AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 4 sur 6
Salle de bain des Préfets.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Myosotis Aavery
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Myosotis Aavery, Lun 31 Aoû 2015 - 17:00



Le Serdaigle répondit au baiser de la jeune fille ce qui la rassura énormément.

«Bonjour monsieur. Prêt pour une petite baignade ?»
dit-elle, un sourire malicieux aux lèvres.

Le beau jeune homme s'approcha d'elle, si près qu'elle arriva à distinguer sa respiration lente et régulière. Altaïr lui lança le même regard avant de lui chuchoter à l'oreille:

«J'ai tout prévu, m'dame la préfète»

Il tendit le bras en désignant la serviette qu'il tenait en main. Décidément, il n'avait pas pris cette invitation à la légère. D'une certaine façon c'était tant mieux. Elle aurait eu l'air de quoi sinon ? Debrooks prit la main de Myo tandis qu'elle s'approchait de l'entrée sans attendre davantage. Ils n'avaient déjà pas beaucoup de temps... Elle dit le mot de passe sans chercher à le cacher de son petit ami et, tout deux, entrèrent dans la salle de bain. La brune n'avait encore jamais eu l'occasion de venir faire un tour dans cette salle. Et oui, c'était une grande première pour elle. Elle ne put s'empêcher de lâcher un petit "Wow" en entrant. C'était de loin la plus belle salle de bain qu'elle avait vu. Elle devait bien l'avouer, même si elle en avait, de nombreuses fois entendu parler, elle ne s'attendait pas à ça. Les murs et le sol en marbre blanc étaient étonnement parfaitement propres. Il faisait très chaud dans cette petite salle circulaire. Un grand bain qui ressemblait plus à une piscine se trouvait au milieu de la pièce entourée de plusieurs robinets desquels s'échappaient de l'eau coloré. Une délicieuse odeur flottait dans les airs.

«Alors ça, c'est ce qu'on peut appeler une salle de bain» dit le Serdaigle sur un ton impressionné.

La brune rigola alors que son petit ami était déjà parti à toute vitesse vers le bain en enlevant ses habits un par un tel un enfant découvrant pour la première fois la mer. Cependant il fut vite interrompu dans son élan par une voix féminine que Myosotis n'eut pas de mal à reconnaitre.

«Bonsoir les n'amoureux, y'a de la place pour nous trois. Vous inquiétez pas, je vous regarderais pas vous mettre à poil.»

Propre. La brunette fronça les sourcils. Nul doute, c'était Shela Diggle la préfète des Serpentards. Toujours aussi directe. En plus du fait qu'ils n'étaient pas seuls, il fallait que ça tombe sur la, sur CETTE Serpy ! La brune n'avait jamais vraiment eu l'occasion d'avoir une réelle conversation avec sa collègue donc elle ne la connaissait pas très bien, mais assez pour savoir qu'elle ne les laisserait pas tranquilles. Facilement, du moins.

«Euh, bien, bonsoir.» ajouta le Serdaigle embarrassé.

Altaïr fit marche arrière pour arriver au niveau de la Poufsouffle, les sourcils toujours froncés, et lui dit à l'oreille.

«Qu'est-ce que tu veux qu'on fasse ? Si tu veux partir, ne t'inquiètes pas, j'comprendrai.» dit-il.

La jeune sorcière ne répondit rien puis ajouta à l'adresse de sa collègue préfète sur un ton sarcastique:

«Waw, rien que ça... Merci. Accepterais-tu de nous laisser la salle de bain pour ce soir ? Nous nous voyons déjà que très peu souvent... Tu pourras revenir demain, ou après-demain.»


Elle tenta d'être polie et calme au début. Personne ne sait. Si ça se trouve la verte et argent pouvait peut-être de bonne humeur. Et puis, Myo ne savait pas depuis combien de temps elle se trouvait dans la pièce... Peut-être assez pour bien vouloir s'en aller.


Dernière édition par Myosotis Aavery le Dim 6 Sep 2015 - 11:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Shela Diggle, Sam 5 Sep 2015 - 23:19


J'avais beau faire la maline, j'en menais pas plus large qu'eux. Myosotis et Altaïr, que je ne connaissais que de loin, et n'avais donc aucune idée de comment ils pouvaient réagir face à ce genre de situation. L'improvisation, sûrement, parce qu'à ce jour, c'est la première fois qu'un pareil obstacle se dresse sur mon chemin. Ma surprise s'étant mêlée avec mon irritation d'avoir été interrompue, cela donnait un étrange mélange que je ne parvenais pas à identifier. Je savais une chose : je ne bougerais pas d'ici. Et si eux non plus, eh bien, parfait, nous ferons avec, et tant pis pour leur bain en amoureux. S'ils avaient eu envie, en venant ici, de ce à quoi je pense, ils allaient devoir changer leurs horaires et opter pour un plan à trois - pas dans le sens auquel vous pensez, bande de pervers. Et puis j'étais d'humeur magnanime, pas envie de les jeter dehors sans ménagement, on peut tout de même discuter tranquillement sans arrières pensées, j'en suis certaine, en tout cas pour ma part. Sauf qu'apparemment, ce n'était pas le cas de notre jeune homme qui n'avait pas l'air pressé de rentrer dans l'eau. Ce fut la jaune et noire qui prit l'initiative de m'informer sur ce qui devait être leur décision. En gros, ils préfèrent se la jouer solo et me demandent bien gentiment de foutre le camp. Excuse toute pourrie dans trois, deux, un...

- Nous nous voyons déjà que très peu souvent... Tu pourras revenir demain, ou après-demain.

Mmh mmh. Je suis de bonne humeur, certes, mais je n'ai toujours pas trouvé assez de bonté pour abandonner ma mousse rose à deux intrus.

- Mais tu le vois tout de même, pas vrai ? lançais-je d'un ton jovial - et un tout petit peu sarcastique, je l'admet. A moins que je n'accapare toutes tes pensées et que tu te sente obligée de me regarder moi, je ne vois pas où est le problème.

A croire que j'ai réellement envie qu'ils restent. J'aurais bien voulu faire semblant de leur lâcher l'affaire et de venir par derrière pour m'installer juste à leurs côtés, seulement voilà, je n'avais pas eu l'intelligence - m'enfin, comme si je devais envisager tous les scénarios possibles en ce lieu, comme l'arrivée inopportune d'un couple - de garder une serviette pas loin, et pas question de leur dévoiler plus de nudité que nécessaire. Je ne suis, disons, pas à mon avantage, en ce moment. Je gardais aussi loin de moi l'idée de leur demander de m'en apporter une, tout simplement, ce serait bien trop facile. Bon, maintenant, trouver une phrase d'accroche pour les forcer à rester, parce que décidément, je trouvais l'idée cocasse. Un truc qui les jugerait sur leurs valeurs, quelque chose qui pousserait leur fierté à accepter. Dommage que je ne les connaisse pas mieux. Mais j'avais quelque chose qui ne pouvait échouer.

- Dis, Altaïr, tu vas quand même pas me dire que tu veux pas rester par peur de regarder une autre fille que ta copine, non ? Myo est jalouse à ce point ?
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Altaïr Debrooks, Dim 6 Sep 2015 - 15:11


Pour une première dans la salle de bain des préfets, on avait connu mieux. Certes, n'importe quel adolescent de dix-sept aurait été heureux de se retrouver entouré de deux jolies filles dans un décor aussi ambiguë, mais Altaïr, lui, était dans une impasse. D'un côté, il avait sa petite amie, de l'autre, la fille qui faisait tourner la tête de son meilleur ami. La relation qu'entreprenait le Serdaigle avec Théodore n'était pas un mystère pour tout le monde, et il faisait de son mieux pour prendre ses distances avec le professeur lorsqu'ils étaient au château, pour ne pas que l'on crie au favoritisme. Même avec un professeur de son entourage, il ne brillait pas en étude des Moldus. Le problème étant qu'il était tenu au courant de toute sa vie, y compris de ses petites histoires de coeur. Il avait gardé le secret de Shela par respect, même s'il savait que sa relation avec Théodore avait été freinée par son recrutement au sein de Poudlard.

À en croire le regard de Myosotis, cette-dernière ne semblait pas non plus contente de se retrouver ici avec sa collègue préfète. Il était déjà suffisamment dur de trouver un minimum d'intimité dans une école telle que Poudlard pour qu'une adolescente ne vienne troubler le peu de rendez-vous qu'ils organisaient. Avec un peu de chance, Shela était déjà en train de prendre son bain depuis suffisamment longtemps pour qu'elle ne daigne leur laisser la place, ce qui était très peu probable si l'on en croyait la mine amusée qu'elle ne cessait d'arborer.

-Waw, rien que ça... Merci. Accepterais-tu de nous laisser la salle de bain pour ce soir ? Nous nous voyons déjà que très peu souvent... Tu pourras revenir demain, ou après-demain.
-Mais tu le vois tout de même, pas vrai ? A moins que je n'accapare toutes tes pensées et que tu te sente obligée de me regarder moi, je ne vois pas où est le problème.

Apparemment, miss Diggle n'était pas déterminée à céder la place. Altaïr pouvait comprendre cette obstination, puisqu'il aurait réagi exactement de la même manière s'il s'était retrouvé à la place de la jeune fille, mais il n'était pas sûr que Myosotis ne le prenne bien, surtout si l'on en croyait le ton qu'elle avait utilisé. Malgré ses efforts pour maintenir son calme, une certaine appréhension tremblait dans sa voix.

-Peut-être que nous avons besoin d'un tout petit peu plus de pudeur et d'intimité que toi, ajouta-t-il d'un ton qui se voulait neutre avec un petit sourire en coin.

Si la préfète n'avait pas l'intention de partir, alors il ne comptait pas lui laisser le plaisir de le faire pour elle. Néanmoins, il n'avait pas non plus envie que la soirée se termine en bataille d'eau et noms d'oiseaux circulant de partout. Il était possible qu'en entrant dans son jeu, Altaïr et Myosotis finiraient par obtenir ce qu'il recherchaient, à savoir un peu d'intimité. Cependant, il ne fallait sans doute pas sous-estimer Shela Diggle.

-Dis, Altaïr, tu vas quand même pas me dire que tu veux pas rester par peur de regarder une autre fille que ta copine, non ? Myo est jalouse à ce point ?

Le jeune Debrooks laissa échapper un petit rire nerveux. Apparemment, la Serpentard souhaitait se lancer dans la voie de la provocation, mais elle ignorait sans doute qu'il n'était pas du genre à se laisser intimider par ce genre de paroles. Elle cherchait à le mettre mal à l'aise, ce qui fonctionnait à moitié à en croire la chaleur qui chatouillait délicieusement ses joues. Il espérait qu'il n'était pas en train de rougir, parce que cela serait une première victoire pour Shela. Il pourrait toujours prétendre avoir trop chaud avec les vapeurs d'eau qui léchaient subtilement les murs et qui planaient paresseusement au-dessus du bain.

-Oh, t'inquiètes pas, j'suis sûr que Myosotis est suffisamment grande pour ne pas se prendre la tête avec ces conneries.

Il n'était pas totalement certain de ce qu'il affirmait, mais il valait mieux paraître assuré et clamer la confiance qu'il accordait à sa petite amie. Comme toutes les filles sur Terre, la Poufsouffle devait probablement conserver un esprit jaloux qui attendait le bon moment pour exploser, bien qu'Altaïr ne l'ait jamais vue en faire la démonstration. Il espérait seulement qu'elle ne se montre pas trop excessive si cela devait arriver dans la soirée.

Shela avait cherché à mettre le Serdaigle mal à l'aise, il était donc naturellement à son tour de faire de même. Or, il disposait d'un moyen de pression inébranlable pour faire comprendre à son interlocutrice qu'elle pouvait se trouver dans la même situation que lui.

-Et tu penses qu'il réagirait comment, mister T s'ils nous voyaient ainsi ? Nous f'rait-il une petite crise de jalousie ou il aurait suffisamment confiance en nous ?

Le message semblait clair. Shela pourrait toujours prétendre ne pas comprendre de qui il parlait en évoquant mister T, il savait très bien qu'il ne s'agirait que d'un mensonge. Altaïr n'avait pas donné le nom de son meilleur ami devant Myosotis afin de laisser une chance à la préfète de ne pas trop semer la pagaille dans son couple, il avait d'autres chats à fouetter. Afin de marquer son intention de ne pas lui laisser la place, Debrooks vint s'asseoir au bord du bassin et laissa tremper ses pieds dans l'eau chaude et mousseuse.
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis Aavery
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Myosotis Aavery, Dim 6 Sep 2015 - 16:24



«Waw, rien que ça... Merci. Accepterais-tu de nous laisser la salle de bain pour ce soir ? Nous nous voyons déjà que très peu souvent... Tu pourras revenir demain, ou après-demain.»

Shela avait l'air très amusée de la situation. Croyait-elle que c'était une blague ? Non, Myosotis était plus que sérieuse. Elle n'exagérait pas ses paroles. Les deux amoureux étaient tout deux en dernière année. Ils n'avaient plus beaucoup de temps pour eux entre les devoirs, les leçons... Tout ça plus le choix de leur avenir qui, pour Myo en tout cas, n'était pas encore fait. Aller dans la salle de bain des préfets permettait aussi à la brune de se détendre un peu, mais ça Shela n'avait pas l'air de comprendre.

«Mais tu le vois tout de même, pas vrai ?» lança t-elle d'un ton jovial et un tout petit peu sarcastique. «A moins que je n'accapare toutes tes pensées et que tu te sente obligée de me regarder moi, je ne vois pas où est le problème.»

Le peu de bonne humeur qu'il lui restait s'était rapidement envolé. Décidément, ça n'allait pas être de la tarte. La brunette ressentit alors une sérieuse envie de lui sauter au coup. Elle sera les poings et se mordit la lèvre pour se contenir. Elle ne devait pas tomber dans le panneau. Tout ce que cherchait à faire la préfète des Serpents, c'était la mettre hors d'elle. La brune n'allait pas lui faire ce plaisir. Altaïr intervint tout de suite après comme pour empêcher qu'une dispute commence.

«Peut-être que nous avons besoin d'un tout petit peu plus de pudeur et d'intimité que toi.»

Il dit cela sur un ton plutôt calme, sourire au coin. Il avait l'air de supporter Diggle plus qu'elle ne pouvait la supporter. Etait-ce une bonne chose ? Quoi qu'il en soit, cette remarque ne laisserait pas Shela indifférente.

«Dis, Altaïr, tu vas quand même pas me dire que tu veux pas rester par peur de regarder une autre fille que ta copine, non ? Myo est jalouse à ce point ? » ajouta la Serpy sur un ton toujours aussi sarcastique.

Myosotis ne put s'empêcher de piquer au vif. Aussi loin qu'elle s'en souvienne, la brune n'avait jamais eu de réel crise de jalousie. Même avant qu'elle rencontre le Serdaigle. Ce n'était pas son genre. Inutile d'abusé non plus. Comme pour tout le monde, il y avait des limites à ne pas dépassées. Que cherchait-elle au juste ? À les faire partir ? À les mettre mal à l'aise ? La Poufsouffle s'apprêtait à renchérir avec une remarque sanglante mais son petit copain fut plus rapide.

«Oh, t'inquiètes pas, j'suis sûr que Myosotis est suffisamment grande pour ne pas se prendre la tête avec ces conneries.»

Au fond d'elle, Myo était plutôt soulagée qu'Altaïr prenne sa défence de la sorte. Il aurait très bien pu passer au dessus. Ça la calma déjà un petit peu. Il était hors de question qu'elle se laisse emporter. Ce genre de personne n'en valait pas la peine et ne méritait pas que l'on s'acharne sur eux. Cependant Debrooks rajouta quelque chose qui ne laissa pas Myo indifférente.

«Et tu penses qu'il réagirait comment, mister T s'ils nous voyaient ainsi ? Nous f'rait-il une petite crise de jalousie ou il aurait suffisamment confiance en nous ?»

Myosotis haussa un sourcil. Qui était ce Monsieur T. Evidemment, le Serdaigle l'avait appelé comme ça pour ne pas révéler la véritable identité du jeune homme en question, mais s'il l'avait dit c'était parce que Shela était tout à fait apte à deviner de qui il s'agissait. Aavery était donc la seule dans cette pièce à ne rien comprendre. Elle se sentit vite ridiculiser sans aucune raison en fait. Debrooks avait tout à fait le droit d'avoir des secrets, mais s'il voulait en parler comme ça, à voix haute, il le faisait quand sa copine n'était pas là. Qu'elle ne se sente pas rejetée de la sorte. Pensait-il que Myo n'était pas digne de garder un secret ? S'il voulait en parler, il devait assumer et pas le cacher subtilement comme il venait de le faire. Sa colère qu'elle éprouvait envers Shela changea soudain de destinataire.

«Attend... C'est qui ce mister T ?»
demanda t-elle à son compagnon.

Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Shela Diggle, Dim 6 Sep 2015 - 20:34


Le bleu et bronze ne se laissa pas démonter par ma petite pique et je faillis penser qu'il était effectivement tout à fait calme jusqu'à ce qu'arrive le mot conneries. Pour une personne lambda, utiliser du vocabulaire familier équivaut à s'énerver doucement. Bien que cela puisse prendre plus de temps que prévu, autant continuer sur cette belle lancée. Ou alors amadouer gentiment ? Changer de cap pour déstabiliser, ça fonctionne aussi, et puis...

- Et tu penses qu'il réagirait comment, mister T s'ils nous voyaient ainsi ? Nous f'rait-il une petite crise de jalousie ou il aurait suffisamment confiance en nous ?

Ooh oh oh. La tournure que vient de prendre la conversation ne me plaît absolument pas. En prenant en compte le fait que ce jeune homme ne me connaisse point, à part s'il s'agit là d'un bon vieux psychopathe épiant ma vie, il ne pouvait s'agir d'une erreur de personne, d'une simple coïncidence d'initiale. Parce qu'en cherchant un peu, il n'y a pas trente six mille gars portant un prénom en T dans mon entourage. Sauf qu'à partir de là, ça se corsait encore plus : d'où diable savait-il ? Quelle que soit la réponse, ce n'était bon ni pour lui ni pour moi, et la confidentialité de la chose semblait se balancer sur une corde tendue au-dessus du vide. Le terrain devenait dangereux; tout ce que je ferais ou dirais sera interprété. Faire mine de ne pas comprendre le pousserait à en dire plus, mais nous avons un témoin que je préférerais ailleurs. M'énerver signerait sa victoire - et lui dévoilerait le pouvoir qu'il tient entre ses doigts, s'il n'en a pas encore conscience. La solution la moins périlleuse reviendrait à lui répondre que mister T comme il se plaît à l'appeler réagirait de la manière la plus conventionnelle qui soit. Peu importe ce que je dirais, tant que j'arrive à garder la légèreté dont il a su faire preuve.

- Attend... C'est qui ce mister T ?

Oups. Problème. Je ne m'attendais pas du tout à ce que Myosotis s'immisce dans cette histoire - après tout, ça ne la regarde pas, cela ne devrait pas la déranger plus que ça de savoir que son copain... Parle à une autre fille de trucs persos, l'voilà son problème, elle est effectivement jalouse ! Cette situation m'échappe complètement, mais là où je voyais quelques instants plus tôt un problème de taille, j'arrive désormais à entrevoir une issue de secours. Pas grande ouverte la porte, hein, mais le panneau vert est là, alors je fonce.

- T'inquiètes pas pour ça, Altaïr, par contre, c'aurait été sympa de prévenir ta miss que nous avions aussi des conversations intimes sans elle.

D'accord, c'était dépasser un peu trop la limite du risque. Mais avec un peu de chance, j'arriverais à détourner la conversation vers un sujet bien moins délicat pour moi. Et puis, qu'avait-il à gagner à raconter ça à Myosotis ? Si c'était pour avouer qu'il m'espionnait - je venais de proclamer le contraire, mais soit -, il aurait plus de problème qu'en se taisant, où il n'aurait affaire qu'à moi. D'où savait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Altaïr Debrooks, Lun 7 Sep 2015 - 18:49


Visiblement, en prenant la défense de sa petite amie, Altaïr avait empêché un excès de colère qui aurait été très mal perçu par la Serpentard. Elle se serait sans doute amusé à jouer avec les nerfs de Myosotis, mais il ne fallait jamais provoquer une jeune fille en colère, surtout lorsqu'elle était en compagnie de son copain. Le Serdaigle savait qu'il était préférable de ne pas se mettre en travers de son chemin, mais il estimait avoir pris la bonne décision en prenant les devants et en remettant Shela à sa juste place.

Néanmoins, même en prenant de bonnes initiatives et en mettant tout en oeuvre pour entrer dans les faveurs de la préfète des Poufsouffles, la situation finissait toujours par se retourner en sa défaveur. La colère qui transparaissait dans les yeux de Myosotis ne présageait rien de bon, surtout lorsqu'elle s'était détournée de sa première proie, qui continuait à se prélasser dans son bain d'eau mousseuse. Cette-dernière restait murée dans le silence, sûrement en train de réfléchir à la meilleure réaction qu'elle pourrait adopter pour que rien ne laisse penser qu'il puisse avoir raison. Altaïr savait pertinemment qu'il était en possession de suffisamment d'éléments pour porter préjudice à Shela, mais également à son meilleur ami. Il était évident qu'il ne trahirait pour rien au monde la confiance de Théodore, mais il pouvait toujours continuer à bluffer et à faire peur à la jeune fille.

-Attends... C'est qui ce mister T ?

Outch. Clairement, le ton qu'elle avait utilisé n'augurait rien de bon pour le Serdaigle. Alors que l'eau lui caressait délicatement ses mollets, il sentit le regard amusé de Shela qui virevoltait entre les deux amoureux. Elle avait sûrement trouvé un échappatoire à son impasse, et il ne restait à Altaïr que quelques instants pour songer à la meilleure réponse afin de ne pas contrarier Myosotis sans toutefois chercher à lui mentir. Ce n'était pas vraiment le moment pour que Myosotis se mette à déborder de fureur, surtout lorsqu'une jeune fille compterait bien tirer bénéfice d'une potentielle dispute pour s'extraire de la situation dans laquelle elle était plongée.

-T'inquiètes pas pour ça, Altaïr, par contre, c'aurait été sympa de prévenir ta miss que nous avions aussi des conversations intimes sans elle, lança-t-elle avec amusement.

Rien de plus mesquin que de remuer le couteau dans la plaie lorsque la situation commençait à devenir délicate. N'importe quel abus de langage pourrait mettre le feu aux poudres, et Altaïr devrait redoubler d'ingéniosité pour résoudre les deux problèmes qui se posaient. Il espérait que Myosotis serait suffisamment lucide pour ne pas se faire manipuler par Shela, mais rien n'était gagné d'avance. Les cartes étaient entre ses mains. D'un côté, il y avait sa petite amie qui posait des questions dont les réponses inciteraient le jeune homme à trahir son meilleur ami. De l'autre côté, une autre jeune fille qui semblait bien décidée à semer la pagaille dans le couple qui cherchait en premier lieu à la virer de son bain. Il n'était pas à son avantage, mais un problème demeurait insoluble seulement si l'on était trop conventionnel pour se montrer imaginatif et pour détourner les sources d'ennui de la situation originale !

-Je n'ai pas besoin de toi pour être tenu au courant des p'tits potins du château, Diggle. Disons que j'ai mes sources, et j'peux te certifier qu'elles sont sûres !

Bien évidemment, personne à part lui, Théodore et Shela était au courant du pot-au-rose, mais il était amusant de faire croire à la jeune fille que ses secrets n'étaient pas si bien gardés que ça, et qu'elle n'était donc pas irréprochable. Son affirmation lui trotterait sans doute dans un coin de sa tête une bonne partie de la soirée, jusqu'à ce qu'elle se mette à enquêter activement sur l'identité de cette balance fictive. Altaïr se retourna et lança un regard confiant à sa petite amie, avant de lui lancer d'une voix suffisamment forte pour se faire entendre de Shela :

-J't'en dirai plus dès qu'on sera seuls, j'suis sûr elle va encore chercher des excuses pour se justifier.
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis Aavery
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Myosotis Aavery, Lun 7 Sep 2015 - 20:13


«Attends... C'est qui ce mister T ? »

La colère bouillait au fond de Myosotis et risquait à tout moment d'exploser même si ça amuserait bien Shela Diggle. Parfois ça sortait sans qu'on ne le veuille. Que en notre faveur ou pas... Ça sortait. Bizarrement Altaïr n'avait pas l'air surpris, plus embêté. C'est vrai qu'il se trouvait dans une situation assez difficile, mais la préfète des Poufsouffles ne pouvait lui espérer qu'une chose : qu'il ne se mette pas la colère de Myo sur le dos, dans ce cas là il allait mordre la poussière. Elle n'était pas des plus tendres dans ce genre de phase là. On ne dirait pas comme ça, mais derrière son visage tendre et optimiste ce cachait une part bien plus sombre et il ne valait mieux pas la découvrir. Ce fut la préfète des verts et argents qui prit la parole la première.

«T'inquiètes pas pour ça, Altaïr, par contre, c'aurait été sympa de prévenir ta miss que nous avions aussi des conversations intimes sans elle.»


La brunette lança un regard noir à sa collègue mais ne dit rien cependant. Elle avait vraiment le don de répandre de la mauvaise humeur autour d'elle. Aavery ne savait même pas comment elle arrivait à se faire des amis. En avait-elle, seulement ? Apparemment elle avait tapé dans l'oeil d'un garçon. Ce qui était assez difficile à imaginer. La conversation commençait à tourner au vinaigre et Myo n'aimai pas cette ambiance électrique. Altaïr répondit du tac au tac à Shela sans une seule pointe d'hésitation.

«Je n'ai pas besoin de toi pour être tenu au courant des p'tits potins du château, Diggle. Disons que j'ai mes sources, et j'peux te certifier qu'elles sont sûres !»

Diggle. Il connaissait donc son nom... Myosotis souffla un grand coup en plissant les yeux. Tout ça était bien louche et elle exigeait des explications. Il y avait peut-être une chose qui l'amusait et qui l'empêchait de partir à grandes enjambées, c'était que Shela était déstabilisée. Sa carapace, soit disant dure comme de la pierre venait de se briser.

«J't'en dirai plus dès qu'on sera seuls, j'suis sûr elle va encore chercher des excuses pour se justifier. » ajouta Altaïr en lui lançant un regard confiant.

Il essayait de l'attendrir ? De se justifier ? Pour Myosotis, ses paroles étaient vaines. Quand ils quitteraient cet endroit, il s'enfuirait en courant sans rien lui avouer. Elle l'avait déjà vu tellement de fois, cette scène. Des promesses que personne ne tient... Peut-être qu'il y a quelques jours, elle n'aurait pas réagit de la sorte. Elle aurait acquiescé sans rien dire et serait passé à autre chose. Sauf que le mélange entre la fatigue, la tristesse et la colère ne faisait pas bon effet.

«Mmm-mm... De toute façon, je n'attendais pas autre chose de ta part, Diggle. Tant de courtoisie et de générosité ... C'est à en verser une larme...»
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Shela Diggle, Dim 13 Sep 2015 - 21:00


Vraiment désolée pour le retard :x Théo vous fera une proposition de RP à quatre, moi je termine ici (:

Moi qui pensais être enfin à l'abris. C'était trop difficile, hein ? Me sortir de ce pétrin n'était pas assez amusant pour les marionnettistes de là-haut, apparemment. Parce qu'après un petit temps sympathique durant lequel je m'étais crue hors de danger, Altaïr me fis part de choses dont je ne voulais rien savoir il y a quelques minutes. J'ai toujours pas envie d'y croire. Seulement voilà, un petit doute s'est insinué en moi, et pas manière de le chasser. Si quelqu'un d'autre que ce monsieur était au courant, ce serait bien pire, parce qu'à vue de nez, il n'est pas aussi bon gardeur de secret qu'il devrait l'être. Bordel, ce serait alors bien plus grave que prévu. M'enfin, m'enfin, laissons place au doute. Si le Serdy était aussi bon menteur que manipulateur, il n'aurait eu aucun mal à mentir, n'est ce pas ? Il aurait pu tout inventer. Mais j'n'aime pas que ma vie privée se tienne sur le bénéfice du doute - un bien dangereux ami, selon moi. Il faut absolument interroger Altaïr. J'angoisserais jusque là, et c'pas agréable du tout.

- Mmm-mm... De toute façon, je n'attendais pas autre chose de ta part, Diggle. Tant de courtoisie et de générosité... C'est à en verser une larme...

Ouais, ouais, t'fais pas partie d'un cercle proche communément appelé amis, donc j'n'ai aucun intérêt ni raison de t'faire cadeau d'cette salle. Mais je ne peux décemment questionner le bleu et bronze sans lui faire partager ce qu'il sait avec Myosotis, et j'pas tellement envie d'étaler l'histoire encore plus - si divulgation il y a, l'espoir fait vivre. La seule chose que je peux faire, c'est partir en beauté, parce que je n'ai plus aucune envie de rester ici. Bon, j'aurais aussi souhaité gâcher toute la soirée des deux compères en leur refusant la salle, mais qui dit qu'ils seraient partis ? Et rester avec eux, finalement, non merci. Parce que j'ai plus tout en main, parce que j'suis plus en position de force. J'irais traquer Altaïr une autre fois. Vous vous souvenez de la serviette trop loin, là ? J'avais une dernière solution, pour l'avoir sans problème. J'tais juste trop attaché à mes bulles roses. Ma baguette est juste sur le rebord, au cas où un gros pervers ait eu la bizarre intention de venir mater - on ne sait jamais -, je l'attrape d'un geste désinvolte - pas question de montrer mon agacement - et acciote ma serviette. Aucun problème pour sortir sans porter atteinte à ma pudeur, vu qu'il y a des escaliers, je peux monter les marches en gardant la serviette tenue au-dessus de l'eau, face aux jeunes gens. Je m'enroule dedans, me dirige vers mes affaires que je jette dans mon sac et me retourne, tout sourire, vers mes compagnons. Self-control enclenché.

- Z'êtes mauvais joueurs, fis-je en me dirigeant vers eux. Sourire malicieux. Mais c'sympa de savoir que tu t'intéresse à moi, Altaïr. Voilà, jolie sortie. Sans oublier le petit bisou sur le coin des lèvres du monsieur. Ca, c'pour toi, Myo. Puis je file sans attendre vers la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Altaïr Debrooks, Ven 18 Sep 2015 - 18:45


La conversation prenait une tournure étrange dans laquelle ni Altaïr ni Shela ne semblait à l'aise. Évidemment, Myosotis n'était pas non plus dans son élément, mais elle cherchait juste des réponses. Les deux autres adolescents, eux, cherchaient justement de quoi masquer la vérité. Le Serdaigle n'était pas fier de devoir mentir indirectement à sa petite amie, mais il s'agissait pour le moment de l'unique solution pour ne froisser personne tout en agaçant suffisamment la préfète des Serpentards. Il n'osait jeter un regard à la Poufsouffle de peur de n'y croiser que colère et déception, alors qu'il essayait justement de ne pas mettre trop de bazar dans son couple et dans son amitié avec Théodore. Certes, il s'y prenait très mal. Mais même quand une solution paraît aussi vaine, il y a toujours de l'espoir de trouver une issue de secours. Pour le moment, il devait s'occuper de Diggle, et il s'occuperait des autres problèmes qu'il avait crée une fois le problème initial réglé.

-Mmm-mm... De toute façon, je n'attendais pas autre chose de ta part, Diggle. Tant de courtoisie et de générosité ... C'est à en verser une larme...

Apparemment, la jeune fille perdait encore plus patience. Même si elle avait décidé de ne pas provoquer une crise de couple devant une étrangère, il était évident que son petit ami n'était pas encore sorti d'affaire. Pour le moment, elle avait jeté son dévolu sur Shela, qui continuait à se prélasser dans l'eau de la baignoire. Le plus ironique dans l'histoire, c'est qu'Altaïr n'avait même plus envie de profiter de cette salle de bain. Il s'était plongé dans tellement de solutions aussi délicates les unes que les autres pour l'obtenir qu'il estimait que cela ne valait plus la peine. Lui qui souhaitait passer une bonne soirée avec Myosotis venait justement d'attirer les foudres de cette-dernière. Même si Shela décidait de les laisser seuls, il n'était pas sûr de profiter un maximum du reste de la soirée ni de vouloir rester. Tout ce dont il avait besoin pour l'instant, c'était de solitude et d'une Bièraubeurre.

Lorsque la Serpentard aimanta sa serviette à l'aide de sa baguette magique, Altaïr en déduit que la partie était enfin gagnée. Il ignorait si Myosotis éprouvait la même déception concernant cette soirée et si elle aussi souhaitait quitter la pièce, mais le jeune homme n'avait pas l'intention d'aggraver la situation. Il ne comptait pas se défiler et éluder les questions de Myosotis. Le principal était de conserver une attitude naturelle tout en cherchant à protéger l'anonymat de son meilleur ami. Pendant que Shela gravissait les marches qui lui permettaient de s'extraire de la baignoire, le jeune homme regarda nerveusement ses pieds comme un enfant surpris après avoir fait une bêtise. Un petit coup d'oeil discret ne lui empêcha pas de conserver un minimum de virilité, même s'il était suffisamment expérimenté dans le domaine pour rester discret.

-Z'êtes mauvais joueurs, leur lança-t-elle en se dirigeant dans leur direction. Mais c'sympa de savoir que tu t'intéresse à moi, Altaïr.

Le baiser qu'elle lui déposa sur le coin des lèvres le surprit tellement qu'il ne sut comment réagir. Il espérait que ses joues tâchaient de conserver un teint neutre bien qu'une boule de gêne et de contentement se formait dans son estomac. Après tout, il restait un garçon, et il n'était pas indifférent au baiser d'une jolie fille. Il espérait juste que Myosotis ne le blâmerait pas pour ce bisou qu'il n'avait même pas rendu à la jeune fille. Shela venait de marquer un nouveau point, match nul. Au moins, sa sortie était très soignée ce qui lui permettait de laisser Altaïr dans une situation plus que gênante. Un silence pesant l'accompagna.

-L'avantage, dit-il après un raclement de gorge, c'est qu'on a enfin réussi à l'avoir c'te salle de bains.

Il lança un sourire maladroit avant de se glisser dans l'eau, et d'enfoncer la tête sous la surface. Le silence assourdissant et la pression des bulles et de la mousse contre sa peau lui fit oublier pendant une fraction de secondes la dispute qui se profilait une fois qu'il serait remonté. Myosotis n'était sans doute pas prêt d'oublier ce moment, ce qui était également le cas d'Altaïr.

The end for me ! Merci pour ce RP sympathique ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis Aavery
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Myosotis Aavery, Ven 18 Sep 2015 - 22:52


«Mmm-mm... De toute façon, je n'attendais pas autre chose de ta part, Diggle. Tant de courtoisie et de générosité ... C'est à en verser une larme...»

On sentait bien la colère dans sa voix. La préfète des verts et argents fit mine de s'en foutre. De toute façon, Myo ne savait toujours pas pourquoi elle s'acharnait avec cette fille. La fierté sans doute. Elle n'en valait pas la peine. Shela Diggle ramassa ses affaires. Allait-elle enfin les laisser tranquilles ? De toute façon, pour la préfète des blaireaux, c'était officiel, cette sortie était gâchée. Ça ne servait à rien de rester là... Elle ne voulait plus. Le peu de joie de vivre qui lui restait s'était envolé avec les paroles de la Serpentard:

« Z'êtes mauvais joueurs. » fit-elle en se dirigeant vers eux -c'était ça son excuse?!-. Sourire malicieux. « Mais c'sympa de savoir que tu t'intéresse à moi, Altaïr. »

Elle fit une sortie de ce nom en déposant un baiser juste à côtés des lèvres du beau Serdaigle. Prenant bien soin que Myosotis le voit. Et le plus triste dans tout ça, c'est qu'Altaïr parut tout à fait calme et neutre face au geste de Diggle. Aucune réaction ? Pas de rejet ? Rien... La collègue de la brune passa la porte de la salle de bain calmement comme si rien ne s'était passé. La Poufsouffle se promit de découvrir l'identité de mister T et de se venger. Ce n'était pas du tout son style mais elle n'aurait pas du jouer avec le feu ce soir là...

« L'avantage... » répondit le bleu et bronze à l'intention de sa petite copine, après un raclement de gorge. « C'est qu'on a enfin réussi à l'avoir c'te salle de bains. »

Il fit un petit sourire à Myosotis. Elle arriva facilement à distinguer une trace de déception dans ses yeux. Il plongea tête la première dans le grand bain de bulle. Pensait-il que cette soirée pouvait être rattrapée ? Pour la brune, c'était clair et nette. Elle repensa à ces longues semaines éprouvantes et ne souhaitait plus qu'une seule chose : rejoindre son lit. Elle regarda la silhouette de son copain sous l'eau et profita de son inattention pour s'en aller, une petite larme coulant sur son visage...



Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Jamie Declan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Jamie Declan, Sam 24 Oct 2015 - 21:31


Bain relaxant
Feat Agrat Bosselli



Tout en marchant dans les couloirs menant à la salle de bain des préfets je me félicitai d'avoir obtenue le mot de passe. Cela n'avait été simple, j'avais dû extorquer les informations à un élève Poufsoufle de quatrième année. J'ignore comment, lui, a pu l'obtenir, peut être connait-il un préfet ? Mais avant de trouver cet énergumène j'avais dû mener mon enquête et cela m'avait pris pas moins de trois semaines. Aussi lorsque je poussai pour la première fois la porte d'entrée de ladite salle de bain, non seulement je n'éprouvai pas une once de culpabilité, mais en plus de ça j'étais plutôt fier. Fier d'avoir réussi à obtenir ce que je voulais. J'étais aussi un peu vexé d'avoir dû trimer pour avoir le mot de passe quand certain l'on sans rien faire. Certes je ne suis pas préfet mais pourquoi auraient-ils droit à cet avantage ?  La fonction de préfet les empêchait-elle de se mêler au commun des sorciers ? Je souris à la vue de la salle de bain, je comprends désormais mieux pourquoi les préfets tiennent à ce privilège.

La salle de bain des préfets répondait entièrement à mes attentes, elle était faite essentiellement de marbre blanc, la taille de la baignoire principale était comparable à celle d'une piscine et la centaine de robinets d'or rendaient le lieu encore plus spécial. La pièce était éclairée par un grand lustre de chandelles dont la lumière douce donnait un côté chaleureux.

Sans plus attendre j’actionnais quelques robinets. Il en sorti différentes sortes de mousses, certaines compactes, d'autres liquides, parfois vertes, bleu, bordeaux ou rose elles remplirent bientôt le bain entier de bulles. Je posais ma serviette a proximité de l'eau et entrepris de me déshabiller. Une fois chose faite je laissai mes habits sur l'un des rebords et entrai dans l'eau chaude entre deux bandes de mousse, l'une rose et l'autre bordeaux.

La chaleur de l'eau se révéla très relaxante et tandis que je m'amusais à souffler sur la mousse la porte d'entrée coulissa dans un bruit grinçant. Je me maudis alors intérieurement de ne pas avoir verrouillé derrière moi. Si c'est un préfet, et cela l'est surement, je suis foutu...
Revenir en haut Aller en bas
Agrat Bosselli
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Agrat Bosselli, Dim 25 Oct 2015 - 11:10


Bain relaxant
PV with Jamie Declan

La nuit été tombée, le couvre feu était passé. La journée avait été particulièrement épuisante ; et Agrat attendait avec impatience de quitter sa salle commune pour se rendre dans la salle de bain des préfets. Quoi de mieux qu'un bon bain après une journée ratée ? La brune frissonnait déjà de plaisir ; de l'eau chaude, des parfums diversifiés, le luxe quoi. Pendant toute sa scolarité à Poudlard elle y était allée plusieurs fois et jamais elle ne s'était faite attraper. Discrétion amigo. D'ailleurs, elle ne comprenait pas pourquoi elle ne pouvait pas profiter légalement de cette magnifique salle de bain. Pourquoi était-elle réservée aux préfets ? Genre Justin avait le droit d'y aller et pas Agrat. Tss.

Sur ces pensées, elle emporta son sac, rempli de choses plus ou moins utiles, et quitta la salle commune. Le trajet fut court et rapide, la brune avançait à pas de loup, silencieuse comme un spectre et elle se rendit bien vite devant la porte de la salle de bain. Oh Purée, c'était quoi le mot de passe déjà ? Pourtant elle le savait ! Ne me demandez pas comment, contentez vous de savoir que c'est grâce à des méthodes prohibées. Enfin bref, après de nombreuses tentatives, la porte décida enfin de ouvrir. Elle pénétra dans la salle de bain, toujours aussi discrètement et s'assura que la porte  se ferma derrière elle. Enfin, elle allait pouvoir profiter de ce lieu magnifique et magique !

Toute excitée à l'idée de se baigner, elle ne remarqua pas que quelqu'un se trouvait DEJA sur place. Ce fut en tournant la tête qu'elle aperçut quelqu'un... Mais qui est-ce ? Declan ! Bon, c'est top, hein ! En plus d'un bon bain, elle allait avoir le loisir de se distraire avec un beau garçon. Un bain acheté, un beau gosse offert ! Finalement, cette journée n'était pas aussi ratée que ça, pensa t-elle, in petto. « Declan ! Elle lui offrit un de ses plus beaux sourires. Et en plus d'être beau, il était sincère. Je savais pas que t'aimais les bains nocturnes. » fit-elle, un brin ironique. Elle agrémenta ses paroles d'un clin d’œil aguicheur. Ils se connaissaient depuis petits, leurs mères étant bonnes amies, et Agrat fut ravi que ça soit lui dans le bain, et pas un autre.

En vitesse, elle se déshabilla. Sous les yeux du garçon. Mais elle garda ses sous-vêtements. Du moins, pour l'instant. Cela faisait un bout de temps qu'elle n'avait pas vu le garçon malgré le fait qu'ils soient en bons termes. Cette rencontre tombait vraiment bien. Le jeune homme devait sûrement être nu, mais heureusement, ou pas, la mousse le couvrait. Elle se glissa dans l'eau chaude et sentit un frisson lui remonter dans le dos. Ça faisait du bien ! A son tour, elle actionna plusieurs petits robinets, puis s'adossa contre le marbre. Elle fixa le beau garçon, son torse était beau et musclé. Auparavant elle n'avait jamais eu l'occasion de le voir torse nu, elle profita de cette vue. « Quoi de neuf ? » Fallait quand même engager la conversation, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Marx Rosenzwag, Sam 26 Déc 2015 - 0:59


Squatte du RP après en avoir discuté avec Agrat

Une journée de plus d'écoulée. A mesure que l'année passait, elles semblaient de plus en plus dures, de plus en plus harassantes. Alors quoi de plus normal que de se détendre un peu, de prendre du bon temps seul. Le temps froid ne rendait plus du tout le Parc attrayant, surtout la nuit, pour Marx. Rien de mieux durant les beaux jours, mais en hiver... En hiver, ce qu'il lui fallait au jeune sorcier, c'était un endroit bien chaud, au calme, à l'abri de la foule. Alors bien évidemment, son choix s'était porté sur la Salle de Bain des Préfets. Une baignoire gigantesque, des dizaines de dizaines de robinets pour des effets multiples de couleurs, de mousses et d'odeurs. Marx était un spécialiste des escapades nocturnes post-couvre-feu, et donc un habitué, entre autre, de cette salle de bain, dont le mot de passe ne lui était pas resté inconnue longtemps. Connaitre un peu les Préfets étaient un bien bel avantage, fallait avouer.
Ainsi, après avoir furtivement quitté la Salle Commune de Gryffondor, le Polonais s'était dirigé discrètement et rapidement jusqu'à la Salle de Bain, Une serviette au préalable miniaturisée dans la poche.

A peine entré, sans un bruit, le jeune sorcier comprit qu'il n'était pas seul et qu'il ne serait pas tranquille pour barboter dans son bain. Une agréable odeur de savon s'élevait dans la pièce, et de la baignoire s'échappait quelques bulles... ainsi qu'un léger blabla. Un poil déçu, Marx n'allait pourtant pas renoncer à ce petit instant de détente si attendu. D'un coup d'œil, le Rouge et Or mis un nom sur les Serpentards, un septième année comme lui, et un sixième année dont il avait entendu parler par Justin. C'était tout de même étonnant qu'il y ait autant de monde ici... D'un coup de baguette, Marx rendit sa taille à sa serviette, qu'il jeta sur son épaule, et entra un peu plus dans la salle, lançant un "Salut!" vocal et claironnant aux deux autres adolescents.
Sans attendre de réponse de leur part, le Né-Moldu se déshabilla, jetant ses vêtements dans un coin, puis se dirigea tranquillement vers le bassin, complètement nu, un large sourire aux lèvres, la serviette sur l'épaule. Il la posa sur le rebord avant de se glisser dans l'eau chaude, dont les vapeurs commençaient à s'élever comme une brume dans la pièce. Tout sourire, le sorcier lança à ses deux camarades:

- Bin alors, qu'est-ce que vous faites là à cette heure la tout les deux? J'espère que je n'interromps rien par contre...

Un rire malicieux et cristallin s'échappa du jeune sorcier, qui adressa à chacun un petit clin d'œil amusé. Bosselli était vraiment une bombe; quel dommage qu'elle ait gardé ses sous-vêtements... Elle ne devait pas être hyper à l'aise. Une coincée... Peut être Declan serait-il plus ouvert qu'elle? Ces pensées surprirent Marx lui-même. Les effluves de savon émoussaient ses sens.
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Kyara Blanchet, Dim 27 Déc 2015 - 16:03


Comme à son habitude après l'heure du couvre feu, la professeure de soins aux créatures magiques faisait un petit tour dans Poudlard. Elle savait que la tentation était grande pour les élèves de sortir pour profiter d'un moment de tranquillité ou pour avoir, pendant l'espace de quelques heures, la sensation d'être un parfait chenapan. Kyara aimait beaucoup surprendre les élèves, elle avait été élève elle aussi et pas vraiment un modèle durant sa jeunesse pourtant ça ne l'empêchait pas de faire son travail. D'autant qu'elle ne savait pour quelle raison Charli était passé de gardien à professeur de Vol. Peut-être que Sergeï n'avait pas le droit de virer l'alien et qu'il avait trouvé quelque chose où il pourrait être utile. Mmm, la Fourchelang n'avait pas demandé des explications au directeur, à dire vrai elle préférait ne pas le croiser. Elle avait beau faire en sorte de respecter ses règles, en se montrant cool quelques fois, le voir de loin était suffisant pour elle.

La professeure de soins aux créatures magiques était avec Pan, l'animal enroulé autour de son cou promenait son regard sur les couloirs. Alors qu'ils allaient monter des escaliers, la Française se figea en entendant une porte se fermer. Fronçant les sourcils, elle hésita deux secondes avant de se diriger vers la source du bruit. Arriver dans le bon couloir, elle resta quelques secondes sans bouger avant de lancer un sifflement silencieux. Pan se releva alors et lui répondit sur le même ton. Les serpents avaient un excellent odorat, il pouvait sentir qu'il y avait des odeurs de savon dans l'air et que des personnes étaient récemment passées. Il y avait la salle de bains des préfets dans les couloirs, l'odeur devait venir d'ici. C'était un peu tard pour prendre un bain. Se mordillant la lèvre, la brune décida d'en avoir le cœur net, tant pis si elle tombait sur un préfet dans le plus simple appareil, elle avait vu des choses plus dégoûtantes dans sa vie !

Prononçant le mot de passe, Kyara entra en silence dans la salle de bain au même moment où un rire résonna. Quelle idée de rire seul ? Refermant la porte doucement, elle avança et découvrit une scène étonnante. Il n'y avait pas un préfet dans la salle de bain, mais trois élèves qui n'avaient rien à faire ici et ils semblaient bien s'amuser dans le bain. C'était la meilleure ! S'avançant encore, Kyara se racla alors la gorge tout en regardant les élèves avec froideur.

- Je ne savais pas que la salle de bain des préfets était ouverte aux membres, encore moins qu'elle était mixte. Vous êtes dans de beaux draps.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Agrat Bosselli
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Agrat Bosselli, Jeu 31 Déc 2015 - 1:37


La discussion battait son plein entre Agrat et Jamie. Ils ne s'étaient pas vus depuis des lustres, les sujets de conversations ne manquaient point. Comme quoi à chaque mal, un bien. Papotaient avec enthousiasme de leur équipe de Quidditch préférée, de leur familles qui étaient déjà amies depuis longtemps, des cours, des ragots qui circulaient en ce moment à Poudlard, de leur histoires de cœurs et bien plus encore, ils se détendaient grâce à l'eau à la température parfaite et aux bonnes odeurs mélangées. Mais comme chaque bonne chose a une fin, à celle-ci, un garçon dénommé Marx mit un terme. Agrat était à deux doigts de l'avoir dans ses filets, fallait que quelqu'un se pointe ! Elle essaya tant bien que mal de positiver ; peut-être qu'au final, elle en aura deux dans ses mailles, qui sait ?

En tout cas, le garçon n'était des plus chastes. A peine arrivée, il se dénuda sous l’œil amusé de la brune. Elle le regarda se glisser à ses côtés. Marx, si elle avait bonne mémoire. Oui, il s'appelait comme ça et était plutôt beau garçon. Plus âgé qu'elle, ce qui lui ajoutait un charme, il avait une réputation de casse-cou. « Bin alors, qu'est-ce que vous faites là à cette heure la tout les deux? J'espère que je n'interromps rien par contre... » Suite à ses paroles, la jeune fille adressa un clin d’œil à Declan. Prenant un air faussement vexé, elle ronchonna : « Si, justement. » Juste ce qu'il fallait pour le titiller. Alors, la conversation reprit de plus belle. La mousse s'intensifiait, elle était opaque, parfaite pour cacher ce qu'il fallait cacher. Pour aguicher les garçons, elle dégrafa son soutien-gorge et le balança de l'autre côté de la pièce d'un geste ravageur. Puis elle s'adossa contre le bord de la piscine et mit sa tête en appuis sur la bordure. Ce qu'elle était bien. Mais évidemment, cette bonne chose aussi allait avoir une fin, et une fin bien plus radicale.

Voilà que la prof de Soins aux Créatures magiques fit irruption dans la salle de bain. Manquait plus qu'elle ! L'habituelle menace fut prononcée. Nanani nanana blablabla, vous êtes dans la Mer** en gros. Mais Agrat s'en moquait. Elle savait qu'en venant en ces lieux, elle s'exposait à cela. C'était une chose prise en compte, mais plus le service est de qualité, plus le prix est élevé. Elle n'avait pas voulu se contenter des douches du dortoir, elle acceptait la sanction. Même à contrecœur. Se tournant vers Marx, elle lui offrit un sourire à peine prononcé. C'était maintenant ou jamais qu'il devait prouver son caractère d'intrépide. Sa réputation était en jeu, il devait le savoir, il devait le lire dans le regard qu'elle lui lançait qui l'encourageait à l'impressionner, à la surprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Marx Rosenzwag, Jeu 31 Déc 2015 - 12:28


- Si justement.

L'air faussement offensé d'Agrat crevait les yeux. Le sourire de Marx s'étira jusqu'à ses oreilles. Savoir qu'il venait de mettre son grain de sel dans cette histoire lui procurait le plus grand des plaisir. Le sorcier entreprit donc de dynamiser la discution, qui était des plus animées. L'atmosphère de la salle était maintenant saturée de vapeurs aux odeurs agréables et enivrante, et le bain presque entièrement caché par la mousse. C'est ce moment que choisit la jeune Serpentard pour retirer son soutien-gorge, ce qui fit beaucoup rire Marx. Le moins que l'on pu dire, c'était qu'Agrat n'avait pas froid aux yeux. Marx la plaisantait, et lui adressait un petit clin d'œil quand Miss Blanchet fit soudainement son entrée dans la pièce. *Bin tient, en voilà une emm*rdeuse...* Le Gryffondor, que cette apparition brutale avait exaspéré, laissa échapper un long soupir, bien sonore, quand la professeur de SACM les mit en garde, que dis-je, les menaça. C'était tout de même la seconde fois cette année que Marx se faisait prendre en un lieu où il n'aurait jamais du être. Cela commençait à lui taper sur le système. Il allait devoir faire preuve de plus de prudence à l'avenir, ou alors il passerait sa septième année en retenue.

Mais le garçon avait de la suite dans les idées. Jetant un regard en coin à ses deux camarades, qui semblaient attendre que quelque chose, un miracle peut-être, se produise. Pour Marx, il était hors de question de rester planté là, à attendre une punition ou un autre sermon. Le jeune sorcier, adressant un nouveau clin d'œil à Agrat, sortit de la baignoire, s'enveloppa les hanches avec sa serviette, et fit quelques pas vers Miss Blanchet. Malgré le brouillard qui flottait dans la pièce, le Né-Moldu pouvait parfaitement discerner les traits du visage froid et dur que le professeur leur affichait. Bien que presque nu et tout trempé, le Gryffondor affichait le même orgueilleux qu'à son habitude, nullement gêné par la présence de cette trouble-fête. Les mains devant lui en signe d'apaisement, comme s'il faisait face à une créature dangereuse et furieuse, Marx déclara doucement:

- Da calme professeur, on ne faisait rien de mal, ce genre de phrase n'avait typiquement aucun intérêt, Agrat est bien trop frigide vous savez, alors on allait plus tarder à mettre les voiles, puis d'un air faussement surpris, désignant le bassin, le sorcier conclu, Mais quel impoli je fait! Peut-être désirez-vous vous joindre à nous? L'eau est chaude et pleine de mousse...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Salle de bain des Préfets.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 6

 Salle de bain des Préfets.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.