré tout garder pour moi, mais je ressens le besoin de vider mon sac....

Marx resta silencieux un petit moment. Tout cela n'avait aucun sens. Comment tout ça aurait pu passer inaperçu? Comment une histoire pareille aurait-elle pu être passé sous silence alors qu'autant de monde y était mêlé? Le Lion ne savait pas quoi dire, ni quoi en penser. Et il se serait fait passer à mal? Lui? Quelle blague. La jeune fille avait surement trop bu. Et cela la faisait délirer. D'un autre côté... Pourquoi June lui raconterait tous cela si c'était faux? Il savait la jeune fille honnête. Mais comment accepter tout cela quand on ne se souvenait de rien du tout... Marx prit la sorcière par les épaules et plongea son regard dans le sien, l'air grave. Abstraction faite du flou qui les lui embrumait, il y avait de la détresse, de la honte, beaucoup de confusion. Le garçon laissa échapper un long soupir.

- Écoute June... Tu aurais du en parler plus tôt, parce que là j'ai un peu de mal à croire à cette histoire. Mais comme tu es mon amie, je choisis de te croire. Ce qui est absurde, vu que je n'en ai aucun souvenir, un sourire refit surface sur le visage du jeune homme, Pourquoi tu as garder un truc pareil pour toi? C'était idiot. Il sera encore plus difficile de leur faire regretter ça à ces bouseux.

Décidément, il s'en était passé des trucs de son côté. Un profond sentiment de remord naquit chez Marx. Certes, si on lui avait bien effacé une partie de ses souvenirs, il était normal qu'il ne soit pas revenu sur cet évènement. Mais s'il avait passé plus de temps avec June, peut-être se serait-elle confiée plus tôt. Les choses étaient faites maintenant, valait mieux pour lui ne pas trop ressasser la chose.
Revenir en haut Aller en bas
June Evans
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : June Evans, Mar 16 Fév 2016 - 10:43


- Écoute June... Tu aurais du en parler plus tôt, parce que là j'ai un peu de mal à croire à cette histoire. Mais comme tu es mon amie, je choisis de te croire. Ce qui est absurde, vu que je n'en ai aucun souvenir. Pourquoi tu as garder un truc pareil pour toi? C'était idiot. Il sera encore plus difficile de leur faire regretter ça à ces bouseux.


La jeune fille écarquilla d'abord légèrement les yeux de surprise. Il ne la croyait pas ? La pensait-il assez tordu pour raconter une chose pareil ? Alors qu'elle ne voulait pas lui en parler à la base, mais que l'alcool avait choisi autrement. Elle était légèrement déçu, si elle n'avait pas eu envie de lui en parler, c'était justement pour éviter que Marx la venge et fasse des choses stupides. Elle avait fait ça pour le préserver.
Elle garda d'abord le silence, tentant de se calmer pour ne pas lui répondre quelque chose de désagréable. Elle ne passait plus de temps avec lui, il ne fallait pas qu'elle gâche ce moment.

- Tu as été victime d'un sortilège d'amnésie, c'est normal que tu ne t'en souviennes pas. dit-elle avec froideur, malgré elle. Tu crois que je suis capable d'inventer cette histoire ? Pour quelle raison ? Me faire plaindre ? Ma vie est tellement ennuyeuse que je me sens obligée d'inventer des histoires ? Je ne voulais pas que tu me venges, voilà tout.

Elle mit sa tête dans ses mains, sa tête lui tournait. Qu'est-ce qu'elle pouvait être idiote d'avoir bu dans cette bouteille. Décidément, elle faisait tout à l'envers en ce moment. Elle leva de nouveau la tête, puis la tourna vers Marx. Son premier réflexe fut de s'excuser.

- Pardon, je suis désolée. Je comprend que tu doutes sachant que tu n'en as aucun souvenir. Je n'avais à te parler sur ce ton alors... Excuse moi.


Elle le regardait dans les yeux. Espérant y trouver autre chose que de la pitié. Elle lui sourit. A vrai dire, elle ignorait si elle le faisait volontairement, mais en tout cas, elle était en train de sourire. Soudain, une pensée l'envahit, quelque chose de mal, probablement, mais l'alcool avait le dessus. Sans même prendre le temps de réfléchir, elle posa sa main derrière la tête de Marx et rapprocha la sienne...Jusqu'à ce que leurs lèvres se touchent.
Des nombreuses pensées s'animaient, des paroles qu'elle se disait à elle-même, pesant le pour et le contre de ce qu'elle était en train de faire. Elle était en train d'embrasser Marx Rosenzwag, son seul véritable ami.
"Purée, qu'est-ce que tu fous ?", "De toute façon, tu l'aurais fais un jour ou l'autre", "Il ne va plus vouloir te revoir après ça" et ainsi de suite.
En ce qui concernait son état actuelle, elle avait tout ses sens qui s'étaient multipliés par 10, au moins. Elle venait de prendre au moins 1000 volt sur elle, une sensation qu'elle n'avait jamais ressenti auparavant. Malgré elle, elle se sentait revivre, elle se sentait bien, elle voulait juste que le temps s'arrête....

En revanche, la réaction de Marx lui était encore inconnu. Il fallait rouvrir les yeux et affronter la réalité...
Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : Marx Rosenzwag, Jeu 18 Fév 2016 - 12:20


- Tu as été victime d'un sortilège d'amnésie, c'est normal que tu ne t'en souviennes pas. Tu crois que je suis capable d'inventer cette histoire ? Pour quelle raison ? Me faire plaindre ? Ma vie est tellement ennuyeuse que je me sens obligée d'inventer des histoires ? Je ne voulais pas que tu me venges, voilà tout.

Marx resta stupéfié par la froideur que dégageait subitement June. Il avait simplement exprimé son avis, décidant de prendre son parti malgré qu'il n'ait aucun souvenir de l'évènement, et elle s'énervait contre lui. Quelle ingrate! Marx savait que la jeune sorcière avait un peu picolé, c'est pourquoi, contrairement à son habitude, il ne s'énerverait pas. Du moins il essayerait. De toute façon, le temps que ses idées se mettent en ordre dans sa petite tête après la stupeur suscitée, la sorcière avait déjà reprit la parole, aussi confuse qu'on pouvait l'être suite à un Confundo.

- Pardon, je suis désolée. Je comprend que tu doutes sachant que tu n'en as aucun souvenir. Je n'avais à te parler sur ce ton alors... Excuse moi.

- Écoute, j'ai bien compris, je ne suis pas stupide non plus! Et je ne t'ai accusé de rien du tout June, je te crois... Je sais parfaitement que tu n'es pas ce genre de fille à inventer une histoire pour que le monde est les yeux rivés sur toi. Ca c'est plutôt mon genre à moi, et le jeune homme lui fit un petit clin d'œil amusé.

Il était important pour lui que la jeune fille comprenne qu'il était de son côté, qu'il pouvait la comprendre et qu'il lui faisait entièrement confiance malgré l'évidente absence de preuve (ou de souvenirs à vrai dire). Marx soutenait le regard pénétrant de June. Ses grands yeux bleus, bien qu'un peu vitreux sous les effets de l'alcool, avaient toujours cet effet apaisant sur le garçon. Et son sourire le réconfortait sur le fait que ce qu'il venait de lui dire l'avait surement rassuré. Il était important qu'elle sache que le Lion serait là pour elle de la même manière qu'elle l'avait été pour le soutenir dans son deuil.

Ce qui suivit infirma totalement ce qu'il venait de penser. Avant qu'il n'ait eu le temps de réagir, ce disant qu'il avait la berlue, June l'avait embrassé. Une sensation électrique, une peu comme une brulure. Les yeux du jeune homme s'écarquillèrent d'étonnement, et il agrippa une nouvelle fois la Poufsouffle par les épaules, mais ce coup-ci pour l'éloigner de lui, à bout de bras. Les joues du Lion s'étaient vivement empourprées et son cœur battait la chamade. Pourquoi? Qu'est-ce qui lui avait pris? L'alcool, c'était surement l'alcool. Oui l'alcool. Mais l'alcool seul ne pouvait être la cause de cela. Marx avait déjà eu quelques soupçons quant aux sentiments de June à son égard, mais il n'y avait jamais accordé aucune importance, celle-ci faisant visiblement de même. A mainte reprises, le Gryffondor avait insisté sur leur amitié pour lever tout malentendu. Mais il semblerait que ce soit tombé dans l'oreille d'un sourd.

Le visage de Marx prit un air dur contre sa volonté. Il se sentait extrêmement mal à l'aise. Le Lion aurait aimé disparaitre la maintenant tout de suite, dans un trou de souris, ou d'insecte qu'importe. il gardait le regard rivé sur la Poufsouffle mais celui-ci était vide. Le garçon était surement aussi confus que June avait pu l'être quelques minutes avant. Marx essaya de dire quelque chose, mais sa voix resta coincée dans le fond de sa gorge nouée. Aucune colère, mais aucune joie non plus. Il passa la langue sur ses lèvres encore parcourues de fourmillement et parvient enfin à déclarer:

- Que... Pourquoi? Tu... June, ça ne va pas être possible... Je...

Si quelques mots sortaient, on était encore loin de la phrase intelligible. Surtout avec ce bégaiement exacerbé.
Revenir en haut Aller en bas
June Evans
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : June Evans, Ven 19 Fév 2016 - 10:52


June rouvrit les yeux et ce qu'elle y vit ne l'étonna guère. Un Marx stupéfait, mal à l'aise, peut-être même était-il en train de la regarder comme s'il voulait lui dire " Comment as-tu pu ?". Elle ? Elle avait juste envie de disparaître six pieds sous terre. Des phrases se succédaient dans sa tête, elle ne parvenait plus à se concentrer. Et cette tête qui continuait de tourner !! Lorsque le Gryffondor parvint à sortir quelques mots, il n'eut pas besoin d'en dire plus, la jeune fille avait compris.

- Que... Pourquoi? Tu... June, ça ne va pas être possible... Je...

"Quelle conne, quelle conne, June !!"


La jeune fille ne savait que répondre. Elle venait de détruire une amitié sincère, une amitié réelle partie en fumée à cause de ses erreurs. Décidément, elle enchaînait les conneries ! Elle détourna ses yeux de son ami, n'en pouvant plus de voir se regard si lointain, si froid. Elle était désormais vide, elle avait envie de vomir. Pas à cause de l'alcool, à cause de la honte qui l'envahissait et de la claque invisible qu'elle venait se prendre par la personne qui comptait le plus pour elle.
Elle savait que refouler ses sentiments étaient la meilleure des solutions, pourquoi avait-elle soudain eut ce courage ? Pourquoi avait-elle pu être aussi stupide ? Elle se détestait d'être aussi stupide.

- Je....Désolée...


C'est tout ce qu'elle pu lui dire. Les larmes lui montait aux yeux. Par parce qu'il ne partageait pas ce genre de sentiments avec elle, mais plutôt parce qu'après ça, il allait être compliqué de garder une amitié saine. June se retourna et s'éloigna plus loin dans la ruelle sombre pour essayer de se calmer, de retrouver ses esprits. Elle souhaitait plus que tout retrouver son état normal, redevenir sereine ou même se réveiller. Oui, peut-être n'était-ce qu'un cauchemar ? Bien sûr... Il fallait vraiment qu'elle arrête d'être si naïve ! Il le fallait.
Elle ignorait si elle allait être capable de se retourner et de faire face à Marx, à son regard stupéfait. Mais elle pleurait à présent. Elle avait honte, elle aurait aimé que cela ne se produise jamais, elle voulait retourner en arrière et que tout ça ne soit jamais arrivé. Elle voulait qu'il oubli et qu'ils reprennent leur amitié là où ils s'étaient arrêtés.

- Quelle abrutie, mais quelle abrutie !

Elle se rendit compte un peu tard qu'elle avait pensé tout haut. Il leva la tête et prit une grande inspiration, il fallait qu'elle se calme, c'était la meilleure chose à faire.

Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : Marx Rosenzwag, Mer 24 Fév 2016 - 11:58


Marx constata aussitôt que June venait de se déconfire. Elle avait fuit tout contact visuel avec lui. La sorcière semblait paniquée mais aussi terriblement confuse et contrariée. Le Lion ne savait vraiment pas quoi dire ou quoi faire. Il aurait menti en disant qu'il ignorait tout des sentiments de June pour lui, mais il avait pourtant pensé que les choses étaient claires pour lui. Il ne voyait la Poufsouffle autrement qu'en étant son amie. Alors pourquoi était-il si perturbé et mal à l'aise? Le sorcier avait l'impression d'agir en égoïste.

- Je....Désolée...

Il n'y avait rien à répondre. Pourtant il devait trouver quelque chose, pour la rassurer, pour la réconforter... Mais que dire dans ses moments là? Tout serait vexant à entendre pour elle. Elle avait déjà les yeux gonflés de larmes, et maintenant le Gryffondor pouvait l'entendre sangloter. Il restait là, l'air penaud. Sa tête était vide. Pourquoi n'avait-elle rien tenter de plus finalement? Savait-elle que la partie était jouée d'avance? Visiblement oui, et elle s'était refusée de faire un pas de travers.

- Quelle abrutie, mais quelle abrutie !

La colère monta chez Marx. Il se rapprocha de la sorcière qui lui tournait toujours le dos, et posa ses deux mains sur ses épaules. C'est à elle-même qu'elle en voulait. June luttait contre ses sentiments et toutes les pensées qu'ils impliquaient. Le Lion savait ce que c'était que de se battre ainsi. Personne ne gagne jamais. C'est un poids que l'on doit trainer avec nous en permanence, et qui nous empêche d'avancer, d'évoluer... C'est quelque chose qu'il fallait réussir à dépasser et à pardonner. L'ironie, c'est que tout ça c'était elle qui le lui avait dit... Mais sa confusion était trop importante pour s'en rappeler. Le garçon allait donc s'en charger, quitte à passer pour un égoïste:

- Eh... Calme toi. June, ce n'est qu'un baiser, rien de plus... Tu ne devrais pas y accorder autant d'importance surtout que... Je ne t'en veux pas... Ce n'est vraiment pas grave je t'assure... Te prends plus la tête avec ça tu veux? Ce n'est rien de plus qu'un baiser...

Ces mots lui écorchaient un peu plus la bouche à chaque fois. Mais il devait dire un truc, n'importe quoi pour briser ce silence froid et tendu où résonnaient les sanglots de la sorcière. Même si c'était stupide, même si ça n'avait pas de sens.


HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
June Evans
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : June Evans, Jeu 25 Fév 2016 - 18:17


Elle était dépassée par les événements. Elle venait d'embrasser pour la première fois et c'était un vrai calvaire et en plus de ça, elle l'avait fait sous l'influence de l'alcool, du moins, c'était ce qui lui avait donné ce courage. Elle avait mis en danger son amitié avec Marx qu'elle essayé tant de préserver. Elle avait lutté tout ce temps pour en venir à ça. Tant d'effort pour garder cette amitié qui lui été chère. Elle savait que la Gryffondor avait besoin d'elle et elle avait tout fichu en l'air. Elle espérait qu'il finirait par se rassurer et se dire que June était juste perturbée et qu'elle ne voyait aucune suite à ce baiser et que tous les deux finiraient par redevenir des amis, comme avant.
Pour le moment, elle ne parvenait pas à lui faire face, elle avait peur, peur de ce qu'elle allait voir. Marx était la seul personne qui comptait réellement dans cette école et voir un regard froid, lointain de sa part lui était impossible.

Elle sanglotait malgré elle, elle ne pouvait s'en empêcher. C'était peut-être totalement ridicule mais elle avait besoin de tout lâcher maintenant que tout ça s'était produit. Cependant, elle sentit deux mains se poser sur ses épaules. Que voulait-il ? La réconforter ? Ou tout simplement lui parler ? Elle attendit qu'il parle avant d'oser se retourner, ce qu'il ne tarda pas à faire.

- Eh... Calme toi. June, ce n'est qu'un baiser, rien de plus... Tu ne devrais pas y accorder autant d'importance surtout que... Je ne t'en veux pas... Ce n'est vraiment pas grave je t'assure... Te prends plus la tête avec ça tu veux? Ce n'est rien de plus qu'un baiser...

La Poufsouffle se retourna, les yeux baissés sur les chaussures de son ami. Pour lui ce n'était rien, mais le pensait-il vraiment ? Ou était-ce juste pour la réconforter pour qu'elle ne s'en veuille pas toute sa vie ? En tout les cas, il fallait qu'elle s'excuse de son comportement.
Elle essuya les larmes qui coulait sur ses joues et souffla un bon coup avant d'affronter le regard de son ami.

- Je m'excuse sincèrement. Ton amitié était beaucoup plus importante que tout ça. J'ai tout gâché, je suis vraiment désolée.

Elle se sentait mal, mais surtout en colère contre elle-même, une colère noir même. Elle n'avait jamais ressenti ça, elle avait envie de taper sur un mur ou de prendre cette fichu bouteille pour la briser en mille morceaux. Elle ferma les yeux pour se ressaisir, elle valait mieux que ça, mais elle avait besoin de Marx dans sa vie, en tant qu'ami, rien de plus.


- Crois-moi si je pouvais remonter le temps, je le ferais. Pour toi, ce n'est peut-être rien, mais pour moi c'est beaucoup. Je n'ai jamais été si loin dans la....démonstration de mes sentiments. Je me sens un peu...honteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Dans un coin sombre

Message par : Marx Rosenzwag, Dim 6 Mar 2016 - 12:42


- Je m'excuse sincèrement. Ton amitié était beaucoup plus importante que tout ça. J'ai tout gâché, je suis vraiment désolée. 

- Mais tu n'as pas à t'excuser voyons... Ce n'est vraiment rien, tu n'as rien gâché du tout... Au moins, les choses sont claires maintenant. J'en ai vu d'autre je t'assure. Alors pas de panique d'accord ?

Tout ces mots de réconfort sonnaient faussement aux oreilles du Lion. Il espérait que ce ne serait pas le cas pour la jeune sorcière. Il se retenait de transplaner loin, très loin d'ici. Marx ressentait maintenant un grand vide, comme si quelque chose était mort en lui. La situation le mettait particulièrement mal à l'aise. Mais il ne pouvait non plus ignorer l'importance que la Poufsouffle avait à ses yeux malgré tout ça, du soutien qu'elle lui avait donné, ne serait-ce que par son simple souvenir, quand il en avait eu bien besoin. Sa main vint machinalement se poser sur le médaillon qui pendait à son cou. C'était maintenant son tour.
C'était lui qui pouvait décider, là maintenant, de faire ses adieux à June, de couper les ponts avec la jeune fille. L'idée avait quelque chose de séduisant, du fait qu'elle permettait de mettre la Jaune et Noire à l'écart du danger qu'il recherchait et allait attirer sur lui. Mais sans elle, sur qui pourrait-il compter ? Sa famille ? La belle blague ! Même s'il avait retrouver un oncle et un semblant de normalité dans ce domaine là, de vieilles habitudes l'empêcheraient de leur confier quoique ce soit. Il ne voyait que June. Il ne lui restait plus qu'à jouer son rôle, son petit jeu pour essayer de dénouer le problème qui la tenait sous son joug.

- Crois-moi si je pouvais remonter le temps, je le ferais. Pour toi, ce n'est peut-être rien, mais pour moi c'est beaucoup. Je n'ai jamais été si loin dans la....démonstration de mes sentiments. Je me sens un peu...honteuse.

- Il faut pas qu't'ais honte de quoique ce soit enfin ! C'est une force de pouvoir communiquer comme ça avec les autres, il faillit bien s'étrangler en disant cela *quelle blague !*, Je ne savais pas que tu..., il eu un sourire, Enfin, ça a quelque chose de flatteur quand même ! En même temps, vu comme j'suis beau gosse... Écoute, tu n'as aucune honte à avoir. Il faut juste laisser couler l'eau sous les ponts pour le moment. Pour moi les choses sont claires, et pour toi aussi j'ai l'impression sinon tu ne t'excuserais pas autant. Donc laissons passer un peu de temps...

Marx se rendait bien compte que ce qu'il disait pouvait paraître dur et sans pitié. Comme s'il balayait la démonstration que June venait de lui faire d'un simple revers de la main, sans y accorder la moindre importance. C'était en tout cas l'impression qu'il voulait lui donner. Le doute n'était pas permis. Et lui ne pouvait se permettre de s'attacher de la sorte à quelqu'un. Pas maintenant. Marx en avait mal au ventre, et avait désormais honte de lui. Mais c'était tout de même la meilleure chose à faire.
Le vent avait changé de direction et soufflait maintenant un souffle gelé dans la longueur de la ruelle. D'énormes nuages venaient à leur tour noircir la scène. Même les éléments semblaient décidés à figer une ambiance froide et relativement peu joyeuse. Un grand frisson picota la nuque du Lion qui continuait obstinément à sourire.

- On devrait peut-être y aller, le temps se gate... Tu veux que je te dépose quelque part ?

Le voilà qu'il allait parler météo maintenant... Et non non, il n'essayait pas de mettre fin à cette rencontre qui avait étrangement tournée... Pas du tout...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans un coin sombre

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 9

 Dans un coin sombre

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.