AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 2 sur 7
Salle de bain des Préfets.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Ebenezer Lestrange
Serdaigle
Serdaigle

Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Ebenezer Lestrange, Jeu 27 Nov 2014 - 0:06


En plus du Quidditch, Ebenezer avait trouvé un autre sport qui lui convenait à merveille. Le zig-zagage nocturne dans les couloirs en l'occurrence. Parce que les rondes de préfets, c'était bien joli mais c'était bourrée de failles. La preuve, avec toutes ses escapades nocturnes à son actif, il ne s'était fait chopper qu'une seule fois en tant que simple élève et encore c'était parce qu'il avait bêtement laissé la porte des toilettes qu'il squattait ouverte. S'étant donné comme mission de réparer le système, le petit brun s'était reconverti en traqueur d'élèves désobéissants. En général, la pêche était bonne jusqu'à une certaine heure, après même les plus téméraires partaient se coucher. Mais Ebenezer continuait à vadrouiller, n'ayant rien d'autre à faire.

Certains sont toujours enrhumés, d'autres ont mal au dos en permanence, lui, il avait hérité des insomnies chroniques. N'aimant pas avoir à se tourner pendant des heures dans son lit à la recherche d'un sommeil qui ne viendrait pas, il prenait le parti de ne pas se coucher, tout simplement. De toute façon, dormir c'était pour les faibles, le dortoir était mal aéré, les cauchemars l'adoraient et son voisin de droite ronflait, Morphée lui en voulait visiblement à mort donc Ebenezer le fuyait. Les rondes de préfet étaient d'ailleurs l'excuse idéale pour pouvoir sortir tranquillement de la salle commune à pas d'heure sans se faire dévisager comme une bête de foire. Parce que les Serdaigles, dés que ça touchait au règlement et en particulier au couvre-feu, ils avaient tendance à devenir très vite collants soit disant pour pas faire perdre de points à leur maison... Comme s'il en avait quelque chose à carrer des points, de la coupe et de tout le système qui allait avec... Il était libre lui!

Cette nuit-là, après avoir longuement traîné dans une des ailes désertes du château à la recherche d'un coin sympa pour une prochaine expérience, il décida d'aller se prendre un bain dans la salle de bain réservée aux préfets. Il mettrait trois tonnes de bulles, de l'eau brûlante et nageoterait tranquillement jusqu'au petit matin. Ensuite, il irait voir les elfes dans leur cuisine pour prendre son chocolat chaud rituel sans avoir besoin de parler à d'autres humains, passerait s'habiller et récupérer ses affaires en coup de vent et irait comater en cours. Le programme lui semblait plutôt bon. D'une démarche aérienne, il se glissa donc parmi les ombres, silhouette noire se fondant dans l'obscurité, jusqu'à la pièce qui était normalement vide à cette heure-là et ouvrit la porte.

-AAAAAAAAAAARGH !

Le cri déchira le calme qui régnait faisant sursauter le petit brun. C'était quoi cette arnaque? Qui avait osé squatter SA salle de bain? Une fille, une septième année plutôt vu la voix, alors que c'était le jour des mecs en plus... Elle allait prendre cher, on ne compromettait pas les plans nocturnes du préfet des Serdaigles sans représailles. Par contre, la fille avait éteint la lumière, il ne voyait pas plus lin que le bout de son nez...

-Qui que tu sois vade retro ! Y a une serviette à tes pieds, lance moi là steuplait. Fin lance là dans l'eau quoi. Et ne regarde pas, pervers ! Ou perverse ! Bon si c'est Proulx... Tu peux venir. Sinon... VADE RETRO J'AI DIS !

Wow, n'empêche il se faisait drôlement insulté. D'où on le traitait de pervers alors qu'il voulait simplement se laver? C'était pas lui le squatteur de salle bain. Puis ce n'était pas un démon, les tentatives d'exorcisme ne marcheraient pas... Il se baissa quand même pour ramasser la serviette avant de lancer un #Lumos parce que la fille l'avait bien cherché et il s'apprêtait d'ailleurs à lui faire passer l'envie de recommencer. Il releva la tête, sourire pas très rassurant aux lèvres, pour dévisager sa prochaine victime et déchanta très vite.... Parce que la pièce avait beau ne pas être très éclairée, il reconnut facilement les traits de Boccini alias la professeur de défenses contre les forces du mal qui prenait tranquillement son bain, nue... Son visage vira rapidement au cramoisi et il s'empressa de bredouiller le #Nox de circonstance.

- Désolé madame... Je pensais qu'y aurait personne à cette heure-ci...

Et surtout pas une prof dans la salle de bain des préfets, à croire que les appartements du personnel n'avaient même pas de toilettes. Toujours est-il qu'il était un peu mort maintenant, surtout qu'il ne lui avait même pas envoyé la serviette comme elle lui avait demandé. Remarquant son erreur, il s'empressa de le faire avant d'essayer de filer.

- Bon bah bonne nuit... dit-il d'un ton en apparence tranquille tandis qu'il se diriger peu à peu vers la sortie, prêt à courir.
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Megan K. Hayajân, Jeu 27 Nov 2014 - 11:47




-Cherche pas, t'es mon esclave

Et bien sur, il fallait que l'intrus est la brillante idée d'allumer la lumière de sa baguette ! Bon, c'était pas Proulx, sinon j'aurais eut de violents problèmes de libido. Je relevais la tête, mes yeux d'habitude aussi translucides que de l'eau se solidifiant d'une teinte métallique, exprimant ma colère de la plus belle manière. Ben tiens ! Manquait plus que ça ! C'était un élève, quoi. A peine ai-je eu le temps de distinguer ses traits que la baguette s'éteint. Ohoh. Le petit polisson à compris son erreur. Avec calme, je me repasse un à un les visages et les noms de mes élèves, tentant de remettre un prénom sur le faciès du jeune homme. Cheveux bruns... Joli minois... Sourcils froncés... Ouais, j'le connais celui là ! Il n'est autre qu'Ebenezer Lestrange ! Un élève de bon niveau, actif, travailleur, intuitif... Il est censé avoir tout ce qu'il faut pour réussir. Et il me semble même qu'il est le préfet des Bleus et Bronze. Je ne savais pas que les Serdaigle avaient des âmes perverses. 

-
Désolé madame... Je pensais qu'y aurait personne à cette heure-ci... 

Oui oui, c'est bien mignon tout ça ! Mais ma serviette ... ? Je vais quand même pas sortir de l'eau dans cette tenue pour aller la chercher ? Je ne vois pas les traits du jeune homme donc logiquement je ne risque rien non plus. J'amène à moi un peu de mousse afin de cacher... Ce qu'il y a cacher. Je n'en reviens pas ! Combien de chances avais-je de tomber sur quelqu'un dans cette salle précise ? Combien avais-je de chances pour que ce soit un homme ? Un élève ?! *Un élève mignon qui plus est ! * Je fais taire ma petite voix intérieure d'un soupir. Visiblement, Eby prends ça pour un signal d'alarme car j'entends quelque chose traverser l'air et ma serviette tombe à quelque centimètres de moi, en plein dans l'eau. Trempée pour trempée, je l'attire à moi avant qu'elle ne coule et l'attache correctement pour que mon corps; ou du moins de ma poitrine jusqu'à mes cuisses, soit entièrement camouflé. 

- Bon bah bonne nuit... 

Et le gamin commence à sortir. Avant même qu'il n'ai franchit le pas de la porte, j'attrape ma baguette et verrouille sa seule issue. Il ne va sûrement pas s'en tirer comme ça. Je sors péniblement de l'eau, la serviette détrempée agissant comme une ancre. Je finis quand même par regagner, debout, le carrelage et je maintiens fermement mon "peignoir". Je dirige rapidement vers ce que je devinais comme un chandelier; j'informulais un #Incendio. Aaah. Maintenant je le voyais. Repassant mes cheveux dans mon dos, je croisais les bras sur ma poitrine et fronçais les sourcils. J'attendais des explications, là. Mais comme ce n'était sans doute pas très clair puisque un demi sourire illuminait mon visage, je déclarais d'une voix sourde :

-Rassures moi et dis moi que tu n'as... Pas... Rien... Enfin dis moi que tu ne m'as pas vue.

J'étais confuse dans mes propos. Ce n'était pas moi qui risquais mon poste de professeur mais bien lui son insigne de préfet. Même Clarissa Samson qui m'avait vue ivre n'avait pas pu me faire expulser. J'avais ma place, je la gardais. Et personne n'y pourrait jamais rien. Un sourire vainqueur s'imprima sur mes lèvres avant que dans un soupire, je ne déclare sobrement :

-Tu t'es perdu ? T'arrives pas à dormir ? T'es tellement sadique que tu cherchais quelqu'un à violer... ? Tu fous quoi ici ?!
 

Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Ebenezer Lestrange, Jeu 27 Nov 2014 - 22:46


Et voilà, il n'avait même pas encore mis la main sur la poignée que le cliquetis caractéristique d'une serrure qui se ferme retentit. Encore une tentative de fuite loupée, il fallait vraiment qu'il revoie ses techniques. Il ne tenta pas le diable en envoyant un Alohomora, il était suffisamment mal-barré comme ça. Surtout qu'il faisait tout noir et les seules choses qu'il entendait étaient des "floc, floc" se rapprochant de plus en plus. Tel un monstre marin traînant un voile derrière, Boccini sortait de l'eau. Il sentit un vague courant d'air, signe que la prof se déplaçait. Un chandelier s'enflamma d'un coup et Ebenezer espérait sincèrement que ses joues avaient repris leur teinte habituelle. L'air le plus impassible que la situation le permettait, il observait l'adulte en se demandant à quelle sauce il allait être mangé. A côté de la bougie, elle dégoulinait littéralement, cheveux blonds ramenés en arrière, serviette jusqu'au cuisses, sourcils froncés et petit sourire aux lèvres. Là, pour le coup il était un peu perdu. Il devait interpréter ça comment?

-Rassures moi et dis moi que tu n'as... Pas... Rien... Enfin dis moi que tu ne m'as pas vue.

Le brun haussa un sourcil. La sorcière voulait qu'il lui réponde quoi? Ce qu'elle voulait entendre ou la vérité? Parce que le serdaigle n'était pas aveugle et l'eau du bain pas franchement opaque. Se concentrant sur les yeux de la professeur plutôt que de laisser ses pensées dériver sur sa vision de toute à l'heure et de se remettre à rougir par la même occasion, il préféra jouer la carte du peut-être bien que oui, peut-être bien que non.

- Bah... Y avait de la mousse donc bon...

Il n'était pas franchement rassuré. Techniquement, c'était plus Boccini que lui qui était en tord sauf qu'elle était prof et lui juste un préfet. Alors oui, elle squattait la salle de bain mais Ebenezer ne pouvait pas se permettre de lui demander de dégager sans quoi il risquait son insigne. Pas qu'il tienne particulièrement à son rôle, mais perdre tous les petits avantages qu'il s'était octroyé ne le tentait pas des masses. Si l'affaire finissait dans le bureau d'Harshing, se serait la parole de Valentina contre la sienne et l'issue de la confrontation était trouvée d'avance. Et apparemment, la professeur avait suivi le même raisonnement vu son sourire vainqueur.

-Tu t'es perdu ? T'arrives pas à dormir ? T'es tellement sadique que tu cherchais quelqu'un à violer... ? Tu fous quoi ici ?!

Voilà que les choses sérieuses commençaient. Ne voyant strictement pas l’intérêt de répondre la vérité à savoir prendre un bain à quatre heure du mat' ce qui risquait quand même de mal passer et ne trouvant aucune des suggestions de Boccini réutilisables. Non, il ne pouvait pas se perdre durant le trajet jusqu'à sa salle de bain, oui il était insomniaque mais s'il disait ça, il était bon pour d'autres questions et non il n'était pas sadique à ce point. Il l'était un peu bien évidemment mais se mettre à violer tout ce qui bougeait, très peu pour lui. Déjà parce qu'il était pas bien imposant, ensuite parce que ça l'intéressait pas plus que ça et enfin parce que la torture, c'était bien plus rigolo.

- Je faisais juste ma ronde, c'est mon tour aujourd'hui...

Grand air innocent à l'appui. Autant se faire passer pour un préfet plus qu'impliqué qui faisait passer le respect du règlement avant ses heures de sommeil. Elle ne le connaissait que de ses cours où il se tenait plutôt bien, son petit numéro d'élève sérieux ne devrait pas trop foirer. Même si les rondes de préfets n'étaient pas sensées durer jusqu'à si tard surtout qu'il n'y avait plus un chat. Il retint de justesse la question qui lui brûlait les lèvres, à savoir "Et vous, qu'est-ce que vous foutez là?".

- Vous n'avez pas froid comme ça? demanda-t-il d'un ton neutre. Pas qu'il compatissait ou même qu'il en avait quelque chose à faire. Juste parce que se trimbaler en serviette trempée, ce n'était pas franchement le top.
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Megan K. Hayajân, Ven 28 Nov 2014 - 18:50




-Cherche pas, t'es mon esclave-

La nuit se déroulait plutôt mal jusqu'à présent. Insomnies à répétitions, plus une bouteille sous la main, intrusion dans mon bain, et je me trouvais maintenant à moitié à poil devant un gosse de dix sept ans ! Puis pas un Serpy ou un Gryffon en plus ! Naaaan ! Un Serdaigle ! Bon j'étais pas sure que parce qu'il faisait parti de la maison des bleus et bronze, Ebenezer soit un ange. Les apparences, je connais. J'en jouais assez habilement depuis des années, bien qu'à force, ce petit masque ne servait plus à rien dans Poudlard. Les élèves n'étaient pas fous. Je débarquais au château et sur quoi portait le premier cours que je donnais ? Bam ! La magie noire ! À coups sure, j'étais démasquée. Main sur la hanche, l'autre maintenant très fermement la serviette contre moi. Le jeune préfet jouait les innocents. C'était pas mal, mais bon, c'est pas au vieux singe qu'on apprends à faire la grimace. Autrement dit je n'allais pas me laisser tromper aussi facilement. Ce pourquoi, quand il déclara un très gentil petit :

-
Bah... Y avait de la mousse donc bon...

Je lui servis un claquement de langue maison qui signifiais très clairement : ouais ouais ouais. Te crois pas. Il m'avait donc bien vue nue. Et ben super ! Il avait une longueur d'avance sur moi... *T'en loupe jamais une, hein, Tina..* Je fis une fois de plus taire cette petite voix de plus en plus intrusive. Je savais qui c'était. C'était mon alter-égo, la partie animale de moi même qui dans un moment de faiblesse avait grignoté un peu de mon territoire. Finalement, ça s'apparentait plutôt à de la schizophrénie. J'enchainais les bizarreries, tant pis. Si ça n'allait pas au jeune Aigle, qu'il aille au diable. Je ne répondais rien, je me contentais de le fixer d'un air neutre, me mordillant doucement la lèvre, fort pensive en réalité. J'avoue que je ne savais pas ce que pouvais bien faire un jeune étudiant si tard dans la nuit dans une salle de bain. Peut être étais-ce une planque de kiwicots ?! Il allait falloir que je fouille...

- Je faisais juste ma ronde, c'est mon tour aujourd'hui...

Ça non plus, je n'y croyais pas. Je levais les yeux au ciel mais je n'insistais pas. Le programme des rondes était différent. Les préfets assuraient les soirées et les professeurs les nuits. Aussi tard, qu'il ne me fasse pas croire que c'était encore à lui. Je n'y croyais pas un seul instant. Je toussotais légèrement, n'ajoutais rien. Il manquait cruellement de crédibilité, le pauvre garçon. Mais je n'allais rien lui dire. Je m'en voulais assez d'avoir fait renvoyer Spencer de son poste... Et pourtant c'était involontaire ! Entièrement de sa faute...

- Vous n'avez pas froid comme ça?

Ça c'était trop. D'un geste rapide, j'appuyais sur son épaule gauche et le poussais brusquement dans l'eau. Tiens, il voulait prendre un bain ? Gagné. Je m'asseyais tranquillement au bord de la baignoire, pas loin du garçon. Je collais mes jambes l'une contre l'autre histoire qu'il n'est pas de vision compromettante. Il en avait déjà assez vu comme ça. Parce que quand même... Le pourcentage de chance pour que je tombe sur quelqu'un ici à une telle heure était infime... Il avait pas tords, j'avais froid. Je glissais mes jambes dans l'eau bouillante, et lâchais un grognement. 

-Et toi, Ebenezer ? T'as froid maintenant ? L'eau est bonne !

Je réfléchissais tranquillement à la sanction que j'allais lui donner. Ce genre de crimes ne pouvaient tout simplement pas rester impunis ! Je me demandais si je préférais expliquer cette histoire à Heather, Charli, Hugh ou bien Sean. Le choix était très vite fait. Un sourire sadique fleurissait sur mes lèvres tandis que mes pensées se baladaient. Ou alors, je trouvais mieux que de le coller. Quoi, j'en savais rien. C'était p´t'être plus intéressant de trouver un truc à lui faire faire moi même. Et ça éviterait bien que toute cette étrange et imprévue affaire ne s'ébruite. Sinon, c'était fini les bains de minuits en toute tranquillité. Une  pensée saugrenue m'effleura l'esprit :

-J'ai peut être une idée de comment je vais te punir, vilain garçon !

Je lui adressais un clin d'oeil. Je jouais avec ses nerfs pour lui faire penser au pire. Mais non, je n'allais pas en faire mon esclave sexuel. Ce serait bien pire. 





Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Ebenezer Lestrange, Ven 28 Nov 2014 - 23:19


Apparemment, il fallait qu'il revoie à tout prix son jeu d'acteur vu que la prof n'avait pas semblait gober un mot. Alors ok, ses réponses étaient un peu tirées par les cheveux mais fallait dire que la situation n'était pas banale. Se retrouver face à face avec la prof de DCFM dans une salle de bain, ça tenait plus du rêve, voir du fantasme pour certains. N'empêche que la blonde, la présomption d'innocence, elle ne connaissait pas. Ne tenant absolument pas à ce que l'interrogatoire continue, Ebenezer profita d'un blanc pour poser une question, histoire de détourner la conversation. Et comme d'habitude lorsqu'il essayait de meubler, il aurait mieux fait de s'abstenir.

Boccini s'était approchée de lui sans qu'il y fasse vraiment attention et l'avait envoyé dire bonjour aux bubulles de la baignoire. Heureusement qu'elle était suffisamment profonde pour qu'il ne se prenne pas le fond direct. Il se laissa couler au maximum, espérant trouver une issue de secours dans le genre bouche d'évacuation assez large pour qu'il puisse s'y faufiler et après il nagerait jusqu'au lac, irait piquer un balai et s'envolerait très loin... Sauf qu'il n'y avait pas de bouche d'aération qui convenait et le brun fut obligé de refaire surface. La prof était maintenant assise sur le rebord, les jambes dans l'eau.

-Et toi, Ebenezer ? T'as froid maintenant ? L'eau est bonne !

Ca faisait toujours un peu bizarre de se voir appeler par un prof par son prénom, surtout qu'elle en avait pas mal des élèves. Remarque, elle avait peut-être bonne mémoire pour ces trucs-là. Lui, il avait tendance à les oublier à peine avaient-ils été prononcés. Concernant l'eau, elle était limite un poil trop chaude même. Et les vêtements qui collaient à la peau n'étaient pas très agréables. Sauf qu'il n'allait pas s'aventurer à enlever sa chemise sous prétexte qu'elle était trempée et que ça ne lui plaisait pas. Il la laissa donc sagement en place et ne détacha pas un seul bouton. Il retira quand même ses chaussures et ses chaussettes et les posa juste à côté de la prof en prenant soin de l'éclabousser au passage. D'un coté, elle était déjà mouillée et il fallait bien qu'il se venge un peu. Surtout qu'elle était certainement en train de penser à un plan diabolique pour lui faire passer l'envie de retourner dans sa salle de bain... Au moins, il l'aurait eu sa baignade nocturne.

- J'ai peut être une idée de comment je vais te punir, vilain garçon !

Le clin d’œil qui accompagna sa déclaration ne lui inspirait absolument pas confiance. Il était bon pour des heures et des heures de colle à moins qu'elle soit encore plus tordue que ça. Il ne voyait pas trop ce qu'elle pouvait faire d'un petit serdaigle de cinquième année mais il se méfiait. Les serpentards, c'étaient pas connus pour être des enfants de cœur mais ils étaient déjà plus réputés pour adorer se faire supplier par leurs futures victimes. Et Ebenezer ne lui ferait jamais ce plaisir-là, si tordue soit la punition à venir. Non mais sérieusement, le "vilain garçon" faisait plus cliché porno qu'autre chose et puis dans quinze secondes, elle sortirait le fouet...

- Ah... se cantonna-t-il à répondre, d'un ton légèrement ennuyé comme s'il en avait strictement rien à faire, tout en tournant un des innombrables robinets de la pièce pour voir ce qu'il faisait.

Son regard revint se fixer aux yeux bleus de Valentina tandis qu'il se plongeait jusqu'au nez dans la baignoire. Il était trop bien dans l'eau et comptait y rester. Surtout qu'elle ne risquait pas de l'y rejoindre... Enfin normalement. Il n'avait plus qu'à attendre le verdict final.
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Megan K. Hayajân, Lun 1 Déc 2014 - 17:44




-Cherche pas, t'es mon esclave-

-Ah...

Ce petit ton désinvolte, cette mine ennuyée que je devinais dans la semi obscurité de la salle de bain m'exaspérais. La seule et unique chandelle enflammée dessinais d'inquiétantes ombres sur nos visages, accentuait chaque trait, l'arrête d'un nez, un cerne. Le garçon était donc vieillit par cette faible luminosité. Il paraissait la vingtaine alors qu'il n'était qu'un cinquième année. Si la même chose se produisait de mon côté, je devais être hideuse. Je tentais d'apercevoir mon reflet dans l'eau du bain comme narcisse au bord du ruisseau, mais je ne voyais que le reflet éclatant de mes yeux translucides. Le jeune Ebenezer se moquait donc de tout ce que je pourrais lui infliger ? Sans doute s'attendait-il à ce que je lui colle une bonne vingtaine d'heures de colle. Que je le punisse de manière traditionnelle. Peut être même pensait-il a faire des lignes de copie ! Ahah. Tout ce genre de choses, c'était clairement non. Non non et non. Bien pire...

-Tu es jeune, intrépide, vigoureux...

On aurait presque pus croire que je faisais la description d'un animal. Mais oui, gentil Bobby. Quoique je n'étais même pas comme ça avec mes deux chien, Cenere et Catena. Les deux bêtes étaient énormes, sauvages, et leurs doux noms sonnaient encore dans ma tête. Cendre et Chaîne. Les deux molosses gardaient les extérieurs de ma villa italienne tandis que Speranza, mon sublime python vert, s'occupait de protéger les intérieurs. Nul doute qu'il serait vite rejoint par Schiavo qui les extermineraient. Ma maison était protégée, et je me sentais mieux. Car dans la cave de cette habitation... Sommeillait, drogué, Wieslaw Jouvok. Mon pire adversaire. Un fin sourire illumina mon visage.

-Si sta andando ad essere il mio schiavo...

Le sens du nom de mon elfe prenait toute sa signification quand je prononçais ce genre de phrase. J'adressais un clin d'oeil au jeune homme avant de me pencher pour effleurer la surface de l'eau du bout des doigts. Ça me faisait penser aux trainées que laissaient derrières eux les cygnes, sur les lacs, lorsqu'ils s'approchaient des grands roseaux. J'avais tant de souvenirs près de l'étang qui se creusait au pied du manoir de mon Oncle. Le manoir qui allait bientôt appartenir à Léon... Mon oncle n'était pas au plus haut de sa forme... C'était frustrant. Très frustrant. 

-Et si tu refuse, je serais obligée de parler de cet incident, de t'ôter ton titre de préfet et de demander à ce que tu sois sous surveillance pour tes troubles nocturnes... Être mon esclave est ta meilleur chance.

-Excuses moi la nullité du texte, j'ai honte-




Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Ebenezer Lestrange, Mer 3 Déc 2014 - 15:51


-Tu es jeune, intrépide, vigoureux...

La flatterie, ça ne marchait que moyennement sur lui, surtout quand elle était à côté de la plaque. Jeune, il voulait bien, surtout avec Boccini et sa tête de déterrée, d'un côté, à cette heure-là, être tout frais et tout beau tenait de l'utopie... Vigoureux, à la manière des mauvaises herbes et quand il avait le vent dans le dos, ça passait. Mais intrépide... Ebenezer Lestrange, être intrépide... Il n'était pas un Purée de lion. Lui, dés que ça commençait à chauffer, il se barrait direct. Pas dans les premiers parce que c'étaient les cibles plus faciles mais il les talonnait de près. Il lança un regard soupçonneux à la blonde. Vu sa déclaration, il n'écoperait pas d'heure de colle, ou du moins pas des simples. Un truc physique peut-être....

-Si sta andando ad essere il mio schiavo...

Le garçon, à ses mots, but immédiatement la tasse. S'étouffant à moitié, il avait l'impression d'avoir avalé toute l'eau de la baignoire géante. Si sta andando ad essere il mio schiavo... Mais elle avait pété les plombs Boccini, il était et ne serait jamais l'esclave de quelqu'un, qui que ce soit. Il aurait peut-être du jouer à l'élève qui ne comprenait pas l'italien, elle aurait peut-être abandonné sa blague, parce que ça ne pouvait qu'en être une. Manque de chance, sa mère était italienne donc il connaissait la langue. Toute façon, c'était un peu tard pour feindre l'ignorance alors autant faire semblant d'avoir pas tout compris...

- Il mio quoi? demanda-t-il, espérant qu'il avait quand même mal compris.

-Et si tu refuse, je serais obligée de parler de cet incident, de t'ôter ton titre de préfet et de demander à ce que tu sois sous surveillance pour tes troubles nocturnes... Être mon esclave est ta meilleur chance.

Ah, parce qu'en plus d'avoir bien saisi le sens du mot, la blonde plaisantait pas. Il souhaita sincèrement qu'elle tombe dans l'eau et qu'elle se noie. En plus, elle était tout près du bord, une perte d'équilibre et elle retournait à la flotte, se rompait le cou et fin de l'histoire. Elle le menaçait... Son insigne de préfet, il s'en foutait dans l'absolu, l'idée d'être suivi le tentait déjà beaucoup moins. Dans les deux cas, il perdait une partie de sa liberté et c'était hors de question.

- Vous rigolez, pas vrai?

Le corps professoral était peut-être à revoir, entre le médicomage qui ensorcelait des mains pour tuer ses élèves et Boccini qui voulait asservir les préfets... De toute façon, il n'était pas la personne la plus appropriée pour jouer à l'esclave déjà qu'il préférait largement harceler les elfes que de bouger le petit doigt, il n'était absolument pas doué pour ce qui était tâches ingrates. Elle était bien assez grande pour s'en acheter un, de serviteur. Et au pire, il y en avait un bataillon entier à Poudlard.

- Puis je serai pas très efficace... Vous n'avez qu'à aller aux cuisines, vous pourriez choisir en plus....
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Megan K. Hayajân, Mar 9 Déc 2014 - 18:51




-Cherches pas, t'es mon esclave!-
Excuses moi mon retard


Comme je m'y attendais -c'était à prévoir- Ebenezer ne semblait pas spécialement ravi d'apprendre la nouvelle. La vérité c'est qu'il n'avait pas vraiment le choix. J'étais folle à lier quand il s'agissait de satisfaire mes caprices et mes désirs. Je voulais, j'imposais, j'obtenais. Je n'étais pas une princesse, non. J'étais bien plus que cela. Ça venait sans doute de mon éducation. On m'avait toujours privilégiée à mes frères. Je n'avais pas à réclamer, on m'offrait des robes, des bijoux, des vacances, des jouets, tout ce que je voulais. Cette façon d'élever les enfants était propre aux grandes familles de ma patrie; l'Italie. Nous étions sans aucun doute les jeunes les plus heureux du monde. Je me rappelais des rires, avec les jeunes, mais surtout les après-midi sur la place de Florence en compagnie de Dylan. Les glaces en plein été, les beaux garçons que l'on draguait. Et puis ces soirées au bord de l'étang aux côtés de mon père, juste avant sa mère. Je me rappelais également de sa mort. Des cris. Et de la fois où j'avais acheté Schiavo, mon elfe de maison...

- Vous rigolez, pas vrai ?

Je restais là, le fixant d'un air de dire "J'ai l'air de rigoler là ?". Je croisais les bras, toujours tranquillement installée sur le bord de la piscine. Mes doigts jouaient sur la surface de l'eau brûlante, mon regard se perdant dans le turquoise du bain. Les bulles voletaient autour du jeune homme. Il était vachement petit, pis pas très âgé mais il ne pouvait pas faire grand chose contre ma volonté...

- Puis je serai pas très efficace... Vous n'avez qu'à aller aux cuisines, vous pourriez choisir en plus....

Je fis un petit claquement de langue qui signifiait que non, non et non, je n'allais pas aller chercher quoi que e soit en cuisine. Ce serait lui l'esclave. J'avais fait mon choix, j'avais donné mon ordre et il n'était absolument pas discutable. Je souriais de manière sarcastique avant de soupirer. Tous mes gestes allaient lui faire comprendre que, incontestablement, il allait devoir courber l'échine et obéir sans discuter. Je pouvais lui pourrir la vie de la pire manière qui soit, faute de sa scolarité à Poudlard un enfers, de le priver de toute liberté et de l'éloigner de tous ses amis en le punissant pour les deux années suivantes. Avec un petit sourire doucereux, je susurrais :

-J'ai déjà un elfe pour ce genre de chose, Eby... Nan... Tu seras mes yeux et mes oreilles dans ce château. Ou alors...

Je posais ma main sur la baguette et l'eau se mit à bouillonner. J'insufflais juste de l'air, la température ne chauffait pas... Pas encore ! Je restais là, triomphante. Je ne voulais pas lui laisser le choix, nom d'un serpent bleu ! Oui, je voulais faire de ce Serdaigle un pigeon. 

Ou tu le regretteras. Surtout que tu seras payé !



Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Ebenezer Lestrange, Ven 26 Déc 2014 - 11:54


Cadeau de Noël avec un jour de retard du coup... Sorry :mm:

Il la sentait de plus en plus mal cette entrevue avec Boccini. Avant, il trouvait cette prof plutôt sympa et pédagogue. Maintenant, il commençait à douter franchement de sa santé malade. Elle avait trop pris de kiwicot pour vouloir asservir des pauvres élèves innocents. Surtout lui quoi... Il n'avait absolument pas la tête à servir le jus d'orange matinal avec le sourire qui allait... Sauf s'il empoisonnait le jus d'orange avant. C'était jouable et s'il était démasqué, il dirait que c'était juste pour habituer son corps à ce genre de truc. En face de lui, Valentina lui sortait le grand jeu, en mode enfant pourri gâté qui te défonçait à coups de balai-jouet si tu avais le malheur de dire non. Sauf qu'elle était un poil plus dangereuse qu'un morveux...

-J'ai déjà un elfe pour ce genre de chose, Eby... Nan... Tu seras mes yeux et mes oreilles dans ce château. Ou alors...

Ou alors quoi? Il n'aimait pas les menaces voilées, il se sentait obligé de tester du coup pour voir de quoi il en tenait vraiment. En fait, Boccini lui rappelait sa sœur avec son attitude de petite fille à qui on avait jamais rien refusé. Il se contenta donc de la fixer avec son air indifférent habituel. La blonde pouvait toujours s'embêter à faire des bubulles dans la baignoire, chose parfaitement inutile, il était quasiment sûr que le bassin comportait l'option "bain à remous". Si elle voulait des renseignements, elle pouvait toujours aller à la pêche elle-même plutôt que de menacer de le faire bouillir comme un homard de noël. Et puis elle l'appelait Eby et ça, ça n'allait pas du tout.

- Ou tu le regretteras. Surtout que tu seras payé !

Ebenezer plissa des yeux dans la pénombre. Ça commençait à être intéressant, surtout la partie concernant l'argent. Il pourrait s'acheter sa dose de kiwicot sans même que son père ne constate une diminution de gallions dans son argent de poche.

- Combien?

Il ne perdait pas le nord, le petit "job" restait plutôt avantageux. Ce n'était pas si difficile que ça de laisser ses oreilles traînaient même s'il avait tendance à fuir les ragots et ça lui ferait surtout une belle place de privilégié parce que Boccini serait obligée de faire attention à son espion.

- D'ailleurs, vous voudriez savoir quoi exactement? Que Storm préfère les plus jeunes et que les poufsouffles aiment découper les calmars?

Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Megan K. Hayajân, Mer 7 Jan 2015 - 22:11




-Mon esclave-


Ah ben tiens ! C'était bien les adolescents, ça ! J'avais évoqué le mot "salaire" et ses yeux s'écarquillaient aussi ronds que les gallions qu'il convoitait. Je pouvais être une patronne généreuse tout comme une sadique doublée d'une belle sal*pe. Il fallait simplement savoir adopter la bonne attitude face à moi. Ce n'était pas gagné pour Ebenezer, mais sa bouille sympathique sauvait les apparences, heureusement pour lui ! Je souriais mielleusement. Peut être allions nous donc pouvoir trouver un accord quelconque... Ou pas ! J'espérais pour lui que si... Avec moi, ça valait mieux ! Sinon j'allais lui pourrir la vie, il allait me supplier d'arrêter, tout Lestrange qu'il soit. Les Anglais, les Français... Ils ne peuvent rien face à la puissance italienne.

Un détail me revint en mémoire. Tout à l'heure, le préfet avait parfaitement comprit l'italien. Aurait-il des origines de ce pays splendide ? Il était beau garçon, certes, mais rien à voir avec les dieux de Florence... J'examinais le garçon... Bien dommage qu'il soit si jeune, j'en aurait fait mon quatre heures ! Il me fixait, semblant réfléchir. Je vérifiais rapidement que ma serviette était bien en place : son regard était un tout petit peu trop insistant... J'étais belle, certes, mais Eby cachait autre chose ! 

- D'ailleurs, vous voudriez savoir quoi exactement? Que Storm préfère les plus jeunes et que les poufsouffles aiment découper les calmars?

Je riais doucement.

-Oui, entre autre. Si tu acceptes, je te donnerais une toute autre mission... Et on pourrait partir sur trois gallions par "tâche" ? Quatre si tu bosses bien.

L'offre était tout de même des plus généreuses, je m'étonnais moi-même ! Mon regard se voila et je fis un bref calcul. Je gagnais plutôt bien ma vie... Le compte en banque familial était plein et si mon plan passait à exécution, il serait bientôt tout entier à moi. Nouveau sourire dans le vide avant que mes prunelles bleues se fixe dans celles de l'adolescent, bien déterminée à le faire accepter !

-Tu auras de plus des avantages de poids. Bonnes notes assurées, des privilèges, cadeaux de remerciements, aucun professeur ne pourra rien contre toi et surtout... Tu aurais le plaisir de me voir en privé !

Un nouveau clin d'oeil. Il ne pouvait pas refuser. Trois gallions et des Optimal, ça ne se refusait pas. 
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Ebenezer Lestrange, Sam 24 Jan 2015 - 15:54


En fait, Boccini le dévisageait comme si elle allait le manger, un peu à la manière d'une acromentule qui jauge sa proie pour savoir si c'était comestible ou non. Vachement rassurant comme constat. Puis en plus, elle vérifiait que sa serviette était correctement en place, il ne pourrait même plus mater. Mais elle parlait de gallions alors il écoutait puis il demandait un peu de détails aussi. Parce que bon, espion, c'était un peu large comme boulot. Parce qu'il y avait compter le nombre de balais qui décollaient en direction de l'Australie par jour et infiltrer le repère secret de sorciers-vaudou, chose légèrement plus compliquée. Il préférait nettement la deuxième, bien-entendu, les sorciers-vaudou se devant de connaître plein de trucs en magie exotique mais il n'irait pas trop fourrer le nez dans leurs affaires quand même...

-Oui, entre autre. Si tu acceptes, je te donnerais une toute autre mission... Et on pourrait partir sur trois gallions par "tâche" ? Quatre si tu bosses bien.

Sa mission sentait le plan foireux à des kilomètres à la ronde. Mais trois gallions, c'était pas mal et puis ça l'intriguait pas mal cette histoire, surtout si c'était pour répéter tous les cancans de Poudlard qu'il avait mémorisé sans y avoir trop fait attention. Le "entre autre" le dérangeait un peu plus. Il remua un peu dans la baignoire, ses vêtements trempés commençaient à peser lourd et ce n'était pas génial. Il nageota vers le rebord et donc vers la prof, pour ressortir. Son bain avait assez duré et tant pis pour la case savon vu tout le moussant qu'il y avait dans la flotte. Il allait sentir la lavande ou l'essence de il-ne-savait-pas-trop-quoi sélectionnée par Boccini pendant au moins une semaine...

-Tu auras de plus des avantages de poids. Bonnes notes assurées, des privilèges, cadeaux de remerciements, aucun professeur ne pourra rien contre toi et surtout... Tu aurais le plaisir de me voir en privé !

On y était.... Bizarrement, ce genre de privilège le tentait beaucoup plus. Les bonnes notes sans avoir besoin de lever le petit doigt et l'immunité contre les profs valaient bien plus que trois pauvres gallions. Le plaisir de la voir en privé, il n'était pas trop sûr de le ressentir et à part renforcer son côté narcissique, Boccini ne l'avait pas beaucoup plus convaincu. D'un côté, elle n'avait pas besoin de plus le convaincre. Il hocha légèrement la tête pour dire qu'il acceptait sans montrer pour autant qu'il était franchement intéressé.

- Je commence quand? demanda-t-il en sortant de la baignoire pour de bon.

Il frissonna dés son premier pas sur le carrelage. Hors de l'eau, il faisait carrément froid. N'ayant pas de serviette à disposition, il avait abandonné la sienne dans son dortoir parce que faire ses rondes avec ça sur les épaules ne faisait absolument pas crédible, il farfouilla dans ses poches trempées à la recherche de sa baguette. Ça lui faisait penser à un truc, Boccini était prof de DCFM, son premier cours auquel il n'avait pas assisté avait porté sur un sujet plus qu'intéressant et elle avait l'air plutôt balèze.

- Vous vous y connaissez en magie noire, non?

Sous-entendu, tant qu'à se voir en priver, autant que vous me serviez à quelque chose. Puis si elle voulait pas lui apprendre un peu de magie noire, elle pourrait toujours l'aider en métamorphose. En attendant, sa baguette n'était pas dans ses poches mais c'était faite la malle dans la baignoire. Il n'avait plus qu'à y retourner maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Megan K. Hayajân, Mer 28 Jan 2015 - 20:16



-Mon esclave-






Je savais pertinemment que Ebenezer allait accepter. Les Serdaigle sont réputé pour être intelligents, non ? Il me semble qu'il l'était suffisamment pour savoir où était son intérêt. Argent, privilèges, aide... Pour quelques petites informations par ci par là ! Je savais que si un professeur canon de 25 ans m'avait proposé ce marché du temps où j'étais à Poudlard, j'aurais accepté ! Non parce que, on ne va pas se mentir, le bleu et bronze regardait le haut de ma serviette comme si il priait pour qu'elle tombe au sol. Pas si coincé que ça, finalement, le petit Lestrange.

- Je commence quand?

Ah ! Voilà qui me plaisait ! Je riais doucement, parce que j'avais obtenu ce que je voulais. J'aimais bien cette sensation, cette vague d'euphorie qui vous traverse quand vous remportez une victoire imprévue. Je tapotais doucement mes mains l'une contre l'autre ! *Tu es brillante ! * Tais toi ! Il va t'entendre ! *Je retire ce que j'ai dis...* Cependant, Ebenezer n'avait pas fini de me surprendre. Alors que j'allais lui répondre, il déclara :

- Vous vous y connaissez en magie noire, non?

Je fronçais les sourcils. Avait-il apprit pour mon passé dans la mafia ? Avait-il apprit pour les victimes ? Pour mon frère ? Pour mon penchant pour la magie noire, justement ? Je me mordais la lèvre. C'était stressant. Mais je ne devais pas perdre face, et donc, faire comme si il ne savait rien, comme si j'étais l'innocence même : pourtant je ne pouvais pas lui mentir, et un garçon si intelligent... Je ne pouvais décemment pas gâcher un talent si prometteur.

-Oui, je connais. Un peu trop sans doute.

Je me taisais un instant. Le sous entendu était clair et à moins qu'il soit assez crédule pour me prendre pour une sainte, Ebe savait que je maîtrisais un peu trop mon sujet.

-Que veux tu savoir ?


Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Ebenezer Lestrange, Dim 1 Fév 2015 - 23:27


En trois secondes, Boccini était passée de l'auto-congratulation pure et simple à un état oscillant entre l'étonnement et... Le stress ? La blonde avait visiblement des choses à se reprocher vu la tête qu'elle tirait. Il continua à la fixer, impassible et immobile, attendant juste sa réponse. Parce que dans l'histoire, c'était quand même lui qui risquait le plus gros en posant des questions comme ça à une professeure rencontrée en pleine nuit.

- Oui, je connais. Un peu trop sans doute.

Bien sûr qu'elle connaissait, il n'en avait jamais douté. Après tout, Boccini n'avait d'un ange que les cheveux. Il esquissa un léger sourire pendant qu'il faisait le tour de la baignoire pour repérer sa baguette. Un peu à lui de mener la danse en rajoutant ses conditions. Il ne fallait pas rêver, la manipulation, il avait baigné dedans depuis tout gamin et il savait comment ne pas se faire totalement mener par le bout du nez. Rendre service, il voulait bien mais seulement s'il arrivait à avoir ce qu'il voulait en retour...

- Que veux tu savoir ?

Tout, évidemment. C'était un serdaigle, sa curiosité était sans limite, au risque d'être cliché. Puis la magie noire, c'était vaste. Nécromancie, malédiction, vaudou, feudeymon, autres joyeusetés, tout l'intéressait. Avec une nette préférence pour le premier domaine, il était même plutôt calé sur le sujet, il ne lui manquait que l'expérience... Mais ce n'était pas le genre de truc qui se disait comme ça. "Bonjour, comment allez-vous? Mon ambition dans la vie, c'est de réveiller les morts"... Aller simple pour St Mangouste voir Azkaban direct. Remarque, Boccini avait l'air de l'avoir plutôt bien pris sa requête et ça l'arrangeait carrément.

- Ce que vous voudrez bien m'apprendre, lança-t-il innocemment pendant qu'il récupérait sa baguette dans l'eau.

Le bois blanc, ce n'était d'ailleurs pas génial à repérer sur le fond en céramique de la baignoire. Il finit par remettre la main dessus et se lança un sortilège de séchage. On était beaucoup mieux sans les trois kilos de flotte imbibés dans les vêtements. Il se redressa totalement, faisant de nouveau face à la prof. Il la fixa quelques instants, espérant qu'il n'allait pas trop loin.

- Du coup, je fais vos oreilles dans le château voir même l'autre mission et en échange, vous me filez deux-trois tuyaux en plus du reste? Comme ça, nous sommes tous les deux gagnants puis je saurais mieux me défendre si jamais on m'attrape...

Le "deal?" lui brûla les lèvres mais il préféra le retenir. Il n'aimait pas particulièrement la ramener, faire profil bas était nettement mieux pour sa survie. La dernière phrase sonnait presque comme une excuse bidon pour l'apprentissage de magie noire. Lui, il voyait ça plus comme un avertissement. Si les magouilles de Boccini, dont il n'en connaissait d'ailleurs même pas la teneur, lui attirait des ennuis, elles en attireraient aussi à la prof. Hors de question qu'il tombe tout seul. Un brin nerveux face à la situation, il se passa la main dans les cheveux en attendant le verdict.
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Megan K. Hayajân, Mar 10 Fév 2015 - 11:35



-Sois mon esclave, darling-


[RP avec Ebenezer Lestrange - Privé ]

____________________


Alors comme ça, le petit préfet des Serdaigle aimait à apprendre quelques petites choses en magie noire ? Ce n'était pas un problème pour moi, si ce n'est qu'il allait falloir que je me méfie et que je n'en révèle pas trop : Ebenezer ne devait jamais apprendre la teneur de mes activités obscures. Je pourrais lui enseigner nombre de choses, tant qu'il restait dans l'ignorance de ce à quoi ces dîtes choses m'avaient servies... Parce que là, c'était un aller sans retour pour Azkaban, avec baiser du détraqueur comme accueil ! Le Ministère n'était pas pour ce que je faisais... Mais je le faisais quand même !

- Du coup, je fais vos oreilles dans le château voir même l'autre mission et en échange, vous me filez deux-trois tuyaux en plus du reste? Comme ça, nous sommes tous les deux gagnants puis je saurais mieux me défendre si jamais on m'attrape...

J'haussais un sourcil avant de me rapprocher dangereusement du jeune homme, mon doigt manucuré effleurant sa joue.

-Ne t'inquiètes pas. Si l'on t'attrape, je le ferais amèrement regretter à la personne qui t'aura attaquée. Et si il sait quoi que ce soit, je le ferait taire pour toujours.

Ensuite, je forçais le garçon à me tourner le dos avant de laisser tomber la serviette, récupérant mes affaires et les enfilant rapidement. Et oh, pas question qu'il profite du spectacle, il en avait déjà assez vu ! Mais quelque part, l'idée d'entrainer Lestrange était plutôt intéressante. Qui sait, peut-être allait il suivre les traces de ses ancêtres ? Dans tous les cas, notre conversation s'arrêtait là. J'attrapais ma baguette d'ébène et rejoignais la porte.

-Je t'attends dans une semaine, à minuit dans mes appartements. On sera à l'abris des oreilles indiscrètes. En attendant... Essaies d'en savoir un peu plus sur ton amie Lizzie Bennet. Elle m'a l'air particulièrement intéressante. Si je juge assez intéressantes les informations que tu me donneras, tu auras droit à ta première leçon. Penses donc à ta baguette... je lui adressais un clin d'oeil.

Je m'enfonçais dans les ténèbres du couloir, sans même attendre la réponse d'Ebenezer. Le deal était fixé, mais il n'aurait pas son mot à dire sur les horaires. Je regagnais mes appartements où je filais sous la douche : c'est pas qu'il m'avait coupé en plein bain, mais presque. La situation était particulière, l'avenir s'annonçait plein de surprises... Avec un mince sourire, je notais sur mon agenda de ministre le rendez vous que j'avais fixé au jeune bleu et bronze.



[Fin pour Tina]



Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Ebenezer Lestrange, Mer 11 Fév 2015 - 22:29


On se concentre sur le mur, on se concentre sur le mur, on se concentre sur le mur... Boccini était toute proche maintenant, toujours en serviette, pratiquement collé au serdaigle. On se concentre sur le mur, on se concentre sur... Il fut parcourut d'un léger frisson quand la blonde lui effleura le visage du bout des ongles. Pas qu'il était timide, juste pas trop trop habitué au contact. Il ne détestait pas, il trouvait juste ça bizarre mais n'en montra rien, se contentant de regarder droit devant lui, l'air imperturbable. Il était joli le mur, il y avait même une fissure en forme d'oiseau dans un coin.

- Ne t'inquiètes pas. Si l'on t'attrape, je le ferais amèrement regretter à la personne qui t'aura attaquée. Et si il sait quoi que ce soit, je le ferait taire pour toujours.

Il hocha la tête, étonné. Il était plus habitué au chacun pour sa gueule mais la proposition de Boccini lui convenait beaucoup plus. Il se retrouvait même avec quelqu'un pour le venger en cas de problème, la grande classe. Il se retourna quand la prof le lui demanda, s'il envoyait plus, il risquait de finir noyé dans la baignoire, pacte conclu ou non.

- Je t'attends dans une semaine, à minuit dans mes appartements. On sera à l'abris des oreilles indiscrètes. En attendant... Essaies d'en savoir un peu plus sur ton amie Lizzie Bennet. Elle m'a l'air particulièrement intéressante. Si je juge assez intéressantes les informations que tu me donneras, tu auras droit à ta première leçon. Penses donc à ta baguette..

Il n'avait même pas eu le temps de lui répondre que la blonde était déjà partie. Il était joliment dans le pétrin maintenant. De tous les élèves/professeurs/membres du personnel/elfes de maison de Poudlard, il avait fallu qu'elle demande des informations sur Lizzie... Sur Lizzie alias une des seules personnes qu'il considérait véritablement comme une amie et qu'il rechignerait à trahir même avec une montagne de gallions à la clé. Des leçons de magie noire valaient certes plus qu'une montagne de gallions mais bon... Puis il voyait pas trop quoi dire sur la jaune, en fait il n'y avait rien à dire... Elle n'était pas intéressante, juste totalement folle, point barre. C'était drôlement compliqué les filles et leurs demandes tordues.

Il fixa la porte quelques instants pour s'assurer que Boccini ne reviennent pas avant de se déshabiller. Il n'avait toujours pas pris de vrai bain, c'est à dire sans être habillé, avec toute cette histoire. Il vida le bassin avant de le re-remplir sans tous les trucs bizarres que Boccini avait foutu dedans. Il passa une heure à fixer la mousse en réfléchissant à comment il allait s'en tirer en vendant assez d'infos pour avoir droit au cours tout en ne disant rien d'important. Il avait une semaine pour apprendre à baratiner suffisamment bien pour contenter l'autre blonde... Il finit par sortir de l'eau en baillant, se rhabilla après s'être à peu près séché et se dirigea vers les cuisines. Son plan initiale n'avait pas changer d'un iota, il avait juste été un peu retardé. Il irait boire son chocolat chaud et  racketter un bon paquet de cookies avant d'aller comater en cours, comme à son habitude.

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Lilith Bee
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Lilith Bee, Mar 24 Fév 2015 - 17:31


RP privé avec Izsa - Recrutement.

Après le petit déjeuner et l'altercation qu'avaient eu Izsa et Lilith dans la grande salle, le calme de la salle de bain des préfets était salvateur.
Lilith avait beaucoup réfléchi à l'endroit où elle parlerait à son amie. Elle s'était demandée si la salle sur demande n'aurait pas été un meilleur choix, comme cela s'était passé pour son propre recrutement. Mais elle ne voulait pas du coté solennel avec Izsa. Elle savait ce que la Serpentard avait dans le ventre et elle n'avait aucun doute sur ses intentions.
Pourtant, il lui faudrait être froide avec sa camarade, peut-être même dure avant d'avoir sa réponse.

Tout avait commencé quelques semaines auparavant. Alors que les deux jeunes filles étaient allées travailler à la bibliothèque, Lilith avait aperçu l'étincelle dans le sac de on amie. Le journal, clairement signé par les phénix avait donc attiré l'attention de la rouge et or...
La discussion s'était naturellement orientée vers les combats qui faisaient encore et toujours rage entre les divers groupuscules et le ministère de la magie.
Très vite, Lilith s'était aperçue de la sympathie de son amie pour les Phénix, et subtilement, sans pour autant dévoiler sa double identité, la jeune fille avait tenté d'en savoir plus. Cette discussion avait eu pour résultat de faire comprendre à la Gryffondor qu'Izsa était encline à se battre pour ses idées. Elle lui glissa même que si l'Ordre devait la contacter pour rentrer dans les rangs, elle signerait sans hésiter.
Le soir même, Lilith avait rejoint les membres de l'Ordre au QG et avait parlé de son acolytes aux membres des Phénix, sa nouvelle famille. Clio, professeur à Poudlard, alla dans son sens et Elenna, valida le fait que l'on teste la jeune fille.
Se retenant de sauter de joie, la Lionne dut se mordre la langue à plusieurs reprises pour ne pas cracher le morceaux avant la fin de la semaine! Le moment qu'elle avait choisi pour faire tout le bla bla attendu ...
Le coup de l'oubliette, du don de soi, des sacrifices, etc... Elle connaissait sa leçon par coeur!

On était donc ce fameux Samedi, et Lilith ne tenait plus en place lorsqu'enfin les deux sorcière se retrouvèrent seules dans la salle de bain des préfets. Un Samedi matin, personne ne devrait venir les déranger. Et de toute manière, seuls les préfets avaient le mot de passe ce qui limitait grandement les potentielles oreilles indiscrètes.
Après avoir vérifié qu'elles étaient bien seules, la préfète rouge et or s'approcha de son amie et prit l'air le plus solennel possible. Difficile de rester sérieuse face à une Izsa visiblement très curieuse. Et ce malgré le sujet plutôt sensible qu'elle comptait aborder...
Pourtant elle prit une grande inspiration et décida de mettre fin au supplice de l'attente que devait vivre la verte et argent.

- Bon. J'ai quelque chose de très important à te dire, mais avant, je dois être sure que je peux te faire confiance. Lilith marqua une pause pour mesurer son effet puis continua. Si jamais il s'avère que tu n'es pas intéressée par la demande que je vais te faire, je serai d'en l'obligation d'utiliser un sort d'amnésie.

La jeune élève n'attendait pas de réponse de la part de sa camarade, mais elle voulait s'assurer que cette dernière était digne de confiance. D'instinct, elle aurait confié sa propre vie à Izsa, mais si il y avait bien quelque chose qu'elle avait appris en rentrant dans l'Ordre, c'était qu'il était impossible de faire confiance à qui que se soit si ce n'est aux personnes qui risquaient leurs propre vies à tes cotés.

- Je suis de l'Ordre du Phénix Izsa... Et si tout ce que tu m'as dit sur ta volonté de battre à nos coté est vrai, une place t'attend dans nos rangs...

Maintenant que le pot au rose était dévoilé, elle scrutait le visage de la Serpy, attendant une réaction de sa part. La suite de l'entretient dépendrait de ces quelques secondes... Et peut-être aussi que l'avenir de leur amitié en dépendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 7

 Salle de bain des Préfets.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.