AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 7 sur 8
Honeydukes
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne

Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Lïnwe Felagünd, le  Lun 4 Déc 2017 - 23:41

L'image d'une bûche de noël auprès du feu crépitant de l'hiver. L'amour indéniable qui fait sourire. Le mesquin qui fait rire dans la rue ou sous le chapiteau pour même pas un sous. Figure du clown heureux de la ville. Donneur de bonheurs. Poussières d'étoiles. Une phrase qui fait tilt dans son esprit. Il a pris son pique à la perfection. Comme une mélodie qui fait lever les auditeurs dans la salle aux rideaux vermeils. Rêve et sommeil. Nuages, calice dans le ciel. D'un statisme impressionniste. Couleurs candides, d'un peintre engourdi par la plume du poète. L'albatros qui ourdit. Il a ourdit. Ourdit la pensée humaine. Hymne de son propre combat. — Liberté.

- Parfait. Qu'il dit alors, en rentrant dans le magasin
ce sourire charmeur sur le visage malin.

Immédiatement, c'est l'esprit qui divague. Apocalypse aux teintes monstrueusement éclatantes. Des milliers de coups de pinceau ici-et-là, à travers les rayons, viennent colorer le paysage d'un morne impressionnant. De loin, c'est un tableau. De près, un pointillisme studieux. Et le nez. Le nez en prend grand coup. Il a du mal à s'en remettre. Le nez qui renifle, qui frétille comme une truffe de chien chasseur et ses champignons. Des visions oniriques et puis cette idée que la potion fait effet. Comme des narines qui auraient triplées de volume. L'amplification des sens dû au bonheur artificiel. Parfum d'un paradis surnaturel.

Il se place bien devant le vendeur, même s'il n'est pas bien gros ; la solution réside dans l'angle intelligent. « J'serai bien intéressé par les plumes là-bas. Ou non, plutôt les souris derrière vous. A quoi sont-elles ? » pas un regard derrière lui. Laisser un temps certain pour repartir sur une autre sucrerie. L'âme d'enfant est si lunatique au goût des grands.

Invité
Anonymous
Invité

Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Invité, le  Mer 20 Déc 2017 - 19:16



D’impardonnables bêtises en approche.
Suite


Pv ~ Linou



LA offert jusqu'à la fin

J'observais les rayons, le mélange de couleurs, de brillance. Un doux feu d'artifice pour mes yeux, de pétillants coloris qui s'élèvent, s'additionnant aux odeurs sucrées, délectables senteurs hypocrites présentes là, pour attirer les abeilles, les faire butiner, consommer et payer. Les gens étaient bien sots, imbéciles consommateurs pour de simples friandises sans attrait. Pourtant même si cela devrait être ma première pensée, d'autres étaient là, papillonnant devant ses couleurs mélangeant pastels et colorants, pigments - piments pour cette journée de douceur et sensibilité remanié.

Le rouge faisait son entrée, il s'occupa de sa tache, distrayant vendeur et champ de vision. « J'serai bien intéressé par les plumes là-bas. Ou non, plutôt les souris derrière vous. A quoi sont-elles ? » C'était intelligent, parler, le faire parler, bouger, toucher. Ainsi si une friandise venait à tomber, faire un bruit plus ou moins clinquant cela ne devrait pas poser de souci pour masquer, ne pas se faire trahir par une faiblesse, un vertige, l'ivresse d'une erreur sur l'instant. Camouflant un possible soupçon d'hésitation.

Je marchais encore, observant la ribambelle de gourmandises qui s’étale là, encore devant moi. Puis je marque un arrêt, doux, simple avant de m'avancer vers les friandises souhaitées, ma main s'approche vers les multiples limaces aux couleurs démontrant que les colorants sont bien présents. Plongeant ma main vers l'outil permettant le service propre et hygiénique. L'autre main réceptionne alors quelques fragments. Reposant la pelle, truelle, je vins déposer magot dans l'une de mes poches avant d'avancer dans un rayon plus loin, observant maintenant quelques sucettes 100% colorant. Il restait à savoir quand, comment partir sans soulever trop de soupçon. Restait à espérer que le lion avait une idée, à moins d'attendre quelques secondes de plus, naviguer dans les autres rayons avant de sortir en saluant, tout simplement, sortir en courant, aussi, douce idée. M'envoler.

~ ~

Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - 1/8 vélane


Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Lïnwe Felagünd, le  Sam 23 Déc 2017 - 16:07

Il se surprend à aimer son propre jeu. Jeu des regards des corps et des émotions. Pas d'état d'âme. Pas de bonnes manières, ou seulement que des fausses. Aucune trahison dans les pupilles du garçon. Ses mains pianotent sur le comptoir comme un bon exutoire quotidien. Il fait bouger le gérant dans tous les sens, sans trouver quelque satisfaction éternelle. L'infini est immense. Sucreries abruptes. Comme un enfant, comme un enfant. Capricieusement, il demande excitation après une. En avance.

— et puis soudain
comme étonné par sa supercherie
il reprend

- Oh... par Merlin ! j'ai oublié mon porte-monnaie... et le bon monsieur ne bronche pas d'un poil. Euh... bon bah au revoir. Au moins, l'indifférence du vendeur promet un départ harmonieux. Jouer sur la discrétion cohérente. Éveiller aucun soupçon. Partir sereinement. Sans un pied de travers. Le jeune homme l'attendait au perron et Lïnwe l'invita à sortir et le suivre un peu plus loin avant de lui adresser la parole. Marcher, marcher, marcher. Comme pour oublier un mauvais rêve. « Alors, t'as les gommes ? » — un goût d'excitation dans la gorge. Dis-lui qu'il n'avait pas fait toutes ces pirouettes pour rien.
Invité
Anonymous
Invité

Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Invité, le  Mer 27 Déc 2017 - 5:45

« Pas de Trigger Warning • »



D’impardonnables bêtises en approche.
Pv ~ Linou



LA offert jusqu'à la fin

Je m'attendais du coup vers la porte quand le rouge décida lui aussi que c'était bon, que c'était le moment là, maintenant de partir d'ici, de cette boutique. Il prétexta l'oubli de son porte-monnaie, bourse, argent. Une bonne idée, je pense que de mon côté j'aurais surement, simplement prétexté d'avoir changé d'avis, de préférer une boisson à un bonbon. Il avait de l'imagination. J'en avais aussi, hein. Mais pas sur le même sujet.

Je passais devant, souhaitant une belle journée même si je m'en fichais. Il faisait froid, il faisait humide, ça me donnait juste envie de me moucher et de rentrer au chaud devant le feu de cheminée. Plus loin le rouge me rattrapait, demandant à avoir le butin. Un pirate ce Lion ! La potion faisait plus effet, je retrouvais mes envies d'allusions, pensées moins sucrées, des idées plutôt étroites. « Alors, t'as les gommes ? » Je déposais ma main dans la poche contenant les friandises. « Oh mince, c'était ça qu'il te fallait ? » Je testais de faire le genre surpris, mais mentir je ne savais pas trop. Du coup finalement, j'y tendis ma récolte, espérant que cela suffirait pour son besoin présent, plaçant les gommes dans mes deux mains. « Non, je rigole. Tiens, cela te convient ? »

~ ~

Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - 1/8 vélane


Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Lïnwe Felagünd, le  Mer 27 Déc 2017 - 22:35

/!\ Contenu pouvant choquer (?)

Une besogne lourde en mensonges, il est vrai. Il serait même peu dire que d'avouer ses pêchers au paradisier. Oiseau enchanteur des arc-en-ciel, des contrées lointaines et exotiques comme le parfum de la mangue et des épices. Il y avait comme une odeur de victoire dans les airs. A la sortie de la boutique, même pas un remord du vendeur. Et de lui ? nullement. Il ne faisait plus de jugements sur sa propre personne. C'en était fini, ou du moins depuis ce matin. Fallait avancer, et c'était un premier pas vers la lune lactée.

A quelques pas de là — mieux valait-il ne pas attirer l'attention, c'aurait été dommage — l'autre fut plus malin que lui en le déniant une première fois. Un jeu sur les gestes, le regard, le sourire, les mains, la langue et la pensée. « Non, je rigole. Tiens, cela te convient ? » fit-il sans attendre plus longtemps le manque de discernement de Lïnwe.

Un bond dans la poitrine
oh le c*on.

- Enflure.
Un simple mot
tout gentil
pour le remercier.

Plouf.

Les gommes-
Plouf.
Bonbons qui-
Plouf.
Un à un
flottent étrangement
au fond du
récipient.

« Je pense... qu'il y a un début à tout. »
Trois bouts de sucre à la douce
gélatine imbibant une mixture
des plus débordantes
d'imagination.

C'est là, l'inspiration artificielle.


Fin du RP !
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Galatéa Peverell, le  Mar 24 Avr 2018 - 20:56

RP avec Azamour
Tu vois que je t'aime amour


On ne pouvait pas vraiment dire que l'ancienne verte était enchantée de se retrouver ici. Les temps était dure pour elle, cœur brisé et compagnie. Vous voyez ! C'était l'un de ces nombreux moments dans une vie où il n'était plus possible de voir autre chose qu'un sombre et énormissime et effrayant nuage remplit d'éclairs tueurs et de vents dévastateurs.

Ce genre de moment quoi ! Néanmoins, elle n'en oubliait pas que la terre continuait de tourner. Ester avait une mission à accomplir avant de pouvoir se laisser aller à la déprime et au m'en-foutisme. Ainsi qu'un petit frère à remettre sur le droit chemin. Plus ou moins. La sorcière voulait au moins lui montrer qu'autre chose était possible, parce qu'elle s'en voulait d'avoir eu une si belle enfance au détriment des autres membres de sa famille.

Voici donc pourquoi Ester se retrouvait adossée contre un mur, sous la pluie, à attendre devant une boutique de bonbons que son frère daigne enfin finir son service aux Trois Balais. Quand enfin...

- Ces jeunes, j'vous jure ! Aucun respect pour leur aîné. T'as pas honte de faire attendre ta charmante et adorable grande sœur d'amour sous la pluie ?

Attention, réplique cinglante dans trois, deux, un...
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Azaël Peverell, le  Mar 24 Avr 2018 - 21:10

Ton service s'est déroulé sans accroc, comme souvent. T'es juste crevé. L'air de rien, gérer des ivrognes toute la journée, ce n'est pas le boulot le plus reposant du monde. Et lorsque tu peux enfin rentrer chez toi, le calvaire n'est pas terminé. Parce que visiblement, t'es attendu par Rachel devant chez Honeydukes. Tu pousses un soupir en voyant sa silhouette, mais ne cherches pas à l'éviter. Après tout, ça reste le chemin le plus court pour rentrer chez toi. Capuche de ta veste rabattue, mains dans les poches, la pluie ne semble pas te déranger outre mesure.

Léger haussement dédaigneux de sourcils en l'entendant s'adresser à toi comme si vous étiez les frères et soeurs les plus proches qui soient. C'est quoi au juste son problème ? La dernière fois que tu lui as adressé la parole, c'était à cette soirée au manoir de Belt. Et t'es loin d'en garder un très bon souvenir étant donné le cavalier qu'elle s'était choisi. Tu lui adresses un regard relativement indifférent.

- Te prends pas pour ce que t'es pas, t'vas t'faire du mal.

Ton sarcastique. T'as envie de la blesser. Tu ne sais même pas pourquoi. Sans doute uniquement pour être sûr d'avoir son attention. Ou pour lui prouver que t'as besoin de personne, et surtout pas d'elle. T'es toujours tiraillé au fond de toi quand tu la vois. Mais tu refuses de laisser paraître la moindre faiblesse, alors tu préfères garder ton masque. Et t'as pas envie de le porter plus que nécessaire. Tu te doutes bien qu'elle ne t'a pas attendu sur la pluie uniquement pour le plaisir de voir ton visage parce que tu lui manquais.

- Tu veux quoi ?

Tu laisses ta capuche retomber en arrière avant de passer une main dans tes cheveux que la pluie commence à peine à mouiller, les rendant encore un peu plus indisciplinés, comme pour lui renvoyer un reflet des provocations qu'elle risque de se prendre dans la figure si elle continue à tourner autour du pot. Enfin même si elle ne le fait pas. C'est limite par habitude chez toi de provoquer les autres. D'autant plus s'ils sont sensés être de ta famille.
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Galatéa Peverell, le  Mar 24 Avr 2018 - 22:50

Comme elle l'avait prévu, Azaël ne tarda pas à faire entendre sa douce voix et sa pique, bien qu'attendu, vînt s'enfoncer dans un cœur déjà bien meurtrie par la vie. Il ne voulait rien a voir avec elle, malgré que c'était lui qui avait insister pour qu'elle essaie. Pourquoi d'ailleurs ? De toute manière elle ne serait jamais qu'une paria, une déserteuse. La chou-chou d'une famille de psychopathe ! Et Azaël, s'il venait à découvrir la vérité, il n'hésiterait pas une seule seconde à la rayer, balayer, effacer. A la evanesco(ter) de sa vie. Il n'y en avait que pour Kohane.

Pourtant elle se refusa à montrer cette douleur qui lui donnait envie de hurler, de tout dévaster. Comme il serait facile de sombrer du côté obscure, détruire le monde elle aussi, sous prétexte qu'il l'avait détruit avant. Mais non, Ester coeur-de-glace préféra mille fois se cacher derrière Rachel l'insouciante. A la provocation de son frère, elle mima une tête fausse triste, avait qu'une flèche qu'on viendrait lui planter en plein dans la poitrine.

- Awoutch !

Sourire moqueur. Elle ne savait plus trop comment réagir avec lui. Finalement, c'était quand elle avait voulu le rejeter qu'il s'était le plus rapproché elle et lui. Mais la sorcière ne voulait pas d'une relation de ce genre. Passer son temps à fuir et à faire des menaces... ce n'était pas sain. Ce n'était pas elle.

- Tu veux quoi ?

Rachel ignora du mieux qu'elle le put la provocation, il fonctionnait comme ça de toute manière. Cependant, bien cache derrière son sourire espiègle, le serpent devait bien reconnaître qu'il était jaloux. Et meurtrie. La sorcière avait toujours fait en sorte de faire les bons choix, elle avait toujours voulu faire pour le mieux, jamais elle n'avait été animée par de mauvaises intentions. Pourtant elle se retrouvait là, quelque part entre le mépris des siens et la solitude. Devait-elle payer indéfiniment pour n'avoir pas eu le courage de la laisser mourir ? Devait-elle payer infiniment pour avoir réussi à le tuer ?

- Il faut qu'on parle de la soirée chez Belt. Tu m'en a voulus d'avoir emmené ton prof. Pourquoi ?

Ton doux et ferme à la fois. Elle n'avait pas encore put obtenir de réponse de Peter, elle en aurait d'Azaël. C'est toi qui a insister pour devenir mon boulet, oublie pas. J'te lâche pas !
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Azaël Peverell, le  Jeu 26 Avr 2018 - 20:59

T'es presque déçu par sa réaction. Tu t'attendais à mieux. Elle le prend sur le ton de l'humour, mais ça te mets juste sur les nerfs. Comme si elle se foutait ouvertement de ce que tu pensais d'elle. T'as sûrement trop peu d'importance à ses yeux pour qu'elle s'en soucie. Tu ferais mieux de te barrer, de la laisser en plan ici. Juste pour lui montrer que c'est réciproque. Mais en entendant sa question, t'en es incapable. Tu continues de lui faire face, de la braver du regard. Tu ne vois pas à quel point elle a l'air fatiguée. A quel point vous pouvez vous ressembler. Non, tu vois uniquement quelqu'un en qui tu aimerais avoir assez confiance un jour pour la laisser s'approcher de toi. Alors que tu te contentes de la repousser toujours davantage.

- Qu'est ce que ça peut te foutre ?

Non mais, c'est vrai quoi, pourquoi elle se sent obligée de mettre cette enfo*ré de McKinnon sur le tapis ? T'as juste envie de l'oublier ce type. Ou de lui faire la peau. Il le mériterait. Ta main se porte machinalement à ton bras gauche pour l'enserrer un instant, pile à l'endroit de la cicatrice que le fouet enflammé a laissé. Mais ta manche la cache bien. La douleur n'est plus un problème. Tu as simplement une marque supplémentaire sur la peau. Et un jour, tu lui feras payer. Qu'il ne pense pas que les choses en resteront là. Ton regard toujours planté dans celui de ta soeur, tu reprends presque aussitôt.

- C'est juste un sale c*n. Tu pourrais trouver largement mieux.

Voilà qui t'a échappé. C'est qu'on pourrait presque prendre ça pour un compliment envers Rachel. Du moins, tu la places au dessus de ton ancien prof de divination. Bon, c'est pas bien difficile étant donné qu'il est tout en bas de l'échelle, mais c'est toujours ça de pris. T'as clairement pas envie de te dire qu'elle va passer le reste de ses jours avec lui. Parce que tu serais alors sûr qu'elle ne voudrais rien à voir à faire avec toi. Il lui monterait la tête contre toi, c'est certain. Mais tu peux peut être lui faire voir ce cher McKinnon sous un tout nouvel angle. L'air de rien, quelques mots t'échappent à nouveau.

- J'm'en veux juste de pas avoir attendu qu'il soit dans son bureau pour y foutre le feu. Le monde s'en porterait bien mieux.

Tu ne la quittes pas des yeux. Si tu la défies clairement de t'en vouloir pour ce que tu viens de dire et d'essayer de te faire la morale alors que tu t'en fous royalement, au fond, ton objectif est tout autre. Tu veux simplement voir si elle peut réellement tenir à toi et rester quoi qu'il arrive. Malgré McKinnon. Malgré ton agressivité quotidienne. Malgré vos différences. Tu veux être plus important que lui pour elle. Parce que tu ne peux pas accepter l'inverse.
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Galatéa Peverell, le  Ven 27 Avr 2018 - 21:54

Ester eu un mouvement de recule, ferma les yeux, tant les sentiments étaient difficiles à gérer en cet instant. Elle ne pouvait pas renoncer à Peter. Elle ne pouvait pas renoncer à Azaël. Alors comment faire ? Comment faire si son petit frère et son mec essayait mutuellement de se faire la peau ? Cette fois, la sorcière fut bien incapable de dissimuler sa détresse, car l'aveu d'Azaël faisait remonter tout un tas de souvenir qu'elle s'efforçait d'enfuir depuis huit ans maintenant. En vain.

Elle oscillait entre la colère, le désarroi et le désespoir. Comment pouvait-il regretter de ne pas avoir tuer ?! Pourquoi la violence et la colère occupait-elle une place si importante dans sa vie ? Et si un jour il passait à l'acte ? Ester savait d’expérience que c'était quelque chose dont on ne se relevait jamais et l'idée même de perdre encore un être chère lui tordait les boyaux. Finalement, la colère de Kohane n'était pas grand chose à côté de ce qu'il pouvait encore lui arriver...
Une unique larme roula, se mêlant à l'eau de pluie.

- Dis pas ça...

C'était à peine plus fort qu'un murmure, elle n'était même pas certaine qu'Azaël l'ait entendu. C'était, en réalité, plus une prière adresser à Dieu, un dieu, le destin, n'importe quoi, n'importe qui, tant que cet vision effroyable ne se réalise jamais. Ester manquait d'air, elle avait cette sensation horrible d'urgence qui l'a faisait trembler, lui donnant l'impression que si elle ne faisait rien maintenant, quelque chose de grave allait arriver dans la nuit. Pourtant, la haine des deux hommes n'étaient pas nouvelle.

- La mort attend son heure. Ne fait pas l'erreur, ne fait pas la faute. La vie n'est pas un théâtre.

Elle avait la nausée rien qu'à y repenser. A ce regard sans vie... On ne se relevait pas une fois le rideau baissé. Ni le tué ni le tueur ni ces personnes qui avaient pris le partie de les aimer. Alors, la sorcière prit conscience de toute l'ignominie des Peverell, elle prit conscience que jamais elle ne voudrait être associée à eux. Azaël lui avait baigné toute sa vie dans cette ambiance morbide et bien que les Peverell n'étaient de loin pas les seuls responsables de ce qu'il était entrain de devenir, ils n'avaient à l'évidence rien arranger. C'était bien la preuve qu'il se passait des choses horribles dont elle avait à peine conscience. Car qui était aimé correctement ne se plongeait pas dans la haine et la violence comme Azaël le faisait. Ne lui avait-il pas déjà parlé de torture ?

Ester fut parcouru d'un frisson de sueur froide. Son cœur battait horriblement fort dans sa poitrine, car, de mémoire, jamais elle ne s'était autant inquiété pour son ou ses frères. Et si elle l'avait put, elle aurait volontiers emmené Azaël loin, très loin. Mais elle n'en avait pas le pouvoir, alors elle dut se contenter du peu qu'elle avait. Elle s'approcha, plongea son regard dans celui du frère.

- T'as voulu que je m’intégrer à la famille et le résultat est là Azaël. Pause. Je t'aime, même si ce n'est pas réciproque. Alors je t'en supplie, fait un effort. Je ne te demande pas de lui pardonner, je ne pardonne pas non plus ce qu'il t'a fait... Mais je ne veux pas avoir à choisir.

Tu as bien Arty toi aussi. Et Kohane...

- Je l'aime aussi... J'ai besoin de lui.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Azaël Peverell, le  Dim 29 Avr 2018 - 9:56

Ne pas faire l'erreur de tuer. Tu étires un léger sourire désabusé. Comme si tu pouvais encore éviter la mort. Elle te suit, comme une ombre. Elle frappe autour de toi. Tu l'as déjà aidée. Prendre une vie, tu sais ce que ça fait. Chaque fois que t'y penses, ton coeur se resserre, comme pris dans un étau. La douleur ne partira pas. Mais elle ne sait pas tout ça. Elle ne le saura jamais. Personne ne le saura. T'es pas capable d'en parler. Parce que cette mort n'était pas désirée. Mais tuer par vengeance, tu en es capable. Volontairement et consciemment. Et t'es bien certain que ce n'est pas ce qui t'empêchera de dormir la nuit sur tes deux oreilles.

Elle a tort en disant que la vie n'est pas un théâtre. Parce que tout n'est que mise en scène, et les protagonistes portent tous des masques. Tu refuses simplement de laisser tout le scénario à quelqu'un d'autre. Tu préfères choisir ta propre pièce. Mais Rachel semble touchée par tes propos. Plus que ce que tu n'aurais pu penser. Tu pousses un soupir. Tout cela ne sert à rien. Tu ne sais même pas pourquoi tu te montres toujours si agressif envers elle. Pourquoi tu fais tout pour la blesser, trouver les mots qui font mal alors même qu'elle ne fait rien de plus qu'essayer de t'approcher. Elle fait d'ailleurs quelques pas vers toi en reprenant la parole.

Tes yeux s'écarquillent en entendant ses mots. Tu ne t'y attendais clairement pas. Pas là, pas comme ça. Pas après tout ce que tu lui as dit, tout ce que tu lui as montré de toi. Comment peut-elle réellement penser t'aimer ? Ton coeur semble avoir loupé plusieurs battements. Tu passes ton temps à la défier, à la tester, à la repousser. Mais elle ne semble pas t'en vouloir. Pas réellement. Elle veut être là. Ta gorge se serre légèrement. Tu ne pardonneras jamais à McKinnon. C'est clair et net. T'es d'ailleurs étonné que Rachel soit au courant que son mec utilise de la magie noire. Mais, au fond de toi, tu sais pertinemment que tu aurais réagi de la même façon si tu l'avais trouvé en train de foutre le feu à ton appartement.

Tu pousses un nouveau soupir. En quelques mots la situation semble différente. Faire un effort, pour Rachel, et non pas pour McKinnon. Tu devrais pouvoir y arriver. Elle fait bien des efforts avec toi... Il est peut être temps que ça aille dans les deux sens. Si réellement elle l'aime, tu n'as aucun droit de la forcer à choisir. Elle se rendra bien compte de son erreur par elle-même à un moment donné. Et sinon... Ce sera peut être que cet abruti peut la rendre heureuse. Même si t'as du mal à y croire.

- J'te demanderai pas de choisir. S'il me fout la paix j'lui foutrai la paix aussi.

Toujours cette boule dans la gorge. T'as du mal à aligner ces quelques mots. Rachel t'a touché, bien plus que ce que tu ne veux bien laisser paraître. Tu finis par esquisser un sourire, sans la quitter des yeux.

- Mais surtout, si tu trouves quelqu'un d'autre, hésite pas hein !
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Galatéa Peverell, le  Lun 30 Avr 2018 - 8:38

Elle en tremblait encore. Ces mots qu'elle avait dit, cela faisait vraiment très longtemps qu'elle ne les avait pas prononcés, peut-être que c'était la première fois et elle regrettait d'avoir été forcé de les utiliser presque comme une arme. Mais c'était une arme pour la paix, c'était une arme pour garder auprès d'elle deux êtres importants. Et tout était vrai, alors tout allait bien. Ester ne savait d'ailleurs même pas trop pourquoi elle l'aimait autant son petit frère, mais elle l'aimait autant qu'elle détestait l'idée d'être une Peverell. Un jour, il faudrait qu'elle ait une sérieuse discussion avec eux. Pour comprendre enfin tous les enjeux de cette situation, pour enfin faire la lumière sur tout ce qu'on avait voulu lui cacher.

Ester était fébrile avec tout ce qui se passait dans sa vie actuellement, mais elle éprouvait un soulagement immense d'avoir obtenue cette sorte de trêve entre Azaël et Peter. Que pouvait-il bien s'être passé entre eux ? La sorcière était déterminée à le découvrir très vite, dès maintenant d'ailleurs ! Pourtant elle resta là, interdite à son tour devant son petit frère, d'ordinaire si dur avec elle. Le changement était si brutal -un sourire ça changeait la vie !-, qu'il ne pouvait pas passer inaperçu. Et là, pour la première fois, Ester compris qu'elle avait peut-être une chance d'avoir à nouveau un frère sur qui veiller et compter, en la personne d'Azaël. C'était qu'elle en était fière de ce petit bonhomme colérique. C'était qu'elle aurait put en pleurer, de cette attention qu'il avait envers elle. Mais heureusement non, pas de larme en vu, juste une grande inspiration et un sourire.

- Tu sais, je ne pense pas que l'amour soit pour moi... mais c'est vraiment gentil de dire ça.

Le pensait-il seulement ? Ester voulait y croire un peu, qu'il ne disait pas cela uniquement parce qu'il détestait Peter plus que tout. Car pour la première fois depuis plusieurs jours, elle retrouvait un soupçon de gaieté qui, forcément, se traduisait pas un sourire un peu timide. Un sourire qui disparu relativement vite, quand le besoin de protéger Azaël contre la famille s'imposait à nouveau à Ester. Attention, sujet sensible en approche dans trois, deux, un...

- Excuse-moi de te poser cette question, mais pourquoi tu accordes tant d'importance à la famille ? C'est tellement différent de la dernière que j'ai eu.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Azaël Peverell, le  Lun 7 Mai 2018 - 20:57

T'y comprends pas grand chose. Elle vient de dire qu'elle aimait McKinnon, et maintenant elle te balance que l'amour n'est pas fait pour elle. C'est légèrement contradictoire comme truc. S'il n'est pas foutu de lui faire croire en l'amour, autant qu'elle le largue tout de suite, ça ferait gagner du temps à tout le monde. Et tu ne serais pas obligé de faire des efforts en sa compagnie pour rien. Mais t'es pas franchement bien placé pour la juger. Les sentiments humains, t'y comprends pas grand chose. Du coup tu te contentes d'un léger haussement d'épaules. Y'a pas grand chose à ajouter.

Cependant, ce serait trop demander qu'elle s'arrête là et que vous repartiez chacun de votre côté sans chercher à aller plus loin. De toute manière, tu lui en aurais probablement voulu si elle avait réagi ainsi après que tu lui aies clairement dit que tu ferais des efforts pour elle. Mais tu ne t'attendais pas pour autant à ce genre de question. Pourquoi tu accordes tellement d'importance à la famille ? Est-ce que tu y accordes réellement une importance ? Tu n'as jamais vraiment réfléchi clairement à ce sujet. Ta famille a toujours été le fardeau que tu avais à porter. Et lorsque tu en as enfin été libéré, une autre t'es tombée dessus sans prévenir.

Mais si Alhena est sans aucun doute l'une des personnes les plus importantes à tes yeux actuellement, tu ne peux pas franchement en dire autant pour James ou Elladora. Tu hais le premier de tout ton coeur et ne veux tout simplement pas le voir. La seconde te laisse totalement indifférent. Alhena est celle qui s'est le plus occupée de toi. Elle a été là, à sa façon, bien que sévère et dure. Elle ne t'a jamais laissé. Elle t'a promis de rester, quoi qu'il arrive. Et tu as besoin d'y croire. C'est elle qui apporte de l'importance à la famille au fond. Pas toi. Tu accordes de l'importance uniquement à certaines personnes.

Les yeux plongés dans ceux de Rachel, tu dois cependant bien te rendre à l'évidence. Tu ne pouvais pas la saquer avant, tu ne voulais rien avoir à faire avec elle. Mais depuis que tu sais qu'elle est ta soeur, tu as totalement changé ta vision des choses. C'est que ça doit tout de même jouer. Tu en attends sûrement autant d'elle que d'Alhena. Mais comment lui dire que tu accordes de l'importance à quelqu'un uniquement par peur de te retrouver seul ? Tu pousses un soupir. Ce n'est pas la seule raison et tu le sais. Tu te racles légèrement la gorge avant de répondre, un peu gêné.

- J'en sais rien. J'ai juste toujours voulu avoir une vraie famille. Voir ce que ça fait. J'crois que ça me plaît. De pouvoir être moi même sans pour autant être seul. C'est plus facile de pas avoir toutes les responsabilités. Mais à part Alhena, j'm'en tape des Peverell.

Tu ne précises pas qu'à tes yeux, Rachel n'est pas réellement une Peverell. Elle est simplement ta soeur. T'as bien compris qu'elle ne voulait rien à voir à faire avec la famille. Mais au fond, tu t'en fous. Tant qu'elle ne veut pas rien avoir à faire avec toi. Toujours ce fichu besoin de reconnaissance de l'autre. D'avoir l'impression d'exister dans ses yeux. De ne pas être juste rien. C'est tout ce que tu demandes. La pluie semble ralentir un peu. Maintenant que t'es complètement trempé.

- Elle a quoi ton autre famille ?

C'est vrai, quoi, tu ne la connais pas du tout au fond. Tu t'es contenté de toujours lui rentrer dedans. La tester, pour trouver ses limites et voir jusqu'où tu peux aller avec elle. Mais ça ne sert à rien si tu ne sais pas vraiment qui elle est.
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Galatéa Peverell, le  Mer 9 Mai 2018 - 19:57

Sa question ramena Ester dans un autre temps, une autre vie. A cette époque elle n'était que Rachel. Douce, joyeuse, aimant juste la vie tel qu'elle venait à elle, tout en légèreté. C'était bien avant les sorciers, bien avant qu'elle devienne un monstre pour sa famille. Ou peut-être juste pour sa mère ? Finalement ça avait toujours été trop effrayant de chercher une réponse, alors elle s'était contentée de ce qu'on lui donnait : de l'amour en échange de son silence, de l'amour contre l'oublie de ce qu'elle était. Une sorcière. Alors oui, Ester avait bien conscience que sa première famille était loin d'être parfaite, la preuve étant qu'elle était partie sans se retourner dès qu'elle en avait eu l'occasion. Elle savait que cette famille n'était le meilleur exemple au monde à donner à quelqu'un qui n'avait jamais connu ça. A quelqu'un qui pouvait se contenter des Peverell. Mais justement. Sa première famille était, lorsqu'on grattait la couche de paillettes, assez pathétique. Essayez alors de deviner à quoi pouvait s'apparenter la deuxième ?

- Elle était plutôt nul en fait, ils n'ont jamais accepté le fait que je sois une sorcière.

Doux sourire. Elle ne se plaignait pas. Elle racontait juste, dans l'espoir qu'il puisse y voir plus clair. Dans l'espoir qu'il comprenne à son tour.

- Mais malgré ça... chais pas, on appréciait vraiment être tous ensemble ! J'me souviens des jeux que je faisais avec mes cousins, de ces piques-niques qui durant jusqu'à tard dans la nuit parce que personne ne voulait se quitter. J'me souviens que je terminais les phrases de mon frère tant on était proche. De ma tante qui me prenait toujours plusieurs minutes dans ses bras en venant et en partant, je l'a considérais comme une deuxième mère. J'me souviens des blagues de mes oncles et de leurs regards fières quand j'arrivais à marquer un but.

Cela faisait bien longtemps qu'elle n'y avait plus songé et qu'elle n'avait plus laisser ces émotions l'envahirent à nouveau. Pour la première fois depuis longtemps, sa famille lui manquait. Sa vie d'avant lui manquait. Être une moldue lui manquait. Rachel se moquait que ce soit hypocrite de les aimer encore et d'espérer les retrouver un jour. Elle voulait juste retrouver un peu de douceur, car sinon... bientôt elle sombrerait à nouveau. Ester reprendrait le dessus, écrasant à nouveau Rachel.

Rachel leva les yeux au ciel, ne se préoccupant pas une seconde de ces quelques larmes silencieuses qui venaient se mêler à la pluie. La famille... toujours là, dans la peine ou la joie. Sans contrainte. Ni condition.

- C'est ce que j'aimerais retrouver avec toi, mais je n'ai pas l'impression que ce soit possible avec les Peverell. On n'apprécie pas de passer du temps ensemble, on le fait par obligation. Je ne suis qu'une pièce raporté dont personne ne voulait, mais même entre toi, Alhena, ses enfants et sa sœur à Noël... il n'y avait aucune plaisir Azaël. On voulait tous que ça se termine avoue-le. J'ai parfois même l'impression que tu as plus peur d'elle que tu ne l'aimes.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Azaël Peverell, le  Dim 13 Mai 2018 - 12:31

Tu hausses un sourcil. Ils n'ont jamais accepté qu'elle soit une sorcière ? T'en as assez de tous ces gens intolérants qui refusent d'accepter la moindre différence. Par contre, elle te perd sérieusement là. Parce qu'elle te dit que sa famille est nulle, mais elle semble les aimer quand même. Et puis, à entendre ce qu'elle a à raconter, ils n'ont pas l'air si nuls que ça. T'as jamais connu tout ça toi. Pour toi, ce genre de famille est difficile à concevoir. Tu sens une pointe de jalousie monter en toi. C'est pas juste. Pourquoi a-t-elle eu le droit de vivre tout ça ? Pourquoi toutes les familles de la planète ne sont pas comme celle-ci ? De quoi se plaint-elle, au moins, elle aura connu le bonheur plusieurs années. C'est déjà plus que ce qui est donné à certains. Tu te renfrognes légèrement. C'est pas juste d'avoir été privé de tout ça.

Et voilà qu'elle continue. Qu'elle rebondit sur les Peverell. Sur sa vision des Peverell. Mais cette fois, c'en est trop pour toi. Elle te fout en rogne à parler comme ça. Elle ne comprend pas, elle ne comprend rien. Elle ne peut pas comprendre. Mais elle a tellement tort... Tu fais un pas vers elle, en la pointant du doigt, le regard noir. T'as beau faire tous les efforts que tu veux, si elle refuse à ce point de voir la réalité en face, ça ne servira à rien. Alors cette fois-ci, tu vas la forcer à comprendre. Ta voix gronde, sourde de colère.

- Tu parles de ce que tu ne connais pas.

Et, sans te soucier davantage de la pluie qui continue de tomber, tu laisses tomber ta veste au sol, puis tu ôtes ton haut, dévoilant les cicatrices qui parcourent ton torse. Traces éternelles de ce que ton père t'a fait subir. Les coupures, les brûlures, les lanières ou les boucles qui ont mordu la chaire. Il y en a beaucoup. Beaucoup trop. Sans compter les cicatrices infligées par Lival, celle de McKinnon sur le bras, le bout de verre qui t'a poignardé dans le ventre... Tu en es recouvert. Tu ouvres les bras, comme pour lui désigner cette exposition de souffrance. Et tu tournes sur toi même, afin qu'elle puisse voir également l'état de ton dos, identique à celui de ton torse. Une fois à nouveau en face d'elle, tu esquisses un sourire désabusé.

- Ils ont vécu ça aussi, même si on a pas été élevés par les mêmes parents. On passe pas du temps ensemble par obligation. On veut juste essayer. Voir ce que ça fait. Alors ouais, on y connaît pas grand chose, on est pas à l'aise. Mais on essaie. On fait comme on peut. La famille, c'est pas franchement de bons souvenirs, y'a des fois où ça bloque, où ça s'barre en vrille. Mais si on laisse tomber, on pourra jamais se reconstruire.

Le ton accusateur utilisé au début commence à disparaître peu à peu. Tu finis par simplement exposer les choses telles qu'elles sont de ton point de vue. Telles que tu les ressens. Comme pour t'assurer qu'elle va rester. T'as l'impression de trop parler. De beaucoup trop parler. Tu risques de le regretter par la suite. Mais il faut qu'elle comprenne. Qu'elle cesse d'être persuadée que sa vérité sur les Peverell n'est pas la seule et unique réalité à laquelle il faut faire face.

- J'ai pas peur d'elle, j'veux juste qu'elle soit là, et qu'elle soit fière de moi. Alors ouais, quand elle s'énerve, elle me fait flipper. Mais elle ferait flipper n'importe qui dans ce cas là. Mais j'aime passer du temps avec elle. T'es pas une pièce rapportée, que tu le veuilles ou non, t'es une Peverell aussi. On a une famille, elle est complètement pourrie, complètement brisée, mais on essaie de s'en sortir. Tu peux pas nous reprocher d'essayer de connaître ce que toi t'as vécu quand t'étais gosse. C'est juste que ça prend du temps. Et si t'es pas prête à nous en consacrer, à avoir des moments de gêne, et des engueulades, alors t'as raison, tu pourras pas retrouver tout ça avec nous. Mais quitte à avoir une famille autant qu'elle soit entière.

Tu renfiles ton t-shirt qui est à présent détrempé par la pluie. Tu le sèches d'un simple coup de baguette avant de récupérer ta veste au sol et d'en faire de même. T'en profites pour la rendre imperméable, puis tu relèves la tête vers Rachel.

- A toi de voir ce que tu veux.
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Galatéa Peverell, le  Dim 13 Mai 2018 - 18:37

Ester resta figée quand le regard d'Azaël changea du tout au tout. Elle retrouvait soudainement l'homme d'avant et comprenait par la même occasion qu'elle venait de toucher un point sensible. La famille ? Ou Alhena peut-être ? Azaël avait toujours semblé être attaché à elle. La fausse moldue accusa alors le coup, lorsqu'il l'accusa de se mêler de chose qu'elle ne comprenait pas. Elle avait l'habitude après tout, d'être celle qui avait tord. Elle avait l'habitude d'être pointé du doigt par ceux qu'elle aimait. Pourtant elle restait convaincue, non pas d'avoir les bonnes réponses, mais d'être sur le bon chemin. Toute envie de riposte fut cependant tué dans l’œuf lorsque son petit frère commença à se dévêtir soudainement. Qu'est-ce qu'il...

- C'est les Peverell qui t'ont fait ça ?

Sa voix fut à peine plus forte qu'un murmure lorsqu'elle découvrit le spectacle macabre que son frère avait à lui montrer. Depuis WaddiWasi, elle savait, mais elle avait été loin de se douter que cela avait prit une telle ampleur dans la vie d'Azaël. Elle grimaça de rage. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'il se laissait faire ? Pourquoi n'en parlait-il pas ? Pourquoi n'agissait-il pas ?

De colère contre elle-même d'être aussi impuissante, de n'avoir rien fait après WaddiWasi, de colère contre le monde, ce monde si tordue, de colère contre les s*lops qui avaient fait ça, Ester plaqua ses cheveux en arrière et ferma les yeux un instant pour se contenir. Au fond elle n'écoutait pas vraiment ce qu'Azaël essayait de lui expliquer. Elle comprenait bien qu'avoir des personnes qui l'aimait autour de lui c'était important. Le problème c'était que pour lui c'était important au point de fermer les yeux sur ces choses absolument horribles qui n'aurait jamais dut arriver. ÇA ça n'aurait jamais dut arriver !

De colère Ester pointa à son tour un doigt accusateur sur Azaël avant de le baisser quand il reprit. Ce n'était pas lui qu'elle remettait en cause, mais bien ce monde qu'elle ne comprenait plus. Il y avait tant de souffrance inutile, tant de cruauté, pourtant personne ne faisait rien. Au contraire tout le monde semblait vouloir s'en contenter. Comme Azaël qui se contentait d'une famille minable sous prétexte qu'il y avait pire, qu'il avait eu pire. Mais ce n'était pas ainsi que Rachel voyait les choses et ce n'était pas ainsi qu'elle les désirait pour son petit frère.

- Je pourrais faire tous les efforts du monde que ça ne suffirait pas ! Il n'y a qu'à voir comment tu me regardes, je peux le voir dans vos yeux à tous. Je suis la petite chou-chou de parents psychopathes, celle qui n'a jamais connu la douleur, celle pour qui vous avez tous souffert, celle qui ne sait pas de quoi elle parle !

Ester plongea son regard dans celui de son petit-frère. Elle était déterminée à l'aider, à être là pour lui, mais il devait aussi comprendre qu'elle ne serait jamais en mesure de faire semblant à ce point. Ce qu'il se passait dans cette famille n'avait rien à voir avec de l'amour. Et peut-être que cela changerait effectivement un jour, mais ce ne serait sans doute pas en présence de Rachel. Car pour le moment elle n'en voyait aucun intérêt, puisque de toute manière quelque chose finirait forcément par mal tourner. Quelque chose finirait forcément par mal se passer et elle finirait seule une fois de plus. Alors pourquoi se faire souffrir ? Pourquoi aimer, pourquoi s'accrocher et s'efforcer de créer des liens si c'était pour tout détruire au final ?

- Alors c'est vrai je ne sais pas ce que l'on ressent lorsqu'on se fait torturer. C'est vrai qu'à une époque j'ai eu la chance d'être heureuse alors que vous non, mais tu peux me croire je le déplore assez. J'échangerais volontiers ma place contre la tienne Azaël ! Malheureusement c'est impossible, je suis désolée.

La sorcière en tremblait, en pleurait, elle ne supportait plus le poids de toutes ces accusations, qu'elles soient muettes ou non. Amis, famille, inconnus... Elle avait toujours tord. Elle ne faisait jamais rien de bien.

Là sous la pluie elle observa ce petit-frère, si différent du premier. Ces dernières paroles avaient peut-être été moins froides, mais il conservait cet air presque mauvais qu'Ester ne parvenait pas à rattacher à une émotions. Elle sentait bien qu'elle perdait le contrôle sur ses émotions tout comme sur ses mots auxquels elle ne parvenait plus à donner un sens. Rachel tenta alors de lui faire comprendre en un regard tout ce qu'elle n'avait pas su dire. Qu'elle serait toujours là. Qu'il ne devait pas avoir peur d'Alhena parce que si réellement ils étaient une famille il aurait dut savoir que jamais elle ne lui ferait de mal. Que malgré tout ce qui s'était passé, elle était fière de lui. Que pour lui, elle ferait encore un effort et tenterait d'accepter les Peverell.

- Je veux juste ce qu'il y a de mieux pour toi...

Ester s'éloigna alors en marchant doucement. Elle aurait préféré mourir il y a huit ans.


Contenu sponsorisé

Honeydukes - Page 7 Empty
Re: Honeydukes
Contenu sponsorisé, le  

Page 7 sur 8

 Honeydukes

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.