AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Volière
Page 5 sur 7
Prendre des nouvelles
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Luna Dippet
Gryffondor
Gryffondor

Re: Prendre des nouvelles

Message par : Luna Dippet, Ven 31 Mar - 14:38


RP Unique

La journée avait été longue et même assez triste. C'est d'un pas rapide que je me dirigeait vers la Volière. Echos, mon bel hiboux au reflet roux m'accompagnait en volant à quelques mètres de moi. Je n'avais pas pris beaucoup de nouvelles de mes parents ces derniers temps, il fallait remédier à cela. J'avais pris, dans mon sac, mon matériel pour écrire une lettre. Je n'avais pas eu le temps de l'écrire avant la fin de la journée. Je m'installe donc dans un coins de la Volière et prend ma plume.

"Maman, papa,

Je vous écrit pour prendre de vos nouvelles. J'espère que tu ne t'ennuis pas trop à la maison maman. J'imagine que tu profites des beaux jours pour te reposer et faire du soutien scolaire pour certains jeunes. Papa, j'espère que tu vas bien aussi. j'aurai aimé passé la journée avec vous. C'était une journée assez normale de mon côté hormis le fait que c'était mon anniversaire. J'ai bien reçus vos cadeaux, c'est vraiment adorable de votre part. Le pull rouge que tu m'as tricoté me va à merveille, maman. Et le balais, papa, je n'ai pas encore eu l'occasion de l'essayer mais il est très beau. Il ne fallait pas en faire autant.

Mes cours se passent bien, j'apprend de nouvelles choses chaque jour et j'ai envie d'en connaitre d'avantage chaque jour. Bien que mes années à l'école se passent bien, je suis impatiente de terminer les études. Je ferait tout ce que je peux pour rejoindre les forces de la magie blanche. Vous savez comme je suis toujours aussi engagée dans cette lutte.

Je vous embrasse tendrement et pense à vous en cette belle soirée.

Votre fille, Luna"



C'est vrai, je mens un peu dans cette lettre. La journée avait été horrible et j'aurai préféré passé une journée entourée d'amis. Les personnes que je connais, je ne suis pas assez proches d'eux pour leur dire "hey, c'est mon anniversaire !" ... cela fait trop "souhaite moi mon anniversaire s'il te plait !". Je n'aime pas ce comportement. Dans tous les cas je ne pouvais pas dire à mes parents que j'avais passé une journée pourrie. Ils auraient eu de la peine. Mais je sais bien qu'ils le sentirons quoiqu'il arrive dans ma lettre.

C'était mon anniversaire, oui. J'avais donc maintenant 17 ans et bien que cela ne changeait rien, finalement, cela m'enjouais beaucoup. Non pas pour la fête en elle même mais surtout parce qu'il me reste plus qu'une année avant de finir les études. J'en aurais bientôt fini. Et bien qu'intégrer la société magique me fait peur, j'ai aussi de grandes convictions et compte bien me faire une place. Finalement toutes les places me plaisent. Que j'intègre les Aurors, l'Ordre du Phénix ou même que je devienne enseignante. Peut importait en fait.

Je fermais ma lettre et l'enroula autour de la patte d'Echo. Mon chère hibou allait faire quelques kilomètres jusqu'à Edimbourg. Un trajet qu'il connaissait bien.

- Ne te perd pas, hein ? Tu sais Ô combien je tiens à toi !

Echo frotta sa tête contre le creux de la main de Luna et s'envola.

~ Fin du RP ~
Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Artemis O'Toole, Lun 1 Mai - 15:56


Domptage de chouettes
Avec Elhiya Ellis


Des oiseaux. Des oiseaux pour envoyer des lettres. Et bien dis donc, on aura vraiment tout vu ici. Chaque jour Artemis en apprenait davantage sur le monde des sorciers, certaines choses étaient gigantesquement cool, et d’autres un peu moins. Comme les oiseaux. L’Irlandais adorait les animaux, vraiment, mais plutôt le genre d’animaux mignon, tout doux, qui fait des câlins, mais les oiseaux ! Ça ne fait pas câlins ! Déjà, le fait même que ce soit un animal sur deux pattes implique que ce soit un animal violent, comme les kangourous. Exactement, les kangourous c’est hyper violent, ça fait peur. Les oiseaux, pour Arty c’était pareil.
Sauf que, évidemment, les sorciers n’avaient rien trouvé de mieux pour envoyer du courrier que d’utiliser des oiseaux. Des chouettes ou des hiboux. Le première année avait découvert ça, les premiers jours à Poudlard, lorsque dans la grande salle il vit arriver des tonnes d’oiseaux déposer des lettres. Limite il s’était caché en dessous de la table. C’est vicieux un oiseau, je vous le dis.

Mais ses parents devaient s’inquiéter. Surtout sa petite maman. Il fallait absolument qu’il lui envoie un petit message pour les prévenir que tout allait bien, que l’école était géniale et qu’il apprenait plein de choses vraiment cool. La vérité quoi. Or le seul moyen, et apparemment le plus simple, était d’envoyer une lettre par hibou.
Après avoir repoussé et repoussé ce moment fatidique d’aller demander à un oiseau de porter sa lettre, il était temps de s’y mettre.
Ni une ni deux, il enfila son uniforme aux couleurs de Poufsouffle, qu’il adorait by the way. Entendit la voix de sa mère comme quoi l’hiver arrivait blahblah il fallait se couvrir, et donc forcément, il mit sa cape et sa petite écharpe.
En effet, la saison hivernale approchait, calculez donc, ça faisait pas loin de deux mois qu’Arty n’avait pas envoyé de nouvelles à ses parents, les pauvres. Mais il n’en était pas fier, pas du tout même ! Ça le rongeait à l’intérieur de ne pas pouvoir partager tout ce qu’il vivait avec ses parents, mais c’était à cause de ces maudits oiseaux.

Artemis sortit donc de l’école et prit la direction de la volière. Le petit marchait d’un pas rapide, le vent le forçant presque à courir pour se rendre dans le fameux repère. Et c’est ainsi qu’il monta les escaliers avec la boule au ventre. Il n’avait aucune idée de comment il allait s’y prendre. Il fallait avouer que certaines méthodes sorcières étaient quand même médiévales, pas du tout high tech les sorciers !
Anyway, Arty avait pénétré dans l’incroyable et redoutable endroit. Il y avait des plumes partout ! Ça criait, ça volait dans tous les sens !

- Rholalalalala mais quelle idée ! des oiseaux !

Bon. Le jeune sorcier sortit sa petite enveloppe dans laquelle se trouvait une très longue lettre pour ses parents, que je ne révélerai pas ici, c’est privé. Il se dirigea vers un côté de la volière, il ne voulait surtout pas emprunter un hibou appartenant déjà à quelqu’un, la honte sinon.
Mais là, le truc le plus improbable se passa. Une chouette, énorme, grise, vint se poser sur l’épaule du Poufsouffle. Avant de lancer un cri d’effroi, le cerveau d’Artemis se vida de toute pensée, un froid gigantesque le traversa. C’est alors qu’il se mit à lever les bras au ciel tout en criant. La chouette, évidemment, n’apprécia pas du tout et se mit à s’envoler vers le toit. Ça aurait pu en rester là me direz-vous. Mais non, bien sûr ! Malgré le bond en arrière qu’avait fait le jaune & noir, il garda les yeux fixés sur cette énorme chouette, les yeux dans les yeux. La chouette l’avait mal pris, à coups sûrs, elle était vexée. Et elle n’allait pas en rester là. Ni une ni deux le monstre fit un piqué sur Arty, ce dernier, un peu long à la détente ne prit pas tout de suite conscience du malheureux danger qu’il encourrait. C’est ainsi que cette chouette des Enfers eut le temps de lui arracher quelques cheveux avant qu’Artemis se remette à hurler, jette sa lettre en arrière et court le plus vite possible pour s’éloigner de cette créature luciférienne !

Bon effectivement, il n’avait pas remarqué que le sol n’était pas tout à fait droit. Il s’étala donc par terre. Mais pas du tout touché par le ridicule, Artemis se mit immédiatement sur le dos pour faire face à son ennemie. A qui il se rendit, évidemment :

- Arrête ! Non ! J’te jure, j’ai pas fait exprès ! Arrête ! J’te donnerai des biscuits !

What ? Des biscuits pour chouette ? Eh ben ! Mais non, la chouette-dragon n’était pas de cet avis. Elle ne cèderait pas, pas de quartiers, elle allait le dévorer tout cru le petit.
Ainsi, imaginez un petit peu, Arty, couché sur le sol, lançant des cris, gesticulant et essayant de protéger son visage des crocs de la chouette avec ses petites mains. Belle affaire !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Elhiya Ellis, Lun 1 Mai - 23:39


@Artemis O'Toole dans Domptage de chouettes




A son arrivée à Poudlard, sa mère avait insisté pour recevoir un courrier par hibou toutes les semaines. La corvée était longue et fastidieuse aux yeux d’Elhiya qui n’avait pas nécessairement toujours quelque chose à raconter pour rassurer sa chère maman. Aussi, avec le temps, les courriers s’étaient de plus en plus espacés, et pour sa dernière année, sa corvée n’était plus que mensuelle. Bien sûr, n’importe qui trouverai totalement naturel de prendre le temps d’envoyer un petit mot à ses parents une fois par mois, mais tout le monde n’avait pas à gérer l’animal familial capricieux qui s’occupait du courrier de la blondinette. Crumble, de son petit nom, était une petite chouette Chevêche d’Athéna. Sa petite taille et son plumage joliment tacheté aurait pu faire du volatil un animal agréable s'il n’était pas doté d’un mauvais caractère. Cette dernière refusait d’amener le courrier directement dans la salle commune, et forçait sa jeune maitresse à se rendre à la volière le matin pour envoyer son message de réconfort mensuel.

Et ce matin ne coupa des autres matins. Elhiya savait parfaitement que c’était un jour de courrier pour elle, mais le volatil n’avait pas fait l’effort de lui amener la missive de sa mère. Il fallait y aller, même par ce froid. Enroulant son écharpe verte et grise au tour du cou, la blondinette fourra un parchemin, une plume et de l’encre dans ses poches de manteau et fila vers l’extérieur.  Bien entendu, il y’avait du vent, trop de vent, et se dernier s’engouffrait sous sa jupe, la faisant frissonner. Et ne parlons pas de ses cheveux qui lui tombaient dans les yeux s’envolant n'importe comment au gré des bourrasques.

*Fichu temps et fichu tenue ! Qui a décrété que les filles devaient être en jupe en toute saison dans cette école ? Encore un brillant esprit je parie !*

Maugréer ne servait, certes, à rien, mais Elhiya se jura qu’elle en parlerait dans son courrier, cela ferait toujours une ligne de plus à mettre. Et comme si la météo n’était pas un obstacle suffisamment pénible, il fallait encore gravir les innombrables marches de cette fichue volière ! L’espèce de sa chouette pouvait vivre dans des terriers de lapins, pourquoi Crumble n’avait-elle pas eu la brillante idée de choisir ce type d’habitat ? Non au lieu de ça, ce stupide volatil préférait paresser dans la volière de l’école et couiner pour réclamer des friandises à l’approche de sa maîtresse.

*Faut vraiment que je m’achète mon propre hibou, je suis sûre que ce serait plus simple !*

Voilà une suggestion tout à fait valable à noter en plus dans sa lettre. Elle acquiesça machinalement de la tête se faisant la réflexion qu’elle pouvait également demander à recevoir quelques bonbons afin de la motiver à monter ces marches tous les mois. Et aussi un nouveau stock de bonbon pour Crumble, en espérant que l'animal ne le mange pas en route. Mais sa réflexion s’arrêta nette. Des bruits d’ailes et des cris s’élevaient de la salle principale de la volière. Les sourcils froncés, la jeune fille poussa la porte qui était censé s’ouvrir sur une salle où les oiseaux allaient et venaient tranquillement en attendant d’avoir une missive à envoyer. Mais au lieu du calme habituel, Elhiya pénétra dans une pièce qui semblait être devenue un ring d’un combat pas banal. Des plumes volaient dans tous les sens, les oiseaux étaient agités -ou paniqués-.

Au sol, un gamin suppliait une grosse chouette de le laisser tranquille. L’animal, visiblement pas d’accord, continuait ses tentatives de pincements.

*Allons bon, c’est quoi ce bordel ?*

Avec un peu de recul, la scène était comique, l’oiseau revêche attaquait un pauvre innocent qui voulait très certainement poster son courrier. Les autres volatils paraissaient encourager leur congénère, à moins que les piaillements manifestaient un agacement notoire- le tohubohu généré les empêchant de dormir-. En regardant plus attentivement, Elhiya remarqua que Crumble sautillait au sol à côté de l’élève de Poudlard malmené.

*Qu’est-ce qu’elle fabrique cette idiote ?*

Regarder qui aurait le dessus sur l’autre aurait pu s’avérer amusant si la Verte ne voulait pas se débarrasser rapidement de ses obligations familiales. En soupirant, elle s’approcha du gamin qui gesticulait pour se protéger et l’attrapa par le col de sa cape pour lui dire de se remettre debout. Par contre le hibou agresseur ne semblait pas des plus ravis, il accepta cependant d’attraper au vol un morceau de noix spécial hibou qu’Elhiya avait lancé. Trop occupé à manger sa friandise, l’animal oublia l’affront que le petit sorcier lui avait fait.

Esquissant une moue agacée, la blonde posa les yeux sur le gamin qui avait initié un combat avec le volatil inconnu. De petite taille, brun, il arborait les couleurs de Poufsouffle. Elle le fixa et soupira avant de lui adresser la parole sur un air désabusé.


« Tu jouais à quoi là ? Ils sont tous excités maintenant, et cet oiseau vient de becter la moitié de la ration que ma chouette demande pour porter un courrier… »

Bon, il ne l’avait peut-être pas fait exprès, et surtout, Crumble continuait au sautiller stupidement au tour du garçon. Il devait avoir quelque chose de bon dans ses poches. Tant mieux, c’était plus simple pour attraper l'oiseau et lui détacher la missive qu’elle avait à la patte. Lui fourrant l’autre moitié de la noix dans le bec, la blondinette reprit un peu durement.

« Prochaine fois, amène quelque chose de bien à manger si ton hibou est aussi caractériel que ça. »

Comme Crumble n’arrêtait pas de se débattre et tâchait de la pincer, la Verte reposa son attention sur son volatil, regrettant de ne pas avoir le droit d’utiliser un sortilège de stupéfixion dessus tout en grommelant
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Artemis O'Toole, Mer 3 Mai - 20:26


Ca y’est. C’était la fin. Après tout, il fallait s’y attendre avec ces satanés animaux. Mais en même temps, Artemis ne pouvait imaginer une mort aussi absurde pour lui. Assassiné par une chouette. C’était le pompon. Et c’était là à peu près ses dernières pensées, qu’allait dire celui qui allait le retrouver là, sans vie ? Sûrement beaucoup de choses pour se moquer de lui, et surtout parce que c’était du jamais vu ! Quoi que, il rentrerait peut-être dans un livre très célèbre qui recensait les morts les plus absurdes. Et le pire, c’est qu’il était un sorcier ! Double honte !
Mais c’est alors que son sauveur arriva. Enfin, c’est ainsi qu’Arty vit la chose. Alors que son âme allait s’envoler pour de bon (décidément les hyperboles ici) il fut aspiré soudainement par le souffle de la vie, en l’air, par le col de sa cape. Il fallait dire que le souffle de la vie était un peu brusque, mais bon pourquoi pas. Le jeune Poufsouffle ne comprit pas vraiment tout de suite ce qu’il était en train de lui arriver, mais il vit son bourreau s’envoler pour essayer de chopper un biscuit, décidément, Dieu était généreux envers les chouettes, il aurait pu foudroyer sur place l’animal coupable, mais non, il a le droit à un biscuit, comme une récompense. Quelle injustice ! C’était lui qui méritait un biscuit en réalité ! De s’être battu vaillamment, et de ne pas avoir failli.
Vous n’y croyez pas ? Moi non plus.

Mais en fait, Dieu avait pris forme humaine ! Forme humaine sorcière de la maison Serpentard (Avouez, on imagine pas Dieu à Serpentard, mais bon, admettons). Dieu n’avait pas l’air super sympa non plus, il faisait une drôle de tête, un peu agacé, comme si c’était la faute du jeune Irlandais ! Oh ! Il s’était mis à parler.
Ah bah non, visiblement, ce n’était pas Dieu. Loin de là. C’était une élève, grosse déception quand même. Et le pire, c’est qu’elle lui criait dessus ! Enfin, pas vraiment criait, mais elle semblait réellement embêtée de l’événement qui venait de se produire entre cette chouette et Artemis. Et d’ailleurs, celui-ci ne comprenait pas du tout pourquoi, après tout, il était la victime dans toute cette histoire.
Le jeune sorcier restait donc là, stupéfié devant cette autre élève, qui semblait beaucoup plus vieille que lui d’ailleurs. Il hésitait entre deux réactions : la première serait de répondre à la vert et argent qu’il ne l’avait pas fait exprès, qu’elle n’avait pas à lui parler comme ça ; et la deuxième de lui sauter dans les bras. Eh bien oui, quand même, elle venait de lui sauver la vie.

Et puis il y avait cette chouette, toute mignonne, qui continuait de sautiller autour des deux élèves. A se demander pourquoi tous les oiseaux n’étaient pas comme ça.
Quand l’autre élève reprit la parole, Arty écarquilla les yeux. Comment pouvait-elle croire que c’était sa chouette à lui ?
Bon, il fallait prendre une décision quant à la réaction à avoir. Finalement, le caractère d’Artemis reprit le dessus, il n’était pas du genre à se montrer ingrat envers les autres. Il arbora alors son plus grand sourire et s’exclama :

- Merci beaucoup ! Sans toi, je me serais fait manger tout cru ! Immondes bestioles ! Tu as vu comment elle s’est jetée sur moi ? Comme ça, et elle m’a fait mal, elle me voulait mort, j’te l’dis moi !


Tout en disant cela, le jaune & noir époussetait ses manches qui étaient pleines de plumes. Son uniforme avait aussi pris la poussière, ce qui le désola un petit peu. Son bel uniforme qu’il aimait tant. Une fois qu’il eut terminé il releva la tête vers la jeune fille.

- D’ailleurs, ce n’est pas ma chouette ! Mais alors pas du tout ! Les animaux ressemblent à leur maître de toute façon, sans aucun doute, le maître de celle-ci, doit être une personne bien bien tordue. Oui oui oui.

Après avoir dit cela, l’Irlandais risqua un regard vers l’oiseau dont semblait s’occuper la Serpentard. Lui non plus ne tournait pas rond, ou alors c’est vraiment que tous les hiboux sont mauvais, il essayait de la pincer alors qu’elle venait de lui offrir un gâteau. Des animaux ingrats quoi.

- Au fait, je suis Artemis ! Et quel est le nom de ma bienfaitrice ?


Arty, dans un élan de politesse tendit la main à la jeune fille, avec un petit sourire. Aucune idée si c’était ce qu’il fallait faire à ce moment-là, mais c’était soit ça, soit il lui faisait un câlin. A tous les coups, le câlin, ça n’aurait pas été.
C’est alors que le première année réfléchit à ce qui l’avait amené ici. Il fouilla ses poches tout en regardant devant lui. Rien, rien du tout.

- Aaaah ! Ma lettre ! J’ai perdu ma lettre ! Elle me l’a volée ! Je le savais ! A tous les coups cette maudite chouette me prend pour espion !


Et c’est ainsi qu’il regarda la jeune fille en face de lui avec un regard rempli de désespoir et en mettant ses mains sur sa tête, comme s’il appelait une aide divine. En effet, c’était plus simple de penser que la chouette lui avait piqué sa lettre que de réfléchir un petit peu, et surtout de regarder autour de soi pour regarder si elle n’était pas tombée à terre. C’est difficile à vivre dans la tête d’Arty, il fait des liens pas logiques difficiles à suivre, très difficiles.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 4 Mai - 18:09


Fichu volatil qui ne voulait pas rester immobile. Farfouillant dans sa poche, la blondinette récupéra quelques miettes de noix pour hibou et les posa au sol à l’attention de Crumble, espérant que cette dernière oublierait enfin ses doigts. Dans sa manœuvre, elle écoutait distraitement le jeune Poufsouffle qui semblait quelque peu ébranlé par sa mésaventure avec la bestiole. Qu’est-ce qu’il parlait pour un sorcier qui venait de se faire pincer par un hibou ! A croire qu’il n’en avait jamais vu avant ! Lâchant un simple « hum hum » peu enthousiaste, Elhiya détachait avec soin le nœud à la patte de sa chouette. Elle ne posa les yeux sur le Jaune que lorsqu’il émit l’idée que les animaux devaient ressembler à leur maitre. En haussant un sourcil elle le dévisagea mais resta silencieuse. Décidément, ce garçon n’avait réellement jamais vu de chouette, c’était clair. D’ailleurs, elle qui connaissait son propre volatil, aurait dû se douter que ce dernier n’allait pas laisser échapper une si belle occasion, et lui pinça l’index fortement, arrachant à sa maitresse un « ouatch » de douleur. Machinalement, Elhiya récupéra son doigt, le porta à la bouche et donna une tape sur la tête de Crumble qui râlait. Et comme si s’occuper d’un oiseau caractériel ne suffisait pas, le gamin à la robe de sorcier poussiéreuse lui tendait la main en se présentant.

Elhiya soupira et leva les yeux au ciel, la politesse n’était pas vraiment son fort, et surtout elle ne voyait pas vraiment l’intérêt dans ce genre de situation. Que son nom soit James, ou encore Akira, n’intéressait pas la blonde qui soupira en reportant ses yeux sur Crumble laissant le jeune Poufsouffle le bras tendu dans le vide.


« Elhiya, occupée à défaut d’être enchantée »

Elle paraitrait peut-être froide ou distante, mais tant pis, elle n’était pas là pour faire dans le social. Et il fallait dire que le nœud à la patte de Crumble avait été renforcé, surement de peur que l’animal ne déchiquète la ficèle, ce qui avait le don de l’agacer. Mais finalement, la petite corde céda, lâchant un petit parchemin plié en plusieurs morceaux. La blonde lâcha un soupire de satisfaction et se redressa enfin, regardant d’un air dubitatif le gamin s’agiter à nouveau. Voici qu’il avait perdu sa lettre…. Franchement, il n’était pas bien doué celui-ci…  Et en plus, il la regardait comme un chien battu, comme si elle devait se sentir un minimum concerné par la disparition de son courrier. En esquissant un demi-sourire, Elhiya ne put s’empêcher de dire ce qu’il lui traversait l’esprit

« 1ere année hein ? Et venant d’une famille de moldue non ? »

Un fils de sorcier ce serait douté qu’attraper un hibou inconnu pouvait engendrer quelques complications. Et n’importe qui ayant dores et déjà côtoyé ce genre de volatils savait qu’ils pouvaient pincer. La blonde lui sourit finalement avec un peu plus de douceur, il pouvait remercier ses origines pour le coup. Il lui rappelait sa meilleure amie, 6ans auparavant qui lui demandait pourquoi elle avait une chouette en cage chez elle. Comme les moldus devaient rester dans l’ignorance, Elhiya avait prétexté que sa mère avait trouvé Crumble blessée devant leur perron et l’avait adoptée. Ce gamin faisait la même tête d’éberlué, à moins que ce n’était son air habituel ? C’était un peu dur à dire en le regardant s’imaginer que son hibou agresseur lui avait volé son courrier.

Soupirant à nouveau, la blondinette porta les yeux sur le gros hibou qui avait rejoint les autres oiseaux, se lissant calmement les plumes dans son nichoir.


« T’as plusieurs choix. Soit t’es chanceux et ta lettre est quelque part par terre cachée par quelques plumes et surement quelques fientes. Soit t’as pas de bol et les bouts de papiers déchiquetés et éparpillés constitue ta nouvelle activité de la journée : un puzzle de ta lettre. Soit c’est mort et ton enveloppe est passée par la lucarne en même temps qu’un hibou. »

C’était pas commun quand même, entre l’agression du hibou et la perte de son courrier, ce gosse pouvait prétendre au titre de moins chanceux de la journée....

En regardant le sol jonché de paille souillée, de reste de souris et de boulettes de régurgitation, la serpentard  grimassa de dégout. Au moins, ce n’était pas elle qui allait devoir chercher quelque chose dans ces détritus. Elle dodelina de la tête comme pour dire « bonne chance » au jeune Poufsouffle quand elle s’aperçu que depuis le début il la regardait avec une lueur fervente d’espoir dans le regard.


« Oula, nan, comptes pas sur moi pour t’aider à fouiller là-dedans ! Utilise un sortilège d’attraction pour ça ! »


Ou alors il suffisait d’observer la petite chouette chevêche qui continuait à tourner au tour du petit Artemis. Ce volatil avait été dressé uniquement pour le transport de courrier, si bien qu’elle s’excitait dès qu’une enveloppe était dans son champ de vision. Ce sens du devoir avait toujours étonné Elhiya qui ne comprenait pas comment ce stupide animal pouvait s’impatienter à l’idée  d’amener un courrier et mordre les doigts de ses propriétaires avec autant d’ardeur. La logique de l’oiseau avait toujours été défaillante et elle le prouvait encore ce matin alors qu’elle tirait sur le bas de la robe de sorcier du jeune garçon. D’un signe de tête, la blondinette désigna l’oiseau et repris avec douceur, presque amusée.

« Regarde, Crumble a dû voir ton enveloppe,  et tu la gênes. Je serais toi, je rentrerai mes doigts dans mes manches en tout cas. »

Certes c’était  sa chouette, enfin celle de la famille, mais ça ne voulait pas dire pour autant qu’elle en était responsable. En tout cas le désir frénétique de pincer de l’oiseau ne pouvait lui être imputé.  Esquissant un léger sourire, la vert et argent dépiauta son parchemin, laissant Artemis se débrouiller avec Crumble. Sans surprise, le message de sa mère ressemblait à celui du mois dernier, tout allait bien, et elle lui demandait d’être plus aimable avec les autres élèves, et aussi de ne pas brusquer la « pauvre petite chouette ». Ok l’oiseau était à peine plus grand qu’un pigeon londonien mais la blonde pariait sur le fait qu’Artémis allait galérer avec quand même. Elle reposa ses yeux clairs sur le jeune garçon dont la robe de sorcier continuait à se faire pincer.

*Pauvre petite chouette hein ? Pauvre gamin plutôt oui.*

Elle soupira et lui sourit doucement. Aider n’était pas son fort, tout simplement car elle trouvait que c’était une perte de temps. Si on volait au secours de chaque abruti qu’on croisait, on n’avait plus de temps pour soit même et en plus ça ne leur rendait pas service. Elhiya était « il faut tomber pour apprendre »ou du moins de quelque chose du genre.  


« Tu veux que je te montre comment l’amadouer ? Elle est un peu bête, ma mère dit que c’est de ma faute, je n’aurai pas dû la stupéfier, sauf que je ne l’ai fait qu’ une fois, après avoir appris le sort … Moi, je l’ai toujours trouvé stupide… Tiens, donnes lui ça qu’elle te lâche »

La serpentard envoya en direction du jeune garçon un petit sachet de noix spécial hibou, ou du moins ce qu’il en restait. Heureusement que Crumble était gourmande et se satisfaisait des miettes. Cela permettrai au gamin de regardé s il n’avait pas marché sur son enveloppe ou si elle n’était pas dans les environs


Dernière édition par Elhiya Ellis le Mar 9 Mai - 9:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Artemis O'Toole, Lun 8 Mai - 17:17


Mais what ? Il avait perdu sa pauvre lettre, et la fille en face de lui semblait ne pas s’en soucier du tout. Elle était occupée, à enlever un petit papier au pied de sa chouette, enfin, de sa patte. Artemis était ahuri, en plus d’avoir peur pour sa lettre. Elhiya avait beau être très occupée, elle pouvait au moins se montrer polie et gentille. Non mais. Le truc c’est qu’Artemis a ce côté un peu bienveillant, et il se dit que si la vert & argent se comportait ainsi, c’est qu’il y avait un problème non résolu. Dans son enfance peut-être, avec ses parents, ah tiens, peut-être ces mêmes parents qui lui avaient écrit le bout de papier qu’elle tenait présentement dans ses mains.
Toujours dans la même position, le Poufsouffle commençait à se décomposer, comme si le temps refusait d’aller normalement, il était coincé dans la même position, choqué de la perte de sa missive. Ce sont les paroles de la Serpentard qui le réveilla, plus que son comportement méprisant. Aux dires de la jeune fille, il acquiesça, en effet il était bien en première année, et originaire d’une famille de moldus. Il aurait bien voulu dire qu’il ne voyait pas le rapport avec l’aventure présente, mais en réalité, il voyait bien. Il avait l’air parfaitement ridicule, lui qui n’y connaissait rien au monde des sorciers et qui s’était fait projeter dans sa cette magnifique école, qu’il adorait bien évidemment. Et apparemment, les autres pouvaient le voir, le sentir. Ils savaient qu’il n’était pas encore tout à fait à sa place en tant que sorcier, et sur son visage, le doute constant devait se lire.

Lorsque la jeune fille reprit la parole, cela calma quelque peu le jeune blaireau. C’est vrai, après tout ce n’était pas la fin du monde. Il baissa les bras, cette fois d’un air découragé en regardant le sol qu’il venait à peine de quitter. Eh oui, il avait été allongé là, dans ce caca de chouette, ces plumes, cette poussière, et voilà qu’il allait devoir peut-être tout farfouiller pour retrouver la lettre qu’il avait écrit pour ses parents. Oh non, c’était vraiment pas malin. Il redressa alors la tête, après tout, il avait une alliée à ses côtés !
Ah, visiblement non. Un sortilège d’attraction, on aura tout vu. Qu’est-ce qu’elle croyait, qu’Artemis était un jeune prodige ? A peine il arrivait à faire léviter des trucs, alors bon. Il se mit à faire non de la tête, toujours dans le silence, devant l’ampleur de la tâche qui l’attendait. Vraiment, les chouettes, il s’en souviendrait.

Et puis il y avait cette autre chouette, toute petite, qui continuait de voleter autour de lui. C’était fou quand même ses animaux. Crumble elle s’appelait apparemment. C’était assez chou en réalité. Oui c’est vrai, cet animal avait quelque chose qui faisait qu’Arty pouvait s’identifier à lui, en train de sauter tout joyeux comme ça. C’était le destin en réalité.

- Comment ça je la gêne ? C’est elle là ! On dirait qu’elle est amoureuse de moi, elle veut me faire des câlins.

Il rêve debout ce petit, vraiment. C’est alors qu’il s’abaissa un peu, pas trop non plus pour pas se faire manger le bout du nez, pour être un peu à la hauteur de la petite chouette. Elhiya avait sous-entendu que Crumble avait un super pouvoir : elle pouvait trouver les lettres cachées. Et effectivement, c’était exactement ce dont Artemis avait besoin là maintenant. Il sourit alors au petit animal et lui parla avec douceur :

- Alors ? Comment tu vas Crumble ? Tu veux la petite lettre ? Mais oui c’est ça que tu veux ! Allez ! Cherche Crumble ! Cherche !


Bon, il aurait fallu lui expliquer que les chouettes et les chiens ça n’était pas tout à fait le même type d’animal mais après tout, ça pouvait fonctionner.
C’est alors que la jeune fille proposa son aide. Arty se releva alors brusquemment, décidément, il ne s’était pas attendu à ça. Il avait bien raison, une lueur résidait en chacun, et tout le monde pouvait se montrer adorable. Et cette Elhiya venait de le prouver. Enfin, adorable, elle avait été jusqu'à stupéfier une chouette, faut le faire quand même. C’est que ça tournait pas rond là-dedans non ? L’Irlandais fut interrompu dans ses pensées par l’arrivée brutale d’un petit sachet. Evidemment, il ne l’attrapa du premier coup, le projectile fit trois petits bonds avant de se poser dans le creux des mains du Poufsouffle. Pas trop de réflexes, faut l’excuser.
Apparemment, la Serpentard attendait quelque chose de lui avec ce petit sachet. Jouer avec la chouette ? La nourrir ? Qu’en était-il de sa lettre ?
Son regard passa de la jeune fille à la chouette, et inversement. Au moins cinq fois. Il était un peu long à la détente. Mais il se dit qu’il n’avait pas encore trouver sa missive et que Crumble était peut-être son seul et unique espoir. Il répondit alors à la vert & argent :

- Mais ! Je ne veux pas qu’elle me lâche ! Elle a un radar pour les lettres c’est ça ? Elle peut sûrement retrouver la mienne. Puis, se tournant vers la petite chouette surexcitée par la présence des gâteaux dans les mains d’Arty : Allez Crumble, sois un gentil oiseau, cherche ma lettre, et puis hop ! un gâteau pour toi, tu veux bien ? S’il te plaît ?

Puis il lança un dernier regard interrogateur à Elhiya, il ne savait pas trop ce qu’il était en train de faire, ni pourquoi. Il interrogeait la jeune fille pour savoir en réalité ce qu’il devait faire de Crumble. L’oiseau était-il assez intelligent pour trouver sa lettre ? Ou alors elle lui avait donner ces petits gâteaux pour l’éloigner et chercher de lui-même ? Pour tout dire, la deuxième solution ne l’intéressait guère. Il préférait utiliser la chouette comme détecteur de parchemin, à la manière d’un détecteur d’or ou quelque chose comme ça. C’était beaucoup plus marrant.
Ainsi était Arty, à la fois en attente d’une quelconque réponse de la Serpentard, mais aussi de la chouette qui n’avait pour l’instant pas bouger. Le gâteau n’était peut-être pas assez bon pour elle.
Et dire que pas une fois il n’avait eu l’idée de regarder autour de lui si sa lettre n’était pas dans le coin, et non, pas une seule fois. C’était bien plus drôle d’essayer d’éduquer Crumble comme un radar à lettres !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Elhiya Ellis, Mar 9 Mai - 9:59


Bon, il avait acquiescé quand elle avait supposé ses origines et son année d’étude. Elle savait donc que s’énerver ou s’agacer ne servirait à rien. On ne pouvait pas reprocher à quelqu’un d’ignorer ce qui lui avait toujours été caché. Ça avait dû être un sacré choc pour ce gamin pas dégourdit d’apprendre qu’une école de sorcier existait et qu’en plus, il y était directement admis sans test préalable. Ça faisait une flopée d’information à avaler d’un coup, les tenues vestimentaires, les sortilèges, les friandises différentes de celles des moldus, et surtout le système de poste totalement modifié. Elhiya n’aurait sû dire si les chouettes étaient plus efficaces que les facteurs moldus, mais les employés des postes, eux, ne mordaient personne et ne réclamaient aucune noix. Ils ne sautaient pas hystériquement autour des gens non plus d’ailleurs. Enfin, cette particularité était propre à Crumble. Il n’y avait que cette bécasse capable de réclamer un courrier en sautant partout. Elle était désespérante, et la réflexion du jeune garçon était des plus sensée. Sans cette lettre dans le périmètre la chouette semblait effectivement vouloir entamer une parade amoureuse avec le Poufsouffle. La remarque arracha un pouffement de rire à la vert et argent qui avait continué à scruter, indifférente le cinéma de l’oiseau.

Par contre, l’attitude du jeune homme était risible. Elhiya ne put s’empêcher de sourire, amusée. Une chouette ce n’était pas un chien. Elle ne pouvait pas renifler l’odeur d’une lettre, ni se rouler sur le dos pour avoir des gratouilles et par-dessus tout l’oiseau était relativement ingrat. Par contre son niveau de stupidité égalait souvent celui des canidés. La preuve en était avec les noix spéciales hiboux. Comme les chiens et leurs biscuits, Crumble ne bougeait plus et attendait sagement que son interlocuteur lui lance ses miettes de friandises. Tiens, coup de bol, le gamin trouva un morceau de noix d’une taille correct, le montrant à l’oiseau avant de la fixer elle, Elhiya, d’un air interrogateur.

Et oui, elle lui avait juste jeté le sachet sans plus d’explication, pourtant, dans son esprit ça semblait clair. Des noix à hiboux et un hibou, ça signifiait qu’il fallait lui en donner. Fourrant la missive de ses parents dans sa poche, elle dodelina de la tête et sourit à Artemis tout en essayant de ne pas se moquer de lui.


« C’est une chouette, pas un chien, ni un radar à lettre même si ce serait pratique. C’est juste que même si elle a été domestiquée et domptée ça reste un petit rapace, elle chasse de petite proie. Celle-ci à juste associé les courriers à la nourriture, du coup c’est comme si ta lettre était sa proie. »

Dit comme ça c’était particulièrement bizarre, mais la blonde avait prévenu, Crumble était relativement étrange comme oiseau. Cela avait beau faire des années qu’elle la côtoyait, elle ne s’y était toujours pas fait non plus. Haussant les épaules, la Serpentard repris doucement, toujours un sourire dans les lèvres, la bouille du Poufsouffle l’entretenant à chaque minute. Elle ne se moquait pas de lui, au contraire, il avait quelque chose de touchant à essayer de vouloir dompter Crumble.

« Tends lui le morceau de noix que t’as sorti vers le bec, mais soit rapide où elle va te pincer. Après tends lui ta main quelle monte dessus, quand ça sera fait, enserre doucement ses pattes entre ton pouce et ton index. Elle n’est pas grosse, tu n’auras pas à tenir bien fort ne t’en fait pas. Quand ça sera fait, déambule dans la pièce en suivant le regard de crumble. Logiquement, si c’est bien après ta lettre qu’elle en a, elle ne la lâchera pas des yeux. Après, si t’as pas de bol, elle aura vu un petit campagnol. »

Elhiya lui sourit, de plus en plus amusée. Il y’avait peu de chance pour qu’une souris ou un mulot ait pu survivre dans la volière face à tant de hiboux. Mais elle ne voyait pas pourquoi elle ne taquinerait pas le petit Artemis. Il semblait poser tant d’espoir en elle. Premièrement la blonde en avait pas l’habitude, et secondement, c’était trop rigolo pour ne pas en profiter un peu.
Par contre, les conseils qu’elle lui avait donnés pour Crumble étaient bons. C’était exactement les même que sa mère lui avait fournis lorsque la petite chouette était arrivée chez eux. Cela n’avait pas été fructueux les premières fois car l’oiseau se fixait uniquement sur les noix et se contrefichait des courriers. Mais avec un peu d’entrainement, la mère d’Elhiya avait réussi à obtenir les résultats voulus. Ce qui était étonnant au final, vu que le volatil n’en faisait toujours qu’à sa tête.

Les mains fourrées dans les poches pour essayer d’occulter les bourrasques de vent frais qui s’engouffraient dans la volière, Elhiya regardait le jeune Poufsouffle, attendant de voir s’y arrivait à convaincre la chouette de monter sur sa main. Généralement l’oiseau ne faisait pas trop de manière pour monter car elle savait qu’elle pourrait voler vers son point de destination rapidement, et donc, pourrait s’empiffrer à nouveau de friandises. Mais Crumble n’avait jamais vraiment été confrontée à un gamin, peut-être qu’elle se méfierait, et qu’elle mordrait le jeune garçon sans vergogne.

Par contre, outre le caractère imprévisible de sa chouette, il y’avait autre chose qui intriguait la blonde. Pourquoi Artemis ne cherchait-il pas de lui-même son courrier ? Si crumble avait vu la lettre c’était que cette dernière ne devait pas être loin du garçon. Elle parcourut le sol des yeux, cherchant au milieu des plumes duveteuses et des carcasses de mulots une enveloppe éventuellement moldue. Blanche et carrée si sa mémoire était bonne. Dans tout ce fatras, du papier blanc devait être visible, à moins que le Poufsouffle ait utilisé du parchemin. Mais quoi qu’il ait choisi comme support pour son courrier, il semblait avoir le pied sur quelque chose. Ce pouvait être tout et n’importe quoi vu le peu qu’elle voyait.

Tant pis. Comme le gamin semblait des plus ravis de pouvoir utiliser Crumble comme « un radar à lettre », elle ne lui signala pas et le laissa faire, regardant comment il allait se débrouiller avec son morceau de noix.


« Pas de gestes brusques, d’accord ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Artemis O'Toole, Dim 21 Mai - 10:32


Quelle drôle d’expérience quand même, la maîtrise des chouettes, c’était quelque chose. Artemis voyait ça comme une véritable leçon de vie, mais assez rigolote. Et ce qui était cool dans cette leçon de vie, c’était qu’Elhiya n’était pas si méchante que ça, pour une Serpentard. Au contraire, elle gardait son calme et lui donnait des conseils pour retrouver sa lettre, très gentille donc. Bon alors effectivement, elle avait entièrement raison, une chouette n’était pas un chien, stupide erreur de la part du jeune blaireau. Il avait un peu rougi d’ailleurs à la remarque de la vert et argent, mais c’était déjà du passé. Il fallait maintenant se concentrer davantage afin de retrouver sa lettre. Déjà il avait mis du temps pour l’écrire, si elle était perdue, c’est tout, c’était le destin qui ne voulait pas qu’il écrive à ses parents. Pauvres parents quand même.
Mais Arty avait compris l’essentiel, c’est que quand même, Crumble avait certaines caractéristiques du radar à lettres, si elle voulait bien se montrer gentille, et surtout, si le première année arrivait à lui faire retrouver sa lettre, par le regard paraît-il.

Bon, la théorie passée, il fallait dorénavant s'employer à l’exercice pratique. Pas facile, mais quand faut y aller, faut y aller.
Artemis resserra ses doigts autour du petit bout de biscuit pour chouette, la communication avec Crumble serait maintenant essentielle, lui donner sans qu’elle le morde. Beaucoup d’hésitations chez le blaireau, sa main tremblait d’ailleurs légèrement. Mais bon, quand bien même la chouette décidait de se montrer hargneuse, ce n’était qu’une petite chouette, rien à voir avec le dragon de tout à l’heure. L’Irlandais s’accroupit alors, mettant sur son visage une expression bienveillante. Sa main s’approchant dangereusement de l’animal volant, il ne lui donna pas le biscuit mais le lui lança. Ça va, la noix n’avait qu’à parcourir deux trois centimètres, pas besoin d’entraînement particulier pour ça. En même temps, difficile d'entraîner une noix vous allez me dire. C'est pas faux.
La chouette ne demandait rien de plus, elle attrapa au vol son gâteau, arrêtant de s’agiter pour quelques instants.

- Yes !

Bon alors, ce n’était pas un grand yes en vérité, Arty l’avait juste chuchoté pour ne pas brusquer l’animal. Mais son grand sourire montrait que c’était tout de même un signe de grande victoire pour lui, même si l’épreuve était loin d’être terminée. Toujours accroupit il tendit le bras puis la main vers la gentille chouette. Qui n’hésita pas, à la grande surprise du jaune & noir, à venir trouver refuge sur son poignet. Autre victoire. En fait, il savait y faire avec les animaux, tout simplement, ils le comprenaient, et surtout, ils savaient qu’il n’était pas méchant et que jamais, au grand jamais il ne leur ferait du mal. Crumble l’avait bien compris. Comme quoi, elle pouvait être très intelligente cette petite chouette.

Bon alors, le problème était que la chouette avait élu domicile sur son poignet et non dans sa main. Mais ça pouvait être résolu assez vite, en effet, avec un petit geste gentil, il tapota sur l’arrière train de Crumble pour la faire descendre, si tant est qu’une chouette ait un arrière train. Enfin, sûrement. Là encore, la chouette se montra très conciliante et accepta de se faire enserrer les pattes par les doigts fins d’Arty. Héhé, une histoire d’amour était en train de voir le jour ici !
C’est à ce moment qu’Artemis décida de se relever, d’une main tenant la petite chouette et l’autre bras tendu à la perpendiculaire comme s’il se lançait dans le funambulisme. Tout un art le dressage de chouette en fait !

- Allez Crumble ! Je compte sur toi, me laisse pas tomber sur ce coup-là !

Le jeune blaireau se déplaça, fit quelques pas et remarqua soudainement qu’en fait, la tête de la chouette n’avait pas bougé. Ça y’est. Il l’avait cassée, elle marchait plus.
Mais alors, brillante idée, comme l’avait dit Elhiya, il suivit la trajectoire du regard de la petite chouette, qui ne quittait pas l’endroit où il se trouvait deux secondes avant.
Et là, soudainement, halo de lumière, musique d’ambiance, TADA ! La fameuse enveloppe. Exactement là où il s’était tenu depuis le début !

- EUREKA !

La joie fut si grande, qu’il leva brusquement les bras en signe de raie victoire cette fois-ci. La chouette émit alors un drôle de son, lui pinca le doigt et s’envola.

- Outch.

Et bien oui, on avait dit pas de gestes brusques. Il mit alors son doigt à sa bouche, blessure de guerre, les cicatrices ça fait toujours un effet bad boy paraît-il. Puis Arty se baissa pour reprendre sa lettre, celle qu’il pensait perdue pour toujours.

- Tu le crois toi ? En fait elle était là ! Haha ! Quelle aventure quand même ! C’est une lettre pour mes parents ! Je ne leur ai pas écrit depuis que je suis arrivé ici, oui je sais c’est pas super, mais j’étais tellement occupé, et puis j’ai un peu peur des oiseaux tu vois. Et puis franchement, on en parle de cette façon de communiquer ? Des hiboux quoi !

Oui, l’étrangeté de l’univers sorcier ne diminuait pas pour Artemis qui s’en étonnait toujours, et c’était loin d’être terminé. Bon effectivement, il s’était lancé dans un discours qui paraissait sans fin, à quelqu’un qu’il venait juste de rencontrer. Mais en même temps, cette demoiselle lui avait non seulement sauvé la vie, mais en plus l’avait aidé à retrouver sa lettre.
Ainsi, avec un large sourire il reprit la parole :

- Merci beaucoup d’ailleurs ! Sans toi ma mère serait peut-être morte de désespoir ! Je devrais peut-être te mentionner dans ma prochaine lettre ! Elle te remerciera ! Et t’enverra des pancakes ! C’est la reine des pancakes ma maman !


Toujours la nourriture, pour Arty c’était essentiel, la base même de la vie et du bonheur. C’est donc que lui et les oiseaux avaient quelque chose en commun, vraisemblablement.

- Du coup, tu penses que tu aurais le temps de m’aider à envoyer cette lettre ?

Eh oui, il n’avait aucune idée de comment une chouette pouvait bien comprendre et enregistrer l’adresse des destinataires. Il ne savait pas s’il devait le dire par télékinésie, ou s’il suffisait de parler à la chouette. Et puis, forcément, il n’y avait pas de recommandé par les chouettes, donc aucun moyen de savoir si ses parents recevraient bien sa lettre. Mais d’ailleurs, comment allaient-ils faire, eux, pour lui répondre ? Ils ne savaient pas non plus utiliser les chouettes, et jamais ils ne trouveraient une poste magique.
Et puis, où était passée Crumble au fait ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Elhiya Ellis, Lun 22 Mai - 16:03


Bien que peu rassuré, le jaune lança un morceau de noix  à Crumble, espérant s’attirer ses bonnes grâces. C’était malin de ne pas avoir tenté de nourrir l’oiseau directement à la main pour préserver ses doigts. D’un œil amusé, Elhiya le regardait faire. Il prenait soin de ne pas faire de mouvements trop brusque et accueillit la chouette sur son poignet avec précaution. Bien sûr,  Crumble n’était pas venue directement dans la main afin de ne pas faciliter la tâche au jeune sorcier inconnu. Finalement, avec un peu de patiente le jeune garçon réussi a décaler l’animal vers sa main pour enserrer doucement ses pattes.  Tel un équilibriste, le jaune se releva, cherchant son équilibre sur un sol plat, arrachant un pouffement de rire à la verte et argent.

A croire que c’était compliqué de se redresser avec une chouette dans la main ! L’animal avait de l’équilibre et prenait soin lui-même de ne pas tomber, en tant qu’humain, il n’avait là aucune nécessité à se préoccuper d’autre chose que de soit même. Les chouettes étaient relativement pratique pour ça, elles ne demandaient pas beaucoup d’entretien au quotidien. Et puis, de toute évidence, elles étaient capables d’être utile à en juger par le cri de joie du gamin qui avait retrouvé son enveloppe. Le précieux courrier n’avait pas bougé du sol, et c’était bien ce que la petite chouette avait vu en observant le garçon se débattre avec le grand hibou.

Mais en un piaillement mécontent, Crumble prit son envol, non sans pincer un doigt. Et oui, il ne fallait pas gigoter dans tous les sens, dur de garder l’équilibre dans ces conditions, et l’oiseau, revanchard, ne laissait jamais ce genre d’erreur impunie. Elhiya sourit doucement à son interlocuteur. Tant d’enthousiasme pour avoir retrouvé une simple mission la laissait coite. Et puis… Artemis n’arrivait plus à s’arrêter de parler, une vraie pipelette ! Même s’il venait d’une famille moldue, la blonde ne voyait pas pourquoi il fallait autant s’exciter pour une simple chouette. Certes c’était une méthode de livraison de courrier différente de ce qu’il connaissait, mais de là à ne plus s’arrêter… Elhiya lui adressa un sourire en coin, tout en le regardant avec des yeux tous ronds.

Voilà qu’il lui parlait de sa mère, que cette dernière devait être inquiète et qu’elle la remercierait a grand renfort de pancake. Alors, la blonde était effectivement gourmande, mais elle ne voyait pas l’utilité de recevoir un hibou avec un colis de gourmandises. En plus, elle parierait fort que les fameux pancake n’arriveraient jamais entiers à Pouldard. Elle esquissa un sourire décontenancé, ce garçon était définitivement plein de vie, trop même.

Mais lorsqu’il réalisa qu’il devait envoyer son courrier, son enfièvrement s’atténua lentement, voilà qu’il lui redemandait conseil. Pourtant ca semblait logique quand même. Une chouette + une lettre = attacher la lettre à la patte de l’oiseau et l’envoyer vers un destinataire. Soupirant, la blonde sortit son morceau de parchemin et un stylo –oui c’était bien plus pratique que les plumes-, autant lui montrer comment faire en s’appuyant sur son envoi de courrier


« Tu parles toujours autant ? Donne-moi une seconde, j’écris mon message et je te montre comment faire avec Crumble. »

Pas grand-chose à dire à ses parents, elle griffonna à la va vite quelque mot, tout en sachant que peu importe la taille de son courrier cela ne serait jamais assez long.

*Bonjour, Tout va bien, l’année se déroule comme les autres. Et je suis toujours gentille avec les gens, je ne vois pas à quoi vous faites allusion tous les deux. Je veux bien de nouvelles noix pour Crumble, elle a tout avalé. Passez le bonjour à Lucy pour moi. On se voit aux prochaines vacances, bisous Elhi’ *

C’était clair, court et concis, pas besoin de s’étaler plus longuement. Elle avait demandé les friandises de la chouette, demandé à ce que sa meilleure amie moldue soit saluée, et promis en quelque sorte d’être un peu plus agréable avec les gens qui l’agaçaient. Bon, pas mal de monde l’agaçaient, elle manquait sacrément de patience et d’empathie, mais ce n’était pas sa faute, elle était faite comme ca ! Pliant le morceau de parchemin en tout petit morceau, la blonde sortit de sa poche un morceau de ruban de velours rose, empaqueta le message et leva le nez à la recherche de Crumble


« Bon, elle est où cette gourde ? Crumble vient là ! »

Plus une miette de noix pour l’appâter, pas de souris ou campagnol non plus, il lui restait plus qu’a prier pour que la chouette accepte de venir attraper le bout de parchemin que sa maîtresse secouait au-dessus de sa tête. Parcourant des yeux les nichoirs, la blonde remarqua que son coursier était en train de digérer tranquillement dans un coin à l’abri du vent. Elle soupira, son courrier ne partirait pas de suite…

 « Pfff, elle s’est callée dans un coin pour ronfler.. Du coup, prend un hibou de l’école, ils ont une bague en fer couleur cuivre avec le logo de l’école dessus, tu ne peux pas les louper. Attrape le premier que tu vois, ils ne pincent pas normalement »

Les hiboux de l’école devaient très certainement être habitués à être manipulé par des novices car la blonde n’avait jamais entendu parler d’un élève qui s’était fait pincer par un de ces animaux.

« Quand t’as trouvé un disposer à porter ton courrier, tu lui noues ta lettre à la patte avec du ruban. T’en as prit ? Crumble vient là ! »

Le haussement de voix n’a eu aucun effet sur l’oiseau qui s’obstinait à faire la sourde oreille, narguant sa maîtresse en se lissant les plumes tranquillement. Maugréant sur l’animal, Elhiya à court de patience sortit sa baguette histoire de motiver l’oiseau, mais rien ne changea pour autant. Elle soupira et regarda le jeune Poufsouffle, lui au moins il comprenait ce qu’elle racontait, c’était déjà moins une cause perdue.

« Alors ce ruban, tu as ou pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Artemis O'Toole, Jeu 25 Mai - 15:24


La parole c’était important pour Artemis, la base même pour communiquer selon lui. C’était ainsi qu’il faisait passer ses émotions, souvent changeantes. Alors pour répondre à la vert & argent, il parlait toujours autant. Mais sur ce coup-là il s’était un peu emporté, comme allait-il expliquer maintenant à sa mère qu’elle devait envoyer des pankakes pour quelqu’un qu’elle ne connaissait même pas ? Et il serait obligé de lui raconter cette aventure de chouettes, ça n’allait pas la rassurer, et à tous les coups elle allait devenir pénible. Mauvaise idée d’avoir la langue pendue, décidément. Mais Arty laissa Elhiya faire ce qu’elle avait à faire, sans en perdre une miette évidemment. Elle était tellement sûre d’elle, décidée, un peu autoritaire même. Carrément le contraire du jeune Poufsouffle. Il se dit qu’il devait paraître bien agaçant pour elle, il n’avait pas l’habitude d’agacer les gens, mais en tout cas, elle le cachait bien.
Et Crumble qui restait introuvable, à cause de lui. L’irlandais fit une drôle de moue pour s’excuser de l’absence de la petite chouette, il avait fait une bourde et pas moyen de la retrouver, elle avait trop mangé la pauvre, et elle prenait le temps de faire une petite sieste bien méritée. Cela agaçait la Serpentard. Arty se dit alors qu’il ne fallait pas commettre d’autres bêtises, sinon elle risquait vraiment d’exploser, et c’était là la dernière chose qu’on souhaitait.

C’est pourquoi lorsqu’Elhiya s’adressa de nouveau au blaireau, il changea soudainement posture pour se tenir bien droit et lui obéir. Posture militaire. Pas question de l’embêter plus que prévu. Du ruban. Eh bien non, il n’en avait pas. L’air embêté il fixa sa camarade avant de répondre. Surtout, prendre des pincettes, pas de gestes brusques. Eh oui, en réalité Elhiya avait la personnalité d’une chouette ! Haha. Un peu drôle quand même, avouez. Elle avait même sorti sa baguette, ne pas bouger, fixer la bête des yeux, ne pas la contrarier. Parce qu’à tous les coups, elle savait mieux se servir de sa baguette magique qu’Arty.
Il lui répondit alors d’un ton calme, patient et en essayant de parler le plus lentement possible pour inspirer une certaine détente chez sa nouvelle amie.

- Arf non. Je suis désolé, pas de ruban. Mais peut-être que je peux utiliser un lacet à moi ? Qu’est-ce que t’en dis ? On va faire ça, j’suis sûr que ça va marcher comme sur des roulettes, enfin non, comme sur des plumes ! Héhé.

Petite blague au passage, aucun rire, normal. Et il était temps de montrer à sa camarade que oui, il pouvait bien prendre des décisions seul, réfléchir à trouver des solutions rapides aux problèmes qui se mettaient sur son chemin. Dégourdi le gamin. Un lacet, c'était donc parfait.
Bon, il décida maintenant, de nouveau d’ailleurs, de suivre les conseils de la Serpentard. Il s’éloigna alors légèrement d’elle, sans lui tourner le dos, sait-on jamais, pour aller chercher un hibou de l’école. Ils avaient un signe distinctif apparemment, facile. Il faillit demander pour être sûr, à quoi ressemblait le logo de l’école, mais il n’osa pas, c’était sûrement pas le moment.
Auparavant, Arty n’avait pas tellement remarqué la nature potentiellement explosive de sa camarade, il était trop remué par son combat, puis par la perte de sa lettre. Maintenant, il était aux aguets, il ne voulait surtout pas se montrer impoli envers celle qui l’avait tant aidé aujourd’hui.
Mais bon, au bout d’un moment il dû forcément tourner le dos à la vert & argent, pour observer correctement les chouettes à sa disposition. Il en vit une, de taille moyenne, avec de grands yeux qui lui semblait tout à fait parfaite. Elle avait un air un peu idiot avec toutes ses plumes marrons qui partaient dans tous les sens, mais bon, elle ferait l’affaire.

- Ah ! Voilà ! Je pense que celle-ci sera très bien !


Il se baissa alors pour défaire le lacet d’une de ses chaussures, lorsqu’il eut terminé, c’était pas très long, il se posta face à cette fameuse chouette. Arty prit alors la petite enveloppe, et en fit comme un tube autour de la patte de l’oiseau. Le tout serré avec son magnifique lacet. Jusque-là aucun problème, même pas besoin de gâteau, comme quoi, tous les volatils n’étaient pas si gourmands. Mais il ne fallait pas qu’elle se fasse la malle avec sa lettre, ce serait le pompon. Il tendit alors le bras vers l’oiseau pour l’inviter à s’y poser.
Le première année se retourna alors vers Elhiya avec un sourire comme majestueux. Il avait réussi. Victoire. Cet épisode avec les hiboux était presque terminé.
Maintenant, il suffisait juste d’envoyer la chouette à l’adresse de ses parents afin de leur porter des nouvelles de leur fils chéri. Et du coup, comment cela fonctionnait ? Le doute s’empara alors rapidement du jeune blaireau. Décidément, heureusement que la Serpentard était là, à ses côtés. Sans elle, les parents d’Arty n’auraient jamais vu l’ombre d’une lettre durant ses sept années à Poudlard.

- Mais cette petite chouette là, elle connaît pas mes parents. Comment elle va les trouver exactement ? il y a un vocabulaire spécial chouette ? une langue à maîtriser ?  


Il lança un regard brillant à sa nouvelle amie, pour essayer de l’amadouer encore, histoire qu’elle accepte de lui donner ce dernier conseil, ultime.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Elhiya Ellis, Dim 4 Juin - 11:36


Baguette en main, la blonde tachait de se montrer menaçante envers Crumble. Mais cette dernière ne bougeait pas d’une plume. Grommelant allégrement, elle finit par reporter son attention sur le gamin qui n’avait pas de ruban et qui suggérait d’utiliser ses lacets. Ridicule. Un soupire lui échappa alors qu’elle levait les yeux au ciel, passablement agacée.

« Bah oui, comme ça tu tomberas dans les escaliers avec une godasse qui tient pas. Et comme je ne veux pas avoir des points en moins je devrais t’amener à l’infirmerie. Et puis quoi encore ? On va dupliquer mon ruban. »

IL était né de parents moldus, il fallait que la blonde se le répète un bon paquet de fois pour ne pas s’énerver. Ce n’était pas sa faute s’il ne pensait pas à utiliser la magie pour solutionner ses problèmes les plus simples. Elle-même à son âge ne pensait pas au sortilège de duplication des objets. La preuve en avait été chez Fleury&Bott, où Luna lui avait montré le sort. Mais le gosse avait décidé de faire les choses pas lui-même. Ce n’était pas trop tot. Elle le laissa donc agir. C’était comme ça qu’on grandissait et qu’on apprenait. Il porta son attention sur une chouette de l’école, de taille moyenne pour les trajets ni trop courts ni trop longs. Un bon choix. Les chouettes de Poudlard pouvaient faire pas mal de kilomètres, comparées à crumble qui se contentait de faire du local.

Du coin de l’œil la serpentard observait le jaune s’atteler à sa tâche. Il nouait avec soin sa petite missive à la patte de la chouette qui ne bougeait pas. Puis il appelait l’oiseau à son bras. Fier comme un coq d’avoir réussi, lui adressant un large sourire ravi. C’était mignon finalement, Elhiya ne put s’empêcher de lui rendre un léger sourie amusé. Voilà à quoi ressemblerait son amie moldue Lucy si elle pouvait lui envoyer un courrier via un hibou. Touchant. Il ne lui restait plus qu’à envoyer la chouette vers ses parents. Le gamin n’avait plus besoin d’elle.

Du coup, la blonde reposa les yeux sur Crumble, la pointant du bout de la baguette, fonçant les sourcils. Si elle usait de magie sur l’animal elle allait encore se faire engeueler et elle pourrait dire au revoir à ses friandises mensuelles. Mais cette fichue bestiole ne bougeait pas d’un pouce. Exaspérée elle chuchota un léger accio et récupéra une Crumble hurlante dans sa main. Aux grands moyens les grands remèdes, tant pis.

Artémis lui de son coté, venait de réaliser qu’il devait envoyer son hibou, et qu’il ne savait pas comment faire. Au milieu des piaillement de sa chouette, Elhiya posa les yeux sur le gamins, tachant d’expliquer au mieux en haussant le voix pour se faire entendre.


« C’est comme le trucs que vous avez dans vos voitures, le machin qui vous guide d’un point à un autre automatiquement. Woh Crumble la ferme. »

La chouette, visiblement apte à prendre sa maitresse au sérieux s’immobilisa, laissant Elhiya nouer son courrier à sa patte. Une fois fait, elle la posa sur sa main, la fixant durement. L’animal faisait exprès de détourner le regard en signe de mécontentement. La blonde repris son explicatif tout en se dirigeant vers une des grandes lucarnes de la volière. Le vent s’était heureusement calmé, les oiseaux pourraient prendre leur envol sans trop de difficulté.

« Dis à ton hibou l’adresse de destination, et donne un mouvement vif du bras pour qu’il s’envole. Me demande pas comment ils connaissent les adresses. C’est leur boulot, ils sont dressés pour, surtout ceux de l’école. Crumble, elle ne connait que les adresses des amis et de la famille en plus de l’école. »

Le fonctionnement du « GPS » des hiboux n’intéressait absolument pas la blonde. Tant que son courrier partait et arrivait elle se fichait du fonctionnement. Tendant le bras vers la fenêtre, elle le secoua d’un mouvement vif, la petite chouette lâcha un cri de mécontentement et s’envola doucement vers le ciel, disparaissant lentement à l’horizon. Elhiya tourna les yeux vers le gosse, inclina la tête sur le côté et le fixa surement un peu durement à cause de l’énervement créé par Crumble. Les comissures de ses lèvres s'étaient cependant soulevées en demi-sourire

« Vas-y a toi »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Artemis O'Toole, Lun 12 Juin - 12:54


Arty était quand meme bien tombé. Certes, Elhiya pouvait paraître un peu rêche, enfin, abrupte comme ça, mais au fond d’elle, elle était sûrement hyper gentille. D’ailleurs, elle ne perdait pas trop patience, et le jeune irlandais décida même d’ignorer, pour le moment, la façon qu’elle avait de traiter la petite Crumble. Eh oui, malgré tout il connaissait ce sortilège d’attraction, même s’il ne savait pas s’en servir. L’oiseau n’avait pas apprécié du tout, et Arty fit une petite grimace, presque pas visible. Mais après tout, Elhiya l’aidait vraiment, elle lui apprenait à envoyer du courrier, et ce n’était pas rien. Il lui était redevable, vraiment.
Puis finalement, il n’avait pas tant besoin d’accentuer sa petite frimousse mignonne, la blonde avait cela en elle, l’altruisme. Elle lui expliqua comment cela fonctionnait, comment les chouettes trouvaient sans problème leur destination.

C’était magique. Les chouettes comprenaient l’adresse et savaient se diriger rien qu’avec ça. Comme l’avait dit la Serpentard, de véritables petits GPS. Peut-être même que c’était un sorcier fan du monde moldu qui avait inventé ce petit appareil. Eh oui, il s’était peut-être inspiré du savoir naturel des hiboux magiques. Comme quoi, la sorcellerie avait parfois quelque chose de très technologique, c’était bon à savoir.

- OOOh ! Ce sont des GPS ! Elles fonctionnent avec le Grand Père Soleil, elles le suivent et il leur donne des indications ! Tu sais, petit blague, GPS, Grand Père Soleil, non ça te dit rien ? Bon.

Bon, les blagues ne pouvaient pas tout le temps marcher comme Arty le voulait. Surtout que c’était ici une blague particulièrement nulle et en plus, un peu difficile à comprendre, sans sens particulier en fait. Il se souvenait juste avoir lu ça dans un des romans de son enfance, rien de très intéressant en réalité.  
Anyway. Le première année avait bien écouté les consignes et conseils de son amie et il l'avait observée faire avec Crumble. D’ailleurs, cette dernière venait de quitter la volière vers de nouveaux horizons, de belles aventures. Arty se demandait si Crumble allait vraiment savoir atteindre sa destination, avec tout ce qu’elle venait de vivre, la chouette souffrait peut-être d’un traumatisme important.

- Tu devrais peut-être y aller doucement avec Crumble quand même… Elle est un peu à côté de la plaque mais bon, la pauvre…


Bon il aurait au moins essayé de défendre la pauvre petite chouette, un peu bizarre certes, mais un animal sans défense quand même. Il en profita pour lancer un regard qui suppliait Elhiya de ne pas le frapper suite à ce qu’il venait de dire. En plus, Arty essayait de passer outre le regard un peu dur de la vert & argent, il restait gentil et mignon, il ne voulait surtout pas provoquer la colère de sa nouvelle amie.
Il était temps de se lancer, il s’approcha alors d’elle, vers la large fenêtre de la volière, sa petite chouette toujours accrochée au bras. Elle était sympathique celle-ci, elle se laissait faire et n’essayait pas de le pincer, ce qui pouvait être considéré comme une très grande victoire.
Il approcha alors l’oreille de l’oiseau près de son visage, doucement, sait-on jamais, des fois qu’il se sentirait soudainement comme agressé par le blaireau. Mais non, tout se passa tranquillement, et il put lui chuchoter l’adresse de la petite maison de campagne de ses parents. Arty retendit alors le bras et fit un petit mouvement pour lancer la chouette, il lui aurait bien fait un bisou de bonne chance, mais cela aurait pu être mal interprété, il ne fallait pas non plus trop jouer avec la patience et la tolérance d’Elhiya.
Malgré tout, il lui lança un petit message d’encouragement.

- Va, cours, vole ! Enfin, surtout vole ! Bonne chance, jeune oiseau prodige !


Citer Corneille, ça le fait toujours, beau message d’encouragement.
En même temps, à part les moutons, le hibou de l’école ne risquait pas grand chose. Il ne restait au jeune Poufsouffle plus qu’à prier pour que ses parents comprennent que c’était la façon que les sorciers avaient pour transmettre des nouvelles. Mais bon, depuis qu’il avait reçu sa lettre, apprenant qu’il était un sorcier, les O’Toole s’étaient montrés très compréhensifs et curieux, cela allait forcément bien se passer.
Il se retourna alors vers la vert & argent, un air satisfait et fier sur le visage. Il venait de lancer à travers les airs sa première chouette, et si on oubliait ce petit épisode de chouette dragon, l’aventure avait plutôt été paisible et calme.

- Alors, qu’est-ce que t’en penses ? Pas mal inh ? Pour un débutant ?

Il fit un petit clin d’œil à sa nouvelle amie. Il était impossible qu’elle réagisse mal, ils avaient accompli leur mission, surtout elle, qui s’était montrée particulière avenante voire même bienveillante. Évidemment, Elhiya n’était pas une personne chaleureuse qui répandait autour d’elle des images de guimauves, de fleurs et de câlins. Mais quand même, elle avait un certain potentiel pour aider les autres, ce n’était pas négligeable, surtout si les autres étaient des premières années totalement perdus dans le monde des sorciers et un peu maladroits tels qu’Arty.
La pauvre, elle devait penser qu’elle n’avait peut-être pas choisi le bon moment pour venir à la volière. Mais d’un autre côté, elle avait vécu une expérience inédite, voir un combat de chevaliers entre un enfant et une chouette, c’était pas un spectacle de tous les jours.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Elhiya Ellis, Mar 13 Juin - 15:08


Un Gps, c’était le nom de l’objet moldu qui connaissait toutes les adresses existantes dans le monde, Elhiya avait oublié le nom vu qu’elle n’en avait aucune utilité. Et, visiblement, le gamin était des plus ravi de savoir qu’une chouette fonctionnait plus ou moins de la même façon. Pas besoin de les mettre à charger ni de les accompagner, un simple biscuit suffisait pour qu’elles partent donner leur missive à leur destinataire. Par contre, une chose était sure, Elhiya n’avait rien comprit à la blague du blaireau. Elle le regardait, un sourcil dubitatif levé, c’était quoi le grand père soleil ? un concurrent du grand père hiver ? En tout cas, elle n’en avait jamais entendu parler. Les moldus avaient quelques contes et légendes qui différaient de ceux des sorciers, ce nom venait peut-être de là. Questionnement inutile pour la blonde qui avait regardé Crumble partir au loin.

Elle n’était plus qu’un petit point noir se confondant avec le decor, signe qu’elle avait compris qu’elle devait retourner à la maison au lieu de perdre du temps dans un nichoir commun. Il y’avait de forte chance pour que l’oiseau se montre fort communicatif en rentrant chez Ellis, elle piallerait malgré les biscuits qui lui seraient offert, signe de délation en vers sa jeune maitresse. Et bien sur, la blonde retrouverait Crumble d’ici une semaine dans cette même volière avec un mot stipulant qu’elle ne devait pas user de magie sur « la pauvre chérie ». D’ailleurs, Artémis s’y mettait aussi. Non mais, il n’allait pas lui apprendre comment s’y prendre avec cette stupide chouette quand même.


« Occupes-toi de tes affaires, tu veux ? »

Il ne manquait plus que ça : un gosse en train de lui faire la morale. En plus, un sortilège d’attraction n’avait rien de dangereux pour la chouette. Et si cette godiche avait accepté de venir au lieu de faire sa tête de mule Elhiya n’aurait pas eu à s’en servir. Mais non, l’animal était encore plus têtu qu’elle !

Et en parlant des affaires du jaune, la blonde regardait attentivement comment il se débrouillait avait le grand hibou qu’il avait choisi. D’un geste copiant le sien, il envoya l’oiseau vers les cieux pour qu’il mêne à bien sa mission, le tout sans oublier de lui souhaiter « bonne chance ». La serpentard sourit en regardant l’animal disparaitre lentement au milieu des nuages.


« T’as raison, bonne chance, on sait jamais, d’ici a ce qu’il se fasse becter par un piaf encore plus gros que lui, ou un dragon qui passait par là »

La raillerie était de mise, les chouettes et hiboux avaient pour principal prédateur l’être humain. Quelques espèces pouvaient être attaquées par des renards ou des martres des pins, et les aigles, mais le Jaune avait posé son dévolu sur ce qui semblait être un grand-duc –a vu de nez vu qu’il faisait au moins le triple de la taille de crumble- Mais l’air machinalement hautain que la blonde arborait, se transforma rapidement en un pouffement de rire devant un Artémis fier comme un pape. Elle lui sourit et secoua affirmativement la tête tout en le faisant redescendre sur terre.

« Ca va hein, y’a pas de quoi le crier sur tous les toits non plus, par contre moi j’attends mes pancake maintenant ! »

Elle lui adressa un large sourire. Ce n’était pas tombé dans l’oreille d’une sourde cette histoire de pancake, et en plus, manque de chance pour la gamin, Elhiya était suffisamment gourmande pour ne pas se soucier de sa ligne et être capable de lui rappeler toutes les semaines qu’il lui avait promis des gourmandises. Elle tourna les talons pour vérifier que les escaliers étaient libres d’accès pour repartir, raccrocha ses cheveux avec ses barrettes, s’emmitoufla au mieux et regarda le jeune garçon.

« Taches de pas t’exploser la tête dans les escaliers maintenant que t’as un lacet en moins !.. Tiens, prends ca, c’est mieux que rien »

Le ruban de velours rouge dupliqué par ses soins n’avait pas été utilisé, au tant qu’il s’en serve pour renouer ses souliers, sans quoi, elle en était persuadée, ce môme était bon pour atterrir à l’infirmerie de l’école. Et il était hors de question qu’elle aille prendre de ses nouvelles. Elle lui t tendit le ruban.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Artemis O'Toole, Dim 18 Juin - 9:01


Je ne sais pas s'il faut un LA pour faire un câlin, mais dans tous les cas j'ai celui d'Elhiya  Razz



Il aurait dû s’en douter qu’elle le prendrait mal, la réflexion sur Crumble, tout ça. Mais bon, il ne s’attarda pas sur la remarque de la vert & argent, après tout, elle n’avait peut-être pas tort, c’était pas sa chouette, de quoi se mêlait-il. Il estimait qu’avoir fait une petite observation était déjà pas mal, et puis voilà.  Donc oui, il voulait bien s’occuper de ses affaires, pas de problème.
Revenons maintenant à cette histoire de dragon. Arty était tout fier d’avoir su envoyer son hibou dans les airs, sans dommage collatéral. Mais Elhiya venait de lui faire peur d’un coup, c’est-à-dire qu’il aurait peut-être pu mettre une armure à l’oiseau pour lui éviter d’avoir des problèmes. Est-ce que ce hibou savait se défendre ? Le jeune Poufsouffle haussa les sourcils et passa sa main dans ses cheveux, marque de doute en cet instant. Ce serait vraiment dommage tout de même, tous ces efforts pour que son hibou se fasse manger par un dragon, ce serait sa veine tiens. L’irlandais secoua alors la tête, non, pas moyen, la Serpentard jouait avec lui, les dragons ça ne mangent pas des animaux à plumes. Ça préfère les animaux pus replets, avec de la graisse et tout, no way qu’il mange son hibou. Et de toute façon, entre l’Ecosse et l’Irlande, il ne devait pas y avoir beaucoup de dragons. No stress.

Le mot pancake sortit Artemis de ses pensées, la nourriture, toujours. Il sourit à sa nouvelle amie. Ils avaient apparemment au moins ce point commun-là : la gourmandise.  Comme quoi, les Serpentard n’étaient décidément pas des méchants sorciers dénués de tout code social et d’empathie. Ils étaient humains, comme les autres, impressionnant.

- T’inquiète ! J’en parlerai à ma mère, ou alors mieux, je lui demande la recette et on en fera dans les cuisines ! Easy !


Il n’avait jamais fait de pancakes, mais il avait déjà observé sa mère un million de fois en faire pour le goûter. Ça n’était pas très difficile en effet, le truc était de leur donner une forme parfaite, une épaisseur correcte et de les retourner sans tout foirer. Comme il l’avait dit, easy.
Il vit alors Elhiya se préparer pour repartir, eh oui, ils n’allaient pas rester ici toute la journée, et en plus, il ne faisait pas si chaud dans cette volière. Puis soudainement, Arty se dit qu’il avait des tas de choses à faire, comme s’entraîner avec Odette, étudier les sortilèges, tout le tralalala.
C’est alors qu’il était en train de penser à ses devoirs qu’il vit la vert & argent s’inquiéter pour lui et lui proposer un ruban comme lacet.

- Moh c’est mignon, tu t’inquiètes pour moi ! Mignon et très gentil ! Merci !


Arty lui adressa un très large sourire alors qu’il lui prit le ruban des mains. Ni une ni deux il se pencha pour le faire passer dans sa chaussure, et le nouer. Effectivement, il n’avait pas vraiment la classe, mais bon, ça ferait amplement l’affaire. Et puis, Arty n’en avait rien à faire d’avoir un ruban en tant que lacet. Il était même tout à fait capable de garder sa chaussure dans cet état-là jusqu’à ce qu’il grandisse et change de paire. Vérité.
Il se releva alors, fit un signe de garde à vous devant sa camarade et leva la main en signe d’adieux.

- Bon, quand faut y aller… ! Merci encore inh ! A la prochaine !

Finalement, la posture du soldat pour dire au revoir à la personne qui l’avait sauvé des griffes d’une chouette dragon ça n’était pas forcément convenable. C’est alors qu’il s’approcha de la vert & argent pour lui faire un petit câlin, pas long, mais quand même, juste pour la remercier. Et lui faire comprendre qu’elle n’avait pas besoin d’être désagréable tout le temps, qu’elle pouvait se montrer gentille et généreuse.
Hop, le temps de deux secondes, et Arty se dirigeait déjà vers la sortie de la volière. Il descendit les escaliers, et là surprise, du verglas. Le verglas, ça glisse un peu. Il trébucha et atterrit brusquement sur les fesses. Malin. Le temps d’observer le ciel qui était d’un gris d’hiver et puis il était déjà relevé. Il en profita d’ailleurs pour se dépoussiérer de la neige et des restants de plumes qu’il avait sur lui.

- Ça va, ça va, tout va bien, j’ai rien ! Attention, ça glisse ! Salut !


Arty out Play Boy
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Ellana Lyan, Mar 8 Aoû - 9:18


Chaines de haine
Pv Aysha

Évoluant au cœur même de l'enfer, je vois les flamme m'entourer de milles couleurs sans que je ne puisse rien y faire, prisonnière des lourdes chaine de la rage, je me perds au milieu de ce monde fou qui se resserre de plus en plus sur moi, cherchant à m'étouffer, peut-être, à me détruire de l'intérieur comme il y arrive si bien
je ne suis que poussière, oubliée, une étincelle rouge au cœur lourd battant de haine
je ne sais plus comment j'ai pu en arriver là, depuis que mon regard s'est posé dans celui de la diablesse
partie, j'ai abandonné celui que j'aimais, cette vie qui m'attendais,
parce que j'étais trop faible, qu'encore une fois les démons m'ont entrainer plus bas
et aujourd'hui je n'a plus rien que la promesse que tout pourrais peut-être aller mieux un jour
_ ou peut être pire

j'avance, un pas puis un autre, plus haut, plus loin, là où il n'y a plus de porte à claquer, pour être simplement seule un instant hurler ma rage au vent et insulter les maudis oiseaux qui auront le malheur de se dresser sur mon chemin
je veux voler moi aussi, flotter dans le bleu d'un ciel merveilleux
parce que là bas ça à l'air mieux, j'ai l'impression que tout se passe calmement et sans histoire
mais je ne suis qu'un serpent, une petite peste sans cœur coincée dans les souterrains du diable
un ange brisé cachant une diablesse parfaitement jumelle au côté qu'elle essaie de montrer
j'ai peur de m'être totalement perdue, alors que dehors la vie semble pure
je reste ici sans trop savoir pourquoi, espérant sans doute qu'autre chose s'ouvre à moi.

Mais tourner les pousse ça ne serre à rien ma petite
je vais encore tomber
tu n'es plus rien d'autre que ce fantôme de haine que tu aperçois chaque matin dans ton miroir
au plus profond de l'abime
qui donc pour te relever cette fois, qu'elle nouvelle victime ?
je n'ai plus personne
m'entends-tu petite Ellana ? Répond moi, douterais-tu de toi ?
ce prénom n'est pas le mien
tu te perds ? tu te meures ?
je ne veux plus personne

Tais-toi !

d'une voix clair et nette, un peu maladroite, un peu tremblante
des paroles qui pourrais m'envoyer tout droit entre quatre murs blanc
me faire passer pour une folle et puis n'est-ce donc pas ce que je suis réellement ?
là tout au fond ? Folie, folie, qui es-tu donc réellement ?
néfaste comme l'on te présente ou cachée en chacun de nous ?
je ferme les yeux ne sachant plus trop bien ce que je dois penser
ce que le monde voudrais me voir espérer
pourtant je n'en ai plus rien à faire, du moins ne le pense pas

je monte les marches qui mènent à la volière sans regarder autour de moi
il fait beau, je crois, ne sais plus trop en réalité
sol froid, je m'assieds, le temps est détraqué
je ne sais plus s'il fait jour, s'il fait nuit, je suis perdue
entre deux mondes, entre deux vie, je ne sais plus.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aysha Brayd
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Prendre des nouvelles

Message par : Aysha Brayd, Mar 8 Aoû - 10:20


Je marche dans l'herbe du parc, mais j'ai du mal à avancer. Mes jambes sont trop lourdes et mon cœur, aussi. Le poids de mes sentiments toujours refoulés, constamment envoyés en arrière, m’empêche d'avancer, de penser. J'ai les pensées qui se brouillent et parfois je me demande si je suis vraiment consciente de ce que je fais. Du mal que je me fais pour ne pas le ressentir, ce mal. De la torture que je m'inflige, de ces sentiments que j'emprisonne pour ne pas les ressentir, parce qu'ils sont trop durs. Mais n'est-ce pas pire ? Est-ce mieux de me voiler la face en m'interdisant la moindre larme, parce que ça fait trop mal ? Je ne sais pas. Je vis dans un mensonge constant, je crois. Momentanément soulagée, mais il suffit de creuser un peu et tout est là, enfoui, prêt à exploser. Et je ne veux pas ressentir cette peine, ce sentiment d'abandon que m'inflige mon père, cette haine, cette tristesse, ce manque cruel de confiance. Je préfère les envoyer balader chaque fois qu'ils se présentent à moi. Je ferme les yeux et enfouis la tête dans le sable comme si ils n'existaient pas. Je les nie. Et c'est lâche. L’optimisme, l'espoir, celui qui me fait croire que les gens sont bons, que je suis bonne, moi, et que tout va bien. Que je vais bien. Cet utopisme qui recouvre tout le reste est plus doux , plus agréable, alors petit à petit je l'ai forcé à prendre toute la place. Je suis lâche et ne veux rien ressentir de négatif. Alors je souris, je me persuade que tout va bien dans le meilleur des mondes. À l'instant T, ça marche. Mais au fond ?

Je monte les marches de la volière. Une légère brise m'ébouriffe les cheveux et chasse la petite larme, minuscule, qui avait coulé sur ma joue. Je me concentre de toutes les forces pour ne pas me laisser submerger, pour penser à autre chose. La vie est belle. Je le répète pour m'en convaincre et assassiner la pointe de tristesse qui a eu le culot de se présenter à moi. Non, je vais bien.

Quand j’arrive en haut, il y a déjà quelqu'un. Une jeune fille, je crois qu'elle a mon âge. L’écusson qu'elle porte sur son pull m’informe qu’elle est à Serpentard et effectivement, il me semble l'y avoir déjà vue. Elle est jolie mais un voile sombre semble cloué à son visage. Un éclair de rage passe, un instant. Elle a l'air remplie de haine. Je m'approche : je veux l'aider. J'ai l'illusion que j'ai ce pouvoir, l’idée idiote que tout peut s'arranger avec quelques mots. Que rien n'est grave. Que ce qu’elle ressent va vite s’évanouir. Que tout va bien, encore une fois.

« Salut. »

Je ne sais pas vraiment quoi lui dire. Mon cœur se serre douloureusement en voyant qu'elle laisse ses sentiments s’échapper. Mais non, non. Je ne veux pas ressentir ça. Je suis trop faible, je n'en n'ai pas le courage, je ne veux pas aller mal. C'est trop dur.

« Je peux t'aider, peut-être ? Tu veux en parler ? »

Je ne sais pas ce que c'est d’être submergée, comme elle, par ses sentiments. Je ne sais pas comment réagir. Et je me sens mal tout à coup, j'ai de plus en plus de mal à contrôler mes pensées. J'ai une soudaine envie de pleurer, forte, incontrôlable presque. Les larmes menacent furieusement de couler, alors je me reconcentre sur la jeune fille.

Je veux aller bien, je veux qu'elle aille bien, je veux que tout soit beau.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Prendre des nouvelles

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 7

 Prendre des nouvelles

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Volière-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.