AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 1 sur 7
Entre poussière et grincements
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Kathleen Ross
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Entre poussière et grincements

Message par : Kathleen Ross, Sam 6 Déc - 12:00


[sujet autorisé par Luke Belt ]

En cette belle journée d'hivers, je me décida à ne pas me priver d'une belle grasse matinée bien méritée.
Après une ou deux heures de repos, je n'en puis plus de dormir et une de mes jambes émergea du lit puis finis par être rejoint par le reste de mon corps.
Pour me réveiller en douceur, je mis dans mes oreilles, des écouteurs qui étaient reliés à l'une des rares choses moldues qu'il me restait, mon vieux MP3.
J'avait été tellement heureuse de le retrouver au fond de mon sac en première année que c'est devenu un rituel pour moi d'écouter de la musique tous les matins.
C'est donc pour cela qu'un vieux morceau de Back résonnait dans mes oreilles, ce MP3 datait d'une bonne vingtaine d'années, je me souvient l'avoir trouvé dans un placard renfoncé dans la chambre de mes parents.
Je me souvient aussi que c'était la première musique que j'ai écouté en attendant que le train arrive à bon port, c'est à dire mon nouveau chez moi, celui dans lequel j'ai vécue, aidée de ma tante pendant ces dernières années.
Un soupir de lassitude sortis de ma bouche.
Je me décida à me lever, frottant les deux fentes au milieu de mon visage qui s'ouvraient peu à peu.

Rien de mieux qu'une bonne douche pour réveiller les cellules encore endormies ! Me dis-je avec le peu d’enthousiasme qu'il me restait.
Je regarda un peu mon visage endormis dans le miroir avec un sourcil en l'air, je suis toujours banale, rien à changer depuis ces 4 années.
L'eau me fit un bien fou, toutes la fatigue s'évaporait en même temps que la buée se formait sur les vitres de la cabine.
Après m’être lavée, non sans profiter de la chaleur de l'eau, je sortis et m'habilla le plus chaudement possible. Même si je ressemblais à un sushi habillée comme ça, je n'en avais que faire.

Comme à l'habitude, je laissa mes pieds guider mes pas.
Je descendis donc les marches du château une à une, avec une allure tellement lente que je ne pus savoir si j'allais en atteindre le pied avant la tombée de la nuit.
Mais je finis tout de même par sortir de l'établissement, les bottes enfouies dans la neige froide, je me mis en route, pour aller où ? Je ne savais pas, je marchais juste pour marcher.
La neige brillait sous un soleil à peine dévoilé, je m'était apparemment dirigée vers pré au lard, aux vues du chemin que j'empreintait.

Au bout du petit chemin caillouté, je vis une vieille cabane plutôt accueillante.
Bon, OK, elle était carrément délabrée et flippante mais je pense y trouver un peu de chaleur.
La porte grinçait, le parquet grinçait, même le murs grinçaient !
Comment était-ce possible ? Je m’apprêtai à faire demi-tour mais ma curiosité me fis changer d'avis.
Je pris la première pièce que je vis et m'y engouffra.
Il faisait sombre, la porte ouverte d'où je venait était la seule source de lumière pour éclairer la salle.
A ma gauche, j'aperçu vaguement un interrupteur qui était sensé allumer le lustre . Enfin... s'il y avait un lustre.

-Okey, tout vas bien kath', c'est juste une cabane flippante sans fenêtre ni lampe.
Revenir en haut Aller en bas
Abbigail O'Flyfox
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Entre poussière et grincements

Message par : Abbigail O'Flyfox, Sam 6 Déc - 14:12


[RP avec Kathleen Ross]


Quand elle s'était réveillée comme à son habitude, la première réaction d'Abbigail avait été de se précipiter à la fenêtre pour vérifier que la neige recouvrait toujours le parc de Poudlard. En apercevant l'épais manteau blanc, la fillette décida de se faire plus manchot que marmotte. Ainsi, elle s'habilla chaudement : elle superposa sous-chemise, chemise, pull ainsi que cape fourrée, et ajouta une écharpe, des gants et un bonnet aux couleurs de sa maison.

Dès que ses bottes -tout autant fourrées que sa cape- s'enfoncèrent dans la neige fraîche, Abbigail décréta que ce serait une bonne journée. Il faisait encore nuit, aussi la Serdaigle en profita pour sortir discrètement du parc par un passage qu'elle avait découvert par hasard en ce promenant quelques jours plus tôt. Se promettant de revenir dans l'enceinte de l'école avant le levé du soleil, elle commença à explorer les alentours. C'était la première fois qu'elle sortait de Poudlard, et était réjouie d'avoir réussit.

Alors qu'elle s’apprêtait à faire demi-tour après avoir marché pendant une petite demi-heure, la neige se remis à tomber et le vent se leva. Ce fut bientôt une petite tempête de neige qui bousculait la fillette, manquant de la faire s'envoler à chaque pas. Apercevant une vieille cabane qui se trouvait à proximité, Abbigail s'y engouffra afin de fuir le blizzard qui se levait.

Ses yeux s'acclimatant doucement à l'obscurité, elle vit à sa gauche un interrupteur qu'elle s'empressa d'activer. Malheureusement, rien ne se passa : les ampoules devaient être grillées, voire même absentes. Cherchant un peu de chaleur, elle gravit l'escalier, faisant au passage grincer chaque marche et la rampe. À l'étage, elle trouva un vieux fauteuil miteux dans lequel elle se jeta afin de se reposer un peu.

*****

Rouvrant les yeux, ses paupières lourdes apprirent à Abbigail qu'elle s'était endormie. Soudain, tous ses sens s'éveillèrent : des grincements étranges semblaient venir de partout : du sol, des murs, du plafond. Apeurée, la fillette se leva d'un bond et se dirigea vers l'escalier pour partir. Cependant, ne retrouvant pas le chemin, elle se mit à paniquer et à courir dans la cabane, faisant ainsi grincer encore d'avantage le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Kathleen Ross
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Entre poussière et grincements

Message par : Kathleen Ross, Dim 7 Déc - 6:55


Après la fouille inutile de ce qu'il me paraissait être une chambre. La seule chose me faisant le prétendre étant un lit qui trônait au milieu de la pièce, j'observa le tout appuyée contre la porte.
Il ne restait au lit qu'un sommier et un demi matelas, le reste avait l'air du lui avoir été arraché par une violente tornade.
Je regarda successivement ce que l'on pouvait qualifier de lit et les murs qui étaient tapissés de papier peint plus vraiment blanc maintenant.

Je n'avais pas une très grande envie de rencontrer la personne qui avait dernièrement vécu là.
Puisqu'aux vues du lieu d'habitation, à mon humble avis il ne doit pas être très commode.
Je m’imagina un vieil homme barbu, une hache à la main me poursuivant en criant.
Un gloussement plus tard, des bruits de pas provenant du premier étage me firent sortir de ma rêverie, manquerait plus qu'il y ai des fantômes.

Je laissa dépasser une partie de ma tête par l’entrebâillement de la porte pour vérifier si la voie était libre et marcha à pas de loup vers  un vieil escalier.
Marche par marche, je le monta le souffle court.
La cabane n'était pas très bien chauffée, des flots de fumée blanche sortait de ma bouche entrouverte tandis que je commençais à grelotter.
Oubliant le bois pourris sur lequel je marchais, j'accélérera la cadence. L'idée me parut très vite bien idiote lorsqu'une des marches faillis sous mon poids, laissant ma jambe coincée.

Je tira dessus, au début faiblement puis de plus en plus fort et  je poussa un cris aigu de douleur étouffée.
Du sang coulais le long de ma jambes droite, il fallait que je soigne ça au plus vite.
Mes jambes boitèrent donc jusqu'à une petite salle de bain se trouvant pile sur mon chemin.
Je ne pensait plus au fantômes, aux pas, rien qu'à la douleur qui me déchirait les entrailles.
Grace à dieux, je trouvas une bande et un désinfectant dans un placard qui semblait lui même pouvoir provoquer des maladies rien qu'en l'effleurant.
Lorsque je me sentis mieux, je m’aventura dans les couloirs étroits qui se dessinaient devant moi sans même penser au retour.
Revenir en haut Aller en bas
Abbigail O'Flyfox
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Entre poussière et grincements

Message par : Abbigail O'Flyfox, Dim 7 Déc - 10:10


[RP avec Kathleen Ross]


S'arrêtant un instant de trottiner dans tous les sens à la recherche de l'escalier pour reprendre son souffle, Abbigail se sentait mal. Physiquement, elle avait froid malgré ses couches de vêtements et était essoufflée d'avoir couru en vain. Moralement, elle avait peur de ne pas réussir à sortir de la cabane délabrée. Au fond, c'était une peur un peu idiote car avec du temps elle finirait forcément par retrouver son chemin, mais la fillette était trop paniquée pour s'en apercevoir.

En théorie, Abbigail n'était pas claustrophobe, mais elle risquait bien de le devenir si la situation ne s'arrangeait pas. Elle s'appuya contre un mur, le faisant au passage grincer étrangement, afin de se reposer. Sa main rencontra alors une substance visqueuse non-identifiée et recueilli au passage quelques échardes. La Serdaigle se redressa d'un bond à se contact.

*Je crois que je préfère ne pas savoir ce que c'est...* pensa-t-elle en reniflant sa main avec dégoût avant de l'essuyer sur le bas de sa cape.

Ce fut alors qu'elle l'entendit : un grand fracas venait de retentir, comme si le parquet avait céder, rongé par les termites. Puis, survint un cri aigu. Pensant à la présence d'un spectre plutôt qu'à celle d'une autre personne, la fillette sortit sa baguette de sa poche. Elle passait en revu tous les sorts qu'elle connaissait, mais ne voyait pas lequel pourrait être efficace contre un fantôme. De plus, il y avait une nette différence entre connaitre un sort et sa formule, et s'en servir.

Le plus discrètement possible, elle se glissa dans la pièce voisine cherchant ainsi une cachette. Elle tira la porte et se plaça juste derrière, prête à s'en prendre au spectre qui avait l'impudence de tenter de lui faire peur.
Revenir en haut Aller en bas
Kathleen Ross
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Entre poussière et grincements

Message par : Kathleen Ross, Dim 7 Déc - 13:58


Je suivis le long couloir qui me menait partout et nulle part à la fois en boitant toujours. Je ne savais pas ce que je cherchais, peut être une porte spéciale, peut être un coffre fort, qui sait ? Je commença à rire seule lorsque je vis une porte suspecte rose bonbon au milieu de celles soit marrons soit inexistantes des autres pièce de la cabane. La réalisation de mes pensées me faisait peur, j'évita donc la porte en la regardant les yeux plissés par l'incertitude. Au bout du couloir, j'entendis des murmures sortir d'une salle sombre, celle ci ne comportait pas de porte. Je m'approcha lentement, mon pied faisant un bruit plutôt louche, une sorte de "clac tchhh".

Pour éclairer la salle, je sortis ma baguette et lança un léger "Lumos" presque inaudible. Je sursauta alors en voyant une jeune fille brune, sa baguette braquée sur moi, comme sur le point de m'envoyer un sort. Je baissa la mienne pour lui signifier que je ne lui voulait aucun mal et m'approcha d'elle pour la voir grelotter. La jeune fille était sur le point de geler, je lui donna donc ma cape plutôt chaude . Etant donné que j'avait déjà une bonne couche d'habits sur moi, je pouvais bien lui faire don d'un ou deux vêtements.
Je la regarda avec gentillesse et lui chuchota :

-Moi c'est Kathleen mais tu peux m’appeler Kath' et toi ? c'est quoi ton petit nom ?

En attendant se réponse, je me leva pour aller chercher une bougie se trouvant sur une commode près d'un boite d'allumettes. Elle étaient là, posées l'une sur l'autre comme si quelqu'un les avait mis là pour nous. Je ne me priva pas à l'allumer et me ressaya près de l'inconnue. Etant petite, j'avais toujours trouver que les flammes avaient quelque chose de magique. Elle brillaient dans le noir comme un espoir qui vous tend la main. Source de lumière et de chaleur, le feu avait une couleur et une forme indescriptible, pliant sous un coup de vent, disparaissant sous une bourrasque, cette petite chose était l'une des choses sans laquelle on ne pourrait vivre sur terre. Après l'avoir longuement observée, je replaça mon attention sur la personne à coté de moi.

- Tu t'est perdue ? Moi non, je cherche juste quelque part où traîner en dehors du château et comme le soleil n'était pas au rendez-vous, je me suis retrouvée ici. Dis-je pour dissiper l'ambiance angoissante que le lieu formait autour de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Abbigail O'Flyfox
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Entre poussière et grincements

Message par : Abbigail O'Flyfox, Lun 8 Déc - 12:03


[RP avec Kathleen Ross]


Un nouveau bruit étrange retentissait dans la cabane délabrée, une sorte de "clac tchhh". Abbigail était surprise, car un fantôme ne pouvait pas produire un son pareil. Son doute fut confirmé quand une lumière éclaira soudain la pièce sombre dans laquelle la fillette s'était réfugiée. Devant elle, se dessinait une jeune fille d'une quinzaine d'années.

Avant même de prononcer la moindre parole, l'inconnue ôta sa cape et la passa à la jeune Serdaigle, puis elle se présenta avec gentillesse.

- Moi c'est Kathleen mais tu peux m’appeler Kath' et toi ? c'est quoi ton petit nom ?

Un peu déstabilisée par cette rencontre inattendue, la fillette mit un temps avant de répondre, durée dont profita Kathleen pour aller chercher une bougie. Quand la jeune fille revint s’asseoir, Abbigail répondit.

- Je m'appelle Abbigail, Abbigail O'Flyfox. On m'appelle aussi Abby, si tu préfères.

Un silence tendu s'empara pendant quelques minutes de la pièce. Kathleen semblait obnubiler par la flamme de la bougie qui se reflétait dans ses yeux brillants d'admiration. De son côté, Abbigail combattait sa peur du feu en restant le plus loin possible de la cire brûlante. Ce fut à nouveau l'aînée qui prit l'initiative de la conversation.

- Tu t'es perdue ? Moi non, je cherche juste quelque part où traîner en dehors du château et comme le soleil n'était pas au rendez-vous, je me suis retrouvée ici.

- Oh ! Moi c'est un peu pareil : je voulais profiter que la nuit n'était pas encore levée pour une petite escapade hors du parc. Puis le vent s'est levé et la neige s'est mise à tomber alors je me suis réfugiée ici. J'ai un peu flippé en entendant des bruits au rez-de-chaussé alors j'ai paniqué bêtement, avoua-t-elle honteusement.

Après un instant d'hésitation, elle ajouta en souriant timidement.

- Mais maintenant que tu es là, tout va bien !
Revenir en haut Aller en bas
Kathleen Ross
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Entre poussière et grincements

Message par : Kathleen Ross, Lun 8 Déc - 15:25


La jeune fille en face de moi avait l'air jeune, un peu plus d'une dizaine d'années je dirais. Il y avait quelque chose en elle qui me rappelais quelqu'un, une amie d'enfance. Je me rappelle un soir de noël où cette fille, Anna, m'avait accompagnée à une fête organisée par mes parents, ce fut la dernière à laquelle j'eu assisté. J'étais pourtant parfaite dans ma robe jeune pale et mon chignon de ballerine. Malgré les chuchotements dans la salle, je me suis sentis belle ce soir là, et c'était en partie grâce à mon amie, je lui serais toujours reconnaissante de m'avoir offert ce moment magique. La musique qui résonnait entre les murs, nos corps de petites filles valsant dans tous les sens jusqu'à l'épuisement. Quelques enfants honnêtes qui suivaient nos pas, enfin, ce qui nous semblaient être des pas de dance. Il y avait de bons souvenirs dans mon passé, de très bon même.
La ressemblance entre la fille et Anna fut telle que je me demanda quelques secondes si ce n'était pas elle, la fille qui a rendus mon présent possible mais mes soupesons s’envolèrent quand elle me répondit :

- Je m'appelle Abbigail, Abbigail O'Flyfox. On m'appelle aussi Abby, si tu préfères.

Ce prénom lui allais bien, on ne peut pas en dire de même pour le mien. Je trouvais que Kathleen faisait pédant, sournois, et c'est ce que voulaient que je sois mes chers parents aux griffes acérées et à la parole trop légère. Si ceux-ci avaient su que j'étais devenue une Pouffy des plus exemplaires, ils se seraient surement moqués de moi en me reniant sans aucun remord. Enfin bon, j'en était définitivement débarrassée et c'était la seule chose qui comptait.

-C'est jolis dis-je en souriant. Pendant qu'elle répondait à ma question, je l'avait vu avoir un mouvement de recul. Avait-elle peur du feu ? Si c'était le cas je devrais peut-être l'éloigner d'elle. Le geste suivis les pensées et je la posa sur une petite table à coté du fauteuil. Vu que je ne la connaissais pas, autant la mettre à l'aise tout de suite.

- Oh ! Moi c'est un peu pareil : je voulais profiter que la nuit n'était pas encore levée pour une petite escapade hors du parc. Puis le vent s'est levé et la neige s'est mise à tomber alors je me suis réfugiée ici. J'ai un peu flippé en entendant des bruits au rez-de-chaussé alors j'ai paniqué bêtement. Mais maintenant que tu es là, tout va bien ! M'avoua t'elle tout à coup. Je lui répondit donc de suite :

-Oh ne t’inquiète pas, je suis aussi montée sur mes grands chevaux en entendant des grincements venant de cette salle. Ne t’inquiète pas, si il y a ne serais-ce qu'un problème tu peux me le dire ! Mon ton avait tourné vers le chevaleresque en un rien de temps. Elle m'inspirait confiance cette petite.

Ma jambe me lança d'un coup comme pour me rappeler que j'avais un énorme hématome à cet endroit. Je me mordis la lèvre pour ne pas laisser échapper un gémissement et rassura Abby en lui disant que tout allais bien.
Revenir en haut Aller en bas
Abbigail O'Flyfox
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Entre poussière et grincements

Message par : Abbigail O'Flyfox, Ven 12 Déc - 13:22


[RP avec Kathleen Ross]



La réponse de la Poufsouffle ne se fit pas attendre.

- Oh ne t’inquiète pas, je suis aussi montée sur mes grands chevaux en entendant des grincements venant de cette salle. Ne t’inquiète pas, si il y a ne serait-ce qu'un problème tu peux me le dire ! proposa-t-elle d'un ton chevaleresque.

Abbigail adressa un sourire franc à sa camarade : c'était très rassurant de se savoir protégée. Alors qu'elle allait répondre, elle aperçut une grimace sur le visage de Kathleen. Malgré les efforts de la jeune pour prouver qu'elle allait bien, la fillette se doutait que ce n'était pas vrai et qu'elle tentait juste de la rassurer.

- Qu'est-ce que tu as à la jambe ? demanda-t-elle d'un air soucieux. Ça te fait mal ?

Alors que la blessée ouvrait la bouche pour répondre, Abbigail crut bon de préciser.

- Réponds honnêtement, s'il-te-plait.

Elle appréciait cette quasi-inconnue qu'elle avait rencontrée dans des circonstances des plus étranges, aussi elle ne voulait pas la laisser souffrir inutilement devant elle. Jetant un coup d’œil dans la pièce où elles étaient installées, elle cherchait une idée pour affaiblir la douleur, mais rien ne lui vint. Bien sûr, il y avait les sorts de soin qu'elle avait découverts dans différents livres qu'elle avait lus, mais, aux vues de ses talents avec une baguette dans les mains, jamais elle n'oserait tester ces sorts pour la première fois sur quelqu'un d'autre d'elle-même...

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kathleen Ross
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Entre poussière et grincements

Message par : Kathleen Ross, Dim 14 Déc - 5:56


Je relança un petit regard sur la flamme pour ne pas qu'il arrive malheur et que la cabane si populaire finisse en tas de cendres. La flamme se courba sous le poids d'un courant d'air puis s'éteint. Quand je dit à Abby que je n'avait rien, la petite blonde ne me cru pas du tout, elle me demanda donc ce qu'il c'était passé. J'hésita longuement à lui dire la vérité ou dire que je m'était cogner pour qu'elle garde la confiance qui, je le pense, était présente en elle.

- Réponds honnêtement, s'il-te-plait.

Je souris, je savais très bien que mes yeux laissaient transparaître mes pensées, je lui dit donc simplement :

-Ma jambe est passée à travers une marche de l'escalier, pour l'instant ça vas mais je ne voudrais pas que ça s'infecte, on essaies de retrouver la sortie ?

Je me lève et l’incite à me suivre pour sortir de la pièce humide qui aurait vite fait de nous donner un bon gros rhume pour les fêtes. Ceci n'étant pas le cadeau idéal que je voulais avoir pour noël, je planqua mon nez dans l’écharpe de laine qui entourait mon coup depuis ce matin et pris la poudre d'escampette pour me retrouver encre une fois le couloir, maintenant éclairé d'un mince fil de lumière. Ce petit bout d'espoir provenait de la fenêtre d'une des salles. Le soleil s'était maintenant levé sur la cabane même si nous ne pouvions en voir que très peu de rayons.

Je marche lentement sur le parquet marron jusqu'à arriver à l'escalier. Je grimaça mais me lança avec courage tout en m'agrippant avec force sur la rampe. Je m’arrêta un moment pour voir où se trouvait Abbygail mais je ne la vit plus.
Quelques minutes de frayeur plus tard, j'entendis des grincements en haut, remerciant cette fois le bois grinçant, je remonta en évitant le trou que j'avais formé un peut plus tôt en chemin. Le bruit venait du fond du couloir mais Abby était pourtant juste devant moi.

-C'est pas vrai ...Ça te dit  de faire comme si de rien n'était et que l'on trace notre route vers la sortie. Oui, je pense qu'on vas faire ça !
Revenir en haut Aller en bas
Edrik Orrenae
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Entre poussière et grincements

Message par : Edrik Orrenae, Dim 14 Déc - 10:01


Judith, la belle renarde au pelage blanchit par la neige, marchait lentement.

Kathleen était rentrée dans la cabane, Abby y reposait calmement.

Le vent commençait à souffler presque trop fort dans les rues de Pré au Lard. Edrik cherchait de façon incessante le cadeau qu'il allait offrir à Morgan pour son Noël. En fait il n'avait jamais fêté cet événement, comme beaucoup d'autres d'ailleurs.

Abby se releva brusquement, les deux filles avaient peur, les deux marchaient à l'unisson, entendant ces horribles grincements hanter l'abri qu'elle semblait s'être trouvé contre le froid et le vent.

Les fêtes étaient des jours normaux où simplement sa mère enchantait la maison pour la rendre plus musicale et joyeuse, chantant de sa voix mélodieuse des chants dans des dialectes inconnues au blond.

La peur commençait à s'insinuer en elles, les grincements résonnaient, leurs souffles étaient lents et leurs pas étaient hésitants.

Mais ce questionnement sur le cadeau que se posait Edrik n'était rien comparait au mauvais pressentiment qu'avait son animal.
En effet cela faisait plus de vingt minutes que Judith était à la traîne, qu'elle divaguait dans les rues en reniflant partout, ça n'était pas dans ses habitudes.

Kathleen posa le pied sur les marches.

Edrik n'avait plus besoin d'un #Legilimens pour pouvoir incruster et sonder son esprit. Il savait que quelque chose se tramait, quelque chose de malsain.

Un simple *crac* et la brune s'enfonça dans le plancher moisi, criant de douleur.

Judith se courba en une seconde, comme si le mal venait de la prendre. Edrik se précipita vers elle.
-Judith !!
Pendant quelques longues secondes le Poufsouffle pris peur, voyant son animal souffrir sans rien pouvoir faire pour elle.

Une fois soignée, en partie, Kathleen se leva et comme à l'unisson, la renarde se remit sur ses pattes. L'humaine reprit sa marche, l'animal courut, Edrik la suivant.

-Où tu vas ?! Il savait qu'elle le menait là où son mal avait pris sa source.

Et comme si un court instant durait éternellement, le duo arriva à la cabane quelques temps plus tards, qui parurent interminables pour le Poufsouffle.

- Ma jambe est passée à travers une marche de l'escalier, pour l'instant ça vas mais je ne voudrais pas que ça s'infecte, on essaies de retrouver la sortie ?
Elles s'étaient trouvés, elles devaient se protéger l'une l'autre.

En arrivant à l'entrée Judith sembla hésiter, ses pattes allant et revenant à la même position.


Les grincements résonnèrent de nouveau. Ca nétait pas elles cette fois...



-C'est pas vrai ...Ça te dit  de faire comme si de rien n'était et que l'on trace notre route vers la sortie. Oui, je pense qu'on vas faire ça !

L'albinos s'arrêta, reniflant l'air, ses oreilles à l'affut. Elles tiquèrent dans un petit mouvement sec

Les deux filles commencèrent à repartir, sans savoir réellement où.

Edrik suivit Judith, son instinct l'avait poussée à rentrer en courant dans la cabane.
-Ju'... Dans quoi tu m'embarque ?..
Revenir en haut Aller en bas
Abbigail O'Flyfox
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Entre poussière et grincements

Message par : Abbigail O'Flyfox, Mer 24 Déc - 9:10


À voir le visage de Kathleen, Abbigail sut qu'elle avait deviné juste et que la Poufsouffle avait sérieusement envisagé de lui mentir pour la rassurer.

- Ma jambe est passée à travers une marche de l'escalier, avoua-t-elle finalement. Pour l'instant ça va mais je ne voudrais pas que ça s'infecte, on essaie de retrouver la sortie ?

La fillette répondit par un hochement de tête et par un regard inquiet en direction de ladite jambe. Elle suivit la jeune fille et quitta la pièce dans laquelle elles s'étaient réfugiées. Il était maintenant grand temps qu'elles sortent d'ici. De plus, il faisait maintenant jour, et Abbigail ne tenait pas particulièrement à se faire attraper hors de Poudlard sans autorisation.

Tandis que sa camarade s'agrippait à la rampe pour descendre, la fillette regardait l'escalier d'un œil inquisiteur. En effet, elle avait le très mauvais pressentiment qu'il allait à nouveau leur faire faux bond et se dérober sous leurs pas. Hésitant à suivre Kathleen, la jeune Serdaigle réalisa que cette dernière avait disparu de son champ de vision. Paniquant un peu, elle s'agita, faisant par la même occasion craquer le haut de l'escalier. Aussitôt, la Poufsouffle réapparut pour venir la chercher. Cependant, ce soulagement fut de courte durée, car un autre grincement se fit entendre en provenance du fond du couloir.

- C'est pas vrai... Ça te dit de faire comme si de rien n'était et que l'on trace notre route vers la sortie. Oui, je pense qu'on va faire ça ! proposa-t-elle, apparemment autant pour se rassurer elle-même que pour rassurer Abbigail.

- Ça me semble être une bonne idée... murmura la fillette, la gorge nouée et les yeux humides.

À ce moment, des petits bruits se firent entendre à l'entrer de la cabane, comme si un animal venait de s'y introduire. En lançant un regard horrifiée à son aînée, Abbigail reprit la parole.

- Euh... En fait, on ne devrait peut-être pas descendre tout de suite, non ?

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Créature Magique
avatar
PNJ
Créature Magique

Re: Entre poussière et grincements

Message par : Créature Magique, Lun 29 Déc - 16:29


Bernard a toujours été un croup un peu grognon, un peu solitaire. Il aime se prélasser sous un arbre où bien sommeiller derrière un buisson. L'animal ne supporte ni le bruit, ni les odeurs trop forte et encore moins la présence de ses semblables. Le fox terrier à la queue fourchue était également particulièrement glouton. Il aimait les petits poissons qu'il arrivait parfois à pêcher. Il appréciait le sucre acidulé des mûres et des groseilles. Mais de toutes les merveilles de la forêt, ce que Bernard aimait par dessus tout... C'était les souris. C'était tout bête dit comme ça, mais pour un croup un peu vieux, un peu gros, un peu fatigué, attraper une souris toute vigoureuse n'était pas une mince affaire... C'est pour quoi, en ce jour si particulier où Bernard fêtait en solitaire ses onze ans, il se décida à mettre de son côté toutes les chances de se dégoter une souris ou même un mulot. Pour cela, pas de meilleur endroit que la Cabane Hurlante de Pré-au-Lard.

Confortablement allongé sur un tapis de feuilles, Bernard le croup s'étira longuement. Il remua avec ardeur sa petite queue fourchue et prit le chemin de la rivière. Là, il bu trois grandes lampées d'eau fraiche et nettoya rapidement son pelage soyeux. Il gagna ensuite l'orée du bois, d'où il pouvait surveiller la vieille cabane toute branlante. Ni une, ni deux, Bernard s'en allait pour son restaurant favoris, sa langue rose bien pendue sur le côté, ses yeux bruns surveillant les alentours. Il s'agissait de ne pas se faire manger par une créature un brin plus grosse. Ce serait dommage de mourir le jour de ses onze ans ! Le croup arriva à son but sans encombres. Il s'était planté une écharde dans la patte gauche mais il eu vite fait de la retirer. Bon gré mal gré, il grogna et pénétra dans son antre souricière.. Et nourricière ! La poussière s'accrochait à ses moustaches et le moins qu'on puisse dire c'est que Bernard n'aimait pas ça. "Je hais ces grincements, ces frottis, ces acariens... Affreux ! " pensait le croup gris. "Heureusement que j'ai encore la forme ! Je sens l'humidité se répandre dans mes vieux os !

Crac ! Bernard venait de heurter une chaise. Il s'était blessé à la truffe, par dessus le marché ! Une petite griffure lui  barrait le nez ! Couinant bruyamment, le clébard se cogna contre le mur avant de s'écraser tête la première dans la poussière. Le fox terrier décida de rester calme, de prendre le temps de se remettre les idées en place avant de se relever. Une fois sur ses quatre pattes, la créature se dit que les souris devaient être à l'étage. Il n'avait pas perdu de vue son objectif premier : ripailler ! Il monta donc les marches dans un parfait silence avant de tomber nez à nez... Avec une paire de fesses ! Sans prendre le temps de réfléchir plus, Bernard mordit avec force les fesses d'une pauvre enfant... (Abbigail). Ensuite, il détala dans la pièce et se planqua derrière un fauteuil, toutes dents dehors ! Gare à celui qui voudrait le déloger de sa cachette ! 
Revenir en haut Aller en bas
Kathleen Ross
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Entre poussière et grincements

Message par : Kathleen Ross, Jeu 1 Jan - 15:09


[Libre arbitre d'Edrik Orrenae ]

Nous ne sommes pas seuls dans cette galère, j'en suis maintenant sure, moi et Abbigael avions de la compagnie. Les bruits viennent de plus bas encore que là où nous étions. Moi qui pensait avoir trouver l'escalier menant à la sortie, je m'était apparemment trompée puisqu'il était plus court que le premier monté. Un étage nous séparait encore du rez de chaussée et la jeune fille à mes cotés l'avait compris, elle commença à marcher plus vite puis ne m'entendant plus se retourna vers moi. Un grincement me parvint aux oreilles alors que je rejoignait ma camarade.
Ces bruits me semblaient étonnamment humains, je percevais les claquements réguliers d'une personne marchant lentement. Ce qui me rassurait beaucoup moins c'était ce bruit indéchiffrable qui évoluait à coté de celle-ci. Nous étions au milieu de l'escalier, figés comme nous ne l'avions jamais été, l'oreille tendue et les pensées tournées vers merlin, qui je l’espère ne nous ferais pas faux bond aujourd'hui.

Le bruit était lointain et semblait s'éloigner plus encore ce qui ne me dérangeait aucunement. Nous étions tellement concentrés sur ce brui que nous n'avions pas entendus l'énorme fracas d'un animal sur les murs froids ainsi que son geignement de douleur.
Ni une ni deux je me remit à descendre les marches mais quelque chose attira mon attention avant que je n'eu finis ma descente. Un énorme fox terrier dont la bave dégoulinait sur le sol laissant une traînée blanche sur son passage. Je n'eu pas le temps d’être dégoûtée puisqu'il s'approchait dangereusement d'Abbigael. Je voulus lui crier de s'enfuir mais je ne sais pourquoi, les mots restèrent coincés dans ma gorge. La grosse bête ne s’arrêta même pas, elle la mordis pour que la jeune fille s’écarte de son chemin puis s'enfuis comme un voleur en me frôlant la hanche. Je trottina vaillamment vers mon amie pour la soutenir de la jambe qu'il me restait. Nous étions maintenant deux à être légèrement blessés et nous soufflions des bouffées de fumée blanche comme deux retraitées à qui on aurais prescrit des béquilles. La cabane n'était pas bien isolée et rien qu'inspirer ressemblai à une dizaine de couteaux plantés dans ma tranchée.

Je vis tout à coup ma coéquipière reprendre sa ténacité et courir dans le sens de la bête ideuse. Je voulus l'écarter du danger mais elle fut plus rapide que moi et oyant que le gros chien ne voulait pas nous faire du mal enfin pas trop, je descendis les quelques marches restantes en a laissant se débrouillée comme une grande. Au bout d'une petite descente, devant moi, une énorme salle quasiment vide s'afficha sous mon regard ébaillis. Cette salle était comme toutes les autres, éclairée par quelques fenêtre cachées par de gros rideaux.
Tout à coup je sentis quelque chose se frotter contre ma jambe valide. Je pria encore pour que ce ne soit pas le chien mais ça n'avait pas l'air d’être le cas puisque la chose en question était plutôt petite et douce.
Je baissa la tête vers mes pieds avec appréhension les yeux à demi fermés et tel ne fut pas ma surprise quand je vis deux yeux ronds entouré de poils immaculés me fixer. Une renarde.
Que faisait cette petite boule de poil dans ce lieu ? J'était étonnée mais pourtant l'animal me disait quelque chose. Je sais bien que tous les renards se ressemblent mais cette petite lueur de malice dans ces yeux, je l'avait déjà vue auparavant.
Tout à coup tout s'éclaire, le bruit flou que j'avais entendus, c'était cette belle renarde. Mais alors... et la personne à ses cotés ?
Revenir en haut Aller en bas
Abbigail O'Flyfox
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Entre poussière et grincements

Message par : Abbigail O'Flyfox, Dim 4 Jan - 17:05


Des bruits retentissaient de toutes parts. Abbigail ne savait même plus de quel côté elle devait porter son regard pour tenter d'identifier la source desdits sons. Cependant, le danger vint de l'endroit où elle l'attendait le moins, car une créature s'était approchée d'elle dans le plus parfait silence. Un petit cri lui échappa lorsque la bête en question lui croqua les fesses. Non, mais quelle éducation ! La bestiole continua son chemin, comme si mordre les postérieurs des enfants était une activité des plus normales. Aussitôt, Kathleen s'avança vers la jeune Serdaigle pour lui venir en aide, mais les pensées de cette dernière étaient entièrement tournées vers l'animal.

Un événement de son enfance lui revint en mémoire. Alors qu'elle n'avait que six ou sept ans, le chien de sa voisine lui mordillait régulièrement les fesses, exactement comme la créature qui venait de faire son entrée. C'était la seule manière dont le chien se servait pour signifiait son envie de jouer. Abbigail avait adoré ce chien, jusqu'à ce qu'il se fasse écraser par un chauffard ivre.

Dans sa tête de fillette de onze ans, puisque le comportement de la créature magique était absolument identique à celui de son ancien compagnon de jeu, ses motivations devaient, elles aussi, être les mêmes. Sans vraiment réfléchir, elle se lança à la poursuite de l'animal -comportement que, par la suite, elle reconnaîtrait comme parfaitement idiot.

Ce n'est qu'une fois arrivée dans la pièce où se terrait la créature que la fillette réalisa que Kathleen ne l'avait pas suivie.

*Elle doit explorer le reste de la cabane* pensa-t-elle pour se rassurer.

En s'approchant un peu d'un vieux fauteuil, Abbigail pu constater que son agresseur était en réalité un Croup. Il avait un aspect presque identique avec celui d'un fox terrier commun, à la différence près que sa queue était fourchue.

*La queue n'est pas coupée, il ne doit pas avoir de maître* nota-t-elle en se remémorant ce qu'elle avait lu sur ce genre d'animal à la bibliothèque.

Elle s'agenouilla et avança à quatre pattes en direction du fauteuil. Cependant, elle ne fut pas aussi bien accueillie qu'elle l'espérait. En effet, le chien magique montrait férocement les dents et ne semblait pas vouloir être dérangé.

- Euh... Kath', tu es dans le coin ? appela-t-elle avec une soudaine boule dans la gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Créature Magique
avatar
PNJ
Créature Magique

Re: Entre poussière et grincements

Message par : Créature Magique, Sam 10 Jan - 14:30


Bernard n'aimait vraiment pas être dérangé. Seul derrière son fauteuil, blottit dans le confort de la pénombre, il regardait les moutons de poussière couvrir le parquet et les adolescents s'agiter en tous sens. Il ne pouvait pas faire grand chose, le pauvre croup. Quitter sa cachette, c'était risquer une confrontation de face. Y rester, c'était prendre le risque d'y être rejoint. Une souris se terrait-elle sous le fauteuil ? Le fox terrier à queue fourchue glissa da patte griffue sous le meuble. Il ne se heurta qu'à de petits tas de saletés. Il avait maintenant une toile d'araignée accrochée à sa patte. Bernard grogna, secoua sa patte, mais rien à y faire, l'oeuvre de l'arachnide ne partait pas. Poitrail au sol, postérieur en l'air, le chien s'acharnait à décrocher les fils de ses griffes. Sa queue s'agitait. Finissant par abandonner, il commença à tenter de décréter si les voix autour de lui étaient hostiles. C'étaient des humaines, des filles. Les femelles étaient souvent moins offensives que les mâles, qui se plaisaient à lui mettre des coups de pieds où bien à lui lancer des pierres. 

La jeune fillette a qui il avait précédemment mordu le fessier approchait doucement. Bernard, visiblement mécontent, grognait contre ce visage poupin, ses babines retroussées laissant échapper un petit filet de bave. Mais le croup ne s'en souciait pas. Peut-être pourrait-il l'effrayer suffisamment pour qu'elle s'enfuie ? Visiblement non, puisqu'elle était à quatre pattes et qu'elle semblait bien décidée à l'approcher. Il se mit alors en tête d'établir une stratégie pour ne rien risquer face à cette étrangère. Prenant sur lui, Bernard donna un petit coup de langue sur la joue de la jeune demoiselle avant de courir et de japper gaiment. Cela ne lui ressemblait pas, lui d'habitude si agressif, mais à la guerre comme à la guerre, il voulait fêter dignement ses onze ans ! 

Son plan allait-il marcher ? Bernard n'en savait rien. Mais être aussi proche d'une humaine lui rappelait sa compagne d'autrefois, George. Cette jolie femelle grise avait été adoptée il y a de cela trois ans et jamais le croup n'avait trouvée pareille personne. Son odeur, son pelage, sa truffe chaude contre la sienne... Soudainement mélancolique, Bernard posa sa tête sur sa patte et se tut. 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Entre poussière et grincements

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 7

 Entre poussière et grincements

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.