AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 8 sur 8
Honeydukes
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
Rachel Ester Pasca
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie

Honeydukes - Page 8 Empty
Re: Honeydukes
Rachel Ester Pasca, le  Dim 13 Mai 2018 - 19:37

Ester resta figée quand le regard d'Azaël changea du tout au tout. Elle retrouvait soudainement l'homme d'avant et comprenait par la même occasion qu'elle venait de toucher un point sensible. La famille ? Ou Alhena peut-être ? Azaël avait toujours semblé être attaché à elle. La fausse moldue accusa alors le coup, lorsqu'il l'accusa de se mêler de chose qu'elle ne comprenait pas. Elle avait l'habitude après tout, d'être celle qui avait tord. Elle avait l'habitude d'être pointé du doigt par ceux qu'elle aimait. Pourtant elle restait convaincue, non pas d'avoir les bonnes réponses, mais d'être sur le bon chemin. Toute envie de riposte fut cependant tué dans l’œuf lorsque son petit frère commença à se dévêtir soudainement. Qu'est-ce qu'il...

- C'est les Peverell qui t'ont fait ça ?

Sa voix fut à peine plus forte qu'un murmure lorsqu'elle découvrit le spectacle macabre que son frère avait à lui montrer. Depuis WaddiWasi, elle savait, mais elle avait été loin de se douter que cela avait prit une telle ampleur dans la vie d'Azaël. Elle grimaça de rage. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'il se laissait faire ? Pourquoi n'en parlait-il pas ? Pourquoi n'agissait-il pas ?

De colère contre elle-même d'être aussi impuissante, de n'avoir rien fait après WaddiWasi, de colère contre le monde, ce monde si tordue, de colère contre les s*lops qui avaient fait ça, Ester plaqua ses cheveux en arrière et ferma les yeux un instant pour se contenir. Au fond elle n'écoutait pas vraiment ce qu'Azaël essayait de lui expliquer. Elle comprenait bien qu'avoir des personnes qui l'aimait autour de lui c'était important. Le problème c'était que pour lui c'était important au point de fermer les yeux sur ces choses absolument horribles qui n'aurait jamais dut arriver. ÇA ça n'aurait jamais dut arriver !

De colère Ester pointa à son tour un doigt accusateur sur Azaël avant de le baisser quand il reprit. Ce n'était pas lui qu'elle remettait en cause, mais bien ce monde qu'elle ne comprenait plus. Il y avait tant de souffrance inutile, tant de cruauté, pourtant personne ne faisait rien. Au contraire tout le monde semblait vouloir s'en contenter. Comme Azaël qui se contentait d'une famille minable sous prétexte qu'il y avait pire, qu'il avait eu pire. Mais ce n'était pas ainsi que Rachel voyait les choses et ce n'était pas ainsi qu'elle les désirait pour son petit frère.

- Je pourrais faire tous les efforts du monde que ça ne suffirait pas ! Il n'y a qu'à voir comment tu me regardes, je peux le voir dans vos yeux à tous. Je suis la petite chou-chou de parents psychopathes, celle qui n'a jamais connu la douleur, celle pour qui vous avez tous souffert, celle qui ne sait pas de quoi elle parle !

Ester plongea son regard dans celui de son petit-frère. Elle était déterminée à l'aider, à être là pour lui, mais il devait aussi comprendre qu'elle ne serait jamais en mesure de faire semblant à ce point. Ce qu'il se passait dans cette famille n'avait rien à voir avec de l'amour. Et peut-être que cela changerait effectivement un jour, mais ce ne serait sans doute pas en présence de Rachel. Car pour le moment elle n'en voyait aucun intérêt, puisque de toute manière quelque chose finirait forcément par mal tourner. Quelque chose finirait forcément par mal se passer et elle finirait seule une fois de plus. Alors pourquoi se faire souffrir ? Pourquoi aimer, pourquoi s'accrocher et s'efforcer de créer des liens si c'était pour tout détruire au final ?

- Alors c'est vrai je ne sais pas ce que l'on ressent lorsqu'on se fait torturer. C'est vrai qu'à une époque j'ai eu la chance d'être heureuse alors que vous non, mais tu peux me croire je le déplore assez. J'échangerais volontiers ma place contre la tienne Azaël ! Malheureusement c'est impossible, je suis désolée.

La sorcière en tremblait, en pleurait, elle ne supportait plus le poids de toutes ces accusations, qu'elles soient muettes ou non. Amis, famille, inconnus... Elle avait toujours tord. Elle ne faisait jamais rien de bien.

Là sous la pluie elle observa ce petit-frère, si différent du premier. Ces dernières paroles avaient peut-être été moins froides, mais il conservait cet air presque mauvais qu'Ester ne parvenait pas à rattacher à une émotions. Elle sentait bien qu'elle perdait le contrôle sur ses émotions tout comme sur ses mots auxquels elle ne parvenait plus à donner un sens. Rachel tenta alors de lui faire comprendre en un regard tout ce qu'elle n'avait pas su dire. Qu'elle serait toujours là. Qu'il ne devait pas avoir peur d'Alhena parce que si réellement ils étaient une famille il aurait dut savoir que jamais elle ne lui ferait de mal. Que malgré tout ce qui s'était passé, elle était fière de lui. Que pour lui, elle ferait encore un effort et tenterait d'accepter les Peverell.

- Je veux juste ce qu'il y a de mieux pour toi...

Ester s'éloigna alors en marchant doucement. Elle aurait préféré mourir il y a huit ans.


Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Honeydukes - Page 8 Empty
Re: Honeydukes
Azaël Peverell, le  Mar 22 Mai 2018 - 20:12

La réaction de Rachel te laisse perplexe un instant. Tu pensais pouvoir lui faire comprendre. Tu pensais avoir été clair sur ce qu'il se passe réellement, mais ce n'est apparemment pas le cas. Elle est persuadée qu'elle ne sera jamais un membre de la famille à part entière. Elle est persuadée que c'est impossible parce qu'elle n'a pas vécu la même chose que vous. Tu restes immobile, sous la pluie, sans la quitter des yeux. Tu ne lui demandes pas de prendre ta place. Tu sais très bien que c'est impossible, et tu ne lui souhaites pas de vivre ce que tu as vécu. Tu lui demandes simplement d'accepter le passé décousu de la famille et d'essayer de lui construire un avenir un peu plus solide et un peu plus lumineux. Alors pourquoi part-elle ? Pourquoi est-ce qu'elle s'enfuit alors même que pour la première fois de ta vie, tu t'es ouvert à quelqu'un concernant ton passé ?

Elle dit vouloir ce qu'il y a de mieux pour toi. Mais ne comprend-elle pas que tu essaies justement de lui indiquer ce que tu recherches ? Tu la rattrapes en quelques enjambées pour lui couper la route, te plantant droit devant elle. Le regard suppliant. T'as besoin qu'elle t'écoute. Qu'elle t'écoute réellement.

- Ce ne sont pas les Peverell qui m'ont fait ça, non.

Il faut peut être commencer par poser les bases. Qu'elle comprenne pourquoi t'es prêt à faire table rase du passé. Parce que celui qui t'a détruit n'est plus de ce monde. Tout comme ceux qui ont détruit les Peverell.

- Si toi t'es une pièce rapportée, alors moi aussi. J'ai jamais vécu avec eux. C'est mon père adoptif qui m'a fait tout ça. Il est mort y'a trois ans.

T'as la flemme de raconter toute l'histoire par contre. Le fait que les Peverell t'ont simplement donné aux Liderick comme monnaie d'échange dans un marché. Que c'est Alhena qui a tué ton père adoptif. Tout ça ne servirait à rien. T'as pas envie d'enfoncer Alhena aux yeux de Rachel. Si tu lui en veux de ton côté de t'avoir ôter ta vengeance, tu considères cet acte comme un acte protecteur. Et tu ne peux pas lui reprocher de protéger sa famille.

- J'sais juste que nos vrais parents étaient un peu des sales cons aussi. J'ai vu les cicatrices d'Alhena. Mais ils sont morts aussi. Tu cherches à punir les bourreaux, mais ils ne sont plus de ce monde. Pourquoi on pourrait pas essayer de se reconstruire tous ensemble du coup ? Tu nous blâmes de choses dont nous ne sommes pas coupables. Si tu n'as pas choisi d'être une Peverell, nous non plus. Mais autant assumer et changer cette connotation négative qu'on y associe tous plus ou moins consciemment.

Tu pousses un léger soupir. T'as pas l'habitude de parler autant. Et encore moins à coeur ouvert. Mais t'as pas vraiment le choix. Parce que l'enfant au fond de toi a besoin d'une famille qui soit là, qui soit présente, qui s'occupe de lui. Qui répond enfin à l'idée que n'importe qui se fait d'une vraie famille. Parce que ça fait rêver de voir des gens se réunir pour passer de bons moments. Des gens qui restent malgré les années et malgré les tempêtes.

- Et j'suis content que tu n'aies pas été à ma place. Tu ne l'aurais pas davantage mérité. J't'ai pas dit tout ça pour que tu nous prennes en pitié. J'veux juste que tu comprennes.

Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Honeydukes - Page 8 Empty
Re: Honeydukes
Rachel Ester Pasca, le  Dim 27 Mai 2018 - 12:59

Si Azaël n'avait pas été son frère, c'était typiquement le genre de personne qu'elle se serait acharnée à éviter à partir de ce jour. La honte d'avoir craquer, de n'avoir pas su rester digne, de s'être emportée. Pourtant, et même si cette discussion n'avait en apparence rien de très joyeux, pas plus que cette soirée d'ailleurs, elle était -à bien y regarder- pleines de bonnes surprises. C'était dans le pire qu'on trouvait le meilleur du monde. Et enfin, l’abcès qui empêchait tout le monde d'avancer était crevé, tout du moins un peu et avec une personne. Une bonne chose, car Azaël semblait en avoir eu besoin autant qu'elle. Il se confiait, parlait ouvertement pour la première fois. Et -ça c'était vraiment TRÈS surprenant- il l'avait même retenu.

Ester en oublia tout quelques instants et le regarda avec des yeux ronds. Elle l'écouta, sans rien dire, sans bouger, sans le lâcher du regard. Elle essayait de comprendre ce qui se cachait derrière les mots, mais pour la première fois elle ne trouva rien. Pour la première fois, elle avait la sensation qu'on ne lui cachait plus rien, qu'on essayait pas de taire des secrets dans l'espoir de l'amadouer ou simplement pour la tenir à l'écart. Et pendant un court instant, il y eu le retour fugace de l'espoir. C'était peut-être possible après tout ? Peut-être que cette famille avait réellement de l'espoir ? Cependant elle doutait toujours que ce soit possible avec elle. Tout simplement parce que les Peverell avaient besoin de quelqu'un de fort pour tous les rassembler. Et si ester savait ce que pouvait être une belle et grande famille pour en avoir déjà eu une, elle était loin d'être forte en ce moment.

Elle était loin d'être capable d'assumer un nouvel échec. Car dans un coin de sa tête et malgré tout l'amour, malgré l'envie de passer outre... il y avait toujours cette petite voix qui lui criait de rebrousser chemin. Parce que même si elle avait aimé Kohane infiniment, cela n'avait pas suffit. Parce que même si elle avait aimé son frère Romain comme une mère, cela n'avait pas suffit. Parce que même si elle aimait Azaël, elle craignait que cela ne suffise pas. N'avait-il pas lui aussi prêté allégeance aux Mangemorts en même temps que Kohane ? Et Alhena, était-elle vraiment du bon côté de la force ? Belt ? Et les autres ? Car pour tout avouer Ester ne se sentait pas simplement l'intrus pour avoir connu le bonheur. Elle se sentait d'avantage comme la brebis au milieu des loups...

Mais elle ne parlerait pas de ça se soir. Elle n'avait pas la force ni même l'envie de se lancer dans un discourt politique. D'autant qu'au fond, elle n'était certaine de rien. Ce n'était que des rumeurs et des spéculations. Peut-être était-ce juste un salle préjugé ? Peut-être Azaël avait-il menti comme elle-même avait menti au masque ce soir-là ?

Alors elle laissa simplement un sourire se former.
Je promets d'essayer. Je promets d'être là.

FIN du RP
Enzo Lhow
Enzo Lhow
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Honeydukes - Page 8 Empty
Re: Honeydukes
Enzo Lhow, le  Sam 21 Juil 2018 - 18:47

Du sucre plein les yeux !

avec Saturnine Berkele


Franchement, si Haïko était comme tous les autres elfes de maison, ma vie serait bien moins intéressante que ce qu'elle est aujourd'hui. Bon d'accord, il ne me quitte pas d'une semelle, mais au moins je suis libre d'aller et venir dans tout Pré-au-Lard sans que papa et maman n'en sachent rien ! Et ça croyez-moi, quand on passe la majorité de ses journées seul dans une grande maison, ça n'a pas de prix.

C'est donc accompagné de l'elfe, toujours vêtu de son petit costume trois pièces, que je déambule dans les rues histoire de profiter de la fraîcheur du printemps et du calme des rues. Si papa savait ça, je crois bien qu'il serait capable de m'emmener avec lui au travail juste pour être sûr que je ne recommence pas. Pourtant, les gens sont gentils ici. La vendeuse de Honeyduke me donne toujours des bonbons quand je vais lui rendre visite !

D'ailleurs, Honeyduke, c'est là que je vais aujourd'hui ! J'ai bien quelques bonbons cachés dans la chambre, mais c'est ma réserve d'urgence, pour les fois où  « le sucre c'est mauvais pour les dents ». Peut-être, mais c'est bon pour mon moral ! J'ai toujours pas trouvé le placard où ils cachent leurs réserves à eux, parce que vous ne me ferez pas croire qu'ils ne grignotent pas de temps en temps : non non non non non !

J'arrive à proximité de la boutique tant convoitée, le sourire aux lèvres et le pas léger, jusqu'à ce que je me rende compte que la vitrine semble bien terne. Sur la porte, un petit écriteaux avec juste ces quelques lettres : fermée. Oh zut ! Comment j'vais faire pour mes réserves moi ?! Une moue boudeuse sur le visage, je croise les bras devant la porte, cherchant une solution à mon dilemme. Je veux pas rester sans bonbons, ça non !



Dernière édition par Enzo Lhow le Jeu 16 Aoû 2018 - 15:23, édité 2 fois
Saturnine Berkeley
Saturnine Berkeley
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Honeydukes - Page 8 Empty
Re: Honeydukes
Saturnine Berkeley, le  Lun 23 Juil 2018 - 22:36

Les vacances, Saturnine adorait cela. Surtout lorsqu'elle savait qu'elle allait quitter le cocon familial à la rentrée prochaine. Le simple fait d'y penser la traumatisait encore ; elle voyait la lettre arriver dans ses cauchemars, et imaginait des scénarios délirants d'enfant perdue - elle se voyait déjà raillée par toute l'école, parce qu'elle n'était pas assez intelligente. Et puis aussi à cause de son prénom. Mais ça, c'était déjà le cas chez les moldus, n'est-ce pas ? Non, ce qui vraiment l'effrayait, c'était qu'elle rejoindrait un milieu qui n'était pas le sien. A la réception de l'offre de cette école bizarre, elle avait de suite clamé que, « non. [Elle] n'irait pas ». C'était sa maman qui l'avait convaincue d'accepter sa différence, mais tout était si terrifiant vu des yeux de cette enfant choyée ; c'était à peine si elle n'avait pas peur de sa propre ombre, de toute manière. Voilà ce que l'on gagnait à élever un enfant sans jamais le lâcher d'une semelle.

Toute la famille s'était déplacée à Pré-Au-Lard pour ses belles prunelles. Ils s'étaient dits que cela la rassurerait, que voir de véritables sorciers avant d'intégrer l'école de magie l'aiderait peut-être à accepter. Avec un peu de chance, et si elle réussissait à vaincre sa maladive timidité, elle pourrait même discuter avec l'un d'entre eux ! Quel bon plan, hein ? Les De Berkeley étaient de purs génies, c'était une évidence. Bref : toutes ces circonstances et ces cheminements mentaux avaient fait que Saturnine, ses parents mais aussi le petit dernier, Hector, se trouvaient à Pré-Au-Lard, village sorcier, en leur pleines qualités de moldus pour trois d'entre eux. Ce n'était d'ailleurs pas un lieu très accessible ; la petite famille avait peiné comme jamais pour s'y rendre en voiture, même après avoir questionné les sorciers trouvés sur le chemin étrange mentionné dans la lettre.

1 heure plus tard

Un repas dans une taverne ; beaucoup de choses inconnues sur la carte. C'était comme être dans un pays étranger. Et puis, Saturnine, en sa qualité d'asticot, en avait eu marre de rester assise et de se sentir intimidée. Elle avait demandé la permission de sortir de table, et d'aller explorer comme une grande les environs - car de toute manière, le moment donné, elle serait seule. Les rues, à cette période, étaient plutôt désertes. La seule chose qui attira son attention fut une marée de couleurs acidulées dans une vitrine. Devant cela, une touffe de cheveux, un petit gars haut comme trois pommes. De dos, on aurait presque dit Hector. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle elle n'eut de mal à l'aborder. Les enfants, ce n'était pas comme les grands.

« Moi aussi j'aurais bien voulu goûter toutes ces couleurs. Peut-être que ça va ouvrir bientôt ? Mais en attendant je crois que j'en ai dans ma poche, » dit-elle en sortant dudit endroit des oursons en gélatine, des bonbons mous à croquer et quelques soucoupes acides aplaties. « J'en ai presque toujours, j'adore ça, les bonbons. C'est meilleur que la vraie nourriture, hein ? » Elle tendit une soucoupe à son interlocuteur en guise de première offrande, en espérant qu'il accepterait. « C'est quoi cette drôle de créature, dis ? », demanda-t-elle, un brin de frayeur dans le regard, lorsqu'elle remarqua l'elfe qui semblait le surveiller.
Enzo Lhow
Enzo Lhow
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Honeydukes - Page 8 Empty
Re: Honeydukes
Enzo Lhow, le  Jeu 26 Juil 2018 - 17:03

Alors que la déception se lit sur ton visage enfantin, tu te tourne à la hâte en entendant la voix d'une fille s'élever dans ton dos. La gamine n'est pas bien plus âgée que toi .. enfin si un peu tout de même. Elle est sans doute déjà en âge de posséder sa propre baguette magique et ne doit pas être bien loin de prendre place sur les bancs de Poudlard. Une petite moue dubitative au bout des lèvres, tu écoutes ce qu'elle vient te dire avant de te rendre compte qu'elle ne te parle pas ... enfin pas vraiment. Elle dit simplement qu'elle aussi aurait aimé goûté aux sucreries colorées de la vitrine. C'est pas juste, ils sont jamais fermés normalement !

Tu as encore bien du mal à gérer la frustration, comme ta mère d'ailleurs. Mais deux petites étoiles viennent illuminer ton regard lorsque la jeune fille nouvelle copine sort quelques friandises de ses poches. La petite moue dubitative se transforme en un grand sourire sourire lorsqu'elle te tends une ... un ... une soucoupe ? Tu n'as encore jamais vu ce genre de friandises, mais tu as déjà hâte de savoir le goût que ça peut avoir. Tu prends l'offrande sans plus attendre glissant un remerciement à la demoiselle avant d'enfourner à ta bouche la sucrerie inconnue. Ça fond doucement en collant au palet avant de libérer une poudre légèrement acide.

Ché vach'ment bon ! La bouche pleine, évidemment. Même toi tu te rends compte que la situation est grotesque alors tes joues rosissent et tu glisses des excuses avant de te reprendre. Je n'avais jamais vu ça ! C'est quoi ? Les sorciers n'importent que peu de friandises moldues dans leurs rayons, de la même façon, les boutiques moldues n'importent que peu de créatures magiques dans leurs ménagerie. Enfin, ils n'en importent même pas du tout et c'est mieux comme ça. Mais ça explique son étonnement devant la présence d'Haïko.

Tu fais un petit signe à l'elfe afin qu'il avance et se présente de lui même. Ce n'est pas comme s'il s’agissait d'un animal de compagnie, tes parents le considèrent comme un majordome, mais pour toi, c'est juste ton copain. L'elfe incline doucement la tête devant la demoiselle avant de prendre la parole. Je suis Haïko mademoiselle, Haïko, l'elfe de maison de monsieur Lhow Évidement, il n'allait pas donner ton prénom, ce n'est pas vraiment ton elfe, mais plutôt celui de la famille. Alors tu affiche un large sourire. C'est mon copain ! Je m'appelle Enzo, et toi ?

Saturnine Berkeley
Saturnine Berkeley
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Honeydukes - Page 8 Empty
Re: Honeydukes
Saturnine Berkeley, le  Ven 3 Aoû 2018 - 18:12

La petite blonde aux airs d'ange trouvait la créature vraiment laide. Pour autant, elle ne le dirait pas. On l'avait élevée mieux que ça, hein ! Enfin, peut-être que son expression facile trahissait ses pensées ; c'était même certain. « D'accord... c'est comme un servant ? Ça veut dire que tu es riche ? », enquêtait Saturnine, avec une lueur d'espoir - elle, vivait dans un château ; trouver quelqu'un "comme elle" l'aurait rendue heureuse. Surtout si c'était un petit sorcier. « Je m'appelle Saturnine, enchantée Monsieur Lhow ! » s'exclamait-elle en imitant une courbette exagéré avant de gober à son tour une soucoupe. L'un de ses bonbons favoris. « C'est une soucoupe, mais je ne sais pas ce que c'est en fait, je sais juste que j'adore ça. A l'école tous les enfants en ont mais les adultes disent que c'est dégoûtant. Mais moi j'aime bien. »

Saturnine jetait des coups d'oeils réguliers à l'elfe de maison, inquiète et un peu oppressée de la présence d'un spectateur. « Est-ce que tu habites ici ? C'est très perdu, moi et ma famille on a eu beaucoup de mal à venir pour visiter. Est-ce qu'il y autre chose que la boutique de bonbons à faire dans le village ? », questionnait-elle sans reprendre son souffle. « Ma famille est restée dans un bar un peu bizarre et je suis partie parce que je m'ennuyais. Je voulais rencontrer des sorciers et je suis contente d'avoir croisé un autre enfant, je pensais qu'il n'y avait que des vieux ici. »
Enzo Lhow
Enzo Lhow
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Honeydukes - Page 8 Empty
Re: Honeydukes
Enzo Lhow, le  Jeu 16 Aoû 2018 - 15:16


Tu fronces doucement les sourcils tandis que ta voix douce exprime une pointe de reproche face aux propos de la jeune fille. Papa ne veut pas qu'on utilise ce mot ... c'est notre majordome ! Puis tu hausses les épaules face à la question suivante. Riches ? Aucune idée ... Tu ne manque jamais de bonbon, papa te lis ton histoire du soir et maman vient te faire ton bisous avant de dormir. C'est tout ce qui compte, l'argent n'a aucune valeur à tes yeux. Papa et maman travaillent au ministère de la magie, je ne sais pas trop ce qu'ils font, ils n'en parlent jamais à la maison. La maison, peut-être que vous êtes riches finalement, parce qu'il s'agit d'avantage d'une villa avec piscine qu'une chaumière au coin de la rue. Mais tu ne dis rien à ce sujet, inutile.

Le village est perdu ? Encore une fois, tu hausses les épaules, aucune idée. Les seuls fois ou tu quittes Pré-au-Lard c'est pour aller sur le chemin de traverse ou aller en vacances, mais dans les deux cas vous y allez en vous téléportant. Transplaner comme disent les grands, mais téléporter c'est plus joli à tes yeux d'enfants. Il y a le selon de thé qui est joli, mais c'est pas vraiment pour les enfants ... le bar et la taverne. Puis il y a l'école et la maison hantée aussi, sinon c'est plutôt calme pendant les vacances. Tu émets un doux rire lorsqu'elle dit avoir pensé ne trouver que des vieux ici, elle n'a pas tout à fait tord, les jeunes sont tous chez leurs parents et de toutes façons ils ne s'occupent pas vraiment de toi. Trop jeune ... Tu entres bientôt à Poudlard ? demandes-tu avec une pointe d'envie dans la voix et des étoiles dans les yeux.


Haiko Kanakis
Haiko Kanakis
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Honeydukes - Page 8 Empty
Re: Honeydukes
Haiko Kanakis, le  Dim 20 Jan 2019 - 12:24

Je crois que t'as des cheveux blanc !
pv. Maryette



C'est la première fois que je vais à Près-au-Lard depuis que je suis rentré et je dois bien avouer que je suis tout excité. En réalité, c'est même la première fois tout court. Ça me frustre un peu de m'y retrouver seulement maintenant en même temps que Sayuki alors que je suis plus vieux qu'elle mais il va falloir faire avec. De toute façon, elle ne me jette même pas un regard – trop occupé à gesticuler dans tous les sens avec son groupe d'amies complètement folles. Ce qui est bien, c'est qu'elles sont plus ou moins silencieuses du coup.

Je tends mon autorisation de sortie au concierge qui l'inspecte d'un air septique avant de me laisser sortir de l'école. Je suis tout seul aujourd'hui, il faut dire que je n'ai pas encore vraiment eu le temps de me faire des amis et puis si on regarde ce qu'a été ma vie sociale durant la première année, ce n'est pas étonnant que personne ne se souvienne de moi. Pourtant, je n'ai pas l'impression d'avoir véritablement changé, j'ai beaucoup grandi mais pour le reste, je suis toujours le même. Peut-être que ça joue ça, la taille.
Je hausse les épaules et enfonce mes mains dans mes poches. Il fait plutôt froid en cette saison, j'aurais dû prendre mes gants. Je descends tranquillement le chemin qui mène au village. Je ne sais pas encore ce que je vais faire mais j'ai emporté quelques économies avec moi. Peut-être que je pourrais m'acheter quelques sucreries pour rentrer au château. Pas question d'aller boire un verre tout seul par contre, c'est trop déprimant. Il faut absolument que je me trouve un acolyte pour goûter au moins une fois la célèbre bièreaubeurre des Trois-Balais, c'est quand même honteux tout ça.

Les autres élèves n'ont pas menti, la première fois, l'endroit sent clairement le paradis. Je regarde autour de moi, émerveillé comme sur le chemin de Traverse et m'arrête devant une boutique d'où s'échappe un parfum qui me fait monter l'eau à la bouche. Je crois que je ne vais pas avoir assez de mornilles pour satisfaire toute ma curiosité finalement.
Mary Drake
Mary Drake
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Honeydukes - Page 8 Empty
Re: Honeydukes
Mary Drake, le  Dim 20 Jan 2019 - 20:13

Est-ce réellement raisonnable ?
Est-ce qu'on s'en fout ?

Oui - non - oui - non, le yoyo incessant que fait ma tête depuis que j'ai quitté la maison d'Ellana me rend tout simplement folle. Je pensais que c'était fini, tout ça, je veux dire, les tergiversions, ça semblait loin derrière moi et j'aimais beaucoup cet éloignement, ça me faisait des vacances. Mais non, que nenni, elles sont revenues encore plus fortes, plus tapantes, plus embêtantes. Il y a tant de petits éléments qui m'irritent, ils ne s'en rendent pas compte les pauvres qu'ils m'embêtent, et pourtant une simple apparition de leur part me donne envie de soulever mon dos et d'hérisser mes poils. L'exemple le plus frappant que j'ai pour le moment, ce sont les mauvaises herbes qui viennent se glisser sournoisement dans la terre séparant du gravier. J'aimerais leur dire d'aller voir ailleurs si j'y suis, mais elles ne m'écoutent jamais, et oui, je sais, vouloir la mort d'un vivant c'est pas bien mais quand même, si ça ne tenait qu'à moi, je les brûlerai. Non seulement elles s’immiscent partout mais EN PLUS elles peuvent empêcher de pousser, c'est vraiment pas chouette de leur part. Les moins correctes dans l'histoire, ce sont elles, pas moi, et j'y mets ma main à couper !

Non, non Mary, c'est pas par là, le chemin c'est dans l'autreeeeee sens. Donc je parlais de quelque chose de raisonnable, tout à l'heure, mais c'était pas pour rien. Sauf que là, bah, je sais plus trop. Juste que j'ai envie de bulles baveuses. On va acheter quelque chose et on revient avec tout autre chose, c'est pas la base de la consommation ça ? Je ne sais pas. J'ai pas beaucoup de galions en tous cas alors il va falloir les user modérément - autrement dit, ne pas se laisser tenter par d'autres bonbons. Mais ça, je peux faire, fin je crois, je sais pas, c'est tout brouillon aujourd'hui. Peut-être que Lali elle voudrait un bonbon elle aussi, mais à son âge est-ce qu'on peut se mettre tout ça sur les dents ? Quand Adèle était petite je l'étais aussi alors je peux pas trop m'avancer non plus. Tout ça devient un peu compliqué. Je peux toujours prendre un peu de plumes en sucre et les mettre quelque part, comme ça si l'une d'elles en veut un jour ce sera pas loin, et sinon je les mangerai. C'est un bon compromis ça, pour être sûre de pas faire une bêtise en rapportant pas mais rapportant quand même quelque chose.

Oh, le voilà, ce magasin. Un sourire éclaire brièvement mon visage, je sais pas pourquoi mais l'embrouillement il enlève la tristesse derrière la peau, c'est plutôt chouette. Et je me suis pas perdue et ça faut le dire, c'est le pied. Ou plutôt j'ai fini par retrouver le chemin, mais c'est pareil hein ? ouioui chouette ! Un petit tour sur moi-même plus tard, je vois un visage.

Et ça paraît bête dit comme ça parce que ici il y a pleins de visages. Des ronds, des fins, des visages en tête de pommes, des yeux dorés, des pupilles bleutées, il y a des tas et des tas de traits qui se succèdent les uns derrière les autres. Certains pour lesquels il m'arrive même de m'arrêter mais c'est beaucoup plus rare aussi, puis d'autres que je ne vois même pas et ça j'ai l'impression que c'est un peu triste. Il y a aussi des visages qui me donnent envie d'aller faire un câlin au corps qui y est attaché, du sourire aux cernes jusque par terre, mais aujourd'hui malgré l'embrouillement je n'ai pas osé. Ce visage-là, par contre, il a mis un stop à mon corps, parce qu'il ne sortait pas de nul part, il n'était pas une de ces ombres qu'on voit sans voir. Lui je le vois, et je le reconnais, comme un lien qui se crée dans mon cerveau sans trop comprendre ce qu'il m'arrive. Je l'ai déjà vu.

Tic tac, on remet les pendules à l'heure. Oh. Oui. C'est qu'il a grandi un peu comme Adèle, aussi. J'essaie de lui sourire, pas trop certaine qu'il m'aie vue. C'est marrant, de se croiser là, alors qu'il m'avait appris à manger à nouveau. Penchant un peu la tête, son prénom au bord des lèvres Haiko ? j'essaie de me souvenir si nous avions eu d'autres rencontres. Mais je n'en ai pas l'impression. J'ai pourtant gardé un joli souvenir de lui, après peu de temps au fond. Il était vraiment chouette, comme petit garçon, alors maintenant un peu plus grand je ne douterais même pas une seconde qu'il ne le soit plus. Étrange non, cette confiance presque innée ? Je sautille un peu sur place, j'ai le traque, mais je sais pas trop pourquoi.
Haiko Kanakis
Haiko Kanakis
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Honeydukes - Page 8 Empty
Re: Honeydukes
Haiko Kanakis, le  Sam 26 Jan 2019 - 22:29

Franchement. Inventer des sucreries aussi appétissantes, ça devrait être interdit. C'est que quand on vit chez les moldus, on se rend pas vraiment compte. Bon, je ne vais quand même pas aller jusqu'à dire que tout ce sucre chimique ne me fait pas envie mais là quand même on est sur un autre niveau. Il manque un peu de magie chez les non-sorciers et dit comme ça, ça semble super évident mais j'ai mis du temps pour arriver à cette conclusion métaphorique !

Je m'apprête à entrer tranquillement dans la boutique pour y faire quelques achats compulsifs digne de tout gamin de quinze an parfaitement lambda quand une voix retentit dans mon dos. Dis comme ça, ça pourrai être carrément flippant mais en fait, retrouver les sonorités de cette voix là me fait tout plein de sensation bizarre dans le ventre. C'est comme constater la présence d'un fantôme qu'on a plus vu depuis longtemps mais un gentil fantôme qu'on aurait eu envie de revoir - bon il faut que je cesse avec les métaphores louches.

Pivotant sur mes talons, une main toujours dans la poche droite pour essayer de récupérer quelques noises qui m'auraient glissé des mains. Je fixe mon regard droit sur la personne qui vient de m'interpeller en ouvrant la bouche comme un petit poisson - le tout donnant lieu à une position plutôt étrange de mon corps. Lâchant la petite pièce de bronze que je viens pourtant de passer trois bonnes minutes à chercher, je déplace mon attention entière sur la demoiselle avant de lui rendre la pareille. Maryyy !

Bon évidemment dans mon cas, ça fait un peu plus sensation. Ils faut dire que tous les gens que je retrouvent font la même temps quand ils se rendent compte que je parle. Pour moi, c'est un peu moins nouveau, je commence à me réhabituer à la sensation de la voix dans la gorge. Tous le monde pense que c'est parfaitement naturel mais la vibration des cordes vocales c'est hyper agréable en fait. C'est bien de se privé de temps en temps de petites choses pour en redécouvrir la valeur plus tard. Enfin, dans mon cas, c'était tout de même un peu extrême.

J'ai l'impression que je dois montrer mon contentement, ça lui fera plaisir, non ? Avec un temps de retard - la timidité et autres joyeusetés se mêlant à ma joie - j'avance à pas rapide vers elle et l'enserre de mes bras comme si je l'emprisonnais. Je la serre fort fort pour lui expliquer sans longueur qu'elle m'a énormément manqué avant de la lâcher pour la laisser un peu respirer. Ce qui a de bien avec elle, c'est que comme elle est très grande, je peux avoir grandit autant que je veux, j'ai toujours l'impression d'être tout petit. Et ça fait vraiment du bien de temps en temps de se sentir petit.
Contenu sponsorisé

Honeydukes - Page 8 Empty
Re: Honeydukes
Contenu sponsorisé, le  

Page 8 sur 8

 Honeydukes

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.