AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 6 sur 6
Chasse aux trésors
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
Jessy Brown
Serdaigle
Serdaigle

Re: Chasse aux trésors

Message par : Jessy Brown, Ven 29 Déc 2017, 18:29


Vraiment désolée du retard :/

Alors que les sens de Jessy étaient parfaitement éveillés, tentant de saisir le moindre indice sur la présence de Sombrals dans le petite clairière, sa camarade paraissait amorphe, ses pensées happées par l'invisible. Elle donnait l'impression de s'être convertie au bouddhisme et d'être entrée en méditation, ce qui était plutôt amusant sur le moment. Elle resta silencieuse un instant puis annonça en un souffle qu'elles étaient bien en présence d'un troupeau de Sombrals : ils étaient même au nombre de huit ! Cela dépassait largement les espoirs de la brunette. Son cœur s'accéléra et son regard ratissa inlassablement le voisinage tant elle désirait percevoir leur présence. Les touffes d'herbe n'étaient qu'un maigre indice ; elles auraient pu s'aplatir au passage d'une simple souris. Quant à l'eau troublée du ruisseau, cela lui semblait un peu plus prometteur.

Luna prit le steak de ses mains et avança lentement, les yeux attirés par un point devant elle. Dans l'esprit de Jessy, la tension monta d'un cran - comme ce devait être le cas pour l'autre magizoologiste. À vrai dire elle ne voyait rien et, même en se concentrant, distinguer les mouvements à la surface du gazon était un exercice difficile. Elle savait cependant à travers Luna qu'un cheval ailé avait été appâté. Elle sentit qu'un thermostat n'aurait pas empêché l'air de se rafraîchir. Quand on se perdait au fond de la Forêt Interdite, quand on approchait de son but, les technologies moldues ne pouvaient plus rien contre les ressentis. Le sang stoppa sa circulation dans ses veines dès que la viande fut lancée et atterrit par terre. Le suspense était à son comble. En quelques secondes, ce fut le dénouement : elle s'éleva dans l'air et disparut tout à coup.

Un sourire de soulagement éclaira le visage de la sorcière qui n'avait pas (encore) vu la mort. Elle était bien démunie face au groupe qui les entourait mais elle était heureuse d'être parmi eux. Ne pas pouvoir les observer n'atténuait pas l'émotion, bien au contraire. Elle s'imaginait déjà, grand-mère au coin du feu, raconter à la nouvelle génération cette formidable expérience qui venait seulement de commencer. Sans les voir, elle avait réussi à pister les Sombrals de la Forêt Interdite et à les rencontrer, avec l'aide précieuse d'une nouvelle collègue. Une belle histoire se profilait mais il fallait se concentrer sur l'instant présent. L'odeur humide de la clairière, le sifflement du vent entre les feuilles parfois aussi puissant que celui d'une bouilloire. Et Luna qui tendait la main comme si elle voulait caresser une créature toute proche. Elle se tourna bientôt vers l'aveugle pour lui dépeindre la situation.

Le regard de Jessy se promena dans le décor pour fabriquer l'image mentalement. Le gros rocher à gauche, surmonté de quelques feuilles mortes qui avaient volé jusque-là, lui permettait de repérer trois Sombrals. Le long du cours d'eau, deux autres étaient sûrement en train de boire avant de d'interrompre à leur arrivée. Elle s'imaginait la position de l'un d'eux, entre deux buissons aux feuilles frissonnantes. Un autre cheval de la mort se situait apparemment plus au fond à droite. Pour ce qui est du curieux qui s'était emparé de la première pièce de viande, il était un bébé encore insouciant et affectueux selon les dires de Luna. La sang-pur fut tout attendrie de l'apprendre. Elle voulut aussitôt s'approcher de la présence mais se retint pour prendre en compte les dernières informations données par sa camarade.

- Les parents sont sûrement ceux du ruisseau. Ils sont calmes mais évite de faire des gestes trop brusques. Ils sont en train de venir vers nous mais je pense qu'ils veulent juste de la viande. Quand les adultes seront complètement rassurés, tu devrais essayer d'en toucher un. Mais donne-leur ce qu'ils veulent d'abord.

Heureusement que Luna était à ses côtés pour lui exprimer le ressenti des créatures : cela lui éviterait bien des faux-pas. Même en étant magizoologiste et même en ayant une certaine expérience, elle ne pouvait deviner la réaction des êtres qu'elle approchait sans les avoir sous les yeux. Elle allait donc faire comme elle le lui conseillait. Retirant doucement son sac d'une de ses épaules, elle l'ouvrit et chercha à l'intérieur. Elle mit de côté ses chaussettes de rechange et sa guitare (pourquoi l'avait-elle prise, déjà ?) pour faire remonter le sachet contenant la nourriture qu'elle avait apportée pour les bêtes. Elle en retira un morceau de viande froid et mou comme un sushi mais heureusement de plus grande taille. Un sourire malicieux au coin des lèvres, elle jeta un œil à Luna avant de le lancer en direction du ruisseau - tout en faisant attention à ne pas l'y faire tomber. Il disparut sans même avoir atteint le sol.

Une chaleur joyeuse s'infiltra en Jessy, comme le soleil chaud de la Guadeloupe en belle saison. Passer un doux moment en compagnie de créatures magiques, sans aucune menace, la rendait toujours joyeuse. Elle aimait savoir que sa compagnie était bienvenue, même si c'était le cas uniquement car elle avait apporté le repas. D'humeur généreuse, elle tira une nouvelle pièce de viande qu'elle jeta un peu plus loin le long du cours d'eau. De quoi satisfaire les parents du petit Sombral qui tournait autour de Luna. Blaf ! Un bruit sourd se fit entendre qui détourna l'attention de la brunette. Un tas de feuilles juste à côté de Luna venait de s'aplatir. Réprimant un rire, Jessy songea qu'il ne pouvait être moins discret. Estimant avoir prouvé au troupeau qu'elle venait en paix, elle rejoignit la jeune fille près du bébé Sombral qui s'était laissé tomber par terre. Tendant la main, elle se pencha et finit par entrer en contact avec lui.

La peau sèche était pourtant assez froide. Peu épaisse, elle devait rendre l'animal assez vulnérable, ce qui était compensé par son invisibilité. Les os saillants se ressentaient au passage de la main et, par des simples caresses, sa forme squelettique lui apparaissait bien plus clairement. C'était très particulier. Elle aurait pu être mal à l'aise, à interagir avec ce qui s'apparentait plus à l'imaginaire qu'au réel, mais elle le vivait très bien. Son ouverture d'esprit lui faisait apprécier l'étrange et son habitude de côtoyer des Demiguises lui offrait un certain recul sur l'invisible. Elle continua d'effleurer la peau du petit pendant quelques minutes puis elle se redressa doucement. Elle posa son sac à dos sur le sol, près de Luna pour qu'elle puisse prendre un peu de viande si elle le désirait. Après quoi, Jessy se souvint de la mission qu'elle s'était attribuée. D'une main, elle saisit l'appareil photo qui tombait sur sa poitrine. Elle recula d'un pas, le plaça devant ses yeux posés sur le tas de feuille écrasées et fit un premier essai.

- Comment réagissent-ils ? interrogea-t-elle Luna.

Après avoir déclenché l'appareil, une épaisse fumée violette s'était élevée dans l'air. Si elle avait déjà photographié des animaux sauvages de cette façon, elle s'était rendu compte que certains y réagissaient mieux que d'autres. Elle espérait que la confiance qui s'était établie entre eux ne se briserait pas si facilement. D'autant que, si elle n'avait droit qu'à une seule photo, elle aurait dû laisser Luna commencer car elle aurait dû choisir le bon angle et le bon moment. Lâchant l'appareil, elle laissa un silence réconfortant s'installer et attendit le verdict.
Revenir en haut Aller en bas
Luna Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


re: Chasse aux trésors

Message par : Luna Black, Dim 21 Jan 2018, 10:42


Désolée pour le retard

Le bébé aimait tellement le câlins que lui donnait Luna qu'il se lourda par terre et demanda des caresses sur le ventre. On entendit alors un gros *blaf* sur le sol et le tas de feuilles sur lequel il se jeta s’aplatit d'un coup. Restait maintenant à voir comment les chevaux allaient réagir avec quelqu'un qui ne pouvait pas les voir. Jessy s'approcha et fini par tendre la main vers le petit animal. Le premier contact avec la peau d'un Sombral était toujours une expérience fascinante. Luna pouvait voir sur le visage de Jessy ce qu'elle ressentait en touchant ce petit.

Puis, Jessy se redressa doucement, d'une main, elle saisit l'appareil photo qui tombait sur sa poitrine. Elle recula d'un pas, le plaça devant ses yeux posés sur le tas de feuille écrasées et fit un premier essai.

- Comment réagissent-ils ? interrogea-t-elle Luna.

Après avoir déclenché l'appareil, une épaisse fumée violette s'était élevée dans l'air. Luna s'inquiétait également de la réaction des créatures, mais elles semblaient plus intriguée qu'autre chose. Les Sombrals étaient des créatures intelligentes. Elles voyaient que les jeunes filles ne leur voulaient aucun mal et qu'après cette photographie, le petit n'avait rien. Lui, en revanche, ce devait être sa première photo, car il se redressa d'un coup et contempla la fumée qui se dissipait dans l'air. Pour le rassurer, Luna pris un nouveau morceau de viande pour lui offrir et le récompenser. Elle répondit ensuite à Jessy.

- Ça va, ils ont l'air de savoir ce que c'est qu'un appareil photo. Par contre, le bébé a été surprit. Je lui ai donné de la viande pour le rassurer. Tu devrais en lancer vers le ruisseau pour rassurer les parents également. Prends un gros morceau.

En terme de premier contact, Luna avait connu pire. Mais peut être que la photo était un peu prématurée. Heureusement qu'ils avaient bien réagit.
Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Chasse aux trésors

Message par : Jessy Brown, Lun 05 Mar 2018, 23:30


Jessy n'avait pas vraiment réfléchi avant de prendre cette première photo. Elle s'était simplement souvenue de sa quête, de la raison pour laquelle elle avait décidé de partir à la recherche du troupeau de Sombrals. Elle qui n'avait pas la chance - ou la malchance - de les voir - elle se demandait souvent quel était le meilleur des cas, de toute manière ce n'était pas comme si elle pouvait y faire quelque chose, courir après la mort d'un être connu pour enfin la voir en face, bien sûr que non - elle souhaitait en garder un souvenir autre qu'une sensation fugace sous sa main. Alors quant à savoir si elle avait choisi le bon moment, les bonnes conditions, le bon cheval ailé... Cela, c'était une autre histoire. Pour toute réaction, elle avait entendu un choc étouffé juste devant elle. Heureusement, elle pouvait s'appuyer sur Luna pour connaître la signification de ce bruit.

La fourchelang fut soulagée d'entendre que les Sombrals devaient savoir ce qu'était un appareil photo. Difficile d'imaginer qu'ils aient déjà été photographiés, mais on pouvait comprendre qu'ils ne se méfiaient pas de tout objet magique. La tension redescendait : finalement, elle n'avait pas vraiment fait de faux pas. Un petit sourire apparut au coin de ses lèvres tandis que sa camarade lui apprenait ce qu'il en était du bébé. Sans surprise, elle l'avait surpris. Le petit être n'avait pas le recul de ses parents et il avait été si proche de la fumée violette... Luna avait eu la bonne idée de le rassurer en lui offrant de la viande - cela, Jessy l'avait bien vu. Elle lui suggérait maintenant de faire de même avec ses parents du côté du ruisseau.

La brunette avait déjà essayé de les appâter en leur fournissant de la nourriture ; ils l'avaient avalée d'une traite. Elle se pencha pour récupérer une nouvelle pièce de viande et réitéra l'expérience. Le couple s'en saisit une fois qu'elle fut à terre puis la fit léviter et disparaître dans leur estomac. Jessy ne put s'empêcher de sourire en imaginant toutes ces créatures qui les entouraient. Elles n'étaient pas si méfiances que cela, pas si maléfiques que les sorciers avaient l'habitude de le croire... Elles attendaient simplement de savoir à qui elles avaient affaire en se faisant délivrer des offrantes à dévorer. Elles étaient malignes en vérité et elle les trouvait adorables. Comme le capuchon ne fait pas le mage noir, elle n'avait pas besoin de voir leurs formes sombres et squelettiques pour se faire une idée à leur sujet. La magizoologiste aveugle venait seulement de réaliser que la rencontre se jouait sur son ressenti. Ce n'était pas derrière son appareil photo qu'elle allait ressentir pleinement la douceur des chevaux ailés ; elle prit alors la décision de le laisser tomber près de son sac.

Caprice non réprimé ou projet peu élaboré, elle souhaitait faire un nouveau pas vers les Sombrals. Il fallait briser la glace pour établir le contact dont elles avaient besoin. Pour cela, inutile d'être brutal, il suffisait de répondre aux attentes de la majorité pour être accepté. Avant tout, l'esprit de Jessy redessina les esquisses de Luna. Elle retrouvait ainsi le nombre et la position approximative des créatures. Son œil se promena sur la droite et remarqua deux arbres entre lesquels se trouvait un Sombral un peu plus tôt. De ce côté, l'herbe était trop clairsemée pour donner un indice sur sa position. Elle allait se fier à son instinct. Attrapant un petit morceau de viande dans son sac à dos, elle commença à s'avancer d'un pas feutré. Son bras était tendu - elle avançait à tâtons dans le vide, présentant du bout des doigts son repas à Personne. Alors qu'elle ne s'y attendait pas car elle était encore à bonne distance des deux arbres, la viande fut arrachée de sa main et resta suspendue dans l'air avant de s'effacer. Les yeux brillants, émerveillée, Jessy se tourna vers Luna :

- Ils se sont encore approchés !

C'était un petit pas pour les Sombrals mais un grand pas pour les magizoologistes. La confiance les reliait peu à peu. Jessy avait l'impression qu'elles pourraient bientôt se dispenser de prétexte pour les toucher, saisir leur insaisissable candeur. L'excitation pétillait à l'intérieur d'elle, comme une bouteille de champagne s'apprêtant à être débouchée. Le bras toujours tendu, elle ne pouvait pour l'instant que caresser l'air frais d'un après-midi en forêt. Reprenant sa progression avec précaution, sa main finit par retrouver le contact d'une peau douce. La sensation était toujours aussi étonnante ; elle était pour la main ce qu'une lueur dans la nuit était pour l’œil. Elle pensait avoir trouvé le museau d'un adulte mais ne pouvait en avoir la certitude pour le moment.

- Ils sont... incroyables, lâcha-t-elle. Ce sont des animaux si discrets. Ils vivent cachés dans les profondeurs de la forêt, cachés des hommes qui n'ont pas vu la mort. Et pourtant ils ne semblent pas avoir peur. Ils ne s'enfuient pas mais nous rejoignent. La viande n'y est pas pour rien, mais ils savent qu'ils peuvent nous faire confiance et ça, ça fait plaisir. Beau résumé. Mais encore ? Tiens, en y pensant je me rappelle que la première colonie de Sombrals de la Forêt Interdite avait été dressée. Ça remonte à loin mais il est probable que différentes personnes à Poudlard aient pris la relève au fil du temps, au moins pour une partie d'entre eux. C'est peut-être ça qui les rend accessibles... Les Sombrals venant d'ailleurs doivent être plus sauvages...

Sourire malicieux d'une rêverie soudaine.

- Tu crois qu'ils seraient prêts à voler avec nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Michaels
avatar
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chasse aux trésors

Message par : Gabriel Michaels, Mer 18 Juil 2018, 09:40



PV Rikka

Une soirée de Week-end à Pré-au-lard n’avait rien à voir avec les soirées à l’orphelinat dans les rue de Dublin. Normal vous me diriez. Non, car ça faisait désormais 4ans que j’étais à Pouldrad, 4ans où j’aurai pu prendre le temps de visiter. Mais non. Ma tutrice ne m’avait pas donné d’autorisation de sortie avant cette année, résultat, je fouinais partout, tout le temps, le jour, ou même la nuit. Et là, j’avais découvert que la foret interdite, celle qu’on avait dans notre parc au château, donnait aussi sur pré-au-lard. Du coup, la logique voulait que je puisse la traverser de part en part pour rentrer. Bon, n’importe qui prendrait la route classique, celle avec un nom de princesse, mais je voulais tenter quand même, si ça se trouvait, c’était un raccourcis qu’on nous cachait juste pour nous forcer à faire du sport.

Alors, avec précaution, la paranoia pointant le bout de son nez, j’avais regardé derrière moi, à droite à gauche, encore derrière et avait pénétré le sous-bois, le sourire de la victoire aux lèvres. Pas de panneau indicatifs, pas de peinture de guerre sur les arbres pour un parcours santé, rien de transcendant à par le sol qui filtrait agréablement au travers des feuillages encore espacés. C’était joli comme tout, pour les champignons en septembre ce devait être une vrai partie de plaisir, par contre en plein été, je voyais bien une chasse au trésor avec une boussole et des indications vaseuses. Fallait peut-être que je soumette l’idée à Madame Benbow, une fois uqe j’aurai traversé cet endroit.

Machinalement, les mains dans les poches, la sucette aux lèvres, je flânais en laissant le regard se balader un peu partout. Beaucoup de nature, ça ne me dépaysait pas, au contraire, c’était même apaisant quelque part. Le chant des oiseaux, le bruissement du vent dans les brins d’herbe, le craquement de plusieurs brindilles derrières moi trahissant la course effrénée d’un lapin, le cliquetis chantant d’un pic-vert… Cliquetis ? Ca cliquetait les oiseaux ? Le sang qui faisait un tour dans les veine, en se permettant de glacer les sens était une rare impression avec laquelle je ne savais pas trop composé.

Tétanisé quelques secondes les mirettes scannaiebt les troncs d’arbres pour espérer voir un quelconque volatil s’énervant sur de la végétation. Mais non rien du tout, et dans la caboche l’image distincte d’une meute de botrucs, la feuille visée en bandana sur la branche neuronale, les peinture de guerre sur ce qui leur servaient de joues, les tambours de combat martelés de leurs petites main-brindilles, le regard assassin et sourire carnassier : ils étaient venus se venger car j’en avais fait dégager un peu violement. La fuite était la meilleure option, même si ca pouvait paraitre stupide. Le mec de serdaigle m’avait dit que c’était dangereux, j’avais pas cherché à comprendre et prenais mes jambes à mon cou, ne regardant pas où je marchais.

Un craquement sous les pieds, la viscosité sur le bas de mon pantalon, mes prémices de course se stoppaient dans une grimace de dégout. « Pouahhh c’est quoi s’truc » C’était blanc, c’était mou, c’était gros comme un ballon, et franchement c’était infect… Je relevais le pieds, le secouant dans tous les sens pour décoller la substance qui semblait vouloir s’infiltrer par tout ne faisant plus attention à la multiplication des cliquetis léger derrière moi. C’était assez faible, comme un chant redondant étrange, qui prenait soin de se rapprocher pendant que de ma baguette je jetais des aguamenti pour me laver.

C’était un frisson dans le dos et une caresse sur mes chevilles puis mon mollet qui m’interpellaient en premier. Le nez relevé par la surprise, je cherchais énergiquement ce qui avait décidé de venir me rendre visite et criait dans toute la virilité possible de mes 15ans. « Gnééééééé » Nouvelle danse folle des gambette, hors de question de toucher des bébés araignées avec les doigts où la baguette. A m’agiter comme un demeurer, elles allaient bien finir par me lâcher. Mais… elles étaient énoooooormes. Je détestais les bestioles, j’avais oublié de le préciser non ?
Revenir en haut Aller en bas
Rikka M. Bennett
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Chasse aux trésors

Message par : Rikka M. Bennett, Mer 18 Juil 2018, 17:17


Walk with spiders
~ #3 Gabriel Michaels ~


Voilà trois années qui s'étaient écoulées depuis la dernière visite de Rikka à Pré-au-Lard. Et pourtant, rien ne semblait avoir changé. Les maisons étaient toujours les mêmes, les sentiers faisaient toujours les mêmes détours, l'air était toujours chargé de ces odeurs de village typiquement sorcier. Pour certains, ce dernier point pouvait paraître étrange mais pour l'ancienne Gryffondor, c'était quelque chose de palpable et de réel. Le paysage, qui s'étendait devant ses yeux, était en tout point identique à ce dont elle se souvenait. Revenir en ces lieux consistait en une seconde étape dans son retour en Angleterre et elle devait avouer que cela lui avait fait un bien fou. Elle se sentait presque rajeunir de quelques années, se remémorant les bêtises qu'elle avait pu faire lorsqu'elle était à Poudlard.

Parmi ces bêtises, il y avait évidemment la balade dans la Forêt Interdite pendant la nuit. Quelle frayeur ça avait été ! Mais ça avait été tout aussi fantastique. Bien entendu, la jeune fille, à l'époque, n'avait plus mis les pieds là-dedans sans avoir une bonne raison. Après tout, elle tenait à sa vie et à sa scolarité à Poudlard, risquer de perdre des points ou se faire renvoyer ne lui disait rien.

Rikka tourna son regard vers cette immensité sombre et se sentit soudain mue par l'envie d'y retourner. Bien qu'il se faisait tard, cette balade serait la suite de son étape. C'était tout à fait logique. C'est donc ainsi que la sorcière se mit en route pour la Forêt Interdite, laissant le village derrière elle. Sa promenade avait été reposante et elle y retournerait probablement dans l'avenir, faire les boutiques ou boire une Bièreubeurre dans l'un des bars. Pour l'heure, l'aventure l'attendait ! Et peut-être qu'elle aurait l'occasion de tester sa nouvelle baguette magique, acquise quelques jours plus tôt.

Il n'y avait pas beaucoup de monde dans les parages. En même temps... La jeune femme pénétra dans la Forêt et sentit l'obscurité s'abattre sur soi. Un instant, l'angoisse la submergea mais elle se reprit rapidement. Si elle voulait devenir Auror dans un avenir proche, ce n'était pas ça qui allait lui faire peur. Rikka s'avança plus avant, plus profondément dans les bois. Il n'y avait pas un bruit, outre le doux bruissement du vent dans le feuillage. C'en était presque agréable, comme une petite balade en forêt un jour d'été. Bien évidemment, il n'en était rien... Les arbres et les buissons pouvaient cacher de redoutables créatures, ça n'avait rien d'une partie de plaisir ; Rikka en était parfaitement consciente.

― Gnééééééé.

La blondinette se figea, tous ses sens en alerte. Qu'était-ce donc ce cri ? Une bête ? Ça ne ressemblait pas à ce qu'elle connaissait. Non, on aurait plutôt dit... un cri humain ?! Rikka ne réfléchit pas plus longtemps et s'élança dans la direction du cri. Au-dessus d'elle, des oiseaux s'envolaient sur son passage, la faisant sursauter au moindre bruissement. Elle-même faisait craquer des branches sous ses pas, ce qui mettait fin à la discrétion. Tant pis. Si le cri entendu était bien celui de quelqu'un, peut-être ce quelqu'un était-il en danger alors, jetons la prudence aux orties !

La baguette magique déjà brandie, la sorcière entendait d'autres bruits que ceux qu'elle produisait. C'était comme si quelqu'un se débattait. Elle accéléra le pas et se retrouva bientôt dans une sorte de clairière peu éclairée. Et là... Un quelqu'un faisait la gigue. Il dansait. Un instant, Rikka marqua l'arrêt. Puis elle vit que des formes mouvantes faisaient également partie du décor. Des... Étaient-ce des acromentules miniatures ? Les poils de la jeune femme se hérissèrent ; elle avait horreur de ça. Mais son dégoût devait attendre car le quelqu'un se faisait grimper dessus par ces jolies petites bêtes.

― Hé ! Toi ! Arrête de danser, viens par là, vite !

Rikka s'avança plus près et pointa sa baguette magique vers un petit groupe d'acromentules. Elles faisaient la taille d'un chiot labrador et n'étaient pas belles à voir. Avec un petit cri de dégoût, elle lança un Eolo Procella. Une forte bourrasque se leva et balaya les araignées telles des fétus de paille plusieurs mètres plus loin. Même si elle n'aimait pas ces bestioles, elle refusait de faire du mal volontairement, surtout si elle n'était pas en danger critique. Elle voulait utiliser la violence le moins possible. Un coup de vent ferait déjà l'affaire pour éloigner les indésirables, la suite viendrait après.

― Aguamenti ! fit la jeune femme vers les araignées trop près du quelqu'un.

Un jet d'eau les envoya nager. Mais il fallait s'occuper maintenant des autres qui montaient sur leur proie. Il fallait qu'elle l'aide. Viendraient ensuite les présentations.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Gabriel Michaels
avatar
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chasse aux trésors

Message par : Gabriel Michaels, Jeu 19 Juil 2018, 11:51


Danser ? où, quand, comment je pouvais donner l’impression de danser ? Si danser c’était ça, j’allais pouvoir prétendre à m’inscrire a un concours, car ce genre de gigotements ridicules et désordonnait c’était assez courant, surtout en présence de bestioles. Mas plutôt que demander à la voix fémine dans quel monde elle vivait pour croire que je faisais un tango en pleine foret,  j’avais levé les yeux sur elle, un peu en complet désarrois. Cétait pas que je ne voulais pas venir vers elle, mais elle voulait faire quoi ? Câliner ces araignées trop grandes pour se prendre un coup de chaussure ? Une dresseuse d’accromentules ? ca existait ? pas que je prenais le temps de réfléchir en fait. Sautillant tant bien que mal pour me déplacer, j’embarquais les créatures avec moi pendant qu’elle les balayait d’un coup de vent assez puissant. La tignasse en vrac j’haussais un sourcil décontenancé. Pourquoi j’avais pas pensé à ca moi ? Hein ? Surtout que combiné à l’aguamenti, bien plus puissant que le mien, c’était vachement efficace ce genre de choses !

– Ho super merci ! Je… gnééé… mais y’en a encore…

Deux, elles n’étaient que deux, mais bien trop envahissantes à mon gout. Je me tortillais dans tous les sens pour les faires lâcher. C’était des cannibales de vêtements ! Maintenant j’en étais persuadé, sinon elles auraient fui à voyant leurs sœurs se noyer, non ? C’était supposé être intelligent ces trucs non ? Alors pourquoi, mais pourquoi elles restaient sur moi. J’aimais pas les câlins moi, enfin il me semblait pas alors…[/color]

- # Lumus Solem !

La baguette dirigée sur le trop grand nombre de paires d’yeux les fit scintiller et briller encore plus étrangement. Elles avaient l’air d’être possédées et pas vraiment aveuglées. A croire que le seul qui était incommodé de cette lumière vive en plein sous-bois c’était moi. Les yeux plissés en ligne fine, j’essayais de distinguer le mouvement de recul des animaux. La pression en moins sur ma jambe me faisait espérer à une abdication de la part de mes assaillants, et je passais le sortilège sur pause, papillonnais des yeux et regardais la demoiselle un sourire un peu trop fier aux lèvres.

– Huhu ca à marché t’as vu ça ?! Presque aussi efficace que ta bourrasque !  D’ailleurs je ne dansais pas hein ! mais merci beaucoup ! je sais pas d’où elle sortaient, t’as vu e nombre qu’elles étaient c’est normal ça tu crois ? Et puis…

Quelque chose grimpant le long de mon dos stoppait nette mes palabres trop enjouées. La mine tirée en une grimace de dégout, je pivotais l’entement pour ne plus faire face à ma sauveuse et lui montrait mon nouveau sac à dos vivant, pas très rassuré.

– Tu-peux-me-retirer-ca-s’il-te-plait ?

Parler la machoire serrée pour faire le moins de mouvement possible était bien pire que devoir chuchoter ou dessiner ce qu’on voulait dire sur la buée d’une vitre. Les doigts s’étaient enroulés machinalement sur la baguette, bien qu’incapable de la lever. Vu la taille de ces choses, si ca me mordait j’étais bon pour une séance à l’hosto. Quoi que non, attendez…. Y’avait quoi dans les bouquins sur leur régime alimentaire ? Elles mangeaient de la chair humaine non ? Voilà, c’était fait, je paniquais ! Si je m'evahouissais l'air dramatique, ça irait?
Revenir en haut Aller en bas
Rikka M. Bennett
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Chasse aux trésors

Message par : Rikka M. Bennett, Mar 24 Juil 2018, 21:53


Walk with spiders
~ #3 Gabriel Michaels ~


Les petits cheveux dans son cou hérissés par l'effroi, la sorcière se demandait bien dans quelle galère elle s'était fourrée. Les araignées, même la plus petite, elle détestait ça au plus haut point. Certes, en tant qu'ex-Gryffondor, elle aurait dû faire preuve de plus de courage et de self-contrôle. Sauf que sur le moment, Rikka sentait la panique l'envahir. Tout ça rien qu'en étant à quelques mètres à peine des bestioles. Ce ne devait être rien comparé au jeune homme qui se faisait littéralement grimper dessus par deux d'entre elles, le cri qu'il avait poussé un peu plus tôt le témoignant. La blondinette était rapidement passée à l'offensive, comme toujours face à une menace, mais le danger n'était pas écarté. Ces jeunes acromentules devaient avoir un nid proche d'ici car elles semblaient trop jeunes pour partir à l'aventure toutes seules. Ce qui voulait dire...

― Ho super merci ! Je… gnééé… mais y’en a encore…

Les suppositions attendraient aussi. Le quelqu'un avait remarqué qu'il n'était pas encore tout à fait sorti d'affaire. Rikka cherchait un moyen de le libérer de ces seize pattes sans les blesser, araignées comme lui-même, mais il fut un peu plus rapide. Un peu trop car la lumière éclatante du soleil, projetée depuis sa baguette magique, surprit l'ancienne rouge et or. Elle se protégea avec son bras du mieux qu'elle le put mais hélas, ses yeux avaient regardé le soleil quelques dixièmes de secondes trop longtemps. Les yeux fermés, elle ne voyait que du blanc. Même lorsque le sort du jeune homme cessa, elle continua à avoir cet imprimé blanc sur la rétine. Elle n'y voyait qu'à moitié, ce qui n'était pas très pratique pour viser.

― Huhu ca à marché t’as vu ça ?! Presque aussi efficace que ta bourrasque ! D’ailleurs je ne dansais pas hein ! mais merci beaucoup ! je sais pas d’où elle sortaient, t’as vu e nombre qu’elles étaient c’est normal ça tu crois ? Et puis… Rikka distingua un mouvement et une tache sombre sur le dos que présentait le quelqu'un. Tu-peux-me-retirer-ca-s’il-te-plait ?

A en croire le ton saccadé de cette demande, la tache sombre devait être une acromentule farouche. Clignant des yeux en essayant de chasser ces mouches de lumière, la sorcière s'avança vers la victime arachnéesque.

― Pour avoir vu ça, oui ! Je n'y ai vu que du feu... D'ailleurs, je n'y vois presque plus rien. Mais c'était bien joué ! Ne bouge pas, je vais essayer de...

A moitié aveuglée donc, Rikka ne vit pas où elle mit les pieds et se vautra comme une reine. En avant. En plein de le quelqu'un. Ils poussèrent tous les deux un petit cri de surprise avant de tomber sur le sol au milieu des feuilles mortes. L'impact fit mal à l'épaule de la jeune femme et le pauvre punshig-ball dut avoir un sacré coup au dos. Encore un peu et elle s'écrasait la tête la première sur la créature en écrabouillant cette dernière. Scénario d'horreur totale. La bonne nouvelle, c'était qu'avec l'impact, l'araignée qui se prenait pour le sac à dos de Dora l'exploratrice avait quitté sa proie.

― Bon, bah, voilà.

La mauvaise... C'était que ladite araignée avait choisi un nouveau perchoir. Allongée sur le dos, la blondinette était un peu sonnée et encore aveuglée mais elle sentait clairement les huit pattes de l'acromentule piétiner son ventre. Son cœur manqua un battement puis la sorcière commença à se tortiller sur le sol en criant comme une fillette, avec des hiiiiiiiiiiiiiiiii aigus à en percer les tympans. Elle avait beau battre des jambes, la petite créature s'accrochait comme si elle trouvait ça drôle. Elle devait s'imaginer sur les chevaux de rodéo...

― Au secoooouuurs...

Et comme si ça suffisait pas, des cliquetis se faisaient entendre autour d'eux. Les araignées repoussées semblaient vouloir revenir à la charge et se venger. Ils étaient dans de beaux draps. Rikka avait bien commencé, arrivant sur son cheval blanc tel un héros... Puis elle avait un peu tout fait capoter en trébuchant maladroitement. Mais bon, ils allaient s'en sortir, hein ?



HRP:
 


Dernière édition par Rikka M. Bennett le Lun 30 Juil 2018, 15:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Gabriel Michaels
avatar
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chasse aux trésors

Message par : Gabriel Michaels, Ven 27 Juil 2018, 11:17



Mon sac à dos m’aimait bien. Alors, c’était peut etre bon signe pour les amoureux des bêtes mais moi, ca ne m’inspirait pas. Et surtout, n’ayant aps eu la présence d’esprit de dire à la demoiselle de fermer les yeux quand je jetais mon sort, elle était devenue quasi impotente et allait avoir besoin de plusieurs secondes pour que ses iris se remettent ne place. Détail dont je ne prenais conscience que lorsqu’elle me l’expliquait. Il me semblait qu’avec l’effroi, je sentais bien plus l’utilité de ne plus bouger, plus parler que de m’excuser. C’était que mon sac vivant me gelait le sang à coup de chatouillis poilus dans ma nuque. Alors la soudaine envie de rapprochement de la jeune femme m’arrachait un cri de surprise des plus virils, un bon « gniiiiiii » assourdissant alors qu’elle me faisait perdre l’équilibre et m’envoyait au sol.

Un bon point sur mon mal de dos, la bestiole décidée à m’adopter m’avait lâché. Elle, elle avait vu le danger et avait fui. Me redressant tant bien que mal sur mes coudes, je pouffais, malgré la douleur lancinante et cherchais des yeux la fille inconnue. Pas vraiment besoin de partir en expédition bien loin, la voix féminine s’élevant non loin de moi. Les mirettes glissaient sur elle, pile quand elle jugeait utile de me rendre sourd. Grimaçant, plissant les yeux, l’incompréhension prenait place jusqu’ai battement de jambes qui se voulait salvateur. Dessus, ma petite amie à 8 pattes avait dû me trouver bien ingrat ou très jalouse et s’attaquait à la blondinette qui appelait au secours. Le burlesque de la situation attendait quand même un héros. Il fallait sauver la princesse en détresse, sauf que du prince je n’avais que l’épée réduite à même pas 15cm de bois, et même pas la témérité. Enfin pas tout le temps.

M’asseyant rapidement sur mes fesses, je pointais la baguette sur l’araignée, lançant le premier sort qui me passait par la tête. Celui qu’on apprend assez tôt, plus pour s’amuser que se défendre : #Rictusempra. Le jet de lumière coloré frappait de plein fouet la créature qui se tortillait dans tous les sens, m’arrachant un éclat de rire.

– Désolé, c’est la première chose qui m’est venue. Ca va ?

Comme notre démon était en train de tomber sur le coté en gigotant les pattes dans le vide, je supposais qu’il n’y avait plus de danger –à supposer qu’il y’en avait vraiment eu- . Les mains rapprochant mes chevilles à moi, je souriais, amusée, à la demoiselle.

– Pardon pour tes yeux. Tu veux attendre un peu ? Ou on peut filer vite fait de ces cauchemars ? Je t’aide à te relever ?

Au final, je mettais remis sur mes pieds, poussant du bout de ma basket la bestiole qui n’avait plus de cesse de se trémousser sans rien pouvoir faire, et tendais la main à la jeune fille.

– J’suis Gaby au fait.

Minimum de politesse, quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Rikka M. Bennett
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Chasse aux trésors

Message par : Rikka M. Bennett, Sam 28 Juil 2018, 11:04


Walk with spiders
~ #3 Gabriel Michaels ~


Le ridicule ne tue pas, d'après ce qu'on dit. Cependant, la jeune femme avait l'impression de mourir à petit feu. Son cœur semblait battre de moins en moins rapidement, cognant douloureusement dans sa poitrine. Son sang s'était glacé lorsqu'elle avait compris que l'araignée s'était installée sur son ventre. Déjà, quand c'était une araignée de petite taille, vraiment de toute petite taille, Rikka manquait d'avoir des cheveux blancs. Alors là, c'était le summum. Si elle était restée à bonne distance, la situation aurait pu rester tenable et l'héroïsme aurait pu s'achever dans toute sa splendeur. Sauf que... voilà. La bestiole était à distance très réduite. Ça aurait pu être un homme que la situation aurait été pareille ! Mais là, la blondinette aurait peut-être pu mieux gérer. Une acromentule, non.

― Au secoooouuurs...

Voilà que l'ancienne rouge et or en était à appeler à l'aide. Heureusement, le garçon qu'elle avait sauvé était tout proche et ne semblait pas souffrir de sa chute. En tout cas, Rikka ne voyait rien, trop occupée à frissonner de dégoût et de peur. Elle entendit vaguement une voix prononcer un sortilège puis un rire. Elle sentait la créature bouger et se tortiller, avant de glisser sur le côté, libérant le ventre de sa victime. La blonde recula sur le côté opposé à l'araignée, s'écorchant les coudes au passage mais elle s'en fichait. Clignant des yeux, retrouvant petit à petit sa vision, elle crut voir la bestiole se tordre de douleur... ou de rire ? L'écho de voix et du sortilège faisait tilt dans sa tête.

― Désolé, c’est la première chose qui m’est venue. Ca va ?

Continuant à cligner des yeux, la jeune femme hocha doucement la tête, la pression retombant peu à peu. Le dégoût était toujours présent car les bêtes à huit pattes étaient toujours dans les environs, dont une assez proche mais celle-ci était hors d'état de nuire. Rikka déglutit et dévisagea le quelqu'un. Il paraissait assez jeune, peut-être seize ou dix-sept ans et était mignon tout plein. Puis elle se rendit compte que c'était un représentant de la gente masculine et secoua la tête. Les émotions subies lui avaient fait perdre la tête ! Elle entendit à peine ses paroles.

― Pardon pour tes yeux. Tu veux attendre un peu ? Ou on peut filer vite fait de ces cauchemars ? Je t’aide à te relever ?

Le jeune homme s'était remis sur pieds et balança un coup de pied à l'acromentule qui se tortillait toujours pour l'envoyer valser plus loin. Il tendit ensuite la main à sa sauveuse devenue personne à sauver. Rikka hésita une fraction de seconde avant d'accepter et se laissa aider pour se remettre debout. Le quelqu'un se présenta comme étant Gaby.

― Rikka, répondit-elle en s'époussetant. Oh, ne t'en fais pas, je vais m'en remettre ! Désolée de t'avoir bousculé... Et merci de m'avoir enlevé cette chose. Je ne suis pas contre partir tout de suite !

Rikka joignit le geste à la parole et commença à s'éloigner de cet endroit maudit, ledit Gaby lui emboîtant le pas. Lui non plus ne devait pas avoir envie de rester là, à attendre la vengeance des araignées.

― Que faisais-tu dans la Forêt à cette heure imbue ?

Si ses estimations étaient correctes, Gay était encore élève à Poudlard. Et si ses souvenirs étaient intacts, les élèves n'avaient pas le droit de sortir après une certaine heure, et surtout ans la Forêt Interdite. Bien sûr, cela n'empêchait rien, elle-même ayant déjà fait une escapade nocturne. Néanmoins, la jeune femme était curieuse de connaître les raisons qui avaient poussé le jeune homme à sortir tout seul. Question qui pouvait lui être retournée.

Soudain, un craquement se fit entendre non loin. Rikka sursauta et brandit sa baguette.

― Tu as entendu ?

Sur le qui-vive ? Absolument pas.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Gabriel Michaels
avatar
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chasse aux trésors

Message par : Gabriel Michaels, Lun 30 Juil 2018, 15:48



Prendre une main pour se relever, je ne pensais pas que cela puisse mériter réflexion. La demoiselle avait hésité un petit instant. Moment de doute où elle reprenait ses esprits, se demandant si je n’étais pas l’araignée métamorphosée, je ne voyais que ça. Mais au final, elle agrippait ma main, se redressait et se présentait tout en s’inquiétant de mon état. Un léger pouffement à son attention, atterrir par terre était bien moins pire que se faire dévorer par une horde d’accromentules en colère. Elle avait du faie le rapprochement al blondinette car un merci après elle filait vers la sortie. Adieu mon raccourcis et bonjour le chocolat viennois… ah non… les questions. J’avais pas vraiment fait attention mais cette Rikka était plus âgée que moi, très certainement une adulte qui allait me sermonner malgré le ton doux. « Et bin… ». J’me baladais, j’trouvais ca pas mal si je pouvais couper et rentrer vite fait discrètement. Ca prenait quoi à dire ? 2secondes ? Allé, 3 ? Bah non, pas le temps. Le cœur faisait un bond dans la poitrine, je sursautais en même temps que ma sauveuse sauvée, et faisait comme elle : braquais ma baguette vers le bruit.

Une ombre grandissante se dirigeait vers nous. Les lignes de son corps, de ses pattes de sa tête étaient effroyablement distordues. Les courbes dansaient sur les troncs d’arbres, me gratifiant du hérissement de mes poils le long de mes bras. J’voulais balbutier un « vient on s’barre », mais les mots restaient bloqués dans ma gorge. A la place, les mirettes grandes ouvertes scrutaient cette ombre grandissante… non, pardon.. Illusion d’optique, elle réduisait de taille à mesure où elle s’approchait. Ce n’était pas banal ! Pas banal du tout. Machinalement je m’étais avancé d’un pas pour voir l’ombre devenir toute petite et détaler entre mes pieds m’arrachant un éclat de rire.

– Un lapin ! C’était un lapin !

Il me semblait que le reste de mon fou-rire était bien plus nerveux qu’autre chose. Les larmes quasi aux yeux, j’avais filé vers la sortie sans trop tarder. Finir avec une crise cardiaque si jeune, très peu pour moi. Et là, j’avais ma dose de stress pour le mois, non l’année complète. En tout cas, une chose était sure : plus jamais je ne m’approche de prés ou de loin d’un habitat de bestioles. Même celui des boursoufflet. J’étais persuadé qu’ils n’étaient pas si innocents que ça. Quelle créature innocente irait manger des crottes de nez ? Non ne cherchez pas de réponse… Y’en a pas ! Et surtout une seule chose m’intéressait :

– Si on sort entier d’ici, j’te paye un chocolat-chantilly et j’arrête de chercher des raccourcis pour rentrer au château ! Promis !

Enfin jusqu’à ce que j’en vienne à oublier, ou à trop m’ennuyer, au choix… Pour l’heure je cherchais surtt à trouver le chemin que j’avais emprunter pour venir, tachant de me fier à la densité des arbre, à l’épaisseurs de leurs feuilles… nan, désolé… En vrai j’étais juste parti tout droit sans regarder vraiment le paysage car tout se ressemblait pour moi. Tellement que je n’avais pas vu un renfoncement dans lequel je tombais. Glissée sur les fesses façon toboggan, de quoi me faire en temps normal mais là, la butte se terminait et me renvoyais vers l’avant dans une réception affreuse digne d’un hippopotame en tutu. Un douleur vive et lancinante m’étreignait m’arrachant un cri de douleur avant même que je ne puisse me redresser. La face contre la terre, ma cheville semble vouloir se plaindre. Je ne ferais plus de danse classique à mon avis… Quoi que non, je n’en faisais pas, mais criait comme si on venait de me retirer ma raison de vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Rikka M. Bennett
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Chasse aux trésors

Message par : Rikka M. Bennett, Mar 31 Juil 2018, 21:10


Walk with spiders
~ #3 Gabriel Michaels ~


Les deux jeunes gens n'étaient pas loin du nid ou du lieu de loisirs des Acromentules miniatures. C'était certain, les créatures les avaient pris d'assaut pour se venger des mauvais traitements subis. Elles allaient les manger, les gober, les déchiqueter. Ils allaient mourir dans d'atroces souffrances. L'ombre qui grandissait vers eux était toute proche, c'en était fini pour de bon. Tétanisée par l'idée d'avoir une horde d'araignées géantes à ses trousses, les imaginant se jeter sur elle, Rikka ne parvenait pas à réfléchir correctement. C'était bien beau pour une sorcière qui avait passé trois ans à s'entraîner avec l'élite australienne... d'autant que là-bas, des élevages d'Acromentules, il y en avait quelques-uns. Mais c'était différent, ici. Il s'agissait d'un nid sauvage, avec des bêtes beaucoup plus dangereuses. Mais cela n'empêchait pas le fait que la blonde avait déjà réussi à s'en sortir. Alors, pourquoi pas cette fois ? Il fallait qu'elle se ressaisisse !

Gaby s'était avancé vers l'ombre qui ne cessait de venir vers eux. L'ex-Gryffondor s'apprêtait à le faire se reculer quand il fut trop tard. La créature qui les suivait surgit du néant... et s'avéra n'être qu'un lapin. Un L-A-P-I-N. Le jeune homme ne put retenir un éclat de rire tandis que la jolie bestiole détalait entre ses jambes. Rikka baissa sa baguette magique, se sentant ridicule. Néanmoins, si ça n'avait pas été un lapin, elle s'était tenue prête à se défendre à temps. La blonde lança un regard blasé à son compagnon de fortune dont le fou rire mourrait peu à peu, les larmes aux yeux. Elle ne répliqua rien et le suivit, bien d'accord sur le fait qu'il fallait continuer leur chemin. Rien n'était sûr sur le fait qu'ils pouvaient croiser à nouveau un lapin...

― Si on sort entier d’ici, j’te paye un chocolat-chantilly et j’arrête de chercher des raccourcis pour rentrer au château ! Promis ! s'exclama Gaby.

Un chocolat-chantilly ? L'idée était tentante, Rikka aimait beaucoup cela. Avant d'avoir pu répondre, Gaby disparut et s'en suivit un cri. Il sembla à la jeune femme qu'il s'agissait un cri de douleur. Cette dernière rejoignit son malheureux compagnon, qui avait glissé en bas d'une pente et s'était réceptionné face contre terre. La position n'était pas des plus glamour mais le plus important dans l'immédiat était de s'assurer que la victime allait bien. L'ancienne rouge et or dévala la pente prudemment et s'accroupit à hauteur de jeune homme.

― Je pense que le chocolat-chantilly attendra, mon pauvre... Ça va ? Tu t'es fait mal ?

A en juger par son gémissement lorsqu'il se redressa, oui. Il indiqua que c'était sa cheville qui en avait pris un coup.

― T'as de la chance. Laisse-moi voir ça.

Son année d'étude en Médicomagie lui était bien utile pour l'occasion, ainsi que les trois dernières années d'ailleurs. Rikka retira la chaussure de Gaby et abaissa sa chaussette pour vérifier l'état de la cheville. Dans la pénombre, la jeune femme put voir qu'elle avait gagné en volume et au toucher, elle était un peu plus chaude que le reste de sa jambe. Un instant, elle pensa qu'elle touchait un mâle mais ce qui devait primer ici, c'était l'apport de soins. Alors, elle mit de côté ses pensées et palpa l’œdème en fabrication. Gaby tressaillit mais ne cria pas. Il allait vivre.

― Tu t'es foulé la cheville, grand malin mais je vais t'arranger ça rapidement. Après, on pourra repartir. Ferula !

C'était simple, c'était précis. Une attelle autour de la cheville se mit en place par magie. Rikka rechaussa le garçon en prenant soin de ne pas lui faire mal inutilement et l'aida à se relever. La blondinette pensa au fait qu'elle avait sauvé Gaby une première fois, avant que ce ne soit son tour d'être sauvée. Là, elle venait de lui resauver la mise ; devait-elle craindre encore un retournement de situation ? Secouant la tête, elle laissa le garçon s'appuyer sur elle pour marcher. Ils allaient bien moins vite mais il devait ménager sa cheville pour ne pas qu'elle s'aggrave.

― Essaie de mettre de la glace dessus ce soir et comme ça pendant trois jours, pour réduire le gonflement, en gardant bien l'attelle pendant au moins une semaine, fit la jeune femme. Si ça ne va pas d'ici là, va à l'infirmerie. T'es bien de Poudlard, hein ? Je te ramène où ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Gabriel Michaels
avatar
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chasse aux trésors

Message par : Gabriel Michaels, Dim 05 Aoû 2018, 15:27


Dans le genre catastrophe ambulante, je savais très bien que je me posais là. La blondinette, elle était en train de le découvrir. Gémissant en me massant la cheville endolorie, je répondais d’un signe de tête affirmatif à sa question. Ça picotait sévèrement quand même, et je sentais la chaleur prendre le dessus, ça allait gonfler, faire un truc super moche, j’allais être bon pour boiter plusieurs jour, juste… car je ne regardais jamais où je mettais les pieds...

Un reniflement perdu, le sourcil dubitatif se redressant, je tachais de comprendre en quoi j’avais de la chance. Ce n’était pas comme si ça me permettait d’éviter les cours... Les yeux équarquillés, je la regardais faire sans rien dire. Ma chaussure retirée, ma chaussette suivait plus ou moins le mouvement, et ce n’était qu’à cet instant que je comprenais que j’avais une infirmière personnelle sous le nez. Je me serais bien exclamé avec joie mais de ses doigts palpant doucement la zone douloureuse je gémissais de nouveau comme un gamin, serrant les dents pour ne pas chouiner plus.

La baguette s’occupa rapidement de m’enserrer la cheville. Douloureux de prime abord, mais finalement soulageant. J’esquissais un faible sourire de remerciement, refoulant une larme de douleur lors de la remise en place de mon soulier, j’étais douiller aussi comme garçon, ça ne se voyait pas forcement, mais c’était pourtant la réalité. Depuis tout petit, une chance que je ne fus pas bagarreur en fait. Alors, pendant qu’elle m’aidait à me relever, j’essayais de ne pas couiner de plus, prenant appuis sur elle pour soulager ma foulure.

Le regard se baladant un coup vers le sol pour essayer de ne pas chuter de nouveau, un coup vers l’horizon, un coup sur Rikka, j’acquiesçais de nouveau au conseil. De la glace, pendant une semaine, je ne risquais pas d’oublier tant j’avais l’impression d’avoir un mini chauffage dans la cheville.

–D’accord, merci, c’est gentil de m’avoir soigné ! T’es infirmière ou médecin ? C’est super pratique ton truc !

Je n’avais jamais mis le nez dans un grimoire de médicomagie, et à part l’épiskey, je n’avais jamais cherché à savoir si autre chose existait. Chez moi, cette cheville aurait attendu quelques minutes que je rentre pour être transformée en momie. Là c’était vachement pratique quand même. Même pas besoin de rentrer au château ! pas besoin de m’y ramener de suite !

- Voui, j’suis bien encore à Pouldard, en 5ème année, mais j’t’ai promis de la chantilly, et avec tes soins t’as droit à la double dose ! Faut bien ça pour dire merci après tout ! Et puis j’entends l’agitation des rues commerçantes ! on ne doit pas être bien loin ! ca te dit toujours ?

J’avais souri, sans me forcer, je me forcais jamais et lui montrais d’un coup de tête les lumières qui commençaient à zébrer entre les troncs linguiformes de la foret. Sous peut nous serions sorti d’ici..
Revenir en haut Aller en bas
Rikka M. Bennett
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Chasse aux trésors

Message par : Rikka M. Bennett, Mer 08 Aoû 2018, 20:37


Walk with spiders
~ #3 Gabriel Michaels ~


Les jeunes gens qui étudiaient à Poudlard étaient inconscients. Dès leur plus jeune âge, à peine entrée dans l'école, ils avaient tendance à vouloir enfreindre les règles de base, juste pour voir. Aller dans la Forêt Interdite en faisait partie et c'était sans nul doute en tête de liste. Mais s'y rendre le soir ou la nuit, ce n'était pas l'inconscience, mais plutôt de la stupidité. Tout le monde savait qu'elle abritait des créatures dangereuses, comme ces charmantes Acromentules par exemple, et que se promener seul pouvait signifier son arrêt de mort. Rikka n'était cependant pas la mieux placée pour faire des leçons de morale puisqu'elle-même y avait mis les pieds la nuit tombée. Elle en était très vite ressortie et n'avait pas fait de rencontre mortelle mais cette seule fois lui avait suffi pour comprendre. Comme quoi, il suffisait d'une seule fois...

― D’accord, merci, c’est gentil de m’avoir soigné ! T’es infirmière ou médecin ? C’est super pratique ton truc !

Le jeune Gaby semblait content d'avoir été soigné sur place. Il était chanceux d'être tombé sur Rikka ― ou du moins chanceux que la sorcière tombe sur lui par le plus pur des hasards. Ses remerciements firent chaud au cœur de cette dernière qui se sentit fière d'avoir pu aider quelqu'un. En Australie, c'était devenu un peu une routine lors de sa formation à l'élite protectrice mais la situation actuelle n'avait rien à voir avec celles qu'elle avait pu vivre là-bas. Et puis là, elle utilisait ses dons de Médicomage, ce qu'elle n'avait pas eu l'occasion de faire depuis un bon moment. Cela lui rappela qu'elle aimait ça. Vraiment.

― Je t'en prie, je n'allais pas te laisser comme ça, répondit la jeune femme en souriant, tandis qu'ils continuaient leur chemin à travers les bois. J'étais apprentie Médicomage, ou du moins j'ai failli avoir ce titre à la fin de ma première année d'étude... J'ai appris pas mal de choses pratiques ! Si tu as le don de faire le casse-cou, je pourrais te les enseigner un jour.

Ce n'était pas forcément des paroles en l'air. Si ses connaissances pouvaient aider et être utiles à d'autres personnes, des jeunes gens en plus, elle serait heureuse de pouvoir les partager. Surtout si les personnes en question avaient régulièrement besoin de soins mineurs, comme Gaby en se foulant la cheville suite à une mauvaise chute. Ça évitait de surpeupler les infirmeries ou les services d'urgence pour des cas non urgents. Rikka avait souvent vu des patients venir à Sainte-Mangouste pour des petits bobos qu'il suffisait de guérir d'un simple sort. C'était dommage car ça ajoutait du travail aux Médicomages et infirmières, alors que s'ils savaient comment faire pour se soigner...

Une petite graine d'idée vint se planter dans l'esprit de l'ancienne Gryffondor. Elle n'y toucha pas et la laissa s'installer, évitant même d'y jeter un regard mental. Cette petite pousse aurait bien le temps de grandir et de mûrir pour y prendre plus attention. Pour le moment, elle devait se concentrer pour retrouver son chemin, tandis que les arbres s’espaçaient doucement, leur indiquant qu'ils sortaient des zones peuplées dangereusement. C'était déjà un bon début.

― Voui, j’suis bien encore à Pouldard, en 5ème année, mais j’t’ai promis de la chantilly, et avec tes soins t’as droit à la double dose ! Faut bien ça pour dire merci après tout ! Et puis j’entends l’agitation des rues commerçantes ! on ne doit pas être bien loin ! ca te dit toujours ? demanda Gaby.

En effet, au loin s'entendaient les bruits de la vie nocturne à Pré-au-Lard et les lumières du village perçaient à travers les arbres. Rikka fut soulagée d'avoir retrouvé son chemin, elle qui n'était pas spécialement douée en orientation. Peut-être l'urgence de leur situation ― une horde de petites araignées bien mignonnes aux trousses ― avait éveillé son esprit et boosté ses capacités ? Nul ne saurait le dire et surtout pas la blonde en question. Le tout était qu'ils s'en étaient sortis, presque indemnes. Le jeune homme avait une cheville foulée, le chanceux.

Ainsi donc il était bien à Poudlard. En cinquième année, avait-il dit, donc il devait avoir quinze ou seize ans. Il n'avait pas l'air bien méchant, ce bougre d'étudiant. Un peu maladroit, semblait-il, mais tout à fait sympathique. Il lui rappelait un peu Rikka elle-même quelques années plus tôt. Elle était bien du genre aussi à inviter des inconnus à boire quelque chose ou à engager la conversation suivant une situation délicate. La jeune femme allait donc accepter la proposition, de toute façon elle n'avait pas prévu grand-chose pour la journée. Et peut-être que sa petite graine aurait le temps de germer le temps qu'elle rentre chez elle.

― Pourquoi pas ! Va pour du chocolat-chantilly ! fit-elle en haussant les épaules.

Quelques instants plus tard, ils débouchèrent hors de la Forêt Interdite et eurent pleine vue sur le village plus loin. Si Gaby voulait un chocolat-chantilly, il y avait deux choix possibles : les Trois Balais ou la Tête de Sanglier. Les deux étaient très bien mais la blondinette laissait le choix au jeune élève qui avait pris soin de l'inviter.



FIN DU RP
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Chasse aux trésors

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 6

 Chasse aux trésors

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.